Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -12%
Caméra sport GOPRO HERO 8 BLACK
Voir le deal
379.99 €

Love, Hate and Power [Tour II - Terminé]
MessageSujet: Love, Hate and Power [Tour II - Terminé]   Love, Hate and Power [Tour II - Terminé] EmptyDim 8 Nov - 20:07

Joren était parti il y a quelques jours, désormais. Seule, j'étais pourtant loin de manquer d'occupation. J'étais habituée à la voir prendre la route ainsi, pour exécuter les missions diverses et variés que pouvait lui confier son Père. C'était bien plus que cela, aujourd'hui. Nous étions en guerre contre un ennemi qui n'était pas négligeable, et les enjeux de cette dite guerre dépassait ceux que j'avais connu jusque là. Mais ils étaient ceux pour lesquels je m'étais préparée, et j'étais heureuse que nous y arrivions enfin. Mais ne le cachons pas ; son absence commençait déjà à me peser. Comme toujours. Je maudissais cette faiblesse sentimentale qui, si elle faisait notre bonheur lorsque nous étions ensemble, pouvait être un poids lorsqu'il s'agissait du manque. Oh, j'avais appris à gérer. Mais pas à me passer de lui. Tant pis. On n'avancerait pas, sinon. Il faut ce qu'il faut, et il faut qu'il parte. Et que moi, je m'occupe des enfants. Entre autres. Mon père ne m'avait pas donné l'éducation qu'il m'a donné dans le but que je ne suis qu'une potiche et une poule qui enfante et reste assise bien tranquillement à broder le reste du temps. Je l'avais déjà prouvé à maintes reprises. Cela ne m'empêchait pour autant pas du tout d'aimer mes enfants, d'avoir toujours envie d'en donner à Joren, et d'aimer passer du temps avec eux. Trois petits garnements aussi turbulents avaient beaucoup à apprendre... Et ils le faisaient vite. J'étais si fière d'eux... Mais non, ils ne savaient pas encore tout, et il fallait toujours leur en demander plus. Ce n'est que comme cela que l'on progresse et que l'on se taille sa place dans ce monde. Certes, la chance de la naissance compte, mais pas que. Bref. Passons.

Je les ai laissés respirer ce matin, ayant quelques affaires sans grande importance à régler, mais qui devaient tout de même être faites. Je commence à m'impatienter, et ce n'est pas bon. Pas bon du tout. Il faut que je laisse les choses se faire, se mettre en place, et saisir les opportunités quand elle viendront. Mais le manque de Joren, et la région assez mouvementée vers laquelle il se dirige n'arrangent rien. J'ai envie d'être avec Harren. Pensée totalement égoïste et inappropriée, mais que je ne peux chasser. A défaut d'avoir la chaleur de mon époux, je désire la sienne. Ce soir peut être, ou demain... Pour cela aussi, il faut que nous soyons patients. Et discrets, surtout. Si de telles rumeurs venaient à se propager, toute l'entreprise pourrait être mise à mal, et ni lui ni moi ne voulons cela, pour rien au monde.

Toutes ces pensées en tête, et mes petites affaires de la matinée réglée, j'arpente les couloirs d'Harrenhal. Mes talons claquent sur le sol dur, et j'apprécie la cadence déterminée de mes pas. Mais ce que je viens d'entendre cependant, je ne l'apprécie beaucoup moins. J'ai demandé à un de mes gardes où étaient mes enfants, et l'on vient de me répondre qu'ils se trouvaient avec ma belle-soeur, qui venait elle même d'arriver. Masquant bien la crispation qui me parcourt, je vais donc tirer mes enfants des pattes de cette femme qui croit peut être pouvoir se les approprier, ou encore les monter contre moi. Je ne pensais pas qu'elle serait de retour aussi vite. Ou alors n'est elle que de passage ? Je l'espère. Je l'espère grandement. Je l'aperçois, alors que j'entre dans le grand hall, et me dirige vers elle, parant mon visage de ce grand sourire qu'elle aimait tant. Rien que pour lui faire plaisir. Les enfants se retournent vers moi alors que j'approche, et je leur rends un sourire bien plus sincère. Relevant mon regard vers ma chère et tendre belle-soeur, je la salue :

« Bonjour, ma chère... On vient de m'avertir que vous étiez de retour ; je ne m'attendais pas à vous revoir de si tôt. Mais je n'ai pas pu résister à l'envie de venir vous saluer, surtout en apprenant que mes enfants m'avaient déjà devancée. »

Justement. Ecarte toi d'eux, saleté.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Love, Hate and Power [Tour II - Terminé]   Love, Hate and Power [Tour II - Terminé] EmptyMer 11 Nov - 16:53

Je suis revenue à Harrenhall hier soir, alors que le château était déjà endormi. Sur ordre d'Harren, bien évidemment, je ne serais pas revenue de moi-même sinon. Rester trop longtemps sur la terre ferme n'est pas ce que je préfère, loin de là, surtout pour m'entendre parler stratégie ou politique. Je sais qu'il veut me parler des conséquences des dernières exactions de Peyredragon et de ce que nous allons devoir faire pour être à la hauteur des représailles qu'ils méritent. Nous avons eu déjà un premier conseil de guerre ce matin, j'ai écouté avec attention et noté mentalement tout ce qu'il attend de moi. Mais pour autant, il ne m'a pas encore libérée et je dois rester encore quelques jours ici. Autant le dire tout de suite, je suis quelque peu agacée. Je n'aime pas rester sur place et l'oisiveté ne me sied guère. Elle a tendance à me rendre encore plus irritable qu'en temps normal.

Alors que je songe à aller prendre un semblant de repas, je me perds dans le grand hall et j'entends alors qu'on m'appelle à grands cris. Je me retourne, prête à passer mes nerfs sur l'impudent qui me nomme aussi familièrement par mon prénom mais je me fige alors que mon visage s'illumine et qu'en un clin d'œil, trois enfants se précipitent sur moi pour être le premier à me serrer dans leur bras. Je leur rends leur étreinte, en profite pour leur ébouriffer les cheveux avant de les fixer un par un longuement, la mine faussement pensive.

"Comme vous avez grandi depuis la dernière fois que je vous ai vus… vous allez bientôt tous me dépasser si vous continuez comme ça. Et je vous embaucherais pour veiller à ma protection. Personne n'osera jamais m'approcher avec des géants tels que vous."

Beron, Aenarion et Euron éclatent de rire tous les trois, avec cette insouciance encore propre aux enfants de cet âge. Je leur dis la même chose à chacune de nos rencontres et, si ce que je raconte est vrai, c'est plus une habitude qu'autre chose. Ils se mettent à parler en même temps et j'avoue, j'ai un peu de mal à suivre la conversation. Si en temps normal je ne montre guère d'attachement à qui que ce soit, ces trois enfants sont vraiment l'exception que je n'essaie même pas de cacher.

Ils sont de mon sang, quand bien même leur mère est cette catin qu'il m'est difficile de supporter. Les seuls réels héritiers de notre royaume, les rares qui comptent réellement pour moi. Il faut veiller sur eux et leur apprendre ce qui les attend dehors, comment un vrai Hoare doit affronter le monde. J'espère que cette garce fait les choses correctement et qu'elle ne les rend pas trop sensibles, mièvres ou je ne sais quelle stupidité du même genre qui ferait d'eux des victimes et non des conquérants.

Alors que j'essaie d'oublier jusqu'à son existence, la voilà qui apparait, son exaspérant sourire flottant sur ses lèvres.

"Myria… quel plaisir de vous croiser ici. Nous n'avions pas encore eu la chance de nous voir depuis que je suis revenue à Harrenhall, voilà qui est fait. Je suis sure que vous auriez été peinée de ne pas me croiser avant que je ne reparte n'est ce pas ?"

Les enfants se figent un peu. Mon ton a changé et le sourire de Myria n'est pas des plus naturels même si nous jouons le jeu, avec plus ou moins de succès. Mais ils ne sont pas dupes et bientôt, comme la plupart des gens, ils verront qu'il n'y aucune affinité entre cette femme et moi. Pour autant, tant que nous servons les mêmes intérêts, je l'écoute mais, plus le temps passe, moins je suis convaincue du fait que nous souhaitons aller dans la même direction et, surtout, ce qui est bon pour notre royaume.

"Comment va Joren ?"

Je n'ai pas pu voir mon frère, parti avant même que je ne franchisse les portes du château. Je le regrette mais je ne suis pas du genre à m'appesantir sur ce genre de choses. Si le Dieu Noyé le veut, nous nous reverrons rapidement. Quant à savoir comment elle va elle, ça je m'en moque totalement.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Love, Hate and Power [Tour II - Terminé]   Love, Hate and Power [Tour II - Terminé] EmptyVen 13 Nov - 19:17

Eren, très chère Eren... Ses absences d'Harrenhal faisaient partie des meilleurs moments que l'on puisse m'offrir, et je pensais qu'elle ne rentrerait pas de sitôt... Toutes les joies ont une fin. Et j'étais bien consciente que cela était tout à fait réciproque. Après tout, c'était elle qui m'avait bien fait sentir que je n'étais pas la bienvenue, alors que je venais d'arriver à Harrenhal, et que je ne la connaissais uniquement de nom. Je ne suis peut être pas une Fer-Né, je ne passe peut être pas ma vie sur un bateau à piller et m'enfiler des bières, je ne manie pas plus l'épée, mais il a bien fallu lui montrer que je ne pouvais pour autant m'assumer. Tout ne se joue pas sur un champ de bataille, et les seules armes existantes ne sont pas d'acier. J'en jouais. Surtout avec elle. Je n'arrivais totalement à transformer nos rapports en petits plaisirs sadiques, mais cela pouvait être amusant, parfois. Autant qu'enrageant. Je suis loin d'être comme toutes ces courtisanes mièvres que l'on manipule à longueur de journée, et qui n'ont pour seul objectif dans leur existence que de satisfaire les bons besoins naturels de leurs vénérés époux. Si elle en doutait, j'avais dû le lui montrer. Et je faisais partie de sa famille, désormais, qu'elle le veuille ou non. Je n'avais peut être pas du sang Hoare dans mes veines, mais j'étais persuadée d'en avoir au moins l'esprit... Mais la Fer-né ne voulait pas lâcher l'affaire. Nos sentiments réciproques sont clairs pour nous, mais il reste pour l'instant dans notre intérêt de ne pas le montrer ouvertement à la face du monde. Ce qui ne m'empêche pas d'agir contre elle, ce qui n'empêche pas non plus Harren d'avoir clairement remarqué notre petit jeu. Mais les enfants... Il fallait encore conserver cette façade.

Mes trois fils. Tout tournait toujours autour d'eux, finalement. Ils l'appréciaient beaucoup... Et objectivement, on ne pouvait les blâmer d'apprécier leur tante, la sœur de leur père, et une fer-né comme ils doivent l'être eux même. En ce sens, en tant que mère aimante malgré ma dureté, je maintenais le masque. Mais je restais sur mes gardes. Qui me disait qu'elle ne profitait pas de les avoir seuls avec elle pour les monter contre moi ? Mes propres enfants, ma propre chair et mon propre sang, autant que celle de son frère ? Elle en était grandement capable, tout comme je l'aurai été si elle avait eu des enfants. Je savais depuis bien longtemps à qui j'avais à faire.

Enervée, oui, je le suis. Sachant cela, comment ne pas l'être ? Mes enfants, avec elle. Les voir sourire en sa compagnie, la voir sourire elle aussi, tout cela me répugne. Et eux, toujours aussi insouciants. Je masque ma rage et mon envie de lui dire clairement de s'écarter de ma progéniture au plus vite. Alors, pour combien de temps est elle ici ? Qu'elle annonce la couleur tout de suite, que je me prépare à la durée pour laquelle j'aurai à supporter sa merveilleuse présence. Les enfants se retournent, et je leur accorde un sourire machinal, mon attention ne sachant se détourner de ma belle sœur. Mon sourire à son égard l'exaspère, et je le sais parfaitement. Il faut bien savoir en jouer, n'est-ce pas ? J'acquiesce d'un air entendu à ses paroles.

« Bien entendu, cela va de soi. J'en aurai été très attristée. Vous ne pouvez donc rester qu'un court moment parmi nous ? »

Oh, je suis sûre que son devoir l'appelle en effet assez rapidement... Et cela n'est pas pour me déplaire, je ne le cacherai pas. Je sais que pour le moment, malgré nos différents, mes intérêts sont les siens. Pour le moment, et dans une certaine mesure, mais ils le sont. Et la question à laquelle je pouvais m'attendre vient ensuite. J'oublie trop souvent qu'un être aussi adoré que lui peut avoir en guise de sœur une femme aussi désagréable. Mais passons.

« Il allait bien, lorsqu'il est parti. Déterminé. Bien que je crois qu'il aurait aimé vous voir avant de partir, ne sachant quand il aura l'occasion de vous revoir. J'ai reçu quelques nouvelles il y a peu ; tout a l'air de se passer toujours sans incident notable. »
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Love, Hate and Power [Tour II - Terminé]   Love, Hate and Power [Tour II - Terminé] EmptyMar 17 Nov - 18:36

Alors que je fixe la silhouette de Myria, je me remémore, l’espace d’un instant son arrivée dans la famille. Je ne m’étais guère intéressée à elle, elle n’était qu’une poule pondeuse destinée à satisfaire les besoins de mon frère ainé. Et pourtant, elle avait réussi à se faire une place bien trop importante à mon goût. Elle avait de l’esprit, de la répartie, elle en a toujours d’ailleurs. Ce qui ne pouvait que plaire aux autres membres de la famille. Oh, je ne me suis jamais sentie ni menacée ni rien de ce genre, il me faudrait bien plus que cette parvenue pour avoir peur pour ma place au sein de cette famille. Mais elle a les dents longues, les années m'en ont persuadée. Et, quand elle dévoilera vraiment ce qu'elle est, je sais que je ne serais pas surprise.

Mais pour l'heure, nous faisons dans la civilité. Ne serait-ce que pour donner le change devant les garçons qui guettent la moindre de nos réactions, à l'affut et visiblement peu à leur aise devant cette ambiance soudainement tendue. Je leur jette un regard et leur décoche mon plus beau sourire, de ceux que Myria ne doit jamais voir chez moi en temps normal, comme pour lui rappeler à quel point je suis attachée à ses fils et que je ne me ferais pas évincer, quoi qu'elle souhaite.

Ils me rendent mon sourire, un peu hésitants au début, avant de recommencer à s'agiter sur place. Ils ont envie de se dépenser un peu on dirait mais je ne fais pas de commentaires. Ce serait lui tendre le bâton pour me faire battre.

A sa réplique, j'ai un bref haussement d'épaules, avant de lâcher, prenant un ton faussement emprunté, comme pour la caricaturer.

"Oh je suis persuadée que vous auriez été inconsolable de ne pas me croiser. Mais vous voyez, le monde est bien fait. Je vais pouvoir profiter de mes chers neveux quelques instants et vous pourrez savourer le plaisir de ma compagnie."

Jusqu’à ce que tu ne puisses plus me supporter. Ou que je finisse par t’arracher cet abominable sourire que tu continues d’aborder. Étonnamment, moi qui ne sais pas faire preuve de diplomatie en temps normal, je me trouve des ressources insoupçonnées. Je pense que, pour le coup, nous sommes pareilles. Il est hors de question d’être la première à déclarer officiellement la guerre à l’autre. Il y a bien trop à perdre, pour elle comme pour moi. Après tout, elle a beau n’être qu’une pièce rapportée, elle a fait sa part en apportant trois héritiers au royaume.

J’arque un sourcil à la façon dont elle parle de Joren. Déterminé ? Voyez-vous ça. Je demande bien où Père l’a envoyé cette fois-ci. Il faut dire que ces derniers temps, il nous ménage encore moins que d’habitude et lui en tête. Je me demande souvent si c’est de la confiance ou s’il essaie juste de nous pousser à bout pour savoir qui cédera le premier. Connaissant la relation qu’il a avec Joren, ce ne serait pas surprenant de sa part. J’avoue, ma position est bien plus simple à gérer et je ne l'envie pas, arrivant tout de même bien mieux que lui à gérer les ambitions familiales. J'espère qu'il ne décevra pas Harren dans les mois à venir, c'est une période plus que décisive pour lui. Et je suppose que Myria le sait tout autant que moi.

Je laisse filer un instant de silence, avant de reprendre, la mine un rien plus sérieuse et mon ton se faisant un peu moins acerbe.

"Il s'est passé beaucoup de choses pendant mon absence ?"

Je la fixe, curieuse de voir ce qu'elle va me répondre. Je sais très bien que, si elle le pouvait, elle ne me dirait rien, je ne suis même pas sûre qu'elle prendrait la peine de m'adresser la parole. Mais là, nous n'avons pas le choix. Et, en attendant de pouvoir agir à notre guise, il va bien falloir continuer à cohabiter.

"Mon père était de quelle humeur ces derniers temps ?"

Là aussi, je ne suis pas persuadée que sa réponse me plaira. Pour autant, j'ai besoin d'un autre regard sur le paternel dont les grands projets pourraient presque me donner le tournis si j'avais vraiment l'occasion de réfléchir au sujet.

Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Love, Hate and Power [Tour II - Terminé]   Love, Hate and Power [Tour II - Terminé] EmptyDim 22 Nov - 17:28

Si seulement Harren pouvait la tenir toujours aussi loin de moi que ces derniers jours... Mais cela avait presque été trop beau pour durer. Elle était de la famille, elle aussi, depuis bien plus longtemps que moi, même si j'avais très bien sû y faire mon trou. Finalement, il n'y avait que elle pour venir me rappeler implicitement que je ne portais le nom Hoare que par mariage... Un mariage conclu depuis ma naissance, et même s'ils ne m'avaient connu que vers mes seize ans, moi, j'avais toujours été élevée pour cohabiter avec ce genre de requins. Et pour se faire, il fallait en être un soi même, ce dont mon père s'était occupé à merveille. Eren, après toutes ces années, ne se leurrait plus sur moi. Peut être était elle le seul danger réel qui se dressait dans l'immédiat sur la route de mes ambitions. Il allait falloir que je m'en occupe, mais la situation était plutôt délicate ; je ne pouvais toujours me permettre de lui déclarer un conflit ouvert, et agir de manière aussi discrète n'amenait pas à des résultats aussi efficaces qu'il le faudrait sûrement pour écarter suffisamment la menace qu'elle représentait. Pourtant en théorie, qu'est-ce qui pourrait s'opposer à mon accession au trône ? Rien. J'étais mariée à l'héritier, et il serait tout à fait normal que nous prenions la suite lorsqu'Harren viendrait à quitter cette terre. Pas maintenant. Pas tout de suite. Mais il fallait préparer le terrain, car un jour, cela viendrait. Sans parler de nous salir les mains, pour un homme pour lequel j'avais autant d'admiration, mais l'âge commençait à l'atteindre, et même un Roi aussi grand que lui n'y pouvait rien. Joren et moi n'y pourrions rien non plus, lorsque notre tour viendra. Pour l'instant, il fallait mettre le plus de cartes de notre côté, et c'était ce qu'il faisait. J'avais toute confiance en lui. Je ne le manipulais pas, ses intérêts étaient les miens, et nous avions toujours été sur un pied d'égalité. Moi qui avait pensé ne faire qu'une seule bouchée de lui... Il était finalement bien plus agréable d'avoir pour compagnon un homme à sa hauteur, avec qui l'on pouvait faire totalement cause commune.

J'essaye de ne pas trop m'attarder sur les enfants, bien que je les garde à l'oeil. Cet enthousiasme à l'idée de voir leur tante ne me plait guère, mais je n'y peux rien. Je préfère être là et occuper ma belle sœur plutôt qu'elle ait l'occasion d'agir avec mes propres enfants contre moi, ou je ne sais quelle idée pourrait encore passer dans son esprit. J'ai bien envie de lui rire au nez, alors que je trouve son ton beaucoup moins convaincant que le mien. Mais passons. Je reste de marbre. Tes chers neveux. C'est cela, oui.

« C'est parfait, en effet. »

Parfait, oui, et elle commence déjà à abuser de mes nerfs. Mais passons. Nos rapports ne changerons jamais, et depuis le temps, je m'étais habituée à les prendre avec le plus de hauteur possible, pour ne pas me retrouver prise au piège et victime de son propre jeu. Je lui réponds, sommairement, sur Joren. Mais elle ne pourra m'accuser d'avoir éludé la question. Pour plus de détails, elle n'aura qu'à prendre le temps de prendre la plume pour écrire elle même à son frère et lui demander des précisions. Je hausse les épaules, alors qu'elle me demande ce qui s'est passé durant son absence.

« Oh, vous savez, la vie de la cour. Je suppose que l'on vous a déjà fait parvenir l'essentiel sur la situation et sur le déroulement des choses à la Néra. Les sujets de discussions ne sont guère variés. »

Mais ils sont larges, et l'on peut en discourir nombre de fois sans trop se répéter. Tout bougeait, et il fallait se tenir prêt. Harren mobilisait, se préparait, sollicitait Eren autant que Joren, sinon elle ne serait pas ici. Qu'elle ne cherche pas à l'effacer, c'était tout.

« Bonne, lui aussi. La tournure des événements semble lui convenir, et je ne doute pas un seul instant qu'il sache exactement ce qu'il fait. Vous ne l'avez pas encore vu depuis votre arrivée ? »
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Love, Hate and Power [Tour II - Terminé]   Love, Hate and Power [Tour II - Terminé] EmptyLun 30 Nov - 19:26

J’aimerais bien dire qu’il n'existe pas sur terre une personne qui soit encore plus à l’opposé de moi que la femme qui me fait face et pourtant, malgré toute la mauvais foi dont je peux être capable, c’est impossible. Elle me ressemble bien plus que je  ne voudrais l'admettre, quand bien même ça ne saute pas vraiment aux yeux. Ce n'est pas tant dans sa façon de faire que dans ce qui semble lui tenir à cœur, dans le fait qu'elle ose s'affirmer et qu'elle ne se gène pas pour se faire une place. C’est d’ailleurs probablement pour ça que je la déteste autant, il aurait été tellement plus simple qu’elle ne soit qu’une pouliche qui mette bas à intervalles réguliers sans mettre le nez dans les affaires de ma famille. Car elle a beau être là depuis des années, je n’arrive toujours pas à la considérer comme une Hoare. Oh, je dois bien être la seule dans ce cas et ça m’agace bien évidemment prodigieusement. Pour autant, je ne me prive pas de lui rappeler ce que je pense d’elle, aussi subtilement que possible même si je n’aime pas toujours faire dans la dentelle.
Aujourd'hui c'est d'ailleurs en plus difficile que d'habitude. Les récents évènements ont le dos de me mettre à cran, d'autant que je n'arrive pas à voir ce que le paternel attend de nous. Il voit bien au-delà de nos simples interventions et des missions qu'il nous confie. Pour autant, ce n'est pas mon cas et j'avoue que, parfois, il est vraiment complexe d'arriver à le suivre.

"Parfait, voilà exactement le terme qui convient."

Je me retiens de lever les yeux au ciel. Si je ne suis pas convaincante, le regard qu'elle me lance ne l'est guère plus. Et pourtant, nous jouons le jeu alors que les seuls témoins sont des gamins qui ne nous prêtent déjà presque plus la moindre attention. La force de l'habitude sans doute. Un jour, le vernis craquera et j'avoue que je serais assez curieuse de voir ce qui se passera. Pour l'heure, nous nous contentons d'échanger des civilités même si, à mesure que la discussion avance, je commence à trouver un semblant d'intérêt à notre tête à tête. Peut-être que ce ne sera pas qu'une corvée de plus dans la longue liste de celles qui m'attendent quand je reviens à Harrenhall.

Je ne prête pas attention à son haussement d'épaules et je souffle, la mine pensive, mon ton se faisant nettement plus naturel sans même que j'y prête attention.

"Oh j’ai entendu bien des choses, mais force est de constater que vous avez toujours l’œil pour savoir ce qu’il est intéressant de savoir ou non et de lire entre les lignes. Surtout que la Nera n’est pas notre seul souci."

Oui, admettre ce genre de choses m’écorche quelque peu la langue, autant être honnête. Mais cette petite garce a toujours su avant tout le monde ce qui était important à connaitre et, dans la mesure où je ne passe pas assez de temps au château pour savoir dans l'immédiat ce qui est nécessaire, je tente ma chance avec elle. C'est probablement totalement stupide mais il est trop tard pour faire marche arrière. Je guette un instant sa réaction avant d'enchainer, lorsque nous parlons de père.

"Je l’ai vu ce matin. Il a réuni un conseil exceptionnel suite à ce qui s’est passé à Sombreval et à mon retour un peu tardif. Mais difficile de revenir plus tôt. Enfin, ça je suppose que vous le saviez déjà non ?"

Comme si elle ignorait les allées et venues des gens importants au château. Je viens en plus de lui affirmer qu'elle savait tout ou, en tout cas, ce qui compte vraiment, alors j'espère qu'elle ne va pas trop se montrer de mauvaise foi et pousser le peu de patience que j'ai à son égard à bout.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Love, Hate and Power [Tour II - Terminé]   Love, Hate and Power [Tour II - Terminé] EmptyMer 9 Déc - 15:02

L'exaspération et la colère que je provoquais chez ma belle soeur m'amusaient, je ne pouvais le nier. Je n'aimais laisser mon entourage indifférent, et elle me servait à merveille sur ce point. Bien sûr, elle m'énervait à un point inimaginable en retour, mais pour le moment, je pouvais me sentir flattée d'avoir assez d'effet sur elle pour qu'elle me considère comme un parasite. Jusqu'à ce que cela devienne dangereux, que mes plans divergent de ses intérêts et qu'il devienne périlleux qu'elle ait la bonne opinion de ma personne. Oui, j'étais ambitieuse. Je n'avais aucune sympathie pour sa personne, et je savais qu'elle pouvait s'avérer toute aussi dangereuse que moi. Et qu'elle guettait le moindre faux pas que je pourrais faire pour le mettre à son profit et me discréditer auprès du plus grand monde. Mais cela aussi était réciproque. Tout l'était dans notre jeu ; c'était bien là la difficulté. Nous sommes semblables. Deux personnalités trop fortes  pour pouvoir cohabiter en paix, mais bien trop intelligentes pour ne pas se cacher. J'avais débarqué, moi, une inconnue, alors qu'eux n'en n'étaient pas du tout pour moi. Je m'y étais préparée, on m'avait conditionné pour cela. J'étais comme eux tous. Harren le premier ne s'y trompait guère, mais il ne voyait pas en moi la menace. L'ambition, oui. L'épouse avec qui il aurait pu faire de grandes choses, si j'avais eu quelques années de plus. Je le tenais. Je l'appréciais, réellement. Loin d'être inhumaine, je savais profiter des bonnes choses. Mais jamais je ne laisserai cette relation ralentir mes plans.

Pas plus que je ne laisserai Eren se mettre en travers de ma route.

Les enfants, quand à eux, sont déjà bien loin de cela. Je leur lance quelques coups d'oeils de temps en temps, mais je les ai déjà assez bien élevés pour savoir qu'ils ne dépasseront pas les bornes, même sans ma surveillance. Du moins, je l'espère. Il n'y a donc plus personne pour prêter attention à nos propos, pourtant, aucune de nous ne laisse tomber les masques. Il n'y en a nul besoin ; aucune de nous deux n'a jamais été dupe. Certains auraient pu penser que nous avions en Joren un sujet d'entente, mais ce n'était pas même le cas. Oh, parler de lui restait sûrement bien moins délicat que tout le reste... Mais elle songeait à coup sûr que c'était moi, derrière, qui tirait les ficelles, lui murmurait à l'oreille, le manipulait. Quel manque cruel de connaissance et de confiance en son propre frère... J'aurai voulu, certes, mais je n'avais pu agir à ma guise. Mon époux s'était révélé lui aussi un homme à mon égal, et Eren ne pourrait certainement pas cautionner ni notre amour fusionnel, ni les plans que nous faisions tous deux. Sur un pied d'égalité. Lui sur le champ de bataille, moi dans d'autres combats, ceux qui se jouaient en diplomatie... Et oui, j'étais douée pour connaître les informations avant tous. Cela flattait tout simplement mon égo, et pour parler de manière plus pragmatique, était nécessaire dans mon cas.

"Non, certes. Mais la plupart de nos autres soucis y restent plus ou moins liés"

Tout était lié à un contexte, inévitablement. Le Dragon voulait nous détruire et embraser Westeros... Nous lui répondons. Et la guerre qui débute s'étendra bien plus loin que cette petite vengeance pour le petit piège que nous leur avions tendu. Je lui rendis un sourire, lorsque nous abordions son père. Ce n'était pas moi qui allait la démentir, alors qu'elle me tendait directement la perche pour que je réponde par l'affirmative.

"Oh, dans les grandes lignes, disons... Et j'ai du moi même vaquer à quelques occupations ce m..."

La fin de ma phrase est interrompue par un petit groupe de soldats qui pénètre dans le hall, m'obligeant à détourner mes yeux de mon interlocutrice vers les nouveaux arrivants.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Love, Hate and Power [Tour II - Terminé]   Love, Hate and Power [Tour II - Terminé] EmptyMar 22 Déc - 11:29

En temps normal, j'aurais probablement trouvé fort amusant d'être en face de l'une des rares personnes qui arrive à me faire sortir de mes gonds sans que je sois capable de lui dire franchement ce que je pense mais, autant être honnête, ça ne l'est pas vraiment, surtout au vu du contexte actuel qui m'oblige à suivre à la lettre les instructions de Père. Je suis bien plus douée pour les corps à corps avec une épée que pour les ronds de jambe et les réparties dont chaque mot est savamment choisi et elle le sait la garce. Oh, avec Myria je commence pourtant à être rodée et par savoir ce qu'il est bon de répondre ou non. Et plus d'une fois Père m'a dit qu'il fallait que j'apprenne à être diplomate si je voulais me montrer à la hauteur de mes ambitions et de celles qu'il  nourrit pour moi. Mais pour moi, diplomatie, hypocrisie, c'est du pareil au même.

Enfin, puisqu'il faut s'exercer, autant le faire avec celle qui me fait face et qui probablement l'une des personnes les plus redoutables à ce genre de jeu. Elle a souvent l'ascendant lorsque nous nous aventurons à converser toutes les deux, à n'en pas douter, ma patience étant bien moindre que la sienne, mais il est hors de question de me laisser écraser, sinon ce serait peine perdue face à d'autres adversaires d'une toute autre trempe.

"Plus ou moins. Parfois tout semble surtout ressembler à un sac de nœuds dont personne n'arrive à trouver les bouts."

J'accompagne ma réponse d'une grimace sceptique. Si tout pouvait se résumer à la dragonne, les choses seraient bien plus simples et surtout, pourraient se résoudre en un clin d'œil. Père me trouve bien trop pragmatique quant à certains sujet et, à la réflexion, il n'a pas tout à fait tort. Visiblement, couper la dernière tête des derniers dragons n'est pas dans ses projets à court terme et c'est fort dommage. Il semble vouloir préférer une nouvelle approche plus subtile. Quelle drôle d'idée.
Je secoue la tête à cette pensée saugrenue avant de me focaliser à  nouveau sur ma garce de belle-sœur, alors que j'admets qu'elle est bien la première personne à qui l'on peut s'adresser lorsque l'on veut savoir ce qui se passe à Harrenhall. Il faut bien que cela ait un avantage à être cantonnée à rester constamment entre ces murs. J'avoue, je n'échangerais ma place avec elle pour rien au monde, quand bien même il faut que je fasse quelques concessions la concernant.

Quand elle s'interrompt, je suis son regard et je me fige à l'arrivée des soldats. Ils hésitent et nous savons toutes deux depuis longtemps que ce n'est pas bon signe. J'attends quelques instants et je finis par me décider et par les rejoindre.

Je les toise quelques instants, attendant de voir ce qu'ils ont à nous dire et me voir semble les inquiéter un peu plus. A mieux les regarder, ils semblent en piteux état, certains sont blessés et tous ont l'air d'avoir passé un mauvais moment. Enfin, ce n'est pas vraiment ce qui m'importe. Ce sont des soldats après tout, nous ne les payons pas pour boire du thé et pour deviser sur ses bienfaits. S'ils doivent vider tripes et boyaux pour que nous ayons la victoire, qu'ils le fassent et sans se plaindre ou chercher la moindre once de compassion.

Je lâche alors, après quelques instants de silence alors que croise les bras sans cesser de les regarder.

"J'espère que vous avez une bonne raison d'être là et ne plus être à votre poste, surtout en ce moment."

Etonnamment, mon accueil semble les ragaillardir et l'un d'eux finit par lâcher, un peu à contre-cœur.

"Ma dame… commandante. On en vient du champ de bataille. C'est m'sire Hoare qui nous envoie. On a pas arrêté de marcher depuis qu'il nous a dit de prendre la route, j'vous jure."

Il me tend une missive à moitié poisseuse de sang et je lui jette un regard mauvais avant de commencer la lecture. Je les oublie alors aussitôt et je me rapproche de Myria, mâchoires contractées.

"Il y a eu un incident. Aux Epois. Joren va bien mais nous avons un problème. Les mercenaires."

Je me retiens de chiffonner la missive que je tiens entre les mains et je laisse claquer ma langue contre mon palais en signe d'agacement. Je finis par lui tendre la lettre sur laquelle on peut reconnaitre l'écriture de Joren. Je ne sais pas pourquoi il n'a pas envoyé de corbeau. Il l'a peut-être fait également mais, si Père en a déjà eu connaissance, il ne nous a rien dit. Et cette idée, curieusement, outre le fait qu'elle ne me surprendrait pas outre mesure, m'agace et pas qu'une peu.

"Vous saviez quelque chose à ce propos ?"

Allez savoir pourquoi, j'ai comme un doute quant au fait que je vais croire ce qu'elle me répond.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Love, Hate and Power [Tour II - Terminé]   Love, Hate and Power [Tour II - Terminé] EmptySam 26 Déc - 21:27

J'aimais jouer avec elle. J'aimais cela autant que sa simple existence m'exaspérait, mais puisque je n'y pouvais rien, autant y trouver mon compte. Elle était une Fer-né, une combattante. Une brute, somme toute. Eren n'avait aucun goût pour la diplomatie ; je ne déplorai pas son intelligence, mais simplement son manque de patience et d'habilité pour manier les mots. Quoi que, elle arrivait tout de même à me tenir tête, sûrement mieux que durant les premiers mois de mon mariage. Je la taquinais, un peu durement, je la cherchais, sachant très bien qu'elle était du genre à sortir de ses gonds pour peu de choses... Mais qu'ici, elle devait bien se maîtriser. C'était amusant. Même si moi aussi,, elle me mettait sur les nerfs, beaucoup plus sérieusement que la plupart des personnes que j'étais amenée à côtoyer. Pourtant, j'étais quelqu'un de calme, posée, réfléchi. Toujours. Avec elle, moins, bien que rien ne changeait en apparence. Mais elle m'avait haït le premier jour, avant même de me connaître, et me l'avait bien fait savoir, alors comment pouvais-je réagir autrement ? Elle était un amusement dans une certaine mesure, mais surtout une cause d'énervement. Et un danger. Car elle était depuis le début suspicieuse avec moi, et je n'aimais pas cela. Sous estimait elle tant son frère qu'elle pensait qu'il se laisserait manipuler ? Joren et moi avions des intérêts communs. Et que croyait elle pouvoir faire ? J'étais mariée à l'héritier du trône, rien ne m'empêcherait d'y monter lorsqu'il devrait prendre la succession. C'était l'ordre le plus normal des choses... Je ne me contentais simplement pas d'être une pouliche, ce qu'elle aurait sûrement préféré que je sois. Et non, il n'y a pas que les femmes fer nées qui ont droit à avoir un caractère. Un sac de nœud... Je lui décoche un sourire.

« Mais les nœuds, eux, sont liés. Pour en défaire un, il faut défaire les autres. »

Et c'était bien là le problème... Mais passons. Je voyais loin. Je pensais voir loin. Pas aussi loin qu'Harren, j'avais tellement d'admiration pour lui que je ne pouvais me targuer d'être à sa hauteur... Pas encore. Je comptais bien l'être un jour. Le plus tôt possible. Sans trop affoler ma belle sœur, si cela était possible... Bref. Mes réflexions et paroles sont rapidement détournées et interrompues par du bruit, des bruits de pas. Certes, nous sommes loin d'être dans les zones privées de la bâtisse, mais quand bien même, je n'aime pas être interrompue. Je regarde les gardes, un instant, à quelques mètres de nous. Ils hésitent, ne sachant pas trop apparemment s'ils doivent ou non se diriger vers nous. J'hésite moi aussi à les ignorer ou à leur demander des comptes ; me sentant concernée par à peu près tout ce qui se passe ici. Ma belle sœur prend en tout cas les devants ; je peux au moins lui reconnaître son efficacité.. Bien que pour rien au monde je ne l'avouerai. Je la regarde, les regarde de lui, et entend facilement les mots importants de leur court échange. Mon attention montée au maximum alors que j'entends qu'on évoque mon mari.

Elle revient vers moi rapidement, m'explique la situation. Je me mords la lèvre, mais reste outre ce petit geste de marbre. Il va bien, mais des pertes. Heureusement qu'il va bien... Il ne manquerait plus qu'il ne soit pas capable de se défendre dans un incident. Eren est agacée. Je lâche un rire, alors qu'elle me demande si j'étais au courant.

« Non. Vous voyez... Il y a encore certaines choses que vous arrivez à apprendre avant moi. »

Le contraire n'aurait pas eu une once de crédibilité, j'en ai peur. Cela m'arrache peut être la langue de le lui dire, mais je préfère le faire avec un sourire.

« La missive est pour le Roi, je suppose ? Je vais vous laisser dans ce cas, il serait dommage de le faire patienter. »

Oh non, je ne vais pas chercher à la lire. J'aurai tout le temps d'essayer d'en obtenir le contenu, en plus agréable compagnie...
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Love, Hate and Power [Tour II - Terminé]   Love, Hate and Power [Tour II - Terminé] EmptyJeu 7 Jan - 12:34

Un jour, je ne sais pas quand, elle paiera pour son comportement. Je ne sais pas non plus de quelle façon et les conséquences et, à dire vrai, cela importe peu. Je sais juste que je n’arriverais probablement à tenir aussi longtemps qu’elle à ce petit jeu. Je ne suis pas faite pour ça, nous le savons toutes les deux. Mais je ne peux pas m’avouer vaincue sans combattre jusqu’au bout et encore moins lui laisser une place qu’elle ne mérite pas. Elle n’est que l’épouse de mon frère, elle ne sera jamais rien de plus, quoi qu’elle en dise.

"Défaire les nœuds est parfois beaucoup trop long. Je ne comprends pas pourquoi vous ne voulez pas trancher plus souvent."

Je lève les yeux au ciel, ne cachant pas mon aversion pour les discussions de couloir, toute cette diplomatie qui  n’était pour moi qu’une perte de temps dont non seulement je devais désormais m’accommoder mais à laquelle je voulais participer activement si je voulais assouvir mes ambitions.

L’arrivée des soldats pourrait être une bonne distraction si elle n’était pas porteuse de nouvelles pour le moins désagréables. Je n’aime pas l’idée que l’on puisse être aussi vulnérable, que ce genre d’incidents puisse arriver. Il y a déjà tant d’éléments aléatoires à gérer que, souvent, je me demande comment le paternel fait pour avoir l’air aussi calme et maitre de la situation.

Au rire de Myria, j’ai un froncement de sourcils. Je ne vois vraiment pas ce que la situation a de drôle et pourtant, à ses paroles, impossible de ne pas lui retourner un sourire bien involontaire.

"A croire que nous pourrions presque être complémentaires très chère."

Le pire, c’est que ça pourrait être vrai mais, autant le dire tout de suite, cela relèverait presque de l’impossible. Prendre sur moi quand je suis ici passe encore, malgré toutes les difficultés du monde que cela peut occasionner, mais je ne me vois guère continuer à le faire en dehors de ces murs.

Je fronce les sourcils à sa répartie alors qu’elle désigne la missive que je tiens entre les mains. Qu’elle ne cherche pas à la lire m’étonne fortement, surtout après les échanges que nous venons d’avoir. L’espace d’un instant, j’en viens vraiment à me demander si elle ne ment pas et qu’elle n’était pas déjà au courant. C’est ça ou elle a un autre moyen de la lire. Peut-être qu’elle paie les domestiques pour avoir accès au courrier du paternel ou quelque chose dans le même acabit. Ce serait tellement son genre. Je note cette idée dans un coin de mon esprit, me promettant de trouver un moyen de l’apprendre si elle fait vraiment ce genre de choses, quitte à pouvoir le lui balancer quand j’en aurais l’occasion. Pour l’heure, je me contente de hocher la tête.

"Vous supposez bien. Il va nous falloir agir rapidement avant que les choses n’empirent. Et ce serait effectivement dommage de faire attendre mon père."

Quand bien même il sait se montrer particulièrement patient, je n’imagine pas le laisser dans l’ignorance trop longtemps, au risque de le payer. Je laisse échapper un soupir, sans prendre même le temps de la saluer alors que je m’éloigne. J’agite la main en direction des soldats pour qu’ils m’accompagnent et je m’éloigne, plongée dans mes pensées.

Moi qui suis déjà lassée des réunions, visiblement, ce n’est pas prêt de s’arranger.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Love, Hate and Power [Tour II - Terminé]   Love, Hate and Power [Tour II - Terminé] Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Love, Hate and Power [Tour II - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Une après-midi tranquille ? [PV Yuko] [Hentaï] [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Les Terres Impériales :: Harrenhal - Terra Draconis-
Sauter vers: