Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Mangas Kazé : 2 achetés = 1 manga offert
Voir le deal

 

 Only the Winds [Tour VIII - Terminé]

Aller en bas 
MessageSujet: Only the Winds [Tour VIII - Terminé]   Only the Winds [Tour VIII - Terminé] EmptyLun 13 Déc - 21:49



 Only the Winds
Torrhen Braenaryon & Nelya Omble

Palais Impérial de Fort-Darion, Terres Braenaryon Semaine 4 du mois 2 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
Les ouestriens dans le Col de la Dent d’Or. Les Bieffois qui passaient Faonbourg. Ennemis partout. Amis encerclés. Il fallait frapper, vite et fort. Ne pas laisser de répit à l’adversaire. Arrêter de suivre le faux rythme qu’il nous impose, sa façon de nous conduire à lui courir après sans pouvoir choisir nos combats… Je devais suivre mon instinct. Frapper où je pouvais. Dehors, l’armée nordienne se préparait à quitter ses quartiers. Des dizaines de milliers d’hommes prêts pour la guerre, en tentaculaires divisions campant sous les remports. Près des quais, sur chaque rive du Trident, les bannières Braenaryon et de nos vassaux. Chevaux-légers fourbissant leurs armes, fantassins qui s’exerçaient au maniement de leur arme d’hast, lance ou hallebarde, et arbalétriers qui remplissaient des fourgons de carreaux. L’endroit était une immense fourmilière, dont les ramifications allaient bien plus loin que les limites du bourg fluvial, sis en partie sur l’îlot central et sur les bords du fleuve. La nuit tombait, déjà. Et demain, le grand départ. Rhaenys était partie la veille. Beauté guerrière, au ventre qui s’arrondissait déjà. La peur au ventre de la voir perdre cette nouvelle part de notre avenir commun qui grandissait en elle. Vide abyssal suite à son départ, pour une énième séparation pour cause de guerre. Je ne soufflais mot depuis deux heures, sis sur le corps de garde nord de la capitale, donnant sur les cohortes impériales qui se préparaient à commencer l’embarquement sur les dizaines de navires halés plus loin sur la grève.


Demain le Val. Demain la guerre, et peut être la mort.


Il était temps.


Je rentre à l’intérieur, me tournant vers la silhouette d’un guerrier en armure de plates, cimier noir sur le casque.



| Vas quérir l’intendante de la maison impériale, Demalion. |


Le garde impérial hoche la tête, et part chercher Nelya. Je remonte la plus haute tour du castel, après avoir remonté la ville à cheval, Demalion m’encadrant sous les vivats de la foule. Je les salue d’une main distraite, léger sourire en coin de ma face ravagée par l’immonde cicatrice qui court de mon front à la commissure de mes lèvres, chevauchant mon nez pour ensuite remonter et déchiqueter ma joue jusqu’à la pommette. Stries blanchâtres, fantomatiques, du matin du deuxième jour de l’abominable bataille de Buron, un an et demi plus tôt. Acte non fondateur, mais essentiel dans la construction impériale ; saigner ensemble.


Mourir en masse sous le même étendard.


La lumière des bougies tressaille, avec la fenêtre ouverte, et j’attends ma plus vieille amie, celle que j’avais choisie pour gérer ma maison en mon absence, et qui aurait la responsabilité de mes enfants les plus jeunes, de ma cité, d’une partie des troupes de garnison et du fourniment d’armées entières. Je regarde la nuit, yeux plongés comme un loup scrutant sa meute en contrebas. Le vent fait voleter les mèches de mes cheveux. Ma barbe filée d’éclaireurs déjà blancs ne masque pas l’absence de sourire, et je bois. J’avais appris quelque chose, plus tôt. De la bouche d’un officier riverain, qui prenait acte de la décision de son Roi de renvoyer sa troupe défendre Vivesaigues pendant que lui-même y accourait. Un homme qui avait conclu notre entrevue par une profonde révérence, adressée à un ancien ennemi combattu déjà deux fois, durant cette guerre et la précédente, dix ans plus tôt. Et avait assisté à la mort de Lucan Corbois. Je soupirais imperceptiblement dans le vent glacial du dehors, seulement vêtu d’une tunique de cuir noir, épais, presque une armure, frappé de l’écartelé impérial Loup et Dragon, cape lourde de laine grise retenue par les broches de mes épaulettes, et Hurlement au côté, dont je caresse le pommeau en me retournant.


J’avise l’arrivée de Nelya, toujours digne, toujours prête. Je lui indique d’un signe de tête la bouteille de vin, non loin, sur la tablette du balcon ouvert aux quatre vents, dominant la ville basse, le port fluvial et hauturier, et le camp de dizaines de milliers d’hommes et de chevaux dans les plaines nord et sud avec à l’est, l’immense drap sombre de la Baie des Crabes.



| Combien de fois cela fait-il, désormais, que je te fais mander et te propose du vin avant de partir pour la guerre, Nelya ? Garde ton manteau ; j’aimerais rester un peu dehors, pendant que nous travaillons. Mais d’abord, tu devrais prendre un verre. |


C’était décousu comme accueil, mais le fait était qu’il faisait froid, si haut.


| Je suis désolé, je t’ai fait venir pour travailler, mais j’ai appris quelque chose que je ne saurais te cacher, aujourd’hui. |


Je lui verse une coupe de vin, que je viens lui tendre.


| J’ai l’impression que mon existence consiste à annoncer aux gens que leurs proches sont morts à mon service, à celui du royaume, ou à celui d’une cause qui m’est chère. Lucan faisait partie de ceux-ci. Je sais comment il est mort, à Moat Cailin. Je l’ai su par hasard, plus tôt dans la journée. |


Nulle joie, nulle chaleur. Seulement la lassitude et la tristesse de n'avoir rien de joyeux qui ne soit déjà parti, sur le champ de bataille, dans le voile du secret, ou à dos de dragon.
(c) DΛNDELION


Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44416
Membre du mois : 250
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

Only the Winds [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Only the Winds [Tour VIII - Terminé]   Only the Winds [Tour VIII - Terminé] EmptyMar 14 Déc - 0:00

Only the Winds

Mandée par l’Empereur des Royaumes Fédérés, Nelya fit irruption aux côtés de ce dernier en un éclair. Elle était apparue si vite, soucieuse de ne pas le faire attendre, qu’on aurait pu croire que c’était le vent du Nord lui-même qui l’avait faite venir de l’île aux Ours. La nordienne n’en avait pas foulé le sol depuis plus d’une quinzaine d’années mais elle portait encore sur elle le parfum de ses pins. Sa chevelure brune ondoyait sous les caresses d’une shee-geeha : c’était le parfait portrait de la femme du Nord, incarnation d’une ourse prête à planter ses crocs dans la gorge encore palpitante d’un ennemi dont les chances de survie, une fois pris pour proie par Torrhen, étaient quasi inexistantes. Un mot de sa part, même sans qu’il ne prenne la forme d’un ordre, et Nelya s’attelait aux taches les plus ardues pour lui offrir ce qu’il méritait : satisfaction et réussites.

« J’ai cessé de les compter, Votre Majesté, répondit-elle dans un demi-sourire, mais un verre de vin en votre compagnie, surtout la veille d’un départ pour l’Incertain, est toujours un plaisir. »

Elle conserva son manteau aussi noir que la nuit d’encre qui les entourait, sans se départir de ce sourire sincère et lumineux qu’elle avait bien souvent revêtu lors de leurs nombreuses entrevues. Le vent tranchant des heures sombres blessa sa joue lorsque l’Empereur lui fit l’honneur de remplir sa coupe, la faisant rougir à tel point qu’on aurait pu croire qu’elle n’était pas totalement sobre. Nelya le remercia d’une inclinaison de la tête respectueuse en accueillant le verre entre ses doigts où la marque d’un anneau était toujours visible, comme s'il était à jamais gravé sur cette peau opaline, témoin de deux mariages avortés par des morts brutales et injustes. La nordienne avait préféré se séparer de cette sangle d’acier qui lui rappelait la présence des fantômes qui refusaient de la quitter. Ce bijou n’exhumait que les cadavres.

« Votre Majesté ?, répondit-elle alors que l’inquiétude prenait racine en son sein et que l’attente devenait déjà insoutenable. Comment est-il mort ? »

Torrhen la côtoyait depuis vingt-deux-ans, peut-être avait-il senti cette crispation dans sa voix aux sonorités pourtant si charmantes. Ce soir, son vieil ami s’improvisait corbeau. Il allait lui transmettre un message, un nom, dont les lettres étaient écrites avec le sang de l’homme qui avait protégé son honneur et son premier enfant : celui de son frère, Rickard Stark. Un mari, un père, un héros. Comment est-il mort ?, répéta-t-elle silencieusement aux Anciens Dieux dans l’espoir naïf d’obtenir une réponse plus rapide. Elle regarda l’horizon aux allures d’âtre où ne résidaient que des cendres, ses prunelles s’accrochant à la surface presque trop calme de la Baie des Crabes ; comme si elle attendait de voir un monstre marin émerger des profondeurs pour apporter la parole divine. Bien que la tempête faisait rage en son cœur, Nelya s’arracha au paysage sinistre qui saturait ses prunelles. Entre l’éclat des armes et les silhouettes fantasmagoriques des bateaux qui lui faisaient penser à des oiseaux de mauvaise augure, elle avait la désagréable impression de ne pas s’être réveillée. Elle tourna la tête vers Torrhen et guida la coupe jusqu’à ses lèvres pour tenter de calmer le démon qui grandissait en elle.

« Lucan est mort à votre service, certes, mais il croyait en vous et en tout ce que vous représentez pour nous, pour le Nord, souffla-t-elle sur un ton rempli de cette admiration qu'elle lui vouait, il n’est pas juste de vous culpabiliser. Vous n’êtes pas celui qui me l’avez arraché et je ne suis pas la seule endeuillée. »

Codage par Libella sur Graphiorum

Anonymous
Invité
Invité


Only the Winds [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Only the Winds [Tour VIII - Terminé]   Only the Winds [Tour VIII - Terminé] EmptyMar 14 Déc - 11:42



Only the Winds
Torrhen Braenaryon & Nelya Omble

Palais Impérial de Fort-Darion, Terres Braenaryon Semaine 4 du mois 2 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
La vie n’était qu’un éternel recommencement, avec toujours les mêmes épreuves, les mêmes joies et les mêmes peines. Il n’y avait pas de demi-mesure ; la guerre était toujours présente, et à jamais m’appelait. C’était ça mon existence. Le constant appel du combat, du fracas des armes. Je ne pouvais pas dire que je savais m’y dérober. Certains vivaient l’appel du large, d’autres celui des forêts, des montagnes. Moi, c’était celui du cor du guerre. Depuis toujours, et pour toujours. Nelya arrive, sérieuse mais néanmoins amicale, sympathique. Sourire de connivence, qui n’a pas besoin d’être large pour signifier beaucoup malgré tout. Je hoche la tête à son approbation. Sérieux, mortellement. Comme toujours. La proximité que je ressens avec les gens se joue au-delà des mots ; elle se fait sur le terrain de l’attention, et des regards. D’une proximité physique qui n’a rien de charnelle, mais qui place l’amitié sous le signe d’une confiance sans la distance usuelle avec ceux qui me sont inférieurs en rang.


La brune rougit, s’effarouche d’un rien quand je prends la peine de nous servir moi-même. Geste naturel pour moi, dans l’intimité, en dehors de toute réception officielle. Pragmatique et pratique au-delà de tout, car attendre l’échanson me laisserait littéralement mourir de soif. Nelya garde donc son manteau et hoche la tête en guise de remerciement. Pourtant, je la sens emplie de doute, de morgue. Digne en apparence, et toujours égale. Propre sur elle comme toujours. Je la connaissais assez pour savoir que son cœur se serrait, intérieurement. Je soupire doucement, mèches au vent et regard toujours plongé vers la mer, sa surface renvoyant la lumière de la lune et découpant au nord les contreforts du Val dans un halo presque funèbre, destination macabre à venir.



| Ils sont beaucoup à être morts pour moi et pour le Nord, Nelya. Ils sont là, dès que je ferme les yeux. Tous. Ce serait mentir que de dire que je me rappelle de leur nom à tous. De leurs visages. Mais j’entends leur voix. Je revois leur silhouette. Je revois les circonstances de leur mort. |


Je me tourne vers Nelya, attitude neutre et digne, comme toujours. Ferme et solide. Mais dans les yeux la langueur des bains de sang à répétition.


| C’est moi qui ai laissé Moat Cailin sous la défense d’autres officiers, pour pourchasser les pillards sur les côtes. J’ai gagné la guerre, d’une façon. Arraché un répit au Nord, contre la plus grande puissance de ce temps. Mais ton mari y est mort, comme y sont restés beaucoup d’autres. Je n’ai même pas pu sauver les côtes. Les fer-nés avaient déjà tout pris, y compris mon dernier frère légitime. |


Weyton était mort la veille de mon arrivée, aux Roches. Et tant d’autres, encore. Je bois une lampée de vin sudien. M’essuie la bouche du revers du godet.


| Il semblerait que des défis aient été lancés, dans la mêlée d’un assaut sur le fort. Et que Lucan ai rencontré son destin face à un jeune chevalier du Conflans prometteur. Que tu connais bien, pour siéger aujourd’hui au Collège Impérial. Lyham Tully, le Roi des Rivières et des Collines. |


J’hésite, devant le naturel d’un geste de compassion… Mais préfère rajouter du vin dans nos deux coupes.


| C’est loin, et c’est près à la fois. Je sais ce que c’est. Parfois, je commence une phrase pour mes frères, pour Bran, par exemple. Ou Rick. Et après, je me rappelle qu’ils ne sont plus là depuis longtemps. Pour Conrad. Lyham faisait son devoir. Il n’a pour ce que j’en sais, usé d’aucune roublardise. Peut-être devrais-tu en parler avec lui. Mais cela doit rester derrière toi, amie. L’Empire est un amalgame de pays, de cultures, de lois, de traditions et d’histoires. Certaines sont douloureuses. Notre ciment, c’est le sang versé ensemble. Parfois les uns contre les autres. Mais ensemble, au final. |


(c) DΛNDELION



Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44416
Membre du mois : 250
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

Only the Winds [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Only the Winds [Tour VIII - Terminé]   Only the Winds [Tour VIII - Terminé] EmptyMer 15 Déc - 10:45

Only the Winds

Un ou plusieurs hommes, y avait-il réellement une différence ? Le poids de la culpabilité était étouffant dès lors qu’il était ressenti. De combien de cadavres la pile de corps devait-elle être composée pour que nous ne parvenions plus à vivre notre propre vie ? Pour que nos yeux, voilés par cette faute commise ou que nous pensions avoir commise alors que nous ne tenions pas l’arme, ne soient plus capables de regarder autre chose que des silhouettes appartenant à l’outre-tombe ? Nelya ne pouvait qu’entrevoir un dixième des sentiments térébrants qui rongeaient ce qui subsistait de la joie de vivre de son ami et Empereur, Torrhen. Ce soir, l’aura qui l’entourait n’était que funèbre. Il avait, lui-même, l’air d’appartenir à un autre monde. Il était hanté.

Elle ne sut quoi répondre. Elle ne pouvait pas prétendre connaître ses démons ou être en possession d’une solution miracle. Elle garda donc le silence, compréhensive, ses yeux s’adoucissant. L’homme qui se tenait devant elle était l’incarnation d’une espoir qu’il ne comprenait peut-être plus. Lorsqu’il aborda le siège de Moat Cailin, tombe de son défunt époux, Nelya pencha la tête sur le côté en esquissant un sourire tendre et fantomal. Elle repensait à Lucan, certes, mais aussi à Rickard. Après Torrhen, il avait été l’homme qu’elle avait aimé. Le père de son premier enfant, Benjen. La personne qui l’avait mise face aux joies, et aux peurs, de la maternité. Celui qui lui avait offert le cadeau le plus précieux pour une femme, pour lequel elle était prête aux plus grandes folies.

Elle laissa Torrhen poursuivre son monologue qui avait tout d’une confession, estimant que ces phrases à l’allure d’une repentance lui ouvriraient la porte sur l’absolution – peut-être. Sa main blanche se posa contre la pierre glaciale du mur qui ceinturait l’espace où ils se trouvaient lorsqu’elle entendit le nom du coupable. Du bourreau qui avait ôté la vie de Lucan Corbois. Est-ce que le dépeindre comme étant un jeune chevalier du Conflans prometteur était censé valoriser la mort de son mari, adoucir l’acte abominable qui avait été commis ? Lucan n’était pas mort contre un jeunot enrôlé le lendemain de ses quinze ans, aux mains tremblantes et à l’épée incertaine ; non, il avait été transpercé par la lame d’un jeune chevalier prometteur. Tout résidait dans le prometteur et elle esquissa un sourire mauvais. Cela ne rendait en rien sa mort plus glorieuse !

« Lyham, souffla-t-elle, Tully. »

Elle sentit son palpitant descendre dans son estomac comme une pierre tombant au fond d’un fleuve. Elle connaissait son visage, sa chevelure rousse, sa carrure impressionnante. Le Roi illégitime des Rivières et des Collines était un bel homme incarnant des valeurs qu’elle avait affectionnées jusqu’aujourd’hui ; mais il était responsable de son malheur et elle se sentit étouffer. Cela doit rester derrière toi, l’amie. Elle avait l’infâme impression d’avoir les poignets liés par le respect, et l’obéissance, qu’elle lui devait. Il était tout bonnement impossible de s’en prendre à Lyham Tully, bien que les perspectives d’un assassinat ne la dérangèrent pas le moins du monde. Un peu de poison dans son verre, un couteau dans le cœur au détour d’un couloir, par surprise – nombreuses furent les idées vengeresses, irréalisables ou stupides qui fourmillèrent dans son esprit. Mais elle n’en ferait rien.

Nelya tourna sur elle-même, avec une élégance qui ne la quittait jamais, pour dissimuler la terrible expression de son visage. Entre tristesse et colère, il ne restait que l’impuissance. Elle n’avait jamais éprouvé d’amour plus qu’amical envers Lucan, mais la situation dans laquelle elle se trouvait était similaire au purgatoire. Croisant les bras sous sa poitrine, elle se focalisa sur le paysage funèbre.

« Cela restera derrière moi, le rassura-t-elle. J’ai pleinement conscience qu’il n’a fait que son devoir. Il a ensuite mis ses armes à votre service, pour l’Empire, et je ne peux que l’en remercier, poursuivit-elle en manquant d’utiliser le terme redevable qui lui avait brûlé la langue à temps, je lui en parlerai. Peut-être. »

Ou peut-être pas. Il lui faudrait d’abord accepter cette situation invraisemblable. Pressée d’en finir, de chasser le Roi de son esprit, elle reprit la parole d’une voix imperturbable qui, c’était évident, masquait presque à la perfection la farandole de sentiments contradictoires qui se livraient bataille en elle :

« En quoi puis-je vous apporter mon aide, ce soir ? »

Le vouvoiement était revenu.


Codage par Libella sur Graphiorum

Anonymous
Invité
Invité


Only the Winds [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Only the Winds [Tour VIII - Terminé]   Only the Winds [Tour VIII - Terminé] EmptyJeu 16 Déc - 11:05



Only the Winds
Torrhen Braenaryon & Nelya Omble

Palais Impérial de Fort-Darion, Terres Braenaryon Semaine 4 du mois 2 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
Je savais que ce que je m’apprêtais à révéler ne changeait rien à l’ordre des choses. Lucan était mort depuis longtemps, et Nelya avait pu faire son deuil depuis des années. Je doutais même qu’elle l’ai jamais aimé à la hauteur de ce que l’on attendait de nous, mari ou femme, qu’importe. Elle était jadis avec mon frère, avec Rickard, et je ne l’avais tirée d’affaire du déshonneur d’une grossesse avec un homme déjà promis à une autre malgré son jeune âge par respect et par réparation… Moi non plus, je n’avais pas été blanc comme neige, dans ces histoires. Et je soldais mes dettes avant d’épouser Sigyn. Mais aujourd’hui, tout était différent. Nous n’étions pas vieux, à proprement parler, encore que cheveux et barbe poivre et sel pouvaient semer le doute. Je comprenais le choc émotionnel, toutefois, que cette vérité pouvait aussi représenter. Savoir que le meurtrier du garant aimable d’un avenir radieux, à une époque où d’autres auraient pu la rejeter, était un « proche »… Cela pouvait remettre beaucoup (trop) de choses en perspective. Je confirmais le nom d’un signe de tête.


| Oui, lui-même. |


Je ne peux la regarder. Pas en face ; elle regarde au loin. Mais je sens la tension qui l’habite. Elle retravaillait pour moi depuis l’avènement de l’Empire, après des liens distendus bien longtemps. Je savais déjà qu’elle ne ferait rien. Pas par manque d’envie ou de courage, mais parce qu’elle savait sa place, son importance, et ce que j’attendais d’elle, le sens de son devoir. En bonne nordienne, et en intendante de grande classe. La brune s’emmure dans le silence un court instant, et je la laisse à sa nostalgie, à ses émotions. Puis, Nelya me rassure. Elle va dans le sens de l’Histoire, et je n’en attendais pas moins d’elle. Je hochais la tête à mon tour, en guise d’acquiescement.


| Je ne t’y obligerais pas. Nos fantômes sont toujours douloureux, même après des années. Mais tu as raison. C’est derrière nous. Si nous devions en vouloir à mort à tous ceux qui nous ont jadis combattus, nous autres nordiens serions bien seuls. Il n’y a qu’avec les gens de Peyredragon que nous n’avons jamais eu maille à partir… |


J’ai conscience qu’elle est touchée, malgré tout. Alors je pose ma main sur son bras pour lui signifier ma présence, et ma compréhension. Je compatissais, parce que c’était la moindre des choses à faire quand j’étais responsable de tant de morts et d’horreurs.


| Je suis là, tout de même, si tu souhaites en parler, sans forcément évoquer les choses avec le Roi des Rivières. |


Mais soit. Aller à l’essentiel. Le travail. Je lui fais signe que je reviens, et vais tirer un tube de bois avec lequel je reviens, le décapsule et en tire une longue carte. Je tire la table de bois du balcon et malgré le vent frais, l’étale. Elle représente Westeros. La bouteille de pinard au Nord, deux presse-papiers à tête de loup en bas, et ça faisait l’affaire.


[HJ Je passe ne balise hide pour masquer le contenu suivant, top secret ! Smile ]




(c) DΛNDELION



Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44416
Membre du mois : 250
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

Only the Winds [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Only the Winds [Tour VIII - Terminé]   Only the Winds [Tour VIII - Terminé] EmptyJeu 16 Déc - 23:56

Only the Winds

Il avait raison : à quoi bon s’esquinter en alimentant la rancune qui nous liait à nos ennemis d’hier, à ceux qui seraient nos alliés de demain ? Bien que Nelya saisissait l’avantage du pardon, elle savait qu’il faudrait du temps pour le construire. Elle n’était pas d’un naturel hostile, encore moins haineux, mais cette situation était très singulière. Se défaire d’actes qui l’avaient directement impactée, elle et ses trois enfants, lui semblait insurmontable pour le moment. C’était trop tôt. Il lui faudrait ravaler sa colère, digérer sa peine et accepter la présence de Lyham Tully à sa table. Même si la nordienne n’avait jamais éprouvé de sentiments amoureux pour Lucan Corbois, elle lui devait, en partie du moins, ce qu’elle était aujourd’hui : une personne de pouvoir. Elle avait échappé au dantesque destin des femmes bafouées.

« Il est vrai, dit-elle en glissant son regard encore voilé par la tristesse sur la main de Torrhen, nous nous en prendrions même à nos propres voisins. Aujourd’hui, j’ai au moins la chance de savoir qui est la personne qui était avec lui lors de son dernier soupir. »

Poussée par un élan de tendresse et d’affection, elle percha sa main sur celle de l’Empereur avec la légèreté d’un oiseau se posant sur une branche. C’était sa façon de le remercier, et de lui rappeler qu’elle répondrait toujours présente pour lui. C’était une relation de confiance et de bienveillance qui les liait. Depuis toujours, tous deux veillaient au bonheur, en tout cas à la survie, de l’autre à sa propre manière : lui, en la mariant avec des hommes qu’il tenait haut en estime et, elle, en lui vouant une loyauté sans faille. Que ce soit sur l’Île aux Ours, à Corbois, à Fort-Darion ou dans n’importe quel village dépourvu de charme ou de vivres, Nelya le suivrait. Partout.

« Je sais, chuchota-t-elle dans un sourire solaire qui chassa temporairement les nuages sur son front, et je suis là aussi pour sa Majesté. Hier, aujourd’hui et demain. »

C’était sa façon à elle de le rassurer, de le rasséréner pour la guerre à venir. Elle retira sa dextre, l’éloigna des terres appartenant à Rhaenys ; et la leva dans les airs avant de la plonger dans sa crinière brune pour tenter de la maîtriser – et elle par la même occasion - tandis que Torrhen abordait son plan d’attaque. Il serait dommage que tu meures parce que je n’ai rien envoyé pour te nourrir, manqua-t-elle de plaisanter tandis que son rythme cardiaque accélérait. Elle avait un faible pour les stratèges. Elle acquiesça d’un signe de tête à plusieurs reprises, un bras ceinturant sa fine taille sous sa poitrine, ses yeux plantés sur la carte comme deux poignards dans une cible.

« Très bien, tu peux compter sur moi pour faire preuve de discrétion et d’efficacité, le tutoya-t-elle par mimétisme en abandonnant ses mèches aussi sombres que l’écorce d’un chêne pour souligner sa bouche parfaitement dessinée de son index, où comptes-tu débarquer ? »

Elle s'approcha avec lenteur de ce qui leur servait de table, prête à écouter son plan et à l'alerter d'éventuels dangers encourus. C'était ce qu'il attendait d'elle : qu'elle l'aide à survivre en dehors du champ de bataille.

Codage par Libella sur Graphiorum

Anonymous
Invité
Invité


Only the Winds [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Only the Winds [Tour VIII - Terminé]   Only the Winds [Tour VIII - Terminé] EmptyVen 17 Déc - 11:18



 Only the Winds
Torrhen Braenaryon & Nelya Omble

Palais Impérial de Fort-Darion, Terres Braenaryon Semaine 4 du mois 2 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
La guerre me rappelait. Amante possessive et capricieuse, qui m’appelait à elle avec la même régularité qu’un métronome. Perverse et hostile, et pourtant, qui se plaisait à m’arracher sans cesse à ce qui avait pu me tenir lieu de foyer à chaque étape de mon existence. Rhaenys elle-même, pas plus que Sigyn, n’avaient nécessité autant d’attention de ma part que le combat. C’était mon destin. Certains étaient faits pour briller, pour unir, comme Rhaenys. D’autres étaient là pour bâtir et pour faire résonner leur existence dans la pierre et dans l’Histoire vivante du monde, comme Berthram. Et puis il y avait ceux qui ne tenaient ni fusain ni pinceaux comme mon impératrice d’épouse, mais dont l’œuvre, bien plus éphémère et définitive, se peignait à coups d’épée et de seule couleur que le rouge. C’était ma tâche, ma mission. Mon sens. Et c’était tout. Il y avait des soirs comme celui-ci, où Rhaenys me manquait déjà, où je ne pourrais pas oublier la peur et l’appréhension au creux du dos bouillant de ma femme. Seulement le vent, et les fantômes. Et les vieux compagnons, qui connaissaient eux aussi les légions de mes ténèbres. Nelya était de ceux-là.


Je secouais doucement la tête, et si ma voix s’efforçait d’être plus chaleureuse que d’ordinaire, je ne savais si cela comptait vraiment pour la nordienne.



| Ce n’est pas le plus important. Ce qui l’est, c’est qu’il est mort auprès de ses hommes, auprès de ses pairs. Ceux avec qui il a vécu et souffert, des mois, voire des années. Ceux qui le connaissaient mieux qu’un frère, qui l’estimaient pour ce qu’il était vraiment. Cela compte, Nelya. |


Et je le savais avec certitude. Parce que j’avais déjà manqué mourir au milieu de mes troupes, à plusieurs reprises. Et je n’avais jamais rien vécu d’aussi terrible que Buron, l’abominable bataille dans la neige et le brouillard du cœur du Conflans, un an et demi plus tôt. Cette affreuse boucherie, où je brillais et écrasais une armée Hoare un jour, et perdais la bataille face à une seconde le lendemain. Armée épuisée, étirée en une ligne trop longue. Je me rappelais de tout de Buron, elle me hantait chaque nuit, et chaque jour. Parfois chaque minute. Je frissonnais, moi qui ne connaissais pourtant pas ce froid sudien pour quelque chose de comparable à celui du Nord. Je réponds à son sourire du coin relevé de mes lèvres, du côté de ma joue déchiquetée par les cicatrices. En plongeant mon regard dans celui de la belle Mormont, je me rappelais à quel point il avait été facile, jadis, de succomber à ses charmes. Adolescents stupides, et pleins d’avenir. Serions-nous les mêmes, sans tous ces idéaux de jeunesse, et cette expérience brutale et amère de notre vie d’adulte ?


| J’y compte bien. Que serais-je sans ceux qui m’ont suivi contre vents et marées depuis tant d’années ? |


Nelya semble un rien mal à l’aise, quand je reprends mon discours sur le plan de campagne. Mais elle est concentrée, et il est évident que le sujet que je lui porte est complexe. Cette opération, de cette ampleur, n’a encore jamais été tentée. Elle va coûter incroyablement cher à tous les niveaux, et elle est extrêmement risquée. Mais moins qu’un assaut frontal, j’en étais persuadé. Je pointais du doigt plusieurs endroits.




(c) DΛNDELION


Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44416
Membre du mois : 250
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

Only the Winds [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Only the Winds [Tour VIII - Terminé]   Only the Winds [Tour VIII - Terminé] EmptySam 18 Déc - 16:24

Only the Winds

N elya hocha la tête, adhérant à ses paroles. Encore une fois, Torrhen avait raison : ce n’était pas le plus important. Ce qui l’était, en revanche, c’était que Lucan n’avait pas trépassé seul. Il s’était effondré aux côtés de ses alliés, de ses proches, de ses frères. Mourir était inévitable. Mourir entouré des gens aimés était un cadeau. Leurs regards se croisèrent et, dans une silence presque soudain, échangèrent ce qui ne nécessitait pas de voix : ils étaient attachés l’un à l’autre depuis des années et ils ne se quitteraient pas demain, même si la mort s’interposait entre eux.

Tu serais peut-être plus fragile un temps, mais tu trouverais un autre moyen de t’en sortir et de remplir les devoirs qui sont les tiens, Loup, s’abstint-elle de répondre. Un roi, et dans le cas présent un empereur, se devait d’avoir bon nombre de supports, de partisans, voire d’amis, pour progresser dans ses épineuses quêtes. Quantité d’entre eux rendaient l’âme pour diverses raisons : maladie, assassinat, suicide ou encore catastrophe naturelle. Torrhen était, parfois, tenu d’avancer entre les cadavres de ceux qui l’avaient aidé à couronner ses desseins, qui étaient aussi ceux de l’Empire des Royaumes Fédérés par extension, de succès. Nelya était honorée de faire partie de ces hommes et de ces femmes loyaux aux Stark.

Toujours plantée face à leur table de fortune et à la vieille carte à l’odeur boisée que Torrhen caressait du bout du doigt, l’ourse étudiait les possibilités. Elle pesait le pour et le contre, la pulpe de son index tapotant distraitement sa lèvre inférieure. Elle n’avait pas de pouvoir de décision sur l’organisation des armées, des coups à porter à l’ennemi, mais elle en avait un autre : celui d’informer l’Empereur sur la faisabilité, ou non, de ses ambitieux projets ; et des coûts qu’ils engendreraient.


Codage par Libella sur Graphiorum

Anonymous
Invité
Invité


Only the Winds [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Only the Winds [Tour VIII - Terminé]   Only the Winds [Tour VIII - Terminé] EmptyDim 26 Déc - 11:13



 Only the Winds
Torrhen Braenaryon & Nelya Omble

Palais Impérial de Fort-Darion, Terres Braenaryon Semaine 4 du mois 2 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
Détruire un ennemi plutôt qu’un autre, ça ne tenait à rien. Un moment dans l’Histoire. Une position géographique. A un impératif historique, voire une nécessité culturelle. On pouvait aussi l’attribuer à la chance, et à son contraire. Dans tous les cas, quelque chose que l’on ne maîtrisait jamais tout à fait, qui quelque part, s’imposait. Je n’avais jamais cherché à combattre ou à renier mon destin, qu’importe la force qu’il prenait. J’avais déjà maudit les dieux pour leur iniquité, pour les souffrances qu’ils avaient infligées à ma famille, ou à moi-même. J’avais honni mes Anciens pour m’avoir réservé le destin d’être seul survivant de ma portée de loups, dernier de ma meute. Pour savoir ma femme plus amoureuse de mon frère que de moi, et morte dans des circonstances que j’avais volontairement tenues secrètes. Puis, j’avais appris. J’avais enduit mon cœur d’eau des larmes du Nord, et je les avais laissées geler sur place, engoncer le palpitant jusqu’à ce qu’il ne mérite plus ce drôle d’épithète. J’avais enduré le reste comme un roc en bord de mer. Les défaites. La perspective d’un remariage, et d’un amour naissant, passionnel, pour une femme qui jamais ne m’aimerait au même niveau, déjà amoureuse d’un autre. Son frère, en sus.


Mais au fond, qu’importe ?


Ce que je réalisais était plus grand que moi. Et si je n’y prenais pas garde, ça allait simplement m’échapper, et tout serait ruiné. Tous ces sacrifices, tout ce sang et toutes ces larmes, tout cela pour rien… Impossible à concevoir. Le renoncement n’était pas dans ma nature, au contraire de bien d’autres travers.


J’avais besoin de Nelya. J’avais besoin de tant d’autres. Car si l’expérience d’un règne de guerres et de conflits plus ou moins larvés, de préparatifs entre deux épisodes sanglants pour mieux vivre la fois suivante, m’avaient forgé en tant qu’homme, que Roi et qu’Empereur, je ne pouvais pas accomplir seul la tâche immense de fédérer un continent dont une moitié voulait ma mort, et l’autre moitié me suivait plus ou moins franchement selon les moments et les épisodes.


Nelya était de ces gens dont la nature et la valeur ne se révélaient que dans l’ardent creuset de la guerre. Sans drame, sans catastrophe, ils seraient restés anonymes toute leur vie… Et auraient été plus heureux. Mais elle oeuvrait désormais, comme d’autres, dans le sillage de la comète qu’était l’Empire.







(c) DΛNDELION


Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44416
Membre du mois : 250
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

Only the Winds [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Only the Winds [Tour VIII - Terminé]   Only the Winds [Tour VIII - Terminé] EmptyMer 12 Jan - 22:38

Only the Winds

Ce serait mentir que de dire que Nelya n’avait jamais eu peur du combat. Si adolescente elle l’avait envisagé avec un certain plaisir, très peu contenu d’ailleurs, elle l’avait craint pendant son enfance. Bien qu’elle n’avait pas grandi en jouant avec des poupées dans une ravissante et luxueuse bâtisse comme d’autres filles issues de familles nobles, la nordienne n’avait été confrontée au sang que tard. Tôt, elle avait appris à manier l’arc. Elle s’était même révélée à travers lui. Précise et rapide, bonne tacticienne, elle avait rapidement dépassé les talents de son frère, qui se montrait plus efficace avec  une lame, et surpassé les attentes de ses parents. Mais entre pratique et combat réel, il y avait un fossé dans lequel s’amassait les morts. Elle avait vu tomber tant des siens sous les assauts des sauvageons. Des hommes, des femmes, parfois même des enfants. La Faucheuse ne pardonnait ni l’âge ni le sexe. Elle ne s’handicapait d’aucune dissociation entre les êtres vivants. Son regard tourné vers le passé la ramena à Torrhen – son sauveur de l’époque. Son amour de toujours.

Codage par Libella sur Graphiorum

Anonymous
Invité
Invité


Only the Winds [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Only the Winds [Tour VIII - Terminé]   Only the Winds [Tour VIII - Terminé] EmptyMar 18 Jan - 21:11



Only the Winds
Torrhen Braenaryon & Nelya Omble

Palais Impérial de Fort-Darion, Terres Braenaryon Semaine 4 du mois 2 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
Je n’avais pas le droit de mésestimer le danger auquel je devais faire face. Je n’avais pas le droit de faire courir des risques à mes enfants en toute inconscience. Ma position même, mon existence, le fait que je respirais toujours… C’était une épreuve de force jetée à la face de mes ennemis, ni plus, ni moins. Ils allaient s’en prendre aux miens. Ce n’était pas qu’une question d’armées, de gros bras. Cela allait bien au-delà. C’était une guerre qui se basait plus sur des idées et du pouvoir brut que sur des questions de richesses, de territoires. C’était l’avenir, qui se dessinait. D’une façon ou d’une autre. Il serait façonné par toutes nos actions aujourd’hui. Et l’ennemi avait déjà prouvé qu’il pouvait très bien passer outre l’honneur et la vertu pour se complaire dans l’horreur des pires extrémités.


Rhaenys avait survécu à un empoisonnement, enceinte. A toute petite dose, elle n’avait pas eu de séquelles… Et les enfants non plus. A moins que l’apparence d’Athynéa n’ai été causée par d’infimes traces de poison… Il y avait eu d’autres tentatives du genre. Les Frey, commandités par la putain d’Hoare, qui avaient tenté d’empoisonner tout le mariage de mon fils, nous y compris. Nous avions épluché vivant leurs représentants, avec Conrad. En avait-il seulement parlé à son épouse ? Le secret avait en tout cas été bien gardé. Et il y avait eu Accalmie, évidemment. Quand des assassins, extrêmistes religieux fidèles aux Sept, avaient fait diversion en attaquant le donjon où ils dormaient, pendant qu’un assassin expérimenté passait par les toits. L’intervention des dragons, et le sacrifice de nombreux Sombryndor, avait permis aux petits de survivre… Dans l’odeur et le sang des corps à demi calcinés et dévorés au pied de leur berceau.


On en voulait à mes bébés, et je pourrais massacrer la moitié du continent pour assurer leur sécurité. Ce qui ne rendait la situation de Jeyne que plus épineuse…


Nelya se fait tempétueuse, quand j’évoque mes enfants. Je la regarde avec un rien de surprise, mais aussi de la fierté.



| Je savais que je pouvais compter sur toi, Intendante. Je n’ai jamais cru que je me trompais dans mon choix, en te proposant à Rhaenys. |


Mais je savais aussi que Nelya était une femme intelligente, et qui n’était pas dénuée d’ambitions. Je savais qu’elle ne faisait pas tout cela par bonté d’âme. Elle n’en manquait évidemment pas. Mais elle avait des enfants… Et elle-même avait des aspirations. La nordienne restait femme de devoir, et je savais que si tout travail méritait salaire, elle ne perdrait pas de vue, en premier lieu, nos objectifs communs. La belle confirme qu’elle verra Velaryon et fera en sorte que je puisse penser à tout, sauf à cette partie bien précise de mon plan. Je hochais la tête, alors que le vent faisait voleter quelques mèches rebelles.


| Très bien. Je compte sur toi, Nelya. |


Elle n’avait pas besoin qu’on le lui dise… J’ajoutais, tout de même.


| Si les factieux devaient tenter de prendre le pouvoir à la plus petite rumeur de disparition de l’Impératrice ou de moi-même, fais intervenir les Demalyon. J’ai confiance en Lord Chyttering, il fera ce qu’il faut. |


La Garde Impériale était triée sur le volet, avec des nordiens qui me suivaient pour certains depuis plus de deux décennies. Plus les peyredragoniens, fanatiques de Rhaenys, et désormais les plus féaux parmi les territoires fédérés élargis. Je note le ton de la Omble qui change à nouveau. Qui se fait l’instigateur d’une plus grande proximité de nos âmes. Je la jauge, un instant en silence. Je ne sais quoi dire. Alors, je fais mon Torrhen.


| Tout ira bien. J’ai appris à parer le coup avec ma tête, même sans casque… |


Je dédramatise la situation, en évoquant l’immonde balafre qui me défigurait du front à la bouche, et sur la joue. Qu’importe, je m’y étais fait. Et cela permettait de se faire l’écho de quelques tentatives d’humour plus sombre. J’étais quand même touché qu’elle s’inquiète. Mais cela me perturbait aussi un peu. Il y avait des regards que l’on savait identifier, à notre âge. Des regards qui ne trompaient personne.


| Tu ne m’as jamais dit, Nelya. Ce que tu souhaitais, en rétribution de tous tes efforts. |


Je la fixe, adossé à la balustrade de pierre qui sépare le balcon de la cour, des étages plus bas.


| Cela fait longtemps maintenant, que tu travailles pour l’Empire. Tu vis bien, ici. Mais la tâche est dure. Tu as mérité de l’Empire, déjà. Et tu auras mérité plus encore si cette mission se termine correctement, et que j’ajoute le Val aux Royaumes Fédérés. |


(c) DΛNDELION



Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44416
Membre du mois : 250
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

Only the Winds [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Only the Winds [Tour VIII - Terminé]   Only the Winds [Tour VIII - Terminé] EmptyDim 23 Jan - 20:06

Only the Winds


« Et je suis très honorée par la position que vous m’avez donnée tous les deux, répliqua-t-elle, même si j’avais quelques doutes concernant l’Empire à ses débuts. Je ne m’en suis pas cachée. Je ne regrette pas d’être à vos côtés aujourd’hui. Je ne vous décevrai pas. »

Avait-elle vraiment besoin de le préciser ? Torrhen la connaissait depuis des années. Elles étaient si nombreuses et si pleines de péripéties qu’il avait pu apprendre à connaître Nelya sous toutes ses coutures. Il demeurait quelques secrets entre eux, de la part de l’Empereur plus que de la sienne, mais ils pouvaient tous deux se targuer d’être proches. L’Intendante se leva et fit quelques pas, respirant l’air de la nuit à pleins poumons. Il lui brûla la gorge par sa froidure, semblable à un liquide acide, et elle se sentit revivre. Rien n’était plus vivifiant que cette blessure temporaire qui la ramenait à ses origines – le Nord. Sa chevelure brune au vent, elle jeta un coup d’œil en contrebas. Ses joues continuaient de rougir sous les morsures de l’Invisible mais rien ne l’empêcherait de contempler le spectacle qui se déroulait sous ses yeux. Tous s’apprêtaient à combattre.

« Bien sûr, Torrhen, confirma-t-elle à l’évocation des Demalyon. Lui aussi s’interposera entre vos enfants et l’ennemi. Être plusieurs ne sera pas de trop. J’ai toutefois bon espoir que vos alliés ne vous tournent pas le dos à la plus petite rumeur de disparition. »

Nelya était, parfois encore, réticente à l’ambition de son Empereur – elle le lui faisait d’ailleurs remarquer. Réunir des peuples d’horizons si différents sous une même cape impérialiste lui semblait inapplicable voire inimaginable. Cela était quelque peu contradictoire avec son statut de diplomate et, pourtant, elle prenait ce rôle très au sérieux. Elle poursuivait le rêve du couple, fertilisant le cœur des hommes et des femmes qui se joignaient à leur cause dans l’espoir d’obtenir récompenses : la satisfaction de Torrhen et Rhaenys, ainsi qu’un trône où faire monter l’un de ses enfants. La nordienne était effectivement ambitieuse et intrépide. Elle se moquait bien de se briser l’échine à façonner l’avenir du moment qu’elle le faisait pour que sa fille ou ses fils puissent jouir d’un avenir meilleur. Le monde dans lequel ils vivaient était sombre et sanglant, le minimum était d’avoir des richesses pour y vivre avec un certain confort.

« Ce que je souhaite ?, répéta-t-elle, pas le moins du monde offusquée par ce qu’elle aurait pu prendre comme une remarque soulignant sa voracité, je t’en parlerai quand le Val sera devenu l’une de tes terres. »

Elle arbora un sourire à la fois encourageant et amusé, avant de se redresser et de faire face à son Empereur et ami. Tout le sérieux du monde se fixa alors sur son visage à la fois si doux et si dur, mélange de beauté et de raideur, une raideur qu’elle avait acquise au fil des années de régence. Préparer Torrhen à sa requête n’était peut-être pas utile, finalement. Mieux valait qu’il puisse longuement y réfléchir.

« J’aimerais unir l’un de mes enfants à un héritier d'un trône, confia-t-elle finalement. »

Codage par Libella sur Graphiorum

Anonymous
Invité
Invité


Only the Winds [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Only the Winds [Tour VIII - Terminé]   Only the Winds [Tour VIII - Terminé] EmptyLun 21 Fév - 22:27



Only the Winds
Torrhen Braenaryon & Nelya Omble

Palais Impérial de Fort-Darion, Terres Braenaryon Semaine 4 du mois 2 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
Ce qu’elle veut, je suis sûr de pouvoir l’entendre. Mais le vouloir, le désirer ? Je n’en sais rien. Honorée… Elle peut l’être. Parce que ce ne sont pas toutes les femmes qui laisseraient le premier amour de leur époux tenir les charges de la construction commune, qui avait tant coûté de chair, de sang et de larmes pour l’édifier. Je ne soutiendrais jamais que Nelya nous doit tout de sa situation actuelle, mais beaucoup l’auraient simplement laissée là où elle était au Nord, sans chercher à lui faire une place qui politiquement serait intéressante, mais qui personnellement pourrait s’avérer plus délicate à gérer.


Délicate pourquoi, au fond ?


Elle le serait si Nelya et moi étions intimes. Ce n’est pas le cas. Et même s’il y a toujours ce passé pour nous, partagé, assumé aussi, il y avait tous ces fantômes. Mon frère, puis son premier mari, Conrad… Et Rhaenys, bien plus tangible que ces disparus. Sans mon mariage, sans doute n’aurais-je pas hésité un seul instant à ramener la Mormont dans ma chambre, de la coucher sur mes cartes, et de la prendre avec le même entrain qu’autrefois. Et pourtant, je n’y pense pas vraiment. Une partie de moi en a déjà envie. Comme je me faisais souvent la remarque, ces derniers temps. Depuis qu’Argella avait essayé de coucher avec moi, durant la campagne de l’Orage. Depuis qu’elle m’avait réveillé à quelque chose de profondément enfoui en moi. Qu’Isla avait réveillé aussi, nue dans la rivière. Que Mahée avait entretenu, par ces sous-entendus équivoques… Et que Rhaenys entérine tout cela à la fois, en me poussant au même polyamour qu’elle se targue de vivre sans pourtant le faire pour de vrai. Céder à ces impulsions naissantes ? Avec qui ? Pourquoi ?


Diable, évitons ce sujet. Il est trop compliqué pour moi. J’acquiesce d’un signe de tête aux paroles de Nelya.



| Je sais. |


Simple. Inutile de lui répéter une fois encore le niveau élevé de confiance que je nourrissais pour elle. Je hausse les épaules, quand la belle toise les niveaux inférieurs de la cité qui s’étale sous nos pieds, et devant notre regard.


| Cette ville est déjà tombée en une fois, en une nuit, par un capitaine fer-né que j’ai su forcer ensuite à la reddition. Je ne laisserais pas mes enfants et amis ici, si je n’avais pas confiance dans ces défenses. Il n’en reste pas moins qu’à la guerre, l’imprévisible fait loi. |


Et je le sais bien, compte tenu de tout ce que je lui avais cédé au fil des ans. Chacun de mes quatre frères. Quantité d’amis, et des foules de plus ou moins inconnus. Je la questionne, alors. De but en blanc. Et c’est avec la même franchise, la même maturité et la même ouverture, qu’elle me répond. Je la regarde, un long moment. Cheveux aux vents, belle et indomptable. Là par amitié sans en oublier son intérêt. Plus fiable que les flagorneurs et que les ambitieux et envieux, qui étaient tous en train de vivre de l’Empire plus qu’à y participer.


| Je ne peux pas te le promettre. Ce genre de décisions doit être voté et validé par l’ensemble du Collège Impérial. La Reine de l’Orage est plus âgée que mon nev… Que ton fils. Et elle… Disons, qu’il vaut mieux pour lui d’épouser une femme plus de son âge. Ta fiche peut contribuer à cimenter l’alliance entre Nord et Conflans ; mais le Prince Brandon Tully épousera sans doute une riveraine à son tour. Qui, alors ? Orys Baratheon doit être marié, mais ne règnera pas. Il sera régent de Peyredragon. Quant au Val, j’imagine que si tu évoques cette idée, c’est que tu y as déjà réfléchi… |


Je nous ressers un verre de vin.


| Cela porte malheur, Nelya, que de vendre la peau de « l’ours » avant de l’avoir tué… |

(c) DΛNDELION



Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44416
Membre du mois : 250
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

Only the Winds [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Only the Winds [Tour VIII - Terminé]   Only the Winds [Tour VIII - Terminé] EmptyDim 27 Fév - 23:15

Only the Winds


Elle s’adossa au mur, tout près du vide. Il y avait quelque chose de grisant dans cette sensation si particulière qu’était l’attraction. Le vent soulevait ses cheveux et la terre attirait son corps. Elle aurait pu sauter d’une tour ou d’une montagne uniquement pour savourer la façon dont ses muscles se tendaient et son palpitant s’affolait. C’était une mort qui lui aurait plu. Le vide, le vol, la chute, l’abandon, la mort. Nette, immédiate. Le monde dans lequel ils vivaient étaient parfois trop cruel pour lui donner envie de poursuivre son existence – qu’elle posséda du pouvoir ou non. Elle avait perdu les trois hommes qui avaient longuement partagé sa couche : d’abord Rickard, son amour de jeunesse, le père de son aîné. Ensuite, Lucan, un mari exceptionnel, le père de ses deux autres enfants. Et, pour finir, Conrad, le défunt Sénéchal. Un homme admirable dont elle avait beaucoup appris. Chaque être de sexe masculin qui avait défait ses draps lui avait apporté bien plus qu’elle n’aurait pu le soupçonner. Elle s’était attachée à eux et, plus encore, aux merveilleux petits dont ils l’avaient honorée. Être mère était tout ce qui lui restait. Tout ce qui la poussait à être ambitieuse, féroce, en vie.

Elle écouta Torrhen, ses yeux levés vers le ciel noir qui les surplombait. Toutes les étoiles semblaient avoir disparues, comme soudainement aspirées par un astre invisible. La lune était toujours à l’horizon, colossale, blanche, presque aveuglante. Elle écoutait l’analyse de Torrhen, sans manifester un quelconque intérêt. Elle pesait les pour et les contre, attendant patiemment qu’il mette le doigt sur la carte qu’elle avait elle-même dessinée. Le Val, oui, c’était ce qu’elle visait. Malheureusement, elle n’ignorait pas que le jeunot avait déjà quelques demoiselles en tête sur conseils avisés de sa mère. Les combats des femmes étaient souvent les pires.

« La peau de l’ours, Torrhen, c’est nous qui la portons, répondit-elle avec une affection évidente. Elle souriait à cause de son jeu de mots et le neveu qu’il avait manqué de prononcer. Nous reparlerons de tout ça plus tard, quand la guerre sera gagnée. Je ne voudrais pas parasiter ton esprit avec mes requêtes. »

Elle le remercia d’une révérence pour la coupe, taquine, avant de la porter à ses lèvres et de la boire quasiment d’un seul trait.

« C’est une merveilleuse nuit pour prier ou s’accoupler. Je suis étonnée de ne pas avoir vu davantage de tes soldats dans les bordels environnants. Non pas que j’y sois allée, poursuivit-elle sans se départir de son sourire, je réglais une affaire en bordure de Fort-Darion, qui est maintenant terminée d’ailleurs, et ce constat m’a sauté aux yeux. Où sont donc passés les nordiens que je connais ? »

La déprime faisait-elle partie des nouvelles habitudes du Royaume ? C'était comme si pratiquer la guerre, user les lames, avait fini par transformer les hommes qui les maniaient. Comme si la lassitude, ou la peur, s'était faite une place chez eux. Rares étaient les rires qui parvenaient à ses oreilles ce soir, ceux des soldats profitant ensemble des derniers instants de repos et de liberté.

Anonymous
Invité
Invité


Only the Winds [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Only the Winds [Tour VIII - Terminé]   Only the Winds [Tour VIII - Terminé] EmptyLun 7 Mar - 11:31



Only the Winds
Torrhen Braenaryon & Nelya Omble

Palais Impérial de Fort-Darion, Terres Braenaryon Semaine 4 du mois 2 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
Cela devient un piège mortel que l’arrogance, en temps de guerre. La confiance en soi quand elle devient excessive, et que tout part alors en vrille. On ne peut pas espérer la victoire finale si on s’appuie un peu trop sur ce que l’on est capable d’accomplir et pas sur ce que nous réalisons de la façon la plus concrète et factuelle qui soit. J’ai toujours essayé de ne pas me montrer présomptueux. De considérer que la chance ou les circonstances guident mes succès. Cela évite de se laisser détruire par le sentiment de malchance quand tout part finalement en vrille. Paege a remis en question toute ma vie, et toutes mes réussites. La boucherie au milieu de l’hiver, les pieds et sabots dans la neige, m’a cruellement rappelé à ma condition d’homme, et à la détermination de mes adversaires. Nelya connaît la guerre. Elle l’a longtemps vue, et vécue. Elle est déterminée à combattre avec ses armes. Et tout comme je ne sais ce que de remettre son destin dans les mains d’autres personnes dont on ne sait rien, elle-même ne sait pas ce qu’est ce sentiment qui précède le bain de sang. Elle le touche, du bout des doigts. Mais elle n’a pas contemplé ces ténèbres dans lesquels je navigue à vue depuis si longtemps…


Je souris, quand la belle brune parle de qui porte la peau de l’ours.



| Je crains que nos ours nordiens soient bien plus attractifs que les bêtes vêlues que nous trouverons au Val, déloyales et féroces quand les Mormont… Surtout, certaines dames de ma connaissance, sont plus douces. |


Douce. Nelya n’est pas que cela. Mais cela fait partie de ses qualités, en certaines occasions. Elle est un gant de fer potentiel, mais c’est pour son velours que je l’ai choisie. Mais j’insiste, en la regardant.


| Non. Les idées claires, ce n’est pas pour moi, Nelya. J’ai besoin d’avoir un million de choses en tête, surtout avant d’entrer en campagne. La concentration sera naturelle au combat. |


Je tique, quand elle parle de prières et de… Fornication. Je ne suis pas surpris qu’elle aborde le sujet ; Nelya est une femme qui a toujours aimé les plaisirs de la chair, d’aussi loin que je me souvfienne, même si cela faisait bien longtemps que je ne les ai pas partagés avec elle. Mais je sais ce que ses compagnons, ses époux, ont pu dire sur le ton de la confidence au fil du temps. Surtout Conrad, qui n’a pas eu beaucoup de secrets pour moi.


| Es-tu en train de te plaindre que les divisions nordiennes ne se débandent pour courir la gueuse, Intendante ? Je conçois le surcroît de ressources financières que cela nous permettrait de recueillir, mais tout de même… Moins j’aurais de soldats atteints de maladies vénériennes, ou blessés dans des bagarres de bar ou de bordel, et plus nous serons efficaces en campagne. |


Je reporte mon regard en contrebas.


| Les nordiennes que je connais, sont visiblement toujours aux aguets. Je ne te juge pas, Lya. |


Je précise d’emblée que je ne me moque pas. Elle est sensée être en deuil… Mais elle ne s’est pas mariée par amour et à notre âge, nous ne sommes plus des enfants.


| Tu es libre, évidemment. C’est la nuit rêvée, si tu le souhaites, pour aller te chercher un peu de réconfort parmi toute cette coterie de nobles guerriers. |


Mais je me retourne vers la carte et le plan.


| Mais après. D’abord, nous devons terminer. Nous avons vu quel soutien j’attendais, économique, militaire et logistique, politique enfin. Mais la cité, ici, sera en danger. Le Val peut retrouver son courage, si l’oisillon part rechercher les couilles oubliées dans le ventre de sa mère à sa naissance. Il peut sortir. S’il le fait, il faudra défendre ici, avec l’armée de Fort-Darion. A deux jours de marche, au nord du Trident, au croisement de la Grand-Route. Et appelle à l’aide le Roi du Nord et ses divisions, qui ne seront pas loin. Il faudra que tu lui indiques passer ici et là. | Je pointe Herpivoie et Shawney du bout des doigts. | Ainsi, l’ennemi sera encerclé et détruit. Si au contraire, la menace vient du sud, par les bieffois, Hoare loyalistes ou une armée de l’Ouest qui flanque la zone des combats, tu vas devoir faire sauter les ponts sud, et tenir Herpivoie. Garde toujours une force de défense, avec de nombreux tireurs, si tu dois envoyer l’armée protéger les ponts plus hauts sur le fleuve. Si la capitale est menacée, préviens Jon, et préviens-moi. Nous reviendrons ; l’invasion du Val compte moins que la défense de l’Empire. |


Mais si nous sommes attaqués en plein cœur, alors, la victoire peut à jamais nous échapper… Je sais que ce que je demande à Nelya sort de loin de ses attributions ordinaires. Que la responsabilité est énorme. Une armée entière, une capitale, des dizaines de milliers de gens et des centaines de navires…


| Est-ce que tu te sens capable de gérer, pour l’Empire, cette situation ? |


Ce n’est pas une incitation ni une remise en question. Pragmatique et factuel, comme toujours.


(c) DΛNDELION



Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44416
Membre du mois : 250
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

Only the Winds [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Only the Winds [Tour VIII - Terminé]   Only the Winds [Tour VIII - Terminé] Empty


Contenu sponsorisé


Only the Winds [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Only the Winds [Tour VIII - Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Winds of Winter [Tour VII - Terminé]
» At the dawn of war / Tour VII, An 1, Mois 12, Semaine 1 [Tour VIII - Terminé]
» Beyond the throne [Tour VIII - Terminé]
» Who's the Man ? ↯ [Tour VIII - terminé]
» Fly with me [Tour VIII - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Les Terres Impériales :: Fort-Darion-
Sauter vers: