Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-23%
Le deal à ne pas rater :
-23% sur Ratchet & Clank: Rift Apart (PS5)
61.49 € 79.99 €
Voir le deal

 

 [FB] Presque épouse, Presque époux

Aller en bas 
MessageSujet: [FB] Presque épouse, Presque époux    [FB] Presque épouse, Presque époux  EmptyDim 1 Nov - 23:46

La famille Lannister serait présente au Conclave de Goëville, m’avait-on dit ! Cependant, les membres qui feront le voyage des lointaines terres de l’Ouest jusqu’à ce port valois était encore incertains. Je dois avouer que je n’avais qu’un désir, que Nymeria soit présente ! En raison de la distance entre nos deux Royaumes, et de mes nouvelles responsabilités en tant que Roi – limitant considérablement mes propres déplacements en terres étrangères –, les rencontres étaient rares, mais précieuses à n’en point douter ! Je maintenais une discrète et régulière correspondance avec elle. Quoique cette dernière avait également souffert depuis que j’ai été couronné. Les études, les entraînements, les doléances ou l’introduction aux jeux politiques enseignée par Mère m’épuisaient considérablement, faisant de moi qu’une pauvre loque en fin de soirée.

Le Conclave de Goëville n’allait pas échapper à la règle. Les grands de Westeros allaient se rencontrer, pour discuter de choses sérieuses et importantes. Un conciliabule auquel j’aurais à participer, peut-être, et dont je devais essayer de saisir au mieux tous les tenants et aboutissants. De plus, Goëville faisait partie de mon Royaume, et je devais recevoir à la fois la noblesse et royauté étrangère, ainsi que mes propres gens. Décidément, il ne serait pas question de festivités pour moi, mais de devoirs. Mon seul espoir pour que ce séjour ne soit pas trop pénible serait de pouvoir passer du temps avec la belle Nymeria.

Malheureusement, j’avais à prendre en mal ma patience. Nous sommes arrivés un brin trop tôt comparé à la maison Lannister. J’aurais à attendre encore quelques heures, avant de pouvoir m’enquérir sur les membres à rencontrer. Une attente que je tente de tromper en me promenant au sein de la demeure de Lord Grafton, Seigneur et Hôte de Goëville, un homme qui m’avait adopté comme un fils et qui m’avait présenté et rendu familier à son domaine. Si mes souvenirs sont flous sur certains détails, je savais encore suffisamment m’orienter. Mon oncle me suivait naturellement, assigné à la tâche de me protéger sur ce domaine qui n’était ni les Eyrié – la demeure estivale –, ni les Portes sanglantes – la demeure hivernale. Il savait pourquoi je ne trouvais pas le sommeil, et je voyais son sourire amusé du coin de l’œil. Cependant, il n’était pas le seul à mes côtés, et mon jeune frère avait aussi emboité mon pas – m’ayant à peine quitté depuis notre arrivée.

- Nous allons aller au balcon qui donne vue sur le port, indiquais-je, menant la danse.

Une visite qui allait être de courte durée pour Jonos, qui baillait déjà aux cornières, s’arrachant la mâchoire à chaque fois. C’est à contrecœur et assez gêné que mon Oncle se décide à escorter le jeune Prince dans ses appartements, me promettant qu’il sera là en quelques minutes. Il était difficile de le critiquer : la garde avait encore bien du travail pour s’organiser en respectant l’Hôte des lieux et de ses propres gens et il n’était pas rare de s’emmêler les pinceaux entre les différentes gardes des différentes maisons. Je ne m’inquiétais pas pour moi : en moins de cinq minutes, mon Oncle sera de retour !

Ronnel Arryn
Ronnel Arryn
Le Faucon
Messages : 498
Membre du mois : 13
Maison : Arryn
Caractère : Curieux - Déterminé - Inexpérimenté - Calculateur - Impressionnable - Ambitieux
Célébrité : Timothée Chalamet

Infos supp.
Richesses : 0

Le Faucon

[FB] Presque épouse, Presque époux  Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t7095-ronnel-arryn-dit-le-faucon https://bloody-crown.forumactif.org/t7102-ronnel-arryn-les-memoires-dun-jeune-roi https://bloody-crown.forumactif.org/t7101-ronnel-arryn-tout-en-haut-de-la-montagne-vit-un-roi
MessageSujet: Re: [FB] Presque épouse, Presque époux    [FB] Presque épouse, Presque époux  EmptyMar 17 Nov - 21:35

La jeune femme le savait, mais les jours à venir allaient revêtir une importance cruciale pour le Royaume des Terres de l'Ouest, et tout particulièrement concernant son avenir. Les tensions n'étaient pas encore clairement sanglantes, mais certaines plaies menaçaient tout de même de s'ouvrir, à vif et béantes. Quelques semaines auparavant, un roi du nom d'Aegon Targaryen était mort. Selon certains, on pouvait même tout à fait parler d'un assassinat. Aux yeux bien naïfs et innocents de Megara, cet homme était un parfait étranger, dont le destin, certes tragique, ne se devait pas d'influer sur le futur et le devenir du Royaume dont ses parents étaient les deux monarques souverains et régnants. Dans le fond, elle en savait très peu sur la trajectoire de cet homme dont la Lignée était venue des confins orientaux, entourée de mystères et de légendes. Mais elle se doutait bien que pour la famille de ce roi tombé, le crime, s'il devait bien en s'agir d'un, ne pourrait resté impuni. En l’occurrence, Harren le Noir pouvait s'attendre à leur courroux. Et c'était surtout cela qui préoccupait la Princesse de l'Ouest, car de ce souverain là, elle savait bien plus de choses. Sans parler du fait que les terres qu'il dominait étaient situées si près du Royaume des Terres de l'Ouest. Et si l'on s'attendait à voir surgir d'entre ses lèvres ce qu'elle pouvait bien penser du Fer-Né, on en serait pour son compte. Car si la jeune femme avait la tête bien faite, elle savait également garder les lèvres jointes pour préserver pour elle ses propres pensées et émotions. Il le fallait, et elle le devait. Parce que ses mots pourraient porter préjudice aux siens, si une oreille mal avisée venait à les entendre, là où, en tant que membre d'une lignée royale, elle ne pouvait jamais prétendre pouvoir parler dans le vide, sans réfléchir et sans que ses propos ne portent à conséquences. Mais si on se trouvait faire parti de son entourage très proche, en étant un être en qui elle pouvait placer pleine confiance, et bien ... Et bien elle n'aurait pas de jolies paroles à livrer, celles-ci étant surtout faîtes de crainte et d'une grande méfiance. Les divergences religieuses et culturelles entre Fer-Nés et Ouestriens ne faisaient pas tout : il y avait aussi une réputation peu glorieuse et surtout sanguinolente qui entrait en ligne de compte.

Aux grands maux, les grands remèdes, sans doute. En organisant un Tournoi à Goeville, la Reine douairière du Val et de la Montagne, Sharra Arryn, souhaitait également réunir tous les monarques du continent. Et pas simplement pour jouer au Cyvosse ou se livrer à de jolis ronds de jambe ornés de belles paroles autour d'une tasse de thé fumante. De cela aussi, Megara était consciente. Tout comme elle n'était pas sans savoir que ses parents envisageaient également de renforcer leurs liens avec la veuve du Roi Jehan, de sorte à ne point passer à côté d'une alliance qui pourrait par la suite porter ses fruits et les protéger d'un isolement périlleux sur l'échiquier diplomatique dont le caractère crucial ne cessait de se renforcer depuis les dernières semaines passées. Et en terme de force d'alliance, les unions matrimoniales étaient de fortes cartes majeures et déterminantes. La jeune femme était à présent en âge de se marier, et elle était sans doute également l'un des meilleurs partis de tout le continent, en tant que fille aînée des souverains Loren et Jordane Lannister, sœur du prince héritier et jeune damoiselle considérée n'étant point dépourvue, loin de là, de très beaux charmes physiques, parfaite alliance génétique entre deux parents eux aussi dotés de bien des qualités physionomiques. Alors sa mère s'attendait à ce qu'elle soit en tout point parfaite, en tout point charmante et attrayante. Et cela passait par le fait de savoir se contrôler, elle qui éprouvait d'immenses difficultés à faire face à cette bête qui sommeillait en elle et sur laquelle elle avait malheureusement si peu de contrôle. C'était là une terrible tare, celle dont, visiblement, les Sept avaient décidé de l'affubler sans qu'elle n'en comprenne exactement la raison, elle qui était si respectueuse et dévote envers eux. Mais les choses étaient ainsi, et si elle ne pouvait pas les affronter en face, par honte et répulsion, il lui était impossible de faire comme si rien ne lui était advenu et ne continuait de lui advenir, en terme de dépravations de la chair. Tout cela lui pesait, infiniment, elle qui voulait depuis toujours faire le bonheur et la fierté de ses parents, là où elle ne trouvait qu'une maigre consolation dans le fait de savoir que, jusqu'à maintenant, seule sa mère savait pour tout ceci. Et on pouvait compter sur Jordane pour œuvrer à ce que nul autre n'apprenne quoi que ce soit, tant qu'elle n'en aurait pas décidé autrement et tant qu'elle aurait le pouvoir de garder la main supérieure et directrice.

Il allait donc sans dire que venir jusqu'ici, à Goeville, si loin de chez elle, pesait énormément sur les épaules et l'âme de Megara. Elle était en terrain inconnu, en terres étrangères, et, déjà, les lieux fourmillaient et battaient de présences elles aussi étrangères, si ce n'était couronnées. Elle ne pourrait pas exactement passée inaperçue et se devrait même d'avoir un rôle de représentation, elle qui était connue sous le surnom de Joyau du Roc, ce qui voulait tout dire. Des bijoux aussi précieux que les joyaux étaient après tout rarement enfermés dans leur écrin, loin du regard de tous ... Alors Megara avait besoin de prendre l'air, de souffler, et ce dès qu'elle avait été amenée aux appartements qui seraient les siens et ceux de sa sœur durant tout leur séjour en ces lieux. Si Nymeria était déjà des plus prolixes concernant toutes ses attentes, son impatience et sa trépidation, Megara était plus réservée, dans la retenue et la prudence. Alors, oui, elle avait besoin de prendre l'air, là où sa sœur l'avait quelque peu perdue dans son énumération des choses qu'elle se promettait de faire durant les jours à venir. Ses pas l'avaient donc conduite à l'extérieur, alors que son garde personnel et si particulier, Jinx, ne la lâchait pas d'une semaine, restant un peu en retrait, cependant, comprenant bien que sa seule présence était un rappel constant de la réalité de sa mission première et secrète : s'assurer que nul homme ne pose la main sur elle, et encore moins sur ses courbes, et être à même d'étancher lui-même les besoins avides et dévergondés de la jeune femme, sans que rien ne filtre de ce dérapage plus que malencontreux. Il était tard, ou tôt, Megara ne savait plus trop, la délégation de l'Ouest ayant voyagé depuis des jours et étant arrivée alors que la pénombre était déjà là. Et elle ne connaissait point les lieux, se dirigeant simplement à l'instant, cherchant simplement une ouverture sur l'extérieur. Arrivant sur un balcon, elle fit signe à Jinx de la laisser seule, là où il se positionnait tout de même de sorte à avoir le trajet qui pourrait bien mener vers la Princesse. Ce ne fut qu'à cet instant là que Megara constata qu'elle n'était pas seule, et qu'un autre qu'elle avait bien pu vouloir lui aussi prendre l'air. Il était plutôt jeune, sans doute de son âge, peu ou prou, mais elle n'en savait pas plus sur lui. Rougissante et quelque peu confuse, elle fit un pas en arrière. ❧ Toutes mes excuses, je ne savais point que quelqu'un serait ici. Je ne voulais pas vous déranger ... ❧ Il n'était pas dans ses habitudes de se faire congédier, pour la simple et bonne raison qu'en tant que Princesse, il était convenu qu'elle avait la préséance sur tous, à l'exception de ses parents et de son frère. Dès lors, même en une situation telle que celle-ci, elle était censée n'avoir à faire demi-tour devant personne, n'est-ce pas ? Mais elle était bien éduquée, polie et courtoise, et comme elle n'arborait point la moindre tiare en ses cheveux, et qu'elle ne cherchait pas du tout à attirer plus que ça l'attention sur elle et sur son rang, et bien elle se pliait de bonne grâce à l'usage habituel de la politesse et des excuses.


Hear us Roar

The real happy endings come after a story with lots of ups and downs...

[FB] Presque épouse, Presque époux  Meg_toto

Megara Lannister
Megara Lannister
Messages : 4148
Membre du mois : 46
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Célébrité : Tamsin Egerton

Infos supp.
Richesses : 1464


[FB] Presque épouse, Presque époux  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FB] Presque épouse, Presque époux    [FB] Presque épouse, Presque époux  EmptySam 21 Nov - 17:02

Il serait bien trop prétentieux de prétendre que je connaissais chaque fils et chaque fille, chaque Seigneur et chaque épouse – ou Lady douairière – des nobles maisons du Val et de la Montagne. Inversement, malgré que je sois le Roi du Val et de la Montagne, je doutais que chaque homme et chaque femme qui vivait dans ce Royaume connaisse mon visage : tout le monde ne se déplace pas régulièrement aux Eyrié pour des audiences avec le pouvoir royal. Une situation qui m’agaçait considérablement. Je devais diriger ces personnes, et garantir leur sécurité, mais je ne les connaissais et ils ne me connaissaient pas. Qui étais-je dans leur esprit ? Est-ce qu’ils me voyaient comme je les voyais, soit des petits points noirs du haut d’une Tour ou d’un balcon ?

Cette ignorance n’était pas synonyme d’un manque de discernement pour autant. J’avais la quasi-certitude que celle qui avait brisé cette solitude nocturne était une étrangère noble. Sa tenue et ses manières prouvaient une bonne éducation, mais ce petit accent trahissait ses origines. Elle n’était pas une fille du Val, elle venait d’ailleurs. Une dame venue d’un quelconque recoin de ce vaste monde que je connaissais qu’à travers des cartes et des ouvrages. Aussi loin que je me souvienne, je n’avais jamais quitté mon domaine pour des raisons des plus justifiées et des plus compréhensibles. Malgré tout, les festivités avaient éveillé à nouveau cette envie de quitter ce Royaume pour découvrir de nouvelles contrées, le temps d’un instant. Était-ce possible, pour un Roi ?

Une envie que je réprime aussitôt. Je n’étais pas dupe, et ces festivités n’étaient qu’une mascarade. Les Grands avaient des projets bien différents, et bien plus sérieux que de comparer quelques pichets de vins et de profiter des douceurs que le Val pourrait offrir. Harren le Noir avait brisé un précaire équilibre, et les forces s’organisaient déjà : tantôt avec lui, tantôt contre lui. Qu’en serait-il de mon Royaume ? Le Conseil arguait, Mère tempérait et j’écoutais. Était-ce une attitude lâche ? Je ne saurais dire. Cependant, je n’ai aucune envie de m’embrigader dans une guerre aussi futile, dont le Val ne tirerait absolument rien dans l’immédiat. Notre armée avait une excellente réputation, mais les nombreuses années de guerre avaient réduit le nombre, nous obligeant à agir intelligemment et stratégiquement et non précipitamment et trop audacieusement. Des pensées noires qu’il serait bon de chasser aux côtés d’une belle dame, venue apprécier un instant de paix.

Mon attention se reporte sur elle, et je m’interroge à son sujet. Dans cet immense échiquier, qui était-elle ? Une simple noble venue d’une ville lointaine pour apprécier ces festivités ? Une dame de compagnie d’une Princesse ou d’une Reine ? Une haute personnalité que l’on ne m’avait pas encore présenté ? Entre temps, mon regard se glisse discrètement vers l’ouverture du balcon et j’aperçois une ombre peu familière. La dame était donc pourvue d’une garde, preuve qu’elle n’était pas seulement une simple noble d’une petite maison. Il semblerait qu’elle a un rang assez haut dans sa patrie d’origine pour être protégée ainsi et, ou, la personne qui avait cette belle dame à charge en prenait grand soin. Un garde qui n’allait assurément pas plaire à mon Oncle lorsqu’il sera de retour. Il était des plus méfiants lorsque des hommes armés – ou potentiellement armés – rôdaient autour de moi, consciemment ou inconsciemment. Une méfiance qui s’était forgé durant ces longues années en tant que fidèle et loyal garde des membres de la maison Arryn, une méfiance qui était des plus légitimes.

Je n’avais donc que quelques instants avant que mon identité ne soit exposée au grand jour par mon Oncle, revenu des appartements alloués à la maison Arryn. D’ici là, j’allais essayer de deviner ce que l’étrangère pourrait penser de moi. Que voyait-elle en moi ? Un simple garçon ? Un noble rêveur ? Un Prince perdu ? Et, qui sait, un Roi ? J’aimais ce petit jeu avec les étrangers, retardant autant que possible la déclinaison de mon identité – et de mon rang – et tentant de grapiller leurs avis et sentiments à mon égard avant que les courbettes et les faux-semblants ne s’imposent. Mentir sur l’identité était pratique commune par certaines personnes, apparemment, mais je ne me plierais pas à une telle fourberie. J’étais fier de qui j’étais, et de la maison que je représentais. Je ne voyais pas l’intérêt de m’en cacher.

- Vous ne me dérangez point, ma Dame, répondis-je, me contentant de baisser un tantinet la tête en signe de salut. J’étais habitué à ce que l’on me fasse les révérences et non l’inverse, en vérité. De plus, il serait bien cruel et égoïste de ma part de vous priver de ce spectacle nocturne. Le port a autant de charme de nuit comme de jour. J’aime venir ici, pour en apprécier le paysage, de jour comme de nuit.

En tant qu’Amiral, Lord Grafton renouvelait régulièrement ses visites – ou ses invitations pour que la maison Arryn vienne sur son domaine – et était un professeur des plus particuliers pour toute leçon touchant de près, ou de loin, à la navigation et à la connaissance des batailles navales.

- Je devrais être celui qui vous demande la permission de partager quelques instants avec vous, sur ce balcon. Si vous désirez malgré tout être seule, je vous prie de le dire. Je ne serais point gêné ou embêté, et je respecterai votre souhait.

Ronnel Arryn
Ronnel Arryn
Le Faucon
Messages : 498
Membre du mois : 13
Maison : Arryn
Caractère : Curieux - Déterminé - Inexpérimenté - Calculateur - Impressionnable - Ambitieux
Célébrité : Timothée Chalamet

Infos supp.
Richesses : 0

Le Faucon

[FB] Presque épouse, Presque époux  Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t7095-ronnel-arryn-dit-le-faucon https://bloody-crown.forumactif.org/t7102-ronnel-arryn-les-memoires-dun-jeune-roi https://bloody-crown.forumactif.org/t7101-ronnel-arryn-tout-en-haut-de-la-montagne-vit-un-roi
MessageSujet: Re: [FB] Presque épouse, Presque époux    [FB] Presque épouse, Presque époux  EmptyDim 29 Nov - 16:45

L'habit ne faisait point le septon. Et les apparences étaient à plus d'une reprise fort trompeuses. Il ne s'agissait pas d'enfiler de beaux et glorieux atours pour soudainement tout à voir du parfait chevalier, du parfait noble ou du parfait prince. Tout comme il ne suffisait pas de poser une couronne sur sa tête pour brusquement être roi. Megara était d'ailleurs bien placée pour témoigner de ce dernier exemple, elle qui avait déjà eu l'occasion, à plus d'une reprise, de se retrouver coiffée de la couronne royale des Terres de l'Ouest, lorsque son père la lui posait sur la tête, alors qu'elle n'était encore qu'une jeune enfant et que son regard s'écarquillait et émerveillait tant devant le geste et devant son propre reflet dans un miroir. En des instants comme ceux-ci, elle ne s'était jamais sentie reine, sans doute parce que la couronne revêtait alors pour elle la dimension d'une appartenance paternelle plutôt que royale. Mais elle se souvenait encore avec force et tendresse de la bouffée de chaleur adorée, protectrice et enivrante, qui la nimbait de la tête au pied. Cela lui faisait le même effet que lorsqu'elle se rendait compte qu'elle s'était endormie auprès de son père, et qu'il avait fait de sa cape royale une couverture douillette et sécurisante, autour de sa petite silhouette. De la même façon, les sensations naissaient tout autant en elle quand elle se lovait contre le torse de Loren, qu'il lui lisait une histoire, lui contait quelque ancienne aventure qui avait été la sienne, ou qu'il lui demandait de lui dessiner tel ou tel paysage. La couronne, elle, avait tout de même eu un effet particulier, sans doute parce qu'elle était alors bien trop grande pour ne pas glisser jusque sur le nez de Megara, et qu'en plus de ça, elle pesait tout de même son poids, là où la silhouette de la jeune princesse était encore trop frêle pour accuser le cou sans qu'elle ne ploie quelque peu, avant que ses petites mains n'essaient de soulager tout ceci, ou avant que son père n'éclate de rire et ne l'en débarrasse. De la même façon, le rang, aussi légitime et véridique soit-il, ne pouvait jamais entièrement faire de vous l'être tout indiqué pour occuper la charge qui était la vôtre ou pour instinctivement et naturellement posséder tous les atouts qui venaient en supplément. Megara connaissait bien des jeunes filles de son âge qui devaient quotidiennement s'évertuer de s'entraîner à marcher avec d'imposants ouvrages posés en équilibre sur leur tête, pour gagner en grâce et en légèreté dans leur démarche, et enfin cesser de marcher comme des canards. Et elle en avait également entendu plus d'une se plaindre, ne se croyant pas entendue par elle, de devoir chaque soir utiliser force d'eau et de savon pour enfin ôter leurs bagues, car leurs doigts avaient visiblement plus l'apparence de petites saucisses bien charnues que de délicates phalanges. Personnellement, l'aînée des Princesses de l'Ouest avait eu la chance d'hériter de la grâce, du charme et de la beauté paternels autant que maternels. Elle n'avait pas à se faire sans cesse réprimer sur sa posture, son manque de féminité dans sa démarche et ses gestes, ou sur une quelconque morphologie qui ne flatterait pas la découpe de ses atours. Elle était, après tout, surnommé le Joyau du Roc, et ce sans doute à juste titre, bien que le surnom ne venait ni d'elle ni de ses parents.

Alors, Megara le savait, elle avait simplement hérité d'une parfaite combinaison, comme un alignement lui étant favorable et lui ayant été offert par les Dieux. De la même façon, elle n'avait jamais à penser à tout ceci, à être gracieuse, polie, courtoise et attirante. C'était comme respirer ou battre des cils, sans doute, pour elle. Dès lors, elle n'était nullement surprise de recevoir cordialité et politesse de la part de ce jeune homme dont elle venait d'interrompre l'instant paisible et calme sur ce balcon. Elle se doutait bien que, même si elle avait été habillée très simplement ou que son visage avait été encapuchonné sous une vieille bure élimée, cela ne lui aurait en rien permis de dissimuler sa bonne éducation et les bonnes manières qu'elle avait reçues et qui lui avaient été enseignée depuis sa tendre jeunesse. Alors, le fait qu'il incline légèrement la tête et qui ne la renvoie pas vertement concordait sans doute avec la réalité consistant à se dire qu'il avait dû déceler chez elle de quoi ne pas la placer dans les rangs de la domesticité des lieux. Sans toutefois avoir percé à jour son rang légitime, car, alors, il aurait plutôt eu tôt fait de s'incliner et de lui faire le baise-main, n'est-ce pas ? A moins que ce ne soit plutôt son accent qui lui est mis la puce à l'oreille, là où il y aurait eu peu de raison légitime à ce qu'une simple servante ait fait tout ce chemin jusqu'ici sans être parvenue à se faire employer dans ses terres d'origines. Et ce bien qu'à ses oreilles, c'était lui dont les paroles étaient teintées d'une certaine tonalité étrangère, pas elle. Question de point et de vue et d'habitude, sans doute. En tout cas, la suite des propos du jeune homme confirma à Megara que si, elle, elle n'était en rien native de ces terres, il en allait tout autrement pour lui, à en entendre son témoignage sur cette habitude de venir en ces lieux. Jetant un coup d’œil à son garde du corps, la jeune femme chercha à s'assurer qu'il resterait là, prêt à intervenir dès qu'il en serait potentiellement besoin. Tout comme elle put sembler guérir chez Jinx la certitude qu'elle ne prenait pas trop de risques inconsidérés, et qu'elle pouvait donc engager la conversation. ❧ Je vous comprends. La nuit a cette propension à donner une lumière et une tonalité différentes à toute chose, même à celles qui, pourtant, peuplent usuellement et habituellement notre quotidien. ❧ Une simple observation, qu'elle offrait tout autant par politesse que par réelle franchise, elle qui avait l’œil et le coup de pinceau du peintre, selon tous ceux qui avaient déjà pu poser les yeux sur ses créations. Cependant, son visage s’empourpra légèrement, tout ce qu'il fallait, sans doute, lorsque son interlocuteur émit la possibilité qu'elle puisse préférer le chasser de ce balcon afin de rester seule. ❧ Non, n'en faîtes rien, je vous prie ! Ce balcon n'est point trop étroit ou résistant pour ne point pouvoir nous supporter tous deux. Et puis, vous étiez là avant moi. Nous pouvons donc tous deux, je le suppose, demeurer ici sans que cela ne présente le moindre inconvénient, je suppose ... D'autant plus si cela me permet de bénéficier de vos lumières quant à cette ville, à ce port et, plus largement, à cette contrée dans laquelle je n'étais point encore venue. ❧ Si les projets royaux et parentaux de Loren et Jordane Lannister étaient menés à bien, alors Megara devrait avoir à cœur, dès à présent, de faire connaissance avec son futur royaume, n'est-ce pas ?


Hear us Roar

The real happy endings come after a story with lots of ups and downs...

[FB] Presque épouse, Presque époux  Meg_toto

Megara Lannister
Megara Lannister
Messages : 4148
Membre du mois : 46
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Célébrité : Tamsin Egerton

Infos supp.
Richesses : 1464


[FB] Presque épouse, Presque époux  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FB] Presque épouse, Presque époux    [FB] Presque épouse, Presque époux  EmptyLun 21 Déc - 1:22

Malgré que des maisons se targuent d’être nobles, toutes n’offraient pas une instruction complète et soignée à ses enfants, tantôt par manque de moyen, tantôt par absence d’intérêt. Cette situation n’était pas aussi exceptionnelle que je l’avais cru, initialement. J’ai eu à rencontrer plus d’un noble – mais non une majorité, heureusement – qui qui peinait à écrire ou à lire, et qui dépendait considérablement de leur Mestre pour la gestion de leurs correspondances. Sans surprise, cette même noblesse était la première à se plaindre de la fonction de la Citadelle, une entité dite « neutre » mais qui siégeait au Bief, et qui avait des liens étroits avec la maison Hightower. Evidemment, la maison Arryn ignore ces plaintes, les considérant comme les fabulations de certains nobles à moitié fou.

A l’inverse, les maisons les plus fortunées, les plus anciennes ou les plus importantes ne se permettaient pas de faire impasse sur l’éducation de ses membres et apportaient l’éducation la plus complète. Par ses gestes, et par ses paroles, la demoiselle venait de prouver à nouveau qu’elle n’était pas issue d’une noblesse étrangère insignifiante. En soit, son sang n’était pas une raison suffisante pour que je change d’attitude. Mère m’avait appris à me montrer digne et respectueux à tout instant, et envers toute personne. Il n’était pas simplement question d’une dimension humaine, mais également d’une dimension politique : En tant que Prince Héritier, et puis Roi, chaque geste ou chaque parole pourrait être retenu contre moi.

Par contre, le sang noble de cette demoiselle m’imposait de prendre quelques précautions. Je devais m’assurer, par exemple, que si nous étions surpris par un membre de sa maison ou par un membre de la noblesse valoise, l’affaire ne causera pas de mal à nos réputations respectives. Je savais que les us et coutumes entre les Royaumes différaient et ce qui était considérait acceptable pour l’un frôlait l’injure et l’inacceptable pour l’autre. En raison des origines inconnues de cette étrangère, je profite du prétexte de la remercier en me courbant légèrement pour faire un pas en arrière – et ainsi imposer une distance convenable entre nous.

- Vous êtes bien aimables, ma Dame. Afin de vous remercier, je vais faire au mieux pour être une compagnie agréable , indiquais-je. Le Royaume du Val et de la Montagne est naturellement fortifié par les différentes chaînes de Montagnes, rendant l’accès par la voie de la terre souvent bien difficile ou long. Avec le temps, le commerce s’est davantage développé par la voie de la mer, et Goëville a été le choix naturel en raison de son positionnement. La ville peut aisément commercer avec l’Essos, l’Orage, la Baie de la Néra et la Principauté de Dorne et abrite notre activité couturière reconnue dans tout le Continent. Aujourd’hui, si les Eyrié est la Capitale Politique, Goëville est le nerf commercial du Royaume.

Si j’étais fier du développement de cette ville, tantôt en tant que Roi, tantôt en tant qu’ami de Lord Grafton, j’éprouvais également une certaine gêne vis-à-vis du reste du territoire. Nous étions bien trop dépendants de cette ville en terme commerciale, et il était nécessaire de diversifier les points stratégiques du Royaume. Cependant, comment faire sans mettre à mal l’orgueil ou le commerce de Goëville – et donc au risque de perdre un allié considérable à la Couronne ? L’idée de créer un port supplémentaire, à but uniquement militaire – construire des navires, et entraîner la marine -, me taraudait l’esprit. Des pensées que j’allais enfermer au plus profond de moi : je n’étais pas encore « Roi », et la Régence était encore en cours. J’avais encore beaucoup à apprendre, et je n’étais pas pressé d’être le décisionnaire. Je ne me sentais pas prêt.

- Je me rends compte que je vous ai décrit cette ville comme un Mestre qui récite une leçon. Vous devez être curieuse sur, peut-être, d’autres aspects. Je pense qu’il vaut mieux que vous me guidiez sur ce que vous désirerez savoir. Et je vous répondrai autant que je le pourrais.

Ronnel Arryn
Ronnel Arryn
Le Faucon
Messages : 498
Membre du mois : 13
Maison : Arryn
Caractère : Curieux - Déterminé - Inexpérimenté - Calculateur - Impressionnable - Ambitieux
Célébrité : Timothée Chalamet

Infos supp.
Richesses : 0

Le Faucon

[FB] Presque épouse, Presque époux  Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t7095-ronnel-arryn-dit-le-faucon https://bloody-crown.forumactif.org/t7102-ronnel-arryn-les-memoires-dun-jeune-roi https://bloody-crown.forumactif.org/t7101-ronnel-arryn-tout-en-haut-de-la-montagne-vit-un-roi
MessageSujet: Re: [FB] Presque épouse, Presque époux    [FB] Presque épouse, Presque époux  EmptyMar 29 Déc - 21:35

Depuis qu'elle était en âge de se tenir assise sans aide sur une chaise, Megara avait reçu le meilleur enseignement qui soit, dans le plus de domaines qui soit, pour peu que cela ait été jugé approprié par ses deux parents. Parfois, cela lui avait paru colossal, d'autres fois, elle s'était bien avouée être restée sur sa fin. Mais on ne critique point les enseignements exigés par une Reine telle que Jordane Lannister. Alors Megara avait accepté tout ceci, se sachant de plus très fortunée de pouvoir avoir accès à une telle somme de savoirs et de culture, ayant bien pu constater, de première main, qu'en évoquant auprès de ses femmes de chambre certaines des connaissances quotidiennes qu'elle recevait, alors qu'elle se faisait peigner et coiffer les cheveux, elle ne recevait qu'une certaine lueur d'incrédulité et d'ignorance dans le regard de ses compagnes d'alors. De la même façon, elle avait également pu prendre conscience que certains de ses apprentissages approfondis ne s'étaient pas étendus plus que cela à Lyman, qui devait par exemple se révéler bien incapable d'enchaîner les points de croix sans se piquer les doigts. Mais sans doute cela était-il de bonne guerre, dans le sens où elle-même n'avait pas bénéficié des mêmes apports que son aîné, comme cela était le cas concernant le maniement des armes. Fort heureusement pour eux, un bon nombre de préceptes leur avait été commun, et cela restait encore le cas, là où la jeune femme savait cependant qu'il lui restait encore tant à apprendre. Mais en ce qui concernait le maniement de l'étiquette, de la politesse et de la courtoisie, elle en savait déjà visiblement assez pour ne pas commettre d'impair avec son interlocuteur du moment. Elle se savait de fort agréable compagnie, si elle s'en tenait à ce qu'on lui en disait, bien que, toutefois, il y avait fort à parier que son rang entrait suffisamment en ligne de compte pour biaiser les choses. Après tout, il serait fort malvenu pour quiconque de se plaindre publiquement d'avoir été en présence d'une princesse, et à plus forte raison lorsque la dite princesse se trouvait être l'aînée des filles des monarques de l'Ouest. Si de fortes critiques pouvaient être émises envers Loren Lannister, nul n'ignorait à quel point il était un père des plus léonins et féroces dès lors qu'on s'en prenait à ses enfants, ou qu'on osait les critiquer, que ce soit en sa présence ou non. Quant à son épouse Jordane ...

Affichant un petit sourire de plus en plus amusé à mesure des paroles de son interlocuteur, Megara ne pouvait toutefois s'empêcher d'être des plus à l'écoute. Sa patience et son assiduité étaient deux de ses plus fortes qualités, concernant les heures d'enseignement ou non, d'ailleurs. Et si le jeune homme en sa présence n'avait rien de l'attirail des Mestres, il n'en demeurait pas moins qu'il en savait lui aussi beaucoup concernant la façon de mener une description géographique et géopolitique d'un royaume. La jeune femme n'était pas en parfaite ignorance concernant le Val, car il était primordial de voir plus loin que le bout de son nez, et en comprenant parfaitement que le Royaume des Terres de l'Ouest n'était pas la seule monarchie continentale de Westeros, mais il n'en demeurait pas moins qu'elle apprenait de nombreuses choses, présentement. Quoi qu'il en était, le jeune homme qui se faisait son instructeur ne manquait ni de verve ni d'entrain. Il semblait d'ailleurs des plus passionnés par ce qu'il disait, preuve qu'il croyait en ses paroles, et qu'il ne s'agissait pas uniquement d'un discours appris par cœur, sans fond et sans y croire un seul instant. Ce qui était sans doute une bonne chose, car il n'y avait rien de plus ennuyeux que d'avoir la sensation d'être confrontée à un puits sans fond de morosité et d'inanimation. C'était en tout cas ce que ne cessait de prêcher Nymeria dès qu'elle ambitionnait à tout sauf à rester une seconde de plus assise derrière son pupitre à écouter le Mestre ! Quoi qu'il en était, Megara comprenait parfaitement à quel point ses parents savaient ce qu'ils faisaient en ambitionnant de créer une réelle alliance avec le Royaume du Val et de la Montagne ... ❧ Les Mestres ont rarement autant d'entrain que vous ... Tout ceci était tout de même bien enrichissant, je vous en remercie ! ❧ Elle lui offrit un sourire des plus courtois, bien que non dépourvu de franchise, croyant elle aussi réellement en ce qu'elle disait. ❧ Quant à savoir quels aspects de votre Royaume il me plairait de connaître, et bien, je ... ❧ Laissant un instant son regard aller de droite à gauche, comme pour laisser ses pensées s'emboîter afin de la mener vers une réponse, elle releva finalement les yeux vers le jeune homme. ❧ J'avoue être curieuse concernant ceux qui forment le peuple de ce royaume. Parlez moi d'eux, de toutes ces personnes qui font vivre ce royaume. ❧ Il était essentiel pour un souverain, et pour tout membre d'une famille royale, de savoir qui était son peuple. Du moins était-ce ce que les parents de Megara lui avaient toujours enseignée, car il était important de se prémunir de quelque rébellion que ce soit, tout en se préservant également d'un manque de loyauté et d'engagement qui pouvait porter à préjudice.


Hear us Roar

The real happy endings come after a story with lots of ups and downs...

[FB] Presque épouse, Presque époux  Meg_toto

Megara Lannister
Megara Lannister
Messages : 4148
Membre du mois : 46
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Célébrité : Tamsin Egerton

Infos supp.
Richesses : 1464


[FB] Presque épouse, Presque époux  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FB] Presque épouse, Presque époux    [FB] Presque épouse, Presque époux  EmptyMar 19 Jan - 0:01

L’inconnue me rassura tantôt avec son joli sourire, tantôt avec ses paroles encourageantes. Si elle semblait avoir croisé des Mestres sans entrain, je me considérais bien chanceux d’avoir eu un homme plein d’esprit et d’entrain. Il faut dire que les Sept ont été cruels avec lui à sa naissance, lui offrant un physique bien ingrat. Il a dû compenser ce manque de force et faire face à des moqueries blessantes par la force de son esprit. Si la maison Arryn l’avait accueilli initialement avec bien des réticences, ses compétences avaient conquis chaque membre bien vite et il avait réussi à gagner sa place et le respect de chacun.

- Malgré son âge, notre grand Mestre est un homme qui semble avoir deux passions dans son existence : dévorer des livres, et éduquer mon frère et moi, confiais-je, me rendant un brin trop tard que j’avais révélé une information capitale.

Un Mestre pouvait exister dans plusieurs maisons nobles, mais un « Grand Mestre » était un titre réservé bien souvent à un Mestre d’une très grande maison qui avait le luxe d’employer plusieurs Mestres. J’ose espérer que la demoiselle ne remarque pas cet impair. J’avais de grands doutes, compte-tenu de mes hypothèses sur ses nobles origines.

- Votre question est bien difficile à répondre, avouais-je, un tantinet gêné par la question.

En tant que Roi, mes visites se faisaient bien souvent en grande pompe et sous solide escorte. Dès que je quittais les Eyrié ou les Portes Sanglantes pour une demeure seigneuriale, la nouvelle circulait bien plus vite au sein de la noblesse et du peuple, que le convoi qui m’accompagnait jusqu’à la destination choisie. Dès lors, comment pourrais-je réellement juger ces hommes et ces femmes que j’allais diriger et dont leur amour sera à la hauteur de leur haine au moindre faux-pas ? Aujourd’hui, j’étais encore un jeune Roi dont la voix n’était pas entendue pleinement, ou alors à de très rares occasions. J’étais tantôt une curiosité, tantôt une opportunité, tantôt un oisillon – et non un « Faucon » comme certains aimaient me surnommer.

- Je n’ai malheureusement jamais quitté le Royaume. Je ne pourrais donc pas vous répondre à cette question, car je suis bien incapable de savoir ce qui différencie un Valois d’un Nordien, d’un Bieffois, d’un Dornien, d’un Ouestrien, d’un Riverain ou d’un Fer-né. Nous sommes un pays entouré par des montagnes et par la mer, avec des vallées vertes et riches. Nous avons eu un passé bien mouvementé qui a marqué les esprits de chacun, dis-je, repensant aux batailles précédentes qui avaient saigné à blanc notre armée, réduit notre territoire passé et qui s’était soldé par la mort tragique de mon Père. La Reine Régente Sharra Arryn a su maintenir la paix, et le commerce a su en profiter et se développer. Nous sommes, je suppose, un peuple heureux.

Je supposais, mais je ne savais pas. Le Conclave qui allait se dérouler dans cette ville même allait assurément donner le ton sur l’avenir, et révéler la véritable nature de chacun.

- Je sais que les Nordiens doivent faire face aux Sauvageons par-delà le Mur, dis-je, en me souvenant des quelques leçons de mon Grand Mestre sur cette bâtisse de glace et des fonctions de la Garde de la Nuit. Pour notre part, nous faisons face aux Clans des Montagnes de la Lune. Ce sont des criminels mais qui sévissent principalement autour des Eyrié et des Portes Sanglantes, heureusement.

« Heureusement » était un euphémisme. Cependant, je préférais que ce Mal gêne les abords des deux résidences royales, plutôt que des territoires éloignées ou isolées.

- Les deux lieux que j’ai cité sont les résidences principales de la maison Arryn, complétais-je.



    As High as Honor
    “I am aware that I am surrounded by people who feel that they could do the job better, strong people with powerful characters, but for better or worse, the crown has landed on my head.” (The Crown) + aeairiel.


Ronnel Arryn
Ronnel Arryn
Le Faucon
Messages : 498
Membre du mois : 13
Maison : Arryn
Caractère : Curieux - Déterminé - Inexpérimenté - Calculateur - Impressionnable - Ambitieux
Célébrité : Timothée Chalamet

Infos supp.
Richesses : 0

Le Faucon

[FB] Presque épouse, Presque époux  Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t7095-ronnel-arryn-dit-le-faucon https://bloody-crown.forumactif.org/t7102-ronnel-arryn-les-memoires-dun-jeune-roi https://bloody-crown.forumactif.org/t7101-ronnel-arryn-tout-en-haut-de-la-montagne-vit-un-roi
MessageSujet: Re: [FB] Presque épouse, Presque époux    [FB] Presque épouse, Presque époux  EmptyMar 16 Fév - 21:56

Une noble naissance sous-entendait des responsabilités plus ou moins lourdes et conséquentes à porter. Et plus cette noble naissance se révélait être prestigieuse, plus les oripeaux s'avéraient être d'une quantité et d'une portée non négligeables. C'était là le devoir et le prestige des seigneurs, sans doute, que de se voir attribuer une destinée cruciale, non sans également être glorieuse et ambitieuse. De l'ordre des responsabilités que l'on ne pouvait ni ne devait point négliger, ou, pire encore, considérer comme quantité négligeable et peu préoccupante. C'était en tout cas dans cette optique là qu'avait été élevée Megara. Pour marcher dans les traces de ses aînés, et de toutes ces autres glorieuses princesses du Roc qui avaient bien pu marquer leurs temps, de façon plus ou moins importante. Pour se conformer au rang et au rôle qui étaient les siens et qui l'attendaient, également. Mais ses parents n'avaient point négligé de vouloir la laisser être celle qu'elle voulait être, du moins, partiellement, ou en tout cas dès que cela n'entravait pas le bon cours de la destinée qu'ils lui prévoyaient. La jeune femme ne s'était donc jamais réellement sentie comme une simple pièce interchangeable sur le plateau d'un grand jeu de cyvosse qui représenterait le cours du temps et des choses. Elle avait son propre caractère, et ô grand jamais ses parents n'avaient voulu qu'elle ne soit qu'une pâle copie de celle qu'elle pouvait ou devrait être. Preuve en était, Nymeria, ayant pourtant bénéficié de la même éducation et était née dans le même couffin d'or pur et royal, était bien différente d'elle, preuve, s'il en fallait, que leurs parents n'avaient jamais voulu qu'elles rentrent à tout prix dans un moule de fer et d'acier. Dès lors, son esprit curieux n'avait jamais été blâmé, et on avait même pu l'encourager à toujours s'intéresser au monde qui l'entourait, comme pour mieux le comprendre et en saisir le maximum de nuances. Tant que cela ne ternissait pas le prestige des Lannister et le propre sien, bien évidemment. Et ce même si la jeune femme avait bien conscience qu'une foule de sujets lui échapperait toujours, quoi qu'elle fasse. Car elle était tout de même le produit de son éducation ainsi que de son extraction sociale. Une éducation sur laquelle ses parents avaient veillé au grain, et surtout sa mère, là où Mestre Aethon avait lui aussi bien contribué à la chose. Notamment concernant le fait de toujours être la plus attentive qui soit quand on lui parlait, sans pour autant sauter sur la moindre occasion de poser des questions. Il fallait tout de même se montrer suffisamment mesurée et maîtresse de soi même pour ne point paraître emportée et impolie à force de couper la parole sans préavis. Alors, si elle nota bien l'usage du titre particulier du Mestre qui semblait avoir servi de précepteur à son interlocuteur du moment, Megara n'en pipa mot. Il ne pouvait sans doute pas s'agir d'une imprécision de langage, et cela l'éclairait quelque peu sur l'extraction sociale du jeune homme. Raison de plus pour ne point se montrer imprudente et maladroite, sentant presque jusque dans ses oreilles tout potentiel futur sermon de la part de sa mère si quelque gaucherie de Megara lui était rapportée. ❧ Voilà un homme bien avisé. Les livres renferment tant de connaissances ... J'ignore combien de bougies j'ai pu moi-même consommé à force de lire jusqu'après la tombée de la nuit. ❧ Mais il fallait dire, en sa faveur, que les rayonnages de la bibliothèque royale du Roc étaient plus que bien achalandés, et qu'étant donné qu'elle y avait un libre accès à toute heure du jour et de la nuit ...

Les livres étaient en effet une source inépuisable de savoirs, à ses yeux. Mais elle avait appris très jeune qu'il ne fallait pas toujours tout y croire, car souvent, l'Homme, quand il ignore une réponse, s'empresse de la combler à force d'hypothèses plus ou moins plausibles, comme si la crainte d'un gouffre d'ignorance lui laissait présager d'y être attiré inexorablement vers de dangereuses abysses. Dans le même temps, elle avait fait l'apprentissage, de par elle-même, qu'avec le temps, certains savoirs et certaines croyances évoluaient, semblables aux avancées et aux nouvelles découvertes. Quand il n'y avait pas plusieurs courants de pensées sur le même sujet ! Cependant, elle laissait volontiers se quereller les différents auteurs, se gardant bien de donner raison à certains plus qu'à d'autres, consciente que ses propres connaissances avaient elles aussi leurs limites. De toute façon, il y avait bien moins de querelles dans les ouvrages de botaniques et d'arts, ça, elle pouvait l'affirmer, et, cela tombait plutôt bien, mais il s'agissait là de deux de ses sujets de prédilection. Heureusement pour elle, elle savait suffisamment reprendre pied à la réalité pour ne point oublier que le monde alentour ne cessait point de tourner dès lors qu'elle se mettait à tourner les pages d'un livre. Là où toute curiosité pouvait également s'étancher dans les échanges oraux et les observations visuelles. Et ce bien qu'en tant que Princesse, elle se rendait très peu sur le terrain, et que lorsqu'elle le faisait, il était fort possible que la réalité du monde tel qu'il était ne lui apparaissait pas exactement dans son entièreté. Après tout, elle avait déjà entendu que les paysans portaient parfois des haillons, là où tous ceux qu'elle avait pu rencontrer, lors des inaugurations de marchés ou de festivités, portaient en tout cas des habits suffisamment rapiécés pour ne point heurter la morale et la moralité. Et bien qu'elle savait qu'elle ne pourrait jamais que toucher du doigt certaines réalités, cela ne devait tout de même point l'empêcher de chercher, présentement, à s'enquérir un minimum de la vie de ceux qui ne partageaient pas les mêmes privilèges que ceux qui étaient les siens. A plus forte raison quand cela pouvait concerner un peuple qui pourrait se révéler, dans un futur plus ou moins proche, être celui sur lequel son futur époux régnerait ... Écoutant alors très attentivement la moindre somme d'informations que son interlocuteur du moment pouvait bien lui délivrer, elle ne manquait pas d'en retenir l'essentiel dans un coin de son esprit. Non sans se dire que, tout de même, peut-être naïvement, elle se disait qu'elle serait quelque peu capable de faire la différence entre un Nordien, un Dornien ou bien encore l'un des sujets de son royaume, s'ils se tenaient tous devant elle. Les Nordiens étaient bien plus bruns que les Ouestriens, là où les Dorniens n'étaient-ils pas connus pour leur peau plus hâlé qu'à l'Ouest ? Quant au Fer-Né ... La jeune femme était loin de les porter dans son coeur, et bien qu'elle n'en avait sans doute encore jamais réellement vu, elle ne pouvait s'empêcher de se les dépeindre mentalement sous un bien triste portrait physique ... Mais sans doute était-ce quelque peu futile de résumer des êtres à leur seule apparence ? Cependant, ce que comprenait parfaitement Megara, c'était à quel point la paix était un privilège à chérir. Elle était une enfant de la paix, née après un grand conflit meurtrier qui avait ravagé l'Ouest et coûté la vie de son propre grand-père, ainsi que de ses tantes, poussant son père sur le trône alors qu'il était encore bien jeune. ❧ Je n'aime pas la guerre, et ... Peut-être est-ce mon cœur de femme qui me pousse à la détester, là où nombre de subtilités diplomatiques m'échappent, mais je n'en vois pas l'intérêt. Pourquoi vouloir toujours plus, sans se satisfaire et apprécier ce que l'on possède déjà ? Je ne sais de la Reine Régente du Val que peu de choses, mais je ne doute point que le Val lui doit beaucoup. ❧ Elle savait que ses parents la voyaient d'un œil intéressé et appréciable, là où d'autres veuves auraient sans doute mis à feu et à sang tout ce qui se trouvaient entre elles et leur vengeance, dusse le peuple et le royaume en payer le prix fort. Mais, après tout, si ses parents projetaient de la marier au roi, alors cela signifiait tout de leur vision des choses, non ? ❧ Par les Sept ! Les Clans de la Montagnes de la Lune viennent jusqu'aux portes des résidences royales ?! ❧ Ses yeux s'écarquillèrent quelque peu, tout autant de stupeur que de crainte. ❧ Y-a-t-il à craindre pour les membres de la Maison Arryn ? C'est affreux ... ❧ Sans doute était-elle bien naïve, mais elle était encore jeune, et, enfant de la paix dans un royaume n'ayant jamais réellement eu à subir et à combattre des troubles internes, elle ignorait tout de ces sujets là. Là où sa question se faisait tout autant révélatrice de sa réelle sollicitude envers les Arryn que de sa crainte s'il s'avérait qu'elle devienne Reine du Val et doive elle-même faire face à tout ceci.


Hear us Roar

The real happy endings come after a story with lots of ups and downs...

[FB] Presque épouse, Presque époux  Meg_toto

Megara Lannister
Megara Lannister
Messages : 4148
Membre du mois : 46
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Célébrité : Tamsin Egerton

Infos supp.
Richesses : 1464


[FB] Presque épouse, Presque époux  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FB] Presque épouse, Presque époux    [FB] Presque épouse, Presque époux  EmptyJeu 25 Mar - 23:47

- Si je partage vos sentiments à l’égard de la Guerre, je tiens à vous citer une sage parole d’un grand érudit : « La guerre est d’une importance vitale pour un Etat. C’est le domaine de la Vie et de la Mort : la conservation ou la perte de l’empire en dépendent ; il est impérieux de le bien régler ». Si nous pouvons parler de Royaume, de paix et de puissance, c’est parce que les Ancêtres des grandes maisons dirigeantes ont mené des guerres féroces. La Guerre est déplaisante, mais elle a un grand intérêt. Quant à apprécier ce que l’on a déjà, ma Dame, c’est impossible. Bien des raisons vous pousseront à prendre les armes. Tantôt vous voudrez profiter de votre puissance et de votre richesse pour libérer un peuple du joug de son Tyran. Tantôt, votre voisin pourrait vouloir obtenir toutes ces richesses que vous accumulez et conservez, soit par convoitise, soit pour nourrir ses propres gens. Tantôt votre armée est trop nombreuse, votre territoire trop petit, et la nécessité de l’étendre devient impérieuse.

La Guerre était un sujet passionnant, où l’Histoire s’écrivait par les hauts faits ou les échecs et insuccès de quelques Généraux. La Guerre donnait droit aux Héros de devenir légendaires, et de ne plus être oublié par aucune mémoire d’Hommes. Et puis, la Guerre permettait de protéger ce que l’on possédait déjà, de défendre quelques idéaux ou de répondre à d’autres besoins impérieux. Elle avait son intérêt, mais il fallait choisir convenablement ses batailles. Le Val avait déjà été considérablement saigné à blanc lors de conflits passés : nous ne pouvons pas nous permettre de nous engager à la légère. Si les avis divergeaient au sein du Conseil du Faucon, et que Mère avait à composer avec chacun, mon avis n’était pas arrêté encore.

- Ils ne viennent que jusqu’à la Porte Sanglante, ma Dame. La Forteresse est imprenable par une bande de bandits mal organisés. Les membres de la Maison Arryn n’ont donc rien à craindre, indiquais-je calmement. Et puis, n’est-il pas mieux que ces criminels se présentent aux portes de la Royauté plutôt qu’aux portes des maisons vassales ou du peuple ?

Certes, les pillages et les raids étaient réguliers, mais les maisons qui en souffraient étaient principalement celles qui étaient dans les Montagnes même. Ma Maison apportait autant que possible son aide et son soutien pour repousser ces invasions. Le reste du territoire était à l’abri de ces Montagnards, et pouvait dormir en paix. Toujours est-il que ce sujet aussi revenait de temps à autre au sein du Conseil du Faucon : que faire de ces bandes ?

- La Reine Régente porte les intérêts du Val à cœur, et nous lui devons beaucoup effectivement. Les Sept l’ont aussi béni d’une grande beauté, et on la surnomme « la Belle », dis-je, avec une pointe de fierté.

J’entendais souvent les Valois dire que Mère alliait le charme, la beauté et la force. Aujourd’hui, ayant vu de nombreuses dames de haute noblesse, je ne pouvais que me ranger du côté de mes gens. Parmi tous ces étrangers, je n’avais vu aucune qui pouvait éclipser la Reine Régente. Du moins, j’étais convaincu jusqu’à cette rencontre. Ce soir, je découvre qu’il existe une exception et que celle-ci pourrait, peut-être, rivaliser avec la « Belle ». Mon interlocutrice avait la grâce et l’esprit vif, mais ses traits me rendaient un tantinet nerveux et rêveur à la fois. Ils me rappelaient Nymeria à quelques occasions. La Princesse Lannister surpassait toutes ces femmes dans mon cœur, par sa fougue, par sa joie de vivre, par sa chevelure dorée, par son énergie, par son intrépidité. Elle n’était pas juste belle, elle était également très courageuse. A n’en point douter, et si nous pouvions convaincre nos maisons respectives, elle serait une digne Reine du Val et de la Montagne dans le futur. J’en oubliais quelques instants l’inconnue, souriant malgré moi à la simple idée que j’allais revoir l’élue de mon cœur.

Etait-elle arrivée, et pourrais-je l’apercevoir le temps d’un instant ? Ou devrais-je attendre que la Lune veuille bien céder sa place au Soleil ?

- Ma Dame, dites-moi donc à quel Royaume vous appartenez. Et parlez donc du vôtre, car je suis bien curieux de connaître ce qui se cache par-delà ces mers et ces montagnes, m’enquis-je, sentant que l’heure des révélations approchait.



    As High as Honor
    “I am aware that I am surrounded by people who feel that they could do the job better, strong people with powerful characters, but for better or worse, the crown has landed on my head.” (The Crown) + aeairiel.


Ronnel Arryn
Ronnel Arryn
Le Faucon
Messages : 498
Membre du mois : 13
Maison : Arryn
Caractère : Curieux - Déterminé - Inexpérimenté - Calculateur - Impressionnable - Ambitieux
Célébrité : Timothée Chalamet

Infos supp.
Richesses : 0

Le Faucon

[FB] Presque épouse, Presque époux  Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t7095-ronnel-arryn-dit-le-faucon https://bloody-crown.forumactif.org/t7102-ronnel-arryn-les-memoires-dun-jeune-roi https://bloody-crown.forumactif.org/t7101-ronnel-arryn-tout-en-haut-de-la-montagne-vit-un-roi
MessageSujet: Re: [FB] Presque épouse, Presque époux    [FB] Presque épouse, Presque époux  EmptyDim 23 Mai - 1:25

A l'entendre parler, en dépit de son âge sans doute plus proche du propre sien que de ceux des monarques de l'Ouest, ce jeune homme apparaissait déjà suffisamment sage et avisé pour tout à la fois connaître ses gammes et savoir s'en éloigner pour développer un argumentaire de son cru. Megara savait reconnaître ses lacunes, là où ces dernières pouvaient sans doute être partiellement placées au nombre des apprentissages qu'elle n'avait pas forcément en priorité reçu de par le fait qu'elle était née fille. Et que l'on attendrait sans doute jamais plus d'elle que d'être, au mieux, une reine auprès de son roi, ou une régente auprès de son fils. Ce qu'elle n'était point, pour le moment, que ce soit dans une configuration ou dans une autre. Et sans doute lui restait-il alors suffisamment d'années pour s'endurcir et se perfectionner sur ces sujets que sa mère voudrait probablement la voir cesser de quelque peu esquiver par trop d'empathie, de naïveté et de crédulité. Le monde tournait tel qu'il tournait, et tout ne pouvait pas, à son plus grand regret, être toujours paisible, calme et non belliqueux. Là où son interlocuteur semblait avoir plus d'une longueur d'avance sur elle. Sous certains aspects, elle croirait presque entendre des propos que ses propres parents auraient pu lui tenir, si ce n'était qu'ils le faisaient tout de même quelque peu déjà. Alors, quelque peu gênée, tout de même, de peut-être passer pour une ingénue, elle pique un léger fard et se mordille quelque peu la lèvre supérieure. Avant de se reprendre, consciente qu'il ne seyait pas à une princesse de perdre quelque peu de son impassivité, surtout en présence d'un étranger. Son titre la poussait en effet à devoir endosser le rôle de représentante de son royaume et de ses parents où qu'elle aille et quoi qu'elle fasse, et ce même si, fort heureusement, elle n'était point la seule à tenir ce rôle.

Quoi qu'il en était, elle avait tôt fait de quelque peu s'inquiéter du sort de la Maison royale du Val face aux dissensions internes émanant de ses ennemis internes. Sans pouvoir s'empêcher de quelque peu frissonner face à la réponse du jeune homme : si elle-même n'était pas encore née, nombreux étaient ceux qui, au Roc, se souvenaient de ce qu'il en avait coûté d'être assiégé. La propre naissance de Megara en était la preuve, là où de princesses, il n'y avait alors plus. ❧ Il est en effet de la responsabilité et du devoir de la Maison royale que de protéger son peuple et de ne point le laisser subir seul les dangers, cependant ... Cependant, il ne faudrait pas qu'une résidence royale assiégée soit le signe de contrées alentours qui furent ravagées sur le chemin. ❧ Ne fallait-il pas, alors, dans ce cas là, faire tout ce qu'il fallait pour envoyer l'Armée au devant du danger ? Cependant, la nouvelle de la chute du Val n'étant pas encore annoncée, cela signifiait que les mesures et décisions prises actuellement étaient suffisamment efficaces pour éviter cette finalité là. Et si cela fonctionnait, pourquoi changer ? Préférant se laisser porter sur les flatteries et compliments émis par son interlocuteur en direction de la Reine douairière et régente, Megara esquissa un petit sourire. Il était en effet bien plus aisé pour elle de se montrer à l'aise dans ce type de discussion, où nul danger n'émanait réellement si ce n'était celui de froisser l'orgueil et l'estime de soi. Ce qu'elle ne s'aviserait point de faire, n'en ayant ni l'habitude, ni l'envie, ni la moindre raison. Et puis, la jeune fille était bien placée pour savoir à quel point les compliments pouvaient s'avérer à double tranchant. Elle-même surnommée Joyau du Roc, elle savait combien les gens attendaient tant de vous si, en plus d'être née dans la royauté ou son très proche entourage, ils vous paraient de flatteries. Comme s'ils attendaient le retour de la monnaie de leur pièce, vous ayant fait un compliment et espérant une faveur en reconnaissance. Ce que n'avait pas fait le jeune homme. Enfin, disons plutôt qu'il ne s'était pas hâté de la parer de compliments et de douces paroles, préférant aborder avec elle des thématiques néanmoins intéressantes et enrichissantes. Faisant appel à son intellect plutôt qu'à son physique. A sa beauté intérieure plutôt qu'extérieure. De quoi la pousser à ne point réellement se sentir en danger, et de quoi, aussi, lui sembler alléger quelque peu la pression qu'elle se mettait sur les épaules, la poussant à laisser sa langue suffisamment se délier pour ne pas lui offrir des banalités neutres et dénués de tout réel engagement de l'âme et de l'esprit. ❧ Je suis originaire du Royaume des Terres de l'Ouest, mais il est fort possible que ma chevelure ait déjà trahie ma non-appartenance au Nord ! ❧ Un petit rire fusa d'entre ses lèvres, car elle incarnait en effet entièrement l'ensemble des atours physiques que l'on s'attendait sans doute à reconnaître en une ressortissante de l'Ouest. Loin de la peau hâlée des Dorniennes et des chevelures de nuit des Nordiennes. ❧ Je crains fort que la nuit ne pourrait rien faire d'autre que de laisser le pas à l'aurore si j'en venais à vous parler de mes contrées, car elles sont si chères à mon cœur ... Mais la vie m'y semble douce et paisible, car nos champs regorgent d'abondance, que nos bêtes sont bien charnues, et que nos mines demeurent encore riches et prospères. Et je suppose que si vous étiez amené à vous y rendre, vous ne parviendriez pas à croire au fait qu'une guerre a ravagé nos terres et nos chairs, quelques années avant notre naissance à tous deux. Le couple royal a en effet tant et tant œuvré pour panser les plaies et faire perdurer la gloire, le prestige et la richesse hérités de nos aïeux. Mais peut-être mon opinion est-elle biaisée, je ne suis après tout pas la plus à même d'être impartiale à ce sujet ! ❧ Lui offrant un doux sourire, elle espérait ne point lui laisser à penser qu'elle valait mieux que lui, ou que l'Ouest était sans pareil aucun, sans rivalité permise. Car si elle savait rester mesurée, elle était également suffisamment humble pour ne point se prendre pour celle qu'elle n'était pas. Étant donné qu'elle était déjà beaucoup, et que cela lui était amplement suffisant.

Spoiler:
 


Hear us Roar

The real happy endings come after a story with lots of ups and downs...

[FB] Presque épouse, Presque époux  Meg_toto

Megara Lannister
Megara Lannister
Messages : 4148
Membre du mois : 46
Maison : Lannister
Caractère : Ambitieuse ♦ Naïve ♦ Attentive et vive d'esprit ♦ Nymphomane ♦ Curieuse ♦ Secrète ♦ Loyale ♦ Méfiante ♦ Généreuse
Célébrité : Tamsin Egerton

Infos supp.
Richesses : 1464


[FB] Presque épouse, Presque époux  Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FB] Presque épouse, Presque époux    [FB] Presque épouse, Presque époux  Empty


Contenu sponsorisé


[FB] Presque épouse, Presque époux  Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
[FB] Presque épouse, Presque époux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Le Val & La Montagne :: Goeville-
Sauter vers: