Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -40%
-40% Nike Crater Impact SE
Voir le deal
68.97 €

 

 [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé]

Aller en bas 
MessageSujet: [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé]   [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé] EmptySam 7 Mai - 19:39

Do you feel like a young god?He says, "Ooh, baby girl, you know we're gonna be legends
I'm the king, and you're the queen, and we will stumble through heaven
If there's a light at the end, it's just the sun in your eyes
I know you wanna go to heaven, but you're human tonight"
Le pas pressé, les couloirs de la demeure familiale défilent sous ses yeux aussi rapidement que le temps semble passer. Elle ignore pourquoi, c'est un sentiment qui la poursuit. Celui que tout est sur le point de changer, sans doute que l'arrivée du prêtre rouge n'a rien arrangée. Elle savait qu'un jour comme celui-là finirait par se présenter et qu'il faudrait accepter l'idée que son monde évoluerait, la perspective d'un avenir dont elle ne connait rien l'effraie cependant plus que de raison. Ses vieux démons se réveillent, les peurs, l'incapacité à trouver le sommeil, à respirer parfois. C'est comme ça depuis toujours, ou presque. Aussi loin qu'elle se souvienne.

Ralentis.

Jaenyra souffle, croise le regard interloqué d'un membre de leur personnel, respire. Respirer, c'est la clé pour contrer tout ce qui peut bien la perturber. Elle ne sait ce qui est le plus perturbant finalement, la perspective de quitter Elyria pour toujours ou celle de voir quelques uns de ses rêves se réaliser. Ou être tués définitivement. C'est sûrement ça, le plus effrayant. Le pas plus calme, Jaenyra progresse toujours entre les murs, le profil faiblement éclairé par la bougie qu'elle tient à la main. La chaleur des flammes l'a toujours profondément apaisée, c'est ce qu'elle a toujours recherché. Ce qui est au centre de toutes les histoires qu'elle racontait à sa sœur sur Valyria, ce qui l'attire et la fascine le plus. Le feu. Ils n'ont jamais été si proches de leur but, les signes ne cessent d'augmenter, elle sait. Entendre Ugor parler d'Azor Ahai lui a permis de réaliser que le monde tel qu'elle le connaissait avant disparaitrait bientôt, pour le meilleur ou le pire. C'est pour ça qu'elle se retrouve à parcourir ces couloirs en des heures trop tardives. Parce qu'elle veut s'assurer que tout, absolument tout ne disparaitra pas.

Jaenyra frappe à la porte.

Maegor n'est pas rentré depuis très longtemps, elle n'a pas eu l'occasion d'être seule avec lui. Pas comme elle l'aimerait, du moins. Nerveusement, ses doigts s'agitent inutilement sur la ceinture de soie noire autour de sa taille. Elle n'a pas peur d'être surprise ici, craint seulement la séparation inévitable qu'implique leur départ pour Westeros. Pas immédiatement sûrement, mais bientôt, moins qu'elle le pensait. Leur vie n'a été faite que d'interruptions, leurs buts n'étant jamais les mêmes, les attentes les concernant non plus. Elle craint une séparation d'un autre type, davantage psychique que physique, ce qu'elle ne pensait pas redouter à ce point. Elle ne pensait pas s'attacher à lui, pas de cette manière là. Au début simples pulsions charnelles, simple besoin de se rapprocher du pouvoir, Jaenyra ne pensait pas qu'elle laisserait leur lien prendre une place si chère à son cœur.

Mais il est le seul qui fasse taire les craintes.

Jaenyra n'attend pas qu'il vienne la chercher, dépose le bougeoir dans un renfoncement et ouvre la porte. Elle ne fait que l'entrouvrir pour faire un pas, puis deux, la main toujours sur la poignée.

- Je peux entrer ?

Ses muscles se détendent presque instantanément, endormis par la chaleur qu'il dégage. C'est particulier, très particulier. Jaenyra croise ses avant-bras, le dos toujours contre la porte.

- Je voulais seulement te parler, nous n'en avions pas eu le temps depuis ton retour. Beaucoup de choses changent en ce moment, je voulais seulement m'assurer que tu vas bien.

La brune incline la tête, sourit légèrement. Elle voulait seulement s'assurer que si tout les oppose, rien ne peut les dissocier.
:copyright:️ 2981 12289 0



┗ if i can't have love, i want power ┛
ஃ I need my golden crown of sorrow, my bloody sword to swing, I need my empty halls to echo with grand self-mythology. ’Cause I am no mother, I am no bride, I am king ஃ

Jaenyra Valtigar
Messages : 176
Membre du mois : 70
Maison : Valtigar
Caractère : Calculatrice - Cultivée - Jalouse - Passionnée - Curieuse - Manipulatrice - Menteuse.
Célébrité : Anya Chalotra

Infos supp.
Richesses : 16


[FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé]   [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé] EmptyMer 11 Mai - 17:20



► An -2, Elyria | L’art de la guerre, c’est de soumettre l’ennemi sans combat.
Do you feel like a young god ?
Maegor Valtigar & Jaenyra Valtigar
Il observait face à lui tandis que ses doigts parcouraient longuement le parchemin où était retranscrite une carte. Il n’était rentré que depuis quelques jours, durant lesquels il avait fait son rapport à son père et avait rapporté quelques trésors de plus, mais se préparait déjà à un nouveau départ. Les événements se bousculaient, les choses changeaient, mais les certitudes, elles, demeuraient. Le prêtre rouge n’avait fait que confirmer la légitimité de leurs ambitions en annonçant qu’Azor Ahai se trouvait parmi eux. Leur lignée remontait à des temps anciens, où le terme de « valyrien » résonnait avec puissance, où chaque homme et chaque femme se prosternaient face à la grandeur de ceux qui vivaient dans une cité réputée par delà toutes les frontières. Ils se battaient tous pour cette réalité. Leur famille entière avait en tête cet idéal commun, cette volonté d’asseoir de nouveau leur suprématie sur l’Empire de leurs ancêtres. Désormais, il n’y avait plus qu’eux. Ils étaient les derniers espoirs d’un avenir uni, comme cela fut le cas dans les Possessions. Mais ils n’oubliaient jamais les autres valyriens qui pouvaient exister, notamment ceux désormais affiliés au continent de Westeros. Car, tout descendant de seigneur-dragon demeurait au-dessus du commun des mortels. Elyria n’était qu’une étape transitoire dans leur grand projet.

Mais soudainement, des coups sur la porte attirèrent son attention. Il n’attendait personne, pas officiellement tout du moins. Cependant, à une telle heure, il se doutait qu’il n’y avait qu’une seule, une unique personne, qui pouvait venir jusqu’à lui. Il se leva d’un mouvement rapide, faisant trembler le fourreau de son arme pendant à son siège. Avant même qu’il ne soit au milieu de la pièce, la porte était déjà ouverte ; c’était elle, aucun doute désormais. Le sourire qui venait lentement d’apparaître sur ses lèvres était annonciateur d’une nouvelle perspective pour cette nuit noire.

Alors, il répondit. Sa voix brisa le silence qui suivit la parole de la femme, une voix certes rauque et puissante, mais pourtant envoûtante, qui de surcroît, résonna dans la pièce malgré que les paroles ne furent prononcées qu’à un ton régulier. « Tu peux entrer. » répliqua-t-il alors, mais ce n’était guère sérieux, comme s’il s’amusait de cette demande. « Cela devrait être à moi te demander si ça va. » D’un geste brusque, il posa sa main droite sur le bras de sa demi-soeur. Il serra, sans lui faire mal, mais marquant sa présence à ses côtés. « Attendre l’autorisation d’entrer n’est pas dans tes habitudes. » Il la regardait avec un léger sourire en coin, la main toujours serrée autour du haut de son bras, à quelques centimètres d’elle. Son souffle chaud contre elle, alors qu’il sentait son parfum s’engouffrer dans ses narines.

Il n’avait toujours pas répondu, mais aucun vide ne s’était installé dans la pièce, comme si la suite se faisait par le regard, par un lien qu’ils étaient les seuls à comprendre. Alors qu’elle était toujours collée à la porte, il s’approcha d’elle plus brusquement, son poids contre son corps et vint déposer ses lèvres avec ferveur. Une fougue qui n’avait plus été partagée depuis un certain temps. Maegor était entreprenant, comme toujours. Il s’appropriait volontiers ce qu’il désirait, prenait par la force. Mais avec elle, il y avait une différence : cette relation était la leur, partagée et acceptée, en tout état de cause et ce, même s’ils devaient la cacher au plus grand nombre. Lorsqu’il se recula, abandonnant la pression de leurs lèvres, il fit glisser la main le long de son corps. « Mais je te connais, ma soeur, et je sais que tu es tourmentée. » Relâchant toute pression, tout contact, il s’écarta d’elle et se dirigea dans un coin de la pièce. Là, il s’empara d’un pichet, servant deux verres d’un vin écarlate dont la divine odeur emplissait déjà l’air. « Installes-toi et racontes-moi tout, profitons de cette soirée ensemble… Cela nous fera du bien. » Il se rapprocha, se posant dans l’un des fauteuils et lui offrit l’une des coupes.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



Maegor Valtigar
Fer & Feu
Messages : 515
Membre du mois : 20
Maison : Valtigar
Célébrité : Henry Cavill

Infos supp.
Richesses : 375

Fer & Feu

[FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé]   [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé] EmptyLun 16 Mai - 10:20

Do you feel like a young god?He says, "Ooh, baby girl, you know we're gonna be legends
I'm the king, and you're the queen, and we will stumble through heaven
If there's a light at the end, it's just the sun in your eyes
I know you wanna go to heaven, but you're human tonight"
Très vite, les choses reprennent leur place naturelle et les craintes s'évaporent comme neige au soleil. C'était plus simple qu'elle ne l'aurait cru, bien que certains sujets continuent de lui donner envie de se poser des questions. Davantage à elle-même qu'aux autres, bien trop craintive de paraitre faible et de donner de bonnes raisons de poignarder une fois le dos tourné.

- Peut-être que les années me rendent plus sage et moins insolente, qui sait.

Non, pas vraiment. Pas du tout en vérité. Elle n'est même pas sûre que la remarque de Maegor soit vraiment sur son comportement mais plutôt sur leurs habitudes à eux. Elle n'a besoin de frapper à sa porte d'ordinaire parce qu'elle ne l'a jamais fait, parce qu'elle a toujours considéré à tort ou à raison cette chambre comme une extension de la sienne. Les choses changent. Pas toutes. Sa main sur son bras diffuse une douce chaleur dans toute sa personne, à croire qu'aucun feu ne brûlera jamais autant que lui. Le sous-entendu selon lequel c'est plutôt elle qui devrait répondre à la question qu'elle pose lui fait légèrement froncer les sourcils, il a déjà compris que quelque chose ne tournait pas rond. C'est assez pour la perturber, la Valtigar étant persuadée d'être une bonne politicienne et de ce fait, une bonne menteuse.

Pas pour tout le monde, visiblement.

- Je pense qu'il était nécessaire qu'on se la pose tous les deux.

Nyra hausse un sourcil avant d'être embrassée, quasiment coincée contre la porte et sans aucune envie de se défaire de cette prise. Sa main retrouve très vite son chemin jusqu'à la base de sa nuque, se perd un peu dans les cheveux argentés avant d'être séparée de lui. Brutalement. Sans doute trop alors que ses muscles ne commençaient que doucement à perdre en tension. Il évoque ses tourments, presque ininterrompus depuis sa venue au monde - Nyra a toujours été l'enfant angoissée qui se soucie trop pour un âge trop jeune. Sauf ici, sauf avec lui. Le passage du chaud au froid est ressenti comme une violence, la jeune femme en vient à se demander s'ils ne sont pas feu et glace pour qu'elle pleure sa distance à ce point.

- Je suis toujours tourmentée.

Jaenyra hausse un sourcil joueur en se saisissant de la coupe que Maegor lui tend, le ton qui invite presque à laisser de côté ce pour quoi elle était venue ici. Lui poser les questions qu'elle avait en tête lui semble ridicule maintenant qu'il est devant elle, les ignorer ne serait pas plus sage. Finalement, Nyra se décolle de la porte, la ferme et s'avance doucement pour s’assoir en face de l'héritier de leur maison. Le tout en sirotant paresseusement le contenu de sa coupe, le corps définitivement apaisé bien que l'esprit continue de s'agiter.

- Je m'interrogeais simplement sur ce qui passerait par la suite, lorsque nous serons définitivement loin d'ici.

Si les choses s'accéléraient comme elle le pensait, il lui paraissait plutôt évident qu'il leur faudrait partir. Ou au moins, qu'il lui faudrait partir. Son départ à elle n'était que supposé, incertaine que son père juge ses talents suffisamment utiles pour lui donner un véritable rôle dans leur conquête.

- Si cette prophétie est vraie, beaucoup de gloire t'attend.

Jaenyra porte sa coupe à ses lèvres, une nouvelle fois, boit lentement le liquide en prenant soin de réfléchir aux mots qu'elle emploie. De la gloire et un meurtre, bien que la jeune femme ne soit pas persuadé qu'il faille prendre tous les détails de cette prophétie au sens littéral. Bien souvent, ces textes ne sont que métaphores et informations floues.

- Je suis sûre que c'est toi, ça ne fait aucun doute.

Le guerrier de la lumière, fils du feu. Elle ne pouvait pas imaginer une autre personne, ce qui ne la rendait que plus inquiète. Très peu superstitieuse, la prophétie lui donnait pourtant envie de croire qu'il s'agissait d'une vérité. La brune se penche légèrement en avant, soudainement plus curieuse, les yeux un peu plus brillants.

- Qu'est-ce que ça fait ? Est-ce que tu y crois ?

Qu'est-ce que ça fait d'être l'élu, de pouvoir ne serait-ce qu'approcher cette idée. Toujours hypnotisée par le pouvoir, elle n'est pourtant pas sûre que Maegor accorde beaucoup d'importance aux dires du prêtre rouge, ni même qu'il pense être celui visé par la prophétie. Pourtant cette histoire lui semblait être une bonne manière de commencer cette discussion sans apparaître trop craintive quant à leur avenir.  
:copyright:️ 2981 12289 0



┗ if i can't have love, i want power ┛
ஃ I need my golden crown of sorrow, my bloody sword to swing, I need my empty halls to echo with grand self-mythology. ’Cause I am no mother, I am no bride, I am king ஃ

Jaenyra Valtigar
Messages : 176
Membre du mois : 70
Maison : Valtigar
Caractère : Calculatrice - Cultivée - Jalouse - Passionnée - Curieuse - Manipulatrice - Menteuse.
Célébrité : Anya Chalotra

Infos supp.
Richesses : 16


[FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé]   [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé] EmptyLun 16 Mai - 21:38



► An -2, Elyria | L’art de la guerre, c’est de soumettre l’ennemi sans combat.
Do you feel like a young god ?
Maegor Valtigar & Jaenyra Valtigar
Le feu qui brûlait en lui se trahissait au travers de ses yeux éclatants. Il la dévorait du regard, tandis qu’elle parlait d’elle-même, évoquant son assagissement. Son souffle chaud traversa ses lèvres alors qu’il poussait un léger rire, presque moqueur, à son intention. Il approcha sa bouche de l’oreille de sa demi-soeur, à quelques centimètres d’elle, la peau de sa propre joue contre la sienne, et susurra. « Toi-même tu n’y crois pas. Je te reconnais une grande sagesse politique, un esprit avisé… Mais pas moins d’insolence qu’autrefois. » Le sourire qu’il arborait ne disparaissait pas. Mais malgré ce jeu instillé entre-eux, il y avait une tension, pas celle qui amenait à un relâchement. Il ressentait pleinement les craintes de sa cadette et était prêt à les apaiser. Alors, quand il se retira d’elle, lorsqu’il la libéra de sa puissante étreinte, il ressentit une coupure nette. Il était vrai que cette question était commune, désormais ; car après tout, les changements dans leur vie s’enchaînaient. Alors, il la laissa s’approprier les lieux, fermer cette porte qui enfin, les  laissa seuls dans la pénombre, avec pour seule lueur, celle des bougies. Il voulait bien la croire tourmentée, il la connaissait, depuis sa plus tendre enfance. Il savait qu’elle se faisait souvent du souci, pour les autres membres de la famille, pour leur devenir commun. Et il acceptait toutes ses appréhensions, qu’il voulait combler du mieux qu’il pouvait.

Quand elle afficha clairement la raison de son tourment, il porta sa coupe à ses lèvres. S’emparant d’une grande gorgée, il reposa ensuite le verre et se redressa, venant poser simplement sa main sur la cuisse de la jeune femme. « Qu’importe ce qu’il se passera, nous serons ensemble, n’est-ce pas le plus important ? Il y a des choses qui ne pourront pas changer. » lui assura-t-il, effectuant une légère caresse de son simple pouce. Il sentait sa douce peau. Il appréciait cela et lentement, alors, sa main glissa plus loin. Doucement, sa poigne se fit plus dure, plus possessive. En quelques secondes, il se retrouva à quelques centimètres d’elle, visage contre visage. Presque animal, bestial, comme un dragon sur sa proie. Et son feu était féroce. « Crois-tu vraiment que je partirai sans toi ? » questionna-t-il avec une certaine dureté dans la voix, montrant qu’il n’y avait qu’une seule réponse ; et que, bien évidemment, elle la connaissait. Elle la connaissait, car elle la vivait depuis des années.

Il se recula ensuite, mais ses yeux détaillèrent le corps de sa jeune demi-soeur, qu’il dévorait de plaisir par son regard. Il ne la lâchait pas, pendant qu’elle évoquait la prophétie. « Qu’importe qui de notre famille sera l’Élu, la gloire touchera notre nom. Nous tous, devrons redoubler d’efforts pour la grandeur à laquelle nous espérons. Le sang qui coule dans nos veines doit être perpétuer, pour justement que nous conservions tout cela. » Et à l’instant où il parla de perpétuation, il effectua une caresse pleine de sous-entendus, qui témoignait simplement de son envie de consommer la vie avec elle. Tout deux savaient qu’un mariage entre eux serait compliqué, que cela nuirait aux projets familiaux. Et pourtant, ils le voulaient. Et là, il approcha sa main sur le haut d’une chandelle. Tandis que la flamme dansait sur sa peau, elle ne lui faisait rien, comme la caresse d’une amante.

La mention de la prophétie fut suivie d’une question. À l’origine, il n’avait pas accordé grande importance à tout cela. Mais lorsque les visions se révélèrent justes, il comprit que le prêtre rouge n’était pas qu’un simple missionnaire de sa foi. La véracité de ses paroles lui donnait une importance stratégique. « Je peux reconnaître que ce que dit Ugor n’est pas totalement faux, mais croire en une prophétie… En quelque chose d’aussi vague, d’aussi peu sûr que des mots dont l’interprétation n’est pas parfaite… Il serait idiot de miser là-dessus, notre avenir ne dépendra pas de quelques vers ou de visions apparues dans des flammes. » La stratégie, les hommes, eux, étaient des données plus aisées à contrôler. Et elles étaient bien moins floues que des visions. Mais il leur accorderait l’importance qu’elle méritait, car il n’avait jamais fermé les portes à quoique ce soit ; la magie était une réalité, car le sang de l’Antique Valyria débordait de cette magie. « Je veux que tu me livres toutes les craintes que tu peux avoir, même si elles peuvent être déplaisantes. » Il ne la jugerait pas, qu’importe ce qu’elle pouvait penser. Il savait leur avenir flou. Et si elle craignait pour leur lien, il préférait le savoir. « Avy Jorraelan*. Qu’importe ce qui se passera, cette vérité ne changera pas. » promit-il en lui offrant un large sourire.

Il se leva et se dirigea vers son bureau, où il sembla s’emparer de quelque chose. Il se rapprocha d’elle, tenant entre ses mains une sorte de coussin de soie. Dessus était posé un magnifique collier, dont le pendentif formait une tête de dragon aux yeux de rubis, semblable au pommeau de l’épée détenue par l’héritier. « C’est un cadeau, ma soeur. Tu reconnaitras la reproduction exacte du dragon qui orne Rugissante, avec deux rubis qui proviennent des ruines de la contrée qui a vu naître notre lignée. J’ose espérer que cela te plaira. » Il passa lentement ses bras derrière le cou de sa soeur, y accrochant le collier avant de venir déposer un baiser sur son front et d’attraper son menton avec deux doigts, relevant sa tête pour l’observer dans les yeux. C’était juste un échange, simple et sans parole, mais il n’y avait guère besoin de plus. Après tout, il attendait d’entendre toutes ses appréhensions, avant de se rapprocher plus encore.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



Maegor Valtigar
Fer & Feu
Messages : 515
Membre du mois : 20
Maison : Valtigar
Célébrité : Henry Cavill

Infos supp.
Richesses : 375

Fer & Feu

[FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé]   [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé] EmptySam 21 Mai - 15:38

Do you feel like a young god?He says, "Ooh, baby girl, you know we're gonna be legends
I'm the king, and you're the queen, and we will stumble through heaven
If there's a light at the end, it's just the sun in your eyes
I know you wanna go to heaven, but you're human tonight"
Le feu qui l'anime lui ne tarde pas à éveiller d'autres choses jusque-là en sommeil chez elle, un peu de noirceur sûrement. Jaenyra reste immobile pendant que Maegor s'amuse de son prétendu assagissement, joue de l'effet qu'il a sur elle pour faire naître des envies contraires. Jaenyra frissonne légèrement en entendant les mots murmurés à son oreille, sourire aux lèvres.

- Peut-être bien.


Jaenyra relève la tête, le menton éternellement trop haut et les yeux définitivement insolents. Un regard qui ne demande qu'à être défié et qui semble déjà avoir oublié ce pour quoi il était inquiet. Nyra se rapproche, trop pour que ce soit innocent. Ses mains s'égarent sur les côtes du Valtigar, tracent à travers le tissu des motifs dont elle a le secret. Le but a toujours été d'incendier avec son toucher.

- Et je suis presque sûre que mon effronterie te plait.

Et cette fois, c'est elle qui rompt le contact, tout aussi brusquement. La violence ne coule pas dans les veines que de l'héritier des Valtigar, la moitié de l'antique Valyria lui appartient, ses travers et sa luxure également. Jaenyra prend place en face de lui une fois leur échange terminé, beaucoup plus confiante et d'humeur bien plus provocatrice. Si la séduction a souvent été employée comme arme stratégique, elle devient ridiculement naturelle dans ces moments où ils sont seuls. Les mots du valyrien - qu'ils soient pensés ou non - contribuent grandement à lui faire baisser sa garde. Sa main sur sa cuisse aussi. Cette dernière dérive lentement vers l'extérieur au fur et à mesure que la chaleur se répand sous la peau de la jeune femme, pour finalement devenir omniprésente quand Maegor se rapproche plus encore. L'air belliqueuse, Jaenyra n'hésite pas à le défier du regard.

- Oserais-tu ?

Oserais-tu te séparer de moi ? La question est plus provocatrice qu'autre chose, souhaitant simplement éveiller les élans de possession qui les ont toujours animés. Elle ne veut pas le laisser partir. Elle ne peut pas le laisser partir. Tout ce qu'elle souhaite alors, c'est croire en ce qu'il avance. Et elle y parvient. Aisément. La suite la rend davantage perplexe, Jaenyra étant toujours aussi réticente à l'idée de voir une autre s'approprier tout ce qu'elle a contribué à construire. Le posséder lui. Le sentiment est malsain et pourtant bien réel, bien qu'il soit apaisé par la volonté qu'elle sent dans ses mots de la garder auprès de lui. À l'instant, cela lui suffit. Son esprit logique est d'ailleurs emporté par d'autres considérations, Ugor, ses visions, toutes ces choses qui viennent simplement confirmer ce qu'ils ont toujours cru d'une manière pour le moins inattendue.

- Je ne crois pas non plus que nos destins puissent être gravés dans le marbre quelque part sans que nous ne puissions rien faire pour les changer. Il faut néanmoins reconnaître que le moment était bien choisi...

Au beau milieu d'un tournant de leur histoire, ce prêtre qui apparaît et vient confirmer qu'ils sont les élus qu'ils pensaient être. Trop fort pour ne pas être considéré, Jaenyra s'interroge seulement sur ce qu'elle souhaite croire ou non. Quant à ses craintes, la brune conserve le silence encore un moment et laisse les mots en valyrien résonner dans la pièce, apaiser ses doutes et panser toutes ses appréhensions. La suite est d'autant plus surprenante lorsque le lourd bijou est attaché autour de sa nuque. Légèrement sonnée, Nyra observe son reflet déformé dans la coupe abandonnée devant elle. Et elle aime ce qu'elle voit. Cette vison ressemble au pouvoir qu'elle convoite tant, ce même pouvoir qu'elle retrouve à l'état pur dans les yeux de Maegor quand il scelle son regard au sein. Ce sont ses lèvres qui viennent trouver les siennes cette fois, embrassent avec violence, dans l'effort désespéré de le marquer à jamais.

- Essaierais-tu de m'adoucir avec des joyaux ?

Nyra se lève pour être à nouveau à sa hauteur, son nez frôlant lentement celui du Valtigar.

- Tu sais que tu n'as pas besoin de ça.

Ses mains se posent doucement mais fermement sur les bras de son aîné alors qu'elle le dirige, lentement mais sûrement vers le siège qu'il a abandonné quelques minutes auparavant.

- Tu me suffis largement.

Maegor est gentiment poussé et invité à s'asseoir alors qu'elle se rapproche dangereusement, cherche à faire craquer les dernières fractions de raison qui les entravent encore.

- Je t'aime aussi. Et ce cadeau est somptueux, il signifie beaucoup pour moi.

C'est murmuré, un peu comme un secret, une faiblesse avouée alors qu'elle s'acharne à paraître insensible en tous temps et pour beaucoup. Mais ici ils ne sont que deux et les faux-semblants n'ont jamais eu leur place entre eux.

- La seule crainte qui me tient éveillée est de te voir m'échapper.

Pas la seule en vérité, et pourtant c'est celle qui semble compter le plus maintenant qu'elle y réfléchit. Celle qui la terrifie.
:copyright:️ 2981 12289 0



┗ if i can't have love, i want power ┛
ஃ I need my golden crown of sorrow, my bloody sword to swing, I need my empty halls to echo with grand self-mythology. ’Cause I am no mother, I am no bride, I am king ஃ

Jaenyra Valtigar
Messages : 176
Membre du mois : 70
Maison : Valtigar
Caractère : Calculatrice - Cultivée - Jalouse - Passionnée - Curieuse - Manipulatrice - Menteuse.
Célébrité : Anya Chalotra

Infos supp.
Richesses : 16


[FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé]   [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé] EmptyJeu 26 Mai - 14:41



► An -2, Elyria | L’art de la guerre, c’est de soumettre l’ennemi sans combat.
Do you feel like a young god ?
Maegor Valtigar & Jaenyra Valtigar


Ils ne connaissaient que trop bien cette chaleur qui se dégageait dans la pièce, c’était celle du feu commun qui animait les valyriens. Lorsqu’ils étaient l’un à côté de l’autre, ils étaient forts et féroces, vigoureux. Cette passion qui liait leurs deux âmes n’avait jamais été une gêne, pas même pour leur père, qui avait eu pour première femme sa propre soeur. Néanmoins, là où cela posait problème, c’était le sang mêlé de sa soeur ; elle n’était qu’à moitié valyrienne. Tyraemarr n’espérait pas une telle union, voulant perpétuer leur sang et ses particularités. Pour l’heure, ils profitaient. Pour l’heure seulement, ils s’adonnaient à ces pratiques et conservaient ce lien fort… Il afficha un large sourire lorsqu’elle répliqua. « Bien évidemment, je déteste lorsque tout est simple. J’aime qu’on me résiste. » Il se montrait joueur, sa voix était provocatrice. Installés face à l’autre, leurs regards étaient intenses et flamboyants. Elle le défiait du regard et cela l’amusait. La question était simple, mais tellement importante. Oserait-il, un jour, se défaire d’elle ? Il n’en avait guère l’envie, ce n’était pas dans ses projets. Mais parfois, le bien-être de la dynastie primait sur leur bien-être personnel. C’était une réalité à encaisser. « Tu seras toujours à mes côtés. De toute évidence, tous les membres de cette famille seront liés à jamais, nous avons tous à coeur nos intérêts communs. Mais toi et moi… C’est au-delà de cela. » À cet instant, il ne fit qu’une simple caresse, délicate, sur sa douce joue.

Ils parlaient de la prophétie. Le prêtre rouge était arrivé dans un moment crucial, il avait su parler et affirmer des vérités qui intéressèrent leur famille. La magie était chose commune, pour les valyriens qui dans les temps anciens, maniaient une forme de magie du sang. « En tant que descendants de Valyria, nous ne pouvons pas contredire l’existence de la magie. Si ses visions peuvent être justes, et utiles, nous ne devons pas oublier que même nos ancêtres n’ont pas été capables de prévoir le Fléau. Ils se sont reposés sur leurs dragons et leur magie, et ont fini dans les cendres. » Une vérité terrible, qui avait vu les Possessions ébranlées par l’inaction des valyriens. Mais c’était la preuve que la magie n’était pas la seule donnée à prendre en compte. « Si nous parvenons à nos objectifs, qu’importe le nom que portera notre empire, il ne sera jamais le même que celui qui fut jadis… La magie n’est plus centrale, désormais, et les rites se sont perdus. » Bien qu’ils fouillaient les ruines antiques pour retrouver des trésors, ce n’était pas encore totalement productif, bien qu’il ait trouvé une épée en acier valyrien.

Il en vint enfin à lui offrir le collier qu’il avait fait travailler juste pour elle. Lorsqu’elle posa violemment ses lèvres sur les siennes, il répondit, férocement, en posant une main derrière sa tête. Presque à la dévorer. « Oh mais je n’ai pas besoin d’une douce femme, j’ai besoin d’une femme hargneuse et puissante. Je t’offre seulement ce que tu mérites. » Prononça-t-il en reculant sa tête. Il se doutait que le cadeau lui plairait. C’était une évidence, il la connaissait tant, il savait qu’elle serait satisfaite. Il avait fait ce choix pour se lier plus à elle, en concevant un collier symbolique qui ressemblait à son épée. « Cette crainte est justifiée. » Il en avait conscience, tout n’était pas de leur contrôle. Il préférait assumer cette terrible réalité. « Notre père a bien des projets, et je crains qu’un mariage entre ses enfants ne soit pas à l’ordre du jour. » Sa main vint trouver celle de sa soeur, qu’il caressa délicatement. Des sujets déplaisants étaient parfois abordés, mais il voulait montrer qu’il était là pour elle. « Si mon amour ne disparaîtra jamais, cela ne veut pas dire qu’il se concrétisera en une union… Notre famille est habituée aux sacrifices, mais toi ? Je veux savoir ce qui se trouve au fond de ton âme. » Il s’approcha soudainement, plus près, planta ses yeux dans les siens. La question était sérieuse, beaucoup trop. « Me trahiras-tu, si la nécessité d’un mariage s’offre à nous pour les alliances ? Ou resterons-nous amants, secrètement ? » C’était une possibilité si présente qu’il voulait savoir comment elle agirait… Si un jour, elle lui tournerait le dos.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



Maegor Valtigar
Fer & Feu
Messages : 515
Membre du mois : 20
Maison : Valtigar
Célébrité : Henry Cavill

Infos supp.
Richesses : 375

Fer & Feu

[FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé]   [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé] EmptyMar 31 Mai - 19:29

Do you feel like a young god?He says, "Ooh, baby girl, you know we're gonna be legends
I'm the king, and you're the queen, and we will stumble through heaven
If there's a light at the end, it's just the sun in your eyes
I know you wanna go to heaven, but you're human tonight"
Au-delà de ça. Le jeu qu'ils jouent est dangereux, au-delà de ça. Ce que Jaenyra aimerait savoir et ce qu'elle ne parvient pas à demander, c'est à quel point. La promesse latente dans ses mots lui laisse penser qu'il n'y a pas de raison de s'inquiéter, tu seras toujours à mes côtés. Les livres d'histoire qu'elle passe trop de temps à remuer lui laissent penser que les promesses telles que celles-ci sont souvent balayées avec le temps, les changements à la fois de contextes et de sentiments.

- C'est vrai, cela a toujours été.  

Toujours ou presque, Jaenyra esquisse un sourire absent pendant que la main du Valtigar glisse sur sa joue. Définitivement pensive, l'électricité entre eux ne faiblit pourtant pas, comme ça a toujours été le cas. Un autre sujet bien moins complexe et tout aussi important éveille de nouveau ses yeux et vient la tirer de ses précédentes réflexions, la nécessité de prendre en compte les visions d'Ugor sans pour autant les interpréter trop littéralement.

- Nous sommes parfaitement d'accord sur ce point. Les visions dans les flammes ont leur importance, bien que rien ne soit acquis. Il nous faudra tirer les leçons qui conviennent du passé.

Leur tendance à idéaliser ce qui était est quelque chose dont Jaenyra a parfaitement conscience. Rien ne peut être aussi parfait que les récits, rien ne peut être aussi pur que l'imaginaire que l'on a de quelque chose qui n'est plus depuis longtemps. L'ancien empire valyrien avait de nombreux défauts qui leur reviendra de corriger, tôt ou tard. La suite lui fait relever la tête à nouveau, Jaenyra sirotant doucement sa coupe de vin.

- Pour l'instant, en effet.

La venue d'Ugor jusqu'à eux a renouvelé son intérêt pour les anciens parchemins trouvés lors des expéditions de Maegor, la connaissance ne se perd pas. Elle s'égare momentanément. Quoi qu'il en soit, il est certain que ce qui a été construit ne pourra pas l'être à nouveau à l'identique, ce qui lui convient tout à fait. Le but n'est pas de s'élever et de se consumer dans les mêmes travers que leurs ancêtres. Le collier qui lui est offert en est un parfait symbole, celui de la transformation, la leur et celle de leur environnement. Ce qui effraie autant Jaenyra que ça lui plait.

- J'ignorais tant mériter.

La Valtigar sourit contre ses lèvres, leurs souffles entremêlés, leurs baisers toujours d'une passion à la limite de la violence. Elle n'a jamais rien connu de pareil et à vrai dire, n'a aucune envie de chercher. La suite est à l'image de ce qu'elle imaginait, sans doute qu'il aurait été plus simple de l'entendre proférer des mensonges pour la rassurer. Au lieu de ça, Maegor joue la carte de la sincérité. Ses craintes sont justifiées, parce que ce qu'ils espéraient pourrait s'avérer impossible à réaliser dans les années à venir. Quelque chose que Jaenyra n'avait que peu anticipé auparavant et qui la frappe de plein fouet. Ses mains continuent de s'accrocher à lui alors qu'elle ne peut s'empêcher de s'éloigner d'un pas, légèrement troublée.

- Je suis prête à bien des sacrifices.

Elle n'a déjà que faire du regard des autres sur elle, a encaissé les sous-entendus sur son métissage, n'a pas peur de paraitre manipulatrice, vipère, mauvaise. Elle a toujours fait ce qu'on attendait d'elle, se sacrifierait volontiers pour leur cause pourvu qu'elle ne soit pas utilisée puis jetée, oubliée, effacée de l'histoire. Ses yeux pourpres viennent trouver ceux similaires de son frère.

- Être relayée au second plan n'en est pas un.

La question est sérieuse et la réponse l'est tout autant. Le mariage était une façon de lui garantir une place de choix au sein de leur empire rêvé, la possibilité qu'on le lui enlève est terrifiante.

- Tu veux savoir ce qui se trouve au fond de mon âme mais en vérité, je pense que personne ne le sait mieux que toi.

Nyra entreprend de le repousser à nouveau jusqu'au siège où il était auparavant assis, l'incite gentiment à y reprendre sa place. Elle le surplombe un instant avant d'elle-même se laisser choir sur le siège, ses genoux de chaque côté du corps du valyrien.

- Je ne te trahirai jamais si tu ne me donnes aucune raison de le faire. Mais je prendrai ce qui m'appartient, peu importe comment.

Entre la promesse et la menace, Jaenyra hausse un sourcil et lui glisse ses derniers mots à l'oreille.

- Et malheureusement pour toi, tu en fais partie.

Une déclaration qui vaut donc aussi bien sur le plan politique qu'intime. Elle n'imagine pas qu'il puisse épouser quelqu'un d'autre qu'elle, mais si une telle chose devait arriver, elle n'accepterait d'être effacée sur aucun tableau. Marié ou non, elle prendra ce qui lui fait envie.
:copyright:️ 2981 12289 0



┗ if i can't have love, i want power ┛
ஃ I need my golden crown of sorrow, my bloody sword to swing, I need my empty halls to echo with grand self-mythology. ’Cause I am no mother, I am no bride, I am king ஃ

Jaenyra Valtigar
Messages : 176
Membre du mois : 70
Maison : Valtigar
Caractère : Calculatrice - Cultivée - Jalouse - Passionnée - Curieuse - Manipulatrice - Menteuse.
Célébrité : Anya Chalotra

Infos supp.
Richesses : 16


[FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
MessageSujet: Re: [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé]   [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé] EmptyMer 1 Juin - 22:18



► An -2, Elyria | L’art de la guerre, c’est de soumettre l’ennemi sans combat.
Do you feel like a young god ?
Maegor Valtigar & Jaenyra Valtigar

Les choses seraient beaucoup plus simples si Jaenyra était sa soeur, et non sa demi-soeur. Une petite différence, mais qui changerait absolument tout : elle n’était pas de sang-pur, le sang bleu des seigneurs-dragons ne coulait pas parfaitement dans ses veines. C’était ainsi que la majorité des personnes de leur entourage la considérait, mais pas son aîné, qui la voyait comme son égal en cette famille. Cet idéal de la pureté du sang avait des bases solides, on disait le sang de l’Antique Valyria magique et c’était probablement le cas, néanmoins, il n’existait plus de grandes lignées qui pouvaient faire remonter la pureté jusqu’à des générations.

Il n’existait qu’eux et la petite famille des Targaryen, qui résidait aujourd’hui au sein de l’île de Peyredragon, ancien avant-poste de Valyria. Qu’importe ce que l’on pouvait bien dire de leur rang au sein de Valyria, certes de basse noblesse, aujourd’hui, ils étaient les seuls seigneurs-dragons qui existaient encore. Un fait qui était donc important pour qui voulait perpétuer leur culture. Langues, histoires et légendes, cela leur appartenait encore. Mais leur sang, lui, risquait de se diluer un jour venu. Tyraemarr n’avait pas eu de fille au sang pur, chose qu’il aurait aimé. Il avait déjà perdu un fils et était fort ravi dans avoir eu deux autres, forts et vigoureux. Et la vigueur, il en avait conscience, était un trait que partageait Jaenyra et son frère aîné.

Depuis le début de leurs retrouvailles, ils n’avaient cessé de se chercher, de s’affronter par piques légères, par phrases courtes et concises, insistant sur des gestes et des caresses. Il ne répliqua rien sur les leçons du passé, affichant un sourire qui suffisait pour lui faire comprendre qu’il acquiesçait à ce qu’elle disait. L’Ancienne Valyria était grande et puissante, mais dominée par une multitudes de familles, certaines d’une petite influence tandis que d’autres raflaient tout le pouvoir. Ce nouvel empire, lui, ne serait pas une oligarchie, car le Diadoque de Valyria serait le seul souverain en ces terres. L’Empereur, ce qui n’était guère le cas sous les Possessions.

L’aîné appréciait grandement le contact qu’il recevait de sa cadette, il l’accentuait même à chaque instant. Il n’avait jamais renié son attrait pour les plaisirs de la chair, sa soeur elle-même savait qu’il menait régulièrement des aventures ci et là, lors de ses passages aux quatre coins d’Essos. Mais de tout ce qu’il avait déjà vécu, ce qu’il ressentait ici était bien plus intense, accentué par l’amour qu’il lui portait. Il n’accepterait lui-même pas qu’elle soit une oubliée du monde, comme beaucoup d’autres. Talentueuse, politicienne hors pair, Jaenyra avait bien des qualités qui lui permettraient de briller. « Tu mérites de briller, tu le sais depuis toujours. Je te l’ai toujours dit. » Il la regardait avec un sourire, l’écoutait attentivement. Il la connaissait, oui. Mais surtout, il connaissait sa valeur. Assis sur le siège, il empoigna les hanches de sa soeur, ne lui laissa plus le droit de fuir. « Prend donc ce qui t’appartient. Mais fais attention. Car à mon tour, je te prendrai. Je te déposséderai de tout, dans des instants qui se multiplieront par milliers. Je m’emparai de toi, et te ferai mienne, jusqu’à tard dans la nuit. Et nos feux se croiseront. » Ses bras montèrent plus haut et d’un coup brusque, il arracha son haut avec toute la passion qu’il y avait en eux. Il la porta, se leva et se rapprocha du lit, la posant sur le drap avant de se mettre au-dessus d’elle.

Leur nuit serait de parfaites retrouvailles.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



Maegor Valtigar
Fer & Feu
Messages : 515
Membre du mois : 20
Maison : Valtigar
Célébrité : Henry Cavill

Infos supp.
Richesses : 375

Fer & Feu

[FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé]   [FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé] Empty


Contenu sponsorisé


[FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
[FB An -2, Elyria] Do you feel like a young god? [Tour X - Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» We feel warmth in the cold corners [Tour VII - Terminé]
» I'm wasting my young years. [Tour VII - Terminé]
» Shirei Elesham | the young lady (terminé)
» Le cœur des femmes renferme de nombreux secrets / Tour Vii, An 1, Mois 12, Semaine 2 / [Tour IX - Terminé]
» At the dawn of war / Tour VII, An 1, Mois 12, Semaine 1 [Tour VIII - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Dorne-
Sauter vers: