Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Jusqu’à 50% de remise sur la boutique en ...
Voir le deal

Pourquoi les meilleurs partent en premiers ?
MessageSujet: Pourquoi les meilleurs partent en premiers ?   Pourquoi les meilleurs partent en premiers ? EmptyDim 1 Mar - 11:54

Un cauchemar. Il aurait préféré que ça en soit un. Depuis qu’on lui avait annoncé la nouvelle, depuis qu’il avait vu le cadavre de sa chère et tendre. Il ne se passait pas une heure sans qu’il espère qu’il puisse se réveiller, s’extirper de cette illusion dans laquelle elle ne faisait plus partie. Dans laquelle ils ne faisaient plus partis. Une jeune femme à la bonté d’âme sans égale. Garlan n’avait jamais connu quelqu’un comme elle dans le passé, elle était totalement désintéressé et tournée vers les autres. Malgré tout ce qu’elle avait traversée, malgré que les dieux s’étaient montrés des plus cruels avec son destin en lui faisant perdre son fils et en la liant avec un premier mari monstrueux. Elle était toujours restée altruiste. Une telle force d’âme, capable de se dresser devant les cruautés de la vie et d’y faire face.

L’attrait physique n’avait été que bien secondaire, c’est de la personne, de sa mentalité dont il était tombé amoureux, en apprenant à la connaître, en la découvrant jour après jour. Ce sentiment, il ne l’avait ressenti pour aucune autre, peut-être vaguement dans le passé, mais ce ne fut jamais aussi intense. Comment ne pas penser alors qu’il avait trouvé celle qui le complétait ? Celle qui pouvait le comprendre, le soutenir que ce soit dans les bons ou les moments. Le couple est là l’un pour l’autre… était… Et cet être cher qu’elle portait, ils l’attendaient tous les deux. Ils l’auraient chéri, chacun d’entre eux souhaitait devenir parent. Il était certain que cet être, garçon ou fille, n’aurait manqué d’aucune affection.

Qu’avait-il pu faire aux sept pour qu’ils lui arrachent ce qui comptait le plus à ses yeux ? Sa femme, son amour et la chair de sa chair. Il ne le savait pas, ne serait-ce parce qu’il avait déserté l’armée royale il y a bien des mois de cela ?  Ou bien parce qu’il n’avait pas su aider son ami Kevan comme il aurait dû le faire ? Les dieux se montraient des plus cruels si c’était le cas en lui retirant ce qui lui importait le plus. Il était confus, perdu. Il ne pensait pas qu’il arriverait à de nouveau faire confiance et croire en ses divinités qui se moquaient de lui en jouant ainsi avec son destin. Mais en soit, ce qui le rongeait le plus, c’était la culpabilité… Sa responsabilité. Il n’était pas là pour la protéger, pour les protéger.

Il ne savait pas comment il pourrait surmonter cet échec, ne pensant pas que c’était possible. Abattu par le deuil et le chagrin, il ne dormait que très peu, depuis l’annonce de la nouvelle. Il n’arriverait pas à trouver le sommeil, il le savait, son esprit était bien trop tourmenté pour cela. Sa nuit, il l’avait passé à s’en vouloir, à remettre en cause ses choix et ce qu’il aurait pu faire pour les maintenir en vie. Sous ses traits fatigués, deux jours après la « cérémonie » en l’honneur des victimes de la tentative d’assassinat, il avait géré les entrainements de la matinée, il n’était pas d’humeur et ne laissait rien passer. Ses hommes semblaient être compréhensifs, du moins se faisaient-ils tous petits en cherchant à être exempts de reproches. En ce début d’après-midi, il allait contrôler un des baraquements en bois où était rangé une partie de l’équipement de l’escadron.

Un des sergents de l’unité le suivait comme son ombre depuis le tragique événement. Il s’agissait d’un homme qu’il considérait comme son second et il écoutait certains de ses conseils, le cavalier était de la vieille garde et avait bien plus d’expérience que lui, il ne fallait pas le nier. S’arrêtant un instant devant la porte du baraquement, il tourna brièvement la tête vers le sergent et lui ordonna : « Je vais m’en occuper tout seul, sergent. Ne laissez personne entrer. » Son second se contenta d’hocher la tête et le bieffois entra alors seul. L’intérieur était soigneusement rangé, comme il l’avait exigé. Sur des établis, on trouvait des épées, des lances, des boucliers, ainsi que des pièces d’armures : casque, épaulière, etc…On trouvait même des réserves de nourriture. Garlan s’avança dans la pièce, inspectant le matériel l’un après l’autre, essayant de trouver une tâche pour s’occuper l’esprit, mais ce dernier ne cessait de broyer du noir. Il n’arrivait pas à faire autrement.

Après deux-trois minutes d’inspection, il se figea devant l’une des pièces d’armure, elle reflétait très grossièrement sa silhouette.  Fermant un instant les yeux, il tentait de trouver dans son esprit les instants de bonheur passés avec sa défunte épouse. Cependant, ces derniers se firent rapidement éclipser par une autre pensée. Une voix résonnée dans sa tête ; la sienne : : « Ce qui vous est arrivé n’aurait jamais dû se produire. Je ne puis le ramener. Mais je peux faire en sorte de veiller sur vous. Plus jamais un homme ne lèvera la main sur vous, Yesaminda, je vous en fais la promesse. » C’était ses mots, ce qu’il avait pu dire à Yesaminda à Fort-Darion, et ces mots ne cessèrent de résonner dans son esprit, encore et encore. Un homme qui n’arrivait pas à tenir ses promesses était un moins que rien. C’était ce qu’on lui avait appris. Voilà ce qu’il était devenu aujourd’hui… La colère commençait à l’envahir et lorsque ses mots semblèrent être repris par la voix de Yesaminda, qui se voulait comme accablante à son égard, rageur il se saisit de l’épaulière et l’envoya valdinguée dans la pièce, faisant tomber tout un établi où se trouvait des épées à l’opposée de la direction de la porte.

La colère ne redescendait pas, ses mains tremblées, n’arrivant pas à trouver un exutoire à ce poids de frustration, de responsabilité et de regret. Dos à la porte, il entendit celle-ci s’entrouvrir, peut-être que le sergent avait été attiré par le ramdam qu’il avait pu entendre. Sans même se retourner, il pesta d’un ton mauvais : « J’ai dis que je ne voulais pas être dérangé, sergent ! »



“Loyalty means I am down with you whether you are wrong or right, but I will tell you when you are wrong and help you get it right.”



Spoiler:
 
Garlan Goldwyne

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser / Capitaine dans la cavalerie impériale
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Garlan Goldwyne
Par-delà le cap !
Messages : 6819
Membre du mois : 132
Célébrité : Joshua Sasse
Maison : Goldwyne
Caractère : Loyal ♠ Rancunier ♠ Blasé ♠ Téméraire ♠Juste ♠ Têtu ♠ Galant ♠ Méfiant
Par-delà le cap !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
MessageSujet: Re: Pourquoi les meilleurs partent en premiers ?   Pourquoi les meilleurs partent en premiers ? EmptyDim 15 Mar - 13:56

Le monde pouvait s'effondrer en une fraction de seconde, sans que l'on ne puisse rien y faire, rien y changer. Ainsi était le fatalisme de la vie, l'enfer qui venait à nous attendre, rien n'était jamais certain, mais cela était encore plus vrai en période de guerre. Tout le monde était sur ces gardes, chacun connaissait les risques qu'il pouvait encourir, qu'il soit simple paysan ou qu'il soit chef de guerre, mais il apparaissait inévitablement, que dans un lieu qui semblait aussi bien garder que Accalmie, un lieu que l'on connaissait, dans lequel on pouvait se sentir chez soi, entourer d'amis et non d'ennemis, on se laissait alors facilement berner par cette impression de sécurité qui n'en était finalement rien. Le destin avait cruellement rappelé cette fatalité et elle était profondément bouleversée par cette triste réalité à laquelle elle devait aujourd'hui faire face. Femme de l'ombre pendant toute son existence, elle avait su au sein de cet empire, gagnée petit à petit en confiance, et pouvoir se dire qu'elle avait mené quelque chose à bien dans cette nouvelle société encore en construction. Mais face à la tragédie qui les avait touché, elle avait été impuissante pour pouvoir changer le cours du destin, et n'avait su qu'après l'attaque monstrueuse ce qui s'était tramé dans la chambre qui avait été attribué aux enfants du couple impérial. Tout le monde avait été touché par ce qui était arrivé, pour différentes raisons qui étaient propres à chacun, que ce soit politique ou plus personnel. Mais c'était une chose encore plus impressionnante et plus angoissante quand cela se passait directement chez vous, quand vous veniez à penser que la situation était totalement sous maîtrise et que cela ne pouvait pas advenir. Pourtant, le drame était survenu, on avait attaqué de jeunes enfants innocents, qui n'avaient rien demandé à personne, et qui venaient à être condamné à mort parce qu'ils portaient un nom, parce qu'ils étaient les héritiers d'un Empire, alors qu'ils n'avaient poussé leurs premiers cris à peine quelques semaines auparavant. C'était honteux et c'était plus qu'abominable. Ils n'avaient rien eu, les Dieux les avaient protégé, mais pour autant, pour sauver leurs vies, d'autres toutes aussi innocentes avaient été sacrifiés. Mina ferma doucement les yeux alors qu'elle sentait sa gorge se serrer, son ventre se contracter. Elle se souvenait de la discussion qu'elle avait eu ce même-soir avec sa belle-sœur, quelques heures avant qu'elle ne vienne à mourir. Mina lui avait dit qu'elle avait pris des risques en suivant une bonne partie de la Cour jusqu'à Accalmie, qu'il aurait été plus sage pour elle qu'elle reste à Fort-Darion. Après tout, elle était enceinte, et le voyage avait grandement fatigué la future mère. Elle lui avait proposé qu'elle prenne sa place si elle le désirait, pour qu'elle puisse se reposer quelques heures aux côtés de son époux mais Yesaminda avait décliné sa proposition. Mina appréciait le fait que ce soit un femme d'honneur, qui avait un sens du devoir aussi grand que celui de son frère, mais elle ne devait pas s'oublier pour autant, surtout en sachant qu'elle était enceinte et que cela aussi comptait, la vie de son enfant. Elles s'étaient quittées sur une note joyeuse et Mina avait regagné ses appartements pour pouvoir passer une bonne nuit.

Le réveil avait été rude, les heures suivantes encore plus encore. Garlan devenait inaccessible, même pour elle, pourtant elle avait connu aussi le deuil de son mari, presque un an auparavant, et elle savait combien il pouvait être terrible de perdre l'être qu'on aimait si tendrement. Les circonstances de leur deuil étaient pour autant bien différentes, elle en avait pleinement conscience. Béric était un soldat, un chef de guerre qui se battait vaillamment, qui avait pris la décision de se rendre sur le champ de bataille et par conséquence, prendre le risque plein et entier d'y perdre la vie, dans la gloire qu'offrait le fer et le sang. Yesaminda, elle, avait une tâche bien plus douce à accomplir, celle de s'occuper de deux jeunes enfants, de les aider à grandir dans l'amour et la tendresse, en leur inculquant de grands principes tout en cherchant de les protéger des malheurs du monde. Elle n'aurait pas du disparaître ainsi, la tentative d'assassinat sur deux enfants si jeunes était un acte barbare et elle avait succombé pour leur donner une chance. Mina regrettait de ne pas avoir pris la place de la jeune femme ce soir-là, elle avait encore tant de choses à accomplir, et elle devait aussi pouvoir vivre cette vie au côté de son époux, pouvoir mettre au monde l'enfant qu'elle portait, le prendre dans ses bras et pouvoir le chérir comme elle en avait eu la chance. Chacun après faisait face à la mort de différentes façons, elle s'était laissée mourir pendant plusieurs semaines, Garlan transpirait la colère et la tristesse, devenant implacable avec son entourage et avec ses hommes. Mina avait passé un petit moment à le chercher, ou plutôt à le traquer entre les murs du château et finalement, c'est en début d'après-midi qu'elle réussit à mettre la main sur l'homme qui suivait son frère comme son ombre. Elle s'en approcha donc d'un pas décidé, et il s'inclina doucement en la voyant, reconnaissant la sœur de son capitaine. Pour autant, il ne manqua pas à lui barrer le chemin alors qu'elle comptait bien rentrer dans le baraquement de bois dont il protégeait la porte. « Ma Dame, il a demandé à être seul ... » Bien qu'il ne faisait que de suivre les ordres de Garlan, Mina ne manqua pas à lui décocher un regard noir. « Et alors quoi, vous comptez me transpercer de votre épée si j'ose faire un pas de plus ? » Elle soupira doucement en entendant le bruit du métal tombant brusquement à terre, avant de lui adresser un pauvre sourire. « Je n'ai rien contre vous sergent, bien au contraire, mais je crois être assez grande pour affronter la mauvaise humeur de mon frère. » Elle le laissa se décaler avant d'ouvrir la porte et de pénétrer dans le lieu austère et froid. Mina regarda les lieux et referma la porte avant de soupirer doucement. « Oui mon capitaine, bien mon capitaine » Essaya-t-elle de dire d'une voix plus rauque avant de faire quelques pas dans sa direction. « Pardonne à ton sergent de m'avoir laissé entrer mais je ne lui ai pas vraiment laissé le choix ... »


Mina Swann

Écoutez le chant du cygne ...
Le chant du cygne blanc !
Mina Swann

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Swann
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Mina Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Messages : 680
Membre du mois : 10
Célébrité : Amber Heard
Maison : Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pourquoi les meilleurs partent en premiers ?   Pourquoi les meilleurs partent en premiers ? EmptyLun 30 Mar - 14:27

S’il voulait rester seul en cet instant, ce n’était pas pour rien. Il n’aimait pas que ses hommes le voient dans un instant de détresse. Pensant que cela briserait l’autorité et le respect qu’ils pouvaient avoir pour lui. Pourtant, ils seraient surement à même de le comprendre. La majorité des individus présents dans cette armée avait perdue quelqu’un de proche dans les conflits passés, une connaissance, un ami, un proche. Ils étaient tous des humains, au-delà de leur étiquette de soldat. Cependant, Garlan ne pouvait pas infliger cela à ses hommes en plus, il ne voulait pas être une charge. Certains devaient être assez préoccupés par les batailles à venir, inutile d’en rajouter. S’il agissait autrement, ils risquaient d’être moins concentrés et préparés, alors qu’il devait tout faire pour qu’il soit au maximum prêt pour ce qu’ils allaient devoir affrontés.

Pour eux, il devait prendre sur lui, mais ce fut tellement soudain et intense pour lui, que c’était on ne peut plus difficile. Il ne voulait pas se reposer sur quelqu’un, car c’est cette faiblesse qui avait conduit à la perte de sa femme et de leur enfant à naître. Il n’avait pas été là pour les protéger, il n’avait pas été assez fort pour cela. S’il n’avait pas été présent dans la vie de Yesaminda, rien de cela de cela ne serait arrivé, peut-être aurait-elle eu la force de résister à ses assaillants suffisamment longtemps afin que des gardes viennent à son aide. Devenir plus fort, cela le forçait à se remettre en question, l’individu qu’il était. Tous les événements qui l’avaient conduis jusqu’ici, à être ce qu’il était aujourd’hui. Tout ce à quoi il croyait, les valeurs qu’il défendait. C’était essentiel pour lui, car s’il voulait éviter de connaître une telle détresse à l’avenir, il devait changer.

Il devait devenir quelqu’un d’autre, devenir plus fort, quitte à ce que le soldat et officier prenne le dessus sur le côté humain. Il ne voyait pas d’autres alternatives et ça semblait dans l’immédiat la meilleure solution pour faire front à cet événement, ne pas se laisser complètement abattre et être là dans l’instant présent pour faire ce que l’on attendait de lui. Le chevalier était pris de colère et après son mouvement d’énervement, quelqu’un pénétra dans la pièce, il entendit la porte se refermer et la voix de Mina s’éleva alors. Garlan se retourna pour lui faire face. Son visage était marqué par la fatigue, son teint n’était pas très beau à voir également et il semblait passablement énervé. Il lui rétorqua sèchement « Pardonner de quoi ? De ne pas avoir respecté un ordre direct ?! Décidément, je vais devoir renforcer la discipline au sein de mon escadron. »

Il s’éloigna alors de quelques pas de sa sœur, lançant un instant  à Mina un lourd et pesant regard, et pas forcément de la meilleure des manières. Il voulait lui envoyer un message par ce regard. Il lui en voulait. Il lui en voulait d’avoir brisé sa solitude, car il ne voulait de personne en cet instant. Même pas sa chère sœur, Mina. Il espérait qu’elle comprendrait bien le fin fond de sa pensée et qu’elle le laisserait seul. Il n’avait pas envie de lui parler pour le moment, et surement pas de ce qui s’était produit. Les quelques pas n’étaient pas destinés à se rapprocher de sa sœur, mais d’arrivée à portée de l’épaulière qu’il avait propulsé dans la pièce afin de la ramasser, afin de faire le chemin inverse pour la ranger à sa place. Il devrait remettre en ordre l’établi qui s’était renforcé après le départ de Mina. Elle n’était toujours pas partie, il lâcha donc, toujours sur un ton aussi « peu aimable » :  « Je n’ai pas besoin de toi. Je n’ai besoin de personne. Va donc rejoindre Lenora et Harlan. Eux ont besoin de toi. »



“Loyalty means I am down with you whether you are wrong or right, but I will tell you when you are wrong and help you get it right.”



Spoiler:
 
Garlan Goldwyne

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser / Capitaine dans la cavalerie impériale
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Garlan Goldwyne
Par-delà le cap !
Messages : 6819
Membre du mois : 132
Célébrité : Joshua Sasse
Maison : Goldwyne
Caractère : Loyal ♠ Rancunier ♠ Blasé ♠ Téméraire ♠Juste ♠ Têtu ♠ Galant ♠ Méfiant
Par-delà le cap !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
MessageSujet: Re: Pourquoi les meilleurs partent en premiers ?   Pourquoi les meilleurs partent en premiers ? Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi les meilleurs partent en premiers ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Les Terres de l'Orage :: Accalmie-
Sauter vers: