Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-50%
Le deal à ne pas rater :
Nike Sportswear Club Fleece – Sweat à capuche
29.97 € 59.99 €
Voir le deal

 

 dark wings, dark words ◊ feat. Jeynichou

Aller en bas 
MessageSujet: dark wings, dark words ◊ feat. Jeynichou   dark wings, dark words ◊ feat. Jeynichou EmptySam 3 Sep - 19:50


Dark wings, dark words

@Jeyne Lannister & @ Alys Kenning

Alys se réveilla brusquement. Un rapide coup d'œil dans ses appartements lui fit se rendre compte que la matinée venait tout juste de débuter. Plusieurs semaines s’étaient écoulées depuis le départ à la guerre des troupes de l’Ouest pour Vivesaigues. Les adieux avaient été déchirants pour tout le monde, y compris Alys qui les avait gravé au fer chaud dans sa mémoire. Elle tenta de se souvenir de la chaleur de William, de l’étreinte de son frère… La jeune fille sentait que ces moments s’échappaient petit à petit de sa mémoire, s’évaporaient comme la brume du petit matin face aux premiers rayons de soleil. Et pourtant, elle avait tout fait pour s’en souvenir. Mais ils devenaient de plus en plus insaisissables à mesure que les journées passaient.

La veille, des nouvelles inquiétantes étaient arrivées en provenance du conflit et avaient refroidi l’ambiance d’un Roc déjà bien désert et triste. De mauvaises nouvelles. Elles faisaient état d’une bataille sans merci, pendant laquelle même les guerriers les plus endurcis avait péri. Des affrontements sur plusieurs fronts en parallèle, menés par divers généraux. Ses pensées allèrent immédiatement vers William et Gareth: étaient-ils sains et saufs ? Cette nuit-là, la jeune Kenning n’avait pu trouver le sommeil. Ses songes étaient peuplés de sons d’épées qui s’entrechoquaient, de cornes qui sonnaient jusqu’à s’égosiller, de hurlements et de cris d’agonie, de sang… Tellement de sang. Alys n’avait jamais fait la guerre, fort heureusement. Elle en aurait de toute façon été bien incapable, si toutefois on l’avait laissées essayer. Mais avec ces rêveries nocturnes, il lui semblait en avoir gratté la surface. Et cela glaçait son sang bien plus que les hivers les plus rudes qu’elle avait pu vivre. Décidant qu’elle ne pourrait pas se rendormir, elle se leva et s’apprêta. La jeune femme revêtit une robe rosée simple et sans atours particuliers. Elle prit le temps de brosser ses longs cheveux bruns et de les nouer en une natte grossière. Elle était bien trop fébrile pour s’appliquer, et la personne qu’elle comptait voir n’en avait cure de toute façon.

La Ouestrienne se mit à marcher d’un pas rapide et léger vers la chambre de la reine, espérant l’y trouver de si bon matin. Elle toqua, une fois, deux fois. Sans aucune réponse. Cela l’étonna. Peut-être était-elle déjà dans le bureau du Roi ? Après tout, en son absence, elle devait gérer les affaires quotidiennes. Alys reprit son allure, passa devant le bureau du grand Maître de l’Ouest. Un pincement au coeur la fit serrer les dents: elle voyait encore son frère plancher sur ses dossiers pendant des heures. Qu’est-ce qu’elle ne donnerait pas pour qu’il soit là à nouveau…

Elle reprit sa route et arriva bientôt devant les portes massives du bureau du Roi, gardées par un homme immobile.

« Lady Kenning, je viens m’entretenir avec Sa Majesté. » s’annonça-t-elle, liant ses mains devant elle et se faisant plus grande qu’elle n’était réellement.

Elle n’eut pas besoin d’user de sa verve ou d’un subterfuge pour que le garde accepte. Il la précéda, ouvrit les portes, et Alys lui emboîta le pas. Bientôt, elle vit Jeyne et accrocha son regard. Il lui sembla tout à coup que la reine était exactement dans le même état qu’elle. Si ce n’était que les instants étaient encore pires pour elle: c’était sa famille qu’on comptait tuer. Les pertes étaient annoncées comme immenses dans les deux camps. Alys souhaitait se montrer présente pour son amie, elle qui l’avait tant été pour elle dans le passé. Le garde l’annonça, mais la jeune femme n’entendait plus les mots mais un bruit sourd qui peinait à masquer les cognements de son coeur contre sa poitrine. Il sortit rapidement, Alys s’avança vers Jeyne, puis se mit à courir tant elle ne pouvait supporter d’être loin de son amie plus longtemps. Elle l’enlaça avec douceur mais force, la serrant autant que possible. Des sanglots vinrent lui chatouiller la gorge et humidifier ses yeux, mais elle lutta, peinant à simplement lui dire, sans un souffle :

« Jeyne, je suis si désolée… »

(c) a m i t y



Loyalty and bravery
❀ I let it fall, my heart, and as it fell, you rose to claim it. It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. My hands, they're strong, but my knees were far too weak to stand in your arms, without falling to your feet

Alys Kenning
Loyalty And Bravery.
Messages : 319
Membre du mois : 57
Maison : Lady de la maison Kenning
Caractère : Dévouée ♦ Enjouée ♦ Immature ♦ Discrète ♦ Prévenante ♦ Taquine ♦ Joueuse ♦ Loyale ♦ Naïve ♦ Incertaine
Célébrité : Caitlin Stasey

Infos supp.
Richesses : 39

Loyalty And Bravery.

dark wings, dark words ◊ feat. Jeynichou Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t8511-alys-kenning-le-soleil-de-kayce
MessageSujet: Re: dark wings, dark words ◊ feat. Jeynichou   dark wings, dark words ◊ feat. Jeynichou EmptyMar 13 Sep - 20:16



Dark wings, dark words
All the king's horses and all the king's men
Couldn't put me back together again


Elle portait le noir depuis quelques semaines déjà. Si sa colère n'avait éclatée que dans des cercles privés, peu ignoraient à quel point Jeyne exécrait cette guerre. Rien d'étonnant venant de la native du Nord, désormais reine de l'Ouest, en guerre contre le peuple qui était encore le sien deux ans plus tôt. Le noir est un symbole de plus de sa discrète désapprobation mais surtout la seule teinte qu'elle soit capable de supporter en ces conditions. Celle du deuil, le sien, peu importe combien d'hommes périraient de chaque côté. Elle s'avérerait perdante quoi qu'il en soit.

- A-t-on des chiffres ?

Elle le demande tout de même, comme si ça ne suffisait pas. Elle se sent déjà coupable et tient à rendre cette culpabilité équivalente à la souffrance engendrée par ce conflit, celle des mères, des sœurs et des femmes qui perdront tour à tour fils, frères et mari. En soi, Jeyne ne pourra se regarder dans le miroir à nouveau qu'une fois rongée physiquement par les remords de n'avoir rien pu faire pour empêcher une telle chose d'arriver. Elle a été égoïste, ces deux dernières années trop douces l'ont éloignée du but premier de son union à la maison Lannister. La paix.

- Pas encore.

Il est trop tôt, elle acquiesce et congédie. Jeyne s'assoit sur un siège imposant, qui n'est pas le sien mais celui de son roi. Absent, parti chercher des soutiens qui ne feront que l'accabler davantage. Elle n'a rien à faire ici en vérité, fait office de distraction alors que le royaume est dirigé par une reine plus expérimentée et plus Lannister, sûrement. Le plus douloureux étant qu'elle ne parvient même pas à en vouloir à l'homme censé occuper ce siège. Elle en pleurerait bien, mais toutes les larmes qu'elle pourrait verser n'arrangeraient rien.

- Lady Kenning, Majesté.


Alys est annoncée, son entrée lui fait relever la tête qu'elle avait jusque-là appuyée contre sa main repliée. Jeyne se lève pour aller à sa rencontre et sait en un coup d’œil qu'elle est au moins aussi accablée qu'elle. Après tout, elle n'est pas la seule à avoir un frère sur le champ de bataille. Gareth mais aussi William, deux hommes auxquels elle tient et qu'elle risque de perdre après avoir déjà tant perdu. L'impuissance qu'elle ressent en devient quasiment douloureuse, elle ne veut pas, ne peut pas se permettre d'avoir un jour à annoncer une telle chose à son amie. Alys finit quasiment par courir vers elle alors que Jeyne se presse elle aussi, l'étreinte qu'elle lui offre est un soulagement tel qu'elle ne peut pas se retenir de fondre en larmes. Elle se l'était interdit jusque-là. Alys s'excuse, ce qui n'arrange rien, bien au contraire. Elle est la seule à avoir pris la peine de le faire.

- Moi aussi.

A raison, contrairement à la jeune femme qui n'a rien à se reprocher. Elle a des responsabilités dans ce qui est en train d'arriver, pas Alys. Elle la laisse s'éloigner en faisant de son mieux pour faire cesser ses larmes et pouvoir articuler quelques mots, même si elle ne sait pas tout de suite lesquels. Elle se dit que le mieux à faire dans ces circonstances est simplement d'être honnête.

- Et je ne sais pas quoi faire. Alys, ce qui est en train d'arriver est terrible et je n'ai aucune idée de quoi faire pour arranger ça.

L'idée que la guerre pourrait s'éterniser pendant des mois est plus que probable et la rend d'autant plus démunie. Maintenant que la machine est lancée, il parait impossible de l'arrêter. Elle peut presque déjà la visualiser en train de les écraser dans ses rouages, eux-mêmes, tous ces gens. Jeyne prend la main de la jeune femme dans la sienne.

- Viens, sortons. L'air ici est étouffant.

Mais le problème vient d'elle, il lui est impossible de respirer comme avant.

CODAGE PAR AMATIS



strong she seemed
and stern as steel

I've looked for love in every stranger, took too much to ease the anger all for you. Yeah, all for you. I've been running through the jungle, I've been crying with the wolves

Jeyne Lannister
Messages : 81
Membre du mois : 52
Maison : Stark / Lannister
Caractère : Franche - Naïve - Douce - Maternante - Loyale - Têtue - Aimante - Idéaliste.
Célébrité : Addie Kane


dark wings, dark words ◊ feat. Jeynichou Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: dark wings, dark words ◊ feat. Jeynichou   dark wings, dark words ◊ feat. Jeynichou EmptySam 24 Sep - 15:33


Dark wings, dark words

@Jeyne Lannister & @ Alys Kenning

L'étreinte sembla durer une éternité. Il était difficile de dire qui en avait plus besoin entre les deux jeunes femmes: était-ce la jeune fille naïve qui apprenait la dureté de la vie, suspendue aux rares missives envoyées par son fiancé et ses frères, ou bien la Reine, tiraillée entre son devoir et sa famille, un pied à l'Ouest et l'autre au Nord ? Alys sentit les tremblements secouer son amie tout de noir vêtue, alors elle la serra plus fort. Comme si rien d'autre ne comptait. Comme si cette étreinte pouvait suffire à faire partir les mauvais sentiments. C'était stupide, elle le savait. Rien ne pouvait la soulager à part l'arrêt de ce combat dont l'absurdité n'avait à ses yeux d'égale que sa brutalité.

Alys s'éloigna doucement, laissant ses mains descendre le long des bras de la reine pour empoigner ses poignets et puiser autant dans sa force en elle que lui en donner de la sienne. Les sourcils froncés, elle vit les sillons salés laissés par les larmes briller à la lumière des bougies de la pièce sombre. Elle sentit comme un poignard la transpercer de part en part. Et tout à coup, cette angoisse l'envahit à nouveau, comme une vague de détresse incontrôlable. Son cœur se mit à cogner de façon désordonnée, elle sentit son souffle s'accélérer et ses yeux s'humidifier en croisant le regard sombre de son amie. Aucun mot ne pouvait venir apaiser cette sensation. Aucun geste ne pouvait consoler, amoindrir la peine. Ni pour elle, ni pour Jeyne. Alys pensa à cet instant à Gareth, à William.. A Tybolt. A s'écouter, elle imaginait qu'ils gisaient là, au sol, inertes, dans le sang et la boue. Seuls. Leurs regards... Leurs regards hantaient ses nuits depuis leur départ.

Mais elle ne pouvait pas penser à son propre malheur. Pas alors que Jeyne était avec elle, tremblant de tout ses membres. Son cœur se fendit à nouveau alors qu'elle l'écoutait avec impuissance. Que pouvaient-elles faire effectivement? Leurs places n'étaient pas à la guerre. Elles faisaient parties de ces âmes laissées pour compte le temps que les hommes aillent s'entretuer. Quelle terrible perspective... Surtout que Jeyne était enceinte. Elle était particulièrement fragile et vulnérable. Et personne n'était pas là pour l'épauler. Alys sentait que la tâche était trop grande pour elle. La jeune Kenning suivit sa reine qui sortait du bureau, sans doute pour se promener. Elle ne dit rien sur son inquiétude face à la condition de la jeune femme: Jeyne connaissait ses limites. Et Alys respectait ses souhaits. Une fois sur le palier du bureau, sans se soucier du regard des gardes, elle attrapa sa main, prit peur lorsqu'elle la sentit aussi froide, et la couvrit immédiatement de l'autre.

Alys voulut la rassurer, lui dire que tout irait bien, que les nouvelles étaient peut-être exagérées. Mais elle doutait de l'impact de ses paroles, tant sa propre âme était meurtrie en cet instant. La jeune femme prit son bras sous le sien, et entama une marche, sans but, sans chemin prédéfini. Se détendre les jambes semblait être une bonne idée. Elle jeta un oeil à son amie: le noir l'enroulait dans un cadre sinistre, faisant ressortir les poches sous ses yeux embués et les traits de son visage. Elle ne semblait pas avoir trouvé le sommeil depuis des jours. La voir aussi fragile déclencha une étincelle de colère chez Alys. Elle en voulut de suite à Lyman, de ne pas avoir tenu sa promesse de la protéger, envers et contre tout. Au lieu de cela, il était parti s'occuper d'affaires à des lieux de là. La laissant seule, dans l'obscurité. A appréhender sa grossesse.

Après quelques pas dans le silence absolu, Alys se rendit compte que ces pensées constituaient une colère rebelle. Lyman était son roi. Mais Jeyne était son amie. Comment pouvait-elle approuver les actions du Roi de partir en guerre alors que c'était son amie qui en faisait les frais ? Sans réponse à cette question, elle décida que le mieux était de ne pas prétendre que la situation n'était pas ce qu'elle était. Faire l'autruche n'avait jamais sauvé personne ou résolu aucune situation. Prenant autant de courage qu'elle pouvait dans une inspiration, la jeune femme tourna la tête vers sa reine:

« Les lettres supposent un conflit plus long que prévu. Si jamais cela devait s'éterniser, nous aurons sans doute plus à faire que ce que nous pensons jusqu'à présent. Lyman t'a-t-il laissé des directives, en cas d'absence prolongée ? »

(c) a m i t y



Loyalty and bravery
❀ I let it fall, my heart, and as it fell, you rose to claim it. It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. My hands, they're strong, but my knees were far too weak to stand in your arms, without falling to your feet

Alys Kenning
Loyalty And Bravery.
Messages : 319
Membre du mois : 57
Maison : Lady de la maison Kenning
Caractère : Dévouée ♦ Enjouée ♦ Immature ♦ Discrète ♦ Prévenante ♦ Taquine ♦ Joueuse ♦ Loyale ♦ Naïve ♦ Incertaine
Célébrité : Caitlin Stasey

Infos supp.
Richesses : 39

Loyalty And Bravery.

dark wings, dark words ◊ feat. Jeynichou Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t8511-alys-kenning-le-soleil-de-kayce
MessageSujet: Re: dark wings, dark words ◊ feat. Jeynichou   dark wings, dark words ◊ feat. Jeynichou Empty


Contenu sponsorisé


dark wings, dark words ◊ feat. Jeynichou Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
dark wings, dark words ◊ feat. Jeynichou
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ormund Swann + dark wings dark words.
» alaric lothston + dark wings dark words
» A few words around the castle [Tour VI - Terminé]
» Let me see the light within the dark trees' shadows [Tour VII - Terminé]
» The Crow and The Scythe (feat Astryd)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Les Terres de l'Ouest :: Castral Roc-
Sauter vers: