Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -25%
-130€ sur l’Ecran PC DELL S3422DWG
Voir le deal
399.99 €

 

 House of the Dragon

Aller en bas 
MessageSujet: House of the Dragon    House of the Dragon  EmptyLun 10 Mai - 16:31



House of the Dragon
Torrhen & Rhaenys Braenaryon

Forteresse, Ile de Peyredragon, Semaine 3 du mois 1 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
La tempête était restée loin derrière nuit. Fracas dans le lointain, nuages sombres distancés au sud. Eclairs parfois, qui flashent sur l’horizon. Mais le pire était derrière nous. Nuit de terreur pour moi, étouffée dans la chaleur d’un contact humain qui avait fait diversion dans la tourmente, auprès d’une des plus proches amies de mon épouse. J’avais pu un temps oublier mes peurs, oublier cette appréhension viscérale de la noyade, de la fin dans les eaux sombres et noires d’un océan qui avait déjà englouti l’un de mes frères, et tous les espoirs qu’il portait. Je n’étais pas peu satisfait de laisser le tonnerre et des lames de fond grandes comme des montagnes derrière nous. Les dégâts sur la flotte étaient bien réels, mais heureusement aucun navire ne semblait perdu ; il n’y avait déjà plus que les plus gros navires en mer à l’heure de la tempête. Les autres, notamment les galères, faisaient déjà relâche dans plusieurs ports de la Néra pour se ravitailler en eau. A forcer le destin avec ma Garde et quelques bataillons, j’avais failli finir au fond de l’Océan… Moi qui craignais l’eau depuis toujours.


Je respirais, enfin. Mais ça ne changeait rien à mon humeur de ces dernières semaines. Je ressentais à nouveau l’appel de la guerre, du combat. Je savais que le Baratheon était parti pour son opération, avec la terrifiante Meraxès… S’il n’avait pas eu de problèmes avec le dragon en route, comme Rhaenys. L’Impératrice… Que je devais retrouver ici. Elle avait dû prendre un navire depuis Fort-Darion, peu après son départ, mais normalement elle avait largement le temps de faire le trajet. Sauf si bien sûr, la flotte valoise était passée à l’action et avait fermé la Baie des Crabes… La Flotte Impériale serait de toute façon désormais à pied d’œuvre, et quelle démonstration de force que ces dizaines de navires, de cette mère couverte de voiles, de fanions et de coques de bois imposantes des nouveaux dromons de notre flotte. Des milliers d’hommes, marins et troupes transportée. Bientôt l’heure de l’offensive, et en attendant, ce formidable tour de force pour montrer à Peyredragon, pour la première fois, toute l’étendue de la puissance impériale.


Je me passe une main sur l’immonde cicatrice me barrant le visage, avant de me couvrir les yeux du soleil pour distinguer au loin l’oriflamme du dragon, signalant la présence de mon épouse dans la Citadelle. Je débarque au milieu d’un nouveau peuple impérial, pour la première fois. On me dévisage de partout, peuple rassemblé sur les quais et dans les ruelles entourant le port. Qui est donc ce Loup qui a donné un avenir au Dragon ? Un homme grand, puissamment bâti, mais raide au moment de monter son énorme destrier noir. Le regard dur, froid, inébranlable, sous des cheveux et une barbe tous deux filés d’argent. Un vieux guerrier, aussi laid et morne que la Reine était tout feu tout flamme. Cape doublée de fourrures, épée au côté, braies de laine épaisse et plastron de cuir noir frappé du Loup et du Dragon. Pourtant, le respect sur mon passage, et les acclamations pour l’Empire. Nous remontons le chemin pavé vers la citadelle, impressionnante.

Un regard me suffit à la jauger. Si je devais la prendre d’assaut, je perdrais dix mille hommes. Ses murs sont très hauts, ses créneaux pointus empêchant les échelles de s’y accrocher. Les murs sont presque lisses… Ce qui évite l’escalade, et rend inopérantes nombre de techniques de sape, rendue de toute façon extrêmement difficile du fait de la base en roc de l’énorme place forte. Peu de défenseurs pouvaient y tenir face à une immense armée, qui ne pouvait attaquer qu’une seule face et encore, avec difficulté vue la pente et le peu d’espace pour manœuvrer ou creuser des tranchées. Dans tous les cas, l’ensemble était formidable…

Un groupe de gardes Peyredragoniens, surcôt noir et rouge, tient le premier corps de garde. Ils font la haie d’honneur, lance bien droite, et je traverse les mêmes défenses sur les portes successives, la Garde Demalion sur mes talons. Je croise alors leurs homologues emmenés par Rhaenys depuis Fort-Darion… Ma femme est toute proche, alors. Je mets pied à terre, salue la garde de la forteresse de quelques mots leur transmettant salutations et respect, et attends que l’on m’introduise auprès de l’amour de ma vie, dans cet endroit plein de mystère et de grandeur.


(c) DΛNDELION



Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44396
Membre du mois : 228
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

House of the Dragon  Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: House of the Dragon    House of the Dragon  EmptyVen 4 Juin - 17:01

House of the Dragon
ILE DE PEYREDRAGON, SEMAINE 3 DU MOIS 1 DE L’AN 2

Ma terre. Mon ile. Les yeux fermés, je respirais en haut de la tour de mon château les effluves d’eau salée. Chez moi. Ma demeure était désormais à Fort-Darion mais mon cœur et mon âme appartenait à cette ile. Elle m’avait manqué. Tellement manqué. Tout comme mon peuple. Il avait été si nombreux à m’accueillir, m’acclamant bien plus que je ne me l’étais imaginé. J’avais pris leurs fils, leurs frères, leurs pères, et pourtant, pourtant, ils étaient si heureux de me retrouver, de me voir revenir ici. Les couleurs des Targaryens mais aussi celles de l’Empire flambaient dans les rues et sur les remparts de cette demeure qui m’avait vu grandir. Mon cœur s’était serré et des larmes de joie avaient coulé sur mes joues.

Chez moi, j’étais chez moi.

Il ne manquait que ma famille et tout serait parfait. Torrhen, nos enfants, Athynea et Aeden, Orys et Meraxès. Lorsqu’ils seront tous réunis ici, mon âme sera complète. J’ouvrais mes bras et laissais le vent s’engouffrer. Je rêvais de voler, de survoler mon royaume, retrouver toute cette joie qui avait bercé mon enfance. J’étais là depuis quelques jours, mais je continuais tous les matins à monter ici. Prendre de la hauteur, observer mes terres, mes gens, mon chez moi avant d’entamer ma journée. Et chaque soir, j’y revenais pour admirer les lumières en contre-bas.

Chez moi. Oui j’étais chez moi.

Une voix interrompt mes pensées paisibles. Je me tourne vers l’intendant du royaume, venu en personne. Cela doit être important pour que Lord Verdragon vienne m’interrompre. Je lui adresse un sourire sincère, et descend du rempart. Je vois le soulagement se peindre sur son visage et retiens un rire. Les années avaient passé mais il avait toujours peur de me voir grimper ainsi. Je ne risquais rien pourtant. Votre altesse impériale… Rhaenys, nous en avons déjà parlé, pas plus tard que hier. Lui coupais-je la parole, mais en vain, nous le savions lui comme moi. Votre altesse impériale, le bateau de son altesse impériale Torrhen Braenaryon a été vu au large. Il devrait accoster d’ici peu. Torrhen. Mais… Quant est il de la Licorne ? Elle devrait arriver plus tard. La flotte a du essuyer une tempête violente et il a été jugé plus sage de différer les arrivées. Plus sage oui mais savoir mes enfants sans Torrhen ou moi-même pour veiller sur eux… Je chassais cette pensée négative de mon esprit. Ils n’étaient pas seuls. Gawain et Mina étaient avec eux. Peut-être Daena et Isla également. Je devais leur faire confiance pour veiller sur mes enfants.  Tout est il prêt ?  Naturellement votre altesse impériale Rhaenys... Cependant… Cependant ?   Il serait sans doute plus… Hmm… Adéquate que votre altesse impériale puisse revêtir une autre toilette. Je jetais un coup d’œil à ma tenue… et cela m’arracha un rire sincère. Il est certain qu’accueillir l’empereur en habits de nuit n’est pas… Comment avez-vous dit ? Adéquate. Du soulagement de nouveau passa sur ses traits. Avec l’envie de grimper ici, je n’avais pas pris le temps de m’habiller et je portais toujours ma chemise de nuit.

Torrhen. Il était enfin là. J’attendais dans le hall, en faisant les cent pas. J’avais voulu venir à sa rencontre mais mon intendant m’avait rappelé que le protocole exigeait que je l’attende ici, à l’entrée du château. J’avais hésité à lui dire que ces règles, il pouvait se les… Mais je m’étais retenue et avais accédé à sa requête. Bien droit, il attendait avec patience, même s’il ne cessait de me jeter quelques regards m’enjoignant à prendre exemple sur lui. Au moins étais-je habillée désormais, dans une tenue purement peyredragonnienne aux couleurs de ma maison natale. Ma robe était assez échancrée, et mettait plus qu’en valeur mes courbes, toutes mes courbes. Ma grossesse ne pouvait pas plus se voir qu’ainsi soulignée. J’avais refusé de chausser autre chose que de sandales ouvertes, dont les rubans remontaient le long de mes mollets. Ma jeune camériste avait fait un excès de zèle en ornant ma tête d’un diadème appartenant jadis à ma mère et mes cheveux étaient bien trop emmêlées à elle pour que je puisse l’enlever et est le temps de le faire surtout avant que Torrhen n’arrive. J’avais pris sur moi pour ne pas la chasser de ma chambre. J’avais bien vu qu’elle pensait bien faire et me faire ainsi plaisir. Mais, je n’étais pas Visenya, même si, je devais l’admettre, je lui ressemblais beaucoup, coiffée et habillée ainsi.

Les lourdes portes s’ouvrirent.

Enfin.

Je devais reprendre place à côté de mon intendant, mais je n’en fis rien. Les gardes s’écartaient et Torrhen m’apparut.

Enfin.

En quelques pas, je l’avais rejoint. En quelques pas, mes lèvres trouvèrent les siennes. En quelques pas, et mes mains s’enserraient.

Aux autres la bienséance. Elle ne m’avait jamais réussi de toute façon.



Fire Blood & Winter


Smoke is clearing out, all the circling lights blind me / I've been running out, now it's all just a fight to breathe / I gave it all, yeah, I gave everything / I will never break the silence / When I look inside, I don't have to hide / If you're looking, you won't find it / Who's the enemy? / Don't know what to believe /Living in the shadows / Living in the shadows (c)codage - Kanala - texte (c)Living in the Shadows, Matthew Perryman Jones

Rhaenys Braenaryon
Dracarys & Morghon.
Messages : 4003
Membre du mois : 25
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon, dont la devise est "feu, sang et hiver"
Caractère : Soif de sang ● Violente ● Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Impétueuse ● Revancharde ● Fidèle ● Aimante
Célébrité : Emilia Clarke

Infos supp.
Richesses : 257

Dracarys & Morghon.

House of the Dragon  Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t79-rha https://bloody-crown.forumactif.org/t340-rh https://bloody-crown.forumactif.org/t3278-rha HTTPS://KANALATTAQUE.TUMBLR.COM/
MessageSujet: Re: House of the Dragon    House of the Dragon  EmptyVen 4 Juin - 17:49



House of the Dragon
Torrhen & Rhaenys Braenaryon

Forteresse, Ile de Peyredragon, Semaine 3 du mois 1 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
Je suis intimidé par l’endroit. Et pas qu’un peu. La forteresse était grandiose. Ses arêtes semblaient être autant de crocs qui sortaient de la roche, comme une gueule monstrueuse, prête à avaler l’île qu’elle encadrait. J’étais surpris de la froideur de l’endroit. De sa magnificence presque glaciale, qui n’était pas sans me rappeler mon Nord natal. Rien de superflu, du moins dans les couloirs et halls réservés aux usages officiels. Et partout ces sculptures et ces éléments de défense travaillés à même la roche… L’endroit avait des relents de puissance, et de magie ancienne. Quelque chose qui résonnait au fin fond de mon âme, et qui éveillait en mon cœur une terreur ancienne, presque primale. Cet endroit n’était pas pour les hommes ordinaires.


Mais je n’avais pas peur. Je repoussais ces ténèbres. Ou plutôt je m’y complaisais sans leur résister, sans leur tenir tête. La noirceur me connaissait ; elle accompagnait chacun de mes pas depuis tant et tant d’années. Des lames dans le noir, des hurlements, c’était ça, mon existence toute entière. La mort en plein jour, mais l’obscurité partout et tout le temps. Il n’y avait qu’une chose qui m’apportait un peu de lumière. Une femme. Et celle-ci se trouvait derrière les lourdes portes renforcées d’un fer noir comme la nuit.


Belle comme au premier jour, et pourtant si différente. Jadis svelte et menue, Rhaenys était enceinte, de sa seconde grossesse. Pour ne l’avoir vu qu’en cuirs de combat et mailles bien peu féminines depuis des mois, ou dans le plus simple appareil au moment du coucher, j’étais pris par surprise. Et complétement subjugué. Aussitôt, un effroyable brasier s’alluma dans mes reins ; je la désirais comme je ne nourrissais de désir pour aucune autre, malgré les sollicitations, malgré les tentations. Inassouvies. Il n’y avait qu’elle. Son ventre s’arrondissait à nouveau. Ses seins dont on voyait plus que la naissance étaient lourds, désormais, tout juste retenus par la robe qui dévoilait une large part de sa chair, de ses formes sensuelles et voluptueuses.


Je capte le violet irisé de flammes de son regard. Je chancelle. Le palpitant qui cogne lourdement dans la poitrine. Fou épris d’elle, à en crever. Le vieux loup défiguré et assassin, si faible devant la dragonne, tout entier conquis. A tout jamais. Je souris, en voyant le diadème. Par les dieux, qu’elle était belle.


Et la voilà qui se dirige vers moi. Et moi vers elle. D’une impulsion, d’une ignorance totale et volontaire de tous les usages, garde plantée sur mes talons avec la souveraine indifférence de l’homme qui n’avait plus qu’un désir en tête.


Je retrouve les bras de ma femme. Je l’enlace fort, sans pitié pour notre différence de taille et de carrure. Elle est à moi, et je suis à elle. Elle m’a manqué. Et sans l’avouer jamais, j’avais encore craint pour elle. Pour son long voyage à dos de dragon. Pour son obstination. J’avais craint qu’elle ne m’écoute pas et mène la dragonne à la guerre. Mais il n’en avait rien été. J’étais rassuré, à demi étouffé de soulagement presque plus que d’amour et de désir. Nous nous cueillons au vol. Bouches avides, câlines ; je ferme les yeux en goûtant son contact, sa chaleur, qui achève d’ardeur le propre brasier qui couvait en moi. C’est moi qui fait dégénérer le baiser, cherchant sa langue, son souffle, aspirant tout d’elle comme d’une énergie salvatrice, qui me donnait enfin le sentiment d’être complet. Nous ne nous séparons qu’à grand peine, son corps attiré contre le mien, pressé contre. Je vrille, intérieurement. Ce corps, je veux l’enlacer, le déshabiller, l’aimer… Mais pas maintenant, et surtout pas ici. Je nous détache après un long moment d’étreinte brûlante, bien conscient des regards gênés de nos entourages respectifs. Je murmure à son oreille, ne me laissant pas démonter du regard des autres.



| Tu es plus belle que jamais, Jentys-Zaldryze. Tu es magnifique. |


Je souffle contre la chair tendre et chaude de son cou.


| Il va nous falloir trouver un moment pour que je te débarrasse de cette tenue… Et que je t’aime comme tu le mérites. Tu m’as fouetté les sangs, par les dieux. |


Je reprends un rien de distance, mis au supplice. Et regarde son ventre, devant lequel je m’agenouille sans honte aucune, pour le caresser de la main, et y déposer un baiser protecteur, possessif, avant de le caresser à nouveau en me relevant.


| Le louveteau pousse, mon amour. J’en déduis que tu te portes bien ? Mieux qu’avant ton départ ? |


Je parle d’une voix plus forte, pour être entendu de tous.


| Ma Dame, c’est un plaisir et un honneur que vous m’accueillez en votre forteresse. Je suis content d’être ici, et de pouvoir venir à la rencontre de votre peuple dont j’ai vu tant de courage et d’honneur sur le champ de bataille, tant de valeur et de compétence pour les choses de paix. J’ai hâte de découvrir le berceau de votre patrie. |


(c) DΛNDELION



Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44396
Membre du mois : 228
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

House of the Dragon  Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: House of the Dragon    House of the Dragon  EmptyMar 22 Juin - 17:35

House of the Dragon
ILE DE PEYREDRAGON, SEMAINE 3 DU MOIS 1 DE L’AN 2


Je le sais. Je le sais que je ne devais pas me livrer à pareils gestes, ni effusions. Ce n’est pas protocolaire. Ce n’est pas une attitude digne d’une femme de bonne famille, encore moins d’une Impératrice. Si le Grand Septon était présent, il aurait pu me pointer du doigt et hurler « hérésie ». Mais il n’était pas là. ET nous étions en Terres de Peyredragon, des terres qui m’avaient vu grandir, grimper aux arbres, dessiner, éviter les leçons de bienséances pour voler à dos de dragon ; des terres qui m’avaient vu tomber, me relever ; des terres qui m’avaient toujours protégé et qui a toujours accepté que je sois aussi excentrique. J’avais changé. La guerre m’avait changé et les morts qui me hantaient désormais m’avaient également changé. Mais quelque part, je restais toujours celle qui avait quitté ses terres en quête de vengeance. Personne ne s’en offusquerait ici. Ou du moins s’ils l’avaient oublié, ils s’en rappelleraient bien vite. Peyredragon était et restera toujours mon royaume, mon foyer. Et lorsque les Dieux décideront de me rappeler à eux, c’est ici que mon âme se reposera, que mon corps sera brûlé et que le vent dispersera mes cendres. Ici, et nulle part ailleurs.

A mon image, Torrhen bafoue toutes les règles de bienséances. Qu’importe les regards qui sont posés sur nous. Qu’importe tous mes gens qui le dévisagent, le découvrent pour la première fois, lui l’Empereur, le Loup, le Nordien, le Vieil homme abimé par la guerre, la Glace. En cet instant, je suis la seule à l’importer et il est le seul qui m’importe également. Sa passion fait écho à la mienne et nous les laissons mener la barque. Plus sage que je ne le suis, il finit par s’écarter légèrement, non sans me glisser quelques compliments à l’oreille. Nous n’étions pas séparés depuis longtemps et pourtant, il m’avait énormément manqué. Le voir ici, chez moi me faisait bien plus plaisir qu’il ne pouvait se l’imaginer. Je lui réponds par un sourire qui vaut tous les mots du monde. Il découvrira bien assez tôt que nous prendrons nos quartiers dans ceux qui appartenaient jadis à mon père. Un bureau et une chambre. La suite de la Reine elle, sera celle d’Athynea et, pour l’instant, d’Aeden. Plus tard, Aeden logera dans l’aile qui appartenait avant à Aegon mais pour l’heure, je ne désirais nullement les séparer, ni qu’ils soient trop éloignés de nous.  Je les cherche un instant du regard mais mes pensées sont détournées par mon époux qui s’agenouille devant moi pour être à porter de cet enfant que je porte en moi. Je lui souris, cette fois tendrement avant de lui répondre lorsqu’il se relève Comment ne pas se sentir bien ici ? Je lui désigne l’endroit où nous nous trouvons, ce vaste hall à l’honneur des dragons. Il y avait de nombreuses statues taillées dans la pierre. Nul tapis pour réchauffer les pierres froides. Des teintures descendaient parfois des hauts plafonds voutés. Il n’y avait qu’un tableau au mur, un grand tableau représentant tout ceux de ma famille Orys inclus. Nous devions avoir 14 ou 15 ans dessus, je ne saurais plus le dire. Il m’avait fallut deux années pour le peindre et je l’avais plusieurs fois retouchés pour l’améliorer. Il nous représentait tel que nous étions ici : heureux, épanouis, insouciants, sous le regard protecteur de nos parents. Visenya portait l’une de ses robes préférées, à la couleur de ses yeux. Derrière elle se tenait notre mère habillée, comme à son habitude d’une tenue aussi bleu que le ciel l’est. A côté d’elle se tenait le grand Roi Aerion, tout en armure et ses deux fils qui se tenaient devant lui, étaient habillés de la même manière. Quand à moi, je m’étais dessinée assise devant eux, revêtu d’une toilette aussi rouge que le sang, un carnet de croquis dans les mains. Nous posions dans les jardins du château, et dans le ciel sans nuage on pouvait apercevoir les silhouettes de nos dragons. Soyez le bienvenu en ces terres de Dragons. Nous sommes honorés de vous compter parmi nous. Laissez-moi vous présenter celui qui prend soin du peuple et de l’héritage de notre fille : Lord Verdragon. Je lui désignais l’intendant qui s’avança pour saluer en se courbant mon époux. Je les laissais échanger quelques formules de politesse avant de reprendre la parole. N’hésitez pas à faire appel à la maisonnée des Targaryen. Ils se feront un plaisir de répondre à vos requêtes et demandes. je lui indiquais les servants et servantes présents qui s’inclinèrent eux aussi devant lui pour le saluer. Puis je frappais brusquement dans les mains, faisant sursauter quelques gardes, et nouveaux serviteurs encore non habitués à mes excentricités - là où les anciens se contentèrent de sourire -.  Maintenant que nous nous sommes acquittés du protocole… Comment s’est passé le voyage ? Où sont nos enfants ? As-tu besoin de te désaltérer ou de manger ?





Fire Blood & Winter


Smoke is clearing out, all the circling lights blind me / I've been running out, now it's all just a fight to breathe / I gave it all, yeah, I gave everything / I will never break the silence / When I look inside, I don't have to hide / If you're looking, you won't find it / Who's the enemy? / Don't know what to believe /Living in the shadows / Living in the shadows (c)codage - Kanala - texte (c)Living in the Shadows, Matthew Perryman Jones

Rhaenys Braenaryon
Dracarys & Morghon.
Messages : 4003
Membre du mois : 25
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon, dont la devise est "feu, sang et hiver"
Caractère : Soif de sang ● Violente ● Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Impétueuse ● Revancharde ● Fidèle ● Aimante
Célébrité : Emilia Clarke

Infos supp.
Richesses : 257

Dracarys & Morghon.

House of the Dragon  Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t79-rha https://bloody-crown.forumactif.org/t340-rh https://bloody-crown.forumactif.org/t3278-rha HTTPS://KANALATTAQUE.TUMBLR.COM/
MessageSujet: Re: House of the Dragon    House of the Dragon  EmptyMar 22 Juin - 22:32



House of the Dragon
Torrhen & Rhaenys Braenaryon

Forteresse, Ile de Peyredragon, Semaine 3 du mois 1 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
Rhaenys avait cet effet-là, sur moi. Et beaucoup d’autres, en même temps. Nous n’avions jamais l’occasion de prendre notre temps. De nous délasser et de profiter de nos statuts, de ce que nous ouvraient comme plaisirs et conforts nos prérogatives. Je venais de passer près de deux ans sous la tente, ou dans des châteaux ravagés par la guerre. Ce n’était pas très ragoûtant… Mais nous étions ensembles. Dans l’orage, en tout cas. Et si le conflit allait encore nous séparer, Rhaenys me manquait atrocement. C’était dans ce genre de moments, dans ces retrouvailles, que je me rappelais à nos sentiments réciproques avec violence ; le soleil qui percutait la lune, le feu qui faisait fondre la glace et ma vie toute entière qui se retrouvait chamboulée. Jamais elle ne pourrait se douter de l’étendue de l’amour que je lui portais, et de la profondeur des sentiments que je lui vouais. Le désir, elle en avait parfois autant l’expression que mon amour pour elle. Mais la Targaryen de naissance ne pouvait à peine qu’effleurer la surface de ce qu’elle me faisait éprouver. Son sourire me damne, et je lui offre mon âme pour la millième fois. Moi la brute, la bête monstrueuse, et elle la beauté éthérée la plus pure que j’avais jamais vue.


| Je sens sur moi le regard de tes dieux, et de tes ancêtres. Si puissants, et pleins de morgue… Jamais un nordien n’était venu jusqu’ici, n’est-ce pas ? Et moins encore un Stark. |


Je souffle, contre elle.


| Les dieux nous envient parce que nous sommes mortels, parce que chacun de nos instants peut être le dernier et que tout est beaucoup plus beau car nous sommes condamnés. Tu ne seras jamais plus ravissante qu’à cet instant. Plus jamais nous ne serons seuls ici tous les deux. |


Je me redresse en reprenant ses lèvres d’un baiser tendre, mais qui capture et emprisonne pourtant son souffle et son odeur comme autant de promesses. Mais l’Impératrice, sous les parures de l’Histoire de sa maison, me souhaite officiellement la bienvenue dans les domaines qui l’avaient vue naître, et la voilà qui me présente Verdragon, avec qui j’avais déjà pu échanger nombre de missives, concernant essentiellement la construction navale, l’établissement des défenses et le recrutement de nouveaux conscrits dans ces terres insulaires. J’incline la tête avec respect dans la direction de l’intendant alors que Rhaenys continue de me faire bon accueil… Avant qu’elle ne tape dans ses mains dans un geste d’impatience qui fend ma vilaine trogne d’un large sourire ouvertement amusé. Je ris de bon cœur, avant de prendre sa main.


| Le voyage fut horrible, mais il y a eu des compensations. Je te le raconterais plus tard, mais j’ai cru que j’allais couler comme un Loup jeté à la mer. Aeden et Athynéa devraient arriver d’ici la fin de journée ; leur escadre a eu le temps de rejoindre un port avant la tempête, mais ces vents violents nous ont donc donné de l’avance. Tout va bien, ils sont avec Mina Swann et les Sombryndor, plus une large partie de nos Demalion… |


je lui jette un regard en coin, un rien mystérieux, avant qu’un mince éclat de concupiscence n’étire le coin de mes lèvres en un sourire un peu canaille, qui tranchait avec la dureté habituelle de mes traits mais qui suivait pourtant mes yeux. Je murmure à son oreille, plus jeune de dix ans de ces retrouvailles.


| J’ai une faim de Loup, et grand faim de toi. Mais attendons pour les libations, la bonne chair, et ton corps chaud dans mes draps. Je veux d’abord connaître la terre de tes ancêtres, la forteresse qui t’a vue naître, et apprendre ton histoire. |


Je fronce les sourcils, et reprends d’une voix neutre, presque froide, qui me ressemble bien plus, visage fermé, sérieux à en crever.


| J’aimerais rendre hommage à tes parents, aussi. A ton frère, et à ta sœur. L’Histoire aurait pu faire de nous des ennemis, mais ils sont morts contre mes adversaires, de leur main. J’aimerais prier mes dieux pour eux, et contempler une fois encore la profondeur et de la richesse qui constituent l’âme de ton peuple, de ta maison, de ton sang, Rhaenys. |


(c) DΛNDELION



Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44396
Membre du mois : 228
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

House of the Dragon  Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: House of the Dragon    House of the Dragon  EmptyMer 21 Juil - 11:48

House of the Dragon
ILE DE PEYREDRAGON, SEMAINE 3 DU MOIS 1 DE L’AN 2


Cela est étrange de voir Torrhen ici, en ces lieux. Etrange, mais plaisant. Il n’y a qu’ici où je me sens chez moi. Le tableau sera complet avec lui à mes côtés mais aussi nos enfants. J’aurai aimé qu’ils puissent grandirent ici, et que nous puissions vivre ici. Ce n’était pas possible et c’était là l’un de mes regrets. Ce château, ces terres, ces mers… Tout ça faisait parti de moi. Peyredragon m’avait tant manqué, oui tant manqué. J’avais eu besoin d’en partir après la mort des miens et cela avait été nécessaire pour grandir, et devenir la Reine puis l’Impératrice que les miens méritaient. Le temps avait fait son œuvre et désormais ce n’était plus de la tristesse que je ressentais en voyant ses lieux qui me rappelaient les miens. Non, j’y trouvais du réconfort, un fort sentiment de sécurité, et un apaisement de mon âme. Je suis Dragon et ma place est en ces terres de Dragons.

Je souris à mon époux. Je suis si heureuse de le trouver. Une fois n’est pas coutume, j’ignore le protocole et toutes ses règles que j’estime brimantes et stupides. Mère devait devenir livide de là où elle était, à côté de nos Dieux. J’avais changé, mais je restais toujours « une petite sauvage » comme parfois elle m’appelait, mais toujours avec affection. Combien de fois m’avait-elle demandé de prendre exemple sur Daena, qui, du coup, ne savait plus où se mettre ? Cette joie, cette légèreté, elles me revenaient en mémoire, et en plein cœur. Oui, ma place était ici. Les mots de Torrhen sont respectueux et sincères. Je réponds par un sourire énigmatique à sa question. Je n’en ai pas la réponse mais j’étais certaine de Lord Velaryon la chercherait et la trouverait. Je ne sais s’ils nous envient, mais ils nous observent, nous chérissent, nous guident. lui répondis-je doucement avant de me laisser aller dans cette étreinte que nous partagions. J’en savoure chaque instant avant qu’on ne soit rappeler à l’ordre comme des enfants qui s’égarent un peu trop. Je n’en prends pas ombrage. Je connais mon intendant et il me connait également. Il n’y a aucune mauvaise intention et au fond, je suis certaine qu’il s’en amuse. Les deux hommes se saluent respectueusement et brisant cette légère tension qui n’existe qu’entre deux inconnus, je tape dans mes mains. Torrhen sourit puis rit bien évidemment. J’aime cet effet que j’ai sur lui, surtout que je suis la seule à l’avoir. Je fronce des sourcils à ses mots. Une tempête ? Je n’en savais rien. Lord Verdragon ? dis-je en me tournant vers mon intendant. Il inclina la tête, sachant très bien ce que j’attendais de lui. Le capitaine du navire n’aurait pas dû prendre autant de risques si la tempête était aussi terrible que cela. Il était important de se renseigne sur lui. S’il était Peyredragonnien, il se ferait remonter les bretelles pour son imprudence. Tous marins dignes de mes terres connaissaient la violence de la mer et des vents. Ils savaient lorsqu’il fallait persister ou attendre. S’il était natif d’un autre endroit… Nous aviserons. Une telle erreur aurait pu nous couter trop cher et je ne le permettais pas, ne l’acceptais pas. Torrhen me glisse d’autres mots à l’oreille qui me détende et me font sourire. Continuant à m’adresser au Lord, je lui indiquais Envoyez également un navire aux devants de celui de mes enfants. Qu’il vérifie qu’aucun danger ne les attends s’il vous plait. Pouvez-vous demander à ce qu’un repas froid soit servi dans le salon rouge je vous prie ? Me tournais vers le Nordien, je lui dis alors que l’intendant s’en allait après l’avoir salué. Nous allons avoir besoin de nombreux jours pour que tu puisse connaitre Peyredragon…. Nous irons les voir ce soir. Ils reposent dans les caveaux du temple Valyrien. Si nous y allions tout de suite, le peuple ne pourra y aller pour rendre hommage à aux Dieux… Viens, suis-moi, je sais ce que je peux te montrer en premier… Je ne lui laissais pas vraiment le choix. Je pris sa main dans la mienne et l’entrainais dans plusieurs couloirs et escaliers. Le château était un vrai labyrinthe pour ceux qui ne le connaissait pas. Le nordien n’avait pas vraiment le temps d’admirer les lieux, mon pas pressé l’encourageant à me suivre. Je nous arrêtais devant deux grandes portes en bois très solides, gardées par quatre soldats. Ils nous saluèrent avant d’ouvrir la pièce et de laissait apercevoir ce qu’elle contenait… Elle était assez grande, mais le plus impressionnant n’était pas la vue qui donnait sur la ville et la mer en contre bas non. C’était la table. Elle était une carte géante de Westeros. Ses reliefs avaient été sculptés dans le bois qui la composait. Il avait été peint, représentant les paysages et les villes majeures qui composaient le royaume. J’avais été agréablement surprise que Lord Verdragon ait fait ajouter Fort Darrion. Les frontières, changeantes, étaient délimitées par des fils aux couleurs des royaumes qui possédaient les terres. Je caressais du bout des doigts ce chef œuvre et dis C’est Aenar qui l’a fait faire à son arrivée ici. On dit que c’est Daenys qui l’a poussé à le faire. Elle avait la sensation que c’était important, et ayant prédit le fléau de Valyria, son père l’a écouté. Il est mort avant qu’elle ne soit terminée. C’est sa fille qui l’a terminé. Les dragons qui ornent la mer ont été dessinés de sa main… Chaque génération Targaryen a apporté sa contribution à cette pièce. Mon grand-père a aidé à sculpter les dragons qui ornent les murs. Mon père s’est chargé de refaire la peinture des rivières et lacs de la carte. Et Aegon m’a laissé l’honneur de contribuer à cet endroit. Nul besoin de préciser quelle avait été ma touche. Torrhen me connaissait bien assez pour deviner que la fresque peinte sur le mur gauche était mon œuvre. Elle représentait les dieux Valyriens, entourés par des Dragons et des flammes.



Fire Blood & Winter


Smoke is clearing out, all the circling lights blind me / I've been running out, now it's all just a fight to breathe / I gave it all, yeah, I gave everything / I will never break the silence / When I look inside, I don't have to hide / If you're looking, you won't find it / Who's the enemy? / Don't know what to believe /Living in the shadows / Living in the shadows (c)codage - Kanala - texte (c)Living in the Shadows, Matthew Perryman Jones

Rhaenys Braenaryon
Dracarys & Morghon.
Messages : 4003
Membre du mois : 25
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon, dont la devise est "feu, sang et hiver"
Caractère : Soif de sang ● Violente ● Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Impétueuse ● Revancharde ● Fidèle ● Aimante
Célébrité : Emilia Clarke

Infos supp.
Richesses : 257

Dracarys & Morghon.

House of the Dragon  Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t79-rha https://bloody-crown.forumactif.org/t340-rh https://bloody-crown.forumactif.org/t3278-rha HTTPS://KANALATTAQUE.TUMBLR.COM/
MessageSujet: Re: House of the Dragon    House of the Dragon  EmptyMer 21 Juil - 23:29



House of the Dragon
Torrhen & Rhaenys Braenaryon

Forteresse, Ile de Peyredragon, Semaine 3 du mois 1 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
Rhaenys semble avoir retrouvé… Sa vie. Sa nature. Je ne saurais comment le dire avec des mots qui n’aient l’air ni stupides ni déplacés. Rhaenys avait beaucoup changé à mon contact et à celui du continent. Elle était devenue bien plus dure, et bien moins innocente. C’était la faute d’Harren en premier chef. Celle des batailles et de l’expérience qu’elle en avait eu, ma jeune épouse aux cheveux argentés. Et enfin, ma faute à moi que de la plonger sans cesse dans l’horreur et dans l’adversité. Bien sûr, je ne me risquerais pas à le lui partager. Du moins pas comme ça. Elle serait furieuse, pensant que je cherchais à me dévaloriser d’une façon ou d’une autre. Mais ce n’était pas le cas. La guerre nous changeait tous.


Moi, elle m’avait surtout rendu plus seul.


Rhaenys, c’était autre chose.


Mais pourtant aujourd’hui elle rayonnait littéralement et je retrouvais la jeune femme pleine d’enthousiasme, impétueuse comme pas deux, que j’avais rencontrée. Apte aussi bien à me faire l’amour en mer au beau milieu de la tempête déchaînée qu’à me traiter de tyran ou de brute. J’aimais cela, paradoxalement. Pas les insultes. Et pas seulement l’amour, avec elle. Mais j’aimais cette nature profonde de ma femme quand elle revenait à la surface. Une telle joie de vivre était communicative, et je me sentais rassénéré, rajeuni par son accueil et la fraîcheur qu’elle affichait. Son sourire est communicatif. Elle est vraiment heureuse, comme elle ne l’était jamais en campagne, même quand il y avait nos enfants, car les nuages noirs de la guerre n’étaient jamais loin de la submerger de leur ombre.


Mince sourire aux lèvres.



| Drôle de façon qu’ils ont de nous chérir, à moins que tu ne prennes leurs bénédictions pour nous deux, gente dame ? |


En deux ans j’avais été défiguré, j’avais manqué de perdre un œil, j’étais devenu boiteux, et le reste du corps n’était pas en reste. Elle… Elle rayonnait, et n’avait jamais été aussi belle. Poitrine moins menue, hanches plus amples, visage plus aguerri. Elle était belle à se damner, et son sourire la rendait plus gracieuse encore, de cette petite touche d’espiéglerie qui la démarquait tant des autres. Mais tout cela passe, quand j’évoque une tempête et que l’Impératrice en appelle à son intendant pour qu’il fasse les vérifications de rigueur ; j’avais appris depuis longtemps que les peyredragoniens se faisaient une haute -et juste- idée de leurs talents de navigation et nous autres nordiens ne pourrions le leur dénier. Rhaenys envoie un navire à la rencontre de celui portant notre héritage fait de chair avant de demander un repas froid dans le « salon rouge ». Tant de choses à découvrir, de surprises et de mystères dans cet endroit…


| Je te suis, alors. |


Si elle ne voulait pas que je rende d’abord hommage aux siens ce n’était pas grave. En ces lieux, c’était bien Rhaenys qui était maîtresse du temps, quand sur le terrain c’était moi, le plus souvent. Sa main, douce mais ferme, empoigne la mienne bien plus large et me conduit d’un pas vif dans les étages, où nous empruntons plusieurs escaliers et directions différentes qui ont tendance à me perdre, et pourtant il m’en faut beaucoup. Quatre soldats de Peyredragon protègent une lourde porte, derrière laquelle je devine quelques trésors.


Quand l’huis s’ouvre et dévoile une pièce fabuleuse, je ne suis pas déçu. Je n’ai pas un regard pour la vue depuis le balcon, mais déjà mes mains courent la sculpture monumentale de bois où j’effleure quantité de détails, courbé sur les reliefs sur à moitié vautré dessus pour en apprécier la précision. A plusieurs reprises, je siffle d’un air enthousiaste, respectueux, impressionné même. La belle évoque la création de cette pièce monumentale et je note même que la capitale y est inscrite, ainsi que tous les changements récents de frontières. Je me redresse avec le sourire d’un jeune garçon, et l’enthousiasme débordant.



| C’est absolument magnifique ! Grandiose ! Quelle patience, quel sens du détail… Combien d’heures il aurait fallu pour tout ça, jusqu’aux ajouts faits sur le bois ? Je serais épaté de savoir quel genre de résine ou de colle ils utilisent, quels pigments pour colorer le bois sans l’abîmer et perdurer au fil du temps… Quant à ton propre ouvrage, dois-je préciser à quel point il est.. Réaliste ? Par les dieux, j’en conchierais bien mes chausses, tu sais imprimer la terreur et la prestance des dragons, même dans le roc. |


Je la prends par les deux mains.


| Tu n’avais pas menti ; cet endroit est plein de merveilles. Autres que toi. |


Compliment glissé au pied levé, mais déjà je me reporte sur la lecture de l’immense carte sculptée. Effleurant les Montagnes Rouges de Dorne. Je me fais plus mélancolique.


| Bientôt, tu seras là bas, à découvrir un nouveau monde, plein de splendeurs, auprès d’une esthète… Qui je le crois, est un peu amoureuse de toi. Bien sûr ce sera difficile mais… Ce sera encore pire, avec une telle distance. |


Mon regard se porte sur le Val, et ses ilots, ses côtes.


| A moi la terreur glacée des montagnes et des rives de sel de ce royaume plus froid que le mien. Je ne suis pas pressé d’en goûter les pluies de flèches et de voir la mort sur ses grèves iodées. Mais à chacun notre devoir, n’est-ce pas ? |


Je secoue la tête, chassant les mauvaises pensées.


| Quelles autres splendeurs as-tu à me montrer, Régente ? |

(c) DΛNDELION



Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44396
Membre du mois : 228
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

House of the Dragon  Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: House of the Dragon    House of the Dragon  EmptyDim 16 Jan - 10:49

House of the Dragon
ILE DE PEYREDRAGON, SEMAINE 3 DU MOIS 1 DE L’AN 2


J’adore cette pièce. Non je l’aime. C’est l’une de celle qui me manque le plus. Elle est d’une beauté unique, et marqué par mes ancêtres. Ici, je me sens au plus près de tous ceux qui m’ont précédé, mais aussi de tous ceux qui suivront lorsque mon feu se sera éteint. Je perdurais toujours un peu ici, ayant apposé moi aussi ma trace. Athynea en ferait de même et je désirais que, même s’il n’hériterait pas de mes terres, qu’Aeden puisse aussi apporter sa marque. Parce qu’il était lui aussi un Dragon, et que ses enfants le seront aussi. Uniques mais unis par cet ancien sang qui coule quand nos veines. C’est un don, un trésor, un cadeau très précieux. Et je le partageais aujourd’hui avec mon époux. Rares étaient ceux qui avaient l’opportunité de venir ici. En dehors de Baâl aucun « étranger » à nos terres n’étaient venus ici. Torrhen était le second à le faire et, sans que je n’ais besoin de lui faire la remarque, il comprendrait quel honneur lui était fait d’admirer ces chefs d’œuvres. La pièce entière était pensée comme étant un haut lieu stratégique mais pas que cela. Elle était un héritage et l’un des joyaux de beauté du château. Je ne quitte pas du regard mon époux alors qu’il la découvre. Il effleure certains reliefs et ses yeux ne semblent pas savoir par quoi commencer. Il y a tant de choses à voir, à admirer. Un sourire se dessine sur mon visage alors que je lui conte l’histoire de cette pièce. Il la savoure à sa juste valeur et cela me touche bien plus qu’il ne peut se l’imaginer. Je ne détaille pas les apports des uns et des autres, seulement les plus remarquables d’entre elles. Je ne lui dis pas ce que j’ai moi-même fait car cela serait inutile. Il connaissait ma passion pour le dessin et avait tourné les pages de bien trop de mes carnets pour ne pas reconnaitre ce que j’avais fait ici. Je l’écoute, mon sourire ne fanant pas, mais grandissant toujours plus. De nombreuses générations ont permis à cette pièce d’être ce qu’elle est aujourd’hui. Elle ne ressemblait pas à cela avant ma naissance. Et lorsque nos enfants, leurs enfants, et ainsi de suite y contribueront, elle sera méconnaissable, métamorphosée. lui répondis-je d’abord avant d’ajouter. Nous ne faisons appel à aucun artisan. Tout a été fait, façonné, dessiné, sculpté par un Targaryen. La résine est de notre composition, et nous nous transmettons sa composition de génération en génération. Nous l’améliorons quand cela est dans nos compétences et si ce n’est pas le cas, nous laissons les prochains le faire. Les couleurs ont été ravivées par Visenya. Elle s’est inspirée des teintures et des pigments que j’utilise pour mes dessins et mes peintures. Si je ne peux t’en livrer la composition, je peux t’offrir des flacons si tu le désires. lui proposais-je avec douceur. Je ne pouvais pas lui donner ce qui était un héritage que nous devions garder pour les nôtres. Mais je pouvais partager le résultat avec lui. Je ris doucement alors qu’il m’indique que ma fresque est réaliste au possible. Pour ce qui est du réalisme de mon œuvre… Disons que j’ai manqué plus d’une fois de me faire arracher un membre alors je suis heureuse qu’elle te semble aussi près de la réalité. Tu trouves Meraxès effrayante. A côté du Noir, elle ressemblait à un agneau. Combien de temps avais-je passé à observer sous toutes les coutures Belarion ? Le dragon noir m’avait servi de modèle… Et chassé plus d’une fois dès qu’il estimait que cela faisait trop longtemps que j’étais là, à lui tourner autour. J’avais pris ma tâche à cœur, un peu trop à son gout, ce qui n’avait pas manqué d’amuser mon père à l’époque. Ces souvenirs, ils me semblaient à la fois si proches et si lointains… Torrhen me ramène à l’instant présent en prenant mes mains dans les siennes. Je suis heureuse que tu l’apprécie à sa juste valeur. C’est important pour moi. lui dis-je doucement en guise de réponse. Je penche un peu la tête à la suite de ses propos, y réfléchissant. Le nordien est un homme des plus observateur, surtout pour tout ce qui pouvait me concerner, là où je me relevais être aveugle. Je restais quelques instants silencieuse alors qu’il continue de détailler la carte et parler de tous ces endroits qui nous attendaient. Cette distance qui nous attend n’est pas à mon goût mais comme il venait de le souligner, c’était là notre devoir. Je soupire légèrement avant de me rapprocher de lui et venir me blottir contre lui, entre ses bras. Je n’aime pas la perspective que nous soyons à nouveau séparé. La fois passée, il avait manqué d’y laisser la vie. Es-tu sur pour Lady Allyrion ? Si tu ne te trompe pas, alors je vais devoir faire preuve de plus de prudence que je ne le pensais. Nul besoin d’ajouter que Barge m’avait servi de leçon. Je n’aime pas te savoir si loin. Je sais que nous n’avons pas d’autre choix mais je n’aime pas cela malgré tout. Je sais que tu ne peux pas me faire la promesse de revenir en vie car je ne saurais de la faire aussi. Mais promettons-nous autre chose, dans cette pièce qui représente tant à mes yeux. Promettons-nous de tout faire pour nous retrouver, quoi qu’il en coute. Promettons-nous de revenir auprès de nos enfants, nés comme à venir, peu importe le prix. Promettons-nous de ne pas laisser cet endroit tomber entre les mains de nos ennemis et être bafouée. Promettons-nous de la donner en héritage à nos enfants, et de tout faire pour qu’ils puissent eux aussi y apposer leurs marques. Je le regarde dans les yeux, ma main posée sur sa joue, cette joue qui nous rappelle chaque jour ce que nous aurions pu perdre à cause de nos ennemis, à cause de tout ceux qui n’avaient pour ambition que d’écraser les autres et profiter des conflits. Promettons-nous tout cela… Et ensuite je te montrerai la petite fille que jadis j’étais.



Fire Blood & Winter


Smoke is clearing out, all the circling lights blind me / I've been running out, now it's all just a fight to breathe / I gave it all, yeah, I gave everything / I will never break the silence / When I look inside, I don't have to hide / If you're looking, you won't find it / Who's the enemy? / Don't know what to believe /Living in the shadows / Living in the shadows (c)codage - Kanala - texte (c)Living in the Shadows, Matthew Perryman Jones

Rhaenys Braenaryon
Dracarys & Morghon.
Messages : 4003
Membre du mois : 25
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon, dont la devise est "feu, sang et hiver"
Caractère : Soif de sang ● Violente ● Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Impétueuse ● Revancharde ● Fidèle ● Aimante
Célébrité : Emilia Clarke

Infos supp.
Richesses : 257

Dracarys & Morghon.

House of the Dragon  Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t79-rha https://bloody-crown.forumactif.org/t340-rh https://bloody-crown.forumactif.org/t3278-rha HTTPS://KANALATTAQUE.TUMBLR.COM/
MessageSujet: Re: House of the Dragon    House of the Dragon  EmptyDim 16 Jan - 16:21



House of the Dragon
Torrhen & Rhaenys Braenaryon

Forteresse, Ile de Peyredragon, Semaine 3 du mois 1 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
J’étais plus que disposé à mieux connaître l’univers de mon épouse. Cela faisait près d’un an et demi que nous étions mariés, et il était clair que je n’en savais pas assez sur elle, sur la terre de ses origines et sur toute la magie et les légendes qui y vivaient, tenaces, depuis que l’endroit avait été conquis et colonisé par les gens de Valyria. Elle était belle, plus encore que d’habitude, et j’estimais que c’était cet endroit qui la faisait rayonner. Elle était de toute évidence assez contente d’être ici, à Peyredragon, et de me faire découvrir la forteresse-palais qui l’avait vue naître. Je comprenais aussi comment elle avait laissé son empreinte sur l’endroit, en tant de manières que cela s’imprimait dans le paysage… Ses créations étaient d’elles, mais il fallait la connaître, avoir déjà vu son style, pour s’en rendre compte pleinement. J’adorais ce genre de souci du détail, et je regrettais quelque part de n’avoir pas ce genre de talent. C’était un peu triste de se rendre compte que l’on n’existerait que pour la place que l’on occupait -même si c’était en lettres d’or- dans une généalogie fournie d’une lignée glorieuse. Je ne sais pas de qui est chaque pièce que j’effleure, chaque détail. Mais je note bien que l’on voit bien la différence entre certaines composantes. Rhaenys n’est évidemment pas la seule contributrice… Et ils sont nombreux, à avoir apposé leur patte à cet endroit. Etaient-ils tous de sang royal, ou artistes mandatés par le pouvoir pour y laisser des effets selon les besoins du moment ? La belle me confirme la façon dont ils procèdent, dans sa famille. Je reste pensif, silencieux et admiratif.


| J’avais plus entendu de choses sur les aptitudes guerrières de ta sœur que sur ses compétences manuelles… Mais je serais évidemment ravi qu’Aeden et Athynéa poursuivent la tradition d’une moitié de leur sang, il n’y a à n’en pas douter toutes les chances qu’ils perpétuent aussi la tradition de l’autre moitié… |


Qui revenait à se battre, à vivre intensément, et trop souvent à en mourir jeune. C’était fataliste, comme discours. Mais c’était aussi une source de fierté pour les fous tels que moi qui considéraient le devoir, même quand il était œuvre de mort, comme quelque chose d’indispensable et de louable en toute chose. Je frissonne, un rien, quand le Loup que je suis imagine le terrible Balérion.


| Meraxès m’a plus d’une fois donné l’envie de me pisser dessus. Difficile pour moi d’y voir autre chose que la mort. Mais depuis qu’elle a sauvé les enfants, et que je l’ai vue plus d’une fois te protéger avec véhémence, quitte à m’arracher aussi un membre… Je comprends. Du moins, je crois. A quel point vous êtes semblables, malgré vos différences. |


Je reportais mon regard sur elle.


| C’est vraiment magnifique. Un trésor de patience et de créativité. Utile, en plus. Tu as bien travaillé, et les tiens aussi. |


Le dragon de son frère, en tout cas, avait été réputé pour sa sauvagerie, et pour ses dimensions réellement monstrueuses. Je souris à ma femme, quand elle me dit qu’elle est heureuse. Elle savait que je l’étais, mais je précisais.


| C’est sincère. J’ai des artisans renommés, à Winterfell, mais aucun n’a jamais fait ce genre d’ouvrage. |


Je la serre contre moi. Je hume son odeur, m’en emplis les poumons en enfouissant mon nez dans sa chevelure argentée. Je presse son corps, et ses formes, de mes grosses paluches, profitant de son contact doux, chaud, et toujours sensuel même lorsqu’il est innocent comme maintenant. Ma femme est magnifique, et aimante. Nous sommes très différents, mais sur ces deux points je n’ai aucun doute. Je hoche la tête, quand nous évoquons la sudienne.


| Je pense que tu devras le rester, oui. Mais elle me paraît infiniment moins impétueuse et possessive que notre autre amie commune. Tu ne dois pas te fermer la porte de sa proximité, si elle devait arriver. Je sais quels sont tes désirs et tes besoins. Et si je suis absent longtemps… |


Je ris doucement, la taquinant en lui pinçant les fesses.


| Je préfère te savoir avec cette nymphe qu’au milieu d’une bande de chevaliers bien plus jeunes et beaux que moi, vois-tu. |


Je la taquinais, évidemment, elle ferait bien ce qu’elle voulait. Je lui caresse les joues, du revers de mes pouces, serrant son visage et effleurant son nez du mien. Je me perds dans ses pupilles mauves, aux reflets de feu et d’or. Je murmure, contre ses lèvres.


| Je te le promets. Je ferais tout pour te retrouver, et pour faire perdurer notre héritage. Henkiri, Jorrāelagon |


Concluais-je dans un haut valyrien approximatif mais plein d’entrain, sourire aux lèvres.


| Vas donc me faire rencontrer cette fillette, et moi, je lui offrirais le présent avec lequel je suis venu… |


(c) DΛNDELION



Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44396
Membre du mois : 228
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

House of the Dragon  Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: House of the Dragon    House of the Dragon  EmptyVen 29 Avr - 22:17

House of the Dragon
ILE DE PEYREDRAGON, SEMAINE 3 DU MOIS 1 DE L’AN 2


Chez moi. J’étais enfin chez moi. C’était sans doute dur de penser cela vis-à-vis de l’Empire que je construisais, tout comme Fort-Darion qui s’agrandissait de jour en jour… J’étais attachée à la capitale, mais pas autant qu’à ce château. Ma maison. Mon foyer. Je me sentais plus proche des miens ici, particulièrement dans cette pièce que je faisais découvrir non sans fierté à Torrhen. Elle était marquée de tout cet héritage qui est mien, et qui sera ensuite Athynea. Reine de Peyredragon, Targaryen. Ce serait ensuite à elle de perpétuer nos traditions, nos savoirs, notre histoire et d’y apposer sa marque. Aeden aussi s’il en éprouvait l’envie. Ses racines étaient tout autant que les siennes, même s’il portait sur ses épaules le poids non pas de ces terres là, mais de l’Empire et de tout ce qu’Il représente.

Je prends le temps de détailler chaque apport des miens à cette pièce à mon époux. Il prend un réel plaisir à la découvrir sous tous les angles. Passionné, comme il l’est malheureusement assez peu de fois, faute de pouvoir se le permettre. Cet instant de légèreté, nous en avions besoin l’un comme l’autre même s’il me tardait tout de même de retrouver nos enfants. En attendant, je profitais de ce moment qui nous étaient donné. Lorsqu’il évoque Mahé Allyrion, je ne cache pas ma surprise bien que je préfère me montrer plus prudente que lui. J’hoche la tête sans rien répondre parce que je ne vois pas quoi dire. J’ai besoin de réfléchir à cela. Mais plus tard. Tout comme tout ce qui nous attend demain. Torrhen accepte de me faire cette promesse que je lui demande et mon cœur s’allège alors d’un poids. Un grand sourire nait sur mes lèvres alors qu’il m’affirme vouloir rencontrer cette que j’étais jadis. Je lui fais signe de me suivre et le guide jusqu’au jardin intérieur du château, prenant le temps de lui montrer et expliquer certains tableaux ornant les murs des couloirs du château. Le soleil brille et je tourne mon regard vers lui, le laissant réchauffer mon visage. Tu vois l’arbre devant nous ? C’était l’une de mes cachettes préférées lorsque je voulais fuir les leçons que toute bonne princesse doit avoir. Je détestais particulièrement la broderie. Faire des fleurs à longueur de journée, relié à un fil qui ne laisse pas de place à l’imagination… Alors que perchée en haut, avec mon carnet et mon fusain, je faisais ce que je voulais. Si tu grimpes assez haut, tu peux voir le terrain d’entrainement. Visenya, Aegon et Orys y passaient pas mal de temps. Je ne pouvais pas m’empêcher de sourire en rependant à tout cela même si je restais déçue de ne pas pouvoir lui montrer comment accéder aux branches les plus hautes. Mon ventre portant la vie ne pouvait me le permettre. Une autre fois, je m'en faisais la promesse.



[/quote]


Fire Blood & Winter


Smoke is clearing out, all the circling lights blind me / I've been running out, now it's all just a fight to breathe / I gave it all, yeah, I gave everything / I will never break the silence / When I look inside, I don't have to hide / If you're looking, you won't find it / Who's the enemy? / Don't know what to believe /Living in the shadows / Living in the shadows (c)codage - Kanala - texte (c)Living in the Shadows, Matthew Perryman Jones

Rhaenys Braenaryon
Dracarys & Morghon.
Messages : 4003
Membre du mois : 25
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon, dont la devise est "feu, sang et hiver"
Caractère : Soif de sang ● Violente ● Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Impétueuse ● Revancharde ● Fidèle ● Aimante
Célébrité : Emilia Clarke

Infos supp.
Richesses : 257

Dracarys & Morghon.

House of the Dragon  Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t79-rha https://bloody-crown.forumactif.org/t340-rh https://bloody-crown.forumactif.org/t3278-rha HTTPS://KANALATTAQUE.TUMBLR.COM/
MessageSujet: Re: House of the Dragon    House of the Dragon  EmptyMar 3 Mai - 13:55



House of the Dragon
Torrhen & Rhaenys Braenaryon

Forteresse, Ile de Peyredragon, Semaine 3 du mois 1 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
J’essaie de me faire à sa culture, à son langage. J’essaie d’épouser chaque partie d’elle, comme j’ai juré de le faire devant les dieux, et devant les hommes. Je ne sais pas à quel point je peux m’ouvrir. Alors, je reste précautionneux. Franc et honnête, comme toujours, mais loin de moi l’idée de forcer ma femme de quelque manière que ce soit. Je la suis quand Rhaenys m’emmène vers l’extérieur. Je « sens » le soleil avant de le sentir me réchauffer la peau. Je sens les embruns de la mer, venus de l’océan tout proche. J’entends le bruit du ressac de la marée contre les falaises à pic de l’ïle et contre les murailles les plus basses qui lentement s’érodent.


Ma femme est radieuse, comme ça lui est peu arrivé récemment. Toujours digne, drapée de la vertu impériale, bien loin de la jeune femme fougueuse et inconséquente, hédoniste et joviale, que j’avais rencontrée. Pour la millième fois je me dis que c’est ma faute, que c’est de mon fait. Je l’influence. Elle devient l’Impératrice dont nos royaumes ont besoin. Au prix, semble-t-il, de la femme qu’elle était jadis.


J’en suis un peu triste. J’ai peut être transfiguré, cassé, quelque chose d’infiniment beau et pur. Je l’ai pervertie. Nullement au sens des valeurs ou des normes de notre morale, mais au niveau de sa nature elle-même. J’espère pouvoir un jour la revoir, souveraine toujours, mais ayant récupéré de son innocence de jadis. La belle me désigne un arbre, devant nous. Je le regarde, alors que Rhaenys évoque la cachette dont il s’agissait jadis. Je souris, à l’évocation de ses souvenirs. De la broderie, alors qu’elle préférait tant le dessin et la sensation, je le sais déjà, de son morceau charbonneux pour tracer lignes et sillons sur les supports qu’elle pouvait trouver. J’ai un petit sourire, un rien figé.



| A cet âge, je m’entraînais à l’épée, au port de l’armure. Car un futur Roi doit être prêt, et capable, à défendre ses sujets. Je prenais les coups de rosses de nos maîtres. Je devais entraîner mes frères, avec moi. Nous commencions tôt le matin, et finissions après le repas du soir par nous entraîner à lire et à écrire, sans relâche. Que nos mains et nos doigts soient touchés durant les entraînements n’y changeait rien. |


Regard perdu dans les branches de l’arbre, je me remmémore Bran qui pleure en silence, et moi qui me retiens, alors que nos mains bandées, poisseuses de sang, grattent le papier du mestre.


| J’aurais aimé savoir dessiner. |


Je pointe un espace, sous l’arbre.


| J’aurais pu te faire t’allonger, et dessiner ta silhouette nue pour m’en rappeler à chaque instant du jour ou de la nuit lors de mon prochain départ. |


Je me tourne et fais signe à l’un de mes suivants, plus loin, de m’apporter le paquet, ficelé de corde, que je tends ensuite à l’Impératrice ma femme.


| Je l’ai fait faire à tes mesures, pendant la campagne. J’espère, qu’elle te plaira. |


Une robe rouge carmin, échancrée sur le haut, fendue sur le côté pour permettre l’aisance de ses déplacements. Le décolleté est filé d’or et d’argent, et cela forme comme une bordure soulignant la féminité de ses atours. L’étoffe est solide, rigide, dense en tissu et mailles étroites, mais pourtant fine. Elle sera relativement peu couverte, dans son style. Sur la manche gauche, un loup brodé de noir intégré au rouge de la robe, et un dragon sur le côté droit. Des lacets sur le côté permettent de l’ajuster, et murmure à son oreille.


| Tu pourras l’adapter pour les grandes occasions, à la tournure de ta grossesse et aux dimensions que t’imposera le petit prince qui dort en toi… |


J’embrasse son cou, avant de souffler contre.


| Un cadeau de paix pour un cadeau de guerre, mais attendons un moment avant l’autre. Que veux-tu me faire visiter, désormais ? |

(c) DΛNDELION



Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44396
Membre du mois : 228
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

House of the Dragon  Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: House of the Dragon    House of the Dragon  EmptyMar 2 Aoû - 22:47

House of the Dragon
ILE DE PEYREDRAGON, SEMAINE 3 DU MOIS 1 DE L’AN 2


Faire un saut de le passé me fait plus de bien que je n’aurais pu le penser. Partager avec Torrhen ce fragment de ce que j’étais et le laisser aussi me parler de lui. Prendre le temps de le faire, tout simplement. Oublier la guerre. Oublier les problèmes qui n’attendaient pas pour nous assaillir. Oublier et se laisser porter. Cela faisait du bien.

Ce dont me parlait mon époux faisait échos aussi à mon histoire. Je n’avais pas été directement concernée, mais j’avais toujours été très proches des miens. Aegon avait dût se montrer digne d’être non seulement l’héritier de notre Père, un futur roi donc, mais aussi un Dragonnier. Il n’avait pas le droit à l’erreur. Il n’avait pas le droit de montrer la moindre faiblesse. Il devait travailler toujours plus que les autres, et ne jamais ô grand jamais faillir… Pour Orys, cela avait été d’autant plus fort. Lui, le fils de la poissonnière du port. Lui, le bâtard, l’illégitime qui n’avait rien à faire à nos côtés, lui le brun au milieu de ces cheveux argentés. Sa place était sur dans les rues de la ville et non entre nos murs. Combien de personnes avais-je renvoyé à cause de telles pensées ? Combien de nobles avais-je écarté à cause de ce mépris envers mon Valonqar qui encaissait coups après coups sans jamais se plaindre, sans jamais demander à notre Père d’intervenir ? Y repenser me mettait en colère mais le Nordien me ramenait à la réalité en me confiant qu’il aurait aimé apprendre à dessiner. Il me désigne l’un des endroits dans lequel j’aimais me nicher quand je n’étais pas « recherchée ». Je lui souris tendrement mais n’ais pas le temps de lui répondre qu’il fait signe à un de ses suivants de s’avancer, un paquet en main. Je tire délicatement sur le ruban et l’ouvre. Ma main vient caresser le tissu avant que je ne le déploies pour l’admirer totalement. Je n’ai encore une fois pas le temps de le remercier qu’il m’embrasse et ne reprenne la parole. Je replis doucement son présent et le laisse au bon soin de son suivant qui réajuste le tout dans le paquet et me tourne vers l’homme. Ne me préoccupant pas des personnes autour de nous, je passe mes bras autour de son cou et vienne l’embrasser avec délicatesse et amour. Je laisse mes mains s’égarer un instant dans ses cheveux avant de lui souffler Elle est magnifique, je te remercie… Et pour ce qui est du dessin, je peux t’apprendre. Je suis certaine qu’avec beaucoup d’entrainement, tu sauras esquisser des silhouettes Je me penche à son oreille et ajoute Et je suis certaine de trouver des modèles qui seront d’accord pour poser nue devant nous et me laisser guider ta main jusqu’à maitriser cet art. phrase lourde de sous-entendu que je laisse en suspends en m’éloignant et lui indiquer un sentier. Je reprends, comme si de rien n’était Ce chemin mène aux jardins puis à la mer. Je me tourne vers la droite et lui en désigne un autre. Par là, nous rejoignons les terrains d’entrainements et l’écurie Puis sur la gauche. Enfin, par ici, nous finissons par revenir vers le château. Il y a encore de nombreuses pièces à l’intérieur que nous pouvons visiter. Je lui laissais le choix de notre prochaine destination. Je comptais, au final, tout lui montrer alors l’ordre importait peu.




Fire Blood & Winter


Smoke is clearing out, all the circling lights blind me / I've been running out, now it's all just a fight to breathe / I gave it all, yeah, I gave everything / I will never break the silence / When I look inside, I don't have to hide / If you're looking, you won't find it / Who's the enemy? / Don't know what to believe /Living in the shadows / Living in the shadows (c)codage - Kanala - texte (c)Living in the Shadows, Matthew Perryman Jones

Rhaenys Braenaryon
Dracarys & Morghon.
Messages : 4003
Membre du mois : 25
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon, dont la devise est "feu, sang et hiver"
Caractère : Soif de sang ● Violente ● Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Impétueuse ● Revancharde ● Fidèle ● Aimante
Célébrité : Emilia Clarke

Infos supp.
Richesses : 257

Dracarys & Morghon.

House of the Dragon  Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t79-rha https://bloody-crown.forumactif.org/t340-rh https://bloody-crown.forumactif.org/t3278-rha HTTPS://KANALATTAQUE.TUMBLR.COM/
MessageSujet: Re: House of the Dragon    House of the Dragon  EmptyMer 3 Aoû - 13:17



House of the Dragon
Torrhen & Rhaenys Braenaryon

Forteresse, Ile de Peyredragon, Semaine 3 du mois 1 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
Je ne suis pas un artiste, ni un esthète. J’ai déjà passé de longues périodes à sculpter de petites figurines de bois, qui tiennent dans des mains d’enfant, pour chacun des miens. Des chevaux. Des tours de siège. Des soldats ou des épées. Mais c’est resté grossier ; mes mains sont celles d’un assassin, pas celles d’un artisan. J’ai serré plus de gorges ennemies que je n’ai étreint de burins ou de scies, j’ai empoigné bien plus de fois mes lames que je ne saurais le compter. J’ai sans doute plus commis de meurtres que d’étreintes d’amour, dans mon existence.


Rhaenys a contribué aux deux, à sa manière. La seconde étant bien plus doucereuse que la première….


Mais le meurtre reste nécessaire quand il s’agit de l’édification d’un Empire et d’un idéal comme le nôtre, qui sont jalousés, détestés, pour les remises en question qui sont opérées. Nous allons encore devoir faire couler des fleuves de sang avant que notre histoire se termine. En attendant, nous la vivrons intensément de bout en bout. Le Feu et la Glace. La Vie et la Mort, à jamais mêlés. Ses mains dans mes cheveux m’électrisent, comme toujours, alors que la nymphe aux cheveux d’argent ne m’enflamme de nouveau. Ce pouvoir d’attraction terrible dont elle dispose, tout de même… Je savoure son baiser, ses remerciements, la proximité de son corps si parfait, si féminin, qu’il ne peut que m’attirer. Je me bloque, me fige, quand la belle évoque la pose de modèles nus devant notre fusain. J’ai déjà vu des choses salaces, dans ma longue existence. Les bordels nordiens sont réputés pour leur promiscuité. Mais il n’en reste pas moins que jamais nous n’avions vu quelque chose d’approchant, de si beau, de si pur, et pourtant d’aussi sensuel que des modèles nus juste pour une œuvre d’art personnelle. Je déglutis difficilement, alors que déjà elle s’éloigne. Je me laisse guider… Je souris en coin, lâchant le plus naturellement du monde.



| Et dans laquelle pourrais-je te retirer cette robe, pour te payer cette visite et remercier toutes tes attentions ? |


Je me tourne face à l’Impératrice, que je toise, de bas en haut. Et je termine, les yeux dans les yeux, d’un regard intense, puissant, où elle peut lire tout l’amour et tout le désir du monde.


| Tu as quitté cette forteresse en puinée, reine héritière par défaut. Tu reviens en Impératrice, en femme la plus puissante de l’Histoire. Impératrice. Régente. Générale. Epouse. Mère. Tu as de quoi être fière, Rhaenys. Même si tout reste à accomplir. |


Je prends l’une de ses mains, douces et délicates, mais plus dure que l’été passé car depuis, tracas et combats avaient contribué à profondément la changer.


| J’espère que tu as réservé un grand banquet pour la visite de l’Empereur en tes terres, insulaire. L’Empereur a grand faim et grand soif ! |
(c) DΛNDELION



Fire, Blood & Winter


Let me tell you something about wolves, son. When the snow falls and the icy winds blow, the lone wolf dies, but the pack survives. Summer is the time for quarrels. In winter, we must protect each other, give each other warmth, join our forces. " Running After My Fate (c)codage - Kanala - texte (c)Running After My Fate, The Divide


Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 44396
Membre du mois : 228
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 5628

Fire, Blood and Winter.

House of the Dragon  Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: House of the Dragon    House of the Dragon  Empty


Contenu sponsorisé


House of the Dragon  Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
House of the Dragon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shaking the House of Cards [Tour IV - Terminé]
» Maegor Valtigar - Le dragon de l'Est
» [RP Alternatif] Kill the Dragon
» EKISHAE • une fer né à l'allégeance du dragon.
» Daraen Solverre ~Chevalier du dragon~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Royaume de Peyredragon :: L'île de Peyredragon-
Sauter vers: