Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
21.95 €
Voir le deal

A la poursuite de l’insaisissable [Flashback]
MessageSujet: A la poursuite de l’insaisissable [Flashback]    A la poursuite de l’insaisissable [Flashback]  EmptyDim 10 Juin - 0:42

Un an s’était passé depuis qu’il fut adoubé chevalier par ser Jason Tyrell. Ce jour, il s’en souvient comme si c’était hier, il lui arrive même de revivre ce moment en rêve lorsque ses nuits sont tranquilles. Cet événement a marqué un tournant dans sa vie, après que son père ait cherché à l’isoler du reste de sa famille, il eut de la chance d’avoir réussi à rencontrer une poignée d’individus qui lui ont tendu la main pour qu’il s'en sorte. A l’effigie de son mécène à Hautjardin qu’il avait servi en tant que page et de ser Tyrell qui a fait de lui son écuyer en l’adoubant lorsqu’il en fut digne. C’est depuis qu’il eut été fait chevalier qu’il a décidé de suivre le prince Gardener. Il aurait pu suivre son propre destin et vagabonder sur les routes de Westeros afin de vendre ses services à des seigneurs locaux dans le besoin. Mais non. Il avait toujours tenu Kevan en haute estime et cela depuis plusieurs années pour ses capacités martiales et pour son talent inné de meneur d’hommes. Le fraichement nommé s’engagea à son service avec son accord et il ne regretta nullement cette décision.

Voilà des semaines qu’ils couraient après les dorniens qui s’amusaient à traverser la frontière pour mener des pillages et ne laissaient que des scènes de désolation derrière eux. Des vieillards égorgés, des femmes violées, des enfants devenus orphelins. Voilà ce que trouvait le plus souvent la troupe du Connétable dans sa poursuite d’un ennemi qui semblait insaisissable. Ils eurent réussis à accrocher les pillards à de multiples reprises, de farouches escarmouches éclataient alors, mais rien de transcendant, ce n’est pas cela qui allait empêcher ces pendards de semer le trouble à nouveau. La troupe fit un crochet jusqu’à Hautesterres, le fief de la maison Mullendore, afin de se ravitailler et reprendre des forces. Pas plus de deux jours, un délai plus que suffisant pour que Garlan prenne suffisamment de repos. Il comprenait pourquoi le Connétable refusait d’accorder à ses hommes davantage de temps. Il devait souhaiter faire sentir à ses adversaires qu’ils étaient bien là, sur le terrain, que les actes innommables perpétrés ne resteraient pas impunis.

Il comprenait cela et tout comme lui, il voulait mettre la main sur les dorniens qui n’avaient que trop pousser le bouchon trop loin. Garlan eut le droit de profiter du confort d’une tente en dehors des murs de la forteresse, il ne devait pas s’attendre au luxe d’une chambre, pas avec son statut, pas pour un chevalier de si basse extraction. Il en avait l’habitude, cela ne le dérangeait nullement, il n’avait pas besoin d’un faste confort pour vivre. Une fois le délai passé, la troupe armée se remit en route vers la frontière, uniquement composée de soldats montés, il fallait être mobile pour avoir une chance de mettre la main sur les dorniens. Cela faisait plusieurs jours qu’il vadrouillait au niveau de la frontière, à la poursuite d’une troupe qui semblait d’importance, inhabituel pour un groupe de pillards. Les charriots de ravitaillement se trouvaient bien derrière eux et gardés afin d’éviter que les dorniens ne les affament en les privant de leurs vivres.

A l’affût, Garlan scrutait chaque flanc de montagne afin de s’assurer qu’aucun ennemi n’y était dissimulé en embuscade, d’un naturel méfiant, il fallait redoubler de prudence avec ces dorniens. Les températures étaient bien plus élevées ici que dans le reste du Bief, et sous leur armure, les chevaliers suaient à pleines gouttes, ils devaient boire régulièrement pour ne pas se déshydrater. Ils passèrent une crête, une odeur nauséabonde se fit doucement ressentir qui devint de plus en plus forte au fur et à mesure qu’ils avançaient. Cette odeur, ils la connaissaient trop bien, celle d’un carnage ou au pire d’un charnier. Cette dernière provoqua plus d’un haut-le-cœur dans la troupe. Lorsqu’ils eurent franchis le dénivelé, ils eurent la confirmation à leurs hypothèses. Des maisons de paysans fraîchement incendiés, une bonne vingtaine de cadavres ici et là, des traces de pas et de sabots innombrables dans le sol. Non ça ne pouvait pas être une simple troupe de pillards.

Les cavaliers s’approchent du carnage, le connétable ordonne alors qu’une partie des hommes démonte pour trouver des survivants, pendant que d’autres surveillent les alentours. Garlan fit parti du premier groupe et laissa sa monture aux abords de ce qui était autrefois un paisible village. En compagnie d’autres compagnons d’arme, il se mit à fouiller la zone et à repousser les cadavres pour y déceler un quelconque signe de vie. Rien pour le moment, à part la mort. Ser Goldwyne repoussa un cadavre qui en recouvrait un autre et alors qu’il allait s’en aller, la silhouette du dessous expira difficilement. Le chevalier prévint immédiatement ses camarades. «- Ici ! Il y a un survivant ! » Garlan repoussa complètement l’autre cadavre qui recouvrait partiellement le vieillard afin de constater ses blessures. Une plaie importante au niveau du foie, une au niveau de la poitrine et des lacérations sur les autres membres. C’était un miracle qu’il soit encore en vie, mais au vu de ses blessures, le pauvre bougre n’avait aucune chance de survie. Il respirait difficilement, Garlan releva sa tête et y disposa son bouclier légèrement bondé derrière. Ce n’était peut-être pas l’appui-tête le plus confortable, mais il n’avait que ça sous la main. Il prit sa gourde à sa ceinture et entreprit de le faire boire. Le vieillard prit deux ou trois gorgées, après quoi il manqua de s’étouffer.

Ser Goldwyne positionna une main dans son dos et le redressa quelque peu pour qu’il reste parmi eux. Ils devaient obtenir des réponses, des renseignements, ce n’était surement pas le bon moment pour le mourant, mais c’était essentiel pour eux. « Vous me voyez navré de ce qui vous est arrivé. Cependant si nous ne les arrêterons, ils ne cesseront leurs agissements à la frontière. Possédez-vous des renseignements sur les pillards ? Leur nombre ? La composition de leur troupe ? » Le vieillard le regarda avec un air interloqué, il empestait la mort, il n’en avait plus pour longtemps. « - Z’étaient des dizai…nes. Plein de…cavaliers. Et z’aussi… des archers et des java..liners. Ils z’ont foutus…le camp vers le Nord. » Garlan allait se tourner vers le reste de la troupe, quand il sentit la main du mourant se poser sur son avant-bras «  Z’étiez sensé nous protéger…Z’éitez sensé nous protéger… » Ce fut ses derniers mots, il venait de rendre son dernier souffle. Dans un geste délicat, le jeune homme de seize ans referma ses paupières et  déclara solennement : « Puisse l’Etranger te mener dans l’autre monde afin que tu y rejoignes les tiens. Nous te vengerons, je t’en fais la promesse. »

Un moment dur, mais ce n’était guère la première fois qu’il était confronté à une telle scène. Il entendit du mouvement derrière lui, il se redressa et en constatant qu’il s’agissait du Connétable, il inclina respectueusement la tête. Avait-il assisté à toute la scène ?  « Votre altesse, quels sont vos ordres ? »


“Loyalty means I am down with you whether you are wrong or right, but I will tell you when you are wrong and help you get it right.”



Spoiler:
 
Garlan Goldwyne

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser / Capitaine dans la cavalerie impériale
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Garlan Goldwyne
Par-delà le cap !
Messages : 7401
Membre du mois : 0
Célébrité : Joshua Sasse
Maison : Goldwyne
Caractère : Loyal ♠ Rancunier ♠ Blasé ♠ Téméraire ♠Juste ♠ Têtu ♠ Galant ♠ Méfiant
Par-delà le cap !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A la poursuite de l’insaisissable [Flashback]    A la poursuite de l’insaisissable [Flashback]  EmptySam 28 Juil - 10:31

Il s’attendait à cela. C’était tellement prévisible de leur part. Mais, le contingent bieffois en poursuite n’a rien pu faire pour ce petit hameau situé non loin de Hautesterres. En arrivant sur les lieux, ils auraient pu croire à la fatalité du destin ou encore à la volonté de l’Etranger de punir ces quelques paysans. Il n’en est rien de tout cela. Ce n’est que l’œuvre d’une poignée d’hommes aussi mortels que ceux qui composent la troupe bieffoise menée par Kevan. L’agacement et le sentiment d’impuissance se lit sur les visages de ses compagnons d’armes. Le Connétable devait dans la mesure du possible apaiser cette haine croissante car elle ne mènerait à rien de bon sinon à ce qu’ils commettent des erreurs pouvant être préjudiciables. Le Prince Gardener descend de cheval avec la mine des mauvais jours.

« Vers le Nord…je présume qu’ils vont se réfugier dans les montagnes… »


Ser Goldwyne parvient à trouver un survivant victime d’une lente agonie. Pour lui, il aurait été préférable de mourir instantanément comme ce fut le cas pour ses compagnons d’infortune. Ses informations permettent malgré tout de pouvoir repartir à la poursuite des dorniens. En ce qui concerne les reproches qu’il leur adresse…et bien, il n’a pas vraiment tort. Les bieffois ont failli à leurs responsabilités.

« Ils vont sûrement chercher à renouveler ce genre d’action.  Nous allons nous approcher des montagnes sans révéler notre présence et nous n’avons plus qu’à espérer que nous pourrons les repérer et les intercepter. »


Kevan ne connaît pas les intentions de ce groupe de dorniens. Ils pourraient demeurer dans les Montagnes Rouges pendant quelques jours ou encore prendre une toute autre direction. La réussite se nourrit parfois d’un peu de chance et le Prince sait que rien n’est immuable dans ce monde. A un moment donné, ils parviendront à fondre sur eux. Souvent, celui qui est chassé est surpris du moment auquel cela intervient. Pour l’instant, la surprise est à leur avantage mais ils doivent s’attendre à perdre leur atout majeur à force de se faire remarquer de cette façon. Une similarité avec les raids fer-nés peut être observée bien qu’ils soient différents des dorniens. L’armée de Kevan avait su les repousser aux Boucliers et cela était suffisant pour garder les troupes motivées jusqu’à ce qu’une nouvelle victoire se dessine.

Le Prince remonte sur son cheval d’une démarche relativement calme bien qu’il soit agacé. Que penseraient ses hommes ? Il ferait montre d’un empressement dangereux. Il prend le temps de regarder une dernière fois les victimes tout en ne se laissant pas perturber par cette odeur mortifère.

Quelques heures plus tard, le soleil décline à l’horizon. La nuit dissimule les sommets des montagnes tandis que les bieffois se tiennent à distance respectable. Un cavalier bieffois ne cesse de rappeler à ses compagnons les mêmes mots : ils vont sortir, ils vont sortir…Cette rengaine, il ne pouvait pas la justifier. Mais, Kevan réalise un peu plus tard que ces mots étaient prononcés comme une prière. Le Connétable se demande si il est concevable de prier pour obtenir réparation…vengeance. Quoi qu’il en soit, les hommes sont en place. Un groupe placé au centre, face aux premiers dénivelés, un groupe placé face à l’ouest, un groupe placé face à l’est et un dernier surveillant les arrières.

Ils n’y croient plus pour cette nuit. Jusqu’à ce qu’un bruit lointain trahissant la torpeur de la nuit soit perçu par la garde. Les bieffois se réveillent les uns après les autres dans le plus grand silence. Avec ses doigts, le Prince fait signe à Ser Goldwyne de se séparer en deux groupes pour provoquer deux charges. En l’état, ils ne pouvaient dresser une estimation du nombre d’ennemis mais les informations transmises par ce vieillard laissent penser que ce sera très probablement du un contre un. Les ombres humaines s’agglomèrent discrètement et rapidement avec celles de leur monture pour n’en former qu’une seule. Elles sont l’instant d’après en mouvement. L’acier se retrouve à l’air libre appelant le Guerrier à venir observer ce coin perdu de Westeros. Calme et sereine, la nuit va devenir bruyante et terrible.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A la poursuite de l’insaisissable [Flashback]    A la poursuite de l’insaisissable [Flashback]  EmptySam 11 Aoû - 0:14

Le Roi avait pour devoir de protéger son peuple, s’assurer qu’il ne souffre d’un quelconque événement ou que des malotrus ne viennent pas perturber leur paisible existence. Pour cela, il se reposait essentiellement sur ses bannerets et les chevaliers qui lui avaient prêtés allégeance. D’autant plus que les chevaliers juraient de défendre les faibles et les innocents à l’aide de leur bouclier et de pourfendre ceux qui cherchaient à leur nuire avec la lame de leur épée. Des serments, ils étaient amenés à en prononcer des tas, eux les chevaliers. Protéger le Roi, lui obéir, obéir à son commandant et le respecter, faire honneur à sa maison et suivre à la lettre les commandements de son seigneur, protéger les faibles, rendre la justice par tous les moyens, se montrer honorable… Des valeurs que Garlan souhaitait respecter à chaque instant, pour qu’on ne doute pas de sa parole. Mais il le savait, aujourd’hui, comme bien d’autres jours avant celui-ci, il avait bafoué certains des serments qu’il avait prononcé.  

Les informations fournies par le vieillard pourraient s’avérer utiles, peut-être, rien n’était certain. Les Montagnes Rouges étaient une région inhospitalière, le climat était rude et il fallait être préparé pour y mener une expédition. Bien préparé, ils l’étaient tous, sans conteste, la majorité des bieffois présents avait déjà combattu les dorniens sur ces terres et étaient donc plutôt familiers à ce climat hostile. Cependant, même s’ils connaissaient la direction qu’avait empruntée la troupe de pillards, ils avaient de l’avance sur leur groupe, impossible à dire s’ils arriveraient à les attraper. Cependant, aucun ne souhaitait abandonner la poursuite. Il en était hors la question. Justice serait rendue ! Le Connétable était du même avis, il semblait pensé que l’ennemi récidiverait dans le coin pour accroître leur butin. D’un certain point de vue, le chevalier l’espérait, car c’était surement une des seules façons de leur tomber dessus. De l’autre, ça voulait dire que des innocents seraient de nouveau mis en danger. Ou bien peut-être qu’ils se contenteraient des biens pillés et se replieraient à bride abattue à Dorne.

Les ordres du Prince étaient clairs, mener la poursuite et tenter de leur tomber dessus lorsqu’ils ne s’y attendaient pas. L’effet de surprise pouvait être une puissante arme lors d’une bataille, un bonus, certes temporaire, car il finissait par s’estomper. Mais il pouvait permettre de remporter la victoire si tout se combinait de la meilleure des manières. Les hommes commençaient à remonter en selle en imitant le Connétable. Garlan jeta un coup d’œil circulaire autour de lui, des cadavres et pas qu’un peu. Personne pour les enterrer, probablement que les corps seraient un festin pour les volatiles comme les corbeaux et les rapaces. Normalement, ils auraient pris le temps de s’occuper des corps, en offrant aux défunts un enterrement digne de son nom. Mais s’ils le faisaient, jamais ils ne mettraient la main sur les coupables et leurs crimes resteraient impunis. C’est le cœur lourd qu’il se détourna donc de la scène, qu’il se saisit de sa lance et qu’il se remit en selle.

La troupe du Connétable suivit la piste renseignée par le vieil homme, quelques limiers accompagnaiennt le groupe et tentèrent de suivre une piste qui se perdait dans les escarpés rocheux. Il ne sera guère aisé de mettre la main sur les dorniens. Suivant les ordres de Kevan, les bieffois se disposent de façon à couvrir correctement les flancs et leurs arrières, ils ne souhaitaient pas tomber dans une embuscade. Tous ici savaient que leurs ennemis avaient la fâcheuse manie de monter de meurtrières embuscades et d’être des as dans l’art de la guérilla. Ils ne devaient pas tomber dans un de leur piège. Le soleil déclina rapidement sur les montagnes rouges, leurs recherches étaient peu fructueuses pour le moment, voir nulles. Certains bieffois commençaient à douter des réussites de leur traque, d’autres priaient pour qu’ils tombent sur l’ennemi afin de verser le sang.

L’ordre fut finalement donné de poser pied à terre pour que chacun puisse se reposer un peu et nourrir les chevaux. Des sentinelles étaient positionnées sur les hauteurs afin de veiller à ce qu’aucun ennemi n’ait l’idée de venir fureter dans le coin pendant que les hommes du Connétable s’endormaient. Garlan ferait parti du deuxième quart de garde, il n’arrivait cependant pas à trouver le sommeil, seulement à somnoler un tout petit peu lorsqu’il fermait les yeux. Cela était suffisant pour qu’il se repose et qu’il retrouve un minimum d’énergie. Car oui, de l’énergie, il en allait en avoir besoin. Une personne vint le bousculer légèrement pour lui faire reprendre ses esprits et lui signala que l’on avait repéré de l’activité ennemie non loin d’ici. L’occasion était trop belle, ils ne devaient pas la louper. Les hommes s’activèrent rapidement, tout en cherchant à faire preuve de discrétion pour ne pas que l’ennemi se doute de leur proximité. Tranquillement, ils se remirent en selle, boucliers, lances, haches et épées à la main.

Le prince lui fit signe de se diviser en deux groupes, cela signifiait qu’il aurait le commandement temporaire de l’un des groupes. C’est la première fois qu’on lui confiait un tel rôle, il était si jeune,  cela le troubla quelque peu. Mais il réussit à reprendre rapidement ses esprits, ce n’était pas le moment de flancher. Il était fier d’avoir été choisi par le Connétable, ce n’était pas le moment de lui faire regretter son choix.  Garlan inclina sa tête en sa direction pour lui intimer qu’il avait bien compris  l’ordre et leva sa lance en l’air pour qu’une moitié de la troupe le suive dans l’obscurité. Les deux groupes se séparèrent afin d’essayer de prendre en tenaille l’ennemi, mais l’environnement fit qu’ils n’y arriveraient, ils devraient faire au mieux pour couper la retraite ennemie pour ne pas qu’ils s’échappent de nouveau. Après avoir emprunté un petit sentier où seulement deux cavaliers de front pouvaient s’y faufiler, ils se mirent en position, les bieffois surplombaient légèrement la troupe dornienne qui ne les avait pas encore repéré, ils semblaient être d’un nombre égal au leur.

Il faudrait agir rapidement s’ils voulaient conserver l’effet de surprise. Garlan abaissa la visière de son heaume, ainsi que sa lance, rapidement imité par les cavaliers qui l’entouraient. Lorsqu’il vit le groupe du prince s’élancer, il l’imita et des dizaines de cavaliers se lancèrent donc toute pointe et lame devant dans la faible pente pour mettre à bas leur ennemi de toujours. Le bruit tonitruant de la charge ne pouvait qu’attirer l’attention des dorniens qui semblèrent quelque peu déboussolé et tentèrent de s’organiser face à cette attaque surprise. Des cors de guerre retentirent dans la petite vallée, parmi lesquels on arriverait à entendre les acclamations des bieffois qui criaient de tout leur soûl : «  Hautjardin ! » « Gardener ! » « Pour le roi ! » «  Pour le Connétable ! » « Pour le Prince ! » « Sus aux dorniens ! ». Tandi que d’autres proféraient déjà des insultes envers le camp adverse. Les dorniens lançaient déjà des cavaliers et des projectiles à leur encontre, mais ce n’était guère suffisant pour stopper la double charge de la cavalerie bieffoise, le choc était maintenant imminent et l’affrontement certain.



“Loyalty means I am down with you whether you are wrong or right, but I will tell you when you are wrong and help you get it right.”



Spoiler:
 
Garlan Goldwyne

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser / Capitaine dans la cavalerie impériale
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Garlan Goldwyne
Par-delà le cap !
Messages : 7401
Membre du mois : 0
Célébrité : Joshua Sasse
Maison : Goldwyne
Caractère : Loyal ♠ Rancunier ♠ Blasé ♠ Téméraire ♠Juste ♠ Têtu ♠ Galant ♠ Méfiant
Par-delà le cap !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A la poursuite de l’insaisissable [Flashback]    A la poursuite de l’insaisissable [Flashback]  EmptyDim 9 Sep - 10:53


L’Homme est la seule espèce, avec le rat, à tuer pour tuer. Des justifications, il en détient pourtant pléthore. C’est un cycle qui s’entretient et qui se répète parfois sans enchainement logique. Kevan sait à quoi s’en tenir face à ceux qui lui font face. Certains dorniens sont tout comme lui : prêts à accomplir leur devoir. D’autres sont des êtres plus vils comme certains bieffois. Le profil de ces ennemis n’a donc que peu d’importance. Cette opposition n’est que la conséquence de leur destinée respective. Grâce à son apprentissage de la chevalerie, le bieffois sait qu'il est important de savoir pourquoi certains hommes tuent afin de pouvoir les devancer. D'autres, le font simplement pour tuer et ce sont ceux pour lesquels il doit nourrir le plus d'inquiétude.  

Son cœur bat plus fort. Ses yeux virevoltent entre la position dornienne et le déplacement du second groupe bieffois mené par Garlan. C’est une manœuvre vieille comme le monde qu’ils s’apprêtent à effectuer mais pas forcément simple à réaliser. Au lieu d’effectuer une charge, les soldats bieffois se préparent à venir percuter par deux fois le bloc dornien. Les bieffois bénéficient de la surprise tactique et de l’obscurité de la nuit qui représente idéalement dans le cas présent le brouillard de la guerre. Ils ne peuvent quantifier notre nombre. Mais, ils répliquent assurément. Des flèches retombent ici et là alors que le groupe de Kevan charge. « Percutez-les aussi fort que vous le pouvez ! Pour notre peuple ! Pour nos terres! Pour ce que nous sommes ! Pour le Bief ! »

L’ivresse du combat enhardit les chevaliers qui ne peuvent se figurer à l’avance la violence du choc. Les deux groupes se percutent terriblement. Un fracas innommable naît en quelques secondes. Des chevaux hennissent violemment et chutent. Les hommes hurlent, grognent, esquivent, s’affaissent. L’acier apparaît timidement sous la lumière de la lune. La charge a fait son effet. Clairement, il ne s’agit pas d’une longue bataille mais plutôt d’une escarmouche, d’une attaque éclaire. Gardener fait montre d’adresse à l’épée. Kevan élimine deux dorniens jusqu'à ce qu'il voit son cheval ensanglanté s’affaisser. Il réalisent rapidement que son assaillant est le Prince de Dorne, Roward Martell. Dans sa chute, il parvient à parer une attaque. La bataille est tout à fait désordonnée. Il n’y a pas de front établi, pas de repère. Le temps semble suspendu quand les deux hommes comprennent qu’ils se font face. Les épées continuent de fendre l’air et de résonner en arrière fond. Les hommes hurlent. La nature s’évanouit. « Qu'avez-vous fait ?! Repartez sur vos terres, Prince ! » Kevan prévient son homologue et est prêt à combattre. Une passe d’arme un peu plus personnelle suit entre les deux hommes. Le Connétable reste mesuré dans son engagement tandis qu’ils s’engagent tous deux sur une zone plus rocailleuse.

Cependant, des cavaliers dorniens arrivent en renfort de toutes parts ce qui équilibre les combats. Le doute est désormais présent dans chacun des deux camps. Les bieffois hurlent pour signaler les renforts dorniens. Garlan aura aussi fort à faire de son côté.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A la poursuite de l’insaisissable [Flashback]    A la poursuite de l’insaisissable [Flashback]  EmptyMar 18 Sep - 21:59

Impossible de voir les flèches s’élever dans l’obscurité, leur bourdonnement si particulier lorsqu’elles fredonnaient dans les airs était couvert par le brouhaha provoqué par le fer des chevaux claquant au sol, ainsi que les voix qui s’élevèrent des deux côtés. Lourdes en ordres et en insultes envers leurs adversaires. Quelques cavaliers chutèrent à ses côtés, atteints par un projectile, que ce soit par une flèche ou par la bille d’une fronde.  A cette vitesse, le moindre choc risquait de provoquer une chute du monteur et de se casser la nuque dans l’impact avec la terre ferme. Les Sept semblèrent lui être favorables pour cette fois encore, ni son armure, ni son bouclier ne dut à souffrir de la pénétration d’un projectile. Sa monture également semblait se montrer chanceuse, ils avaient connus maints combats côte à côte, Garlan savait que l’animal avait du tempérament.

Il eut bien dû mal à la dompter, mais finalement à force d’apprentissage et d’entrainement, il avait réussi à en venir à bout, en semblant obtenir la confiance du mammifère. Ainsi ce dernier ne semblait pas connaître la peur lorsque son cavalier lui demandait de charger les lignes ennemies, à moins que la jument sache n’en montrer aucun signe. Quelques cavaliers dorniens essayèrent de mener une contre-charge, mais celle-ci n’eut aucun effet ou presque. Ces derniers étaient bien trop peu nombreux dans cet exercice face aux bieffois. Le Royaume des Gardener était connu pour posséder une des meilleures cavaleries de Westeros, leurs charges étaient dévastatrices et rien ou presque ne semblait pouvoir les arrêter. A part les valeureux chevaliers du Val, rien ne semblait pouvoir les égaler dans leur domaine de prédilection. Si bien que les hommes du Connétable enfoncèrent le dispositif ennemi, désorganisé et totalement pris au dépourvu par l’attaque surprise.

Leurs adversaires ne pouvaient que leur offrir une honorable résistance. Lancer à vive allure, Garlan se prépara suffisamment au choc pour garder son équilibre lorsque sa lance vint percuter un cavalier de dorne qui allait tenter une manœuvre pour esquiver l’assaut bieffois, probablement pour mieux harceler les flancs et l’arrière du groupe ennemi. Le chevalier ne lui en laissa pas l’occasion, sa lance vint se planter dans son poitrail, la pointe pénétra comme dans une motte de beure, à cette vitesse, nulle pièce d’armure ne serait capable de le protéger. Il désarçonna son adversaire sans trop de mal, il y laissa sa lance. Le jeune homme ne perdit pas son temps et dégaina son épée, impossible de rester non armé dans un tel combat. Les deux peuples s’affrontèrent avec ardeur, mais les siens semblaient avoir l’avantage pour le moment. Cela ne sera pas très long, bien que les dorniens soient bien décidés à défendre chèrement leur vie.

Le conflit s’installa, de toute part chacun affrontait un opposant. L’entrechoc de l’acier contre l’acier se fait clairement entendre, les hémissements de chevaux blessés et meurtris  par les armes des hommes. On discernait déjà les hurlements d’agonie des blessés à terre, les cris de courage des fiers combattants et les insultes lancés à tout va comme si certains essayaient de déstabiliser leur adversaire avec une telle technique.  Garlan affronta deux nouvelles personnes qu’il arriva à défaire après de multiples échanges de coups. Sur l’extrémité du lieu où se déroulait l’escarmouche, on avait bien dû mal à discerner ce qui s’y passait, du moins, si on se mettait à chercher un individu en particulier, il était peu probable qu’on arrive à le discerner. Par chance ou parce qu’il avait l’œil perçant malgré l’obscurité, il remarqua le prince aux prises avec un adversaire. Cela ressemblait à un combat singulier, il ne lui viendrait en aide seulement s’il observait que cela dégénérait

De son côté du combat, un de ses compagnons d’arme lui fitremarquer l’arrivée de renforts ennemis. Arriveraient-ils à tenir face à ces renforts ? Ils feraient tout pour. Il apostropha un sergent non loin de lui.  «Sonnez le ralliement !   » L’individu donna du cor et des hommes valides et non engagés dans l’accrochage se rassemblèrent en vitesse afin de former une force pour contrer l’ennemi. Ils chargèrent en direction des renforts dorniens. Cette contre-charge fut bien moins efficace que le premier assaut des hommes du Bief, pas assez nombreux et organisé. Cela aura au moins ralenti les troupes fraîches ennemies pour qu’elles ne s’engagent pas plus en avant dans la mêlée qui s’était formée. Ce qui aurait été dévastateur pour leur côté. De nombreux hommes à ses côtés payèrent chèrement cet effort, leur monture s’effondrant sous leur pied suite à la pénétration d’une pointe de lance et des cavaliers s’empalèrent sur les lames dorniennes.

De l'acier réussit à se faufiler entre deux pièces d’armure et vint lacérer le bras porteur de son bouclier. L’auteur de cette blessure le paya de sa vie. Il ne pouvait pas voir la plaie, il arrivait encore à tenir l’objet défensif, bien que cela fût bien plus difficile et il pouvait observer le sang qui commençait déjà à couler doucement le long de son bras. Il fallait qu’ils remportent ce combat, en la mémoire de tous les innocents victimes des ignominies dorniennes de ces derniers jours et bien avant encore.


“Loyalty means I am down with you whether you are wrong or right, but I will tell you when you are wrong and help you get it right.”



Spoiler:
 
Garlan Goldwyne

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser / Capitaine dans la cavalerie impériale
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Garlan Goldwyne
Par-delà le cap !
Messages : 7401
Membre du mois : 0
Célébrité : Joshua Sasse
Maison : Goldwyne
Caractère : Loyal ♠ Rancunier ♠ Blasé ♠ Téméraire ♠Juste ♠ Têtu ♠ Galant ♠ Méfiant
Par-delà le cap !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A la poursuite de l’insaisissable [Flashback]    A la poursuite de l’insaisissable [Flashback]  EmptyDim 2 Déc - 10:32

Tenir le combat. Les Bieffois comprennent cette évidence. Se désorganiser et se retirer maintenant serait bien trop risqué au vu de la cavalerie dornienne et de leurs armes de jet. Les épées s’immobilisent les unes contre les autres tandis que les hommes tombent dans cette zone accidentée. Cette bataille est âpre et rappelle à chaque instant la brûlante rivalité entre Bieffois et Dorniens. Elle est toujours plus rude et pousse les hommes dans leurs derniers retranchements.  Le ralliement sonne chez les Bieffois alors que Kevan et son adversaire dornien chutent au sol sur ce sentier empierré. L’opposition devient alors bien plus diffuse. Les épées jonchent le sol et les Princes en viennent aux mains, aux pieds et à tout ce qui peut les aider pour atteindre leur adversaire du jour. La poussière s’insinue sur son armure, ses cheveux et sa nuque. Des blessures superficielles et des égratignures parsèment sa peau.

Une autre charge est entendue par les deux hommes. De nouveaux hommes tombent à terre ainsi que des chevaux. Dans cette position, il est impossible de savoir qui détient l’avantage. Il s’agit d’un champ de bataille un peu particulier. Les lignes s’entremêlent farouchement. Lors d’une bataille rangée il est plus évident de distinguer depuis l’arrière les tendances qui se dessinent pour décider comment agir dans l’urgence et réorganiser ses troupes.  Mais, en ce moment même, c’est le chaos qui se dessine. La poussière, les flèches, les chevaux…tout peut se révéler létal au moindre instant et à la moindre inattention. Cette lutte n’oppose que bien peu d’hommes par rapport aux batailles traditionnelles de Westeros mais elle n’en est pas moins violente.

Kevan est légèrement sonné après un choc à la tête. Il faut dire que les deux individus ne se ménagent pas et roulent sur le sol depuis un moment. A cette hauteur, l’atmosphère est encore plus irrespirable. Le Connétable peine à garder les yeux ouverts tout en délivrant la monnaie de sa pièce au dornien. Une opportunité se dégage enfin. Le frère du Roi Mern expédie son pied sur le buste de Roward pour le faire basculer en arrière. Kevan le voit chuter et rouler sur quelques mètres. Il tente ensuite de se relever pour aider ses hommes. Cependant, il est légèrement désorienté et titube légèrement en reprenant son épée.  Le brouillard de la guerre se dégage au fur et à mesure. Ser Garlan est probablement encore aux prises avec l’ennemi. Le Prince espère que son chevalier et ami a pu se défaire de leurs voisins féroces. Une victoire difficile se dessine. Les dorniens commencent à se retirer.

Cette bataille laissera des traces dans les esprits. La haine de Kevan envers le Prince de Dorne prend forme. Chacun des participants se souviendra de la rudesse de ces escarmouches et pourra dire « j’y étais. » devant son souverain pour en témoigner.

Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A la poursuite de l’insaisissable [Flashback]    A la poursuite de l’insaisissable [Flashback]  EmptyMer 2 Jan - 17:53

Donner une arme à un homme et vous constaterez que cela peut faire ressurgir ses plus bas instincts lorsqu’il sera dos au mur. Prêt à tout pour survivre, l’honneur et la bienséance seront le cadet de ses soucis si cela lui permet d’avoir la vie sauve. Ainsi était la nature humaine, certains n’hésiteraient pas à écraser son prochain pour s’imposer et pouvoir vivre quelques jours de plus. Garlan n’était pas de ses gens là. Du moins la formation, qu’il a reçu et sa philosophie, faisait de lui quelqu’un de bien différent. Un individu avec des principes, avec un code d’honneur. Il ferait absolument tout pour le respecter, même si cela devait lui en coûter, quitte à en perdre la vie. Plutôt mourir en ayant étant jusqu’au bout fidèle à ce qu’il était, plutôt que survivre en lâche. Il n’y arriverait tout simplement pas. Il n’était pas dupe, sur les champs de bataille, en plein cœur d’un combat, tout peut arriver. Il ne peut pas tout le temps se battre loyalement avec un adversaire en un contre un, le laisser se relever alors que celui-ci est à terre et désarmé.

Tout simplement, car il est assuré que la plupart de ses adversaires feront preuve d’opportunisme, qu’ils feraient tout pour l’emporter. Il lui arrive alors d’achever un adversaire à terre, des actions qui restent occasionnelles et qu’il ne peut que regretter, il va même jusqu’à prier à la fin du conflit pour chercher le pardon des puissances supérieures et le salut des âmes des défunts. Il ne voudrait en aucun cas être une déception à la fois pour son mécène à Hautjardin, mais également pour l’homme qui lui avait tout appris, Ser Jason Tyrell. Il voulait les rendre fier de l’homme qu’il était devenu et ne pas les décevoir. Continuant à se battre avec ses frères bieffois. La mêlée était particulièrement violente, cela démontrait bien la haine viscérale que les bieffois et les dorniens se portait. Des remontrances qui dataient de plusieurs siècles, et qui avaient probablement pour origine la culture radicalement différente de ces deux peuples.

Les bieffois avaient dû encaisser la charge de leurs adversaires, bien que plusieurs hommes fussent renversés de leurs montures, transpercés par des lances ou criblés par des flèches. Certains se faisaient juste percuter violemment par le cheval adverse, entraînant la mise au sol des deux montures. Le chevalier était encore bel et bien sur son destrier, il avait manqué d’être renversé à plusieurs reprises, mais avait tenu bon pour le moment. Les dorniens étaient vraiment de robustes adversaires, il fallait leur concéder au moins cela. Ils préféraient mourir en combattant, plutôt que de fuir face à leur ennemi de toujours. Ils n’étaient pas si différents ce point au moins. Taillant à droite, puis à gauche ; échangeant de multiples coups avec un cavalier dornien, le combat faisait rage dans l’environnement montagneux.

Les soldats combattant sous la bannière de la main verte commençaient à prendre l’avantage. Cela ne se fit pas sans de nombreuses pertes. Après avoir expédié un énième ennemi au sol, il regarda autour de lui pour essayer d’analyser au mieux de la situation. Il cherchait surtout à s’assurer que les dorniens ne cherchaient pas à se dégager pour mieux se rassembler et contre-attaquer. Cela ne semblait pas être le cas, de plus certains cavaliers poursuivaient l’ennemi pour s’assurer qu’ils retournent sur leur territoire duquel ils étaient venus. Son regard se porta sur son prince, il venait de repousser son alter-égo dornien. Avec le désordre créé par le repli ennemi, il n’avait surement pas vu l’infanterie dornien qui fondait sur lui pour dégager le Martell et tenter de surprendre le Prince Gardener en même temps. Garlan chargea alors en la direction de son ami, se faufilant un passage avec les troupes aussi vite qu’il le pouvait. Il cria aussi fort qu’il le put : « KEVAN ! » Afin d’attirer l’attention de son prince, il arriva à temps pour sa monture percute les dorniens ayant cherché à surprendre son ami.

Un homme d’arme se retrouva sous les sabots de sa monture et fut piétiner à mort par celle-ci. Garlan sabra de tout côté, son but était de protéger son prince en s’interposant autant qu’il le pouvait. Il ne put cependant pas repousser toute les attaques, un soldat armé d’une lance le perça au flanc. La pointe transperça son armure et le bieffois fut démonté de sa monture, percutant assez durement le sol, son crâne percuta violemment l’arrière de son crâne. Il perdit connaissance peu de temps après, gardant pour seule image sa monture donner un coup de sabot au soldat qui l’avait démonté et la hardiesse des combats. Il finit par se réveiller, bien plus tard, il ignorait pendant combien de temps il avait perdu conscience. Un guérisseur avait soigné sa blessure, il avait été bien atteint, bien qu’on lui avait assuré qu’il eut beaucoup de chance que la pointe n’avait pas été empoisonné, les dorniens excellaient pourtant dans cette pratique.

Kevan vint également lui rendre visite pour prendre de ses nouvelles et s’assurer de son état, il le remercia à demi-mot pour lui avoir peut-être sauvé la vie. Un événement qui ne faisait que renforcer leur amitié, sans nul doute. Bien plus tard, quand les blessés furent de nouveau sur pied et que les cadavres furent enterrés, les hommes du Connétable purent se remettre en marche vers de nouvelles aventures !


“Loyalty means I am down with you whether you are wrong or right, but I will tell you when you are wrong and help you get it right.”



Spoiler:
 
Garlan Goldwyne

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser / Capitaine dans la cavalerie impériale
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Garlan Goldwyne
Par-delà le cap !
Messages : 7401
Membre du mois : 0
Célébrité : Joshua Sasse
Maison : Goldwyne
Caractère : Loyal ♠ Rancunier ♠ Blasé ♠ Téméraire ♠Juste ♠ Têtu ♠ Galant ♠ Méfiant
Par-delà le cap !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A la poursuite de l’insaisissable [Flashback]    A la poursuite de l’insaisissable [Flashback]  Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
A la poursuite de l’insaisissable [Flashback]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Le Bief-
Sauter vers: