Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -50%
-50% Nike Jordan Air 200E
Voir le deal
67.47 €

 

 Nous sommes des alliés, nous nous soutenons 3e semaine du mois 12 de l'An 1 [Tour VIII - Terminé]

Aller en bas 
MessageSujet: Nous sommes des alliés, nous nous soutenons 3e semaine du mois 12 de l'An 1 [Tour VIII - Terminé]   Nous sommes des alliés, nous nous soutenons 3e semaine du mois 12 de l'An 1  [Tour VIII - Terminé] EmptyLun 4 Jan - 14:17

Je me hissais sur le dos de Danseur qui s’ébroua, le roi m’avait ordonné de suivre les petits groupes de reconnaissances de cavaleries. On attendait d’autres renforts pour aller à Noblecœur. Corad Omble et Orys Baratheon avaient appelé à l’aide le Hoare leur fonçait dessus. Est-ce qu’on arriverait à temps ? Je ne savais pas. On allait se battre ! C’était sûr ! Cela ne serait pas ma première bataille, la cicatrice de mon bras en était la preuve ! Mais quand même, j’étais toujours inquiet à chaque fois. Je ne voulais pas perdre mon maître. Moi j’avais surtout pour mission d’attraper au vol les renforts du Nord : en gros je passais ma journée à cheval quand la cavalerie fonçait pour aider au plus vite Conrad et si au passage on pouvait tuer Hoare, je crois que personne ne dirait non. Le problème de Hoare c’était que c’était un rat, intelligent, nuisible et particulièrement résistant. Se débarrasser de lui n’était pas du tout facile.

J’observais les autres guerriers sans rien dire avant de tourner les rênes pour les suivre. Mon épée battait mon flanc, mais je m’en moquais : nous avions une mission, foncer de Viviseaigue jusqu’à Noblecœur, pas vraiment de temps à perdre ! Je rajustais ma cape autour de moi, heureusement que nous étions au printemps, avant de regarder à nouveau autour de nous en suivant les autres cavaliers. Je ne dirigeais nullement la petite troupe ! Mais je savais que c’était à moi de parler si on rencontrait les nordistes. En tout cas… plus tôt ils arriveraient ! Mieux c’était ! Je secouai la tête pour chasser mes cheveux qui commençaient à être trop longs de devant mes yeux. Le roi m’avait dit quoi dire, mais si je n’avais personne à qui le dire… C’était problématique.

« Bannière du Nord ! »

Enfin ! Je me hissais sur mes étriers en mettant ma main en visière pour me protéger les yeux du soleil et je plissais les yeux. C’était bien les bannières qu’on m’avait dit de chercher ! Le poing et le loup ! Je suivis le groupe de cavalier aussi vivement que possible, notre propre bannière flottant derrière nous comme gage que nous étions bien des alliés. Le capitaine des cavaliers ralentit son cheval pour que je prenne plus la tête du groupe. Je le remerciais d’un signe de tête avant de ralentir le rythme en nous approchant du groupe. J’observais le garde venir à nouveau et je pris la parole d’une voix claire :

« Je suis Sacha Racin ! Écuyer du roi Lyham Tully ! »

Le garde hocha la tête et se dirigea visiblement vers son chef, je n’étais pas inquiet de cette arrivée, il fallait toujours se montrer méfiant ces temps-ci. Je me redressais sur ma selle, j’étais pas bien impressionnant comparé à un homme du Nord, mais quand même ! Je tapotais l’encolure de mon Danseur qui s’ébroua un peu, mais il ne fit aucune bêtise. J’attendis que le seigneur vienne ou non vers moi.

Sacha Racin
Messages : 924
Membre du mois : 10
Maison : Racin
Caractère : ▪▪ Combattant né ▪▪ Têtu ▪▪ Honorable ▪▪ Fier▪▪ Instinctif ▪▪ Fidèle ▪▪ Rancunier ▪▪
Célébrité : Thomas Brodie-Sangster

Infos supp.
Richesses : 807


Nous sommes des alliés, nous nous soutenons 3e semaine du mois 12 de l'An 1  [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t4671-sacha-racin https://bloody-crown.forumactif.org/t6616-khayley-ardoise-lady-aux-reves-verts https://bloody-crown.forumactif.org/t4683-les-liens-desacha
MessageSujet: Re: Nous sommes des alliés, nous nous soutenons 3e semaine du mois 12 de l'An 1 [Tour VIII - Terminé]   Nous sommes des alliés, nous nous soutenons 3e semaine du mois 12 de l'An 1  [Tour VIII - Terminé] EmptyLun 4 Jan - 19:30

« Allez, allez ! »

Houspillant quelques traînards, Bowen vérifia que la queue de sa colonne avançait au pas martial commandé. Il avait préféré éviter la marche forcée, mais le rythme imposé demeurait soutenu. Heureusement, le moral était bon, certains piaffant d’impatience à l’idée d’approcher cet ennemi qui se dérobait sans cesse et de régler les choses proprement, à la nordienne : par l’acier et le sang. Quant à Bowen, il partageait cet enthousiasme, quoique pour d’autres raisons. Depuis la mort de Maedalyn et son annonce, il s’était muré dans un silence inquiétant, n’en sortant que pour donner des ordres ou discuter tactiques ou logistique militaire. Les soupers en sa compagnie étaient entièrement dédiés aux exigences de la campagne, et les fioritures sociales réduites à leur minimum. S’il faisait les efforts nécessaires pour acclamer les annonces de naissance et autres joyeusetés, le reste irait au feu. Il demeurait souvent avec la troupe, et y parlait entraînement, décrassage, froid et autres. Puis, quand les hommes devenaient rêveurs, à penser aux femmes et enfants, ou aux croupes des suiveuses du camp, il prenait congé, préférant se retirer pour demeurer seul dans sa tante, et soigner son âme tourmentée. Walton avait généralement congé, et baguenaudait avec son cousin Andren. Et Bowen restait seul, une coupe de mauvaise vinasse à la main, à ruminer ses malheurs. Son humeur s’assombrissait à mesure que l’alcool descendait et que les souvenirs affluaient et brouillaient sa vision. Tous ceux qu’il aimait mourraient. Tous ceux qui portaient le nom de Glover s’en allaient. Et ceux qui restaient … Que dire ? A nouveau les Glover se réduisaient à une vieille femme éprouvée par les deuils successifs, à une Lady prise en otage par un fer-né et obligée de survivre à ses chiens, à un éclopé resté au pays, à un nourrisson d’à peine un an déjà orphelin de mère – et de père, pour ce qu’il était présent, et à lui-même donc. Le glorieux Sénéchal du Nord, puant le picrate et vomissant son fiel à la terre entière, les yeux vitreux et le poing serré à en crever, qui n’était ni capable d’attraper son ennemi, ni de protéger sa femme et sa famille. Quel tableau ! Quel portrait ! Tant de fois, il s’était relevé : sa famille massacrée, son père qui s’était laissé mourir, ses cousins tués sur le champ de bataille, sa sœur attaquée, son frère blessé … Mais c’était trop. La fin de Maedalyn seule, loin de lui, semblait avoir achevé ce qu’il lui restait de cœur en train de battre. Il se faisait l’effet d’un mort-vivant. Plus rien ne piquait son intérêt. Il était inerte. Et, souvent, la culpabilité le submergeait. Alors il replongeait dans sa boisson ou allait vomir ses trippes dehors, avant de se coucher lourdement. Il avait même songé, horreur suprême, qu’on lui ramène une puterelle quelconque. Tant d’hommes s’étourdissaient ainsi, pourquoi pas lui ? Il y avait renoncé. L’idée le dégoûtait. Il ne voulait pas d’un autre corps sous le sien. Il voulait … Mais il n’aurait pas. Alors, il traînait sa carcasse de jours en jours, tout entier tourné vers son objectif. Et peut-être, si les Anciens Dieux étaient charitables, il arracherait la victoire, et la mort aussi, qu’il accueillerait avec soulagement. Pour quoi vivre ? Pour son fils ? En grandissant, il apprendrait à le détester, pour ses absences, pour avoir tué sa mère par ses mâles besoins. Pour une future union ? Oh, peut-être que sa seconde femme survivrait deux ans, prendrait-il les paris ? Avant de succomber, comme tout Glover se devait. Et il serait à nouveau seul. A compter un nouvel orphelin. Quel perspective réjouissante … Autant mourir les armes à la main, glorieusement. Puis il pensait à Jon, et à sa promesse de l’aider à défendre le Nord, à le faire grandir. Et d’être à ses côtés. Un jour, peut-être que ce serait suffisant. Pour le moment, cette frêle lumière ne parvenait pas à chasser les ténèbres tapies dans son cœur, qui le dévoraient vif. A la place, l’odeur du sang le maintenait à flot. Un loup du Nord restait un lourd du Nord. Et quand la meute mourrait, subsistait les instincts de prédation.

La colonne remontée, Bowen se plaça en tête, en profitant pour dispatcher de nouveaux ordres, et envoyant Walton les répercuter. Alors qu’il continuait à avancer, un des cavaliers en tête revint à bride abattue. Après avoir échangé quelques mots, il hocha la tête, et claqua des doigts pour que quelques hommes le suivent. Puis il partit. Et c’est donc ainsi qu’il arriva devant la petite troupe riveraine envoyée à leur rencontre. Ainsi donc, les troupes de Lyham Tully n’étaient point loin. Manifestement, l’Empire n’avait rien perdu de ses excellentes capacités de coordination. Bien. Restait à espérer qu’Omble tienne suffisamment. Ou qu’il saigne l’ennemi à point. Et il faisait amplement confiance à l’ombrageux Maréchal pour cela. Un jeune garçon d’environ l’âge de Walton prit la parole pour se signaler comme l’écuyer du souverain riverain. Hochant la tête, le Glover répondit – ne se donnant pas la peine de se signaler, l’emblème frappé sur son plastron et les signes de commandement étant suffisant pour comprendre qui il était, sans parler de son escorte :

« Venez, camarades, rejoindre notre colonne et profitez de notre brouet pour ce soir, il est tard pour que vous puissiez repartir en évitant la nuit.

Et toi, chevauche à mes côtés, tu pourras me délivrer ce que ton Roi a comme message, car je doute que vous soyiez tombés sur nous par hasard. »


Attendant que le gamin soit à sa portée, Bowen l’avisa finalement :

« Fais ton devoir mon garçon, puis tu m’expliqueras une fois le camp monté les dernières informations tactiques dont tu peux disposer.

Après, mon aide de camp s’occupera de te trouver un endroit où dormir tranquillement. Je pense qu’il ne dira pas non à un peu de compagnie pour le dîner. Le Prince Walton appréciera une compagnie de son âge. »


Anonymous
Invité
Invité


Nous sommes des alliés, nous nous soutenons 3e semaine du mois 12 de l'An 1  [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Nous sommes des alliés, nous nous soutenons 3e semaine du mois 12 de l'An 1 [Tour VIII - Terminé]   Nous sommes des alliés, nous nous soutenons 3e semaine du mois 12 de l'An 1  [Tour VIII - Terminé] EmptyMar 5 Jan - 10:28

L’homme brun semblait être plus vieux que mon propre frère qui avait pourtant dix ans de plus que moi. Mais lui en plus de sembler faire dix têtes de plus que moi semblait plus vieux. Je l’observais avec attention c’était Bowen Glover. Sénéchal du Nord. Je reconnaissais quand même les emblèmes et les signes. Sans compter les cours et les leçons avec mon roi. Je fis signe aux cavaliers qui se rangèrent avec ceux de l’armée en renfort avant de m’avancer vers l’homme. Impressionnant, il fallait le dire. Rester avec eux cette nuit ? Je levai la tête vers le soleil avant de grimacer. Effectivement, nous n’aurions pas le temps de repartir vers notre propre armée. Et cela même au triple galop. Enfin, peut-être que moi et Danseur pourrions, je restais, malgré mon armure, bien plus léger que mes compagnons. L’avantage d’être relativement petit c’était que je pesais moins lourd pour Danseur qui lui-même était fougueux et endurant. D’ailleurs, il s’ébroua et dansa un peu sur place avant que je ne le fasse aller à hauteur du sénéchal. J’inclinais la tête vers lui pour le remercier.

Et je n’eus même pas le temps de reprendre la parole qu’il la reprit de lui-même. Les dernières informations tactiques ? Malheureusement, il n’y en avait pas beaucoup à part qu’on fonçait aussi vite que possible pour arriver. Le roi ne m’en avait pas réellement parlé. Peut-être que lui-même n’en avait pas ? Du moins cette partie la serait très rapide. Dormir tranquillement ? Le prince Walton ? Est-ce que je lui disais que son père avait envoyé, justement !, au mur ? On avait fait mieux comme entrée en matière. Le meneur de la petite troupe de cavalier resta près de moi. Je sentais une évaluation de derrière les fagots arriver. J’inclinais la tête vers le Sénéchal :

« Nous vous remercions pour la proposition de rester avec vous pour la nuit. Au vu de l’heure, nous n’aurions pu rentrer avant la nuit, même au galop. Et non, effectivement, cela faisait quelque temps que nous vous cherchions et je ne suis point mécontent de vous avoir trouvé. »

J’inspirais un peu avant de reprendre la parole :

« Nous n’avons que très peu d’information venant de Noblecœur. Nous sommes partis en trombe de Vivesaigue et actuellement la cavalerie en tête pour arriver au plus vite. Nous avons pris la route qui relie les deux villes. Quant à nous, nous vous cherchions en espérant de tout cœur que vous arriveriez vite ce que vous avez fait. Avec de la chance, nous arriverons à rejoindre l’armée du roi avant son arrivée à Noblecœur. »

Du roi Lyham bien sûr. Quant aux dernières informations tactiques… que dire ? Je n’en avais malheureusement pas beaucoup plus que lui ! Ou peut-être que le roi n’avait pas voulu m’en confier par peur d’une embuscade ? Possible aussi. Enfin… à part une armée attaquerait une petite armée de quelques centaines de cavaliers. J’étais pas seul à l’avant et si nous voulions arriver au plus vite, nous ne devions pas traîner. Même si cela me faisait bizarre d’être plus ou moins là avec cette grande troupe. Et surtout que c’était moi qui parlais au sénéchal et non pas un plus gradé. Même s’il restait près de moi. Bref ! J’inclinais la tête sur le côté à nouveau :

« Je serais ravi de partager le dîner avec votre aide de camp et le prince Walton. J’ignorais que nous étions proches en âge. »

Bon il devait juste faire trois têtes de plus que moi et peser deux fois mon poids. Détail insignifiant. J’observais l’homme avec attention. Je n’osais pas lui poser de question de peur de le déranger. Même si au vu de notre activité… la discussion était sans doute agréable pour passer le temps.

Sacha Racin
Messages : 924
Membre du mois : 10
Maison : Racin
Caractère : ▪▪ Combattant né ▪▪ Têtu ▪▪ Honorable ▪▪ Fier▪▪ Instinctif ▪▪ Fidèle ▪▪ Rancunier ▪▪
Célébrité : Thomas Brodie-Sangster

Infos supp.
Richesses : 807


Nous sommes des alliés, nous nous soutenons 3e semaine du mois 12 de l'An 1  [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t4671-sacha-racin https://bloody-crown.forumactif.org/t6616-khayley-ardoise-lady-aux-reves-verts https://bloody-crown.forumactif.org/t4683-les-liens-desacha
MessageSujet: Re: Nous sommes des alliés, nous nous soutenons 3e semaine du mois 12 de l'An 1 [Tour VIII - Terminé]   Nous sommes des alliés, nous nous soutenons 3e semaine du mois 12 de l'An 1  [Tour VIII - Terminé] EmptyMar 9 Fév - 18:13

Déjà, les feux du camp se profilaient, juste le temps pour l’écuyer de délivrer ce qu’il savait. Peu, mais conforme à ses propres prédictions. Les deux armées avaient finalement eu un rythme de progression similaire, et la masse qui arrivaient sur les talons de Yoren Hoare serait probablement de taille à l’anéantir, si du moins leurs informations sur la taille de son armée se révélaient fiables. S’il avait été rejoint par ses alliés bieffois … Mais on ne lui avait signalé aucun mouvement de la sorte. A croire que son beau-frère y avait vu l’occasion de laisser mourir le téméraire souverain fer-né, qui à trop s’avancer en territoire ennemi risquait de voir sa bonne étoile filer. Pour autant, il convenait de demeurer prudent : l’homme était un beau diable, roué et doué pour les fourberies stratégiques. Il en avait déjà fait preuve au cours de sa folle chevauchée, et nul doute qu’il recommencerait. Bowen n’avait pas ce brio. Homme calme et pondéré dans la vie, il s’était efforcé de l’être en tant que commandant. Ainsi, il n’envisageait pas de se lancer dès les premières minutes dans la mêlée en cas de bataille, comme il avait pu le faire à Eysines. Et surtout, il préférait les stratégies simples, mais qui avaient fait leurs preuves. Comme envelopper l’ennemi, en l’occurrence, ce qu’ils tentaient. Restait cependant à parvenir à temps à portée, maintenant que l’ennemi talonnait le détachement mené par Omble.

Un instant, Bowen porta son regard avec plus d’attention sur l’envoyé de Lyham Tully. Il se surprit à le trouver bien jeune, alors qu’ils ne devaient même pas avoir dix ans d’écart. Une éternité, en Westeros, certes. Il n’avait que vingt-deux ans, et pourtant, il se sentait déjà vieux, avec l’impression que plusieurs générations le séparaient du garçon et de ses joues pas encore assez creusées, et de son ton clair. Il comprenait mieux les plaisanteries de Torrhen sur son âge, lui qui n’avait pas atteint quarante printemps encore. On vieillissait vite, à la guerre. Trop, peut-être. Que pouvait-il avoir en commun avec ce gamin, en étant père, déjà veuf, vétéran de plusieurs campagnes … Le poids des responsabilités, mais aussi du deuil, toujours présent, comme une ombre, à la frontière de son esprit, se fit plus pressant sur ses épaules. Il avait été ainsi pourtant, avide d’aider. Il se revit, au même âge, dans la même position, suivant le Roi du Nord dans ses pérégrinations, regagnant leur campement dans l’attente des fer-nés pourchassés sur leurs côtes. L’histoire se répétait sans cesse. Et de nouveaux jeunes garçons étaient jetés en pâture à la guerre. Trop y mourrait. Et ceux qui restaient étaient des vieillards en pleine force de l’âge. Pour arrêter ce cycle, il faudrait vaincre de tous leurs ennemis. Cela commençait par occire définitivement Hoare. Et après … après, ils verraient où leur regard devrait se porter. En attendant, ils avaient quelques heures d’accalmie. Eux du moins : lui avait encore des ordres à donner. A peine arrivés, ils furent en effet hélés par un homme d’armes. Sans se retourner vers Sacha, Bowen déclarant, l’ombre d’un sourire perçant sous son visage sévère :

« Le Prince Walton est mon aide de camp. »

Méprise amusante, quoique compréhensible pour un sudier, qui n’avait peut-être pas l’habitude de voir un Prince être affecté aux affaires courantes d’une armée, sous l’autorité d’une personne non-membre de la famille royale ? Désignant le soldat, Bowen expliqua :

« Va, j’ai à faire. Jonah te montrera l’endroit où vous pourrez poser tes affaires, et où trouver le Prince. »

Sa main se posa sur l’épaule du garçon pour la serrer, en un remerciement silencieux pour son travail, puis Bowen démonta et s’en fut à travers le camp, la boue collant à ses bottes. Il commençait à nouveau à pleuvoir.

Et déjà, de nouvelles rides se creusaient sur son visage tandis qu’il préparait le carnage des jeunes hommes et la solitudes des plus vieux.

Anonymous
Invité
Invité


Nous sommes des alliés, nous nous soutenons 3e semaine du mois 12 de l'An 1  [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Nous sommes des alliés, nous nous soutenons 3e semaine du mois 12 de l'An 1 [Tour VIII - Terminé]   Nous sommes des alliés, nous nous soutenons 3e semaine du mois 12 de l'An 1  [Tour VIII - Terminé] Empty


Contenu sponsorisé


Nous sommes des alliés, nous nous soutenons 3e semaine du mois 12 de l'An 1  [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Nous sommes des alliés, nous nous soutenons 3e semaine du mois 12 de l'An 1 [Tour VIII - Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nous sommes un, nous rugissons et nous souvenons - An 1 mois 12 semaine 1 - [Tour IX - Terminé]
» Tu nous as appelé, nous sommes là [Tour III - Terminé]
» L’abîme de l’éternité nous hante (An 2, Mois 1, Semaine 4) [ Tour IX - Terminé]
» Nous ne sommes pas égaux [Tour V - Terminé]
» Pourquoi sommes-nous si maladroits ? [Tour II - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Le Conflans :: Vivesaigues-
Sauter vers: