AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
C'est une blague ou le Noyé a un sens de l'humour de merde | Mathie [Tour I - Terminé]
MessageSujet: Re: C'est une blague ou le Noyé a un sens de l'humour de merde | Mathie [Tour I - Terminé]   Dim 12 Juil - 19:19

Un bon bain chaud. Voilà qui était un luxe que Mathie avait toujours su apprécier et qui lui avait grandement manqué lors de sa traversée jusqu'à Goeville. Elle avait déjà du affronter les regards furibonds des marins lorsqu'elle avait demandé un baquet d'eau froide pour faire sa toilettes alors, de l'eau chaude, c'était tout simplement un rêve éveillé.

C'était sa première journée en ville. Elle avait passé la nuit auprès de Torrhen, leurs retrouvailles s'éternisant jusqu'au petit matin mais, comme il avait fort à faire, la jeune catin s'était rendue à l'auberge où il lui avait réservée une chambre, à quelques rues à peine du château où résidait le nordien. A croire qu'il avait vraiment pensé à tout et, au vu de la foule qui se bousculait pour trouver une chambre, même des plus minables, Mathie n'avait pu une fois de plus s'empêcher de se sentir touchée par cette attention.

Elle était presque sur le point de s'endormir dans son bain quand la porte s'était brusquement ouverte et qu'un inconnu était entré, faisant comme s'il était chez lui. Plissant les yeux, la jeune femme réalisa qu'il s'agissait de tout sauf d'un inconnu et, l'espace d'un instant, elle se demanda quelle mauvaise blague lui faisaient les Sept. Encore que, avec la vie qu'elle menait, il était plus que probable que chacun des Sept lui avait tourné le dos depuis longtemps. Mais, pour l'heure, peu importait, la catin se contentait de dévisager le fer-né, les yeux légèrement écarquillés et dans un silence interloqué qu'il finit par briser.

Il faisait preuve d'un sang-froid et d'un sens de la répartie peu ordinaires. A sa place, si elle n'avait pas été figée par la surprise, il aurait été peu probable qu'elle réagisse comme ça et elle aurait certainement fui la pièce en hurlant. Mais là, c'était impossible et, à sa réponse, elle laissa échapper un soupir agacé.

"Même si vous aviez demandé une catin, j'ai comme un doute quant au fait d'être dans vos moyens."

La réponse avait fusé sans même qu'elle n'essaie de la retenir. Le fait d'être dans le plus simple appareil ne la dérangeait pas plus que ça, ce n'était pas comme si elle n'avait pas l'habitude. Mais le fait de tomber sur un fer-né et celui-là en particulier, avait eu le don de la mettre immédiatement sur la défensive sans même qu'elle n'arrive à se retenir.

"Je vous renvoie la question. Qu'est ce que vous faites là ? Je savais les fer-nés plus doués pour se diriger sur mer que sur la terre ferme mais là, vous faites fort. Laissez-moi deviner, vous ne savez pas distinguer votre droite de votre gauche ?"

C'était parfaitement stupide de sa part. Outre le fait qu'elle clamait clairement qu'elle le reconnaissait, elle jouait avec le feu à se montrer agressive gratuitement. Attrapant le linge qu'il lui tendit, elle sortit du bain sans même chercher à se montrer pudique. C'eut été aussi stupide que maladroit et, au vu du personnage, elle craignait une pique ou pire encore s'il se voulait d'humeur à assouvir une envie quelconque. Mieux valait rester aussi naturelle que possible, comme si elle n'était pas dans une situation des plus délicates.

Réprimant un soupir de soulagement en voyant qu'il ne la reconnaissait pas vraiment, elle se contenta de souffler, d'un ton cynique.

"Gretchel ça vous ira ? Je peux changer si vous préférez."

Qu'il trime un peu pour retrouver sa véritable identité. Avec un peu de chance, il ne s'en rappellerait pas et ne saurait pas ce qu'elle faisait ici, pour le plus grand soulagement de la jeune femme qui n'avait pas la moindre envie qu'on lui rappelle l'existence des fer-nés et encore moins de cette famille.

"Je n'ai pas perdu ma langue mais vous semblez aimer vous écouter parler. Qu'est ce que vous faites dans ma chambre ?"

Tout en parlant, elle s'enroula dans le linge et s'assit sur le rebord du lit, essayant tant bien que mal d'égoutter sa chevelure trempée.


I can handle the lies, that’s the truth that kills me… by lizzou.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prostituée
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour.
Messages : 975
Membre du mois : 0
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : *
Caractère : Rusée - Menteuse - Séductrice - Manipulatrice - Rêveuse - Ambitieuse - Intelligente - Inconstante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: C'est une blague ou le Noyé a un sens de l'humour de merde | Mathie [Tour I - Terminé]   Dim 12 Juil - 20:06

Le ricanement du fer-né la fit hausser un sourcil mais guère plus. Les menaces, elle était habituée, surtout lorsqu'elles étaient physiques.

"Vous seriez étonné par les gens qui peuvent être dans mes moyens ou pas. Et de ce peut rechercher votre géniteur. Je vous laisse décider ce que je fais là ou pas vu que vous semblez tout savoir et tout connaitre du premier coup d'œil. Quant au fait d'être sage ou non…"

Elle arqua un sourcil et secoua la tête, faisant voltiger des gouttelettes d'eau un peu partout, la mine faussement amusée.

"Vous pensez vraiment que vous allez me faire peur ? Au pire quoi ? Vous allez me battre ? Abuser de moi ? Et après ? Vous ne serez ni le premier ni le dernier et sans vouloir vous rabaisser, je pense que j'ai connu largement pire. Et que votre père n'apprécierait guère de me savoir abimée à cause de vous."

A sa réponse, elle leva les yeux au ciel et soupira.

"Je pensais à là dans cette pièce mais qu'importe. A dire vrai, que vous soyez venu voir votre sœur, votre cousin au 15ème degré ou que sais-je encore ne m'intéresse pas vraiment et ne me pose pas le moindre problème, ne vous en faites pas."

Lui désignant le baquet d'un air résigné, elle le fixa quelques secondes en silence, se sentant bouillonner de l'intérieur. Il fallait vraiment manquer de chance pour tomber sur cet énergumène précisément. Outre le fait qu'il était aussi imbuvable que possible, ça elle aurait encore pu s'en accommoder, le fait qu'il soit le fils d'Harren était vraiment la pire des choses qui pouvait lui tomber dessus là, tout de suite.

Elle fixa alors son regard sans baisser les yeux avant de souffler, d'un ton sec.

"Vos menaces, vous les gardez pour vous. Parce que je ne suis pas sure que votre père soit particulièrement ravi que ses… comment vous avez dit déjà ? Ah oui… ses magouillent tombent à l'eau à cause d'une saute d'humeur de son bâtard de fils qui ne sait pas trouver sa chambre."

Attrapant un autre linge pour se sécher les cheveux, elle laissa échapper un rire à sa dernière réflexion.

"Ca, c'est que sent une femme qui prend soin de son corps. Vous n'avez pas l'habitude on dirait."


I can handle the lies, that’s the truth that kills me… by lizzou.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prostituée
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour.
Messages : 975
Membre du mois : 0
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : *
Caractère : Rusée - Menteuse - Séductrice - Manipulatrice - Rêveuse - Ambitieuse - Intelligente - Inconstante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: C'est une blague ou le Noyé a un sens de l'humour de merde | Mathie [Tour I - Terminé]   Dim 12 Juil - 23:41

Mathie resta figée quelques instants aux propos du fer-né se demandant, l'espace d'un instant si ce ne serait pas une solution parfaite à tout ce qui lui posait problème. Mais elle était beaucoup trop lâche pour ça et une part d'elle, celle qui l'empêchait encore totalement de perdre pied lui rappelait qu'elle devait veiller sur sa mère et tout faire pour qu'il ne lui arrive rien.

"Bien, je saurais à qui m'adresser si je veux en finir pour de bon alors. Les choses seront visiblement bien faites si je comprends bien."

A la mine de Yoren, impossible de ne pas voir qu'il s'exécuterait sans le moindre état d'âme et qu'il la tuerait s'il en avait envie. Elle aurait du être effrayée probablement. Certainement même. Mais elle n'éprouvait qu'un mélange de colère en voyant qu'un membre de la famille d'Harren pouvait s'introduire dans sa chambre sans même qu'elle ne puisse rien y faire et la lassitude de devoir composer avec, encore et toujours. Pour l'instant, c'était la colère qui l'emportait et la poussait à jouer de beaucoup trop près avec le feu. Laissant alors filer un rire, elle haussa les épaules et lâcha, d'un ton faussement désinvolte, comme si le sujet ne l'intéressait guère.

"Votre père, ravi ? J'ai tout de même un doute. Si je n'ai guère de valeur pour lui comme vous semblez le croire, je ne suis pas persuadée qu'il apprécie le temps et l'investissement gâchés."

C'était bien ça plus que tout le reste qui faisait peur à la jeune femme. Harren ne la laisserait jamais en paix si un jour elle décidait qu'elle ne voulait plus être cette mine d'informations qu'elle était devenue deux ans auparavant. Même la mort de sa mère ne serait pas une punition suffisante, elle en était de plus en plus sure à mesure que le temps passait.

Levant les yeux en direction du fer-né qui se plaignait de l'odeur, elle lâcha une nouvelle répartie aussi cinglante qu'inutile qui lui valut un revers verbal. Au moins, il n'était pas physique, elle aurait du s'estimer heureuse mais peu lui importait.

"Tant de compliments, je sens que je vais m'évanouir. Si vous pensez vraiment que ce genre de propos peuvent me toucher, épargnez votre salive. Vraiment."

En le voyant se relever et se rapprocher d'elle, la catin retint de justesse un mouvement de recul alors qu'il se contentait de lui arracher la serviette des mains. Elle l'observa alors qu'il évoluait dans la pièce, guettant le moindre de ses mouvements en essayant de garder un semblant de calme jusqu'à ce qu'il finisse par reprendre la parole.

Il n'avait pas entièrement tort. Pas du tout même. Elle n'avait utilisé le nom de son père que pour se retrancher derrière quelque chose et elle savait pertinemment que l'agressivité ne servirait à rien avec lui. Pas plus que la séduction d'ailleurs et la catin n'en avait de toute façon ni l'envie ni la patience.

Laissant filer quelques instants de silence, elle se dirigea vers sa malle, en sortit une robe qu'elle revêtit, sans prêter la moindre attention au fer-né avant de finir par se tourner vers lui, se laissant retomber dans le siège qu'il occupait quelques instants plus tôt. Ses cheveux continuaient de goutter au sol mais elle ne s'en préoccupait pas, fixant Yoren sans un mot.

Soupirant profondément, elle finit par lâcher, d'un ton neutre.

"Et donc, on fait quoi de votre soi-disant statut quo ? Je nous sers un verre et on fêtes ces  charmantes retrouvailles avant que vous ne changiez d'avis et que vous ne me jetiez par la fenêtre ? Et on discute du bon vieux temps ? Ou des souvenirs du pays ?"


I can handle the lies, that’s the truth that kills me… by lizzou.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prostituée
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour.
Messages : 975
Membre du mois : 0
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : *
Caractère : Rusée - Menteuse - Séductrice - Manipulatrice - Rêveuse - Ambitieuse - Intelligente - Inconstante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: C'est une blague ou le Noyé a un sens de l'humour de merde | Mathie [Tour I - Terminé]   Mar 14 Juil - 23:21

Le sourire de Yoren avait quelques chose d'inquiétant, et, sans qu'elle n'arrive à s'en empêcher, il lui rappelait brutalement son géniteur. Ce n'était bien évidemment pas pour la calmer ou lui permettre d'avoir un comportement totalement rationnel alors qu'en temps normal, elle arrivait très bien à garder ses peurs de coté et à les cacher à tout le monde.

"Je vous avoue que je n'ai pas particulièrement envie de voir l'étendue de la colère de votre père de moi-même. Quitte à ce que ça arrive, je préfère effectivement de loin être six pieds sous terre lorsque ça arrivera. Quant à ma lignée…"

Elle laissa échapper une grimace. Inutile de finir cette phrase, elle espérait que sa lignée, si l'ont pouvait appeler cela de la sorte, s'éteindrait avec elle sans qu'elle n'ait à se soucier de quoi que ce soit. Aux reste de ses propos, elle haussa brièvement les épaules avant de souffler, d'un ton pensif.

"Et si je ne réponds pas, vous ne risquez pas de mal le prendre ? Je ne voudrais pas vous offusquer."

Mathie ne plaisantait qu'à moitié. Offusquer Yoren était le cadet de ses soucis mais elle savait la provocation gratuite inutile, surtout au vu de la situation dans laquelle elle était. Pourtant, impossible de s'en empêcher. Prenant une profonde inspiration, elle ferma et rouvrit ses poings à plusieurs reprises, se focalisant dessus durant quelques instants avant de reprendre, d'un ton qu'elle essaya de rendre moins agressif, ne se focalisant pas sur ses premières paroles.

"Mmmmh… je n'ai pas assisté aux joutes mais j'en ai entendu parler. C'était l'un des sujets principaux des tavernes ces derniers jours. Je crois que c'est le bâtard Martell qui a remporté la manche mais je ne pourrais l'affirmer totalement. Je pourrais me renseigner, ce ne sera guère difficile."

Repliant ses jambes et se calant un peu plus confortablement dans le siège, elle reprit, après lui avoir jeté un bref coup d'œil.

"Les rumeurs vont vite ont dirait. Enfin, vous avez débarqué quand ?"

Puis, d'un ton qui ne cachait pas son amusement.

"Les grands de ce monde se sont effectivement réunis autour d'une table. Je vous laisse imaginer la scène. Toujours est-il que, sans grande surprise, ils ne sont arrivés à rien. Ils campent tous sur leur position en se faisant passer pour le plus civilisé du lot. Mais les bruits de couloir vont bon train et je suppose que les alliances se feront en dehors des réunions officielles. Comme toujours."

Elle laissa filer quelques secondes avant de continuer, un rien plus sérieuse.

"Rien n'a encore pété comme vous le dites si bien. J'en suis moi-même étonnée, surtout quand on voit l'état des gardes et autre le soir dans les rues. Pourtant, les gens sont particulièrement civilisés, c'est étonnant."

Tout comme il était étonnant qu'elle puisse lui parler de la sorte sans avoir envie de lui lancer une nouvelle pique. Peut-être arriverait-elle à se comporter de façon civilisée avec le fils d'Hoare, comme quoi, tout pouvait arriver.


I can handle the lies, that’s the truth that kills me… by lizzou.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prostituée
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour.
Messages : 975
Membre du mois : 0
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : *
Caractère : Rusée - Menteuse - Séductrice - Manipulatrice - Rêveuse - Ambitieuse - Intelligente - Inconstante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: C'est une blague ou le Noyé a un sens de l'humour de merde | Mathie [Tour I - Terminé]   Mer 29 Juil - 17:06

Laissant échapper une grimace, Mathie hocha brièvement la tête. Oui, Harren était capable de tout, surtout si elle se retournait contre lui. Elle n'osait même pas imaginer à quel châtiment elle pourrait s'exposer et les quelques paroles de son fils ne faisaient que la conforter dans cette appréhension grandissante qui était la sienne.

"Raser la moitié du Conflans pour une putain. Au moins, ma mort aura un coté spectaculaire. Et dissuasif."

La catin ne savait pas quelle pouvait bien être la relation exacte entre Yoren et son père et, pour être honnête, elle s'en moquait complètement. Il était aisé de voir qu'ils n'étaient pas proches et c'était suffisant pour la jeune femme qui s'en contenterait si elle était bien sûre que le bâtard ne parlerait pas de leur rencontre à quelqu'un d'autre que lui. Le reste importait peu.

A son rire, elle secoua brièvement la tête, laissant échapper une moue.

"Je n'ai pas demandé à ce que vous vous retrouviez dans ma chambre, comprenez que ma réaction ait été un peu violente en voyant le fils d'Harren débarquer de nulle part. Surtout ici."

Elle le suivit du regard alors qu'il s'éloignait à la fenêtre et, aux propos de Yoren, elle arqua un sourcil, dubitative.

"Je ne savais pas que les fer-nés avaient une dent contre les dorniens. J'ai manqué quelque chose ? A moins que ce ne soit une affaire personnelle."

Guettant sa réaction, elle esquissa un sourire amusé avant de reprendre, d'un ton bien plus tranquille qu'à son arrivée.

"Il faut rappeler à quel point la flotte des fer-nés peut être rapide et importante ?"

Sans se montrer trop agressif bien entendu. Si Harren était effrayant, il savait manier ses pions pour obtenir des résultats avec une efficacité inquiétante. Mathie en était la preuve vivante, il avait tout de même réussi à la mettre dans le lit du nordien sans trop de difficultés.

"Ils font la guerre en dentelle pour le moment. Ils envoient des putains espionner leurs ennemis, se sourient avant d'empoisonner le vin avec lequel ils vont trinquer et cherchent des alliances tant qu'il en est encore temps sans faire confiance à personne. Après tout ça, ils enverront joyeusement leurs hommes s'entretuer sur un champ de bataille en clamant qu'ils sont des héros. Et dans quelques années, on chantera des chansons en leur honneur dans des tavernes bondées d'anciens soldats."

Laissant filer un silence, elle reprit, la mine pensive.

"Leur langue est peut-être poisseuse et ils aiment se regarder mutuellement le nombril mais ils ont du pouvoir. Et de l'argent."

Deux choses qui ne pouvaient guère laisser la jeune femme indifférente. Le pouvoir en lui-même ne l'intéressait pas réellement. Elle voulait juste avoir les mains libres de faire ce qu'elle souhaitait sans avoir à rendre de compte à personne. Mais en étant femme et bâtarde c'était tout simplement impossible si elle voulait faire autre chose que survivre tout simplement. Quant à l'argent, c'était ce qui l'avait amenée ici au tout début et, si elle ne manquait plus de rien avec les sommes conséquentes que lui versait le Roi du Nord, elle se méfiait toujours, guettant le moment où il faudrait puiser dans les quelques réserves qu'elle avait pu se constituer.

"Non. Je suis censée être ici en toute discrétion et personne n'est sensé savoir que je suis ici, hormis mon client principal. Je suppose qu'il faudrait que le contacte de moi-même mais je suis sûre qu'il saura rapidement où me trouver. Pourquoi ?"

Cette idée était particulièrement effrayante et rappelait à la jeune catin à quel point elle n'était en sécurité nulle part. Mais cela faisait partie de ces désagréments avec lesquels elle devait vivre sans trop s'attarder sur le sujet si elle ne voulait pas perdre la raison en un battement de cils. Elle aurait aimé simplement profiter de son séjour à Goeville, de la présence du Stark sans se soucier d'autre chose que d'éviter de trop s'attacher à lui mais, visiblement, ce ne serait pas le cas.


I can handle the lies, that’s the truth that kills me… by lizzou.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prostituée
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour.
Messages : 975
Membre du mois : 0
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : *
Caractère : Rusée - Menteuse - Séductrice - Manipulatrice - Rêveuse - Ambitieuse - Intelligente - Inconstante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: C'est une blague ou le Noyé a un sens de l'humour de merde | Mathie [Tour I - Terminé]   Sam 15 Aoû - 22:30

A son haussement d'épaules, elle rétorqua, avec une moue.

"Tout est possible et surtout le pire, je confirme."

Mathie n'avait pas envie de faire les frais de la colère de Hoare. Elle le respectait et elle le craignait suffisamment pour ne pas avoir l'idiotie de vouloir le provoquer inutilement et encore moins le mettre en colère. Mais pour ça, il fallait qu'elle continue la mission qui lui était assignée avec application. Et c'était là où les choses commençaient à se compliquer, la catin ne sachant plus vraiment jusqu'où elle était désormais capable d'aller.

A sa répartie, elle lui rendit son sourire. Elle n'était pas dupe et ce n'était probablement pas la seule raison de son agacement palpable à l'idée que le bâtard Martell ait étalé sa sœur mais peu importait, Mathie ne souhaitait pas le titiller plus que nécessaire. S'il n'avait eu l'air de vouloir la jeter par la fenêtre, il restait tout de même le fils d'Harren et elle n'avait pas particulièrement envie de savoir jusqu'à quel point ils pouvaient être semblables, surtout lorsqu'ils étaient en colère.

"Et bien, on va dire que c'est la réponse magique à toute question … délicate. Mais être fer-né est de toute façon suffisant pour détester la moitié du continent, je me trompe ?"

Son sourire se fit plus large à sa répartie sur sa flotte. Il avait l'air fier de lui à l'évocation de la qualité des navires fer-nés. Ou de leur quantité, Mathie ne le savait guère et, pour être parfaitement sincère, elle n'en avait cure. S'il y avait bien un domaine qui ne l'intéressait pas et qui ne risquait en rien d'éveiller un quelconque attrait, c'était bien celui des navires. Elle répondit tout de même, d'un ton amusé.

"Ah la flotte des fer-nés, comme si sa réputation était encore à prouver. Mais je ne vous imaginais pas si prompt à exécuter les ordres, comme quoi je me faisais une fausse idée."

Il semblait autant aux ordres d'Hoare qu'elle et, l'espace d'un instant, Mathie ne put s'empêcher de trouver la situation amusante.
Enfin autant qu'une telle situation pouvait l'être. Il fallait probablement être doté d'un humour particulièrement grinçant pour être en mesure de pleinement l'apprécier. Elle ne put guère savourer ce sentiment que le bâtard s'était rapproché sans crier gare.

Le voir aussi près brusquement et les deux mains sur l'accoudoir donnèrent à la catin l'impression d'être prise au piège, sans être capable de s'échapper. La sensation n'était bien évidemment pas des plus agréable mais elle leva tout de même les yeux dans sa direction, son regard accrochant le sien pour ne pas le lâcher alors qu'elle soufflait, à mi-voix.

"Et bien, vous ne voulez pas fêter les douces retrouvailles avec votre cher paternel ? Me voilà étonnée."

Décroisant doucement les bras pour essayer d'avoir l'air plus détendue qu'elle ne l'était réellement, elle souffla, sans le quitter des yeux, un mince sourire se dessinant à nouveau sur ses lèvres.

"Rien n'est jamais gratuit, nous le savons tous les deux. A votre avis, quel prix cela peut-il bien coûter ?"

A dire vrai, quoi qu'il propose, elle n'en ferait de toute façon qu'à sa tête, en fonction de l'humeur d'Hoare quand il finirait par la convoquer. Car elle le savait, ce moment arrivait tôt ou tard, et beaucoup trop tôt à son goût soit dit en passant. Mais ça, il n'avait pas besoin de le savoir.


I can handle the lies, that’s the truth that kills me… by lizzou.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prostituée
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour.
Messages : 975
Membre du mois : 0
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : *
Caractère : Rusée - Menteuse - Séductrice - Manipulatrice - Rêveuse - Ambitieuse - Intelligente - Inconstante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: C'est une blague ou le Noyé a un sens de l'humour de merde | Mathie [Tour I - Terminé]   Mar 15 Sep - 19:05

Entendre prononcer le mot "papa" de la part du fer-né arracha un sourire amusé à la jeune femme. Non pas que la situation soit drôle, bien au contraire, mais il avait raison sur un point. Les gens arrivaient sans le moindre scrupule à pointer du doigt Harren pour tous les méfaits commis tout en occultant avec mauvaise foi leur propres actes. Un peu comme elle d'ailleurs, qui finissait par reprocher à Hoare ses propres choix de vie et les conséquences qu'elle allait bientôt devoir subir. Elle avait beau se marteler qu'il avait menacé sa mère, qu'elle craignait pour leur vie à toutes les deux, Mathie avait tout de même accepté sa proposition au début. Sans qu'il n'y ait de réelle menace au départ. Les choses étaient bien différentes désormais mais, au fond, elle ne pourrait s'en prendre qu'à elle-même le jour où elle accepterait de regarder la situation en face.

A la répartie de Yoren, elle haussa brièvement les épaules avant de répondre, d'un ton pensif.

"Et bien, je ne pensais pas que vous ressentiez encore le besoin d'affirmer la puissance maritime des fer-nés. Ce n'est pas comme si c'était encore quelque chose qu'il fallait prouver."

Elle lui jeta un regard en coin, avant d'ajouter avec un mince sourire.

"Quoi, vous vous attendiez à une autre réponse ?"

Quand il se rapprocha d'elle, Mathie se sentir à deux doigts de perdre son sang-froid, incapable de ce qu'elle pourrait faire de toute façon. Elle ne l'avait déjà que trop provoqué et savait que sa patience n'était pas sans limite même s'il semblait plus indifférent à sa petite personne qu'autre chose. Si elle s'était tendue, elle ne put tout de même s'empêcher de sourire à sa réplique.

"Voilà au moins une chose sur laquelle nous sommes d'accord. La survie, c'est tout ce qui importe. Mais si je n'en vois pas la nécessité, je n'irais pas parler de notre petite rencontre à votre père. Ca vous va ?"

De toute façon, il n'avait pas le choix, il l'avait bien compris. Outre le fait que son silence aurait été trop cher pour lui, Mathie savait qu'elle était encore incapable de fixer Harren dans les yeux et de lui mentir. Elle n'était pas encore prête pour ça, pour affronter cet homme devant qui il lui arrivait de se sentir totalement transparente, quels que soient ses efforts. Pourtant, près de deux ans étaient passés depuis leur dernière rencontre. Elle aurait du se sentir plus forte, capable de lui faire face. Mais il n'en était rien, elle n'était pas dupe.

Et c'est là qu'il l'embrassa. Oh elle connaissait ce genre de baiser, uniquement là pour lui rappeler ce qu'elle était réellement et le mépris qu'il pouvait avoir pour elle. Elle se contenta de se figer, attendant sans faire le moindre mouvement qu'il termine avant de plisser les yeux dans sa direction et de faire claquer sa langue sur son palais.

"Si on touche, on paie, vous connaissez la musique."

Se relevant, elle se planta devant lui, bras croisés. Puisqu'il la traitait comme la catin qu'elle était, autant y gagner quelque chose non ? Et puis, s'il refusait, elle irait se servir elle-même, peu importait sa réaction. Lorsqu'il évoqua la possible venue du nordien, elle retint un frisson, réalisant qu'il n'aurait peut-être pas été aussi léger s'il avait su de qui il parlait.

Pourtant, elle souffla, son sourire réapparaissant et sa mine se faisant malicieuse l'espace d'un instant.

"Vous êtes sûr que vous ne devez vous méfier que de lui ? Il n'a pas prévu de venir. Et s'il change d'avis, vous n'aurez qu'à sauter par la fenêtre quand il arrivera. En espérant que ça suffise même si je n'en suis pas persuadée. Parce que, contrairement à certains, il est assez civilisé pour frapper aux portes."

Lorsqu'il l'interpella, elle le fixa, incrédule. Qu'il décide de s'installer dans son lit était une chose, qu'il lui propose de le partager d'un ton aussi naturel, comme si rien ne s'était passé , là c'était vraiment n'importe quoi. Mais il avait bien l'air décidé à passer la nuit ici et, si elle ne voulait pas finir sur le parquet, il allait falloir qu'elle se résigne. Après tout, la catin n'avait pas particulièrement envie de le laisser gagner et elle avait bien compris que, paradoxalement, elle ne risquait rien du tout avec lui. Enfin, sauf s'il changeait d'avis et qu'il décidait de l'égorger dans son sommeil. Mais, entre ça et devoir aller quémander une autre chambre dans une auberge pleine à craquer, le choix était simple.

Poussant un profond soupir, elle passa devant lui, lui assénant un coup de coude un peu brusque, comme pour se frayer un passage alors qu'elle avait toute place du monde autour d'elle.

"Poussez-vous. Et ne vous avisez pas d'essayer de me tuer. Ou pire."

Elle s'installa alors dans son lit, assise, bras croisés et la mine revêche. La nuit allait être particulièrement longue.


I can handle the lies, that’s the truth that kills me… by lizzou.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prostituée
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour.
Messages : 975
Membre du mois : 0
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : *
Caractère : Rusée - Menteuse - Séductrice - Manipulatrice - Rêveuse - Ambitieuse - Intelligente - Inconstante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: C'est une blague ou le Noyé a un sens de l'humour de merde | Mathie [Tour I - Terminé]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
C'est une blague ou le Noyé a un sens de l'humour de merde | Mathie [Tour I - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est une blague ou le Noyé a un sens de l'humour de merde | Mathie [Tour I - Terminé]
» Ici, blague de Chuck Norris, ou plutot de DIEU!
» Une blague trés raffinée ..
» Une blague très raffinée
» une petite blague vraie de laramas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Val & La Montagne :: Goeville
-
Sauter vers: