Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -44%
Lecteur de Cartes SD/Micro SD, USB Type C Micro USB ...
Voir le deal
8.99 €

Lueur passée et Ombre future
MessageSujet: Lueur passée et Ombre future   Lueur passée et Ombre future EmptyMer 25 Mar - 23:11

Lueur passée et Ombre future




Lamarck, Royaume de Peyredragon, Empire – An 0 mois 12

Adossé au mur taillé dans la pierre rude, Aylan Redwyne toisait d’un air absent les trois petits villages devant laquelle s’ouvrait une grande baie naturelle. Il était encore tôt mais déjà la nuit s’était appesanti sur l’aire d’eau qui courait jusqu’à perte de vue, et sur laquelle quelques navires au mouillage dont les feux tressautaient sur les flots calmes. Ici, proche de la mer dont les flots se noircissant à chaque heure qui passait, le jeune homme ressentait le froid qui descendait du Nord et qui envahissait l’air hivernal de cette région de la baie de la Néra. Cette fraîcheur qu’Aylan exécrait depuis qu’il connaissait l’île de Peyredragon et sa région alentour était pourtant salutaire en cette soirée où ses émotions s’entrechoquaient. Elle lui permettait de garder son calme et de réfléchir à la suite, à ce qu’il pensait et ce qu’il envisageait pour son avenir.

Trois mois plus tôt, Aylan avait dû quitter ses terres natales sans espoir de retour rapide. Il faisait alors partie de l’armée bieffoise qui s’avançait pour porter le fer contre le nouvel empire qui s’assemblait tout juste. Les Durrandon d’Accalmie avaient fait le choix de se liguer avec les Stark et les Targaryen. La réponse de Mern Jardinier avait été immédiate et le puissant roi du Bief avait convoqué son ban avant de marcher plein Nord, vers les Terres de l’Orage à la tête d’une puissante cavalerie. Jeune chevalier prometteur, Aylan s’était retrouvé en charge de l’avant-garde bieffoise et s’était illustré dans les premières semaines de la guerre, notamment à Veuxliard. C’était sans compter celle qui était son amie d’enfance et qui avait son amour le plus ardent et le plus secret : Rhaenys. Celle-ci, apprenant qu’Aylan était en guerre contre l’Empire, lui avait laissé le choix : la rejoindre ou être déclaré ennemi. Il avait longuement hésité, balançant des nuits durant l’honneur des Redwyne avec son désir pour la Targaryen désormais Braenaryon. Ne voulant risquer de perdre celle qui lui était, selon lui, destinée, il avait trahi son roi et son seigneur pour mieux rejoindre les ennemis de jadis.

Désormais traître auprès des siens, et paria au sein de l’Empire, Aylan ruminait sa décision en tirant sa consolation dans sa proximité retrouvée avec Rhaenys, ce qui lui donnait un certain pouvoir. Bien vite, toutefois, Rhaenys s’était mise en tête de lui trouver une épouse digne de ce nom. Oh, comme il aurait voulu lui dire que la seule qu’il n’accepterait jamais serait uniquement elle ! Il n’était toutefois pas fou et savait qu’il se serait exposé à des risques inconsidérés. Elle venait d’épouser Torrhen Stark, après tout : l’homme n’était guère connu pour être commode. Il était donc resté coi, espérant que l’impératrice lui présenterait des partis convenables. Aujourd’hui, il lui semblait qu’elle n’en n’avait jamais eu qu’un seul en tête. Rapidement, Rhaenys avait introduit Daena Velaryon à Aylan. La jeune demoiselle était d’une beauté rare car elle portait les traits des Valyriens. Physiquement, d’ailleurs, elle avait plusieurs similarités avec Rhaenys, ce qui fit penser au Bieffois que l’impératrice n’ignorait peut-être pas tout de son désir pour elle. Toujours était-il qu’il allait finir ses jours avec Daena Velaryon.

Rapidement, il s’était mis en quête de renseignements sur son épouse et sa famille. Il connaissait les Velaryon de loin et ne les avait jamais guère fréquentés. De sa jeunesse et de ses séjours à Peyredragon, Aylan ne se souvenait guère plus de ce qui se tramait dans la citadelle des Targaryen. Les navires à l’hippocampe étaient toutefois nombreux et contrôlaient sévèrement leurs eaux. La famille était réputée riche et très proche des Targaryen : les deux familles étaient d’ailleurs considérées comme cousines. Depuis qu’il avait partagé sa couche avec Visenya Targaryen, Aylan s’était toujours convaincu qu’il avait une destinée manifeste et que celle-ci passerait par son union avec le Sang Ancien. Il avait vu en Rhaenys sa future épouse et avait tant fantasmé leur union puis leur couronnement qu’il ne s’imaginait pas pouvoir épouser quelqu’un d’autre. Après tout, Daena avait pu – un moment – être une candidate de substitution qu’il aurait pu, à terme, apprécier.

C’était sans compter de nouvelles recherches, plus approfondies.

Aylan avait un don : il était un courtisan talentueux. Bien que chevalier reconnu et marin accompli, il n’était jamais plus à l’aise que dans une grande salle magnifique entouré de nobles puissants portant de riches atours et se pâmant de leurs richesses respectives. Aylan savait manœuvrer les gens et autour de leurs émotions comme un capitaine louvoyait au milieu des récifs. Il ne se limitait pas aux puissants lorsqu’il s’agissait de quérir certaines informations bien précises. Il avait rapidement compris que Daena, sous ses airs charmants et de bon parti, portait un fardeau : elle avait ridiculisé les Targaryen et était en disgrâce. Rhaenys clamait l’apprécier mais ce n’était guère ce qui se murmurait. Et alors, Aylan comprit qu’on allait se servir de lui pour sauver la face de la jeune oie stupide et ainsi contenter les puissants Velaryon. Ne disposant pas d’option de sortie, il avait été forcé de s’y conformer et avait débuté une cour assidue à la jeune valyrienne, déployant des trésors de charme et de galanterie aux yeux de tous. Cela n’était pas très compliqué, Aylan avait toujours été un enjôleur de premier ordre. Et puis, même s’il ne supportait guère Daena qui symbolisait tous ses échecs, elle n’était pas moche à voir et sa jeunesse le laissait espérer un ventre fertile qui lui donnerait une descendance qui serait fort utile lorsqu’il récupèrerait son île et peut-être davantage.

Le mariage avait eu lieu en ce jour froid et sec d’hiver, sur l’île de Lamarck, dans le fief des Velaryon : Château-Lamarck. Aylan était le seul Bieffois présent et il ne connaissait pratiquement personne à son propre mariage. La cérémonie avait été riche mais sans faste inutile. Le père Velaryon voulait montrer sa puissance mais ne souhaitait trop en faire. On mariait un traître étranger à une native indigne de confiance : pas la plus belle union du siècle, surtout après le mariage impérial. Pourtant, ils étaient plusieurs à avoir fait le déplacement. Mais pas Nathael Velaryon : en mission avec la flotte impériale, il n’avait pu être présent. L’insulte faisait bouillir de fureur Aylan qui ne disait rien : il se devait de garder de bons contacts avec sa belle-famille tant qu’il n’aurait pas retrouvé sa richesse. L’union avait été célébrée dans l’après-midi et on avait ensuite débuté le banquet. Assis à la place d’honneur, Aylan avait profité de l’endroit pour afficher sa proximité factice avec sa nouvelle épouse qui, elle, semblait radieuse et sincèrement satisfaite.

Pourtant, au bout d’un moment à mimer le triomphe, Aylan s’était senti las de la comédie et s’était éclipsé pour prendre un peu de temps pour se remettre les idées en place avant de replonger dans le bain. Il profitait de la solitude des remparts et de la fraîcheur pour oublier tous les écueils qu’il avait rencontré et réfléchir à la suite. Il devait impérativement reprendre le contrôle. Son isolation et la réflexion associée ne durèrent qu’un temps, malheureusement trop bref aux yeux du chevalier des vignes. Un importun venait de paraître sur le chemin de ronde, par l’escalier qu’il avait emprunté quelques temps plus tôt. S’il s’en était suffisamment éloigné pour n’être que difficilement visible depuis là-bas, la simple présence de cet individu venait de rappeler Aylan à son amère réalité. Il prit donc une grande inspiration d’air iodé avant de s’adresser sur un ton visiblement enjoué à la silhouette qu’il ne distinguait guère :

« Eh bien, je constate que je ne suis pas le seul à avoir besoin de chasser les vapeurs du banquet grandiose des Velaryon ! »

Grandiose, le banquet ne l’était certainement pas mais il n’était pas question de paraître autrement que franchement ravi des honneurs qui lui étaient faits. Il espérait que l’importun tournerait les talons, mais il doutait que qui que soit cette personne, elle ait gravi toutes les marches du rempart pour aussitôt redescendre.

Aylan Redwyne

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier déshérité de la maison Redwyne
Âge du Personnage: 19
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Aylan Redwyne
Mûr pour la Victoire
Messages : 326
Membre du mois : 0
Célébrité : Bradley James
Maison : Maison Redwyne
Caractère : Patient - Misogyne - Brave - Prétentieux - Déterminé - Hautain
Mûr pour la Victoire
Revenir en haut Aller en bas
 
Lueur passée et Ombre future
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Puff, Puff, Pass [DVDRiP]
» Une glace à l'ombre [Pv Hide, Hentaï, Terminé]
» Village Hentaï
» [UploadHero] On a retrouvé la 7ème compagnie [DVDRiP]
» [UploadHero] Marius [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Royaume de Peyredragon :: Lamarck-
Sauter vers: