Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -40%
TOSHIBA 55UA4B63DG – TV LED 4K UHD ...
Voir le deal
369.99 €

 

 Not All Who Wander Are Lost

Aller en bas 
MessageSujet: Not All Who Wander Are Lost   Not All Who Wander Are Lost EmptyVen 19 Aoû - 22:59


Ne pas vivre entre les murs du castel avait ses avantages, Vaella devait en convenir. Outre le fait qu’elle n’avait pas à vivre au rythme imposé de la cour impériale, et disposait de fait d’une liberté relative, la Verdragon s’avouait avec un plaisir coupable qu’elle appréciait ces voyages brefs qui séparaient les portes du château de celle des appartements qu’elle occupait en ville. Ils lui permettaient de laisser son esprit au repos, de permettre à ses pensées de vagabonder au rythme du carrosse cahotant sur les pavés usés de la capitale. Son regard se perdait alors sur les façades qui défilaient devant ses yeux et elle se prêtait à rêver éveillée, songeant à tout sans songer à rien de particulier. Pour un esprit tel que le sien, toujours à l’affut, jamais au repos, c’était simplement délassant. Oui, elle aimait ces instants qui n’appartenaient qu’à elle. D’aucuns auraient sans doute trouvé que cela n’avait rien de pratique, que c’était même courir un risque certain que de traverser ces rues en voiture à la tombée de la nuit. Vaella n'aurait pas argué du contraire, mais si le choix lui avait été donné, elle aurait tout de même fait celui de résider aux pieds du château plutôt qu’à l’abri de ses murailles.

Sa visite au castel, ce jour-là, s’était prolongée plus longtemps qu’elle ne l’avait escompté. Happée par un ouvrage particulièrement passionnant, mais si rare et si précieux qu’elle n’avait pu se résoudre à le sortir de la bibliothèque impériale, Vaella avait malencontreusement raté la tombée du crépuscule. Aussi, c’est pressée par le temps – et par sa suivante, qui déplorait les sorties de plus en plus tardives de sa maîtresse – que la Vedragon leur avait trouvé une diligence, pauvre d'apparence mais à même de les conduire jusqu’à leur lieu de résidence séance tenante. Si elle-même n'était pas particulièrement inquiète de voyager à la tombée de la nuit, la sécurité de la voiture ne suffit pas à rasséréner sa compagne qui n’avait de cesse de lancer des regards par les glaces qui en perçaient les portières. À dire vrai, si elle avait été d’une nature plus mauvaise, la dame de Peyredragon se serait sans doute amusée de ses manières angoissées. Mais ça n’était pas le cas, aussi se contenta-t-elle d’accueillir les inquiétudes de la jeune femme et ses babillages interminables avec un silence compatissant.

À dire vrai, une seule chose l’ennuyait réellement...

« Allons bon, pourquoi nous arrêtons-nous cette fois ? » Soupira-t-elle.

Le voyage s’était déjà prolongé bien au-delà de sa durée habituelle et, sutout, bien au-delà du raisonnable. Ils en étaient déjà à leur troisième arrêt et la patience de Vaella s’érodait de minute en minute.

« C’est assez, je vais voir, décréta-t-elle en posant la main sur la poignée de la portière.
Ma Dame ! Ce n’est pas prudent ! » S’indigna sa suivante en arrêtant son geste.

Vaella darda ses prunelles bleues de glace dans celles de la jeune fille, dont elle soutint calmement le regard. Cette dernière eut tôt fait de retirer sa main, consciente d’avoir dépassé une limite dont la Verdragon ne devait pourtant pas lui tenir rigueur. L’étiquette lui importait peu.

« Penses-tu sincèrement qu’une porte de bois, branlante de surcroît, nous évitera une attaque ? Interrogea-t-elle. Sa suivante ouvrit bien la bouche mais aucun son n’en sortit. Bien, ceci étant réglé, attends-moi ici. Je serais revenue dans un instant. »

Elle poussa la porte, laissant la fraîcheur du crépuscule s’engouffrer pleinement dans la voiture, et réprima un frisson. La robe bleu pâle qu’elle arborait n’était en rien adaptée à une sortie nocturne, quand bien même elle avait pris soin de s’enrouler dans une pelisse sombre qui devait la dissimuler aux regards autant qu’à la morsure du froid. De fait, elle n’entendait pas prolonger sa sortie plus de raison. Pour cela, et pour d’autres raisons plus évidentes qui auraient passablement mortifié sa suivante. Vaella descendit malgré tout le marchepied et fit quelques pas dans la rue embouée pour dépasser le cochet – qui la suivit des yeux sans s’embarrasser d’une remarque – et jeter un regard au loin. Une file de voitures était à l’arrêt dans la ruelle étroite, qu’une charrette, à son extrémité, semblait obstruer. Un homme s’évertuait à essayer de la pousser, en vain : les paquets chargés s’assuraient de la lester et de la rendre impossible à manipuler pour un homme seul. La Verdragon fronça les sourcils ; Était-ce donc là la source de leur contretemps ? N’y avait-il personne pour aider ce pauvre marchand ?

Elle se mâchonna pensivement la lèvre. Quel mal y aurait-il à aller jeter un œil ?


Spoiler:


Even if she be not harmed, her heart may fail her in so much and so many horrors; and hereafter she may suffer--both in waking, from her nerves, and in sleep, from her dreams.

KoalaVolant

Vaella Verdragon
Messages : 39
Membre du mois : 10
Maison : Maison Verdragon
Caractère : Curieuse ;; Secrète ;; Observatrice ;; Erudite ;; Taciturne ;; Empathique ;; Angoissée ;; Fière;; Rêveuse ;; Entêtée ;; Méfiante ;; Directe
Célébrité : Sarah Gadon

Infos supp.
Richesses : 0


Not All Who Wander Are Lost Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t8617-vaella-verdragon#262259 https://bloody-crown.forumactif.org/t8633-vaella-verdragon-sujets https://bloody-crown.forumactif.org/t8632-vaella-verdragon-liens
MessageSujet: Re: Not All Who Wander Are Lost   Not All Who Wander Are Lost EmptyDim 21 Aoû - 11:49

Evoluer auprès du pouvoir royal ou impérial de manière quotidienne amène son lot d’actions cycliques et répétitives, comme les gardes du chevalier de Peyredragon, mais aussi des situations inattendues et qui peuvent survenir à tout moment. Evidemment, l’Ordre Sombryndor voit son devoir se concentrer uniquement sur la protection des héritiers de l’Empereur et de son épouse. Seulement…la vie de tous les jours n’est pas toujours ainsi lorsque l’on porte le blason de l’Empire sur son tabard ou sur son armure. On se prépare sans cesse au pire, naturellement, pour paradoxalement devoir s’adapter à ce qui survient réellement. Même si la situation est cocasse, burlesque.

La nuit tombe sur la capitale de l’Empire. Les habitants circulent en tout sens et sont les acteurs de ce fourmillement à échelle humaine. Quelque chose semble inhabituel toutefois. La rue est obstruée par une file de charrette à l’arrêt. Le guet ou la garnison de la capitale ne se penchent peut-être pas encore sur cette question. Gawain se trouve bien sur place, entre deux périodes de garde. Il aurait pu songer à trouver le sommeil quelques heures avant de reprendre du service entre les murs de la forteresse mais il a préféré la sortie nocturne. Peut-être a t’il jugé qu’il ne parviendrait pas à trouver le sommeil. Aussi, il apprécie ces petits moments où il peut peaufiner sa connaissance de la capitale et cela pourrait bien l’aider à l’avenir si un danger se présente.

En l’occurrence, il ne s’agit que d’un marchand bien embêté avec sa charrette. Lorsque Gawain s’approche, il perçoit la gêne et la maladresse de ce vieil homme ainsi que l’impatience d’autres personnes qui attendent son départ. Et puis, ce marchand est bien loin d’être au maximum de ses capacités. Aviné comme il l’est, Gawain le démasque à sa démarche et même à cet embrun alcoolisé qu’il dégage autour de lui. Une roue a cédé et l’homme à côté de celle-ci semble plus être en train de reprendre son souffle qu’autre chose. Il commence à être invectivé par un autre homme qui lui est excédé. Il ne manquait plus que les badauds viennent, finalement, parce qu’ils ont entendu quelque chose.


«  Pourquoi toute cette agita…tion… ?! Arrière ! »


Le chevalier de Peyredragon essaye de s’intercaler pour éviter que l’empoignade éclate, sachant que celle-ci risquerait de tourner court pour le marchand. Rapidement répéré comme membre du cercle proche du pouvoir impérial grâce au blason sur son tabard, Gawain ne manque pas de reprocher au marchand de s’être mis dans un tel état alors qu’il a de la route devant lui ! Comment peut-il parvenir à destination ainsi sans même être la victime d’une attaque ? Le chevalier finit par s’adresser à l’homme échaudé par cette situation.


« Vous, aidez-moi ! »


Que son énergie soit utile et profitable au plus grand nombre ! Seulement Gawain n’est pas au bout de ses surprises. L’effort est certain pour récupérer ces paquets un à un pour les descendre et les déposer au coin de la rue. L’aide du voyageur agacé tarde à être effective, si bien que Gawain finit par se retourner pour l’observer derrière la charrette en train de tirer péniblement un paquet qui ne bouge que sur quelques pouces tout au plus. Le marchand n’a pas pu charger tout cela, seul, ce n’est pas possible. Peu importe comment cette carriole a été chargée, Gawain s’en contrefiche et ne s’interroge pas plus là dessus.


«  Allez ! Faites un effort ! »


L’effort que le chevalier demande à l’inconnu est tout de même violent, énergivore. L’homme répond qu’il essaye de faire ce qu’il peut en maugréant sur ses difficultés. Le marchand, courbé sur lui-même, est épris d’un petit rire incontrôlé et mesquin en voyant l’homme qui l’avait invectivé embêté pour apporter son aide. Ce qui lui vaut un regard noir par ce regroupement impromptu de personnes. Peut-être, Gawain, ne réalise pas que sa force excède nettement celle des autres. Ses bras se crispent et son épaule ferme et solide lui sert également de point d’appui essentiel pour qu’il puisse se mouvoir ainsi. En se retournant, il distingue une flopée de visages sans trop y prêter attention. Une pointe d’agacement finit par éclore dans son esprit. Le chevalier serre les dents pour contenir cette émotion.  


PREMIERE LAME DE SOMBRYNDOR
Not All Who Wander Are Lost Tumblr_murxsvxtYl1r5ynioo2_500   Not All Who Wander Are Lost Tumblr_murxsvxtYl1r5ynioo3_500
E M P I R E

Gawain Chyttering
Éclaire la mer démontée
Messages : 66
Membre du mois : 8
Maison : Chyttering
Caractère : Libertin - Courageux - Caractériel - Loyal - Confiant - Mystérieux
Célébrité : Chris Hemsworth

Infos supp.
Richesses : 60

Éclaire la mer démontée

Not All Who Wander Are Lost Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Not All Who Wander Are Lost   Not All Who Wander Are Lost EmptyVen 26 Aoû - 23:38


C’est d’un pas déterminé que la Dame de Peyredragon avait remonté la longue file des voitures qui s’amoncelaient en aval de la sienne. La tête haute, elle était parfaitement indifférente aux regards interrogateurs qui se posaient sur elle, ainsi qu’à la vase qui crottait ses bottes ainsi que l’ourlet de sa cape. Sa servante, laquelle avait fait le choix judicieux de rester en arrière, aurait vertement désapprouvé cette prise de risque inconsidérée. Elle en était consciente mais en réalité, peu lui importait qu’elle la blâme pour son imprudence – parfaitement avérée, il fallait en convenir – si cela pouvait leur permettre de regagner plus rapidement leurs pénates. Une petite avoinée lui semblait bien dérisoire au regard de l’attente déjà interminable et qui n’avait eu de cesse de se prolonger depuis le coucher du soleil. Vaella ne pouvait tolérer ainsi de rester coincée indéfiniment parce que quiconque refusait d’agir en faveur de ce pauvre marchand.

Elle n’y voyait cure ; La pénombre, au détour d’une muraille, s’était brutalement abattue sur la ruelle, seulement éclairée de flambeaux épars, et s’était tout juste s’il lui semblait distinguer un attroupement dans le lointain. S’approcher lui offrit la réponse à une question qu’elle ne se posait pas : le temps de rallier la charrette accidentée, une petite assemblée de badauds s’était réunie autour du marchand embarrassé. Ce dernier, soûl comme un cochon, remarqua sombrement Vaella, n’était que d’une piètre aide au regard des deux hommes qui s’efforçaient de lui prêter main forte. Sa pitié pour lui s’effondra aussitôt, remplacée par une irritation qu’elle partageait avec les autres voyageurs, excédés par la situation. Et il y avait de quoi, elle-même devait en convenir. Pourtant, par une étrangeté qu’elle ne s’expliquait pas, cela ne semblait pas leur donner envie de mettre la main à la pâte.

Ainsi étaient-ils seulement deux pour décharger la carriole délabrée et les nerfs s’échauffaient. Devait-elle se charger elle-même de libérer les paquages ? Ce serait parfaitement inconvenant, songea-t-elle, réalisant que cela ne lui importait pas vraiment. Mais ce serait aussi parfaitement inutile. Il aurait fallu être simplet pour ne pas réaliser que c’était un travail de force qui dépassait de loin ses maigres capacités. Pour autant, elle refusait d’être simple spectatrice. Elle brisa le cercle qui s’était formé autour des trois hommes, s’approcha suffisamment pour avoir une vue pleine de la situation – la roue brisée, le marchand qui tenait à peine de bout – et des hommes qui tentaient de la résoudre. L’un d’eux lui disait vaguement quelque chose... Puis la lumière se fit.

« Ser Gawain. » Fit-elle avec douceur, s'approchant.

Quelques années les séparaient mais Vaella n’avait guère changée depuis que la Première lame de Sombryndor avait quitté Peyredragon. Et, quoiqu’il ait plutôt connu ses frères aînés, elle espéra tout de même qu’il puisse la reconnaître et lui évite l’embarras des présentations. Elle ajouta :

« C’est un plaisir de vous voir, quoique j’aurais préféré que cela se fasse... En d’autres circonstances. »

La forteresse impériale, à n’en pas douter, aurait été un cadre beaucoup plus propice à des retrouvailles en bonne et due forme. Mais en dépit de toute la bravade dont elle avait fait preuve devant sa suivante, Vaella était soulagée de croiser ici au moins un visage familier. À n’en pas douter, tous les badauds n’étaient pas armés des meilleures intentions et s’exposer au vu de tous, risquant alors d’attirer l’attention sur elle n’était pas son idée la plus brillante. Mais elle maintenait, encore maintenant, que c’était encore la meilleure façon de débloquer la situation. Et qu'elle n'était qu'à peine plus en danger qu'à l'intérieur du carrosse. À peine.

« Je ne puis vous aider à décharger, admit-elle d’un air désolé, mais peut-être puis-je être d’une quelconque utilité pour autre tâche ? N’importe quoi, vraiment. »

Elle n’aspirait qu’à leur apporter son aide et rentrer chez elle avant l'aube.


Even if she be not harmed, her heart may fail her in so much and so many horrors; and hereafter she may suffer--both in waking, from her nerves, and in sleep, from her dreams.

KoalaVolant

Vaella Verdragon
Messages : 39
Membre du mois : 10
Maison : Maison Verdragon
Caractère : Curieuse ;; Secrète ;; Observatrice ;; Erudite ;; Taciturne ;; Empathique ;; Angoissée ;; Fière;; Rêveuse ;; Entêtée ;; Méfiante ;; Directe
Célébrité : Sarah Gadon

Infos supp.
Richesses : 0


Not All Who Wander Are Lost Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t8617-vaella-verdragon#262259 https://bloody-crown.forumactif.org/t8633-vaella-verdragon-sujets https://bloody-crown.forumactif.org/t8632-vaella-verdragon-liens
MessageSujet: Re: Not All Who Wander Are Lost   Not All Who Wander Are Lost EmptyDim 18 Sep - 17:42

Servir un Royaume ou un Empire, quel qu’il soit, impose de devoir gérer certaines situations incongrues. Il n’existe pas que ces Conseils Royaux, ces batailles magistrales, le lustre des banquets et des réceptions diverses. La contingence de l’existence…c’est aussi parfois se retrouver dans des situations pénibles, pour ne pas dire presque avilissante. Aurait-il pu se douter qu’il se livrerait à un déchargement de carriole après sa garde ? Tout en gérant les aigreurs d’une population pressée et un marchand ivre ? Les Dieux ont été tout simplement moqueurs. Pour combler le tout, le seul homme qui se décide à lui apporter une once d’aide n’est pas le plus armé pour accomplir l’effort physique demandé. Alors, au milieu de ce qui s’apparente à un carnage, la seule lumière vient de la voix qui prononce son nom. Surpris, son front se plisse et il distingue cette tête blonde s’avancer au premier rang alors qu’il est sur la charrette.

« Dame…Vaella ? »

Quelle surprise de la voir ici ! Cela fait un certain temps maintenant. Gawain connaissait surtout ses frères ainés du temps où il vivait à Peyredragon. Elle était si jeune. Vaella a grandi et le chevalier ne connaît pas la femme qu’elle est devenue aujourd’hui. Pendant ce temps, l’homme échaudé de tout à l’heure prend un air courroucé en voyant les deux ressortissants de Peyredragon se retrouver après toutes ces années. Quelques rires typiquement masculins surgissent lorsqu’elle propose son aide. Tous les ingrédients sont réunis pour que la situation soit au mieux désagréable, au pire terrible et sanglante. Gawain soupire et remet pied à terre en espérant que suffisamment de paquets ont été déchargés.

« Dame Vaella, nous allons essayer de tirer cette charrette sur le côté-ci pour libérer l’espace nécessaire pour passer. Est-ce que vous pouvez passer à l’avant pour guider les chevaux ? »

Ce n’est pas le marchand qui s’opposera à cette manœuvre tant il s’effondre sur son séant, au pied d’une boutique, pour s’endormir à même la rue. La Peyredragonienne ne devrait pas non plus s’opposer à cette idée pour s’écarter de ce regroupement éclectique d’individus. Forcément, il faudra combler avec un peu d’huile de coude car il sera compliqué de tourner avec une roue en moins. Le chevalier laisse alors Vaella prendre place et solliciter les deux chevaux pour avancer un peu plus, maintenant que la charrette a été bien déchargée. Celle-ci avance bel et bien, malgré un départ assez brouillon.

« Vous pouvez vous arrêter là, ce sera bien ici. »

La première étape a ainsi été franchie et Gawain vient se porter sur le côté de la charrette. L’objectif est de bien l’aligner contre les murs. Il faut alors pousser fort et Gawain prend l’initiative de décharger encore la charrette avant un énième effort crispant ses bras. Celui-ci finit par payer puisqu’il est désormais possible de circuler même si une seule charrette peut passer à cet endroit. Maintenant que les badauds ont vu leur frustration disparaître, la discussion peut s’établir un peu plus aisément avec la Dame de Peyredragon. Si tant est qu’ils ne sont pas mal intentionnés à son égard.

« Que faîtes-vous ici ? Vous êtes ici en voyage ?...J’ai été surpris de vous voir ici. »

Elle peut être là au profit de la Couronne Fédérée de Peyredragon pour y exercer une quelconque fonction. Elle peut également faire partie de ces quelques personnes originaires de l’île séjournant dans la capitale et servir directement l'Empire. Comme lui. Dans le même temps, et à première vue, personne ne semble vouloir harasser Vaella même si la longue file de véhicules peine à avancer et que les rues se dépeuplent lentement mais progressivement malgré la nuit qui avance et l'obscurité qu'elle diffuse sur Fort-Darion.


PREMIERE LAME DE SOMBRYNDOR
Not All Who Wander Are Lost Tumblr_murxsvxtYl1r5ynioo2_500   Not All Who Wander Are Lost Tumblr_murxsvxtYl1r5ynioo3_500
E M P I R E

Gawain Chyttering
Éclaire la mer démontée
Messages : 66
Membre du mois : 8
Maison : Chyttering
Caractère : Libertin - Courageux - Caractériel - Loyal - Confiant - Mystérieux
Célébrité : Chris Hemsworth

Infos supp.
Richesses : 60

Éclaire la mer démontée

Not All Who Wander Are Lost Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Not All Who Wander Are Lost   Not All Who Wander Are Lost Empty


Contenu sponsorisé


Not All Who Wander Are Lost Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Not All Who Wander Are Lost
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Let me coming back, 'cause life without you lost all colors [Tour III - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Les Terres Impériales :: Fort-Darion-
Sauter vers: