Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -30%
OCEANIC Rafraîchisseur 4 en 1 – ...
Voir le deal
79.99 €

 

 Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul | Feat Jeyne Lannister

Aller en bas 
MessageSujet: Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul | Feat Jeyne Lannister   Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul  | Feat Jeyne Lannister EmptySam 28 Nov - 0:23

Dernier jour de la 2ème semaine du 12ème mois de l'an 1

Les cérémonies de cour ne sont pas toujours aussi plaisantes que ce que la plèbe peut s'imaginer. Je peux comprendre que ces êtres à la vie bien peu palpitante puisse s'inventer avec des étoiles dans les yeux les fastes d'un plaisir sans commune mesure, mais toutes ces personnalités rassemblées sous la mièvrerie de courtisans ne sont pas souvent d'une compagnie appréciable. Silencieuse j'observe la scène qui s'étale devant moi dans une attitude modeste et humble. En tant que dame de compagnie de la reine j'ai une place plutôt avantageuse que nombre de dames m'envient, cela est presque palpable aux regards que me lancent certaines. Je fais mine de les ignorer, ne feignant même pas mon indifférence. Tant qu'elles restent inoffensives vis-à-vis de notre nouvelle souveraine je n'ai pas à m'en faire. Quelque peu en retrait sur la droite des quelques marches qui marque la surélévation du trône je repose mon regard sur Jeyne, si belle dans sa toilette d’apparat. Elle semble à l'aise, je sais bien que ce n'est pas le cas, mais je dois dire qu'elle sait jouer son rôle à la perfection. Jordane n'est pas bien loin, elle ne l'est jamais, et je ne sais pas si son aura presque écrasante est bénéfique ou au contraire menaçante pour son héritière. Le roi est parti, dans une expédition d'importance dont je ne connais pas les détails si ce n'est qu'il a emporté avec lui le grand maître de l'Ouest. A dire vrai je ne suis pas fâchée d'être soulagée de la présence de Gareth, la conversation que nous avons finalement eue après tous ces mois de silence ayant viré à la catastrophe principalement par ma faute.

Cette cérémonie est presque une routine maintenant pour nous car nous avions pu l'observer quelques fois depuis notre arrivée au Roc il y a pour moi ce qui semble une éternité. Après tout les adoubements n'étaient pas rares et de nombreux hommes s'illustraient par des actes de bravoure envers la couronne qu'il convenait de récompenser. Les contrées froides et clairsemées du Nord me manquent, leurs détails si particuliers et repoussants aux yeux des habitants de ces terres restent graver dans un souvenir impérissable que je chéris en secret. Il ne fait pas bon rappeler nos origines, la maison de la Reine devait rester vierge de toute attache antérieure au mariage. Je m'étais donc faites absorbée par l'Ouest, tout d'abord par extension à mes liens avec Jeyne et son mariage puis finalement par mes noces avec un noble de ce royaume. Les évènements avaient tournés d'une bien ironique manière et je commençais seulement à me faire à l'idée de ce nouveau destin. Je glisse une pensée pour mon tout petit trésor qui doit à cette heure ci faire une sieste. Même si les heures d'éveil de ma fille se rallongeait elle conservait ce rythme de nouveau-né avec des journées ponctuées de nombreux instants de sommeil. Elle me manque alors que je ne l'ai quitté que depuis quelques heures. Je ne pensais pas possible de me voir obsédée d'un amour si pénétrant ne ressemblant à aucun autre.

L'absence de Lyman faisait retomber la conduite de pareil évènement sur les épaules de Jeyne. Je n'ai aucun doute que sa belle-mère avait certainement suggéré de lui épargner cette charge en avançant sa grande expérience de ce type d'acte. Pourtant il aurait été de mauvais ton de lui laissait la conduite de ces rituels symboliques. Le temps était venu pour ma cousine de s'affirmer face à cette Lionne qui du jour au lendemain avait tout perdu, son mari comme le pouvoir qu'elle détenait d'une main de fer depuis une dizaine d'années. Il était tout à fait naturel que cela soit déroutant pour elle, mais je restais méfiante quant à sa capacité à se retirer de la scène aussi facilement, l'obscurité et l'absence de prérogatives ne seraient pas pour lui plaire. Cette obligation ne prit pas un temps considérable et bien vite chaque noble se détourna pour aller rejoindre d'autres activités. Des festivités seraient certainement données en comité privé par les proches de l'heureux héro du jour. Les autres ne manqueraient pas de trouver toute sorte d'occupations, parfois aussi futiles les unes que les autres. Pour ma part je m'esquivais de la grande salle en même temps que la reine, la suivant à quelques pas de distance comme les convenances l'imposaient. Cela n'avait rien d'étrange, j'avais toujours été parfaitement consciente de ma place en ce monde et après avoir pu constater les sacrifices que la royauté exigeait je n'en demandais aucune autre.

Alors que nous franchissions un couloir dépourvu de vie et que les oreilles indiscrètes semblaient éloignées pour un temps je me permis de solliciter ma parente qui devait très certainement être plongée dans ses pensées car elle ne s'était pas souciée de m'adresser un petit regard par dessus son épaule comme elle pouvait parfois en avoir l'habitude. Son nouveau quotidien harcelé de responsabilités de plus en plus étouffantes couplé à son statut récent de mère était déjà épuisant sans rajouter les nombreuses préoccupations d'un conflit continental aux portes du royaume ou d'assassins au cœur même de la capitale. Je ne sais pas sur quelle préoccupation porte ses angoisses mais je sais qu'il est de mon devoir de soulager quelque peu son fardeau comme ses pensées. Alors que nous arrivions à la porte de ses appartements, dans lesquels se trouvait son bureau je m'arrêtais un peu en retrait d'elle, me permettant vu l'intimité relative de lui adresser quelque mot d'un ton bas.

« Votre majesté s'est admirablement acquittée de cette cérémonie, la lame n'a pas tremblé sur les épaules de ce jeune homme. Souhaitez vous conserver ma compagnie ou avez vous besoin de tout le calme nécessaire pour étudier d'autres affaires du royaume ? »

Hormis la garde d'honneur aucune âme ne se trouvait à proximité, pourtant dans ce château des apparences je préférais faire les choses convenablement, je ne pouvais me permettre de me montrer familière ou de faire fi du protocole. Maintenant que son statut avait changé les maigres libertés qu'il nous restait avaient disparues. C'était quelque peu cocasse au vue de notre proximité, mais celle-ci ne pourrait plus s'épanouir qu'en privé ou au contact d'intimes. Je lui présentais tout de même un petit sourire bienveillant, essayant par un regard aimable de lui transmettre tout mon soutien.


wild heart can't broke.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.

Lynara Brax
Lynara Brax
Messages : 140
Membre du mois : 7
Maison : Brax | Anciennement Karstark
Caractère : ▪▪ Respectueuse ▪▪ Imprévisible ▪▪ Attentionnée ▪▪ Têtue ▪▪ Maternelle ▪▪ Affirmée ▪▪
Célébrité : Astrid Bergès-Frisbey

Infos supp.
Richesses : 16


Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul  | Feat Jeyne Lannister Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul | Feat Jeyne Lannister   Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul  | Feat Jeyne Lannister EmptySam 2 Jan - 19:44


Chapitre 1



Autrefois, j'étais une princesse du Nord et promise à devenir reine de l'Ouest par mon mariage avec Lyman, le prince héritier de la couronne du Roc. Maintenant, je suis devenue reine de ce royaume depuis les célébrations grandioses de mon couronnement avec mon époux. De plus, je dois m'acquitter de certaines obligations due à ma nouvelle fonction dont recevoir les nobles dans ma salle d'attente, recevoir des doléances des habitants de l'Ouest dans la salle d’audience ou encore réfléchir aux prochaines festivités pour rassembler le peuple mais également ce que je peux faire pour contenter le peuple. Quand mon époux rentrera de son périple, nous devrions discuter de mes idées. Cependant, je suis chagrinée concernant la relation entre l'Empire et l'Ouest. Si seulement mon père n'avait pas eu cette idée d'être sacré Empereur et de régner sur un large territoire. Mon cœur saigne concernant une éventuelle guerre qui se prépare et que je ne puisse rien faire pour empêcher cette querelle entre les hommes de ma vie. Quel sera l'avenir de la nouvelle génération dans ce monde où la violence fait rage de tous les côtés ? J'ai eu vent que le Grand Septon lance une nouvelle croisade. Un homme fou ne doit pas rester au pouvoir, car, il engendre de la violence. Je crains pour mon père, mes frères et les nordiens. Je dois avouer que j'ai également peur pour les enfants de mon paternel avec sa dragonne d'épouse. Je me sens impuissante face à cela. Qu'est-ce que je peux faire ? Je ne peux rien faire concernant cette nouvelle Sainte Croisade.

Je chasse ces idées de mon esprit et je me concentre sur la cérémonie où je dois adouber un jeune homme comme chevalier de l'Ouest. Je souhaite montrer à mon peuple que je suis capable de présider ce genre d'événement ainsi que servir la couronne de Roc sans faillir à ma mission. Je reste bien droite sur le trône. Je regarde ma belle-mère, elle se tient près de moi. Jamais, je ne pourrai égaler ou la surpasser. Elle est un soleil qu'il est difficile d'éclipser. Pourtant, je fais de mon mieux pour que les habitants de notre royaume puissent m'accepter comme reine. Je me suis convertie à la religion des Sept par choix. J'ai senti qu'il est de mon devoir de future souveraine d'abandonner mes croyances envers les Anciens Dieux surtout dans un climat complexe. Je repense à ce jour où je me suis convertie et à la terrible tentative d'assassinat de mon beau-père. Après avoir eu l'image de ce jour dans mon esprit, je reviens à l'instant présent. Je pose mon regard sur mes dames de compagnies dont ma cousine Lyanara quand je descends une marche de l'estrade où j'étais assise sur mon trône. Le jeune homme est agenouillé sur un coussin devant moi et attend que je l’intronise comme chevalier de la Garde Léonine. Après que les participants de ce rituel aient prononcé les paroles sacrées, on m'apporte une épée que je porte de ma main droite. Je pose la lame tranchante du côté plat de celle-ci sur l'épaule droite de l'homme devant moi. Par la suite, je fais la même chose pour son gauche en disant quelques mots. À la suite de cela, le chevalier se lève, on lui donne les insignes chevaleresques de sa nouvelle distinction.

L'adoubement se termine, je quitte la salle où je suis accompagnée de ma cousine. J'ai congédié les autres dames de compagnie, celles-ci pourront vaquer à leurs occupations avant de me retrouver un peu plus tard dans la journée. Dans mes appartements, je pourrai me reposer une heure ou deux avant de rédiger des rapports et des missives. Je sais qu'avant que l'aube ne décline, je dois recevoir un orfèvre et un peintre dans la salle en attente. En effet, j'ai eu l'idée d'offrir un présent pour mon doux amour. Pour le premier cadeau, Lyman recevra un médaillon en forme d'ovale contenant un portrait en miniature de son fils et de son épouse. De plus, il aura également une mèche du prince héritier mêlé à la mienne. Quant à la décoration de ce bijou, on pourra retrouver des feuilles d’acanthes et un lion avec une inscription gravée dessus. Mon époux est si bon avec moi et je désire lui montrer que je l'aime du plus profond de mon cœur. Lyman se montre attentionné avec moi, il m'a comblé de joie quand il m'a offert une petite louve que j'ai prénommé Cendre ou encore deux faucons. Et bien sûr, je suis heureuse d'avoir porté dans mes entrailles le fruit de notre amour, notre précieux fils. Je veux profiter davantage de mon enfant, mais, mon statut de reine m'empêche de m'occuper de lui. Il m'est difficile de le laisser à la nursery royale alors que je veux le garder contre moi. En revanche, je peux demander à une servante de m'amener Martyn quand je ne suis pas en représentation royale. C'est ce que je ferai quand j'arriverai dans mon espace que j'occupe. Je n'arrive pas à croire que mon petit garçon n'est plus un petit bébé. Un jour prochain, Martyn recevra des leçons de ses précepteurs où il apprendra à devenir un roi. Il sera élevé comme le futur monarque du Roc et il portera la couronne de mon mari quand ce dernier s'éteindra. Et, je prie de tout de mon âme que l'heure du trépas de mon époux ne soit pas pour maintenant ni les jours d'après. J'aimerai tant que Lyman ne meurt pas sur un champ de bataille ou des suites des blessures causées par les mains félonnes de nos ennemis. En effet, je veux le voir vieillir à mes côtés … Que ses mèches blondes sont parsemées par des fils d'argents, que son visage soit ridé mais qu'il ne souffre pas d'une maladie. Hélas, je suis qu'une mortelle et je ne connais pas les desseins des dieux concernant l'heure de la mort. Après cette image mortuaire, une autre me vient concernant mon enfant. Il est possible qu'il puisse mourir avant d'atteindre l'âge adulte, et, je m'y refuse. Comment pourrai-je supporter le deuil d'un enfant que j'ai porté dans mon sein ? J'en suis sûre que j'en mourrai si Martyn venait à mourir d'une maladie infantile. Pour le moment, il est bien robuste pour son âge. On le protège du mieux qu'on peut pour éviter de subir cette infortune concernant l'idée de perdre cet enfant précieux pour la monarchie. Pour combien de temps ? Je ne sais point.

La voix de ma cousine me ramène à la réalité. La nordienne me félicite concernant mon action liée à l'adoubement de ser Tytos Tarbeck et me questionne si elle doit prendre congé. Je pose un regard avec un léger sourire. Lyanara est une personne fidèle et précieux. Jamais, je voudrai la remplacer. Elle est essentielle dans mon quotidien. Avec Lyanara, je quitte mon masque de reine et je redeviens la petite Jeyne. La vraie … Celle que je suis sous ce masque froid et d'apparat.

-Je vous remercie ma cousine pour vos mots. Je suis touchée. Dis-je en gardant un visage souriant. Je souhaite qu'on puisse prendre une collation avant que je retourne à mes responsabilités royales. Si vous le désirez, on peut demander à un domestique de chercher nos deux enfants. Prononce-je d'une voix douce.

Je rentre dans la première pièce précédant ma cousine. Je vois quelques domestiques et je demande de préparer une collation. Je me tourne vers ma cousine pour qu'elle puisse me donner sa réponse concernant sa fille. Je ne doute pas qu'elle refuse ma proposition, je préfère lui demander son autorisation plutôt que l'imposer.

Jeynesmile with me and cry with me
(c) ANAPHORE



❥ Jeyne Lannister
(c) ystananas

Jeyne Lannister
Jeyne Lannister
Messages : 747
Membre du mois : 98
Maison : Lannister par mariage et Stark par naissance
Célébrité : Adélaïde Kane

Infos supp.
Richesses : 680


Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul  | Feat Jeyne Lannister Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t7261-jeyne-lannister-princesse-du-nord-et-reine-du-roc https://bloody-crown.forumactif.org/t7593-jeyne-lannister-reine-de-l-ouest https://bloody-crown.forumactif.org/t7283-jeyne-lannister-reine-du-roc
MessageSujet: Re: Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul | Feat Jeyne Lannister   Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul  | Feat Jeyne Lannister EmptyLun 1 Mar - 16:10

Dernier jour de la 2ème semaine du 12ème mois de l'an 1

Les couloirs sont des endroits bien versatiles. Leur apparente tranquillité cache souvent moult oreilles avides de commérages ou d'informations croustillantes. Je m'étais souvent fait la réflexion qu'on ne pouvait jamais s'abandonner à être soit même dans ces espaces bien souvent ouverts à toutes les éventualités. Je ne guettais pas les extrémités de ces longueurs, je n'avais rien à me reprocher ni rien à craindre avec la garde d'honneur à nos côtés. Un petit instant je détaillais la porte des appartements de la reine, l'ouvrage de bois somptueux suscitait toujours en moi une grande admiration et un émerveillement jamais atténué. Les sculptures de lions étant un classique je détaillais plus le décor et les ornements, même la poignée d'un or terne ne pouvait que suggérer l'opulence et le prestige du logis des maîtres de ce château. Cela nous avait parut terriblement ostentatoire à notre arrivée, ce déchaînement de richesses et de volupté. Cela était tellement éloigné de notre austère quotidien dans les terres du Nord. Les guerres avaient laissées leur lot de pénurie, de souffrances et de rationnement. Jamais Winterfell n'avait servi comme outil de prestige, ce foyer était plus tourné vers le fonctionnel et le défensif que sur la décoration et la démonstration du pouvoir. Je me demandais comment les seigneurs du Nord auraient appréhendé un tel environnement, nulle doute que mon défunt père aurait exécré tant d'orgueil et de suffisance. Penser à lui était toujours douloureux, mais je me berçais de mes souvenirs comme d'une réconfortante peluche pour atténuer les peines de son trépas.

Je n'ai pas à attendre longtemps la réponse de ma royale comparse. Le petit sourire qui glisse sur ses lèvres me rassure quelque peu. Je sais qu'elle n'est pas en grande forme, je la trouve même fatiguée, mais cela peut sans doute paraître normal. Quentyn ne cesse de me répéter que je m'inquiète bien trop pour ma parente, mais il ne se doute certainement pas de la profondeur du lien qui nous lie, et il n'a peut être pas encore pris toute la mesure de mon dévouement à son encontre, bien qu'il s'en doute forcément. Il me manque quelque peu, et c'est un sentiment étrange à vrai dire que de me languir d'un homme dont je n'avais même pas connaissance à peine un an en arrière. Son tempérament calme pouvait calmer n'importe laquelle de mes angoisses et son attention à mon égard avait su percer le mur que j'avais érigé entre nous pour ne plus jamais souffrir d'une peine de cœur. Avec docilité je la suivis à l'intérieur de son petit domaine en silence. Je laissais le soin aux gardes de refermer la lourde porte et de se poster de part et d'autre. Je dois dire que cette protection n'était pas superflus au vue des deux attentats subis par la famille royale, c'était un pré-requis plus que vital, d'autant que les coupables n'avaient pas pu tous être appréhendés et que je ne doutais pas que les ennemis de la royauté étaient encore légions, tant au sein des frontières de l'Ouest qu'en dehors.

La chambre, agrémentée d'un large espace faisant office de petit salon était charmant, décoré avec goût et presque sobriété en comparaison du reste des pièces privées de la propriété. De nombreuses fleurs s'épanouissaient en différents endroits et ravissaient l'air de parfums envoûtants que je ne me privais pas d'humer. Peut être devrais je m'inspirer de cette particularité pour la reproduire dans nos quartiers, car cette vision avait le don de mettre du baume au cœur et d'apporter un peu de sérénité. C'était une des plus grandes qualités de ces terres que cette abondance de nature. Peut être pas autant que dans le Bief certes, mais il était réellement appréciable pour nous qui n'en avions pas l'habitude de pouvoir jouir du soleil et de ses bienfaits sur les espèces végétales. De nombreuses fleurs poussaient sans mal dans la campagne ouestrienne et j'avais pu en avoir un petit aperçu lors de mes rares balades à l'extérieur des remparts ou lors de celles plus fréquentes dans les jardins royaux.

Reportant mon attention sur ma reine je me détendis quelque peu, relâchant la posture si sévère que j'adoptais en public pour ne plus être si concentrée sur le paraître. Dans ce petit coin préservé nous pouvions être nous même, simplement les cousines, presque sœurs que nous avions toujours été. Me rapprochant d'elle je lui offris un grand sourire de contentement à ses paroles. Lui serrant délicatement le poignet en signe d'affection je lui répondis d'une voix chaleureuse et enjouée.

« C'est une merveilleuse idée. Rien ne me ferait plus plaisir que de pouvoir permettre à ma douce Jyanna de passer un peu de temps en compagnie du petit prince. Je suis sûr qu'elle sera ravie de le revoir. »

Ma chère fille avait déjà été présentée à la cour, furtivement bien entendu, mais de façon officielle afin de l'intégrer au plus vite dans ce monde si codifié. Quentyn avait absolument tenu à faire cela très vite et j'en avais été très intimidée, mais il était si fier que je n'avais pas eu le cœur à lui refuser ce plaisir. Patiemment j'attendis que Jeyne énonce ses instructions et prenne place pour l'accompagner et choisir le siège tout à côté du sien. Une fenêtre était ouverte non loin et le chant des oiseaux constituait notre musique de fond. Tout cela paraissait paradisiaque et j'étais parfaitement conscience du privilège qu'elle m'accordait. Repoussant une mèche noire de jais derrière mon oreille je la détaillais un petit instant, cherchant à savoir si quelque chose lui pesait sur le cœur et si elle souhaitait s'en ouvrir à moi. Je savais me montrer douce et prévenante sans être pressante ou invasive. Jamais je ne la forcerai à quelque confidence indésirée.

« J'imagine à peine comme ces soudaines nouvelles fonctions doivent te peser. Sache cependant que tu sembles parfaitement à l'aise dans cette mer agitée que constitue la cour. La reine mère semble t'avoir bien préparé à ce rôle, même si le temps a cruellement manqué pour que tu puisses envisager ce rôle avec sérénité. Les conditions de cette accession ne sont pas sereines, mais il est rare il est vrai que la passation de pouvoir se fasse dans un climat apaisé. »

Je lui offre un petit sourire triste. Je suis passée naturellement au tutoiement, presque inconsciemment car lorsque nous sommes seules c'est toujours ainsi que nous nous adressons l'une à l'autre. Jeyne m'a toujours interdite de la vouvoyer en privé, c'est une chose qu'elle déteste tout simplement. Jamais elle n'a voulu imposer les choses, mais elle a toujours su rendre ses propositions intéressantes, à mes yeux elle a toujours su se rendre digne de la suivre. J'essaie de la rassurer, tant bien que mal, avec un certain pragmatisme. Je ne sais si elle veut discuter des affaires du royaume avec moi, mais j'étais prête à tout entendre, des questions sentimentales, politiques, économiques ou tout simplement vestimentaires. Tout m'allait tant que je pouvais passer un peu de temps en sa compagnie.


wild heart can't broke.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.

Lynara Brax
Lynara Brax
Messages : 140
Membre du mois : 7
Maison : Brax | Anciennement Karstark
Caractère : ▪▪ Respectueuse ▪▪ Imprévisible ▪▪ Attentionnée ▪▪ Têtue ▪▪ Maternelle ▪▪ Affirmée ▪▪
Célébrité : Astrid Bergès-Frisbey

Infos supp.
Richesses : 16


Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul  | Feat Jeyne Lannister Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul | Feat Jeyne Lannister   Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul  | Feat Jeyne Lannister EmptyLun 15 Mar - 0:54


Chapitre 2



Il n'est pas facile de discuter quand les murs ont des oreilles, c'est pour cela que je ne dis rien à ma cousine. Il est vrai que des petits sujets sans importances peuvent être échangés avec des personnes.  Oui, parler de banalité est plus abordable que parler de choses difficiles comme les émotions négatives comme la tristesse, la peur ou encore l'envie.

Nous arrivons dans la première pièce de mes appartements que j'occupe en tant que souveraine. Ils sont biens différents des pièces que j'avais à Winterfell, ma chambre dans le château des Stark était spacieuse, bien décorée mais elle était austère. En effet, la pièce où nous sommes avec ma cousine est bien chargée en dorure. Un décor luxueux comparé à celui de la demeure des loup. Pourtant, je trouve qu'il manque quelque chose dans cette pièce. Si j'ai pu décorer ma chambre à mon goût, ce n'est pas le cas de cette première pièce. Il faudrait que je demande l'avis de mes dames compagnies quand j'y penserai de nouveau. Nous pénétrons dans le salon où nous pouvons voir les différentes plantes présentes dans le lieu. Mes fleurs du Nord me manquent dont celles des fleurs bleus … Je ne sais pas si je pourrai en recevoir ici.

Je réponds à ma cousine en la remerciant. Lynara a toujours été si gentille et prévenante à mon égard. J'espère qu'elle se plaît ici sur les terres de l'Ouest. Je me dis qu'il faudrait que je la questionne à ce sujet lors de notre collation. D'ailleurs, ce n'est pas la seule chose que je dois discuter avec ma parente. Je dois lui avouer un petit secret, il est vrai que j'ai déjà annoncé ma grossesse à mon époux et aux proches de la famille royale … Mon Père est au courant que je porte la vie car j'ai écris une missive à mon paternel. C'est également le cas de Jon. Je ne sais pas si ma jeune dame de compagnie va apprécier de savoir qu'elle n'est pas la première au courant de la félicité qui est mienne. Il faut dire que j'essaye d'éviter d’éventrer le mystérieux secret avant l'annonce officielle. Alys Kenning n'est pas au courant, et le peuple de l'Ouest ne l'est pas. Cependant, je dois avouer que je n'ignore pas que les chambrières doivent le savoir en raison des draps immaculés qu'elles doivent changer jour après jour.

Je remarque que Lynara change de posture, elle semble plus détendue. C'est également le cas. Je peux redevenir Jeyne, la fille de Torrhen, la nordienne qui a épousé un lion. Elle se rapproche de moi avec un sourire ornant ses lèvres. Elle me touche le poignet avec affection. Puis, elle me répond, la douce louve accepte ma proposition. Face à cette réponse, on peut lire sur mon visage que je suis joyeuse qu'elle soit d'accord avec mon idée. Je prends ma cousine dans mes bras avec affection que j'éprouve à son égard. Je la regarde avec douceur. Ensuite, je ne reste pas longtemps dans cette étreinte car je m'éloigne de celle-ci.

Je suis contente que tu acceptes mon idée. J'aurai compris si tu avais choisi de te retirer dans tes quartiers. Mais, rassures-moi ma cousine, as-tu besoin de quelque chose pour ta demeure ? S'il te manque quelque chose, n'hésites pas. Je ne fais pas pour que tu te sentes gênées. Dis-je d'une voix douce. Je veux juste être présente pour toi autant que tu l'es pour moi.

Je vois un serviteur qui fait son apparition. Je lui demande de nous apporter de quoi nous sustenter durant cette collation ainsi que prévenir les nourrices d'apporter les deux bambins. Après cela, nous prenons place sur des chaises. Nous sommes prés d'une fenêtre où on peut écouter la mélodie des chants des oiseaux.

- Tu crois que je suis apte à ce rôle ? Pourtant, j'ai l'impression qu'il est difficile pour ma part d'être à l'aise dans cette fonction et être également une ancienne dame de la maison Winterfell. J'ai peur Lynara par rapport à une guerre future entre le Nord, l'Empire et l'Ouest. Elle semble inévitable. Je ne le désire pas. Je ne sais pas comment cela va dérouler, je ne peux pas te parler de cet aspect, ma cousine. Je ne crains pas que tu me trahisses, car, tu es une fidèle allie ici. Je me tais quelques secondes. Je sais que s'il m'arrive quelque chose, tu prendras soin de mon fils. Oui, ma cousine, si je dois mourir ici, je désire que tu récupères mon fils et que tu le mettes en sécurité. Je respire doucement. Est-ce tu peux tenir cette promesse ? J'ai besoin de savoir que mon sang et ma chair sera en sécurité si je dois trépasser ici. Je fais un geste de la main. Ton mari serait d'accord avec cette idée ?

Peu de temps après, nous voyons des serviteurs chargés de victuailles avec des boissons. Il s'agit surtout des mets sucrés dont des tartes avec des fruits ou encore des biscuits sucrés. Pour la boisson, on a des breuvages chauds.

Une fois que nous sommes de nouveau seules à ma cousine, je l'observe. Comment lui faire comprendre que je porte de nouveau la vie ?

- Tu as dû remarquer quelques changements visibles me concernant. Ils sont similaires à une époque lointaine. Il me faudra d'ailleurs des nouvelles robes pour me vêtir lors d'une annonce importante qu'on fera avec Lyman. Puis-je compter sur tes idées concernant cette tenue, Lynara ? Quelque chose pour souligner des courbes d'une femme ayant déjà donné la vie. Je souhaite montrer que j'ai porté un fils dans mes entrailles et qu'une pomme peut germer de nouveau dans mon corps.


Jeynesmile with me and cry with me
(c) ANAPHORE



❥ Jeyne Lannister
(c) ystananas

Jeyne Lannister
Jeyne Lannister
Messages : 747
Membre du mois : 98
Maison : Lannister par mariage et Stark par naissance
Célébrité : Adélaïde Kane

Infos supp.
Richesses : 680


Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul  | Feat Jeyne Lannister Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t7261-jeyne-lannister-princesse-du-nord-et-reine-du-roc https://bloody-crown.forumactif.org/t7593-jeyne-lannister-reine-de-l-ouest https://bloody-crown.forumactif.org/t7283-jeyne-lannister-reine-du-roc
MessageSujet: Re: Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul | Feat Jeyne Lannister   Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul  | Feat Jeyne Lannister EmptyVen 30 Avr - 0:11

Nous étions de nouveau réunie dans un havre de paix, presque comme autrefois lorsque nous nous échappions de l'attention des gardes et des chaperons pour nous réfugier auprès du sanctuaire de l'arbre cœur à Winterfell. Ses souvenirs me semblent tellement lointains à présent, presque comme émanant d'une vie antérieure. Tout était à reconstruire ici, et si nous nous débrouillons bien pour nous intégrer j'avais toujours la terreur sourde au creux du cœur d'être prise pour une barbare étrangère et indigne. La fierté du Nord ne saurait quitter mes veines, je me refusais à renier mes racines pour plaire à mon nouveau monde. Je répondais toujours avec tact à toutes les questions qui pouvaient m'être posée sur mes contrées d'origine mais sans m'y attarder ou manifester une trop grande nostalgie. Il n'est pas de bon ton et surtout en ces moments troublés de me montrer déprimée ou en mauvaise humeur en leurs contrées, cela éveillait toujours trop promptement les soupçons et pouvait me désigner comme une cible potentielle des mécontentements. Ma postition avait déjà suffisamment fait d'envieux dans les nobles familles pour que je ne prenne pas garde à lisser ma conduite, je m'astreignais à la rendre irréprochable, pour que les mécontentements des uns et des autres ne puissent la prendre pour excuse. Après tout je ne gardais jamais loin de mon esprit le fait que tôt ou tard tout ce qui me concernait pouvait rejaillir sur ma reine adorée, et je souffrirai bien trop de lui faire le moindre tord même indirectement.

Son étreinte me surprend quelque peu mais je ne l'apprécie pas moins et la lui rend avec joie. J'étais rarement tactile avec mes proches, c'est cette froideur héritée de nos terres ancestrales qui m'a un peu trop imprégnée peut être. Non pas que ce soit une question de mal à l'aise, c'est simplement que ce n'est pas un besoin irrépressible qui m'étreint souvent. Il n'y a qu'avec Quentyn que je me permets quelques rapprochements corporels et que je suis en demande. Pour le reste, je dirais que je suis peut être tellement certaine de leur affection que je n'ai jamais eu la nécessité de rassurer mon cœur par une étreinte. Je la tiens malgré tout dans mes bras, respirant son parfum et je replonge dans nos souvenirs communs à cette seule flagrance. J'entends presque nos rires partagés lors de froides après-midi autour du feu, à écouter les sombres histoires la nourrice de Walton ou à notre table d'études récitant en boucles les nombreuses informations qu'il nous faudrait savoir pour être de parfaites maîtresses de maison et dirigeantes de domaine. Mon sourire laisse place à un visage détendu et apaisé. L'avoir ainsi prêt de moi me permet de calmer quelque peu mes inquiétudes face à sa sécurité, même si je sais que c'est idiot car après tout que pourrais je bien faire pour l'aider en cas d'attaque si ce n'est offrir ma propre vie en diversion. J'éloigne ces pensées atroces et la laisse se détacher de moi pour aller prendre place.

« Comment pourrait il en être autrement voyons, nous avons si peu de temps à passer sans que d'autres yeux scrutent nos moindres faits et gestes que je compte bien profiter de cette occasion. Il est terriblement cruel que nous soyons si proches et si éloignées par le protocole, c'est une chose dont j'ai l'habitude et que j'accepte, pour autant je n'en reste pas moins ta cousine et je suis toujours ravie que tu souhaites ma compagnie. » Je lui lance un sourire, je ne suis pas du genre à me plaindre et elle sait certainement que ceci n'est pas à prendre comme un reproche, j'énonce simplement la situation brute, dans sa complexité et sa dureté. Nous ne nous étions jamais voilée la face, ni sur la réalité des choses ni sur nos sentiments et je n'allais certainement pas commencer aujourd'hui. Mettant une main sur mon cœur pour exprimer ma gratitude je rejette gentiment sa demande en hochant la tête.

« Je te remercie pour ta sollicitude mais vraiment je n'ai besoin de rien, Quentyn pourvoit à mes besoins avec une grande attention et bienveillance. Il s'étonne d'ailleurs que je me contente de si peu alors que pour moi c'est déjà beaucoup. Même après tous ces mois en ces terres je ne me suis toujours pas habituée à leur goût pour le faste il faut croire. » J'ai un petit rire cristallin, après tout sans aucun représentant de l'Ouest pour entendre ma remarque je pouvais me permettre une petite critique qui n'en était pas vraiment une. Au fur et à mesure de mon acclimatation je ne pouvais dénier que m'était venue une considération pour l'art et la beauté des objets que je n'avais pas auparavant. Sur nos froides terres d'origine seul comptait l'aspect fonctionnel des choses, il était assez rare de voir des objets ouvragés finement ou décorés avec opulence. La seule fantaisie un peu répandue en la forteresse de Winterfell résidait surtout dans la gravure sur bois, les poutres de la grande salle ou les meubles mais c'était tout.

« Le seul fait que tu m'accordes du temps sera toujours mon plus beau présent sache le ! Pour le reste tu sais que je me contente de peu. En dehors de tout cela je m'inspirerai certainement du fait de mettre autant de fleurs, c'est tout simplement délicieux et je demanderai à Quentyn où je pourrais trouver quelques variétés intéressantes et exotiques, il sera ravit je suis sûr de me parler des spécimens qu'il a pu trouver lors de ses voyages. » Je glisse un regard sur les différentes plantes colorées qui nous entourent. Je ne dis mot du fait que Quentyn a certainement trouvé plus stimulant d'autres types de spécimens, je n'avais pas vraiment pu confier le secret de mon époux à Jeyne. Ce n'était pas que j'avais peur de sa réaction ou de son jugement, mais je ne voulais pas trahir la confiance que l'homme avait pu placer en moi en me révélant un tel aspect de son histoire et de son caractère. Je ne veux pas penser à ce qu'il pourrait faire à cet instant, je veux croire qu'il respecte sa parole, qu'il a laissé derrière lui cette préférence, mais je ne peux en être certaine. Laissant le soin à ma cousine de donner les instructions pour notre collation et pour que nos enfants nous rejoignent je me perds quelque peu dans ma contemplation avant de retourner mon attention sur elle. Elle semble tourmentée, je sais que mon instinct ne se trompe pas, et cela ne manque pas de se vérifier lorsque de nouveau sa voix perce le tranquille silence. Je fronce les sourcils, contrariée de la voir ainsi tiraillée et inquiète. Si je ne peux rien faire pour arranger la situation géopolitique de la région je peux au moins essayer de l'apaiser.

« Je ne peux lire dans les pensées des nobles de la cour, mais de ce que j'ai pu voir ils étaient attentifs et relativement silencieux, donc ils te respectent, même en l'absence du roi. De plus, tu ne peux dénier le fait que la Lannister a encore une grande prégnance et elle est de ton côté, ta conversion a aidé à rendre conciliant tes détracteurs je pense. » Je me fait pensive, je sais bien que je ne suis qu'une dame bien peu versée dans les intrigues de cour et les notions de pouvoir mais je n'en suis pas sotte pour autant. Jeyne est jeune, elle a donné un héritier au Roc et elle se montre bienveillante et à l'écoute tout autant que ferme et autoritaire. Pour le moment assurant un fragile équilibre de maintenir l'ordre d'une main de fer dans un gant de velours elle semble plutôt bien assimilée. Je ne peux néanmoins garantir que tout ceci se maintiendra en cas de conflit, la guerre exacerbe toujours bien trop les ressentiments envers la moindre divergence. « Nul besoin de te désoler de ce que tu ne peux me dire, je le comprends parfaitement, la raison d'état a toujours la préséance. Je sais que ne désire pas la guerre, nous en connaissons que trop bien le prix pour vouloir la faire régner, malheureusement toute reine que tu es tu ne peux décider seule ou même avoir le dernier mot malheureusement. La neutralité peut être intenable et montrer ses limites. Je sais que tu feras toujours de ton mieux et que si la guerre devait tout de même advenir tu auras tout fait pour nous en préserver le plus longtemps possible. »

Ses paroles ne sont pas rassurantes sur l'état actuel des relations internationales. Je sais vaguement que les conflits continuent avec une rare violence, il ne peut malheureusement pas en être autrement lorsqu'un dragon joue sur le terrain. L'Ouest a su mener sa barque avec suffisamment d'habilité pour ne pas avoir à perdre sa relative neutralité et en s'enrichissant même de ces situations tragiques. J'ouvre des yeux ronds en entendant la demande de ma cousine, elle me ferait presque trembler de terreur à voir son visage tendu d'une presque tristesse. Je ne peux me résoudre à la laisser dans un tel état d'angoisse. Me rapprochant d'elle je me penche presque inconsciemment vers elle, attrapant sa main droite pour l'emprisonner dans la chaleur de mes douces mains.

« Jeyne je ne pense pas que nous en sommes réduites à devoir prendre ce genre de dispositions. Je ne veux pas te voir torturée par ce genre de pensées néfastes, tu sais bien que cela n'apportera rien de constructif. Cependant si cela peut te tranquilliser sache que jamais je ne laisserai quiconque être néfaste pour ta progéniture. Tu connais mon dévouement à ton égard, il est bien entendu tout autant virulent concernant ton enfant, si par la plus grande des tragédies tu ne pourrais plus te charger de lui je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour me charger de lui. Mon époux n'aura rien à redire là-dessus. Néanmoins ma chère je doute que cela soit du goût de ta redoutable belle-mère et ton royal époux. » J'essaie de la faire au moins un petit peu sourire. Constater qu'elle en est déjà à échafauder ce genre de plan de secours me terrifie presque, je ne peux m'empêcher de porter mes questionnements sur ma petite Jyanna. Je ne pouvais m'imaginer ne plus être là pour m'occuper de mon petit trésor mais c'était après tout une éventualité qu'il fallait pouvoir considérer pour au mieux prévoir le pire. J'avais perdu mon sourire et je me fis grave en poursuivant « Quant à toi, ma reine, serais tu encline à me faire la même promesse ? Je ne supporterai pas l'idée que mon enfant grandisse sans une figure maternelle bienveillante, alors si jamais je ne peux plus veiller sur elle, j'aimerai beaucoup que tu puisses trouver le temps de la conserver sous ta garde. Je suis certaine que Quentyn comprendra ma décision, je le formaliserai sous un document officiel pour éviter tout désagrément. » Notre famille n'est pas démunie, notre situation pas si désespérée, ou en tout cas je veux le croire avec force.

Tandis que je suis totalement bouleversée par ce pan de notre conversation Jeyne revient à des sujets plus prosaïque et positifs. Je prends un petit temps pour remettre en place mes pensées et mes émotions. Lâchant sa main au moment de l'entrée des serviteurs je laissais le temps de l'installation des plats pour reprendre contenance. La suite de son discours se fait énigmatique et je la détaille pour remarquer ces "changements" qu'elle évoque avec une telle évidence. Il est certain que son accouchement récent a laissé sa marque sur son corps qui n'en est pas moins beau. Je ne comprends pas vraiment et lui fait savoir d'un petit air interrogateur. J'ai bien une petite idée, sur une potentielle nouvelle grossesse peut être, mais cela me paraît peut être un peu tôt, et je n'ose pas la proposée de peur de provoquer une déception et une irritation en cas de mauvaise réponse.

« Cela ne me paraît pas être une demande inaccessible et c'est tout à fait dans mes capacités. As tu une envie particulière sur les tissus ou les couleurs ? Cela dépendra du ton de l'annonce, si c'est quelque chose de positif il faudra plus je pense des couleurs vives et avenantes, tandis que de terribles nouvelles exigent du sombre et de la rigidité pour apporter la lourdeur nécessaire à la prise de conscience des choses. Pour ce qui est de tes formes et de ta fertilité, je ne doute pas que comme auparavant toutes les coupes de robes te magnifient, mais pour un peu de confort je suggère de te passer de corset quelque temps et de peut être privilégier le décolleté face à la rigidité d'une pression sur le ventre. » Respirant doucement et lentement j'essaie de me remettre de mes émotions en m'emparant d'une petite coupe d'un vin jeune, son goût est un peu âcre et désagréable mais je n'ai aucun doute sur sa capacité à redonner de la solidité à mes entrailles.


wild heart can't broke.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.

Lynara Brax
Lynara Brax
Messages : 140
Membre du mois : 7
Maison : Brax | Anciennement Karstark
Caractère : ▪▪ Respectueuse ▪▪ Imprévisible ▪▪ Attentionnée ▪▪ Têtue ▪▪ Maternelle ▪▪ Affirmée ▪▪
Célébrité : Astrid Bergès-Frisbey

Infos supp.
Richesses : 16


Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul  | Feat Jeyne Lannister Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul | Feat Jeyne Lannister   Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul  | Feat Jeyne Lannister EmptyVen 21 Mai - 18:17


Chapitre 3



Je prends ma cousine dans mes bras. C'est rare que je fasse ce geste. Les Nordiens ne sont pas connus pour leur chaleur. Pourtant, j'essaye de paraître moins froide et austère. Je dois avouer que je ne dis jamais non pour échanger un baiser avec mon époux ou encore d'être tendre avec mon garçon.

Ma cousine maternelle me parle. Je l'écoute avec douceur. Je suis heureuse qu'elle soit à mes côtés pour me servir. Elle est le lien vivant avec le Nord, notre chère patrie bien-aimée. C'est important pour moi qu'elle se sente bien ici à la cour. Je hoche la tête en écoutant les mots de ma parente. Elle a raison, le protocole ne nous permet pas d'être proche. C'était bien différent dans le Nord … On n'avait pas tous ce faste. Certes, j'apprécie certaines choses de l'Ouest comme la beauté des lieux, mon époux ou encore mon fils. Elle sourit. Par la suite, elle me remercie et me dit qu'elle a besoin de rien. Je ne vais pas insister là-dessus. Elle se rit. Une risette s'orne sur mes lèvres.

- Lyn, profitons de ce moment avant que notre devoir nous rappelle à nous. Ne parlons plus de nos charges et consacrons ce moment à des rires ! Dis-je amusée. Si tu ne manques rien, j'en suis ravie. Surtout n'hésites pas à venir me voir si tu as besoin de quelque chose. Et, ne proteste pas, je souhaite que tu sois heureuse, ici, Lyn. Ajoute-je en ancrant mon regard dans celui de la jeune mère.

Par la suite, Lynara me fait part qu'elle est heureuse que je lui accorde mon temps. Il est vrai qu'être à la tête de la couronne ne me donne pas beaucoup de temps pour profiter des miens. Je vois rarement mon garçon. Mon mari est dans l'Ouest pour des affaires concernant le royaume. Je ne veux pas que nous soyons absents pour Martyn et mon enfant à naître. Père a souvent été absent à cause de sa guerre contre les Hoare. J'ai toujours compris les raisons de son éloignement, la guerre, il n'avait pas le choix. Je le pardonne. Je repose mon regard sur ma cousine. Elle me parle des fleurs, je hoche la tête. Ma cousine s'intéresse aux fleurs dans cet espace.

- Je chéris les moments qu'on passe ensemble, Lyn. Tu sais, mon plus beau présent, c'est que tu sois heureuse et en sécurité ici. Je sais que j'en ai déjà parlé avant, mais, je ne veux pas que tu sois malheureuse. Quant aux fleurs, il en manque une parmi celles que je possède, la fleur de l'hiver. Dis-je d'une voix douce et mélancolique.

Ensuite, je parle aux domestiques concernant la collation et le retour des enfants. Puis, nous prenons place près de la fenêtre pour écouter les mélodies des oiseaux. Après cela, je commence à parler. Je lui demande si je suis apte pour le rôle de reine. Si j'étais préparée à Winterfell, la réalité semble différente. J'ai peur qu'une Guerre se prépare entre l'Ouest et l'Empire. Père, Jon, Walton et les autres Nordiens ne pourront pas me pardonner de mon crime si je ne fais rien. Pourtant, je sais que Lyman souhaite que l'Ouest ne soit pas une composante de l’immense territoire de mon Père. Je le comprends. Je continue de parler et j'évoque mes peurs à ma cousine. Toutes. Sans masque, sans honte. Je peux enlever mon armure devant elle, je ne crains rien car elle me sera fidèle, aujourd'hui comme demain.

Lynara prend la parole. La jeune mère évoque qu'elle ne peut pas lire dans les pensées de mes courtisans. Il est vrai. Comme on n'est pas devin. Les paroles de ma cousine me rassure, un peu. Cependant, Jordane est toujours importante à la cour. Elle est la mère de mon époux et la grand-mère de mon fils. Son avis comptera toujours. Mais, comment vais-je faire pour le Nord si on rentre en guerre contre la patrie des loups ? Je ne sais pas … Je ne sais plus. Lynara reste pensive. Je ne dis rien pour l'instant et j'attends qu'elle reprenne la parole si elle le désire. La brune prononce quelques mots. Elle a raison. Je prends une large inspiration, je la regarde dans les yeux et je finis par demander à la nièce de ma mère de prendre soin de mon enfant. La belle me parle de nouveau après avoir attrapé ma main, je serre la sienne dans la mienne. Je tente de garder un masque où des larmes ne doivent pas jaillir, ce n'est pas facile. Si l'époux de ma cousine peut accepter de protéger Martyn, Lynara a raison pour ma belle-famille. Ensuite, elle me demande de protéger sa petite. Je ne veux pas que ma parente trépasse, non. Je décide de lui répondre aux mots qu'elle a dits auparavant.

- Merci ma cousine, tu m'es précieuse. Quant à tes paroles par rapport à mon rôle, je te remercie de tes mots. J'essaye que le peuple, les nobles et la cour puissent être heureux … J'ai donné un héritier à la couronne. Cependant, je reste toujours l'étrangère. La princesse nordienne devenue une reine de l'Ouest. Je me tais. Tu comprends ma position, nous sommes toutes les deux nordiennes. On a renié notre foi pour épouser celle de nos époux. Dis-je d'une voix mélancolique. La neutralité n'a jamais été facile ni ma conversion. On ne pourra pas défaire le passé. Je crois que j'ai perdu l'amour des Nordiens quand je me suis convertie aux Sept. Je frémis en repensant à ce jour et je serre davantage la main de ma cousine Je ne regrette pas d'être une fidèle des Sept. Pourtant, crois-tu que je peux parler à Martyn de notre héritage ? Je lui relate nos contes, tu te souviens de ceux de la nourrice de Walton ? Dis-je d'une voix douce. Est-ce mal ? Le peuple pourrait jaser sur ça. Je hausse les épaules. Je me cale de nouveau dans le fauteuil et je me tiens droite. Par rapport à Martyn, merci ma cousine, je sais qu'il sera dans des bonnes mains avec toi. Il est évident que je dois demander l'aval de ma belle-famille. Mais, si Castral-Roc est assiégé, pars et ne te retourne pas. Ne reste pas pour moi. Je mourais pour vous tous. Je relève la tête et je plonge mon regard dans celui de ma cousine. Si tu croises Père et mes frères, tu diras que je les aime, d'accord ? Je me mordille les lèvres. Quant à ta petite, je prendrais soin d'elle comme si c'était ma fille. Elle deviendra ma pupille, mais, Lyn, promets-moi de rester en vie. Et, tu as raison, il nous faudra un document pour consigner nos paroles. Mais, n'en parlons plus, Lyn.

Après cet échange, je change de sujet et la conversation est plus douce qu'avant. Je vois ma cousine lâcher ma main durant le moment où les domestiques arrivent avec des mets. La jeune femme me parle de nouveau. Je sers ma cousine pour sa boisson chaude, je fais de même. Enfin, je ne l'oblige pas à boire du thé si elle préfère boire du vin chaud à la cannelle. Il me tarde de lui dire que je suis enceinte. Lynara parle des robes. J'acquisse la tête quand elle évoque le ton de l'annonce positive. J'essaye de lui donner des indices. Je la regarde avec un visage radieux. Je me rapproche de l'oreille de ma cousine et je lui prends sa main, je la pose sur mon ventre. Je la regarde avec un léger sourire.

- Je ne peux plus tenir le secret plus longtemps, Lyn. Je suis enceinte dis-je dans un murmure.  On annoncera la nouvelle quand Lyman va rentrer. Je ne pensais pas que je serais tombée enceinte assez rapidement depuis Martyn. Un sourire naît sur mes lèvres. J'aimerais porter une robe rouge et or pour rappeler que je suis unie aux Lions et que je porte un petit être dans mon ventre. Je pose ma main sur celle de ma cousine. Puis, je reprends une posture sans être proche de son oreille. Alys Kenning va bientôt revenir de Godric's Hall, je pense me rendre avec elle à Port-Lannis pour son trousseau avec Lady Myranda Reyne. Je te laisse t'occuper de la préparation de mon anniversaire, je souhaite simplement quelque chose d'intime. On avait parlé de cela lors de notre repas entre filles.  avec ma belle-soeur. Je ne sais pas si Megara aura le temps avec son travail, mais, si elle ne peut pas, je compte sur toi. C'est ta mission. Ma voix est plus douce et joyeuse.

Jeynesmile with me and cry with me
(c) ANAPHORE



❥ Jeyne Lannister
(c) ystananas

Jeyne Lannister
Jeyne Lannister
Messages : 747
Membre du mois : 98
Maison : Lannister par mariage et Stark par naissance
Célébrité : Adélaïde Kane

Infos supp.
Richesses : 680


Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul  | Feat Jeyne Lannister Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t7261-jeyne-lannister-princesse-du-nord-et-reine-du-roc https://bloody-crown.forumactif.org/t7593-jeyne-lannister-reine-de-l-ouest https://bloody-crown.forumactif.org/t7283-jeyne-lannister-reine-du-roc
MessageSujet: Re: Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul | Feat Jeyne Lannister   Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul  | Feat Jeyne Lannister Empty


Contenu sponsorisé


Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul  | Feat Jeyne Lannister Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Smile with me and cry with me, i won't ever tell a soul | Feat Jeyne Lannister
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Les Terres de l'Ouest :: Castral Roc-
Sauter vers: