Tumblr  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
[FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE]
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: Re: [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE]   [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE] - Page 2 EmptyMar 28 Aoû - 20:52


Il ferma les yeux, bercé par le bruit de l'océan, savourant le moment présent, le gravant dans sa mémoire. Il était bien, tout simplement. C'était un de ces rares moments de bonheur total, qu'il ne ressentait que trop peu. Pas de tourments, pas de brimade. Rien. Juste une jolie fille à ses côtés, de compagnie agréable et pour qui il ressentait beaucoup trop de choses pour oser s'attarder dessus. L'océan pour seul horizon. Ils étaient seuls au monde et cela lui convenait tout à fait. Ce moment magique ne serait que trop éphémère malheureusement. Anders avait bien conscience que cela ne pouvait les mener nulle part. Malgré sa bâtardise, il était quelqu'un d'important, qui n'était même pas maître de sa propre destinée. Mais pas suffisamment pour avoir un quelconque poids à Dorne. C'était une situation compliquée. Qu'il vivait mal en réalité. Que son frère et sa sœur légitimes ne comprenaient pas. Il n'y avait qu'Arianne. Dans le même cas que lui, plus âgée, proche de Deria, celle qui montrait sur le trône un jour. Belle et calme Arianne, qui était discrète et studieuse. Pas comme lui, qui n'était pas le dernier pour dissiper son frère, qui n'avait déjà pas besoin de ce genre de distraction. Le prince Roward ayant quelques difficultés de concentration et donc d'apprentissage.

Et à propos de Roward, voilà qu'il en discutait avec Solvej, plaisantant sur le fait qu'elle avait probablement jeté son dévolu sur le mauvais frère, alors qu'il y avait bien plus d'avantages à être aimée d'un prince de sang. Il essayait de le dire de façon humoristique, mais il n'aurait pas partagé sa belle danseuse avec son frère. Il tenait trop à elle pour ne pas éprouver de la jalousie à cette simple idée. Et la jalousie, pour une femme, était un sentiment nouveau. Il connaissait l'envie, bien sûr, en tant que bâtard, il l'avait souvent ressentie, mais jamais envers un autre homme, pour une femme. Avec Solvej, c'était le festival des grandes premières, sur plusieurs points. Elle le chamboulait totalement.

Il récolta un baiser pour ses paroles, souriant, tandis qu'elle assurait que se battre avec Roward pour elle sera inutile. Solvej se rapprocha alors du jeune dornien, lui grimpant davantage dessus. Il sourit jusqu'aux oreilles quand elle lui assura qu'il éclipsait tous les autres. « Non, tu ne devrais pas me le dire, je vais être encore plus arrogant que je le suis déjà. » A ce niveau, il était déjà dans les sommets, ce qui lui valait d'ailleurs pas mal d'ennuis. « Mais j'aime bien que tu me le dises. » Parce que finalement, il n'entendait pas souvent de compliments. Finalement, derrière son arrogance, se cachait un profond manque de confiance en lui alors qu'il aspirait ardemment à faire ses preuves et à prendre sa revanche sur tous ceux qui le rabaissaient et le voyaient comme un nuisible. Solvej était totalement sous le charme du dornien. Le réveil serait douloureux. Il disait l'aimer et il était sincère. Mais ce qui était vrai maintenant ne le serait peut-être plus dans quelques semaines ou mois... A moins que ce ne soit la dureté de la vie qui les rappelle à l'ordre et à leurs devoirs et conditions.

Pourtant, il se figea quand Solvej lui demanda de lui apprendre, d'une petite voix timide. Il n'était pas certain de bien avoir compris... Lui apprendre... quoi ? L'amour ? Le sexe ? Les plaisirs entre un homme et une femme ? Mais... Elle était jeune, elle était vierge et il avait dit un peu plus tôt qu'il tenterait de ne pas la compromettre, afin d'éviter que sa mère ne la tue de colère, qu'elle ne soit déshonorée... Il voulait bien tenir cette promesse, mais elle devait l'y aider. Si elle le tentait... il ne résisterait pas. Sa mère n'était, bien entendu, pas obligée de savoir que sa fille avait fauté, mais cela risquait de se découvrir quand elle se marierait. Et les hommes n'aimaient pas qu'il y ai tromperie sur la marchandise. « Sol... Tu es sûre de toi ? » Avait-elle bien réfléchi aux conséquences ? Et si... Si il lui apprenait, sans pour autant ravir sa vertu ? Il y avait bien des façons de combler et donner du plaisir à une femme. Les putes de Lancehélion avaient été de très bonnes maîtresses dans ce domaine. La question était de savoir s'il saurait lui donner du plaisir sans réclamer son dû. S'il saurait s'arrêter au moment opportun et faire avec sa frustration. Oui. Il pourrait. Pour le bien de Solvej... Il pourrait prendre sur lui... Doucement, il s'écarta se la jeune femme, afin de la contourner et de se planter face à elle. Il la renversa alors sur le sable et se saisit de ses lèvres avec douceur et une certaine fièvre, prêt toutefois à s'arrêter si elle faisait marche arrière.


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something


Dernière édition par Anders Martell le Mar 30 Oct - 9:32, édité 3 fois
Anders Martell

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 1323
Membre du mois : 18
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE]   [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE] - Page 2 EmptySam 22 Sep - 19:16






Lancéhélion

An -6


Mon cœur battait vite et brutalement dans mon corps, comme jamais il ne l’avait encore fait. Il était toujours un peu plus rapide et présent quand j’étais Anders c’était indéniable. Mais à ce point ? c’était la première fois. Et pour cause… Nous n’étions plus de simples amis qui discutaient jouaient, se baladaient, ou étaient simplement, silencieusement l’un avec l’autre. Nous étions plus. Je ne savais pas ce que nous faisions, où ou nous allions aussi. J’étais dans l’ignorance, dans l’incertitude. C’était aussi terrifiant qu’agréable. J’avais confiance, une confiance aveugle envers le Dornien, plus qu’il ne semblait en avoir pour lui-même d’ailleurs. S’il me demandait de me jeter en haut d’une falaise et qu’il serait là, pour me rattraper, je le ferais sans réellement hésitation. Il ne me ferait jamais de mal, jamais. Ca j’en étais certaine. Et c’était pour cela que j’avançais dans ce flou total. Parce qu’il était là, à mes côtés. Parce que c’était avec lui, pour lui, pour ce sourire si canaille que j’aimais voir se dessiner sur son visage comme à cet instant. Ce sourire, je le savais, je faisais partie de ses rares personnes de son entourage proche qui le connaissait. Je le connaissais bien plus que tous ses gens qui se vantaient de connaître le jeune homme. Ils se trompaient. C’était la figure qu’il affichait qu’ils côtoyaient, ce n’était pas celui qu’il était réellement, au fond de lui-même. Avec moi, il était authentique, aussi authentique que je l’étais avec lui. Nous ne nous cachions pas sous de faux semblants, nous n’en avions pas besoin.

Je ris à cette arrogance qu’il disait posséder, m’attendrissant qu’il m’avoue qu’il aimait que je lui dise que tous les autres ne comptaient pas quand il était présent. Alors je te le répèterais autant que tu le voudras. lui soufflais-je avant de venir cueillir un baiser timide sur ses lèvres. Je gardais pour moi d’ajouter que je le ferais jusqu’à ce qu’il se lasse de moi. Car j’avais beau adorer nos moments et éprouver des choses si étranges pour lui, j’avais beau connaître Anders, celui derrière le fils du Prince de Dorne, je n’étais pas sotte. Nous n’étions pas du même monde et un jour, il se lèverait en n’éprouvant plus aucune envie de me côtoyer. Il trouvera une jeune femme plus jolie, plus intéressante, et bien mieux née que moi, une jeune femme qui aura alors toute son affection, toute son attention. Je le savais, et jamais les mots de ma mère ne me quittaient. Je n’étais rien, alors que lui, il était si important… J’allais souffrir quand il me tournera le dos et je ne pourrais m’en prendre qu’à moi-même, même si je ne regrettais pas. Avec lui, je vivais intensément, comme jamais je ne l’avais fait avant, comme je me serais jamais permis de faire s’il n’avait pas été là, s’il n’avait pas été curieux à mon égard, s’il n’avait pas voulu devenir ami avec moi… Et désormais plus que cela. C’était dangereux, dangereux pour moi mais je m’en fichais. Il se figea à ma demande, et quand il me demanda si j’étais sûre j’hochais la tête de haut en bas en le regardant droit dans les yeux. Je n’avais pas vraiment réfléchi en lui disant cela mais en cet instant, je me sentais sûre de moi, une assurance que, normalement je ne possédais que lorsque je dansais.

Doucement il s’écarta de moi et j’eus peur un instant qu’il décide de refuser de m’apprendre, une peur qui s’éteignit sur ses lèvres. A l’ombre de ce rocher, mon dos contre les légères dunes et vallées formaient par le sable, ma bouche dansait au rythme de la sienne. Je passais mes mains dans ses cheveux aussi noirs que les miens étaient blonds. Mon corps se rapprochait instinctivement du sienne, ma poitrine se soulevant à chaque respiration rapide que je pouvais prendre. Je savais tenir la cadence de ses baisers, je le pouvais sans en éprouver de difficulté. C’était comme lorsque je dansais, naturel, facile quelque part. Ca au moins je savais faire. Pour le reste, par contre, j’avais besoin qu’il m’aide, me guide, m’apprenne. Je n’osais pas vraiment toucher sa peau, et je ne savais d’ailleurs pas comment m’y prendre pour que cela lui plaise, pour que cela lui donne cette sensation bizarre que j’avais l’impression d’avoir dans le ventre et plus bas aussi.




We ligth the Way
Solvej

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Danseuse dans la Troupe Jehän Drüss
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
«Danse et éclaire la voie »
Messages : 680
Membre du mois : 6
Célébrité : Gaia Weiss
Maison : Hightower. Au plutôt Manfred Hightower.
Caractère : Menteuse ● Discrète ● Manipulatrice ● Adroite ● Douce ● Blasée ● Craintive ● Réaliste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org
MessageSujet: Re: [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE]   [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE] - Page 2 EmptyMar 30 Oct - 9:30


Quelque chose avait changé. C'était subtile, imperceptible, mais cette amitié précieuse et fragile qu'ils avaient réussi à conserver aussi longtemps venait de basculer vers un attachement bien différent. S'étaient-ils leurrés jusqu'à maintenant en se protégeant derrière le paravent de l'amitié alors qu'ils éprouvaient bien autre chose ? Avaient-ils été tous les deux aveugles ? Enchaînés à leurs statuts respectifs, conscients qu'il n'y avait aucune issue pour eux, aucun avenir ? Probablement. Il était plus aisé d'entretenir une amitié qu'un amour qui ne pouvait perdurer. Anders avait une conscience aiguë de ce qui lui était permis ou non, malgré sa désinvolture et son arrogance. Même s'il n'était qu'un bâtard, il ne lui était pas permis de faire ce qu'il voulait de sa vie. Pas depuis que son père avait décidé de venir le chercher, l'arrachant aux bras de sa mère pour l'élever avec ses enfants légitimes. Dés lors, sa vie avait échappé au jeune Sand. Il était soumis aux ordres des Martel. Probablement aurait-il pu se rebeller contre cela mais c'était sans compter l'amour profond qu'il nourrissait envers son frère et ses sœurs, même si ce n'était pas toujours simple. Deria, celle avec qui il avait les relations les plus tendues, serait princesse un jour. Et il lui faudrait alors la servir fidèlement. Il ne s'imaginait pas les trahir, quand bien même se savoir ainsi lié à eux le faisait enrager parfois. Et il était reconnaissant envers son père également, et sa grand-mère, malgré sa sévérité. Il n'était pas ingrat.

Et pourtant, il avait suffi d'un incident, d'un baiser qui n'en était pas vraiment un, pour que ce qui demeurait logé dans sa poitrine, et dans celle de Sol, explose et se révèle au grand jour. Il ne voulait pas se montrer trop empressé, sachant que même s'il faisait de la jolie danseuse sa maîtresse, il ne pourrait jamais rien lui offrir de plus. Et qu'elle finirait par partir, se mariant à un autre... Dans le déshonneur alors qu'elle ne serait plus pure, sa virginité volée par un dornien peu scrupuleux. Mais comment se faire la voix de la raison alors qu'il était tant esclave de ses sens ? Alors qu'elle s'offrait à lui avec une naïveté touchante, mais une détermination qui le faisait trembler ? Alors qu'elle savait lui dire les mots qu'il avait besoin d'entendre... Elle ne se doutait probablement pas de combien il avait besoin d'être encouragé, valorisé, simplement apprécié et aimé pour ce qu'il était. Probablement ne voyait-elle que le fils du prince de Dorne, un bâtard peut-être, mais qui avait la chance de grandir dans le luxe, d'apprendre les bonnes manières, d'être instruit et de pouvoir, un jour, être quelqu'un d'important au sein de la Principauté. Et elle n'avait pas tort, mais d'un point de vue personnel et intime, c'était plus compliqué pour le jeune homme qui ne savait pas encore qui il était et ce qu'il voulait devenir.

Mais ses rares scrupules concernant la jeune fille furent balayés par sa demande. Qu'elle réitéra quand il hésita. Très bien... Il ne se fit pas prier une troisième fois, alors qu'il la couvrait de baisers.



I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something
Anders Martell

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 1323
Membre du mois : 18
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE]   [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE] - Page 2 EmptyJeu 8 Nov - 16:00





 
Lancéhélion
S3 M5 A1


Mon corps semblait s’éveiller. Oui il s’éveillait à cette douce chaleur que me procuraient les caresses et les baisers d’Anders. Je n’avais jamais connu sensations pareilles. Jamais. Je brûlais de l’intérieur alors que le jeune homme me faisait ressentir toutes ces choses troublantes, et passionnées. Je ne voulais pas qu’il s’arrête non. Mon corps, mon âme ne le voulait pas. Et suivant ses demandes, je parcourais sa peau plus halée, plus rude que la mienne, dessinant les marques qui pouvaient l’orner, essayant de les mémoriser, de ne rien oublier.

Des chevaux. Des bruits de sabots foulant le sable chaud de Dorne et quelques éclats de rire me sortent de cette torpeur si agréable. Mon cœur s’emballe toujours autant, mais pour une autre raison et la panique passe sur mon visage chassant cette passion qui venait de s’éveiller en moi. Je bafouille tout en essayant de récupérer mes vêtements pour masquer mon corps et fuir. Si on me voyait… Ce serait fini de moi et de ma Mère. Elle ne le supporterait pas. Non. Vraiment pas. Je lance un regard apeuré à Anders, avant de m’écarter définitivement de son corps si chaud si réconfortant.

Le réveil est brutal. Maya peste contre ses frères férocement. Ce sont eux qui rient fort, très fort, trop fort. L’alcool les enivre, au point où ils ont confondu leur chambre avec celle de leur petite sœur. L’un d’eux s’est pris les pieds dans les draps qui ornent le sol et dans lesquels je dors. Il a basculé et s’est retrouvé à tomber sur le lit de la jeune femme qui peste. L’autre rie, tellement fort qu’il bascule à son tour sur son aîné qui se met lui aussi à rire. Je soupire avant de me dégager de leur corps. La journée allait être longue.



Tout autour de moi, les voiles bancs s’éparpillaient pour mieux revenir me coller à la peau légèrement perlée de sueur. Le seul son que j’entendais était celui que faisait ma ceinture à sequin aussi rouge que le sang, seule note de couleur sur cette tenue semblable à la neige. Elle était légère, fluide et étincelait sous le soleil harassant de Dorne. Nous aurions pu nous entraîner et danser à l’abris de son regard, et sur un sol bien plus droit et stable que cette plage. J’avais insisté pour venir ici, face à cette mer qui me terrifiait toujours autant. Dépasser ses limites. Sortir des sentiers battus. Si nous arrivions à exécuter cette danse tragique ici encore et encore, nous n’aurions aucun problème à nous produire autre part. Et surtout, comme me le répétait souvent ma mère, nous pourrions être amener à danser sur ce sable fin, glissant et chaud. Si nous chutions pendant une représentation… Dans la meilleure situation nous ne serions plus engagée nulle part, dans la situation la moins favorable, nous nous casserions un membre.

J’avais enjoint Maya à la plus grande prudence, l’obligeant à commencer par des pas simples. J’en avais fait de même également, car cela faisait bien longtemps que je ne m’étais plus prêtée à cet exercice. Plusieurs lunes s’étaient levées et plusieurs soleils s’étaient couchés depuis le début de notre entrainement. Aujourd’hui, nous n’étions que deux. Ses frères avaient décidé de faire quelques courses en ville… C’est-à-dire, surement aller dépenser l’argent que nous avions récolté la veille, dans quelques bordels. Au moins pourrais-je être tranquille quelques jours avant qu’ils n’essayent l’un ou l’autre, ou les deux à la fois de me proposer de venir partager leur chambre et de ne plus dormir sur le sol de celle de leur sœur. J’étais déjà heureuse d’avoir un toit sur la tête. Dormir sur des dalles n’avaient jamais été un problème, le luxe n’ayant jamais rythmé ni ma vie ni mes pas.

Je tournais plusieurs fois sur moi-même, croisant Maya et changeant de place avec elle. Je décrochais tout en défaisant ma ceinture, remplaçant ce foulard que je tenais qui s’écrasa sur le sol après avoir volé dans les airs. Cela détournerait l’attention du public, et nous permettait d’être un peu moins gracieuse en récupérant dans nos mains le tissu à sequin. Je jouais quelques instant avec tout en dansant. Je tournais, je sautais, je volais avec. Puis je chutais, délibérément, en contrôlant parfaitement la retombée de mon corps et cette cheville qui semblait ne plus arriver à me soutenir. Je savais que Maya reculerait les bras tendus en avant comme si elle était entrainée en arrière sans arriver à me rejoindre, me laissant la place pour m’écrouler sans me faire mal. J’avais lâché ma ceinture qui teinta une dernière fois avant draper mon corps allongé sur le sol, laissant l’impression que je ne m’étais pas seulement fait mal, mais que ma chute avait été fatale, à l’image de cette future jeune mariée, qui préférait se donner la mort plutôt que de vivre sans son bien aimé disparu. Je coupais quelques instants ma respiration, ne bougeant plus du tout mon corps pour renforcer ce côté tragique. Et lorsque l’air finit par me manquer, je reprenais un inspiration et me relevais doucement, laissant à mon corps le temps de fonctionner de nouveau correctement.

Je regardais Maya et acceptais sa main pour me remettre debout. Une fois sur pied, elle me tendit mes différents voilages ainsi que ma ceinture avant de me féliciter pour cette fin dont, elle était persuadée, sera encore plus parfaite lorsqu’elle sera rythmée par les percussions des siens. J’ouvrais la bouche pour lui lister tous les défauts de ma danse et aussi les siens, mais son regard au-dessus de mon épaule m’arrêta. Elle ouvrait en grand la bouche, se frotta les yeux comme si elle pensait avoir une hallucination, avant de courber l’échine et de se retrouver un genou à terre le visage vers le sol. Et tout cela avec une rapidité et une grâce propre à la danseuse qu’elle était. Je me retournais pour voir ce qui avait provoqué une telle posture chez elle, et me figeais quelques secondes, tout en dévisageant l’homme. D’abord de la surprise, ensuite de la confusion, avant que mon visage ne se ferme et ne laisse plus rien entrevoir. Voyant que je ne bougeais pas, Maya tira légèrement sur ma tenue, me soufflant qu’il s’agissait du Prince Anders. Je soupirais. Je sais parfaitement qui il est. lui dis-je, non pas en la regardant elle, mais à en regardant Lui, Lui dont j’avais rêvé la nuit précédente… Lui dont les souvenirs me hantaient maintes et maintes fois. Lui qui m’avait abandonné et parfaitement bien illustré ce que ma Mère pensait des gens aussi bien nés que Lui. Lui dont je ne serais jamais capable d’oublier, de ne plus aimer même si je le détestais. Lui qui avait brisé nos promesses. Oh oui, que je le détestais d’avoir pu donner raison à ma Mère. Maya tu ferais mieux de rentrer. Je te rejoins plus tard d’accord ? Allez vas-y, file. mon ton était plus doux, plus chaleureux et je lui fis un léger sourire pour l’encourager. Elle jeta plusieurs coups d’œil à l’homme avant de se relever rapidement et de partir tout aussi vite en direction de la ville. Je la regardais s’éloigner, lui faisant de léger signe de la main lorsqu’elle se retourna, jusqu’à ce que sa silhouette ne soit plus qu’une ombre. Anders. Je le dévisageais sans m’en cacher. Anders, simplement Anders.




We ligth the Way
Solvej

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Danseuse dans la Troupe Jehän Drüss
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
«Danse et éclaire la voie »
Messages : 680
Membre du mois : 6
Célébrité : Gaia Weiss
Maison : Hightower. Au plutôt Manfred Hightower.
Caractère : Menteuse ● Discrète ● Manipulatrice ● Adroite ● Douce ● Blasée ● Craintive ● Réaliste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org
MessageSujet: Re: [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE]   [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE] - Page 2 EmptyMer 21 Nov - 11:24





 
Lancéhélion
S3 M5 A1


Il se réveilla brutalement, le corps enfiévré, frustré, ébloui par la lumière du soleil qui lui arrivait en plein visage. Instinctivement, il jeta un regard à côté de lui, mais sa couche était désespérément vide. Il émit un petit rire désabusé, assis dans son lit, tandis qu'il ramenait sa jambe vers lui et y posait le coude, son front sur sa paume. Pourquoi avait-il rêvé de Sol cette nuit ? Cela faisait des mois qu'il n'avait plus eu aucune nouvelle. Il ignorait même où elle se trouvait et ce qu'elle faisait. Il lui avait semblé comprendre qu'ils ne pouvaient pas continuer à entretenir une quelconque liaison, même épistolaire. Alors il avait cessé. Et il avait sombré dans la tourmente de Dorne de toutes façons... Ses affaires de cœur semblaient bien dérisoires à côté. Alors pourquoi ressentir ce pincement dans la poitrine en s'apercevant que ce rêve, ce souvenir en réalité, n'était pas la réalité ? Il y avait pléthore de jolies dorniennes qui pouvaient se retrouver dans son lit d'un claquement de doigts. Et pourtant, depuis son retour à Lancehélion, il était seul. Il avait du épauler Deria, dont l'accouchement s'était bien déroulé, mais qui n'était malheureusement pas mère, alors que le petite prince de Dorne avait disparu. Et il avait fallu se battre... Perdre. Et négocier encore. Une défaite lourde pour le moral, mais ce n'était pas pour autant la fin de la guerre, non... Dorne avait plus d'un tour dans son sac.

Anders entreprit de faire ses ablutions, à l'eau froide, histoire de calmer la fièvre de son corps. Solvej lui avait toujours fait de l'effet. Toujours. Elle était probablement la seule pour qui il était fidèle dans un sens. Quand il oubliait les visages et les noms des autres, elle, elle revenait inlassablement et il se surprenant souvent à penser à elle. Mais cela faisait une éternité qu'il n'y avait pas songé avec cette force. De toute la puissance de son inconscient. C'était un souvenir doux amer en vérité... L'aveu de leurs sentiments de jeunes adultes... La découverte des sensations de l'amour pour Solvej... La terrible frustration de ne pas avoir été au bout pour Anders. Même s'il aurait du remercier ces cavaliers, parce qu'aussi admirable soit sa résolution de ne pas lui voler sa virginité, il n'était pas certain qu'il aurait su tenir cette promesse faite à lui-même. Alors peut-être que cela avait été un coup de pouce du destin... Qui lui avait laissé un fort sentiment d'inachevé.

Il passa rapidement par les cuisines pour déjeuner, la cuisinière lui faisant les gros yeux avant de glousser quand il lui décocha un sourire charmeur. Peu importe qu'elle ai l'âge d'être sa mère, elle ne savait pas lui résister. Elle le connaissait depuis des nombreuses années et même si la cuisine était son domaine et qu'elle avait ainsi le privilège de pouvoir gronder les deux princes chapardeurs (surtout Anders qui n'en avait pas le statut), elle ne résistait pas longtemps à leur bagout et leurs sourires. Et cela n'avait pas changé au bout de toutes ces années. Mais lui, il avait changé... Il n'avait plus l'insouciance et la joie de vivre d'antan. Il en avait trop vu, trop vécu déjà. Il ne pouvait plus se permettre d'être ainsi. Il n'était d'aucune utilité à Deria en ne changeant pas...

Il quitta le palais pour arpenter les rues de la capitale. Il fit un léger détour, une visite d'une quinzaine de minutes qui le laissa plongé dans un état second. Si bien qu'il cru rêver quand il aperçut une silhouette douloureusement familière qui dansait dans les rues de Lancehélion. S'il se mettait à la voir tout éveiller, il y avait un vrai problème... Il avait du se laisser guider par la musique, inconsciemment, l'esprit encore ailleurs. Il se rapprocha, pour voir le visage de cette danseuse, mais son coeur s'était affolé, la reconnaissant avant son cerveau. Une chevelure blonde, une peau pâle... Et cette façon de danser, il l'aurait reconnue entre mille. Ce n'était pourtant pas possible. Que viendrait faire Solvej ici ? C'était à se demander si les dieux ne lui avaient pas envoyé un message à travers cette réminiscence. Il observa la danse, ne faisant pas attention à l'autre danseuse. C'était sur elle qu'il était focalisé, alors qu'il observait ses mouvements gracieux... Elle gagnait encore en talent, si cela était possible. Au delà de la technique, il y avait l'émotion poignante qu'elle dégageait, touchant l'âme des spectateurs. Il cessa de respirer quand elle cessa de bouger.

Il se fraya un chemin jusqu'à elle mais ce fut sa comparse qui le vit en premier, se retrouvant rapidement à se prosterner. Solvej, elle, en revanche, ne bougeait pas. Il aurait même dit qu'elle l'affrontait du regard. Il oscilla entre l'amusement et l'appréhension. Amusement de la voir se montrer à lui comme elle était. Solvej et non une servante. Appréhension parce que cela n'augurait rien de bon. Mais il la préférait fière et combative, que totalement soumise comme la première fois qu'ils s'étaient revus, au point de nier totalement ce qui avait pu les lier avant. Il quitta Solvej du regard un instant pour regarder son amie, avant de s'incliner légèrement : "Mes dames." Il n'était pas un goujat dénué d'éducation. Solvej donna alors congé à la demoiselle. Maya. Au moins, elle ne le fuyait pas. Elle avait changé, vraiment. Puis elle l'affronta, simplement. "Solvej." Il était tenté de simplement la prendre dans ses bras pour s'assurer qu'elle n'était pas un mirage, mais il se retint. Elle n'apprécierait pas. "La première fois que nous nous sommes revus, j'ai parlé à ton crâne pendant un moment avant de pouvoir voir ton visage et tes yeux." Elle l'avait gratifié d'une attitude servile. "Pourtant, j'ai l'impression que tu es encore plus inaccessible qu'alors..." Il le proféra d'une voix douce amère. Elle était totalement fermée. "J'ai rêvé de toi cette nuit." Cela pouvait sonner comme une tentative maladroite de la séduire. Mais il ne l'avait pas proféré sur ce ton. Simplement comme un fait. "Que fais-tu à Lancehélion ?" Espionnait-elle pour le compte du Bief, maintenant qu'elle avait trouvé un endroit où s'établir ? Dorne n'était pas la destination la plus sûre de Westeros dernièrement.




I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something
Anders Martell

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 1323
Membre du mois : 18
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE]   [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE] - Page 2 EmptyLun 17 Déc - 20:46





 
Lancéhélion
S3 M5 A1


Je n’avais pas plié le genou. Je ne l’avais pas salué. Je risquais beaucoup en me comportant ainsi, mais je n’en avais que faire. J’étais en colère, et cela même si mes poings fermés étaient la seule manifestation physique qui reflétait mon état d’esprit. Je ne lui laissais pas vraiment le voir… Ou du moins pas sur mon visage car la manière dont je venais de le recevoir en disant long pour moi. Surtout au vu de la dernière fois ou nous nous étions vus, une dernière rencontre dont je gardais finalement un gout amer, un gout de trahison. J’aurais été capable de tout pour lui, de tout oui. Il a pris cela pour acquis. Je n’avais pas attendu de lui qu’il me le rende au centuple, mais ne serait-ce qu’un peu ? Si. Je m’étais fourvoyée à son compte. La déception avait été à la hauteur de mes espérances. Pourtant ma Mère n’avait eu de cesse de me le répéter. Je pensais que ces leçons m’avaient atteint. Je m’étais aperçue que ce n’était finalement pas le cas quand il m’avait tourné le dos au moment où j’aurais eu besoin, ne serait-ce que de son soutien.

Il m’avait abandonné. Comme tous les autres en dehors de Manfred. Il était le seul à qui je devais quelque chose, le seul. Il l’avait prouvé. Je faisais partie de sa famille, même si notre lien était ténu, même s’il n’était pas connu. J’étais un outil utile entre ses mains, j’en avais conscience mais cela ne me dérangeait pas. Je restais prudente envers lui malgré tout, même si je lui faisais ne serait-ce qu’un peu confiance. Il avait prouvé que lui, me faisait confiance et cela, quelque part me touchait. Depuis la mort de ma Mère je n’avais plus compté pour personne. Etre seule ne me rendait pas heureuse. Ma vie était si vide de sens avant que je ne le rencontre. Je m’en rendais bien compte maintenant.

Je prononçais son prénom, sans titre de noblesse, sans nom de famille. Anders. Simplement Anders. Il me rendit la « politesse » mais je ne répondais rien à sa suite. Je restais debout, face à lui, ma ceinture à sequin dans les mains. Son regard ne quittant pas le mien qui l’affrontait ouvertement, il reprit, évoquant la dernière fois que nous nous étions vu. Sa voix était teintée d’amertume, je pouvais m’en rendre compte parce que nous avions été proches avant. Enfin non, j’avais été proche de lui, mais lui n’avait fait, visiblement que jouer. Tout comme tu l’as toujours été. Constat. Réalité. Il n’avait jamais été accessible. Il ne m’avait jamais laissé l’approcher même s’il m’avait fait croire le contraire. « Tu ». Pas « Vous ». Il ne méritait pas mieux. Ce n’était pas une marque de proximité mais un mécontentement. Je lâchais un soupir ironique quand il avoua avoir rêvé de moi. Me prenait-il pour une imbécile ? Pensait-il que j’allais le croire, et me dire que le destin nous avait de nouveau placé l’un avec l’autre, nous faisant nous rappeler dans nos songes notre passé ? Il n’avait peut-être aucun moyen de savoir que j’avais revécu ce moment entre nous mais je restais suspicieuse. Comme cela a dû être désagréable alors. Mauvaise. Amère. Je l’étais à l’intérieur. Ma voix, tout comme les traits de mon visage n’avaient pas changé d’un pouce. Neutres. Froids, bien que mes mots avaient été prononcés dans un murmure. Je lui avais dit cela comme un constat, car c’était la réalité. Il n’avait pas besoin de mentir. Il n’en avait plus besoin ses actes ayant parlés pour lui. Je me détournais de lui pour m’approcher de mes affaires laissée un peu plus loin. Je récupérais mes chaussures – qui avaient bien tristes mines – avant de les chausser à mes pieds. Je pliais avec délicatesse le morceau de tissu pour le ranger dans le petit baluchon. J’avais beau en vouloir à Anders, je ne pouvais pas me résoudre à l’abimer, ou à le jeter. Cette ceinture, c’était la seule chose que j’avais pu sauver, la seule chose de mon passée. Et même si elle me rattachait à Anders, je ne pouvais pas m’en débarrasser. Je sortais une gourde d’eau désormais chaude que j’avalais en grimaçant. Elle n’était vraiment pas bonne, mais j’avais appris à me contenter de peu. Je me relevais et me tournais vers lui. Je travaille. j’aurais dû m’arrêter là vraiment, et pourtant j’ouvrais de nouveau la bouche pour ajouter. mais soyons honnête tu t'en contre fiche alors ne te sens pas obligé de me parler ou me saluer. Rassures toi je sais très bien à quoi m’en tenir te concernant : à rien. Et si tu crains un quelconque embarras tu n'as rien à craindre. Quand bien même j'aurais l’idée de crier sur tous les toits que je te connais, ce qui n’est pas le cas, personne ne me croira. Ou alors on ne s'en préoccupera pas. Tes mœurs sont plus que connues et j’ajouterai même communes. j’avais bien trop laissé parler mon cœur, bien trop oui. Ma voix s’était élevée et mes yeux s étaient plissés de colère. Je les fermais un instant pour me rependre



We ligth the Way
Solvej

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Danseuse dans la Troupe Jehän Drüss
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
«Danse et éclaire la voie »
Messages : 680
Membre du mois : 6
Célébrité : Gaia Weiss
Maison : Hightower. Au plutôt Manfred Hightower.
Caractère : Menteuse ● Discrète ● Manipulatrice ● Adroite ● Douce ● Blasée ● Craintive ● Réaliste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org
MessageSujet: Re: [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE]   [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE] - Page 2 EmptyVen 25 Jan - 15:12





 
Lancéhélion
S3 M5 A1


Il cilla un instant à la réponse directe de Solvej. Inaccessible, lui ? Vraiment ? C'était ainsi qu'elle le considérait ? Il ne lui avait pourtant jamais caché qui il était, ni ce que cela pouvait impliquer. Et au delà de cela, elle était peut-être la seule à qui il avait réellement ouvert son cœur, sans chercher à se protéger ou se cacher. Même brièvement. même si le devoir l'avait rappelé à l'ordre. Même si la vie et ses aléas l'avait arraché à ce refuge. A ce rêve qui était, comme ils venaient de le constater, inaccessible. Il secoua doucement la tête. "Il n'en a pas toujours été ainsi. Je regrette que le présent t'ai fait oublier le passé..." Que ses griefs de maintenant viennent à la faire douter de ce qu'ils avaient pu vivre. Finalement, c'était ça qui était véridique et tout le reste qui était mensonges. Mais il avait eu tort et elle avait le droit de lui en vouloir. Il n'avait pas été correct avec elle. il avait renoncé à elle très facilement, trop probablement. Elle lui avait dit que c'était sans doute préférable et ne voyant aucune issue favorable, il s'était dit que c'était mieux ainsi. Qu'elle retourne à sa vie d'artiste itinérante, auprès de son époux, de sa troupe. Et qu'il sombre avec Dorne dans le chaos.

Il l'épingla du regard alors qu'elle demeurait sceptique concernant son rêve et répondait avec ironie. Dieux que cela ne lui seyait pas. Solvej n'était pas faite pour l'amertume et le sarcasme. Cela n'allait pas à ses traits doux et sincères. "Non. Doux amer plutôt... Le réveil m'a laissé une intense impression de nostalgie et de perte." Il soupira. "Ce qui fut ne sera plus jamais." Ils étaient des enfants alors. Ils étaient jeunes, naïfs, amoureux, très probablement. Il ignorait s'il l'était encore de Sol, mais il conservait des sentiments tout particuliers à son égard, c'était une évidence. Il la regarda retourner vaquer à ses occupations comme s'il n'était plus là, se rechaussant tranquillement. Il nota bien le soin particulier apporté au rangement de la ceinture et cela lui fit plaisir. Elle ne le détestait pas totalement. Sans doute chérissait-elle encore les moments passés ensemble, dix ans plus tôt. Cela le rassurait. Il aurait détesté qu'elle le haïsse et piétine tout ce qu'ils avaient partagé.

Il crut qu'elle continuerait de le snober et ne répondrait pas à sa question, mais après s'être désaltérée, elle consentit à faire de nouveau entendre le son de sa voix. Pour le renvoyer dans ses pénates. Déçu, il ne savait plus comment agir. Partir avec sa dignité ? Rester et s'excuser ? Sa maudite fierté l'en empêchait. Heureusement, Sol mit fin à son dilemme en complétant sa réponse. Il se redressa et pinça les lèvres : "Si je n'avais pas eu envie de te saluer ou de te parler, je ne l'aurais pas fait. Je ne me sens obligé à rien. Il m'était juste agréable de voir un visage familier et ami en ces temps... difficiles." Il laissa échapper un rire aussi bref qu'un aboiement, empli de cynisme. "Enfin ami... Il semblerait que j'ai fortement présumé de notre relation." Il claque de la langue, agacé avant de reprendre, s'emportant lentement, mais sûrement : "Qu'est-ce que tu me reproches au juste, hum ? Que me vaut cette attitude si froide et méprisante ? Tu as jugé bon de couper les ponts avec moi, que ce serait plus sage. Ta vie a été bouleversée, ton mariage a tourné court, mais tu as suivi ton propre chemin d'artiste itinérante, avec la troupe qui t'a vue grandir. Et je n'ai rien à t'offrir Sol. Je n'ai jamais rien eu à t'offrir. Pas comme nous l'aurions souhaité du moins... Mais c'est encore plus vrai maintenant qu'auparavant..." La colère fut balayée par un certain abattement qui n'était pas habituel chez lui. Il était fatigué. Fatigué de lutter pour ses valeurs, pour sa principauté, pour sa famille. Il aimait la guerre, il s'y était illustré, brillamment, mais il avait beaucoup perdu et ses proches souffraient. Et il avait le poids de terrifiantes responsabilités sur les épaules. Il n'était sans doute pas prêt pour ça. Il n'était qu'un bâtard, fait pour servir. Il était devenu un conseiller proche de sa sœur, un chef même, à certaines occasions. "J'ai été mobilisé loin de Lancehélion, j'ai été piégé aux Météores. Ma vie ne m'appartient pas. Elle est à Dorne. Dans un monde idéal, avec toute la naïveté de mes 14 ans, je te l'aurais offerte. Mais elle ne vaut rien." Sa voix mourut, avant qu'il ne se gratte la gorge et ne reprenne : "Je ne crains nulle esclandre de ta part. Je n'ai pas honte de te connaître. Et je ne regrette rien de ce que nous avons vécu. Mais je comprendrai que tu préfères demeurer discrète à ce sujet étant donné l'aversion que tu me portes désormais."




I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something
Anders Martell

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 1323
Membre du mois : 18
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE]   [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE] - Page 2 EmptyDim 27 Jan - 13:52





Lancéhélion
S3 M5 A1


Ecorchée. Je me sentais écorchée. Je n’en avais pris conscience que très récemment alors que je l’étais depuis toujours. Je n’étais pas de ces enfants, qui bien qu’issu du peuple, avait connu la chaleur et la douceur d’un foyer. J’avais toujours été, aux yeux de ma mère, le rappel de ce qu’elle avait subi, de ce qu’elle avait vécu entre mes draps de ce seigneur qui avait été fasciné par son corps. Je n’aurai jamais dû voir le jour. Je n’avais pas été désirée, bien au contraire. J’étais le fruit de la violence, de la douleur. Ma mère m’avait élevé mais je comprenais pourquoi elle n’avait jamais été capable de m’aimer. Comment l’aurait-elle pu ? Comment le pouvait-on d’ailleurs en connaissant mon histoire, mes origines ? Je ne le méritais d’ailleurs pas. Mon existence ne rimait à rien finalement. Ma vie n’avait aucun but. C’était la conclusion à laquelle j’étais arrivée, enfermée entre les murs du château de Hautjardin. Et puis Manfred était venu me trouver. Ce demi-frère qui aurait eu toutes les raisons du monde de me faire disparaitre, moi le fruit du péché de son Père. Mais il n’en avait rien fait. Il avait, quelque part, partagé mon fardeau. Il m’avait tendu la main, donné le choix de rester, ou de l’aider. Il m’avait offert ce qui m’avait tant manqué dans ma vie : un véritable lien. J’avais pensé avoir cela avec Anders, mais je m’étais trompée. Parce qu’alors, si cela avait été le cas, il serait venu à mon aide. Ou il aurait essayé. J’aurais pu donner ma vie pour lui et même si je n’attendais pas le même retour, j’avais espéré compter ne serait-ce qu’un peu pour lui. Je m’étais bercée de douces illusions, de ce passé que je chérissais tant. J’en étais venue à la conclusion que finalement, il s’était joué de moi et qu’il ne m’avait montré que ce que je voulais voir, des vulnérabilités qu’il avait sans doute inventé pour mieux m’approcher, me charmer, me conquérir.

Cela, il le répétait aussi en cet instant. Mais si avant, je lui faisais confiance, ce n’était plus le cas. Je ne le croyais plus. Je n’avais plus foi en lui. Un passé illusoire. me contentais-je de commenter, sans rien ajouter. Car tel avait été la réalité. J’avais ouvert en grand les yeux désormais. Alors quand il évoque ce rêve qu’il a pu faire de nous, je ne le crois pas. Cela aurait été un signe du destin si ça avait été le cas, alors que moi-même je m’étais souvenue de l’un de ses moments passés ensembles. Une perte hein ? Tu ne me feras pas croire cela. car ce n’était pas lui qui avait perdu, mais moi. J’avais tout perdu. J’étais destinée à tout perdre depuis le début de toute manière. Et je détestais que cela puisse me faire encore souffrir. Je m’étais endurcie, mais pas encore assez. Si cela avait été le cas, je ne serais pas dans un tel état face à lui. Alors pour garder la face, je ramassais mes affaires et les ranger avec soin. Ce n’était pas comme si, de toute manière, il se rappellerait que cette ceinture dont je n’arrivais pas à me débarrasser était l’un de ses présents. Nul doute qu’il avait dû faire de nombreux présents à de très nombreuses femmes.

Cette pensée m’énerva un peu plus. Ce que j’avais été sotte. Je m’étais pensée un temps unique, alors que cela n’avait jamais dû être le cas. Je m’étais moi-même bercée d’illusions et elles m’avaient explosé au visage. On ne m’y reprendra plus. Non, on ne m’y reprendra plus. Et pourtant… Pourtant, malgré toute cette colère que je ressentais et toute cette amertume, j’avais un mal fou à rester indifférente face à Lui. J’avais fait un pas en sa direction avant de m’en rendre compte et de m’arrêter. Je détestais ce pouvoir qu’il avait encore sur moi et que sa peine, son abattement puisse encore me toucher. Je secouais la tête. Arrêtes. Tais-toi. Quand vas-tu arrêter de mentir ? Ne l’as-tu pas déjà assez fait ? Et n’inverse pas les rôles. J’ai toujours été là pour toi, toujours. J’aurai décroché la lune si tu me l’avais demandé. Je serai restée à Dorne et j’aurai quitté ma Mère s’il me l’avait demandé au lieu de s’énerver à l’annonce de mon départ. Parce que je lui avais tout offert sotte comme je l’étais. Et lorsqu’il avait été dans le Bief, j’avais pris des risques pour lui proposer mon aide, aussi maigre soit-elle. J’avais manqué de me fourvoyer dans ses bras, sous ses baisers. Bouleversée ? Tu ne sais pas de quoi tu parles. J’ai tout perdu, TOUT. Tu veux savoir ce que je te reproche ? Je te reproche tes mensonges, toutes ses illusions dans lesquelles tu m’as bercé. Tu t’es amusé, tu t’es servi de ma naïveté. Il n'y a jamais eu de "nous", ou de "relation". Il n'a toujours été question que de toi. Je lui criais dessus. J’étais incapable de garder mon calme. Mes yeux me brûlaient mais je refusais de pleurer. Pas devant lui. Je serrais fort mes poings et respirais difficilement. Tu es ce que ma Mère a toujours pensé de toi : un être égoïste, manipulateur, qui n’hésite pas à écraser les autres, ses autres qui lui sont inférieurs. Tu prends, tu prends tout, te fichant des conséquences. Tu n’as pas eu besoin de le faire, mais aurait-il fallu le faire, tu m’aurais aussi jeté dans un fossé, à peine vivante, sans jamais une seule fois te retourner, sans éprouver le moindre remord. Réjouis-toi Anders, tu es devenu comme eux, comme les grands de ce monde. Il était comme celui qui avait violé ma mère, et qui était à l’origine de mon existence. Parce que quand je lui avais demandé son aide, désespérée, je ne m’étais heurtée qu’à une muraille de silence et d’indifférence. Il était comme eux, comme tous ceux qui m’avaient abandonné, qui s’était joué de moi pour mieux me rappeler ma place. Il était comme mon Père, ma Mère, Jehan, et Colyn. Et c’était parce qu’il s’agissait de lui que c’était d’autant plus douloureux. Parce que je restais une pauvre femme sotte et vulnérable face à lui.

Venir ici était une erreur. Il avait encore trop de pouvoir sur moi. Et même si les mots, la sagesse et le sens qu’a donné Manfred à ma vie ne me quittait pas, je restais vulnérable. Et je détestais cela. Je me baissais pour ramasser mes affaires que j’avais laissé tomber à terre. Je me relevais et lui soufflais Un jour Anders, un jour tu tomberas. Tu tomberas et il n’y aura personne pour t’aider, pour t’apporter le moindre salut, pour te tendre une main secourable. Tu récoltera alors tous ces graines que tu as semé.. Je mentais. Je lui mentais, et je m’en rendais compte. Parce que je savais très bien que s’il tombait et que j’étais là, je ne pourrais pas m’en empêcher. Je l’aiderais. Encore. Toujours. Idiote que j'étais.




We ligth the Way
Solvej

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Danseuse dans la Troupe Jehän Drüss
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
«Danse et éclaire la voie »
Messages : 680
Membre du mois : 6
Célébrité : Gaia Weiss
Maison : Hightower. Au plutôt Manfred Hightower.
Caractère : Menteuse ● Discrète ● Manipulatrice ● Adroite ● Douce ● Blasée ● Craintive ● Réaliste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org
MessageSujet: Re: [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE]   [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE] - Page 2 EmptyMer 27 Fév - 13:21





 
Lancéhélion
S3 M5 A1


L'avait-il définitivement perdue ? Lui en voulait-elle au point de ne plus jamais lui pardonner ni même lui adresser le moindre sourire ? Il semblerait... Elle balayait ce qu'ils avaient vécu, convaincue qu'il n'avait fait que se jouer d'elle et n'avait ressenti aucun attachement pour elle. C'était faux. Mais l'amertume dans sa voix ne laissait place à aucun doute. Elle ne croyait plus un traître mot de sa part. "Crois ce que tu veux. Je te dis juste les choses telles qu'elles sont." Il n'allait pas se battre à la convaincre. Il parlait avec sincérité et c'était dommage qu'elle soit devenue trop méfiante pour s'en apercevoir. Pensait-elle donc qu'il ne songeait pas avec nostalgie à cette jeunesse qui avait disparu depuis longtemps ? A cette semi liberté qui avait été la leur quand ils avaient promis de s'aimer, qu'importe ce qui arriverait et si le temps les rattrapait avec toute la folie de leur adolescence trop fougueuse ? A quel moment lui avait-il promis quoique ce soit ? A quel moment lui avait-il donné un quelconque espoir les concernant ? Il avait beau fouiller dans sa mémoire, il ne parvenait pas à se rappeler. Il s'était montré prudent et respectueux avec elle, elle ne s'en rendait même pas compte...

Il se confia à elle pourtant, expliquant qu'il n'était pas maître de son destin. Il était un outil pour sa sœur, il se devait de lui obéir et de tout sacrifier pour Dorne. Et les dieux savaient qu'il devait vraiment tout sacrifier alors que la situation demeurait terriblement incertaine. Et pourtant, elle ne semblait pas vraiment l'écouter, ramenant tout à elle, à ce qu'elle avait subi. Qu'attendait-elle de lui au juste ? Il demeura muet alors que les reproches pleuvaient, qu'elle lui en voulait d'avoir menti et de ne pas avoir été présent pour elle quand sa vie lui échappait. Il accusa le coup. Il accusa les insultes mesquines alors qu'elle évoquait sa mère et ce qu'elle pensait des hommes. Ce fut sans doute la goutte d'eau alors qu'il fondait sur elle et lui agrippait le bras, les yeux luisants de colère. Il ne pouvait pas tolérer de se faire ainsi traîner plus bas que terre injustement. Il avait tout écouter sans broncher, la colère montant au fur et à mesure de ses paroles, jusqu'à la conclusion, le coup d'estoc final, qui lui souhaitait finalement, de finir seul dans sa misère. "Je ne te savais pas aussi mesquine Sol." Sa voix était tranchante. "Est-ce que tu m'as écouté un tant soit peu ? Je n'en ai pas l'impression. Je ne t'ai pas menti. Depuis le début, tu savais que je ne pouvais rien t'offrir, nous étions d'accord pour simplement profiter de la présence de l'autre, tout en sachant que cela prendrait fin un jour. Je ne t'ai bercé d'aucune illusion. Je pensais avoir été clair dés le départ, mais apparemment, ce n'était pas le cas. Alors pour cela, oui, si tu veux, je m'en excuse. Mais je t'ai toujours traité avec respect. Es-tu trop aveuglée par la colère pour le voir ? Crois-moi, si tu avais été une femme parmi tant d'autres, nous n'aurions pas cette conversation aujourd'hui et tu aurais vu la différence. Tu crois que je me soucie de l'avis des autres ? Tu crois que j'endure les reproches sans broncher d'ordinaire ? Comment peux-tu penser tout ça de moi ? Comment peux-tu accorder le moindre crédit à ce que ta mère pensait ? Je ne suis pas comme celui qui a abusé d'elle. Je n'ai jamais abusé d'aucune femme."

Il la relâcha alors, le regard mauvais, mais également blessé de cette si piètre et terrible opinion à son encontre. Avait-elle raison ? Ou n'était-ce là que l'expression de haine d'une femme bafouée ? Il ignorait tout ce qui avait pu se passer dans son existence au cours de derniers mois. "Tu peux me détester. Mais tu ne peux pas me méjuger à ce point... Jamais je n'aurais abusé de toi, ni n'aurais fait... ça..." Sa voix était retombée, plus calme, plus grave, mais un peu grondante, signe que la colère était toujours présente. "J'ai sans doute commis bien des erreurs te concernant. Mais si tu ne dois croire qu'une parole venant de moi, alors c'est ce que je vais te dire : mon affection pour toi a toujours été réelle. Elle existe toujours. Il y a un lien entre toi et moi, et le destin nous rassemble à chaque fois lorsqu'on ne s'y attend pas. Je suis désolé de t'avoir délaissé, de t'avoir donné l'impression de jouer avec toi... J'ai probablement mal agi, pas agi, mal compris tes paroles ou les signaux que tu m'envoyais... Je n'en sais rien. Peut-être as-tu raison et me suis-je perdu au milieu des puissants, ai-je péché par arrogance. Cela a toujours été un de mes défauts majeurs, même à l'époque." Il ne s'en était jamais caché d'ailleurs et cela lui avait valu bien des déboires. Il haussa une épaule et conclut simplement : "Ne t'en fais pas, je tomberai effectivement et probablement plus vite que prévu. Et j'aurai alors mon juste châtiment n'est-ce pas ?"




I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something
Anders Martell

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 1323
Membre du mois : 18
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE]   [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE] - Page 2 EmptyLun 25 Mar - 19:31





 
Lancehélion
S3 M5 A1


Son bras attrape le mien, fermement, m’empêchant de partir. Le regard du Dornien est désormais à l’image du mien. Il ouvre la bouche et sa colère se déverse sur moi, tranchante et brutale. Etais-je allée trop loin, guidée par cette colère que je ressentais envers lui ? Je n’étais pas ainsi. Je n’étais pas la femme mesquine qu’il décrivait. Je n’étais pas comme ça, je ne l’avais jamais été. Mais les années m’avaient rendu amère, cela ne faisait aucun doute. La vie m’avait tout pris, tout arraché. J’étais tombée encore plus bas que je ne pensais l’être déjà. Et lorsque j’ai appelé à l’aide, aucune main ne m’a été tendue. Je m’étais retrouvée seule, seule enfermée dans un château étranger, entourée de personnes se disant appartenir à la même famille que moi. On m’avait prétendu demi-sœur, issu d’un acte si immonde qui me donnait honte d’avoir vu le jour, et de respirer encore. Je n’étais pas une enfant du peuple, j’étais une bâtarde née d’un viol et d’un abandon. C’était atroce. Manfred m’avait aidé à retrouver un sens à mon existence. Il n’y était pas obligé, mais il m’avait aidé malgré tout. On disait de lui qu’il était cruel, méchant mais il n’avait jamais été ainsi avec moi. Il n’avait pas toujours été tendre non, mais il m’avait donné une chance, une opportunité de reprendre ma vie en main. Je n’aimais pas ce que je devais faire pour cela. Je détestais cela. Mais qu’avais-je d’autres ? Rien. Je n’avais plus rien. Tout le monde m’avait abandonné, tout le monde.


Il relâche mon bras, et je ne peux m’empêcher de le masser légèrement, là où ses mains l’ont marqué. Il ouvre de nouveau la bouche, toujours en colère mais son ton est moins cinglant que celui qu’il venait d’employer juste avant. Je ne devrais sans doute pas l’écouter et m’en aller, mais je reste pourtant, mon regard ne quittant pas le sien une seule seconde. Je déteste ces mots, les mots qu’il emploi, et ce qu’il dit. Il n’a pas le droit, pas le droit de me dire cela. Je ne veux pas qu’il me donne raison. Je préfère en finir une bonne fois pour toute. Je ne veux plus l’écouter. Je ne veux pas l’écouter et me mettre à douter, à donner du crédit à ses mots, à le croire. Idiote. Je ne suis qu’une idiote. Tais-toi... soufflais-je, mais bien trop doucement pour qu’il l’entende. Alors il continue, puis hausse les épaules avant de reprendre mes mots, et me renvoyer leur brutalité. Tais-toi ! arrivais-je à enfin dire à voix haute. Je serre mes bras autour de mon corps, comme pour me protéger, contre ses mots, contre les miens aussi. Tu n’as pas le droit… Tu n’as pas le droit de me dire ça. Ne me parle pas de lien, de destin, d’affection. Cela faisait saigner, malmener mon cœur. Ma voix tremble et je déteste cela. Comment peux-tu prétendre… Non comment oses-tu dire une chose pareille ? . Je chasse d’un revers de main colérique les larmes qui se sont échappés de mes yeux. Je t’ai tout donné. Mon cœur, mon corps, mon âme, ma vie. Le moindre mot de ta part, le moindre signe, et j’aurai tout laissé, tout. Je me rapproche un peu plus de lui et le bouscule, le pousse de mes deux mains posés sur son torse. Je n’ai été qu’une parenthèse pour toi. Mais toi, toi tu étais tout pour moi. Et tu le savais très bien, tu en avais parfaitement conscience. Tu l’as toujours su.J’aurai abandonné ma mère. J’aurai abandonné mon époux, la danse et tout ce que je pouvais posséder pour toi. Je t’ai toujours été dévouée corps et âme. J’aurai trahi les intérêts des miens pour toi. J’aurai pris le risque d’être tuée pour t’aider, d’offrir une main secourable. Je le repousse une fois de plus. Les promesses ne sont pas seulement celles que l’on fait à voix haute. Avait-il oublié ? Avait-il oublié combien il m’avait fait me sentir unique, aimé, apprécié pour ce que j’étais ? Avait-il oublié tous ces mots qui étaient si doux, si chers à mon cœur, à mon âme ? Avait-il oublié toute sa douceur, tous ses gestes tendres ? C’est toi qui ne m’écoute pas. Sais-tu seulement ce que c’est d’être trahi par la personne qui compte le plus à tes yeux ? De la voir te tourner le dos alors que tu es au fond d’un gouffre qui te semble sans fin ? As-tu seulement idée de la solitude, de la souffrance et du désespoir qui peuvent en résulter ? Je laisse retomber mes bras et ma tête.Comment le pourrais-tu ? Tu as ton frère, ta sœur, ton royaume, et une foule qui sera toujours là pour t’épargner, pour t’aider. Moi… Moi je n’avais que toi. Ma mère ne m’avait jamais comprise. Elle n’avait jamais voulu me comprendre et je ne lui jetais pas la pierre. J’étais le fruit d’un acte abjecte, et je lui rappelais à chaque fois. Colyn… Colyn, je ne lui avais jamais laissé la possibilité de m’approcher réellement. J’avais laissé mon âme à Dorne quand j’en étais partie. Peut-être étais-je inconsciemment revenue pour la récupérer ? Peut-être n’étais-je pas seulement venue pour aider Manfred ? C’était pourtant chose impossible. Mais tu as raison, je t’ai méjugé et je m’en excuse. J’ai attendu de toi tout ce que je pouvais t’offrir. J’ai attendu de toi une aide que tu ne me devais pas, que je n’étais pas en droit d’attendre. Après tout, j’ai toujours su qui tu étais. à défaut de connaître mes propre racines, des racines qui n’étaient finalement pas si différentes des siennes.




We ligth the Way
Solvej

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Danseuse dans la Troupe Jehän Drüss
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
«Danse et éclaire la voie »
Messages : 680
Membre du mois : 6
Célébrité : Gaia Weiss
Maison : Hightower. Au plutôt Manfred Hightower.
Caractère : Menteuse ● Discrète ● Manipulatrice ● Adroite ● Douce ● Blasée ● Craintive ● Réaliste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org
MessageSujet: Re: [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE]   [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE] - Page 2 EmptySam 30 Mar - 15:20





 
Lancéhélion
S3 M5 A1


Alors comme ça, Solvej n'était pas prête à écouter le dornien s'expliquer ? Ah c'était bien plus facile de l'affliger de tous les maux et de tourner les talons plutôt que de se confronter à la réalité. Il se tut pourtant quand elle reprit plus fort. Temporairement. Il oscillait vraiment entre la colère et la résignation, reconnaissant qu'il n'avait pas été correct, du moins, pas totalement et n'avait pas répondu aux attentes de Sol, mais il n'était pas non plus le sale type qu'elle décrivait. Il refusait d'endosser un rôle qui n'était pas le sien. Pourquoi n'aurait-il pas le droit de parler de ce lien spécial entre eux, qui finissait toujours par les réunir ? Malgré le temps qui passait, malgré le contexte politique qui ne faisait que les éloigner l'un de l'autre ? Etait-ce si difficile pour elle que de songer ainsi ? Ah... Oui, cela l'était, parce que dans sa naïveté, elle pensait que tous les obstacles pouvaient être franchis dans ce cas là, ce qui n'avait pas été le cas. Le dornien était-il plus terre à terre que la danseuse finalement ? Voilà qui ne manquait pas d'ironie alors qu'il était plutôt du genre impulsif. Il ne broncha pas alors qu'elle déversait sa colère, venant même à la repousser. Il supportait plus facilement ce type de violence que les mots tranchants. "Tu aurais tout abandonné... Pour quel avenir Sol ? J'ai beau n'être qu'un bâtard, je reste un parti avantageux. Crois-tu que je puisse choisir ma future épouse ?" Il était lié à Dorne, il devait à Deria d'être devenu un Martell et de ne plus être un Sand. Il était dévoué à sa principauté. Quelque part, il avait bien plus à perdre à suivre ses sentiments que Solvej. Si la jeune danseuse pouvait se contenter d'être la maîtresse d'Anders, alors soit, il n'y aurait eu aucun problème, mais il doutait qu'elle ai pu être heureuse dans cette situation.

Il cilla pourtant alors qu'elle disait avoir été trahie par lui. L'incompréhension se lut dans ses yeux sombres. Il n'avait pas envisagé les choses sous cet angle... Il ne l'avait pas livrée à ses ennemis non plus. Il l'avait laissé poursuivre sa vie, avec son époux, avec sa troupe, continuant de faire ce pour quoi elle était faite : la danse. Il la trouvait injuste de l'accuser ainsi alors qu'elle avait fait comprendre dans leur correspondance qu'il valait mieux ne plus se voir. Et pourtant, elle s'était sentie terriblement seule, abandonnée de tous. Il eut pourtant un rictus alors qu'elle lui parlait des nombreuses personnes qui l'entouraient. "Une foule pour m'épargner..." Un simple murmure, un peu désabusé... Mais à quoi bon ? Il n'allait pas chercher à surenchérir encore, à lui montrer qu'elle avait tort, qu'elle n'était pas forcément la plus à plaindre. Ce n'était pas ce qu'elle voulait entendre. Elle n'y était pas disposée de toutes façons. Peut-être que plus tard, elle réfléchirait à cette discussion, plus posément, le cœur moins emballé et saurait accepter le point de vue d'Anders. Mais pas maintenant.

"Je suis désolé. De t'avoir déçu. De ne pas avoir saisi ma chance avec toi, quand tu étais tant disposée à tout me donner. Pour une fois, je me suis montré raisonnable." Parce que c'était bien la raison qui l'avait poussé à renoncer à Solvej. Il avait toujours su que leur idylle n'était qu'éphémère, que le destin de chacun était ailleurs. Vraiment ? Doucement, il effleura la joue de la danseuse du dos des doigts. "Me croiras-tu si je t'affirme que cela me navre de t'avoir blessé à ce point ? Comme tu l'as dit, tu as toujours su qui j'étais, je ne t'ai jamais rien caché. T'ai-je déjà donné une raison de te défier de moi par le passé ? Tout ce que je t'ai dit, tout ce que nous avons vécu, c'était vrai. C'était réel. Tu n'as jamais été un jeu ou une simple distraction pour moi. Au delà de l'attirance physique, tu as toujours été spéciale à mes yeux. Tu n'es pas une femme parmi d'autres." La sincérité était audible dans sa voix grave. Puis un soupir et il reprit : "Accepterais-tu que nous parlions des récents événements ? Je n'ai pas été là quand tu en avais besoin, mais je pourrai l'être dorénavant si tu m'en laisses la possibilité... A moins que je ne te fasse horreur... Dans ce cas, je me retirerai et tu n'entendras plus jamais parler de moi." Il espérait qu'elle ne trancherait pas ce lien précieux entre eux... Mais il l'avait suffisamment fait souffrir. Si couper les ponts était sa façon d'être heureuse... Il l'accepterait.


I am a greedy, selfish bastard.
I want the fact that I existed to mean something
Anders Martell

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage: 21 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Messages : 1323
Membre du mois : 18
Célébrité : Luke Pasqualino
Maison : Martell
Caractère : Vif, emporté, arrogant, vénal, idéaliste, passionné, loyal, ambitieux, séducteur, orgueilleux
Idéaliste, indiscipliné, intrépide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE]   [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE] - Page 2 EmptyMer 8 Mai - 17:18





 
Lancehélion
S3 M5 A1


La nuit allait tomber. Je me hâtais dans les rues de la ville, pour rejoindre la maison que j’avais quitté bien plus tôt dans la journée. J’avais passé beaucoup de temps à errer pour réfléchir principalement. Ma rencontre imprévue avec Anders m’avait bouleversé plus que je ne l’aurais pensé. Nous nous étions énervés. Nous avions laissé nos émotions nous submerger et je n’étais pas certaine que cela est été un bien… Ou un mal. Réfléchir ne m’avait pas aidé à y voir plus tard. j’étais toujours aussi indécise, toujours aussi bouleversée. Je frappais trois coups à la porte de la maisonnée. Même si j’y vivais, je préférais toujours m’annoncer avant d’entrer. Un grand gaillard m’ouvrit et s’il allait me lancer une nouvelle pique comme à son habitude, l’expression de mon visage avait du le refroidir. Les autres étaient sortis m’annonça t’il avant de nous servir un grand gobelet de vin dornien. Je n’en buvais jamais mais là, j’en avais besoin. Ce ne serait d’ailleurs pas le seul et je me réveillerai le lendemain avec un mal de crane pas possible. Mais au moins oublierais-je un temps ce qui s’était passé, ce qui ne s’était pas non plus passé, et jusqu’à la totalité de ma soirée d’ailleurs. Au moins avais-je fini ivre dans un endroit que je connaissais, dans lequel j’étais en relative sécurité. Au moins aurais-je eu un peu de répits avant que les excuses d’Anders ne retournent de nouveau en boucle dans ma tête, avant que sa proposition ne redevienne tentante. J’avais ouvert la bouche pour lui répondre mais je n’en avais rien fait. J’étais paumée, et ni ma colère ni ma tristesse n’avaient pu m’aider à y voir plus clair. Sur le coup j’allais lui balancer tout ce qui avait pu m’arriver, rien que pour lui faire comprendre combien j’avais souffert mais je m’étais retenue au bon moment. Si des curieux ne s’étaient pas approchés, si des enfants n’avaient pas déboulé en courant, je l’aurais fais. Je m’étais contentée alors de ramasser mes affaires et me fondre dans la masse sans un mot, sans la moindre réponse. J’avais marché vite, et avec fluidité. Les corps des curieux n’avaient pas été des obstacles comme cela aurait pu l’être pour Anders s’il aurait décidé de me suivre. L’avait-il fait ? Je n’en savais rien et au fond.Je ne m’étais pas retournée. Je n’avais pas cherché à le savoir. C’était mieux ainsi... C’était le plus sage après tout, la seule chose à faire. Non ? Si. C’était ce qu’il fallait faire. De toute façon si nous n’avions pas été interrompu, je doute que les choses se seraient arrangées d’elles même. Je n’étais plus aussi docile qu’avant et lui avait toujours été, et était toujours entêté, et colérique. Nous ne nous écoutions pas, campés sur nos positions, et ne faisant aucun pas vers l’autre… Enfin j’aurai fini par le faire encore une fois mais à quel prix ? Je n’étais pas certaine de pouvoir le payer. Je n’étais pas certaine de vouloir le payer tout court d’ailleurs. Le temps. C’était de temps dont j’avais besoin pour mieux raisonner, pour mieux analyser les choses. Oui partir était la meilleure chose à faire.



Rp terminé !





We ligth the Way
Solvej

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Danseuse dans la Troupe Jehän Drüss
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
«Danse et éclaire la voie »
Messages : 680
Membre du mois : 6
Célébrité : Gaia Weiss
Maison : Hightower. Au plutôt Manfred Hightower.
Caractère : Menteuse ● Discrète ● Manipulatrice ● Adroite ● Douce ● Blasée ● Craintive ● Réaliste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org
MessageSujet: Re: [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE]   [FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE] - Page 2 Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[FB] Something in the water [TOUR I - TERMINE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Tour de Farce
» Tour du monde virtuel
» tour carrée et tour ronde...
» Shark in the water
» Chacun son tour...! Bito, à toi de jouer.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Dorne :: Lancehélion-
Sauter vers: