Tumblr  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

The Mole [Tour VI - Terminé]
MessageSujet: The Mole [Tour VI - Terminé]    Dim 19 Aoû - 15:00

Je me suis levé avec grand peine. Trop de fête et de libations, cette nuit. Il a fallu un bon moment pour que je puisse quitter la compagnie et la chaleur du lit, et beaucoup d’eau claire et fraîche pour que je sois en mesure d’avancer sereinement sans avoir sans arrêt l’impression que le sol tangue sous mes pas. J’ai bien conscience de tout ce qu’il y a à faire et de tout ce qu’il reste à mettre en place depuis notre retour et pour les semaines et mois à venir. La migraine matinale ne m’éloigne guère de ces considérations, et ce n’est qu’après une longue et pénible toilette que je passe dans le petit salon d’à côté, pour être plus discret et ne réveiller personne. On m’apporte mes vêtements de tous les jours, ce qui ressemble plus ou moins à la tenue traditionnelle d’un général du Nord. Avoir tout ce poids sur les épaules, lainages, cuirs et équipements, me force à me remettre un rien d’aplomb, à me tenir droit et à me sentir plus serein et plus concentré. L’appel du devoir… Dernier regard aux formes sous les couettes épaisses de l’autre pièce, et je retourne dans le couloir, entouré que j’étais d’une coterie de Gardes Demalion. J’espérais que l’on avait appliqué mes ordres à la lettre, et que l’on avait fait venir le transfuge, le traître qui avait rallié ma cause.


J’avais déjà pris ma décision, avec Rhaenys, quant au devenir de cet homme.


L’un dans l’autre, il n’était pas question d’appliquer d’autres règles et d’autres lois qu’aux hommes du Conflans qui avaient déserté les rangs du Noir en nombre. La situation était néanmoins particulière et spécifique du fait de la naissance de ce traitre-là, et de la nature de ses actions commises sous le règne de son précédent maître. Il n’était pas qu’un soldat à la bataille, il avait longtemps épousé la cause du Hoare en plus que simple suiveur et il avait aussi causé des dégâts au Nord, dans sa jeunesse comme dans la guerre actuelle, et il avait aussi frappé l’Empire naissant en plein cœur. J’entre dans la caserne attenante au castel. La salle des gardes est évacuée. Occupée uniquement par ma garde. On escorte l’homme. Je ne porte pas la main au pommeau de Morsure, mais c’est bien la première fois que je ne compte pas dégainer en présence d’un fer-né.



| Lord Salfalaise. |


J’incline la tête mais d’un mouvement sec et ténu. Difficile tout de même, de surmonter ce que cet homme a fait jusque là dans sa vie. S’il reconnait réellement mon Empire et mon statut, il doit encore s’agenouiller pour de bon.


| Avant toute chose, et même si nous n’avons jamais encore été amis ou alliés, je tiens à vous remercier pour avoir rendu la ville sans combattre, et d’avoir honoré votre part de notre accord. Vous noterez que j’ai déjà commencé à honoré la mienne. Et je ne puis que vous en remercier doublement pour le sacrifice qui fut le vôtre ; on m’a dit ce qu’il s’était passé à Salfalaise suite à votre changement d’allégeance. |




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 21141
Membre du mois : 127
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/ En ligne
MessageSujet: Re: The Mole [Tour VI - Terminé]    Dim 19 Aoû - 17:29

The MoleÀ l'instar de beaucoup d'hommes je ne m'étais jamais caché derrière les ordres d'un roi. Qu'il soit bon ou cruel je n'avais pas accomplis tout ce que j'avais entrepris par simple loyauté envers lui. Les motivations peuvent s’avérer complexes aux yeux des plus grands. Pourtant les plus petits ne demandent rien de plus que de pouvoir continuer à vivre. C'est aspect de notre monde rongeait mon esprit, pourquoi nous battions nous depuis des décennies si se n'est pour obtenir un avenir plus radieux que celui-ci ? La campagne dans l'Orage, les victoires et les défaites que j'avais subis tout ceci n'avait-il pas un objectif bien plus noble que de mourir au nom d'un roi fou et du Dieu-Noyé ? Le futur de mon peuple réside peut-être dans les actions d'un seul homme, pensais-je être celui qui les sauverai tous ?

Le regard céruléen semblait vide, fixant un espace remplit de silhouettes, des personnes se détachant au travers d'ombres grandissantes face à la lumière du jour traversant la tente aussi vétuste soit-elle. La tension palpable rendait presque ce lieu suffoquant, implacable et éreintant. Contrasté avec le climat humide et froid. Un silence pesant régnait sans que mes yeux ne daignent réagir seulement fixer cet homme imposant et inspirant une certaine forme de prestance aux allures guerrières au milieu de cet espace. Mon corps se dressait de tout son long observant le monde m'entourant. Je ne pouvais nier que tout ceci pouvait avoir des allures de négoces peu ragoûtante. Hors il ne s'agissait nullement de négocier quoique certaines personnes dans cette salle puisse penser. Mon esprit pouvait aisément ressasser des pensées qui obscurcissaient de bien des façons  comment cette entrevue allait bien pouvoir se terminer.

Se n'était pas sans risque de croire pouvoir mettre un point à la fin d'un chapitre et en commencer un autre avec autant d'impudence que d'audace avec laquelle je m'étais armé en arpentant le sol de cette tente. En me dressant sans montrer aucune crainte face à ce qui pouvait se produire, se passer ici en ces lieux si loin de ce qui était à proprement parlé mon foyer. Mes yeux voguaient sur les visages me paraissant plus froid les uns que les autres. J'entendais cette voix sévère et maîtrisée s'extirper d'entre ses lèvres. Le seigneur de cette terre en avait vu bien d'autres comme moi supposais-je relevant légèrement mon menton et ma nuque pour écouter l'ouïe attentive sans broncher. C'était un souffle glaciale qui me laissa de marbre car il n'y avait rien à commenter sur sa position marquée et quelque peu entêtée qu'il avait envers nous, ce que nous représentions à ses yeux même si en bien des points quelques reflets similaires s'égaraient et nous rassemblaient de bien d'étranges manières.

Ou étions nous ? Une cage, dans le ventre de cette chose qui nous a tous avalés. Je crains de ne pas être vraiment à la hauteur de ce qui m'attend maintenant. J'ai toujours pensé que ce voyage finirait dans une glorieuse bataille. Qu'ont se battraient pour préserver les choses auxquelles on tient. Je l'avais compris, je m'y étais préparé mais, vu la tournure que prenaient les choses... Je sais déjà ce que je vais trouver au bout de cette route. Un jugement de plus  ici et sur les Îles de Fers, sur ce que je représente moi. Sur l'homme que je suis devenu après tout ce que j'ai essayé d'entreprendre et c'est ce jugement que je redoute le plus. Continuais-je de me rappeler qu'il ne s'agissait pas ici d'un jeu mais belle et bien de la réalité.

Avais-je le moyen de défendre cet homme ? Les arguments plaidant en ma faveur avaient ils seulement un écho dans son esprit ? Pour certains de ses actes oui pour la plupart même mais nous savons pertinemment que le général Salfalaise a fait parfois des choses qui sont totalement indéfendables. Je dois faire en sorte que mes arguments soient convainquant quand je serais seul face à lui. M'arranger pour qu'ils ne sachent que très peu de chose sur moi... Enfin je parle des choses les plus sombres. Et au moment ou ils me révéleront qu'ils sont au courant de ce que j'ai fais tout s'écroulera. Car c'est la qu'il portera son jugement, et ce jugement dépendra de ce qu'il aura devant les yeux, c'est à dire moi, ou mon nom.

je sais ce à quoi cet homme qui dirige cette armée doit faire face aujourd'hui. Le bien être de son peuple repose sur ses épaules. Il ne nous laissera pas repartir vivant si je ne suis pas prêt à un énième sacrifice. Il ne le permettra jamais. Chacun d'entre nous affronte la mort avec ses mensonges personnels. Certains se disent qu'il doivent se battre pour s'enfuir. D'autres qu'il faut essayé de parler pour exorciser le destin. Mais en ce qui me concerne, j'ai la sensation qu'il n'y a plus de mensonge en moi désormais. Ils ont aussi une excuse pour craindre l'obscurité. Pour ma part l'obscurité m'avait bercé durant de bien longues années et je n'avais jamais eut peur de la côtoyer. C'était à mon tour de parler, à moi de jouer et de rendre les choses plus présentables qu'elles ne devaient l'être. Appuyer ou rectifier le tir voilà que je m'avançais vers lui plaçant mes mains derrière mon dos croisant mes mains et déclarer mes paroles solennellement.

« Empereur Torrhen... » Je n'ai guère d'autres choix que d'accomplir ce qui doit accompagné ma parole. Un seul faux pas et jamais je ne reverrais mes filles. Alors Je m'agenouille, difficilement certes car après des mois à crapahuter dans la forêt, sur des champs de batailles, ou encore des marécages nauséeux, mon corps se fait vieux. Je marquais une courte pause ravalant ma salive la gorge nouée par ces quelques derniers mots attristant et affligeant mon esprit sur la véracité de ces quelques mots. J'avais raison à propos du prix à payer pour jouer cette partie. Je comprenais désormais qu'il m'était impossible de faire machine arrière. « Vous êtes un homme de parole, je n'en ai croisé que très peu jusqu'ici. Salfalaise renaîtra de ses cendres. Le sort de mes filles m'importe plus que ce fief appartenant à un lourd passé que je ne saurais nier. Je pense que ce n'est pas le plus fort de l'espèce qui survit, ni le plus intelligent. C'est celui qui sait le mieux s'adapter au changement. Alors... Me voici sans racines, sans foi et sans amour prêt à me jeter dans le creuset de la guerre Empereur Torrhen. »



« The world is changing and we must change with it. »

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine Salfalaise.
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
L'Hydre noire
Messages : 699
Membre du mois : 68
Célébrité : ft. Travis Fimmel
Maison : Salfalaise
Caractère : ♦ Têtu ♦ Brave♦ Téméraire ♦ Loyal ♦ Mauvais perdant ♦ Spontané ♦ Orgueilleux ♦ Observateur ♦ Imprévisible ♦ Stratège ♦
L'Hydre noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The Mole [Tour VI - Terminé]    Dim 19 Aoû - 18:16

Les fer-nés ont toujours ce physique dépenaillé, avec ces coupes de cheveux si caractéristiques, ces tatouages et ces frusques. Je n’avais jamais été impressionné comme l’étaient les habitants des Roches ou des Rus ; dans les deux cas, vivre constamment sous la menace de leurs attaques était sans doute compliqué pour eux. Mais d’un autre côté, j’avais longtemps côtoyé les habitants des montagnes du Nord Est qui avaient eux-mêmes un aspect des plus farouches et il était clair que passer par le fil de l’épée autant d’insulaires en tellement d’années n’avait pas servi à m’effaroucher en leur présence. Contrairement aux jeunes conscrits qui craignaient les haches des iles, je connaissais leurs forces et leurs faiblesses, et j’avais bâti mon armée pour vaincre ces brutes. Ce qui avait plutôt bien fonctionné jusqu’ici. Mon centre avait été percé à Buron, mais au prix de quelles pertes pour les fer-nés ? Leur absence de cavalerie lourde de quantité et de qualité les condamnait presque systématiquement en champ ouvert, ou s’ils remportaient, ils n’avaient que peu de capacités de poursuite des troupes vaincues. Buron aurait pu sceller le sort de l’Empire si l’ennemi avait eu de la cavalerie en masse, mais la riveraine avait été massacrée la veille, au premier jour de la bataille. Bref.


Salfalaise se présentait devant moi. Un homme sans doute fier et valeureux mais qui portait sur ses épaules le poids de ses choix. La rumeur de ce qu’il s’était passé sur son domaine nous était bien vite parvenue tant l’acte avait fait figure d’exemple pour tous les félons en herbe qui voudraient trahir le Sel et le Roc. L’homme me salue par mon titre et mon prénom, à la mode sans doute de son pays mais aussi du Nord, alors que sous les latitudes plus sudiennes on m’appelait essentiellement par des marques de courtoisie, du sire et du majesté à tout bout de champ. Il s’agenouille aussi, avec difficulté et raideur, et j’y note les stigmates physiques de vieilles blessures ou de la rudesse de sa « garde à vue » depuis que la ville est repassée sous notre contrôle.


Le fer-né me dépeint comme un homme de parole et me dit qu’il se préoccupe bien plus du devenir de ses enfants que de son domaine. Et il parle déjà de se remettre en selle pour combattre en notre nom, de toute évidence. Je lui fais signe de se relever.



| Je loue votre détermination. Toutefois, il semble que l’ennemi veuille utiliser vos filles comme otages pour vous empêcher de prendre les armes contre lui. De toute manière, je n’ai pas besoin de vos compétences pour finir les armées de feu votre ancien suzerain. Si vous voulez vous faire un nom au service de l’Empire, et combattre pour ce qui vous revient de droit dans les Iles de Fer, j’ai besoin de vous en mer. |


Ce n’était pas mes seules aptitudes militaires qui m’avaient hissé à ce statut. C’était aussi et surtout ma manière de savoir placer les bonnes personnes aux meilleurs postes.


| Vous avez dû entendre la nouvelle se répandre ; Harren est mort, et sa capitale a été incendiée. Il ne reste plus que Yoren Hoare, quelque part encore en vie à la tête d’une poignée d’hommes, et la flotte de Fer, que je sais sous le contrôle de sa sœur. Que savez-vous qui puisse nous être utile dans la guerre à venir ? |




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 21141
Membre du mois : 127
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/ En ligne
MessageSujet: Re: The Mole [Tour VI - Terminé]    Dim 19 Aoû - 22:39

The MoleNos regards s'entrecroisent et je reconnais cette lueur fébrile qui luit à travers lui. Il n'est pas un homme à qui l'on ferait croire et miroiter n'importe quoi, n'importe quand et surtout il n'est pas n'importe qui. Je ne suis guère surpris et je n'en attendais pas moins de l'adversaire redoutable que j'avais auparavant combattu sans aucune distinction mais, toujours avec une certaine forme de respect. Nous n'étions peut-être à ses yeux qu'une bande de pillards indisciplinés mais, il ne pouvait nier l'importance de notre supériorité en mer. Un dernier obstacle se dresse face à lui, la flotte de fer mais, celle-ci a beau être dépeint comme l'une des plus redoutables force maritime qui n'est jamais existé, elle n'en restait pas moins enlisé au Sud des terres dorniennes. Alors quoi ? Que fallait-il faire désormais pour mettre un point final à cette guerre et au massacre du peuple fer-né ?

Le monde change avec lui les peuples, les mœurs, les conflits.  Ce que je fais c'est avant tout pour mon peuple car il en va de sa survie. Je partage la même vision d'unité que Joren à son apogée, le monde change et il vaut mieux changer avec lui plutôt que de disparaître à jamais dans l'ancien. J'en viens même à me demander si la civilisation aux îles de fer n'est pas précisément ce que j'ai toujours essayé d'accomplir. Et si tenté d'y résister n'a pas fais de moi un opposant systématique à  tout ce que j'avais ressentis comme étant juste et honnête. Le pardon ma fait préféré le chaos plutôt que l'ordre. J'ai l'impression aujourd'hui qu'un pardon vaut toutes les victoires. Et que la chose la plus intelligente que je puisse faire est de ne rien faire du tout et d'accepter ce qui paraît être inévitable.

« En attaquant Salfalaise et en capturant mes filles Yoren n'a fait que conforter l'esprit de vengeance  que j'anime contre lui et sa famille. Si il est devenu roi aujourd'hui il n'en reste pas moins inexpérimenté en ce domaine c'est un pillard ni plus ni moins. » Je lâchais ces mots, spontanément l'aigreur se faisait vite sentir et je n'oublierais pas ce qu'il avait fait à ma famille. Ainsi donc je reprendrais la mer, c'était la volonté de Torrhen et je ne pouvais pas m'y soustraire. C'était un chef militaire, un père de famille et de ce que je pouvais connaître de l'Empire aujourd'hui c'était cette importante armada que j'avais aperçu aux lueurs du jour quand nous avions fait la prise de Fort-Darion. J'allais le servir lui, par vengeance certes et pour reprendre ce que l'on m'avait injustement pris. Cette ère est révolue, Harren mort et sa capitale détruite que restait-il de plus à accomplir pour cet homme aux traits rugueux, ce regard brun et ce visage fermé qui arborait cette large cicatrice il était assuré que je serais plus utile en mer que sur la terre ferme. Il n'avait pas tord cela dit. « Harren le Noir mort son royaume en déclin va suivre. Ce que je sais Empereur Torrhen c'est que la flotte de fer est mobilisée depuis bien longtemps, que le Bief joui de cette force maritime pour leur guerre contre Dorne  grâce à la femme de Manfred Hightower. Il semble être un roi récent mais, victorieux et prudent dans ses agissements. Je sais aussi que si il avait voulu aider Harren dans sa guerre contre l'Empire, il l'aurait fait depuis bien longtemps. Yoren est isolé mais, il ne faut pas que la flotte de fer change de main. Et il y a aussi ce Tigre qui lorgne avidement sur le continent. Des ennemis il y en a et il y en aura toujours Empereur Torrhen, désignez moi votre cible et j’enverrais celle-ci rejoindre les abysses. » Voilà qui était dit.



« The world is changing and we must change with it. »

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine Salfalaise.
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
L'Hydre noire
Messages : 699
Membre du mois : 68
Célébrité : ft. Travis Fimmel
Maison : Salfalaise
Caractère : ♦ Têtu ♦ Brave♦ Téméraire ♦ Loyal ♦ Mauvais perdant ♦ Spontané ♦ Orgueilleux ♦ Observateur ♦ Imprévisible ♦ Stratège ♦
L'Hydre noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The Mole [Tour VI - Terminé]    Lun 20 Aoû - 21:43

Mesure. Rigueur. Travail. J’étais parfois trop emporté. Trop vif, trop impétueux. Une épée aux côtés et une meute de mes loups alentours, je me sentais prêt à renverser des montagnes. Ou Harrenhal. Moi, avec une armée… C’était tout ce qu’il me fallait, et ça m’avait aussi parfois joué des tours. Il fallait bien compter sur le fait que j’étais peut être un conquérant capable de mener une guerre sur plusieurs fronts, mais aussi un homme qui péchait parfois. Par excès de confiance ou de prudence, le grand écart paradoxal, sans compter tout le reste. Les aléas. Les moments de friction, pendant les guerres, les campagnes. Les coups du sort. Les lancés de dés du destin. Une femme qui vous trompe. Un frère qui vous trahit. Les autres qui meurent, les uns après les autres. Les troupes qui se clairsèment. Le besoin sans arrêt de nourrir la guerre pour la continuer, de jeter dans le bain de sang des générations entières de jeunes garçons qui quelques semaines avant l’appel, jouaient encore dans la fange, en quête de quelque héroïsme de village et de quelques juperons de paysanne à soulever à la kermesse de la moisson. Combien en avais-je vu mourir, en vingt cinq ans de règne et de guerres ? Il y avait eu les boucheries atroces, innommables. Records sur records. La-Mort-Aux-Loups, Paege, Buron, Eysines. Des villages entiers avaient été dépeuplés à certaines périodes de mon règne. Se repeuplant brutalement sur la foi des gains des batailles et des traités de paix, du butin partageait.


La guerre nourrissait la guerre.


Je ne le savais que trop bien. L’homme en face de moi en avait-il conscience ? Tant que quelqu’un lâcherait des forces dans une bataille quelconque, la guerre continuerait. D’une façon ou d’une autre. Salfalaise était un fétu de paille perdu dans la tempête. Echappé de la poignée d’Harren, balloté par le vent, secoué en tous sens, et le voilà qui tombe dans ma paume. Je pouvais toujours le foutre par terre, l’oublier. L’enfoncer dans le sol d’un coup de talon. Ou je pouvais le brandir à mon tour pour tenter de relancer l’incendie ailleurs. J’étais joueur. On ne pouvait que l’être en ne partant de rien avec le Nord, avant de diriger un Empire à l’égal de l’aube des temps. Je me frotte la barbe, réfléchissant un instant



| Si ses hommes ne l’ont pas planté sur place, c’est qu’il est un peu plus qu’un pillard. Mais toute son intelligence, seule, ne suffira pas à poursuivre le combat. Vos troupes se sont éreintées. Pouce-Flint, Moat Cailin, l’Ile aux Ours, Sombreval, Les Epois, Cornetruie, la campagne de l’Orage, Paege, Haye-Pierre, Vivesaigues, Salvemer, Les Jumeaux, l’émeute de Corneilla, les combats de Buron et d’Eysines, d’Harrenhal et de… Fort-Darion. Je vous en dois quelques uns, Lord Salfalaise. Je respecte l’ennemi, mais j’abhorre les pillards. Vous auriez massacré et pillé comme vos congénères, vous seriez déjà crucifié à l’entrée du château. |


Je laisse passer le fait, qui est beaucoup plus qu’une menace. J’étais déjà parvenu à la conclusion que le Hightower n’avait que deux choix ; scier la branche pourrie de l’arbre moribond et laisser le dernier Hoare tenir sa dernière place le peu de temps qu’il lui restera, pour ensuite faire main basse sur les Iles de Fer par son mariage avec son épouse, et mener seul le combat contre l’Empire, avec un royaume gigantesque, populeux, plein de ressources, et qui n’avait connu la guerre sur aucun de ses sols contrairement à la totalité des puissances ralliées à l’Empire. Ou bien il ferait tout pour jeter Val et Ouest dans la bataille et l’affaire se corsera. Il faudra alors que les réformes continuent de donner leur fruit et que j’use de cette vitesse qui avait été ma marque dans le Conflans, pour défaire des ennemis qui accoureraient de tous côtés.


| J’ai besoin de vous pour une guerre que le Nord ne maîtrise pas. Une guerre que Peyredragon connaît, sans maîtriser. Avec peu de ressources d’autres royaumes coalisés. Nous avons une bonne flotte de bataille, je pense. Sur le papier tout au moins. Mais je manque de capitaines chevronnés. Pour des coups de main audacieux, qui sont votre marque de fabrique, je crois. Je ne sais pas si je peux avoir confiance en vous d’un point de vue personnel, Salfalaise. Mais je vous fais confiance pour savoir le sort qui vous attendra si vous me plantez un couteau dans le dos. Yoren Pyke, Hoare, peu importe, peu sans doute vous rendre vos filles. Même si politiquement, il n’a pas tant le choix que de vous punir. Moi, je peux vous promettre un navire. Pour commencer. Plus large ensuite. Qui sait ? Lyham Tully était voué à mourir à la tête d’une glorieuse charge de cavalerie, et Argella Durrandon à être salement violée avant d’être égorgée. Brûlez tout pour vous élever, comme on dit au sud. Mais brûlez ce que je pointe pour vous. Dorne, bien sûr. Tout du moins, les approvisionnements du Tigre. Ses navires, si vous le pouvez. Vous commencerez capitaine mais vous conseillerez l’amiral Velaryon. Vous pourrez choisir votre équipage, mais je crains ne pas avoir de fer-nés en dehors de ceux que vous avez ralliés. Vous aurez un port d’attache ; l’ïle de Torth. Et vous pourrez vous saisir du butin et le répartir comme bon vous semble. Pas de massacres de civils. Pas d’incendies de villes ou bourgades. En revanche, tout ce qui peut servir à une armée au sud de l’Orage, vous me le passez à la torche. Et si je vous demande d’accorder quartier aux dorniens qui se dresseraient éventuellement sur votre route, vous pourrez faire ce qui vous chante des soldats valyriens. |


Je laisse peser mon regard sur l’homme.


| Battez-vous pour l’Empire, et l’Empire saura vous le rendre. |




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 21141
Membre du mois : 127
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/ En ligne
MessageSujet: Re: The Mole [Tour VI - Terminé]    Jeu 23 Aoû - 17:59

The MoleMon ouïe se focalise sur ce qu'il explicite être un plan solide dont aucun de ces continentaux ne seraient capable d'accomplir. Je ne me fiais guère aux belles paroles, je piochais dans les informations qu'il m'accordait de récupérer pour cerner les agissements et par dessus tout l'ambitieux périple auquel j'étais sujet par la suite. La mer n'a jamais été si proche, je pouvais presque ressentir le ressacs des flots contre la coque d'un boutre voguant solidement armé. J'étais prêt à tout, je ne manquais pas d'ambitieux projets et mes aspirations animés par la vengeance de ceux que j'avais si longtemps défendu par le passé me rendaient plus dangereux que jamais. Partout où les hommes pouvaient humer l'eau salée et le fracas des vagues sur les rochers, je serais le monstre qui inspirerait la peur et la crainte dans leurs pensées.

« Je ne suis plus Lord, Empereur Torrhen, plus maintenant... »

Torrhen était un empereur juste dans ses actes. À la différence de Yoren il ne cherchait pas à mettre à feu et à sang sans avoir en tête les plans qui permettront la reconstruction d'un monde ou les affres de la guerre ne seraient plus que des murmures. J'inspirais profondément, la tâche ne serait pas facile mais, j'étais imprégné de la guerre et elle m'habitait si aisément que le jeune Salfalaise en devenir n'aurait su se reconnaître si il se voyait désormais. L'Empereur est sévère mais son cœur est empreint d'une justice qu'il sait user par les mots et au fil de son glaive. Je savais pertinemment que sans l'aide de lady Manderly et si je ne respectais pas les conditions nécessaire à ma survie j'aurais été suspendu dans le vide, une corde autour du cou et la nuque brisée comme un vulgaire pantin désarticulé. La confiance se mérite, le respect de tes hommes et la façon dont ils s'imprègnent de ton état d'esprit pencheront dans la balance pour les futurs raids à venir. Les gens oublieront ce que vous avez dit, ils oublieront ce que vous avez fait. Mais ce que vous aurez inspirez et fait ressentir de cela ils en garderont une trace même infime. Cela sonnait encore comme une mission dont j'étais peut-être le seul à même de réussir. Une rédemption, une grâce inespérée et tout aussi fragile.

« C'est dans mes cordes, je peux faire cela pour vous Empereur Torrhen. Quand souhaitez vous que j'agisse ? » J'arborais de nombreuses coupures, j'avais brisés beaucoup trop d'os et de chair dans cette guerre. Drainer la vie au fil de mon épée, enterrer des squelettes par centaine. Agir ou mourir est ce le seul sentiment qui m'anime ? Aux yeux de Torrhen je pouvais bien pressentir qu'il désirait me voir accomplir un énième coup de théâtre sur un terrain qu'il n'était pas à même de dompter. Alors je le ferais pour lui et par dessus tout pour cet Empire que je me dois désormais de servir. Deux années, cela semble une éternité que je ne saurais si elles seraient capable aujourd'hui de me reconnaître après tout ce temps passé éloigné de nos îles. Je le ferais aussi pour elles, je m’élancerais dans les flammes sans aucune peur car je ne suis pas effrayé par la mort. Elle m'habite et fait partie intégrante de mon corps depuis mon premier cri et jusqu’à mon dernier soupir.

« Je jure de servir l'Empire et de défaire ses ennemis quoiqu'il advienne Empereur Torrhen. »  



« The world is changing and we must change with it. »

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine Salfalaise.
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
L'Hydre noire
Messages : 699
Membre du mois : 68
Célébrité : ft. Travis Fimmel
Maison : Salfalaise
Caractère : ♦ Têtu ♦ Brave♦ Téméraire ♦ Loyal ♦ Mauvais perdant ♦ Spontané ♦ Orgueilleux ♦ Observateur ♦ Imprévisible ♦ Stratège ♦
L'Hydre noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The Mole [Tour VI - Terminé]    Mar 28 Aoû - 23:57

A quel point faire un ami d’un ennemi était-il valable dans ce monde ? Lyham Tully était sans aucun doute un excellent exemple. L’homme m’avait combattu, et nous avions lutté presque face-à-face finalement. Mais il n’était pas pour autant un ennemi encore aujourd’hui, bien au contraire. J’avais mêlé son sang au mien et nous allions être grands-pères, maintenant, d’une lignée commune. Incroyable ces revirements du destin. Finalement, je me disais de plus en plus que la meilleure arme contre Harren n’avait pas été l’armée du Nord, aguerrie par toutes ces guerres, la fougue des peyredragoniens et leur dragon, ou l’obstination des orageois. Non, ça avait été Harren lui-même. Et sa famille au grand complet. Leur désunion et leur habileté à se mettre chacun dans les pires coups fourrés par rivalité ou par ambition nous avait ouvert un boulevard. Que ce serait-il passé, si Joren avait suivi aveuglément son père ? Si son épouse était simplement restée à sa place, sans chercher à nous aider pour sauver sa tête ? Si Eren était restée au Conflans et avait rendu des navires contre le Nord plutôt contre Dorne ? La victoire n’aurait pu être aussi aisée, mais rien ne valait l’abandon de Mern Gardener par l’armée de Joren, condamnant les deux alors que l’Orage tout entier était à portée de main. Quelle erreur, après coup ! Salfalaise avait vogué sous des vents contraires alors que ses généraux se perdaient en vaines querelles. Il avait soufflé le chaud et le froid d’une politique expansionniste tout azimut qui avait déclenché les pires bains de sang de toute l’histoire de Westeros.


L’homme me dit qu’il n’est plus Lord. Je secoue la tête avec fermeté.



| Vous n’êtes pas le seul dans ce cas. De nombreux fidèles de l’Empire ont tout abandonné pour embrasser la bannière commune. Les Tully ont tout misé, quelques mois plus tôt, sur leur propre liberté à terme. Les Nerbosc, les Racin, les Gardener et les Goldwyne. A mes yeux il n’y a qu’un seul seigneur de Salfalaise. Et en tant que premier natif des Iles de Fer à embrasser notre cause, en toute liberté, vous avez le droit au même respect que Lyham Tully. |


Ce n’était que justice. L’homme ne m’inspirait pas encore confiance, mais ça pourrait venir. Ou pas. Quoiqu’il en soit, à situation égale je ne pouvais pas faire de différence. Le vrai Roi de Justice, disait mon père jadis, était celui qui jugeait le noble comme le gueux devant l’ampleur de ses crimes, sans égard pour la qualité de sa naissance. J’avais appliqué ce principe toute ma vie avec au moins l’assurance que ma confiance serait avec moi. Je lui devais le même traitement qu’aux autres, tant qu’il ne me prouvait pas mon erreur. L’homme acquiesce à l’idée de l’objectif que je lui demande d’atteindre. Le plan ce sera à lui de le construire ; je n’ai nul talent en mer et bien trop peu de connaissances sur le sujet pour être efficace dans ce registre.


| Je n’ai pas de réponses à vous donner sur le « comment », uniquement sur le « quand » et le « comment ». Prenons d’abord le temps de vous trouver navire et équipage. Peut-être pourriez vous décider vos camarades à vous suivre au sud. Je pense qu’il vous faudra d’abord effectuer un gros travail de reconnaissance et de liaison avec les villes du sud de l’Orage, qui pourront vous servir de base arrière avec l’autorisation de la Reine Argella. J’essaierais de lui en discuter la prochaine fois que je la verrais. |


Le loisir ne nous avait pas encore été donné de parler politique et il était clair que nous allions avoir beaucoup de sujets à aborder. L’homme en tout cas semble résigné. Je sais qu’il a à la fois la meilleur et la pire des motivations pour assumer son nouveau devoir.


| Et j’y compte bien, Messire. Nous devons tous faire notre part. Je l’ai payée chèrement, cette année de guerre. Et vous n’y êtes pas pour rien. Gageons que votre talent servira une paix plus durable. C’est cet espoir et cet unique but qui doit nous pousser en avant. Evitons dans un premier temps de faire de vous une cible pour les Hoare, qui n’hésiteraient pas autrement à se servir de leurs otages contre vous. Evitons aussi que vos anciens adversaires ne ressentent trop durement votre changement de camp. Profitez des quelques jours et semaines à venir pour rencontrer le reste de la cour et du commandement impérial. Brisez la glace. Trouvez-vous des amis, des alliés. Essayez autant que possible d’arrondir les angles d’une image très dure que nous autres continentaux avons des fer-nés. Cela vous aidera pour la suite, à trouver hommes, navires et fonds, pour votre mission. |




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 21141
Membre du mois : 127
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/ En ligne
MessageSujet: Re: The Mole [Tour VI - Terminé]    Sam 15 Sep - 10:37

The MoleJ'allais reprendre la mer, elle qui autrefois m'avait tant donnée. Plus jeune je ne jurais que par celle qui me berçait de ses vagues aigues-marines et du clapotis de la pluie sur le pont du navire. Je voguais dans la pénombre de la nuit pour y accomplir mes plus sombres et sournoises escobarderies. L'île de Tarth, prendre d'assaut les navires ravitaillant ce nouvel ennemi qui me semblait plus commun de combattre mais, restons prudent sur celui-ci. À en croire les derniers dires il ne serait pas qu'un simple envahisseur animé d'un simple désir d’expansionnisme. J'agirais en tout état de cause, suivre un plan quand il s'impose est semble-y-il la chose la plus logique. Parfois il faut aussi provoquer sa chance et mettre en œuvre un plan plus sinueux et curieux que son adversaire ne comprendrait pas lui même de quoi il s'agit. Jusqu'ici je devais donc me faire connaître, si ce n'était pas en bien au moins il fallait aller au devant d'une scène aux intrigues axé sur la diplomatie plutôt que de la vieille et réfractaire politique. Mon esprit lui pensait déjà à la façon dont j'appréhendais la flotte de ce Tigre. J'avais quelques idées à ce sujet, il serait idiot de ne pas mettre à profit ce que l'Empereur envisageait pour ma part avec l'amiral Velaryon. Il détenait la flotte et les hommes et je ferais en sorte de m'en procurer une pour mener à bien cette mission.

« Mes hommes se montreront à la hauteur. Après tout nous n'avons jamais été plus fort et plus dangereux que dans l'adversité. J'irais voir l'amiral Velaryon et me mettrait à sa disposition pour échanger sur la méthode la plus appropriée dans cette mission. »

Je ne pouvais entrevoir obtenir meilleure façon de m'approvisionner pour une flotte et en hommes que par lui, par la suite il me laisserait le crédit de prendre part directement à l'action. Pour ce premier coup envers le Tigre il me faudrait user de patience et d'un subterfuge dont je me gardais bien de dévoiler son contenu. Tarth serait ma première destination j'avais entraperçu cette île sur une carte et sa position était un point stratégique non négligeable pour la suite des événements. Ajoutez à ça le soutien du royaume de l'Orage j'avais quelques doute sur l'aide que celui-ci accorderait à un fer-né qui avait soutenu ardemment Joren dans sa soif de conquête par le passé. Me faire des alliés, voilà une idée qui ne me  déplaisait guère la difficulté toutefois était celle de ne pas me faire trop remarqué. Ma condition et mon passé avaient sans aucun doute marqué les esprits et pas dans le bon sens du terme. J'expirais l'air d'entre mes lèvres, la route serait longue mais, au bout du tunnel il y aurait cette lumière. Mes yeux tanguaient dans le vide songeant par où commencer. Quels rivages brûlants mes yeux céruléens allaient croiser ? Puisqu'il faut savoir sortir des carcans et façonner l'avenir pour un peuple qui était aujourd'hui entrain de dépérir. J'avais choisis un Empire, celui d'un adversaire et d'un ennemi pragmatique, redoutable et aucunement infaillible. La plus grande qualité de cet homme sans équivoque était de savoir s'entourer. Quelle étrange et singulière entourage avait-il rassemblé en ces quelques années. Je ne me faisais aucune illusion au sujet de mes filles, je nourrissais et je gageais qu'elles seraient en sécurité nulle part ailleurs qu'à mes côtés. Cette dernière pensée me sortie de ma torpeur alors j'affichais un maigre sourire la fatigue avait sans aucun doute raison de moi dans pareilles circonstances et la reconstruction de Fort-Darion n'avait pas été de tout repos. « Je ne suis guère doué pour me faire des alliés mais, à l'impossible nul n'est tenu. » Sur ces mots je le saluais humblement celui qui devrait à son tour me prouver que je ne me berçais pas d'illusion à son sujet. Je laissais un moment de flottement puis m'engageais à tourner lentement les talons pour mettre en œuvre ce pour quoi j'étais fais. Accomplir un exploit de plus sur terre ou en mer. J'entrevoyais sur mon sillage l'océan et ses flots bouillonnants accompagnant son fidèle comparse vers une contrée lointaine là ou les rivages brûlants s'imprègnent de l'air dans un ouragan de sable et de poussière.  



« The world is changing and we must change with it. »

avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Capitaine Salfalaise.
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
L'Hydre noire
Messages : 699
Membre du mois : 68
Célébrité : ft. Travis Fimmel
Maison : Salfalaise
Caractère : ♦ Têtu ♦ Brave♦ Téméraire ♦ Loyal ♦ Mauvais perdant ♦ Spontané ♦ Orgueilleux ♦ Observateur ♦ Imprévisible ♦ Stratège ♦
L'Hydre noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The Mole [Tour VI - Terminé]    Mer 19 Sep - 20:52

Une flotte de guerre impériale, voguer avec des fer-nés ? Je ne me rendais pas encore vraiment compte, tellement la chose paraissait incongrue. De la racaille de pillards au milieu de toute cette belle flotte d’aventuriers de Peyredragon ou de gentilhommes de l’Orage. Il fallait de tout pour faire un monde, sans aucun doute. A quel moment de mon existence avais-je pu imaginer que des divisions nordiennes sous oriflamme du Loup, marcheraient côte à côte avec des levées du sud, au tabard frappé du dragon tricéphale ? Je n’y avais jamais songé par anticipation, avant que je ne me retrouve devant le fait accompli, alors que l’Histoire avec un grand H se déroulait devant mes yeux. J’avais plutôt réagi qu’agi face aux coups du sort. De cela seulement j’étais certain, en fin de compte. Le Destin façonné par le Grand Ancêtre, jadis, avait voulu me jeter sur les routes l’essentiel de mon existence, et m’avait confronté toute ma vie durant aux épreuves et aux échecs pour que je sois finalement capable, au moment fatidique, de choisir entre la marche de l’Histoire et mon propre égo. Qui étais-je pour refuser de me plier aux ordres des Dieux ? Il était évident que tout cela était de leur décision, de leur fait et non du mien. C’était ainsi. Et je n’irais jamais contre le chemin que me traçaient les Dieux. Je leur avais trop longtemps voué mes prières et mes appels, je leur avais donné ma vie et mon âme, et me rendais compte que jamais de toute ma vie je n’avais pris une décision aussi sensée.


J’avais eu beau m’échiner, me rebeller, maudire les desseins des Dieux les soirs de tourmente, m’ulcérer devant l’arbre-cœur de Winterfell, crier mon ivresse et le manque d’honneur de ce monde, j’avais toujours accepté mon sort. Et si celui-ci était aujourd’hui de m’acoquiner avec des fer-nés qui faisaient amende honorable, qu’il en soit ainsi. J’acquiesce d’un signe de tête aux paroles du commandant insulaire, qui m’assure de la qualité de ses hommes, et de sa bonne volonté.



| Il ne vous aura pas échappé, Lord Salfalaise, qu’il s’agit d’un test, d’un essai. Convainquez-moi que je puisse vous faire confiance à l’avenir, que je n’entende aucune rumeur de mésentente ou de violences entre vos hommes et ceux du reste de la flotte impériale. Votre avenir en dépend directement, et le nôtre aussi. |


Je pensais bien qu’il comprenait, compte tenu de la situation. J’étais dans son camp tant qu’il se battrait pour l’idéal commun, et sachant que je misais ma vie, celle de mes enfants et de ma jeune épouse, il n’était pas question que je me montre compréhensif sur un échec ou pire, sur de la sédition. L’homme avait choisi son camp. Pour le meilleur et pour le pire, ce serait son seul et unique retournement de casaque. Ou alors il endurerait un courroux qui n’avait rien à voir avec les maigres missions suicides dont Harren se faisait l’inventeur comme tests pour loyautés moribondes. Punition du pauvre. Les Hoare avaient pris ses filles. Si l’homme me trahissait et qu’il était assez stupide pour rester à ma portée, il perdrait sans aucun doute tous ceux à qui il tenait. Passé Empereur je n’en restais pas moins Loup, et j’en avais crucifié pour moins que ça. Certains disaient qu’il valait mieux se faire craindre que respecter, d’autres disaient l’inverse. Moi, je pensais que les deux étaient une combinaison bien plus utile.


Il valait donc mieux pour son cœur comme pour son âme qu’il se montre loyal et audacieux, mais qu’il ne perde pas de vue notre objectif commun. Autrement, nous en serions tous deux meurtris. Et je préfère ramener des filles à un père blessé que les lui présenter au bout d’une corde. Déterminé et monstrueux, sans doute. Peut être bestial même. Mais il n’en restait pas moins que je m’efforçais de rester le plus juste possible, même si ce n’était de toute évidence pas toujours facile. L’homme prend congé, et je lui lance alors qu’il me salue.



| Partez capitaine, Salfalaise, et revenez amiral, ou ne revenez pas. |


Signe de tête respectueux, et il était parti. Nous verrions bien vite si cette mission serait féconde.





What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 21141
Membre du mois : 127
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/ En ligne
MessageSujet: Re: The Mole [Tour VI - Terminé]    

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
The Mole [Tour VI - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Cours Été 2015 Histoire] La Tour Dragospire [Terminé]
» (mission) Alerte à la Tour Chetiflor ! [Terminé]
» L'avenir est un long passé [Tour I - Terminé]
» Les Joutes du Grand Tournoi [Mini-Mission] [Tour I - Terminé]
» Les Mêlées du Grand Tournoi [Mini-Missions] [Tour I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown ::  :: Le Conflans :: Fort-Darion-
Sauter vers: