Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Meet the scarface - [Tour V - Terminé]
MessageSujet: Meet the scarface - [Tour V - Terminé]   Meet the scarface - [Tour V - Terminé] EmptyMer 6 Déc - 13:24

Blessé, c'était le mot le plus gentil que j'ai pu entendre pour définir son état depuis qu'il était revenu. Défiguré revenait assez souvent, même si ce dernier terme n'était soufflé que par quelques rares personnes qui regardaient par-dessus leurs épaules quand ils en parlaient. Ce qu'il fallait retenir, c'est que même dans cet état, il continuait de faire peur et devait même impressionner encore davantage ceux qui l'entouraient.

Et, malgré son état, dire qu'il était occupé était un euphémisme des plus drôles. J'avais eu bien du mal a obtenir quelques renseignements de la part de ses gardes et serviteurs. Heureusement que mon nom et ma qualité de future épouse de lord Omble jouait fortement en ma faveur. J'en abusais certes quelque peu, mais il serait sot de ne pas le faire.
Et je devais lui parler. Non pas que j'eusse des secrets à lui révéler, mais quelle amie et noble ferais-je si je n'allais pas m'enquérir de l'état de mon souverain ? Et je devais lui demander une infime faveur pour mon mariage, sans parler du fait que j'aurais aimé avoir des détails concernant ces maudits fer-nés et leur sévices sur mon île... Mon île oui. Et sur la mort plus qu'héroïque de feue ma mère. Je me rends bien compte que j'ai l'air froide en le mentionnant ainsi, mais la vérité c'est que j'ai encore du mal à le concevoir. Lorsque Père est mort, ce ne fut guère une surprise. C'était un soldat, ne vivant que par et pour la guerre, il était même étonnant qu'il ne soit pas mort avant à vrai dire... Mais Mère... C'était une Mormont certes, et j'étais mieux placée que quiconque pour savoir ce que cela signifiait et impliquait, mais il est malgré tout difficile d'envisager que cette dame ait pu périr de façon aussi méprisable.

Aussi me voilà à errer à sa recherche. Certes, je n’erre donc pas réellement, et je finis par arriver devant ses appartements, à rendre leurs regards froids et dédaigneux aux gardes présents devant sa porte alors que je me présente et qu'ils m'annoncent.
Je finis par être autorisée à rentrer et je m'incline devant Torrhen, avant de relever la tête pour le regarder. Oh. Les dieux ne l'ont pas loupé, c'est plus qu'assez moche. Je parviens néanmoins à ne rien laisser paraître, et j'esquisse un sourire à son intention.

« Sire. Je suis navrée de vous déranger ainsi alors que vous devez être fort occupé et que les minutes s’égrènent. Vous ne pouvez imaginer comme je suis heureuse de vous voir sur pied... J'avais ouïe dire que vous étiez blessé assez grièvement pour être immobilisé, mais il semblerait que les Dieux soient de votre côté. » Je l'observe un instant et mon sourire se fait taquin. Juste un peu. « Cette cicatrice vous donne l'air sauvage, vous pourriez en effrayer vos ennemis. » Ou vos amis. Mais cela, peu doit lui importer. « Puis-je vous demander comment vous vous remettez de tout ceci ? »

Ai-je été trop loin encore une fois ? Ma foi, j'espère bien que non.


La norme est ennuyeuse. Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais.

Spoiler:
 
Nelya Omble

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Corbois
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 544
Membre du mois : 8
Célébrité : Morena Baccarin
Maison : Omble / Corbois
Caractère : Exubérante –manipulatrice – égoïste – hédoniste – affranchie – superficielle – intelligente – arrogante – sûre d'elle – ambitieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meet the scarface - [Tour V - Terminé]   Meet the scarface - [Tour V - Terminé] EmptyJeu 14 Déc - 12:34

Les ciseaux tirent et coincent avec l’épaisseur de la barbe. Ils m’arrachent parfois une grimace, surtout sur la partie droite de mon visage, encore endolorie, fragile, avec une cicatrisation de près d’un mois qui est plutôt efficace, mais qui reste à confirmer dans le temps. Le mestre m’a prévenu, la blessure a profondément mordu les chairs et il est possible que certaines douleurs et certaines humeurs malignes ne se mettent sous la peau, à des endroits où seraient prisonniers des éléments de la bataille ; terre, saletés... Tout ce qui aurait pu être recousu avec mon visage. Bien sûr, l’infection se serait déclenchée dans les jours qui auraient suivis la bataille, mais il me semblait évident que le mestre avait peur aussi des cartilages et des os qui pouvaient avoir souffert aussi, sans s’être brisés ou avoir été écrasés au premier regard. Bref. Je termine de me tailler la barbe comme je peux, m’essuyant le visage une fois que j’avais fini. L’eau fraîche sur ma peau me fit me sentir plus frais, plus jeune aussi. Mais sous ce masque de fraîcheur, je sentais mes traits tirés. Je mettais du temps à me remettre, et les efforts m’épuisaient. Le travail se faisait de plus en plus intense, de plus en plus tardif. Les nouvelles erratiques envoyées par Rhaenys, l’absence totale de nouvelles de la Durrandon, rien de tout cela ne pouvait ni me satisfaire, ni me rassurer. Mais je devais bien faire avec, je n’avais pas le choix de toute façon.


Rincer les ciseaux dans le baquet de cuivre fait cliqueter le métal et j’entends, en périphérie de mon environnement, les réminiscences du cliquetis et du fracas métallique des armes, des armures et des chairs meurtris. Dans la glace mise à ma disposition pour faire ma toilette, un mauvais miroir de Myr acheté jadis et me suivant en campagne pour quand je devais m’apprêter pour des cérémonies officielles, je vois l’immonde cicatrice, souvenir cuisant que j’avais été plus touché que jamais par les derniers combats. On m’indique que Dame Nelya Corbois veut me voir. Je fronce les sourcils, ce qui n’est pas sans rappeler, encore, la douleur de ma plaie qui se referme et qui me tire. Nelya, ici ? Ah... La nouvelle qu’on a reçue il y a peu par corbeau, bien sûr. Je pensais qu’elle allait me réclamer quelque chose, comme les deux dernières fois. Un époux, et une mission. Mais là non, c’était à moi de lui présenter mes condoléances ; je l’avais bien fait auprès de son frère quand il était arrivé avec le reste de l’armée, quelques jours plus tôt. Je ne suis pas encore prêt mais qu’importe, comme je me prépare seul, personne n’ira se répandre en commérages et jadis nous étions suffisamment proches avec Nelya pour qu’elle ne s’offusque pas que je sois encore torse nu, m’occupant de mon visage, mes dents et ma barbe avant d’enfiler ma tunique et mon plastron de cuir noir, frappé de l’écartelé Braenaryon. J’étais vêtu du bas, malgré tout. Et mon torse restait musculeux, tout comme mon abdomen, avec une toison noire qui me couvrait l’espace de la poitrine, descendant jusqu’au nombril. Toutefois, cette chair tannée et cette toison étaient parsemées de cicatrices, la plupart vieilles estafilades, mais une masse plus dense sur le bas du torse, juste sous le coeur, là où une flèche sauvageonne avait failli m’ôter la vie un an plus tôt.


La dame entre, belle à tomber comme d’habitude, finement apprêtée comme à son habitude. Je note son regard, après qu’elle se soit inclinée. Le genre de regard qui m’accompagnera désormais à chaque moment de ma vie, jusqu’à ma mort. C’était comme ça... Elle me parle de moi, étrangement, et non de sa famille. Taierait-elle volontairement sa douleur, ou cette introduction n’était-elle qu’un pis-aller avant la suite ? Je m’incline à mon tour, préférant cela au baise-main ; je ne voulais pas voir le dégoût dans ses yeux si je la touchais. Je ne m’étais jamais « aimé » comme d’autres, mais j’avais quand même un reste de fierté.



| Ma Dame. Vous ne me dérangez point, encore que je vous prie de m’excuser ; mes prières au Bois Sacré m’ont tenu un peu loin de mes préparatifs et je suis en retard sur ce que prévoit l’organisation des épousailles. Vous êtes magnifique, quant à vous. Comme toujours. Votre vue ravira votre fiancé, je le connais assez bien pour le dire. Je vous remercie aussi pour vos bons mots. De fait, mes blessures ne sont pas handicapantes, encore qu’elles ont ôté ce qu’il restait de... Enfin... J’allais dire de « douceur » à mes traits, mais nous savons l’un comme l’autre qu’elles m’illustrent sans doute bien mieux que mon visage de jadis. | Je me frottais par réflexe le cou, là où je sentais encore la marque de la corde qui avait failli me pendre des semaines plus tôt, et qui me réveillait parfois encore dans mon sommeil avec l’impression de suffoquer. | C’est surtout à moi de m’enquérir de vous, Nelya. Même si je sais à quel point ces mots sont vains, je vous présente mes condoléances pour vos pertes récentes, qui sont aussi les miennes. Ces crimes ne resteront pas impunis, j’en fais le serment auprès de vous comme auprès de votre frère. Il est temps de nous débarrasser de cette engeance. |




What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 25799
Membre du mois : 162
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Meet the scarface - [Tour V - Terminé]   Meet the scarface - [Tour V - Terminé] EmptyMer 20 Déc - 20:48

Oui, blessé était un terme bien gentil pour le décrire alors que je me retrouve face à lui et que je le dévisage malgré moi. Il l’avait déjà été, blessé, comme pouvait en témoigner le reste de son corps, ma foi encore fort agréable à regarder malgré tout pour un homme de son âge. Quant à son visage et la cicatrice qui le barre dorénavant, je dois avouer qu’elle est impressionnante, d’autant plus qu’elle est encore récente et que, malgré un début de cicatrisation, elle reste bien plus visible que n’importe quelle cicatrice ancienne.
Mais je constate qu’il est seul dans ses appartements, préférant sans doute se préparer lui-même, malgré ses multiples blessures et son rang. Oui, je sais bien, un soldat, un guerrier se prépare seul, et caetera, mais tout de même, il n’est ni au milieu de nulle part, ni le dernier des clampins. Je note tout cela en quelques secondes, alors que je m’incline et le salue.

D’un autre côté, j’aime autant qu’il soit seul. Non pas que les sujets dont il va être question soient vraiment sensibles ou secrets, mais si je préfère ne pas risquer de m’épancher en présence de tiers. Je ne prétends pas être sur le point de m’effondrer en larmes fort heureusement, mais sait-on jamais. Plus tard peut-être, sans doute, lorsque je réaliserais pleinement que la femme qui m’a mise au monde et qui m’a élevé n’est plus. Pour le moment, ce ne sont que des mots sur le papier, les mêmes que pour Père, sauf que comme dit, Père était un soldat. Pas elle.
Et puis, si jamais il m’arrivait quelque chose, je serais un peu horrifiée de me rendre compte que mes enfants ne me pleurent pas. C’est une pensée étrange, ou dérangeante peut-être, je le sais, mais j’aimais ma mère et il serait horrible qu’elle puisse croire le contraire, malgré tout ce qui a pu se passer entre nous.

Mais qu’importe pour le moment. Il s’incline et je lui souris, inclinant la tête alors qu’il me complimente.

« Je vous remercie Sire. Vos compliments me touchent, je suis ravie d’avoir confirmation qu’il me reste de quoi plaire à mon futur époux. » Je fronce un peu les sourcils en le dévisageant, avant de répondre malgré tout d’une voix douce. « Oui, nous le savons tous deux. Mais la cicatrice est récente, et cela n’est jamais joli, où qu’elle soit situé, nous le savons aussi. D’ici quelque temps, croyez-moi, cela vous donnera un charme plus brutal certes, mais présent tout de même… même si cela vous indiffère. » Je jette un coup d’œil autour de nous. « Sans trop paraître indiscrète, puis-je vous demander pourquoi être seul ? Vous iriez plus vite en laissant des serviteurs vous aider… »

Je me fige un peu alors qu’il reprend, et mon regard se fait plus froid, ma mâchoire se crispant sans que je n’y prête garde. Je secoue un peu la tête.

« Mes pertes… Pour être franche, j’ai encore du mal à réaliser, ce qui est assez absurde, ce n’est pas la première fois que je perds un proche… Merci de vous inquiéter.
Cette missive, dit-elle vrai ? Mère… Lady Corbois a-t-elle réussi à brûler tous les navires avant qu’ils… avant de succomber ? »
J’inspire et je relève le menton avec arrogance, prenant sur moi. Je le fixe et j’acquiesce farouchement. « Il est en effet hors de question que cela ne soit oublié et que ces atrocités restent  sans conséquence… Je sais que le Nord est fédéré, et que l’Empire combat déjà les fer-nés, mais… merci. Cela représente plus pour moi que vous ne le pensez. »

Je soupire et secoue la tête, avant de le regarder de nouveau.

« Je vous fais perdre du temps, j’en suis navrée… Puis-je… Avez-vous besoin d’aide Sire ? »


La norme est ennuyeuse. Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais.

Spoiler:
 
Nelya Omble

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Corbois
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 544
Membre du mois : 8
Célébrité : Morena Baccarin
Maison : Omble / Corbois
Caractère : Exubérante –manipulatrice – égoïste – hédoniste – affranchie – superficielle – intelligente – arrogante – sûre d'elle – ambitieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meet the scarface - [Tour V - Terminé]   Meet the scarface - [Tour V - Terminé] EmptyMar 2 Jan - 23:40

Je pensais chaque mot de ce que je venais de dire. Se débarrasser des Iles de Fer. Les sortir de l’équation. Cela ferait du bien à tout le monde. Après la conquête et le saccage du continent par les insulaires, il était temps d’annexer ces frustres territoires et d’y faire respecter une véritable loi de fer ; fin des pillages, sabordage de toute flotte de guerre, négoce imposé. Il fallait faire sortir ces misérables îlots de la frustre barbarie qui les voyait naître, et qui leur donnait sans cesse l’envie de s’extirper par la force. Rien ne serait jamais réglé, tant que ces gens aux destinées misérables seraient forcés de voler pour survivre. Je ne croyais pas que les traditions puissent perdurer à tout jamais. Massacrez la moitié de la population et prenez des otages, et vous verrez que les survivants se tiendront à carreaux. De toute manière, il était temps que la colère vengeresse du Nord et des Anciens Dieux s’abatte sur ces mécréants qui m’avaient mené la vie dure, à moi comme à des dizaines de milliers de nordiens, depuis des générations. Je n’ai pas les moyens de les attaquer pour le moment, mais je compte bien passer ma vengeance sur tous ceux qui passeraient à ma portée, l’armée Hoare avait déjà été saignée, la mienne aussi, mais je savais que c’était à ma portée de vaincre. Je pouvais le faire. Avec le concours de mes royaumes fédérés, de mes alliés, anciens et nouveaux amis.


Le Nord n’était plus seul pour mener la lutte, et j’allais la mener à son terme.


La Corbois, jadis ma maîtresse et sans doute, l’une de celles que mon père appelait jadis mes « petites chéries », semblait en tout cas fort digne, mais plus douce, moins revendicatrice que lors de nos dernières rencontres. Elle se rendait peut être compte du combat dans lequel nous étions plongés, de son intensité et de notre fragilité. Ou peut-être pas. Je ne soulèverais plus jamais l’adhésion des masses comme jadis ; trop de sang avait été versé. Mais on me suivrait, tant que je ne serais pas battu pour de bon. J’ai un mince fantôme de sourire, qui ne se répand pas jusqu’à mes yeux, lorsque la belle me demande pourquoi je suis seul.



| J’ai besoin d’aide, mais pas pour m’habiller. Aujourd’hui… Disons que c’est un jour un peu spécial. Je marie mon second enfant, et sa mère nous a quittés depuis bientôt dix ans. J’ai perdu des milliers d’hommes parmi lesquels de vieux amis et compagnons, dernièrement. Ma femme est loin, je reste sans nouvelle si ce n’est qu’elle se remet à peine d’une tentative d’empoisonnement. J’avais besoin de prier mes dieux, ce matin. Et je n’avais pas envie d’entendre piailler autour de moi ces gens qui chercheraient à tout prix à masquer mon visage ou à me faire paraître plus éclatant que je ne le suis, ou à me faire porter une couronne…. |


Je n’avais jamais aimé en porter, même si je devais être un des rares souverains à m’en défaire. C’était lourd, ça ne tenait jamais bien en place. Et si ça me tombait sur le visage, j’aurais l’air aussi con que j’aurais mal. Alors on éviterait. Et je voulais en faire le moins possible. Tabard militaire frappé de mon nouveau blason, cuirs sombres réhaussés des mêmes motifs, Morsure au côté. Cela suffirait. Il ne fallait pas voler la vedette aux jeunes mariés, et mon visage allait déjà suffisamment attirer l’attention sans que j’en rajoute. Quand la discussion s’oriente sur sa mère, que j’avais bien connue avec feu son père… La discussion se tend, et je me sens las et fatigué de perdre toujours tant de monde, qu’importe les efforts et autres sacrifices consentis, mon peuple paie sans arrêt le prix du sang. Il aurait peut être mieux valu pour lui que je tombe à Buron et que mon fils négocie une paix séparée, mais cela n’aurait fait que repousser un nouvel assaut inévitable. Mon regard se fait ferme, sérieux. Je suis las, mais je n’en serais jamais faible, et jamais ma résolution ne faillira, même pas si je les perdais tous.


Je suis comme je suis. Et je fais ce pourquoi je suis fait.



| Ce n’est pas absurde. On ne s’y fait jamais, et il n’est pas souhaitable qu’on s’y résigne. Mais oui, pour ce que j’en sais à ce jour, la missive était exacte. Dame Mormont s’est battue comme le meilleur de mes hommes, elle a saigné l’invasion et les a empêchés, au moins en partie, de s’enfuir une fois leur forfait accompli. Ces rats vont mourir de faim sur l’île pendant l’hiver… |


Et tous les gens Mormont qui n’auront su se cacher dans les forêts et grottes côtières, tout en arrivant à se nourrir dans l’intervalle. La nouvelle me fendait le cœur ; l’Île aux Ours avait été mon premier combat, vingt-cinq ans plus tôt. Je connaissais ces gens. J’avais mangé leurs victuailles. Couru leurs filles. Saigné à côté d’eux. Et m’étais illustré avec eux. Cela me fendait l’âme, mais je devais continuer, encore et encore, jusqu’à ce que je sois mort ou que ce soit mon ennemi qui le soit. Mon regard accrocha celui de la Corbois. Jadis, ce regard qu’elle me lançait était tout autre. Fièvreux. Passionné. Plein de désir. Aujourd’hui, nous avions tous deux vieilli, et j’étais sûr qu’elle aussi voyait autre chose dans le fond de mes yeux. Feu ou glace ? La mort, quoiqu’il en soit. Seulement la Mort.


| Ce serait inconvenant, non ? Vous êtes promise à mon meilleur ami, et je suis marié. Mais soit. Je ne vais pas faire mon offusqué. Je préfère de loin votre compagnie à celle de ces jeunes riverains dont on m’a attaché le service. Ils sont peu débrouillards. Ils ont peur, je crois. Qu’importe. Avec l’état de mes côtes et toutes ces raideurs dans l’abdomen, j’ai énormément de mal à enfiler mon tabard, et je n’arriverais jamais à enfiler et lacer la tunique de cuir seul. J’ai eu écuyer bien plus vilain que vous, ma Dame. Que vous m’aidiez et me teniez un peu compagnie n’arrangera pas ma vilaine trogne, mais ça pourra toujours améliorer mon humeur. Mais n’y voyez aucune contrainte ; je peux toujours mander ces tâcherons. |


Mince sourire, qui me relève le coin des lèvres et étire ma cicatrice, me piquant atrocement le visage. Je déglutissais.


| N’allez toutefois pas répéter dans quel état ces chiens m’ont rossé, lorsqu’ils m’ont fendu le crâne. Je ne veux pas qu’il y ait le moindre doute sur ma capacité à mener de l’avant ; je suis peut être abîmé et bancal, comme loup, mais j’ai toujours mes crocs. |





What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 25799
Membre du mois : 162
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Meet the scarface - [Tour V - Terminé]   Meet the scarface - [Tour V - Terminé] EmptyVen 5 Jan - 22:21

Je le dévisage alors qu’il répond à mon indiscrétion somme toute presque légitime. Presque, parce que si cela ne me concerne pas vraiment, je le connais malgré le temps passé et que je sais pertinemment comment il pense, en particulier sur ce sujet. Comme tous les soldats. Comme tous les hommes du Nord sans doute en réalité. Je hausse les sourcils quand il mentionne l’empoisonnement, enfin de la tentative d’empoisonnement, de l’impératrice. Ai-je loupé cela ou le mentionne-t-il sans y penser alors que peu étaient au courant ? Oui, j’en doute, mais je n’aime pas vraiment l’idée de ne pas en avoir entendu parler.

« J’ignorais pour sa majesté l’impératrice, j’en suis navrée, j’espère que tout ira bien pour elle. » Quant au reste… Le sourire que j’ai esquissé en l’écoutant réapparaît. « Et je comprends fort bien vos raisons, mais vous êtes l’empereur, il vous aurait suffit de leur demander aimablement de se taire. Toutefois, je connais ce besoin de calme et de recueillement, et il n’est effectivement pas aisé de l’obtenir, surtout lors de circonstances particulières et spéciales… comme aujourd’hui. »

Quand bien même n’est-il pas censé être le centre de l’attention de la journée, il risque de l’être, malgré lui et malgré les jeunes futurs époux, que ce soit à cause de son statut ou de sa cicatrice.
Et une partie de moi aurait préféré continuer à discuter ainsi de choses somme toute légères et sans réelle conséquence, plutôt que d’embrayer sur un sujet délicat et bien trop personnel. Sujet qui devrait être plus douloureux qu’il ne l’est en réalité, qui le deviendra sans doute d’ici peu de temps je le crains. Comme quoi, il n’est pas toujours aisé d’être et de vouloir paraître sans cœur et insensible. Et cette douleur et cette tristesse pour le moment silencieuses et enfouies s’agitent quelque peu alors que l’on en parle, même si la fierté prend le pas pour le moment. Fierté stupide et déplacée s’il en est, et je le fixe, alors que les paroles qu’il n’a pas prononcées flottent entre nous. Ils mourront tous. Tous ceux qui ne le sont pas encore, tous ceux que j’ai connu et qui ne sont pas déjà tombés. Sous le coup des fer-nés restants, sous le coup de la faim, peu importe, ils mourront.

« Tant mieux. Père n’était pas tombé sous son charme pour rien, c’est… c’était une Mormont dans l’âme. Le pire étant qu’elle a dû en rire… » Je grimace un sourire incertain, avant d’inspirer et de retrouver quelque peu une froideur apparente. « Il faudra que j’avise avec Lord Mormont, il y aura beaucoup à rebâtir... »

Et à repeupler donc… Mon frère doit être dévasté. Et plus en colère que jamais. A moins qu’il n’ait tout autant de mal à réaliser les portées de ce drame, et toutes les conséquences que cela implique, que moi. Et je refuse d’y songer plus avant pour le moment. Plus tard. Mon regard croise de nouveau celui du vieux roi, de l’empereur, qui a mon âge ou presque certes, mais qu’importe, j’espère ne pas avoir l’air aussi harassé que lui, même si la férocité y demeure toujours. La dureté et l’intransigeance aussi… Et je ne peux m’empêcher de souffler un rire en l’entendant.

« Inconvenant ? Je pensais que nous avions dépassé cela il y a bien longtemps. » Je secoue la tête, un sourire aux lèvres. « Nous sommes bien trop âgés pour être inconvenants, surtout en étant mariés… ou en dépit de cela je ne sais trop. Même si je suis soulagée que vous ne vous offusquiez point de ma proposition malgré tout. » Mon sourire se fait taquin, même si mon regard reste plus sage. « Je n’aurais pas proposé si je n’étais pas prête à le faire Sire, je peux donc vous tenir lieu d’écuyer, plus joli et gracieux que le précédent, et vous aider, puisque vous l’acceptez malgré tout. »

Mon sourcil se hausse alors que je détaille un peu plus longuement sa cicatrice. Et mon regard revient s’ancrer au sien.

« Je garderai pour moi vos raideurs dans ce cas. » Non, je n’ai nul sourire en coin. « Et je ne vous dirai pas non plus que cela peut être dû au fait que vous n’êtes malheureusement plus un jeune homme, et pas seulement aux coups reçus… Je vous ai déjà vu fort mal en point, avec presque un bras en moins et une jambe en mauvais état, en train de vociférer à qui voulait l’entendre à travers le château de Père, parce que les hommes étaient repartis en vous laissant au bon soin du mestre. Même bancal, jamais je n’oserai dire que vous n’êtes plus dangereux ou redoutable... »

Je lui souris et désigne sa tenue.


« Etes-vous prêt à vous vêtir ? Sans crainte que je ne sois aussi maladroite que ces jeunes riverains ? »


La norme est ennuyeuse. Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais.

Spoiler:
 
Nelya Omble

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Corbois
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 544
Membre du mois : 8
Célébrité : Morena Baccarin
Maison : Omble / Corbois
Caractère : Exubérante –manipulatrice – égoïste – hédoniste – affranchie – superficielle – intelligente – arrogante – sûre d'elle – ambitieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meet the scarface - [Tour V - Terminé]   Meet the scarface - [Tour V - Terminé] EmptyLun 8 Jan - 22:24

Toujours mes crocs… J’avais Morsure, bien que j’avais abandonné Glace. Ce n’était pas plus mal. Les années et décennies de guerre avaient lourdement prélevé sur mes forces, mais jamais sur ma résolution. Mes côtes restaient toujours un peu fragiles, et j’avais du mal à produire les terribles et amples moulinets qui me permettaient autrefois de manier Glace avec force et talent. Mes bras étaient toujours aussi solides ; j’avais regagné la carrure dévorée par le poison, après La Mort Aux Loups, mais ce fut un travail difficile, de longue haleine. Il était clair pour moi que mes bras restaient les mêmes en apparence, avec ses épaules solides et ces muscles saillants devant et derrière les omoplates ; solide comme un roc… Mais moins précis. Tremblant, par moments, quand la fatigue se faisait sentir, ou le poids du mauvais temps. Morsure était mieux adaptée à ma morphologie, et à un combat de plus en plus souvent monté. Cette lame valyrienne, reforgée et décorée de nouveaux emblèmes, m’avait été donnée en cadeau de mariage par dame mon épouse. Je ne la remercierais pas assez pour ce présent, qui était le plus beau que l’on m’ait fait de ma vie, en dehors de mes enfants.


| Tout le monde l’ignore, en dehors de ceux qui ont entendu ses appels aux armes. Mon épouse n’est pas femme à pardonner aisément ; je plains sincèrement les responsables quand nous leur mettrons la main dessus. Ils ont oublié qu’un loup était chasseur, avant d’être tueur. Et ils ont failli abattre notre enfant, le premier que porte l’Impératrice. |


Je confiais dans un souffle à celle qui fut ma maitresse. Elle n’avait peut être pas été mise au courant de la grossesse de Rhaenys ; Conrad savait, mais pas sûr qu’il le lui avait dit. Elle l’avait annoncé par discours aux troupes, par missives aux nobles, mais dans la tourmente de la campagne impériale, les informations étaient si nombreuses qu’elles pouvaient parfois échapper à leur propre diffusion.


| Je suis las de palabres. Elles ne m’apportent rien. Seules mes jambes pourraient m’apporter, en tout cas me rapprocher, de ce dont j’ai besoin. |


Harren et la guerre, comme toujours. L’obsession empirait avec le temps, elle avait enflé avec la défaite, au point de ne plus être qu’un songe, mais un rêve éveillé, un cauchemar de chaque instant, qui m’oppressait la poitrine et m’empêchait de penser à autre chose. C’était devenu de pire en pire, et j’avais bien du mal à chasser cette idée de ma tête, à penser à autre chose, à rire ou à profiter de quoi que ce soit. Même l’alcool, pourtant aussi vieux compagnon que Conrad, ne m’aidait pas à m’éclaircir ou à me changer les idées. Se changer les idées… Difficile quand la mort est omniprésente. Morts à Salvemer. A Vivesaigues. A Wayfarer. A Buron. Dans l’Orage. Sur l’Île-Aux-Ours, sur le Mur, partout. Je pose une main sur l’épaule de mon amie, même si nous nous sommes beaucoup éloignés, elle reste la jeune femme que jadis, j’aimais de mon cœur adolescent, et que je désirais.


| J’en ai parlé avec lui en personne. Il est durement touché, mais il est fort. Je l’aurais à l’œil, lors de la prochaine phase de la campagne. Trop de Mormont ont déjà payé le prix de ce combat. |


Le mien. Celui de tout le monde. Parfois, je me convainquais sans peine que ce que je faisais profitait à tous, que de toute manière le Nord était depuis toujours envahi par des ennemis venus du sud et de la mer… Mais à d’autres moments, je me disais que tout ceci n’était que de l’ambition. Que le Nord était trop petit pour moi. Ou alors, que c’était une affaire personnelle, entre Harren et moi, qui requérait du sang par hectolitres pour nous sustenter dans notre quête de vengeance et de violence. J’ai un mince sourire, répondant à celui de Nelya, lorsque je parle d’inconvenance. S’il y a quelque chose que j’avais toujours manié avec précaution, c’était la proximité avec les gens qui m’entouraient. Attendez… Précautions ? Et Mathie ? Je me renfrognais aussitôt. Encore une erreur, à rajouter sur la longue liste de tout ce que ma bêtise m’avait coûté. Il n’en restait pas moins que les paroles de la Corbois étaient plus que sensées


| Soit, j’ai jadis ruiné votre vertu, et je suis aujourd’hui fort changé. Il n’aura échappé à personne que vous allez épouser mon meilleur ami, mon plus proche conseiller, et qu’il n’est pas homme à supporter la concurrence… Ni moi homme encore à même de ravir le cœur des donzelles, comme jadis. |


Simple constatation, nullement un regret. Je savais à quoi je ressemblais. Je savais aussi que l’étincelle de mon regard était soufflée par la tempête qui dévastait le Conflans et me donnait plus envie d’hurler après mes camarades sous la lumière de la lune, plutôt qu’à chercher quelque louve pour nicher le temps de l’hiver. Rhaenys me manquait, mais elle représentait la guerre et la paix, et ne serait qui plus est jamais à moi. Je n’étais plus homme à convoler, même si aimer faisait partie de moi, regretter et ne jamais me satisfaire de rien étaient tout autant des morceaux non négligeables de mon âme.


| M’est avis, Nelya, que vous n’avez jamais été gourde en aucune façon à propos de vêtir ou de dévêtir un homme. |


Je la regarde, la dévisage, même.


| Mon frère vous a énormément aimée, vous savez. Et mon Maréchal en fera de même. Il n’a connu qu’une femme dans sa vie, morte depuis longtemps. Il peut être… Spécial. Mais il a bon fond. Il vous protègera et cherchera votre bonheur. |





What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 25799
Membre du mois : 162
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Meet the scarface - [Tour V - Terminé]   Meet the scarface - [Tour V - Terminé] EmptyDim 14 Jan - 22:31

Je ne savais toujours trop que penser de cette impératrice autoproclamée, qui s’était déjà presque couronnée reine toute seule auparavant. Oh je ne reviendrai pas sur le fait qu’elle est plus que forte et courageuse, même si dans son cas cela pourrait même tendre à l’inconscience, et encore moins devant Sire son époux, mais je reste dubitative concernant ce qu’ils désirent abattre et construire ensemble. Je grimace un sourire, ne doutant nullement du caractère rancunier de la jeune femme, avant de froncer les sourcils et de le dévisager.

« Elle est enceinte ? Vont-ils s’en remettre ? Je suis navrée, sincèrement. Je prierai pour eux et pour leur rétablissement. Et toutes mes félicitations Sire, malgré les circonstances difficiles... »

Et je ne savais pas plus quoi penser de cette nouvelle. Cela ne dérangeait-il point le jeune roi du Nord d’être dirigé plus tard par son jeune frère encore à naître ? Si c’était un garçon… S’il s’agissait d’une fille, beaucoup de nordiens, ou même de riverains, auraient dû mal à l’accepter en tant qu’impératrice non ? Toute enfant qu’elle fut de Torrhen et Rhaenys Braenaryon… Enfin, nous étions loin de tout cela, les Dieux seuls savaient ce qui ressortirait de cette situation et de cette guerre incessante. Et ce qui resterait de ces terres exsangues et épuisées… Que resterait-il des terres qui m’ont vu naître ? Resterait-il seulement des Mormont ? Je fixe l’homme qui me fait face et hoche la tête.

« Fort… Évidemment, c’est un Mormont, il restera debout jusqu’à ce qu’il ne le puisse plus. Je sais que tout le monde a déjà perdu des amis et des personnes chères, vous plus que nul autre, néanmoins je vous serais gré si je peux éviter de porter plus longtemps encore ma tenue de deuil. Le noir n’est pas la couleur qui me sied le mieux. »

J’esquisse un sourire sans joie. Si je fais mine d’en plaisanter, et si je ne suis certes pas la femme la plus sentimentale du monde pour ce qui ne touche pas directement ses enfants, j’ai déjà perdu mes parents à un intervalle beaucoup trop court et de manière bien trop brutale. J’aimerais autant ne pas avoir à subir cela de nouveau. Et s’il esquisse lui-même un sourire à la suite de mes paroles, ce dernier disparaît aussi vite alors qu’il se rembrunie. Journée oh combien joyeuse et à fêter donc…

« Pas plus que je ne suis encore une donzelle, malheureusement. Et ma vertu se porte très bien malgré tout, n’ayez crainte. Lord Omble sait aussi bien que vous et moi que tout cela est bien ancien qui plus est, et je ne me risquerai effectivement pas à le contrarier à ce sujet... »

Pas avec son empereur et meilleur ami donc surtout. J’avais beaucoup de défauts, mais je n’étais pas non plus totalement inconsciente. Et puis, j’ai de très bons souvenirs avec Torrhen, je ne vais pas les gâcher par ce qui pourrait se révéler plus que décevant. J’esquisse un sourire, même si je fais mine d’être offusquée une seconde et je secoue la tête, avant de me figer quand il reprend, mon regard ancré dans le sien. Et bien malgré moi, mon coeur fait une embardée. Je déglutis un instant troublée, et j’ai un triste sourire.

« Votre frère a été… j’aimais beaucoup Ryman également… Et oui, je me suis rendue compte que Conrad avait quelques qualités cachées, qu’il ne dévoile que peu, mais qui sont bien présentes… Vous avez donc mon futur bonheur entre les mains, si vous pouviez également garder un œil sur lui… » Je secoue la tête. « Quand bien même ce n’est ni votre rôle ni chose possible avec cet homme. »

Je souris un peu plus avant d’attraper sa tunique et de me rapprocher de lui pour l’aider à l’enfiler.

« Quelques petits efforts pour vous rendre présentable Torrhen, afin d’honorer votre fils et votre future bru de votre présence, et de satisfaire la curiosité de tous les autres à votre sujet. »


La norme est ennuyeuse. Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais.

Spoiler:
 
Nelya Omble

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Corbois
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 544
Membre du mois : 8
Célébrité : Morena Baccarin
Maison : Omble / Corbois
Caractère : Exubérante –manipulatrice – égoïste – hédoniste – affranchie – superficielle – intelligente – arrogante – sûre d'elle – ambitieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meet the scarface - [Tour V - Terminé]   Meet the scarface - [Tour V - Terminé] EmptyLun 15 Jan - 0:13

La noble nordienne ne réagit pas immédiatement à ce que je lui annonce à propos de mon épouse, l’impératrice. J’avais déjà compris dans notre précédente rencontre, que ne croyant pas plus que cela en l’Empire, ses efforts pour le défendre avaient été difficiles à la cour du Roc ; elle m’avait fait elle-même part de plusieurs remarques qui, si elles étaient enrobées, traduisaient une défiance presque naturelle envers cet idéal que nous essayons depuis tant de mois, de faire pérenniser dans la souffrance. Nous n’avions finalement convaincu que deux royaumes, brisés et maltraités, de nous rejoindre. Palmarès peu glorieux au regard de la complexité politique de Westeros, qui me laissait forcément totalement dubitatif quant à nos chances à court terme. Notre chemin serait encore traversé de nombre d’embûches, c’était l’évidence même. Etrangement, Nelya réagit plus sur la grossesse de Rhaenys que de son emprisonnement.


| Elle l’est. Heureusement pour nous, son organisme n’a pas du tout toléré le poison qui a agi plus rapidement qu’escompté, sans passer dans son sang. Il lui a en revanche causé de vives douleurs abdominales. Elle n’a pas perdu le bébé et d’après le mestre, la fragilité de l’estomac de l’impératrice a sans doute sauvé l’enfant, même s’il gardera peut être trace de l’attaque survenue avant même qu’il vienne au monde. C’est ça, l’univers dans lequel nous évoluons aujourd’hui. |


Elle me félicite et je la remercie d’un hochement de tête. Quoiqu’il en soit, jamais l’avenir n’avait été à ce point incertain, laissé autant dans la balance. Je ne voulais en aucun cas que d’autres paient le prix de l’unité qui nous animait aujourd’hui, mais je savais que ce ne serait qu’un rêve. Bien sûr que d’autres gens mourraient. C’était indispensable déjà chez nos ennemis, mais ça ne manquerait pas plus d’arriver parmi les nôtres. Ainsi était la guerre, ainsi allaient les choses. Il n’y avait jamais eu de conflit sans que le sang ne finisse par être versé, en Westeros. Confiante dans la capacité de son frère à se montrer fort, Nelya se faisait l’écho d’une loyauté inébranlable, ce qui était tout à son honneur et à celui de sa famille. J’ai un vague sourire, dénué de joie comme l’est le sien, quand elle parle de la robe noire du deuil.


| En effet, cela ne vous rend pas autant grâce que vos autres toilettes. Et j’ai souvenir d’une jeune dame de Mormont, qui ne s’effarouchait guère d’aller toute nue. J’aimerais entendre plus d’histoires comme celle-ci à l’avenir, que de récits de mort. Vous pouvez me croire. |


L’allusion à notre passé commun n’était pas anodine, mais je me sentais assez en paix avec qui j’étais jadis, bien plus qu’avec qui j’étais aujourd’hui, pour éprouver de la gêne à ressasser ce genre d’épisode du passé. Elle m’explique qu’elle n’est plus une donzelle, et que Conrad connaissait bien entendu ce passé partagé. Je n’en concevais aucun doute. Conrad n’avait jamais été très porté sur le besoin de pureté de ses partenaires, loin de là même. Je me souvenais de certaines grivoiseries, salaces et bien vulgaires, qui auraient sans doute défrisé plus d’une septa sudienne. Quoiqu’il en soit, je note une information secondaire, mais néanmoins importante. Avant que je n’épouse RHaenys et après avoir connu la Reine du Val, la nordienne n’avait voulu devenir ma maîtresse que si elle devenait ma femme. Demande parfaitement compréhensible, mais à laquelle je ne pouvais pas vraiment accèder ; il y avait alors trop d’enjeux, et je n’avais jamais aimé les partenaires vénales du point de vue politique. Cela dit aujourd’hui, c’était Nelya qui m’opposait, discrètement mais sûrement, une fin de non-recevoir si c’était là le terrain sur lequel je voulais aller ; elle n’était pas intéressée. C’était loin d’être incompréhensible, sachant l’homme que j’étais devenu et le visage que j’arborais. Nelya aimait la passion dans mon souvenir, et elle aimait les beaux hommes. Je n’étais plus capable de la première, plus sur commande comme autrefois, et je n’étais assurément plus du second cas non plus. Et je comprenais aussi la force de ses sentiments pour mes frères. Moi-même, à l’époque… je savais que je n’épouserais pas Nelya, mais je n’en aurais pas été marri si cela avait été le cas. J’aurais sans doute dû la partager avec mes frères, mais les choses auraient été claires dès le départ, pas comme avec Sigyn. Mais je devais aussi me montrer franc, avec Nelya. Qu’aurait changé de lui dire que jadis, je l’avais aimé d’un amour adolescent, et que la suite nous avait bien trop tenu à l’écart ? Cela ne changerait rien. Pour son avenir en revanche, ce que je m’apprétais à dire ne pourrait être taxé que de la plus grande honnêteté. Quitte à encourir son déplaisir.


| Vous savez qu’il s’est engagé à mes côtés, au sein de l’Empire ? Cela le forcera à me rejoindre en campagne quand j’en aurais besoin, et il devra par la suite rester non loin, probablement dans le palais impérial ou dans quelque domaine qu’il pourrait apprécier, non loin de Fort-Darion dont nous posons les premières pierres. Je ne sais pas si pourra revoir Atrès de sitôt. |


Quant au reste, je rechignais, mais je me laissais faire.


| Vous voulez dire que tout le monde a hâte de voir à quel point je suis revenu « changé » de Buron ? Je me passerais bien de cette publicité, et je sais que le Roi du Nord s’en passerait également. |





What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 25799
Membre du mois : 162
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Meet the scarface - [Tour V - Terminé]   Meet the scarface - [Tour V - Terminé] EmptyMer 31 Jan - 20:30

Que les coupables le regrettent plus tard, s’ils étaient retrouvés, était certain. Elle était bien partie en guerre, seule contre 10 fois plus puissant, et encore, pour son frère et sa sœur, alors pour son enfant… J’aurais fait de même à vrai dire dans ce cas, même si j’aurais sans doute ri de cela si on m’avait parlé enfant avant que ne naisse Benjen. Si je n’avais pas radicalement changé sur tout, fort heureusement, mes enfants avaient pris une place prépondérante dans ma vie et passaient au-dessus de tout le reste. Il n’y a que lorsque l’on devient mère que l’on mesure les sacrifices et la force qu’il faut réellement pour cela n’est-ce pas ? En tout cas, il n’y a qu’à ce moment-là que je m’étais personnellement rendue compte de tout ce que ma mère… feue ma mère avait fait pour moi durant toutes ces années. Et si je n’approuve pas forcément l’impératrice ou ses intentions, je ne peux que me montrer désolée pour elle. Pour eux.

« Les tentatives d’empoisonnement ne datent pas d’aujourd’hui Sire. Les assassinats, infanticides, régicides ou autres, ont malheureusement toujours existé. » J’esquisse un sourire rassurant. « Mais il est heureux qu’ils s’en soient tous deux sortis. Quant au bébé… Les Dieux veilleront à ce qu’il aille bien j’en suis certaine. »

Mais de là à ce qu’il s’en sorte avec une difformité ou une horreur du genre… Qu’importe, j’en serais désolée, mais après tout, cela ne me concerne pas. Ni mes propres enfants. Enfants en sécurité à Winterfell pour le moment, du moins pour les plus jeunes, l’aîné quant à lui… Perdre ses parents étaient une chose, perdre un enfant… non, c’est inenvisageable. Peut-être devrais-je davantage demander à Torrhen de veiller sur lui que sur mon frère… ou le demander au roi du Nord, étant donné qu’il doit être plus proche de lui…
Et si mon premier sourire n’est que de façade, celui que je lui offre par la suite se fait plus franc et plus amusé. Un peu.

« La jeune dame de Mormont ne se promenait guère nue en dehors de quelques pièces. Et si j’ai bonne mémoire, toujours en présence du jeune lord Stark. Et si entendre ce genre d’histoires vous sied davantage, je peux m’en faire le conteur… quand bien même cela reviendrait à ressasser certains souvenirs. »

Mais il est certain qu’entre certaines histoires somme toute grivoises et les derniers rapports sur les morts et les folies qui nous entourent, le choix était vite fait. Même si ces histoires datent d’un autre temps… et oui, je sais fort bien qu’il n’entendait pas par là de ressasser d’anciens événements, mais pour ma part, je ne peux guère lui en conter de nouveaux, même si j’en ai. Et si j’avais refusé de retrouver cette proximité avec lui, à tort ou à raison, avant son mariage, je ne pouvais décemment proposer le contraire maintenant, d’autant qu’il était marié et que je m’apprêtais à faire de même avec son ami… et puis, pourquoi risquer de gâcher de si bons souvenirs ? De toute manière, il n’en a sans doute pas plus envie que moi, ce n’est donc guère à l’ordre du jour. Néanmoins j’aurais tout autant apprécié que d’autres choses ne soient pas non plus à l’ordre du jour. Mes lèvres se plissent en un sourire indécis.

« Il m’en a effectivement parlé, après coup. Tout comme il m’a informé de sa nomination au rang de Connétable de l’Empire si je ne me trompe… mais je vous remercie de m’en informer Sire. Je sais ce que cela signifie, je vous avoue que cela ne me réjouit guère, mais ce n’est pas comme si je pouvais y changer quelque chose, n’est-ce pas ? »

Et je m’inquiète davantage de la réaction de son fils le roi, mais passons. Je le fixe et secoue la tête, même si mon sourire s’agrandit et se fait malicieux.

« Je veux dire que la plupart n’ont même peut-être jamais vu l’Empereur en personne. Et vous n’y allez point pour eux quoiqu’il en soit. Laissez-les donc parler si cela les amuse, au moins,cela les empêchera de parler de la prochaine bataille ou contre-attaque fer-née… Ce n’est pas plus mal, non ? » Je continue de l’aider et je secoue de nouveau la tête les sourcils froncés. « Le roi s’en passerait peut-être, mais le fils a besoin de son père. Il vous suffira de lui montrer que vous êtes fier de lui et… oh, vous savez déjà tout cela. Soyez juste présent pour les mariés, faites-moi danser au moins une fois et tout le monde sera heureux. »


La norme est ennuyeuse. Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais.

Spoiler:
 
Nelya Omble

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Corbois
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 544
Membre du mois : 8
Célébrité : Morena Baccarin
Maison : Omble / Corbois
Caractère : Exubérante –manipulatrice – égoïste – hédoniste – affranchie – superficielle – intelligente – arrogante – sûre d'elle – ambitieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meet the scarface - [Tour V - Terminé]   Meet the scarface - [Tour V - Terminé] EmptyMer 31 Jan - 23:04

C’était étrange, de se retrouver en pareille circonstance et en pareille compagnie. Nelya et moi avions été proches, jadis. Mais on aurait presque pu dire qu’aujourd’hui il ne restait rien de tout ça. Happés sans doute par notre existence d’aujourd’hui. Et par le fait, que, d’après mes souvenirs, elle avait préféré mes frères. Certains d’entre eux, du moins. Inutile d’idéaliser cette relation du passé. J’avais très vite appris qu’on ne venait pas vers moi pour qui j’étais, mais pour ce que j’étais. Et j’en avais usé et abusé, donc c’était un juste retour des choses. Je n’avais pas voulu me remarier. J’avais proposé Jon, qui s’était un temps enthousiasmé à l’idée d’accomplir ce genre de devoir, mais il y avait eu la guerre, et la guerre, elle, elle complique toujours tout. Elle éloigne, elle disperse, elle déconcentre… Ou plutôt, elle focalise. Difficile pour moi de penser à autre chose qu’à Harren. De concevoir autre chose qu’Harren. C’était ainsi, je n’y pouvais tout simplement pas grand-chose. C’était plus fort que moi depuis près de dix ans, alors comprenez bien… On ne se départit pas aussi facilement de tout un pan de son passé, comme ceci. Je hoche la tête.


| Merci. Mon épouse est convaincue qu’il s’agirait d’un petit garçon. Les mestres m’ont assuré que l’enfant survivrait si elle se ménageait, et qu’il ne garderait pas de stigmates de l’attaque, car le poison a quitté le corps de l’impératrice avant de passer dans son sang. |


Je n’y connaissais pas grand-chose, et je me demandais bien d’où ils pouvaient tirer pareille certitude. Il n’en restait pas moins que Rhaenys avait de la chance d’être en vie, et qu’elle était maintenant presque constamment alitée alors que sa grossesse n’était encore qu’à un stade précoce. L’empoisonnement avait laissé des marques… Mais sur elle, en elle. Nelya se fichait sans doute de la survie de l’un comme de l’autre, mais un monde de convenances codifiait chacune de nos réactions, auxquelles nous n’avions plus vraiment accès aujourd’hui. Je la taquine, toutefois. Flirte avec la limite de la bienséance. Je l’amuse, je le vois bien. Je brise la glace, rompt un court instant avec les convenances. Un mince sourire orne mon visage, pas assez prononcé pour qu’il étende la cicatrice qui me défigurait.


| Certes ; elle n’avait aucun espoir d’aller bien loin avec tous ces loups affamés de chair fraîche. Oh, ce genre d’histoire m’agrée toujours. Mais elles seraient une limite qu’il ne nous serait pas bon de franchir. Vous allez bientôt épouser Conrad Omble, mon ami. |


L’appel de la prudence et de la loyauté. Jadis, je l’aurais dénudée et baisée sans vergogne. Aujourd’hui… Je n’y tenais plus. Nelya était attirante, une des plus belles femmes que je connaisse et sans doute une perle du Nord. Mais il n’en restait pas moins qu’elle en était promise à un autre d’importance, et qu’elle ne nourrissait pas non plus ce genre de désir. C’est évident. Si j’avais jadis mis du temps à comprendre ce qui attirait vraiment les femmes chez moi, je n’étais plus si stupide aujourd’hui, et j’avais appris, dans le contexte des relations tarifées, qu’il n’y avait guère d’attirance dans ce genre de regard qu’on me lançait. Aucune qui ne soit charnelle en tout cas. Et Nelya confirme être au courant de la situation, même si encore une fois, la situation de l’enthousiasme pas. Je l’aurais parié, sans aucun doute. Elle n’était pas emballée par l’Empire, ce n’était certainement pas pour d’un coup y trouver son compte, même si elle vivrait plus richement que n’importe qui au Nord du Neck, et dans un domaine plus sécurisant lui aussi. Elle termine de me préparer, tout en m’incitant à ne pas me laisser aller au regard des autres et à leurs divagations, ce qui comptait après tout, c’était de tenir le cap que je m’étais moi-même fixé. Et la voilà qui me conseille plus avant, en mode mère-poule.


| J’étais jadis le trop jeune Roi du Nord, et aujourd’hui le trop abîmé Empereur des Royaumes Fédérés. Je m’y ferais. Moins ma femme, sans doute. | plaisantais-je, taquin sur le fait que Rhaenys ne m’avait pas épousé avec ce visage. | Vous faire danser ? Soit. Je relève le gant. Mais c’est bien parce que vous allez bientôt devenir ma Dame la Maréchale, ou la Connétable, le décret officiel n’ayant pas encore été publié… |


Je pose ma main sur l’avant-bras de Nelya, accrochant son regard du miens, le plus sincère et pénétrant qui soit.


| Vous aurez plus de bonheur à vivre près de la capitale qu’à Mormont dévastée, à Corbois qui grandira sans vous, ou qu’à Atrès isolée mais près de votre futur beau-père, qui n’est pas un tendre. Il y a une raison à ce que votre fiancé me suive depuis vingt-cinq ans. Et vous aurez une vie formidable à Fort-Darion ou dans sa région, vous verrez. Qui sait. J’ai fait ce cadeau à Conrad non sans arrières-pensées, mais j’avais aussi votre bien-être à l’esprit. Je vous ai jadis ravi quelque chose de précieux ; votre innocence, et je l’ai fait sans retenue ni dignité. Vous avez suffisamment souffert de vos pertes. Peut-être deviendriez-vous-même amie avec l’Impératrice… Elle partage votre goût des belles choses. | la taquinais-je, conscient que je n’en avais jamais été une et maintenant moins que jamais, mais fort heureusement pour mon style de vie, les mauvaises nouvelles s’accumulaient et mon devoir ne connaitrait pas de répit de sitôt.[/i]





What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Fire, Blood and Winter.
Messages : 25799
Membre du mois : 162
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Meet the scarface - [Tour V - Terminé]   Meet the scarface - [Tour V - Terminé] EmptyMar 13 Fév - 20:30

J’aurais pu porter son enfant. Il y a bien longtemps, dans une autre vie. Peut-être avait-ce été le cas, mais je ne prenais guère de risque à l’époque, et je préférais voler du thé de lune aux suivantes que de hasarder quoique ce soit. Et peut-être que je le regrette, un peu du moins, mais l’aurais-je épouser lui pour autant ? Aurais-je été reine du Nord ? Je ne le voulais nullement à l’époque, et j’en doute de toute manière. Non, au final, je ne regrettais nullement mes décisions et choix de l’époque, aussi insensés et stupides fussent-ils. Et n’était-ce pas suffisant pour être heureuse et profiter de ce que j’avais à présent ? Sans doute que si. Même si je ne savais en vérité me satisfaire véritablement de ce que j’avais…
je le fixe et hoche la tête en esquissant un sourire. Un garçon. C’était déjà, pour eux, un certain nombre de problèmes en moins si tel était le cas. Quant au reste… laissons les mestres parler de ce qu’ils savent, ou pensent savoir. J’espère pour l’enfant qu’ils ont raison, sinon sa vie risque d’être encore plus courte que prévu. Combien de temps survivrait un enfant, un futur empereur, difforme et chétif ? Une partie de moi était curieuse de le savoir alors que je me demandais vaguement combien de temps il faudrait avant qu’un de ses frères ou un quelconque quidam revendique le trône. Mais ce n’est pas le sujet, et je ne le saurais probablement jamais au vu de la situation actuelle. Je grimace à cette idée, me morigénant en me rappelant que j’avais encore de nombreuses années devant moi, et je lui souris de nouveau, amusée pour de bon.

« Il est vrai, elle n’avait aucune chance la pauvre malheureuse… Même si je n’ai pas souvenir qu’elle s’en soit plaint. » J’incline la tête. « Nous ne franchirons donc aucunement ces limites. Votre ami et mon époux n’aura donc aucun souci à se faire. »

Non, je ne me moque pas, je n’oserais point. Mais s’il craint le souvenir de quelques vieilles histoires… Soit, Conrad n’apprécierait sans doute pas j’en conviens. Mais je l’occupe assez je crois pour le satisfaire à ce niveau-là. Même si je ne comprends pas réellement, ni n’apprécie cette loyauté et ce dévouement aveugle qu’il a envers l’empereur, que ce dernier semble lui retourner avec autant de facilité. C’est certes son meilleur ami, son bras droit et maintenant son Connétable, mais… Je retiens un soupir, l’aidant à se vêtir, sans outrepasser nullement la bienséance… enfin, pas davantage cela s’entend.

« Ceux du Nord nous connaissent, les riverains eux ne vous ont pas forcément vu Sire. » Je le fixe, le détaillant plus ouvertement que je ne l’ai fait jusque-là et je hausse les épaules. « Vous restez un Loup. Vous restez Torrhen Stark. L’aura qui se dégage de vous ne tenait nullement de agréable visage… sans quoi cela fait quelques années maintenant qu’elle se serait dégradée. » Je lui souris, taquine, avant de m’incliner légèrement, plus sérieuse. « Et ce serait donc un honneur de danser avec vous, même si je n’ai pas réellement respecté les convenances en réclamant ainsi... »

Je lui rends son regard et inspire lentement, mon cœur se serrant malgré moi à l’évocation de mon île et de mon fils.

« Peut-être avez-vous raison. Même si je crains davantage de laisser mon que de devoir affronter un quelconque vieillard en vérité. » Je le dévisage à nouveau et esquisse un sourire qui, s’il n’est franc, est tout du moins sincère. « Votre bienveillance m’honore, j’en suis sincèrement touchée. La région me plaira sans doute, même si aucune n’a la grâce et la beauté sauvage du Nord… Et je serais ravie de pouvoir discuter avec son Altesse l’impératrice. »

Je lui souris et finis de l’aider, non sans me demander s’il pourrait avoir raison. Quitter le Nord ? Mon fils ? Certes, il a raison, il n’a guère plus besoin de moi, mais… Nous verrons bien, d’ici à ce que cette guerre soit terminée, que je puisse profiter de tout cela, la question ne se posera peut-être plus pour moi...


La norme est ennuyeuse. Les folies sont les seules choses que l'on ne regrette jamais.

Spoiler:
 
Nelya Omble

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Corbois
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Messages : 544
Membre du mois : 8
Célébrité : Morena Baccarin
Maison : Omble / Corbois
Caractère : Exubérante –manipulatrice – égoïste – hédoniste – affranchie – superficielle – intelligente – arrogante – sûre d'elle – ambitieuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Meet the scarface - [Tour V - Terminé]   Meet the scarface - [Tour V - Terminé] Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Meet the scarface - [Tour V - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Cours Été 2015 Histoire] La Tour Dragospire [Terminé]
» (mission) Alerte à la Tour Chetiflor ! [Terminé]
» Le reflet d'une perle au soleil [Tour I - Terminé]
» Le Grand Banquet [Tour I - Terminé]
» The Storyteller's Dreams [Tour II - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Le Conflans :: Vivesaigues-
Sauter vers: