Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Carte graphique MSI – AMD Radeon RX 6800XT ...
Voir le deal
699 €

 

 Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX]

Aller en bas 
MessageSujet: Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX]   Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] EmptyMar 27 Avr - 23:38






Pour le Nord et l'Empire

Jon Stark

Eleanor avait fait venir le Mestre suite à un retard dans ses règles, ce dernier avait confirmé ce qu’elle ressentait depuis quelques jours déjà. Elle était enceinte ! A l’instant où il lui avait dit qu’elle attendait bien un bébé, elle aurait sauté de joie si elle avait pu, mais elle était assise dans le lit le ventre à l’air, ce n’était donc pas très pratique. Alors, elle avait attendu qu’il soit sorti et avait jubilé un bon moment en solitaire. Si elle s’était écouté, ou plutôt si elle avait écouté la Eleanor Tully qui vivait toujours en elle, elle aurait dévalé les escaliers, couru dans les couloirs, cherché son époux partout et l’aurait trouvé où qu’il se trouve pour lui annoncer la bonne nouvelle. Au lieu de ça, elle s’était contentée de hurler dans les coussins, de joie. Puis d’angoisser à en pleurer. Parce que cela signifiait trois choses. D’une part elle risquait de perdre cet enfant, la grossesse était toute récente et d’autant plus fragile, d’autre part, elle risquait de mourir, elle ferait tout pour se ménager et éviter de se vider de son sang pendant la grossesse, mais fausse couche plus ou moins tardive ou accouchement compliqué, elle aurait beau faire tout ce que le Mestre lui disait, elle ne pouvait pas éliminer tous les risques. Mais le pire, et ce pourquoi elle essuyait à présent ses larmes, c'était que cela impliquait que Jon allait repartir pour la guerre, avec tous les risques que cela comportait pour lui et l'éloignement qu’elle allait à nouveau devoir supporter, seule cette fois, Walton était parti, et sans lui ni Jon, Winterfell serait bien différente. Elle allait devoir assumer son rôle de Reine cette fois et sans le soutien précieux d’un autre Stark.

Après avoir retrouvé ses esprits et séché ses larmes, après avoir longuement prié, après avoir prit sur elle pour sourire et ne surtout pas pleurer, la jeune femme se rhabilla et se recoiffa. Elle mit un peu de poudre sur ses joues pour effacer les traces de son chagrin et sortit de la chambre royale que le jeune couple partageait à présent depuis plusieurs semaines afin de trouver son époux pour lui annoncer la bonne nouvelle avant que le Mestre le fasse.

Winterfell était une immense forteresse, surtout par rapport à Vivesaigues et comme si cela ne suffisait pas c’était un véritable labyrinthe. on savait d’où on partait mais on ne savait jamais où on arrivait, même après un an à en arpenter les couloirs et les escaliers, elle n'était jamais certaine d’arriver là où elle le voulait. Heureusement ‘LA LOUVE’ qui avait l’habitude de veiller sur Sigyn était avec elle et connaissait le chemin. Sans même que la Reine ait eu besoin de lui demander, elle sut qui elle devait chercher et n’eut aucun mal à suivre le Roi du Nord à la trace. Elle était encore petite, même si elle dépassait déjà la plupart des chiens avec qui elle faisait ses classes plusieurs heures par jour avec le Maître chasse. Mais son flaire ne pouvait pas perdre le moindre membre de la petite famille, ni le changement à venir d’ailleurs. Depuis quelques semaines à présent, il ne fallait pas s’approcher de la Reine avec trop d’entrain, particulièrement si on portait une arme, seul Jon pouvait se le permettre sans que la louve ne se mette à grogner, et ceux qui avaient insisté, de pauvres gardes qui n’avait rien demandé, avaient été contraints de reculer car la bête avait sauté entre eux et la jeune femme sans hésiter. Évidemment Eleanor n'avait pas remarqué ce léger changement de comportement, elle était plutôt protectrice, mais pas à ce point. Ce ne fut qu’une fois au courant de son état et tandis qu’elle marchait dans les couloirs croisant quelques gardes, de fait, qu’elle nota ce comportement de la part d’Ulva et le lia à son état, comprenant les nouvelles manies de la jeune canidé. Avec un sourire, amusé mais aussi fier, elle lui gratta la tête un instant tout en continuant à marcher.

__ Tu savais depuis longtemps toi, hein…

La louve regarda la Reine et lui lécha la main en guise de réponse, ce qui fit rire l’humaine et lui pinça le cœur tout en même temps. Elle se disait qu’avec une telle protection, elle pouvait bien laisser partir son époux à la guerre, mais au final, c'était lui qui aurait besoin de la protection d’Ulva sur le front et non Eléanor, Sigyn ou l’enfant à venir, avec les murailles de Winterfell et la garnison pour les protéger. Elle était triste de ne pas pouvoir lui offrir cette protection, mais un loup n’était pas un chien, malgré le dressage et les efforts du veneur, Ulva était attachée à Sigyn et elle refuserait probablement de quitter la Princesse pour suivre son père, qui ne devait plus être loin à présent...


Anonymous
Invité
Invité


Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX]   Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] EmptyJeu 13 Mai - 9:22

Jeyne. Comment était-il possible un seul instant que cela puisse être vrai ? En réalité, il s'y attendait depuis un bon moment, et surtout, il le redoutait ardemment. Sa dernière rencontre avec Lyman Lannister remontait purement et simplement au jour de son mariage avec sa sœur, ils étaient encore tous les deux princes à cette époque-là et l'entente avait été cordiale sans qu'ils ne parviennent pour autant à créer un lien durable entre eux deux, un lien dans le temps. Certes, ils s'étaient félicités pour les bonheurs de leur existence, notamment avec les naissances de Martyn pour l'Ouest et celle de Sigyn pour le Nord. Jon avait été présent également à l'annonce du décès du roi lion, Loren et s'était positionné comme potentiel soutien vis-à-vis du jeune roi qui faisait face au décès de son père. Encore une fois, les échanges avaient été cordiaux mais tout ça s'était arrêté là. Il était certain que l'Ouest jouait un jeu assez trouble depuis le tout début. Sur le papier, Les Lannister étaient des alliés mais dans les faits, ils préféraient rester à l'écart, de façon plus ou moins sincère, des doutes ayant été émis concernant un possible financement des troupes Hoare. Mais dans tout cela, il y avait Jeyne, et Martyn, bien qu'il prenne ce neveu inconnu en considération, il pensait avant tout à cette sœur avec qui il avait tant partagé par le passé. Et avec qui, il avait espéré tant partager dans un futur proche. Il avait mal, si mal au plus profond de lui, il aurait tant aimé que Jeyne vienne à le prévenir, vienne à lui écrire avant que le couperet tombe, que ce n'était pas elle, qu'elle n'était pas d'accord avec lui, qu'ils avaient, simplement, dû tout confondre. Il n'y avait plus de doute aujourd'hui, s'il venait à croiser sa sœur, celle-ci serait son ennemi, s'il venait à croiser son beau-frère, celui-ci serait mort. Il n'y avait pas d'autre solution, l'un ou l'autre viendrait à périr dans les combats à venir et dans tous les cas, les Stark seraient à jamais désunis. Soit la mort les attendait, soit Jeyne ne pourrait jamais leur pardonner de lui avoir pris son mari et le père de ses enfants et le résultat serait le même. Terrible conclusion que celle-ci, mais pour autant, il n'avait pas d'autre choix, il devait prendre tout cela en considération et il se devait d'agir. Jon avait promis à sa sœur, depuis leur enfance, qu'il viendrait toujours à la protéger, et c'est ce qu'il comptait bien faire cette fois encore, même si cela voulait dire qu'il devait la protéger d'elle-même, de ses sentiments, de cet attachement pour un homme qui avait détruit leur famille.

Le chagrin et la colère étaient deux sentiments forts chez le Jeune Loup, et il fallait bien avouer que l'annonce de cette décision avait été un coup de massue derrière la tête pour le souverain du Nord. Pour autant, il était conscient des risques militaires pour son royaume, et surtout pour sa famille. Il avait pris conscience que sa place n'était pour le moment plus dans son fief, auprès de sa femme et de sa fille, mais qu'il devait partir dans le Sud, qu'il devait rejoindre son père, son frère et qu'il devait combattre à ses côtés. Il n'avait pas encore pris la décision d'en parler à Eléanor, il la sentait quelque peu fatiguée ces derniers jours et bien qu'ils s'étaient tous les deux rapprochés, il ne savait pas toujours y faire avec son épouse et il ne voulait surtout pas la brusquer. Néanmoins, il préparait avec ardeur les combats à venir et surtout la sécurité du Nord et de sa famille. Il avait déjà demandé à Lyanna qu'il prenne soin de son épouse et de sa fille, elle avait accepté bien à contrecœur de se charger de cette mission, non pas parce qu'elle n'aimait pas les deux mais parce qu'elle aspirait à autre chose, cette autre chose que Jon n'était pas prêt à lui accorder. Elle ne viendrait pas au Sud, telle était la décision de son cousin, mais encore plus la décision de son souverain. Il agissait aujourd'hui en tant que chef de la meute, et il faisait des choix, des choix qui lui apparaissaient le plus pertinent au vu de la situation et à ses yeux, la place de Lyanna était à Winterfell et non ailleurs. Pour le reste, il avait confié la charge du royaume, la sécurité de Winterfell et la protection de tous à son cousin Roland. Il avait toute confiance en lui et savait son attachement aussi fort que lui à leur maison et à leur royaume. Il était d'ailleurs en train de parler de stratégie, détaillant certains plans à son cousin quand on le prévint alors de l'arrivée de son épouse. Il remercia alors son cousin, lui donnant rendez-vous un peu plus tard dans la journée et il replia rapidement les cartes sur la table pour voir son épouse entrée, en compagnie de Ulva. Jon se baissa alors, un doux sourire aux lèvres, et la louve vint à se précipiter vers lui, pour recevoir quelques caresses avant que l'homme ne se redresse et vienne prendre son épouse dans ses bras, posant un délicat baiser sur ses lèvres, puis un autre sur son front. « Je ne m'attendais pas à te voir, mais je suis heureux que tu sois venue me rejoindre. » Il plongea son regard dans le sien. « Tu vas bien ? »


Jon Stark - Le Jeune Loup
Roi du Nord


The enemy is at our gates,
Old allies, new traitors.
Even blood can fail you.
Winter is Coming.

Jon Stark
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Messages : 9390
Membre du mois : 142
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Sarcastique ♦ Loyale ♦
Célébrité : Kit Harington

Infos supp.
Richesses : 5309

∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇

Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX]   Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] EmptyMar 25 Mai - 16:57






Pour le Nord et l'Empire

Jon Stark

Comme souvent, Eleanor était à mille lieues des préoccupations de son époux et de ses états d’âme. Elle se tenait autant que possible à l'écart des rumeurs et bien que l’entrée en guerre de l‘Ouest et du Val contre l’Empire ait été confirmée, même pour elle, elle avait prit trop de distance avec les tenants et les aboutissant de tout cela pour être pleinement consciente de ce que cela signifiait pour les Stark, les vrais, ceux qui avaient partagé une enfance avec la Reine de l’Ouest. Evidemment elle était triste, triste pour Jon, pour Walton, pour Lyanna aussi. Triste pour Torrhen. Et triste aussi pour Jeyne, peut-être même plus que pour les hommes qui avaient gardé leurs noms, leurs royaumes, qui étaient restés chez eux tandis que Jeyne quittait sa demeure pour une autre sans que le choix ne lui soit réellement laissé. Elle ne savait que trop bien ce que cela signifiait, et épouser un homme c'était aussi épouser ses causes, qu’on les trouve juste ou non. En l'occurrence, elle n’avait pas d’appétit pour la politique, et elle trouvait, objectivement ou non toutes les causes de l’Empire et de Jon justes, par principe, par loyauté et par amour. Parce qu’elle n’avait pas d’autres choix et qu’elle n’avait aucune envie de savoir réellement ce qui était juste. Alors elle comprenait que Jeyne n’ait rien dit et qu’elle ne se soit pas enfuie ou toute autre chose qui aurait, aux yeux de Jon prouvé qu’elle était toujours une Stark, toujours une louve de la meute de Winterfell. Elle comprenait parce que si un jour, son époux ou le père de celui-ci venait à se retourner contre son propre père, elle n’aurait pas le courage de faire un autre choix que celui qu’avait dû faire Jeyne. Elle aimait toujours son père et la Maison Tully, et elle en faisait toujours partie, mais sa fille et l’enfant à venir eux étaient des Stark, elle ne pouvait pas partir avec eux sous le bras pour défendre son père, traverser le Nord et se réfugier au Conflans avec les héritiers Stark, elle pouvait encore moins les abandonner et elle ne pouvait pas risquer de trahir son époux et sa famille en divulguant de telles informations à son père. Et ce choix, elle le savait, elle le ferait et le regretterais amèrement tout le reste de sa vie. Ainsi sont les mariages royaux, on ne sait pas ce qu’ils peuvent apporter avec eux de devoirs et de choix terribles à faire.

On annonça son arrivée au Roi et elle vit promptement sortir Roland qu’elle salua d’un grand sourire et d’une courte révérence avant d’entrer dans le bureau. Ulva répondit avec enthousiasme à l’affection de Jon et la Stark regarda la scène avec tendresse et ce même pincement au cœur qui l’avait pris un peu plus tôt. Mais quand son époux s’approcha d’elle pour l'enlacer, une toute autre idée lui vint en tête et ses peurs s'évanouirent presque instantanément. Elle se contenta de lui rendre son étreinte et allait l’embrasser quand il lui demanda si elle allait bien. Elle leva vers lui des yeux pétillants de malice et de joie et un sourire illuminait son visage, son cœur faisait un boucan de tous les diables dans sa poitrine, elle avait l’impression qu’il allait exploser. Elle était tellement heureuse d’avoir une bonne nouvelle à lui annoncer, peut-être de quoi lui redonner le sourire. Si tant est que cela soit possible. Il était si sérieux ! Elle était contente pour elle, pour lui, pour le Nord et pour l’Empire, contente que leur union à défaut d’être simple soit fructueuse, contente de le faire à nouveau père car il était bien plus qu’un géniteur. Son palpitant n’en pouvait plus de sonner tambours et trompettes en l’honneur de l’enfant qui serait peut-être l'héritier du Nord ! Elle était fière aussi, de porter son enfant, et de pouvoir le lui dire sans accompagner la bonne nouvelle de perte de sang inquiétante ou toute autre chose qui gâcherait leur bonheur. Les Dieux puissent nous donner un fils.

La jeune femme posa délicatement ses doigts sur la joue du jeune loup sans un mot de plus et déposa un doux baiser sur ses lèvres avant de prendre sa main et de la poser sur son ventre tandis qu’Ulva s’était couchée dans un coin et levait un sourcil sur le couple Royal.

__ J’ai une nouvelle de la plus haute importance Sire.

Fit-elle un brin espiègle avec un ton trop sérieux pour un visage trop amusé, observant sa réaction en essayant de ne pas rire, trop heureuse qu’elle était pour tenir jusqu’au soir avant de lui annoncer sa grossesse. Trépignant d’impatience sans pour autant savoir comment il accueillerait la nouvelle. Elle savait qu’il n’était pas aussi démonstratif qu’elle et qu’il avait bien d'autres choses en tête, même si c'était important aussi pour la Maison Stark et pour le Nord. Mais elle, elle était aux anges, elle explosait, intérieurement jusqu’ici, d’une joie sans mesure qu’elle voulait partager avec lui, quelle que soit sa manière à lui de la vivre, car il serait heureux, elle n’en doutait pas, même si cela impliquait d’autres choses nettement moins réjouissantes.

Dans cet océan de chagrin et de guerre, dans le sang et les larmes qui étaient versées sur tout le continent des simples masures aux palais des puissants. Entre les trahisons des unes, les attentes démesurées des autres, la vie avait prit place dans le ventre de la Reine. Le monde pouvait bien prendre feu...


Anonymous
Invité
Invité


Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX]   Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] EmptySam 29 Mai - 14:50

Jon espérait ardemment qu'un jour, la vision de son père, et de sa belle-mère, devienne réelle. Il espérait réellement que l'idée d'une paix durable puisse être possible pour chacun d'entre eux, pour que l'avenir ne soit pas rouge sang, qu'ils en finissent une bonne fois pour toute avec la guerre, avec les guerres qui couraient un peu partout à travers Westeros. Il avait déjà eu cette conversation avec son père, concernant le fait qu'il semblait si fatiguer, déjà si blaser par le fer et par le sang, par les combats, alors qu'il n'avait réellement intégré l'armée qu'il y a peu de temps, juste deux ans tout au plus. Certes, il n'était pas le plus vieux combattant, d'autres qui avaient commencé en même temps que lui, étaient déjà morts, d'autres qui étaient aux côtés de son père depuis le début des hostilités étaient encore debout, bien qu'ils se faisaient de plus en plus rare. Même Torrhen Braenaryon faisait aujourd'hui parti des exceptions. La guerre ne l'avait en aucun cas épargnée, il ne savait pas ce qu'il en était aujourd'hui, après des mois de séparation, mais il se souvenait parfaitement de la bataille de la Mort-aux-Loups, contre les sauvageons, qui avaient grandement affaibli le souverain. Il avait été fortement affaibli par la fièvre qui s'en était suivi, et il avait pris un coup de vieux, la mort de son dernier frère n'avait sans doute pas aidé dans son rétablissement. Jon et son père s'étaient retrouvés après la bataille d'Eysines, ou plutôt pendant cette dernière, arrivant de deux directions différentes. Buron avait été un moment charnier, qui lui avait laissé de larges cicatrices. Mais il s'était passé tant d'autres choses depuis, le départ pour Accalmie, la tentative de meurtre contre les jumeaux impériaux, la guerre contre le Bief, la marche arrière de l'Empereur et pour couronner le tout, la déclaration de guerre du Val et surtout celle de l'Ouest. Jon avait compris avec le temps qu'il était sans doute bien trop ressemblant à son père pour qu'ils arrivent à communiquer l'un avec l'autre de façon convenable. Cependant, il pouvait également savoir qu'elle avait dû être sa réaction en apprenant tout cela, car il avait eu la même. La trahison avait quelque chose de difficile à accepter, même à comprendre quand cela venait d'une personne aussi proche que l'était Jeyne vis-à-vis de son père, mais aussi de ses frères. Il s'était tout simplement laissé tomber dans son bureau en apprenant la nouvelle, il en avait pleuré, ajoutant un peu plus à l'amertume qui était la sienne et il s'était enfermé pendant un long moment, seul, pour pouvoir écumer un peu de la rage qui l'habitait. Il ne pouvait qu'imaginer que la réaction de son père avait été à peu près identique à la sienne, même pire encore. Jeyne était tout pour lui, bien plus que ces autres enfants. Ce n'était pas qu'il l'aimait moins lui, ou Walton, mais c'était dans tous les cas un amour différent, elle restait sa petite fille, bien qu'elle avait grandi et qu'elle était devenue mère à son tour.

Jon avait compris que son temps à Winterfell était maintenant révolu, qu'il ne pouvait plus rester ici, bien qu'une part de lui l'aurait voulu, pour veiller continuellement sur sa famille. Il avait tellement peur qu'on puisse s'en prendre à Sigyn ou à Eléanor pendant son absence, et bien qu'il faisait confiance à son cousin Roland, il n'était pas pour autant serein. Mais il savait que sa place n'était pas ici dans le Nord, mais au Sud, avec son père, avec son frère, avec Bowen. Il devait rejoindre la meute, faire comprendre qu'il restait droit dans sa ligne de conduite et qu'il continuait à être fidèle à son père, bien plus qu'à l'idéal que ce dernier prônait. Il avait été franc dans la missive qu'il avait rédigé à son égard, alors que son cœur était dévasté par la position nouvelle de Jeyne, par la disparition de Conrad, qui avait été un père de substitution pour lui et à la fois partagé par la victoire de Bowen dans le Conflans et la mort de Yoren Hoare. Tout était mélangé dans son esprit, mais sa détermination était maintenant puissante, il avait pris confiance en ses capacités de souverain et ce n'était pas en tant que fils de Torrhen Stark qu'il allait quitter cette fois Winterfell et le Nord, mais en tant que Jon Stark, souverain du Nord, dit le Jeune Loup. Penser ainsi était peut-être un peu présomptueux, mais il se sentait plus fort qu'avant, réglant certaines thématiques personnelles qui l'avaient étranglé jusque là. Tout n'était pas forcément terminé, mais il avait parcouru du chemin, autant en tant que roi, que d'un point de vue plus personnel. Les choses étaient notamment plus simples avec Eléanor, et c'était un poids en moins qui pesait aujourd'hui sur ses épaules. Ils avaient réussi à trouver une certaine entente l'un avec l'autre, la naissance de Sigyn ayant fortement apaisée leur relation commune. Et cela avait quelque chose de réellement agréable. Quand elle apparut dans son bureau, il lui décocha un sourire sincère, prenant quelques instants pour saluer Ulva qui ne cessait de grandir. Il se redressa et échangea un baiser simple mais tendre avec son épouse. Oui, tout était bien plus simple entre eux, moins de colère, moins de pression l'un envers l'autre.

Le jeune souverain se demandait bien ce que lui voulait son épouse au beau milieu de l'après-midi, elle savait en général que quand le souverain était dans son bureau, ce n'était pas pour le simple plaisir de se cacher dans la pièce, bien que cela avait été le cas au début de son retour à Winterfell après la victoire contre Harren. Mais maintenant, il faisait en sorte de pouvoir s'accorder du temps pour être avec son épouse et leur fille. Mais, il ne lui fallut pas très longtemps pour qu'elle fasse part de la raison de sa venue. Et quelle raison ! Alors qu'il aurait sans doute repoussé le geste par le passé, il avait laissé Eléanor prendre sa main pour pouvoir ensuite la poser sur son ventre. Sans les paroles qu'elle prononça juste derrière, il n'aurait sans doute pas compris ce qu'elle cherchait à lui dire par là, mais alors qu'elle le fixait avec un peu d'espièglerie, il fit le lien rapidement entre cette nouvelle si importante à lui dire et sa main posée sur le ventre de son épouse. Eléanor était enceinte ! Eléanor était enceinte ! Cette phrase ne cessait de tourner dans son esprit et il se souvint alors de la dernière fois où elle lui avait fait par d'une telle nouvelle. Jon avait alors tellement paniqué à l'annonce de la naissance future du premier enfant du couple royal du Nord. Il venait d'apprendre par son père qu'il était possiblement un bâtard, et n'avait pas su gérer un instant le fait qu'il allait devenir père à son tour. Mais il avait bien évolué aujourd'hui, il avait pu comprendre de nombreuses choses, et la naissance de Sigyn avait été un bonheur si absolu, qu'il avait enfin senti qu'il était un homme accompli en prenant sa fille dans ses bras juste après sa naissance. Elle avait révélé la meilleure partie qui existait en lui et c'était grâce à Eléanor, s'il avait pu accomplir cela. « Par les Anciens Dieux, tu es enceinte ! » Cria-t-il de joie, ne pouvant se retenir plus longtemps. Il la prit contre lui, un sourire débordant de joie à ses lèvres, il la serra et vint alors à la faire tournoyer quelques instants dans les airs, avant de la reposer à terre avec un peu de maladresse, bien trop dans son euphorie sur l'instant pour pouvoir réprimer cet élan. Il posa ses mains sur le visage de son épouse, venant alors sceller ses lèvres aux siennes avec passion, avant d'embrasser ses joues, puis de glisser ses lèvres dans sa nuque. Il ne s'arrêta pas là, son trajet continua dans le décolleté de son épouse, puis le long de sa poitrine avant de descendre jusqu'à son ventre, embrassant ce dernier avant de coller son visage contre celui-ci. Il resta un instant là, les yeux fermés, comme pour communier avec cet enfant à naître puis il se redressa, gardant sa main sur le ventre de son épouse, l'autre venant se poser sur sa joue. « Tu es certaine de toi ? Tu as vu le mestre ? Et … Tout va bien ? Tu vas bien ? » Dit-il en la fixant dans les yeux.


Jon Stark - Le Jeune Loup
Roi du Nord


The enemy is at our gates,
Old allies, new traitors.
Even blood can fail you.
Winter is Coming.

Jon Stark
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Messages : 9390
Membre du mois : 142
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Sarcastique ♦ Loyale ♦
Célébrité : Kit Harington

Infos supp.
Richesses : 5309

∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇

Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX]   Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] EmptyDim 27 Juin - 18:24






Pour le Nord et l'Empire

Jon Stark

Eleanor avait bien senti que Jon avait été terriblement blessé par l’entrée en guerre de l’Ouest, mais elle n’avait rien osé dire à ce sujet, préférant garder la réserve que de risquer de briser le lien qui les unissait à présent. Elle ne savait donc pas vraiment ce qu’il ressentait vis à vis de Jeyne, mais elle imaginait que si elle se retrouvait dans une situation similaire, elle ne pourrait qu’être blessée. Si le Nord et le Conflans entraient en guerre, elle n’aurait d’autre choix que de suivre le mouvement, trahissant son père et son frère pour le bien de Sigyn et de sa nouvelle famille. Elle n’oublierait pas pour autant d’où elle venait et elle saurait parfaitement ce qui se dirait d’elle à Vivesaigues, mais elle n’aurait que ses larmes pour pleurer et cela ne cessait de la canuler. Elle ne fit pas non plus part de cet état de fait à son époux, peut-être aurait-il pu relativiser la position de sa sœur, mais il était plus probable qu’il entre dans une colère noire et elle ne pouvait pas y faire face. En un sens elle préférait que la colère soit tournée contre Jeyne et non contre elle et se faisait donc le plus discrète possible à ce sujet tant que la situation ne se posait pas, et priant pour qu’elle n’ait jamais à faire un tel choix, qui, nécessairement la plongerait dans un terrible margouillis. Depuis quelques mois, leur relation s’était apaisée, en grande partie grâce à la naissance de leur fille, et c’était plus qu’agréable de se sentir enfin appréciée, et même contre-aimée. Ils n'étaient toujours pas vraiment en phase, mais ils avaient trouvé une manière de partager leurs existences sans tension ni pression et les temps passés en famille ou à deux étaient devenus pleins de bonheur et d’affection. Rien ne devait gâcher cela et cette nouvelle grossesse scellerait pour de bon leur couple, elle n’avait pas le droit d’en douter. Elle devait garder l’espoir, elle devait garder à l’esprit que peu importe ce qu’on pourra vous dire, les mots et les idées peuvent changer le monde.

Quant à la guerre, elle se poursuivait inexorablement, mais la jeune mère naïve croyait en la paix, en le pouvoir de l’Empire d’unifier tous les royaumes et de préserver sa famille dans son ensemble. Elle la voyait donc d’un bon œil même si elle lui avait déjà enlevé sa mère, indirectement et éloigné son époux de interfell auparavant. C’était un mal our un bien et elle devait s’y plier, comme n’importe quelle femme, et à la façon d’une Reine. Comme Maedalyn qui était morte en couche sans son époux. Elle ne pouvait que prier pour ne pas connaître le même sort. Mais cette préoccupation, ici, à l'abri des murs de Winterfell, semblait si lointaine, presque irréelle. Nombreux étaient les nordiens arrivés dans le Conflans, et ils étaient moins nombreux quand ils étaient revenus de la dernière campagne, elle le savait bien, mais ses proches, ceux à qui elle tenait, ceux qu’elle connaissait, étaient tous revenus. Jon l’avait pourtant prévenu qu’il repartirait et pourrait ne pas revenir, mais elle ne voulait pas y croire, elle refusait ce fatalisme, peut-être même ne repartirait-il pas. Elle l'espérait parfois, sans vraiment y croire.

La jeune femme ne sentait pas encore l’enfant, mais elle l’aimait déja de tout son coeur, autant qu’elle aimait Sigyn, avec cependant la conscience, en arrière plan, qu’il pouvait ne jamais voir le jour. Et aussi le risque que cela représentait pour elle. Encore une fois, elle ne pouvait s’en remettre qu’aux Dieux et aux prières pour pallier à l'incertitude de l’existence, aux dangers à venir, à la maladie, aux fausses couches. C’était comme pour le sort de Jeyne et le siens au sein de la Maison Stark, comme pour la guerre qui s’étendait à présent à tout le continent et ce alors même que les Hoare avaient été anéantis. Un nouvel ennemi à combattre, Manfred, et ses alliés, les Lannister, les Martell, les Arryn. Tout ce beau monde menaçait de s’entretuer et de mettre en pièce l’Empire naissant, de réduire à néant tous les efforts faits jusqu’ici, tous les sacrifices consentis, tous les morts… Vivesaigues, Buron, Eysine… Encore et toujours des batailles qui résonnaient comme de violents massacres, même pour elle qui n’en avait jamais été témoin.

Eleanor n'était pas certaine en joignant le geste à une parole pleine de mystère que Jon comprendrait, elle fut donc agréablement éplapourdie et se fendit d’un grand sourire quand il cria sa joie. Elle fit oui de la tête avant de se retrouver, en un clin d'œil, dans les bras de son époux qu’elle enlaça sans hésiter. Il était aussi heureux qu’elle et cela se voyait presque autant, fait rare qu’elle apprécie à sa juste valeur. Il la souleva même du sol pour la faire tourner et elle manqua de perdre l'équilibre quand il se reposa, mais elle était aux anges, et lui aussi, et rien ne pouvait ébranler cette joie.

__ Hé bien, je savais qu’être père te plaisait et que tu serais heureux d’apprendre la nouvelle…

La Reine n’eut pas même le temps de terminer sa phrase que Jon se mit à l'embrasser et il continua à déposer des baisers sur toutes les parties visibles de la peau de son épouse. Elle ne s’attendait pas à une telle réaction, elle ne l’avait jamais vu aussi heureux et elle doutait même que cela soit possible, ou en tout cas qu’il le lui montre autant lui qui pouvait parfois se comporter en mirliflore. Elle en aurait eu les larmes aux yeux si elle n’était pas elle aussi dans une euphorie parfaite, et désormais un peu émoustillée par ses baisers. Elle sentit son cœur exploser de joie et une bluette apparut dans ses yeux. Elle qui était déjà ravie de lui annoncer cette bonne nouvelle, le voir réagir ainsi était une grande surprise, mais la plus belle qu’il pouvait lui faire. Ainsi sous ses dehors froids et calmes, se cachait cet être plein d’enthousiasme, cela faisait plaisir à voir et en même temps, c'était presque étrange, jamais elle ne l’aurait cru capable d’une telle démonstration. Pourtant il le lui avait dit, son devoir était de se tenir en public, mais leur vie privée pouvait être moins lisse, sauf que jusqu’ici, il ne lui avait jamais montré cet aspect là de sa personnalité. Même en partageant un dîner il était encore sur la défensive, craignant de mal faire, se retenant de laisser s’exprimer ses émotions et ses désirs. Tout l’inverse d’elle. Mais alors, ils n'étaient peut-être pas si opposés ? Cela changeait son regard sur cet homme qu’elle ne comprenait pas, toujours pas, mais qui était heureux, et cette joie valait tous les trésors du monde, toutes les couronnes et tous les moments de doutes, les peines, les peurs. Si tu marches sur les pas d’un étranger, tu apprendras des choses que tu n’as jamais connues songea-t-elle. Ulva se joignit à la fête venant sauter autour du couple royal en hurlant de joie elle aussi.

__ Le Mestre m’a confirmé la grossesse et a dit que tout était normal. Il m’a même rassurée sur le fait que ce n’était pas parce que la première s’était mal déroulée que celle-ci se passerait mal. Si je suis prudente et que je me ménage, tout devrait bien aller. Le long voyage n’a pas aidé la dernière fois, ni ton absence et ce qui nous séparait alors. Tout va bien en somme, à part quelques nausées matinales.

La Stark passa ses doigts dans les cheveux du Jeune Loup tandis qu’il communiait avec l’enfant à naître et se mordit la lèvre, s’en voulant de penser à faire l’amour. La tendresse de Jon éloignait toutes les guerres et toutes les peurs. Maintenant que leur relation était aconchée, douce et simple, il avait ce pouvoir de lui faire oublier les tracas et avec lui, elle se sentait invincible, et le croyait tout aussi invincible. Elle croyait en lui bien plus qu’elle n’avait jamais cru en son propre père, peut-être parce qu’il n’avait pas essuyé les défaites de ce dernier, peut-être parce qu’il avait, au fond, été élevé en Roi et s’était montré digne de sa couronne dès les premiers instants, malgré les turpitudes qui traversaient alors son âme. Les grandes histoires ne finissent jamais. Chacun de nous doit aller et venir dans le récit. Sur cette pensée pleine d’amour et d'admiration, elle plongea à son tour son regard dans le sien avec un léger sourire sur les lèvres.

__ Vous avez parlé de votre amitié avec une truite... Qui aurait pu y croire il y’a seulement quelques mois ?

Fit la née Tully avant de déposer un baiser sur les lèvres du Stark et de rougir en repensant aux baisers de son époux. Qui a dit que mes rêves doivent rester juste des rêves

__ Quoi qu’il arrive, sachez que je préfère partager une vie de mortelle avec vous que de devoir affronter tous les âges de ce monde toute seule.

Anonymous
Invité
Invité


Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX]   Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] EmptyMer 28 Juil - 14:47

Personne n'aurait pu un instant prévoir la réaction de Jon à l'annonce de cette seconde grossesse, et il était clair que même lui n'aurait pas pu s'imaginer aussi joyeux, aussi extatique à cet instant. Et pour le coup, il était certain que c'était une réaction qui venait tout droit du cœur, qui était sincère dans ce qu'il cherchait à exprimer. Il ne mentait pas, il ne cherchait pas à tromper qui que ce soit à cet instant, après tout, ils n'étaient que tous les deux pour l'heure et personne encore, en dehors du mestre, n'avait sans doute conscience de ce qui était en train de se jouer, des changements qui allaient s'opérer dans le corps de la Reine du Nord et de la vie qui s'était tout simplement installée là et qui allait sans aucun doute leur réserver de nombreuses surprises et il ne pouvait espérer que ce ne serait que de bonnes surprises. Oui, pour le moment, c'était leur secret à tous les deux, à tous les trois avec le Mestre qui allait veiller au grain sur la future mère et sur l'enfant à naître. Il ne pouvait vivre encore plusieurs mois dans l'inquiétude de voir son épouse et son enfant à naître risquer de disparaître en un claquement de doigts. Roshar avait essayé de lui expliquer que si la jeune souveraine avait vécu des moments si difficiles pour sa première grossesse, c'est parce qu'il y avait eu de nombreux bouleversements dans son existence, le départ de Vivesaigues pour pouvoir rejoindre Winterfell, alors que la route était en train de se couvrir de neige et qu'elle était de plus en plus chaotique. Se retrouver ensuite toute jeune reine, toute jeune épouse et bientôt, toute jeune mère, dans un royaume qu'elle ne connaissait pas, et seule d'une certaine façon, loin des personnes qui auraient pu la soutenir pour passer ce cap, ça n'avait rien arrangé. Il y avait eu aussi du surmenage pour pouvoir s'imposer dans la capitale des loups comme la nouvelle dame des lieux, succédant à Sigyn puis à Jeyne, toutes les deux ailleurs aujourd'hui. Certes, Walton était présent sur place, mais cela restait Walton. Jon n'avait rien contre son frère, et d'ailleurs Eléanor avait reconnu que ce dernier avait été un réel soutien quand elle était arrivée. Mais il n'en restait pas moins qu'il était encore très jeune, qu'il avait ses propres problèmes à gérer, qu'il avait ses préoccupations et ses ambitions qui souffraient d'être resté à l'arrière alors que son père et son frère aîné étaient partis se battre. Oui, Jon était conscient que son épouse n'était pas arrivée pour prendre sa place de nouvelle souveraine dans les meilleures conditions possibles. La guerre, malheureusement, faisait peser un lourd poids sur les épaules de tout le monde, beaucoup d'hommes étaient partis, et combien n'allaient pas revenir de tout cela. L'ambiance était lourde et pesante, et elle devait faire face, seule à tout cela, en sachant pertinemment que son mariage n'était pas au beau fixe.

Pour tout un tas de choses, le jeune Loup s'en voulait réellement de lui avoir imposé cela. Il avait toujours été conscient de la difficulté de la tâche, mais il avait toujours été extrêmement honnête avec Eléanor, depuis le début de leur union. Il préférait la franchise, même si elle pouvait être cause de souffrance pour la jeune femme, plutôt que de la laisser se bercer d'illusion sur quelque chose qui n'existait pas. Il était certain que la chute serait bien plus douloureuse ainsi, alors que si les choses venaient à s'améliorer entre eux, alors elle pourrait réellement savourer les progrès qu'ils auraient fait ensemble. Il avait surtout été clair sur le fait qu'une fois l'annonce de sa grossesse faite, elle viendrait à rejoindre le Nord pour plus de sécurité. Eléanor était encore une enfant, il l'avait compris dès la première fois où il avait fait sa rencontre, alors qu'elle trempait ses pieds dans l'eau, seule, loin du campement militaire où elle aurait dû être en sécurité. Le Conflans était le théâtre des combats, rien n'était sûr dans le royaume, il y avait encore tellement de choses à faire, il était hors de question que le jeune roi du Nord vienne à perdre son épouse aussi bêtement. Alors, il lui avait fait quitter sa famille et lui avait demandé de rejoindre Winterfell. Mais même en faisant le point sur tout cela, Jon avait la crainte que quelque chose d'autre ne se cache derrière tout cela, et que la femme vienne à nouveau à risquer sa vie pour pouvoir donner un héritier à la couronne. Après tout, Maedelyn était décédée quelques semaines auparavant alors qu'elle n'était qu'au début de sa seconde grossesse. Cela pouvait donc très bien arriver à la souveraine, le titre ne pouvant la préserver d'un quelconque accident. Pour autant, pour le moment, il n'avait pas envie de penser à tout ça, mais juste de pouvoir savourer l'idée qu'il serait à nouveau père dans les mois à venir, et peut-être que cette fois, un petite garçon viendrait à pointer le bout de son nez. Oui, il était sincèrement heureux et il avait envie de lui en faire part, même si cela pouvait être soudain quand on le connaissait, ou plutôt quand on croyait le connaître. Il caressa la tête de la jeune louve qui sautillait de joie aussi, puis se redressa pour regarder Eléanor dans les yeux, gardant une main protectrice sur son ventre. « Bon alors j'espère que les paroles du Mestre sont vrais, de toute manière, il aura l'obligation de répondre à la moindre de tes demandes jour et nuit, sinon ça ira mal pour lui. » Il savait qu'il pouvait faire confiance à Roshar pour prendre soin de la reine enceinte mais il ne manquerait pas quand même de passer le voir. « Cette fois, tiens aussi la promesse de te ménager, je sais combien ça a été dur pour toi la dernière fois, mais je n'ai guère envie de te savoir obligée de passer encore de longs mois allongée sans pouvoir faire le moindre mouvement. » Il caressa délicatement sa joue, rapprochant son corps du sien, il remonta ses mains sur ses hanches, il la souleva doucement pour l'asseoir sur la table juste derrière elle et vint à l'embrasser langoureusement avant de poser son front contre le sien. « Il va peut-être falloir que je songe sincèrement à débarrasser les dernières affaires dans la chambre que j'occupais en tant que prince pour laisser la place à celui qui viendra peut-être bientôt nous rejoindre. » Il fit un petit clin d’œil.


Jon Stark - Le Jeune Loup
Roi du Nord


The enemy is at our gates,
Old allies, new traitors.
Even blood can fail you.
Winter is Coming.

Jon Stark
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Messages : 9390
Membre du mois : 142
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Sarcastique ♦ Loyale ♦
Célébrité : Kit Harington

Infos supp.
Richesses : 5309

∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇

Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX]   Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] EmptyMer 18 Aoû - 21:16






Pour le Nord et l'Empire

Jon Stark

__ Tout le monde va bien s’occuper de moi, j’en suis certaine, et je n’ai pas besoin de voyager cette fois. Tout ira bien…

Eléanor aussi avait peur, elle disait cela autant pour le rassurer que pour se rassurer elle-même en fin de compte. Le contexte de sa précédente grossesse n’ayant vraiment pas aidé à ce qu’elle se passe sereinement, elle savait que cette fois, il en serait tout autrement. Elle craignait néanmoins de perdre l’enfant ou de mourir elle-même comme Maedalyn, ou comme sa propre mère. Elle prierait pour que cela n’arrive point, car il n’y avait probablement que ça à faire. Mais qui prierait-elle ? Les Sept ou les anciens Dieux ?

Depuis que la jeune femme était arrivée ici, où plutôt peu à peu, et encore plus après le retour de Jon et la naissance de Sigyn, elle s’était éloignée des Dieux de son enfance. Ici, les Sept n’avaient pas leur place et ce malgré la liberté de culte qui régnait dans le Nord et dans tout l’Empire. Ici, il semblait que les Dieux sans figure étaient partout, dans le vent, dans les barrals, dans les ruisseaux et la lande. Il semblait que les prières ne devaient pas être louanges mais méditations silencieuses . Elle ne savait pas exactement pourquoi elle ressentait cela. Et elle ne voulait pas changer de croyance, elle pensait que c’était une sorte de trahison envers les siens, sa famille, ses origines et aussi ses Dieux. Mais plus le temps avançait, plus elle se faisait à sa vie ici, plus elle s’éloignait d’eux et plus ils s’éloignaient d’elle. Elle ne voulait pas non plus adopter le culte des Anciens Dieux pour faire plaisir à son époux ou par mimétisme, mais elle se posait des questions et elle ne pouvait pas les faire taire.

__ Je ferais attention, c’est promis. Je n’ai pas du tout envie d’être à nouveau alitée !

Jon souleva la née Tully et l’assis sur le bureau avant de l’embrasser. Elle ne se fit pas prier pour lui rendre ce langoureux baiser et l’enlaça en glissant lentement ses mains dans son dos. Elle eut un petit sourire en réponse à ses propos. Pour cela aussi elle prierait, car il fallait un héritier au Nord et elle le savait. Le plus tôt serait le mieux.

__ Peut-être, mais garçon ou fille, le bébé n’y dormira pas de si tôt, pas tout seul en tout cas. Tu auras tout le temps de vider cette chambre un fois qu’il sera né. Jusque-là, restes tout contre moi car Mestre Roshar, aussi doué soit-il pour me soigner, ne peut pas me donner ce dont j'ai le plus besoin.

Répondit finalement la Reine avant de serrer le Stark contre elle et de l’embrasser à nouveau. Un long baiser sensuel durant lequel elle fit remonter ses mains jusqu’à la nuque du jeune loup tandis qu’elle caressait ses lèvres avec les siennes en se noyant dans son regard sombre.

__ Ta présence me rassure.

La Dame de Winterfell caressa les joues de son bien aimé et fit lentement glisser ses doigts sur son torse en défaisant les boutons de son surcot un à un. Sa présence en cet instant faisait bien plus que la rassurer, elle l’excitait. Mais ses mots n’en étaient pas moins vrais. Alors qu’elle avait toujours une peur bleue de tomber enceinte à cause de ce qui était arrivé à son amie et à Alysanne Tully, le simple fait de lui annoncer, de voir sa réaction, sa joie intense et de se retrouver dans ses bras l’avait aidé à oublier cette peur et tous les risques bien réels que cette grossesse présentait. Peut-être même, songea-t-elle, que c’était ce qui lui avait principalement manqué durant la première, leur relation était alors bien différente et il aurait fallu du temps et des efforts de part et d'autre pour que la situation s'améliore, mais son absence n’avait rien arrangée au contraire, et leur éloignement n’avait fait qu’accentuer le fossé qui les séparait et la lourdeur de la tâche qui lui incombait. Elle ne lui en voulait pas, il n’avait fait que son devoir et elle le comprenait. Mais elle était persuadée que tout aurait été différent s’il avait été là.

__ Ta voix m’enivre et me calme plus sûrement que le vin.

Elle déposa un baiser sur les lèvres de son époux en passant ses mains entre sa veste et sa chemise.

__ Ta tendresse et ta prévenance me sont plus précieuses que toutes les attentions du reste du monde.

Eleanor prit ses mains dans les siennes et les porta à ses lèvres pour les embrasser en fermant les yeux avant de murmurer :

__ Avec toi à mes côtés, je sais que tout est possible et que je ne risque rien.

Après un long moment, front collé au dos de ses mains qu’elle serrait dans les siennes, elle releva la tête et plongea son regard dans le sien avec un léger sourire et un regard triste. Elle savait que la guerre n'était pas terminée et que Jon voudrait rejoindre l’armée du Nord et son ami Bowen, en deuil. En disant ses mots, elle avait prit conscience qu’il ne pouvait pas rester tout en caressant l’espoir qu’il resterait quand même, pour elle, par amour ou simplement parc qu’elle le lui demandait, parce qu’elle n’avait pas besoin d’un Mestre, ni des servantes qui ne manqueraient pas de s’occuper d’elle du mieux qu’elles pourraient. La seule personne dont elle avait véritablement besoin, c’était lui. La seule personne qu’elle ne voulait, pour rien au monde, voir partir et aller risquer sa vie dans le sud, c’était lui…



Anonymous
Invité
Invité


Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX]   Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] EmptyJeu 2 Sep - 20:55

Le jeune souverain était conscient des risques qu'il avait fait porter à Eléanor alors qu'elle venait de lui annoncer sa grossesse, où en tout cas, il avait présumé des risques qu'il lui avait fait courir, lors de ce long périple jusqu'à Winterfell. Mais tout était encore si nouveau pour lui, si étrange, qu'il ne savait réellement comment il devait agir. A cette époque-là, les choses s'étaient précipitées dans un contexte de guerre qui ne pouvait le laisser serein face à l'annonce de la naissance d'un enfant, de son enfant, de leur premier enfant. Tout était flou dans sa tête, et pourtant il savait ce qu'il avait à faire, il savait ce qu'il lui était possible de faire et ce que la tradition l'obligeait à faire également. La guerre faisait rage, son propre père s'était remarié sur un champ de bataille, et avait fait par la même occasion la passation de pouvoir avec Jon, au beau milieu des troupes, sans plus de cérémonie ; son propre mariage avait été célébré entre deux batailles et en plus de cela, on avait tenté d'empoisonner les invités à ce moment-là, ce qui n'ajoutait en aucun cas un quelconque prestige à cette cérémonie. Et il avait appris à la suite d'une énième dispute avec son père, la liaison de sa mère avec son oncle, et la possibilité que les enfants Stark soient les bâtards, d'un bâtard. La vérité avait été douloureuse et avait un peu plus abîmé le moral du nouveau souverain du Nord. Jeune roi, jeune époux, jeune père, la combinaison de tout ça avait été un lourd poids à porter sur ses épaules, et il s'était bien évidemment rendu compte qu'il n'avait pas su pleinement profiter de la joie d'apprendre qu'il allait être père, alors qu'il avait longtemps espéré une telle chose. Dès que l'annonce avait été faite, Jon avait repris le chemin des combats et Eléanor avait été contrainte à gagner le Nord, il aurait été de mauvais présage à ses yeux qu'elle puisse donner naissance au possible héritier de la maison Stark en dehors de Winterfell. Les Anciens Dieux devaient bénir cette vie qui grandissait dans le ventre de son épouse, et ils ne pouvaient correctement la protéger, que si celle-ci s'épanouissait sur les terres ancestrales de la famille. Mais la neige avait déjà fait son œuvre, et le voyage avait été plus long que prévu, Jon avait souffert de ne pas avoir de nouvelles de sa part, et quand enfin elle lui en avait donné, c'était pour lui annoncer qu'elle souffrait de pertes de sang et qu'elle devait se reposer. Rien ne s'était passé convenablement au cours de cette grossesse et il s'inquiétait pour l'avenir, même si Eléanor tentait de le rassurer. Il se mit à rire très légèrement en entendant son épouse lui dire qu'elle ne voulait pas devoir encore garder le lit et il hocha doucement la tête à ses paroles. « Il est certain que rester enfermer dans sa chambre pendant plusieurs semaines n'étaient pas la chose la plus agréable pour toi, tu n'as même pas pu profiter de Winterfell. Même si ce n'est pas Vivesaigues, il y a des choses à découvrir. Et je ne te souhaite pas de devoir à nouveau rester au lit. Je sais que ce n'est pas forcément ce que tu désires, mais fais au mieux pour le bébé et surtout pour toi. Je ne désire pas vous perdre. »

Ils échangèrent un langoureux baiser, et bien que ce n'était pas le premier qu'il partageait avec son épouse, il était certain que c'était celui qui resterait graver dans sa mémoire et auquel il viendrait à repenser quand il serait à nouveau loin de Winterfell, loin du Nord, et loin de sa famille. Le couple royal commençait tout juste réellement à trouver leur équilibre, et voilà qu'il allait à nouveau les abandonner toutes les deux et ce n'était clairement pas facile pour lui de prendre cette décision. Mais il était roi, et tout comme son père avant lui, il savait où résidait donc sa place à présent. Jon laissait sa main sur le ventre de son épouse, bien qu'il ne puisse encore sentir cette partie du corps s'arrondir, et qu'il ne serait plus présent quand cela se verrait enfin. Il vint tendrement lui embrasser le front. « Je ne doute pas que tu ne le ou la laisseras pas dormir seul de sitôt dans une chambre à part, pas plus que tu ne le fais pour le moment avec Sigyn. Nous pouvons donc dire que tu accomplis ton rôle de mère louve en tout point. Et que notre fille, ainsi que le bébé à naître, ont de la chance de t'avoir pour mère. Il n'y a rien de plus important dans la vie d'un enfant que la présence de sa mère à ses côtés. » Et le Jeune Loup savait parfaitement de quoi il parlait. Il fallait que Eléanor survive pour pouvoir rester auprès d'eux et pouvoir les aider à grandir, une mère était si importante. Mais il envisageait également la possibilité qu'il ne revienne pas de la guerre et alors ils n'auraient plus qu'elle pour affronter la brutalité de l'existence. « Promis, je reste là tout contre toi, et je ne bouge pas pour les quelques heures à venir si c'est ce que tu désires. » Il laissa les mains de son épouse courir sur lui, pour lui caresser tendrement le visage puis pour ensuite commencer à le dévêtir. La déclaration d'amour qu'Eléanor était en train de lui faire, le touchait sincèrement, et la bulle de bonheur était bien trop forte pour qu'il vienne à la briser en lui annonçant qu'il allait partir dans quelques jours pour Fort-Darion, sans savoir s'ils allaient pouvoir se revoir ensuite. « Vous vous faites audacieuse ma Reine ... » Il remonta ses mains le long de son corps, arrivant alors sur le haut de sa robe, frôlant la peau de son décolleté du bout de ses doigts avant de venir les glisser jusqu'au laçage et de commencer à défaire celle-ci. Jusqu'à ce qu'elle vienne à lui prendre les mains et à les embrasser. Jon poussa un long soupir. Quand elle les libéra enfin, il plaça ses mains sur les joues d'Eléanor, qu'il caressa tendrement. « Je suis tellement désolé … Désolé d'être le Roi du Nord, désolé de t'imposer tout cela. Pour la première fois depuis longtemps, je n'ai plus envie de partir, je n'ai plus envie de fuir cet endroit dans lequel j'ai grandi. Tant de souvenirs m'ont hanté, jour et nuit, qu'il était parfois de vivre avec. Mais tu as su me rendre la vie plus douce, même s'il m'a fallu du temps pour le reconnaître. Et Sigyn … Je ne pouvais pas être plus heureux que le jour où tu as donné naissance à notre fille. Elle est toute ma vie. » Il l'embrassa alors, longtemps, jusqu'à ce qu'il en perde le souffle. «Je suis désolé, de te l'annoncer maintenant mais … Le Val et l'Ouest ont déclaré la guerre à l'Empire, et je ne peux plus rester à Winterfell. Je serai parti à la fin de la semaine … Je pars à Fort-Darion. Je pars pour la guerre. » Son regard était fixé au sien, et il était extrêmement triste de devoir lui annoncer cette nouvelle, mais il ne pouvait supporter de lui mentir sur un tel sujet.


Jon Stark - Le Jeune Loup
Roi du Nord


The enemy is at our gates,
Old allies, new traitors.
Even blood can fail you.
Winter is Coming.

Jon Stark
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Messages : 9390
Membre du mois : 142
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Sarcastique ♦ Loyale ♦
Célébrité : Kit Harington

Infos supp.
Richesses : 5309

∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇

Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX]   Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] EmptyJeu 23 Sep - 22:43






Pour le Nord et l'Empire

Jon Stark

Eléanor baissa la tête, un peu mal à l’aise soudainement. Elle n’avait pas pu profiter de Winterfell à cause de l’ordre du mestre de rester alité et de la peur de perdre son enfant et aussi la vie. Mais c’était loin d'être la seule raison. Elle avait eu toutes les peines du monde à se faire à cet endroit à cette vie. Elle avait regretté l’hiver du Conflans nettement moins rude et s’était dit que vivre ici jusqu’à sa mort avec un homme aussi dur que le Nord lui-même était une punition. Elle avait interrogé les Dieux pour savoir de quoi ils la punissaient et les Sept ne lui avaient pas répondu. Seuls le vent et la neige avaient répondu et ils avaient chanté une chanson triste et belle à la fois, dans les frondaisons des arbres majestueux du Bois sacré. Cela, le fait d’être si loin de ses Dieux et de trouver ici la puissance des anciens dieux l’avait encore plus désorientée. Elle qui déjà, ne savait plus qui elle était ou qui elle devait-être, si elle était heureuse d’être Reine et bientôt mère ou triste de n’être jamais aimée, ou encore morte de peur de perdre son premier né et d’être simplement répudiée. Elle ne pouvait alors, même plus se fier à sa foi pour tenir bon face à l’adversité et aux difficultés dans sa vie, dans son couple et dans son corps qui semblait pouvoir la lâcher à tout instant. Ces moments avaient été terribles et si à présent la situation s’était nettement améliorée, elle n’avait toujours pas vraiment eu le temps de profiter pleinement de Winterfell avec lui, son époux. Elle releva la tête avec un léger sourire cependant, parce que tout ceci était derrière eux et que l'avenir ne pouvait être que meilleurs. Maintenant, elle arrivait à aimer cet endroit presque autant qu’elle aimait Jon, même si elle craignait la rudesse du prochain hiver. Elle en appréciait la beauté brute et sauvage, elle en appréciait la poésie et même la présence des anciens Dieux et l’absence des Sept qui lui avait tant pesé.

__ Comparé à Vivesaigues, Winterfell est immense et je m’y perds encore parfois aujourd’hui. En plus, les couloirs et les escaliers forment un vrai labyrinthe. Heureusement qu’il y a l'arbre cœur dont les feuilles écarlates dépassent des murs du bois sacré et se voient de presque partout. Ça me permet de me repérer quand je suis perdue et de ressortir dans la cour principale afin de retrouver le chemin de nos appartements.

Ulva dressa une oreille lorsqu’elle entendit le mot louve. Mais ça n’était pas d’elle dont Jon parlait, même si elle aussi accomplissait très bien son devoir de protectrice envers Sigyn. Cela toucha la née Tully que le Stark lui dise qu’elle accomplissait son devoir de mère louve. A priori, elles étaient comme les truites à peu de choses près. Cette idée la fit sourire. Elle déposa ses lèvres sur celle de Jon, parce qu’elle savait qu’il savait parfaitement de quoi il parlait. Il avait perdu sa mère bien trop tôt, et elle ne voulait pour rien au monde que leurs enfants subissent le même traumatisme. Certainement que lui non plus ne le voulait pas et il avait aussi dit qu’elle était une bonne mère et que Sigyn et l 'enfant à naître avaient de la chance de l’avoir.

__ Ils ont aussi de la chance de l'avoir pour père.

Fit-elle en songeant que leurs enfants auraient aussi besoin de leur père et qu’elle espérait qu’ils n’auraient pas à subir de la part de Jon ce que les enfants de Sigyn avaient vécu de la part de Torrhen. Mais l’heure n’était ni à la nostalgie ni aux conversations sur un sujet aussi délicat que complexe. L’heure était au désir et aux déclarations. La jeune femme hocha la tête à la réflexion de Jon sur son audace avec un sourire espiègle elle le regarda et répondit en riant doucement.

__ Je suis une louve, Sire, souvenez vous en.

Elle avait toujours trouvé cet homme séduisant et attirant, il exerçait sur elle une magie qu’elle ne pouvait expliquer. Son odeur, son regard, ses mains, elle ne savait pas exactement ce qui l’avait attiré dès le premier regard vers lui malgré ses immenses réticences à épouser un homme qu’elle ne connaissait pas et à quitter le Conflans pour un Royaume dont elle ne savait rien à part qu’il y faisait un froid de canard et qu’on y priait des arbres. Franchement n’y avait-il pas de quoi avoir peur ? Peur, oui, elle était effrayée à l’idée de ce mariage pour tout ce qu’il impliquait, mais dès lors qu’elle l’avait vu, elle s'était liquéfiée sous ce regard ténébreux. Son cœur avait raté un battement et après elle s’était mise à faire n’importe quoi et à se comporter avec un manque de retenue considérable. Quel était ce maléfice qu’il lui avait jeté. Alors audacieuse elle l’avait été presque dès le début. La nuit de noces évidemment était toujours un moment difficile, mais après. Par les Sept et les anciens Dieux. Elle voulait bien lui appartenir corps et âme s’il n’avait été aussi froid à son encontre. Elle ne pouvait pas lui révéler ce secret, c'était bien trop indécent, mais elle ne pouvait cependant cacher son désir pour lui. Et encore moins alors qu’il effleurait son décolleté. Elle inspira brusquement et essaya de reprendre le contrôle d'elle-même en expirant doucement. Mais tout s’écroula lorsqu’il lâcha les premiers mots. “Je suis désolé…” Elle sut dès lors qu’il partirait.

La suite, oui… Elle le vit bouger les lèvres, elle entendait même, elle entendait que cet endroit portait en son sein des souvenirs trop lourds à porter, même pour lui et qu’elle lui avait rendu la vie plus douce. Mais elle ne voulait pas entendre la suite. Avant même qu’il ait prononcé la phrase fatidique, elle fit non de la tête, tout son corps se tendit. Elle posa ses mains sur les sienne et les serra de toutes ces forces. Ses yeux se remplirent de larmes et pourtant elle lui rendit ce baiser dont elle essayait de graver dans sa mémoire chaque seconde jusqu’à n’avoir plus de souffle. Elle n’était pas idiote. Elle ne se mêlait pas de politique ni n'interfère dans ses affaires, mais elle avait entendu les rumeurs et elle connaissait le Roi qu’il était. Son visage était baigné de larmes quand il lui annonça et elle lâcha ses mains pour essayer de le faire taire, elle lui mit les doigts sur la bouche, comme si le fait qu’il ne prononce pas les mots allait changer quoi que ce soit. Oh elle savait que cela ne changerait rien, mais peut-être que s’il ne disait rien elle pouvait faire semblant de ne pas être au courant et continuer à être la plus heureuse des femmes encore quelques instants, quelques jours…

__ Chut, chut…

Moins d’une semaine ? Si tôt ? Elle s’arrêta de respirer et ouvrit de grands yeux effarés, comme une biche effrayée. La douleur fut tel un poignard dans son cœur. Le mot ‘la guerre’ fut le coups de grâce parce qu’elle savait parfaitement ce que cela signifiait.

__ Tais toi je t’en supplie.

La Stark, tremblante, avait encore les doigts sur sa bouche. Elle l'attrapa alors par le surcot et le tira contre elle avant de le serrer de toutes ses forces. L’objectif était certainement de l'étouffer ou de lui briser des côtes afin qu’il reste parce qu’elle y mettait vraiment toutes ses forces, mais bon, en vérité il ne risquait pas grand-chose de la part de la frêle jeune femme.

__ Moins d’une semaine ?

Murmura-t-elle avant de se rendre compte qu’elle ne pouvait pas l’entendre une deuxième fois et d’ajouter précipitamment.

__ Ne réponds pas. Je sais. Je sais pourquoi et je sais que tu n’es pas désolé parce que tu as toujours su que telle serait ta vie. Je comprends.

Elle n’était pas du tout décidée à le lâcher, elle le serrait toujours aussi fort et était blottie contre lui. Elle voulait revenir quelques secondes en arrière, avant cette annonce qui la terrifiait.

__ Le règne du jeune loup… ne sera pas différent de celui de son père.

Oh oui, elle avait envie de lui crier qu’il n’était pas désolé du tout. Elle avait envie de lui jeter un regard noir et de partir en claquant la porte. Mais il leur restait moins d’une semaine. Donc elle n’en ferait rien. Elle resterait comme ça, collée contre lui sans le lâcher pendant tout le temps qu’il leur restait avant son départ. Quelqu’un d’autre pouvait bien s’occuper de préparer les troupes. Voilà.


Anonymous
Invité
Invité


Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX]   Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] EmptyMer 13 Oct - 13:45

Pour lui, ils avaient traversé le pire au cours de la première grossesse de la jeune femme, autant d'un point de vue personnel que d'un point de vue de la santé également. Le jeune souverain était parfaitement conscient que d'envisager d'avoir d'autres enfants pouvaient toujours comporter un risque, c'était ainsi que les choses se passaient malheureusement, la loi du plus fort, la sélection naturelle ou alors la volonté des Anciens Dieux. Personne ne pouvait réellement prédire ce qui allait se passer, cela comportait tout autant de danger que cela pouvait apporter de bonheur de voir un nouvel enfant les rejoindre. Mais cela avait été si compliqué, si rude lors de la première expérience, qu'il avait longtemps craint que ni son épouse, ni son enfant à naître ne viennent à survivre à tout cela. La relation avec Eléanor était alors si compliquée, qu'il n'avait pas manqué de lui reprocher de ne pas avoir suivi les conseils du mestre Roshar de rester aliter la majorité du temps, et ne pas faire de zèle pour montrer qu'elle avait sa place à Winterfell, en tant que dame des lieux, mais aussi en tant que Reine. Jon avait pris conscient lors des longues nuits qu'il avait passé à ses côtés, à veiller sur elle, qu'elle avait voulu bien faire et qu'elle avait tenté de trouver un compromis entre son nouveau statut à la tête d'un royaume, la gestion du domaine des Stark et son avenir en tant que mère. Ce n'était pas une position enviable, encore moins avec un époux qu'on cherchait à impressionner. Mais il l'avait vu s'effondrer en pleine salle du conseil, pendant une séance de doléance, et il n'arrivait pas à s'enlever l'image du sang qu'elle avait perdu à ce moment-là, imposant alors de ne plus quitter le lit, en aucun cas, à moins de vouloir risquer sa vie et celle de leur enfant. Cette épreuve, aussi dure avait-elle été, les avait rapprochés et la naissance de Sigyn avait fini de leur permettre de trouver un terrain d'entente et de calmer un peu les inquiétudes d'Eléanor, et de réduire l'agacement de Jon, face à cette jeune femme qu'il estimait encore bien trop enfant dans sa tête par moment. Ils avaient changé avec la naissance de leur fille, ils avaient tous les deux grandis à partir du moment où la petite demoiselle avait poussé son premier cri, où ils avaient pu la tenir dans le creux de leurs bras. Mais Eléanor avait gardé une santé fragile, après l'accouchement, elle avait du rester encore au lit, plusieurs jours après la naissance de Sigyn et il pouvait comprendre que cela ne lui avait pas permis d'appréhender pleinement les lieux, ainsi que les personnes qui occupaient les lieux. Jon sourit doucement à la jeune femme quand elle parla qu'elle se perdait encore dans les couloirs de Winterfell. « Tu vas avoir l'occasion d'explorer un peu plus les lieux à présent, et tu finiras par te retrouver dans les lieux. Et puis au pire, l'arbre cœur et son feuillage rouge écarlate ne manquera pas d'être un point fixe ici, nous ne sommes pas prêts de renoncer aux Anciens Dieux, même si pour cela, nous sommes considérés comme étant des hérétiques par certains royaumes. J'espère néanmoins que tu arriveras à te sentir chez toi ici. » C'était le plus important, et puis c'était là où leurs enfants allaient grandir, et si leur mère n'arrivait pas à s'adapter au lieu, ils pourraient ne pas s'acclimater eux non plus.

Car une mère était essentiel pour la construction d'un enfant, sa mère avait eu tellement d'importance et ce n'était pas pour rien s'il avait voulu lui rendre hommage en donnant son prénom à sa première née. Si un père participait à la conception de l'enfant, le lien le plus important se créer pendant les mois où la mère portait le bébé à naître, une connexion que l'homme ne pouvait pas connaître, mais qu'il pouvait par la suite créer. Et il voulait réellement créer aussi un lien fort avec sa fille, avec ses enfants, ne pas reproduire les erreurs du passé, même s'il viendrait à faire ses propres erreurs en tant que père, il ne serait pas parfait. Il frissonna légèrement quand elle vint à l'embrasser et il la serra un peu plus contre lui alors. « J'espère être à la hauteur dans mon rôle de père, j'aime notre fille plus que tout, et j'aimerai tout autant notre enfant à naître. Mais je reste un Stark, et le devoir passe avant toute autre chose, même si l'idée me pèse aujourd'hui, plus que je ne l'aurai pensé il y a quelques temps encore. Je t'ai toujours promis d'être honnête avec toi, malgré les difficultés que nous avons rencontré, nous pouvons dire aujourd'hui que nous avons avancé, que nous avons dépassé certains points. Sans doute qu'au début de notre mariage, j'aurai trouvé cela comme étant une bonne excuse pour pouvoir fuir le poids que ce mariage faisait peser sur mes épaules. Nous étions en décalage, et il était difficile pour l'un et pour l'autre de se retrouver sur un point précis. Mais aujourd'hui, nous avons trouvé ce point d'ancrage, et nous avons parcouru un grand chemin depuis. Je suis désolé, car je ne pourrai pas rester à vos côtés, tous les trois. Je suis désolé parce que je ne peux pas vous promettre de revenir. » Eléanor essayait de le faire taire, en posant un doigt sur ses lèvres, mais pour autant, il ne voulait pas se taire, il ne voulait pas passer à côté de cette discussion qui était essentielle à ses yeux. Elle pleurait et cela lui brisait tout simplement le cœur. Il vint poser ses mains sur ses joues pour pouvoir effacer les larmes qui venaient à y couler sans pouvoir l'aider réellement à calmer ses peurs à cet instant. Quand elle vint à s'accrocher littéralement à lui, il lui rendit la force de son étreinte, essayant à ce moment précis de porter le poids de sa peine sur ses épaules. Depuis bien longtemps, il se retrouvait totalement désemparé face à son épouse et bêtement incapable de pouvoir la réconforter. « Eléanor, si je suis rentré à Winterfell, c'était dans l'espoir que l'hiver nous laisserait plus de temps que ce qu'il n'a finalement fait pour qu'on puisse avancer ensemble. Le printemps est revenu et j'ai renvoyé mon frère et Bowen à la guerre, pour pouvoir rester à tes côtés, et te soutenir jusqu'à la fin de ta grossesse. J'aurai aimé rester plus de temps encore, mais le Val nous a déclaré la guerre, l'Ouest nous a déclaré la guerre. Je dois veiller sur vous, je dois vous protéger, et je le ferai au péril de ma vie s'il le faut. » Il vint à presser tendrement ses hanches, posant ses lèvres sur les siennes, l'embrassant alors langoureusement. « Reste avec moi ce soir, reste avec moi jusqu'à ce que je parte. » Il vint alors à défaire le reste des lacets de sa robe, venant doucement à faire glisser le haut de sa robe pour découvrir un peu sa peau, posant ses lèvres dans son cou, puis le long de sa clavicule.


Jon Stark - Le Jeune Loup
Roi du Nord


The enemy is at our gates,
Old allies, new traitors.
Even blood can fail you.
Winter is Coming.

Jon Stark
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Messages : 9390
Membre du mois : 142
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Sarcastique ♦ Loyale ♦
Célébrité : Kit Harington

Infos supp.
Richesses : 5309

∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇

Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX]   Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] EmptyDim 31 Oct - 19:11






Pour le Nord et l'Empire

Jon Stark

Eléanor eut un moment d’hésitation lorsque Jon évoqua l’arbre cœur et les anciens Dieux. Lorsqu’il parla du fait que certains autres royaumes les considéraient comme des hérétiques parce qu’ils ne priaient pas le Sept. Elle même, sans douter de l'existence des Sept, les percevaient moins depuis qu’elle était à Winterfell. Elle percevait d’autres forces, et percevait qu’il s'agissait peut-être là des anciens Dieux. Était-elle une hérétique, elle aussi ? Fallait-il qu’elle lui en parle ? Comment prendrait-il la chose ? De toute façon, elle n'était pas prête à se convertir et même si elle l'avait été, ce n'était pas nécessaire politiquement, voire même délétère. Elle préféra donc se taire, pour le moment, et reprenant son sourire elle répondit :

__ Oui, dès que je sais où il est, je sais où je suis. Un peu comme toi en somme. Tu es mon époux-cœur, mon repère. Je me sens chez moi depuis que tu es rentré du Conflans, depuis que je suis devenue la mère de ta fille.

La jeune femme avait mis du temps à se sentir chez elle, mais après la naissance de leur fille et avec sa présence, elle se faisait peu à peu à ce nouveau lieu, à l’ambiance nordienne, à son nouveau rôle aussi. C'était plus facile quand il était là, en cela il étaient comme l’arbre cœur avec son feuillage rouge, comme un point de repère inébranlable dans une forteresse et un royaume trop grand pour elle. Dans un rôle trop grand pour elle… Qu’en serait-il sans lui ? Cette perspective la terrifiait et cette terreur envahit tout son être lorsqu'il annonça son départ prochain pour le sud.

__ Tu l’es sans nul doute, tu es un père extraordinaire. Et, malgré nos difficultés, je suis heureuse de t’avoir pour époux et fière d’être ta femme. Je sais Jon, pourquoi tu dois partir. Je sais que ton devoir de Roi passe avant tout le reste. La seule chose que je ne sais pas c’est si je parviendrais à être la Reine que le Nord mérite si tu n’es pas à mes côtés pour me montrer comment faire. Je suis triste parce que ce devoir t’arrache à moi alors que nous nous étions enfin trouvés, tu vas me manquer.

La née Tully fit mine de ne pas avoir entendu les derniers mots, elle ne voulait pas y penser. Mais en y réfléchissant, elle voulut lui répondre à ce sujet aussi. Lui dire qu’il était impensable qu’il ne revienne pas, lui dire que c’était aussi son devoir...

__ Tu ne peux pas me le promettre, mais tu le dois. C’est ton devoir de revenir autant que de partir Jon. Tu dois revenir pour rencontrer ton fils et voir ta fille grandir. Tu dois revenir parce que…

La Stark hésita, baissa les yeux…

__ Tu dois revenir parce que je t’aime Jon. Tu m’entends ? Je t’aime et je ne peux pas vivre sans toi. Je peux supporter ton absence pendant de longs mois. Et je le ferais, pour toi, pour le nord et pour l’empire. Mais tu dois revenir car je retiendrais mon souffle jusqu’à tant que tu revienne pour me redonner vie, toi seul le peut.

Les larmes coulaient sur les joues de la jeune mère. Qu’il n’imagine pas qu’il ne la réconfortait pas, en la serrant dans ses bras, en lui disant tout cela. Elle n'arrêterait pas pour autant de pleurer, même une fois qu’il l’eut embrassée elle n'arrêta pas. Mais elle gravait chaque seconde de leur étreinte, pour se souvenir aussi longtemps qu’il serait loin d’elle de la chaleur de ses bras et trouver ici, dans ses baisers et dans cette discussion, aussi difficile soit-elle, la force de tenir bon en l’attendant.

__ L’hiver nous a laissé juste assez de temps pour que nous formions une vraie famille, puisse-t-il revenir vite...

Murmura la Reine du Nord en fermant les yeux avant qu’il ne l’embrasse langoureusement. Et tandis qu’il lui demandait de rester avec lui jusqu’à son départ, elle fit oui de la tête en reniflant et continua en hoquetant pendant qu’il défaisait les derniers lacets de sa robe et déposait des baisers dans son cou. Elle glissa ses doigts dans les boucles sombres du Stark, caressant ses cheveux, puis descendant le long de sa nuque puis de son épaule.

__ Je reste avec toi.

Toujours le visage plein de larmes, mais les yeux fermés pour ne plus les laisser couler, elle prit le visage de son mari entre ses mains et l’embrassa comme si c’était une question de vie ou de mort. Mais ne l’était-ce pas, finalement ?

__ Ce soir et jusqu’à ton départ.

Eleanor serait même partie avec lui si elle avait pu, mais dans son état, la question ne se posait même pas.

La rousse enleva alors brusquement le surcot de Jon, puis tira sur la chemise de Jon afin de la faire passer par-dessus sa tête, ne délaissant ses lèvres que pour le débarrasser de ce maudit bout de tissu qui essayait de se mettre entre eux. Dans la hâte passionnelle qui la dévorait à présent, elle manqua de lui arracher la tête avec, mais se fit rapidement pardonner en l’embrassant à nouveau tout en caressant son torse, dessinant ses muscles du bout des doigts. Le devoir d’un Stark avait quelques avantages, dont celui de sculpter au Roi du Nord un corps à faire perdre la tête aux jouvencelles Riveraines. La truite se laissait volontiers prendre à ses filets et après avoir vu le loup elle pouvait devenir louve à son tour. Elle embrassa son torse posant ensuite sa joue dessus, écoutant son cœur battre quelques instants le temps de reprendre ses esprits et de le caresser doucement. Les larmes avaient disparu dans ses yeux et ses joues étaient presque sèches à présent. Puisqu’elle ne pouvait pas le convaincre de rester, puisqu’elle savait que c’était peine perdue d’essayer de le retenir et de lui faire oublier son devoir, ce qu’elle voulait à présent, c’était profiter le plus possible du temps qu’il leur restait. Elle était encore triste, bien sûr, et elle pleurerait encore après son départ, mais en attendant elle s’évertuait à lui offrir toute la tendresse et l’amour qu’elle n’avait pas toujours su lui offrir avant. Elle faisait tout pour qu’il se souvienne qu’il devait revenir, pour qu’il se souvienne qu’elle l’attendait. Pour qu’il se souvienne, avant de risquer sa vie, avant de se laisser tuer, qu’il voulait retrouver, à tout prix, la langueur de ses baisers, la douceur de ses caresses, la chaleur de sa peau, aussi fort qu’elle voulait les retrouver. Et qu’il voulait, lui aussi, en profiter encore longtemps, après que cette maudite guerre soit finie. Elle espérait que, même s’il ne l’aimait pas, pas encore, pas comme elle l'aimait, il n’oublierait pas qu’il devait peut-être les protéger au péril de sa vie, mais que ce qui l’attendait valait le coup qu’il fasse tout pour rester en vie.


Anonymous
Invité
Invité


Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX]   Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] EmptyDim 5 Déc - 8:41

La vie était sans doute cruelle, il était certain en tout cas qu'à cet instant, elle était clairement en train de se jouer d'eux. Jon et Eléanor venaient finalement à peine de se trouver, construisant quelque chose de totalement nouveau. La naissance de leur belle et adorable petite princesse, Sigyn, ayant pleinement contribuer à ce rapprochement que personne ou peu de gens, sans aucun doute, n'aurait imaginer possible quelques semaines encore auparavant. Et Jon était le premier dans ce cas là. Il n'avait jamais détesté son épouse, il était juste certain d'une chose le jour où leurs destins avaient été liés, c'est qu'ils étaient sûrement trop différents pour pouvoir parvenir à s'entendre réellement sur un élément de leur nouvelle vie commune. L'un et l'autre avaient fait des efforts, mais ces derniers n'avaient jamais été coordonnés, et chaque erreur ou incompréhension de la part de l'autre avait causé de la tristesse, de l'agacement et même parfois de la colère chez le Roi du Nord. Il lui arrivait de s'emporter facilement, comme quoi le feu brûlait sous la glace, mais il pouvait redescendre tout aussi vite. Avec Eléanor, cela avait été une autre histoire, et il était terrible de se rendre compte qu'en réalité aucun des deux dans le couple n'était vraiment heureux. Et puis finalement, un beau matin, ou plutôt un beau soir, la magie avait opéré, cela s'était fait dans la douleur, dans la souffrance de la part de son épouse alors que sa vie ne tenait plus qu'à un fil et il s'était promis de veiller sur elle, car c'était son rôle, malgré les sentiments qui pouvaient régner dans son cœur. Et les choses avaient commencé doucement mais sûrement à s'améliorer, à évoluer vers une histoire bien plus positive, que toutes les mauvaises langues n'auraient jamais pu envisager pour le nouveau couple qui régnait sur les terres du Nord. Il se rendait compte de sa dureté pendant tout ce temps, et les quelques jours qui lui restaient à passer à Winterfell ne lui paressaient pas assez long pour pouvoir profiter concrètement des siens. Eléanor continuait à parler, s'exprimant sans peur, sans limite de l'amour qu'elle éprouvait pour son époux, chose qu'il n'était pas encore capable de faire, et qu'il n'était pas certain de pouvoir faire un jour, préférant les démonstrations, aux paroles encore pour l'instant. Et puis ce qui semblait poindre à présent dans son cœur était un élément si nouveau qu'il n'arrivait pas pleinement à définir le degré d'intensité de ce dernier. Il semblait se réchauffer petit à petit, baigner par le sourire de sa fille, et par celui de son épouse. Mais il savait que le bonheur pouvait être une illusion douloureuse, pour diverses raisons, et il n'était pas prêt mentalement à accepter de le perdre s'il venait à l'ébruiter à voix haute.

« Je sais que cela n'a pas été facile pour toi ici … Nous n'avions pas imaginé qu'un jour nos vies se dérouleraient ainsi. Mais je suis heureux de savoir qu'à présent tu considères Winterfell comme ta maison. Les Nordiens, et surtout ton mari j'en ai bien peur, sont comme les murailles de ce château, ils semblent hauts et imprenables … Une fois dans le cœur, cependant, il n'est plus jamais possible d'en ressortir, car c'est une dévotion éternelle que tu rencontreras alors. Pour autant, je te promets que quand tout cela sera terminée, quand la guerre sera derrière nous, tu feras un voyage jusqu'au Conflans pour retrouver ton père, ton frère et ta sœur, leur présenter nos enfants et tu iras aussi à Fort-Darion, voir ce que le couple impérial est en train de construire. Mais tu verras aussi, et tu comprendras sans doute mieux alors pourquoi je suis ainsi, tu finiras par retourner dans le Nord, pas pour ses richesses financières ou ses terres cultivables mais pour la chaleur, l'honnêteté et la valeur des gens. Même à Dorne, ils ne savent pas comment réchauffer l'esprit, l'âme et le cœur comme on peut le faire ici. » Cette terre était celle de ses ancêtres, elle était à présent la sienne, et elle serait un jour celle de ses enfants. Il y avait un attachement tellement fort à ce lieu, que Jon était sincèrement heureux qu'elle puisse enfin se sentir chez elle, et que cette contrainte de déménager à cause du mariage, soit à présent un certain plaisir de s'être installée ailleurs et d'avoir commencé une nouvelle vie. Jon hocha doucement la tête face à son épouse, une lueur triste venant à briller dans son regard suite à ses paroles. « Si j'étais si extraordinaire que cela, je ne vous quitterai pas toi et notre fille, mais je resterai à vos côtés à tous les trois ... » Il posa à nouveau une main sur le ventre de la jeune femme, là où grandissait la vie, là où un fils peut-être était en train de se développer. « Mon devoir de Roi me pèse, bien plus que je ne peux le laisser paraître … Je n'ai pas les épaules de mon père pour un tel fardeau, même si je le porte chaque jour avec une certaine fierté. Il n'y a rien de plus important que la famille à mes yeux, et même si on me répète sans cesse que si je pars c'est pour justement apporter la sécurité à cette dernière, je me dis que j'aurai été mieux présent en la protégeant directement. » Il soupira longuement. « Mais je ne suis pas un homme lâche, à me terrer dans ma haute forteresse pendant que d'autres meurent sur le champ de bataille. Je dois combattre avec eux, pour leur prouver que nous ne formons qu'un. Mais mon cœur restera ici avec vous et je ferai tout pour rentrer le plus rapidement possible. »

Il redressa son regard, relevant alors les mains pour les poser sur les joues de son épouse, et il se pencha doucement en avant pour embrasser le front de cette dernière. « Quant à toi, garde l'assurance qui était la tienne en arrivant ici, appuie toi sur les bonnes personnes comme Mestre Roshar si tu as un doute. Il ne te jugera jamais mal. Roland s'occupera de votre sécurité, j'ai déjà tout organisé, si les choses venaient à prendre une mauvaise tournure. Fais toi confiance, tu y arriveras. » Il tentait d'effacer les larmes sur les joues de son épouse, mais elles étaient de plus en plus abondantes, et il était clairement dépassé par la tristesse qu'il était en train de lui causer. Il se sentait mal à cet instant, et complètement incapable de l'aider à reprendre un peu de force, un peu de courage. « Alors je te le promets, je reviendrai, toujours. » Et il viendrait à prier les Anciens Dieux, jour après jour pour pouvoir tenir cette promesse et pouvoir un jour les retrouver. Ils s'embrassèrent alors avec force, après que Jon lui aie demandé de rester à ces côtés ce soir. Il ne voulait pas qu'elle passe les dernières heures avec lui à le détester pour cette prise de décision qui était malheureusement essentielle. Il n'était pas un homme à se défiler et il ne le serait jamais. Il se laissa alors emporter par l'engouement de son épouse, et sa soudaine passion à son égard, délaissant les larmes pour tout autre chose et très vite, il faut débarrasser de tout ce qui cachait le haut de son corps, ressentant sur sa peau, les doigts chauds de son épouse qui le parcouraient. Et alors qu'elle s'arrêta pour poser sa tête à l'endroit même de son cœur, il eut l'impression à cet instant d'avoir laissé une larme coulée sur sa joue, larme solitaire, qu'il n'avait pas versé depuis longtemps, en tout cas jamais dans un tel contexte, ne montrant jamais ses failles les plus grandes au reste du monde, sachant que l'une des plus grandes blessures qu'il pouvait avoir était de ne pas se sentir aimer. Cependant à cet instant, il ressentait, telle une vague qui lui tombait dessus, la puissance de l'amour d'Eléanor pour lui, et même si elle le lui avait dit de nombreuses fois, et qu'elle avait aussi tenté de lui en faire la démonstration, c'était bien la première fois pour le Roi du Nord, qu'il lui laissait l'accès à son cœur et qu'il se laissait réellement toucher par ce qu'elle ne cessait pourtant de lui dire, et cela le bouleversait plus qu'il ne parvenait à le cacher. « Je te reviendrai. » Murmura-t-il à son oreille, alors qu'il venait à faire glisser la robe de la jeune femme de ses épaules, qu'il venait à allonger cette dernière sur le bureau de travailler et qu'il se mettait alors à dévorer sa peau maintenant découverte de ses lèvres, avide de ce corps qu'il avait entre ses doigts, et qui n'était rien qu'à lui.


Jon Stark - Le Jeune Loup
Roi du Nord


The enemy is at our gates,
Old allies, new traitors.
Even blood can fail you.
Winter is Coming.

Jon Stark
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Messages : 9390
Membre du mois : 142
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Sarcastique ♦ Loyale ♦
Célébrité : Kit Harington

Infos supp.
Richesses : 5309

∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇

Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX]   Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] EmptyJeu 23 Déc - 2:34






Pour le Nord et l'Empire

Jon Stark

Dans les trop nombreuses guerres qu’Harren avait menées et auxquelles Lyham Tully avait participé, Eleanor comme Alysanne avaient souffert de l’absence de ce dernier. Les hommes partaient à la guerre et les femmes attendaient, c’était ainsi et seule une paix durable pouvait changer les choses. Cette paix semblait s’éloigner à mesure que la guerre gagnait du terrain et avec l’entrée dans la danse des épées de l’Ouest et du Val, les chances de la connaître semblaient bien minces. La jeune femme avait toujours su que son époux irait guerroyer tandis qu’elle resterait sur le domaine pour gérer la maison et les terres. C’était dans l’ordre des choses, mais ça n’en était pas moins difficile. C'était d’autant plus difficile qu'il ne s’agissait pas d’un simple voyage, mais d’un voyage qui, nécessairement, apportait avec lui son lot de mort et de malheur. La peur de le perdre était bien présente et c’est pourquoi il était si important pour eux deux de profiter des derniers jours ensemble. Ils n’en avait pas eut l'occasion, à cause de leur relation compliqué, lorsqu'ils étaient encore jeunes mariés à Vivesaigues, mais le contexte à l’époque était bien différent.

Tandis que Jon vantait les qualités des Nordiens à Eleanor, qualités difficiles à déceler sous l’épaisse couche de glace qui semblait les recouvrir, mais bien réelles néanmoins, elle le regardait avec un léger sourire, se retenant de l'embrasser pour ne pas le couper dans sa longue tirade. Il lui promit qu’une fois la guerre terminée, elle ferait un grand voyage. Elle irait dans le Conflans pour retrouver sa famille et présenter la sienne, les enfants, à son père, son frère et sa sœur. Elle irait même à Fort Darion, la capitale de l’Empire. Ce voyage brillait dans ces yeux, mais pourtant une pointe de tristesse se logea dans son coeur, car elle avait l'impression que cette guerre n’en finirait jamais et que ce voyage n'était qu’un vain songe Il lui dit enfin qu’elle reviendrait dans le Nord parce qu’elle y retrouverait les valeurs et l’honnêteté comme nulle part ailleurs. Son sourire s’élargit.

__ J’y retrouverais ma maison, celle qui verra grandir nos enfants. Nous nous y retrouverons toujours toi et moi, parce que c’est notre demeure.

La Stark ne voulait pas qu’il se sente coupable de la quitter. Peut-être aurait-il été plus simple de lui en vouloir, mais au fond, même si elle était infiniment triste qu’il s’en aille et aurait fait n’importe quoi pour qu’il reste, elle comprenait sincèrement pourquoi il devait partir et elle ne lui en tenait pas rigueur. Elle savait juste que les mois passés sans lui seraient difficiles et qu’il lui manquerait, elle savait aussi, même si elle refusait de l’accepter, qu’il pourrait ne pas revenir, et cela était pire que tout. Elle voulait surtout lui donner toutes les raisons de rester en vie et de revenir plutôt que de se morfondre pendant qu’il serait loin d’elle, de leur fille et de leur enfant à naître, un fils, espérait-elle. Elle posa ses mains sur les joues de son époux et plongea ses yeux dans les siens.

__ Écoutes-moi. Tu est extraordinaire, mais même les personnes les plus extraordinaires ne peuvent pas être à deux endroits à la fois. Alors va, et va en paix avec ton devoir de père. Va faire ton devoir de Roi et moi je garderais ta place de père au chaud en attendant que tu puisses revenir. Jamais je ne pourrais t’en vouloir d’être l’homme que tu es, ni ton père, ni le mien, ni personne d’autre, parce que tu es l’homme dont je suis tombée amoureuse.

Le Roi embrassa sa Reine sur le front et ce qu’il dit ensuite, qu’elle se fasse confiance et qu’elle garde l’assurance qu’elle avait à leurs débuts, fit le plus grand bien à la née Tully. Elle avait besoin de l’entendre pour cesser de douter d’elle tout le temps et avoir cette sensation qu’elle faisait tout de travers. Elle se sentait si étrangère à tout cela, et même à lui depuis son arrivée à Winterfell, qu’elle avait longtemps eu l’impression qu’elle ne serait jamais à sa place. Maintenant, et en grande partie grâce à l'amélioration de leur relation, elle se sentait enfin chez elle et, même si elle doutait encore d’être à la hauteur de la tâche qui lui incombait en l’absence de Jon, elle savait pouvoir y faire face, pas nécessairement sans commettre le moindre impaire, mais au moins avec dignité. La force qu'il lui donnait en cet instant, la force, aussi, que lui avait donné la naissance de Sigyn et le fait de passer si près de la mort, étaient des ressources précieuses dans lesquelles elle pourrait puiser si besoin. De plus, il avait tout organisé, comme il le faisait toujours en vérité, discrètement mais avec attention, pour qu’elle soit bien entourée, et elle ne doutait pas que les nordiens de Winterfell seraient là pour elle en cas de besoin, ne serait-ce que par loyauté envers le Roi du Nord. Les larmes lui montèrent à nouveau au nez, mais elle souriait à présent.

__ Merci… Merci de me faire confiance.

Je ferais tout pour ne pas te décevoir. Elle tut ces derniers mots, ils étaient inutiles. Bien sûr qu’elle ferait tout pour lui faire honneur et pour se montrer digne de lui et du Nord. Son père lui avait dit qu’elle n’était pas qu’une petite Lady du Conflans mais une Tully, et à présent une Stark. Elle le devait à son époux, à son père et à ses enfants. Le fait qu’enfin, le jeune loup lui montre son affection et surtout, sa confiance, le fait qu’elle se sente soutenue, et, à présent, pleinement chez elle, était d’un grand réconfort. Qui aurait pu imaginer cela quelques semaines plus tôt, et encore moins quelques mois auparavant ? Leur couple battant de l’aile avant même leur union, et les choses n’allant pas en s’arrangeant au fil du temps. Leurs efforts mal assortis et vains, leurs disputes, leurs silences, la tristesse et le ressentiment. Cette nuit où elle avait failli perdre la vie et leur enfant les avait rapprochés et Sigyn ne cessait de leur rappeler pourquoi il était si important qu’ils parviennent à s’entendre. Qui aurait pu croire, en cet instant, toutes les épreuves qu’ils avaient traversés, ensemble, mais chacun de leur côté, solitaires et comme abandonnés. Maintenant l’un contre l’autre, ils étaient ensemble, et même s’il devait partir, quelque chose, un lien indéfectible venait de naître entre eux. Alors, ils pouvaient tout traverser, même loin l’un de l’autre, ils étaient ensemble. Si l’amour d’Eleanor et le serment de Jon avaient survécu aux mois de froideur de part et d'autres, aux tentatives désespérées de la brune pour le conquérir et à leurs différences qui à présent semblaient bien peu de choses, ils pouvaient tous deux survivre à cette guerre et aux longs mois de campagne l’un sans l’autre.

Eleanor avait eu une sorte de coup de foudre pour Jon, physiquement en tout cas. Concernant leurs personnalités incompatibles, c’était tout autre chose, mais elle n’avait jamais oublié pour autant les papillons qui avaient virevolté dans son ventre lors de leur première rencontre. Rien ne semblait simple ou facile avec lui, si froid et distant à certains moments qu’elle ne comprenait pas ce qu’elle devait faire. Mais à présent qu’il lui ouvrait son cœur, qu’il montrait ses failles, elle ne l’en aimait que plus encore et les papillons étaient revenus virevolter de plus belle. Comme il était doux d’aimer et de se sentir aimer en retour. Il ne le dirait peut-être pas aujourd’hui, peut-être jamais, mais elle pouvait le sentir dans ses mots et dans ses gestes. Ainsi leurs efforts avaient enfin payé et les heurts qu’ils avaient connus rendait cet amour plus solide et plus fort que jamais.

Après la démonstration de désir passionnel de la Reine, le Roi fit à son tour, glisser la robe de son épouse jusqu’au sol et lui promit de revenir, promesse à laquelle elle répondit par un baiser sensuel avant qu’il ne l’allonge, nue, sur le bureau. Il embrassa chaque parcelle de sa peau, lui arrachant, selon l’endroit, de longs soupirs langoureux ou de petits rires nerveux quand il la chatouillait, pendant qu’elle continuait à caresser la sienne. Elle n’aurait jamais pu imaginer qu’il se laisserait prendre à ce jeu dans cet endroit où il avait l'habitude de s’isoler, voire de la fuir, pour travailler et travailler encore. Ce lieu, ses attentions, ses mots, ses promesses et sa tendresse marquaient un grand changement entre eux, peut-être plus encore qu’ils n’en avaient conscience. Mais à ce moment précis, peu importait le passé et l’avenir, il n’y avait que l’instant présent, leurs deux corps s’apprivoisant. Elle glissa ses doigts entre les siens et attrapa sa main, son autre main se promenant dans ses cheveux bouclés, puis descendant le long de sa nuque et entre ses omoplates. Elle remonta un pied le long de la jambe du jeune loup.


Anonymous
Invité
Invité


Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX]   Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] Empty


Contenu sponsorisé


Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Pour le Nord et l'Empire [Terminé - Tour IX]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour cette nuit et pour toutes les nuits à venir [Tour VI - Terminé]
» Je n'ai pas les mots pour te dire, mais j'ai ceux pour eux A1 M11 S4 [Tour IX - Terminé]
» Nord et Sud [Tour III - Terminé]
» Le Nord se souvient [Tour II - Terminé]
» Le Bief et le Nord : allié ou ennemi ? [Pv Garlan] [Tour VI - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Le Nord :: Winterfell-
Sauter vers: