Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-40%
Le deal à ne pas rater :
Sosh : forfait mobile 80 Go sans engagement à 14,99€ (même après ...
14.99 € 24.99 €
Voir le deal

Un précepteur [ft. Orys, Rhaenys, Isla et Daena]
MessageSujet: Un précepteur [ft. Orys, Rhaenys, Isla et Daena]   Un précepteur [ft. Orys, Rhaenys, Isla et Daena] EmptyDim 22 Mar - 14:05

Baâl affûtait son épée. La pierre ponce qu’il frottait contre le fer de sa lame battait un rythme parfait, quoiqu’une mélodie désagréable à l’oreille. Il semblait pris dans ses songes, néanmoins vigilant. Aujourd’hui, il avait promis à Aerion de veiller sur Rhaenys et Orys. Les deux enfants du Roi-Dragon étaient occupés à jouer dans une cour intérieure calme et florale, accompagnés de Daena Velaryon et Isla Chyttering. D’un coin de l’œil, le Forel observait la scène infantile. La petite Daena avait été confiée à Baâl par ses parents, en visite ponctuelle à Peyredragon. Encore toute petite fille, celle-ci se donnait corps et âme pour suivre le mouvement imposé par la bande à Rhaenys ; lorsqu'elle n'y arrivait pas, sa frustration se faisait largement entendre, à grands cris et pleurs, ce qui avait pour conséquence directe d'agacer tous ses camarades et notamment Isla. Comme d’habitude, Rhaenys s’affirmait haut et fort auprès de ses camarades et de son frère. C’est elle qui décidait ce à quoi tout le monde allait jouer et quel serait le rôle de chacun. Orys, quant à lui, suivait les directives avec beaucoup de gentillesse ; non pas qu’il était docile et soumis mais il trahissait un désir énorme de bienveillance à l’égard de sa demi-sœur. Il ferait ce qu’elle voulait, pour lui faire plaisir. Parfois, les injonctions de Rhaenys provoquaient des disputes d’enfants avec Daena et Isla. Baâl se contentait alors de faire les gros yeux et de hausser un peu le ton, en invitant tous ses petits protégés à plus de discipline. Chacun reprenait alors ses amusements, comme si de rien n’était.

Le natif de Braavos appréciait la compagnie des petits. Il était d’un naturel protecteur et avait lui-même un cœur d’enfant. Parfois, il lui arrivait de prendre part aux scénarios inventés par ses protégés et d’y incarner un personnage. Les enfants d’Aerion était aujourd’hui sa raison d’être. Il s’était découvert une vocation à défendre et élever, tant par l’esprit que par l’épée, les futurs souverains de Peyredragon. Il entretenait aussi une relation de précepteur avec Visenya et Aegon, l’héritier du trône. Mais c’est bien avec Rhaenys et Orys, les deux cadets, qu’un lien tout particulier s’était construit au fil des années. Le Roi-Dragon était un homme puissant, sollicité et, par conséquent, occupé. Tandis qu’Aegon et Visenya avaient déjà un certain âge et vaquaient à des occupations indépendantes, Rhaenys et Orys avaient besoin de plus d’attention, et de surveillance. C’est tout naturellement que Baâl avait endossé la responsabilité des enfants du Roi. Plus qu’une escorte, il les formait, leur dispensait ses connaissances et développait leur adresse physique.

Baâl cessa de polir son épée. Il la rangea dans son fourreau et tapa des mains de plusieurs coups secs. Rhaenys et Orys firent volte-face ; ils savaient que ce bruit sonnait l’heure d’une leçon et que le temps des jeux était momentanément interrompu. Tous deux accusèrent le coup en suppliant leur précepteur de leur accorder encore du temps pour jouer. Il leur refusa avec cette même bienveillance qui ne trahissait aucune colère ni aucune volonté de les brimer. Daena et Isla se joignirent aussi à la leçon, comme souvent. Baâl les appréciait aussi ; elles étaient vives d’esprit, parfois et espiègles et certainement promues à un bel avenir.

[Baâl] « Les enfants, nous prendrons une heure pour vous faire grandir un peu là-dedans, dit-il en pointant du doigt sa tête, un sourire aux lèvres. Aujourd’hui, j’ai envie de vous laisser poser vos questions et j’y répondrai si j’en suis capable. Vous devez cultiver votre curiosité sur le monde et votre connaissance de ce dernier. Souvenez-vous : chacun d’entre vous est issu d’une haute famille de Westeros. Vous êtes voués à des responsabilités importantes et vos actes engageront la vie de centaines de vos sujets, voire de milliers, dit-il cette fois-ci d’un ton plus sérieux. »

Il marqua une courte pause, en donnant la parole, premièrement, à Isla Chelsted.

[Baâl] « Isla, c’est toi qui commence ce matin. T’es-tu posée des questions cette semaine ? As-tu quelque chose en tête que tu voudrais savoir ? »


Dernière édition par Baâl Forel le Jeu 2 Avr - 20:24, édité 4 fois
Baâl Forel

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Main d'Orys Baratheon, Général des Armées du Dragon, Chevalier de Peyredragon, Maître d'armes du Dragon, Représentant de Peyredragon au Conseil Impérial
Âge du Personnage: 48
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Baâl Forel
L'esprit pour commander, l'épée pour vaincre.
Messages : 699
Membre du mois : 0
Célébrité : Pedro Pascal
Maison : Peyredragon
Caractère : Fidèle - Intransigeant - Avenant - Rancunier - Courageux - Tacticien
L'esprit pour commander, l'épée pour vaincre.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un précepteur [ft. Orys, Rhaenys, Isla et Daena]   Un précepteur [ft. Orys, Rhaenys, Isla et Daena] EmptyDim 29 Mar - 19:19

Un précepteur.

Château de Peyredragon, 3ème semaine du mois 8 de l'an -14

Post perdu suite à une erreur de ma part. Je suis désolée. Ceci signe mon exploit pour le titre de boulet du forum T_T.

(c) AMIANTE



Dernière édition par Isla Chelsted le Jeu 16 Avr - 17:54, édité 3 fois
Isla Chelsted

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Chelsted, dame de compagnie de l'impératrice et conseillère en matière judiciaire
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Isla Chelsted
nemo auditur propriam turpitudinem allegans
Messages : 130
Membre du mois : 0
Célébrité : Kiernan Shipka
Maison : Chelsted
Caractère : ▪▪ Travailleuse ▪▪ Secrète ▪▪ Joviale ▪▪ Meurtrie ▪▪ Espiègle ▪▪ Ambitieuse ▪▪ Résiliente ▪▪ Obstinée ▪▪ Romantique
nemo auditur propriam turpitudinem allegans
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un précepteur [ft. Orys, Rhaenys, Isla et Daena]   Un précepteur [ft. Orys, Rhaenys, Isla et Daena] EmptyDim 29 Mar - 20:54



Un précepteur
L'an -14, 8eme mois, 3ème semaine.
Daena 4 ans.   
C'était grand, si grand. Tout était si grand que Daena se sentait terriblement petite et impressionnée. Agrippée au poignet de sa mère, elle refusait de lâcher celle-ci depuis leur arrivée à Peyredragon. Ses yeux émerveillés se posaient sur chaque recoin de l'intérieur du château, elle avait envie de toucher à tout mais s'était déjà fait intimer une première fois de ne pas le faire. Elle devait se tenir. Ce matin là, confortablement installées dans leurs appartements, sa mère lui avait fait enfiler une belle robe d'été, bien plus jolie et propre que celles qu'elle avait l'habitude de porter à Lamarck. Composée d'une sous robe blanche, une jupe fendue sur le devant venait s'apprêter au dessus du tissu blanc. Les pans de la jupe étaient d'un rose doux, élégant, le tout maintenu par une ceinture perlée qui lui serrait la taille. Gigotant un peu alors que sa mère l'enserrerait dans le vêtement, la petite fille vint à se plaindre de la ceinture trop serrée, du tissu trop rigide et de la lourdeur de ses habits. Ignorant les complaintes de sa fille, Dame Velaryon prit soin de coiffer la longue chevelure de sa fille en gros chignon dont quelques mèches rebelles défiaient la gravité. Le tout était maintenu par un ruban de dont les couleurs rappelaient celles de la jupe.

Enfoncée dans des souliers inconfortables, la mine boudeuse, Daena suivait d'un pas lent sa mère dont la beauté illuminait les lieux. Dame Velaryon devait de nouveau confier son enfant à Baâl Forel, celui-ci s'occupait des enfants du Roi ainsi que de l'escorte de la plus petite. La petite princesse aux cheveux argentés intriguait énormément Daena qui n'arrivait pas à détacher son regard de celle-ci, complètement absorbée par la beauté et le charisme qu'elle dégageait. Comme elle avait envie d'être son amie ! Mais sa mère lui avait parlé avant leur première rencontre, elle ne devait pas commettre d'impair, les enfants avec lesquels la petite blonde allait se retrouver étaient des figures importantes, elle ne devait pas faire honte à sa famille. Le fait d'être séparée de sa mère ressemblait plus à une punition, aux yeux de la petite, qu'à une chance. Bien sûr, elle était bien trop jeune pour comprendre l'importance de Rhaenys, le rôle d'Orys ainsi que celui d'Isla. Une chose était pourtant certaine, cette fille, Isla, Daena ne l'aimait pas. Alors, au moment où elle eut l'occasion de rejoindre le petit trio et qu'elle aperçu l'autre petite fille, la mine de Daena s'assombrit.Toujours boudeuse et mal à l'aise, elle fit de son mieux pour participer aux jeux qu'improvisaient ses compagnons de quelques jours, sans grand succès. Ils étaient tous plus âgés qu'elle «  Mais ils sont grands ! Ils veulent pas jouer avec moi ! » avait-elle clamé tristement à sa mère la veille au soir.  Cet après midi là c'était soldé sur les pleurs de rage de la petite Velaryon qui ne trouvait pas sa place.

Les bras croisés sur son buste, le regard bas et mauvais, Daena fut heureuse d'entendre les claquements de main du très grand monsieur qui les observaient de loin. Le trio s'enquit rapidement de rejoindre celui-ci, suivit par la petite Velaryon qui maudissait de plus en plus fort cette robe inconfortable. Suivant le mouvement, elle s'installa un peu à l'écart des autres, désireuse de ne pas déranger. « Les enfants, nous prendrons une heure pour vous faire grandir un peu là-dedans » avait dit le grand monsieur. Portant ses doigts à sa bouche, Daena s'enquit de comprendre le sens des paroles monsieur. On pouvait vraiment grandir de la tête ? Mais si c'était vrai, est-ce qu'elle n'allait pas devenir trop grande ? Daena était encore trop petite.... et si sa tête devenait plus grande que son corps ? Allait-elle devoir marcher sur la tête ? Oh ! Elle avait déjà entendu quelqu'un dire ça « marcher sur la tête ». Elle voulait pas, elle voulait pas non ! Daena voulait pas grandir de la tête ! Le grand monsieur enchaîna de nombreux mots qui ne faisaient pas encore sens dans l'esprit de la petite, définitivement effrayée à l'idée d'avoir une tête trop lourde pour pouvoir marcher. « Aujourd’hui, j’ai envie de vous laisser poser vos questions et j’y répondrai si j’en suis capable. Vous devez cultiver votre curiosité sur le monde et votre connaissance de ce dernier. » Cultiver la curiosité ? Était-ce une fleur ? Daena aimait bien les fleurs, elles étaient jolies et elles sentaient bons... exactement comme Rhaenys ! Pour sûr, Daena était maintenant persuadée que Rhaenys était la princesse des fleurs ! Dans ce monde végétal dont Rhaenys était la princesse, il ne faisait aucun doute dans l'esprit de la petite qu'Isla était une mauvaise herbe déguisée en noble bourgeon.

Le grand monsieur Bâal donna alors la parole à la méchante mauvaise herbe, qui s'enquit de répondre après avoir sévèrement rougit ce qui fit doucement rire Daena, son rire cessait cependant rapidement alors qu'Isla répondait d'une voix plutôt assurée des mots que la petite comprenait séparément sans pour autant en comprendre le sens. Elles cligna plusieurs fois des yeux, tentant malgré tout de comprendre. Elle ne voulait pas paraître bête ! En plus, visiblement, Daena était la seule à s'être rendue compte de la vraie nature d'Isla. Elle devait la démasquer et prouver aux autres que la jeune fille n'était pas gentille ! Tel était son but, c'était sans doute ce pourquoi elle avait été invitée à rejoindre le petit trio. C'était sa mission à elle, en tant que petite Lady Velaryon !

Elle devait mettre au point un plan. Comment pouvait-elle révéler la vraie nature d'Isla ? D'habitude, les mauvaises herbes, on les arrache. Mais elle ne pouvait pas faire ça, elle risquait de salir sa robe, sa mère lui en voudrait à jamais. Peut-être qu'en l'arrosant.... Non.... l'eau ça fait pousser les plantes. Toutes les plantes. Peut-être pouvait-elle se faire dévorer par une tribu de fourmis ! Mais est-ce que les fourmis aiment les mauvaises herbes ? Hé ! Mais le grand monsieur il venait de dire qu'il répondrait à toutes les questions.... Elle n'avait qu'à lui demander ! Levant la main timidement, elle n'attendit pas l’approbation de Bâal pour poser sa question «  J'ai pas tout compris à la question d'Isla ! Entama-t-elle gaiement, mais moi j'en ai une ! Une mieux ! Dîtes, dîtes, comment on fait pour tuer les mauvaises herbes si on peut pas les arracher ? Vous savez ? »

code by bat'phanie


❝ Darkness there and nothing more❞
And his eyes have all the seeming of a demon’s that is dreaming,
And the lamp-light o’er him streaming throws his shadow on the floor;
And my soul from out that shadow that lies floating on the floor
Shall be lifted—nevermore!
Daena Redwyne

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de sa Maison et infirmière
Âge du Personnage: 19
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Daena Redwyne
Messages : 68
Membre du mois : 0
Célébrité : Gabriella Wilde
Maison : Redwyne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un précepteur [ft. Orys, Rhaenys, Isla et Daena]   Un précepteur [ft. Orys, Rhaenys, Isla et Daena] EmptyJeu 2 Avr - 20:21

S’il était une chose dont Baâl n’était pas peu fier c’était bien la grande discipline qu’il était parvenu à inculquer à ses jeunes protégés ; discipline à laquelle se plait naturellement, par mimétisme, Isla et Daena. Au fil des années et du temps passé avec eux, Baâl chérissait Rhaenys et Orys comme il aurait aimé ses propres enfants. Il prenait plaisir à les voir grandir, mûrir, s’épanouir et développer peu à peu leurs caractères propres lesquels étaient déjà, sous certains aspects, bien affirmés. La relation qu’il entretenait avec Rhaenys et Orys, bien que mue par la même affection profonde, ne se manifestait toutefois pas de la même manière. Baâl était beaucoup plus dur et exigeant avec Orys qu’il ne l’avait été avec Rhaenys. Celle-ci n’était pas vouée à régner sur le trône de Peyredragon ; son frère, Aegon, porterait cette responsabilité en tant qu’héritier mâle du Roi-Dragon. Rhaenys était vouée à épouser un souverain prestigieux de Westeros et, à ce titre, se devait de cultiver certaines qualités politiques et intellectuelles. Baâl contribuait à lui inculquer, consacrant une place toute particulière à son apprentissage de la culture générale, de l’Histoire, des règles de bienséance et de déférence. Avec Orys, tout était très différent. Lorsqu’Aerion apprit la naissance de son fils bâtard, Baâl Forel fut l’une des premières personnes de l’entourage du Roi à être mis dans le secret. Baâl plaida une cause peu commune : il exhorta son souverain à ne pas renier Orys et à l’élever, comme ses autres enfants légitimes. Et c’est ce qu’Aerion choisit de faire.

Depuis qu’Orys était en âge de suivre une instruction, Baâl avait toujours demandé davantage d’efforts au fils-bâtard qu’à ses frère et sœurs. Avec les années qui passaient, le natif de Braavos pouvait lire dans le regard d’Orys un sentiment d’injustice et d’incompréhension qui lui fendait le cœur, même s’il s’interdisait de dévier de sa ligne directrice. Baâl sentait qu’Orys lui en voulait et, parfois même, qu’il pouvait le haïr. Le Forel était plus incisif avec lui, il le gardait plus longtemps en leçon, se satisfaisait moins rapidement de ses résultats. Seulement, tout cela avait un but, une finalité. Baâl savait qu’Orys souffrirait toute sa vie de son manque de légitimité, de cette malédiction dont il avait hérité à sa naissance, malgré lui. Cette exigence et cette intransigeance si particulières qu’il exerçait, parfois avec acharnement, vis-à-vis d’Orys avait pour objectif de faire de lui un individu plus accompli, plus noble et plus infaillible que ne le seraient les autres enfants d’Aerion. Le jour venu, quand la question de sa place se poserait au sein de la fratrie, Orys n’aurait pas à rougir de son sang ; personne ne pourrait douter de sa valeur et de son héritage royal. Tel était le credo que poursuivait Baâl.

Lorsque tous furent assis et attentifs, rapidement Isla prit la parole, suivie de Daena, toute petite fille. En les écoutant parler, Baâl adopta un visage souriant, apaisé et inondé de bienveillance. Il ne laissait transparaître que de l’amour. Il ne manqua pas d’appuyer physiquement l’intérêt qu’il accordait aux questions de ses jeunes pupilles, allant même jusqu’à froncer les sourcils et à acquiescer, signe de sa considération à leur égard ; un léger rictus trahissait toutefois l’attendrissement qu’il éprouvait à entendre leurs questionnements pleins d’innocence.

Baâl se tourna d’abord vers Isla, plus âgée que Daena.

[Baâl] « C’est une excellente question, Lady Chyttering ; une question qui en soulève elle-même beaucoup d’autres. En grandissant et en forgeant vos expériences, vous apprendrez que la vérité est une notion relative. Elle n’est jamais que le reflet d’une vision, dont on décide qu’elle fera loi parce qu’elle est écrite. Toutefois, il est des vérités dont on peut considérer qu’elles transcendent les opinions et les perceptions. L’amour, la fidélité, la loyauté, la foi qui vous habite ; ce sont des vérités que personne ne pourra vous contester, car tout le monde les vit à sa manière. Un jour, lorsque vous occuperez tous des responsabilités à la tête d’un fief ou d’un Royaume, vous devrez discerner quelle vérité doit servir votre digne conduite et laquelle doit être toujours remise en cause. Pour vous aider, je vous dirais simplement ceci : la seule vérité dont on ne saurait douter est celle qui provient du cœur, dit-il en pointant de son doigt celui de la petite Isla. Tout le reste, doit générer le doute. »

Puis, il se tourna vers Daena Velaryon. Celle-ci arborait les traits physiques les plus distinctifs de sa famille : une peau de nacre, une chevelure platine et une beauté qui ne ferait que s’affirmer davantage en grandissant. Il profita de la question de la fillette pour la transformer en allégorie. Il continua.

[Baâl] « Lady Velaryon, il est vrai que les mauvaises herbes, tant elles poussent en profondeur, ne sauraient être éradiquées en les arrachant de la main. Pis encore, celles-ci asphyxient et tuent, en se développant, toutes les fleurs et les plantes chérissables qui cherchent, tant bien que mal, à s’épanouir. Pour se débarrasser des mauvaises herbes il faut avoir le courage de traiter le mal à la racine. Faire preuve de force et de ténacité, ne pas avoir peur de se salir les mains, jusque dans la terre s’il le faut, pour arracher le cœur de la mauvaise plante. Sans quoi, sommes-nous condamnés à arracher indéfiniment celle-ci jusqu’à ce que, lassé de le faire incessamment, nous finissions par abandonner la besogne et à voir disparaître en quelques temps tout le verger que nous aurons mis tant d’années à cultiver. Il en va de même pour un Royaume. Un souverain se doit, parfois, d’engager des décisions difficiles. A l’image de la mauvaise herbe qu’on arracherait à la racine, une telle décision demande de l’effort, du courage et peut nous salir. Mais c’est un mal nécessaire. »

Il redonna la parole à ses protégés, espérant avoir suscité la curiosité.
Baâl Forel

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Main d'Orys Baratheon, Général des Armées du Dragon, Chevalier de Peyredragon, Maître d'armes du Dragon, Représentant de Peyredragon au Conseil Impérial
Âge du Personnage: 48
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Baâl Forel
L'esprit pour commander, l'épée pour vaincre.
Messages : 699
Membre du mois : 0
Célébrité : Pedro Pascal
Maison : Peyredragon
Caractère : Fidèle - Intransigeant - Avenant - Rancunier - Courageux - Tacticien
L'esprit pour commander, l'épée pour vaincre.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un précepteur [ft. Orys, Rhaenys, Isla et Daena]   Un précepteur [ft. Orys, Rhaenys, Isla et Daena] EmptyJeu 16 Avr - 17:41

Un précepteur.

Château de Peyredragon, 3ème semaine du mois 8 de l'an -14

Cette situation n'était pas encore totalement familière pour la toute jeune Isla. Jamais elle n'aurait pensé se retrouver en si royale compagnie, dans un cadre digne des plus beaux contes de fées et à bénéficier d'un enseignement d'une telle qualité. Certes la fillette faisait partie de la noblesse, sa famille est prestigieux, ça on le lui a beaucoup répété. Cependant pas assez pour que celle-ci ait des appartements de résidence permanents au sein du château même de Peyredragon, contrairement aux Verdragon. Isla ne s'était pas attendue à être appréciée de la plus jeune des princesses, et c'était un honneur pour elle, d'autant qu'elle adorait jouer, inventer des histoires et passer du temps en sa compagnie. Son esprit était vif, elle était d'une curiosité sans égale et son cœur débordait de compassion et de joie. Alors qu'elle venait de prendre place auprès de son amie pour écouter la leçon Isla lissa quelque peu sa robe. Celle-ci n'était pas très travaillée, elle avait été conçue dans un tissu plus fonctionnel que décoratif et elle n'abordait pas de jolis motifs comme celle de Daena. Il était aisé pour la demoiselle de comprendre que si petite et insignifiante que la petite fille semblait être elle appartenait à une plus puissante et plus noble famille que la sienne. Elle n'en concevait pas de jalousie, cet état de fait semblait aussi naturel que la pluie qui tombe et mouille, mais elle en ressentait une grande gêne. Elle se sentait alors dépréciée, voir même rabaissée dans une condition détestable. Bien entendu ni Rhaenys, ni Orys ne semblaient prendre cela en compte, leur comportement n'avait pas changé, mais Isla se sentait plus intimidée et mal à l'aise qu'à l'ordinaire.

Après avoir posé la question qu'elle avait essayé de formuler le plus parfaitement possible dans son esprit la demoiselle guetta la réaction du précepteur, anxieuse de savoir si ce genre de demande était ce qu'il espérait, si ces réflexions étaient bienvenue, surtout de la part d'une femme, car Isla n'avait pas manqué de remarquer que certains hommes détestaient le fait qu'elle pose des questions. Cela était particulièrement vrai avec les mestres, ces vieux rabougris généralement barbus avaient le don de s'agacer dès qu'elle venait les trouver pour leur faire perdre leur temps, ça ils le lui disaient souvent, d'autant qu'elle mettait souvent son nez dans des écrits bien trop compliqués pour son âge, et traitant de sujet qu'une femme n'a pas besoin de connaître. Cela l'énervait toujours beaucoup, mais elle ne pouvait jamais vraiment rien faire lorsqu'ils lui retiraient d'un coup sec le livre qu'elle était en train de parcourir. Elle prenait donc soin de venir à un autre moment pour consulter les ouvrages qui l'intéressaient réellement, soit la nuit, soit en prenant garde d'être totalement seule. Peu importe où les hommes dissimulaient les écrits qui leurs étaient réservés elle finissait toujours par les dénicher.

Baâl Forel semblait satisfait, et c'était suffisant à Isla pour se détendre et attendre avec impatience la réponse qu'il lui livrerait. C'est alors qu'une voix frêle mais forte se fit entendre dans son dos. Surprise Isla observa avec étonnement la petite Daena, toute excitée dans sa belle robe poser une question saugrenue sur les fleurs. Fronçant les sourcils elle manqua de laisser échapper un petit soupir d'exaspération. Encore une preuve que cette petite âme ne manquait aucune occasion pour attirer l'attention sur sa personne. Agacée Isla prit néanmoins le parti de ne rien dire, surtout que Rhaenys, attendrie par la question de l'enfant se mit à rire aux éclats. Elle devait penser que cette petite détendait à merveille l'atmosphère.

Sans s'apesantir sur le comportement de la petite Velaryon, Isla écouta avec une grande concentration et une certaine fascination la réponse que lui offrit le précepteur. Celle-ci lui semblait d'une grande sagesse, et elle se promit de toujours se souvenir de son conseil. Il lui semblait déroutant que des ouvrages puissent mentir, ou tout du moins ne pas dire exactement toute la vérité. Elle ne percevait pas bien pourquoi il était alors nécessaire d'écrire des choses qui n'étaient pas nécessairement véritables. Baâl lui permettait de comprendre un peu mieux mais comme il l'avait dit tout ceci ne faisait que générer beaucoup plus de questions. Touchée que l'homme ait pris le temps de lui accorder son attention elle hocha la tête en sa direction pour lui signifier sa compréhension.

Vint alors le tour de la réponse à la question de Daena sur le jardinage. La réponse que lui donna l'adulte était bien moins simple que ce à quoi elle s'était attendue, c'était même assez compliqué à comprendre comme métaphore. Isla fronça les sourcils en essayant de se représenter la chose mais il fallait avouer que pour elle, l'idée de diriger ou d'avoir son mot à dire sur l'avenir d'une terre lui était très abstraite. Elle ne se voyait absolument pas régenter la vie de qui que ce soit ou prendre des décisions si importantes qu'elles influeraient sur la vie d'autres personnes. Pour elle la vie s'arrêtait à des jeux et à des rires sans fin. Si sa famille pouvait lui manquer parfois elle ne s'imaginait à présent pas vivre ailleurs que dans ce magnifiques châteaux avec ses amis. Alors qu'Orys était en train de chuchoter quelque chose à sa princesse de sœur, Isla se mit à réfléchir et une question lui fit presque trembler les lèvres alors qu'une crainte sourde s'insinuait en son cœur.

« Maître Forel, faudra t-il forcément qu'un jour nous ayons des responsabilités aussi grandes que de repérer et arracher les mauvaises herbes de notre domaine ? N'est-il pas possible avec des dragons de facilement venir à bout des problèmes ? »

Certes Isla pensait d'abord à Rhaenys avant elle-même, mais être roi ou reine lui semblait être un destin peut enviable. Tout d'abord parce que ces personnalités n'avaient pas beaucoup de temps pour se consacrer à eux-même. Les rares occasions où Isla avait pu voir les souverains de Peyredragon, ceux-ci étaient atrocement occupés, et presque préoccuper par des affaires très importantes, avec devant eux des choix compliqués et lourds de conséquences. Cela ne faisait pas du tout envie, même pour toutes les belles robes de l'univers. Pourtant Balerion était une menace assez puissante pour que les problèmes ne semblent jamais vraiment graves. Isla ne s'intéressait pas vraiment à ce qui pouvait se passer en dehors de leur île natale, mais elle était assez grande pour réaliser que personne ne serait assez fou pour venir embêter un souverain possédant un dragon. Dans les livres, c'était souvent les propriétaires des dragons qui ayant des velléités de conquêtes, finissaient par faire la guerre aux autres et non l'inverse.



(c) AMIANTE

Isla Chelsted

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Chelsted, dame de compagnie de l'impératrice et conseillère en matière judiciaire
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Isla Chelsted
nemo auditur propriam turpitudinem allegans
Messages : 130
Membre du mois : 0
Célébrité : Kiernan Shipka
Maison : Chelsted
Caractère : ▪▪ Travailleuse ▪▪ Secrète ▪▪ Joviale ▪▪ Meurtrie ▪▪ Espiègle ▪▪ Ambitieuse ▪▪ Résiliente ▪▪ Obstinée ▪▪ Romantique
nemo auditur propriam turpitudinem allegans
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un précepteur [ft. Orys, Rhaenys, Isla et Daena]   Un précepteur [ft. Orys, Rhaenys, Isla et Daena] EmptyDim 10 Mai - 3:33



Un précepteur
L'an -14, 8eme mois, 3ème semaine.
Daena 4 ans.   
Les pensées de la petite Velaryon semblaient sautiller d'une fleur à une autre. Marguerites, pâquerettes, roses et pissenlits dont les pistils volaient au gré du vent, laissant à Daena le loisir de rêver d'une journée enneigée. Elle n'écoutait pas vraiment ce qu'il se passait autour d'elle, il allait sans dire que la concentration d'une enfant de 4 ans, aussi bien née soit-elle, n'était pas encore optimale, et la petite blondinette n'était pas habituée à tant de rigueur au sein de sa famille. Bien sûr, le coton familiale que formait les Velaryon était rigoureux et précis sur l'éducation mais il ne faisait aucun doute que son paternel ne s'impliquait pas particulièrement dans l'apprentissage et l'évolution de son enfant. Daena était toujours collée à sa mère, qu'elle chérissait tendrement, plus que tout. D'après elle, il n'y avait nul personne plus belle au monde. Cette idée fut cependant ébranlée lorsque la petite fille eut l'occasion de croiser pour la première fois Rheanys. Sa chevelure argentée aurait fait pâlir de jalousie n'importe qui, Daena n'était pas une exception, pourtant elle-même dotée d'une crinière semblable. Rhaenys était simplement magnifique, comme une fleur qui venait d'éclore, dont les couleurs semblaient plus intenses sous les doux rayons du soleil.

Ce beau paysage mental fut cependant rapidement troublé par un nuage sombre qui venait empiété sur la beauté de Rhaenys.... Isla, la mauvaise herbe. Blonde aussi, elle n'avait cependant pas du tout le charme de la petite princesse, loin de là. Aux yeux de Daena, Isla semblait plutôt ingrate, vilaine, fade. Une plante qui désirait avoir de l'allure sans pour autant y parvenir. Cela n'était pas bien grave, Daena n'était pas du genre à juger, elle aimait tout le monde.... alors allez savoir pourquoi, cette demoiselle-là, la petite Velaryon ne pouvait pas la supporter. Elle se donnait des grands airs à discuter avec le grand monsieur Baâl en utilisant des mots compliqués. Elle se tenait droite comme un I, dressée et à l’affût de la moindre caresse qu'on pourrait lui donner. Sauf que personne ne voulait caresser les mauvaises herbes, et les compliments étaient réservés uniquement aux belles princesses ou aux jolies petites pâquerettes. C'est ainsi que Daena se voyait : le visage rayonnait entouré d'une chevelure blanche. Encore toute petite, elle s'imaginait venant seulement de sortir de la terre, incapable d'accomplir sa vie de pâquerette. Mais elle était bien entourée ! Sa maman était là pour elle, la guidant pas à pas et ce, jusqu'à ce qu'elle puisse se révéler.

Ainsi, dans ce jardin imaginaire, Daena était resplendissante mais toute petite, cachée par l'ombre de cette mauvaise herbe aux pupilles couleur de la terre et aux épines blondes. Aussi sombre Isla soit-elle, elle ne parvenait tout de même pas à cacher la beauté et le charisme de Rhaenys qui inondait d'une lumière blanche et pure, le jardin tout entier. Semblable à une fleur de jasmin, elle humait terriblement bon et semblait douce et bienveillante. C'était comme Rhaenys enveloppait ses camarades d'une aura de bonheur et de gaieté, en toute simplicité, elle savait se faire reconnaître, n'avait pas à jouer des coudes pour qu'on la regarde. Sa place était toute trouvée, elle était la Princesse incontestée de cette petite pelouse mentale. A ses côtés se dressait fièrement Orys, une crinière aussi claire que celle de la Velaryon, il en imposait par sa carrure, semblable à une rose dont les épines étaient en train de pousser. Ce joli bosquets était couvert d'un regard attentif, doux, attentionné, celui du grand monsieur Bâal, le seul que la petite fille n'arrivait pas à se figurer en fleur. Fallait dire que les grandes fleurs, c'était pas trop son truc. Elle, elle préférait celles qui sentaient bons et qu'on pouvait cueillir aisément. Pas celles qu'on devrait craindre ni écouter.

Reprenant finalement le fil de la conversation, Daena ne sut retenir quelques froncements de sourcils en écoutant la réponse donnée par Ser Forel. Tout ce qu'elle comprit fut qu'Isla, en sa qualité de mauvaise herbe, pouvait, à terme, venir étouffer les autres plantes de son jardin mental. Pire...elle avait même la possibilité de les tuer si elle restait présente trop longtemps. La petite fille n'était pas préparée à une réponse aussi violente, ses mains se mirent à trembler alors qu'elle jetait un œil plutôt inquiet à sa camarade détestée. Celle-ci ouvrit à nouveau la bouche, déblatérant des choses que, pour une fois, Daena fut en capacité de comprendre. Mais la petite fille voyait clair dans le jeu d'Isla : elle cherchait à se dédouaner. Elle cherchait à détourner l'attention. C'était évident, jamais elle n'aurait été dans le sens d'une conversation qui menait à son extermination. Extermination.... c'était un mot violent, ça aussi. Daena ne voulait pas être violente. Elle ne voulait pas exterminer Isla. Certes, elle ne l'aimait pas, mais elle ne se sentait pas le courage de prendre la vie de quelqu'un, même s'il s'agissait d'une mauvaise herbe. Allait-elle devoir un jour tuer quelqu'un ? Ses tremblements s’amplifièrent tandis que ses prunelles se gorgeaient de larmes. «  Mais... » murmura-t-elle doucement alors que sa voix se brisait en un sanglot, imaginant son jardin saccagé, ses fleurs fanées et un ciel orageux jonchant sur celui-ci. «  Mais... mais... » sanglota-t-elle à plusieurs reprise, plantant son visage dans ses mains pour en cacher les larmes. «  Mais je veux pas faire du mal à une plante... » elle tenta de se reprendre, reniflant un coup en essuyant les grosses goûtes salées qui parcouraient son visage. «  Même si c'est une mauvaise herbe... je veux pas lui faire de mal. Je veux pas blesser quelqu'un ! Je veux pas !  » acheva-t-elle en criant presque, sa voix se brisant de nouveau.

code by bat'phanie


❝ Darkness there and nothing more❞
And his eyes have all the seeming of a demon’s that is dreaming,
And the lamp-light o’er him streaming throws his shadow on the floor;
And my soul from out that shadow that lies floating on the floor
Shall be lifted—nevermore!
Daena Redwyne

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de sa Maison et infirmière
Âge du Personnage: 19
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Daena Redwyne
Messages : 68
Membre du mois : 0
Célébrité : Gabriella Wilde
Maison : Redwyne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un précepteur [ft. Orys, Rhaenys, Isla et Daena]   Un précepteur [ft. Orys, Rhaenys, Isla et Daena] EmptyDim 24 Mai - 12:19

Le pouvoir est quelque chose de curieux. Il vous offre l’opportunité d’accomplir de grands desseins, de marquer l’histoire de son nom. Mais derrière les fables et les récits, dans l’interstice des éloges biographiques vantant les hauts faits des souverains vénérables du continent, se terrent toujours des actes peu avouables, bien plus noirs et fort peu recommandables, sans lesquels rien n’eut été possible. Pour poursuivre sur sa métaphore jardinière, Baâl expliqua d’abord à Isla qu’à l’image d’un champ de culture qu’on parsème de fumier pour mieux le fertiliser, aucune grande entreprise connue ne s’est forgée sans comporter sa part d’ombre, souvent tenue secrète. Faut-il s’en émouvoir ? Certainement. Faut-il espérer mieux ? Certainement pas. Une couronne ou une seigneurie tiennent parfois par la bienveillance, souvent par la force, toujours par la peur. Les livres, quant à eux, ne retiendront que le résultat d’un règne, rarement les dommages collatéraux nécessaires pour y parvenir.

[Baâl] « Vois-tu, Isla, le champ que cultive le cerf a donc besoin du fumier pour croître et produire du blé. Il lui faut aussi l’assainir des mauvaises herbes, au risque que celles-ci finissent par prendre le pas sur les épis. Tu dois retenir que la mauvaise herbe est toujours plus forte, plus résistance et plus apte à se reproduire que le champ de culture ou la roseraie. La vertu est dans le juste milieu. Le tyran dépense toute son énergie à l’arracher, jusqu’à la moindre racine. Le juste souverain sait qu’il faut toutefois la préserver, dans une moindre mesure, pour garantir l’osmose de la nature ; et si, un jour, celle-ci vient à se développer à tel point qu’elle risque de mettre en péril la vitalité de la roseraie alors il conviendra de l’en empêcher. »

Le natif de Braavos esquissa un sourire, puit poursuivit.

[Baâl] « Quant au Dragon, ma petite, je vais te poser une question. Revenons-en à notre champ de culture, à notre roseraie toute florissante. Imaginons que ces derniers soient menacés par une quantité de mauvaises herbes, de chardons, de pissenlits, qui les étouffent, les défigurent et bientôt les font disparaître. Que se passe-t-il si tu y mets le feu, hm ? Tu détruiras sans aucun doute la mauvaise herbe… mais également toutes les roses tu auras mis tant de temps à cultiver. Un dragon est une créature fabuleuse, Isla. Elle ne se laisse monter que par des souverains aux destinées exceptionnelles. Incontestablement, un dragon est une arme sans pareille, capable d’anéantir à lui seul des armées de milliers d’hommes et de chevaux. Mais à quel prix ? Ce sont les questions que tu dois te poser. »

La jeune Daena Velaryon, visiblement saisie par le chagrin, se mit soudainement à pleurer à chaudes larmes, ne comprenant pas pourquoi il était nécessaire d’en attenter à des plantes. Toute en sanglots, Baâl l’attrapa avec affection et la plaça sur sa jambe droite, en la consolant. L’homme sortit de sa poche une sorte de grigri originaire de Braavos, symbolisant le Dieu Multiface, taillé dans un beau bois poli et parsemé de fioritures fines. Il donna le petit objet à Daena pour que celle-ci y focalise son attention et ne songe plus à pleurer.

Conscient qu’il avait déjà mobilisé la concentration de ses jeunes pousses suffisamment longtemps et que celles-ci trépigneraient bientôt à l’idée de retourner à leurs jeux, Baâl jugea préférable d’interrompre ici la leçon et les laisser vaquer à leurs amusements.

[Baâl] « Allez, retournez jouer ! Nous avons suffisamment appris pour ce matin. Et ne faites pas de sottises, je vous surveille ! »
Baâl Forel

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Main d'Orys Baratheon, Général des Armées du Dragon, Chevalier de Peyredragon, Maître d'armes du Dragon, Représentant de Peyredragon au Conseil Impérial
Âge du Personnage: 48
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Baâl Forel
L'esprit pour commander, l'épée pour vaincre.
Messages : 699
Membre du mois : 0
Célébrité : Pedro Pascal
Maison : Peyredragon
Caractère : Fidèle - Intransigeant - Avenant - Rancunier - Courageux - Tacticien
L'esprit pour commander, l'épée pour vaincre.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un précepteur [ft. Orys, Rhaenys, Isla et Daena]   Un précepteur [ft. Orys, Rhaenys, Isla et Daena] Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Un précepteur [ft. Orys, Rhaenys, Isla et Daena]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Royaume de Peyredragon :: L'île de Peyredragon-
Sauter vers: