Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Cavalry Captain
MessageSujet: Cavalry Captain   Cavalry Captain EmptyLun 3 Juin - 20:12

Les nouvelles continuaient d’arriver. Certaines étaient plaisantes. Pas franchement joyeuses, mais les choses allaient globalement dans le bon sens. Partout, l’Empire se construisait. S’élargissait. Il s’élevait plus haut, plus beau et plus fort. Les mestres disaient que ces graines de l’étranger, de l’ancien Empire Valyrien, pouvaient très bien prendre dans le sol limoneux des plaines du Trident. Mais il y avait les autres nouvelles. Les pires. Les graves. Jamais dangereuses en soi pour la survie pleine et entière de l’Empire, mais assez pour faire trembler certaines bases, pour en faire chanceler certaines parties. Il n’y avait pas beaucoup d’honneur à avoir recours à des mercenaires. Nous en avions pourtant dans nos rangs aujourd’hui, ici, à Fort-Darion. Les hommes d’Harren, qui avaient changé de camp quand le vent avait charrié plus de relents de mort et de cadavres que de dorures et d’espoirs de richesses. Ils étaient un mal parfois nécessaire. Ne pas les avoir ici les aurait jetés sur les routes du sud du Conflans, et le Roi Lyham Tully n’avait certainement pas besoin de l’inquiétude supplémentaire que pourrait faire naître chez lui avec une ration de carnages supplémentaires.


Il y avait de ces nouvelles qui vous hérissaient, qui vous fouettaient les sangs.


D’autres mercenaires en Westeros, venus de l’étranger cette fois. Il n’y avait ni honneur ni vertu chez ces gens, de véritables chiens de guerre. J’étais un loup, et n’avais que dédain pour les armes lorsqu’elles étaient plus un métier qu’un devoir. Les Puinés dans le sud de la Néra. J’en avais froissé le papier de la missive réclamant notre aide, et alors que j’envoyais les estafettes quérir les troupes, je me demandais ce qu’il fallait anticiper, désormais. Foncer sur le nord ? Peu utile. La Néra était protégée depuis les premières heures du conflit. Foncer par l’ouest, oui sans doute, mais où ? Foncer vers le sud rapprocherait sans doute beaucoup ces hommes des troupes de l’Orage et de toutes les parties prenantes de la guerre contre le Bief. Ca se ferait sans aucun doute sans le sang et dans l’horreur, mais la fin de cette menace aurait été presque aussitôt entérinée. Finalement, je me demandais si le plus grand danger, même s’il ne serait que provisoire, ne serait pas plutôt que ces hommes ne restent là où ils sont, loin de grandes garnisons, près des lignes de communications entre l’Empire et l’Orage. Je ne savais pas ; Vers l’ouest, qu’ils disaient. Je continuais et d’entrevoir des solutions qu’il faudrait sans doute soumettre sans plus tarder au Collège.


Il y avait tant à voir, tant à faire. J’avais aussi beaucoup promis à Rhaenys, et la voilà qui devrait sans doute aussi partir avec Meraxès, même si la dragonne n’était pas encore remise de ses blessures.


On m’amène des commandants de chevaux-légers. Cette cavalerie de ligne dont j’avais longtemps ressenti le besoin au Nord, mais dont la logistique, la formation et tout en fait, rendait la création compliquée. L’Empire avait sa marque propre sur son armée, comme chaque royaume. La cavalerie y était très lourde, avec les Demalion, mais ils ne formaient qu’une petite troupe. Les chevaux-légers étaient moins lourds que les sergents, les longs hauberts et larges boucliers remplacés par des plastrons plus légers, des plaques en faible nombre autour de la cuirasse. Epée légère et demie-lance. Finalement, la cavalerie était ainsi propre à la reconnaissance comme au combat, même si elle peinerait à se montrer aussi agile que des dorniens, ou aussi lourde que des riverains. Engoncé dans mes pensées, je détends les bras devant l’âtre de mon bureau pour me retourner vers l’entrée, encadré des Demalion. Je le salue d’un signe de tête.



| Entrez, Goldwyne. Entrez. On m’a dit que vous reveniez d’entraînement avec votre escadron. Comment vont mes cavaliers ? Quel est votre ressenti? |


Peu de nouvelles personnelles en premier lieu, car ce n’était pas là la texture de nos rapports. Chaque chose en son temps. Je reportais mon regarde vers cette barbe toujours bien taillée, bien carrée, celle d’un homme que je continuais de jauger.




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 25865
Membre du mois : 188
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Cavalry Captain   Cavalry Captain EmptyMer 17 Juil - 22:40

L’air était frais, l’hiver était encore bel et bien là, bien qu’il n’avait plus neigé depuis un petit moment maintenant. En effet, le manteau blanc qui avait tenu au sol pendant plusieurs mois avait disparu avec la légère hausse des températures. Et pourtant, malgré cela, on pouvait penser que le printemps était encore bien loin. Les basses températures étaient là en permanence pour leur rappeler dans quelle période ils étaient. Mais si ça n’était que ça.  D’importantes trombes d’eau s’abattaient sur la région à intervalle régulier, rester dehors dans de telles conditions, il y avait de quoi vous glacer le sang, peu importe les couches de vêtement dont vous pourriez vous couvrir, car l’eau arrivait toujours à trouver un chemin, même infime soit-il. Ils avaient tout de même le droit à quelques accalmies où l’intensité de la pluie diminuait ou bien il arrêtait totalement de pleuvoir, ce qui était la bienvenue.

Mais en soit, qu’il pleut ou non, l’entrainement continuait. Certes, il était beaucoup plus compliqué et hasardeux de s’exercer sur un terrain transformé en champ de gadoue par les précipitations, en effet on augmentait les risques de chute, donc de blessures des chevaux ; on était beaucoup moins à l’aise pour effectuer des manœuvres. Mais après tout, auront-ils le choix du terrain de leurs futurs affrontements ? Certainement pas, lorsque le printemps pointerait le bout de son nez, les hostilités reprendront de plus belle. Ils devaient donc profiter de chaque jour qui s’offrait encore à eux pour perfectionner leur cohésion, tester de nouvelles formations, s’améliorer, progresser par rapport à la veille. Il en avait encore l’occasion et le capitaine ne voulait pas manquer cette opportunité. Il laissait tout de même un temps de repos suffisant aux hommes de son escadron, le but n’était certainement pas de les tuer à la tâche, ça serait contre-productif et ils devaient être frais  pour les combats qui s’annonçaient.

L’escadron rentrait à peine d’un entrainement, Garlan eut à peine le temps de se changer lorsqu’on vint lui porter une convocation. En effet, l’empereur requérait sa présence au château. C’était plutôt un bon timing, juste après avoir revêtu une autre tenue. Enfin, s’il aurait dû se présenter couvert de gadoue parce que la situation l’exigeait, alors soit, l’Empereur aurait surement compris cela. Et même changé, il portait encore les traces de son entrainement, quelques marques de boue ici et là, il était totalement trempé, bref on voyait qu’il revenait de l’extérieur. Le capitaine avait appris que le vieux loup avait convoqué tous les commandants qui exerçaient dans les chevaux-légers ces derniers temps. Le chevalier en ignorait totalement la raison, on ne lui avait pas communiqué. Il ne pouvait alors que faire des hypothèses, comme l’unité était nouvelle, peut-être cherchait-il à savoir si elle était opérationnelle pour les combats à venir. Ou peut-être bien qu’il avait une mission à leur confier afin de préparer la campagne de Printemps.

Il se dirigea alors vers le castel et s’identifia à l’entrée de ce dernier. On le fit patienter pendant qu’on vérifiait ses dires, et finalement un duo de gardes démalions vint le chercher pour le conduire jusqu’au Braenaryon. Garlan les suivit docilement sans mot dire, impossible de les identifier derrière leur casque et armure. Peut-être était-ce ceux qui étaient chargés de monter la garde lorsqu’il s’était aventuré dans les quartiers impériaux sans autorisation ? Il se doutait que certains d’entre eux devaient encore lui en vouloir, c’était légitime, et il était désolé de leur avoir attiré des ennuis par son action stupide. Arrivé devant la porte du bureau, on l’introduit et il peut s’avancer, encadré toujours par les deux gardes, alors qu’il l’accueillait. Le bieffois ploya le genou et lui rendit son salut en disant solennellement :  « Sire. » Il attendit que l’on lui fasse signe de se relever pour s’exécuter.

Se redressant, les jambes légèrement écartées, les mains croisées derrière le dos, il devait appliqué une certaine posture, il n’était pas en face de n’importe qui. « En effet, Sire. Mon escadron revenait à peine de l’entrainement lorsque j’ai reçu votre convocation. Nous nous sommes exercer à la réalisation de diverses manœuvres avec les autres escadrons, le temps ne nous a certes pas facilité la tâche ; mais j’ai toujours considéré que plus une tâche était difficile, plus on mettait d’ardeur à la réaliser et plus la satisfaction se retrouvait importante au final en cas de réussite. Ce n’est que mon point de vue. » Il demandait des nouvelles de ses troupes, il semblait être un souverain qui s’en souciait réellement et que ce n’était pas une parole en l’air, c’était important, il méritait les respect pour cela. « Elles se portent correctement, Sire. Nous réalisons des entrainements quotidiens pour qu’ils ne se relâchent pas trop et surtout pour augmenter notre cohésion. Je leur laisse tout de même suffisamment de temps libre pour qu’ils puissent souffler un minimum, le but n’étant pas qu’ils attaquent la campagne de Printemps sur les rotules, mais frais et opérationnels. »

Bien sûr, par ses questions, l’Empereur cherchait surement à savoir s’il avait misé sur le bon cheval en lui confiant ce poste, c’était compréhensible, il s’agissait de son armée. « Quant à mon ressenti, il est plus que positif en état. Lorsque vous m’avez confié ce poste,  je dois vous avouer que je ne connaissais guère cette unité, Sire. Cependant, de par leurs caractéristiques, les chevaux-légers sont vraiment intéressants et peuvent être utilisé dans de multiples usages au cours d’une campagne. En ce qui concerne mon escadron, il est posé à la fois de vétérans de plusieurs batailles et de nouveaux cavaliers n’ayant connu aucune escarmouche. Grâce à nos nombreux entrainements, nous avons réussi à établir un bon niveau de maîtrise, ainsi qu’une cohésion qui se tient. En dehors des entrainements en eux-mêmes, j’ai trouvé intéressant de rassembler les cavaliers de l’escadron pour qu’ils apprennent à se connaître et que j’arrive à faire leur connaissance. Je souhaitais connaître les hommes qui étaient placés sous mon commandement.  »


“Loyalty means I am down with you whether you are wrong or right, but I will tell you when you are wrong and help you get it right.”



Spoiler:
 
Garlan Goldwyne

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser / Commandant dans la cavalerie impériale
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Messages : 4546
Membre du mois : 259
Célébrité : Joshua Sasse
Maison : Goldwyne
Caractère : Loyal ♠ Rancunier ♠ Jovial ♠ Téméraire ♠Juste ♠ Têtu ♠ Galant ♠ Méfiant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cavalry Captain   Cavalry Captain EmptySam 20 Juil - 16:09

L’homme entre, ploie le genou et me salue à son tour d’une marque de respect sans fioritures, allant sans nul doute droit au but. J’aimais cela. L’homme de toute manière, savait qu’il disposait autant de crédit auprès de moi qu’il avait de choses à prouver. Ce n’était pas un mauvais bougre, loin de là, surtout compte tenu de la situation présente, son départ de l’entourage du Roi Fédéré Gardener, de sa désertion de son royaume, de tout le reste. Le jeune Goldwyne n’était pas du tout dans une position facile, vous pouviez en être certain. Je n’aimerais pas être à sa place. Fort heureusement du fait de mon caractère, ce serait sans nul doute chose impossible à concevoir. J’étais bien trop têtu et obstiné pour m’en aller de quoi que ce soit. Ce n’était pas de la vantardise, ou une comparaison volontairement flatteuse pour moi. Âne bâté difficile à raisonner, quelle qu’en soit la raison. Le jour où l’Empire perdrait pour de bon, les choses deviendraient compliqué car je ne saurais sans doute pas tant jouer de la profondeur stratégique de mon royaume que ce que je devrais alors mettre en place. Qu’importe. Ces hypothèses n’étaient pas encore vouées à se réaliser, et j’espérais qu’elles ne le seraient jamais.


Le natif du Bief se redresse dans une posture très digne, fière, presque comme s’il s’attendait à ce que je lui demande de rester de marbre des heures durant. Ses mains sont croisées dans son dos. Quoiqu’il en soit, on ne peut pas taxer Goldwyne de la moindre forme d’irrespect compte tenu des formes qu’il met à sa présentation.


Le jeune homme commence par me confirmer que son unité de cavalerie de ligne était revenue de patrouille au moment où ma demande lui était parvenue. Il parlait de manœuvre entre unités et d’autres entraînements de ce genre. La mobilité des troupes était l’axe sur lequel j’avais développé mon appareil militaire, au Nord, plus que sur le choc ou l’équipement des troupes, car le Royaume était en fait assez peu pourvu en ressources et en capacités de production ; équiper tout le monde était déjà un challenge sans trop en faire.



| Continuez à entraîner vos hommes de la sorte. A la bataille j’ai besoin d’unités qui savent couvrir le déploiement d’autres unités derrière elle, qui savent se battre jusqu’à décrocher en bon ordre. Sait-on jamais également, vous pouvez pousser l’entraînement jusqu’à combattre démontés. Ca n’a pas encore beaucoup eu lieu dans cette guerre, mais entre les collines du sud du Conflans et les montagnes de l’Orage, il est possible, sans parler de nouveaux théâtres d’opération, que les combats se portent dans du relief peu propices aux grands déploiements de cavalerie. |


Je hochais la tête à ses paroles, ne le regardant plus l’espace d’un instant. Je n’avais pas beaucoup de doutes quant à l’idée de me confier à cet homme, puisque je n’allais pas non plus lui donner de secrets formidables, mais juste de quoi avoir bien conscience de sa maison et de ce que j’attendais de lui.


| Quel est l’état de la monte ? Tous les cavaliers ont-ils des chevaux ou reste-t-il des défauts d’approvisionnement ? Les premiers signes du dégel sont arrivés dans certaines régions. Il va falloir se préparer à reprendre les opérations. |


L’homme précise qu’il a plutôt un bon sentiment à propos de la troupe que je lui ai confiée, et il évoque aussi son goût pour la formation d’une telle unité. Il avait bien entendu compris que l’idée de leur formation, aux tous débuts des forces impériales, était de transformer une cavalerie qui ne saurait être assez lourde par formation, naissance ou équipement, en une force de ligne capable d’assurer plusieurs rôles. Si elle s’était montrée largement inférieure au choc aux cavaleries lourdes ennemies, la troupe s’était montrée mobile, et impactante. Elle avait besoin d’espace pour manoeuvrer.


| Sentez-vous votre troupe pour les missions qui seraient susceptibles de lui être confiées ? En toute transparence. J’avais dans l’idée d’en user en avant-garde, mais en arrière et soutien immédiat de la cavalerie légère des royaumes fédérés. Ils agiraient ainsi pour reconnaître l’ennemi et participer à d’éventuels combats d’avant-garde. Et en pleine bataille, votre sentiment, à vous qui avez déjà connu le baptême du feu? |




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 25865
Membre du mois : 188
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Cavalry Captain   Cavalry Captain Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Cavalry Captain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Octobre] Taeyang Captain Hook
» Captain America ♦ Le soldat americain est là UC
» ⊰ REGLEMENT
» ✰ blak&white swan, i'm captain swan. (swanny)
» OMG, C'est captain Beau Casque !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Les Terres Impériales :: Fort-Darion-
Sauter vers: