Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Trottinette électrique pliable 100MAX – ...
Voir le deal
319.99 €

 

 Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé]

Aller en bas 
MessageSujet: Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé]   Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] EmptyDim 1 Nov - 23:24

Les murmures étaient nombreux à mon passage, au sein de ces murs qui m’ont vu grandir. Un tel rassemblement ne s’était pas fait depuis de nombreuses, et surtout dans les conjectures actuelles : la Reine Régente avait été celle qui avait appelé chaque Lord à se présenter aux Eyrié d’une façon des plus claires, en soulignant les sanctions possibles si non réponses à l’appel (destitution du titre et du domaine, entre autre), et le Roi avait interrompu son voyage très tôt suite aux nombreux dangers auxquels il était exposé – et dont j’ai subi en partie.

On me critiquait ou on me félicitait pour avoir entrepris un pèlerinage – une fantaisie pour certains, une folie pour d’autre – qui avait mêlé les Anciens Dieux comme ce nouveau Dieu à Sept Face, arborant l’Etoile et acceptant de respecter quelques rituels dans Anciennes Croyances. On s’apitoyait ou on me tenait responsable des différents qui régnaient au sein du Royaume entre les partisans de l’Empire, des Royaumes Indépendants, de la Foi, des Anciens Dieux et encore d’autres allégeances mineures. Et puis, les bruits courraient que Mère et moi étions en désaccord, une aubaine pour les ennemis, une inquiétude pour les alliés. Vers qui devaient-ils se tourner ? Pourquoi est-ce que la Mère et le fils ne s’entendaient-ils pas ? Quel était le sujet de discorde ?

Je les entendais ces questions, mais j’essayais de garder un semblant de constance. Je ne pouvais pas donner plus de matières aux mauvaises langues ou à tout espion aux services de Royaume étranger. Si beaucoup de visages m’était familier, j’en appréciais certains bien plus que d’autres en raison d’un passé commun et d’une sincère amitié. C’était le cas de Lord Grafton, qui m’avait adopté comme ce fils qu’il n’avait pas toujours pas – et qu’il ne semblait pas prêt à avoir au vu de l’âge avancé de son épouse – et qui m’avait tout appris de l’art de la navigation ainsi qu’inculquer quelques notions pour reconnaitre les bonnes flottes des mauvaises.

Cependant, les récents événements avaient brisé bien de mes assurances et de mes croyances et mes propres agissements avaient déstabilisé la confiance et l’espoir que certains plaçaient en moi. Mon voyage avait eu pour but de rassurer la population, mais également m’enquérir des humeurs et des difficultés des différents Lords … si j’avais pu arriver à bout. Dès lors, je n’avais guère plus de nouvelles de Goëville et de son Lord que depuis le dernier conclave. Le temps était passé depuis, à mon grand étonnement. Allais-je trouver un ami ? Et si oui, allait-il continuer à l’être si mes décisions ne lui plaisaient pas ? Malheureusement, aucune de mes décisions ne pourrait plaire à tout le monde. Le Royaume était divisé entre différentes parties opposées, rendant ma tâche bien plus dire. Blessés les uns, pour complaire à d’autres …

Je m’étais isolé dans une pièce assez simple, pourvue d’une table assez grande pour accueillir des cartes et différents objets et ficelles à placer sur cette dernière, ainsi que pourvue d’étagères. Un de mes lieux d’études des arts de la guerre. Un garde se présente sans tarder, indiquant que Lord Grafton était arrivé. Ce dernier est introduit sans plus tarder. Les nobles étaient bien nombreux au sein du Palais et les demandes – importantes comme anodines – étaient nombreuses. Si j’acceptais d’écouter de mon mieux, il n’était pas rare que je m’isole dans quelques pièces. Me cacher serait un gros mot étant donné que je devais être l’une des rares personnes à avoir une garde rapprochée et considérables pour de pauvres portes, comparé aux autres résidents et visiteurs.

- Messire Willibert, je suis très content de te revoir ! m’exclamais-je sans plus tarder, heureux de revoir un ami. La formule usée n’était ni trop polie, ni trop familière mais dû à une vieille habitude. On m’avait indiqué qu’il était de mauvais goût d’appeler un Lord d’une noble et ancienne maison simplement par son prénom, mais le temps passé à ses côtés avait rendu l’affaire complexe et le titre de Lord Willibert ou Lord Grafton trop pompeux. Malgré mes tentatives pour que l’on s’appelle par les prénoms, il avait insisté pour garder la dénomination de « Prince ». A terme, nous avions convenu que je l’appellerais Messire Willibert, dans la sphère privée. Comment s’est passé ton voyage jusqu’aux Eyrié ? As-tu rencontré des difficultés, notamment avec les Clans de la Montagne ?

Ces derniers étaient calmes, pour l’instant.

Ronnel Arryn
Le Faucon
Messages : 758
Membre du mois : 12
Maison : Arryn
Caractère : Curieux - Déterminé - Inexpérimenté - Calculateur - Impressionnable - Ambitieux
Célébrité : Timothée Chalamet

Infos supp.
Richesses : 0

Le Faucon

Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t7095-ronnel-arryn-dit-le-faucon https://bloody-crown.forumactif.org/t7102-ronnel-arryn-les-memoires-dun-jeune-roi https://bloody-crown.forumactif.org/t7101-ronnel-arryn-tout-en-haut-de-la-montagne-vit-un-roi
MessageSujet: Re: Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé]   Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] EmptyVen 6 Nov - 16:47



Willibert Grafton

Ronnel Arryn est de retour de son pèlerinage mouvementé au coeur même du Val. Tous les seigneurs sont présents aux Eyrié sous l'injonction sévère de la Reine-Mère Sharra Arryn. La situation est des plus tendues dans le royaume et une rencontre entre le Roi et son grand-amiral royal s'impose.


Cela faisait maintenant six mois que la flotte avait été démobilisée et que l’Amiral était dans l’attente d’une décision ne venant pas. Le Roi était parti en pèlerinage et Willibert était assez inquiet quant à sa sécurité. Les quelques informations qu’il était parvenu à recevoir n’étaient pas très encourageantes, tout ça sans parler des troubles de plus en plus importants au sein du Royaume. Aux yeux de Lord Grafton, il était temps que le Val se positionne clairement dans les guerres ravageant Westeros. Si son point de vue était assez clair, préférant garantir la sécurité en rejoignant l’Empire, surtout vu les circonstances géographiques difficiles, il n’était pas encore en mesure de garantir que cette solution serait la meilleure sans certaines garanties. Quoi qu’il en soit, tout comme les autres vassaux des Arryn, il avait reçu la convocation de la Reine-mère et même s’il n’avait jamais songé à esquiver cette réunion, cela semblait impossible pour quiconque de sensé. Sharra Arryn semblait avoir pris la mesure de la situation et le ton de la convocation impliquait que d’autres Lords s’étaient certainement montrés bien plus opposés à la famille royale qu’auparavant.

Willibert arriva donc aux Eyrié avec sa garde personnelle, ayant laissé son épouse et son mestre se charger de Goëville. Comme toujours, la forteresse était impressionnante et cela pouvait se lire sur le visage de son jeune cousin qui l’accompagnait pour la première fois. Son affection sincère pour le jeune Roi ne manqua pas de le pousser à vouloir s’assurer par lui-même qu’il était bien de retour et surtout en bonne santé. En tant qu’Amiral Royal, il n’eut guère de mal à trouver les servantes pouvant lui indiquer la pièce d’isolement dans laquelle Ronnel s’était à coup sûr réfugié. Une fois devant la porte, la garde royale l’empêcha d’avancer et il dût attendre qu’une audience lui soit accordé. Une fois que le Roi donna son accord, Willibert ordonna à son escorte de rester ici et d’aider les gardes au besoin, avant d’entrer dans la pièce. La vue du Prince le fit sourire, comme si un poids venait de se retirer de ses épaules. Avec un grand respect, il s’inclina devant l’adolescent.

« Majesté, tout le plaisir est pour moi. Je suis heureux de voir que vous allez bien. J’ai été très inquiet après votre départ. Vous auriez dû m’en parler et je me serais arrangé pour vous accompagner afin de garantir votre sécurité. »

N’ayant aucun enfant et ayant vu le jeune Roi grandir sous son aile, Willibert le considérait comme son fils. Il avait donc été particulièrement affecté par les malheurs l’ayant frappé et aussi par son départ inattendu. Leur relation était assez intime mais également respectueuse car après tout, il restait son Roi et comme beaucoup d’autres malgré les dires, il voyait en lui l’avenir du Royaume. Après, c’était sans doute bien plus simple pour celui qui l’avait formé de juger de ses qualités mais bon, il ne manquerait pas de le défendre quoiqu’il arrive.

« Mon voyage s’est très bien passé, je vous remercie Majesté. Les clans de la Montagne sont restés tranquille mais je suppose que l’un ou l’autre invité risque d’avoir quelques difficultés avec eux s’ils comprennent qu’une importante réunion se prépare. Je vous conseillerais même d’envoyer des soldats dans la zone à risque, afin de garantir la sécurité lors du retour de vos invités. Si ces sauvages voient passer des nobles, ils les attendront au retour pour les dépouiller. »

Après ces quelques politesses, Lord Grafton s’enquerra de la situation du Roi. Cela faisait bien longtemps qu’il ne l’avait pas vu et maintenant, il semblait avoir retrouvé un peu de contenance, ce qui était fort appréciable, surtout vu la situation du Royaume.

« Et de votre côté Majesté, ce pèlerinage vous a-t-il permis de faire le point ? Vous semblez être plus serein et en paix, si je puis me permettre. »

Subir autant d’épreuve à un si jeune âge n’était pas chose aisée et pourtant, le jeune Roi allait certainement encore connaître de nombreux malheurs dans sa vie. Toutefois, Lord Grafton espérait bien être en mesure de le soutenir au mieux et lui éviter les tragédies d’une guerre autant que possible, même si de plus en plus, l’odeur du sang et des larmes se profilait à leurs portes.

« Pensez-vous que certains vassaux oseraient défier votre autorité et celle de la Reine-mère, Majesté ? Cette réunion semble être les prémices d’un changement radical. Quoi qu’il en soit, je peux vous assurer de ma loyauté indéfectible Majesté ! »

A nouveau, Lord Grafton s’inclina devant son Roi. A ses yeux, le meilleur moyen de garantir la sécurité du Royaume était de rejoindre l’Empire et il ne manquerait pas d’utiliser toute sa conviction pour en persuader également la Maison Arryn le moment venu. Evidemment, contrairement à d’autres, il n’aurait jamais l’idée de se révolter en cas de décision contraire et il se devait d’en assurer le Roi.


Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] Tuxm

Rodrik Harloi
Messages : 699
Membre du mois : 0
Maison : Harloi
Caractère : Intrépide - Grossier - Charismatique - Machiste - Stratège - Belliqueux
Célébrité : Jason Momoa

Infos supp.
Richesses : 940


Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé]   Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] EmptySam 21 Nov - 1:53

Malgré le décès de Père à un jeune âge, mon frère et moi-même n’avons jamais été seuls. Mère avait offert tout son amour, Oncle était devenu notre Ombre et notre professeur et Lord Grafton m’avait traité et aimé comme un fils. Sans surprise, et je devais le confesser, l’avis de ce dernier avait un poids considérable sur mes propres décisions. Un avis qui était, de ce que je comprenais, de plus en plus en désaccord avec celui de Mère, rendant ma tâche compliquée et ma position délicate.

- Je me porte très bien, grâce à mon Oncle ainsi qu’aux hommes envoyés par Mère. Le départ a été soudain. Et une erreur. J’aurais dû consulter les personnes de confiance, afin d’organiser convenablement un tel périple. J’ai manqué de discernement et, je ne referais plus une telle bêtise, confessais-je. Je ne suis pas vraiment serein ou en paix, mais je sais maintenant ce que j’ai à faire : agir enfin comme un Roi, et assumer mes responsabilités.

Le Royaume devait avoir entendu que « son » Roi avait été pris au milieu d’une émeute à Rougefort. Une situation inquiétante, frustrante et surprenante à la fois. Une désagréable expérience qui m’avait considérablement ouvert les yeux sur l’état alarmant du Pays. A défaut d’avoir retrouvé la sérénité et la paix à laquelle j’avais aspiré, j’avais retrouvé ma vocation dans ce voyage écourté. Je devais réparer mes erreurs passées, nettoyer mon Royaume des rats et des vautours qui y rôdaient et redorer le blason de la Maison comme du Pays : en somme, être un Roi.

- Ces Clans sont une épine constante. Si nous les ignorons, ils s’attaquent ou s’allient à nos ennemis. Si nous les traitons avec égard, ils se moquent. Et si nous leur ouvrons franchement la guerre, les pertes sont souvent grandes des deux côtés : si nous avons l’avantage du nombe, ils ont l’avantage du terrain. La dernière campagne a considérablement réduit leurs nombres, mais je doute qu’ils resteront silencieux, en se contentant de quelques pillages, bien longtemps. Je ne compte pas patienter qu’il agisse, et je vais trouver un moyen de les comprendre et de les ramener à l’ordre, dis-je, les sourcils froncés, réfléchissant sérieusement à cette question. Le Val allait bientôt s’engager dans une nouvelle politique, très risquée, et j’avais besoin de m’assurer qu’il n’y avait pas de pommes pourries cachées dans quelques recoins du Val et de la Montagne. Et, en parlant de pommes pourries, Lord Grafton pointait du doigt un sujet des plus sensibles : la loyauté des Seigneurs. Mes récentes décisions, ou actions ont ébranlé la confiance de certains Seigneurs à l’égard du pouvoir royal et ont permis à nos ennemis d’infiltrer notre Royaume et d’empoisonner l’esprit de frères. Dorénavant, la politique ou la religion sont des sujets « légitimes » pour blesser, malmener ou tuer son voisin ou son prochain. Des décisions radicales sont nécessaires pour retrouver notre unité passée.

Les doléances allaient être aussi nombreuses que les réticences à répondre à l’appel de Mère – ou le mien. Je me devais de rester solide, droit et fort, et trouver les mots justes. Cependant, la confiance nécessitait une certaine mutualité et, précisément, si j’avais commis quelques erreurs, il en était de même pour ces contreparties. Lord Rougefort qui a tenté de se rebeller, des émeutes qui éclatent régulièrement … tant de preuve que les différents Seigneurs s’adonnent à des jeux dangereux et troubles contre le pouvoir royal – voir les intérêts du Royaume. Malheureusement, je préférais me garder ses doutes, peu désireux que mes paroles soient entendues par tous et toutes, et qu’elles soient répétées d’une façon ou d’une autre. Je payais déjà suffisamment mes erreurs passées, je ne désirais pas en accumuler de nouvelles, en accusant « ouvertement » les Seigneurs ou en nommant l’ennemi – ne connaissant toujours pas l’identité de ce dernier. Les suspicions allaient dans les deux sens, à mon grand regret. Dès lors, j’optais pour la prudence, malgré que ce soit Lord Grafton à qui je parle.

- Je dois avouer que la loyauté de la Maison Grafton m’est très précieuse ; et le sera davantage dans le futur, répondis-je, en offrant un sourire reconnaissant. Je ne pouvais pas me permettre de perdre un ami si proche, en plus d’un Amiral. Ma tâche était déjà bien rude, et j’avais déjà trop blessé de personnes. Je ne peux pas réellement parler des sujets qui seront discutés, ou des décisions qui seront prises aujourd'hui : tout sera dit au rassemblement. Cependant, je suis curieux de connaître quelles sont tes attentes de cette réunion. Pourrais-tu les partager avec moi ?

Ronnel Arryn
Le Faucon
Messages : 758
Membre du mois : 12
Maison : Arryn
Caractère : Curieux - Déterminé - Inexpérimenté - Calculateur - Impressionnable - Ambitieux
Célébrité : Timothée Chalamet

Infos supp.
Richesses : 0

Le Faucon

Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t7095-ronnel-arryn-dit-le-faucon https://bloody-crown.forumactif.org/t7102-ronnel-arryn-les-memoires-dun-jeune-roi https://bloody-crown.forumactif.org/t7101-ronnel-arryn-tout-en-haut-de-la-montagne-vit-un-roi
MessageSujet: Re: Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé]   Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] EmptyMar 24 Nov - 14:16



Willibert Grafton

Ronnel Arryn est de retour de son pèlerinage mouvementé au coeur même du Val. Tous les seigneurs sont présents aux Eyrié sous l'injonction sévère de la Reine-Mère Sharra Arryn. La situation est des plus tendues dans le royaume et une rencontre entre le Roi et son grand-amiral royal s'impose.


Le jeune roi reconnaissait son imprudence et cela ne pouvait que rassurer Lord Grafton. S’il était en mesure de voir avec clarté ses erreurs, il devait avoir surmonté ses difficultés et retrouver l’esprit clair d’autrefois. Malgré son jeune âge, de lourdes responsabilités pesaient sur ses épaules et même si Wilibert aurait voulu l’en délester autant que possible, il ne pouvait qu’être à ses côtés pour l’épauler du mieux qu’il le pouvait. Ses mots lui firent donc chaud au cœur. Le Roi était de retour et peut-être qu’avec lui, le Val pourrait se redresser et cesser ses querelles intestines. Les choses devaient changer et l’ordre devait être rétabli. Trop longtemps, certains nobles s’étaient permis des largesses sous couvert d’une royauté affaiblie. Ce n’était plus le cas aujourd’hui et par conséquent, les nuages gris et pesant semblaient s’éloigner de l’horizon de l’Amiral.

« Vous m’en voyez ravi Majesté ! Vous pouvez compter sur moi pour vous épauler, ma vie vous appartient. »

Lord Grafton s’inclina devant son Roi qui finalement, était de retour à la tête du Royaume. La suite de la discussion se porta sur les clans des montagnes et évidemment, sur les nombreux désagréments dont ils étaient les instigateurs. Pensif, Wilibert osa donner son avis, même s’il était plus familier des pirates que des sauvages.

« Pourquoi ne pas utiliser leurs divisions contre eux ? Si un clan a nos faveurs, il peut servir de fer de lance à une attaque massive afin de nous débarrasser de ces vermines. En les utilisant, l’avantage du terrain disparait et nous réduirons potentiellement nos pertes. Maintenant, il faudrait connaître le clan le plus susceptible d’accepter nos faveurs et ayant les moyens de lutter contre les autres. On pourrait même envisager de créer des troubles entre les clans afin qu’une guerre intestine les affaiblisse. »

La situation du Val avait donné des idées à l’Amiral royal et si cela marchait pour un royaume, pourquoi cela ne marcherait pas pour des sauvages. Il suffisait d’avoir les bonnes informations et de frapper au bon endroit pour créer un conflit entre ces sauvages. Lors de ses nombreux voyages en mer, il avait déjà vu des fer-nés ou même des lysiens user de cette technique avec des pirates. Si cela marchait avec des hommes sans foi ni loi, des sauvages devraient être tout aussi manipulables. En tout cas, il était agréable de constater que le jeune Roi était décidé à changer les choses afin de protéger ses sujets, même si certains d’entre eux doutaient des Arryn.

« Aux yeux de certains, nulle raison n’est nécessaire pour assouvir leur soif de pouvoir, Majesté. L’honneur et la droiture semblent être des fables pour des hommes qui se disent nobles, sans même en comprendre le sens. Sans vous manquer de respect Majesté, vous n’êtes qu’un homme et les erreurs arrivent. Votre couronne rend juste plus lourdes leurs conséquences. Je suis heureux de vous voir à nouveau redresser la tête et regarder vers l’horizon Majesté. »

Lord Grafton n’était pas aveugle et il sentait bien la retenue du Roi dans leur discussion. Sans doute que les récents événements avaient rendu suspicieux le monarque ou était-ce simplement une preuve qu’il avait mûri durant son absence. En tout cas, Wilibert sentait qu’il n’avait pas eu tort de placer sa confiance envers Ronnel. Malgré son jeune âge et les embuches sur sa route, il était revenu pour prendre ses responsabilités. L’Amiral accueillit en s’inclinant la marque de confiance du Roi à l’égard de sa Maison, l’assurant de son indéfectible loyauté. Les Arryn était les dirigeants du Val et il n’en serait jamais autrement. Son serment de les servir jusqu’à la mort était encore gravé dans sa mémoire et jamais il ne se déshonorera en rompant ce serment. La discussion se poursuivit sur la prochaine réunion et sur les attentes de Lord Grafton par rapport à celle-ci, même si le Roi botta en touche afin d’éviter d’en dire trop.

« La situation est dangereuse Majesté. Les Maisons nobles sont divisées au sujet de la guerre qui fait rage actuellement à nos frontières. Si techniquement, le Val est entouré par l’Empire, les forces centrales pourraient rapidement être à nos portes si l’Empire craque. Par conséquent, les plus prudents sont d’avis de rester à observer sans s’en mêler ou prendre parti. D’autres sont pour frapper l’Empire dans le dos pendant qu’ils sont occupés ailleurs. Pour ma part, je suis plus d’avis de soutenir l’Empire pour peu qu’il nous donne des garanties suffisantes afin que cela ne se retourne pas contre nous une fois le conflit terminé. Si nous avons un accord avec l’Empire, nos frontières seraient nettement plus sûres. Nous pourrions nous occuper des clans des montagnes et des pommes pourries qui tentent d’infecter tout ce qu’elles touchent. »

Lord Grafton se fit plus sombre et s’approcha un peu plus du Roi afin de parler moins fort. Les oreilles indiscrètes étaient monnaie courante dans un château après tout.

« Si la loyauté se doit d’être récompensée, la traitrise mérite de lourdes sanctions. Vos ennemis se montreront sans pitié, autant leur couper l’herbe sous le pied dès maintenant. Cette réunion doit certainement être un moyen de démasquer les opposants aux Arryn et également annoncé votre décision concernant la guerre. Vous connaissez mon opinion mais sachez une chose Majesté, quelque soit votre décision, je vous suivrai jusqu’au bout. »

Anonymous
Invité
Invité


Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé]   Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] EmptySam 28 Nov - 22:16

- Pour pouvoir créer des troubles au sein des Clans de la Montagne, je dois connaître leurs us et leurs coutumes. Or, hormis les rumeurs et les contes, nous avons assez peu d’informations à leurs sujets. Cependant, l’idée est effectivement intéressante et pourrait nous épargner des pertes considérables et inutiles, notais-je, un tantinet ennuyé que cette situation proposée était des plus semblables à celle du Royaume.

Si le plus fidèle de mes maisons vassales envisageait ce genre de stratagème pour des ennemis communs, je n’osais pas imaginer ce que ces troubles inspiraient aux maisons moins enclines à plier devant l’autorité royale. Si j’avais à garder mes amis au plus près, je me devais d’être davantage proche de mes ennemis, jusqu’à sentir leur souffle. Chaque mouvement devait être connu et, c’était entre autres la raison pour laquelle j’avais jugé nécessaire d’obtenir des informations pour quelques maisons potentiellement belliqueuses. Des intentions qui ont été trahies par l’incompétence d’hommes et de femmes, et dont le manque de prudence se retournait contre moi. Entre la guerre qui frappait à notre porte, et la division qui déchirait le Royaume, l’heure n’était plus aux actions prudentes mais franches et drastiques.

La réunion allait imposer une direction à suivre pour le Royaume. De bon gré pour les maisons fidèles et de mauvais gré pour celles qui soutiendraient la politique inverse. Être différent ou critique vis-à-vis d’une politique n’était pas scandaleux – c’était le lot de tous les Royaumes – mais il y avait une ligne distincte entre penser et parler, et agir et comploter. La réunion allait assurément révéler la véritable nature d’un grand nombre, et l’audience privée que j’accorderai confirmera – ou contredira – mes sentiments premiers. Si j’avais à partir en guerre, pour ou contre l’Empire, je devais connaître mes forces et, surtout, avoir une idée des dangers qui se profileraient à l’horizon.

- Feu Seigneur Rougefort a été un exemple et pourtant, les troubles n’ont pas cessé. L’unique solution n’est donc pas de sanctionner. Il faut que notre Royaume se positionne, pour ou contre l’Empire ou, pour ou contre les Puissances Centrales. Malheureusement, cette guerre n’est pas uniquement politique mais également religieuse. Choisir un camp sous-entendra un positionnement religieux. S’il est aisé de soutenir une partie politique, au détriment de l’autre, je suis bien plus divisé vis-à-vis de la question religieuse. Toute personne qui se dit Valois est née sur cette terre et y a grandi : elle peut se dire pour l’Empire, mais elle n’est pas sujet de l’Empire. C’est simplement une idée politique, qui peut changer un jour ou l’autre. A l’inverse, la croyance aux Sept comme aux Anciens Dieux sont tous deux pratiquaient au sein du Royaume, et elle fait partie de chacun de ces Valois. Choisir un camp signifie le rejet de l’autre… et donc bafouer les croyances d’une partie de ma population.

Soutenir l’Empire signifiait se ranger contre les Puissances Centrales et la Foi. A l’inverse, en refusant de s’allier à cette nouvelle organisation était mettre en péril les frontières et le commerce du Royaume. La question n’était donc pas uniquement les conséquences de l’après-guerre, qu’elle soit gagnée ou perdue par l’Empire, mais davantage les réactions suite à une première décision et les dégâts qu’elles allaient causer durablement au Val. Si gamin, il m’était arrivé de rêver d’être un grand et valeureux Roi, il semblerait que le Destin a décidé autrement, me condamnant à être un Roi qu’on décrira comme exécrable ou faible ou fanatique ou déloyale. Aucune de mes décisions n’était la bonne, le futur était des plus incertains et je ne connaissais pas assez les forces, les faiblesses, les qualités ou les défauts de chaque Souverain qui se présentait comme allié.

- Lors de la réunion, je vais faire une demande à toutes les maisons, celles fidèles dans leur cœur et celles fidèles en apparence. J’ose espérer que ces dernières se rendront compte de leur folie et de leur erreur et qu’elles ne fauteront plus. Cependant, pour celles qui continueront à comploter contre mon Royaume, et ma maison, si la sanction ne peut pas être immédiate en raison de la guerre à venir, elle finira par tomber, finis-je par confesser.

Quel que soit ma décision, j’avais besoin d’autant de forces que nécessaires, et je ne pouvais pas commencer à décapiter la tête – ou à condamner au Noir – les Seigneurs pour lesquels j’avais des suspicions. Non, je ne pouvais pas débuter une guerre civile alors que je m’apprêtais à engager le Val avec des forces externes. Pour un temps, ces pommes pourries allaient vivre paisiblement – et je prendrai toutes les précautions nécessaires pour entraver toute envie de rébellion. Cependant, si je vis à cette guerre future, et si l’honneur de ma maison et la loyauté de mes vassaux sont intactes, chaque ennemi de l’Etat passera tour à tour devant la Justice du Roi. Ma Justice.

- A la lueur de ce que je viens de dire, et si nous supposons que l'Empire exigera que le Val devienne un Royaume Fédéré pour une telle alliance, êtes-vous toujours persuadés qu'Elle est la seule alliance à envisager ?  

Je regarde la carte qui se dresse devant moi, essayant d’imaginer des mouvements de troupes et de navires alliées comme adverses. En parallèle, mon regard se perdait entre les différentes villes, forteresses et ports de mon Royaume, tentant d’anticiper – cette fois-ci – toute agitation qui pourrait naître de mes décisions futures.

Ronnel Arryn
Le Faucon
Messages : 758
Membre du mois : 12
Maison : Arryn
Caractère : Curieux - Déterminé - Inexpérimenté - Calculateur - Impressionnable - Ambitieux
Célébrité : Timothée Chalamet

Infos supp.
Richesses : 0

Le Faucon

Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t7095-ronnel-arryn-dit-le-faucon https://bloody-crown.forumactif.org/t7102-ronnel-arryn-les-memoires-dun-jeune-roi https://bloody-crown.forumactif.org/t7101-ronnel-arryn-tout-en-haut-de-la-montagne-vit-un-roi
MessageSujet: Re: Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé]   Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] EmptyVen 11 Déc - 21:57



Willibert Grafton

Ronnel Arryn est de retour de son pèlerinage mouvementé au coeur même du Val. Tous les seigneurs sont présents aux Eyrié sous l'injonction sévère de la Reine-Mère Sharra Arryn. La situation est des plus tendues dans le royaume et une rencontre entre le Roi et son grand-amiral royal s'impose.


L’amiral écouta avec attention le jeune Roi et ne manqua pas de constater qu’il semblait extrêmement pensif. Il faut dire que l’avenir du Royaume se jouait peut-être lors de cette réunion et que les loups ne tarderaient pas à sortir du bois. Wilibert se devait de soutenir la Maison Arryn et pour se faire, il n’hésiterait pas une seconde à se sacrifier. Son honneur ne connaîtrait aucune faille et si son Roi lui ordonnait de plonger dans une bataille perdue d’avance pour protéger le Royaume, il n’hésiterait pas un instant. Quoi qu’il en soit, Ronnel semblait avoir mûri durant son absence et c’est avec un regard fier que Lord Grafton répondit à son questionnement sur l’épineux problème de la neutralité du Val dans la guerre se déroulant à leur porte.

« Je ne pense pas que vous ayez à vous inquiéter de la religion, Majesté. Le Bief suit la foi des Sept, mais il n’en est rien pour Yoren Hoare et les fer-nés. Il peut faire illusion en ayant épousé une fervente des Sept, mais personne n’est dupe. Il en va de même pour le Nord et l’Orage. Rhaenys Targaryen ne suit pas les Anciens Dieux et pourtant, ils ont rejoint l’Empire. Si vous voulez mon avis, ce n’est qu’après cette guerre que cette question sera tranchée et les alliances d’aujourd’hui ne seront pas forcément celles de demain. Une cause différente n’associe pas toujours les mêmes alliés. Vos sujets ne sont pas bêtes, Majesté. Ils comprendront quelque soit votre choix que votre motivation n’est pas religieuse, mais bien politique. »

La fierté, c’était la seule chose que Lord Grafton pouvait ressentir en ce moment. Celui qu’il considérait comme un fils, le Roi du Val et des Montagnes était devenu un homme capable de régner avec clairvoyance, s’inquiétant que ses actions soient bien comprises par son peuple. Cette réunion allait être déterminante pour l’avenir et il y a à parier que la fourberie sera de mise et que les plus intrigants des Lords ne manqueront pas de faire des courbettes en aiguisant discrètement leur lame. Wilibert se devait d’être attentif et de protéger le Roi si l’un d’entre eux venait à organiser une rébellion. Le pouvoir avait vacillé et des brèches s’étaient créées, il restait maintenant à les colmater afin de renforcer le Royaume face aux autres qui semblaient déterminer à amener la guerre sur tout le continent. Le penchant de Lord Grafton n’était pas un secret dans cette guerre mais bon, en tant que loyal vassal, il n’irait jamais contre la décision du Roi si celle-ci était contraire à son opinion.

« Certaines personnes sont hélas plus attirés par le pouvoir que par l’honneur, Majesté. Je suis certain que vous aurez le soutien d’une majorité des Maisons valoises. Je ne peux le concevoir autrement. Chacun a prêté serment et cela doit vouloir dire quelque chose. Un homme qui renie sa parole n’a plus rien à offrir en guise de bonne foi. Ses mots ne seront plus écoutés et ses promesses ne seront qu’un pet de souris dans le mistral. »

La guerre semblait imminente et évidemment, Wilibert se demandait encore quel camp le jeune Roi avait choisi de soutenir mais bon, il semblait tellement secret sur le sujet qu’il ne préféra pas poser la question. Après tout, il le découvrirait en même temps que les autres et quelque soit la décision, il la soutiendrait de tout son être. La question que le Roi lui posa ensuite plongea Lord Grafton dans une réflexion qu’il avait déjà maintes fois eu par le passé.

« Je ne vais pas vous mentir Majesté. Vous connaissez ma position vis-à-vis de cette guerre. L’Empire est stratégiquement plus pertinent comme choix. Maintenant, je pense que notre Royaume a une position plus confortable que la leur dans des éventuelles négociations. Nos forces et notre position géographique sont à double tranchant. Ils ne peuvent pas ouvrir un nouveau front de combat sans se fragiliser grandement. Pour le moment, ils sont concentrés sur le sud et l’ouest. S’ils font de nous des ennemis en poussant leurs revendications trop loin, vous pourriez simplement refuser de vous engager dans la guerre. Dans ce cas, il reculerait sans montrer les crocs vu le danger qu’on représente. Vous avez donc toutes les cartes en main dans cette situation et par conséquent, vous pourriez fort bien refuser d’entrer dans l’Empire. »

L’Amiral se frotta la barbe quelques instants et poursuivit son avis afin de ne rien omettre.

« Le problème viendrait peut-être après tout ça. Il faut connaître les motivations de l’Empire à long terme. Comme je l’ai dit précédemment, les alliés d’aujourd’hui peuvent devenir les ennemis de demain. Il faut donc s’assurer en cas d’alliance que demain, nous aurons encore de quoi nous défendre si les intentions finales sont obscures à notre égard. »


Anonymous
Invité
Invité


Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé]   Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] EmptyLun 21 Déc - 23:43

Si mes sujets ne pensent pas à mal, la question de la duplicité de certains Seigneurs me faisaient craindre le pire. Malheureusement, il était difficile de déterrer les rats et d’exterminer la vermine en lui coupant la tête. Je devais être plus malin qu’eux et suffisamment rusé pour les prendre à leur propre jeu. D’ici là, je dois être un Roi conciliant, à l’écoute de chacun, et prêt à fournir l’effort nécessaire pour répondre autant que possible aux diverses demandes, et qu’importe si ces dernières ne me convenaient guère. Le temps de l’égoïsme et du sentimentalisme était révolu. Il était dorénavant de mon devoir, et de ma responsabilité, de sacrifier chaque parcelle de mon être pour la protection du Val et de la Maison et pour l’honneur de ma Maison.

- Les serments sont prêtés, en effet, soufflais-je, repensant aux alliances du Val et de la Montagne, celles entendues comme celles réfutées.

Lord Grafton a bien raison : il n’y a rien de plus importants que l’honneur, et davantage au sein de ma Maison. Notre devise l’illustre bien : « aussi haut que l’honneur ». Par le passé, le Conseil du Faucon avait profité de mon absence dans les jeux politiques, pour mettre à mal la parole du Val et de la Montagne en réfutant une alliance conclue et passée avec des alliés. Aujourd’hui, je ne comptais pas réitérer de telles erreurs et réduire à néant la crédibilité de mon Royaume. Gagner ou perdre … qu’importe, si nous n’avions plus d’honneur ! Si les gens du peuple avaient la monnaie pour obtenir quelque chose, un Dirigeant avait son honneur à offrir – et tout ce qui découlait de ladite honneur, soit la fidélité de ses maisons vassales et de ses gens. Un Souverain moqué ou sans honneur n’aura pas un long règne – ou du moins, guère une bonne réputation pendant et après sa mort – et ses propres alliés s’en méfieront.

- J’admire et je me méfie autant du dragon que chevauche l’Impératrice, en toute honnêteté, confiais-je. Qu’est-ce qu’un bout de papier, si jamais le couple impérial d’aujourd’hui, ou de demain, décide d’une nouvelle tournure ou politique pour l’Empire ?

La copie de la Constitution fournie par Mère présageait un modèle des plus innovants et des plus intéressants. Cependant, les lacunes étaient nombreuses et certains articles se contredisaient à mon sens. En sommes, des considérations à portée juridiques qui auraient pu être éclaircies, discutées et négociées. Malheureusement le temps manquait, et j’avais un choix à faire. Puis, il y avait cette menace constante du « Dragon ». Cette bête n’avait nulle égale sur ce Continent – ou ailleurs. Que se passerait-il si la bête pondait d’autres œufs ? Si ces œufs éclosent et sont la propriété de la future Reine de Peyredragon et du futur Empereur ? A cette pensée, la Constitution me semblait subitement être un bout de papier qui repoussait l’inévitable brasier où le choix ne sera plus possible, et où il faudra plier définitivement le genou face à des colosses. C'était aujourd'hui, ou jamais, qu'il fallait se décider car un tel luxe ne sera pas permis dans le futur. Allais-je offrir un choix, ou allais-je condamner les miens ? Allais-je être celui qui plie, ou celui qui résiste ?

- On dit que Torrhen Braenaryon est un homme qui respecte sa parole, et c’est en raison de cette réputation qu’on lui attribue que je prendrais la peine d’étudier sérieusement sa proposition. Sauf que, à l’inverse de l’Impératrice, il n’est guère jeune. Je sais que l’âge ne veut rien dire par les temps qui courent, et que la Mort pourrait me faucher bien avant eux … mais, si nous gardons l’ordre naturel, si l’Empereur venait à mourir, nous voilà face à une Impératrice et son Dragon, et des enfants dont on ne connaît ni le caractère, ni les forces à venir, soulignais-je à ce Lord dont les faveurs penchaient clairement vers l'Empire.

Ses motivations étaient compréhensibles, et légitimes, et je les partageais. Malheureusement, politique et sentiment ne pouvaient plus faire bon ménage en moi : j'allais trancher, qu'importe ce que je pensais, et ce que je désirais. Par exemple, je me souviens avoir apprécié ma rencontre avec l'Impératrice, lorsqu’elle n’était que Reine de Peyredragon. Pour autant, la femme que j'avais rencontré, et la femme qui participait au carnage du continent différaient. La guerre ne cessait pas, le sang coulait sans cesse et les histoires sur ce Dragon glaçaient dorénavant mon sang. Que pouvais-je faire, si cette chose venait à voler par-dessus le Val ? Avons-nous la moindre chance, d'attaquer, de nous défendre ou de fuir ?

- Les intentions de chacun sont obscures. Je ne peux qu'imaginer le pire, et décider en conséquence, conclus-je finalement. Les miennes aussi l’étaient. J’étais divisé entre deux choix, chacun ayant autant d’opportunités que de menaces et de risques. Un garde finit par nous interrompre, indiquant que le Mestre souhaiterait s’entretenir avec moi vis-à-vis de quelques courriers importants. Si vous me permettez Lord Grafton, nous allons devoir reprendre cette discussion un peu plus tard. Je ne doute pas que vous souhaiterez me parler, après la réunion des Seigneurs, pour me faire part de vos sentiments.

Ronnel Arryn
Le Faucon
Messages : 758
Membre du mois : 12
Maison : Arryn
Caractère : Curieux - Déterminé - Inexpérimenté - Calculateur - Impressionnable - Ambitieux
Célébrité : Timothée Chalamet

Infos supp.
Richesses : 0

Le Faucon

Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t7095-ronnel-arryn-dit-le-faucon https://bloody-crown.forumactif.org/t7102-ronnel-arryn-les-memoires-dun-jeune-roi https://bloody-crown.forumactif.org/t7101-ronnel-arryn-tout-en-haut-de-la-montagne-vit-un-roi
MessageSujet: Re: Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé]   Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] EmptyMer 6 Jan - 11:49



Willibert Grafton

Ronnel Arryn est de retour de son pèlerinage mouvementé au coeur même du Val. Tous les seigneurs sont présents aux Eyrié sous l'injonction sévère de la Reine-Mère Sharra Arryn. La situation est des plus tendues dans le royaume et une rencontre entre le Roi et son grand-amiral royal s'impose.


Le jeune Roi semblait épuisé du manque d’honneur des gens de son Royaume et vu les troubles que tout cela avait causé, il était normal de se sentir las des promesses faites à la hâte et sans réel fond. Chaque Maison du Val avait prêté serment de servir la Maison Arryn et pourtant les complots étaient désormais légion. Cette situation était pour Lord Grafton, totalement insupportable. Il était un loyal sujet de sa Majesté et à aucun moment, même dans le pire moment, il n’avait songé à trahir son serment et son roi. Evidemment, il n’était pas non plus un homme avide de pouvoir comme certains mais bon, si un serment et une parole donnée de signifiait plus rien, que resterait-il aux hommes ?

Les craintes d’une alliance avec l’Empire n’étaient pas que religieuses et évidemment, Rhaenys Targaryen fut au centre des attentions, tout comme la suite que donnerait les successeurs du couple impérial. A nouveau Wilibert put constater le manque de confiance du Roi envers les promesses et les traités qui pourraient être faites ou signés, cela compliquait grandement les choses de manquer de confiance à ce point et cela ne permettrait plus d’user de diplomatie. Il se devait donc de montrer au Roi qu’un échec n’était pas le prélude à un autre.

« Majesté, un accord n’a jamais garanti que les circonstances ne changent pas. Je comprends votre méfiance envers cette Valyrienne car son dragon est une menace constante au-dessus de nos têtes. Toutefois, elle semble être une femme d’honneur qui ne laissera pas sa bête ravager le pays. Et si Harren le Noir nous a bien prouvé quelque chose, c’était que ces créatures ne sont pas invulnérables. Je pense donc qu’il faut la voir pour ce qu’elle est, une femme ayant une position semblable à la vôtre et rien de plus. La question n’est donc que de voir si son honneur peut rivaliser avec le vôtre. »

Torrhen Stark était un homme que Lord Grafton avait déjà rencontré. Il n’y avait pas à douter de sa parole, tout comme les autres membres de la Maison Stark, leur honneur était une chose qu’il soignait avec diligence. Evidemment, sa mort pourrait poser problème mais bon, cela ne remettrait pas en cause une alliance car sans le soutien des royaumes composants l’Empire, la force de l’Impératrice se résumerait à pas grand-chose.

« Torrhen Stark est un homme d’honneur, tout comme son fils. Si l’Impératrice ou ses enfants venaient à ne plus respecter un traité, il y a à parier que le Nord dénoncerait sa vassalité sans attendre. Tout comme vous ne pouvez pas vous reposer sur votre seule force pour gouverner le Royaume, elle ne pourra pas affronter le monde seule. L’honneur et le respect d’une parole donnée prend donc à ce moment toute son importance. Il en ira de même pour leurs progénitures. »

La discussion présageait qu’une décision importante allait tomber lors de cette assemblée. Il y avait fort à parier que quelque soit la décision du Roi, il trouverait sur sa route des opposants au sein de la noblesse valoise. De ce fait, Lord Grafton ne pouvait que réaffirmer son soutien inconditionnel à son souverain. Dès lors, quand le Roi lui annonça qu’il était temps de se rendre à la réunion, Wilibert s’inclina poliment et prononça quelques mots à l’attention de son Roi.

« Majesté, sachez que quelque soit votre décision, je vous suivrai et vous soutiendrai jusqu’à la mort. La Maison Grafton et moi-même sommes à votre service et je puis vous jurer sur mon honneur qu’il n’en sera jamais autrement. Permettez-moi de vous escorter jusqu’à la réunion. »

Après ces mots, les deux hommes sortirent de la pièce afin de participer à un événement qui allait sans doute changer drastiquement la vie au sein du Royaume. La guerre était à leurs portes et désormais, la neutralité n’était plus envisageable.

Anonymous
Invité
Invité


Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé]   Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] EmptyMar 26 Jan - 18:56


Ronnel Arryn
Le Faucon
Messages : 758
Membre du mois : 12
Maison : Arryn
Caractère : Curieux - Déterminé - Inexpérimenté - Calculateur - Impressionnable - Ambitieux
Célébrité : Timothée Chalamet

Infos supp.
Richesses : 0

Le Faucon

Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t7095-ronnel-arryn-dit-le-faucon https://bloody-crown.forumactif.org/t7102-ronnel-arryn-les-memoires-dun-jeune-roi https://bloody-crown.forumactif.org/t7101-ronnel-arryn-tout-en-haut-de-la-montagne-vit-un-roi
MessageSujet: Re: Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé]   Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] EmptySam 13 Fév - 11:12



Willibert Grafton

Ronnel Arryn est de retour de son pèlerinage mouvementé au coeur même du Val. Tous les seigneurs sont présents aux Eyrié sous l'injonction sévère de la Reine-Mère Sharra Arryn. La situation est des plus tendues dans le royaume et une rencontre entre le Roi et son grand-amiral royal s'impose.


La réunion était terminée et désormais, le Royaume allait entrer en guerre. Lord Grafton n’avait pas manqué de soutenir le Roi dans cette difficile décision et ce, même s’il aurait préféré soutenir l’autre camp. Se mettre de côté de l’Empire était nettement plus sûr à première vue que de s’isoler aux milieux des royaumes de ce dernier. Si le Royaume du Crépuscule et des Fleuves, ainsi que le Bief venaient à tomber ou être repoussés, le Val se retrouverait bien isolé au milieu des ennemis. Toutefois, Wilibert comprenait fort bien les craintes du Roi quant à l’extension importante de l’Empire. Avec un dragon dans leur rang, les montagnes du Val ne les protégeraient en rien. Il aurait vite fait d’incendier nos places fortes et une petite armée aurait vite fait de réduire le reste en lambeaux. Attentif comme toujours, le Seigneur de Goëville n’avait pas manqué de voir déjà les opposants aux Arryn manœuvrer dans l’ombre, attendant sans doute la moindre occasion pour mettre à mal l’autorité du Roi. Il se devait donc de limiter ses pensées au strict confort de sa demeure et ne surtout pas donner du grain à moudre à ces conspirateurs malveillants.

Après la réunion, le Roi Ronnel reçut de nombreux seigneurs et bien sûr, Lord Grafton en fit partie également. Tout comme les autres, il attendit son tour patiemment, discutant avec d’autres qui partageaient l’indéfectible soutien qu’il portait au Roi. Quoi qu’il en soit, la loyauté de Wilibert n’avait pas vacillé d’un iota et il comptait bien réaffirmer son soutien au Roi lors de cette audience. Lorsqu’il entrant dans la salle, il s’inclina respectueusement devant le jeune Roi et s’installa suite à sa demande.

« Je vous remercie Majesté. »

Le jeune garçon avait bien grandi et désormais, il était un monarque qui n’avait plus peur de diriger. Les égarements de ses jeunes années semblaient derrière lui et comme pour le démontrer à celui qui avait toujours veillé sur lui, il commença à le vouvoyer afin de lui faire comprendre que l’adolescent avait laissé sa place à l’homme qu’il devait devenir. Un léger sourire s’afficha sur le visage de Lord Grafton, démontrant la fierté qu’il éprouvait à ce moment. La jeune pousse qu’il avait aidé et protégé devenait maintenant un arbre vigoureux et solide qui ne comptait pas plier sous le vent, aussi fort soit-il.

« Notre amitié n’est qu’un honneur supplémentaire que vous me faites Majesté. Vous avez su montrer à ceux qui doutaient de vous que désormais, le Royaume ne se laisserait plus diviser par des opportunistes et des traîtres. Vos décisions lors de ce conseil n’ont pas été des plus simples et je crains que vos ennemis soient encore nombreux. Si je puis émettre un avis, je pense qu’il nous faudra songer à l’éventualité d’une trahison lors de la mise en place de notre plan d’action pour la guerre qui s’annonce. La surveillance de quelques Maisons pourrait nous éviter une catastrophe future. »

Amiral de la flotte de Val, Wilibert Grafton n’était pas ignorant de la situation dans laquelle le Royaume se trouvait. La flotte de l’Empire aurait vite fait de venir attaquer leurs côtes et il ne serait pas surprenant que des Lords peu scrupuleux aillent même jusqu’à les aider afin de garantir leur prospérité à venir. Vu sa position et sa proximité avec la Maison Arryn, Lord Grafton savait très bien que Goëville allait être une cible privilégiée mais bon, il ne comptait pas laisser son domaine tomber si facilement et ses ordres de préparation au combat et de renforcement des défenses étaient déjà partis par corbeau. Il devait toutefois penser à la suite et si sa femme gérerait le domaine en son absence, il était préférable que sa sœur et ses enfants soient à l’abri.

« Majesté, si vous me permettez, j’ai une requête à vous soumettre. Goëville risque d’être la cible principale des attaques ennemis. Cela ne me fait nullement peur et je sais que mes hommes donneront du mal aux forces impériales. Toutefois, n’ayant pas d’enfant, ma sœur Thalia serait mon héritière s’il devait m’arriver quelque chose. Pourriez-vous l’accueillir avec ses deux filles aux Eyrié afin qu’elles y soient en sécurité ? »

Il était évident que son époux et son fils ne manqueraient pas de se battre et de mourir au besoin pour Goëville mais bon, il n’était pas nécessaire que toute la famille se sacrifie inutilement. En s’assurant de leur survie, Lord Grafton assurait également la survie de sa Maison et c’était le plus important. L’honneur, son Roi et sa famille, c’étaient les trois choses qui avaient le plus de valeur aux yeux de Wilibert.

Anonymous
Invité
Invité


Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé]   Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] EmptyDim 14 Mar - 23:57

Trahison, chantage, menace, courtoisie, sourire, amabilité, amitié, mésalliance … j’avais tout entendu de chaque noble. Tantôt ils me soutenaient sans hésitation, tantôt ils conditionnaient leur support, tantôt ils menaçaient d’abandonner la maison Arryn si telle ou telle décision ne changeait pas ou de reporter le tout au Grand Septon. A croire que c’était ce vieillard qui dirigeait le Val, et le monde en général, et non à une maison royale à qui ils avaient juré fidélité et loyauté. Autant dire, lorsque Willibert sous-entendait que la trahison était à envisager, je ne pouvais qu’hocher de la tête. Je préférais ne pas m’appesantir sur ce sujet très grave trop vite. Il fallait que la guerre s’enclenche, que les premières victoires et défaites se sachent pour que les vraies menaces sortent de leur tanière et pour que je puisse les mater convenablement. Soit j’aurais le dessus, soit ils auront ma peau. Je n’avais guère plus le choix, et mon avenir semblait présenter que deux seules routes dorénavant : une où la mort m’attendait très prochainement, et une où elle est bien loin.

- Nous n’aurons pas besoin de surveiller les Maisons. Les personnes promptes à me trahir se dévoileront bien vite, dès les premières manœuvres. Si je comprends votre inquiétude, comprenez également que si je venais à suspecter l’honneur d’une maison innocente, je risque de perdre sa confiance et son allégeance.

J’avais déjà placé quelques agents royaux mais ces idiots s’étaient dévoilés ! Autant dire, les Seigneurs ont exprimé un franche mécontentement et ont exigé des comptes. Cet incident n’allait pas pour autant m’empêcher de continuer à dépêcher tel ou tel agent sur tel ou tel domaine, mais je me promettais de faire preuve de davantage d’attention. Et, hormis mon Maître-Espion, personne ne sera au courant. Pas même mon ami Willibert. La maison Grafton était l’un des défenseurs de la cause de l’Empire. Si le Seigneur actuel renouvelait son allégeance et sa loyauté, il y avait toujours ce risque que si l’affaire tournait franchement en notre défaveur, il soit l’un des premiers à contacter l’Empire pour un traité de paix. Il était donc, potentiellement, une menace et une opportunité selon la tournure des événements futurs.

- Si votre sœur et son époux acceptent, je serais heureux d’accueillir Dame Thalia aux Eyrié. Cependant, je vous prie de bien préciser à votre sœur que son époux restera à Goëville. Pendant que vous dirigerez la flotte, selon votre convenance, votre beau-frère doit vous seconder dans la protection et la sécurité du Port.

En somme, il était hors de question que l’héritière vienne à se plaindre et à présenter requête sur requête pour retourner à Goëville. Je ne pouvais pas me trouver dans la position délicate d’une héritière malheureusement et mécontente, et un Seigneur qui aurait « oublié » quelques précisions. Si Thalie venait aux Eyrié, elle devait être là de son plein gré – ou au moins, avec toutes les informations en main – et se contenter de son sort, et de mes décisions qui concerneront les habitants des Eyrié.

- Les Seigneurs ont raison : notre armée est petite et ne peut pas couvrir tout le territoire. Si la Porte Sanglante protège l’entrée au Val, nos côtés sont considérables et donnent un accès direct à notre pays. La défense de celles-ci sera donc importante et critique. Notre flotte actuelle se compose de 39 navires. Les Seigneurs ont indiqué que notre flotte est petite face à la flotte impériale. A mon sens, la flotte est acceptable et un atout non négligeable pour nos alliés Fer-nés, Bieffois et Dorniens. Vous êtes Amiral, et vous connaissez la mer, les bateaux et les marins bien mieux que moi. Qu’en pensez-vous ?


     

Maison Arryn
“I am aware that I am surrounded by people who feel that they could do the job better, strong people with powerful characters, but for better or worse, the crown has landed on my head.” (The Crown) — @Shiya.

Ronnel Arryn
Le Faucon
Messages : 758
Membre du mois : 12
Maison : Arryn
Caractère : Curieux - Déterminé - Inexpérimenté - Calculateur - Impressionnable - Ambitieux
Célébrité : Timothée Chalamet

Infos supp.
Richesses : 0

Le Faucon

Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t7095-ronnel-arryn-dit-le-faucon https://bloody-crown.forumactif.org/t7102-ronnel-arryn-les-memoires-dun-jeune-roi https://bloody-crown.forumactif.org/t7101-ronnel-arryn-tout-en-haut-de-la-montagne-vit-un-roi
MessageSujet: Re: Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé]   Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] EmptyDim 11 Avr - 15:40



Willibert Grafton

Ronnel Arryn est de retour de son pèlerinage mouvementé au coeur même du Val. Tous les seigneurs sont présents aux Eyrié sous l'injonction sévère de la Reine-Mère Sharra Arryn. La situation est des plus tendues dans le royaume et une rencontre entre le Roi et son grand-amiral royal s'impose.




Anonymous
Invité
Invité


Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé]   Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] EmptyMer 5 Mai - 19:04

J’écoutais attentivement les idées de mon Amiral, ne pouvant pas m’empêcher de constater ce gouffre monstrueux entre lui et moi en termes d’expérience. Si je ne le montre pas, le malaise est bien présent au fond de moi. Est-ce que mon inexpérience allait causer plus de mal que de bien ? Allais-je perdre la confiance de ceux qui voulaient me soutenir dans cette guerre tantôt appréciée, tantôt critiquée, selon les croyances religieuses et politiques qui déchirent mon Royaume ? Tant de questions qui m’obsédaient jour et nuit, au point de ne plus craindre l’Empire ou qui que ce soit. Mon Royaume était tout ce qui m’importait, qu’importe si j’avais à écraser l’innocent ou le coupable, et qu’importe si j’étais blessé ou intact dans l’affaire.

Et voilà une première et lourde décision à prendre : qu’étais-je prêt à sacrifier pour obtenir la victoire ? Quelle décision pourrais-je assumer davantage qu’une autre ? Il n’était pas question de dormir paisiblement et la conscience légère, voilà une paix qui me serait interdite lorsque cette guerre sera terminée, mais de savoir quelles conséquences étaient préférables à une autre – et sous condition que mes prévisions étaient justes ? J’avais déjà essuyé les premières retombées chaotiques de mes décisions passées, me forçant à faire preuve de plus de prudence que d’impulsivité.

Là où l’Amiral présentait des options avec assurance, j’étais bien plus timoré. L’idée que j’ai à jouer un pari aussi risqué m’inquiétait. La problématique du Val était que nous dépendions considérablement de Goëville. La ville était le plus grand port commercial et militaire du Royaume : si elle tombait, alors c’était une affaire de temps avant que j’ai à plier le genou face à l’ennemi. En somme, ni le Col, ni cette ville ne devaient être envahis. Il serait plus aisé de survivre à un débarquement sur d’autres points, du moins, je le crois.

- Merci beaucoup pour vos éclaircissements. Vous m’avez donné beaucoup à penser. Je vais y réfléchir, et je vais vous fournir les différentes directives dès que j’ai des informations plus assurées. Dans tous les cas, Amiral, sachez une chose : votre place est Capitale. Quelle que soit l’aide, ou les demandes, faites-les moi parvenir immédiatement et sans retenu.

En somme, que ce soit pour renforcer sa forteresse, réapprovisionner sa ville, payer une flotte supplémentaire … qu’importe. Il demande, je cède. Cette guerre allait être rapide pour le Val, et le gagnant comme le perdant pourrait bien vite se définir. La question était de savoir quand se défendre, et quand attaquer. A quoi bon lancer mon armée dans une bataille désespérée, si les renforts alliés n’approchent pas ?

La porte se rouvre, et on m’annonce qu’un Seigneur est très impatient de me recevoir, taisant habilement le nom. Je cache, encore, l’émotion qui m’anime : la fatigue. Que se passait-il encore ? Pour quoi allait-on encore se plaindre ? Ou, au contraire, allait-on m’offrir un peu d’aide et de conseils que je manquais ? J’échange un regard avec l’Amiral, et nous comprenions que cette entrevue était terminée.

- Ne tardez pas aux Eyrié, et retournez au plus vite à votre domaine pour prendre vos dispositions.

Merci pour ce RP ;)


     

Maison Arryn
“I am aware that I am surrounded by people who feel that they could do the job better, strong people with powerful characters, but for better or worse, the crown has landed on my head.” (The Crown) — @Shiya.

Ronnel Arryn
Le Faucon
Messages : 758
Membre du mois : 12
Maison : Arryn
Caractère : Curieux - Déterminé - Inexpérimenté - Calculateur - Impressionnable - Ambitieux
Célébrité : Timothée Chalamet

Infos supp.
Richesses : 0

Le Faucon

Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://bloody-crown.forumactif.org/t7095-ronnel-arryn-dit-le-faucon https://bloody-crown.forumactif.org/t7102-ronnel-arryn-les-memoires-dun-jeune-roi https://bloody-crown.forumactif.org/t7101-ronnel-arryn-tout-en-haut-de-la-montagne-vit-un-roi
MessageSujet: Re: Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé]   Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] Empty


Contenu sponsorisé


Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Oy matelot, me suivras-tu jusqu'au bout ? [Tour IX - Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le cœur des femmes renferme de nombreux secrets / Tour Vii, An 1, Mois 12, Semaine 2 / [Tour IX - Terminé]
» Le Bouclier de Port Lannis (Fb - tour VII) [Tour VIII - Terminé]
» At the dawn of war / Tour VII, An 1, Mois 12, Semaine 1 [Tour VIII - Terminé]
» The war is not over [Tour VI - Terminé]
»  Look down, look down, don't look 'em in the eye [Tour II - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Le Val & La Montagne :: Les Eyrié-
Sauter vers: