Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -67%
Carte Fnac+ à 4,99€ au lieu de 14,99€ ...
Voir le deal
4.99 €

 

 Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé]

Aller en bas 
MessageSujet: Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé]   Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] EmptyVen 27 Nov - 9:46


Shaera n’est pas difficile à suivre dans le camp Tully. En cause ? Sa robe écarlate, bien sûr, qui la rend visible à des mètres à la ronde. Contrairement aux hommes, en agitation constante, la prêtresse a un rythme de vie assez lent. Elle ne court pas, ou très peu, ne s’agite jamais de façon désordonnée. Quelques jours d’observation sommaire suffisent pour établir que son parcours est le même, et différent à chaque fois. Tous les soirs, à, environ, la même heure, elle disparaît du camp pendant un long moment, une lanterne à la main, et ne revient qu’une fois la nuit tombée, et même légèrement avancée. Le matin, peu avant l’aurore, elle disparaît de nouveau pour ne se montrer à nouveau qu’une fois la journée entamée. Cette femme, en dehors de cela, ne semble pas avoir de routine pré-établie. Elle mange et dort quand ça la prend, et, s’il est arrivé qu’elle se fasse prendre dans sa tente, la chose ne semble plus avoir court depuis quelques temps. Bien sûr, elle visite le roi… Souvent. Il paraît qu’elle aurait interrompu un conseil de guerre, s’était présentée à la tente royale et avait exigé d’être entendue, malgré un accoutrement qui lui aurait valu, n’importe où ailleurs, un aller simple pour la maison de passe la plus proche.

On la dit sorcière, démone, ou intrigante. Souvent, elle est les trois à la fois. On l’admire, ou bien on la déteste, on s’en méfie ou on la remercie de ses attentions. D’une façon ou d’une autre, Shaera éveille quelque chose chez les gens, en touche une corde sensible, qu’elle soit positive ou négative. Avec le temps, ceux qui se contentaient d’être dubitatifs sont passés d’un côté ou de l’autre. Selon les valeurs portées par le cœur des hommes, on la prend en grippe ou on commence à la haïr. Qu’elle ne coûte rien à la couronne suffit à désintéresser beaucoup. Ils ont leur avis sur la femme en rouge, mais dans les grandes lignes, tant qu’elle ne provoque pas de catastrophe, ils s’en manquent. Certains sont jaloux, que ça soit qu’elle ait l’oreille du roi ou bien qu’elle se soit refusée à eux, et offerte à d’autres. Mais enfin, ce sont bien les derniers les plus dangereux, les quelques bigots ayant la foi des Sept collée au corps et les mots des septons aux lèvres. Eux, ils se sont bien gardés de ne jamais approcher cette enfant du démon, cette sorcière impie, qui corrompt leur roi un peu plus tous les jours.

Shaera a déjà senti leurs yeux sur elle, de ces regards qui font s’ériger les cheveux de la nuque. Elle ne leur fait pas confiance, pas plus qu’eux ne lui font confiance, mais croyait en un statut quo. Elle pensait, à tort, que si elle se gardait de toute velléité contre eux ou leurs dieux, alors ils pourraient coexister. Sachant le sujet sensible dans le Conflans, la prêtresse a toujours pris garde de distancer ses prêches de la religion des sept, de ne jamais les comparer, et de ne certes pas leur manquer de respect autant qu’elle a pu le faire à Volantis ou dans les cités libres. En un mot comme en cent, elle a été prudente, elle a voulu se ménager un nid, un noyau dur, un cœur de fidèles, avant de, réellement commencer sa conquête au nom de R’hllor. Shaera est une femme patiente pour ce genre de choses. Visionnaire en matière d’âme humaine, elle sait que ses résultats auraient été mitigés si elle avait eu le malheur de brusquer ceux qu’elle voyait devenir les ouailles du Maître…

Aura-t-elle encore l’occasion de brusquer qui que ce soit ? C’est la question qu’elle se pose, entre les milliers de signaux de détresse qu’elle pense envoyer, en ruant, tentant de hurler, alors qu’elle se fait attraper par trois hommes en direction de la forêt, au crépuscule. Le premier lui enserre le torse, une main fermement plaquée sur sa bouche et son nez, cherchant à l’asphyxier juste assez pour la plonger dans l’inconscience, pendant que deux autres lui tiennent les bras et l’empêchent de se débattre. Malgré l’adrénaline envoyée dans son système par la peur, elle n’est pas assez forte pour les repousser, pas assez forte pour se libérer, pas assez forte pour qu’on l’entende crier, et n’a d’autre choix que de disparaître dans la nuit naissante, avec eux…



   
The Night is Dark
And full of terrors...

Shaera de Volantis
Messages : 161
Membre du mois : 0
Maison : R'hllor
Caractère : ▪▪ Perspicace ▪▪ Orgueilleuse ▪▪ Charismatique ▪▪ Sournoise ▪▪ Ingénieuse ▪▪ Désinvolte ▪▪ Libertine ▪▪ Libidineuse ▪▪ Aérienne ▪▪ Provocatrice ▪▪ Inconséquente ▪▪ Passionnée ▪▪ Sensuelle
Célébrité : Katheryn Winnick

Infos supp.
Richesses : 80


Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé]   Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] EmptySam 5 Déc - 16:31



Lysara Tully

Lysara n'est autre que la soeur de Lyham Tully, roi du Conflans Libre. Elle a pris à coeur de protéger le royaume de son frère et les intérêts de celui-ci, notamment en ce qui concerne la religion du souverain et du peuple. Elle défend ardemment la Foi et les relations entre le royaume et le Grand Septon. Le rapprochement de Shaera et de Lyham lui apparaît comme une véritable trahison et elle ne peut supporter cela. Elle a donc décidé de régler la question de la prêtresse rouge de façon définitive.


La princesse aux cheveux de feu était agenouillée à même le sol devant la statue du guerrier entrain de prier pieusement comme tous les jours. Tous les jours ? Vraiment ? Non, ses prières n’étaient pas les mêmes, pas devant le Guerrier aujourd’hui. Elle priait avec sa ferveur habituelle, mais elle ne demandait pas au Guerrier de protéger son frère, bien qu’elle le fasse également, elle lui demandait de la force pour ce qu’elle allait accomplir. Elle savait que cela n’allait pas plaire à son frère, mais elle ferait ce qu’il fallait pour sauver son frère de cette rouge, elle en avait eu la vision du père et du guerrier. Cette femme ferait brûler son frère dans les sept enfers. Elle ferait ce qu’il devait être fait ! Alors elle avait ordonné qu’on capture cette femme et un bûcher était dressé en dehors, en secret, de Vivesaigue. Elle ne laisserait pas cette femme, ni même ses cendres, souiller sa cité. Peut-être même était-ce à cause d’elle que sa belle-sœur était morte !

Des pas sur les dalles de pierres ne la firent même pas lever la tête alors qu’elle finissait sa prières. Après un instant, où elle finissait d’implorer le Guerrier et le Père d’en haut de sauver son frère et de veiller sur elle. Elle ouvrit les yeux avant de se redresser et rajuster les plis de sa robe simple. Depuis quelque temps, elle portait de moins en moins de bijoux, elle restait noble en apparence, mais dans une simplicité dépouillée. Elle observa l’homme avec attention, il ressemblait à un mercenaire si ce n’était l’étoile à sept branches qui pendait à son cou.

« Altesse, elle a été ramenée et neutralisée. Nous vous attendons.
- Tout est prêt ?
- Oui Altesse. »

La princesse inclina la tête et s’avança sur les dalles sacrées, sortant vivement du septuaire où elle passait beaucoup de temps. Ses pas la menèrent jusqu’à l’endroit discret où le bûcher avait été dressé. Discret et à l’écart, parfait pour que cette petite hérétique brûle sans déranger personne. La princesse glissa ses mains dans ses manches pour les garder au chaud. Tenue étroitement ligotée, elle toisa la prêtresse rouge qui avait perdu de sa superbe, selon elle. Elle fit signe et on rendit la vue à la prêtresse.

« Tu es tombée bien bas. Hérétique. Comme tu vois… c’est devant moi que tu es agenouillée… »

Elle inspira profondément, essayant de paraître impressionnante, elle tourna la tête vers le bûcher qui avait été dressé en forme d’étoile à sept branches.

« On m’a dit que ton… dieu, si on peut appeler ça un dieu, aimait le feu. Je me suis dit… que pour relâcher ton emprise néfaste sur mon frère à qui tu empoisonnes l’esprit il n’y avait qu’une solution… Te renvoyer à ton dieu. Mais avec un message pour lui. »

La princesse ne souriait pas, elle n’était pas heureuse de faire ça ! Mais elle faisait ce qui était juste. Et elle n’était pas seule, entourée de cette troupe de guerrier ou de mercenaires armés.

« Sache une chose, je ne fais pas ça par plaisir ! Je fais ça pour sauver mon frère et par ordre des dieux ! Tuer et faire souffrir n’est pas une chose que j’aime. Mais je fais ce qu’il doit être fait. »

Elle soutient son regard sans plus rien dire.

Khayley Ardoise
Messages : 1106
Membre du mois : 24
Maison : Ardoise
Caractère : Aimable, effacée, observatrice, anxieuse, souriante, secrète
Célébrité : Faye Marsay

Infos supp.
Richesses : 692


Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t6613-khayley-ardoise-l-observation-n-est-pas-que-par-la-vue https://bloody-crown.forumactif.org/t6616-khayley-ardoise-lady-aux-reves-verts https://bloody-crown.forumactif.org/t6615-khayley-ardoise-les-liens-d-une-aveugle-et-une-reveuse-du-nord
MessageSujet: Re: Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé]   Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] EmptyDim 10 Jan - 21:22



Lyham Tully

Lyham Tully n'est autre que le roi du royaume des Rivières et des Collines. Il s'est particulièrement rapproché de la prêtresse rouge, Shaera de Volantis au cours des dernières semaines, ce qui n'est pas pour plaire à Lysara Tully, soeur du roi mais aussi farouche protectrice de la Foi. Il est en compagnie d'Alester Vance quand il apprend que sa soeur à enlever la prêtresse et qu'il comprend qu'elle cherche à mettre à exécution ses menaces la concernant. Il fera son nécessaire pour arrêter les agissements de sa soeur.



Lyham avait entendu les on-dits et les commérages. La situation empirait à mesure que passaient les jours. Il savait qu’il faisait une erreur. Il avait bien conscience que l’Empire n’avait pas besoin de ce défi supplémentaire ; celui d’exciter toujours plus les tensions entre communautés, entre religions. Porteur de l’égalité des croyances, l’Empire imposait la tolérance plus qu’il la faisait naître. Il y avait encore tellement de mentalités à changer dans le Conflans, dont les croyances bien ancrées depuis des siècles sinon plus, rendaient le peuple assez hermétique au changement. Seule la détestation profonde des Hoare et de leur absence totale d’économie du sang riverain avait placé le peuple en contradiction avec ceux qui l’avaient autrefois gouverné. Autrement, le nom des Hoare serait encore autant révéré que craint et il n’y aurait jamais eu de rebéllion. De plus, un certain nombre de familles des environs de Vivesaigues avaient été touchées par les prédations des croisés… Ce qui avait été aussi le cas du Roi des Rivières et des Collines, dont le père avait été brûlé vif sous les yeux du peuple de la capitale fédérée et de toute la maisonnée du vieil homme… Incinéré avec d’autres prisonniers.


Lyham était tolérant, lui. Il oubliait parfois que ce n’était pas le cas de tout le monde. Quand il fit mander la prêtresse rouge, il vit pourtant le regard lancé par ses soldats, qui se jaugèrent les uns les autres comme s’ils partageaient des pensées sans en souffler mot. Il savait ce qu’elle représentait. Ce que d’autres comme elle pouvaient signifier aux yeux de ceux qui considéraient certes que le Grand Septon s’était perdu, mais qu’il ne restait malgré tout qu’une seule Vraie Foi. Ceux qui jasaient, surtout lorsque la prêtresse était venue interrompre un conseil. Lyham savait bien que ce genre de rumeur faisait rapidement le tour du camp et que le malaise se répandait. Qui était cette étrangère à avoir l’oreille du Roi ? Elle et son Dieu qui dévorait les autres de ses flammes, en quoi était-elle différente du Grand Septon ? Il savait que sa femme, qu’il avait tant aimée, n’était morte que depuis peu. Shaera lui avait rapporté du réconfort, et sa prescience pouvait être utile quand il était possible d’en déchiffrer un rien le sens. Mais il n’aurait pas dû lui succomber aussi vite, encore moins en campagne, où les oreilles des curieux traînaient par ci par là.


On lui répond que la prêtresse avait été vue se faire emmener par plusieurs hommes. Un second rapport fit mention de sa sœur, reconnaissable à sa toison rousse, qui emmenait un groupe d’hommes dans les bois. Le cœur de Lyham se serra. Nul n’avait besoin de répondre de ses propres péchés devant les dieux, et si la colère l’enflammait sa raison le poussait à rameuter à grand renfort de cris et d’ordres une troupe d’hommes en armes. Ensemble ils pénétrèrent les frondaisons enténébrées où allait se jouer un drame…


Le Roi au milieu de ses hommes aperçut alors la clairière, et sa maîtresse aux mains d’un groupe de fanatiques emmenés par sa sœur. Lysara elle, se repaissait de toute évidence de la situation et menaçait Shaera, pieds et poings liés par la meute.


Le sang de Lyham se glace. Empoisonner l’esprit. Etait-ce cela que l’on disait de lui ? Qu’il se laissait manipuler par une paire de seins et un joli sourire, et pire qu’il avait la faiblesse de renier une foi certes chancelante pour des idoles de l’étranger ? Si Lysara le pensait, combien de ses hommes en faisaient autant ? Le Roi du Conflans fédéré était à un tournant. Sa décision quant à tout ce qu’il se tramait ici allait imprimer son règne. Et peut-être, dans un sens comme dans l’autre, l’abréger violemment. Il prend une inspiration, se tourne vers ses hommes et tire son épée. Tous ensemble, ils font irruption dans la clairière, épée au clair.



| Je suis heureux de constater que tu prennes ton rôle de Dame de la Maison Tully au sérieux, Lysara. Beaucoup moins que tu te sentes pousser des ailes au point de te comporter comme les bourreaux de notre propre père. As-tu perdu tout sens commun ? Dame Shaera est sous MA protection, et quiconque touchera à un cheveu de sa tête finira sur le Mur. |


Le Roi balaie les soldats d’un regard, et espère être suffisamment soutenu par les siens.


| Tu n’es pas septa, pas plus que les dieux ne t’ont jamais parlé, Lysara. Vas-tu te rendre coupable de meurtre ? A vous qui la suivez ; déposez les armes. Si vous le faites maintenant et sans pointer votre lame sur le Roi, aucun crime n’aura été commis. Autrement… |


Regard pour mes propres soldats, signes de tête de plusieurs d’entre eux.


| Je suis le Roi, et je vous ordonne de mettre bas les armes maintenant. |


La voix tonnait, sans doute et sans aménité, mais inflexible.


Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44391
Membre du mois : 224
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé]   Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] EmptyMar 19 Jan - 0:27



Alester Vance

Proches depuis toujours, Lyham et Alester se connaissent depuis de nombreuses années. Il l'a suivi dans son projet impérial, bien que méfiant par rapport à ce dernier. Trouvant finalement une chance de s'élever par celui-ci, il s'est également vu promettre la main de la sœur du roi, la princesse Lysara Tully. Il est en compagnie de Lyham Tully quand il va découvrir ce que sa fiancée à décider de faire à la prêtresse rouge.


Alester Vance était le commandant des armées du Royaume des Rivières et des Collines, une place qu’il avait gagné à force de travail et d’effort et non par favoritisme ou pour une affaire de privilège et de nom. Certes, il était un grand ami du nouveau Roi Fédéré du Royaume, mais ce dernier ne nommait pas ses conseillers et ses ministres selon quelques caprices, mais sur base des compétences. Sans surprise, malgré que les hommes connaissent la solide amitié existante entre ces deux hommes, aucun n’oserait remettre en question les qualités martiales d’Alester. Il était même grandement respecté et admiré par quelques subordonnés. Dès lors, il était assez au courant de bien des disputes ou des affaires qui tournaient au sein du campement, vu que ses hommes rapportaient bon nombre de faits et de gestes de chacun.

Habitué aux bagarres pour quelques sottises ou encore à quelques filous qui s’amusaient à faire sortir ou entrer de la marchandise en douce, il affichait une mine sérieusement surprise lorsqu’on venait annoncer à son Roi, et ami, que des bonnes femmes semaient la zizanie. La prêtresse rouge aurait été emmené par des hommes, et que Lysara Tully serait de mèche dans l’affaire. A cette dernière mention, le commandant se leva d’un bond : il connaissait suffisamment sa future fiancée, du moins il le pensait, pour comprendre que ces rapports ne présageaient rien de bon pour Lyham, pour Lysara et pour lui.

Alors, il prend la liberté de suivre le Roi jusqu’à la clairière mentionnée, organisant de son mieux et à la hâte les troupes rameutées par Lyham. Un à gauche, un à droite, un au-devant en éclaireur, un à l’arrière pour couvrir … L’épée était même déjà sortie lorsqu’il arriva là, mais qui se révéla bien inutile. En vérité, son bras tomba, ballant, devant la scène des plus claires et des plus explicites.

La dernière phrase de Lyham, davantage un ordre, eut le don de sortir Alester de sa surprise. Gardant une prise solide sur la poignée de son épée, au cas où quelques rigolos ou anxieux auraient idée de se défendre, il fait signe à deux hommes de le suivre. Ils s’avançaient déjà pour aller libérer cette blondinette qui semblait faire un grand effet sur son ami. Si cette relation gênait les hommes, Alester préférait encore observer avant d’émettre un jugement. A son sens, la guerre était une affaire militaire et non religieuse, une pensée que ce continent semblait ne plus partager avec. Ni sa fiancée.

- Lysara, parle donc. Que se passe-t-il ? dit-il, tentant d’opter pour un ton moins dur et peu plus doux. Si Lyham était le « méchant », il préférait prendre le rôle du « gentil ». Depuis qu’il avait accepté la proposition de son ami, pour lier leurs maisons respectives à travers un mariage, il s’était permis de faire preuve de plus de familiarité avec celle qui devait s’unir à lui et devenir la future mère de ses futurs enfants. A quel moment est-ce qu’elle avait aussi drastiquement changé, optant pour des actions aussi violentes et aussi drastiques ?

Anonymous
Invité
Invité


Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé]   Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] EmptyJeu 21 Jan - 19:21

Ironique, pour quelqu’un pouvant voir l’avenir… Celle-là, elle ne l’avait pas vue venir. Agenouillée au sol, elle le sent à l’humidité sous ses genoux, elle éprouve les liens qui retiennent ses poignets contre son dos, de même que ceux retenant ses chevilles… Ils sont fermes, serrés, lui coupent même un peu la circulation du sang. Elle sent poindre les fourmis dans ses mains et ses pieds. Désagréable sensation que les membres endormis. Pourtant, elle ne panique pas. Pas encore. Il en faut beaucoup pour paniquer la pragmatique Shaera, l’indifférente Shaera, qui a déjà abandonné son corps, sa vie, son esprit, au Maître de la Lumière. Si sa route doit s’arrêter ici, c’est que R’hllor l’aura décidé, et qui est-elle pour remettre en question les plans de son Maître ? Pour cette raison, la dame en rouge n’a jamais eu peur de la mort. Elle a toujours vécu sa vie en épicurienne, suivant juste le chemin sur lequel le Cœur de Feu la poussait, répandant aux esprits réceptifs sa bonne parole, tout en jouissant des plaisirs de la chair, auxquels pourvoyait pour lui, sans doute en récompense de ses services, R’hllor lui-même. Elle a confiance en lui, Shaera, une confiance absolue, et cette confiance lui confère une tranquillité d’esprit qu’à sa connaissance, pas même tous les prêtres rouges ne partagent, trop peu absolus, trop terriens, trop promptes à profiter des largesses du Maître en s’acquittant, sans zèle, juste un peu de piété, de leurs devoirs. Ceux-là auraient peut-être paniqué, mais pas Shaera, qui lève des yeux violine interrogateurs vers ce qu’elle devine être la commanditaire de son enlèvement.

Elle n’a jamais vu Lysara Tully, mais elle devine sans mal qui est cette jeune femme à la tignasse rousse et bouclée, si semblable à celle du roi qu’elle a beaucoup cajolé, dernièrement. Ses premières paroles lui font hausser un sourcil. La prêtresse rouge ne relève pas. De son point de vue, elle est effectivement une hérétique, mais hérétique d’une religion aux dieux absents, sans pouvoir, aux représentants corrompus et avilis… ça ne lui pose pas de grands problèmes. Elle relève, cependant, l’orgueil de la dame et son plaisir d’avoir une femme pieds et poings liés devant elle. L’expression d’un orgueil frustré, donc souvent bafoué, qui manque, à la voir tenter de se rassembler avec elle-même, cruellement de confiance en elle… Et donc, de prestance. Suivant son mouvement, les yeux de Shaera se posent sur le bûcher en forme d’étoile… Et elle retient un sourire amer. Elle se souvient de la fois où ses parents avaient voulu la sacrifier, mais à R’hllor, et que R’hllor l’avait refusée, la refusait toujours. Est-ce que les Sept l’accueilleraient, eux ? Elle en doute. Mais elle n’en dit rien. Si l’occasion lui est donnée de mystifier cette femme avec la supériorité de son Maître sur ses Sept, elle n’hésitera pas une seule seconde.

Essayer de raisonner cette femme, elle le sent, serait vain. Tenter de la convaincre qu’elle ne fait qu’aider son frère à se raccrocher à la vie ne servirait à rien. Comment convaincre une femme élevée dans la culpabilité et la honte de vivre ce qu’était la vie et ce que pouvaient apporter ses biens-faits ? Des actes qui, pour elle, sont odieux. La prêtresse laisse couler. Cet acte, au final, n’a que l’allure de la piété. Pour elle, il s’agit d’une simple vengeance. La sœur est contrariée que son avis finisse, peut-être, par moins compter que le sien alors elle décide d’éliminer celle qu’elle perçoit comme une menace dans la relation qu’elle entretient avec son frère. Au moment où le roi Tully arrive, la prêtresse incline la tête. Si elle entend les ordres donnés par le monarque, ses yeux ne quittent pas Lysara, qu’elle décide d’interpeler à son tour. « Bien sûr que vous y prenez du plaisir ! » Elle lance, sur un ton d’avantage blasé que provoquant. « Vous y prenez du plaisir, et vous vous détestez autant que vous vous en orgueillissez… Vous avez l’impression de faire le bien, et pour cela, ça ne vous dérange pas d’infliger les pires souffrances à une femme à laquelle vous n’avez jamais adressé la parole, et avec qui vous n’avez jamais vu votre frère échanger… Vous êtes une femme pleine d’amertume, cette amertume s’est transformée en frustration, puis en colère… Je ne suis qu’un exutoire… Ne vous faîtes pas la moindre illusion. Une fois que vous en aurez fini avec moi, ce ne sera que le début… Il vous en faudra encore, et encore, et encore… » Elle lance, prophétesse, oiseau de mauvais augure, avec finalement plus d’assurance et plus d’aplomb, même ligotée, que n’en a peut-être la princesse du Conflans. « Si vous étiez pieuse comme vous le prétendez, vous prendriez simplement ma vie, mais ce que vous voulez, c’est me faire souffrir… Regardez-vous, Dame… C’est votre esprit qui est empoisonné ! Jamais votre frère ne ferait une chose pareille, avec ou sans moi… » La prêtresse rouge relève le menton avec fierté. Si elle doit mourir, ce sera la tête haute, en regardant son bourreau dans les yeux.



   
The Night is Dark
And full of terrors...

Shaera de Volantis
Messages : 161
Membre du mois : 0
Maison : R'hllor
Caractère : ▪▪ Perspicace ▪▪ Orgueilleuse ▪▪ Charismatique ▪▪ Sournoise ▪▪ Ingénieuse ▪▪ Désinvolte ▪▪ Libertine ▪▪ Libidineuse ▪▪ Aérienne ▪▪ Provocatrice ▪▪ Inconséquente ▪▪ Passionnée ▪▪ Sensuelle
Célébrité : Katheryn Winnick

Infos supp.
Richesses : 80


Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé]   Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] EmptyVen 22 Jan - 8:56



Lysara Tully

Lysara n'est autre que la soeur de Lyham Tully, roi du Conflans Libre. Elle a pris à coeur de protéger le royaume de son frère et les intérêts de celui-ci, notamment en ce qui concerne la religion du souverain et du peuple. Elle défend ardemment la Foi et les relations entre le royaume et le Grand Septon. Le rapprochement de Shaera et de Lyham lui apparaît comme une véritable trahison et elle ne peut supporter cela. Elle a donc décidé de régler la question de la prêtresse rouge de façon définitive.


Lysara se tourna aussitôt vers son père et l’observa avec attention, il avait l’arme au clair et il était prêt à se battre. Elle se glaça à sa remarque et fit un minuscule pas en arrière. Les autres ne semblaient pas l’avoir entendu de cette oreille. Il semblait avoir touché un point sensible. Surtout que tous avaient vu les troupes et les observaient avec attention. Pour l’instant aucun signe agressif. La princesse regarda son fiancé, mais la prêtresse la détourna de la réponse qu’elle aurait pu donner. Elle toisa la prêtresse, ne laissant rien paraître si elle l’avait touché, elle était en colère, mais les mots de son frère tournaient aussi sous sa chevelure rousse. Elle pinça les lèvres et s’adressa à la prêtresse rouge :

« Vos paroles sont du poison. Vous corrompez les esprits tout autour de vous, vous servant de leur douleur et de leur deuil ! À chaque fois que vous regardez mon frère, vous ne voyez rien d’autre que le pouvoir que vous pouvez atteindre avec lui. Vous ne lui voulez pas de bien, rien d’autre. Je déteste la souffrance, alors ne pensez même pas pouvoir me comprendre, sorcière ! »

Elle se tourna vers son frère et le regarda dans les yeux, aucun de ses hommes à elle n’avait rangé son épée, mais pas de geste agressif. Elle avala sa salive avant de secouer la tête :

« Je sais que ton épouse te manque Lyham. Je sais à quel point tu l’aimais. C’est toi qui as perdu tout sens commun en te détournant des dieux de ton épouse. Je n’ai pas oublié ce qui était arrivé à notre père, et que sais-tu si les dieux me parlent ou non ?! Tu n’en sais rien ! De toute manière, en quoi ce que je pense ou ce que je fais t’intéresse ! »

Elle se tourna vers son fiancé et l’observa avec attention, hésitant un instant, il semblait être plus… ouvert à la discussion. Elle croisa les mains devant elle :

« Ce qu’il se passe ? C’est que je suis visiblement la seule à savoir et à comprendre qu’elle vous manipule et que son… « dieu » n’est qu’une illusion. Tout ce qu’elle fait, c’est vous user comme des marionnettes et vous sacrifier dès qu’elle n’aura plus besoin de vous. Et que je suis la seule ici à tenter quelque chose pour éviter de nous attirer les foudres de la Foi ! D’essayer d’apaiser le Grand Septon. Mais personne ne le voit ! »

Elle avait les yeux emplis de larmes, mais elle lutait de toutes ses forces pour ne pas craquer, serrant les poings de toutes ses forces.

Khayley Ardoise
Messages : 1106
Membre du mois : 24
Maison : Ardoise
Caractère : Aimable, effacée, observatrice, anxieuse, souriante, secrète
Célébrité : Faye Marsay

Infos supp.
Richesses : 692


Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t6613-khayley-ardoise-l-observation-n-est-pas-que-par-la-vue https://bloody-crown.forumactif.org/t6616-khayley-ardoise-lady-aux-reves-verts https://bloody-crown.forumactif.org/t6615-khayley-ardoise-les-liens-d-une-aveugle-et-une-reveuse-du-nord
MessageSujet: Re: Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé]   Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] EmptyLun 15 Fév - 19:22

[HJ ; désolé je repasse à la 1ere personne, beaucoup plus facile pour moi !]




Lyham Tully

Lyham Tully n'est autre que le roi du royaume des Rivières et des Collines. Il s'est particulièrement rapproché de la prêtresse rouge, Shaera de Volantis au cours des dernières semaines, ce qui n'est pas pour plaire à Lysara Tully, soeur du roi mais aussi farouche protectrice de la Foi. Il est en compagnie d'Alester Vance quand il apprend que sa soeur à enlever la prêtresse et qu'il comprend qu'elle cherche à mettre à exécution ses menaces la concernant. Il fera son nécessaire pour arrêter les agissements de sa soeur.



Je ne me répéterais pas. J’avais bien conscience de tout ce que je risquais dans cette relation. Dans cette débauche, que mes parents et mon prêtre réprouveraient. Dans cette concupiscence qui n’avait pas grand-chose à voir avec ma relation avec Alysanne, partie trop tôt… Mais je n’abandonnerais pas Shaera. Je ne pouvais pas lui faire payer le prix de mon inconséquence. La mort était quelque chose de bien trop extrême pour pouvoir être envisagée comme punition d’une relation charnelle en dehors du mariage… D’autant que la religion honnie, ou plutôt l’étaient les religieux qui l’imposaient, ne méritait pas tant de sacrifices. J’avais récupéré le corps calciné de mon propre père, hissé sur un bûcher pour hérétiques avec d’autres de mes soldats. Le tout pratiqué sous les yeux de mon propre fils, le Prince des Rivières et des Collines. Je sens qu’autour de moi, les hommes sont nerveux. Ils ont de quoi l’être, évidemment. La religion… C’était un sujet sensible. Au sein de mon royaume mais plus généralement de tout Westeros. On marcherait sur des œufs, moi plus que quiconque, mais sans pour autant nier l’implication et les risques subis par les hommes de troupe.


Alester encadre la troupe. Je le sens tendu, lui aussi. Les choses pourraient plus mal tourner encore, mais je sens mon ami se tenir prêt à toute éventualité. C’est la marque sans doute des plus proches servants d’une couronne, ceux prêts à se mettre en travers de la noirceur seulement pour une question d’honneur… Je lui étais redevable, et mon cœur se gonfla de fierté et de reconnaissance à l’idée de pouvoir partager la vie et l’aventure d’un tel homme d’honneur. Il finit toutefois par interpeller ma sœur, qui semble en train de dérailler. Et Shaera y va de son propre mot, de son subtil mélange de vérités et de mysticismes, de prophéties. Elle ne s’arrête plus, malmenant la conscience de ma sœur, la tiraillant et l’étirant en tous sens. Lysara ne met pas beaucoup de temps à craquer.


Elle le fait, en rompant violemment.


Je fais signe aux soldats qui nous accompagnent d’attendre. Et je plante ma lame dans la terre. Mains relevées en signe d’apaisement.



| Ecoute, ma sœur… Oui, peut être qu’on ne veut être à mes côtés que pour le pouvoir que je possède, pour ce que j’incarne. Tu crois qu’il suffit de quelque beauté pour me faire oublier tout sens commun ? Oui, Alysanne me manque. Et je l’aimais. Je l’aime toujours. Et je l’aimerais sans doute à jamais. Mais ça ne change rien. Ce n’est pas elle que je retrouve en allant voir une autre femme. Et je n’ai pas oublié mes dieux… |


J’arrive tout près. Je me redresse de toute ma hauteur.


| Et je n’ai pas oublié l’horreur de ceux qui les servent. De ceux qui ont brûlé notre père, sous les yeux de ton neveu. Qui ont brûlé vifs quantité de nos hommes, de bons soldats, des pères, des maris, juste pour servir une bannière qui n’est pas la même. Tu ne t’es jamais demandé pourquoi la croisade n’était dirigée que contre nous, et pas contre les fer-nés qui tuent, mutilent, violent, en nourrissant leur immonde dieu païen d’âmes massacrées dans l’horreur et la violence ? |`


Je regarde Shaera un moment, partage un regard éloquent avec elle. Elle me connaît bien. Puis je regarde à nouveau Lysara, et chacun de ses hommes.


| Ceux qui se rendent tout de suite auront la vie sauve. Ceux qui vont au bout de cette folie auront échoué en plus de finir massacrés et leur famille bannies. Choisissez. Toi aussi, ma sœur. Choisis. Fais le vite, et fais le bien. |


Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44391
Membre du mois : 224
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé]   Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] EmptyDim 14 Mar - 21:25

[quote="Lyanna Stark"]


Alester Vance

Proches depuis toujours, Lyham et Alester se connaissent depuis de nombreuses années. Il l'a suivi dans son projet impérial, bien que méfiant par rapport à ce dernier. Trouvant finalement une chance de s'élever par celui-ci, il s'est également vu promettre la main de la sœur du roi, la princesse Lysara Tully. Il est en compagnie de Lyham Tully quand il va découvrir ce que sa fiancée à décider de faire à la prêtresse rouge.



- Nous sommes en guerre Lysara, ne donne pas davantage de raisons à nos ennemis de nous diviser. Cesse cette résistance, et discutons à tête reposée. Et ensemble. Si la maison Tully a son intérêt à apaiser la Foi, et le Grand Septon, réfléchissons avant d’agir, tenta-t-il de raisonner encore la demoiselle.  

Il était toujours délicat de résoudre les querelles entre deux femmes, et l’affaire se compliquait davantage lorsqu’il était question de religions et de la vie. Si certaines femmes critiquaient que ce monde était fait pour les hommes, elles donnaient également raison de cette hiérarchie et de ce système dans ce genre de circonstance. A quel instant brûler l’ennemi était une idée ? A quel moment répliquer les mêmes méfaits que les Croisés était sage ? Alester avait la sensation de ne plus reconnaître cette rouquine qui l’avait charmé par son intelligence, par ses manières et par son joli minois. Ou, tout simplement, la maison Tully dans sa globalité commençait à lui être étrangère.

Lysara était devenue cette étrange fanatique, Lyssandre prêchait l’absence de Foi et Lyham nageait dans les eaux troubles avec sa prêtresse rouge – ne reniant pas sa Foi, mais fricotant avec une représentante d’une Foi étrangère alors que son deuil n’était pas terminé. Il semblerait que la mort de leurs proches, brûlés vifs par les Croisés, avaient été la cause de stigmates plus profondes qu’il ne l’avait pensé.

Alester entend aussi l’ultimatum de son Roi, et ses poings se crispent sur la manche de son épée. Bien des hommes abandonneront assurément, car la parole d’un Roi et d’un Général valaient davantage que la parole d’une Princesse désillusionnée. Du moins, il l’espérait. Il suffisait que la rouquine ait réussi à encombrer l’esprit de quelques hommes de quelques bêtises, et qu’il ne soit plus possible pour ces derniers d’agir posément et sagement.

- Ecoutez votre Roi, et agissez dans l’intérêt de vos gens et de vos camarades. Si vous allez plus loin dans cette folie, vous causerez plus de mal que de bien, insista-t-il de son côté. Il attend, posément, gardant toujours un œil sur la prêtresse et la sécurité de cette dernière. Si elle venait à être blessée, il n’imaginait pas un instant toutes les retombées à bien des niveaux. Thomes, pense à ton épouse enceinte, et tes deux autres enfants. Et toi, jeune homme, n'as-tu pas juré d'obéir et de protéger ton Roi ? Pensez-vous qu'il est nécessaire de croiser nos épées pour une telle affaire, par une telle nuit ? Rends-toi, et retournons trinquer quelques bières lorsque nous gagnerons cette bataille.

« Décidément, il faut garder les femmes loin de toutes intrigues politiques … ou des guerres » se disait-il. Il se promet d’en toucher un mot à Lyham dès que cette affaire se réglera. Cette prêtresse était déjà la source de quelques rumeurs salaces mais, suite à cette nuit, lesdites rumeurs allaient prendre de nouvelles couleurs et elles risquaient d’être moins plaisantes – ou faciles à ignorer.



PS : Désolé, mais j'enchaîne un mois terrible ! N'hésitez pas à sauter mon tour si je tarde à répondre +1 ou +2 semaines ^^". (mais ça va se calmer fin du mois mars !)

Anonymous
Invité
Invité


Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé]   Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] EmptyVen 9 Avr - 14:49


Comme elle le peut, la prêtresse se redresse pour regagner autant de dignité que lui permettent ses entraves. Elle est prête, Shaera, à affronter son destin, à rencontrer la mort. Elle l’est depuis longtemps, consciente que les cartes sont entre les mains du Maître, et de lui seul, et qu’elle n’est rien d’autre qu’une fourmi insignifiante dans ses grands plans. Si elle doit mourir aujourd’hui, alors qu’il en soit ainsi. Elle L’aura toujours servi, toujours honoré et, elle l’espère, propagé Ses mots. Son cœur est léger, aucune culpabilité pour l’alourdir, aucun regret, aucun remord. Pas de peur non plus face à la perspective de la longue nuit, puisqu’elle sait qu’en ayant voué sa vie au Maître, son âme demeure hors de portée de l’Autre. Cette perspective suffit à étouffer sa colère, la rend sereine et la calme, malgré les accusations outrageantes de la sœur du roi. A-t-elle jamais réclamé quoique ce soit à Lyham en dehors de l’écoute ? N’a-t-elle pas pris soin de lui quand le deuil de sa chère épouse le traînait dans les abysses ? Elle a perçu, Shaera, à quel point la tristesse lui donnait hâte de la rejoindre, et a compris que cette tristesse finirait par le tuer prématurément. Etait-ce cela que souhaitaient les siens ? Un roi mort, mais pieux selon des crédos dans lesquels lui-même ne se reconnaissait pas ? Ils préféraient la blâmer pour lui avoir apporté un peu de passion, un peu de feu, dans un monde qu’ils rendent eux-mêmes froid et austère…

Non, Shaera ne culpabilise pas, bien au contraire. Elle a le sentiment d’avoir été utile à Lyham, à l’homme sans doute plus qu’au roi, mais c’est ce qu’elle souhaitait.

Malgré elle cependant, il lui est impossible de ne pas pincer ses lèvres en entendant le caprice de Lysara, qui trouve le moment adéquat pour reprocher à son frère sa distance vis-à-vis d’elle. Après l’avoir entendu le culpabiliser, elle ne peut s’en étonner, mais en son for intérieur, elle ignore ce qui serait le plus terrible… Que ses dieux lui parlent et lui soufflent de pareilles horreurs, ou que tout ne vienne que d’elle, la démontrant pourrie jusqu’à la moelle de colère, d’amertume… Aigrie.

Si elle est tentée de froncer les sourcils à l’entente du qualificatif d’illusion pour parler du Maître, elle laisse couler. Contrairement au Sept, le Maître intervient régulièrement dans la vie de ses fidèles. Depuis qu’elle est sur Westeros, elle n’a pu assister à aucune manifestation d’aucun d’entre eux, alors que le Maître lui a déjà envoyé quantité de visions. Les prêtres de la Foi sont corrompus pour beaucoup, et ont décidé d’abandonner certains de leurs principes au profit d’autres qui les arrangent. Ils sont fourbes. Aux yeux de la prêtresse, les hommes de foi doivent être absolus pour le reste de l’humanité. Ils sont les gardiens d’une morale, des garde-fou. S’ils transigent, l’ensemble du troupeau court à sa perte. Et voilà le résultat…

Pour autant, comprenant la situation précaire dans laquelle elle se trouve, Shaera préfère garder le silence. Quand le regard du roi croise le sien, il n’y voit aucune peur, seulement de la détermination pure. Se taire n’a rien d’évident. Elle aurait beaucoup à répondre aux allégations de la divagante Lysara, mais ça ne rendrait service à absolument personne, et encore moins à Lyham. Si la prêtresse se mure dans le silence, ce n’est pas parce qu’elle a peur pour elle, mais parce qu’elle sent qu’elle pourrait plus encore compromettre le fragile équilibre entre les différents croyants du Conflans, en donnant du grain à moudre à la princesse. Elle se refuse à cela, et se contente donc d’observer et d’écouter, aussi digne que faire se peut, et d’attendre que la situation se résolve, dans un sens ou dans l’autre…



   
The Night is Dark
And full of terrors...

Shaera de Volantis
Messages : 161
Membre du mois : 0
Maison : R'hllor
Caractère : ▪▪ Perspicace ▪▪ Orgueilleuse ▪▪ Charismatique ▪▪ Sournoise ▪▪ Ingénieuse ▪▪ Désinvolte ▪▪ Libertine ▪▪ Libidineuse ▪▪ Aérienne ▪▪ Provocatrice ▪▪ Inconséquente ▪▪ Passionnée ▪▪ Sensuelle
Célébrité : Katheryn Winnick

Infos supp.
Richesses : 80


Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé]   Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] EmptyVen 9 Avr - 16:47



Lysara Tully

Lysara n'est autre que la soeur de Lyham Tully, roi du Conflans Libre. Elle a pris à coeur de protéger le royaume de son frère et les intérêts de celui-ci, notamment en ce qui concerne la religion du souverain et du peuple. Elle défend ardemment la Foi et les relations entre le royaume et le Grand Septon. Le rapprochement de Shaera et de Lyham lui apparaît comme une véritable trahison et elle ne peut supporter cela. Elle a donc décidé de régler la question de la prêtresse rouge de façon définitive.


Quelque chose sembla se briser en Lysara qui regarda son frère s’avancer vers elle. Il l’aurait frappé en pleins visage avec son épée elle n’aurait pas eu aussi mal qu’avec ses mots. Ses genoux se dérobèrent sous elle et elle tomba à genoux devant son frère, le visage enfouit dans ses mains. Elle n’avait même pas offert un regard à Shaera. Les membres de son petit commando, si on pouvait appeler ça comme ça, hésitèrent un peu, avant de jeter leur épée ou arme, de fortune souvent, par terre. Il eut un silence long, plus personne n’osait plus bouger, on aurait entendu une mouche voler. Lysara leva son regard sur son frère sans plus savoir quoi dire. Son regard se porta à nouveau sur son fiancé.

Un de ses hommes s’approcha et lui tendit la main, elle accepta son aide pour se redresser avec difficulté Et elle fixa résolument le sol sans regarder son frère. Elle donna l’ordre dans un murmure de se rendre aux soldats de Lyham. Elle ne soutenait plus aucun regard, tout ce qu’elle voulait, c’était retourner au septuaire, dans ce calme qui l’aidait. Elle reporta son attention sur son frère, comme vidée de toute substance, elle accorda à peine un regard à son fiancé :

« Laisse-moi retourner au septuaire… Il n’y a que là-bas que je me sens bien… s’il te plaît mon frère. Tu peux même me faire suivre et surveiller par autant de garde que tu veux… Laisse-moi juste y retourner… »

Elle ne voulait plus que ça, retourner entre les murs de cet endroit qui l’apaisait plus que tout au monde, c’était presque comme se retrouver dans les bras de sa mère. Les larmes coulaient sur les joues, mais elle ne les essuyait pas, elle n’avait plus la force de défier son frère ou de faire du mal à quiconque.

Khayley Ardoise
Messages : 1106
Membre du mois : 24
Maison : Ardoise
Caractère : Aimable, effacée, observatrice, anxieuse, souriante, secrète
Célébrité : Faye Marsay

Infos supp.
Richesses : 692


Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t6613-khayley-ardoise-l-observation-n-est-pas-que-par-la-vue https://bloody-crown.forumactif.org/t6616-khayley-ardoise-lady-aux-reves-verts https://bloody-crown.forumactif.org/t6615-khayley-ardoise-les-liens-d-une-aveugle-et-une-reveuse-du-nord
MessageSujet: Re: Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé]   Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] EmptyVen 7 Mai - 16:39



Lyham Tully

Lyham Tully n'est autre que le roi du royaume des Rivières et des Collines. Il s'est particulièrement rapproché de la prêtresse rouge, Shaera de Volantis au cours des dernières semaines, ce qui n'est pas pour plaire à Lysara Tully, soeur du roi mais aussi farouche protectrice de la Foi. Il est en compagnie d'Alester Vance quand il apprend que sa soeur à enlever la prêtresse et qu'il comprend qu'elle cherche à mettre à exécution ses menaces la concernant. Il fera son nécessaire pour arrêter les agissements de sa soeur.



J’écoutais les interventions des hommes qui me suivaient, et notamment d’Alester. La situation était dangereuse et complexe, et je commençais à ressentir l’angoisse terrible de la perte potentielle d’une femme qui était loin de me laisser insensible et que je me devais de protéger… Parce que c’était ce qu’on attendait de moi en tant que Roi de ces terres, mais aussi en tant qu’homme. S’il arrivait malheur à Shaera, je m’en relèverais sans doute, comme je devais me relever de la mort d’Alysanne. Mais je ne pourrais sans doute pas me pardonner et je serais alors condamné à vivre pour mon devoir, comme un certain nordien de ma connaissance qui se refusait à toute forme de repos. Dans tous les cas, j’avais peur. Pas pour moi, déjà parce que je savais maîtriser mes émotions depuis bien longtemps, mais simplement pour l’issue de tout ceci. Quoiqu’il arrive, je perdrais sans doute beaucoup. Et ça me coûterait personnellement, ce n’était pas qu’une question de pouvoir ou de prestige politique. Soit les factieux avaient ce qu’ils voulaient et je verrais Shaera brûler sur le bûcher ou bien… Je perdais ma sœur et l’envoyais au couvent, et alors je perdrais en crédit dans tout le pays, et sans doute jusqu’au sein même de ma famille. Toute cette aventure était une erreur. Ca m’exposait, ça exposait Shaera, et les tensions si fortes en mes terres ne faisaient qu’empoisonner cette relation si douce.


Vance est bien dans son rôle ; il prend les devants et échange avec celle dont il aurait pu s’enorgueillir de sa main… Avant que ma sœur ne fiche tout par terre par son impulsivité et son dévotisme qui confinait au pire des fanatismes religieux. Lysara était allée trop loin pour que tout ceci reste sans conséquence, et il fallait désormais assumer, pour elle comme pour moi, et la punir en fonction de la portée de ses actes. Ce serait pire encore si elle mettait ses menaces à exécution sur Shaera… Vance connaît une partie des hommes qui suivent ma sœur dans sa folie et intervient fort à propos pour leur faire entendre raison. Je ne peux que m’incliner devant sa connaissances des hommes ; ma naissance et mon entraînement me portaient plutôt à connaître les nobles et les chevaliers, voire quelques francs coureurs, mais les hommes de troupes m’étaient pour beaucoup des étrangers, surtout au-delà des murs de Vivesaigues.


Shaera souffrait par ma faute, et c’était insupportable. Je ne pouvais pas me porter caution de tout ce poids sur ses épaules, et je comprenais mieux l’Empereur et son épouse, mes amis, quand ils m’expliquaient à quel point notre croisade nous laissait seuls et isolés de nos pairs par le danger que cela faisait peser sur les épaules de tous ceux qui restaient proches… Nos ennemis étaient déterminés à nous nuire, qu’importe comment.


La Prêtresse Rouge a l’intelligence de ne rien dire, de ne souffler mot et de ne surtout pas souffler sur les braises de la colère et de la ferveur religieuse de Lysara…


Et tous nos efforts, nos menaces, nos appels à la raison, tout semble porter ses fruits, enfin. Ma sœur s’effondre et se ratatine sur elle-même, mains collées contre son visage, et ses hommes jettent leurs armes au sol. Intérieurement, j’expire un grand coup, soulagé de la tournure qu’auront pris les choses. Mais mon visage reste dur, mes traits fermés. J’aurais préféré que tout ceci se passe bien différemment, vous pouvez me croire…


Lysara était perdue, c’était évident quand je croisais son regard et mes hommes, d’un signe de tête, mirent au fer ceux qui avaient suivi ma collatérale dans sa folle entreprise. Ce que je vis dans ses yeux, c’était quelque chose de brisé. Sa conscience, ses espoirs, tout. Ca me fendit l’âme. Elle pleurait… Je me tournais vers Alester.



| Prends tes hommes et emmène nos prisonniers sous bonne garde. Raccompagne Dame Shaera dans ses quartiers, et assure-toi en personne de sa protection. Nul ne doit toucher à un seul de ses cheveux… |


Un regard pour la dame de mon cœur… puis je soupire, et passe à Lysara.


| Je vais t’amener au septuaire, Lysara. Et m’assurerais que tu ne fasses plus de mal à quiconque. Ni aux autres, ni à toi-même. |


Je la prends contre moi, la serre… Avant de lui lier moi-même les mains, pour éviter qu’elle ne se saisisse quoi que ce soit pour se faire du mal.


Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44391
Membre du mois : 224
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé]   Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] Empty


Contenu sponsorisé


Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Sous le regard des Dieux [Livre VIII - Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La voix des Dieux [Tour VI - Terminé]
» Les dieux prendront soin de nos défunts [Tour II - Terminé]
» De l'eau a coulé sous le Pont [Tour V - Terminé]
» Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]
» Welcome home [Tour III - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Le Conflans :: Vivesaigues-
Sauter vers: