Liens utiles
Dernière intrigue
Journal des évènements
Cartes de Westeros
Localisation des persos
FAQ de BC
La parole aux membres
On vote !

Top 1Top 2Top 3



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
L'heure la plus sombre est juste avant l'aube... | Torrhen
MessageSujet: L'heure la plus sombre est juste avant l'aube... | Torrhen   Dim 3 Juin - 18:11

Le regard perdu dans le vide, Mathie regardait sans vraiment le voir le feu qui finissait de mourir. Les dernières braises continuer de lutter, sans grand succès, alors que le froid se faisait de plus en plus vif. Resserrant sa cape autour d’elle avec un frisson, la jeune femme laissa échapper un soupir alors que le jour commençait à poindre à l’horizon.

Une nouvelle nuit de passée. Elle avait été difficile, comme les précédentes, alors qu’elle ne se sentait guère de prendre du repos pendant que des hommes souffraient, mourraient parfois. Elle qui n’avait jamais eu de prédispositions pour le soin du temps où elle vendait son corps, s’était retrouvée à plus d’une reprise à devoir soigner des soldats. Et elle avait fini par s’y habituer. Sans rien dire à personne, elle avait parfois glissé quelques poudres dans le gosier des hommes trop blessés, pour qu’ils puissent mourir sans hurler jusqu’à leur dernier souffle. C’était la volonté de R’hllor de voir leur sang imbiber les terres du Conflans, elle l’avait bien compris désormais, mais cela n’empêchait rien. Elle souffrait toujours de les voir dans cet état, qu’ils soient riverains ou non, qu’ils aient été des ennemis pendant un temps ou pas.

Et elle en oubliait même, l’espace d’un instant, qui elle était devenue. Cette apprentie prêtresse qui devait se moquer de ces hommes, de la situation. Mais la jeune femme qui avait grandi pas si loin que ça, qui n’avait, pendant un temps, connu rien d’autre, était blessée, marquée par tout ce qui avait pu se passer. Et elle avait du mal à l’accepter. Elle avait du mal à comprendre pourquoi R’hllor lui faisait passer cette épreuve et ce qu’elle pourrait lui apporter.

Mais, visiblement, la réponse n’était pas dans les premiers rayons du soleil qui commençaient à poindre, qui essayaient de percer le brouillard environnant. Heureusement, il n’avait pas neigé cette nuit, mais la température avait drastiquement chuté. Elle sursauta alors qu’elle entendit des pas derrière elle, étonnée qu’on s’approche à cette heure de la nuit, ou du matin. D’autant qu’elle s’était un peu éloignée, espérant retrouver un semblant de cohérence dans ses pensées. La fatigue était, elle l’espérait, la raison principale des questions qu’elle se posait. Mais, pendant un instant, elle les oublia, se figeant alors qu’elle reconnaissait la silhouette emmitouflée qui s’approchait.

Inclinant la tête, elle souffla, à mi-voix. « Votre Altesse. Vous êtes bien la dernière personne que je m’attendais à croiser à cette tardive… ou matinale, j’ai encore du mal à choisir. » Elle ne l’avait pas encore vu d’aussi près depuis qu’elle était arrivée et elle lui avait encore moins adressé la parole. Tout le monde avait été fort occupé et elle ne s’en était guère offusquée, mais le voir ainsi la prenait un peu au dépourvu alors qu’elle n’avait pas endossé son masque habituel. C’est probablement pour ça qu’elle ajouta, détournant de nouveau les yeux alors que son regard se perdait sur l’horizon. « Je ne pensais pas voir ça un jour. Le soleil qui se lève alors qu’Harren est mort. » La culpabilité d’avoir été responsable de bien des morts, au vu des informations qu’elle avait pu transmettre, s’était envolée depuis longtemps. Elle avait payé son attitude suffisamment cher et elle n’avait plus à s’en vouloir. Pour autant, savoir que l’homme qui était à l’origine de tout cela était mort était vraiment difficile à accepter. Sans qu’elle n’arrive vraiment à savoir pourquoi. Et pourtant, rien n’était terminé.


The night is dark and full of terror
There are no gods but R'hllor and the Other, whose name may not be said... ©️ by anaëlle.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prêtresse Rouge
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour.
Messages : 1149
Membre du mois : 41
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : *
Caractère : Rusée - Menteuse - Séductrice - Manipulatrice - Rêveuse - Ambitieuse - Intelligente - Inconstante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'heure la plus sombre est juste avant l'aube... | Torrhen   Dim 3 Juin - 18:56

Il n’y avait pas d’arbre-cœur, ici. Il y faisait froid et humide ; pas de neige mais du brouillard, un brouillard nocturne épais et à couper au couteau. Ce froid et cette absence de visibilité m’enveloppaient comme une épaisse couverture, recouvrant ce monde d’une épaisse chape de plomb et de solitude, qui semblait éteindre toute vie et toute chaleur. Cet environnement nocturne était si différent du fer et du feu, plus tôt dans la soirée. De la ripaille, de la bière et de la chaleur de Rhaenys, nue contre moi, de ses gémissements qui sonnaient au creux de mes oreilles comme autant de preuves de désir et de communion. J’avais fini contre elle, tous deux rompus par les ébats. En sueur, malgré le froid de l’hiver. Elle avait un moment contemplé le feu, me caressant le visage et le haut du torse, alors que je regardais de mon côté l’ouverture au centre de la tente, sur le « plafond » en peau de bête, à l’orifice d’où la fumée du foyer central s’élevait doucement. Je pensais à mes morts et à leur vengeance. Et somnolais contre le ventre de ma femme, où notre enfant grandissait peu à peu. Bientôt, si les Dieux le voulaient bien, il serait parmi nous. Enfin. Et alors, tout changerait à nouveau dans cet univers, comme à la naissance de Walton, de Jeyne ou de Jon, même si je n’avais pas été présent pour la naissance du petit dernier.


Je finissais par me rhabiller en silence, quittant la couche nuptiale pour réenfiler mes cuirs et mes laines, destinées à me tenir chaud. Je le fis en silence, et en longueur. Incapable de trouver le sommeil, certes, mais pas vif pour autant. Sans parler du fait que la blessure de mon genou et les bandages l’entourant ne rendaient pas ma tâche si aisée que cela, loin de là. Je devais donc prendre garde comme je le pouvais à ne pas aggraver à nouveau mes blessures, comme cela m’arrivait si souvent en voulant bien faire, mais montrant vraiment trop d’empressement. Je finissais par sortir, Morsure au côté même si son poids me déséquilibrait quelque peu et rendait mon boitillement plus lent encore et plus douloureux aussi. Je m’éloignais un peu de la tente, aussitôt rejoint par deux Demalion, tandis que douze autres protégeaient toujours les environs immédiats du pavillon. Dans pareille masse de troupes et avec tous ces transfuges de l’armée d’Harren, difficile de sentir mon épouse totalement en sécurité. Je ne m’éloignais pas trop du coup, mais j’avais besoin de marcher, de rencontrer un peu de « nature » et de rendre compte aux dieux de ma dévotion. En silence, mais je le ferais malgré tout. Jusqu’à ce que mes pérégrinations ne me rapprochent d’une silhouette qui se découpa, comme éthérée dans la brume, et que je ne connaissais que trop bien. J’avais passé trop de temps à explorer chaque recoin de ce corps-là. Et m’étais perdu bien trop de soirées dans ses prunelles.


J’hésite un instant, avant de me rapprocher. J’entends ses mots. Moins d’ironie et de défi dans son ton. Sa proximité avec Rhaenys quelques jours durant, ou avec son écuyère, l’avait-elle assagie ? Ou était-ce simplement la fatigue ?



| Serait-ce le Maréchal Conrad Omble que vous vous attendiez à trouver ? |


Voix neutre. Les hommes qui gardaient sa tente étaient aussi les miens. Lui-même n’en avait fait aucun secret. Je regardais dans la même direction qu’elle, mais sans apercevoir.


| Moi non plus. Je suis débarrassé de l’essentiel de mes songes nocturnes, depuis que ma lame a trouvé ce qui lui servait de cœur. Mais je ne dors pas beaucoup plus. Je vieillis, maintenant. Toujours mal quelque part. Toujours quelque chose à faire, aussi. |


Drôle de rencontre, quoiqu’il en soit.






Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 18279
Membre du mois : 231
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: L'heure la plus sombre est juste avant l'aube... | Torrhen   Dim 17 Juin - 23:09

L’espace d’un instant, Mathie aurait aimé être ailleurs, ne pas avoir vécu tout ce par quoi elle était passée ces derniers mois. Ces dernières années même. Pourtant, elle savait maintenant que ce chemin l’avait menée jusqu’à Lui, qu’elle était destinée à le servir et que sans ces blessures, jamais elle n’en aurait été capable. Mais ça ne faisait pas disparaître la douleur, la peine et cette impression de gâchis qui, alors que le soleil se levait, se superposait à tout le reste.

Et, pour un peu, elle en aurait pleuré. De colère, de tristesse, difficile à dire. Mais elle sentait que ses nerfs avaient été particulièrement éprouvés par ce qui s’était passé, surtout récemment. Et elle n’avait personne à qui en parler. Elya aurait été toute désignée mais elles étaient séparées maintenant, pour un temps que seul R’hllor saurait définir.

Elle s’était attendue à regarder seule ce jour se lever. Et pourtant, le destin aimait parfois à se faire farceur, comme en cet instant, alors qu’apparaissait la silhouette du nordien. Devenu Empereur maintenant, mais elle aurait bien incapable de trouver un terme qui pouvait mieux lui convenir que celui d’un homme venant de ce Nord froid, difficile et pourtant prêt à braver toutes les tempêtes. Elle ne put pourtant s’empêcher de hausser un sourcil perplexe aux paroles qu’il prononça, laissant filer un instant de silence avant de souffler, d’une voix douce et quelque peu amusée. « Je ne pensais pas que cela pourrait vous intéresser. Mais non, je ne l’attends pas. Messire Omble doit probablement être en train de rêver de la prochaine bataille à mener. » Elle n’avait de son côté en rien défini la relation qui pouvait la lier au Maréchal. Retrouver sa couche l’avait réchauffée, réconfortée mais elle n’en attendait rien de plus. Comme elle n’attendait de toute façon plus rien des hommes dont elle avait déjà partagé l’existence. Et celui qui lui faisait face en faisait partie d’ailleurs.

Mais l’heure n’était pas à ce genre de tergiversations. Un nouveau jour se levait, permettant d’assimiler un peu plus ce qui s’était passé. Enfin, si la chose était possible. Aux propos de l’homme qui se tenait à ses côtés, elle laissa souffler, sans animosité, sans amusement. « Le tuer vous a-t-il tout de même apaisé d’une certaine façon ? N’avez-vous pas peur de vous retrouver, un matin, à regarder le vide et à vous demander ce qui va se passer ? » A dire vrai, cette question était peut-être plus pour elle que pour lui. A cette pensée, elle laissa échapper un sourire avant de reprendre, d’un ton plus léger. « Il paraît que la douleur permet de savoir que l’on est en vie. Qu’elle permet de s’y raccrocher pour y puiser la force d’avancer, quoi qu’il en coûte. Je ne suis pas sure de bien savoir quoi penser de tout cela. » Elle détourna les yeux pour poser son regard sur le nordien, le fixant longuement avant de reprendre, toujours d’un ton qu’il était le seul à pouvoir entendre. « Qu’allez-vous faire maintenant ? Marcher sur Harrenhal et mettre un point final à tout ce qui peut rappeler l’existence de cet homme ? » A dire vrai, peut-être qu’une part d’elle n’aurait pas dit non à l’idée de défaire le château pierre par pierre. Quand bien même ce n’était ni raisonnable ni faisable.


The night is dark and full of terror
There are no gods but R'hllor and the Other, whose name may not be said... ©️ by anaëlle.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prêtresse Rouge
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Avec un mensonge on va loin, mais sans espoir de retour.
Messages : 1149
Membre du mois : 41
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : *
Caractère : Rusée - Menteuse - Séductrice - Manipulatrice - Rêveuse - Ambitieuse - Intelligente - Inconstante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'heure la plus sombre est juste avant l'aube... | Torrhen   Lun 18 Juin - 22:38

Toujours quelque chose à faire. La guerre n’était jamais finie. Je n’avais pas nourri de démons ni d’illusions. Je savais fort bien, j’avais une conscience aiguë du fait que plonger ma lame dans ce corps encore chaud n’allait pas faire naître d’un coup d’un seul la paix universelle dans les chaumières, loin de là même. Je savais que j’étais parti pour des années de guerre. Je m’en étais douté dès qu’on avait rapporté la présence d’une horde sauvageonne au sud du mur. J’en avais eu l’assurance quand mes guetteurs et éclaireurs avaient rapporté la montée en ligne d’une flotte fer-née dans l’ouest du royaume, et l’arrivée d’une armée sur Moat Cailin. Je l’avais craint dès qu’on m’avait rapporté l’assassinat d’un Roi, d’un prince et de deux princesses, décapitant Peyredragon et Dorne, destabilisant deux royaumes sur huit. La guerre était à nos portes et Westeros avait trop de ressentiment, trop de haine et trop d’enjeux de toutes sortes pour que personne ne cherche à en profiter. Je me rendais bien compte que je mettais le doigt dans l’engrenage en décidant d’ouvrir des discussions avec le Val, puis avec Peyredragon, n’arrivant à terme des pourparlers qu’avec l’un des deux royaumes.


Le brouillard ne masque que la plaine du bain de sang, étouffe les sons, mais je connais le râle des mourants et le cliquetis des armes d’acier. Je connais le tonnerre des charges de cavalerie, des sabots ferrés qui retournent le sol. Je connaissais tous ces sons. Toutes les sensations. Ravager un corps, le fouailler de sa lame, le mordre, le griffer, le cogner jusqu’à ce qu’il ne bouge plus. Sentir la morsure du bois ou du fer dans ses chairs. J’avais signé pour ça pour des années, je le savais bien. Le poids de la cape de fourrures sur mes épaules me réchauffe, me rassure. Comme toujours, j’effleure le pommeau de mon épée. Jadis Hurlement, aujourd’hui Morsure. L’arme avait changé. J’apprenais encore à connaître ma nouvelle lame, mais elle était parfaitement adaptée à mon âge et mon expérience ; moins solide qu’avant, une lame bâtarde à une main me servait mieux à cheval et me donnait plus de reins à pieds. De toute façon, son fil d’acier valyrien tranchait armes, armures et os avec égale efficacité. Les mots sont plus tranchants qu’une épée ; quelles folies avaient été faites d’un discours, d’une phrase ? Harren avait payé le prix de ses mots, et nous en arrivions tous là un jour ou l’autre.



| Tu as finalement fait d’une punition sévère un passe-temps ? Cela ne m’étonne qu’à moitié. Tu as les reins solides. Et tu as toujours su te retourner, à chaque revers de fortune. | Je me tourne vers elle. | Je n’ignore pas grand-chose de mon Maréchal ; il vit toujours sous le même toit que moi. |


Simple mise en garde sans consistance, mais qui lui rappelait que je l’avais à l’œil. Je ne pouvais pas lui faire confiance, pas avec sa précédente trahison, et pas avec ces sentiments que j’avais eu pour elle, cet attachement très fort, qui avait causé beaucoup de tort au Nord. Je méditais un instant ses paroles avant de lui répondre.


| Non. J’ai trouvé de nouveaux motifs pour avancer. La vengeance est douce, et je la savoure en bonne compagnie. Quant à la douleur, j’en ai en réserve pour toute une vie. L’homme que tu vois aujourd’hui n’est physiquement plus le même que celui que ton ancien toi a rencontré jadis ; j’ai l’impression d’avoir vieilli de dix ans en un an et demi, et ce n’est pas qu’une impression. |


Mon visage, dont j’effleurais le tissu cicatriciel du bout des doigts.


| Oui, j’y repasse rapidement avant de découvrir ma nouvelle maison, tout juste reprise aux barbares. Je vais essayer d’épargner un bain de sang. Si ça fonctionne ou si ça rate, le résultat serait le même. Je ne veux y habiter et la ville n’est pas si bien placée. Et je ne veux pas que quelqu’un d’autre y habite ; la place est trop forte. |






Spoiler:
 
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 18279
Membre du mois : 231
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: L'heure la plus sombre est juste avant l'aube... | Torrhen   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
L'heure la plus sombre est juste avant l'aube... | Torrhen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'heure la plus sombre est juste avant l'aube... [Jonathan Mills]
» « L'heure la plus sombre est celle qui vient juste avant le lever du soleil. »
» Juste avant la Bibliothéque, et vous êtes arrivés
» Ange et Démon (mort d'Aaron juste avant la fin de l'event)
» Alieyah Dayne, l'Ombre avant l'Aube

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Nordiens
 :: Le Conflans :: Noblecoeur
-
Sauter vers: