Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -50%
-50% Nike React Live – Chaussure pour Homme
Voir le deal
57.47 €

 

 c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé]

Aller en bas 
MessageSujet: c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé]   c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] EmptyVen 10 Juin - 20:26


C'est toujours l'heure de l'Happy Hour
La boisson avait un goût très prononcé, amer et sucré à la fois, comme une caresse qu'on reçoit après une claque. Ce n'était pas le meilleur cru qu'Alys ait gouté, mais son palais commençait à s'engourdir après toutes ces dégustations. Elle jeta un œil à Jeyne à ses côtés, qui semblait penser à peu près la même chose qu'elle, ce qui la fit sourire derrière sa coupe. Le couple royal avait invité plusieurs vignerons dans les jardins de Castral Roc pour renouveller leur stock de vins, bières et spiritueux nécessaires à de longues heures de discussions politiques qu'Alys trouvaient ennuyeuses et stériles. M'enfin, le point positif dans tout cela était que Lyman avait délégué la tâche à son épouse, et qu'en tant que dame de compagnie de la reine, Alys avait eu le bonheur d'être invitée. Ce qui n'était pas pour lui déplaire.

En fait, la distraction était bienvenue. Une fois ses devoirs auprès de la reine terminés, Alys se trouvait souvent à tourner en rond comme un rat mort en attendant la prochaine journée. Parfois, elle sortait se promener à cheval, ou à pieds. Ou alors elle allait embêter son frère pour lui permettre de sortir de ses rapports sur l'Ouest et les conflits. Ou bien elle passait un peu de temps avec William. Mais ces derniers jours, le temps avait été maussade au mieux, n'encourageant pas de longues promenades, Gareth croulait sous les demandes et notes à rédiger, et William faisait de nombreux allers-retours entre le Roc et son fief nouvellement récupéré, Godric's Hall. Cela avait pour effet de laisser Alys seule la plupart du temps. Aussi, tout moment qu'elle pouvait passer avec Jeyne était un pur bonheur, d'autant qu'aujourd'hui, le temps était plus clément et la température agréable.

« Votre Altesse, ma Dame, retrouvez-vous ce nez floral que nous avions identifié il y a quelques minutes ? » leur demanda le vigneron, les yeux pétillants et le bout du nez légèrement rosé, en faisant de grands gestes.

Alys garda le silence, laissant Jeyne répondre de façon courtoise à l'homme. Il s'éloigna, visiblement satisfait de la réponse, et la jeune Kenning en profita pour se tourner vers la Lannister. Elles échangèrent un regard complice, alors qu'un autre vigneron s'approchait déjà pour leur faire goûter un autre vin. Alys se sentait déjà fort pompette, elle sentait son coeur s'accélérer et ses moyens s'envoler doucement. Elle jeta un oeil à Jeyne, qui elle pour le coup, semblait tenir beaucoup mieux l'alcool, en apparence du moins. Depuis son arrivée à la cour, Alys s'était beaucoup rapprochée de Jeyne. Les deux jeunes femmes, si elles n'avaient pas en commun leurs origines géographiques, étaient en revanche similaires dans leur vécu et leur caractère. Jeyne avait été arrachée à son maison Stark, avait épousé le roi Lyman et était devenue reine. Le déracinement qu'elle avait vécu avait été compliqué à gérer pour elle, Alys en avait été témoin. Pour sa part, la jeune femme avait perdu ses deux parents un peu avant. Les deux jeunes femmes s'étaient soutenues et aujourd'hui, Alys était fière d'appeler Jeyne son amie.

« Par les Dieux, si je goûte encore un seul vin, je vais m'écrouler. » lui chuchota-t-elle.

Elle accueillit néanmoins le vigneron suivant, un homme voûté aux traits tirés, qui arriva près d'elles et ouvrit une bouteille très haute et élancée, dans laquelle le vin semblait briller de mille feux avec les rayons du soleil. Il semblait remarquer la fascination de la jeune Kenning, et il sourit.

« Cette bouteille vient de notre vignoble à ma femme et moi-même. Elle disait toujours qu'elle puisait son inspiration dans les rayons du soleil, c'est pour cela qu'elle l'a nommé ainsi : Le Rayon d'Or. Goûtez, je vous prie. » finit-il avec une révérence.

Alys le remercia, laissa la primeur à son amie, puis but une gorgée. Le breuvage était délicat, sucré, mais pas trop. Elle pouvait sentir des arômes légers tel que du miel ou de l'orange. Un mélange qui lui plut beaucoup, ce qu'elle ne tarda pas à dire au vigneron.

« Merci pour cette découverte, Maitre vigneron. Transmettez mes compliments à votre épouse, s'il vous sied. »

Son visage s'assombrit. Il prit distraitement dans ses mains un médaillon qu'Alys n'eut que le temps d'apercevoir.

« C'est que, j'adorerais, lady Kenning, mais... elle nous a malheureusement quitté, il y a quelques mois. Ce vin est tout ce qu'il me reste d'elle. Des bandits, voyez-vous. » dit-il, la mine contrite.

Le récit avait beau être déconstruit, il ne fallut qu'une seconde à la jeune femme pour comprendre. Il semblait très attaché à son épouse, même défunte. Elle hocha la tête doucement, après avoir jeté un regard à Jeyne.

« Vous semblez beaucoup l'aimer. Je suis certaine que le Ferrant veille sur elle, et sur vous. »

Visiblement ému, le vieil homme leva des yeux embués vers elle, la remerciant en paroles et en gestes. Il s'éloigna bientôt. Alys soupira. Le reste de l'après-midi se déroula sans encombre et bientôt, les jeunes femmes furent laissées avec les restes des bouteilles, offertes par les artisans, pour elles seules. Alys avait gardé le silence le reste de l'après-midi. Assise dans l'herbe, un verre à moitié vide à la main, elle revoyait sans cesse ce vieil homme, seul, le dos voûté comme courbé par le poids du chagrin. Etait-ce cela, d'aimer sans retenue, sans conditions ? Est-ce qu'elle se sentirait un jour comme cela ?

Codage par Libella sur Graphiorum


Loyalty and bravery
❀ I let it fall, my heart, and as it fell, you rose to claim it. It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. My hands, they're strong, but my knees were far too weak to stand in your arms, without falling to your feet

Alys Kenning
Loyalty And Bravery.
Messages : 319
Membre du mois : 57
Maison : Lady de la maison Kenning
Caractère : Dévouée ♦ Enjouée ♦ Immature ♦ Discrète ♦ Prévenante ♦ Taquine ♦ Joueuse ♦ Loyale ♦ Naïve ♦ Incertaine
Célébrité : Caitlin Stasey

Infos supp.
Richesses : 39

Loyalty And Bravery.

c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t8511-alys-kenning-le-soleil-de-kayce
MessageSujet: Re: c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé]   c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] EmptyMer 15 Juin - 19:55




c'est toujours l'heure de l'happy hour
Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
La tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard
Les gars désolé pour hier
Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
Promis demain j'arrête de boire, hier c'était la dernière



Elle n'y connaissait rien en vin.

Absolument rien. Le Nord était loin de se faire producteur de breuvages aussi raffinés, le climat n'étant pas tout à fait adapté à une agriculture qu'elle supposait assez fragile. À vrai dire, elle était elle-même assez peu amatrice de vin, préférant largement garder la tête claire et les pensées cohérentes. Dans ses souvenirs, sa première expérience avec l'alcool remonte à l'époque où elle avait subtilisé un peu de vin de pomme à table, lorsqu'elle était plus jeune et beaucoup plus stupide. En soi, Jeyne déteste l'effet que ces boissons ont sur elle. Qu'elles soient fortes ou non.

- Hum, tout à fait.

La jeune femme descend la coupe qu'on lui sert comme s'il s'agissait d'un verre d'eau qu'on aurait laissé au soleil, trop chaud et bien peu agréable au palais. Malgré son aversion pour tout ce qui se rapproche de près ou de loin à la boisson, Jeyne était particulièrement ravie qu'on lui confie cette tâche. En partie parce qu'elle avait besoin d'anesthésier ses pensées, en grande majorité parce que c'était alors l'occasion de passer un peu de temps avec sa dame de compagnie. La reine lui lance un regard qui trouve tout de suite écho chez la jeune femme. Elles ont bu. Trop. Beaucoup trop et beaucoup trop vite. Si la brune fait de son mieux pour conserver son calme et une certaine attitude apprise et rabâchée mille fois, Alys était heureusement pour elle bien plus libre de se comporter de manière humaine.

Toujours dans cette optique de lutter pour renvoyer une image d'elle-même convenable à l'artisan venu leur présenter ses vins, Jeyne réprime tant bien que mal son gloussement quand Alys lui chuchote à l'oreille en être arrivée au bout de ses capacités de dégustation. C'est l'effet qu'a toujours eu la jeune femme sur elle, un véritable rayon de soleil quand les jours sont parfois mornes. Une véritable amie sur laquelle compter, qui cache bien plus de blessures que ne le laisse penser son sourire éclatant. Jeyne s'est prise d'affection pour elle, inévitablement. C'est pour cette raison que la situation la peine autant, en voyant la Kenning visiblement perturbée par l'aveu du vigneron. Après avoir également présenté ses condoléances, les deux dames se retrouvent plus ou moins seules, du moins à l'écart des oreilles indiscrètes et des regards inquisiteurs. La reine remercie une nouvelle fois les artisans venus leur présenter leurs produits, reste un moment debout, raide comme un piquet, et finit par reporter son regard sur Alys qui garde le sien pensif. Jeyne attrape une des bouteilles abandonnées et s'assoit dans l'herbe elle aussi.

Ça, ce n'est pas du tout convenable.

Mais si être reine ne lui apporte que des dilemmes insolvables tout en lui retirant toute liberté y compris celle de s’asseoir innocemment dans l'herbe en sirotant une bouteille de vin comme un poivrot, qu'ils la tuent sur le champ. A quoi bon vivre dans un monde si cruel.

- Tu sembles préoccupée.

Jeyne penche sa bouteille vers la coupe d'Alys, lui proposant de quoi noyer leurs tourments à toutes les deux dans ce vin aux reflets dorés. Elle n'a définitivement plus toute sa raison, et c'est très bien comme ça.

- Est-ce à cause de ce que cet homme a dit ? Au sujet de son épouse ?

C'est du moins à ce moment que son amie a lentement dérivé vers ce qui semble être un ciel bien orageux. Jeyne ne compte bien évidemment pas la forcer à parler de ce qui la blesse, elle lui propose seulement une oreille attentive si elle en ressent le besoin.

CODAGE PAR AMATIS



strong she seemed
and stern as steel

I've looked for love in every stranger, took too much to ease the anger all for you. Yeah, all for you. I've been running through the jungle, I've been crying with the wolves

Jeyne Lannister
Messages : 81
Membre du mois : 52
Maison : Stark / Lannister
Caractère : Franche - Naïve - Douce - Maternante - Loyale - Têtue - Aimante - Idéaliste.
Célébrité : Addie Kane


c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé]   c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] EmptyLun 20 Juin - 17:21


C'est toujours l'heure de l'Happy Hour
L'après-midi touchait à sa fin, comme en témoignaient les rayons lumineux se propageant au travers des feuilles, virevoltant au gré du vent. Assise dans l'herbe, Alys repensait à cette après-midi, et surtout au vieux monsieur qui avait témoigné d'un profond attachement à son épouse. Elle ne savait pas pourquoi sa situation lui causait tant de désarroi, mais quelque chose en elle l'interrogeait, sans qu'elle ne puisse vraiment mettre les mots dessus.  S'il ne lui avait fallu que quelques mots échangés avec le vigneron pour toucher du doigt l'amour qui l'unissait à sa défunte épouse, alors cet amour devait être de ceux que l'on voit dans les livres poussiéreux qu'elle adorait tant feuilleter. Cet amour devait être si fort, pour transcender le temps et l'espace, la vie et la mort. Ces considérations semblaient la faire vibrer au plus profond de son être, alors qu'elle terminait doucement son verre, les yeux plantés dans le vide.

Jeyne s'approcha d'elle, ce qui tira la jeune Kenning de sa rêverie. Il lui sembla qu'un éternité avait passé depuis cet échange avec le vigneron, et pourtant, à en juger par les personnes qui s'affairaient autour, la dégustation touchait tout juste à sa fin. Sa reine, amie et confidente se laissa tomber à ses côtés dans l'herbe, ce qui arracha un sourire franc à Alys. Décidément, elles ne devaient pas être très présentables: les joues rosées par l'alcool, le verre à la main, le sourire un peu trop présent au vu de la situation, les fesses solidement ancrées dans le sol... Si son père la voyait dans cette tenue, elle se serait immédiatement pris des remontrances !

« Je suis si peu mystérieuse, n'est-ce pas ? » lança-t-elle à son amie, d'un air à la fois taquin et mélancolique, pour répondre à sa question.

Pour se donner contenance, elle porta le verre nouvellement rempli (courtoisie de la reine Lannister, visiblement) à ses lèvres. La boisson vint lui titiller les papilles, avant de descendre le long de son corps, lui tirant un frisson. Baissant cette fois les yeux, elle reprit, caressant les bords du verre d'un air distrait.

« C'est juste... Il semblait réellement l'aimer, son épouse. Même dans la mort, il ne l'oublie pas et continue à répandre son nom. Cela me laisse rêveuse, voilà tout... »

Le futur mariage avec William fit brusquement irruption dans son esprit. Dire que qu'elle n'avait pas fait le lien avec la situation du vigneron serait mentir, bien entendu. Cependant, Alys ne se sentait pas éprise du jeune homme, même s'il était charmant, gentil, attentionné et que les valeurs qu'il avait démontré en reprenant son fief familial avaient de quoi forcer l'admiration. La question de savoir si cette union pourrait porter ses fruits la taraudait, mais pour une raison obscure, elle n'osait pas trop aborder le sujet avec Jeyne. La jeune Lannister était déjà mariée, au roi qui plus est. Alys ne voulait pas avoir l'air de se plaindre, ou de ne pas être reconnaissante de la situation. Après tout, c'était largement grâce aux faveurs des Lannister que William avait pu recouvrer son titre. Mais elle se souvenait que Jeyne était son amie, et c'est empreinte de cette constatation qu'elle se lançai, après avoir pris une inspiration.

« Est-ce que tu savais ? Je veux dire, quand tu t'es mariée, est-ce que tu t'attendais à ta situation actuelle ? »

Elle soupira.

« Je ne sais pas si je dois attendre ce type de sentiments de mon mariage. J'aimerais mais... et si ce n'était pas le cas ? »

Codage par Libella sur Graphiorum


Loyalty and bravery
❀ I let it fall, my heart, and as it fell, you rose to claim it. It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. My hands, they're strong, but my knees were far too weak to stand in your arms, without falling to your feet

Alys Kenning
Loyalty And Bravery.
Messages : 319
Membre du mois : 57
Maison : Lady de la maison Kenning
Caractère : Dévouée ♦ Enjouée ♦ Immature ♦ Discrète ♦ Prévenante ♦ Taquine ♦ Joueuse ♦ Loyale ♦ Naïve ♦ Incertaine
Célébrité : Caitlin Stasey

Infos supp.
Richesses : 39

Loyalty And Bravery.

c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t8511-alys-kenning-le-soleil-de-kayce
MessageSujet: Re: c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé]   c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] EmptySam 25 Juin - 14:11




c'est toujours l'heure de l'happy hour
Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
La tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard
Les gars désolé pour hier
Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
Promis demain j'arrête de boire, hier c'était la dernière



Jeyne soupire, théâtralement, en regardant la scène qui s'étend devant elle. Bien plus paisible depuis le départ de toute cette foule.

- Disons seulement que nous nous connaissons trop bien pour avoir le luxe d'être mystérieuses.

Elle offre ensuite un sourire à son amie, il est vrai qu'elle a très vite remarqué que quelque chose troublait les pensées de la jeune femme. Être observatrice n'est certainement pas la plus grande de ses qualités mais son empathie envers les autres l'aide généralement à comprendre ce qui échappe à ses yeux. Alys est d'autant plus facile à lire, la Kenning étant d'ordinaire beaucoup plus enjouée ce qui ne cesse d'impressionner sa reine. Parfois, elle se dit qu'il est impossible de la briser, que cet état d'esprit positif dans lequel elle semble être de manière constante pourrait la sauver de tout. De plus, les deux jeunes femmes passent beaucoup de leur temps ensemble et ont partagé des moments parfois difficiles qui n'ont fait que renforcer leur capacité à se comprendre.

Et très vite, Alys s'explique.

Jeyne acquiesce alors lentement, lui laissant le temps de poser la question et se laissant le temps à elle-même d'y réfléchir. La reine retient un nouveau soupir, beaucoup plus sincère que le premier cette fois.

- Non, pas du tout.

Ce dont parle Alys sans le nommer, Jeyne n'y a jamais été véritablement préparé. A vrai dire, après avoir vu son père tant souffrir de la mort de sa mère, elle s'était jurée à elle-même que jamais elle ne laisserait un tel mal l'atteindre. Les souvenirs du vigneron et sa tristesse atteignent finalement son cœur à elle aussi, le rapprochement n'étant guère difficile à faire bien qu'elle se l'était interdit auparavant. À sa différence, Alys semblait espérer pouvoir un jour pleurer aussi sincèrement quelqu'un. Une manière de penser radicalement opposée à la sienne qui la fit sourire, ça ne l'étonne pas.

- Du peu que j'en sais, ce genre de choses ne se prévoient pas et ne se contrôlent pas non plus. Parfois, le temps permet de créer des liens similaires tandis que d'autres couples ont simplement une complicité naturelle dès le début. Et il arrive aussi qu'aucun sentiment de ce genre ne naisse jamais d'un mariage.

Pour sa part, le destin n'avait fait que lui jouer de mauvais tours. Résolue à ne jamais aimer son promis elle était tombée pour lui dès leur première rencontre. Lutter s'était alors avéré inutile et les tourments qui sont les siens aujourd'hui sont liés en partie à la trahison que lui a fait son cœur.

- Mais Alys...

Loin de vouloir l'inquiéter, Jeyne se reprend très vite et saisit une de ses mains dans les siennes, les serrant en espérant lui transmettre un peu de force supplémentaire pour surmonter cette étape clé de sa vie.

- Vous vous êtes choisis, toi et Lord Potter. C'est une chance inestimable et, je le pense sincèrement, un très bon présage pour l'avenir. Il semble être véritablement épris de toi.

La reine relâche la main de son amie et lui sourit doucement, espérant avoir su trouver les mots qui lui manquent si souvent pour apaiser les craintes de la Lady. Il est vrai que leur relation a fort bien commencée, leurs fiançailles n'ayant pas été décidées avant même que les concernés ne se rencontrent mais conclues d'un commun accord. Le fait qu'Alys doute soulève néanmoins une question dans l'esprit de la nordienne qu'elle met un moment à formuler.

- Et toi, penses-tu l'être ? Éprise, je veux dire...

Jeyne se met à scruter le visage de la brune, bien trop honnête pour retenir l'interrogation pourtant assez indiscrète. Evidemment, elle ne parlait pas d'amour éternel et de sentiments forts, mais elle tentait maladroitement d'interroger Alys sur ses premières impressions au sujet de son promis.

CODAGE PAR AMATIS



strong she seemed
and stern as steel

I've looked for love in every stranger, took too much to ease the anger all for you. Yeah, all for you. I've been running through the jungle, I've been crying with the wolves

Jeyne Lannister
Messages : 81
Membre du mois : 52
Maison : Stark / Lannister
Caractère : Franche - Naïve - Douce - Maternante - Loyale - Têtue - Aimante - Idéaliste.
Célébrité : Addie Kane


c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé]   c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] EmptyDim 26 Juin - 18:11


C'est toujours l'heure de l'Happy Hour
Les questions de la jeune Kenning pouvaient sembler présomptueuses ou déplacées. L'alcool aidant, elle s'était persuadée en se lançant que Jeyne pourrait y répondre de façon honnête. Après tout, les deux jeunes femmes avaient beaucoup de points communs et elles s'entendaient bien. Alys avait toute confiance en celle qui était à la fois sa reine et son amie. C'était avec curiosité qu'elle accueillait la réponse qui fut la sienne. Ce qu'elle lui dit confirma ce que la jeune femme pensait jusqu'à présent, et corroborait tout ce qu'elle avait pu lire. L'amour ne se commandait pas. Il ne se forçait pas. S'il devait exister, il existerait. Si non, alors rien ne pourrait naître d'autre qu'une affection, plus ou moins profonde. Elle soupira, reprenant une gorgée de vin. Elle sentit sa tête lui tourner légèrement, lui indiquant que la boisson commençait à faire son effet pervers. Soudain Jeyne se tourna vers elle, prit sa main dans la sienne. Sa peau douce fit frissonner la jeune femme. Ainsi, les baumes qu'elle lui donnait le matin et le soir s'appliquaient donc à lui rendre la peau lisse.

Vous vous êtes choisis, toi et Lord Potter. C'est une chance inestimable et, je le pense sincèrement, un très bon présage pour l'avenir. Il semble être véritablement épris de toi.

Cette phrase redonna un peu de force à la jeune femme, qui sourit doucement à son amie. Cela lui faisait tout drôle d'entendre le nom officiel de Lord de William. Il lui avait demandé de l'appeler directement par son prénom, et même si elle avait eu du mal au début, c'était maintenant chose faite et cela rendait la conversation plus aisée. Il était vrai qu'Alys avait donné son accord pour ce mariage, ce qui était sans doute plus que ce à quoi avaient droit les jeunes filles de son âge promises en noces. Néanmoins, même si elle était confiante dans son choix, elle avait du mal à ne pas imaginer ce que pourrait être sa vie si elle prenait un tournant différent. Si elle ne l'épousait pas, que se passerait-il ? Est-ce qu'elle serait déshonorée parce que plus personne ne voudrait d'elle et elle finirait vieille fille ? Ou alors serait-elle forcée par Gareth ou Tybolt de donner sa main au premier venu afin de rapidement conclure une alliance politique ? Ce qu'Alys avait vu par le passé était que les mariages étaient souvent considérés comme un choix familial pour assurer un avenir. Les sentiments des promis n'y avaient pas leur place.

Jeyne lui demanda si elle était éprise de William. Il serait mentir que de dire qu'elle ne se l'était pas déjà posée des milliers de fois, cette question. Dès qu'il avait commencé à la courtiser, dès qu'il avait proposé de l'épouser, elle s'était demandé si elle éprouvait quelque chose pour lui. Même lorsqu'il lui avait avoué qu'il l'aimait, de tout son être, elle s'en était voulu de ne pas avoir pu lui répondre par l'affirmative. Et là encore, la question trottait dans sa tête, sans qu'elle ne puisse réellement poser des mots dessus. Elle sentir le rouge lui monter aux joues, comme une réminiscence des discussions légèrement gênantes qu'elle avait pu avoir avec le jeune homme, au début de leur relation. Ou alors rougissait-elle car elle sentait le regard insistant de la jeune reine sur elle ? Avait-elle déjà trahi ses pensées ? Elle se força à expirer doucement, sentant son palpitant s'accélérer.

« Je ne sais pas en fait.. Je me suis déjà posé cette question beaucoup trop de fois et pourtant je n'y trouve pas de réponse. »

Elle prit une inspiration, reporta son regard droit devant elle en fixant un point au loin, comme pour se concentrer.

« Je... l'aime bien, je crois... Je veux dire, c'est un homme élégant, avec un charme certain, attentionné, courageux.. Il a fait ce qu'il devait faire pour faire honneur et justice à sa famille et réparer son nom. Ce sont des valeurs que j'aimerais retrouver chez mon futur époux, pour sûr. »

Elle sentait qu'elle s'embrouillait, et pourtant, énoncer quelques qualités de son promis avait été facile. Son cœur tapait fortement dans sa poitrine à présent.

« C'est juste que.. il a l'air déjà tellement engagé dans cette relation par rapport à moi, comme si nous étions déjà mariés alors que nous nous connaissons si peu... c'est assez... terrifiant en fait. »

Elle trouva le courage de plonger ses yeux dans ceux noisette de son amie pour lui avouer ce qui la travaillait réellement :

« Il m'a avoué qu'il m'aimait et qu'il ne voulait pas me faire prisonnière d'un mariage que je ne voudrais pas. Je lui en suis reconnaissante, mais c'est comme s'il attendait une confirmation de ma part à présent, et.. jusque là je n'ai pas été capable de la lui donner.. J'espère l'être un jour... Et en même temps, s'attacher à quelqu'un c'est prendre le risque d'en souffrir, et je ne sais pas si je pourrais le tolérer à nouveau... »

Elle faisait référence à la mort de ses parents et de sa belle sœur, si tragique et soudaine et encore bien vive dans sa mémoire. Alys s'était jurée de ne pas trop s'attacher pour ne pas souffrir. Etait-elle en train de s'engager sur un chemin dangereux ? Elle se rendit compte de son épanchement et fit un sourire maladroit, replaçant nerveusement une mèche de cheveux derrière son oreille.

« Je suis désolée Jeyne, je ne veux gâcher ni cette belle après-midi, ni ce bon vin. Mais comme tu es passée par ces questions, je chéris plus que jamais tes conseils. » lui lâcha-t-elle avec un sourire franc.

Codage par Libella sur Graphiorum


Loyalty and bravery
❀ I let it fall, my heart, and as it fell, you rose to claim it. It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. My hands, they're strong, but my knees were far too weak to stand in your arms, without falling to your feet

Alys Kenning
Loyalty And Bravery.
Messages : 319
Membre du mois : 57
Maison : Lady de la maison Kenning
Caractère : Dévouée ♦ Enjouée ♦ Immature ♦ Discrète ♦ Prévenante ♦ Taquine ♦ Joueuse ♦ Loyale ♦ Naïve ♦ Incertaine
Célébrité : Caitlin Stasey

Infos supp.
Richesses : 39

Loyalty And Bravery.

c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t8511-alys-kenning-le-soleil-de-kayce
MessageSujet: Re: c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé]   c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] EmptyMar 28 Juin - 18:52




c'est toujours l'heure de l'happy hour
Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
La tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard
Les gars désolé pour hier
Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
Promis demain j'arrête de boire, hier c'était la dernière



Même si ce n'est pas dans son habitude, Jeyne scrute la bouteille plantée dans l'herbe d'un peu trop près. Cette discussion nécessiterait sûrement des heures et des heures de lecture, de recherches, le recueillement de plusieurs témoignages sur le sujet et une cuite bien supérieure à celle qu'elles sont en train de s'infliger. Malheureusement, elle n'a pas suffisamment de temps pour mener de telles démarches à bien et n'en a de toute façon pas l'envie. Elle va devoir faire avec ses maigres, très maigres connaissances.

- Eh bien...

Tout le monde attend la suite mais la suite ne vient pas, reste coincée. Jeyne a parfaitement bien écouté et compris les sentiments de son amie, lui répondre relève pourtant d'un domaine qui lui est encore inconnu. Elle se rend compte à cet instant de combien les femmes parlent peu entre elles des choses qui les affligent, des sentiments, des choses plus intimes. Ou peut-être que ce n'est qu'elle qui n'a pas eu la chance d'avoir une mère assez longtemps pour le faire. Quoi qu'il en soit, elle a l'impression d'être en plein spectacle d'improvisation.

- Tu sais, je ne pense pas qu'il attende quoi que ce soit de toi. Peut-être qu'il a simplement voulu te confier ses sentiments, de manière honnête et sans vraiment y réfléchir ?

Ça lui semble logique, dit de cette manière, sans pour autant en être véritablement certaine. Leur monde pouvait être bien hostile envers elles, elle se refusait néanmoins à voir le fiancé d'Alys sous cet angle peu flatteur. Jeyne fronce les sourcils, en pleine réflexion, l'air de faire de très longs calculs arithmétiques.

- Je ne crois pas qu'il soit nécessaire de s'inquiéter pour ce décalage qu'il semble y avoir entre vous. Peut-être envisage-t-il cette union depuis plus longtemps que toi ?

Peut-être, oui. Après tout, la jeune Kenning avait tout pour plaire et ses sentiments ont pu naitre bien avant qu'Alys ne se rende compte de ses intentions envers elle.

- Vous avez tous deux beaucoup soufferts mais... je ne sais pas. Il est difficile d'ouvrir son cœur et d'y laisser de nouvelles personnes y entrer, parfois. Davantage pour certaines personnes que pour d'autres.

Jeyne hausse les épaules, pas gênée mais un peu navrée du constat qu'elle fait. Elles ont mis du temps à s'apprivoiser toutes les deux, elles aussi. C'était difficile après avoir perdu tout ce qu'elles avaient et le mariage est une chose toute nouvelle pour Alys. Sans penser que tout ce qui est vrai pour elle l'est aussi pour les autres, la reine y voit des similitudes certaines.

- Et ce n'est pas grave, d'accord ? Ce n'est pas grave d'avoir besoin de plus de temps. Personne ne peut te contraindre à quoi que ce soit. Pas tant que je suis en vie, au moins.

Un sourire complice et un léger coup d'épaule sont infligés à sa comparse, juste pour lui faire comprendre qu'elle est là et ne bougera pas. Jeyne aimerait croire qu'elle puisse véritablement lui offrir la protection complète qu'elle mentionne, mais n'en est pas certaine. Elle fera tout ce qui est en son possible en cas de besoin, c'est au moins une des rares certitudes qu'elle a.

- Quoi qu'il en soit, je pense pouvoir te dire qu'il ne sert à rien de lutter contre soi, d'essayer de se préserver des autres et de l'attachement que l'on pourrait avoir pour eux. Même si c'est vrai, c'est difficile de se laisser aller.

Jeyne acquiesce pensivement, en repensant à son propre parcours et de la manière dont elle avait essayé de tout mettre de côté. Ridicule, définitivement ridicule. Compréhensible pourtant.

- Et ne dis pas de bêtises, tu ne gâches rien. C'est toujours un plaisir de discuter avec toi, peu importe de quoi.

Et finalement, peut-être plus encore de sujets comme ceux-là. Elle avait peu de femmes à qui parler ayant vécu une expérience similaire, avec qui partager des conseils et des interrogations. C'était agréable de rendre toute cette confusion un peu utile, au moins.

CODAGE PAR AMATIS



strong she seemed
and stern as steel

I've looked for love in every stranger, took too much to ease the anger all for you. Yeah, all for you. I've been running through the jungle, I've been crying with the wolves

Jeyne Lannister
Messages : 81
Membre du mois : 52
Maison : Stark / Lannister
Caractère : Franche - Naïve - Douce - Maternante - Loyale - Têtue - Aimante - Idéaliste.
Célébrité : Addie Kane


c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé]   c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] EmptyDim 3 Juil - 17:39


C'est toujours l'heure de l'Happy Hour
L'alcool semblait commencer à détendre l'atmosphère. Les soucis qu'Alys avait évoqué jusque là semblaient diminuer en intensité au fur et à mesure que le temps passait et qu'elle les partageait avec son amie et reine. Les deux jeunes femmes avaient eu par une fois déjà l'occasion d'évoquer des sujets aussi difficiles. C'était peu de temps après l'arrivée d'Alys au Roc, en tant que dame de compagnie de Jeyne. Elle avait trouvé la jeune femme en pleurs. Elle avait été arrachée à sa terre natale et mariée au roi, et ce n'était pas facile tous les jours. Alys avait tenté de la réconforter, maladroitement car elle aussi venait tout juste de perdre sa famille, à Kayce. Mais elles avaient réellement franchi la barrière reine/sujet à ce moment là, devenant liées par un moment d'émotions et de partage qui leur avait fait du bien à toutes les deux. Alys chérissait d'autant plus ce moment qu'il lui donnait encore quotidiennement la force d'avancer.

Se confier aujourd'hui à Jeyne et sa réaction plus que positive renforçait la jeune Ouestrienne dans la pensée qu'elle était vraiment sa plus chère amie. Elle ne la jugeait jamais, tentait de l'aider du mieux qu'elle pouvait, sans la brusquer. Ces conversations n'étaient pas forcément faciles à aborder au départ, mais lorsque les langues se déliaient, Alys se rendait compte qu'elle pouvait compter sur Jeyne. A tout moment, et sur n'importe quel sujet.

Ecoutant avec attention la jeune femme lui répondre, elle porta le verre de vin à ses lèves avant de les resservir toutes les deux et de terminer la bouteille. Finalement, elle s'habituait à boire, beaucoup plus qu'elle ne l'aurait pensé en arrivant au Roc. Elle se surprenait même à apprécier cette boisson qui lorsqu'elle était plus jeune la révulsait au plus haut point. Alys se souvenait de repas familiaux pris avec ses parents et ses frères et sœurs, tous plus âgés qu'elle, qui prenaient sans problèmes plusieurs verres de vin à table. Si elle n'en saisissait pas toutes les nuances, l'œnologie avait un aspect mystérieux qui l'intriguait. Les rencontres du jour avec les vignerons passionnés ne faisaient que renforcer cette vision.

Jeyne jura de la protéger, si quelqu'un tentait de la pousser à faire quelque chose qu'elle ne souhaitait pas. Cette pensée tira un sourire à Alys, qui lui en était reconnaissante. Le coup d'épaule la fit rire et elle la remercia d'un regard, levant son verre près du sien pour trinquer à ses paroles.

« J'imagine que si quelqu'un peut bien faire quelque chose, c'est la Reine de l'Ouest ! » lui dit-elle en inclinant la tête avec un air joueur.

Elle but une gorgée, puis reprit, visiblement convaincue :

« Je crois que tu as raison cependant. Je dois laisser venir les choses, petit à petit. Les pousser à arriver ne ferait que les retarder, j'imagine. Si cela doit se faire, alors ça se fera. »

Elle ne compléta pas sa phrase avec un "et sinon..." car elle ne souhaitait pas y penser. Lorsque Jeyne partagea son expérience sur l'attachement et le fait qu'on ne pouvait pas le contrôler, il parut à Alys que le propos était personnel. Elle hocha la tête, et une parole prononcée par sa mère lorsqu'elle était plus jeune lui revint :

« Ma mère avait dit à l'époque à ma sœur Alysanne lors de son mariage qu'ouvrir son cœur pour une personne était tout aussi vital que d'ouvrir ses ailes pour un oiseau. Refuser d'ouvrir son cœur et de s'attacher, c'était se refuser au bonheur. La souffrance n'est que la contrepartie. »

Encore aujourd'hui, Alys n'était pas certaine d'avoir totalement compris le sens de ces mots. Elle jeta un oeil aux verres, maintenant vides, et à la bouteille, dans le même état. Poussant un soupir, elle proposa à Jeyne de bouger. Les jeunes femmes se relevèrent, avec un peu plus de difficulté que d'accoutumée - on dira que c'est parce que leurs jambes étaient endolories. Alys épousseta sa robe, enlevant quelques brins d'herbe accrochés au tissu. En riant, elle en enleva également quelques uns de la chevelure noir corbeau de Jeyne. Après quelques minutes de marche, elle demanda à la jeune femme, sans retenue particulière - elles avaient dépassé ce stade depuis bien longtemps :

« Comment tu te sens toi, avec Lyman ? »

Codage par Libella sur Graphiorum


Loyalty and bravery
❀ I let it fall, my heart, and as it fell, you rose to claim it. It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. My hands, they're strong, but my knees were far too weak to stand in your arms, without falling to your feet

Alys Kenning
Loyalty And Bravery.
Messages : 319
Membre du mois : 57
Maison : Lady de la maison Kenning
Caractère : Dévouée ♦ Enjouée ♦ Immature ♦ Discrète ♦ Prévenante ♦ Taquine ♦ Joueuse ♦ Loyale ♦ Naïve ♦ Incertaine
Célébrité : Caitlin Stasey

Infos supp.
Richesses : 39

Loyalty And Bravery.

c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t8511-alys-kenning-le-soleil-de-kayce
MessageSujet: Re: c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé]   c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] EmptyMer 6 Juil - 20:29



 
c'est toujours l'heure de l'happy hour
Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
La tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard
Les gars désolé pour hier
Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
Promis demain j'arrête de boire, hier c'était la dernière


 
Jeyne grimace, le genre de grimace qu'on fait après avoir mordu dans un citron, dans quelque chose de particulièrement acide, ou avarié. Reine, c'est vite dit. Elle ne se sent pas reine du tout, à vrai dire. Ne sera sûrement jamais autant reine de l'Ouest que princesse du Nord, jamais autant reine de l'Ouest que l'est Jordane Lannister. Quelque chose qui est difficile à confier et encore plus à formuler. Ce qui ne l'empêche pas de le faire plus ou moins, en grognant.
 
- La reine de l'Ouest, je ne sais pas. Une amie, nordienne et en colère, sûrement.
 
Sans doute que l'alcool l'aide considérablement à parler, trop peut-être. Quoi qu'il en soit, ce qui est dit est dit et c'est tout à fait pensé. Sauf qu'elle n'est plus nordienne, et que ce genre de choses pourrait lui causer des ennuis, elle le sait. Jeyne fait en sorte de se concentrer sur ce que dit Alys et non pas sur ses appréhensions et sur ses doutes au sujet de son identité, de comment elle est perçue par les ouestriens.
 
- Et ta mère avait raison, Alys. Tout ce que tu dois faire c'est... essayer de te laisser porter et de ne pas trop réfléchir. Ce qui est beaucoup plus facile à dire qu'à faire, nous sommes d'accord.
 
Et elle était la personne la moins bien placée pour donner ce genre de conseils, compte tenu du temps qu'elle avait mis avant de se décider à céder à ses sentiments sans avoir l'impression de trahir. Pourtant elle se permet de le faire tout de même, sachant très bien qu'il n'y a pas vraiment de meilleur conseil à donner ou du moins, qu'elle ne le connait pas. Le plus gros du travail devra être fait par la jeune femme, lorsqu'elle s'en sentira prête, lorsque tout sera plus concret. Les verres et la bouteille désormais vides, les deux dames d'autant plus pompettes, Alys se lève et Jeyne fait en sorte de la suivre, même le sol tremble étrangement une fois la brune debout sur ses deux jambes. Ou alors peut-être que c'est le paysage autour d'elle qui ne fait que tourner ? Elle a trop bu, c'est sûr elle a trop bu. 
 
- Il fait chaud, non ?
 
Pas plus que d'habitude, l'éclat de rire qui lui vient naturellement en voyant Alys les débarasser de l'herbe qui s'était invitée dans leurs toilettes en revanche est déjà plus inhabituel. Jeyne emboite néanmoins le pas à sa dame de compagnie sans trop de difficulté, quasiment un exploit. La question qui lui est ensuite posée la ferait presque dessouler. 
 
- Eh bien... bien. Très bien. Plus bien que bien. 
 
Les lourdes bottes de sa garde résonnent derrière elle, ça l'agace. Beaucoup. Jeyne s'arrête, se retourne vers eux.
 
- On pourrait avoir CINQ MINUTES en paix ? S'il vous plait ? Marchez un peu plus loin. Encore plus loin. PLUS LOIN, PERSONNE NE VA M'ATTAQUER ICI ET SI C'EST LE CAS JE LUI REGLERAI SON COMPTE. Merci.
 
Une fois ceci réglé, elle entreprend de dire la vérité.
 
- J'aime mon mari et j'aime notre famille, sincèrement. Mais tu sais à quel point la guerre qui s'annonce me peine et... j'essaie sincèrement de mettre tout ce que je ressens à ce sujet de côté pour préserver notre mariage, mais c'est impossible.
 
Jeyne soupire, lourdement. L'alcool l'aide grandement à s'exprimer, il ne l'aide pas du tout à ne pas fondre en larmes.
 
- Alors... c'est compliqué.
 
Elle hausse les épaules, elle-même complètement perdue quant à ce qu'elle ressent. Elle prend toutefois conscience que l'état désastreux de ses nerfs pourrait effrayer Alys, ce qui la pousse à essayer de se rattraper.
 
- Mais - et c'est une très bonne nouvelle - William ne déclarera probablement pas la guerre à ton frère pour obtenir ses terres et vous pourrez vivre heureux pendant des années.
 
Rire nerveux, parfois elle jurerait que sa vie n'est rien d'autre qu'une vaste plaisanterie.
 

CODAGE PAR AMATIS



strong she seemed
and stern as steel

I've looked for love in every stranger, took too much to ease the anger all for you. Yeah, all for you. I've been running through the jungle, I've been crying with the wolves

Jeyne Lannister
Messages : 81
Membre du mois : 52
Maison : Stark / Lannister
Caractère : Franche - Naïve - Douce - Maternante - Loyale - Têtue - Aimante - Idéaliste.
Célébrité : Addie Kane


c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé]   c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] EmptyMar 19 Juil - 9:15


C'est toujours l'heure de l'Happy Hour
La douce chaleur de la fin d'après-midi les enveloppait doucement, comme un tissu rassurant venant se glisser sur leurs épaules. Alys jeta un oeil à Jeyne. D'abord inconnues, victimes de leur préjugés l'une sur l'autre, elles s'étaient petit à petit apprivoisées et ouvertes. La jeune Ouestrienne avait découvert une jeune femme qui lui ressemblait plus qu'elle n'aurait pu le dire au début, et surtout d'une bonté, d'une compassion et d'un courage à toute épreuve. Ce qu'elle avait traversé pour venir jusqu'ici, déracinnée à sa famille, à son royaume... Alys n'en imaginait qu'une partie, et déjà elle en frisonnait d'horreur. Ces considérations lui rappelaient à quel point elle avait de la chance d'être dans sa situation... Toute aussi incertaine était-elle.

Jeyne était entre deux peuples, entre deux terres. Princesse du Nord, fille de l'Empereur et soeur du Roi du Nord, elle avait été propulsée sur les terres de l'Ouest dont elle ne connaissait rien ni personne, donnée en épousailles au futur roi, qui l'était devenu bien plus rapidement que prévu. Cela avait de quoi faire tourner la tête de n'importe qui... Mais pas Jeyne. Elle était restée humble et fière, droite et dure, comme à la façon des gens du Nord. Cependant, le regard qu'elle semblait porter sur sa situation en en parlant était au mieux désinvolte, pour ne pas dire austère. La réponse de la jeune reine à la question de la Kenning ne la convainc pas, mais elle n'eut pas le temps de rebondir pour lui demander des précisions que Jeyne avait brusquement fait volte-face, pour confronter dans une colère sourde les gardes royaux qui les avaient suivies. Alys se tint silencieuse, observant son amie leur régler leur compte, avec un petit sourire. Ce qu'elle venait de démontrer là tenait plus du caractère explosif des Lions plutôt que du Nord. Elle tirait finalement le meilleur des deux mondes.

Cette intervention fut néanmoins salutaire, car elle reprit sur un ton empli de vérités visiblement difficiles à dire. Une ombre de tristesse passa sur son visage alors qu'elle évoquait la guerre qui allait chambouler leur quotidien à tous. Evidemment, comment évoquer ces questions sans parler du fait que l'Ouest et le Nord étaient à présent ennemis, ce qui, sans l'ombre d'un doute, déchirait Jeyne au plus haut point. Devant la détresse de son amie, Alys posa sa main dans le haut de son dos, appuyant doucement sur son épaule pour lui signifier son soutien. Et dire que sa propre famille participerait peut être à l'élimination de la sienne...

« Je suis désolée, Jeyne... » lui  dit-elle dans un souffle, atteinte par sa tristesse et son impuissance qu'elle ressentait aussi.

Parfois, Alys avait l'impression de n'être qu'un pion dans un jeu beaucoup plus grand que ce qu'elle pouvait imaginer. Et cela ne la dérangeait pas plus que cela. Etre invisible avait parfois des bons côtés. Elle s'était toujours dit que les grands de ce monde menaient la danse, mais en regardant Jeyne, elle se dit que c'était plutôt les grands hommes de ce monde qui menaient la danse.

La jeune femme se demanda si Jeyne avait quelqu'un avec qui parler de tout cela. Sa famille était loin et en territoire ennemi, donc non. Lyman... était au centre des conflits, voire l'instigateur, le sujet devait être difficile à aborder, pour ne pas dire impossible sans mettre en danger leur mariage auquel elle tenait. Jeyne devait se sentir incroyablement seule... Elle frictionna doucement l'épaule de son amie, comme pour appuyer sa promesse à venir :

« J'aimerais pouvoir te dire que tout se passera bien, mais je n'en sais rien du tout. En tout cas, si tu as besoin de parler, compte sur moi. J'ignore ce qu'il adviendra, mais je serai à tes côtés pour l'affronter. »

A sa dernière remarque, Alys sourit distraitement, puis lui répondit :

« Probablement pas.. même si parfois je me demande ce qu'il se passe dans la tête des hommes à vrai dire. Le combat, la guerre, le défi militaire... Cela semble être à peu près tout ce à quoi ils peuvent penser. Enfin ça et... »

Elle s'empourpa en n'osant dire exactement ce qu'elle avait en tête.

Codage par Libella sur Graphiorum


Loyalty and bravery
❀ I let it fall, my heart, and as it fell, you rose to claim it. It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. My hands, they're strong, but my knees were far too weak to stand in your arms, without falling to your feet

Alys Kenning
Loyalty And Bravery.
Messages : 319
Membre du mois : 57
Maison : Lady de la maison Kenning
Caractère : Dévouée ♦ Enjouée ♦ Immature ♦ Discrète ♦ Prévenante ♦ Taquine ♦ Joueuse ♦ Loyale ♦ Naïve ♦ Incertaine
Célébrité : Caitlin Stasey

Infos supp.
Richesses : 39

Loyalty And Bravery.

c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t8511-alys-kenning-le-soleil-de-kayce
MessageSujet: Re: c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé]   c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] EmptyMar 19 Juil - 12:56




c'est toujours l'heure de l'happy hour
Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
La tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard
Les gars désolé pour hier
Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
Promis demain j'arrête de boire, hier c'était la dernière



L'empathie de la jeune femme envers Jeyne et sa situation se ressent dans ses mots et réchauffe son cœur de la plus douce des manières. Les gens qui se soucient de ce qui ne les concerne pas directement sont très peu nombreux et Jeyne n'a jamais douté qu'Alys faisait partie de cette petite minorité. Sa sollicitude lui donne l'impression d'être moins seule, et c'est déjà beaucoup.

- Merci Alys.

Elle mêle son bras à celui de la Kenning, le passant en dessous du sien. Un geste bien commun entre deux dames mais qui signifie beaucoup à cet instant. Elles sont liées. Non plus par le devoir mais par une amitié qui les a toutes les deux prises de court. Et c'est une bonne chose. Jeyne soupire alors, la situation ne s'est certes pas améliorée mais cela lui a fait du bien de l'évoquer avec une personne qui ne la juge pas pour ses allégeances un peu bancales.

- Merci beaucoup. Tu sais que l'inverse est également vrai.

Bien sûr, elle sera toujours disponible pour écouter la jeune femme et l'épauler dans les étapes de sa vie. Elles n'ont plus de mère, pas de sœur en ce qui la concerne, mais elles sont là l'une pour l'autre. Et rien ne peut véritablement venir changer ça, pas même l'immense peine que pourrait lui causer cette guerre. La réflexion suivante d'Alys la plonge dans un mutisme assez incontrôlé, si elle comprend très bien ce que la dame évoque, le prononcer est une autre affaire.

- Oui, ça...

Silence. Il faut dire qu'elle n'en a jamais parlé, l'a seulement évoqué, à peine, avec des religieuses surtout. Pourtant, il lui semble bien qu'elle a perdu son droit de jouer les vierges effarouchées depuis un moment. Si elles n'avaient pas abandonné le vin à son triste sort, sans doute qu'elle en aurait repris une gorgée.

- J'imagine qu'il y a d'autres choses qui leur passe par la tête, de temps en temps. Peut-être.

Sans grande certitude, toutefois. L'idée est surtout émise pour dissiper le trouble que discuter de ce sujet cause chez elle. C'est ridicule, tout bonnement ridicule. D'autant plus qu'entendre Alys en parler la laisse penser que la question la travaille peut-être. Après tout, c'est ce qui est censé suivre un mariage et ce que personne ne prend la peine d'expliquer.

- Tu aurais des... enfin tu as peut-être des... des questions ou je ne sais pas des... incertitudes à ce sujet ?

Elles sont presque seules, ont gagné un peu d'espace depuis le coup d'éclat de la jeune femme, pourtant Jeyne prend la peine de diminuer le volume de sa voix. Le sujet n'est pourtant pas honteux et n'est pas spécialement tabou la concernant, c'est sûrement le fait de l'avoir si peu mentionné au cours de sa vie qui la rend aussi secrète.

- A propos du sexe, je veux dire.

La précision n'était probablement pas nécessaire, tant pis. N'étant pas très douée avec les mots, elle a fini par prendre l'habitude d'essayer d'être la plus précise possible afin de laisser peu de marge à l'interprétation. Ce qui n'est pas forcément évident, dans ce cas-ci. Jeyne finit néanmoins par se dire qu'elles n'en sont plus à ce stade là de toute manière et le sujet lui semble bien moins épineux que celui de la guerre à venir.


CODAGE PAR AMATIS



strong she seemed
and stern as steel

I've looked for love in every stranger, took too much to ease the anger all for you. Yeah, all for you. I've been running through the jungle, I've been crying with the wolves

Jeyne Lannister
Messages : 81
Membre du mois : 52
Maison : Stark / Lannister
Caractère : Franche - Naïve - Douce - Maternante - Loyale - Têtue - Aimante - Idéaliste.
Célébrité : Addie Kane


c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé]   c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] EmptyMar 19 Juil - 14:50


C'est toujours l'heure de l'Happy Hour
En marchant le long des petits chemins de terre des jardins, bras dessus bras dessous, rien n'aurait pu prédire les temps difficiles qui s'annonçaient. Le ciel était clair, la quiétude qui régnait apaisait les maux et angoisses et en tendant l'oreille, on aurait presque pu entendre les oisillons chanter. Pourtant, la guerre était en marche, qu'on le veuille ou non, et bientôt ce monde si beau et si calme serait en proie à bien des tourments.

La reine affirma que la jeune Kenning pouvait également compter sur son soutien, ce dont Alys ne doutait point. Après tout, n'était-ce pas exactement ce qu'elle était en train de faire en l'écoutant s'épancher sur son futur incertain ? En y repensant, Alys se sentit presque honteuse d'avoir exposé ses pensées ainsi; non pas parce qu'elles n'avaient pas lieu d'être en face d'une reine - enfin si, mais ce n'était pas tant une reine qu'une amie -, mais parce qu'elle pâlissaient face à la déchirure intérieure de Jeyne. C'était à cela que l'on reconnaissait ses véritables amis, c'était qu'ils ne jugeaient pas, jamais, une situation par rapport à une autre. Alys lui en était profondément reconnaissante.

Jeyne sembla très vite comprendre ce à quoi Alys faisait allusion sans le nommer, comme en témoigna sa réponse assez évasive. Ce qui n'était jamais discuté, du moins pas entre femmes, et pas entre hommes non plus, à sa connaissance en tout cas, c'était l'acte de consommation du mariage une fois qu'il avait lieu. Alors bien sûr, de par son éducation, Alys connaissait la mécanique de la chose, et ce qu'elle signifiait. Mais pour autant, elle se sentait totalement démunie face à cela. Après tout, elle savait comment étaient faits les bébés, on le lui avait appris. Mais étrangement, elle n'avait pas saisi ce que cela impliquait réellement, à savoir le rapprochement des corps, la sensualité, l'exploration de nouvelles sensations... Sur le papier, cela pouvait laisser rêveur. Et pourtant une vague d'angoisse la prenait aux entrailles lorsqu'elle y pensait.

Jeyne lui demanda ouvertement si elle avait des questions, ce qui acheva de faire monter le rouge aux joues de la jeune femme, alors qu'elle tentait maladroitement de les formuler. Jamais elle n'avait évoqué ce sujet, avec personne. Sa mère avait quitté ce monde bien trop tôt pour avoir cette conversation, et ses deux soeurs ainées s'étaient mariées alors qu'elle était très jeune. La seule chose dont elle se souvenait, c'était des gloussements et des messes basses qu'elle avait pu surprendre venant d'Alysanne, la veille de son mariage, en pleine discussion avec sa mère et ses amies. Le fameux mot ainsi prononcé par la reine finit de dissiper tout mal entendu, si toutefois il en subsistait, et déclencha un léger sourire crispé sur les lèvres de la jeune femme. De sa main libre, elle attrapa un pan de sa robe, le triturant doucement entre ses doigts, ne sachant trop comment exprimer ce qu'elle voulait réellement savoir.

« Je sais comment ça marche!... enfin, je veux dire on m'a expliqué, bien sûr. » dit-elle en ayant soudain envie de regarder le sol.

Son coeur battait à cent à l'heure contre sa poitrine, l'empêchant de respirer correctement.

« Je ne sais juste pas.. la sensation que ça fait, ou même comment le faire. Je sais que c'est ce qui est attendu de moi, mais je n'ai pas la moindre idée de comment... »

Au fur et à mesure que le flot de paroles se déversait, elle se sentait un peu plus en confiance.

« Je ne suis pas sûre d'y arriver le moment venu, et si William m'en veut à cause de cela, on commencerait notre mariage de la pire des façons et je ne veux pas ça !... »

Elle réussit finalement à formuler une demande, allant chercher les mots si profondément qu'ils remontaient le long de son cou en lui brûlant la peau:

« ...si tu as des conseils, je les veux bien... »

A cet instant, Alys aurait souhaité le doux sourire de sa mère ainsi que ses bras aimants, pendant que ses lèvres lui chuchoteraient que tout irait bien et lui prodigueraient des conseils avisés. Mais Ceryse reposait sous terre, et avec elle l'apaisement tant recherché par la jeune Kenning qui se sentait totalement démunie.

Codage par Libella sur Graphiorum


Loyalty and bravery
❀ I let it fall, my heart, and as it fell, you rose to claim it. It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. My hands, they're strong, but my knees were far too weak to stand in your arms, without falling to your feet

Alys Kenning
Loyalty And Bravery.
Messages : 319
Membre du mois : 57
Maison : Lady de la maison Kenning
Caractère : Dévouée ♦ Enjouée ♦ Immature ♦ Discrète ♦ Prévenante ♦ Taquine ♦ Joueuse ♦ Loyale ♦ Naïve ♦ Incertaine
Célébrité : Caitlin Stasey

Infos supp.
Richesses : 39

Loyalty And Bravery.

c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t8511-alys-kenning-le-soleil-de-kayce
MessageSujet: Re: c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé]   c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] EmptySam 30 Juil - 11:30




c'est toujours l'heure de l'happy hour
Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
La tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard
Les gars désolé pour hier
Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
Promis demain j'arrête de boire, hier c'était la dernière



La discussion était rare - pour pas dire inédite - et les mots encore incertains. La façon de tourner les choses aussi. Jeyne avait eu peur d’embarrasser la jeune Kenning en abordant le sujet ô combien secret de l'acte charnel, ne voulait pas l'obliger à en parler si elle ne le voulait pas. Pourtant après une brève période d'incertitude, les questions finissent par timidement affluer et c'est au tour de Jeyne d'avoir du mal à répondre.

Des conseils ?

- Eh bien... je ne suis sûrement pas la mieux placée pour t'aider mais...

Mais son statut de femme mariée depuis déjà plusieurs années fait qu'elle en sait évidemment plus qu'Alys sur ce point-là et n'en est aucunement honteuse. Pourquoi le serait-elle, finalement ? Si ce n'est à cause de tous les tabous dans lesquels on les élève et qui les rendent gênées de n'avoir ne serait-ce que du désir. Jeyne n'a jamais eu la chance d'avoir des conseils avant son mariage et l'idée de pouvoir rendre ce moment moins stressant pour son amie finit par la persuader que cette conversation a toutes ses raisons d'exister.

- Je pense que le plus important à te dire, c'est que tu n'es obligée de rien. Le mariage lie vos noms c'est vrai, mais tu ne dois pas le voir comme quelque chose que tu es contrainte à faire.

Ça, c'est sans doute ce qu'elle aurait aimé le plus entendre. La plupart des mariages sont contractés sans que les principaux concernés ne soient consultés, la moindre des choses est de leur rendre ce qui tient de leur vie intime. De couple, et non pas de personnes forcées à passer le restant de leur vie ensemble tout en se croisant quelques fois pour assurer des héritiers à une maison.

- Et lui n'a pas à te contraindre à quoi que ce soit. Parle lui de tes doutes si tu en as. Même si ça peut être... difficile.

Ça l'est déjà entre elles, parler de ses peurs à ce sujet à son tout nouveau mari n'a rien d'un détail. Elle avait l'erreur de considérer sa propre nuit de noces comme un mauvais moment à passer, elle a simplement eu de la chance que ce soit Lyman dans le même lit qu'elle et pas n'importe quel autre homme qui aurait pu faire de ce moment ce qu'elle craignait.

- Je ne peux pas te mentir en te disant que tout sera évident dès le début. Ni que ce sera agréable dès la première fois. Mais tu verras, c'est beaucoup moins compliqué qu'on ne le pense.

Très flou, elle en convient. Jeyne évite le regard de la jeune femme le temps de trouver les mots qui lui manquent, ce qui n'est pas si simple.

- Ce que je veux dire, c'est que ton corps répondra sûrement au sien et que les choses s'enchaineront naturellement, sans même que tu aies réellement à y penser. L'essentiel, c'est que tu le veuilles et ça...

Jeyne bouge légèrement la tête de droite à gauche, comme si elle était en train de mesurer ce qu'elle raconte, ou de se rappeler un nombre conséquent de souvenirs. L'un ou l'autre, ou peut-être les deux.

- Ça ma chère, tu le sentiras. Tu l'as peut-être déjà senti en vérité.

Son rire léger (et gêné) vient ponctuer la fin de sa phrase, elle lui jette un coup d’œil entendu. En espérant qu'il soit entendu. Après tout, les jeunes femmes n'ont généralement pas besoin d'être mariées pour ressentir du désir.

- Quoi qu'il en soit, ne fait rien que tu ne sois pas certaine de vouloir. C'est de loin le plus important. William a l'air d'être quelqu'un de bien, il pourra le comprendre.

Elle l'espère, du moins. L'idée qu'Alys soit violentée sur ce plan-là la rendait pour ainsi dire malade. Elle ne supporterait pas de la laisser marier à un homme qui ne prendrait pas en considération le plaisir de son épouse, son consentement. Jeyne presse légèrement le bras de la Kenning, celui qui est lié au sien. Elle espère seulement qu'elle le sait, qu'elle lui parlera si ça ne va pas.

CODAGE PAR AMATIS



strong she seemed
and stern as steel

I've looked for love in every stranger, took too much to ease the anger all for you. Yeah, all for you. I've been running through the jungle, I've been crying with the wolves

Jeyne Lannister
Messages : 81
Membre du mois : 52
Maison : Stark / Lannister
Caractère : Franche - Naïve - Douce - Maternante - Loyale - Têtue - Aimante - Idéaliste.
Célébrité : Addie Kane


c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé]   c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] EmptyMar 2 Aoû - 10:11


C'est toujours l'heure de l'Happy Hour
Alys n'avait jamais abordé le sujet avec qui que ce soit. Elle ignorait si elle le faisait correctement, ou si sa tentative désespérée d'obtenir des réponses était maladroite et irrespectueuse. Mais sa gêne du moment avait été dépassée par son désir brûlant d'en savoir plus pour se sentir, si ce n'est en confiance, au moins un peu plus préparée.

A vrai dire, l'intimité entre un homme et une femme était un sujet qui déliait toutes les langues. Il n'y avait qu'à trainer un petit peu à la cour du Roc pour comprendre que les rapports amoureux étaient au centre de toutes les discussions. A croire que c'était le sujet principal des rumeurs et moqueries qui circulaient. De sa courte expérience à la cour des Lannister, Alys avait vite compris malgré son jeune âge que les comportements étaient scrutés, le moindre faux pas analysé et la moindre erreur amplifiée. Si jamais quelque chose de cette nature fuitait sur son mariage avec William, les conséquences pourraient les dépasser. Elle n'osait même pas les imaginer, rien qu'en dessiner le contour lui donnait le vertige.

Et puis, au-delà de la vision de la cour, qui était certes importante, mais finalement assez lointaine pour Alys, il y avait son propre ressenti. Etait-elle prête en son fort intérieur à se livrer de cette façon à quelqu'un ? Lorsque l'on lit des romans en étant enfant, cette partie là n'est pas souvent décrite, comme si c'était un secret de polichinelle à préserver à tout prix des yeux inquisiteurs parcourant les lignes de texte. Pourtant, Alys était persuadée qu'un peu de littérature sur le sujet aurait pu lui donner contenance et la rassurer. Après tout, l'acte sexuel était perpétué depuis des centaines d'années et des générations. Si c'était si terrible, les gens auraient arrêté de le faire, n'est-ce pas ?

Alys fronça les sourcils à la première remarque de Jeyne. Elle disait que le mariage ne la forçait à rien qu'elle n'avait pas envie de faire. La jeune fille n'était pas totalement d'accord avec cette vision.

« J'avais plutôt l'impression que la nuit de noces était un dû, un passage obligé, et que si elle n'existait pas, alors le mariage pouvait être rendu caduque. »

Cette pensée lui retourna l'estomac, et elle serra les dents pour ne pas grimacer. Jeyne suggéra d'aborder le sujet directement avec William. Etonnement, Alys n'y avait pas pensé.

« En parler directement avec lui... c'est possible ? »

La question pouvait sembler stupide, mais c'était pour Alys la dernière des possibilités. Elle ne voulait pas paraitre plus idiote en face de lui qu'elle l'avait déjà été lors de leur interactions passées. Elle préférait de loin dégrossir le sujet avec une amie et une confidente plutôt que de se confronter à son ignorance et à son regard intense qui l'empêchait de réfléchir correctement. De plus, comment pouvait-elle espérer lui parler d'un sujet aussi délicat alors qu'elle ne parvenait pas toujours à le regarder dans les yeux ? Elle secoua frénétiquement la tête avant de reprendre:

« Non non non, il va me prendre pour une idiote ! »

Pourtant, elle se sentait comme cela: jeune, naïve, idiote. Surtout en discutant avec Jeyne qui avait plus d'expérience dans ce domaine. Mais la conversation lui faisait du bien tout de même. La reine reprit en lui indiquant que cela ne serait sans doute pas agréable dès le début, ce à quoi, pour être honnête, Alys s'attendait.

La jeune Kenning prit une inspiration, lui permettant de se détendre un petit peu. Est-ce que tous les jeunes mariés passaient par ces questions existentielles ou bien était-ce juste elle ? Alys n'en savait rien, mais tourner et retourner les éléments dans sa tête ne faisaient que l'angoisser davantage et l'épuiser.

Jeyne avait repris ses conseils, lui expliquant que les choses se feraient naturellement pourvu qu'ils le veuillent. C'était une notion difficile à appréhender pour Alys. Comment savoir si l'on veut de quelque chose que l'on ne connait pas ? Elle ne s'était jamais posée la question sur ce qu'elle voulait exactement. Jusqu'ici, elle avait fait son devoir et plus, elle avait fait l'honneur de ses parents et de son nom, de son rang. C'était des choses qui lui paraissaient naturelles, mais jamais elle ne s'était demandé si c'était ce qu'elle voulait. Profondément. Le mariage avec William ne lui avait jamais été imposé, mais pourquoi refuser quelque chose qui pourrait lui assurer sérénité et sécurité dans le futur avec quelqu'un qui semblait réellement la respecter ?

Le rire gêné de Jeyne fit monter le rouge aux yeux d'Alys. Sans vraiment en être sûre, il lui sembla que la jeune femme parlait de désir. Elle ne savait pas quelle sensation mettre derrière ce mot si lourd de sens et de sous-entendus. L'avait-elle déjà senti ? Mais à en juger par la gêne de la reine, c'était là le nerf de la guerre (sans mauvais jeu de mot avec la situation politique actuelle). Alys tenta de former quelques mots dans son esprit pour lui répondre.

« Quand je suis avec lui... » commença-t-elle.

Elle s'interompit, deux dames de la cour venant de s'arrêter devant elles pour effectuer leur plus belles révérences envers la Reine Jeyne. La complicité entre elle et Alys lui aurait presque fait oublier qu'elle s'adressait à la plus haute autorité des Terres de l'Ouest. La jeune Kenning resta un peu en retrait, adressant un sourire léger aux interlocutrices qui saluèrent la Lannister avec respect et quelques mots de convenance. Alys s'inclina légèrement, puis elles repartient. Elle reprit:

« Quand je suis avec lui, j'ai l'impression que je ne peux plus respirer... et pourtant quand j'y arrive, son parfum me parait si essentiel que j'ai l'impression de ne plus pouvoir vivre sans »

Elle prit une seconde pour réfléchir à ses mots. Oui, cette phrase retranscrivait bien ce qu'elle ressentait. Elle aurait pu ajouter tant de choses à cette description: le fait que son regard semblait la transpercer de part en part, le fait qu'elle pouvait à peine entendre ses paroles par dessus le bruit assourdissant de son coeur, le fait que chaque mot qu'il prononçait avait la douceur du miel et semblait l'inviter à se lover dans ses bras... Alys secoua la tête, pour revenir à l'instant présent. Elle serra ses poings:

« Est-ce que c'est cela, ce dont tu parles ? »

Codage par Libella sur Graphiorum


Loyalty and bravery
❀ I let it fall, my heart, and as it fell, you rose to claim it. It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. My hands, they're strong, but my knees were far too weak to stand in your arms, without falling to your feet

Alys Kenning
Loyalty And Bravery.
Messages : 319
Membre du mois : 57
Maison : Lady de la maison Kenning
Caractère : Dévouée ♦ Enjouée ♦ Immature ♦ Discrète ♦ Prévenante ♦ Taquine ♦ Joueuse ♦ Loyale ♦ Naïve ♦ Incertaine
Célébrité : Caitlin Stasey

Infos supp.
Richesses : 39

Loyalty And Bravery.

c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t8511-alys-kenning-le-soleil-de-kayce
MessageSujet: Re: c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé]   c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] EmptyLun 8 Aoû - 22:56




c'est toujours l'heure de l'happy hour
Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
La tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard
Les gars désolé pour hier
Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers
Promis demain j'arrête de boire, hier c'était la dernière



Comme prévu, il s'agissait d'un sujet compliqué.

Jeyne elle-même n'était pas certaine de ce qu'elle racontait. Elle ne sait pas si beaucoup de jeunes mariés se laissent le temps d'apprendre à se connaitre de manière plus platonique avant de partager ce genre de moments intimes. Elle ne le sait pas parce qu'il est inimaginable de le demander à n'importe qui, que ce soit des femmes dont elle se sent proches ou de pures inconnues. Pourtant l'idée lui est séduisante, bien plus qu'une nuit de noces dans laquelle les deux époux se sentent obligés de coucher ensemble simplement parce qu'il le faut et non parce qu'ils en ont envie.

- Alors...

Le retour des hésitations, un classique à ce stade.

- Oui, c'est vrai. C'est souvent présenté comme ça et c'est également vrai qu'il est possible de demander l'annulation d'un mariage s'il n'est pas consommé. Mais...

Elle a parfois l'impression de ne plus savoir comment dire les choses pour qu'elles soient convenables à tout ce que l'on lui a inculqué. Elle a surtout l'impression qu'il n'y a pas besoin d'être convenable à ce moment précis, qu'Alys a seulement besoin d'une amie et qu'elle ne peut être son amie qu'en étant véritablement honnête. Elle laisse tomber les hésitations et passe plutôt à une légitime et très sincère indignation.

- Pourquoi est-ce si compliqué pour nous d'en parler, franchement ? Personne ne nous dit jamais rien et lorsque nous posons des questions, nous sommes blâmées pour ça. Et lorsque nous n'en posons pas, nous sommes terrifiées par les choses qui nous échappent et qu'on nous impose pourtant. Rien ne devrait importer plus que toi et ce que tu veux, surtout pas ta réputation.

Jeyne a un peu élevé la voix sans s'en rendre compte, fatiguée de tous ces non-dits qui pèsent autour d'elles comme si elles devraient se sentir honteuses de discuter d'un tel sujet. Elle n'a pas envie de se sentir honteuse.

- C'est injuste. Et si tu as des doutes à ce sujet, tu devrais pouvoir en parler à William et de préférence avant que vous ne soyez tous les deux à moitié nus dans une chambre. Tu as le droit d'avoir des doutes Alys et ça ne te rend pas idiote. Pas du tout.

Deux jeunes femmes s'arrêtent alors devant elles en effectuant une révérence, un geste que Jeyne leur rend en inclinant la tête vers elles et en échangeant quelques politesses de rigueur. Leur discussion lui a presque fait oublier l'endroit où elles se trouvent et qui elle est censée être entre ces murs. Quand les deux dames s'éloignent, Alys reprend et les mots qu'elle prononce font naître un léger sourire sur le visage de la reine. Elle lui adresse un regard entre le contentement et la fierté, le genre de regard doux que pourrait avoir quelqu'un se rendant compte que la personne qu'il connait si bien est en train de grandir.

- Plus ou moins, oui.

Cette fois c'est un grand sourire qui illumine son visage, le ciel semble alors plus clair et ses problèmes un peu plus loin. Alys est amoureuse, même si elle doute. Et le fait qu'elle soit amoureuse facilitera sans aucun doute les choses pour elle.

- Ce dont tu me parles, ça ressemble plus à de l'affection. De l'affection amoureuse.

Nouveau coup d'épaule, sans la regarder cette fois. L'équivalent de "je t'avais bien dit que ça arriverait" en langage corporel.

- Le désir ça ressemble plus à... un irrésistible besoin de se rapprocher. La plupart du temps, l'un va avec l'autre.

Elle veut pourtant éviter de généraliser, dire que c'est le cas à chaque fois et qu'il n'existe aucun couple où l'affection est bien présente mais le désir sexuel ne l'est pas. Elle suppose de manière peut-être un peu présomptueuse que ce cas-là est l'exception qui confirme la règle plutôt que le contraire.

- Je ne pense pas que je puisse te dire quoi que ce soit qui pourrait apaiser cette appréhension que tu as mais... je suis là pour t'écouter, toujours.

Sans doute qu'elle le savait, mais ça ne coûte de rien de le rappeler.

CODAGE PAR AMATIS



strong she seemed
and stern as steel

I've looked for love in every stranger, took too much to ease the anger all for you. Yeah, all for you. I've been running through the jungle, I've been crying with the wolves

Jeyne Lannister
Messages : 81
Membre du mois : 52
Maison : Stark / Lannister
Caractère : Franche - Naïve - Douce - Maternante - Loyale - Têtue - Aimante - Idéaliste.
Célébrité : Addie Kane


c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé]   c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] EmptySam 20 Aoû - 22:46


C'est toujours l'heure de l'Happy Hour
Jeyne lui confirma que sous certaines conditions, la nuit de noces pouvait être décisive, et si elle n’était pas consommée, alors le mariage pouvait être annulé. Elle semblait cependant hésitante, mais Alys ne savait pas si c’était parce qu’elle n’était pas sûre de ce qu’elle lui disait ou si c’était plutôt parce qu’elle réfléchissait à la formulation de ses réponses. Son visage se fit plus dur, et elle reprit. Sa voix ne tremblait plus. Elle s’engagea dans une tirade qui semblait lui tenir à coeur, insistant sur l’injustice qui régnait en maître et qui ne permettait pas aux femmes d’échanger sur leurs questions les plus intimes. Alys se questionna, et après une rapide réflexion, elle se dit que son amie avait raison. Au lieu d’aborder ces sujets, la cour était souvent propice à des diffusions de ragots ou de paroles vaines de sens et d’intérêt - comme des échanges sur les dernières nouvelles du continent, des remarques sur le temps ou encore des plaisanteries sur la dernière mode du moment. La jeune femme regrettait cela, car ce temps si précieux pouvait être tellement mieux utilisé ! Peut-être que quelques paroles échangées sur le sujet pourraient rassurer des jeunes filles comme elle, qui n’avaient pas la chance d’avoir une Jeyne à proximité. Elle hocha la tête, convaincue néanmoins par le message porté par la Lannister.

« Tu as raison, nous devrions pouvoir parler plus ouvertement de nos problèmes. Après tout, les hommes le font probablement, alors pourquoi pas nous ? »

Cependant, il paraissait à la jeune Kenning que Jeyne pouvait avoir ce luxe de prendre du recul sur la situation. Elle avait vécu ces étapes, elle avait déjà parcouru ce chemin et elle en était sortie grandie ce qui lui permettait de l’aider avec ses mots. Alys, elle, n’en était qu’aux prémices, et toute la situation lui paraissait encore irréelle. Tout comme cette conversation. Alys avait encore la sensation d’être dans un rêve, de demander des informations comme si elles ne lui étaient pas destinées. “Rien ne devrait importer plus que toi et ce que tu veux, surtout pas ta réputation.” Cette phrase interpella la jeune Kenning.

« C’est assez dangereux quand même, de prioriser ses envies et besoins par rapport à sa réputation… surtout dans ce monde où beaucoup de choses sont basées sur les apparences. »

Des unions, des alliances, des mésententes, des guerres même pouvaient être basées sur des apparences, des quiproquos voire des rumeurs. Dès lors, comment identifier ce qui pouvait être bafoué de ce qui devait rester intact ? Quelle action entraînerait quelle conséquence ? Une mauvaise conduite de sa part n’amènerait pas seulement l'opprobre sur elle, mais également sur sa famille. Ruiner sa réputation était une chose, mais mettre des bâtons dans les roues de celles de ses frères en était une autre. Une ligne rouge qu’Alys s’était jusque-là refusé à franchir. Après tout ce que ses frères avaient fait pour elle, il était hors de question qu’elle soit égoïste.

Les jeunes femmes revenaient doucement près des arcades où elles avaient dégusté le vin, un peu plus tôt dans l’après-midi. La journée touchait à sa fin, Alys devrait accompagner la jeune reine dans ses appartements pour l’aider à enfiler ses vêtements de nuit. La question d’Alys sur le désir fit sourire Jeyne, et à son tour la jeune fille sourit en réponse. Jeyne la corrigea en supputant qu’il s’agissait plutôt d’affection amoureuse que de désir, qui était plus irrépressible, plus charnel. Alys sentit le rouge lui monter aux joues. Un irrésistible besoin de se rapprocher. Au fond d’elle, la jeune femme savait de quoi Jeyne parlait. Elle l’avait déjà ressenti, un petit peu. Cette envie qu’elle ne pouvait pas supprimer d’être à ses côtés, de sentir sa peau contre la sienne. D’humer son parfum, de sentir son pouvoir l’attirant dans des profondeurs inconnues. Rien que d’y penser et déjà elle se sentait défaillir. C’était difficile pour elle de le nier, à elle-même d’abord, mais également à son amie. Elle prit une inspiration, comme revigorée par cette discussion à cœur ouvert qui lui avait permis d’ouvrir les yeux. Concernant son fiancé, le tumulte de sensations qu’elle avait à ses côtés ne trouvait pas de mots à ses yeux, mais il n’en avait pas besoin. Ce qui ne trompait pas était la violente poigne qui lui saisissait les entrailles lorsqu’il lui souriait ou lui prenait la main.

Apaisée par les mots de son amie et reine, elle passa son bras autour du sien, lui intimant la direction des appartements, et lui dit, à voix basse et sur un ton joueur, alors qu’elles rentraient dans le bâtiment, et que les murs - naturellement - avaient de nouveau des oreilles :

« Oh!... je crois que je vois exactement de quoi tu parles… »

Codage par Libella sur Graphiorum


Spoiler:


Loyalty and bravery
❀ I let it fall, my heart, and as it fell, you rose to claim it. It was dark and I was over, until you kissed my lips and you saved me. My hands, they're strong, but my knees were far too weak to stand in your arms, without falling to your feet

Alys Kenning
Loyalty And Bravery.
Messages : 319
Membre du mois : 57
Maison : Lady de la maison Kenning
Caractère : Dévouée ♦ Enjouée ♦ Immature ♦ Discrète ♦ Prévenante ♦ Taquine ♦ Joueuse ♦ Loyale ♦ Naïve ♦ Incertaine
Célébrité : Caitlin Stasey

Infos supp.
Richesses : 39

Loyalty And Bravery.

c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t8511-alys-kenning-le-soleil-de-kayce
MessageSujet: Re: c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé]   c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] Empty


Contenu sponsorisé


c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
c'est toujours l'heure de l'happy hour [Tour X - Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'affection ne vient pas toujours de la famille [Tour VI - Terminé]
» Un Roc resiste toujours au blizzard [Lynara] [Tour II - Terminé]
» Le Bouclier de Port Lannis (Fb - tour VII) [Tour VIII - Terminé]
» Pour ravir un trésor, il a toujours fallu tuer le dragon qui le garde. [Tour III - Terminé]
» Run boy, run... | Tour VII - Terminé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Les Terres de l'Ouest :: Castral Roc-
Sauter vers: