Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -27%
Apple AirPods Pro
Voir le deal
205 €

 

 Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]

Aller en bas 
MessageSujet: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyLun 3 Aoû - 21:08

La nouvelle se répand dans le camp. Les dorniens arrivent. Panique d’abord. Enthousiasme et curiosité ensuite. Défiance, partout. L’arrière-garde est en alerte depuis que Garlan Goldwyne est arrivé à la tête d’une petite trouve de cavaliers du sud. L’ambiance s’est immédiatement transformée. Sonneries de cors depuis le sud. Puis l’est, et l’ouest, et le nord. Tout le camp se met en alerte. Je dois quitter ce que je fais, tout laisser en plan, presque avec l’espoir que l’alerte signalée soit enfin un retour offensif de l’ennemi… Je brûlais dans l’attente de la bataille. Pas le temps pour autre chose que ressasser, pour profiter de Rhaenys, des enfants. Le temps de rien, si ce n’est de ruminer mes choix, et de vouloir me battre. L’alerte fut bientôt remplacée par une certitude ; ces troupes se réclamaient de notre alliance et ne manifestaient nul signe d’hostilité.


Je détestais la guerre pour ce qu’elle me faisait faire… Je me le répétais, encore et encore, comme à chaque fois que je faisais quelque chose qui finirait par me hanter. Ces prisonniers, capturés lors de la prise du bourg de Grassy Vale, ne m’avaient pas appris grand-chose. Espérance de fou, sans doute. Mais j’ai fait ce qu’il fallait pour qu’ils parlent. Ce n’est pas un plaisir. Jamais.


Je me lave les mains dans un baquet de cuivre qu’on me tend à l’entrée de la tente impériale. Le sang peine à se retirer. Je grimace quand l’aide de camp me coupe et me dit qu’il doit m’aider ; je ne tolère l’intrusion dans ma bulle de pensées si moroses et glauques que j’en nourris quelque honte que lorsque le jeune homme me fait remarquer qu’il doit s’occuper des « dégâts ». Il me sort les mains de l’eau et je les contemple quelques longues secondes. Larges et dures. Tremblantes. Elles me font mal et pour cause… Certaines jointures sont déjà violacées d’ecchymoses et il doit me retirer un bout d’émail planté entre deux doigts ; un éclat de dent. Le retirer me fait grimacer de douleur mais je ne me plains pas. Je couvre mes mains de mes gants de cuir épais, que j’utilisais d’ordinaire par-dessous les mailles en bataille. Inutile de paraître diminué, faible, ou même fatigué devant quiconque. Et encore moins devant ma propre épouse.


Je ressors alors que l’impatience monte. Des dorniens. Amis ou ennemis ? On dit que le capitaine Goldwyne les mène en tête de colonne. Que les bannières Allyrion sont les premières à apparaître. Estomac noué, je me demande si je peux me permettre d’espérer que la belle Mahée Allyrion a réussi sa mission. Les grognements et les gémissements des incendiaires agonisant sur leur croix depuis deux jours. Les premiers avaient commencé à mourir, et des officiers d’autres royaumes m’avaient même demandé au passage ce qu’ils devaient faire.


Comme s’ils espéraient que je change d’avis…


Mais non. Le regard lourd, je me porte sur plusieurs estafettes à la sortie des quartiers de la Garde ; le cœur de la bourgade.



| L’un d’entre vous pour la Reine Argella et l’Avant-Garde… Dites-lui de venir vite, c’est important. L’armée de Dorne est venue à nous, pour partie du moins. Un autre pour l’Impératrice ; on l’a aperçue près des postes ouest, alors commencez par là. J’ai besoin d’elles au plus vite. |


Je me tourne ensuite vers une côterie de Gardes Demalion, bien cachés par la visière abaissée de leur casque Sallet. Ma cape blanche, frappée du Loup et du dragon, me tient chaud. Mais je la tiens, par-dessus le plastron de cuir et le reste de ma tenue de campagne.


| Allez au-devant de cette troupe. Indiquez à ses officiers de me rejoindre à l’auberge où nous avons installé les effets de commandement, au centre du Bourg, et de faire camper leurs troupes au sud-ouest. Mettez en alerte les piquets de garde, mais pas de mouvement sans que je ne ‘lai ordonné. |


Je repars donc vers le lieu privatisé pour les besoins de l’Etat-Major : autant je n’avais pas tenu à soumettre les prisonniers à la question devant toute l’armée, autant l’Auberge était au milieu du camp, lourdement protégée, et renfermait tout le matériel stratégique de l’armée en cas de besoin ; cartes, lettres, rapports… Et un relais d’estafettes était stationné à côté. Je m’installe dans la salle du bas, volets fermés, où des bieffois faisaient encore la fête une semaine plus tôt par dizaines. Cette fois la salle est vide. Tables de repas et de beuverie mués en établis de travail pour des mestres et des novices congédés. Au pupitre principal, je me fais servir une pinte par l’un des Demalion qui tient les entrées. Eux ne boivent rien ; il va y avoir beaucoup de têtes couronnées ici, dans quelques instants. La place centrale du bourg est surveillée par des dizaines de fantassins en armures lourdes, à pied, décourageant les curieux et ne laissant filtrer que les invités, et leur escorte éventuelle. L’endroit était clos, fermé au pillage ou à la villégiature des troupes pour le repos du soir. La mousse que je bois rejette un rien en arrière les souvenirs vivants des cris et des plaintes des hommes interrogés, jusqu’à ce que la porte ne s’ouvre.


A nouveau sur la Croisée des Chemins.



Soothsayer, can you save them? Can you see the streets in blood? The remnants of your name? Soothsayer, can you save them?Soothsayer, let these words set you free. And now, give this leave and come away with me

Torrhen Braenaryon
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 37474
Membre du mois : 179
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 1160

Fire, Blood and Winter.

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyLun 10 Aoû - 15:22

Elle se tait, Mahée. Elle se tait, et elle écoute, dents serrées, le visage impassible. Elle fait sa part. En tous cas, elle fait tout pour essayer de. Elle est à cheval, armée, patrouille au même titre que d’autres de ses chevaliers pour assurer la protection de ses hommes. Bien sûr, si l’ennemi devait leur tomber dessus, elle ne ferait qu’une maigre différence, pas même notable… Pour autant, elle fait de son mieux, aussi insuffisant cela soit-il. Elle a encore beaucoup à apprendre, elle le sait. Elle se sent épiée, testée, éprouvée par des hommes éprouvés qui ont envie de croire en elle, de croire qu’ils sont « du bon côté », tout en étant particulièrement sceptiques. Mahée ne les sent pas hargneux, mais elle sent bien qu’ils ne lui feront pas de cadeaux… Et elle, là-dedans, elle ne sait pas trop comment elle se sent. Elle est en colère, en colère que ce soit Garlan Goldwyne qui se retrouve à la tête de ses éclaireurs, alors qu’elle aurait sans doute pu se montrer bien plus utile à ce poste qu’elle ne l’est là. Sa colère contre le Bief et les Martell, bien sûr, a grimpé d’un cran. Elle est soulagée, et fière, que ses hommes se soient tenus prêts et aient réagi aussi promptement. Elle est anxieuse, à crever, de les décevoir d’une part, mais aussi que la Grâcedieu ne survive pas aux Allyrions. Et enfin… Elle a la sensation qu’un loup qu’elle ignorait vivre en elle vient de s’éveiller… Elle le sent, tapis dans ses entrailles, à ne rien manquer de ce qui les entoure… Ces hommes sont les tiens, il lui susurre, ils sont à toi, et à personne d’autre… Le visage de Mahée se mure dans l’obscurité. Elle le sent très clairement. Malgré son inexpérience, elle ne supportera pas d’abandonner le commandement de ses hommes… Elle veut savoir, en tous temps, pourquoi ses hommes meurent. Si le jeu ne lui semble pas valoir la chandelle, elle veut pouvoir l’empêcher… Du reste, ces hommes sont ceux de sa maison. Ils n’ont rien à faire, si loin au Nord… Pas plus que leur dame. Tous autant qu’ils sont devraient être dans le désert plutôt qu’ici, à arpenter territoires de l’Orage et terres ennemies…

Elle est sombre, la dornienne, l’esprit torturé. Elle a l’impression que le monde repose sur ses épaules, son monde en tous cas, et elle se sent affreusement seule. Le soutien que semble vouloir lui donner l’Empire ne parvient, à aucun moment, lui donner l’illusion qu’ils puissent comprendre une seule seconde dans quel état elle se trouve. Ils sont tous les leaders de leur pays et si un parallèle entre leur situation et celle de Mahée devait être tiré, ils ne pourraient comprendre que la position de Deria, pas la sienne, une Deria qui refusera, quoiqu’il arrive, d’admettre le patriotisme de celle qui s’est maintenant ouvertement déclarée comme son ennemi, montrant ainsi un peu plus de l’orgueil que lui prêtre Mahée, en floutant les limites de sa personne à la Principauté… Elle enrage. Ça ne va pas comme elle veut. Pas assez vite, pas assez fort. Mahée veut taper du poing sur la table, débarrasser son pays d’une gestion hasardeuse qui feint d’être immaculée…

Tout le long du trajet de retour jusqu’au gros de l’armée impériale, la dornienne tente de se montrer tout à tour confiante, déterminée, inspirante… D’appliquer, en somme, ce que son père a eu le temps de lui inculquer. Sans caprice, elle partage la vie de ses soldats, même si leur perplexité d’avoir une femme dans leurs rangs est visible, ne s’octroie aucun passe-droit, et même, prends sur elle d’en faire d’avantage… Pour les convaincre eux ou pour se convaincre elle-même qu’elle n’est pas qu’une fainéante… ? Impossible à dire. Quelque part, elle sonde cette armée dans laquelle elle souhaiterait laisser sa patte, sans savoir dans quel sens la prendre. Plus compliqué encore, la majorité des hommes sont de sa maison, et donc elle est en mesure de les diriger, mais un certain nombre de mutins sont d’autres maisons… Mahée met donc le voyage à profit pour les sonder, pour leur proposer de choisir parmi eux un officier aux ordres duquel ils répondront, et la possibilité, s’ils le souhaitent, de contacter leurs Lords respectifs une fois le camp impérial atteint. La manœuvre prend son temps, mais avant que Grassyvale et son armée ne soient en vue, Mahée sait à quoi s’en tenir.

Au gré du voyage, elle a fini par croiser quelques têtes connues, des hommes avec lesquels elle est allée tendre des escarmouches dans les Montagnes Rouges. Au coin du feu, ils ont fait le tour de la question, se sont montrés bienveillants, moqueurs, paternalistes, intransigeants, et dans l’expectative. Plus que jamais, ils ont fait comprendre à Mahée qu’elle ne devait leur présence qu’à la bonne gestion de son père, mais que cette loyauté aurait vite ses limites… Qu’en fait, les limites étaient déjà atteintes. La dornienne s’est efforcée de garder le sourire, bien qu’il était ostensiblement tendu. Dans son ventre, ses entrailles se sont liquéfiées.

A plus d’un titre, ce voyage de retour a été lourd à porter pour la dornienne, qui se murerait volontiers dans le mutisme le plus total pour la semaine à venir… Sauf que non. Toucher au but veut dire discuter beaucoup. Elle va devoir rendre des comptes, forcément, au couple impérial… Autant la perspective de se retrouver face au beau visage de l’Impératrice lui réchauffe quelque peu l’intérieur, autant la perspective d’être acculée, éventuellement, par l’Empereur, voire invectivée par la Reine Argella, qui sera sans doute présente, la terrasse d’avance. Elle n’a pas la moindre envie d’argumenter, ou de devoir se méfier de toutes ses tournures de phrase. Elle se sent déjà broyée par la peur et la pression qu’elle s’inflige, sans avoir un banc de têtes couronnées pour l’épiler à la loupe. Jamais les titres ne lui ont paru aussi… Vides… Jamais il ne lui avait autant coûté se figurer devoir respecter le protocole qu’en cet instant… Ils allaient lui demander courbettes et autres ronds de jambes, quand tout ce qui parvient à l’obnubiler est la menace d’un raid Martell sur la Grâcedieu, l’angoisse que ses pairs, même les plus mécontents de Deria, lui tournent le dos et ne la voient que comme la dernière des scélérates, des fredaines… A cette pensée, elle a l’impression d’être une proie abattue par les Dieux, et qu’en véritables chasseurs, ceux-ci distribuent ses entrailles, quelque fouaille, à leurs chiens…

D’une façon excessivement glauque, si Mahée devait donner une idée de ce à quoi ressemblent son âme et son esprit en cet instant, elle se contenterait d’un signe de tête vers les crucifiés qui marquent la route, et dont l’agonie les accompagne jusqu’au camp impérial. Mahée est trop sombre pour frissonner de dégoût, trop préoccupée pour parvenir à rationnaliser ce qu’elle voit, en dehors de cette petite pensée qui ne la quitte pas… Hello, old friend…

Elle se passe une main dans la nuque, raide à crever, quand les sonneries des cors de guerre retentissent, tour à tour. Elle les entend autant qu’elle voit les fortifications du camp, et la colonne de dorniens pratiquement en atteindre les limites. Talonnant son cheval, elle la remonte pour la devancer, et en prendre la tête, suivie de près par Garlan Goldwyne et les éclaireurs, qui les ont rejoint sitôt l’Etat-Major de l’armée prévenu.

Directement, puisqu’elle est en tête de colonne, Mahée est trouvée par l’estafette. Sans doute le fait que l’Impératrice et que la Reine Argella combattent en première ligne doit aider à ce que le messager s’adresse à elle sans lui demander au préalable qui est le général de cette armée… Le « Très bien. Merci. » que lui répond Mahée est droit, sans être agressif. Retournant à ses troupes, elle en cible l’officier que le voyage a révélé être le populaire dans ses rangs, à l’entendre un excellent soutien de feu son père, et lui délègue la tâche de gérer l’élévation du camp. L’homme hoche la tête en signe d’assentiment, et elle attend, après avoir mis pied à terre et confié son cheval aux palefrenier, que les officiers des autres maisons mettent leurs unités sous le commandement de l’officier Allyrion et qu’ils la rejoignent, avant de prendre la direction indiquée par l’estafette, vers le cœur du bourg. Dans son dos, les officiers désignés marchent bien deux pas en arrière. Appartenir à des lignées secondaires ou tertiaires des grands noms de Dorne ne les a pas privés d’éducation, même si ce genre de détail est tout à fait secondaire pour la dornienne, qui se sent épuisée rien qu’à l’idée de quarteler le cheveu du protocole.

Quoiqu’il en soit, arrivée près de la porte, elle allait frapper quand celle-ci s’ouvre d’elle-même, devant elle. Derrière, un garde démalion, à peine perceptible dans le léger jour entre le panneau de bois de la porte et son chambranle. Mahée prend le temps d’inspirer un grand coup et de se redresser avant d’entrer, suivie de près par les officiers.

Elle s’attendait, en entrant, à faire face à ce qui ressemblerait peu ou proue à un peloton d’exécution, mais en place et lieu, elle ne trouve que l’Empereur, face auquel elle s’incline. « Votre Majesté. » Dans son dos, elle entend les officiers en faire de même. « Je vous prie d’excuser notre allure, Votre Majesté. » Il fallait au moins cela. Elle porte toujours les habits prêtés par Selmy, dans un état lamentable. Son visage est plus sombre que de coutume à cause du voile de poussière de terre qui le macule. On voit que ses longs cheveux noirs et bouclés ont fait l’objet d’une tentative de tressage, mais que les tresses n’ont pas résisté au voyage. En un mot comme en cent, que ce soit Mahée ou les deux officiers, ils sont dans un état lamentable. « J’ai estimé que vous seriez moins embarassé par notre accoutrement que par notre retard… » Elle confie, s’efforçant de rester digne malgré tout, restant, flanquée des officiers, au milieu de la pièce, à bonne distance de l’Empereur, dans l’attente des directives de ce dernier.



   
I'll ride the Storm
Je me bats pour la dignité des faibles

Mahée Allyrion
Mahée Allyrion
L'Etoile du Matin
Messages : 5842
Membre du mois : 2
Maison : Allyrion
Caractère : ▪▪ Intransigeante ▪▪ Perspicace ▪▪ Loyale ▪▪ Vindicative ▪▪ Généreuse ▪▪ Rancunière ▪▪
Célébrité : Adria Arjona

Infos supp.
Richesses : 662

L'Etoile du Matin

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t6204-mahee-allyrion-x-la-deuxieme-etoile-a-droite-et-tout-droit-jusqu-au-matin https://bloody-crown.forumactif.org/t6219-les-errances-de-mahee https://hhttps://bloody-crown.forumactif.org/t6218-mahee-allyrion-x-no-foe-may-pass
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyLun 10 Aoû - 18:02



Grassy Vale, An 1, mois 11, semaine 3

Encore un dernier tour d’horizon et nous rentrerions. Il était temps. Je soupirais de lassitude. La journée avait été longue, comme toutes les précédentes. A la différence près qu’Ebryon avait décidé aujourd’hui de n’en faire qu’à sa tête. Même les grognements de Meraxès ne suffisaient pas à lui faire entendre raison, si bien que ma Sœur avait elle-même baissé les armes. Elle remuait de temps en temps la tête quand il mordait trop régulièrement le même endroit de ses pates ou de ses ailes, mais n’essayait plus de le chasser. Cela ne l’empêchait pas d’être d’une humeur massacrante. Je le sentais, en moi, au fond de mon âme. Meraxès avait grandit à mes côtés. Je connaissais ses réactions. Je pouvais sentir la tension de son corps, l’irrégularité de son souffle et des battements de son cœur. J’avais appris à la connaitre par cœur. Nous n’étions pas liées psychiquement non mais nous étions assez proches pour comprendre l’autre, pour « sentir » les émotions qui pouvaient nous troubler. Ma main vient gagner la garde de Noire-Sœur quand son corps se tend et qu’Ebryon arrête ses bêtises pour se placer juste à mes côtés, lui aussi sur ses gardes. Je ne sais pas encore ce qu’il se passe, lui non plus d’ailleurs mais Meraxès si, et nous nous fions à elle. Je la laisse aux commandes, n’essaye pas de l’empêcher de quitter ce dernier trajet que nous empruntions pour faire demi-tour et plonger plus bas vers le sol. Elle survole bientôt les troupes d’Argella qu’elle dépasse, et qui, elles-mêmes, semblent faire demi-tour. Pas assez près pour que les chevaux s’agitent mais assez pour que son ombre plane un instant au-dessus de leur tête. Ebryon s’agite quelques secondes avant que je n’entende moi-même les cors du camp sonner. Je n’ai pas leur ouïe développée. Mais je les ai eux, et je remercie chaque jour les Dieux de les protéger, veiller sur eux, et de de m’avoir offert le privilège de les côtoyer, de me tenir à aux côtés d’êtres aussi fabuleux et uniques.

Nous finissons par nous poser au plus près du camp, mais assez éloigné pour éviter la proximité des autres êtres humains. Meraxès reste méfiante même si les gardes ont appris depuis longtemps à ne pas s’approcher d’elle et ne rien tenter de stupide. Elle tolère la présence de certains à proximité, celle d’Orys, de mes enfants, de Kora et depuis peu de Torrhen, mais c’est tout. Ebryon est plus « social » bien que plus imprévisible. Il faut se méfier de l’eau qui dort, et c’est exactement le cas avec le dragonneau. Mon Loup d’époux l’a compris et fait tout pour l’ignorer lorsqu’il est avec nous, la meilleure attitude à avoir pour éviter des coups de crocs ou encore des brûlures. Il n’oublie pas que, quelque soit ma relation avec eux, les dragons restent des êtres indomptables. Ils ne sont pas domestiqués, pas même avec et par moi. Nous sommes des compagnons de route mais aucun cas je ne suis leur maitresse. Ce serait un véritable affront à leur nature et une erreur fatale de penser ainsi.

Si Meraxès s’élève dès que j’ai pied à terre, le Roi de la Nuit décide lui de rester à mes côtés. Ses quatre pattes au sol, il se remet à me mordiller la main gauche, jusqu’à ce que je sois obligée de lui taper le dessus du museau pour qu’il relâche la pression de sa mâchoire désormais plus imposante que celle d’un grand chien. Il les dépasse désormais en taille et en stature et cela ne fait que commencer. D’ici de nombreuses années, il sera plus grand de Meraxès, c’était certain En tout cas, il en prenait le chemin. Et non content que je ne le laisse pas mâchonner ma main, il décide de cracher une flammèche de protestation. Il sait que cela ne me blessera pas… Comme il sait que cela laissera une trace sur la tenue un cuir que je porte, tout comme une odeur de brulé. Et ce n’est pas le regard que je lui lance qui changera quelque chose à la joie qu’il ressent d’avoir eu, à ses yeux le dernier mot. Je lève les yeux au ciel avant de continuer ma route jusqu’au camp. Mes gardes impériaux me rejoignent très rapidement, même s’ils restent à distance, non pas de ma personne, mais du dragon qui me suit désormais joyeusement. Chacun à une main sur la garde de son épée, même s’il y a peu de chance que je me fasse attaquer ici. Mais ils se doivent d’être prudents, vigilants, bien plus qu’à l’accoutumé. Pour l’instant il m’est encore possible de cacher ma grossesse, mais ce n’est qu’une question de petites semaines avant que cela ne finisse par se savoir. Peu ont été mis dans la confidence. Non pas que nous voulions le cacher, mais après les tentatives d’empoissonnement que j’ai subi alors que j’attendais Athynea et Aeden, nous préférions restés très prudents quant à la divulgation de cet état que nos ennemis ne manqueront pas de voir comme de « la faiblesse ».

Si j’hésitais un instant lorsque le chef de ma garde me proposait de me changer, je finis par secouer négativement la tête. Ce n’était ni la première fois, ni la dernière d’ailleurs que j’assisterai à une réunion en haut lieu avec un accoutrement non approprié. Ce n’était pas le genre de préoccupation que je pouvais et voulais avoir. Si mes interlocuteurs faisaient la bêtise de me juger sur cela, ils s’en mordraient très rapidement les doigts. Que je sois en robe de soie, bien apprêtée et coiffée, ou vêtue de pièce de cuir confortables et indispensables pour le vol, et les cheveux emmêlés à cause du vent, je restais exactement la même. Je me doutais que je ne serais pas la première à arriver, alors je ne voyais nullement l’intérêt de retarder encore plus mon arrivée pour des préoccupations aussi matérielles. Et je savais qu’il en serait surement de même pour Argella qui nous rejoindrait dès que sa troupe aura pu atteindre le camp. Cependant, je devais l’avouer que je ne m’attendais à ce que Mahée soit dans un tel état, un état dans lequel je ne l’avais jamais vu auparavant. Un sourire ne peut s’empêcher de se dessiner sur mon visage alors que j’entre dans la pièce ouverte par un garde qui a le bon réflexe de s’éloigner de l’entrée en avisant la présence d’Ebryon qui se met à grogner en sentant et voyant des inconnus. Ma main se pose sur lui pour le guider jusqu’aux côtés de Torrhen qu’il ignore, son attention concentrée sur les hommes à la peau aussi sombre que celle de la jeune femme. Mon père avait l’habitude de répéter à qui voulait l’entendre que ce n’est pas le temps qui est sous le pouvoir de l’homme mais, l’homme qui est, le pauvre, sous le pouvoir du temps pour excuser son retard. dis-je en guise de salutation aux trois dorniens. Je leur adresse un signe de la tête polie, avant de déposer un baiser sur la joue rugueuse de mon époux comme j’en avais l’habitude. Je vous en prie, ne vous inclinez point. Votre route a dû être aussi longue que notre journée alors épargnez-vous cela. ajoutais-je alors que je m’asseyais sur l’une des chaises présentes. Sa majesté Argella ne saurait tarder, bien que j’ai peur qu’elle ne puisse nous rejoindre dans la minute. Nous étions assez éloignées du camp lorsque les cors ont sonnés. Prenons tous le temps de boire un instant avant de commencer. Nous en avons tous besoin.  Ensuite nous pourrons passer aux présentations formelles, même si je tiens tout de même à vous indiquer que le Dragonneau ici présent est d’une humeur assez… lunatique ce jour. Je vous priais à tous de ne surtout pas faire de gestes ou de cris trop brusques et d’en aucun cas l’affronter du regard. Dans la mesure de votre possible, ignorez le et il finira par arrêter de vous menacer aussi ouvertement. finis-je par prévenir les trois êtres à la peau d’ébène.







PRYJATAS


Je prendrai ce qui me revient par le feu et le sang. Je ne suis pas une femme ordinaire et mes rêves se réalisent. Nous sommes la Meute et la Volée et nous n'avons pas peur. Nous choisissons la violence et nous répondrons à l'injustice par la justice. Jusqu’à ce que le soleil se lève à l’Ouest et se couche à l’Est, jusqu’à ce que les rivières soient asséchées et que les montagnes frémissent au vent tels des feuilles. (c)codage - Kanala

Rhaenys Braenaryon
Rhaenys Braenaryon
Femme ? Est-ce censé m'insulter ? Je vous retournerai la gifle, si je vous prenais pour un homme
Messages : 3690
Membre du mois : 10
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon, dont la devise est "feu, sang et hiver"
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis ● Impétueuse ● Revancharde ● Fidèle ● Aimante
Célébrité : Emilia Clarke

Infos supp.
Richesses : 131

Femme ? Est-ce censé m'insulter ? Je vous retournerai la gifle, si je vous prenais pour un homme

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t79-rha https://bloody-crown.forumactif.org/t340-rh https://bloody-crown.forumactif.org/t3278-rha HTTPS://KANALATTAQUE.TUMBLR.COM/
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyLun 10 Aoû - 22:36

La bière est épaisse. Presque sirupeuse. Un arrière goût de miel. Sous ces latitudes, ils ne concevaient pas cette boisson sans d’énormes ajouts de sucre, et le plus facile d’accès, le plus simple à produire, vient le plus souvent des ruches. Ils ont de l’imagination, au sud. Pour ça et pour tant et tant d’autres choses. Pourtant je suis là, moi. Plus instinctif que planificateur, plus opportuniste que stratège. J’ai vu une ouverture, un outil du destin. Il était là, par terre. Abandonné de tous. Pourquoi le jeter quand il pouvait encore servir ? L’armée dornienne n’était plus si vaste, mais elle était du genre à poser de terribles problèmes tactiques. A l’infanterie lourde nordienne ou impériale, ils opposeraient flèches et retraits empressés, pour revenir nous cueillir de volées. A la cavalerie lourde, ils opposeraient leurs piques et leurs lances, autant d’armes d’hast constituées en barrière infranchissable. Et pour les archers longs de l’Orage, leur propre cavalerie lourde. Ils étaient un furoncle sur l’arrière train de l’Empire, le genre de menace qui ne nous abattrait jamais à elle seule, mais qui allait nous faire perdre en efforts et en efficacité sur tous les autres combats que nous aurions à mener.


Je me sentais perdu. Perdu sous le poids de mes décisions, de ma responsabilité. Je jouais tout l’Empire, et directement des dizaines de milliers de vies, sur un simple calcul. Celui que l’ennemi est plus nombreux et puissant, et que la concentration des forces tout en diluant ses propres efforts serait la clé. Jouer ensemble, au même endroit, quand l’ennemi se targuerait de nous étouffer de tous les côtés à la fois. Faire en sorte de remporter une partie ingagnable d’un coup d’un seul. S’il fallait en subir plus, d’assauts, alors c’en serait fini de nous. Je serais tué au combat, ou pendu. Rhaenys si elle survivait, finirait chez les Sœurs du Silence, ou au secret dans la plus reculée des tours. Et les enfants…


Mieux valait ne pas y penser.


L’huis s’agit et plusieurs silhouettes font leur entrée. Elle est méconnaissable, leur cheffe. Toujours aussi farouche et aussi belle, mais infiniment moins soignée et apprêtée que les dernière fois où je l’avais vue, avant son départ. La jeune dame, brune mais couverte de poussière, s’avance. Je reste raide, campé sur mes jambes. J’attends, dans l’attitude fière et souveraine de celui à qui l’on rang hommage. La belle toute crottée s’incline, me salue, me prie de l’excuser. Nul sourire sur mon visage, sur mes traits. Elle est venue accompagnée, et nous sommes dans un monde de paraître. J’allais entamer…


Mais la porte s’ouvre encore. Sur la dragonnière et impératrice, qui arrive sans retenue et elle non plus sans atours, revenue du front. Calme et joviale, sans méfiance ni retenue. Je l’envie pour cette liberté, mais je la récrimine intérieurement. Il y a des choses sérieuses comme la présentation à des officiers que l’on ne sait pas encore s’ils sont neutres, alliés, ou encore autre chose. Mais la belle aux cheveux presque blancs emporte presque tout sur son passage. Son baiser sur ma joue ne me détend guère, toutefois, et si je ne me débine pas à son contact, je toise les dorniens en assumant pleinement l’incartade féminine au protocole impérial. L’Impératrice propose de boire et met en garde les dorniens de la présence d’Ebryon. Je toise le dragonnet, alors que je tape trois fois du poing fermé contre le bois de la taverne. On avance alors pichets d’eau fraîche, de vin, de bière, de tout ce que l’on pourrait souhaiter. Les échansons sont bieffois. Fouillés et surveillés à l’intérieur. Ils ne mouftent pas et fuient les regards. Je tends mon godet à l’un d’eux, en toisant fixement Rhaenys d’un amour inconditionnel mais pourtant du pragmatisme de celui prêt à aller à l’encontre de ses sentiments pour une question de forme.



| Le jeune Ebryon ici présent devra bien se tenir ou sortir ; il n’est peut être pas de mon sang mais suivra les mêmes règles que ses cadets irrigués du sang et des traditions du nord. Ce ne serait que piètre accueil, ma Dame, que votre petit frère ne vienne esquinter l’un de nos amis du sud. |


Regard entendu, mais sérieux. Je m’avance face à Mahée, que je domine de toute ma taille et de ma carrure. Difficile de lire mes sentiments dans mon regard de loup, de vieux prédateur qui juge mais n’agit point. Je ne prends la parole qu’après un long silence, non sans lui prendre la main dans la mienne en guise de salut plus formel que dans une cour, mais avec la pression et le contact d’une amie, d’une alliée, presque d’une proche. Nous avons nos différents, et peut être sont-ils difficilement conciliables, les dieux seuls sauraient le dire. Mais nous agissons ensemble.


| Dame Mahée Allyrion, il semblerait que l’Empire ai une dette envers vous. Je ne connais ni les détails de votre action ni la totalité des épreuves traversées, mais je les pense fameuses. Vous ramenez des milliers d’hommes pour combattre le seul véritable ennemi, et en cela je ne puis qu’être votre débiteur. Ensemble, nous avons plus de chances de l’emporter… Et de faire rendre gorge aux adversaires qui nous ont mis dans cette situation. Je n’ai jamais douté ni de la force de votre conviction ni de la portée de vos valeurs ; vous nous prouvez être digne de confiance, et notre sœur dans les combats à venir. Alors, merci. |


Je lâche enfin sa main, et serre vigoureusement et avec chaleur celle de ses quelques officiers.


| A vous, messieurs, je vous réitère les promesses qu’aura pu vous faire Dame Mahée, qui parlait en notre nom. L’Empire n’a qu’une parole. |


Je coule un regard vers Rhaenys, puis vers Mahée. Je tends une coupe vers ma femme, ne sachant si la monte ou la grossesse naissante allait l'incliner ou non à l'accepter pour se désaltérer.


| Commencez par parer aux urgences ; que faut-il à vos hommes ? Nous leur avons réservé une section proche du camp principal, et des vivres seront convoyés dans la soirée et dans la nuit. Mais si vous avez des demandes spécifiques, mieux vaut nous les formuler avant d’entrer dans les détails de vos aventures et de votre nouvel engagement. |




Soothsayer, can you save them? Can you see the streets in blood? The remnants of your name? Soothsayer, can you save them?Soothsayer, let these words set you free. And now, give this leave and come away with me

Torrhen Braenaryon
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 37474
Membre du mois : 179
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 1160

Fire, Blood and Winter.

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyLun 17 Aoû - 16:29











Faction Before Anything Else
Multiple

Depuis sa dernière entrevue avec Torrhen, Argella tâchait de rester sans cesse occupée. Elle organisait et participait aux missions de reconnaissance autour de Grassy Vale, elle assistait aux entraînements de ses soldats supervisés par Dovan Caron et les autres capitaines de l’ancienne avant garde et s'exerçait elle même plusieurs heures par jour. C’était encore plus vrai depuis qu’elle avait pris ses quartier dans la forteresse car elle ne pouvait s'empêcher de repenser à ce qu’avait dit l’Empereur, même si elle n’y croyait pas, même si cela restait une très mauvaise idée, elle ne pouvait pas oublier et balayer l’idée d’un revers de main. Alors elle travaillait.

Les éclaireurs avaient repéré l’avancée d’une petit troupe de cavaliers dorniens à la tête desquels se trouvaient Ser Garlan et Lady Mahée Allyrion. Evidemment cela avait fait grand bruit et une inquiétude palpable s’était répandue dans tout le camp. Avec ce qui s’était passé à Accalmie, la Reine Guerrière ne pouvait pas leur faire aveuglément confiance, mais elle préférait néanmoins croire qu’ils rejoignaient l’Empire pour de bonnes raisons. D’ailleurs, elle ne comprenait pas qu’ils n’aient pas été plus nombreux et que tout le monde ne rallie pas l’Empire, parce que c’était ce qu’il y avait de mieux, objectivement. Elle ne parvenait pas à imaginer que les Dorniens préfèrent s’allier au Bief qui les avaient attaqués et fait plier au prix de nombreuses vies qu’aux Braenaryon qui ne leur avaient jamais montré la moindre hostilité. Lyle Salfalaise et ses exactions n’étaient que des prétextes pour justifier leur retournement et l’Impétueuse ne tolérait pas une telle prise de position, pas plus que leurs trahisons envers l’Empire.

La troupe de sudiens ne serait pas là avant plusieurs heures et la brune aux yeux céruléens voulait s’assurer qu’il ne s’agisse pas d’une diversion de l’ennemi. Elle était donc partie avec des éclaireurs et avait envoyé des équipes au quatre coins de la campagne alentours afin de s’assurer qu’aucune troupe ne puisse les prendre par surprise. Les éclaireurs n’avaient rien trouvé d’inquiétant et les Dorniens devaient être arrivés, il était temps à présent de rentrer. La jeune biche fit donc faire demi tour à ses troupes et aperçu au dessus d’elle Méraxès et Rhaenys, s’arrêtant un instant pour observer la belle blonde sur sa majestueuse monture, un sourire se dessinant sur ses lèvres. Pour sûr, elle préférait avoir cette bestiole là dans son camp plutôt que contre elle. Les cors sonnèrent et Argella talonna brutalement Sombre Orage qui partit au grand galop, faisant un instant la course avec l’ombre du Dragon. Ses troupes peinaient à suivre le rapide palefroi elle se détacha au devant, les laissant rentrer à leur rythme. Qu’importe, ici le terrain avait déjà été patrouillé plus que de raison et elle devait se hâter, surtout si même Rhaenys semblait faire demi tour. Elle avait sous estimé leur temps d’arrivée, hélas.

Le message était arrivé auprès de son échanson, mais ne sachant pas où trouver la Reine, il avait dû attendre son retour. Elle fut donc avertie dès qu’elle mit pied à terre, confiant son cheval à son écuyer malchanceux. Les cavaliers Dorniens étaient déjà arrivés et les Orageois ne les regardaient pas tous avec bienveillance. Elle fit prévenir Lord Caron pour qu’il s’assure que rien ne vienne perturber leur installation, elle le savait favorable à un rapprochement avec Dorne, il ferait donc le travail mieux que quiconque. Quand à elle, après s’être rincé le visage et les mains, elle se rendit comme elle était dans les quartiers impériaux. Elle portait une armure de cuir légère aux couleurs de l’Orage dont elle avait enlevé le gorgerin et après sa chevauchée, sa tresse ne ressemblait plus à grand chose, mais qu’importe, pas le temps de se recoiffer. Elle passa devant les crucifiés, ils méritaient leur sort sans aucun doute, mais elle détestait les entendre gémir et les voir agoniser. Elle détourna le regard en grognant. La garde Régine qui l’entourait jusqu’à présent, renforça la surveillance une fois qu’elle passa les portes de l’auberge transformée en État-major, seul son capitaine resta avec elle jusqu’à la porte. On la fit entrer sans attendre, tout le monde était déjà là, le chevalier resta à l'extérieur. Un parchemin était roulé dans la main de la jeune femme, son épée au côté, elle s’arrêta un instant, inclinant la tête devant le couple Impérial, regardant longuement Mahée. Elle avait changé, elle le sentit dès le premier regard. Elle lui sourit et hocha brièvement la tête. Maintenant elle savait, elle portait le poids du pouvoir, de la guerre et de la mort. La Reine de l’Orage l’avait prévenue lors de leur première rencontre, pour qu’elle ne soit pas surprise par le goût amer que laissait une telle entreprise. La dornienne se souvient-elle seulement de cette partie de leur conversation où seulement de leur accrochage ?

__ Vos Majestés Braenaryon, Lady Allyrion, Messers, veuillez m’excuser pour le retard, je revenais de reconnaissance lorsque j’ai appris que vous me mandiez pour cette réunion.

La Durrandon ne s'excusa pas pour son allure, elle était comme d’habitude, elle était en campagne. Elle ne pris pas non plus outrage de celle de Mahée, les voyages ne faisaient pas bon ménage avec les belles coiffures et les robes de soie, elle était bien placée pour le savoir. Évitant soigneusement Ebryon du regard comme des ses pas, elle prit place aussi près de l’Impératrice que possible, mais à bonne distance du dragonneau et regarda la chaise sur laquelle elle avait songé s'asseoir d’un air circonspect, comme si une telle chose lui était inconnue. En revanche, le godet proposé par l’échanson lui disait quelque chose, elle demande de l’eau qu’elle but d’une traite, puis du vin dans lequel elle trempa les lèvres.

__ J’ai chargé Lord Dovan Caron de s’assurer que personne ne cherche offense à vos hommes. Après les massacres perpétrés dans l’Orage par les Dorniens, j’espère que cela suffira, mais je tâcherais de m’en assurer personnellement dès que possible.

Argella sourit et ajouta, moins martiale que précédemment, avec même l'ombre d'un sourire de reconnaissance sincère sur ses lèvres :

__ Et merci. Merci Lady Allyrion d’avoir tenu votre engagement et merci Messers d’avoir choisi de la suivre sur la voie qui n’est peut-être pas la plus évident, mais qui est la plus juste, pour Dorne et pour l’avenir de Westeros.

La jeune femme serra la missive qu’elle tenait dans sa main et qu’elle n’avait pas encore osé envoyé aux nobles de Dorne afin de mettre un peu plus le feu à la poudrière.


made by lizzou – icons & gif by tumblr
Merci à rawr & (c) FreeSpirit



Spoiler:
 

Argella Durrandon
Argella Durrandon
↯ Sienne est la Fureur ↯
Messages : 1062
Membre du mois : 0
Maison : Durrandon
Caractère : de merde
Célébrité : Bridget Regan

Infos supp.
Richesses : 375

↯ Sienne est la Fureur ↯

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t5577-argella-durrandon-mine-is-the-fury https://bloody-crown.forumactif.org/t5586-argella-durrandon-chroniques-de-l-orage https://bloody-crown.forumactif.org/t5587-argella-durrandon-riders-in-the-storm
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyJeu 20 Aoû - 12:21

Quelle drôle, quelle désagréable situation… Mahée est là, se tenant aussi droite et fière, digne, que possible malgré son allure lamentable, à faire des courbettes alors qu’un millier de sujets sont bien plus brûlants et mériteraient qu’on les traite dans l’instant… Elle est fébrile, la dornienne, bien que son éducation lui permette d’intérioriser son stress et de n’en rien laisser paraître. Entraînée à prendre sur elle pour le bien des apparences, elle ronge son frein, ne parvenant pas malgré tous ses efforts à calmer le tournis qui emballe son esprit, la multitude de pensées plus ou moins fugaces qui l’assaillent de toutes parts, toutes portant la mention « PRIORITAIRE », chacune refusant de céder la place à une autre… Mahée a l’impression que sa tête n’est qu’une énorme pelote de laine truffée de nœuds inextricables. Même si elle est loin de se sentir faible ou souffrante, elle a le tournis, ignore totalement par où commencer, où donner de la tête, et l’idée de passer à côté de quelque chose de capital la terrifie.

Quand la porte s’ouvre, elle saute sur la distraction et se retourne, un mince sourire étirant ses lèvres à la vue de l’Impératrice, irradiant de charisme, autant qu’à l’entente de son trait d’esprit, avant que son visage ne prenne une expression de surprise pure à l’entrée du dragonneau. Les deux officiers, pour leur part, tentent d’abord de se montrer courtois et respectueux, mais ne peuvent retenir un sursaut de stupeur à l’entrée de l’animal mythique. Comme trois idiots, les dorniens restent cois, et suivent des yeux la bête écailleuse qu’ils voient pour la première fois. Mahée n’en mène pas plus large que les officiers, puisque, comme eux, elle découvre. Il leur faut, indéniablement, à tous les trois, tout ce qu’ils possèdent de contrôle sur eux-mêmes pour se reprendre, et tenter de respecter les directives de l’Impératrice. De son côté, la dornienne parvient à faire abstraction. Sitôt la consigne donnée, elle ignore Ebryon, résistant avec beaucoup d’autodiscipline à la fascination qu’il exerce pourtant sur elle… Vaille que vaille, même si cette parenthèse a été la plus que bienvenue pour Mahée, dont l’esprit a été confortablement entièrement dirigé vers un seul sujet pendant quelques secondes, elle a été de courte durée et, le besoin la pressant, elle est obligée d’en revenir rapidement à son stade antérieur, presque rompue d’angoisse et d’appréhension.

Son état de tension est tel qu’elle se formalise à peine d’entendre l’Empereur qualifier le dragon de frère de son épouse. Cette situation, en fait, a un goût d’irréel pour la femme du désert. Elle a, bien sûr, eu des cours théoriques sur la question, connaît le protocole sur le bout des doigts, les prédicats à utiliser, ce que préconise la bienséance… Et bien sûr, elle s’est déjà retrouvée dans des réceptions mondaines… Mondaines. Pas militaires.

C’est un euphémisme de dire que la plus grande confusion règne en son sein. Mahée a autant l’impression d’usurper que de mériter sa place entre ces murs, et refuse de se laisser intimider, bien que l’étant, par les têtes couronnées qui lui font face. Il lui faut déployer jusqu’à ses dernières réserves de courage pour rester debout dans cette pièce, lutter contre tous les réflexes élémentaires de préservation de soi qui lui hurlent de prendre ses jambes à son cou, tant la situation est inconfortable pour elle, génératrice d’angoisse. Paradoxalement, sans doute victime du trop plein d’émotions, son visage ne parvient pas à en exprimer une seule face au couple impérial. Elle attend, anxieuse, que le couperet tombe. Et, quand il tombe, que sa main se retrouve dans celle de l’Empereur… Il condamne Mahée au silence, pour un moment. Stoïque, elle accueille les remerciements qui lui sont faits. Elle sent dans son dos que les deux officiers échangent un regard. Et elle, elle ne sait pas vraiment comment réagir… « Nous avons fait ce que nous avons pu… » Elle finit par répondre, à voix basse, après avoir jeté un regard à son tour vers les officiers, qui font eux aussi, à leur surprise visible, l’objet de remerciements. L’entendre renouveler l’ambition de tenir les engagements pris par Mahée, ainsi que la démonstration d’amitié de laquelle ils font l’objet rassure les deux hommes, qui se fendent d’un discret sourire.

La prise de contact faite, pour le plus grand bonheur de la dornienne, l’Empereur peut en venir aux faits, se montrer pragmatique. Trop tendue pour boire, l’estomac noué, elle boude les boissons. Prête à prendre la parole, la porte s’ouvre de nouveau et entre alors la reine Argella, qui, tout comme l’Impératrice, irradie de charisme malgré, ou peut-être grâce à ?, son allure guerrière. De même qu’à l’entrée de la nymphe aux cheveux d’argent, les réflexes l’emportent sur la fatigue ou le stress, et Mahée se fend d’une révérence respectueuse. Que sa Majesté Argella la gratifie d’un sourire ajoute au sentiment de surréalisme de la dornienne, qui ne peut répondre que d’un signe de tête révérencieux. Elle est trop perplexe pour sourire, pour comprendre à quoi elle doit ce geste, loin d’être anodin, et qui vient s’ajouter au maelstrom de points d’interrogation qui tournoient dans son esprit, et le mettent à genoux. Polie, bien sûr, elle attend patiemment que la monarque de l’Orage s’installe et qu’elle se désaltère. Peu soucieuse de réveiller la défiance de la jeune biche, Mahée attend un signe clair qu’elle peut reprendre la parole, et ne la subtilisera donc pas à l’une des têtes couronnées qui lui font face.

Un nouveau signe de tête, de gratitude cette fois, est adressé à la reine de l’Orage. Malgré elle, la belle dame à la chevelure d’ébène rappelle au bon souvenir de la dornienne le comportement infamant des hommes de la principauté duquel elle a été témoin pendant les quelques jours passés à Grigibets. Elle frissonne de dégoût… Presque distraite quand les remerciements de la dame tombent à leur tour, faisant monter un voile rosé aux pommettes de la dornienne, heureusement imperceptible sous la couche de poussière qui lui macule le visage. Son regard allant de l’Empereur, à l’Impératrice sans oublier la reine de l’Orage, Mahée s’efforce de conserver le plus de dignité possible. « Je ne fais que tenter de réparer l’impair commis par les Martell… L’Empire et Dorne n’auraient jamais dû se retrouver dans des camps opposés, pour commencer. Le Bief est notre ennemi à tous. Merci à vous de m’avoir donné la possibilité de me positionner à vos côtés contre lui, et, se faisant, de me permettre de tenter de réhabiliter, au moins en partie, l’honneur de ma patrie. » Dignité, honneur, courage… Ce sont, de loin, les valeurs ancrées le plus profondément en Mahée, pour lesquelles elle est prête à se battre bec et ongle… Et à mourir. « Je vous présente les ser Gorgyle et Toland. » Elle enchaîne, en désignant les deux officiers. « Ils appartiennent aux maisons éponymes. Parmi les troupes soustraites à Grigibets, il y avait également des Toland, Poulet et Dalt. J’ai promis à chacun d’entre eux qu’ils pourraient communiquer, une fois, avec leur maison sous la supervision de vos mestres… » Elle explique, espérant que le trio royal comprendrait ses raisons, sans qu’elle n’ait à les expliquer. Elle enchaîne donc, en commençant par la reine Argella. « Merci pour les ordres que vous avez donnés, votre Majesté. Après ce que j’ai vu à Grigibets, je ne saurai en vouloir aux orageois de haïr les dorniens… » Elle baisse les yeux, contrite, songeant que la guerre pervertit tous les cœurs, avant de les redresser, déterminée. « Je vous assure que si le moindre comportement déviant devait m’être rapporté, il serait corrigé avec la plus extrême des fermetés… » Elle est elle-même d’une extrême raideur en prononçant ces mots. En revenant à l’Empereur, elle poursuit. « La mutinerie s’est faite rapidement, et dans le sang. J’ai tenté de stabiliser les blessés comme j’ai pu, mais dans certains cas, c’est loin d’être suffisant. Pourriez-vous mandater un mestre pour s’occuper des hommes qui en auraient le besoin s’il vous plaît ? » Elle demande, laissant une brève pause se faire, avant de reprendre. « Mes hommes, grâce aux ordres communiqués à ma mère, étaient prêts. En revanche, certains se sont mutinés au pied levé et n’ont pas eu le temps d’emporter quoi que ce soit. Serait-il possible que les ser Qorgyle et Toland prennent contact avec votre logistique pour évaluer les besoins des troupes supplémentaires s’il vous plaît ? » A la mention de leurs noms, les deux officiers se redressent, tentant, eux aussi, d’être dignes.

Mains jointes devant elle, Mahée finit par baisser les yeux, laissant un bref silence s’installer, manifestement à la recherche de ses mots… Avant de reprendre. « Vos Majestés, maintenant que ma rébellion vis-à-vis des Martell est effective, il est impératif que nous entrions en contact avec les maisons nobles de Dorne… Je sais que la Principauté compte un nombre significatif de mécontents, que certains le sont assez pour refuser de payer leurs impôts ou d’envoyer leurs troupes… Mais je n’ai pas les noms. Je sais que mon oncle, Milhan Noirmont, est acculé en ses murs et se sent abandonné… Le moment est crucial. Nous devons absolument faire en sorte d’attiser la rancœur déjà bien présente à l’encontre des Martell dans la Principauté, et trouver un moyen de canaliser toutes les forces qui pourraient leur devenir hostiles… Par ailleurs, la Grâcedieu fera sans doute l’objet d’une vendetta de la part des Martell, je vais devoir envoyer des directives à ma mère très rapidement… » Après cette longue tirade, elle reprend son souffle et continue de faire aller et venir son regard de l’une à l’autre tête couronnée, pour s’arrêter sur la reine Argella. « Votre Majesté, l’armée stationnée à Grigibets est conséquente. Il est possible que son objectif soit de défaire l’armée de Lord Selmy, et ainsi de s’ouvrir la voie vers Accalmie… » Son air est contrit à cette annonce, et elle se tourne brièvement vers les deux officiers qui l’accompagnent, espérant naïvement qu’ils pourront apporter plus de précisions, infirmer ou affirmer cette supposition…



   
I'll ride the Storm
Je me bats pour la dignité des faibles

Mahée Allyrion
Mahée Allyrion
L'Etoile du Matin
Messages : 5842
Membre du mois : 2
Maison : Allyrion
Caractère : ▪▪ Intransigeante ▪▪ Perspicace ▪▪ Loyale ▪▪ Vindicative ▪▪ Généreuse ▪▪ Rancunière ▪▪
Célébrité : Adria Arjona

Infos supp.
Richesses : 662

L'Etoile du Matin

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t6204-mahee-allyrion-x-la-deuxieme-etoile-a-droite-et-tout-droit-jusqu-au-matin https://bloody-crown.forumactif.org/t6219-les-errances-de-mahee https://hhttps://bloody-crown.forumactif.org/t6218-mahee-allyrion-x-no-foe-may-pass
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyMer 9 Sep - 21:59



Grassy Vale, An 1, mois 11, semaine 3

Je jetais un regard en biais à Torrhen quand il parlait de la bonne conduite d’Ebryon. Ne savait-il pas mieux que quiconque ici, en dehors de moi, qu’il n’était pas possible de dompter un dragon ? Ma main se glisse sous la table pour lui serrer légèrement la jambe en guise d’avertissement. Mon Dragonneau relevait de mon entière responsable et j’étais la seule apte à savoir ce qui était bon ou non pour lui. Si les choses devaient déraper d’une façon ou d’une autre, j’en prendrais la responsabilité, et je m’interposerai. Je ne craignais pas les brulures et j’avais habitué aux coups de crocs, griffes ou queue si bien que je ne les redoutais nullement. Cela était mon affaire. Nous partagions tout avec Torrhen, mais pas cela. J’étais Dragon et il était Loup. La différence était trop importante pour qu’Ebryon puisse accepter la moindre remontrance du nordien, qui y laisserait surement la vie. Or, il n’en était nullement question ici. SI nous avions été seule, je lui aurais dit… Mais là nous avions un public. Nous devions faire front commun et je ne le contredirais pas, même si je le mis en garde discrètement.

Torrhen se lève et s’avance vers la Dornienne. Il laisse planner un silence avant de s’adresser à elle. Comme tous ceux présents, je l’écoute et ses mots sont assez justes pour que je ne trouve rien à ajouter à sa suite. J’incline la tête à l’égard de la sudiste, un geste qui se veut respectueux, confiant. Il s’en défend bien souvent mais mon époux s’est très bien parler et réchauffer les cœurs également. Bien plus qu’il ne le pense, bien plus que je n’en suis capable. Il a cette expérience qui me fait cruellement défaut. Je prends la coupe qu’il me tend, même si je ne compte pas la boire. J’y tremperai mes lèvres en gage de respect, mais je n’en avalerais pas le contenu, pas alors que je n’étais plus seule. Je porte un toast aux gens en face de moi, puis ajoute à la suite de Torrhen Vos hommes seront traités avec le même égard que tous ceux composant l’empire. Nous assurerons leurs sécurités et pourvoirons à leur besoin dans la mesure de notre possible. Nous avons à cœur à traiter tout le monde sur un même pied d’égalité. Je m’arrête à l’arrivée d’Argella, que je salue d’un signe de tête et d’un sourire. Nous avions toutes la même allure finalement, bien plus des « sauvageonnes » que des dames de la cour…. Et j’aimais cela. Notre allure reflétait notre engagement, notre implication et notre combativité. Nous n’étions pas là pour paraitre, mais pour agir. Je savais les dorniens bien plus ouverts sur ce sujet, alors cela ne devrait nullement les importuner. Alors que la Reine de l’Orage s’assoit à mes côtés, elle récupère la coupe qu’on lui tend, et précise ce qu’elle a mis en place pour assurer la sécurité des dorniens. Je hoche la tête et ajoute Si offense ou incidence doit arriver, soyez assurés que le ou les coupables seront jugés par les lois de l’Empire, avec toute la sévérité nécessaire. Et son châtiment sera à la hauteur de son écart. Cela était un avertissement pour Argella et une assurance pour les Dorniens présents. Nous ne serons aucune exception, qu’importe son royaume d’origine. Je n’avais jamais fait de différences, et cela ne commencerait pas aujourd’hui.

J’écoute Mahée prendre la parole avec attention et secoue la tête négativement lorsqu’elle nous remercie. Elle n’a nullement besoin de le faire. Nous avions tous notre part à faire, notre rôle à jouer dans ce grand dessein qu’est la paix. Nous n’avions fait que légèrement l’aider sur la voix qu’elle avait elle-même déjà choisie. Le reste était de son propre ressort et les remerciements devaient lui être adressés à elle et non à nous. Je salue les deux ser une fois de plus avec un signe respectueux de tête. Les mestres de l’Empire sont à la disposition de tous. Et nous vous renouvelons notre promesse quant à garder vos gens et vos proches en sécurité. Si vous le désirez, ils peuvent rejoindre dès à présent notre capitale, nos terres, et nos villes sécurisés. Nos portes leurs seront toujours ouvertes. Si c’est là vos souhaits, n’hésitez pas à nous en informer afin que nous puissions organiser cela. Aujourd’hui, demain, dans un mois, dans un an… Cette proposition n’a aucune limite dans le temps. Nous protégeons les nôtres et ils faisaient désormais des nôtres dès lors où ils s’étaient engagés aux côtés de lady Allyrion qui continue de nous informer de ses actions et des répercutions que cela engendre. Chaque royaume est différent. Vous connaissez mieux que quiconque ici le peuple dornien. Vous avez de nombreuses choses à nous apprendre. Nous sommes à votre écoute, quant à une stratégie pour rallier ses maisons. Que préconisez-vous ? lui demandais-je, avant de me tourner vers Argella. Majesté, il serait bon de vérifier au plus tôt ces informations afin d’aviser au plus vite. Il n’est point question de laisser l’Orage se faire envahir alors que nous marchons sur le Bief. Je regardais ensuite Torrhen qui ne manquerait surement pas de compléter mes propos. Je n’étais pas douée pour ce genre de choses. Je n’étais pas une grande stratège. Je n’étais pas non plus une chef de guerre et une dirigeante comme lui l’était. J’apprenais, chaque jour un peu plus, mais j’avais encore tellement de compétences à acquérir, là où lui était désormais rodé.







PRYJATAS


Je prendrai ce qui me revient par le feu et le sang. Je ne suis pas une femme ordinaire et mes rêves se réalisent. Nous sommes la Meute et la Volée et nous n'avons pas peur. Nous choisissons la violence et nous répondrons à l'injustice par la justice. Jusqu’à ce que le soleil se lève à l’Ouest et se couche à l’Est, jusqu’à ce que les rivières soient asséchées et que les montagnes frémissent au vent tels des feuilles. (c)codage - Kanala

Rhaenys Braenaryon
Rhaenys Braenaryon
Femme ? Est-ce censé m'insulter ? Je vous retournerai la gifle, si je vous prenais pour un homme
Messages : 3690
Membre du mois : 10
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon, dont la devise est "feu, sang et hiver"
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis ● Impétueuse ● Revancharde ● Fidèle ● Aimante
Célébrité : Emilia Clarke

Infos supp.
Richesses : 131

Femme ? Est-ce censé m'insulter ? Je vous retournerai la gifle, si je vous prenais pour un homme

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t79-rha https://bloody-crown.forumactif.org/t340-rh https://bloody-crown.forumactif.org/t3278-rha HTTPS://KANALATTAQUE.TUMBLR.COM/
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyJeu 10 Sep - 13:57

Il y a tellement d’enjeux à ce retour des dorniens en sphère impériale qu’il serait sans nul doute très difficile de tous les isoler facilement. Je vois Argella arriver. Comme une tempête, on sent le poids d’un danger malgré tout fascinant qui entre dans la pièce. Boule d’émotions et de convictions, plus tempétueuse encore que la jeune femme que j’avais choisie comme épouse et qui pourtant lui ressemblait tant. Je me sentais étrangement seul et détaché dans cette glorieuse assemblée, qui pourtant faisait écho aux derniers mots échangés avec la Reine de l’Orage ; ce monde n’appartiendrait bientôt plus aux vieux guerriers, mais à cette jeune génération de conquérantes et de diplomates, d’héroïnes d’un genre nouveau qu’il ne fallait pas négliger ni sous estimer. Je capte le regard céruléen de la souveraine et incline la tête en signe de respect et de salut, quand elle s’excuse du retard. Il n’en est pas vraiment un de toute façon, car nous avions à peine commencé. Aussitôt arrivée, la Biche met le doigt sur un problème assez majeur dans notre façon de gérer toute cette situation ; le ressentiment entre des gens qui ont été ennemis. Elle semble toutefois heureuse tant du dénouement que de la mission, et j’en suis un rien surpris. Elle a mis de l’eau dans son vin, de toute évidence, mais je me méfie toujours de sa fierté et de celle de la dornienne ; deux créatures aussi magnifiques qu’ombrageuses, qu’il ne faut surtout pas cantonner à leurs atours à faire frémir le plus imperturbable des hommes car ces donzelles-là sont le genre à vous arracher la carotide avec les dents si vous les emmerdez un peu trop.


Je hoche à nouveau la tête quand la dornienne nous remercie et nous présente ses compagnons. Le sujet s’oriente sur les risques et dangers à faire se côtoyer ces troupes qui se détestent et qui ont déjà eu maille à partir par le passé. La belle évoque les soucis de soins et de logistique de ses troupes. Et Rhaenys embraie en accordant déjà toutes les largesses possibles. Je prends alors la parole, d’un ton autrement plus grave et sérieux.



| Bienvenue, messers. Je suis honoré de faire la connaissance d’hommes de votre trempe ; il n’est jamais facile de servir dans une guerre, j’imagine qu’il est donc plus encore compliquée de s’éloigner plus encore de la paix pour en espérer une meilleure. Ma dame a tout dit. Nous avons encore des blessés mais il n’y a pas de priorité nationale au sein de l’Empire. Faites porter les vôtres près des écuries de la ville ; nous y avons installé vus les larges espaces couverts, la totalité des combattants ayant besoin de soins. Les vôtres y auront droit, et sous surveillance de troupes impériales, sous uniforme Braenaryon. Il n’y aura pas alors à craindre de l’indiscipline. Nous surveillerons le reste. Vos gens peuvent tout à fait communiquer avec leurs maisons ; c’est même indispensable à votre cause, Lady Allyrion. Mais prenez garde des codes et signatures, il ne faut pas que le courrier indique notre position de départ, quitte à ce que les réponses doivent nous chercher un peu plus longtemps. |


Sécurité élémentaire, certes, mais parfois oubliée dans la précipitation des campagnes. Rhaenys dit tout ce qu’il faut et laisse l’opportunité à la dornienne de s’exprimer ; elle apprend vite. Sereine mais à l’écoute, convaincue mais participant à l’émulation de ceux qui nous entourent et nous aident. Je prends sa main dans la mienne un court instant pour y exercer une pression de fierté et d’encouragement ; j’étais heureux de la façon qu’elle avait de s’élever dans ses responsabilités. Je tourne mon regard vers Argella, envers qui je ressentais une grande confiance, malgré la méfiance dûe à son tempérament.


| Votre Grâce, il faut que l’on discute stratégie. C’était un risque que nous avions calculé que votre capitale soit exposée, c’est pourquoi nous avons l’armée Selmy en arrière… Mais seule, elle risque d’être à la peine, même en position favorable à Frétilletrique. Soit nous poursuivons notre offensive en territoire ennemie, soit nous détruisons ces armées qui menacent votre capitale, mais l’un ou l’autre de ces choix permettra à l’ennemi sur l’autre front de se renforcer dans l’intervalle… Si nous devions faire machine arrière, je resterais ici avec une partie des forces impériales et le corps d’armée nordien, ainsi que celui de Mahée Allyrion, pour retenir l’ennemi. |


Je laissais le choix à Argella, car c’était son pays, c’était pour elle que nous étions venus. Pour elle et pour son peuple, pour leur liberté à tous. Je me retourne vers Rhaenys un instant, avant de regarder à nouveau Mahée.


| Votre mérite est grand, votre succès plus grand qu’il était permis d’espérer. Votre force sera précieuse dans les combats à venir. Vous avez mérité de l’Empire. Ma Dame et moi-même vous sommes reconnaissants de vos efforts, et reconnaissons votre valeur. La Reine Argella ici présente ne peut que se féliciter d’avoir quelques milliers d’hommes de plus dans notre camp plutôt que dans celui de ceux qui s’en prennent à son peuple… Et qui sait, c’est peut être le début de la sécurisation de tout le flanc sud de l’Empire, et la première pierre d’une nouvelle ère pour Dorne. Vous avez toutefois raison. Il faut préparer la suite, et de toute urgence. Ici la situation militaire est nuancée. Nous boutons l’ennemi hors de l’Orage et de ses propres zones frontalières. Une victoire et une ville prise. Mais ces combats n’ont pas détruit l’armée ennemie et nous n’occupons encore presque rien du Bief ; nous sommes loin d’une décision alors que la logistique de l’armée s’épuise par la distance et la quantité d’hommes rassemblés. Nous allons devoir avancer vite, ou reculer à la même vitesse mais nous ne pourrons rester là. Levez Dorne. Toutes les bonnes volontés. Commencez par les maisons qui se sont mutinées avec vous. Nous vous fournirons des fonds pour appeler des mercenaires et des francs-coureurs, même si je n’aime pas ce type de troupes ils vous seront utiles. Défendez la Grâcedieu et rassemblez des forces contre les Martell. Nous pouvons vous aider, mais à distance dans un premier temps ; si notre armée part pour le sud nous condamnerions deux ou trois royaumes au pillage et à la désolation. Il nous faut une base sûre et solide, de préférence sur la côte, avant d’envisager l’envoi d’un corps expéditionnaire pour vous aider à détrôner la Princesse. De plus, vous perdriez toute légitimité à tout tenir d’une puissance étrangère ; vous devez avoir d’abord quelques soutiens locaux avant que l’on affiche publiquement notre soutien, qui sera –et je parle sous le contrôle de l’Impératrice et de la Reine de l’Orage- équivalent aux autres royaumes. |


J’hésitais, avant de poursuivre. Je tournais la tête vers ses officiers.


| Messers, c’est un plaisir et un honneur que de vous recevoir, mais votre Dame a besoin d’hommes de confiance pour gérer la prise en charge de vos blessés, l’équipement de vos hommes et leur cantonnement. La reine Argella a chargé Lord Caron de ces mises en œuvre, aussi faites-vous introduire auprès de lui au plus vite. Je viendrais vous voir et vous parler dès demain, vous avez ma parole. Merci. |


Ce faisant, j’appuie l’autorité de Mahée Allyrion. Leur Dame. Leur cheffe. Comme Argella l’est pour les orageois. L’Empire est décidément une drôle de construction, mais je préfère m’appuyer sur la valeur que sur la naissance ; ma naissance ne m’a jamais protégé, moi, et j’ai pris des coups toute ma vie durant. J’attends qu’ils prennent congés et je collecte d’abord le contact visuel d’Argella et de Rhaenys, avant de m’appuyer sur la table et de river mon regard de glace sur la jeune Allyrion.


| Je pensais chacun de mes mots il y a quelques instants, Mahée. Ce que vous avez réussi est exceptionnel et contribuera à sauver de nombreuses vies impériales et espérons-le dorniennes. Vous avez prouvé que vous étiez digne de confiance, et que vous ne ménagiez pas vos efforts. J’ai confiance en vous et en l’idéal que vous portez, même si nous n’avons pas toujours été d’accord. De quoi avez-vous besoin pour la suite des événements, quelle aide pouvons-nous apporter à votre cause ? |


Nous verrons après ce qu’elle et ses hommes pourraient concrètement pour nous.



Soothsayer, can you save them? Can you see the streets in blood? The remnants of your name? Soothsayer, can you save them?Soothsayer, let these words set you free. And now, give this leave and come away with me

Torrhen Braenaryon
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 37474
Membre du mois : 179
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 1160

Fire, Blood and Winter.

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyJeu 10 Sep - 17:17











Faction Before Anything Else
Multiple

__ Messers.

Fit Argella en guise de salut pour les deux Chevaliers suite à leur introduction par Lady Allyrion, suite à quoi, elle prit une coupe de vin aux épices et en but une gorgée. Elle l’aurait bien vidée d’un coup, mais elle ne pouvait le faire en présence des Dorniens. Elle rendit son sourire à Rhaenys sans remarquer nullement que cette dernière n’avait que trempé les lèvres dans l’alcool. Puis elle fit un signe de tête à Torrhen. Comme Mahée, avec d’autres enjeux, avec d’autres sentiments peut-être, elle avait fait le choix de les suivre, et ils étaient plus que le couple Impérial pour elle, plus que des alliés. Prenant place, elle ne fit pas vraiment attention à l’avertissement de l'Impératrice qu’elle ne prit pas contre elle étant donné ce qu’elle venait de dire et de faire. Heureusement peut-être. Mais elle se releva aussitôt après s’être assise n’ayant aucune envie de s’asseoir, même à côté de la Braenaryon et se plaça derrière la chaise avec une main sur le dossier.

A la vérité, beaucoup d’Orageois n’avaient pas besoin de savoir ce qui s'était passé à Grisgibet pour haïr les Dorniens, les conflits et exactions réguliers sur les marches entre Dorne et l’Orage avaient fait grandir certains enfants dans la haine de l’autre, et ces enfants étaient désormais adultes. Cependant, le projet d’unification voulu par l'Impératrice garantirait bien mieux la paix et la prospérité pour tous que les guerres incessantes et les jeux d’alliance à court terme entre des Royaumes du Sud. C’est pourquoi elle avait signé, c’est pourquoi elle se battait à leurs côtés sans l'ombre d’une hésitation. De plus, sans Dorne, le Bief serait affaiblie et donc plus facile à battre, malgré sa puissance militaire intrinsèque. Si Argella avait longtemps pensé que les guerres se gagnaient une épée à la main sur un champ de bataille plein de boue et de sang, elle avait appris, grâce à sa mère, bien que cela l’aurait écorché de l’avouer, et lors de son court règne, que les guerres se remportaient souvent sur le plan économique ou politique bien plus sûrement. Manfred n’avait pas hésité une seconde à user du levier religieux pour faire basculer des piquiers de l’Orage dans la traîtrise, et une partie du peuple. Il n’hésitait pas à semer la zizanie dans ses rangs pour la battre. Alors, elle ne devait hésiter ni à faire de même contre le Bief, ni à user de tous les ressorts possibles et imaginables contre Dorne. Certains en sortent vainqueurs et d’autres grands perdants, plus probablement mort et il était impossible à l’heure actuelle de savoir qui de l’Empire ou des puissances centrales gagnerait. Alors oui, plutôt que de tuer des milliers de Dorniens au prix de la vie de milliers d’Impériaux, elle devait, comme le lui avait conseillé Mina, tout faire pour que la Principauté bascule ou en tout cas ne soit plus en mesure de se battre aux côtés du Bief. Et elle ferait aussi tout, comme le lui avait proposé Torrhen, pour semer le doute dans le cœur des Bieffois.

__ Je ferais tout, Madame, Messers, pour que la haine ne l’emporte pas sur l'intérêt supérieur de l’Empire. Je sais combien la vengeance est aisée et peut emporter avec elle toute possibilité de paix et d’alliance.

La Durrandon avait dit cela en regardant tour à tour Mahée puis les deux officiers. Se laisser guider sur les chemins vertigineux de l’horreur, utilisant le sang versé d’un peuple pour justifier de verser celui du peuple ennemi était d’une facilité déconcertante, d’ailleurs, elle n’hésitait pas, ni son bras, ni son cheval, ni sa lance, contre les fanatiques, pas plus que contre n’importe qui lui faisant face sur le champ de bataille. Mais elle hésiterait, probablement contre Robert ou Barristan Dayne, et quand bien même elle les tuerait, qu’elle ne pourrait plus jamais dormir en paix. Aucune famille ne la liait au Bief, sauf les hommes qui avaient combattus avec elle à Tiniviel, sous les ordres de Kevan. Quel gâchis que tout cela. Cependant, elle avait plus de campagnes et de guerres à son actif, vues de près, très près, que la Allyrion, et savait que chaque Royaume avait du sang sur les mains, le sien compris, elle personnellement aussi. Nombre de Dorniens et de Bieffois étaient morts sous sa lame et elle portait sur sa peau, jusque sur sa lèvre supérieure, les traces des batailles qu’elle avait mené, avec la dernière cicatrice en date, gagnée de haute lutte à Willum, celle qui, encore rosée, ornait son front à la base des cheveux.

Les Mestres Orageois en avaient à peu près fini avec les blessés de la dernière bataille, ils pourraient tout à fait remettre sur pieds les Dorniens. La brune aux yeux céruléens acquiesça donc avant de demander à ce qu’on emmène ceux qui étaient disponibles auprès des mutins blessés sur ordre de la Reine. En revanche, pour la logistique, si elle pouvait aider, évidemment avec ces réserves, c’était surtout l'Empereur qui gérait le ravitaillement, et ici, plus on s’éloignait de l’Orage, et plus ça devenait compliqué. Elle attendit donc que le couple Impériale réponde.

Lorsque Mahée évoqua l’urgence de prendre contacte avec les nobles Dorniens, la jeune femme se balança brièvement d’un pied sur l’autre en faisant passer sa missive dans son autre main. N’était-il pas temps ? Peut-être y avait-il encore des choses à régler, aussi se tut-elle. De plus, ses rebelles potentiels avaient probablement besoin de soutien, logistique ou militaire, que les armées de l’Empire ou de l’Orage n’étaient pas en mesure de donner. Mais il y avait peut-être quelque chose de plus urgent à traiter, et Argella ne se fit pas prier pour répondre, à la fois aux Dorniens, à l’Impératrice et à l’Empereur.

__ La flotte du Bief remonte au sud, menaçant directement Accalmie et même l’Empire, Face à Pierheaume les armées coalisées du Bief et de Dorne menacent la frontière sud. Au Nord, nous faisons fuir toujours plus loin, Lord Tarly. Éloigner le gros des forces Impériales du front sud afin de faire une percée par le sud et un blocus sur Accalmie est une des stratégies rendues possibles par le positionnement des troupes ennemies au début du conflit. Mais…

La jeune biche au regard de fauve en chasse eut un petit sourire en coin.

__ Nous n’avons pas dit notre dernier mot.

L’Impétueuse adressa un sourire carnassier à l’Empereur et à l'Impératrice, sans cependant en dire plus sur leur propre stratégie, qui d’ailleurs, n’étaient pas encore fixée comme venait de le souligner Torrhen. Elle dépendrait probablement des prochains mouvements de l’ennemi, mais aussi de cette rencontre. En tout cas, les informations étaient plus que vérifiées et la menace bien réelle. Elle hocha la tête en direction de Torrhen, il fallait qu’il discutent stratégie, mais d’abord, elle le laissa parler. Est-ce qu’elle avait peur ? Oui. Mais bien habile celui qui aurait pu le deviner, on aurait plutôt dit qu’elle aurait pu, sans ciller, lancer une charge directement sur Hautjardin depuis l’endroit où elle se trouvait.

__ C’est la guerre Ma Dame. Je vous avais dit qu’elle serait sanglante et que nous devrions faire de nombreux sacrifices. Que rien n’était simple et encore moins gagné d’avance, aussi juste soit notre cause, aussi vaillants soient nos cœurs, aussi dignes soient nos Royaumes et nos peuples respectifs. Mes officiers tiendront aussi longtemps qu’il le faudra, tout comme ceux qui vous ont suivi jusqu’ici.

Elle désigna Ser Qorgyle et Ser Toland d’un signe de main avant de les interroger directement sur un ton énergique avant qu’il ne quittent les lieux.

__ N’est-ce pas Messers ?

Ce n’était pas vraiment une question.



made by lizzou – icons & gif by tumblr
Merci à rawr & (c) FreeSpirit



Spoiler:
 

Argella Durrandon
Argella Durrandon
↯ Sienne est la Fureur ↯
Messages : 1062
Membre du mois : 0
Maison : Durrandon
Caractère : de merde
Célébrité : Bridget Regan

Infos supp.
Richesses : 375

↯ Sienne est la Fureur ↯

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t5577-argella-durrandon-mine-is-the-fury https://bloody-crown.forumactif.org/t5586-argella-durrandon-chroniques-de-l-orage https://bloody-crown.forumactif.org/t5587-argella-durrandon-riders-in-the-storm
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyJeu 10 Sep - 21:30



Grassy Vale, An 1, mois 11, semaine 3

(Je remonte moins haut dans le rp car sinon ça va faire un post bien trop long)
Je laisse Torrhen développer le côté stratégie de guerre. Il était bien plus compétent que moi et j’étais d’accord avec ce qu’il exposait. J’apprenais à ses côtés, et nous nous complétions parfaitement sur ce point-là. Nous avions déjà évoqué cela avant donc ce n’était pas vraiment une surprise. J’aimais qu’il prenne le temps de m’expliquer, de m’instruire sur ces points là, tout en écoutant mon avis et point de vue. Il ne m’imposait rien. Les décisions nous les prenions au maximum à deux et c’était pour cela que ça fonctionnait. Argella rebondit sur le plan d’action de mon époux, et si je l’écoute avec attention, je ne réponds pas, préférant me tourner vers mon époux. Je savais reconnaitre mes lacunes, et pour l’heure, je préférais qu’il se prononce, donne son avis pour ensuite moi-même me prononcer. Il était bien plus avisé que moi.

Je salue d’un signe de tête les gardes quand Torrhen les congédie avec politesse. Nous aurons tout le temps plus tard de nous entretenir de nouveau avec eux. Pour l’heure, il posait l’autorité de Mahée et cela était important. Elle était leur référente, leur chef de file, leur dirigeante. C’était un nouveau rôle pour elle mais elle s’en sortirait bien. J’avais confiance en elle. Une fois parti, comme toutes les personnes encore présentes dans la pièce, je lus la missive que la reine de l’orage avait écrite, missive qu’elle comptait envoyer dans ton le royaume de Dorne… Une première fois, puis une seconde avant de relever la tête vers son auteure. Sans doute aurait-il été plus sage de laisse Torrhen se prononcer en premier, mais je ne pouvais retenir mes mots. Il n’est pas question que tu envoie cette missive. Le couperet était tombé et ma voix n’était pas tendre, loin de là, mais plutôt en colère. Je me levais de ma chaise et me mis à marcher dans la pièce pour apaiser ces sentiments que je ressentais. Je ne doute pas que tes intentions sont bonnes en voulant envoyer cela, mais je ne le permettrais pas pour autant. Si tu veux persister, nous demanderons au conseil collégial de voter et de décider à la majorité. Je ne suis pas femme à imposer ma volonté et tu le sais très bien mais ça… Je ne peux pas te laisse faire cela. dis-je avant de m’arrêter et de jeter un regard à Torrhen, puis Mahée, avant de revenir vers Argella. Je soupirais en me pinçant l’arrête du nez. Ce n’est nullement à toi de faire ou défaire les dirigeants des royaumes. Tu n’as aucune légitimité pour cela. Tu n’as pas à décider qui dirigera Dorne, quant bien même tu en as été une Princesse, quant bien même cela est un royaume voisin. Tu appartiens à l’Empire, et ta voix compte. Pour autant cela dépasse, pour ne pas dire outrepasse tes droits. Tu peux soumettre ton avis mais cette décision ne t’appartient pas. Ce premier point était important… Oui premier car il y en avait d’autres à aborder, dont elle n’avait surement pas pensé. Cela n’est pas sans conséquence, loin de là même. Ais-je besoin de te rappeler l’épisode de Kevan ? L’Empire ne peut pas se permettre que cela se renouvelle. Lady Allyrion n’est pas Kevan et ne le sera jamais certes, pour autant, nous devons faire preuve de prudence. Je me remis à marcher, faisant les cents pas De plus, il est encore bien trop tôt pour mettre une couronne sur la tête de qui que ce soit. Nous en sommes aux prémices de notre guerre contre Dorne. C’est un peuple que nous ne connaissons que très peu. Leurs coutumes, leurs fiertés et leurs cultures sont différentes de celles du Bief, qui se rapprochaient fortement de ce que nous, tu, connaissions, connaissais. Je vais prendre pour exemple Peyredragon. Appelles-en à la rébellion de la sorte et tu obtiendras tout le contraire de ce que tu désires. Quant bien même mon peuple natal souffre et a vu ses enfants mourir, peu se retourneront contre l’Empire. Oh tu trouveras sans doute des nobles qui te suivront, mais ils seront vite écrasés par les autres… Tout cela pour t’indiquer que nous manquons d’informations les concernant pour essayer de faire un tel push. Je m’arrêtais une fois de plus et regardais Torrhen, Mahée et Argella. Troisième point, l’Empire n’a pas pour vocation de réformer les têtes couronnées de Westeros. Nous recherchons la paix, nous ne sommes pas des despotes, ni des tyrans. Et encore une fois, nous l’avons vu avec Kevan, alors même qu’il était lié par le sang à la couronne. Lady Allyrion, a, pour l’heure, aucune légitimité à monter sur le trône de Dorne. Elle doit non seulement faire ses preuves auprès de Dorne, mais aussi au sein de l’Empire. Elle commence à peine à marcher que nous la pousserions à voler en la jetant du haut d'une falaise ? Non, cela n’est pas envisageable. Je secouais la tête. J’ai confiance en vous Mahée, et je pense qu’un brillant avenir s’offre à vous. Ce serait un immense honneur et plaisir que de vous voir à la tête de Dorne, sous la bannière de l’Empire. Si je puis avancer tous ses arguments c’est parce que j’y ai songé, et j’y songe également. Pour autant, je pense que non seulement vous n’êtes pas encore prête, mais les enfants de Dorne le sont encore moins. Vous devez gagner leurs faveurs, leurs fidélités, leurs cœurs avant de pouvoir devenir responsable de leurs âmes. Une couronne est très lourde à porter, et elle l’est, pour l’heure, bien trop pour vous. Et cela ne doit jamais devenir une ambition, un but à atteindre, faute de quoi, vous vous perdrez en route et tomberez dans les travers que connaissent les Martell. dis-je à la jeune femme en la regardant droit dans les yeux avec sincérité. Elle sera une bonne dirigeante pour Dorne. Mais plus tard. Nous devons défaire Deria Martell, sur ce point, nous sommes d’accord. Mais c’est au peuple de le faire et non à nous pour l’instant. Nous pouvons les appeler à se soulever… Non, vous Mahée, vous pouvez les appeler à se soulever. Vous êtes celle qui les comprend le mieux, celle qui pourra les toucher et c’est pour cela que vous êtes repartie sur vos terres, et non un détachement composé que d’Hommes de l’Empire. Si nous appelons à défaire Deria Martell, cela nous portera bien plus de préjudices que de faveurs. De cela j’en étais certaine. Me tournant vers Argella, je concluais Rappeler aux dorniens vos combats communs, vos alliances, et leurs appeler à ne pas se retourner contre leurs alliés, je suis d’accord avec toi. Leur proposer un refuge si nécessaire également. L’Empire pourvoira à leurs besoins en échange d’un serment de fidélité. Nous les protègerons comme nous le faisons avec notre peuple. Cela est légitime, et une bonne idée d’ailleurs. Cette missive devrait être signée non seulement par toi, mais par toutes les têtes couronnées de l’Empire. Orys a été, par exemple, leur prince et blessé en défendant Lancehélion. Nous nous devons et nous faisons tous front commun… Mais pour ce qui est du reste, je le redis, je ne peux pas te permettre de l’écrire.

 







PRYJATAS


Je prendrai ce qui me revient par le feu et le sang. Je ne suis pas une femme ordinaire et mes rêves se réalisent. Nous sommes la Meute et la Volée et nous n'avons pas peur. Nous choisissons la violence et nous répondrons à l'injustice par la justice. Jusqu’à ce que le soleil se lève à l’Ouest et se couche à l’Est, jusqu’à ce que les rivières soient asséchées et que les montagnes frémissent au vent tels des feuilles. (c)codage - Kanala

Rhaenys Braenaryon
Rhaenys Braenaryon
Femme ? Est-ce censé m'insulter ? Je vous retournerai la gifle, si je vous prenais pour un homme
Messages : 3690
Membre du mois : 10
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon, dont la devise est "feu, sang et hiver"
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis ● Impétueuse ● Revancharde ● Fidèle ● Aimante
Célébrité : Emilia Clarke

Infos supp.
Richesses : 131

Femme ? Est-ce censé m'insulter ? Je vous retournerai la gifle, si je vous prenais pour un homme

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t79-rha https://bloody-crown.forumactif.org/t340-rh https://bloody-crown.forumactif.org/t3278-rha HTTPS://KANALATTAQUE.TUMBLR.COM/
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyJeu 10 Sep - 23:09

Drôle de situation, quand même. Je me sentais à la croisée des chemins. Depuis des semaines. Ce sentiment me taraudait, comme avant Buron et Eysines. De marcher vers mon destin sans pour autant avoir la plus petite idée de ce qu’il me réservait en dehors d’hectolitres de sang. Je note qu’Argella est dans le même état d’esprit, surtout depuis Willum. Elle piétinait comme une bête fauve en cage. Rhaenys avait plus les pieds sur terre que nous deux. Heureusement ; il en fallait bien une. Argella d’ailleurs, me semblait bien sage ce soir. Pas dans son attitude toujours aussi hommasse, prédatrice… En revanche elle était calme dans ce qu’elle énonçait, et elle avait su se concentrer sur l’essentiel et ses paroles étaient rassurantes ; je ne devais pas me laisser emmener sur le terrain de la discipline des troupes car je risquais fort d’aller beaucoup trop loin que ce à quoi les armées sudiennes étaient habituées… Mais je ne pouvais pas ne pas donner mon grain de sel malgré tout ; c’était plus fort que moi.


| Vous avez parfaitement raison, votre grâce. Lorsque je parlerais aux troupes demain, et aux dorniens, j’apporterais mes propres assurances. Ceux qui fomenteront des troubles sans provocation devront répondre de leurs actes. Gageons que nos discours et que notre veille suffise à nous éviter ces déboires. |


Et par déboires, tout le monde comprendrait sans doute ma façon de sévir, et donc la façon que j’avais de réguler les manquements à la discipline. Chats à neuf queues, bastonnades, ou croix pour régler définitivement la question.  Quoiqu’il en soit plusieurs idées sont déjà sur la table et même si ce n’est pas tellement le moment les considérations stratégiques ont pris le pas sur la politique et il est clair que la Reine de l’Orage et moi partageons largement ce centre d’intérêt, cette véritable passion. Quelque chose de vital, assez fortement lié à notre propre énergie. La guerrière juge la situation avec une très grande lucidité, qui faisait preuve de la maturité militaire à laquelle elle arrivait doucement mais sûrement, capable de prendre des choix de qualité et seule encore ; je savais que je pouvais lui faire confiance pour commander l’armée.


Son sourire en coin, sauvage, me galvanise. Elle explique et pose les faits, implique les chevaliers présents. Je secoue doucement la tête à son idée, malgré toutes les qualités qu’elle présentait.



| A mon avis, il sera trop tard. Si l’ennemi passe en force Frétilletrique ou la contourne, il sera sous vos murs d’ici quelques jours à peine, quand une armée qui fera demi tour mettra deux à trois semaines. L’idée n’en est pas moins possible. Précédée des dorniens, encadrant une force plus vaste… La bataille pourrait vite tourner en notre faveur, surtout si l’ennemi est focalisé sur le siège de la capitale. Cela me laisserait seul ici, je doute alors avoir la force d’attaquer Accalmie avec des armées au nord de la Mander, mais je puis poser quelques problèmes à l’ennemi, peut être en traversant les villes du sud comme vous le proposez. |


Je n’aimais pas tellement l’idée, dans le sens où elle me semblait incomplète ; je n’avais jamais été partisan des compromis, et me demandais s’il ne fallait pas ou tous poursuivre l’offensive, ou tous retourner en arrière. De sorte à ne pas fractionner nos forces. Mais cela nous ferait immanquablement rater des occasions, j’étais prêt à le concéder… je continuais de méditer sur le sujet quand la brune reprit la parole, expliqua hésiter sur un sujet avant de tendre la missive à Dame Mahée. Je la vois lire, et vois la missive atterrir dans les mains de Rhaenys.


Elle réagit aussitôt..  Et se fait tranchante, plus que véhémente. Elle dit qu’il est impossible qu’elle envoie cela. Je lis à mon tour, survolant ses mots, et mon cœur se serre à la fois de fierté et d’appréhension. De fierté pour l’audace politique d’Argella, et pour son revirement vis-à-vis de la dornienne. Pour son intelligence politique, aussi. Je me rendais compte à quel point elle était mature, désormais. En face, Mahée Allyrion, qui semble frappée, choquée. C’est la première fois que je la vois touchée, en pleine réflexion. Elle a un côté presque innocent, malgré la poussière et la boue qui ne gâte rien de sa beauté. J’ai plus l’habitude de Rhaenys et de ses éclats, qui se fait bientôt aussi terrible qu’elle est belle. Je me retrouve au milieu de ces trois femmes, de ces trois cheffes de guerre, toutes semblables et différentes à la fois. Belles et terribles. Intelligentes, et fascinantes.


Je me sentais intimidé pour la première fois depuis longtemps, devant tant de prestance, de verve et de fougue, devant ces beautés farouches qui ne lâchaient rien et qui pourtant, oeuvraient ensemble.


Rhaenys tance Argella. Elle n’est pas tendre, mais elle sait que dans l’intimité elle peut se le permettre avec son amie ; elle est dure, mais juste. Ses arguments sont les bons. En sus de ma fierté pour l’intelligence d’Argella et la réussite de Mahée, Rhaenys fait enfler mon âme à son tour par la clairvoyance de son propos et par l’habileté politique qu’elle acquiert elle aussi. Cette période de paix relative à Fort-Darion puis Accalmie les avait hissées à belle hauteur du jeu politique… je laisse passer l’orage de ma femme avant de reprendre, avec un mince sourire pour apaiser l’échange. Je regarde Mahée Allyrion fixement.



| Que voilà votre mérite quand une Reine vous propose de devenir l’une de ses pairs… Et l’Impératrice abonder lorsque viendra le moment. J’espère que vous mesurez l’ampleur de la responsabilité qui est dorénavant la vôtre, Mahée. |


Je me retourne vers Argella.


| Ma Dame a raison, amie. Ce serait trop d’empressement ; nous avons tous ratifié une constitution ; il nous faut la respecter. Nous pouvons faire cette proposition au Collège, pour qu’elle soit adoptée. Cela donnerait rang et titre aux yeux de l’Empire à Dame Mahée. Je vois aussi que vous êtes sensible à la réussite, et conditionnez votre amitié à la loyauté. Vous êtes une souveraine selon mon cœur, votre grâce, et votre proposition vous honore. |


Puis je fixe Rhaenys. Prend l’une de ses mains dans les miennes et y dépose un chaste et respectueux baiser, en signe autant de respect pour son cheminement que comme apaisement, même s’il n’y a qu’elle sans doute qui le prendra pour cela ; je camoufle la douceur et la tendresse devant l’outrecuidance de mon geste, bien gros.


| J’adopterais l’idée de la Reine de l’Orage sous les réserves qu’énonce mon épouse. Nous ne pouvons pas donner trop tôt notre soutien officiel à Mahée, car elle risquerait de peiner à recruter à Dorne si elle était perçue comme une intrigante qui se jette sur la première occasion pour voler un trône, qui se vend à des étrangers pour ce faire. Des calomnies courraient bien vite sur son dos… Et cela desservirait sa cause. Non, sa quête de justice doit d’abord se faire avec les dorniens ; elle doit conforter sa légitimité auprès de cette armée qu’elle a acquise et la diffuser dans son pays. Elle doit prendre les bonnes décisions, se montrer auprès de son peuple, s’imposer comme le seul recours possible. Alors, et alors seulement, nous pourrons convoyer officiellement troupes et traités à son endroit. Nous pouvons bien sûr l’aider, la financer, la soutenir de bien des manières, mais nous ne pouvons et ne devons pas parler en son nom. Toutefois, je ne réclamerais aucun serment de fidélité à ses forces ; elles ne la devront qu’à celle qui les aura aidés à regagner leur liberté ; si nous traitons tout le monde sur un pied d’égalité, les dorniens ne doivent pas faire plus de serments que les autres. Mahée nous a montré qu’elle remettait sa vie, son destin et celui de son peuple entre nos mains. Ne lui manquons pas, alors, mais ne piétinons pas par trop d’empressement un destin qui est avant tout le sien. Voler en temps et en heure, comme le dirait mon épouse. Mais voler quand même. |


Je prends un ton plus solennel en me redressant.


| Vous avez toutes les deux raison, vos Majestés, et je me range à la route que vous tracez, bien différente de celle que je suis habitué à ménager. Faite de confiance et d’idées. Du futur. |


Je les regarde toutes, à la suite des autres, stimulé et émulé par leur toupet et leur volonté de briller, mais de briller ensemble et d’y mettre les formes. Je tends devant moi, entre nous, mon poing fermé. Pour les y inviter à poser leur main dessus si elles étaient d’accord ; à la nordienne. Rhaenys connaissait la coutume. Peut être Argella également.


| A la vie, à la mort, désormais. C’est entre nous que ça se joue. Nous contre les autres, nous contre les menteurs et les assassins. Ensemble, il n’y a que comme ça que nous vaincrons.   |




Soothsayer, can you save them? Can you see the streets in blood? The remnants of your name? Soothsayer, can you save them?Soothsayer, let these words set you free. And now, give this leave and come away with me

Torrhen Braenaryon
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 37474
Membre du mois : 179
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 1160

Fire, Blood and Winter.

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyMar 15 Sep - 15:36


[Hj : Il y a beaucoup, alors je vais essayer de faire un gros gloubiboulga de l’esprit des messages précédents.]

Il y a de quoi avoir la tête qui tourne. En l’espace de quelques minutes, le cerveau, plus encore que le cœur, de la dornienne, manque d’exploser à au moins une dizaine de reprises. Ça commence avec le ton doux de Rhaenys, qui souhaite s’appuyer sur ce qu’elle sait pour élaborer une stratégie de conquête, aussi pacifique que possible, de son pays natal… Et puis ça vrille lorsque l’Empereur la félicite pour son succès. De quoi la laisse pantoise. Elle ne se le permet que parce que les officiers dans son dos ne peuvent voir son visage, mais son expression trahit tout de son incrédulité. Succès ? C’est à peine si elle est parvenue à ébrécher l’armée bieffoise… Moins de 3000 hommes. Ce sont « ses » hommes, et elle les sait pleins de mérite, mais c’est tellement peu en comparaison de ce qu’elle a pu voir à Grigibets… Comment l’Empereur peut-il se réjouir plutôt que de la blâmer de ne pas avoir fait plus ? De ne pas avoir fait mieux ? Pourquoi ne la fustige-t-il pas de la mort de Santagar, que les Martell pourront et utiliseront contre eux ? Elle, elle sait qu’elle se flagelle avec cette idée depuis que c’est arrivé… Une perte affreuse pour Dorne, comme l’ont été tous les Lords tombés avant lui des mains du Bief, à commencer par le propre père de Mahée… Toute à cette question, les conseils qui lui sont donnés lui semblent provenir de très loin. Elle les entend sans les écouter, comme si la réalité la rattrapait, dans son corps, et pour se faire, devait mettre l’instant, le moment, en dehors d’une bulle invisible qui l’entourerait.

Les deux officiers sont congédiés, et Mahée a le tournis. C’est à peine si elle percute les louanges de l’Empereur, comme quoi, selon lui, elle a prouvé sa valeur… Ces remarques glissent sur elle, comme l’eau sur les plumes d’un cygne. Elle n’a strictement rien prouvé, et tout reste à faire. Les flatteries la gênent. Elle ne sait quoi y répondre, tant elle estime ne rien mériter. Peut-être que pour trois milliers d’hommes dans l’Orage, elle a sacrifié sa famille, sa maison, son fief… Peuvent-ils seulement le concevoir ? Mais ils font la guerre depuis plus longtemps qu’elle, ont été frappés par de bien pires épreuves… Peut-être que ce qu’elle leur apporte est une petite victoire, une petite victoire de l’acabit de celles qui vous permettent de tenir quand tout va mal…

De quoi a-t-elle besoin ?, c’est ça, la question. D’argent, bien sûr, puisque c’est le nerf de la guerre, mais l’argent n’est pas ce que Mahée se voit réclamer, puisque même si elle disposait de trésors entiers à sa disposition, elle ne serait même pas certaine de les dépenser sagement ! Non, ce dont elle a vraiment besoin, et qu’elle rechigne à demander puisque l’admettre est un coup terrible dans son égo… C’est d’expérience. Elle a besoin de l’aide de quelqu’un de plus rompu qu’elle aux manigances de cour et aux querelles entre nobles. Il n’y a qu’ici et maintenant que Mahée prend conscience d’à quel point elle a pu être privilégiée, dans sa maison, élevée par les parents qui sont les siens… Et en même temps, à quel point ça la laisse démunie. Ni Yaël, ni Noah n’ont jamais été intrigants. Ils ont toujours cultivé leur jardin, avec autant d’honneur que possible. La paix leur a permis de prospérer. Et maintenant ? Maintenant, leur simplette de fille ignore tout des moyens à mettre en place pour piéger politiquement ses adversaires… Mahée sait comment administrer la Grâcedieu, toute son éducation a reposé là-dessus. Elle ne sait pas comment prendre le dessus sur un voisin qu’elle n’a jamais envisagé de dominer… Elle n’a jamais envisagé de dominer qui que ce soit. Elle n’a toujours pensé qu’à faire son devoir, et erre maintenant dans les eaux troubles de la rébellion… Bien plus difficiles à naviguer que de se contenter de suivre son leader, et de se mettre en forme fœtale s’il venait à perdre, implorant le gagnant qu’on n’y est pour rien… Impensable pour elle, même si l’idée de pouvoir se dédouaner de toute responsabilité demeure très tentante…

Le temps pour répondre à l’Empereur lui manque. Rien d’étonnant quand la conversation se fait à quatre. Une seconde d’hésitation, et le temps de parole est écoulé. Qu’importe. Mahée ne s’en formalise absolument pas. Du reste, peut-être que différer cette demande pourra lui épargner ce qu’elle ressent comme une humiliation. Peut-être que l’occasion lui sera donnée de formuler son souhait avec moins de spectateurs, ou spectatrices. La dornienne fait tout son possible pour rester digne en permanence, et cette dignité lui permet de masquer habilement une profonde timidité. Dès lors qu’elle a besoin d’aide, en tous cas, Mahée n’étant absolument pas une habituée de l’assistanat. Avec attention, elle écoute donc la stratégie proposée par Argella, et moins par souci de la contrer que par souci d’anticiper les problèmes éventuels, sa sérieuse réflexion soulève, de là où elle est, plusieurs écueils. La stratégie de la reine de l’Orage se tient, mais elle semble beaucoup trop risquée au goût de la dornienne, qui, si elle était à la place de Manfred, taillerait dans le vif de cette armée délitée…

Par sept fois, sa langue tourne dans sa bouche, et à aucun moment, elle n’interrompt Argella ni, même à sa suite, ne prend la parole pour émettre ses réserves face à cette tactique. Elle attend que, peut-être, le couple impérial fasse part des mêmes réticences ? Mais la reine orageoise n’en a pas terminé, et c’est une expression plus que surprise imprimée sur ses traits que la dornienne récupère doucement le parchemin tendu par la reine, et le parcourt en silence.

Mahée n’aurait pas eu une allure différente si la foudre lui était tombée sur la tête. Pendant une longue minute, elle se demande si elle n’est pas l’objet d’une blague de mauvais goût, ou si elle n’est pas en train de rêver… Au terme de sa lecture, elle transmet la missive, sans rien dire, à l’Imperatrice, et vient discrètement se pincer. Juste pour être certaine qu’elle n’est pas en train d’intégralement fantasmer cette rencontre, alors qu’elle est encore assise sur son cheval, à patrouiller autour de ses hommes sur la route de Grassyvale… Mais non.

Consciente des répercussions que pourraient avoir les prochains mots qui sortiraient de sa bouche, Mahée les retient, se mure dans le mutisme. Elle a beaucoup de choses à dire, en vérité, beaucoup de points à discuter, mais cherche comment les exprimer de façon diplomate… Diplomatie de laquelle l’Impératrice ne s’encombre pas, elle. Le ton catégorique de la nymphe aux cheveux d’argent est comme un second coup de tonnerre pour la dornienne, qui sent le rouge de la honte lui monter aux joues. La détermination que déploie la monarque à contrer absolument toutes les parades auxquelles aurait pu penser la reine de l’Orage pour poursuivre son projet, avant même qu’elle ne l’ait proposé, laisse un profond sentiment d’humiliation imprégner Mahée. Dans sa poitrine, son cœur lui semble sur le point d’exploser, et elle sent le contenu de son estomac demander à remonter pour saluer l’assemblée. Sous sa robe, ses jambes sont flageolantes, menacent de se dérober sous elle. Bien sûr, Rhaenys a absolument raison, et, à quelques nuances près, la femme au teint couleur de pain d’épices aurait répondu la même chose… Mais l’entendre dit par quelqu’un d’autre, quelqu’un d’estimé, a quelque chose de douloureux. L’espace d’une seconde, une très courte seconde, l’immaturité de Mahée menace de renvoyer à l’Impératrice qu’elle ne pourra pas faire pire que Deria… Bien sûr, la dame de la Grâcedieu se rend bien compte, une fois cette pensée passée, de son caractère mesquin et inutile dans la discussion… Du reste, elle a une pensée pour la reine Argella, qui doit subir cette verve… Comme si cette idée était la pire qui soit. Mahée lui jette une œillade discrète, désolée d’être indirectement la cause de cet éclat.

Impossible de savoir si la douleur de l’humiliation ressentie est visible sur son visage. Possible que non, puisque sitôt après la nymphe, c’est à son loup d’époux de s’exprimer. Il tente d’arrondir les angles, mais il s’éloigne du propos. Un peu comme l’Impératrice, un peu plus tôt. Ils voient trop loin, tous les trois. Beaucoup trop loin. C’est ça, que Mahée a envie de leur dire… Elle veut leur dire que ça ne sert à rien de s’écharper sur une idée qui ne verra sans doute jamais le jour, qu’ils ont des centaines de batailles à mener avant de réfléchir à qui devrait remplacer les Martells… Oh, c’est une certitude. Mahée veut cette famille démise du trône de Dorne une bonne fois pour toutes… Seulement, ça ne se fera pas n’importe comment. Des centaines de choses peuvent se passer d’ici là… Et elle a juste envie de dire à l’Empereur de se taire. Elle a envie qu’ils arrêtent de se perdre dans les détails d’une idée qui n’est rien de plus que cela, une idée, et qu’ils se focalisent sur ce qui est vraiment important… L’armée de Manfred a Grigibets, Dorne qui unit ses forces au Bief.

Le vote de confiance concédé par le couple impérial arrive trop tard pour éponger le sang du coup de surin dans l’orgueil de Mahée. Du reste, ce soutien, si elle ne doute absolument pas qu’il soit sincère, repose sur trop de conditions pour le rendre palpable, réel. Il est aussi fantasque que l’idée qu’il suit, n’a aucun pied dans cette réalité avec laquelle ils doivent composer, maintenant. Mahée, elle se fout complètement de savoir à quoi ressemblera sa vie dans six mois, un an, et si d’ici là on lui donnera du « Dame » ou du « Princesse »… Pour la simple et bonne raison qu’elle ignore si elle sera encore en vie d’ici là, ou si sa vie vaudra encore la peine d’être vécue. Mahée, elle veut taper du poing sur la table pour recentrer le débat… Mais Mahée, elle est toute petite, insignifiante au milieu de ces géants, alors… Elle déglutit, pour prendre son courage à deux mains. A grands coups de pied, elle tasse son orgueil bafoué et ses désillusions, ses sentiments surinés, et se force à afficher un sourire enjoué. « Et bien moi je pense que votre lettre, en dehors de ce petit détail de succession de trône, est parfaite, votre Majesté. » Elle sourit, malgré la tristesse dans ses yeux, pas de se voir refuser un trône sur lequel elle n’a jamais eu de vues, mais plus agressée par le ton aussi catégorique de l’Impératrice, comme si la nymphe pensait que Mahée sur le trône de Dorne puisse être la pire des choses qui puisse arriver à la Principauté, ce qui lui laisse penser que l’Impératrice a, peut-être, une bien mauvaise opinion d’elle… Et ça, ça la blesse beaucoup. Cela étant, elle veut, absolument, plus fort que tout, être une force positive à l’œuvre dans cette auberge, et décide donc de se focaliser sur les points plus brillants.



[Hj : pardon pour la longueur u_u]



   
I'll ride the Storm
Je me bats pour la dignité des faibles

Mahée Allyrion
Mahée Allyrion
L'Etoile du Matin
Messages : 5842
Membre du mois : 2
Maison : Allyrion
Caractère : ▪▪ Intransigeante ▪▪ Perspicace ▪▪ Loyale ▪▪ Vindicative ▪▪ Généreuse ▪▪ Rancunière ▪▪
Célébrité : Adria Arjona

Infos supp.
Richesses : 662

L'Etoile du Matin

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t6204-mahee-allyrion-x-la-deuxieme-etoile-a-droite-et-tout-droit-jusqu-au-matin https://bloody-crown.forumactif.org/t6219-les-errances-de-mahee https://hhttps://bloody-crown.forumactif.org/t6218-mahee-allyrion-x-no-foe-may-pass
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyLun 21 Sep - 23:09












Faction Before Anything Else
Multiple



La Reine de l’Orage voulait seulement faire au mieux pour soutenir Mahée, elle n’avait nulle intention de lui nuire ni de passer outre le Collège. Elle avait écrit cette lettre depuis si longtemps, Dayne figurait en lieu et place d’Allyrion. Mais suite à la missive de Nalia et au succès de Mahée, elle avait changé le nom. Mais elle n’avait pas plus osé la montrer, ni bien sûr l’envoyer sans l’aval du couple Impérial à minima. Cette fois était pour elle le bon moment pour se lancer, avec entrain et maladresse. Mais non. Effectivement, Rhaenys le prenait bien plus mal qu’elle aurait pu l’imaginer. La Reine de l’Orage se renfrogna immédiatement, ne comprenant pas très bien la réaction de l’Impératrice et la regardant parler avec les sourcils froncés. Elle préféra se taire que d’envoyer au visage de son amie une horreur qui venait de lui passer par la tête. Mais elle était en colère, cela était certain, visible même. Son attitude avait changée, elle semblait irradier d’une brûlante furie. Et le fait que la née Targaryen parle de Kevan n’arrangea rien. Elle encaissa chacun des mots comme un coup de poignard. Elle ne connaissait pas Dorne et ses coutumes ? Elle n’avait pas conscience que cette missive était à double tranchant ? Tout comme d’ailleurs, l’appel de Mahée ? Elle serra si fort sa coupe entre ses main qu’elle en brisa le pied. Le morceau de verre planté dans sa main ne lui fit cependant ni chaud ni froid, elle gardait son regard céruléens planté sur Rhaenys. Mais elle ne broncha pas. Elle était en train de se faire engueuler comme une gamine ayant fait une bêtise devant l’Empereur et Mahée, par son amie. Mais elle ne bougea pas d’un pouce. A un moment donné seulement, elle ferma les yeux et, les dents serrés secoua la tête. Elle craignait que cette missive soit mal perçue, mais pas à ce point. Qu’en serait-il de l’autre qu’elle tenait encore entre ses doigts serrés à présent sur le vélin.

La suite montra à quel point la présence de Torrhen était importante ici. Le vieux glaçon savait éteindre le feu et calmer la tempête et il était très certainement le seul à avoir ce pouvoir sur les deux femmes. L’Impétueuse ne pouvant pas répondre sur le champ par le tonnerre à l’incendie allumé dans son cœur par Rhaenys et ses remontrances, respectant trop ses amis pour leur couper la parole. Elle le laissa donc parler et fut bien obligée de trouver un peu d'apaisement en elle pour ne pas exploser pendant l’attente. Elle écoutait. Elle hocha la tête en guise de remerciement pour les mots de Torrhen. Elle était majoritairement d’accord avec ces arguments et aussi avec ceux de Rhaenys. Mais néanmoins, elle ne pouvait pas garder le silence sur la forme, et il y avait certains points qui méritaient d’être éclaircis. C’est contrainte et forcée par la situation qu’elle se tut un peu plus longtemps, Mahée prenant à son tour la parole. L'argument de jouer sur les rêves de certains Lords de Dorne de se rêver Roi ou Prince était intéressant, et ne choqua pas Argella, mais ne changea pas non plus son avis sur le sujet.

Elle s’adressa à Rhaenys, aussi calmement que possible malgré sa colère.

__ Pourquoi voudrais-je persister ? Ne suis-je pas là devant vous trois pour avoir votre avis ? Êtes-vous pour autant obligée de m’en faire part de cette manière ? Ais-je désobéi ? Ais-je donc fait une faute impardonnable à vos yeux - votre Majesté Impériale ?

La Reine de l’Orage appuya ces derniers mots.

__ Je ne fais, ni ne défais rien et je suis vraiment navrée que vous le preniez ainsi, c’est Mahée qui a fait, qui se fait et continuera de se faire avec le temps. Maintenant qu’elle a prouvé sa valeur, je voulais juste lui apporter tout mon soutien et faire en sorte que mes liens avec Dorne ne soient pas vains, essayer, aussi, d’agir pour que ceux qui hier combattaient côte à côte ne s’entretuent pas à présent. Que crois-tu qu’il se passera quand je me retrouverais face à Barristan, Robert ou même à Roward ? Crois tu que mon cœur ne saigne pas à l’idée de devoir les tuer ou de me faire tuer par eux ? Tu crois que je ne suis pas impliquée dans cette histoire de par l’histoire de ma famille, les origines de ma mère ?

La jeune femme ravala ses larmes. L’émotion lui avait fait perdre le vouvoiement. Mais pleurer n'était pas d'actualité, mais pleurer ne l’avait jamais empêchée d’être forte, digne et d’aller de l’avant. Elle reprit avec conviction.

__ Les Dorniens, les Orageois, les Bieffois, les Nordiens, les Peydragonniens, les Riverains, tous les peuples ont besoin d’un chef, une personne qui les guide et leur donne de la force. Celle de se battre pour ce en quoi ils croient afin que la paix soit possible. Œuvrer pour la paix c’est aussi se donner les moyens de l’obtenir, et le sang est parfois la seule solution, si non que faisons nous ici ? Si vous n'êtes pas d’accord avec moi et avec cette méthode, soit, nous ne sommes pas toujours tous d’accord et cela ne nous empêche pas de discuter. Mais vous n'êtes pas obligée de m’humilier comme vous venez de le faire. Je n’ai pas, contrairement à d’autres que vous m’avez empêché, à raison, de tuer de ma main trahi l’Empire et ce qui nous uni et pourtant même Kevan n’a jamais été traité de la sorte. Et sachez aussi que je ne suis pas d’accord avec votre vision des choses, à un moment donné, quand on veut quelque chose, il faut faire preuve de courage, de conviction, pour que les autres nous suivent. C’est ainsi et je suis désolée, j’aurais préféré pouvoir négocier avec Deria pour éviter justement les problèmes que posent de couronner quelqu’un d’autre. Mais vous savez ce que ça a donné, elle nous a menacé, elle nous a fait croire qu’un accord était possible tandis qu’elle amassait ses troupes à mes portes et sa flotte sur nos mers. La vérité c’est que nous n’obtiendrons JAMAIS la paix avec Dorne sans un soulèvement massif de son peuple et des nobles Maisons qui ne la suivent que parce qu’ils n’ont aucun autre choix, aucune autre perspective. Et que MES hommes, et LEURS hommes continueront de s’entretuer. Pour ma part, je pense que laisser le Hightower payer et nourrir les soldats de la Principauté, c’est laisser le diable se faire une place dans le cœur des Dorniens. Et je ne veux pas laisser cela advenir. Mais si telle est la décision de l’Empire, alors je la respecterais comme j’ai toujours respecté les décisions Impériales, Collégiales ou non. Lorsque Deria a voulu se rapprocher de nous après la trahison suite au mariage vous avez refusé tout dialogue tant qu’elle ne s’excuserait pas. Je ne dis pas que vous avez eu tort, mais nous savions les conséquences que ça aurait, nous savions ce que cela impliquerait pour nous en terme de combats et d’impossibilité de retourner vers elle par la suite. A nous aussi désormais de les assumer, politiquement et militairement ce choix en donnant une autre option aux Dorniens. Mahée j'entends ce que vous dites sur le peuple de Dorne, je comprends votre sentiment, mais je ne suis pas certaine que nous aurons une meilleure opportunité et je sais que le soulèvement ne se fera pas sans heurts, sans sang dornien versé, que la victoire ne sera totale pour personne. La patience n’est certainement pas ma plus grande qualité et vous avez raison, nous ne devons pas faire preuve de précipitation, mais devons nous pour autant attendre que les combats et les exactions Dorniennes en Terres de l’Orage rende toute paix impossible ? Cela a commencé à Grisgibet, et cela continuera, Manfred l'usurpateur s'en assurera. Je ne pourrais retenir les lames de mes hommes contre ceux qui massacrent leur famille très longtemps, se serait un affront à leur honneur et à leur courage ainsi qu'à leur loyauté envers moi. La réalité est à ce point cruelle que malgré mon désir de paix, je ne peux rien contre la haine.

La tempétueuse biche soupira bruyamment.

__ C’est aux Dorniens effectivement, au peuple, de faire son choix, de prendre ses responsabilités pour et par lui. C’est ce que veut dire cette missive que cela vous plaise ou non, je rappelle juste qu’une fois, en œuvrant de concert, nous avons déjà vaincu le Bief. Mais cette missive pourrait tout aussi bien être signée de la main de Lady Allyrion ou de chacun d’entre nous qu’il en serait de même pour moi. Vous avez cependant raison, cela pourrait nous porter préjudice et cela, certainement en soudera certains autour de la Princesse, les Dayne en premier lieu, je le crains. Mais si ce n’est pas le bon moment, ne nous leurrons pas, quel que soit le moment, quelle que soit la légitimité acquise par Lady Allyrion, cela nous portera préjudice car il y aura toujours un ennemi pour en tirer partie et des personnes pour le prendre comme une tentative de spoliation. Ce n’est pas une raison pour multiplier les erreurs stratégiques et pour se précipiter, mais saisir le bon moment n’est pas toujours chose aisée. Quoi qu’il en soit, j’aime votre proposition à tous les deux, elle me conviennent et je n’ai jamais eut l’intention de me soustraire à la constitution ni à votre autorité. Mais Votre Majesté, Rhaenys, ne vous avisez plus de me parler ainsi, la prochaine fois, je devrais quitter la pièce avant que la rage me fasse dire des choses que je pourrais regretter.

Un peu échaudée, elle enleva le morceau de verre planté dans sa paume et le jeta par terre d’un air rageur et essuya succinctement sa main ensanglantée avant de la poser sur celle de Torrhen. Elle ne connaissait pas la coutume, mais unir sa main à celle de ses alliés lui semblait la seule chose à faire en cet instant. Signe que, quelles que soient les tensions qui pouvaient naître de leur désaccord, l’unité demeurait. Il y aurait toujours une solution pour trouver l'apaisement et elle serait toujours engagée aux côtés du couple Impérial et désormais de Mahée Allyrion. Dans son autre main, le parchemin était désormais tout froissé, comme le souvenir d’un Orage qui avait épargné le fameux quatuor. Mais finalement, comme le soulignait le retour à l'essentiel de Torrhen comme de Mahée, tout cela importait peu, ce qui comptait le plus serait leur prochain mouvement, ce qu'ils pouvaient contrôler, le reste était encore entre les mains des Dieux.



made by lizzou – icons & gif by tumblr
Merci à rawr & (c) FreeSpirit



Spoiler:
 

Argella Durrandon
Argella Durrandon
↯ Sienne est la Fureur ↯
Messages : 1062
Membre du mois : 0
Maison : Durrandon
Caractère : de merde
Célébrité : Bridget Regan

Infos supp.
Richesses : 375

↯ Sienne est la Fureur ↯

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t5577-argella-durrandon-mine-is-the-fury https://bloody-crown.forumactif.org/t5586-argella-durrandon-chroniques-de-l-orage https://bloody-crown.forumactif.org/t5587-argella-durrandon-riders-in-the-storm
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyLun 28 Sep - 23:02





Soothsayer, can you save them? Can you see the streets in blood? The remnants of your name? Soothsayer, can you save them?Soothsayer, let these words set you free. And now, give this leave and come away with me

Torrhen Braenaryon
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 37474
Membre du mois : 179
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 1160

Fire, Blood and Winter.

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyJeu 8 Oct - 13:58



Grassy Vale, An 1, mois 11, semaine 3

Je grondais. J’étais en colère. Argella poussait un peu trop loin sa chance. Nous étions amies oui, mais j’étais son impératrice malgré tout et je n’aimais pas les sous-entendus de son discours. Elle me faisait passer pour une femme que je n’étais pas. Elle me portait des intentions qui n’étaient pas les miennes. N’aurait-elle pas du mieux me connaitre ?

J’étais en colère, mais j’ouvrais à peine la bouche que Torrhen prit la parole. Une seconde je lui en voulu avant de me rendre compte que son intervention arrivait à point nommé. Si je répondais, j’allais les congédier, tous autant qu’il était. Et nous avions de nombreuses choses à voir encore ensembles. Alors je refermais la bouche et pris sur moi. Ce n’était pas facile, bien au contraire. Je n’avais jamais eu à réellement me taire par le passé et cela était difficile. Mais ne devais-je pas apprendre ? N’avais-je pas le choix ? Je n’étais plus simplement Rhaenys, j’étais impératrice, et je devais moi aussi faire des efforts. Pour l’Empire. Pour l’avenir de ce dernier. Pour l’avenir de mes enfants. Je m’éloignais légèrement et vins jusqu’à Ebryon aussi tendu que je l’étais, ce qui n’était nullement étonnant. Je me forçais à respirer plus lentement tout en câlinant son museau, et ses ailes. Cela m’aidait. Le contact avec mon Valonqar était familier, et sa chaleur était réconfortante. J’écoutais ce qu’il se disait malgré tout, même si je n’étais plus au cœur du débat. Je laissais filer les paroles de Torrhen, ne rebondissant pas dessus. Un mal pour un bien. Je ne fis entendre ma voix qu’une fois qu’il eut exposer les plans pour la suite et sa stratégie, stratégie que je n’approuvais pas. Sur un ton calme, je le fis savoir, me murant derrière un visage impassible.









PRYJATAS


Je prendrai ce qui me revient par le feu et le sang. Je ne suis pas une femme ordinaire et mes rêves se réalisent. Nous sommes la Meute et la Volée et nous n'avons pas peur. Nous choisissons la violence et nous répondrons à l'injustice par la justice. Jusqu’à ce que le soleil se lève à l’Ouest et se couche à l’Est, jusqu’à ce que les rivières soient asséchées et que les montagnes frémissent au vent tels des feuilles. (c)codage - Kanala

Rhaenys Braenaryon
Rhaenys Braenaryon
Femme ? Est-ce censé m'insulter ? Je vous retournerai la gifle, si je vous prenais pour un homme
Messages : 3690
Membre du mois : 10
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon, dont la devise est "feu, sang et hiver"
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis ● Impétueuse ● Revancharde ● Fidèle ● Aimante
Célébrité : Emilia Clarke

Infos supp.
Richesses : 131

Femme ? Est-ce censé m'insulter ? Je vous retournerai la gifle, si je vous prenais pour un homme

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t79-rha https://bloody-crown.forumactif.org/t340-rh https://bloody-crown.forumactif.org/t3278-rha HTTPS://KANALATTAQUE.TUMBLR.COM/
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyMar 13 Oct - 15:50





   
I'll ride the Storm
Je me bats pour la dignité des faibles

Mahée Allyrion
Mahée Allyrion
L'Etoile du Matin
Messages : 5842
Membre du mois : 2
Maison : Allyrion
Caractère : ▪▪ Intransigeante ▪▪ Perspicace ▪▪ Loyale ▪▪ Vindicative ▪▪ Généreuse ▪▪ Rancunière ▪▪
Célébrité : Adria Arjona

Infos supp.
Richesses : 662

L'Etoile du Matin

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t6204-mahee-allyrion-x-la-deuxieme-etoile-a-droite-et-tout-droit-jusqu-au-matin https://bloody-crown.forumactif.org/t6219-les-errances-de-mahee https://hhttps://bloody-crown.forumactif.org/t6218-mahee-allyrion-x-no-foe-may-pass
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptySam 31 Oct - 17:44




Spoiler:
 

Argella Durrandon
Argella Durrandon
↯ Sienne est la Fureur ↯
Messages : 1062
Membre du mois : 0
Maison : Durrandon
Caractère : de merde
Célébrité : Bridget Regan

Infos supp.
Richesses : 375

↯ Sienne est la Fureur ↯

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t5577-argella-durrandon-mine-is-the-fury https://bloody-crown.forumactif.org/t5586-argella-durrandon-chroniques-de-l-orage https://bloody-crown.forumactif.org/t5587-argella-durrandon-riders-in-the-storm
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyVen 6 Nov - 16:02

[HJ ;: je pense qu'on peut cloturer? Sauf si quelqu'un veut rebondir sur un sujet en groupe, évidemment. Autrement je me tiens à dispo à qui veut un rp à la suite de celui ci Smile]





Soothsayer, can you save them? Can you see the streets in blood? The remnants of your name? Soothsayer, can you save them?Soothsayer, let these words set you free. And now, give this leave and come away with me

Torrhen Braenaryon
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 37474
Membre du mois : 179
Maison : Braenaryon
Caractère : Le Vieux Loup de Winterfell
Célébrité : Christian Bale

Infos supp.
Richesses : 1160

Fire, Blood and Winter.

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t210-torrhen-stark-winter-is-coming https://bloody-crown.forumactif.org/t221-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://bloody-crown.forumactif.org/t222-torrhen-braenaryon-fire-blood-and-winter https://deusexhominum.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptySam 7 Nov - 16:31



Grassy Vale, An 1, mois 11, semaine 3



HJ : terminé pour Rhae








PRYJATAS


Je prendrai ce qui me revient par le feu et le sang. Je ne suis pas une femme ordinaire et mes rêves se réalisent. Nous sommes la Meute et la Volée et nous n'avons pas peur. Nous choisissons la violence et nous répondrons à l'injustice par la justice. Jusqu’à ce que le soleil se lève à l’Ouest et se couche à l’Est, jusqu’à ce que les rivières soient asséchées et que les montagnes frémissent au vent tels des feuilles. (c)codage - Kanala

Rhaenys Braenaryon
Rhaenys Braenaryon
Femme ? Est-ce censé m'insulter ? Je vous retournerai la gifle, si je vous prenais pour un homme
Messages : 3690
Membre du mois : 10
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon, dont la devise est "feu, sang et hiver"
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis ● Impétueuse ● Revancharde ● Fidèle ● Aimante
Célébrité : Emilia Clarke

Infos supp.
Richesses : 131

Femme ? Est-ce censé m'insulter ? Je vous retournerai la gifle, si je vous prenais pour un homme

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t79-rha https://bloody-crown.forumactif.org/t340-rh https://bloody-crown.forumactif.org/t3278-rha HTTPS://KANALATTAQUE.TUMBLR.COM/
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyLun 9 Nov - 12:38



Hj: Ploup, terminé pour moi. Je suis aussi disponible si vous voulez jouer la suite Smile



   
I'll ride the Storm
Je me bats pour la dignité des faibles

Mahée Allyrion
Mahée Allyrion
L'Etoile du Matin
Messages : 5842
Membre du mois : 2
Maison : Allyrion
Caractère : ▪▪ Intransigeante ▪▪ Perspicace ▪▪ Loyale ▪▪ Vindicative ▪▪ Généreuse ▪▪ Rancunière ▪▪
Célébrité : Adria Arjona

Infos supp.
Richesses : 662

L'Etoile du Matin

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t6204-mahee-allyrion-x-la-deuxieme-etoile-a-droite-et-tout-droit-jusqu-au-matin https://bloody-crown.forumactif.org/t6219-les-errances-de-mahee https://hhttps://bloody-crown.forumactif.org/t6218-mahee-allyrion-x-no-foe-may-pass
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] EmptyMar 10 Nov - 18:29




Spoiler:
 

Argella Durrandon
Argella Durrandon
↯ Sienne est la Fureur ↯
Messages : 1062
Membre du mois : 0
Maison : Durrandon
Caractère : de merde
Célébrité : Bridget Regan

Infos supp.
Richesses : 375

↯ Sienne est la Fureur ↯

Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org/t5577-argella-durrandon-mine-is-the-fury https://bloody-crown.forumactif.org/t5586-argella-durrandon-chroniques-de-l-orage https://bloody-crown.forumactif.org/t5587-argella-durrandon-riders-in-the-storm
MessageSujet: Re: Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]   Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty


Contenu sponsorisé


Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
Faction Before Anything Else [Tour VIII - Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Une après-midi tranquille ? [PV Yuko] [Hentaï] [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Le Bief :: Grassy Vale-
Sauter vers: