Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Aspirateur eau et poussières KARCHER WD1 Compact
Voir le deal
34.30 €

 

 (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes

Aller en bas 
MessageSujet: (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes   (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes EmptyVen 1 Jan - 18:45

Festivité de Goëville

En raison des querelles et conflits constants au sein de Westeros, du temps de trajet et des dangers de longs voyages, il était rare que je quitte les frontières de la Principauté. Pour autant, il n’avait jamais été question d’être ignorante des us et des coutumes des autres Royaumes. Je m’étais renseignée soit auprès des Mestres, soit auprès des marchands étrangers qui venaient commercer à Lancehélion ou aux Météores. Aujourd’hui, il n’était plus question de se baser sur des on-dit ou des hypothèses donnés par des hommes séniles ou véreux ! J’étais là, au sein du Royaume du Val et de la Montagne, territoire montagneuse et verte à la fois, d’où provenait les plus belles étoffes !

J’avais dépensé sans compter au courant de la journée, tantôt en belles toilettes en la compagnie de la Reine Régente Sharra Arryn – belle d’âme, et de corps – , tantôt en instruments de musiques ou chants trouvés auprès de quelques artisans et bardes des rues de Goëville. L’événement avait attiré du monde des Sept Royaumes, et par conséquent, j’avais pu voir bien des merveilles et acheter bien de curieux objets. Si Père était encore vivant, il aurait ri devant chaque achat. A cette pensée, la joie de la journée se dissipa un tantinet, et la mélancolie me gagna à nouveau.

Lorsque je suis triste, à penser à ce défunt Père, j’aimais m’enfermer dans ce monde d’art et de beauté, où la musique et la danse étaient mes seuls outils d’expression. Sans tarder, je m’empare d’un instrument qu’on dit très joué au Nord – de son nom un psaltérion, mais qui ressemble beaucoup à une cythare – et commence déjà à en pincer les cordes pour m’assurer que les sons étaient harmonieux, testant avec adresse. Entre temps, je pose une partition sous mes yeux pour commencer à la décrypter et à la comprendre.

Les minutes se transforment en heure, et les discrètes notes s’entendaient de plus en plus, et à mesure que je prenais assurance. J’avais toujours eu un talent naturel pour tout ce qui pouvait toucher de près ou de loin au chant – que se soit pour chanter, ou pour jouer – et ou à la danse, et apprenait bien vite. L’apprentissage devenait encore plus aisé au fil des instruments et des chansons variés découverts car, au fond, les codes étaient similaires. Ce qui était évident et aisé pour moi l’était moins pour les autres, et il n’était pas rare que je surprenne constamment mon entourage.

J’interromps ce chant du Nord lorsque mon regard se pose sur une curieuse présence. Une demoiselle que je ne connaissais pas m’observer de cette porte que j’avais laissé entrouverte par inadvertance. Je me rappelle tardivement que je n’étais pas dans le Palais de Lancehélion et que tout le monde ne pouvait pas montrer la même patience que ma fratrie – ou franchise – vis-à-vis de la gêne que je pourrais occasionner avec cette musique.

- Oh, bonsoir. Ai-je eu l’imprudence d’interrompre votre doux repos ? demandais-je, sourire aux lèvres. Je ne tarde pas à me relever, quittant les confortables coussins aux couleurs vives de Dorne que j’avais posé à même le sol, devant la cheminée.

Je ne tarde pas à saisir un peignoir en soie pour couvrir une robe de nuit un tantinet trop indélicate selon la mode des demoiselles de cette Cour. Les nuits à Dorne étaient glaciales certes, mais les journées étaient étouffantes et il n’était pas rare que la nuit se partage entre chaud et froid. Dès lors, j’avais pris habitude de m’habiller légèrement, et de chercher davantage la chaleur dans les draps le temps que le froid passe. Une toilette que je ne pourrais pas trouver qu’à Dorne, compte tenu de la mode des dames que j’avais vu au courant de la journée et qui venaient d’autre Cour.





Soumise, Vaincue, Blessée
ANAPHORE



Spoiler:
 

Arianne Martell
Arianne Martell
Vivre pour danser et chanter. Danser et chanter pour vivre.
Messages : 3647
Membre du mois : 107
Maison : Maison Martell
Caractère : Joviale - Désabusée - Diplomate - Narcissique - Patiente - Indécise
Célébrité : Deepika Padukone

Infos supp.
Richesses : 899

Vivre pour danser et chanter. Danser et chanter pour vivre.

(FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t5790-arianne-martell-meme-les-pierres-finissent-par-ceder-sous-les-assauts-repetes-de-la-pluie https://bloody-crown.forumactif.org/t5797-arianne-martell-et-je-traverserai-monts-et-montagnes https://bloody-crown.forumactif.org/t5796-arianne-martell-les-amis-les-ennemis
MessageSujet: Re: (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes   (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes EmptyMar 5 Jan - 18:01


Chapitre 1

 


Le soleil décline lentement dans le ciel tandis que le crépuscule accompagné des étoiles a fait son apparition pour remplacer l'astre solaire dans le paysage. Je sors d'un dîner en compagnie de mon père et des mes frères. Je repense aux moments vécus à Goëville, bientôt nous allons rentrer à Winterfell. Il y a tant de choses à faire là-bas pour préparer mes noces. Pour l'instant, nous ne sommes pas encore partis des terres valoise. Depuis que nous sommes ici, j'ai fait des rencontres intéressantes à ce Conclave de Goëville. La plupart de la noblesse, de ses grands noms illustres ou qui ne le sont pas encore sont ici. Certainement pour conclure d'alliance. Mon père souhaite me marier à un prince Lannister. Je n'arrive pas à croire que celui que j'ai rencontré dans les cuisines la veille du tournoi soit mon fiancé. Il embrasse bien pourtant, mais, je ne suis pas conquise par cet homme à la chevelure dorée rappellent les rayons solaires. Je sais que ce mariage n'est pas un mariage d'amour. J'espère bien que cette union soit fondée sur des bonnes bases. C'est pour cela que je me suis entretenue la veille avec mon fiancé pour parler de notre avenir ensemble. Après tout, je serai mariée à lui jusqu'à que la mort nous sépare. Je ne veux point que cette canaille puise m'humilier en prenant une maîtresse. Il a bien embrassé une belle inconnue lors de ce fameux jour aux cuisines. Je repense également au tournoi où il a pris mes couleurs. Il s'est joué de moi car je ne savais point qu'il était Lyman Lannister. Une cruelle farce.

Je ne veux pas être une vache qui enfantera des lions qui sera mise de côté car elle est qu'une pauvre petite femme. Je désire que mon union avec Lyman se base sur le respect mutuel. Je ne sais pas si mon cœur sera attiré par ce bellâtre, c'est bien trop tôt pour le dire. Je sais que Lyman va participer à la guerre aux côtés des Nordiens. Il va découvrir mes terres avant notre mariage. Une fois que celui-ci aura lieu, j'irai dans l'Ouest avec lui, pour toujours. Enfin, s'il ne trépasse pas avant notre mariage. Je ne pensais pas que le roi Loren et son épouse la reine Jordane permettaient que leur fils unique puisse guerroyer auprès de nous pour une querelle qu'il ne le concerne pas. Que dire sur ce prince ? J'ai commencé à parler avec lui. J'aime discuter avec lui. Je me sens … Différente avec lui. J'ai également aperçu les sœurs du lion et surtout sa majestueuse mère. Face à elles, je suis qu'une petite princesse étrangère aux mœurs bien étranges. Les femmes des Lannister portaient des belles robes. Je me suis sentie inférieure devant tant de luxe. Mes robes sont moins complexes et plutôt confortables. De même, je n'ai pas la beauté de toutes ses princesses réunies pour ce Conclave.

Perdue dans mes réflexions sur mon prochain mariage avec le lion, je devrai l'organiser sachant qu'il est possible que les miens et mon fiancé ne reviennent pas du champ de bataille. Dans le cas où Lyman survit à cette guerre, nous allons nous unir sous les regards des Anciens Dieux comme des Sept. La reine Jordane sera présente pour mes noces, le roi Loren ne pourra pas être des nôtres car il doit rentrer dans son royaume. Le futur n'est pas encore à ma porte, bientôt, j'épouserai Lyman Lannister. Pour l'instant, je suis que sa fiancée. Je pose de nombreuses questions sur le mariage et sur ce qui découler de ce jour-là. Comment sera notre relation ? Sera-t-il un bon mari ? Un homme fidèle qui ne trompe pas sa femme ni qui l'humilie ? J'ai vu mon père avec une personne que je considère comme une catin, cette vulgaire de Mathie ! Mère est décédée depuis de nombreuses années, mais, comment il ose faire cela ? Il a des besoins, je le conçois. Mais, je ne veux pas qu'il oublie ma mère. Peut-être que le roi du Nord épousera une autre femme. Et cette dernière lui donnera des fils et des filles.

Je chasse de mon esprit les idées qui me viennent. J'entends un chant nordien. Qui chante cela ? Je pose mon regard sur ma dame de compagnie, Serena. Ma cousine n'est pas très loin. Je souris. Je continue d'avancer à la recherche de celle-ci. Je regarde d'un regard complice Serena et nous arrivons près de l'endroit où on peut entendre la voix de la jeune femme. Je remarque que la porte est entrouverte et je vois une silhouette d'une femme d'une beauté dornienne vêtue d'une simple robe de nuit. Elle me parle. Je l'écoute avec attention. Je détourne la tête quand elle décide de porter quelque chose de décent sur sa tenue de nuit.

-Oh non … Je m'étais perdue dans les couloirs. Je dois regagner ma chambre. C'est plutôt à moi de m'excuser de troubler votre récital. Je souris. Merci pour ce chant, il me fait penser à chez moi. Dis-je d'une voix douce. Les nuits sont bien fraîches ici, et, je dois avouer que je ne sens pas fatiguée. Je suis Lady Jeyne Stark. Ajoute d'une voix franche.  Je suis ravie de faire votre connaissance, il me semble que je vous ai aperçu auprès des dorniens. Puis-je connaître votre identité avant de vous laisser reprendre votre mélodie ? Elle me rappelle une berceuse de l'Hiver que j'ai entendu enfant.

jeyneblanche-neige et les sept royaumes
(c) ANAPHORE



❥ Jeyne Lannister
(c) ystananas

Jeyne Lannister
Jeyne Lannister
Messages : 728
Membre du mois : 81
Maison : Lannister par mariage et Stark par naissance
Célébrité : Adélaïde Kane

Infos supp.
Richesses : 680


(FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t7261-jeyne-lannister-princesse-du-nord-et-reine-du-roc https://bloody-crown.forumactif.org/t7593-jeyne-lannister-reine-de-l-ouest https://bloody-crown.forumactif.org/t7283-jeyne-lannister-reine-du-roc
MessageSujet: Re: (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes   (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes EmptyLun 18 Jan - 23:34

La pudeur des demoiselles des Cours étrangères m’amusait toujours autant. Elles détournaient le regard comme si j’étais un homme, ou que mon corps était bien trop différent des leurs. Certes, les proportions et les couleurs différaient mais nous partagions assurément des attributs communs. Dès lors, pourquoi fermaient-elles les yeux face à un autre corps nu ? Mon amusement disparu au profit d’une franche surprise.

Elle se présentait comme Jeyne Stark, soit une dame de la maison royale du Nord. Si je n’avais pas eu le plaisir de rencontrer tous les membres royaux, et je doutais prétendre à un tel privilège en raison de ma statue de bâtarde – légitimé ou non, qu’importe –, je ne pouvais qu’être heureuse que le Destin m’offrait une occasion. Je ne comptais pas la laisser s’échapper aussi aisément, sauf si évidemment elle énumérait des arguments irréfutables. Qui étais-je, en finalité, pour la garder dans mes appartements ?

- Je suis Arianne Sand, de la noble famille des Martell, ma Dame. Je décline mon identité tout en offrant une révérence à la demoiselle. Elle me précédait par la préséance, assurément, et c’était donc à moi de courber l’échine et non à elle. Je suis bien heureuse si j’ai pu éveiller en vous quelques souvenirs d’enfants. Ce sont les plus doux.

Mes souvenirs de mon enfance m’arrachaient davantage quelques frissons et frayeurs. Je les refoulais constamment et autant que possible dans les abîmes de ma mémoire, orientant tous mes espoirs, toutes mes douceurs de la vie dans l’espérance d’un lendemain toujours meilleur. Si l’avenir était à la fois excitant et angoissant, je la préférais de loin à mon passé teinté d’autant de cruauté que de douceur. Lorsque le commun des mortels disait « oh, le bon vieux temps ! », je criais avec les marginaux : « pour un avenir meilleur ! ».

- Je suis honorée que vous m’ayez remarqué parmi les Dorniens. Malheureusement, je suis bien incapable de pouvoir soutenir le même argument. Et pourtant, j’en suis bien confuse : vous êtes une bien jolie jeune fille, et il est bien impossible de ne pas vous remarquer. Vos gardes ont dû vous cacher à ma vue
, dis-je sincèrement, esquissant un sourire complice. Certes, elle n’avait pas encore l’assurance et le charisme de la Reine Régente Sharra Arryn, rencontrée plus tôt dans la journée, mais elle avait une beauté propre. Vous me faîtes penser à la princesse d’un conte. Elle était la plus belle de son Royaume, avec sa peau aussi blanche que la lune, ses lèvres aussi écarlates que le sang, et ses cheveux aussi noirs que la nuit. Pourtant, elle n’était pas uniquement belle, mais était pourvue d’une grande bonté d’âme. Assurément, tant de faveurs accordées par la Nature à une personne lui attira bien des jalousies. Un joli conte. Je serais bien heureuse de vous la conter, si vous désirez.

Tout en racontant le préambule de cette histoire, je pinçais à nouveau les cordes de mon nouvel instrument, optant pour des notes et un rythme que je connaissais par cœur. Ce n’était plus la berceuse dornienne, mais un simple air banal dornien qui accompagnait souvent les récits des bardes. Lorsque je m’arrête de parler, la corde émet une note assez aigüe, comme pour accentuer l’attente. Allait-elle rester pour parler et m’écouter ? Au contraire, préférait-elle courir dans cette ville étrangère pour assouvir sa curiosité ? Je ne pourrais pas la blâmer si elle préférait la compagnie de jeune fille de son âge, bien moins sérieuse que moi assurément – et sûrement de meilleure extraction.



Soumise, Vaincue, Blessée
ANAPHORE



Spoiler:
 

Arianne Martell
Arianne Martell
Vivre pour danser et chanter. Danser et chanter pour vivre.
Messages : 3647
Membre du mois : 107
Maison : Maison Martell
Caractère : Joviale - Désabusée - Diplomate - Narcissique - Patiente - Indécise
Célébrité : Deepika Padukone

Infos supp.
Richesses : 899

Vivre pour danser et chanter. Danser et chanter pour vivre.

(FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t5790-arianne-martell-meme-les-pierres-finissent-par-ceder-sous-les-assauts-repetes-de-la-pluie https://bloody-crown.forumactif.org/t5797-arianne-martell-et-je-traverserai-monts-et-montagnes https://bloody-crown.forumactif.org/t5796-arianne-martell-les-amis-les-ennemis
MessageSujet: Re: (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes   (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes EmptyLun 22 Fév - 19:22


Chapitre 2

 

Je détourne mon regard quand la demoiselle se change, par convenance. Je ne pourrai pas accepter qu'une personne étrangère puisse voir ma nudité. Si c'est une présence familière, je dois avouer que je ne suis pas aussi pudique seulement si je connais la personne. Enfin, un mâle ne me verra pas sans mes vêtements. Je ne suis pas une dévergondée, je suis une dame de la famille Stark et même si j'ai un caractère bien trempé, je me refuse à devenir une femme de petite vertu. Moi, devenir une gourgandine ? Hors de question. J'ai bien trop d'honneur pour cela.

Par la suite, je me présente après que la jeune femme porte quelque chose au dessus de sa robe de nuit. Après cette formalité, je déclare que je m'excuse de l'avoir troublé dans son récital. J'évoque également un souvenir d'une mélodie que j'ai entendu quand j'étais qu'une petite fille. C'était il y a fort longtemps, c'était ma mère qui la chantait avant de m'endormir. Je pose un regard sur l'étrangère avec un sourire sympathique. Peu de temps après, je découvre que la personne en face de moi est une dornienne, elle se prénomme Arianne, une bâtarde de la maison Martell. Je n'ai rien contre les enfants illégitimes, un de mes oncles paternels est un enfant adultérin de mon grand-père et je l'apprécie beaucoup. C'est un modèle pour moi, il a toujours été présent pour moi, surtout depuis le décès de ma tendre mère. Mon interlocutrice me fait une révérence, je garde un sourire sur mes lèvres. Par la suite, elle parle de nouveau.

-Je suis enchantée de faire votre connaissance Dame Arianne, vous avez tout à fait raison. L'époque où nous sommes des enfants est à chérir. J'ancre mon regard dans les prunelles de la jeune femme. Enfin, certains d'entre eux doivent grandir plus vite à cause d'événements troublant leur prime jeunesse. Je me tais quelques secondes. Je ne vais pas être dramatique en parlant de ceci. Merci pour la mélodie que vous avez jouée, je me souviens de celle-ci quand j'étais qu'une petite fille avec ma mère. Dis-je d'une voix rauque tandis qu'on pouvait voir d'adorables fossettes sur mes joues. Où avez-vous appris cette mélodie ? Je suis confuse, je ne connais point de musiques dornienne. Ajoutè-je quelques secondes après.

Les secondes s'enchaînent pendant que nous parlons. Arianne me fait part qu'elle ne m'a point vu. Je garde un visage avenant. Il faut dire que je suis d'une beauté quelconque avec mes tenues austères. Ce n'est pas comme les dames de l'Ouest ou encore de celles du Bief. Je suis une louve de Winterfell. Une beauté naturelle et sauvage. Par la suite, elle me fait part d'un conte en jouant de son instrument à cordes. Mon esprit vagabonde en écoutant les paroles de la demoiselle et la musique de cette dernière. Je ferme les yeux un instant puis je reviens à l'instant présent.

-Ce n'est rien, il y a beaucoup de monde ici et il est difficile de faire la connaissance de tout le monde. Je vous remercie de votre compliment, mais, cependant, je trouve que les femmes de l'Ouest  ou du Bief sont bien plus belles que moi. Même vos compatriotes sont d'une beauté que je n'ai jamais rencontrée. Dis-je d'une voix calme et posée. Pensez-vous qu'il soit possible de me confier vos secrets de beauté? Demande-je avec un clin d’œil. Quant au conte, vous me donnez envie de l'entendre. Si vous le souhaitez, vous pourriez me le raconter ce soir, sauf, si vous êtes fatiguée. Cela ne me dérange pas de rester auprès de vous. Je soupire. Demain, si vous ne faites rien, nous pourrions nous revoir pour prendre une collation dans mes appartements ou dans un autre lieu. J'en suis sûre qu'on pourra faire plus ample de connaissance.

Par la suite, je regarde ma dame de compagnie. Celle-ci ne semble pas hostile à rester auprès de la dornienne. Cependant, il faudrait prévenir mon père et mon aîné qu'il est possible que je ne regagne pas mon logement avant un petit moment. Je me tourne de nouveau vers Arianne. Je ne suis pas encore rentrée dans ses appartements. J'attends qu'elle m'invite à le faire.

-Si je dois rester auprès de vous pour le conte, me permettez-vous de raconter un conte également ? Je ne joue pas d'un instrument, je dois avouer que je ne suis pas une bonne musicienne mais quand je vous entends raconter l'histoire de cette belle princesse ponctuée par des notes de musique, mon esprit vogue d'image en image et cela me donne envie d'apprendre à jouer d'un instrument. Dis-je d'une voix douce. Bref ! M'exclame-je avant de rire avec toujours un sourire sur mon visage.

jeyneblanche-neige et les sept royaumes
(c) ANAPHORE



❥ Jeyne Lannister
(c) ystananas

Jeyne Lannister
Jeyne Lannister
Messages : 728
Membre du mois : 81
Maison : Lannister par mariage et Stark par naissance
Célébrité : Adélaïde Kane

Infos supp.
Richesses : 680


(FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t7261-jeyne-lannister-princesse-du-nord-et-reine-du-roc https://bloody-crown.forumactif.org/t7593-jeyne-lannister-reine-de-l-ouest https://bloody-crown.forumactif.org/t7283-jeyne-lannister-reine-du-roc
MessageSujet: Re: (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes   (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes EmptySam 27 Mar - 23:15

La demoiselle me paraissait bien mature et sage pour un si jeune âge. Était-ce le rude climat du Nord qui imposait aux enfants de devenir bien vite des adultes, ou alors avait-elle vécu des événements bien difficiles et durs ?  Elle était une demoiselle de la maison royale Stark, et assurément un tel nom et un tel sang devaient être hérité avec de lourdes responsabilités. Pourtant, ma petite sœur ne faisait pas preuve d’un tel calme, et son regard n’était pas aussi pesé et aussi mûr que celui de Jeyne Stark. Je suis heureuse si j’ai pu raviver de si doux souvenirs. J’aime beaucoup la musique, le chant et la danse, et je les pratique avec grande assiduité et tous les jours. Lorsque l’on connaît les bases d’un art, ma Dame, il est possible de maîtriser quelques variantes poussées ou étrangères. Qu’importe que nous sommes nés à Dorne, ou au Nord, il semble que nous partageons les mêmes peurs, désirs, souhaits, peines et joies. L’art m’apaise lorsque j’ai beaucoup à penser, et me donne espoir, lorsque je me dis qu’il n’y a nulle issue à un conflit entre deux personnes.

J’écoute à nouveau la demoiselle, et elle révèle une première faiblesse : une forme de dénigrement. Certes, elle ne répondait pas aux canons de beauté dorniens, mais j’avais vu assez de dames et connu suffisamment d’hommes pour savoir qu’elle était loin d’être aussi vilaine qu’elle le pensait. Au contraire, je ne doutais pas un instant que quelques gentilhommes se porteraient volontaires pour relever ses jupons et la faire femme à l’instant présent, et que quelques femmes devaient jalouser sa jeunesse, sa fraîcheur et son charme propre.

- Comme ma tendre mère aime le dire aux jeunes filles encore à la fleur de l’âge, vous êtes une pierre brute, non taillée encore, ma Dame. Vous êtes jeunes, vous avez de beaux atouts physiques et vous semblez être pourvus d’une âme des plus sages et des plus belles. Vous avez seulement besoin de quelques conseils, de femmes à femmes, pour vous révéler à tous telle que vous le désirez, et uniquement comme vous le souhaitez. Je peux vous donner des conseils de beauté, et même vous offrir quelques toilettes si elle vous sied, mais c’est à vous de déterminer comment vous vous sentez à votre aise. Par exemple, je désire être belle, même si celle-ci impose une forme de souffrance comme une toilette trop serrée qui vous essouffle ou une coiffure trop tirée qui vous offre quelques migraines en fin de journée.  Par contre, je sais que la Princesse Deria Martell préfère être davantage à son aise, et a un caractère moins coquet que moi.

Je préférais cette douleur à celle d’être ignorée par tous. Contrairement à Deria, ou à Jeyne, je n’avais pas de sang royal « légitime » ou une armée à ma disposition ou des terres sous ma responsabilité, et j’avais à faire mon propre chemin et avec mes propres armes. Si j’avais à souffrir un tantinet pour attirer le regard des uns et des autres et me faire entendre, j’y consentais allègrement. Et puis, je dois avouer, j’aimais être belle et être le centre de l’attention.

- Vous trouvez les femmes de l’Ouest et du Bief jolis ? Etonnant. J’aime bien certaines toilettes, assurément, et certaines femmes sont effectivement d’une grande beauté. Mais elles ne le sont pas toutes : certaines sont habillées avec un fort mauvais goût, et sont bien trop fardés, dis-je, tentant de lui ouvrir les yeux sur quelques réalités du monde des femmes.  

Tout en parlant, je me suis levée pour me diriger vers une commode où reposait un coffret conséquent que je soulève avec un « ouf », et que je dépose devant mon invitée. Je révèle aussitôt son connu : du rouge pour les lèvres, du fard pour le visage, du khôl pour les yeux et un peu de peinture dorée pour quelques effets esthétiques agréables. D’un signe de la main, je l’invite à entrer et à prendre place en face de moi.

- Je ne suis point fatiguée. Votre compagnie me ravit. J’ai toujours été fort curieuse du Nord, et c’est une raison pour laquelle j’ai profité de ce grand événement pour obtenir quelques instruments et partitions de vos contrées. Je resterai éveillée autant que vous le désirez et si une nuit est insuffisante pour nous conter toutes les histoires, alors nous continuerons au lendemain.

Je me tais et je l’observe.
La demoiselle semblait vouloir une compagnie féminine avec ardeur. J’essayais de me souvenir ce que l’on m’avait dit de la famille royale Stark, lorsque j’étais encore à la Principauté. Un Roi, une Reine morte il y a bien longtemps, une seule Princesse et deux Princes … Si je comprends bien, elle était la seule fille. Voilà qui était un tantinet triste.

- Laissez-moi vous raconter l’histoire, sans musique, tout en vous maquillant. Est-ce que cela vous convient, ma Dame ?  



Soumise, Vaincue, Blessée
ANAPHORE



Spoiler:
 

Arianne Martell
Arianne Martell
Vivre pour danser et chanter. Danser et chanter pour vivre.
Messages : 3647
Membre du mois : 107
Maison : Maison Martell
Caractère : Joviale - Désabusée - Diplomate - Narcissique - Patiente - Indécise
Célébrité : Deepika Padukone

Infos supp.
Richesses : 899

Vivre pour danser et chanter. Danser et chanter pour vivre.

(FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t5790-arianne-martell-meme-les-pierres-finissent-par-ceder-sous-les-assauts-repetes-de-la-pluie https://bloody-crown.forumactif.org/t5797-arianne-martell-et-je-traverserai-monts-et-montagnes https://bloody-crown.forumactif.org/t5796-arianne-martell-les-amis-les-ennemis
MessageSujet: Re: (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes   (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes EmptyLun 12 Avr - 21:35


Chapitre 3

 

Écouter la mélodie de cette chanson me procure différents sentiments. La mélancolie d'une époque où ma mère était encore dans ce monde. Elle repose maintenant dans la crypte familiale, son souvenir se flétri dans ma mémoire. Pourtant, mon esprit garde une empreinte de certains souvenirs avec elle dont cette chanson. C'est une berceuse où une femme découvrant le secret de l'eau  dans les terres du Nord. Dans ce conte, on ne doit pas se noyer dans notre passé … Il y a également une autre chanson où une jeune princesse cherche quelque chose. Elle est la seule à connaître son chemin, celui l'indique toujours le Nord. Si on essaye de lire entre les lignes, il est question d'ouvrir son cœur. En pensant à cet écrin, le palpitant de Walton demeure clos. Il s'est éloigné de nous … La graine doit grandir seule, je le veux bien. Mais, il est si distant. Cela me fait de la peine que mon cadet se montre ainsi. J'espère qu'on pourra se retrouver avant que je quitte les terres du Nord pour vivre sur les terres de l'Ouest.

Je pose mon regard sur la jeune dornienne. Je lui dis que l'enfance est une époque où nous sommes heureux. Pas tous. La progéniture du vieux loup a grandi sans mère. J'avais le rôle de ma mère, celle de la Dame de Winterfell. Ce rôle appartiendra à l'épouse de mon frère Jon quand il convolera avec une femme. Je vous conjure, donnez-lui une personne qui saura le rendre heureux. Je veux que Jon a un sourire sur ses lèvres. Qu'un feu brûle dans l'âtre de son âme. Je le désire également pour les autres hommes de ma famille. Et Bowen ? Oh.  Il a été mon premier amour, celui qu'on ne pourra jamais oublier. Malheureusement, j'étais princesse et il n'était pas prince. Père n'aurait jamais accepté que j'épouse le Nordien. Peut-être que je devrai lui dire que je l'ai aimé. Ou pas. Je demande aux Dieux d'envoyer une dame qui saura se faire aimer par le Glower. En revanche, je ne suis pas amoureuse de mon fiancé. Je souhaite que le lion soit respectueux à mon égard. Si mon cœur ne tambourine pas pour lui, j'ai envie d'être son amie, son alliée et que notre union fonctionne.

Par la suite, nous parlons de la beauté. Je suis sincère quand j'évoque je n'ai pas les mêmes canons de beauté que les femmes de l'Ouest ou encore du Bief. La mienne est naturelle, presque sauvage. Il faudra m'apprivoiser pour que je me donne entièrement à la personne. Lyman n'a pas encore capturé le diamant. Il m'a volé un baiser. Jamais un homme du Nord aurait osé faire cela ! Jamais. Et pourtant, je me souviens de la douceur de ses lèvres sur les miennes. C'est le premier de ma vie, ça fait quelque chose.

Le soleil de Dorne incarnée par Ariane me parle en disant que je suis comme une pierre. Je souris aux vertus qu'elle me donne. Je hoche la tête. Oui, j'ai besoin de conseils d'une femme de ma génération ou de la génération de mes parents. Je n'ai pas de mère, et, mon modèle est Nelya, une autre nordienne. Elle ne remplace pas ma mère, elle ne sera jamais Sigyn. Jamais. Et si Père doit épouser une autre femme, ma belle-mère ne sera jamais sur un pied d'égalité avec le fantôme de celle qui m'a donné la vie. Je ne peux pas oublier l'ancienne reine du Nord. Après cette réflexion, je continue d'entendre les paroles de la dornienne. Comment être belle ? Je veux porter des belles robes confortables. Avoir l'air naturelle et sauvage … Avec quelque chose en plus. Je n'ai pas envie d'avoir plusieurs couches de maquillage sur ma peau. Ni d'avoir la taille fine. Être belle, oui, mais, je ne veux pas souffrir. Je réfléchis un instant avant de reprendre la parole.

-Votre mère est sage, Dame Ariane. Il est vrai que j'ai eu quelques conseils de la part d'une modèle dans le Nord. J'apprécie ceux qu'elle me prodigue. Mais, je recherche d'autres recommandations. Je me tais quelques secondes et je plonge mon regard dans celui de la dornienne. Peut-on concilier ma beauté naturelle avec vos suggestions, dame Ariane ? Je dois avouer que je préfère porter des toilettes confortables et me mettant en valeur. Je ne veux pas souffrir pour conquérir le cœur des gens, je n'ai pas besoin de cela. Dis-je d'une voix sous le ton de la confidence.

Par la suite, je lui avoue que je trouve les dames du Bief et de l'Ouest jolies. Le soleil de Dorne me fait remarquer qu'elles ne sont pas forcément magnifique avec leurs vêtements ou leur maquillage. Il est vrai que certaines peuvent exagérer. Je n'aime pas forcément cette extravagance. Je me promets quand je serais l'épouse de Lyman Lannister, mes robes ne seront pas ainsi. Je porterais des beaux vêtements, rouges et dorées rappelant les couleurs des Lions ou encore des couleurs vives plutôt que mes tenues rudimentaires sur les terres de mon père. Je reviens à l'instant présent et j'offre un sourire à la demoiselle.

- Vous avez tout à fait raison. Je n'avais pas pensé aux dames portant des robes luxueuses avec les étoffes d'un prix exorbitant, l'étalage des joyaux dans leurs cheveux ou je ne sais quoi d'autre. Dis-je avec un léger sourire sur mes lèvres.

Ensuite, elle me montre une boîte où il a son maquillage. Des belles choses. Je n'ai pas tous cela dans la mienne. Je continue d'afficher un visage souriant à la jeune femme. Elle est si gentille avec moi. Elle me fait inviter après que je lui demande si elle souhaite me parler de son conte et si elle n'est pas fatiguée. Je ne souhaite pas abuser de sa compagnie, après tout, elle voudrait peut-être se reposer. Ce n'est pas le cas. Elle me fait part de ses intentions à mon égard, une soirée où on racontera des contes.

- Formidable. Il me reste encore quelques jours avant de regagner le Nord. Quand repartez-vous pour Dorne ? Demande-je doucement. Ce soir, je suis votre convive, demain, j'insiste pour que ce soit vous que je reçois. Quant à l'idée de se raconter des contes chaque soir, cela me rappelle une légende au sujet d'une conteuse, elle a pour mission de faire le récit d'une histoire durant plusieurs nuits.


Par la suite, elle me propose de me raconter l'histoire sans la musique. Je hoche la tête et je me tourne vers Serana. Celle-ci reste en retrait.

- Je vous laisse faire, Dame Ariane. Puis-je prendre place sur ce coussin près de la table plutôt qu'une chaise ?

Je me dis qu'il est  plus confortable et conviviale de prendre assise sur un coussin. Je ne rajoute pas un mot. Je regarde la pièce où on est. Je pense qu'Ariane est une demoiselle intéressante, elle est bien gentille de prendre du temps pour être avec moi. Je ne me méfie pas d'elle. Ce n'est pas le cas d'autres femmes venant de Westeros pour ce Conclave.


jeyneblanche-neige et les sept royaumes
(c) ANAPHORE



❥ Jeyne Lannister
(c) ystananas

Jeyne Lannister
Jeyne Lannister
Messages : 728
Membre du mois : 81
Maison : Lannister par mariage et Stark par naissance
Célébrité : Adélaïde Kane

Infos supp.
Richesses : 680


(FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t7261-jeyne-lannister-princesse-du-nord-et-reine-du-roc https://bloody-crown.forumactif.org/t7593-jeyne-lannister-reine-de-l-ouest https://bloody-crown.forumactif.org/t7283-jeyne-lannister-reine-du-roc
MessageSujet: Re: (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes   (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes EmptyLun 3 Mai - 0:52

Je remarque que la Nordienne est surprise et un tantinet émerveillé devant l’étalage de mes cosmétiques, ou qu’elle est vite convaincue par quelques arguments que j’avance. Il est bien difficile de ne pas sourire soi-même devant tant d’innocence, de fraîcheur et de naïveté. Je ne savais pas si j’avais à l’envier, pour avoir été préservé de quelques terribles vérités sur cet univers impitoyable, ou si je devais ressentir une once de pitié, car la pauvre dame allait tomber de haut à de nombreuses reprises. Si le rang de Princesse avait bien des avantages, il n’octroyait pas l’expérience de la rue et de la vie.

Avant mes sept ans, je savais déjà ce qu’un homme et une femme pouvaient faire dans une chambre – ou même deux femmes, ou deux hommes, voire plusieurs -, j’avais déjà été témoin du pouvoir des chants, de la danse ou des corps sur les esprits d’autrui et je connaissais l’usage de chaque produits cosmétiques. Les prostitués du Bordel, comme ma mère, m’enseignaient déjà les rudiments pour plaire et complaire – à travers les chants et les danses – et pour être une bonne hôtesse.

Durant ma jeunesse à la Cour de Lancehélion, les nombreux conseils envoyés par lettres – ou par messagers – par ma mère pour parfaire toutes ces choses qu’elle avait commencé à m’apprendre m’avaient permis de faire face à des nobles impitoyables motivés par la jalousie de ma belle-mère. En plus de cette sagesse féminine, elle m’envoyait régulièrement quelques toilettes, achetées soit par elle-même, soit par mon Père – qu’elle arrivait à convaincre, de temps à autre, et lorsqu’il voulait bien l’écouter ou la lire lors de ses passages aux Météores –, soit par ses clients qui étaient en pamoison devant sa beauté.

Mon éducation dans les choses de l’amour – tant l’amour courtois, que l’amour moins courtois – fut parfaite par mon précepteur même, et qui était aujourd’hui mon plus grand ami et confident. Il m’avait ôté cette virginité avec autant d’attention qu’il pouvait, alors que j’étais bien plus jeune que cette petite Stark qui me faisait face. Est-ce que je regrettais, un instant, cet étrange parcours ? Non. Cependant, je n’en ferais part à personne naturellement tant elle était bien déplacée pour le commun. Le peuple jurait par du bétail et un travail acharné, le bourgeois aimait paraître comme un noble avec ses larges revenus, et le noble tenait beaucoup à sa réputation et à son honneur aux yeux de ses gens. Malgré tous leurs péchés sous ces belles paroles, s’ils venaient à connaître tous ces détails à mon sujet, tous, sans exception, me traiteraient de putain.  

Autant se taire.

- Après mon conte, je vous prie de me raconter l’histoire de cette conteuse, lui demandais-je, toujours curieuses de connaître quelques récits romantiques. La demoiselle, derrière cette rudesse nordienne, ne semblait guère être plus différente que moi quant à sa soif de quelques doux contes. Il était une fois, dans un pays fort, fort lointain, vivait un Roi et une Reine des plus heureux et des plus amoureux. Malheureusement, cette dernière mourut en donnant naissance à une fille. Le Roi fut désespéré mais, aussitôt que ses yeux se posèrent sur sa petite fille, il retrouva le sourire. Elle était aussi belle que sa femme, si ce n’est plus, avec ses lèvres rouges comme le sang, ses cheveux noirs comme la nuit et sa peau blanche comme la lune. Chaque jour, elle devenait encore plus belle et bien des hommes et des femmes s’empressaient au Château dans l’unique but de l’admirer. Certains étaient si enchantés cette Princesse, qu’ils oubliaient leurs peines et leurs douleurs aussitôt ! Père et fille vécurent heureux bien longtemps. Pourtant, le Roi avait besoin d’une épouse et, surtout, d’un héritier. Un jour, il décide de prendre une seconde épouse.

Tout en parlant, mes mains s’affairent pour dessiner quelques contours avec des crayons, des fards ou des poudres. Petit à petit, les avantages naturels de la demoiselle ressortaient et ses petits défauts se cachaient.

- La nouvelle épouse était également très belle, mais elle avait un terrible secret. Elle détenait un miroir, capable de lui révéler beaucoup de vérité. Malheureusement, au lieu d’en user à bon escient, elle s’entêtait à poser jour après jour cette même question : Miroir, mon beau Miroir, qui est la plus belle dans tout ce Royaume ? Lorsqu’un jour, le Miroir lui répond que ce n’est pas elle, mais la Princesse, la Reine devient folle de Rage. Elle profite de l’absence de son époux pour fomenter la mort de sa belle-fille. Evidemment, elle échoue car tous les assassins auxquels elle fait appel refusent, et les animaux fuient, tant ils n’osent faire du mal à une telle beauté. La Reine poussa le vice jusqu’à vouloir empoisonner, par ses propres mains, la Princesse mais c’est sans compter sur un Chasseur. L’homme apprit par les assassins, et par les animaux, des noirs desseins de la Reine et, amoureux de la belle Princesse, il s’empresse de la sauver, arrachant le cœur de l’horrible femme.

Je ne doute pas un instant que le récit était un tantinet sanglant mais, que valait une histoire sans un drame et une touche d’horreur ?

- Lorsque le Roi revint, qu’il apprend que sa Reine a été assassinée, il exige la mort du Chasseur. Evidemment, la Princesse intercède et tous ces gens qui l’aiment et qui la soutiennent. Le Roi apprend, enfin, du cruel projet de son épouse et accepte de gracier le Chasseur, lui octroyant même un nom, un domaine et, surtout, la main de sa fille. Quant au Miroir, il la brise. Après cela, ils vécurent très heureux, ils eurent un long et heureux règne, et leurs enfants furent nombreux.

Je me tais, fixant finalement le doux minois de la Princesse. Elle était belle comme un petit morceau de Lune, maintenant. Je lui donne un petit miroir, pour qu’elle se regarde.

- Je pourrais croire que vous êtes cette Princesse aussi jolie que la Lune elle-même. J’ose espérer que vous n’avez pas de belle-mère, et que je ne vous ai pas effrayé sans raison, me moquais-je avec gentillesse.



Soumise, Vaincue, Blessée
ANAPHORE



Spoiler:
 

Arianne Martell
Arianne Martell
Vivre pour danser et chanter. Danser et chanter pour vivre.
Messages : 3647
Membre du mois : 107
Maison : Maison Martell
Caractère : Joviale - Désabusée - Diplomate - Narcissique - Patiente - Indécise
Célébrité : Deepika Padukone

Infos supp.
Richesses : 899

Vivre pour danser et chanter. Danser et chanter pour vivre.

(FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t5790-arianne-martell-meme-les-pierres-finissent-par-ceder-sous-les-assauts-repetes-de-la-pluie https://bloody-crown.forumactif.org/t5797-arianne-martell-et-je-traverserai-monts-et-montagnes https://bloody-crown.forumactif.org/t5796-arianne-martell-les-amis-les-ennemis
MessageSujet: Re: (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes   (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes EmptyDim 23 Mai - 12:18


Chapitre 4

 

Devant l'étalage des produits de beauté de la dornienne, je ne sais pas quoi dire. Je suis subjuguée par tout cela ! C'est la première fois que j'en vois autant. Il est vrai que les nordiennes n'en possèdent pas des masses. On ne se maquille pas comme une bieffoise … Pourtant, je connais quelques femmes du Nord qui sont magnifiques sans ses artifices sur leur peau. Quand je serais princesse de l'Ouest, je devrais faire quelque chose pour mon apparence. Je refuse néanmoins d'abandonner mon appartenance à mes terres nordiques. Je ne comprends pas vraiment pourquoi certaines femmes sont coquettes à l'excès. Et qu'elles aiment s'admirer devant un miroir. J'aime bien me sentir bien dans mes tenues, toujours des robes confortables et surtout chaudes à cause du climat hivernal des terres des Stark.

La demoiselle devant moi me demande de lui conter mon récit. Je hoche la tête d'une façon affirmative pour lui assurer que je le ferais. La belle voix commence à relater le conte. Il s'agit d'un roi et d'une reine, ils étaient amoureux. Cependant, l'amour de la vie de l'homme perdit la vie en donnant naissance à une princesse. Par la suite, la dornienne évoque les traits de la jeune princesse née des amours du roi et de sa reine. Cette enfant est belle comme la Lune. La jeune fille grandit, aimée de tous et surtout de son Père. L'homme avait besoin d'un garçon, et, il devait épouser une femme pour avoir des fils.

Durant le début du récit d'Arianne, je me perds dans mes souvenirs à Winterfell, ces derniers sont attachés à la femme qui m'a mise au monde. Mère est morte quand nous étions jeunes avec ma fratrie. J'étais si petite quand elle a rendu son dernier soupire. Son souvenir disparaisse lentement de mon esprit, cependant, il reste des reliques de nos moments passés ensemble. J'aurais pu fondre en larmes en pensant à la reine du Nord devant la dornienne. En effet, je suis distraite de ma peine montant lentement dans le creux de mon ventre par le conte d'Arianne et surtout quand elle utilise ses produits sur mon visage.

Je reste attentive aux paroles de la dornienne concernant le destin de la princesse ayant la beauté de la Lune. Le roi se remarie avec une femme cachant un secret. Elle avait un miroir magique. Il pouvait dire la vérité. Heureusement qu'on ne possède pas ce genre de chose, certaines choses seraient destructrices pour les gens. Par la suite, Arianne continue son monologue en indiquant que la nouvelle reine jalouse la beauté de la jeune princesse, ceci est à cause des dires d'un miroir. La femme souhaite s'en prendre à la vie d'une innocente. Qui ne le ferait pas à cause de la jalousie ? Certaines personnes ne sont pas capables de se maîtriser. Je chasse cette pensée pour continuer à entendre les mots de la conteuse. Un chasseur est amoureux de la princesse la sauve et tue la seconde épouse du père de la princesse.

Par la suite, Arianne se tait. L'histoire se finit-elle bien ? Je reste silencieuse mais j'ai envie de connaître la suite des péripéties de la princesse de la Lune et du chasseur. Vont-ils finir ensemble ? Et, que fera le Père quand il rentrera chez lui ? Arianne répond à mes interrogations silencieuses. Le père de la Princesse n'est pas ravi d'apprendre que sa femme est décédée et souhaite punir l'assassin de celle-ci. Cependant, par amour pour sa fille, le roi ne le tue pas. Le couple finit par se marier et avoir une descendance. C'est une belle histoire qui se finit bien. Ce n'est pas comme dans la réalité. Parfois, on peut être heureux … Mais, des drames peuvent se produire dans notre vie.

Arianne donne un miroir pour que je contemple mon reflet dans celui-ci. Elle a fait un beau travail. Par la suite, elle me parle de son conte. Je prends une large inspiration en ancrant mon regard dans les prunelles de la jeune demoiselle.

- Merci beaucoup pour la transformation ! Je suis ravie du résultat et je souhaite que vous me montrez comment faire pour que je puisse le reproduire chez moi dans le Nord. Je lui offre un sourire radieux. Quant à l'histoire de la Princesse et du chasseur, je ne suis pas effrayée par l'Histoire. Il m'en faudra plus pour que je sois apeurée dans mon lit. Ma nourrice nous racontait des histoires à mes frères et moi. Des histoires sombres ou plus douces. Tout dépendait ceux qu'on demandait. Les plus effrayantes étaient celles relatives à la Longue Nuit où les humains n'avaient plus eu la lueur du jour. Il faisait si froid là-bas, la nourriture se faisait ressentir. Les hommes mourraient tandis que les femmes tuaient leur bébé plutôt que de les voir mourir de faim. Je soupire. Donc non, votre conte n'a pas provoqué cette peur. Je n'ai pas belle-mère. Père ne s'est pas remarié après avoir perdu Mère. Mais un jour prochain, j'aurais certainement une belle-mère en devant l'épouse d'un homme. Je soupire. C'était une belle histoire, elle a eu quelques échos dans mon histoire. Je souris. Père et Mère s'aimaient, Mère est décédée quand j'étais si jeune. J'étais la seule fille du couple. Le Soleil de Winterfell, l'aurore de l'Hiver. Et, je suis aimée par mon Père, les miens et mon Peuple. J'ai tenu le rôle de dame de Winterfell. Cependant, je n'aurais plus ce rôle quand je vais quitter le Nord pour mes épousailles. J'ancre mon regard dans celui de la demoiselle. Je vous aurais reçu avec faste, dame Arianne en ce souvenir de ce jour. Mais, si vous devez me revoir, envoyez-moi un pli et vous seriez bien reçue. Je prends une inspiration. Pour votre conte, vous mentionnez le miroir magique. Un objet de cette propriété magique serait dangereux à Westeros. Si certains hommes bataillent avec honneur, ce n'est pas le cas de tous. Certains veulent ceux que les autres ont. Dis-je d'une voix sage. Quant aux femmes, il aura toujours des demoiselles plus jolies que les autres selon les critères des hommes ou des régions. Certaines filles seront apparentées, d'autres non. Je me mouille les lèvres. Ce que je veux dire, si les femmes sont belles, ce n'est pas seulement leur apparence, mais, ceux qu'elles ont dans le cœur. Si elles sont belles et qu'elles ont un cœur sombre, elles sont comme la méchante reine de votre conte. Elles feront tout pour détruire leur rivale. Si nos hommes se battent avec une épée dans la main. Je ne doute pas de la férocité des femmes si elles sont menacées. Je prends une inspiration. La beauté du corps peut se faner avec le temps, des canards peuvent devenir des cygnes. Mais l'importance, c'est ce qu'on a au fond de nous, n'est-ce pas ? Demande-je en scrutant son regard.

Je reste muette durant quelques secondes. Je pose mon regard vers Serena. Je n'ai pas oublié ma promesse à Arianne.

- Si vous voulez bien, prenez place sur un siège et laisser moi coiffer votre chevelure d'ébène ? J'aime quand Serena me coiffe. Sauf si vous préférez que je vous masse ? Dis-je avec un léger sourire. Et bien sûr, je vous raconterais l'histoire de la belle conteuse. Ajoute-je avec un clin d’œil malicieux. En revanche, pensez-vous qu'on puisse boire du thé et manger quelques biscuits, si vous le voulez bien ? Demande-je doucement.

jeyneblanche-neige et les sept royaumes
(c) ANAPHORE



❥ Jeyne Lannister
(c) ystananas

Jeyne Lannister
Jeyne Lannister
Messages : 728
Membre du mois : 81
Maison : Lannister par mariage et Stark par naissance
Célébrité : Adélaïde Kane

Infos supp.
Richesses : 680


(FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t7261-jeyne-lannister-princesse-du-nord-et-reine-du-roc https://bloody-crown.forumactif.org/t7593-jeyne-lannister-reine-de-l-ouest https://bloody-crown.forumactif.org/t7283-jeyne-lannister-reine-du-roc
MessageSujet: Re: (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes   (FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes Empty


Contenu sponsorisé


(FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
(FB) Blanche-Neige et les Sept Royaumes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Le Val & La Montagne :: Goeville-
Sauter vers: