Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -31%
Promo sur les baskets Nike React Element 55 SE pour ...
Voir le deal
90 €

Battle without honor or humanity - Garlan [Flashback AN -1]
MessageSujet: Battle without honor or humanity - Garlan [Flashback AN -1]   Battle without honor or humanity - Garlan [Flashback AN -1] EmptyDim 22 Mar - 16:01




BATTLE WITHOUT HONOR OR HUMANITY
KAELA & GARLAN

L’aube venait à peine de se lever. Le soleil réchauffait les côtes du Bief, verdoyante, magnifiques, luxuriantes. La flotte mouillait dans une rade isolée. Les fer-nés ne tenaient plus en place. Ils avaient hâte de descendre à terre. Les lames étaient affûtées, les poignards également. Le sang allait couler et le Bief allait payer le fer-prix. Kaela préparait son attaque. Elle était rompue aux combats et aux pillages. Tout allait très vite bien sûr et il fallait faire le plus de dégâts possibles avant que les renforts n’interviennent. La guerre était dans le sang des fer-nés. Ils avaient toujours été des combattants, des pirates. Des êtres sans pitié. Mais les fer-nés n’étaient pas seulement cela. Ils avaient l’océan pour unique amour. Dans leur sang coulait le sel de la mer. Le Dieu Noyé les avait ainsi faits. Kaela était loin d’être une dévote même si elle respectait bien sûr le Dieu. Elle faisait partie de la flotte de Yoren qui menait l’attaque. Elle était déterminée et avait hâte de faire ses preuves. Elle aurait suivi Yoren jusqu’au bout du monde s’il le lui avait demandé. C’était un guerrier habile et un homme déterminé. Elle le respectait énormément.

Le signal fut donné et les fer-nés descendirent à terre, avançant rapidement et en silence. Plusieurs villages se trouvaient sur leur chemin. Des villages riches, prospères qui comptaient de l’or, des récoltes abondantes et des femmes en quantité. Le viol n’avait jamais choqué Kaela. Elle était femme pourtant et aurait pu ressentir de la compassion ou de la pitié pour ces victimes du même sexe qu’elle. Elle-même avait manqué se faire violer par ses propres frères et sans l’intervention de Rodrick Harloi, elle l’aurait été sûrement. Mais non, elle ne ressentait nulle pitié pour ces femelles rondes et bien en chair. Tout les séparait. La vie avait été dure avec elle. La pitié et la compassion qu’elle aurait pu ressentir avaient été éradiqué. La guerre prélevait son tribut et les guerriers avaient toujours possédé les femmes des vaincus.

Le premier village était peu peuplé et ils entrèrent rapidement, égorgeant les paysans. Un grand vacarme s’ensuivit, les femmes hurlant et attrapant les enfants qui cavalaient pour échapper à leurs meurtriers. Les hommes s’emparaient de tout ce qu’ils pouvaient, brûlant et ravageant le reste. Kaela sortit son épée et trancha des gorges, le sang coulant sur elle. Les paysans qui résistaient ne faisaient pas le poids face aux guerriers entraînés. Mais soudain, un bruit éclatant retentit. Celui d’une corne qui appelait vraisemblablement des troupes. Kaela se figea. Une petite troupe arriva en renfort mais les fer-nés s’étaient trop avancés pour battre immédiatement en retraite. Il allait falloir faire face.

Il aurait été idiot de penser que les fer-nés n’étaient que des couards qui filaient la queue entre les jambes dès la vue d’un ennemi. Certes, ils choisissaient souvent la retraite pour rejoindre leurs navires mais ils restaient des combattants mortels, même à terre. Les hommes d’armes du Bief se jetèrent sur leurs adversaires et un combat violent démarra. Kaela se retrouva face à un jeune homme vêtu d’une côte de mailles légère mais encore trop lourde pour lui. Elle feinta, sauta de côté et enfonça son épée dans le défaut de l’armure derrière le genou. L’homme hurla et s’effondra avant que Kaela ne lui tranche la tête. Son regard fut attiré par une bannière flamboyante qui surplombait les têtes. Fond vert et main des Gardener. Un sourire naquit sur ses lèvres. Il fallait bien s’amuser un peu, non ? La bannière était un trophée qu’elle se ferait une joie de ramener à Yoren. Elle se lança dans la mêlée, se rapprochant de l’homme qui la portait, taillant son chemin dans la chair de ceux qu’elle rencontrait. Elle finit par arriver devant l’homme qui portait l’étendard. Un homme svelte et musclé, probablement assez puissant. Et bel homme avec ça. Décidément, c’était une belle journée. Il était en plein combat et elle profita de son inattention pour attaquer, frappant la main qui tenait l’étendard et s’en emparant. Puis, elle tenta de s’enfuir avant qu’il ne puisse la rattraper. C’était sans compter sur la ténacité de l’adversaire…                        
code by bat'phanie


Sang versé et Os brisés  
Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression, c'est nos vies ©️ okinnel.
Kaela Timbal
Kaela Timbal
Trinquons mes jolies, yoho !
Messages : 26
Membre du mois : 0
Célébrité : Keira Knightley
Maison : Timbal
Caractère : Violente - Loyale - Joueuse - Rancunière
Trinquons mes jolies, yoho !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Battle without honor or humanity - Garlan [Flashback AN -1]   Battle without honor or humanity - Garlan [Flashback AN -1] EmptyMer 1 Avr - 0:20

 Ils avaient quittés Hautjardin il y a de cela deux semaines. La troupe du Connétable s’était mise en marche, toute montée qu’elle était, elle devait arriver le plus rapidement possible sur leur objectif. Et leur objectif, quel était-il ? De nombreux corbeaux étaient arrivés en la capitale du royaume, des bannerets signalés de nombreux pillages sur les côtes occidentales. Les coupables avaient été vite désignés par les maisons nobles de la côte, qui avaient certes les moyens de se défendre, mais qui ne pouvait pas couvrir tous les villages côtiers et qui ne pouvaient pas mener une chasse efficace à l’ennemi. Ces maudits fer-nés avaient encore frappés. Leurs cailloux austères et stériles ne leur suffisaient donc pas, il fallait toujours qu’ils aillent piller les royaumes voisins en quête de richesses, de biens divers et variés, de serfs pour s’en servir comme main d’œuvre et de femmes-sel.

De nombreux chevaliers étaient présents dans la troupe du Prince, dont Garlan, et pour ces derniers, en respect de leur serment de Chevalerie, ils leur étaient interdis de rester inactifs et de laisser ces crimes impunis. Ils ne pouvaient laisser ces barbares massacrés innocemment des innocents et pénétrer ainsi dans le royaume qu’ils avaient jurés de défendre. Kevan Gardener avait dû diviser ses forces en plusieurs escadrons afin de couvrir un maximum de terrain, de soutenir le maximum les forces des bannerets locaux et de dénicher le plus rapidement possible les pirates. En les surprenant sur le fait accompli si possible.

Pour se faire, il avait formé des groupes de vingt à trente cavaliers pour sillonner les côtes et villages à proximité. Garlan combattait sous les directives de son ami depuis de nombreuses années et il lui était arrivé à plusieurs reprises de commander des unités pour le bien des missions qu’ils devaient accomplir. Il se retrouva donc propulser à la tête d’une troupe composée de chevaliers, d’écuyers et de sergents en armure montés. Chacun savait ce qu’il avait à faire et surtout pourquoi il le faisait. Pour le Bief ! Voilà trois jours que la troupe du Connétable s’était divisée, trois jours que Garlan menait ses hommes et qu’ils ne pouvaient que constater l’atrocité et la dévastation laissée derrière le passage des pillards au fur et à mesure qu’ils traversaient des villages où la vie avait presque cessée d’exister. Cela ne fit pas désespérer les bieffois et ne faisait que renforcer leur hargne. Mais jamais il ne pensa à la vengeance, non pas cela, la justice, pour tous les innocents qui étaient tombés face à ces être innommables.

Le soleil faisait doucement son apparition dans le ciel et la troupe venait de lever le temps. Après une dizaine de minutes de marche, des colonnes de fumée blanche s’élevaient à l’horizon. Ils pressèrent alors la cadence afin que leurs montures les y amènent rapidement, sachant très bien ce que cela signifiait. Chacun d’entre eux devait prier en son for intérieur pour qu’ils n’arrivent pas trop, pas encore. Les cris au loin, même s’ils étaient horribles à entendre leur faisaient comprendre que le pillage Ils se rapprochèrent et gravirent une certaine colline qui surplombait le village et la côte. Les pillards avaient déjà sévis et semblaient avoir finis leur basse besogne, retournant à leurs navires, les bras chargés de leurs trophées. Garlan fit envoyer deux estafettes qui trouveraient par chance les autres escadrons dispersés du Connétable ou des castels où ils pourraient aller chercher le soutien des garnisons.

Garlan saisit son cor, souffla dans l’orifice et un important bruit sourd retentit alors. C’était un moyen de prévenir les autres patrouilles de leur présence et une demande de ralliement. Cela permettait également à sa troupe de se mettre en rangs et de les serrer, étrier contre étrier. La charge fut ordonnée et il réussit à maintenir l’impatience de certains chevaliers afin de tenir une formation compacte. Les fer-nés ne retournèrent pas à leurs navires, surement voulaient-ils un défi martial et ne pouvaient que leur opposer un mur de bouclier contre une charge de cavaliers du Bief qui prenaient toujours son élan. Leurs ennemis leur étaient supérieurs numériquement, ils devaient alors sur cette charge pour en éliminer le maximum. L’impact fut des plus spectaculaires, disloquant la formation des îliens et en envoyant une belle pelletée au tapis, certains ne pourraient pas s’en relever d’ailleurs. Des cavaliers passèrent à travers la formation, d’autres furent ejectés de leur monture, les plus malchanceux se firent abattre avant qu’ils ne puissent se relever, alors que les autres engagés toujours le combat à pied.

Garlan était toujours bien harnaché sur le dos de sa fidèle jument, Brume. Il sabra à droite et à gauche et réussit à percer la défense d’un de ses adversaires, sa lame taillant alors sa gorge. Les bieffois se bâtaient bien, comme leurs adversaires d’ailleurs. On pouvait voir que c’était le chaos, comme dans chaque combat groupé en réalité. Tenant fermement la bannière du Bief dans une de ses mains, il finit par démonter et sa monture quitta la scène de combat provisoirement, elle serait ainsi en sécurité. Dans son autre main, sa lame était au clair et recouverte par le sang de l’ennemi. La bannière de la maison Gardener ne lui permettait pas de combattre avec les deux mains sur son épée, elle représentait un certain handicap, mais c’était également un honneur de pouvoir la porter.

Un fer-né vint l’engager sans attendre, concentré sur son combat, il ne vit pas un autre de ses congénères arriver et frapper du plat de sa lame sa main qui tenait la bannière. Surpris par cette action, il la lâcha par réflexe et l’individu en profita pour dérober l’étendard et prit la fuite. Le chevalier ne pouvait pas se lancer à sa poursuite, pas tant qu’il n’avait pas terminé son combat. Une fois chose faite, encouragé et également effrayé par le fait qu’un de ses maudits fer-nés puissent dérober la bannière royale en guise de trophée, il se lança à sa poursuite, bousculant ici et là alliés et ennemis qui étaient dans son passage.  Il rattrapait du terrain et lorsqu’il arriva à portée, il propulsa sa lame, mais le terrain était glissant, il dérapa, il manqua son geste. Par chance dans son action, toute sa masse vint bousculer son adversaire, le propulsant alors au sol avec la bannière.

Le Bieffois retrouva alors son équilibre, son adversaire, tout agile, qu’il était se relevait déjà. Et il était en réalité elle. Une femme. De dos et dans l’action, il est vrai que ça aurait été difficile à discerner. Mais c’était bien des traits d’une femme qui se dessinait sous ce léger masque de boue et de sang. Garlan ne se laissait pas désorienter, il avait déjà affronté des membres du sexe opposé dans le passé, des fer-nés également. Il en avait déjà tué. Il le referait si nécessaire. Se mettant en garde, il lui laissa une chance de s’en tirer. « Rends-moi cette bannière et rends toi maintenant, fer-né et je te laisserai la vie sauve !   »


“Loyalty means I am down with you whether you are wrong or right, but I will tell you when you are wrong and help you get it right.”



Spoiler:
 
Garlan Goldwyne

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser / Capitaine dans la cavalerie impériale
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Garlan Goldwyne
Par-delà le cap !
Messages : 6788
Membre du mois : 104
Célébrité : Joshua Sasse
Maison : Goldwyne
Caractère : Loyal ♠ Rancunier ♠ Blasé ♠ Téméraire ♠Juste ♠ Têtu ♠ Galant ♠ Méfiant
Par-delà le cap !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
 
Battle without honor or humanity - Garlan [Flashback AN -1]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Le Bief-
Sauter vers: