Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-47%
Le deal à ne pas rater :
-47% sur SanDisk Carte microSDXC UHS-I pour Nintendo Switch 128 Go
22.99 € 42.99 €
Voir le deal

 

 House of the Dragon

Aller en bas 
MessageSujet: House of the Dragon    House of the Dragon  EmptyLun 10 Mai - 16:31



House of the Dragon
Torrhen & Rhaenys Braenaryon

Forteresse, Ile de Peyredragon, Semaine 3 du mois 1 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
La tempête était restée loin derrière nuit. Fracas dans le lointain, nuages sombres distancés au sud. Eclairs parfois, qui flashent sur l’horizon. Mais le pire était derrière nous. Nuit de terreur pour moi, étouffée dans la chaleur d’un contact humain qui avait fait diversion dans la tourmente, auprès d’une des plus proches amies de mon épouse. J’avais pu un temps oublier mes peurs, oublier cette appréhension viscérale de la noyade, de la fin dans les eaux sombres et noires d’un océan qui avait déjà englouti l’un de mes frères, et tous les espoirs qu’il portait. Je n’étais pas peu satisfait de laisser le tonnerre et des lames de fond grandes comme des montagnes derrière nous. Les dégâts sur la flotte étaient bien réels, mais heureusement aucun navire ne semblait perdu ; il n’y avait déjà plus que les plus gros navires en mer à l’heure de la tempête. Les autres, notamment les galères, faisaient déjà relâche dans plusieurs ports de la Néra pour se ravitailler en eau. A forcer le destin avec ma Garde et quelques bataillons, j’avais failli finir au fond de l’Océan… Moi qui craignais l’eau depuis toujours.


Je respirais, enfin. Mais ça ne changeait rien à mon humeur de ces dernières semaines. Je ressentais à nouveau l’appel de la guerre, du combat. Je savais que le Baratheon était parti pour son opération, avec la terrifiante Meraxès… S’il n’avait pas eu de problèmes avec le dragon en route, comme Rhaenys. L’Impératrice… Que je devais retrouver ici. Elle avait dû prendre un navire depuis Fort-Darion, peu après son départ, mais normalement elle avait largement le temps de faire le trajet. Sauf si bien sûr, la flotte valoise était passée à l’action et avait fermé la Baie des Crabes… La Flotte Impériale serait de toute façon désormais à pied d’œuvre, et quelle démonstration de force que ces dizaines de navires, de cette mère couverte de voiles, de fanions et de coques de bois imposantes des nouveaux dromons de notre flotte. Des milliers d’hommes, marins et troupes transportée. Bientôt l’heure de l’offensive, et en attendant, ce formidable tour de force pour montrer à Peyredragon, pour la première fois, toute l’étendue de la puissance impériale.


Je me passe une main sur l’immonde cicatrice me barrant le visage, avant de me couvrir les yeux du soleil pour distinguer au loin l’oriflamme du dragon, signalant la présence de mon épouse dans la Citadelle. Je débarque au milieu d’un nouveau peuple impérial, pour la première fois. On me dévisage de partout, peuple rassemblé sur les quais et dans les ruelles entourant le port. Qui est donc ce Loup qui a donné un avenir au Dragon ? Un homme grand, puissamment bâti, mais raide au moment de monter son énorme destrier noir. Le regard dur, froid, inébranlable, sous des cheveux et une barbe tous deux filés d’argent. Un vieux guerrier, aussi laid et morne que la Reine était tout feu tout flamme. Cape doublée de fourrures, épée au côté, braies de laine épaisse et plastron de cuir noir frappé du Loup et du Dragon. Pourtant, le respect sur mon passage, et les acclamations pour l’Empire. Nous remontons le chemin pavé vers la citadelle, impressionnante.

Un regard me suffit à la jauger. Si je devais la prendre d’assaut, je perdrais dix mille hommes. Ses murs sont très hauts, ses créneaux pointus empêchant les échelles de s’y accrocher. Les murs sont presque lisses… Ce qui évite l’escalade, et rend inopérantes nombre de techniques de sape, rendue de toute façon extrêmement difficile du fait de la base en roc de l’énorme place forte. Peu de défenseurs pouvaient y tenir face à une immense armée, qui ne pouvait attaquer qu’une seule face et encore, avec difficulté vue la pente et le peu d’espace pour manœuvrer ou creuser des tranchées. Dans tous les cas, l’ensemble était formidable…

Un groupe de gardes Peyredragoniens, surcôt noir et rouge, tient le premier corps de garde. Ils font la haie d’honneur, lance bien droite, et je traverse les mêmes défenses sur les portes successives, la Garde Demalion sur mes talons. Je croise alors leurs homologues emmenés par Rhaenys depuis Fort-Darion… Ma femme est toute proche, alors. Je mets pied à terre, salue la garde de la forteresse de quelques mots leur transmettant salutations et respect, et attends que l’on m’introduise auprès de l’amour de ma vie, dans cet endroit plein de mystère et de grandeur.


(c) DΛNDELION




Soothsayer, can you save them? Can you see the streets in blood? The remnants of your name? Soothsayer, can you save them?Soothsayer, let these words set you free. And now, give this leave and come away with me

Torrhen Braenaryon
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 37474
Membre du mois : 179
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 1160

Fire, Blood and Winter.

House of the Dragon  Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/
MessageSujet: Re: House of the Dragon    House of the Dragon  EmptyVen 4 Juin - 17:01

House of the Dragon
ILE DE PEYREDRAGON, SEMAINE 3 DU MOIS 1 DE L’AN 2

Ma terre. Mon ile. Les yeux fermés, je respirais en haut de la tour de mon château les effluves d’eau salée. Chez moi. Ma demeure était désormais à Fort-Darion mais mon cœur et mon âme appartenait à cette ile. Elle m’avait manqué. Tellement manqué. Tout comme mon peuple. Il avait été si nombreux à m’accueillir, m’acclamant bien plus que je ne me l’étais imaginé. J’avais pris leurs fils, leurs frères, leurs pères, et pourtant, pourtant, ils étaient si heureux de me retrouver, de me voir revenir ici. Les couleurs des Targaryens mais aussi celles de l’Empire flambaient dans les rues et sur les remparts de cette demeure qui m’avait vu grandir. Mon cœur s’était serré et des larmes de joie avaient coulé sur mes joues.

Chez moi, j’étais chez moi.

Il ne manquait que ma famille et tout serait parfait. Torrhen, nos enfants, Athynea et Aeden, Orys et Meraxès. Lorsqu’ils seront tous réunis ici, mon âme sera complète. J’ouvrais mes bras et laissais le vent s’engouffrer. Je rêvais de voler, de survoler mon royaume, retrouver toute cette joie qui avait bercé mon enfance. J’étais là depuis quelques jours, mais je continuais tous les matins à monter ici. Prendre de la hauteur, observer mes terres, mes gens, mon chez moi avant d’entamer ma journée. Et chaque soir, j’y revenais pour admirer les lumières en contre-bas.

Chez moi. Oui j’étais chez moi.

Une voix interrompt mes pensées paisibles. Je me tourne vers l’intendant du royaume, venu en personne. Cela doit être important pour que Lord Verdragon vienne m’interrompre. Je lui adresse un sourire sincère, et descend du rempart. Je vois le soulagement se peindre sur son visage et retiens un rire. Les années avaient passé mais il avait toujours peur de me voir grimper ainsi. Je ne risquais rien pourtant. Votre altesse impériale… Rhaenys, nous en avons déjà parlé, pas plus tard que hier. Lui coupais-je la parole, mais en vain, nous le savions lui comme moi. Votre altesse impériale, le bateau de son altesse impériale Torrhen Braenaryon a été vu au large. Il devrait accoster d’ici peu. Torrhen. Mais… Quant est il de la Licorne ? Elle devrait arriver plus tard. La flotte a du essuyer une tempête violente et il a été jugé plus sage de différer les arrivées. Plus sage oui mais savoir mes enfants sans Torrhen ou moi-même pour veiller sur eux… Je chassais cette pensée négative de mon esprit. Ils n’étaient pas seuls. Gawain et Mina étaient avec eux. Peut-être Daena et Isla également. Je devais leur faire confiance pour veiller sur mes enfants. Tout est il prêt ? Naturellement votre altesse impériale Rhaenys... Cependant… Cependant ? Il serait sans doute plus… Hmm… Adéquate que votre altesse impériale puisse revêtir une autre toilette. Je jetais un coup d’œil à ma tenue… et cela m’arracha un rire sincère. Il est certain qu’accueillir l’empereur en habits de nuit n’est pas… Comment avez-vous dit ? Adéquate. Du soulagement de nouveau passa sur ses traits. Avec l’envie de grimper ici, je n’avais pas pris le temps de m’habiller et je portais toujours ma chemise de nuit.

Torrhen. Il était enfin là. J’attendais dans le hall, en faisant les cent pas. J’avais voulu venir à sa rencontre mais mon intendant m’avait rappelé que le protocole exigeait que je l’attende ici, à l’entrée du château. J’avais hésité à lui dire que ces règles, il pouvait se les… Mais je m’étais retenue et avais accédé à sa requête. Bien droit, il attendait avec patience, même s’il ne cessait de me jeter quelques regards m’enjoignant à prendre exemple sur lui. Au moins étais-je habillée désormais, dans une tenue purement peyredragonnienne aux couleurs de ma maison natale. Ma robe était assez échancrée, et mettait plus qu’en valeur mes courbes, toutes mes courbes. Ma grossesse ne pouvait pas plus se voir qu’ainsi soulignée. J’avais refusé de chausser autre chose que de sandales ouvertes, dont les rubans remontaient le long de mes mollets. Ma jeune camériste avait fait un excès de zèle en ornant ma tête d’un diadème appartenant jadis à ma mère et mes cheveux étaient bien trop emmêlées à elle pour que je puisse l’enlever et est le temps de le faire surtout avant que Torrhen n’arrive. J’avais pris sur moi pour ne pas la chasser de ma chambre. J’avais bien vu qu’elle pensait bien faire et me faire ainsi plaisir. Mais, je n’étais pas Visenya, même si, je devais l’admettre, je lui ressemblais beaucoup, coiffée et habillée ainsi.

Les lourdes portes s’ouvrirent.

Enfin.

Je devais reprendre place à côté de mon intendant, mais je n’en fis rien. Les gardes s’écartaient et Torrhen m’apparut.

Enfin.

En quelques pas, je l’avais rejoint. En quelques pas, mes lèvres trouvèrent les siennes. En quelques pas, et mes mains s’enserraient.

Aux autres la bienséance. Elle ne m’avait jamais réussi de toute façon.





PRYJATAS


Je prendrai ce qui me revient par le feu et le sang. Je ne suis pas une femme ordinaire et mes rêves se réalisent. Nous sommes la Meute et la Volée et nous n'avons pas peur. Nous choisissons la violence et nous répondrons à l'injustice par la justice. Jusqu’à ce que le soleil se lève à l’Ouest et se couche à l’Est, jusqu’à ce que les rivières soient asséchées et que les montagnes frémissent au vent tels des feuilles. (c)codage - Kanala

Rhaenys Braenaryon
Rhaenys Braenaryon
Femme ? Est-ce censé m'insulter ? Je vous retournerai la gifle, si je vous prenais pour un homme
Messages : 3690
Membre du mois : 10
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon, dont la devise est "feu, sang et hiver"
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis ● Impétueuse ● Revancharde ● Fidèle ● Aimante
Célébrité : Emilia Clarke

Infos supp.
Richesses : 131

Femme ? Est-ce censé m'insulter ? Je vous retournerai la gifle, si je vous prenais pour un homme

House of the Dragon  Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t79-rha https://bloody-crown.forumactif.org/t340-rh https://bloody-crown.forumactif.org/t3278-rha HTTPS://KANALATTAQUE.TUMBLR.COM/
MessageSujet: Re: House of the Dragon    House of the Dragon  EmptyVen 4 Juin - 17:49



House of the Dragon
Torrhen & Rhaenys Braenaryon

Forteresse, Ile de Peyredragon, Semaine 3 du mois 1 de l’An 2 de l’Ere des Luttes
Je suis intimidé par l’endroit. Et pas qu’un peu. La forteresse était grandiose. Ses arêtes semblaient être autant de crocs qui sortaient de la roche, comme une gueule monstrueuse, prête à avaler l’île qu’elle encadrait. J’étais surpris de la froideur de l’endroit. De sa magnificence presque glaciale, qui n’était pas sans me rappeler mon Nord natal. Rien de superflu, du moins dans les couloirs et halls réservés aux usages officiels. Et partout ces sculptures et ces éléments de défense travaillés à même la roche… L’endroit avait des relents de puissance, et de magie ancienne. Quelque chose qui résonnait au fin fond de mon âme, et qui éveillait en mon cœur une terreur ancienne, presque primale. Cet endroit n’était pas pour les hommes ordinaires.


Mais je n’avais pas peur. Je repoussais ces ténèbres. Ou plutôt je m’y complaisais sans leur résister, sans leur tenir tête. La noirceur me connaissait ; elle accompagnait chacun de mes pas depuis tant et tant d’années. Des lames dans le noir, des hurlements, c’était ça, mon existence toute entière. La mort en plein jour, mais l’obscurité partout et tout le temps. Il n’y avait qu’une chose qui m’apportait un peu de lumière. Une femme. Et celle-ci se trouvait derrière les lourdes portes renforcées d’un fer noir comme la nuit.


Belle comme au premier jour, et pourtant si différente. Jadis svelte et menue, Rhaenys était enceinte, de sa seconde grossesse. Pour ne l’avoir vu qu’en cuirs de combat et mailles bien peu féminines depuis des mois, ou dans le plus simple appareil au moment du coucher, j’étais pris par surprise. Et complétement subjugué. Aussitôt, un effroyable brasier s’alluma dans mes reins ; je la désirais comme je ne nourrissais de désir pour aucune autre, malgré les sollicitations, malgré les tentations. Inassouvies. Il n’y avait qu’elle. Son ventre s’arrondissait à nouveau. Ses seins dont on voyait plus que la naissance étaient lourds, désormais, tout juste retenus par la robe qui dévoilait une large part de sa chair, de ses formes sensuelles et voluptueuses.


Je capte le violet irisé de flammes de son regard. Je chancelle. Le palpitant qui cogne lourdement dans la poitrine. Fou épris d’elle, à en crever. Le vieux loup défiguré et assassin, si faible devant la dragonne, tout entier conquis. A tout jamais. Je souris, en voyant le diadème. Par les dieux, qu’elle était belle.


Et la voilà qui se dirige vers moi. Et moi vers elle. D’une impulsion, d’une ignorance totale et volontaire de tous les usages, garde plantée sur mes talons avec la souveraine indifférence de l’homme qui n’avait plus qu’un désir en tête.


Je retrouve les bras de ma femme. Je l’enlace fort, sans pitié pour notre différence de taille et de carrure. Elle est à moi, et je suis à elle. Elle m’a manqué. Et sans l’avouer jamais, j’avais encore craint pour elle. Pour son long voyage à dos de dragon. Pour son obstination. J’avais craint qu’elle ne m’écoute pas et mène la dragonne à la guerre. Mais il n’en avait rien été. J’étais rassuré, à demi étouffé de soulagement presque plus que d’amour et de désir. Nous nous cueillons au vol. Bouches avides, câlines ; je ferme les yeux en goûtant son contact, sa chaleur, qui achève d’ardeur le propre brasier qui couvait en moi. C’est moi qui fait dégénérer le baiser, cherchant sa langue, son souffle, aspirant tout d’elle comme d’une énergie salvatrice, qui me donnait enfin le sentiment d’être complet. Nous ne nous séparons qu’à grand peine, son corps attiré contre le mien, pressé contre. Je vrille, intérieurement. Ce corps, je veux l’enlacer, le déshabiller, l’aimer… Mais pas maintenant, et surtout pas ici. Je nous détache après un long moment d’étreinte brûlante, bien conscient des regards gênés de nos entourages respectifs. Je murmure à son oreille, ne me laissant pas démonter du regard des autres.



| Tu es plus belle que jamais, Jentys-Zaldryze. Tu es magnifique. |


Je souffle contre la chair tendre et chaude de son cou.


| Il va nous falloir trouver un moment pour que je te débarrasse de cette tenue… Et que je t’aime comme tu le mérites. Tu m’as fouetté les sangs, par les dieux. |


Je reprends un rien de distance, mis au supplice. Et regarde son ventre, devant lequel je m’agenouille sans honte aucune, pour le caresser de la main, et y déposer un baiser protecteur, possessif, avant de le caresser à nouveau en me relevant.


| Le louveteau pousse, mon amour. J’en déduis que tu te portes bien ? Mieux qu’avant ton départ ? |


Je parle d’une voix plus forte, pour être entendu de tous.


| Ma Dame, c’est un plaisir et un honneur que vous m’accueillez en votre forteresse. Je suis content d’être ici, et de pouvoir venir à la rencontre de votre peuple dont j’ai vu tant de courage et d’honneur sur le champ de bataille, tant de valeur et de compétence pour les choses de paix. J’ai hâte de découvrir le berceau de votre patrie. |


(c) DΛNDELION




Soothsayer, can you save them? Can you see the streets in blood? The remnants of your name? Soothsayer, can you save them?Soothsayer, let these words set you free. And now, give this leave and come away with me

Torrhen Braenaryon
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 37474
Membre du mois : 179
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 1160

Fire, Blood and Winter.

House of the Dragon  Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/
MessageSujet: Re: House of the Dragon    House of the Dragon  Empty


Contenu sponsorisé


House of the Dragon  Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
House of the Dragon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Dragon Crusaders [DVDRiP]
» [UPTOBOX] House of Fury [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Ninja Assassin [DVDRiP]mp4
» [UPTOBOX] La Légende de Bruce Lee [DVDRiP]
» [UploadHero] House of the Rising Sun [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Royaume de Peyredragon :: L'île de Peyredragon-
Sauter vers: