Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Carte graphique MSI Radeon RX 6700XT Gaming X 12 Go ...
Voir le deal
889.90 €

 

 [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé]

Aller en bas 
MessageSujet: [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé]   [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé] EmptyMar 25 Aoû - 22:44

ANNÉE 0 - MOIS 4 - SEMAINE 4

Ni la lecture, ni la poésie, ni le chant, ni la broderie, ni la danse, ni le vin, ni le sommeil n’arrivaient à faire taire ma conscience coupable. En taisant cette rencontre faite le jour du Banquet – au courant de la matinée, j’avais croisé Yoren Pyke –, j’avais commis une terrible erreur et avait mis en péril une alliance pour laquelle Deria fondait tant d’espoirs. De fil en aiguille, une autre vérité cachée avait éclaté et que seul père connaissait à ce jour : certes, j’avais été otage de cet homme mais j’avais joué la carte de la séduction, pour au final être prise dans mes propres filets.

Deria refusait de me parler, comme mes frères d’ailleurs. Est-ce que j’avais le droit de leur en vouloir ? Nullement. J’avais caché trop de choses pour une raison inconnue. Pourquoi avais-je fait preuve d’autant de magnanimité à ce bâtard ? Est-ce que j’avais pitié pour lui en raison de ce destin commun ? Avais-je osé développer un semblant de sentiment stupide et interdit à ma nature de femme, et de bâtarde de surcroît ? Je ne saurais dire, mais le résultat était que j’étais dégoutée de ma propre personne et de ma faiblesse.

Emris, mon fidèle compagnon et mon confident, approche pour m’avertir qu’il était l’heure de rencontrer une Lady. La promesse avait été faite je ne sais quand et je ne sais par qui. Mon serviteur semble dire que c’était moi, mais je doutais – ou alors j’avais dû dire un « oui » vague, pour me débarrasser de sa présence. J’aspirais à être seule et non être entourée. Feindre était bien difficile, quand on n’avait qu’une envie : pleurer à chaude larme. Je me retenais car je m’y refusais entre ces murs étrangers. On dit souvent que ces mêmes murs avaient des yeux et des oreilles.

- Qui dois-je rencontrer, Emris.
- Lady Taïna Redwyne, une charmante demoiselle dont la famille est à l'origine de la création de la Compagnie du Commerciale Maritime de la Treille, la seule qui aurait droit à du commerce dans les îles de l’été.


Je retiens habilement un profond soupir. Je me rappelle, maintenant, pourquoi j’avais bien voulu rencontrer cette créature. Sa famille pouvait représenter un intérêt commercial, qu’importe les alliances ou inimitiés à venir entre le Bief et la Principauté de Dorne. Si une guerre militaire causait bien des troubles aux frontières, une guerre commerciale – ou l’arrêt du commerce tout simplement – avait des effets plus dramatiques sur le pays – voire le continent selon les routes concernées. Les iles de l’Eté étaient un lien des plus intéressants pour le Bief, pouvant contrôler aisément la route. Par contre, j’étais bien curieuse d’en apprendre un peu plus, que ce soit les produits échangés, les us et coutumes de ces îles ou encore du lien avec ce pays. Des questions auxquelles je ne risquais pas d’avoir de réponses si Lady Taïna ne se préoccupait pas des affaires de la famille, et se contentait de s’adonner à des tâches comme la broderie, la danse, les ballades et les discussions.  

- Lady Taïna Redwyne, c’est un grand plaisir de vous rencontrer. On m'avait tant encenser vos mérites et votre délicieuse compagnie. Je vous suis très reconnaissante pour avoir accepté cette invitation, et offrir un peu de temps pour me tenir compagnie. Celle-ci m'emplira de joie, à n'en point douter. 


Ou devrais-je dire un ersatz de joie à une situation désespérée. Le banquet s’était soldé à un bain de sang et certains nobles dorniens étaient otages à Hautjardin. Non, il y avait décidément peu de chances que je puisse rire franchement et sincèrement, ou que je retrouve un semblant de bonne humeur. Malheureusement, je n’avais pas le choix : on se fichait de ceux qui pleuraient, mais on s’intéressait toujours à ceux qui souriaient. Alors, il fallait sourire. Quoi qu’il arrive, à moins d’être insulté franchement.



Soumise, Vaincue, Blessée
ANAPHORE



Spoiler:
 

Arianne Martell
Arianne Martell
Vivre pour danser et chanter. Danser et chanter pour vivre.
Messages : 3647
Membre du mois : 107
Maison : Maison Martell
Caractère : Joviale - Désabusée - Diplomate - Narcissique - Patiente - Indécise
Célébrité : Deepika Padukone

Infos supp.
Richesses : 899

Vivre pour danser et chanter. Danser et chanter pour vivre.

[FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t5790-arianne-martell-meme-les-pierres-finissent-par-ceder-sous-les-assauts-repetes-de-la-pluie https://bloody-crown.forumactif.org/t5797-arianne-martell-et-je-traverserai-monts-et-montagnes https://bloody-crown.forumactif.org/t5796-arianne-martell-les-amis-les-ennemis
MessageSujet: Re: [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé]   [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé] EmptyMer 26 Aoû - 17:57




  • Arianne Martell
Une grappe de raisin dans du vin dornien





Une bâtarde ?! Taïna, qui d'ordinaire ne prononçait pas un mot plus haut que l’autre n’avait pu cacher son aversion à l’idée de se rendre dans les appartements d’Arianne Sand pour lui tenir compagnie. Son père lui mandait pourtant bien de servir les intérêts de la Maison Redwyne et du Bief de cette odieuse manière. Certainement sur suggestion ou ordre du Roi Mern suite au massacre de plusieurs Dorniens lors du banquet et à la mise sous bonne garde, pour leur sécurité, de ceux qui avaient survécu à l’horreur dont elle avait été elle même témoin. Cette soirée pourtant commencée sous les meilleurs hospices s'était transformée en une abominable course à qui mieux mieux pour sauver sa peau. Des cris, des cadavres, un certain nombre de personnes paniquées, dont elle et une jeune femme de la Maison Dayne. Oui certainement, après un tel cauchemar éveillé, il fallait les occuper et leur rendre aussi agréable que possible, un séjour qu’il ne devait pas apprécier à sa juste valeur en attendant que l’enquête puisse déterminer les responsables et assurer qu’ils pouvaient rentrer chez eux sans heurts. Or, effectivement, elle avait toutes les qualités requise pour être une excellente dame de compagnie, pour une Princesse ou une Reine. Mais pour une bâtarde ?! Son père se moquait-il d’elle ?



A voir son visage réprobateur quand elle exprima ses réticences, non. Il ne plaisantait pas le moins du monde. Il rappela fermement à sa fille que toute bâtarde était-elle, elle restait considérée par le Sire de Hautjardin une hôte de marque, proche du pouvoir à Lancehélion et qu’il ne souffrirait pas que sa progéniture lui fasse offense. La Redwyne afficha donc son plus beau sourire et, avec docilité, s’inclina en signe de soumission. La rébellion avait assez duré et si elle ne comprenait pas bien les raisons qui amenaient son géniteur à accepter que sa fille se fourvoie dans une telle entrevue, elles étaient certainement meilleures en tout point que les raisons qui la faisait tiquer. Elle n’était pas idiote au point de croire que le commerce ne prenait pas parfois le dessus sur la religion et que certaines convenances étaient à géométrie variable, même si elle n’entendait rien à la géométrie.

__ Bien père. Vos désirs sont des ordres. Devrais-je apporter mes instruments de musique ? Avez vous une autre requête ?



Jaden lui expliqua qu’il ignorait les goûts de la demi-soeur de Deria, mais qu’il pensait intéressant de maintenir le commerce entre le Bief et Dorne, surtout après ce qui s’était passé. Leur monopole sur les Îles d’Eté avec la Compagnie Commerciale Maritime de la Treille initiée par son neveu Aylan pourrait peut-être intéresser la Principauté.

__ Mais père, je ne sais rien du commerce !
__ Tu as 24h pour apprendre. Je compte sur toi.



La jouvencelle s’inclina plus bas encore que la fois précédente et passa le reste de la journée et une partie de la nuit à potasser son sujet avec l’aide d’Aylan.



Quand elle se leva au matin, elle ne se sentait absolument pas prête pour discuter de commerce, mais toujours plus prête que la veille et qui plus est elle n’avait pas le choix. Son désir de plaire à son père, de se montrer capable, de ne pas le décevoir était immense et son angoisse intense. Elle avait toujours, cependant, en travers de la gorge le fait de devoir discuter avec une mal née issue de l’adultère, quelle horreur ! Durant tout le temps où on l’aprêta, robe verte aux couleurs de sa contrée, coiffure ornée de perles, elle se répéta que c’était une hôte de marque et qu’elle ne devait surtout pas laisser paraître son dégoût pour son engeance. Elle essaya de se donner du courage en se rappelant qu’elle était, elle, et même si elle parlait à une bâtarde, une demoiselle de haute naissance à la lignée sans tâche. Elle prit sa citole, préférant mille fois jouer un instrument qu’elle maîtrisait que de tenir une conversation pour laquelle elle n’avait eut que quelques heures pour se préparer.



Taïna se présenta devant la porte de la Dornienne, on l’annonça et elle fit son entrée avec un large sourire, mais se contentant d’un bref mouvement de tête en guise de révérence.

__ Dame Arianne, tout le plaisir est pour moi. Je vous présente mes condoléances pour vos compatriotes tués au banquet, j’espère que vous pourrez bientôt rentrer chez vous en paix. En attendant, la Maison Redwyne se joint à moi et à la Maison Royale Gardener afin de vous assurer un séjour des plus agréables.



Faisant une large sourire et prenant sa citole, la grande blonde fdemanda :

__ Vous aimez la musique j’espère.



Elle se mit à jouer sans véritablement attendre la réponse. Si elles devaient ensuite discuter longuement, au moins cette performance pourrait la mettre en confiance et adoucir la Sand qui, malgré le sourir affiché, ne devait pas être de bonne humeur.


Anonymous
Invité
Invité


[FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé]   [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé] EmptyDim 30 Aoû - 19:46

Inconsciemment, chaque parole prononcée par la Bieffoise était un coup de poignard supplémentaire dans mon cœur ou un rappel impitoyable à cette terrible nuit où j’ai cru que la Mort allait me faucher définitivement. J’avais vécu, mais d’autres n’avaient pas eu cette chance-ci. Et puis, surtout, j’avais la faute était mienne – en partie – à ce massacre. Un sentiment qui m’empêchait de dormir paisiblement, la conscience tranquille et claire.

Oh, il serait hypocrite de dire que je n’avais commis nulle mauvaise action, et que j’avais vécu selon des principes moraux extrêmement louables et nobles. Non, j’avais eu ma part d’erreurs ainsi que de « pêchés », comme aimait dire nos voisins du Bief. Cependant, aucun n’avait causé un tort aussi fatal à autrui. J’étais pied au mur, à me poser inlassablement la même question : Comment pouvait-on s’excuser auprès d’un mort ? Ressusciter les morts est impossible. Même si certains étranges et douteux sorciers du continent de l’Essos prétendaient le contraire – affirmation dont j’avais été témoin, lors de mon voyage –, je n’y croyais guère. Bon gré, mal gré, j’avais appris que chaque chose avait un prix et je n’osais pas imaginer celui de raviver la flamme d’une vie.

Après moult réflexion, l’unique solution s’imposa à moi : j’avais à me racheter auprès des vivants, dès que je retournerai à la Principauté, à travers des actions bénéfiques pour le pays. Sceller des alliances, calmer des tensions, remplir les coffres de l’Etat, développer de nouvelles routes commerciales, construire de nouveaux bâtiments et systèmes … le travail ne manquait pas. Je devais user de ma position de conseillère non pour satisfaire simplement ma demi-sœur, mais pour améliorer le quotidien des autres. Si la décision semble « naturelle » aux yeux d’un Dornien, elle était révolutionnaire compte tenu de mon pédigré personnel. On m’avait accepté par la force des choses, mais les réticences en raison de mon statut de bâtarde persistaient.

Ici, à Hautjardin, je ressentais davantage que ma place n’était parmi ces gens. Tous les nobles offraient mille courbettes à Deria ou à Roward, alors qu’Anders ou moi-même avions droit selon les humeurs ou les intérêts de ces gens. Je ne me plaignais pas pour autant : j’étais chanceuse. Si on agissait ainsi à mon égard alors que le sang Martell coulait dans mes veines, je n’osais pas imaginer le traitement offert à d’autres de sangs moins nobles ou dans une contrée moins clémente que la Principauté.

Des pensées pleines d’amertumes, encore, qui m’avaient un temps fait oublier la compagnie de la noble dame. Cette dernière me rappelle bien vite à elle avec les premières notes de musique. Si l’instrument offrait un son doux et agréable, l’air choisi avait un rythme un tantinet monotone. Il manquait des paroles et des récits, pensais-je immédiatement. Aussitôt, je cherchais à comprendre la mélodie – sa structure, ses rythmes et ses cycles –, afin de pouvoir trouver des paroles appropriées ou encore des pas de danses. C’était un exercice auquel j’aimais m’adonner et dans lequel j’excellais.

Et pourtant, aujourd’hui, je n’arrivais à rien. Mon esprit ressassait constamment cette terrible nuit. Pourtant, je tente de garder un air doux et satisfait, attendant patiemment la fin de la mélodie afin de pouvoir échanger quelques paroles avec cette dame des plus hâtives. Soit elle espérait arracher un véritable sourire, soit elle avait une hâte de quitter ma compagnie pour quelques affaires personnelles – du moins, je préférais supposer.

Lorsque la mélodie se tait, je compris qu’il était de mon devoir d’offrir un peu de conversation à la belle dame.

- Dame Taïna, si vous me permettez de vous appeler ainsi, vous avez là un talent certain pour jouer, la complimentais-je. Cependant je ne peux pas continuer à prétendre et à m’entretenir de quelques musiques ou jeux, sans vous poser la question. Les événements ont été bien cruels, pour chacun de nous. J’ose espérer, sincèrement, que vos proches et vos amis ont pu être épargné.

Les nouvelles avaient été si nombreuses, et si mauvaises à la fois qu’à ma grande honte, je devais admettre ne pas avoir souvenir de tous les détails. Quelle maison avait encore un Lord ? Quelle maison avait un membre de sa famille « otage » entre ces murs ? Quelle maison avait été pleinement épargnée ? Si j’avais pu obtenir quelques renseignements précieux pour les familles dorniennes qui s’étaient déplacées, l’affaire était tout autre pour les familles bieffoises. Je ne les connais pas toutes et surtout je n’étais pas familière forcément. Je ne savais pas comment aborder la question, sans paraître brusque. J’espérais que mon entrée en la matière, avec la dame, avait été convenable et appropriée.

Mon sourire m'avait quitté, évidemment.



Soumise, Vaincue, Blessée
ANAPHORE



Spoiler:
 

Arianne Martell
Arianne Martell
Vivre pour danser et chanter. Danser et chanter pour vivre.
Messages : 3647
Membre du mois : 107
Maison : Maison Martell
Caractère : Joviale - Désabusée - Diplomate - Narcissique - Patiente - Indécise
Célébrité : Deepika Padukone

Infos supp.
Richesses : 899

Vivre pour danser et chanter. Danser et chanter pour vivre.

[FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t5790-arianne-martell-meme-les-pierres-finissent-par-ceder-sous-les-assauts-repetes-de-la-pluie https://bloody-crown.forumactif.org/t5797-arianne-martell-et-je-traverserai-monts-et-montagnes https://bloody-crown.forumactif.org/t5796-arianne-martell-les-amis-les-ennemis
MessageSujet: Re: [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé]   [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé] EmptyMer 2 Sep - 0:27




  • Arianne Martell
Une grappe de raisin dans du vin dornien





Taïna comprenait aisément que la Sand n’ait ni le cœur à rire, ni à écouter de la musique et encore moins à danser ou à chanter. Elle aurait aimé avoir le pouvoir de faire disparaître ses tourments, toute bâtarde soit-elle, car au fond, elle ne voulait la mort ni le chagrin de quiconque quelque soit son rang ou sa naissance. Tout était allé si vite ce soir là, elle n’avait pas véritablement saisi les tenants et les aboutissants de l’attaque, pas plus qu’elle ne comprenait l'enchaînement des évènements suite à ce banquet terminé sur une note bien sanglante. Des échauffourées à la frontière, l’impossibilité pour les membres de la Maison Martell de quitter les lieux. Elle croyait sincèrement la version officielle de la Reine Tricia qui était que Hautjardin les accueillait en ses murs malgré leur volonté de regagner leur Royaume pour leur sécurité. Comment croire qu’ils pourraient traverser sans heurts une partie du Bief et les Montagnes Rouges où il y avait de nombreux bandits, souvent de Dorne d’ailleurs avec tout ce qu’il se passait actuellement. La Reine était avisée et ce même si cela ne devait pas leur plaire. La mort de Deria et Roward Martell signerait à coup sûr la fin définitive de la paix entre eux, et c’était mieux d’agir en conséquence quitte à froisser leur égos princiers, même si les derniers événements l’avaient déjà bien entamée. Pour elle, si la situation était tendue à juste raison et bien triste, ils n’en restaient pas moins des invités et elle n’avait aucune raison de leur faire offense.

__ Je permet Dame Arianne et vous remercie du compliment.



La Redwyne inclina légèrement la tête et sourit, elle aimait jouer et cela pouvait se lire sur son visage quand elle s’adonnait à sa passion. Elle aimait aussi chanter et danser, broder et lire. C’étaient ses activités favorites et celles dans lesquelles elle excellait. La stratégie, le commerce et la politique n’étaient pas sa tasse de thé et elle n’y entendait pas grand chose ou en tout cas avait toujours gardé le silence sur ces questions afin de laisser les hommes discuter de ces affaires d’importance pour lesquelles les femmes, c’était connu, n’avaient aucune disposition sauf à mettre la pagaille dans les affaires d’un Royaume ou d’une Maison. Alors ils discutaient les hommes, sans faire attention à elle, sage et souriante, posée sur sa chaise en silence comme une jolie poupée docile qu’elle se plaisait à être.

__ J’ai eut beaucoup de chance Ma Dame, aucun de mes proches ni aucune de mes connaissance n’a été touchée. En revanche, j’ai rencontré une jeune dornienne du nom de Nalia Dayne lors du… des échauffourées. Elle avait perdu les siens dans la panique et hélas, quand nous les avons retrouvés, son père Nymor Uller je crois étaient gravement blessé. Heureusement son époux Enguerrand Dayne était sain et sauf et heureux de la retrouver en bonne santé elle aussi.



Manquant de dire massacre, elle s'était rend compte juste à temps que c’était peut-être un peu dur à entendre pour la Sand. Après tout il s’agissait de ses compatriotes et les images que Taïna gardait en mémoire étaient terribles, malgré toute la volonté de sa Septa et de son épée lige de lui épargner le pire et de lui détourner les yeux des cadavres ensanglantés. Elle n’avait pas vu grand chose et ‘osait imaginer ce qu’Arianne avait pu voir, connaissant une partie des personnes tombées cette nuit là et pis, se sentant elle même en danger bien plus que la Redwyne n’avait pu craindre de se faire tuer. D’après la rumeur, elle ne devait sa survie, ainsi que la Princesse Deria, qu’à la présence de ses frères et de leur garde personnelle. Quelle horreur. Taïna eut un haut le cœur rien que d’y penser, elle porta la main à sa poitrine.

__ Mais j’y songe, vous avez dû avoir si peur vous aussi.



C’était tout de même une étrange affaire, mais loin d’elle l'idée de remettre en question la version officielle et le bien fondé de garder les Dorniens enfermés pour leur sécurité, bien sûr, en attendant d’avoir éclairci les zones d’ombre et enfermé les coupables, et bien sûr, de pouvoir assurer leur retour à Dorne dans de bonnes conditions. Bon, on parlait à présent de heurts à la frontière, demandant la libération des Martell. Cela ne sentait pas très bon mais Taïna ne se mêlait ni de politique ni de stratégie, et cela lui convenait très bien encore plus quand les choses devenaient trop compliquées.

__ Souhaiteriez vous un air plus enjoué pour vous changer les idées ou préférez vous que nous discutions autour d’un jeu de carte.



Elle n’avait vraiment pas envie d'aborder le sujet du commerce et préférait tenter toutes les autres solutions pour occuper Arianne, quitte à être totalement à côté de la plaque. Ce n'était pas dans ses habitudes de faire aussi peu de cas de son interlocuteur, mais elle ne se sentait vraiment pas à la hauteur de la tâche qui lui avait confié son père.


Anonymous
Invité
Invité


[FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé]   [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé] EmptyDim 27 Sep - 21:35

- Je suis très heureuse pour vous, ainsi que vos proches, ont été épargné, Dame Redwyne.

J’étais sincère. Cette nuit avait été affreuse et injuste pour tout Bieffois et pour tout Dornien. Nous nous étions rassemblés pour fêter une paix entre deux pays jadis ennemis. Il n’avait jamais été question de tuer son prochain, d’égorger des innocents ou de violenter des jeunes filles et femmes. Je ne pouvais pas concevoir que l’un de nous, les Martell ou les Gardener, avait préparé ce bain de sang … C’était impossible. Nous étions victimes d’une sombre machination, et des innocents civils en avaient payé un lourd tribut.

J’avais toujours été la plus indulgente de mes frères et de ma sœur, tentant toujours de résoudre des conflits par le dialogue et les compromis, offrant le bénéfice du doute aux actes coupables de l’autre ou calmant leurs ardeurs et leurs impatiences. Pourtant, à cet instant, j’étais incapable de gérer la franche colère de ma fratrie contre le Bief et surtout le Roi et la Reine qui nous retenaient entre ces murs. J’étais encore trop abrutie par la violence de cette nuit pour avoir la force de chercher un coupable ou pour ressentir une tout autre émotion que la confusion.  

- Oui, j’ai été mise au courant du triste état de Lord Uller, soupirais-je, partageant la peine de Lady Nalia Dayne, née Uller, amie d’enfance chérie de la Princesse Deria. Une femme froide et hautaine qui me méprisait considérablement en raison de ma nature batarde, mais avait à tolérer ma présence par respect et par amour pour la Princesse. J’avais à faire de même, consciente que je n’avais pas le droit de briser l’une des rares amitiés de ma sœur par égoïsme et fierté. Sa famille a toujours été proche de la nôtre, comme d’autres en vérité. Nous avons tant de blessés …

Ma tête finit par retomber dans ma paume, victime d’une migraine fulgurante. Je dormais mal, et je réfléchissais trop … les ingrédients par excellence pour contracter les pires maux, selon mère. Une migraine qui allait de mal en pis lorsque mon interlocutrice me rappela encore cette nuit et ce que j’ai eu à endurer. Deria et moi-même aurions pu mourir, si Anders et Roward n’avaient pas été présents pour nous protéger. Et eux, ils auraient pu connaitre le même destin tragique en faisant face à tous ces hommes en colère. Ils auraient pu tous mourir.

- Nous avons commis l’erreur de venir tous ensemble ici. Ma sœur, Deria, ou mon frère, Roward, aurait du rester à Lancehélion.


La phrase m’avait échappé naturellement, par inadvertance. Une déclaration qui pouvait supposer bien des choses et qui pouvaient être interprété bien méchamment par des personnes aux intentions belliqueuses. Le mal étant, peut-être, déjà fait, il était inutile que je revienne sur mes paroles.

- Oui, j’ai eu peur. Et j’ai toujours peur, Dame Redwyne. Cependant, je vous prie de ne pas mal interpréter mes paroles. Je ne doute pas de la sincérité et de l’honneur de vos Souverains, mais l’ennemi est inconnu. Je serais en paix seulement lorsque ma sœur et mes frères fouleront le sol de Dorne, et seront à nouveau parmi les siens.

Les propositions faites par la dame semblent m’indiquer qu’elle est avant tout la dame de compagnie lettrée et délicate que la fière héritière d’un père commerçant et rusé. Ce dernier aurait très certainement déjà trouvé des failles et des faiblesses en ma personne, préparant déjà un quelconque plan pour retirer un quelconque avantage de moi. Lady Redwyne ne semblait pas être cette rapace opportuniste que j’avais l’habitude de rencontrer, et de négocier avec.

- Je vois que la musique vous arrache un plaisir certain. Vos notes communiquent cet amour avec délice. Je vous prie, enchantez encore mes oreilles avec votre talent. Puis, nous pourrions discuter autour d’un jeu de carte.



Soumise, Vaincue, Blessée
ANAPHORE



Spoiler:
 

Arianne Martell
Arianne Martell
Vivre pour danser et chanter. Danser et chanter pour vivre.
Messages : 3647
Membre du mois : 107
Maison : Maison Martell
Caractère : Joviale - Désabusée - Diplomate - Narcissique - Patiente - Indécise
Célébrité : Deepika Padukone

Infos supp.
Richesses : 899

Vivre pour danser et chanter. Danser et chanter pour vivre.

[FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t5790-arianne-martell-meme-les-pierres-finissent-par-ceder-sous-les-assauts-repetes-de-la-pluie https://bloody-crown.forumactif.org/t5797-arianne-martell-et-je-traverserai-monts-et-montagnes https://bloody-crown.forumactif.org/t5796-arianne-martell-les-amis-les-ennemis
MessageSujet: Re: [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé]   [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé] EmptyMar 10 Nov - 0:44




  • Arianne Martell
Une grappe de raisin dans du vin dornien





Confusion était le mot, pour Arianne, mais aussi pour Taïna qui ne comprenait rien à ce qui avait pu se passer pour qu’un tel massacre devienne possible. Les paysans étaient devenus fous ? les Dieux n’auraient jamais accepté cela, et nul homme ou femme de foi pure et sincère n’aurait pu attenter aux jours de toute la Maison Royale des Martell, quand bien même il y aurait eut une véritable raison de leur en vouloir. ais en plus, il semblait que tout cela ne repose que sur des rumeurs rendues vraies par la tragédie elle même. La Redwyne était elle aussi venue avec presque toute sa famille fête cette paix entre des Royaumes qui, des siècles durant, s'étaient entretués. Cette paix, ce banquet, c'était la promesse d’un commerce florissant au sud de Westeros, de quoi ravir le Sire de la Treille qui ne tarissait pas d'éloges sur la grande noblesse de l’Orage ou de Dorne et imaginait avec envie le potentiel d’alliances et de richesses qui en découlerait. Évidemment il avait songé à trouver chez les Martell, par exemple, un parti pour sa fille, mais l’horreur qui s’était abattue sur eux tous avait stoppé nette toute velléité de tractation en ce sens avant même qu’elles n’aient pu commencer. Il était donc le premier à déplorer fermement les atrocités commises par les Paysans du Bief et à essayer de comprendre ce qui avait bien pu leur passer al la tête si tant est que ses bouseux en ait une.

__ Je ne saurais dire. Comment auriez vous pu, comment aurions nous pu imaginer qu’une telle horreur adviendrait. Comment vous auriez pu anticiper un tel drame et un tel danger dans notre Royaume alors que les Gardener vous avaient invité pour célébrer une paix si précieuse ? Je ne comprends pas moi même comment cela a pu se produire, comment cette horde de sauvage à pu passer les portes. Nous tenions tous à cette paix, la Maison Redwyne plus que nulle autre avec ces liens commerciaux avec l’Orage et Dorne. Nous aurions fait tout ce qui était en notre pouvoir pour éviter cette tragédie si nous avions pu en deviner le risque avant qu’elle ne nous tombe dessus à tous.



Personne n’avait prévu cela, personne n’aurait pu l’imaginer et la grande rousse se gardait autant que possible de trop y réfléchir car cela lui donnait, à elle aussi, des migraines carabinées. Or, elle n’était pas Princesse de Dorne ni Reine du Bief, elle n’avait rien à faire dans cette histoire et se contentait d’essayer tant bien que mal de tenir compagnie à la bâtarde qui était en belle personne en dehors de son mauvais sang. En tout cas, la jouvencelle ne pouvait qu’éprouver une grande compassion pour elle, elle ne le montrait pas autant qu’elle l’aurait montré pour Deria par exemple, mais son cœur se serrait à voir la Sand dans cet état, et à raison, mais sans davantage comprendre cette situation improbable et se sentant relativement en sécurité pour en pas en ressentir la même terreur.

__ Je comprends votre peur et vous assure de tout mon soutien. S’il y avait à nouveau le moindre risque pensant sur votre famille faites moi appeler, je vous enverrais mes gardes et ferais tout pour convaincre mon père de faire de même. Je suis certaine qu’il le fera même avant que je le lui demande.



Naïvement, la Redwyne n’imaginait pas un seul instant que le danger puisse venir de l'intérieur, de la maison Royale ou d’autres nobles du Bief, or, si tel était le cas, le soutien promis à Arianne serait plus difficile à tenir, surtout s’ils s’agissait de s'opposer aux Gardener. Mais Encore, une fois, elle ne pouvait concevoir que ses souverains y soient pour quoi que ce soit dans le massacre qui avait précédé l’enfermement des Martell et croyait sincèrement que Tricia avait ainsi voulu assurer leur sécurité. Elle n’imaginait pas non plus les complots, peut-être mêmes les manipulations venues de l’étranger qui auraient pu offrir une réponse logique à ce foutoir innommable et à cette attaque sans queue ni tête.

__ Vous avez raison Ma Dame, nous ne savons pas où est l’ennemi, ni qui il est. Je suis absolument persuadée que mes souverains n’y sont pour rien, j’ai toute confiance en eux et je ne vois vraiment pas ce qu’ils auraient à y gagner. Je dis cela par loyauté et devoirs, mais pas uniquement, je connais bien la Maison Royale et sans être tous parfaits en tout point, je sais que ce sont des gens bien. De plus, aucun noble bieffois digne de ce nom n’aurait bafoué les lois de l’hospitalité en vous mettant en danger alors que vous aviez partager avec le Roi et le Reine le pain et le sel. Cela ne se peut.



Elle se demanda si, même un paysan illettré et ignare pouvait, de son propre chef et pour rien, attaquer de nobles Dorniens sans craindre la malédiction et le courroux des Dieux. Mais comme elle considérait le peuple comme des moutons ou des bœufs, elle se disait qu’il suffisait, comme les animaux, de les piquer un peu pour qu’ils avancent dans le sens qu’on voulait. Mais qui était ce on ? La question était trop complexe, trop vaste et bien trop dangereuse pour une simple Lady, elle se contenta donc de sourire à Arianne qui avait bien remarqué combien elle aimait la musique avant de jouer un nouvel air.


Anonymous
Invité
Invité


[FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé]   [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé] EmptyLun 23 Nov - 0:27

- Il semblerait que malgré nos origines si différentes, nous partageons une même sollicitude et incompréhension. Votre attitude me donne espoir que cet événement n’entachera pas le noble projet que nous nourrissions tous, déclarais-je, ayant encore un brin d’espoir que l’alliance ne sera pas brisée et qu’un accord sera recherché.

Malheureusement, ledit espoir était tenu, connaissant parfaitement le tempérament de Deria et de Roward, Princesse et Prince de la Principauté de Dorne. Ils étaient jeunes, ils étaient passionnés, ils étaient enflammés et ils étaient entêtés. Est-ce que la famille royale du Bief pourrait apaiser les tensions, et les convaincre de leurs bonnes intentions – si elles sont sincères, évidemment ? Auront-ils les preuves nécessaires pour prouver que l’affaire n’était pas de leur ressort, mais un horrible et perfide complot de forces invisibles ?

- Une confiance mutuelle est notre seule chance de sauver encore cette alliance, si une telle chose est encore possible. Cependant, est-ce qu’elle serait suffisante alors que, comme vous l’avez souligné, les lois de l’hospitalité ont été bafouées et que des hommes et des femmes sont morts sans un droit de défense ? Ils sont morts, sans raison et sans défense.

Les guerres étaient affreuses et violentes, mais bien souvent elles étaient justifiées – à tort ou à raison – et épargnées autant que possible les populations civiles. Les armées étaient faites pour se battre, pour qu’il existe un gagnant et un perdant, et pour octroyer une chance de fuir à ceux qui le pouvaient – ou à se préparer à se défendre si l’envahisseur gagnait et que leurs terres allaient être pillées, les hommes tués et les femmes violées.

- Je me souviendrais de cette horrible nuit … même si les autres l’oublient
, susurrais-je, me souvenant encore de ces figures défigurées, des ces mains qui me saisissaient et qui étaient aussitôt fauchées par Anders ou Roward, de ces cris d’agonie, de ces corps gisants qu’il fallait écraser davantage. A cette simple pensée, je me sentais nauséeuse et malade. Je me souviendrais aussi de votre généreuse proposition, et de la bienveillance de la maison Redwyne en votre personne.

J’aurais voulu parler commerce et alliance, comme ce fut mon projet initial, mais ma migraine m’empêchait de véritablement apprécier cette rencontre, cette musique ou cette discussion. Dès que l’air débuta encore, mes maux reprirent de plus belles. M’avouant vaincue, j’indique à la jeune Lady de cesser cet air.

- Je ne désire nulle garde, mais je vous serais reconnaissante si vous pouviez me dire s’il est possible d’obtenir de quelqu’un une décoction pour dormir, ou pour calmer une migraine. Je vous prie de ne pas mal interpréter mes paroles : j’apprécie grandement votre compagnie, mais ces derniers événements m’empêchent de me reposer. Je n’ai pas osé demander un soin si superflu, quand d’autres ont besoin de soins bien plus importants et bien plus urgents. Tout ce dont j’ai besoin est de pouvoir apprécier une seule et unique nuit de sommeil.

Je ne savais pas du tout où chercher une autre aide. Il devait bien exister une dame dans cette Cour usant d’artifices pour dormir – ou pour se détendre. Les longues journées solitaires, ou avec un mari infidèle ou violent, étaient monnaie courante dans la noblesse et je doutais que Dorne était la seule Cour où les dames s’échangeaient quelques secrets pour être heureuses ou pour calmer certaines douleurs. A défaut, il devait peut-être exister une guérisseuse ou une sorcière – notamment celles qui offraient du thé de Lune ou qui aidaient à se débarrasser de grossesses indésirables – qui pourraient apporter son aide à mon cas.



Soumise, Vaincue, Blessée
ANAPHORE



Spoiler:
 

Arianne Martell
Arianne Martell
Vivre pour danser et chanter. Danser et chanter pour vivre.
Messages : 3647
Membre du mois : 107
Maison : Maison Martell
Caractère : Joviale - Désabusée - Diplomate - Narcissique - Patiente - Indécise
Célébrité : Deepika Padukone

Infos supp.
Richesses : 899

Vivre pour danser et chanter. Danser et chanter pour vivre.

[FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t5790-arianne-martell-meme-les-pierres-finissent-par-ceder-sous-les-assauts-repetes-de-la-pluie https://bloody-crown.forumactif.org/t5797-arianne-martell-et-je-traverserai-monts-et-montagnes https://bloody-crown.forumactif.org/t5796-arianne-martell-les-amis-les-ennemis
MessageSujet: Re: [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé]   [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé] EmptyMer 3 Fév - 14:59




  • Arianne Martell
Une grappe de raisin dans du vin dornien



__ Je garde espoir aussi, mais je crains néanmoins que cette attaque ait des répercussions graves sur la situation de nos Royaumes. Le Prince votre frère ne semble pas prêt à pardonner, ni le massacre, ni le fait que la Reine Tricia vous retienne ici. Comment va-t-il ?



Arianne savait peut-être dans quel état il avait pu se mettre la nuit de leur rencontre, c’était la mieux placée pour lui donner des nouvelles. Oh pour sûr le Prince avait dû se remettre de son excès d’alcool, mais était-il calmé, remis de cette rage qu’il avait déversé sur elle ? Elle ignorait s’il se souvenait d’elle, de leur rencontre dans la cuisine et s’il avait parlé d’elle à sa demi-sœur, mais elle ne voulait pas trop se rappeler à son bon souvenir après ce qui s’était passé, juste savoir comment il se portait à présent.



Taïna baissa les yeux à l’évocation des personnes tués sans raison ni défense, elle était là, elle avait vu, entendu plutôt. Son épée lige et sa Septa s’étaient empressée de lui dissimuler autant que possible le moindre cadavre, mais les cris avaient marqué son esprit, et les quelques images restaient gravées en elle. Était-ce cela la guerre ? En était-ce un aperçu doucereux. Au moins les soldats avaient-ils des armes pour se défendre comme le soulignait la bâtarde, au moins les femmes étaient épargnées sur le champ de bataille, mais pas toujours après, hélas. La soie tachée de sang avait quelque chose d’abjecte pour elle, parce que, malgré le fait que tout le monde essayait de la préserver de toute violence elle savait. L’idée même qu’en cas d’invasion, elle ferait une otage de choix elle aussi, mais peut-être pas assez précieuse pour rester intacte, lui donnait des hauts le cœur. Mais elle savait tout au fond d’elle que c’était le prix de la guerre, celui que payaient les filles, les mères et les épouses en cas de défaite. Comment ne pas vouloir préserver la paix à tout prix dans ses conditions ? Elle savait depuis toujours, comme une boule au fond de son ventre, comme une angoisse en forme d’avertissement. Craints les, car ils n’hésiterons pas. Tels étaient les mots de son instinct de survie. Mais à présent qu’elle avait vu le sang, la mort, entendu l’horreur du massacre d’une forteresse pourtant bien gardée, cela revêtait une toute nouvelle réalité, plus palpable, plus rouge, plus terrifiante que jamais.

__ Je tâcherais de vous trouver cela. Je demanderais autour de moi et dirais que c’est pour moi afin de ne pas vous mettre dans l'embarras.



Si les Gardener ou toute autre Maison noble du Bief était impliquée dans l’attaque, cela éviterait aussi que la potion soit empoisonnée par une personne mal intentionnée. Taïna en venait à douter de tout et de tout le monde avec cette histoire, tel n’avait pas été le cas devant Roward et pis, elle ne pouvait faire part de ses doutes à personne, cela pourrait être interprété comme une trahison. Qui était-elle de toute façon pour remettre en question les choix de son Roi ou même de son père, qui était elle pour se mêler de ce qui ne regardait en rien une jouvencelle. Roward avait dit qu’elle manquait d’ambition, mais pour elle, il s’agissait de rester à sa place et de ne pas risquer de compromettre son avenir, ou pire, sa famille, avec des allégations ou des accusations, aussi fondées soient-elles. Elle n’irait pas mettre son nez dans cette affaire par trop emmêlée entre massacre, politique, complots et stratégie, c'était bien trop dangereux. Si Jaden était au courant de quoi que ce soit, il ne lui en parlerait certainement pas, et elle préférait rester dans l’ignorance plutôt que de découvrir qu’en ce monde, ni les lois de l’hospitalité, ni les lois des Sept n'étaient finalement respectées de tous comme une ligne de conduite sacrée. Mais malgré tout, elle ne comprenait pas ce que le Bief avait à gagner à œuvrer contre Dorne, la paix semblait bien plus prometteuse et vectrice d’un avenir radieux pour tous que la guerre, terrifiante et injuste, dangereuse et chère. Mais le Prince de Dorne avait fait naître le doute en elle, malgré son manque d’égard criant et son ivresse évidente, il avait soulevé des questions qui ne cessaient depuis de tarauder la Redwyne.

__ Souhaitez vous que je vous laisse vous reposer et que j’aille de ce pas quérir la potion ?



Demanda-t-elle après avoir terminé de jouer. Ce n'était probablement pas ce qui était attendu d'elle, mais elle voyait bien combien Arianne était mal et elle ne pourrait discuter ni de commerce ni de politique dans ces conditions. Taïna ne voulait pas l’importuner plus longtemps, et la musique risquait fort de ne rien arranger à ses maux.


Anonymous
Invité
Invité


[FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé]   [FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé] Empty


Contenu sponsorisé


[FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
[FB] Une grappe de raisin dans du vin dornien [Tour VIII - Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.
» [UploadHero] Opération dans le Pacifique [DVDRiP]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Le Bief :: Hautjardin-
Sauter vers: