Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-55%
Le deal à ne pas rater :
-30 € sur AUKEY USB C – Station de charge
24.99 € 54.99 €
Voir le deal

Another man's treasure
MessageSujet: Another man's treasure   Another man's treasure EmptySam 14 Mar - 15:34



C’est avec le cœur lourd que Cregan prend la tête de la procession le menant à Winterfell pour le couronnement du Roi Jon Stark. Le seigneur s’est autorisé un détour par ses terres, afin de s’assurer que son fils brisé soit confortablement installé pour sa convalescence, ainsi que d’accrocher au train les trois chevaux destinés à être des offrandes pour des gens d’importance politique divergente. Simplement songer sa progéniture lui rompt l’âme ; éternellement prostré, le regard vite posé sur sa jambe brisée qui ne supportera plus jamais son poids. C’est à sa demande que Cregan a embarqué le destrier de son fils, qu’il chérit pourtant, car le voir oisif dans son écurie lui confère un chagrin supplémentaire inutile. Ainsi donc, un long fastidieux chemin, qu’il aurait fait le cœur léger et qui l’aurait réjoui, si les circonstances avaient été différentes.

La culpabilité plante, aujourd’hui encore, ses abominables chicots en lui, comme un dogue qui ne veut pas lâcher sa proie ; il aurait dû pouvoir protéger son petit, tout cela était sa faute. Si seulement il avait pu agir plus vite, occire plus promptement les assaillants, le sire aurait pu tirer William de ce bourbier avant que les dégâts ne soient aussi critiques. Si les mestres attestent que ses jours ne sont pas en danger, ils attestent aussi qu’il ne sera plus jamais le même. Cet odieux constat fait jaillir en l’esprit de Cregan une myriade de questions tout aussi odieuses ; est-ce bien d’un éclopé qu’il désire pour reprendre les rênes de son fief, quand son tour sera venu d’expirer ? Ne devrait-il pas pousser William à s’instruire à la citadelle pour le supplanter dans l’ordre de succession ? Ne devrait-il pas briser sa promesse et se remarier afin d’avoir un fils de son sang vigoureux et entier ? Il ne se hait jamais autant que lorsqu’il se pose ses hideuses questions, ne se hait jamais aussi hautement lorsqu’elles le tentent. Alors, pour les chasser, il cligne des yeux et porte une lourde outre de vin à ses lèvres et y boit goulument pour chasser ses songes infectes et traîtres.

Les hautes et inexpugnables murailles de Winterfell déchirent l’horizon et Cregan est content d’arriver enfin, il va pouvoir occuper son esprit et peut-être même voir le Roi – si tant est-il qu’il a du temps à lui consacrer – est réceptif aux quelques projets que le Ryswell fomente depuis peu.
Sitôt arrivés dans la cour, les serviteurs accourent et Cregan met pied à terre, menant personnellement les trois montures à l’écurie. Puis, il ordonne à un petit va-s’y-dire de quémander Lady Lyanna Stark. Il ignore si la dame accèdera à une demande aussi impromptue mais Crèvecœur ne brûle que d’une chose ; se débarrasser du destrier de son fils.

« Ma dame. » s’incline-t-il profondément lorsque la louve arrive quelques dizaines de minutes plus tard. « Je me nomme Cregan Ryswell, sire des Rus et commandant des divisions des Roches et du Sud. » Il n’est point du genre à se rengorger de ses mérites mais face à une membre de la famille royale, il faut savoir faire étalage de ses mérites. « J’espère que vous pardonnerez la manière cavalière que j’ai eu de vous faire venir dans ces écuries. » annonce-t-il d’une voix posée. Il doit fermement s’appuyer sur sa carne, le long trajet à cheval ayant réveillé les douleurs de la hanche meurtrie à Buron. « Mes sources m’ont informé que vous étiez fort liée à lady Ardoise, qui souffre de la condition que nous savons. Les Ryswell, depuis des millénaires, élèvent des chevaux. Je me suis donc permis de débourrer pour elle une jeune pouliche docile et douce. Toutefois, c’est une suiveuse, pas une meneuse. » Il flatte énergiquement l’encolure de Ténèbres, l’ancien destrier de son fils ; magnifique, d’une robe noire de jet parfaite, une bête de belle hauteur et bien prise, musculeuse. « J’ai ici une bête qui pourrait servir de meneur et suis prêt à vous le céder, si tant vous le désirez. C’est une brave bête, fougueuse et impavide, mais qui a vu son content de la guerre. Il appartenait à mon fils et celui-ci n’en a plus l’usage. » Il abhorre la légère brisure dans sa voix lorsqu’il évoque son fils. Pour reprendre contenance, Cregan étire sur ses lèvres un sourire joyeux et hausse les sourcils, attendant la réponse de la louve.
Cregan Ryswell

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Seigneur des Rus
Âge du Personnage: 32 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Cregan Ryswell
Crèvecœur
Messages : 35
Membre du mois : 0
Célébrité : Charlie Hunnam
Maison : Ryswell
Caractère : Cupide ▪▪ Loyal▪▪ Stratège ▪▪ Brutal ▪▪ Fier ▪▪ Sévère▪▪ Intempérant ▪▪ Débonnaire ▪▪ Coupable ▪▪ Ambitieux ▪▪ Cupide▪▪ Loyal
Crèvecœur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Another man's treasure   Another man's treasure EmptyLun 30 Mar - 1:36

Winterfell était en effervescence. Les domestiques et les serviteurs couraient d’un bout à l’autre de l’immortelle Forteresse, les invités affluaient avec leurs affaires et leurs présents pour les seigneurs des lieux – et surtout pour le futur Roi – et surtout tout le monde avait multiples requêtes ou questions. Lyanna Stark dépensait une énergie considérable à accueillir chaque Lord lorsqu’aucun de ses cousins ne pouvaient se charger, ou encore à donner les ordres à chaque domestique pour qu’aucun invité de marque ne manque de quoi que ce soit. Certes, le peuple du Nord pouvait être rude et manquer de raffinement comparé aux peuples du Sud, mais leurs chaleurs ou leurs hospitalités étaient authentiques. Dès que l’on gagnait la sympathie d’un homme de ces terres froides, elle ne se perdait pas aisément et ne se défrichait pas sous les coups rudes du temps et de l’éloignement. Dix années pourraient passer, sans qu’aucun ne se voit, mais les retrouvailles seront toujours joyeuses, comme si ces années n’avaient jamais existé.

Dès lors, sans surprise, l’accueil que Lyanna offrait à chacun et à chacune était plein de rires, de sourires ou de larmes selon les nouvelles qu’elle glanait de leurs bouches. Elle ne feignait pas ces sentiments, elle les ressentait sincèrement et personnellement. Il faut dire que les événements rapportaient la toucher, de près ou de loin. On louait la grandeur de l’Empereur – son oncle –, on complimentait les qualités du nouveau Roi – son cousin –, on savourait une victoire tout en pleurant les pertes et les morts – ayant suivi chaque événement tantôt par lettre, tantôt en arrachant les informations de la bouche des principaux acteurs. Elle savait donc que certaines maisons avaient souffert bien plus que d’autres, que d’autres avaient offert plus de ressources ou d’hommes que d’autres … etc.

Un savoir qu’elle usa à bon escient. Lorsqu’elle se présenta à quelques lords, elle faisait bien attention de les complimenter, de partager leurs peines ou d’écouter leurs histoires – qu’elle avait déjà entendu d’autres bouches avant. Et enfin, lorsqu’elle était « libre », elle s’assurait auprès des domestiques que toutes les dispositions étaient prises.

Bref, elle courait encore et encore. Lorsque le lord de la maison des Rus l’appela, elle ne réfléchit guère plus longtemps et emboîta le pas du messager pour le rencontrer, un tantinet surprise de la destination. Certes, le cheval était le moyen de déplacement le plus commun pour un lord mais, bien souvent, la monture était abandonnée à la cour, aux bons soins de quelques écuyers ou palefreniers.

- Lord Cregan Ryswell, ne vous excusez pas. Au contraire, je suis très honorée de vous rencontrer, dit-elle sans trop tarder, se pliant à son tour aux règles de courtoisie et de politesse en matière de salutation de quelques seigneurs. Vos faits au combat comme votre courage sont chantés et contés par bien de vos pairs.

Les flatteries n’étaient pas faites par pure vanité, dans le but de flatter l’égo d’un homme. Elles étaient sincères, exprimant l’admiration d’une femme qui aurait souhaité être née homme et s’illustrer par ce même courage dans quelques champs de bataille.

L’homme ne tarda pas à donner les raisons pour lesquelles ils étaient dans les écuries et non dans un hall ou une cour, à siroter du vin coupé à l’eau ou à arpenter quelques couloirs de la Forteresse. Les présents étaient nombreux, pour chaque Stark, mais souvent anodins ou symboliques pour Lyanna. Elle était une femme, avant tout, et elle avait droit à bien des babioles – quelques bijoux, des outils de broderies, des tissus ou d’autres frivolités que bien des femmes raffolent. Babioles offertes par quelques célibataires de quelques maisons du Nord, au grand dam de la brunette. Manœuvre motivée par quelques projets nuptiaux … dont elle voudrait bien fuir.

Par contre, ce que Cregan offrait était un présent d’une valeur inestimable. D’une part, la bête offerte était belle et d’un sang noble, et d’autre part, elle avait appartenu à l’héritier de la maison – un enfant qui avait rejoint le rang des infirmes. Cette catastrophe n’avait pas touché uniquement la maison Ryswell. On ne comptait plus les Lords trop vieux et sans héritier – tous tombés au combat –, des Lords trop jeunes – avec des mères qui jouaient le rôle de régent –  ou encore des Lords infirmes – ou avec des héritiers infirmes.

Pourtant, malgré tout, l’orgueil de la jeune louve était gonflé. Elle avait droit au cheval qui « menait ». C’était comme si elle était complimentée à travers ce présent. Deux sentiments contraires l’étreignaient donc, entre la joie et la fierté et la tristesse et la gêne.

- Refuser un présent aussi inestimable serait un affront. La bête est bien belle, et je serais heureuse si vous pouviez me conter son histoire. Mais j’ai peur de vous priver d’un compagnon que vous semblez affectionner.


En somme, elle voulait être sûre que la décision avait été mûrement réfléchie, et qu’il léguait cette précieuse bête à la volatile et fougueuse Lyanna en toute connaissance de cause.
Lyanna Stark

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Noble, Dame de la Maison du Roi
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Lyanna Stark
Messages : 93
Membre du mois : 0
Célébrité : Daisy Ridley
Maison : Stark
Revenir en haut Aller en bas
 
Another man's treasure
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Le Nord :: Winterfell-
Sauter vers: