Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -39%
PLANTRONICS BACKBEAT PRO 2 – Casque bluetooth
Voir le deal
152 €

[FB] La promesse d'une enfant (Torrhen)
MessageSujet: [FB] La promesse d'une enfant (Torrhen)   [FB] La promesse d'une enfant (Torrhen) EmptyVen 13 Mar - 0:13

Date : An 0, mois 12, semaine 4

Les anecdotes et les récits sur la bataille qui s’étaient déroulées à Buron étaient aussi nombreuses que les blessés qui affluaient dans le domaine. Pourtant, la jeune Stark était sourde à ces histoires dont elle était si friande et aveugle à la douleur de ces hommes dont elle connaissait certains. Son regard ne cherchait qu’une figure : celle de son oncle. On le disait « absent », « perdu », « capturé » ou, pire, « mort ». Elle se refusait d’y croire. Elle ne pourrait pas supporter une autre perte. Celle de l’oncle Bran avait été déjà bien difficile à surmonter, elle ne désirait pas revivre une épreuve similaire, voire plus poignante. Aux yeux de Lyanna, l’oncle Torrhen était comme les murs de la forteresse de Winterfell : une grande ombre qui apportait du réconfort dans le cœur des alliés et une certaine peur ou méfiance dans celui des ennemis, un protecteur silencieux qui n’avait jamais failli à sa tâche auprès des siens.   Dès lors, la mort n’était pas une option. Elle était même contre-nature pour un tel personnage. Voilà comment elle voyait cet Empereur.  

Lorsque la nouvelle tant attendue arriva, celle du retour de son oncle avec le Prince Orys Baratheon en prime, elle crut que son cœur allait exploser de joie. Une joie qui fut de bien trop courte durée lorsque son regard se posa sur les deux corps qui se présentèrent à Vivesaigues. Elle ne reconnut ni l’un ni l’autre, entre la crasse et les blessures. Elle crut sincèrement qu’il y avait erreur sur la personne mais bien des détails ne trompèrent pas : la chevelure, la voix, les tenues ou encore quelques traits physiques qui avaient survécu et étaient restés encore intacts.

Deux ou trois personnes ne s'attardèrent pas bien longtemps et prirent immédiatement en charge la situation. Pendant que tout ce monde s'activait autour de ces deux hommes, la brunette n’avait pas bougé, pétrifiée par la surprise. Par le passé, elle avait déjà vu son oncle au retour de quelques batailles, tantôt colérique, tantôt fatigué, tantôt joyeux. Or, jamais elle ne l’avait vu aussi blessé ou malmené. Certes, elle savait qu’il était un homme de chair et de sang comme tous, qu’il avait les mêmes faiblesses que chacun et pourtant, cette vision était comme un coup de poing assommant. Sous le choc, elle ne savait pas si elle devait pleurer, si elle devait assister le Mestre ou tout autre soigneuse, si elle devait se montrer forte. Étourdie, elle se décida à s’asseoir pour réfléchir, dans un premier temps. Puis  respirer à nouveau, dans un second temps.

Elle entendait les ordres beuglés par les soigneurs mais elle n’avait nulle idée de ce qu’ils demandaient ni comment elle pouvait apporter son aide. Elle voyait les tissus ensanglantés qui se baladaient entre la salle d’eau et la chambre où avait été conduit l’Empereur, ne sachant toujours pas comment faire usage de ses deux mains et deux pieds dans cette situation. Ce remue-ménage cessa finalement, après de longues heures qui étaient devenues des jours. Il n’y avait plus besoin de la présence de plusieurs personnes pour calmer les douleurs, pour coudre et recoudre des blessures tenaces ou encore pour baisser une fièvre qui venait et partait selon les besoins du corps. L’Empereur pouvait connaître quelques heures paisibles, grâce à diverses potions.

Du moins, c’était ce que le Mestre lui avait dit, lorsqu’elle lui demanda si une visite au chevet de son oncle pouvait enfin être envisagé. Elle se fichait que ce dernier dorme et ne la voit pas. Tout ce qui lui importait était qu’il guérisse et qu’il ne souffre plus. C’est donc avec de petits pas de souris qu’elle s’approche du lit, s’assoit sur une chaise déjà disposée à côté et pose son regard sur l'homme brisé. Elle avait toujours du mal à le reconnaître avec cet œil gonflé et enfoncé on-ne-sait-où, cette cicatrice qui morcelait son visage comme s’il était une carte avec des frontières rougeâtres, ce genou qui faisait le double en termes de taille comparé à son jumeau et les zones bleuets visibles aux épaules. Elle aurait voulu saisir sa main ou changer ce petit tissu sur son front, mais elle se retint. Elle craignait qu'lele ne lui fasse du mal rien qu'en l'effleurant. Elle se sentait tellement impuissante.

- Je t’avais promis, mon oncle, que je prendrai soin de toi et que tu ne manqueras de rien lorsque tu seras bien vieux. Je l’avais promis mais … mais je suis … j’ai été incapable … je le serais sûrement encore ...  

Et enfin, finalement, cette torpeur la quitte, envahie et noyée sous un flot d’émotions qu’elle avait retenu inconsciemment. Les larmes coulent discrètement sur ses joues, et son dos courbé est parcouru de soubresaut. Elle pleurs. Voilà qui est rare pour cette gamine aventureuse qui n’avait pas versé une seule larme lorsqu’elle avait eu des genoux et des coudes écorchés ou lorsque les garçons avaient été impitoyables avec elle dans quelques jeux enfantins cruels. Ainsi était Lyanna Stark : elle ne versait des larmes que pour ceux qu’elle aimait, et jamais pour elle-même.

- Je suis tellement ... désolée, dit-elle dans un petit murmure, entre deux hoquets.
Lyanna Stark

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Noble, Dame de la Maison du Roi
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Lyanna Stark
Messages : 103
Membre du mois : 15
Célébrité : Daisy Ridley
Maison : Stark
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FB] La promesse d'une enfant (Torrhen)   [FB] La promesse d'une enfant (Torrhen) EmptyJeu 26 Mar - 11:13

La douleur… C’était ça qui me réveillait. Tout le temps. Qui m’empêchait de dormir, au-delà d’un rêve sans songes. Mon visage n’était plus qu’une surface douloureuse dans son moindre centimètre carré. Œil droit ouvert je ne parvenais pas à voir quoi que ce soit, si ce n’était à percevoir de la lumière. Le mestre et Dame Redwyne m’avaient prévenu que je risquais de perdre mon œil, que le dégonflement de l’œdème était en cours mais que rien n’était encore joué. Ils ne m’avaient pas menti. Je l’avais vu dans leurs yeux. J’étais leur Empereur et ils savaient qu’il ne servait à rien de me brosser dans le sens du poil de quelque manière que ce soit. Il n’y avait pas que cela ; ce n’était pas le plus douloureux. A certains moments, j’avais du mal à respirer. Côtes brisées ou félées par la bastonnade. Elles se remettaient bien mais en attendant, la respiration était sifflante, douloureuse, je n’étais qu’incapable de prendre de grandes inspirations, plus encore parce que les voies d’entrée de l’air étaient elles-mêmes déjà particulièrement douloureuses. Cette jambe aussi, où j’avais pris un coup de lance qui avait déchiré le muscle et percuté l’os pour le fendre en partie. C’était peut être cela qui provoquait les pires pics de douleur.


Mais tout cela était bien léger en comparaison de ce qui me faisait souffrir au supplice à toute heure du jour ou de la nuit. L’affreuse plaie qui me courait, je l’avais vue dans une glace, du coin du front à la commissure des lèvres du côté opposé de mon visage, barrant ma trogne d’une plaie immonde où chair, os et cartilage pointaient dessous la déchirure. L’odeur des cataplasmes était infecte et Orane Whent m’en enduisait plusieurs fois par jour pour m’éviter de mourir d’esprits malins qui s’infiltreraient dans la plaie. Heureusement, disait-elle, le risque était moins grand en hiver, par ces températures si fraîches. Mais j’étais atteints de fièvre, malgré tout. Et pire encore, la lame avait ripé sur le casque et la plaie avait déchiré mes lèvres jusqu’à la pommette, remontant d’une virgule une blessure déjà terrible. Les gros points qui m’avaient été apposés déchiraient mon visage de fil noir, épais, qui serrait mes chairs pour me faire cicatriser.


Borgne, dévisagé, handicapé. Quel Empereur et quel général pourrais-je encore être à l’avenir, si toutes ces funestes présages finissaient par se réaliser ?


J’étais plongé sans cesse dans des rêves de neige et de sang, dans la sensation de la lame qui me découpe en deux. Je délirais, parfois. Je parlais de Sigyn, de Bran et de tous mes autres frères. De Rhaenys, et de notre premier enfant à naître. Je rêvais des dieux, sans arrêt, dans un demi-sommeil maudit qui ne me reposait jamais tout à fait.


Allais-je vivre pour revoir mes enfants et rencontrer mon dernier, que ma seconde épouse portait si loin d’ici ?


Je me réveillais à demi, péniblement, de ces considérations qui me poursuivaient jusque dans ce qui me servait de songes sous l’effet des potions, des décoctions, de la fatigue qui me terrassait en égale mesure de la douleur qui m’étreignait de façon permanente. J’entendais une voix que je reconnaissais. J’entrouvre le seul œil que je pouvais encore voir, et je distingue des traits que je reconnais… Je ne peux pas sourire ; essayer me fait déglutir et me donne un goût de sang et de bile.


J’essaie de relever une main vers elle, sans parvenir à atteindre son visage.



| Ce… Ce sont les v…vie…vieux… Q-qui … doi-vent veiller… Sur les… jeunes… Petite… Petite louve. |


Voix éraillée, sifflante. Je peinais à prendre assez d’air pour parler d’une traite, et ma bouche était au supplice de parler. Mes doigts, raides, passent dans ses cheveux.


| La… la mort… N’a jamais… Voulu de moi… En-encore… Ton… Ton père… Lui est m-mort… Si jeune… Je suis… Plus vieux… Que tous mes… f-frères ne le… ne le… Seront… Jamais. Et plus… Que mon… Que mon père… Quand il … est mort… |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 30799
Membre du mois : 77
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/
 
[FB] La promesse d'une enfant (Torrhen)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Le Conflans :: Vivesaigues-
Sauter vers: