Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Pèse-personne connecté – XIAOMI Mi ...
Voir le deal
14.99 €

 

 La rencontre du lys et de l'hiver [Ft.Torrhen Braenaryon]

Aller en bas 
MessageSujet: La rencontre du lys et de l'hiver [Ft.Torrhen Braenaryon]   La rencontre du lys et de l'hiver [Ft.Torrhen Braenaryon] EmptySam 27 Aoû - 3:25

La rencontre du lys et de l'hiver
3e semaine du mois 4 de l'an 2.
Plusieurs lunes étaient passée depuis la dernière fois que Marei avait jeté un dernier regard sur son île.  Le cortège avait enfin gagné les Terres de l'Empire Braenaryon et s'émerveillait à chaque nouveau lieu.. Des mois d'attentes à contempler la mer allaient enfin prendre fin. Des heures à imaginer, penser, réfléchir et s'inquiéter même. Ce trajet donnait le vertige à tous.. C'était à l'image d'un frisson, d'un sentiment de crainte mêler à l'intrigue. Les matinée se ressemblaient et se mêlaient en de drôle de songe depuis ce départ..  Marei et ses suivantes réduites à dormir peu, entassée parfois l'une sur l'autre. Cela également pour se tenir chaud et éviter de souffrir quelques ruminements.. Marei dormait peu, simplement tenue éveillée par la conclusion de ce voyage qui la paralysait parfois. Tiraillée par la peur, le devoir, la curiosité et les songes.

Le cortège était complet, entouré de multiples représentant de l'Impératrice Cixi ainsi que des fabriquant de bateaux cygnes conviés pour valoriser les échanges auprès de l'Empereur Torrhen. On trouvait cependant beaucoup d'eunuques chargé de veiller au bon soin de la Princesse Marei et de l'Ambassadeur. La femme de ce dernier ayant ses quartier non loin de ceux de la Princesse afin de rester disposer à toutes discussions. Quelques éminences du conseil de l'Impératrice avaient aussi fait le voyage. Une poignée de Dames Lengi étaient aussi là, occupée en priorité à habillée et coiffée leur Princesse ou surveiller ses  sorties.

Le reste du trajet se déroulait comme un rituel précis duquel ne restait que les mêmes angoissent et les mêmes conversations. Marei était souvent entourée de trois jeune femmes évoquant avec elle leur regards sur la virilité des hommes Westerosi. Toutes semblant les décrirent comme de merveilleux amants. Mais c'était une façon de fuir ce qui traversait l'esprit de Marei occuper à espérer être à la hauteur des espoir de sa mère. Sa seule servantes âgé était sa nourrice, Nayi. Ainsi que quelques eunuques, dont l'âge variaient irrémédiablement selon le poste. Les journées de trajet se faisaient souvent en silence, alternant par quelques jeux, jusqu'au repas. Marei reprenait ensuite ses lectures et répétait ses prières.

Le soir était dédier aux débats sur l'apparence de l'Empereur Torrhen. La plupart de ces dames se montraient curieuses, voir enclines à le dépeindre en attendant de vérifier leur théories.. Elles étaient intriguées par le fait de voir des hommes aux cheveux d'or (que Marei avait aperçu dans ses livres d'histoire). Puis, lorsque le cortège s'endormais, la peur venait étreindre son sommeil.

C'est ainsi que Marei s'était éveillée le matin du grand jour. Une inquiétude tapis dans ses yeux de chat merveilleux et impénétrable.. Il était encore tôt ses dames vinrent l'habiller. Le soleil ne frappait pas encore et tout le monde paraissait s'activer dans une aura de piété assommante. On termina donc de l'habiller le souffle retenu, à la fois inquiet et plein d'espoir.. Nayi était tremblante, nouant les cheveux noir de Marei avec quelques broches tandis qu'on la parfumait de jasmin.

Les navires à l'arrêt, l'Ambassadeur de Leng était occupé à coopérer avec les vaisseaux de l'Empire pour leur entrer à Fort-Darion.. Le contrôle achevé, il revint sur le vaisseau de la Princesse lui préciser l'escorte des navires Braenaryon qui les conduiraient à bon port.

Ils étaient quasiment arrivée lorsque Marei pu enfin se rendre à l'extérieur et poser ses yeux sur la baie. Elle était cachée derrière d'immense tissus de soie pouvant voir sans être vue. Des chantiers étaient partout, des pontons de fortune surplombant les rives. Laissant entrevoir la construction de la capitale encore à l'état d'éclosion. L'activité commerciale semblait intense, presque frénétique. Marei regardait avec fascination les va et viens, emprunte d'une admiration certaine. Mais il y avait une aura étrange ... Des escadres impériales de plusieurs dizaines de vaisseaux de guerre sur la Baie des Crabes qui la laissèrent songeuse.  

La princesse lisait de l'inquiétude sur les visages. Comme si quelques choses se préparait en coulisse de leur arrivées.. Les murmures devirent nombreux. Elle avait ainsi donner l'ordre à ses gens de rester discrets quant à leur présence (ne souhaitant pas plus aggraver une possible instabilité en cours).

Les navires s'installèrent lentement.. tandis qu'on se prépara à sortir. L'Ambassadeur était le premier à descendre accompagner de quelques autres (bien que réduit du fait des ordres de la Princesse). Marei suivant de près le petit groupe accompagner de sa plus proche suivante..





So you can drag me through hell. If it meant I could hold your hand, I will follow you.." class="koala">KoalaVolant


Marei Qi
Joyau de l'Empire Lengii
Messages : 40
Membre du mois : 15
Maison : Qi de Leng.
Caractère : Enigmatique ♦ Sensuelle ♦ Précieuse ♦ Luxuriante ♦ Mielleuse ♦ Secrète ♦ Redoutable ♦ Impudique ♦ Suave ♦ Bienveillante ♦
Célébrité : Angela Baby

Joyau de l'Empire Lengii

La rencontre du lys et de l'hiver [Ft.Torrhen Braenaryon] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La rencontre du lys et de l'hiver [Ft.Torrhen Braenaryon]   La rencontre du lys et de l'hiver [Ft.Torrhen Braenaryon] EmptyLun 29 Aoû - 16:52



La rencontre du lys et de l'hiver
Torrhen Braenaryon & Marei Qi

Fort-Darion, Capitale de l’Empire des Royaumes Fédérés, Semaine 3 du mois 4 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
| Navires en vue, Sire ! |


| Valois ? Valyriens ? |


| Autre chose ! Un drapeau vert clair, un emblème blanc qu’on identifie mal, messire ! |


Chambardement à la cour. L’armée au dehors se rassemble. L’alerte est donnée, un temps. Des navires escortent les nouveaux arrivants en Baie des Crabes. Pas de cloches en ville ; il n’est pas tant de faire régner les armes et la panique d’une nouvelle menace, alors que nous en affrontons déjà bien assez. Au loin, les navires semblent plus grands, plus élancés que les nôtres. Comme des nefs, mais dont l’armature paraît moins rugueuse, moins solide, et qui filent sous le vent. Signaux des vaisseaux impériaux défendant la capitale, au bout d’une heure durant laquelle je consulte mestres et capitaines d’escadres. Vaisseaux impériaux, mais ni Braenaryon, ni Valtigar. Pas de Westeros, ni de Valyria. De Leng. De l’Empire de Leng. Je me remémore conseils et rumeurs, depuis de nombreux mois. Des agents qui parlent à des agents, qui envoient des histoires du lointain Orient pour y faire rayonner l’Empire que je porte avec Rhaenys. Est-ce vrai, finalement ? Ce pays existe bien, d’après les mestres. Mais nous n’avions jamais eu de contacts formels avec cette civilisation du bout du monde, dont on ne sait rien, ou presque. Les plénipotentiaires promis si loin en arrière, enfin arrivent à Fort-Darion.


Je crie les ordres, l’esprit froid, interpelle suivants et officiers en tous genres comme sur le champ de bataille. Ordres courts, ton sec mais poli ; il faut mettre en branle la capitale impériale. A Nelya l’organisation du palais, installé dans l’ancien castel de Salins, devenue Fort-Darion. Ressources pour le château et mes invités. Garde renforcée, pour Chyttering ou pour les escadrons de Gardes Demalion. Mise en alerte des troupes campant sous les murs de la ville, sur la rive nord du fleuve. Directives pour le guet, pour les cuisines, pour les mestres, pour les septons, même.


Et au point du jour, je suis drapé d’une cape grise, frappée du Loup Noir et du Dragon Rouge. Peaux sur les épaules, Hurlement au fourreau, sur le côté. Plastron de cuir noir, frappé des emblèmes impériaux en relief. Chausses discrètes, d’une couleur gris clair. La Garde m’entoure, hommes lourdement harnachés, Demalions aux visages cachés par la visière des casques. Haies parfaitement alignées le long des quais, arborant épées, lances aux fanions Braenaryon, et peuple présent en masse derrière, aux fenêtres, sur toutes les tours qui dominent la ville. Un homme descend d’abord. L’accoutrement est incongru. J’échange un regard avec le Mestre à mes côtés, et le capitaine de la Garde. Ils me le rendent.


Puis, une dame visiblement de haut parage d’après sa toilette et son maquillage débarque. Je m’éclaircis la gorge, l’air impassible derrière ma barbe poivre et sel, mes cheveux mi-longs qui encadrent un air sévère, digne, fier, même.



| Je suis Torrhen Braenaryon, Empereur des Royaumes Fédérés de Westeros, Seigneur de Fort-Darion et Suzerain du Trident. Vous arrivez en ce jour en mes terres, et je tiens à vous exprimer en personne mes vœux de bienvenue et tout mon respect pour votre nation. |


Le mestre à mes côtés reprend en valyrien, jadis langue commune d’Essos. Je sais le parler, un peu, mais surtout dans les domaines guerriers ou intimes, grâce -ou à cause- de Rhaenys. Je quitte des yeux l’homme qui s’est présenté le premier pour me tourner vers la jouvencelle, devant laquelle j’incline la tête et le haut du buste, main sur le plastron.


| Ma Dame. Je ne sais qui vous êtes, mais votre prestance souligne votre naissance. Les coutumes de Westeros et ma culture nordienne m’inclinent à vous saluer d’un baise-main, mais je ne sais s’il s’agit d’un salut acceptable aux yeux de votre propre culture. Cette cité est quoiqu’il en soit la mienne, et vous y êtes mon invitée, vous et vos gens. |


J’attends que le mestre traduise… Et de voir sur quelles bases va commencer cet échange, alors que ma campagne militaire m’appelle chaque jour de façon plus pressante.

(c) DΛNDELION



Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44416
Membre du mois : 250
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

La rencontre du lys et de l'hiver [Ft.Torrhen Braenaryon] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/
MessageSujet: Re: La rencontre du lys et de l'hiver [Ft.Torrhen Braenaryon]   La rencontre du lys et de l'hiver [Ft.Torrhen Braenaryon] EmptySam 3 Sep - 18:44

La rencontre du lys et de l'hiver
3e semaine du mois 4 de l'an 2.
Marei posa ainsi ses yeux sur l'Empereur, digne des guerriers Nordiens entre aperçu dans les pages de ses livres à Leng. Se tenant droite, les mains dissimulée sous ses tissus de soie qui lui donnait des allures gracile. Elle écoutait la voix du monarque déjà encline à souligner ses talents d'orateur. Il avait la posture propre aux chefs militaire, un ton reconnaissable, marqué.. Froid sans trop l'être, une distance apparente et suffisamment chaleureuse pour la diplomatie et les négociations.. Détail qui, pour Marei, révélait la présence d'un chef averti et consciencieux.

C'était donc du respect que la Princesse avait ressenti en premier lieu en le voyant. C'était aussi ce regard, reconnaissable entre tous.  Une sorte de "fureur" que possède les guerrier dans l'attente. Ce trait singulier propre aux gens de décisions compris par nul autres que leur semblables eux même. Ce regard, Marei l'avait déjà vu dans les yeux de sont père à Leng. Sa mère l'avait aussi cultivée lors des premières menaces ouverte de Yin sur les rives de leur île. Il y avait comme une "intuition" à penser que cette rencontre ne serait pas vaine. Etait-t-elle stupide d'y croire ? Marei garda cette intuition dans le creux de sa poitrine en songeant aux vaisseaux aperçu dans la baie.  

L'ambassadeur mettant fin à ses réflexion en ayant prit la parole pour remercier l'Empereur..

« Vôtre Majesté,.. je vous remercie. Je suis Xi Jun, Ambassadeur de Leng. Je vous présente mes plus sincères respects au nom de ma nation et de ma souveraine pour votre accueil et vos escortes. »

Il s'inclina, suivi rapidement de tout le petit cortège qui pris son exemple. Cela dans la plus grande des harmonie propre à la disciplines légendaires des Lengii.
Marei en fit de même, se relevant sans un bruit pour répondre à la demande du souverain.

« Milles grâces à vous Majesté.., il n'est aucune  offenses à observer la coutume de mon hôte. Cela surtout après vos louanges et au regard de cette entrevue rendu possible par nos deux nations. Vous êtes le maître en vos terres, aussi je vous remercie de m'y accueillir en qualité d'invité, moi mes gens. »

L'ambassadeur traduit les paroles de Marei en haut Valyrien. Cette dernière découvrit sa main pour la tendre à l'Empereur.. Elle était d'une morphologie petite et fine, ses doigts semblant aussi doux que des tiges des roseaux..

Elle songea un moment évoquer le climat de guerre perçu à son arrivée. Elle manipula sa pensée, sans vraiment oser l'imposer à son hôte.. Marei étant si habituer à obtenir écoute et validation qu'elle se contraint cette fois à rester muette en pensant aux recommandations de ses conseillers qui avaient à coeur de ne pas froisser l'Empereur. L'aurait t-il pris comme une offense ? Peut-être.. Et c'est une chose que Marei comprenait. Un contexte de tension appelait une attitude similaire et Marei n'était encore qu'une étrangère. Elle songea à évoquer la chose plus tard, au moins l'évoquer afin de partager ce sentiment communs à ce que pouvait connaître sa nation bien au delà de Fort-Darion..







So you can drag me through hell. If it meant I could hold your hand, I will follow you.." class="koala">KoalaVolant


Marei Qi
Joyau de l'Empire Lengii
Messages : 40
Membre du mois : 15
Maison : Qi de Leng.
Caractère : Enigmatique ♦ Sensuelle ♦ Précieuse ♦ Luxuriante ♦ Mielleuse ♦ Secrète ♦ Redoutable ♦ Impudique ♦ Suave ♦ Bienveillante ♦
Célébrité : Angela Baby

Joyau de l'Empire Lengii

La rencontre du lys et de l'hiver [Ft.Torrhen Braenaryon] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La rencontre du lys et de l'hiver [Ft.Torrhen Braenaryon]   La rencontre du lys et de l'hiver [Ft.Torrhen Braenaryon] EmptyMer 7 Sep - 14:45



La rencontre du lys et de l'hiver
Torrhen Braenaryon & Marei Qi

Fort-Darion, Capitale de l’Empire des Royaumes Fédérés, Semaine 3 du mois 4 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
Les tissus et soieries qui couvrent le corps de celle qui doit être une envoyée, ou une membre de famille importante, témoignent de la richesse de son nom et de son sang. On n’a pas de telles tenues, ici en Westeros. Les robes des femmes n’en sont pas moins richement fournies ou détaillées, plus en velours dans le sud-ouest, plus en voilages à Dorne, plus échancrées à Peyredragon ou colletée de fourrures au Nord. Qu’importe, quelque part. Il s’agit toujours au fond de la même chose. Je ne sais pas si la donzelle, recouverte d’une épaisse couche de maquillage sans doute traditionnel dans ces lointaines contrées, a conscience de l’effet d’étrangeté, d’opulence infinie et semble si précieuse dans cet accoutrement, comme une jolie chose dans son écrin. Je ne sais rien d’elle, je n’entends d’abord pas sa voix, je ne sais pas son nom, son titre, sa fonction éventuelle.


L’ambassadeur salue en haut valyrien. Nous nous regardons tous. Heureusement le mestre n’est pas loin… J’ai reconnu la mention d’un titre royal ; il s’adresse donc bien à moi. Son prénom, prononcé à mon oreille « Chi Djioun » apparaît comme un nouveau rappel de son caractère étranger. Je reconnais Leng, confirmant ce que nous suspections à présent quant à la nature de son voyage. Le mestre répète les mots à haute voix, en commun de Westeros. L’homme s’incline, et tout le monde l’imite avec une forme de grâce presque éthérée que relèvent tous les gens de Fort-Darion, soldats, artisans ou marins.


La voix de la jeune femme s’élève, dans sa langue d’origine. Une langue fluide, mélodieuse, mais au rythme aussi rapide qu’haché. Je ne comprendrais rien du tout si son ambassadeur ne traduirait pas chacun de ses mots, ni sans le mestre pour relayer à son tour. Sa main semble si fine, si délicate, si… Fragile. Ma paluche, elle, a manié l’espadon Glace pendant plus de vingt ans avant de continuer à soulever l’épée. Je la prends avec toute la délicatesse dont je suis capable, effleure le revers de sa main du baiser râpeux d’un vieux barbu. Se faisant quand je me redresse, la jeunesse a une vue plongeante sur les affreuses cicatrices qui me déchiquettent le visage, à tout jamais. Je ne donne aucun signe de gêne, de malaise.



| Le plaisir et l’honneur sont pour moi, premier homme de l’Empire des Royaumes Fédérés, à recevoir en Westeros une délégation de Leng. Quel est votre nom, ma Dame ? |


Moment de flottement, bruit de l’eau, des oiseaux marins, et des bannières qui flottent au vent. Rien de plus. J’ouvre alors grand ma main gauche, et fais signe de poursuivre notre route vers la ville et son castel.


| Cet empire est neuf, dans une ville trop petite pour l’accueillir, ne cessant depuis notre fondation de s’étendre, et de s’étendre encore. Mais je crains que l’endroit soit rempli à craquer des fournitures de nos armées, et du matériel pour les artisans qui font de cet ilôt de fin de fleuve et je pense que votre tenue, ma Dame, ne s’accommoderaient qu’assez mal d’une chevauchée dans les rues d’une cité portuaire, tandis que les carrosses auront toutes les peines du monde de parcourir l’endroit. Marchons, si cela vous agrée. |


Je lui offre ma main pour se faire, la tenant ostensiblement à mi hauteur, à respectueuse distance. Je ne sais s’ils ont l’habitude de marcher ainsi, chez elle. J’en doute. Déjà que c’est fort rare dans le Nord, en dehors de marches solennelles, mariages ou enterrements… Mais cela me semble le plus approprié. La ville explose sous l’arrivée des denrées, des matières premières, des armes et des gens de tous bords. Elle grandit à la vitesse du soleil qui grimpe dans le ciel. Mais cela engendre du désordre, et la proximité d’armées adverses au sud du fleuve, et un peu à l’ouest, met peuple et armée en effervescence. Franchissons une haie d’hallebardiers et de lanciers portant le casque Sallet, la tunique ou le plastron frappé du noir et du rouge, du dragon et du loup. Fanions au vent, attitude martiale, surveillant la foule hampe au côté. On jette sur notre passage fleurs sauvages et herbes aromatiques poussant en bordure de baie ou du fleuve, geste commun des Fort-Darionais pour porter chance et témoigner leur respect. L’odeur masque celle de la marée, et un brin celle de la fumée qui sert à chauffer fours à pain, à métal. Les femmes parlent sur le passage de l’altesse Lengi et les hommes acclament l’Empire Fédéré. Je les salue, de ma main libre.


| L’Impératrice ne sera pas parmi nous, du moins pas avant de nombreuses semaines. Elle fait campagne à Dorne. Mais je puis vous faire visiter la ville, et parler en notre nom à tous deux. Je suis au regret de ne pouvoir vous présenter tout ce que l’Empire a de nobles héros, de haute naissance ou de grande valeur. La guerre est sur nous. Je puis échanger avec vous sur les circonstances de la naissance de notre nation, sur son histoire, et sur ses perspectives. Mais attendons, si vous le voulez bien, d’avoir un peu plus d’espace et de quiétude pour le faire. Je ferais donner, dès que possible, un banquet en votre honneur et en celui de votre délégation. Mais pas ce soir je le crains ; demain ou après-demain je risque de partir combattre, non loin d’ici. |


Autant jouer cartes sur table ; ce n’est pas notre prospérité qui repose sur la guerre, mais bien notre survie.


(c) DΛNDELION



Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44416
Membre du mois : 250
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

La rencontre du lys et de l'hiver [Ft.Torrhen Braenaryon] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/
MessageSujet: Re: La rencontre du lys et de l'hiver [Ft.Torrhen Braenaryon]   La rencontre du lys et de l'hiver [Ft.Torrhen Braenaryon] Empty


Contenu sponsorisé


La rencontre du lys et de l'hiver [Ft.Torrhen Braenaryon] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
La rencontre du lys et de l'hiver [Ft.Torrhen Braenaryon]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Torrhen Braenaryon - Fire, blood and winter.
» La Veuve et l'Empereur (Torrhen Braenaryon) [Tour VI - Terminé]
» Birth of Braenaryon - [Tour IV - Terminé]
» The Braenaryon Arrival [Tour VII - Terminé]
» Night's Queen ✘ Rhaneys Braenaryon [Tour IX - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Les Terres Impériales :: Fort-Darion-
Sauter vers: