Liens utiles
Dernière intrigue
Journal des évènements
Cartes de Westeros
Localisation des persos
FAQ de BC
La parole aux membres
On vote !

Top 1Top 2Top 3



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Look into the flames | Torrhen
MessageSujet: Look into the flames | Torrhen   Mer 10 Jan - 8:38

Je fixe les flammes, songeuse, imaginant tout ce qui a pu arriver au Frey passé entre les mains de Conrad. Il ne l’a pas volé, c’est une certitude mais, tout de même, malgré mon assurance lorsque le nordien m’a interrogée, je me demande pourquoi il ne m’a pas été donné de voir ce qui allait se dérouler. Non que j’ai le moindre doute quant à la puissance de R’hllor et son pouvoir sur cette terre, mais je me demande quels étaient ses desseins. Il ne pouvait souhaiter que cela arrive et que le chaos engendré ne risque de diviser des forces déjà peu solides. Alors, c’est qu’il savait que cela échouerait. Je ne vois pas d’autre explication possible et je m’y raccroche, le doute n’ayant pas la moindre place dans le combat que je suis en train de mener.

Je ne suis pas retournée au mariage. J’aimerais dire que ce genre de cérémonie m’ennuie mais, dans la mesure où c’était la première du genre où j’étais conviée, difficile de faire une généralité d’un évènement unique en son genre. Mais l’ambiance ne me plaisait guère, sans compter les regards qui pesaient sur moi, qui allaient de la franche hostilité à la peur, en passant par la curiosité et parfois une envie que j’avais eu maintes fois l’occasion de lire lorsque j’étais une catin. Et cela n’arrivera plus. Si mon âme est toute entière dévouée à sa Lumière, j’ai libre utilisation de mon corps. Autant dire que c’est un soulagement et qu’après cette fin de grossesse difficile, je peux commencer à oublier cet aspect de mon existence. Ou, tout du moins, trouver comment le mettre savamment de côté pour ne plus avoir à m’en soucier.

Pour autant, me retrouver dans la chambre du Stark… du Braenaryon plutôt… ravive certains souvenirs. Certains bons, d’autres moins. Je ne compte plus le nombre de fois où je l’avais attendue de la sorte, prête à le divertir, l’écouter et lui permettre d’assouvir ses besoins d’homme. Tant de choses ont changé depuis que je me demande à quel point je ne suis plus la même. Je l’ai lu dans ses yeux lorsque nous avons interrogé le Frey. Il l’a vraiment compris cette fois. Je crois en tout cas. Ou j’aime à m’en persuader. Toujours est-il que son message était clair. Alors j’ai attendu que les festivités se terminent, laissant mes pensées vagabonder alors que je me réchauffais près du feu.

La porte finit par s’ouvrir et j’ai un regard en direction du nordien à qui j’adresse un sourire. « J’espère que vous n’êtes pas accompagné. Si c’est le cas, nous pouvons remettre notre entretien à plus tard, même si j’avais cru comprendre que vous vouliez me voir au plus vite. Je m’en voudrais de gâcher votre nuit. » Mais visiblement, ce n’est pas le cas. J’en suis quelque peu étonnée, j’avoue, persuadée qu’il irait se perdre dans quelque drap pour oublier les déconvenues liées au Frey. Enfin, peut-être qu’il le fera juste après et qu’il est attendu ce qui, ma foi, me semble d’une logique implacable. « Dois-je me perdre en mondanité et vous demander si le reste des festivités s’est bien passé ou vous préférez vous passer de commentaires ? » J’ai parlé d’un ton doux, tranquille et je finis par désigner le feu d’un mouvement de la tête. « Venez-vous réchauffer. J’ai fait demander du vin aussi, si vous en avez la nécessité. » Il n’a pas l’air d’avoir bu plus que de raison en tout cas. Et je le fixe, un peu curieuse de ce que nous allons pouvoir nous dire.


The night is dark and full of terror
There are no gods but R'hllor and the Other, whose name may not be said... ©️ by anaëlle.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prostituée
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour.
Messages : 1054
Membre du mois : 26
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : *
Caractère : Rusée - Menteuse - Séductrice - Manipulatrice - Rêveuse - Ambitieuse - Intelligente - Inconstante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Look into the flames | Torrhen   Mer 10 Jan - 21:56

Je traînais un instant près des écuries alors que les messagers saluaient et s’éloignaient. Ils enfourchaient leurs montures et claquaient des talons contre leurs flancs, non sans un rien d’empressement. Les missives partaient en tous sens. Il fallait agir, et vite. Distribuer mes ordres. Le pire était évité, le pire était passé aussi. Je ne voyais tout ceci que de l’œil du stratège, qui anticipait d’aussi mauvais coups comme les tentatives désespérées de personnes aux abois. Frey avait conchié ses chausses, et Conrad et moi avions dû nous égratigner quelque peu les jointures pour faire en sorte que l’homme parle. Mathie avait toutefois été déterminante dans l’affaire. Mathie. Mathie la putain. L’espionne. La jeune femme que j’avais jadis laissé m’approcher, comme un homme bien plus vieux avait parfois l’envie de se prendre une jeunesse pour avoir moins la sensation d’être seul contre tous. Quelle faiblesse. Pathétique. Avais-je jamais eu besoin des femmes, au-delà de leur aspect physique ? Non. Jamais besoin. Ou plutôt si, avec la nécessité d’avoir des enfants et héritiers, mais ce besoin-là avait été bon gré mal gré accomplit depuis longtemps. J’avais trouvé en Rhaenys Targaryen une égale. Un besoin, pour supplanter ceux du passé ? Peut-être, mais dans ce cas je ne serais qu’un fieffé imbécile. Si la vie m’avait depuis toujours appris toute la violence et la douleur qu’elle recelait, c’était aussi que les femmes finissaient toujours par me démolir, d’une façon ou d’une autre.


Celle que je retrouvais ce soir m’avait fait beaucoup de mal, elle aussi. Si je ne lui avais pas laissé tant d’ouverture, tant de place… Je l’avais traitée par la suite avec une grande sévérité. J’aurais pu avoir sa tête, mais non, je lui avais réservé sans doute encore pire. Je resserais le col de ma cape en fourrure, autour de mon cou, et en grimpant les marches des créneaux adjacents à la tour que j’avais investie en partie, je glissais à moitié sur les marches gelées. Il faisait si froid, maintenant. Jamais je n’avais ressenti la fraîcheur de l’hiver arrivant aussi fort que cette année. Il allait être rigoureux… Ou bien c’était moi qui étais trop vieux pour l’affronter. Je soupire, en posant mes mains gantées contre la pierre des murs de Vivesaigues. Par-delà les forêts à l’est, grandes masses sombres, l’armée d’Harren. Et mon destin. Le vrai, cette fois.


Mathie me sourit, lorsque j’entre dans mes appartements. Déjà arrivée. Forcément. Son sourire ne provoque pas de réplique, chez moi. Je la regarde, mais évite bientôt ses prunelles qui me dévisagent. Elle me met mal à l’aise. Je n’ai jamais été confiant vis-à-vis des choses de magie, y compris quand c’était ma propre épouse qui en était la source. Je m’avance et retire mes gants, que je jette sur le bureau, puis ma cape. Je suis bien habillé, bien sympa, mais plus rien maintenant ne peut plus masquer ma gueule d’assassin. Je soupire, las. Il est bien tard, et ces festivités ont un arrière-goût amer même si le poison n’a pu être déversé.



| Ai-je l’air d’un tombeur de ces dames ? ce n’est pas moi qui doit honorer une femme, ce soir. Ma nuit m’attendra bien un peu plus, maintenant que tu es arrivée. |


Il n’y avait pas le moindre double sens à mes paroles, et il était clair que je n’allais pas quitter ce ton indifférent, qui m’avait valu une réputation d’homme glacial pendant des années. Les gens définissaient-ils toujours ainsi ceux qui ne s’exprimaient, comme eux, avec cette fausse chaleur dégoulinante et mièvre ? Je m’asseois dans l’un des fauteuils en face du feu, alors que Mathie semble vouloir me ménager. Je grogne, en réponse, quand elle me demande comment s’est passé le reste des mondanités.


| Bien, compte tenu des circonstances. Mon fils honorera sa femme cette nuit, c’est l’essentiel. Personne n’avait vraiment l’air heureux. Et plusieurs hommes sont morts, pour que cela puisse avoir lieu. Et d’autres mourront encore. |


Je ne le formulais pas à voix haute, le regard perdu dans les flammes, laissant un silence s’installer… Mais je pensais de plus enplus que les Dieux m’avaient maudit.


| Pas d’alcool pour moi. J’ai besoin d’avoir les idées claires. Sitôt que tu seras partie, je rédigerais la pelletée d’ordres qu’il faudra pour mettre tout le monde en branle. Mais je t’ai fait venir parce que nous devons discuter. Tu as su prouver ton utilité ce soir. Je t’ai déjà exprimé mes pensées sur notre… Sur le dénouement de notre histoire commune. Je ne reviendrais pas là-dessus. Mais je voulais te prévenir que je t’emmenais avec moi vers Harren et la guerre. Il est temps de tuer l’assassin de ta mère, et celui de mes frères. Que peux-tu me dire sur l’ennemi ? Qu’as-tu vu ? |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 15745
Membre du mois : 270
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Look into the flames | Torrhen   Ven 19 Jan - 11:27

Il n’est pas à l’aise, c’est une évidence. Pour un peu, je dirais qu’il a réellement peur de moi et de ce qu’il peut lire dans mes yeux. Mais venant d’un homme prêt à défier la mort elle-même si c’était nécessaire, j’en suis un peu surprise. Pourtant, ce ne serait pas impossible. Et puis, c’est plutôt une bonne chose, cela voudrait dire qu’il me prend au sérieux. Ce qui vaut mieux pour lui en vérité. A ses propos, je me contente de hausser les épaules et de rétorquer, imitant son ton neutre en forçant même un peu le trait. « Vous n’avez jamais manqué de charme. Mais je suppose que vous faites allusion aux cicatrices qui barrent votre visage. Elles montrent que vous êtes un survivant et que vous avez tenu tête à Hoare jusqu’au bout. Je suis sûre que cela aura son petit effet, à n’en pas douter. Mais il est vrai que c’est à un autre Stark de se montrer à la hauteur cette nuit. »

Je laisse filer un silence, mon sourire se faisant un brin amusé à son grognement. Mais je réponds, d’une voix douce, posée, mon regard fixé sur lui alors qu’il se perd un instant dans la contemplation des flammes. « Cette union représente beaucoup. Et les hommes sont inquiets. Ils ont peur, à juste titre. Au moindre faux pas, tout pourrait s’écrouler. Mais vous avez réussi à passer une étape importante. Quoi qu’il arrive désormais, vous avez scellé un peu plus cette alliance avec les Tully. Ils seront heureux plus tard, lorsqu’ils pourront se le permettre. Quant à la mort… elle est inéluctable, nous le savons tous les deux. Autant qu’elle serve à quelque chose. »

Et s’il refuse de boire, le reste de ses propos m’interpelle. Je laisse filer un silence avant de reprendre, d’un ton assuré, mon sourire flottant toujours sur mes lèvres. « Je me doutais bien que vous ne comptiez pas revenir dessus, je ne suis pas idiote. Vous avez plus que clair à ce sujet et je n’escomptais pas finir dans votre lit en venant ici si c’est votre inquiétude. J’ai mieux à faire que de tenter de séduire un homme qui ne me trouve clairement plus à son goût. » J’inspire avant de reprendre, non sans un rire. « Me prévenir ? Vous m’emmènerez si je le souhaite et si R’hllor n’a pas d’autres desseins pour moi, je prévenir vous prévenir tout de suite. Vous aurez beau me mettre au fer ou me menacer, cela ne changera rien. Je suis capable de disparaitre avant même que vous ne vous rendiez compte de quoi que ce soit. Inutile de gaspiller votre salive pour cela. J’ai prévu de vous suivre. Pour le moment en tout cas. » Et je lève une main en direction du nordien avant de reprendre, d’un ton plus songeur. « Voilà l’assassin de ma mère, mais peu importe. »

Sa question, plus pressante que le reste, me laisse silencieuse. Je m’assois en tailleur devant les flammes et je me tais durant de longues secondes, lui laissant tout loisir de m’invectiver sur le reste de mes propos. Et je finis par répondre, d’une voix songeuse, le regard perdu loin de lui. « Il rassemble ses hommes. Ils essaient se de préparer pour l’hiver. Mais ça ne marche pas. Ils ont peur, ils s’inquiètent derrière leurs fortifications et leurs barricades. Pour autant, ils vous attendent. » Je relève la tête et je reprends, le plus sérieusement du monde. « Votre destinée est de plus en plus trouble messire. Je ne vous avais encore jamais vu aussi seul au milieu de la brume. Mais vous êtes toujours debout, votre épée à la main. Quand bien même les loups ne cessent de hurler. » Et je tends les mains vers le feu avant de continuer, toujours sur le même ton. « Les barbares. Ils sont là également. Vous ne serez en sécurité nulle part. »


The night is dark and full of terror
There are no gods but R'hllor and the Other, whose name may not be said... ©️ by anaëlle.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prostituée
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour.
Messages : 1054
Membre du mois : 26
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : *
Caractère : Rusée - Menteuse - Séductrice - Manipulatrice - Rêveuse - Ambitieuse - Intelligente - Inconstante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Look into the flames | Torrhen   Dim 21 Jan - 16:15

J’essaie de m’ouvrir à cette nouveauté, à cette incongruité, que représente la jeune femme. Je ne sais pas si ses dieux sont réels, enfin, son dieu. Monothéiste, c’était ainsi que fonctionnait la religion des Rouges, pour ce que j’en savais. Cela ne voulait pas forcément dire que je la pensais sans pouvoir, ou que j’étais incapable de considérer qu’il puisse exister d’autres puissances supérieures à l’Homme que celles que j’avais toujours priées. Je savais que Mathie était revenue changée de son exil, et qu’elle n’était plus la même femme que celle qui avait partagé ma couche durant les dernières années de mon veuvage. Je ne pouvais pas anticiper, toutefois, de ce qu’elle était très concrètement capable de faire. On prêtait beaucoup de légendes à ces gens, beaucoup de capacités hors du commun, alors qu’il était clair que beaucoup devaient relever du mythe. Près du feu, je me rendis compte que j’effleurais du bout des doigts la cicatrice, au niveau de mon front. Je me reprenais bien vite alors que la jeune femme me flatte, même si elle le faisait de façon neutre. Son ton semblait un rien péremptoire, mais fondamentalement parlant, cela ne me fit ni chaud ni froid. Je n’avais plus besoin d’être séduisant, aujourd’hui, l’Empire ne se construisait pas tant que l’apparence que sur la preuve par les faits, de l’affirmation factuelle de sa puissance.


| On n’est un survivant que provisoirement. Ton dieu a déjà contrarié les miens de leur dû ; ils ne tarderont pas à venir le réclamer à nouveau. Mes dieux ne sont pas complaisants avec la faiblesse. Il était écrit que Buron devait voir ma fin. |


Ce n’est pas la dépression du survivant ; comme la jeune femme, ma propre voix se fait sérieuse et sans détour ; je ne me cache ni derrière l’égo ni derrière le plus petit affect ; je fais ce que je peux et ce que je dois, et je continuerais à le faire envers et contre tout jusqu’au bout. Mais je savais que les dieux pensaient ma mort, durant la dernière bataille. Mes songes sur le sujet étaient éloquents, et j’avais toujours très fortement cru en la puissance des rêves, qui étaient la passerelle, le lien, avec les dieux. La jeune femme confirme ce que je sais déjà, l’importance du mariage entre les maisons Stark et Tully. Quant au bonheur de mon fils, je n’avais que peu de doutes dessus. Son cœur n’était pas encore si froid qu’il ne pourrait plus se réchauffer ; il était bien trop jeune pour ressentir cette sensation trompeuse.


| Ce n’était qu’une étape, mais une étape nécessaire. Si Dorne continue à se tenir à l’écart, je marierai sans nul doute Orys Baratheon à Argella Durrandon. Entre cocus, chefs de guerre et survivants de massacres, ils s’entendraient sans doute plus. Restera à s’allier maritalement au Bief, et l’Empire sera assuré d’un maillage interne intangible mais solide malgré tout. |


L’ex-putain me répond avec un sourire que certains pourraient considérer comme insolent, mais je laisse filer. Sans plus être proche de Mathie, je ne pouvais pas nier que la réprimander sur le sujet ne ferait que gâter un lien déjà difficile entre nous. Et elle préjuge déjà de mes intentions et de mon avis. Tout comme je laissais filer la pointe, sous entendant qu’elle aurait eu plaisir à me séduire si je n’étais pas si fermé. Je savais que rien ne pourrait plus jamais avoir lieu entre nous ; j’étais allé bien trop loin dans sa sanction des mois plus tôt, pour qu’il puisse encore y avoir ce genre de relation entre nous, que j’estimerais de toute façon fallacieuse vues ses nouvelles allégeances, et je n’étais pas prisonnier de mes désirs et pulsions aujourd’hui. J’assume, lorsqu’elle m’incrimine comme assassin. J’avais ma part de responsabilité, mais si j’étais plus cruel, je ferais remarquer que c’étaient avant tout les actions de la jeune femme qui avaient conduit sa mère au pilori et à la mort, je ne savais même pas qu’elle existait avant qu’elle ne pleure son décès. Je ne rebondis donc pas sur le désir charnel ; cette manœuvre marchait peut être avec d’autres, mais pas pour moi, pas plus que je ne relevais son espèce de mise en garde.


Je la regarde s’installer devant les flammes et ne souffle mot. Ses yeux semblent se perdre dans la contemplation de quelque chose qui m’échappe totalement. Je ne peux estimer de la part de folie ou de vérité de ses propos, lorsqu’elle m’indique qu’Harren assemble ses hommes et qu’il se prépare pour l’hiver. Fortifications et barricades, cela collait avec mes renseignements. Le fait que ma destinée soit trouble, je ne relevais pas plus. Cela ne m’intéressait pas.


Je suis ce que je suis, et je fais ce pourquoi je suis fait.



| Soit, Harren n’est donc pas en mouvement. Laisse-moi m’occuper de mes loups, mais désigne-moi d’abord la cible. De quels barbares parles-tu, prêtresse ? Est-ce une nouvelle menace fer-née ? Le retour de sauvageons ? Les maudits, je les ai déjà décimés. Dis-moi quelle est cette nouvelle menace. |


Je déglutis, fronçant les sourcils.


| Et dis-moi aussi, sans détour, quel est ton prix. Tu veux favoriser ton Dieu, très bien. Mais dis-moi encore ce que tu attends de moi dans cette histoire. Concrètement. |



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 15745
Membre du mois : 270
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Look into the flames | Torrhen   Lun 29 Jan - 16:43

Je me demande tout de même à quoi il pense réellement. Outre ces évidences qui me sautent aux yeux quand je l’observe. Si j’ai changé, il n’est pas en reste et je vois bien dans son regard que les secrets qu’il porte maintenant sont encore plus nombreux qu’autrefois. Ou alors, c’est tout simplement parce que je n’en prends pleinement conscience que maintenant. Je suis ses doigts des yeux alors qu’il effleure sa cicatrice, laissant filer un silence alors qu’une fois de plus, j’aimerais connaitre ses véritables pensées. Et j’arque un sourcil à sa répartie, plissant des yeux un instant dans sa direction avant de souffler en secouant la tête. « Tout le monde n’est qu’un survivant provisoire, sans même avoir à défier les dieux, quels qu’ils soient. Et vous croyez que mon Dieu est complaisant peut-être ? Il a sacrifié sans ciller un de ses fidèles pour vous. Vous avez décidé que Buron devrait être votre fin, mais je ne suis pas sûre que vous deviez affirmer que c’était également le desseins de vos dieux. Ou du mien. »

Et je l’écoute avec une attention non feinte alors qu’il évoque les projets qu’il a en tête. « Dorne ne se tiendra certainement pas à l’écart longtemps. Il se fera dévorer, d’une façon ou d’une autre. Reste à savoir quel ennemi se dressera dans cette direction plus tard. Quant à s’allier maritalement le Bief… je suppose que vous parlez du Bief qui a rejoint vos rangs, pas celui qui va bientôt frapper à vos portes non ? Et vous pensez vraiment que les bieffois seront prêts à accepter ça sans sourciller ? » Je le fixe, curieuse, sans vraiment faire plus de commentaires sur les autres alliances maritales qui, dans le fond, ne m’intéressent guère. A croire que, de toute façon, toutes les têtes couronnées sont destinées à être cocues, d’une façon ou d’une autre. A cette pensée, j’ai un mince sourire avant que les flammes ne captent entièrement mon attention. Les images sont un peu floues, mouvantes. Le futur n’est de toute façon jamais totalement défini. Il peut changer, si les principaux protagonistes décident de prendre une autre voie. Et je ne lui réponds pas tout de suite, mon regard toujours rivé ailleurs, fixant une direction qu’il ne peut pas vraiment voir. « La cible ? La vôtre ou la leur ? Quant à ces barbares… ils sont… différents de ce que j’ai pu voir. Hirsutes. Ils se cachent bien. Très bien même. Dans les sous-bois, le long de la rivière. Ils ne sont pas loin. Vous ne pourrez jamais décimer totalement un peuple et ils viennent avec l’hiver. »

Je bats des cils au reste de ses propos, me détournant du feu avec difficulté. Et je le regarde longuement, le visage totalement neutre, avant de répondre, d’une voix posée. « Le Septon veut notre perte. Je veux sa tête avant qu’il ne fasse tomber la nôtre. » Cela ne me parait que justice. Après tout, pourquoi cette religion pourrait s’imposer alors que cette Foi n’est qu’artifice et poudre aux yeux ? R’hllor doit avoir plus de croyants, doit pouvoir s’imposer en Westeros tout autant que la Foi. Voire plus encore. Mais pour ça, il faudra des sacrifices.


The night is dark and full of terror
There are no gods but R'hllor and the Other, whose name may not be said... ©️ by anaëlle.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prostituée
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour.
Messages : 1054
Membre du mois : 26
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : *
Caractère : Rusée - Menteuse - Séductrice - Manipulatrice - Rêveuse - Ambitieuse - Intelligente - Inconstante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Look into the flames | Torrhen   Lun 29 Jan - 23:00

J’affronte Mathie comme j’affronterais le chef d’une faction politique quelconque. Parce que c’est ce qu’elle est devenue. C’est clair pour moi ; Mathie n’a plus rien d’une catin, hormis peut-être une inclinaison, dûe à sa naissance de basse extraction, à se montrer frivole, et peu respectueuse du verbe comme des rangs associés. Mais je ne me leurre pas. IL n’y avait rien d’autre que la main de Harren, dans ce qui l’avait jadis amenée à moi. Et aujourd’hui il n’y avait rien d’autre que la main de son nouveau dieu, dont je ne savais rien et que je ne désirais pas plus connaître. Je sais pourtant que je lui suis redevable, même si je n’ai absolument aucun désir de lui devoir quoi que ce soit. A mes yeux, sa position même, la dernière fois que nous nous étions vus, la rendait ma débitrice pour lui avoir laissé la vie sauve, même si elle fut quelque peu abîmée dans l’affaire. Nous retrouver à égalité était illusoire ; nos vies n’avait pas la même valeur selon la perspective où l’on se plaçait. Je fis la moue, ne me départissant ni de mon calme, ni de mon assurance.


| Permets moi d’être convaincu de mieux connaître mes dieux que toi. Ils me possèdent depuis avant ma naissance, et j’approche des quarante ans. Toi, tu l’as découvert il y a combien de semaines ? Je ne suis pas prêtre, mais j’ai vu les dieux dans l’âme des hommes depuis avant même ta naissance. |


Et moi, je n’avais rien trouvé de mieux à faire, vieux loup veuf et solitaire, que de coucher avec cette jeune nymphe ? Quelle mouche m’avait piqué, à avoir cru que je pouvais contrôler ce genre de relation, en privilégiant la mainmise sur le secret de notre relation. Je fronce les sourcils, alors qu’elle évoque Dorne, l’ennemi qui s’y trouve, et sur le Bief, que je relève à peine. De toute façon, je suis sûr d’au moins une chose, mais le poids de cette certitude est tel que je balaise tout le reste d’un revers de la main sans la moindre gêne, sans la plus petite hésitation.


| Il n’y a qu’un seul Bief, et c’est celui que je reconnais comme tel. L’expérience m’a appris que tout le monde ferme son clapet quand on se présente avec quelques hallebardes nordiennes bien affûtées. |


Sûr de ma force, je l’étais, même s’il restait Harren avant de s’inquiéter pour Dorne ou pour le Bief, et Harren était de ces plats où le risque d’indigestion était chronique. Et Mathie répond encore par énigmes. J’ai un geste d’impatience, une grimace de dédain que je ne cherche pas à voiler. D’accord, elle m’a sauvé la vie, mais est-elle vraiment utile avec tous ces salamecs ? Des barbares derrière une rivière, qui viennent avec l’hiver.


| Soit, j’écrirais au Lord Commandant pour l’incliner à la prudence. Rassurée ? |


Je ne croyais pas à une nouvelle invasion sauvageonne, puisqu’il ne semblait pas s’agir d’une menace fer-née. A moins qu’elle ne parle de sous-bois derrière la Ruffurque ? Dans ce cas, je devrais peut être envoyer quelques reconnaissances, juste au cas où… Et la jeune femme me réclame la tête du septon. Je soupire, croise les bras.


| J’ai juré la liberté de culte aux peuples composant l’Empire. Même si ce Grand Septon tombe à cause de sa duplicité, ne vas pas croire que j’en interdirais la religion. |


Modeste prix à payer, bien que je savais fort bien que sa participation active –qui restait à prouver- à la guerre risquait d’incliner des gens à la rejoindre. C’est pourquoi je voulais savoir si elle avait un vrai rôle à jouer dans toute cette histoire, ou non.



Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 15745
Membre du mois : 270
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Look into the flames | Torrhen   Jeu 8 Fév - 19:46

Je ne pensais pas qu'un jour nous aurions pu avoir ce genre de discussion. S'il se voit toujours comme supérieur à moi, je ne me vois guère lui faire changer d'opinion à ce sujet, notre différence de rang est moins flagrante. Je ne saurais pas vraiment dire pourquoi je ressens ça. Si c'est parce que cette façon de cataloguer les gens selon leur naissance n'est plus quelque chose qui me touche ou s'il y a autre chose. Tant que je peux le regarder dans les yeux sans ressentir ce besoin irrépressible de baisser le regard parce qu'il m'intimide, parce que j'ai honte de ce que je peux être, peu m'importent les raisons de tout cela. J'ai un bref sourire à ses propos et je me retiens de lever les yeux au ciel. "Evidemment que vous êtes convaincu de mieux connaitre vos dieux que moi. L'inverse serait inquiétant. Mais je ne vous pensais pas imbu de vous-même au point de croire que vous connaissez la destinée qu'ils vous auraient réservée. Quant au reste, je ne relèverai pas l'insulte ou l'affront, appelez-ça comme vous voulez. Les années ne sont pas le seul moyen d'acquérir des certitudes ou de comprendre certaines choses."

J'arque un sourcil au reste de ses propos et à la certitude toute masculine qui en émane. Cette fois par contre, je ne me retiens pas de lever les yeux au ciel et de secouer la tête. "Et votre expérience ne vous a-t-elle pas appris la rancœur que cela peut engendrer pour les générations à venir ? Ou vous comptez régler toutes les difficultés de cette façon ?" J'avoue, je suis curieuse. Il est tellement tranchant, tellement empli de sa propre colère que j'ai le sentiment qu'il ne voit pas au-delà, même s'il semble s'être persuadé du contraire. A ses mimiques, je fronce légèrement les sourcils, mon sourire disparaissant aussi sec. "Evitez de vous montrer méprisant. Fondamentalement, je me moque que les barbares, les sauvageons qui se cachent derrière les bosquets de la rivière viennent et vous égorgent dans votre sommeil. R'hllor m'a permis de les voir, c'est pour que vous puissiez anticiper du mieux que possible. Libre à vous de faire ce que vous voulez. Mais je suis rassurée, si c'est ce que vous voulez entendre."

Il ne me fait pas confiance, c'est un fait. Pourtant, je n'ai rien à gagner à lui annoncer une menace de ce genre. Mais voilà la question qui devait lui brûler les lèvres depuis le début. Je ne vais pas lui dire que ce que je veux réellement me sera dicté par R'hllor le moment venu. Alors, je demande quelque chose qui semble cohérent et, visiblement, il semble me croire. Dans le fond, je ne dirais pas non à la tête du Septon en réalité, ne serait-ce que pour prouver aux autres que personne n'a le droit d'imposer sa religion et que R'hllor fera payer ceux qui l'empêcheraient de s'étendre. J'ai tout de même un mince sourire à ses propos et j'ajoute, d'un ton tranquille. "Je ne vous ai jamais demandé ça. Je ne suis pas idiote. Interdire les autres religions serait se retrouver dans la position actuelle de la Foi, à s'attiser les rancoeurs des autres. Je veux simplement la tête de celui qui se croit au-dessus de toutes les religions, de toutes les autres croyances et qui pense pouvoir les éradiquer d'un claquement de doigts. Si les hommes doivent s'ouvrir à la Lumière, ils le feront sans la moindre obligation. Ce n'est pas une croisade." Pas encore en tout cas.


The night is dark and full of terror
There are no gods but R'hllor and the Other, whose name may not be said... ©️ by anaëlle.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prostituée
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour.
Messages : 1054
Membre du mois : 26
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : *
Caractère : Rusée - Menteuse - Séductrice - Manipulatrice - Rêveuse - Ambitieuse - Intelligente - Inconstante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Look into the flames | Torrhen   Jeu 8 Fév - 23:55

Je suis las et fatigué. Cette discussion ne mène à rien ; je n’arrive pas une seule seconde à démêler l’inextricable écheveau de plans de la jeune femme et de son dieu mystérieux. Je ne comprends rien à leur action et leur intérêt dans mes affaires me semble bien limité ; elle me connaît plus que beaucoup, elle doit donc savoir que je ne suis pas du genre à prôner le ralliement à son drôle de monothéisme, si peu courant et peu acceptable au regard de quantité de traditions en Westeros. De toute manière, nous sommes incapables de poser les bases d’un dialogue sain. Elle ne souffre, comme moi, aucun retard ou hésitation, elle ne tolère pas non plus les désaccords. Le sort de notre coopération apparaît aussi rapidement scellé qu’entamé, et cela me gêne dans le sens où je me sens malgré moi redevable envers la jeune femme ; j’aurais préféré que le terrain d’entente puisse être plus facilement trouvé, cela aurait sans doute facilité la suite de nos échanges tout en apaisant mes sentiments. Je n’aimais pas me sentir débiteur de qui que ce soit, pour n’importe quelle raison. Je m’impatiente malgré tout. Elle se pose en donneuse de leçons, et je n’en ai ni la patience ni l’habitude. J’étais Roi avant d’être Empereur, et mon âge me donne aussi plus d’expérience.


| Soit, tu en sais donc plus que moi. Grand bien t’en fasse. Cela ne me permet visiblement pas plus d’avancer. |


Ce n’était pas tant un geste et des paroles d’humeur que simplement d’un constat ; ses visions et ses plans d’avenir ne correspondaient à rien que je puisse vraiment utiliser. Hormis le ralliement d’une nouvelle religion, pour contrebalancer les Sept ? Quel genre de fou furieux serais-je, de nier ainsi la légitimité de la religion pratiquée par le plus de personnes sur ce continent ? Mes muscles maxillaires se crispent à son attitude insolente, lorsqu’elle se désintéresse totalement de ce que je raconte. Je soupire, de frustration cette fois.


| Mon expérience m’a surtout appris la survie. Sans personne pour diriger le Bief, mon espérance de vie se trouve considérablement compromise. Pas que je tienne spécialement à l’existence, mais je tiens malgré tout à mon œuvre. Et elle est loin d’être achevée. |


Qu’est ce que cela pouvait faire à Mathie, de toute manière ? Visiblement, tout ce que je disais n’était que sottises et présomptions, sans trop accorder de crédit à tout ceci. Ma voix se fait glaciale, et crisse comme l’acier. Si j’avais pu envisager emmener une devineresse avec moi dans le Conflans, c’était râpé, le peu de confiance que je pouvais lui accorder n’avait pas été fécond.


| Et toi, évite-donc de me fournir des informations aussi dénuées de précision. Des barbares qui veulent notre peau, il y en a partout. Au Nord, à l’ouest, à l’est et au sud de cette même position. Je ne peux rien faire de ce que tu me dis. Alors ne te permets pas de me donner des ordres, quand ce que tu dis n’a aucune valeur. |


Pas en tant que parole, promesse donnée, mais en terme d’opérationnalité. Je ne pouvais rien faire d’une telle vision, même en admettant qu’elle soit réaliste. Des barbares derrière une rivière… Il y avait des rivières partout et selon le point de vue, il y avait au moins trois peuples sur le continent qui répondaient à ce cruel descriptif, sans parler que ces trois peuples étaient disséminés en quantité d’armes ou de groupes de maraudes. Duquel devais-je prendre garde ? Cela n’avait aucun sens, aucune prise tangible avec le réel. En somme, ce renseignement n’avait aucune valeur militaire. Si Mathie pensait débarquer dans mes appartements avec ses prêchi-prêcha et ses salamecs et espérer une place de choix dans le maillage politico-religieux de Westeros, c’était raté. Je n’étais pas un souverain facile à accommoder, même si sa présence ici témoignait de mon respect et de son utilité dans l’affaire Frey, il n’en restait pas moins que son attitude, à me chercher des poux alors qu’elle ne présentait aucune avancée tangible… Je hochais la tête à ses paroles.


| Le Grand Septon tombera, mais parce qu’il m’a menacé, avec tous les miens, des pires châtiments. Je ne le ferais pas pour toi, ni pour ton dieu. Tu l’avais déjà compris. |


Je soupire.


| Je repars bientôt en campagne. Tu pourras rester ici, si tu le souhaites, tant que ta présence n’occasionne pas de troubles. Pas de prêches. Pas de « visions », si elles ne sont pas assez précises pour être exploitables. S’il y a quoi que ce soit, tu pourras me contacter facilement, des estafettes feront le trajet sans cesse. Autrement, nous rediscuterons de tout ceci avec l’Impératrice, une fois la campagne terminée. |


Pas convaincu, et surtout, visiblement pas besoin.




Feu, Sang et Hiver
Maison Braenaryon




Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 15745
Membre du mois : 270
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Look into the flames | Torrhen   Jeu 15 Fév - 18:01

Il est évident qu’il n’apprécie guère notre discussion. Quant à savoir pourquoi, c’est une toute autre histoire. Parce qu’il n’aime pas ce que je dis ? Parce qu’il n’aime pas que je ne sois plus prête à abonder au moindre de ses mots ? Probablement les deux. Et je me doute qu’il va bientôt finir par perdre patience. Mais je n’ai pas la moindre intention de m’aplatir ou de l’approuver uniquement pour lui faire plaisir. Sinon, il sera persuadé de pouvoir user de moi à son bon vouloir et ce n’est plus ainsi que nous allons fonctionner désormais. Il le sait, j’espère en tout cas. Je secoue tout de même la tête à sa réplique, me retenant de lui dire ce que je pense réellement. Je hausse brièvement les épaules et me contente de souffler, à mi-voix. « Je n’ai pas dit cela mais… peu importe. Grand bien me fasse donc. »
 
Mon soupir fait écho au sien, mais je l’écoute avec attention, laissant filer un silence alors que je hoche brièvement la tête. « Vous êtes un survivant, il est vrai. Et non des moindres. Votre ténacité a quelque chose d’impressionnant en vérité. Et je comprends pour le Bief, même si je donne l’impression d’être trop stupide pour cela. » Ou quelque chose dans le genre. Pour autant, il sait très bien que je continue de penser la même chose. Que couronner un homme qui a fui son pays ne sera vraiment pas pour jouer en sa faveur. Enfin, je ne suis pas son conseiller et je n’ai pas la moindre intention de le devenir. Heureusement pour moi d’ailleurs. Je fronce tout de même les sourcils au reste de ses paroles, le fixant d’un regard noir alors que mes mâchoires se contractent. « Je commence tout juste à maitriser mes visions et elles ne se font ni sur commande ni avec la précision qui pourrait sied à son impériale majesté. » Mon ton s’est fait plus sec alors que je me redresse un peu, le menton relevé. « Je ne vous ai pas donné d’ordre, je ne compte pas le faire. Si les visions doivent se préciser, elles le feront. Sinon cela voudra dire qu’il faut agir autrement. Quant au fait que ce que je peux voir ait de la valeur ou non… » Je secoue la tête, sans bien savoir si entrer dans ce débat aura vraiment un intérêt, pour lui comme pour moi. Il ne veut pas y croire. Quand bien même ma venue à Buron tient de l’impossible, il ne sera jamais prêt à croire que je suis capable d’autre chose. Et si c’est vraiment ça, je le plains d’une certaine façon.
 
Je vois bien qu’il se demande ce que j’ai vraiment derrière la tête. Mais au vu de son attitude, de la façon dont il semble prêt à rejeter tout ce qui peut s’apparenter à ce que je suis devenue, je n’ai guère envie de partager quoi que ce soit de plus que le nécessaire. R’hllor a voulu que je le sauve. Et bien soit. Si je dois le faire périr parce qu’il me l’aura demandé, je n’hésiterais pas. Je ne sais pas s’il en a réellement conscience en réalité. Mais le sujet dévie sur le Grand Septon. En réalité, à bien y réfléchir, une part de moi me souffle qu’il sera plus utile vivant que mort. A voir comment les choses finiront par tourner. Je laisse tout de même filer, d’une voix plus douce, presque pensive. « Evitez d’en faire un martyre en tout cas. Il en serait bien trop heureux. Et oui, j’ai bien compris que vous ne ferez rien pour moi ou pour mon Dieu. Mais je ne vous l’ai pas demandé. Je veux juste que vous évitiez de me voir comme une… ennemie. Est-ce que c’est envisageable ? » J’ai quelques doutes tout de même et je le fixe, toute trace d’amusement ou de taquinerie disparue. Et, au reste de ses propos, je penche légèrement la tête sur le côté, la mine interrogative. « Dois-je comprendre que vous me laissez le choix entre me joindre à votre campagne ou rester ici ? Je n’ai que ces deux possibilités ? Dans tous les cas, si certains veulent savoir plus de choses sur Sa Lumière, je ne leur cacherais rien et je leur parlerais. Sauf si vous comptez me consigner dans une tente ou une chambre sans parler à qui que ce soit. » Je ne suis ni agressive ni spécialement inquiète. Curieuse tout au plus, alors que je me demande quelle route R’hllor veut me voir suivre.


The night is dark and full of terror
There are no gods but R'hllor and the Other, whose name may not be said... ©️ by anaëlle.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prostituée
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour.
Messages : 1054
Membre du mois : 26
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : *
Caractère : Rusée - Menteuse - Séductrice - Manipulatrice - Rêveuse - Ambitieuse - Intelligente - Inconstante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Look into the flames | Torrhen   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Look into the flames | Torrhen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Flames of war [Battlefront]
» NHL Roster - Calgary Flames
» Torrhen Tully - Time to wake up
» Rapport de bataille Flames Of War
» Calgary Flames TB

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Conflans :: Vivesaigues
-
Sauter vers: