AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
I'm glad to finally meet you. I've heard so much about you. |Livre III - Terminé|
MessageSujet: I'm glad to finally meet you. I've heard so much about you. |Livre III - Terminé|   Mar 11 Oct - 0:46



Le soleil commençait à se coucher sur le campement Bieffois à Grassy Vale lorsque je rentrais d’une chevauchée avec Nuit pour le dégourdir. C’était le genre de cheval qu’on ne voulait pas voir prendre l’habitude d’être au calme à se reposer dans une écurie sinon il ne tardait pas à prendre de vilaines habitudes de paresseux. J’étais descendu de ma monture une fois que j’en avais terminé avec lui et j’avais rejoint mes hommes qui ne s’exerçaient pas très loin de ma tante. Ils étaient une vingtaine de soldats rassemblés en cercle, quelques chevaliers étaient du groupe, mais des jeunes chevaliers le genre exubérant qui manque encore d’expérience. Je voyais deux de mes gars combattre dans un duel, rien de bien extraordinaire, mais je remarquais assez vite les pièces qui circulaient. Sans aucun doute des paris sur le vainqueur, je connaissais mes hommes et je n’étais vraiment pas surpris. Je fermais un œil là-dessus, mon mentor leur aurait sans doute fait un sermon il n’aimait pas les jeux d’argents surtout à l’aube de la guerre mais je n’étais pas un chevalier aussi puriste que lui. Si ça préservait le moral et leur donnait du plaisir ça m’était égal tant que la pratique n’était pas affecté par le cirque autour. Je décortiquais les coups et la stratégie des deux combattants au centre mais il n’y avait rien de plus basique. C’était de simples soldats, probablement que plusieurs d’entre eux seraient dans la première ligne, simple chair à canon dont on ne se rappellerait jamais les noms. Je respectais ces hommes, ils étaient démuni d’un quelconque talent et devait forcément savoir que la mort les guettait et pourtant ils se présentaient et donnaient leur vie sans rien demander de plus qu’une pitance et une paie honnête. Néanmoins, leur combat me désintéressait. Je venais prendre ma place au sein du cercle et j’attendais patiemment la fin du petit duel qui ne tarda pas beaucoup puisque l’un d’entre eux se fit désarmer avant de se retrouver au sol où sa tête se heurtait durement. Il peinait à se relever, je m’avançais et lui offrait ma main pour le remettre sur ses deux pieds avant de ramasser l’épée qu’il avait échappée. Elle n’était bien évidemment pas aiguisée, je prenais le temps de faire quelques manœuvres pour la jauger. Globalement satisfait je me tournais accompagné d’un geste circulaire de mon épée. « Quelqu’un veut défier son Lord? Si je perds, je garantie une double ration à l’intéressé pour le reste de la campagne. » Cette campagne, j’avais bien hâte qu’elle prenne place. Jusqu’ici c’était beaucoup d’attente et de rencontre avers les divers commandants de l’armée ainsi que le Roi. J’avais pu rencontrer Enael, Mern et Aylan mais l’audience avec Joren, le Prince riverain, tardait et je commençais à être impatient. Je n’étais pas ici pour une sortie de jouissance mais mener une guerre alors ça aurait été préférable que je puisse jauger ses qualités de commandants puisque je vais tôt ou tard devoir composer avec les plans riverains et l’armée des Hoares. Le Roi m’avait certes sermonné, mais au moins la discussion avait été productive. Je ne m’attends à rien d’un Hoare mais je me retrouve quand même déçu de toute l’attente à laquelle je fais face pour une simple audience.

« Moi je veux bien tenter ma chance. » La voix d’un des soldats me sortait de mes pensées alors que l’homme en question faisait sa place à travers le mur qui nous séparait. Il prenait place au centre et on lui lançait une épée. Nos regards se croisaient brièvement, il ne semblait guère intimidé à l’idée d’affronter le Lord Cleyton du Rouvre aussi connu comme le Démon du Rouvre. J’aurais même été jusqu’à dire qu’il y avait un brin d’arrogance et une certitude de victoire dans son regard. « Tu es prêt à danser? » Il marmonnait quelques mots à mon intention et puis hochait la tête. Il se ruait vers moi, j’esquivais sans la moindre misère sa première tentative et lui faisait perdre pieds. Il se heurtait au mur humain qui le repoussait alors vers le centre. Je restais calme, le laissant reprendre sa concentration sans me presser. Son arrogance m’avait convaincu que finir rapidement n’aiderait pas ma cause. Il avait besoin d’apprendre où était sa place et à ne jamais sous-estimer la personne devant lui. Je plaçais quelques attaques sans grande conviction, essayant de jauger sa façon de réagir à une attaque. Il était trop lent pour esquiver avec sa grande stature mais parvenait à parer les coups. Il ne tentait pas vraiment de contre-attaque non plus. La finesse n’était pas au rendez-vous, seulement de l’agressivité et de la force brute. Il essayait de placer au coup de pied entre deux de mes attaques et je l’encaissais sans broncher bien que je reculais de quelques pieds. Inspiré par cette première attaque réussie il tentait une nouvelle attaque me pensant étourdie, mais son geste était bien trop haut et large, je l’évitais sans peine et misère en me tournant sur le côté et j’en profitais pour prendre son bras au piège. Chose faite, je retournais son arme contre lui et il tombait le dos au sol. Je le frappais durement au visage avec la paume de mon épée avant qu’il ne puisse reprendre son arme. Certains soldats autour de nous riaient, d’autres applaudissaient et un bon nombre était tout simplement silencieux. Peut-être m’avait-il trouvé un peu dur avec lui mais je trouvais que je n’avais rien fait de si mal. Je sortais du cercle en remettant l’épée à un des soldats et je m’assoyais sur un banc d’où j’avais une vue sur ce qui se passait. Le cirque reprenait son cours et je pouvais voir une large somme changer de main. Enfin, large pour un soldat. Je souriais en coin alors que le soldat que j’avais combattu sortait l’air bête et me fusillait du regard.
hors rp : J'espère que c'est compréhensible, je suis fatigué alors j'étais un peu embrouiller vers le milieu du rp :p J'arrive à me comprendre mais ce n'est pas une garantie.



I'd do anything for my house and the Reach, so don't get in my way.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de la maison du Rouvre et Ser chevalier
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Le Démon du Rouvre
Messages : 946
Membre du mois : 4
Célébrité : Benedict Cumberbatch
Maison : du Rouvre
Caractère : Froid - Leader naturel - Fidèle à sa famille - Impitoyable - Patient - Borné - Déloyal - Secret - Imprévisible - Dénué d'humour - Trouble avec l'autorité -Dédié - Respectueux des femmes & plus encore.
Le Démon du Rouvre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I'm glad to finally meet you. I've heard so much about you. |Livre III - Terminé|   Ven 21 Oct - 21:05

Le soleil décline désespérément dans le ciel et je dois avouer que cela fait un moment que je n’ai plus entrepris de rédiger la moindre missive, d’effectuer un quelconque dessin sur une carte. Les sollicitations sont nombreuses et je dois me concentrer sur l’essentiel. Il est rarement évident de garder la tête froide lorsque l’odeur du sang se dissimule derrière ces collines, ces rivières, cet horizon proche.

J’ai pu récupérer une nouvelle monture. Mon cheval a subi de plein fouet la charge orageoise avant que je chute à mon tour. C’est désormais sur un étalon blanc que je serai aperçu. À vrai dire, cela ne changera pas grand chose dans l’esprit de mes adversaires. Pour ma part, je ne suis pas vraiment porté sur les sentiments mais je considère la vie des chevaux comme une nécessité, une ressource, tandis que celle des Orageois est nuisible.

Accompagnant mon nouveau compagnon de route à pied avec la main sur les rênes, j’entends quelques rires gras à quelques dizaines de mètres. Au premier coup d’œil, il s’agissait surtout de Bieffois qui se livraient à une sorte de confrontation improvisée. Ils avaient du temps à tuer visiblement. C’est étonnant de les voir si prompts à la bagarre alors qu’ils ont été si durs à convaincre. Je les observe un instant sans prendre la parole. Aucun rictus ne se dresse sur mon visage. Aucune émotion. Un regard sulfureux me confère certainement le statut du Prince le plus antipathique de Westeros. Le vainqueur de ce combat s’est installé un peu plus loin à sa guise. Son adversaire fait grise mine mais sa défaite était prévisible dés mon arrivée. Mon apparition dans leur arène improvisée en a raidi plus d’un.

« Je comprends. Vous êtes en état de choc. Mais, tout Hoare que je sois, je ne peux pas encore vous ôter la respiration par la pensée. »


Je m’énonce clairement bien que ma voix rocailleuse peine à ne pas être agressive. Je crois que je ne peux plus faire autrement désormais. Le vainqueur semble se relever et je crois distinguer un écu sur son armure mais je peine à reconnaître sa maison. La piétaille est secondaire mais je suis  plus causant avec les soldats en général.

« Puis-je savoir à qui ai-je l’honneur ? »


Je vais les amener là où ils le souhaitent. Au milieu des lances, des flèches et du bourbier de la ligne de front. Il n’y aura pas de rire amusé mais simplement un carnage innommable.  Mais, eux, pourront se targuer d’être des héros.


Joren "The Butcher" Hoare

Days in and days out, i will get extreme to show how badly i want it.
Breaking skulls, taking souls, delivering death and digging holes.
Unleashed, Unhinged and Undisputed.


avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi autoproclamé du Trident et des Mers du Crépuscule.
Âge du Personnage: 34 ans.
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Brûle de t'élever.
Messages : 855
Membre du mois : 13
Célébrité : Charlie Hunnam
Maison : Hoare
Caractère : Ambitieux – Sans Pitié – Fou Amoureux - Arrogant - Patient - Jaloux
Brûle de t'élever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I'm glad to finally meet you. I've heard so much about you. |Livre III - Terminé|   Ven 21 Oct - 23:13



J'étais assis sur un banc la faim au ventre et le regard figé sur les soldats assemblés en cercles. Mon esprit n'était pas là cependant, il était bien loin dans un autre coin du Bief où mon Lord se faisait mourant et ma future épouse s'inquiétait de mon départ pour la guerre. J'avais dû les quitter les deux sans délais afin de rejoindre le camp à Grassy Vale alors je me demandais comment ça allait chez moi. Je n'aimais pas l'idée de confier la gestion de la maison à quelqu'un d'autre. J'étais devenu très protecteur de ce rôle qui était maintenant le miens dans l'incapacité du Lord Owen à régner. Je ne pouvais pas m'empêcher de me demander si tout se passait bien. J'avais envoyé une missive afin qu'on envoie un millier d'homme rejoindre la réserve royale, mais je n'avais eu aucune nouvelle depuis. Je fus sortie de mes pensées par une voix rauque et un brin ou deux agressive, je me redresse instinctivement lorsque je me rends compte que la qui s'adresse à me soldats est le Prince Joren Hoare. Un des hommes que je cherchais à rencontrer depuis mon arrivée. Ceci dit, je n'étais guère impressionné et tentait simplement de me montrer courtois envers un allié de circonstance.

Son regard reste arrêté sur ma personne comme s'il tentait de replacer qui j'étais. Je ne disais pas mot, mon regard restait sur place et assez désintéressé jusqu'à ce qu'il s'adresse à moi. Je ne savais pas trop qu’est-ce qu’il venait faire ici? Les Fers-Nés me sont parfois difficile à comprendre, ils aiment jouer les troubles fêtes alors que je préfère aller directement au point et m’occuper de ce qui me regarde sans plus. Je répondais tout de même à sa question avec autant de cordialité que je ne le pouvais envers un Fer-Né. « Ser Cleyton du Rouvre, commandant de l’aile droite de l’armée royale et héritier du Vieux Rouvre. » Le tout avait été dit sur le même ton un peu monotone parce que je ne cessais de devoir répéter ses platitudes depuis mon ascension à mon nouveau titre alors que j’avais auparavant la paix la plupart du temps. « Je suis également une des personnes attendant une réponse à une demande d’audience depuis mon arrivée. » Rajoutais-je avec un ton subtilement irrévérencieux. Je n’aimais guère l’attitude de ces gens qui ne prennent même pas la peine de répondre à une demande. « J’espère que le divertissement de mes hommes n’a pas troublé votre fin d’après-midi cela serait bien dommage. » Je n’en pensais rien mais je m’efforçais toujours de faire preuve d’une certaine considération pour la royauté. S’il mourrait au cours de la campagne je ne verserais aucune larme et ne repenserait plus jamais à son existence, mais en attendant que cela arrive il serait sans doute une épine de mon pied en était l’un des rares individus à Grassy Vale qui avait plus de poids dans les décisions prises pour la campagne contre les orageois. Personnellement, je trouvais que Mern se montrait déjà bien difficile en refusant certaines idées qui selon moi auraient été efficaces mais là je ne devais pas seulement m’entendre avec lui mais aussi les officiers riverains. L’enfer.




I'd do anything for my house and the Reach, so don't get in my way.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de la maison du Rouvre et Ser chevalier
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Le Démon du Rouvre
Messages : 946
Membre du mois : 4
Célébrité : Benedict Cumberbatch
Maison : du Rouvre
Caractère : Froid - Leader naturel - Fidèle à sa famille - Impitoyable - Patient - Borné - Déloyal - Secret - Imprévisible - Dénué d'humour - Trouble avec l'autorité -Dédié - Respectueux des femmes & plus encore.
Le Démon du Rouvre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I'm glad to finally meet you. I've heard so much about you. |Livre III - Terminé|   Mer 26 Oct - 8:26

Il aurait été naïf de ma part de ne pas m’attendre à un soupçon d’hostilité de leur part. Le fait que je sois issu d’une famille royale est très clairement le bouclier qui m’évite d’entendre certaines agressions verbales au quotidien. L’homme en face de moi se présente comme étant de la maison du Rouvre. Une des maisons qui a dépêché son contingent pour soutenir leur Roi.

Mon regard ne traduit aucune surprise puisque je connais plus ou moins les différentes maisons qui sont intervenues avec leur souverain. Non, la surprise vient du fait qu’il évoque une demande d’audience à laquelle je n’ai pu céder. Je me contrôle pour l’occasion et je laisse cette pique fuser inutilement.

« La guerre, Ser Cleyton du Rouvre. »


Brute et nette, ma réponse traduit que Je n’ai guère besoin de me justifier à mes yeux dans une telle circonstance. Le quotidien est parfois assez astreignant et il est tout simplement hors de question de laisser ce chevalier s’imaginer que l’on peut vivre de la même manière en temps de paix et en campagne. Un petit rictus cynique finit néanmoins par apparaître au coin de mes lèvres et révèle mes intentions.


Joren "The Butcher" Hoare

Days in and days out, i will get extreme to show how badly i want it.
Breaking skulls, taking souls, delivering death and digging holes.
Unleashed, Unhinged and Undisputed.


avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi autoproclamé du Trident et des Mers du Crépuscule.
Âge du Personnage: 34 ans.
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Brûle de t'élever.
Messages : 855
Membre du mois : 13
Célébrité : Charlie Hunnam
Maison : Hoare
Caractère : Ambitieux – Sans Pitié – Fou Amoureux - Arrogant - Patient - Jaloux
Brûle de t'élever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I'm glad to finally meet you. I've heard so much about you. |Livre III - Terminé|   Mer 26 Oct - 16:27



Le Prince ne semblait guère étonné d’apprendre mon appartenance à la maison du Rouvre et mes titres. Il faut dire que les du Rouvre étaient une des principales maisons du Bief et notre rôle dans la guerre à venir n’avait probablement pas manqué d’atteindre les oreilles des Hoare. Néanmoins, lorsque je rajoutais la mention d’une audience qui attendant toujours une réponse je pouvais déceler que je l’avais pris par surprise. C’était assez subtil, il ne me semblait guère le type particulièrement empathique ou soucieux de plaire aux autres et particulièrement à des bieffois qui ne l’aimait pas plus en retour bien au contraire après tout la réticence des Redwyne à se commettre à 100% dans la guerre était exactement dû à leur haine légitime pour la famille royale des riverains et fers-nés. Jusque-là sa réaction était prévisible, pas que je m’en souciais particulièrement après tout j’avais pesé mes mots et n’avait que très peu à faire de ses sentiments à mon égard même si j’espérais toujours au moins faire fonctionné cette satanée alliance dont je ne voulais pas en premier lieu. À quoi bon s’allier contre l’Orage si on ne peut pas travailler ensemble? Futile. Aussi bien lutter chacun sur son front et faire au mieux avec nos armées et généraux respectifs.

Lorsque le Prince daigna me parler, il repoussait tous mes propos du revers de la main ne me répondant seulement d’un ton sec que c’était la guerre. J’avais une envie incontrôlable de partir à rire, mais probablement qu’au fond de moi je savais que ce n’était pas la chose à faire devant un membre de maison royale parce que je ne laissais pas transparaître ce qui se passait en mon for intérieur. Pour qui se prenait-il? Plus important encore, pour qui ME prenait-il? Enfant gâté, né dans une des plus puissantes maisons du Royaume, j’avais certes entendu parler de lui pour ce qu’il avait fait en temps de guerre, mais je n’étais nullement impressionné. J’avais mes propres faits d’armes et ils étaient les miens. Personne ne m’a donné d’armées pour jouer à la guerre, j’étais un noble de 2e échelon. J’ai gagné mon titre de chevalier, j’ai participé à l’invasion de l’Ouest qui s’est rendu jusqu’au cœur de leur Royaume et j’ai guerroyé avec les Dorniens. J’ai même participé à de nombreuses batailles en Essos dans mon jeune temps.  Je faisais avec mes propres moyens, j’ai gagné ma crédibilité par mes propres moyens et j’ai définitivement eu mon lot de batailles et de guerres. Qu’avait-il accompli réellement? Il était né dans la bonne famille et était parti avec dix longueurs d’avance sur les autres. J’ai fait mes preuves en temps de guerre à tous les échelons, du simple écuyer jusqu’à commandant d’armées.

« Je n’en suis pas à ma première guerre Votre Altesse alors il n’est pas nécessaire de me faire la leçon à ce sujet. En revanche, je n’ai pas eu de problèmes pour rencontrer mon Roi et les autres commandants de l’armée.

Je m'étais retenu de rajouter un commentaire sarcastique pour mettre de l'avant le fait qu'il était étrange que cela se passe ainsi puisque nous étions tous en guerre. Mais je ne voulais pas m'adresse à lui de manière trop provocatrice, il n'y avait aucun moyen de prédire sa façon de réagir.

« Vous devriez faire attention, Votre Altesse. Vous n’avez pas beaucoup d’amis et vous ne semblez guère intéresser à faire en sorte que votre seule alliance fonctionne. »




I'd do anything for my house and the Reach, so don't get in my way.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de la maison du Rouvre et Ser chevalier
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Le Démon du Rouvre
Messages : 946
Membre du mois : 4
Célébrité : Benedict Cumberbatch
Maison : du Rouvre
Caractère : Froid - Leader naturel - Fidèle à sa famille - Impitoyable - Patient - Borné - Déloyal - Secret - Imprévisible - Dénué d'humour - Trouble avec l'autorité -Dédié - Respectueux des femmes & plus encore.
Le Démon du Rouvre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I'm glad to finally meet you. I've heard so much about you. |Livre III - Terminé|   Mer 26 Oct - 20:10

L’hostilité des individus vis-à-vis des Fer-nés et des Hoare en particulier a toujours été une source de motivation supplémentaire. Certains y verront un soupçon de folie nécessaire à tout meneur d’hommes dans l’adversité, d’autres me taxeront de sauvage irrespectueux. Je ne crains le jugement de personne et certainement pas celui d’un continental.

Bien sûr, la situation est un peu particulière étant donné que pour le commandant bieffois, je dois me conformer à ce qu’il connaît. En plus de cela, je dois passer mon temps à gérer les affaires du royaume tandis que le Noir se terre éternellement dans sa forteresse. La situation est assez agaçante sans que les Bieffois interviennent dans mon quotidien. À mes yeux, ils réclament déjà beaucoup trop au vu de leur engagement alors que j’ai perdu dans cette guerre davantage d’hommes. Je retiens aussi le fait que lord Hightower n’a daigné m’accorder une réponse à ma demande visant à exercer une pression sur le royaume de l’Ouest qui se garde bien de faire quoi que ce soit. Ce satané continent est peuplé de lâches.

« Vous vous trompez, je ne suis pas là pour vous faire la leçon, Ser. Je ne connais pas votre passé et je ne peux pas dire que je m’y intéresse. Je peux concevoir que vous n’avez eu guère de mal à rencontrer vos compagnons d’arme bieffois. Pendant que vous étiez en train de vous mobiliser avec précaution, nous avons croisé le fer avec les Orageois. Recevoir des individus sans disposer pleinement de mes moyens aurait été une erreur stratégique. »

Il ne sait pas que le coup d’éclat de Pouce-Flint, c’est moi ! Que l’attaque de Lancehélion, c’est encore moi ! Que le blocus des mers relève de ma propre initiative ! Je ne gère pas des milliers d’hommes sur un front, je gère davantage que son propre Roi et le mien cumulés ! Même si tout cela me rend malade, je conserve un masque impassible, me réservant pour le jour où je devrai sortir des fourrés pour déverser mon venin.

« Vous avez raison sur le fait que je n’ai pas énormément d’amis. Je ne vois pas l’intérêt d’en avoir quand le monde entier veut ma mort…parce que je devrais les surveiller de plus près que mes ennemis. Je n’ai pas d’ami et je n’en aurai jamais. Je n’ai même pas confiance en mon frère. Tout ce qui compte, ce sont les intérêts. Vous voulez parler de confiance entre nous…Commencez par sortir cette lame et saignez nos ennemis. Et très concrètement, je vais vous dire ce qui me dérange avec les Bieffois.  J’ai un Royaume qui est attaqué de toutes parts et je fulmine contre ceux qui réclament toujours plus alors qu’ils vivent dans une relative sécurité, qui posent des difficultés à la moindre décision alors qu’ils ne prennent pas d’initiative par eux-mêmes !  Mais, évidemment, la diplomatie, la politique, les accords ne relèvent pas de mon ressort. »


Jusqu’à quand ? Ça, je ne peux le prédire. Ce qui est certain c’est que je considère les Bieffois comme des poulets qui bénéficient de la bienveillance actuelle d’un serpent. Seulement, à force d’être la seule armée réellement engagée, je ne perds pas de vue qu’ils peuvent en retirer un avantage.

« Et vous, Ser ? Avez-vous réellement des amis dans le Bief ?  Vous savez, vous avez piqué ma curiosité avec cette notion d’amitié, d’alliance…Une bataille doit être dirigée par une seule personne qui bénéficie après de commandants pour chaque division. Or, même pour ça, nous ne parvenons à trouver un terrain d’entente, Je suis la personne adéquate pour cela même si vous ne l’entendez pas de cette oreille….Pourquoi ? Parce que JAMAIS, JAMAIS, vous n’accepterez d’être dirigé par un Fer-né. Alors, vous avez tort de me considérer comme le seul récalcitrant dans cette alliance que nous ne voulons, ni vous, ni moi. »


Joren "The Butcher" Hoare

Days in and days out, i will get extreme to show how badly i want it.
Breaking skulls, taking souls, delivering death and digging holes.
Unleashed, Unhinged and Undisputed.


avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi autoproclamé du Trident et des Mers du Crépuscule.
Âge du Personnage: 34 ans.
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Brûle de t'élever.
Messages : 855
Membre du mois : 13
Célébrité : Charlie Hunnam
Maison : Hoare
Caractère : Ambitieux – Sans Pitié – Fou Amoureux - Arrogant - Patient - Jaloux
Brûle de t'élever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I'm glad to finally meet you. I've heard so much about you. |Livre III - Terminé|   Sam 31 Déc - 6:42



Je restais indifférent face aux propos du jeune prince Hoare qui tant bien que mal essayait de me faire valoir qu’il aurait été une erreur stratégique de me rencontrer puisqu’il avait été tenu occupé avec son armée par les orageois. À mes yeux, l’ironie n’avait pas de prix. Les fers nés avaient un rôle clé dans les conflits de Westeros, ils étaient l’instigateur de la plupart des conflits. En un sens, ils étaient encore pire que l’étrangère Targaryen. Les deux avaient des ambitions qu’ils n’avaient pas les moyens d’atteindre et pourtant s’entête à lutter et à plusieurs occasions à jouer les victimes. Pauvre vous mon pauvre prince, vous êtes attaqués de tout côté, peut-être aurait-il fallu y penser il y a des années de cela. J’étais en faveur de la guerre, mais seulement parce que c’était devenu une nécessité et que l’indécision bieffoise nous faisait paraître faible. Si ce n’était pas des fer nés il n’y aurait probablement même pas nécessité de faire couler le sang des bieffois mais l’heure de la passivité était révolu. Il était temps pour le Bief d’entrer dans les hostilités et de passer un message à tous nos ennemis. Il n’en demeurait pas moins que l’insinuation du prince que nous menions la belle vie alors que ses hommes et lui payaient le prix cher de la guerre était un peu plus amusant.

« Chaque chose arrive en son temps Votre Altesse, une armée mal préparée et désorganisée n’aurait pas été de grande utilité. Après tout, notre Roi a éviter tant bien que mal toutes les guerres de Westeros contrairement à son homologue riverain qui est étiré sur tous les fronts. Appeler ça de la lâcheté Votre Altesse, mais ça nous a donné un temps de paix relative et une armée fraîche et prêt à être mobilisée en douceur lorsque le temps est venu. Vous en récolterez peut-être bientôt les bénéfices. »

Je ne ressentais pas vraiment le besoin de justifier la position de moi Roi et du royaume, comme je venais de le dire je n’étais pas du tout le plus fervent défenseur de celle-ci, mais sa remarque m’avait réellement agacée.  J’étais plutôt bien informée sur les divers guerres du continent, je savais très bien ce qui se passait autour de moi surtout chez nos alliés, mais ce n’était certainement pas un triste incident. La guerre ils l’avaient tous chercher, les fer nés tout comme les autres de l’autre côté. Le Bief répondait maintenant présent, si ce n’était pas assez tôt aux goûts de nos alliés alors tant pis ils ne sont vraiment pas à plaindre de là où je me trouve.

« Votre Altesse, si je puis me permettre, j’ai toutes les intentions de saigner à blanc mes ennemis jusqu’à ce que le dernier de leurs hommes soient tombés si cela s’avère nécessaire. Mais je n’éprouve que très peu d’empathie pour vous et vos hommes, ce n’est pas mon intention de fondre en larmes face à vos problèmes de guerre. L’entrée en guerre et la décision d’allié le Bief aux îles de fer n’étaient pas des décisions qui dépendaient de moi. Je ne me rappelle absolument pas avoir été sondé par le roi et même si ça avait été le cas j’aurais été contre l’alliance et pour la guerre. Je ne crois pas que votre camp se montrera prêt à collaborer et on ne m’a pas encore donné de raison pour rectifier ma position. Je doute que ça change. Mais je dois composer avec les décisions de mon roi. Je préférerais largement être chez moi en ce moment, j’ai un mariage à l’horizon et un héritier doit encore voir le jour. Mais je suis ici à risquer ma vie comme vous. »

Je désirais la guerre, mais seulement parce qu’elle ne pouvait pas être évitée. Les fers nés ont une vision bien différente de la chose dans mon expérience, ils aiment le combat, j’étais certes un soldat dans l’âme mais mes priorités et mon être avaient changé lorsque j’ai hérité de la responsabilité de diriger la maison du Rouvre. Mes désirs n’étaient plus les miens, je me devais de vivre une longue vie paisible pour maison. Préférablement élever ma position. La guerre pourrait être utile en ce sens, quelques exploits et quelques morts et peut-être me retrouverais-je plus près de la couronne et celui qui la porte.

« Un terrain d’entente? Vous souhaitez être le seul maître à bord, c’est la seule chose qui vous intéresse vraiment. J’ai connu mon lot de guerre, je sais comment une armée se dirige, mais je sais aussi que la personne qui pourrait diriger seule cette armée alliée sous une bannière unifiée n’est pas née et si elle l’était ce ne serait définitivement pas vous. Peu importe ce qui arrive et qui est à la tête de tout, cette armée en sera une divisée et vous avez beau blâmer qui vous voulez le fait demeure que je vous ai tendu la main, j’étais prêt à collaborer avec tous les commandants présents et tous m’ont répondu d’une manière ou d’une autre sauf vous. Ne faites pas la leçon sur l’ouverture à un terrain d’entente alors que seul terrain d’entente qui vous intéresse est celui où vous êtes gagnants sur tous les fronts. Vous pensez savoir mieux que tous les autres, mais un bon commandant sait ce qu’il ne sait pas et s’entoure et collabore avec ceux qui savent ces choses. Vous ne semblez être en mesure que d’entendre le son de votre propre voix. »

Ce n'était pas tout à fait vrai. Malgré tous mes problèmes avec les fers nés et plus encore avec Joren j'avais un certain respect pour lui que je n'avais pas pour les autres de sa race pour la simple et bonne raison que je respectais ses accomplisements d'un point de vue purement militaire. En dehors de ça, je pense que nous pourrions difficilement diverger plus d'opinion de ce que je peux voir dans cette discussion mais s'il avait pu avoir du succès en dirigeant les armées de son père alors je refuse de croire qu'il a toujours fermé l'oreille à ceux autour de lui. Mais je refuse tout autant de croire que dans cette guerre il a l'intention de jouer en équipe.





I'd do anything for my house and the Reach, so don't get in my way.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de la maison du Rouvre et Ser chevalier
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Le Démon du Rouvre
Messages : 946
Membre du mois : 4
Célébrité : Benedict Cumberbatch
Maison : du Rouvre
Caractère : Froid - Leader naturel - Fidèle à sa famille - Impitoyable - Patient - Borné - Déloyal - Secret - Imprévisible - Dénué d'humour - Trouble avec l'autorité -Dédié - Respectueux des femmes & plus encore.
Le Démon du Rouvre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I'm glad to finally meet you. I've heard so much about you. |Livre III - Terminé|   Lun 9 Jan - 19:36

Qu’ils prennent Harren pour un idiot c’est une chose et très certainement le problème de mon géniteur, mais que j’en pâtisse sur le terrain en est une autre. Les actions du Bief sont calculées, dosées et très certainement efficaces mais je crains que l’attentisme dont à fait preuve le Roi Mern au départ nous soit dommageable dans un futur proche. Je comprends bien leur position et leur vulnérabilité du fait de leurs frontières notamment vis-à-vis de Dorne et de l’Orage.

« Bien entendu, le Noir en récoltera les bénéfices. Je suis impressionné, Ser Cleyton. Je reconnais évidemment la valeur de ces Bieffois au combat et l’atout que représente leur cavalerie. Mais, je suis surtout impressionné que vous ayez réussi à convaincre mon père avec cette argumentation. »


La position du chevalier est compréhensible et je ne m’attendais pas à autre chose de sa part. Il faut dire que je l’ai un peu titillé pour qu’il érige le bouclier avant de porter l’estocade à son tour. J’apprécie son honnêteté bien qu’il paraisse clairement hostile vis-à-vis des miens. Mais, certaines exagérations accentuent clairement la fracture entre les Bieffois et les Fer-nés. Comment être diplomates avec eux et rechercher un terrain d’entente dans une pareille situation globale ? Si la mission est impossible, je n’ai pas pour autant reculé.

« Vous pouvez vous le permettre, je ne vous reproche pas d’avoir votre propre opinion. Vous pouvez aussi considérer que j’ai souhaité être le maître à bord, que je veuille être gagnant là où je peux encore l’être. Vous pouvez aussi me considérer comme piètre commandant si je suis votre insinuation. Je l’assume. J’ai fait ce que j’avais à faire avec les options qui se présentaient à moi pour éloigner le danger. J’ai pris les choses en main, pas pour mon nom mais pour réussir.  N’est-ce pas légitime que ma voix ait un peu plus de poids alors que d’autres royaumes se sont enlisés dans leur repli chacun de son côté ? Parfois, il ne s’agit pas de choisir la bonne personne mais la moins mauvaise.»

Les bras croisés, je tente de faire preuve de persuasion. Ce n’est clairement pas mon domaine et je ne m’attends pas à réussir tout à coup. C’est peut-être pour cela que je suis serein en face de lui. J’ai certainement des choses à me reprocher mais pour celles-ci il serait mal avisé de les étendre en face de lui.

« Je n’ai rien contre vous personnellement, Ser. Mais, la méfiance me guide quand vous parlez de terrain d’entente. Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Je ne nie pas mon arrogance et je porte bien évidemment un égo massif, mais en cet instant, vous vous méprenez sur mes intentions. »  


Joren "The Butcher" Hoare

Days in and days out, i will get extreme to show how badly i want it.
Breaking skulls, taking souls, delivering death and digging holes.
Unleashed, Unhinged and Undisputed.


avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi autoproclamé du Trident et des Mers du Crépuscule.
Âge du Personnage: 34 ans.
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Brûle de t'élever.
Messages : 855
Membre du mois : 13
Célébrité : Charlie Hunnam
Maison : Hoare
Caractère : Ambitieux – Sans Pitié – Fou Amoureux - Arrogant - Patient - Jaloux
Brûle de t'élever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [color=#07AC54] [/color]   Mar 31 Jan - 19:04




Je n’étais pas tout à fait certain si ses remarques sur les bieffois et notre cavalerie étaient du sarcasme ou non, ça m’arrivait toujours avec les fers nés. Je n’ai jamais été sous l’impression qu’ils étaient le type d’homme à admettre une force qui n’est pas leur chez un autre et ils ne sont pas fort sur la subtilité. Mais dans tous les cas, je ne comprenais vraiment pas où il voulait en venir avec son père.

« Ce n’est pas à moi qu’il revient de convaincre votre père de quoi que ce soit. À priori, je suis ici pour commander l’armée royale bieffoise si bataille il y a et c’est ce que je compte faire le moment venu. Ça et tué des orageois. »

J’étais un homme simple, j’étais venu ici parce qu’on m’avait confié une mission et je la remplirais et rentrerais chez moi quand tout serait terminé. Mon seul soucis, était d’être en mesure de la remplir du mieux que je le pouvais et pour ça j’allais devoir finir par m’entendre avec le Prince Joren. Le reste m’importait bien peu bien que j’aie une opinion peu flatteuse du peuple fer né. Ils n’étaient pas les seuls, je n’aimais pas les dorniens non plus. J’avais mes raisons pour les deux, elles allaient au-delà de l’idée que s’en font la majorité des bieffois qui n’aiment pas non plus les fers nés. Pour moi, c’était personnel et ça ne cesserait jamais de l’être. Il y a des années déjà que le petit fils de mon Lord était mort sous ma charge, mais je n’avais pas pour autant oublier qui en était responsable et je n’oublierais sans doute jamais. Cela n’avait que renforcir l’idée que je me faisais d’eux et aucun fer né n’avait à ce jour fait reconsidérer mon opinion bien au contraire.

J’écoutais néanmoins ce que Joren avait à me dire en essayant de rester objectif et oublier un instant qui il était. Sa position n’était pas vide de sens ou de mérite, mais je n’étais pas non plus convaincu qu’un fer né devait être en charge de l’armée alliée. La façon de faire des fers nés leur avaient donné des ennemis sur tous les fronts, sur tous NOS fronts, et bien qu’ils pouvaient être des guerriers redoutables je n’étais pas impressionner par leurs méthodes ou tactiques. D’ailleurs, savaient-ils même faire usage de l’avantage énorme que peut conférer une cavalerie de la qualité de celle bieffoise? Ils n’étaient pas exactement réputer pour leur cavalerie… ce sont des marins avec une armée essentiellement composée d’infanterie. Je ne pouvais pas dire que le génie tactique d’un fer né est une qualité frappante chez tous ceux que j’ai rencontrés et j’étais encore moins certain qu’il saurait utilisés nos atouts à leur maximum. Ça c’était sans compter mes réservations sur leur caractère mais j’essayais d’en faire abstraction et de rester purement objectif.

« Vous avez peut-être raison votre Altesse, je dis bien peut-être, mais je ne pense pas que nous partagions la même opinion sur l’identité de la personne qui devrait avoir le mot final. Si vous me trouvez un fer né qui change mon opinion je vous tire mon chapeau, mais je ne suis guère convaincu qu’il en ait un que je serais capable d’écouter sans remettre en question. Et je ne suis pas le pire de vos opposants, il y a aussi un Redwyne dans le commandement bieffois. Avoir une seule voix ne fonctionne seulement si toutes les autres sont prêts à l’écouter et c’est bien là le problème peu importe si je suis d’accord avec vous ou non. »

Je réfléchissais un instant et rajoutais une remarque à son intention.

« Il n’était pas mon intention de remettre en question vos capacités comme commandant d’une armée, ce que je remets en question est que vous soyez capable de diriger les bieffois. »

Ses intentions… je me demandais justement ce qu’elles étaient. Sa seule intention me semble être d’avoir le dernier mot et de gagner. Certes, la victoire et une intention louable mais pour le reste je n’étais pas certain.

« Je vous en prie prince Joren, éclairer moi sur vos intentions. Je ne demande qu’à comprendre vos intentions »

Je n’étais même pas sarcastique ni rien, je ne demandais qu’à pouvoir être d’accord avec lui.




I'd do anything for my house and the Reach, so don't get in my way.
avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de la maison du Rouvre et Ser chevalier
Âge du Personnage: 36 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Le Démon du Rouvre
Messages : 946
Membre du mois : 4
Célébrité : Benedict Cumberbatch
Maison : du Rouvre
Caractère : Froid - Leader naturel - Fidèle à sa famille - Impitoyable - Patient - Borné - Déloyal - Secret - Imprévisible - Dénué d'humour - Trouble avec l'autorité -Dédié - Respectueux des femmes & plus encore.
Le Démon du Rouvre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I'm glad to finally meet you. I've heard so much about you. |Livre III - Terminé|   Lun 20 Fév - 22:13

La situation est donc clairement insoluble. Malgré toutes mes tentatives, je crains avoir encore échoué dans l’art de la persuasion. Le fossé entre Fer-nés est continentaux est immense…à moins de jouer tout le temps selon leurs règles et leur tempo. Cette discussion, au premier abord tout à fait civilisée, ne fait que me rappeler cette infériorisation constante à notre encontre.

« Tant que nous venons de ces îles, je présume que ce sera difficile qu’un de vos commandants ne nous remette pas en question ? Ce raisonnement n’a rien de rationnel mais ainsi soit-il. »


Autant couper court à ce cheminement sans issue. Peu importe les éléments que je mettrai dans la balance, je suis maintenant persuadé de la faiblesse de l’argumentation de ces commandants bieffois. Peu importe que l’on me targue de ne pas œuvrer comme je le devrais dans cette alliance, ils n’ont pas à cracher sur mon peuple et sur mes hommes. Je me doute que mes hommes ne seront jamais considérés comme des guerriers sur le même plan que les troupiers du Bief. Et cette attitude m’exaspère bien que je doive faire avec pour le moment.

« Mes intentions ? À défaut de ne pas pouvoir gagner la guerre, je ne veux pas la perdre, Ser Cleyton. Rassurez-vous, je ne projette rien contre Hautjardin. »


Quelques fois, ce n’est pas l’envie qui m’en manque néanmoins mais je crois que j’ai assez d’ennemis déclarés pour le moment.

« Je dois vous laisser désormais mais sachez que je suis toujours ouvert au dialogue, Ser Cleyton. »


Me détournant du bieffois, je réalise que cette discussion avait très peu de chance d’aboutir. Je tire sur la bride de mon cheval pour entamer une marche vers ma tente. La seule qualité que je dois reconnaître au Noir est une carence de taille dans le panel d’options à ma disposition. Peut-être est-ce une nouvelle preuve que je ne peux connaître un destin parallèle au sien. Néanmoins, il faut continuer d’aller de l’avant désormais et étudier les derniers préparatifs avant la prochaine bataille. La situation a peut-être évolué et il faut que je consulte les différents commandants de mon armée avant de prendre une décision définitive sur l’approche que je vais choisir. Une chose est sûre, je ne m’appuierai aucunement sur les choix pris par les bieffois dans ma décision. Non pas par rivalité et haine du continental mais simplement parce qu’ils ne me paraissent guère fiables à mon encontre. Il ne s’agit pas d’un quelconque commerce de marchandises en jeu et en l’absence de confiance mutuelle, le repli sur soi apparaît comme le choix le plus évident.


Joren "The Butcher" Hoare

Days in and days out, i will get extreme to show how badly i want it.
Breaking skulls, taking souls, delivering death and digging holes.
Unleashed, Unhinged and Undisputed.


avatar

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi autoproclamé du Trident et des Mers du Crépuscule.
Âge du Personnage: 34 ans.
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Brûle de t'élever.
Messages : 855
Membre du mois : 13
Célébrité : Charlie Hunnam
Maison : Hoare
Caractère : Ambitieux – Sans Pitié – Fou Amoureux - Arrogant - Patient - Jaloux
Brûle de t'élever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I'm glad to finally meet you. I've heard so much about you. |Livre III - Terminé|   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
I'm glad to finally meet you. I've heard so much about you. |Livre III - Terminé|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ahem.. Please to meet you ?.
» Meet Up - 27 février BD Cosmos à Laval
» "Never be the same, if we ever meet again."
» 07. Hi, I'm Glenn ! Nice to meet you !
» [The Preston Sisters : Meet Anna, the one with the eyes that look ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: 
Pays Sudiens
 :: Le Bief
-
Sauter vers: