Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -10%
HUAWEI MateBook – PC Portable 13″
Voir le deal
899 €

Justice extrême est extrême injustice | Feat Torrhen Braenaryon
MessageSujet: Justice extrême est extrême injustice | Feat Torrhen Braenaryon    Justice extrême est extrême injustice | Feat Torrhen Braenaryon  EmptyDim 9 Fév - 21:56

Justice extrême est extrême injustice.

Sur la route de Lestival, 2ème semaine du mois 10 de l'an 1

Une odeur étrange flottait dans l'air, l'atmosphère se rafraîchissait avec le crépuscule, mais ce n'était pas ce léger refroidissement de son environnement qui troublait Isla. Les effluves de terre semblaient mêlés à de la cendre diluée et cela n'annonçait rien de bon. La chevauchée s'était une nouvelle fois faite sur toute une journée, éprouvant ses cuisses et son dos, mais elle n'avait pas une seule fois émis une plainte. Ce régime lui était à présent familier, et si elle ne le retrouvait pas avec plaisir tout du moins ne lui était-il pas aussi pénible qu'au début de ses pérégrinations. Une femme n'avait rien à faire à la guerre, c'était certainement la pensée que se faisait les centaines de guerriers à ses côtés, osant à peine lui adresser quelques regards, si ce n'est peut-être pour étayer quelques rêveries inavouables. La présence féminine n'était pas souhaitable aux alentours d'hommes privés d'étreintes réconfortantes, soumis à leurs besoins inassouvis et surtout en proie aux doutes et aux angoisses des affrontements à venir. Tout cela n'effrayait pas la donzelle, elle se dressait digne, sur le destrier qui l'avait amené de Peyredragon jusqu'aux côtés de l'Impératrice, laissant ses beaux yeux noisettes se perdre dans les vallons orageois, le monde semblait se dérober devant elle et aucune âme n'arrivait à attirer suffisamment son attention pour la rattacher à cette réalité. La veuve Chelsted se perdait dans des questionnements bien trop complexes pour les mortels de basses extractions qui évoluaient à ses côtés, et les nobles généraux ne perdaient pas leur temps à s'attarder sur les questions qui hantaient la jeune femme. De temps en temps elle jetait un regard vers le ciel gris qui s'étendait à perte de vue au-dessus d'elle, dans l'espoir d'entendre une bourrasque, d'apercevoir une silhouette effrayante et envoûtante, mais elle savait parfaitement que sa quête resterait vaine, Rhaenys et Meraxès jouant les éclaireurs par rapport à leur position elles se trouvaient à des kilomètres de tout regard.

La halte n'avait été ordonnée que lorsque le crépuscule fut bien entamé. Le camp, monté rapidement était dénué de tout confort, tout était pensé pour être fonctionnel. Isla ne passait de toute façon que très peu de temps dans sa tente, qui n'était pas très grande et ne comportait presque aucun ameublement. Une couche et un coffre rempli de ses quelques effets essentiels, c'est tout ce dont elle avait besoin, pour elle et pour s'occuper de l'impératrice au tempérament de feu. Rhaenys n'avait pas du tout été facile à vivre ses derniers temps, et ce n'était que justice. Elle se mourait de colère et d'angoisses, Isla pouvait le sentir clairement, mais elle gardait le plus souvent ses lèvres scellées pour ne pas subir les foudres de sa souveraine. Le débat était inutile avec son amie lorsqu'elle était dans cet état, on ne pouvait alors qu'attendre que la tempête passe et avec elle les risques de blessures. Car si Rhaenys ne se montrait pas violente physiquement elle avait le don de trouver toutes les façons d'infliger les pires entailles psychologiques, appuyant sur le moindre point faible pour faire souffrir au moins autant qu'elle-même souffrait. Ce comportement ne dégoûtait pas Isla, au contraire elle sait au combien il est signe de grande détresse émotionnelle et combien il requiert sa présence. Elle ne quittait donc pas l'impératrice, lui consacrant tout son temps, effectuant autant que possible tous les actes qui prouveraient à sa souveraine sa dévotion, son amour et son soutien. Lorsque l'occasion lui en était donné Isla ne manquait pas d'essayer de redonner à Rhaenys le sourire et la confiance en elle, mais celles-ci étaient rares et peu fructueuses pour le moment.

Alors qu'Isla avait fini de se décrasser de sa longue chevauchée et qu'elle finissait de nourrir sa peau mise à mal par le timide soleil de printemps avec des huiles ramenées de Peyredragon, un garde s'annonça à voix claire à l'entrée de son antre. L'homme bourrue et mal à l'aise ne semblait pas habitué à faire les commissions, l'arme pendue à son côté démontrant sa force physique par l'épaisseur de la lame. Son accent était nordien et Isla n'eut aucun mal à reconnaître l'un des protecteurs de l'empereur en personne. Avec étonnement la demoiselle revêtit donc une toilette simple mais mettant assez en valeur ses attributs pour pouvoir se présenter en public. Les lanières de cuir donnaient une illusion de combattante qui plaisait assez à Isla. Certes elle n'avait presque aucune ressource pour livrer bataille mais elle se débrouillait sur l’échiquier à la force de son intelligence et cela lui permettait de remporter quelques victoires. Ne sachant ce que lui voulait son souverain la Lady se remémorait les souvenirs des derniers jours, cherchant quel évènement pouvait bien requérir une convocation. Les interactions qu'elle pouvait partager avec Torrhen Braenaryon étaient maigres, mais toujours riches en échanges stimulant et nourris. S'emparant de son carnet de notes qui ne la quittait jamais elle écarta les pans de la petite tente pour se livrer aux yeux de tous. En silence elle le suivit jusqu'à l'emplacement dédié à la tente de commandement et aux appartements du couple impérial qui était nettement plus spacieuse que la sienne. Elle fut annoncée par son guide qui s'éclipsa en lui soulevant le pan de toile pour qu'elle puisse pénétrer dans ce haut lieu de pouvoir. Prenant une grande inspiration Isla releva fièrement les épaules et s'avança sous la lumière des torches pour faire face à l'empereur des royaumes fédérés.

« Mon bonsoir votre altesse impériale. Vous avez requis ma présence. Que puis-je faire pour vous servir ? »

Entonnant son salut avec solennité et une révérence impeccable elle laissa son regard s'attarder sur les tentures étalées au sol pour former une surface régulière et plus agréable que la terre battue. Il s'agissait d'une grave entorse au protocole de défier du regard dès son entrée son suzerain, elle attendrait donc que son seigneur lui indique les raisons de cette convocation pour croiser son regard.


Spoiler:
 
(c) AMIANTE

Isla Chelsted

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage:
Allégeance:
Isla Chelsted
nemo auditur propriam turpitudinem allegans
Messages : 45
Membre du mois : 9
Célébrité : Kiernan Shipka
Maison : Chelsted
Caractère : ▪▪ Travailleuse ▪▪ Secrète ▪▪ Joviale ▪▪ Meurtrie ▪▪ Espiègle ▪▪ Ambitieuse ▪▪ Résiliente ▪▪ Obstinée ▪▪ Romantique
nemo auditur propriam turpitudinem allegans
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Justice extrême est extrême injustice | Feat Torrhen Braenaryon    Justice extrême est extrême injustice | Feat Torrhen Braenaryon  EmptyJeu 13 Fév - 14:30

Je me sentais épuisé, mais étrangement serein. Les nouvelles n’étaient pas bonnes, très clairement, mais elles n’étaient pas non plus dramatiques. La campagne évoluait à toute vitesse et avec les actions et réactions de l’ennemi à nos propres mouvements. Sa stratégie confirmait certains de nos choix et en invalidait d’autres ; la complexité des événements irait encore croissante. Les choses de la guerre n’étaient jamais simples. Ce n’était jamais qu’un simple duel de compétences arme à la main, loin de là. C’était une finalité, mais en aucun cas un objectif spécifique. Tout ce qu’il se passait avant était au moins aussi important et ce qu’il se passait après le combat était souvent plus important encore. Les informations données par Rhaenys la veille au soir sur le martyr de Lestival changeaient beaucoup de choses. L’ennemi n’était pas prêt à accepter la bataille. Il faudrait donc le pousser à le faire. C’était forcément un casse-tête avec les nouvelles données logistiques et contraintes que cette information impliquait. Je me prenais la tête des heures durant dans la dictée de nouveaux ordres de marche pour toutes les composantes de l’armée. J’en sortais avec peu de certitudes sinon que l’appareil de guerre impérial poursuivait sa route et que la cavalerie qui caracolait déjà en tête des colonnes piaffait déjà d’impatience à l’idée d’aller affronter l’ennemi. Forcément j’étais toujours un rien inquiet de la prise d’initiative de soldats que je ne connaissais encore qu’assez peu ou mal, mais des témoignages que j’avais reçus l’armée Bieffoise était une formidable machine de guerre mais qui peinait à se réorienter. La bousculer était peut être bien notre seule chance.


C’était plein de ces considérations qu’après la marche du jour je vagabondais parmi la première cohorte Braenaryon. Les hommes se débarrassaient de leur équipement et l’entretenaient pendant que d’autres faisaient mijoter le ragoût du jour. Le niveau de ration deviendrait un problème ces prochaines semaines si nous ne combattions pas ni ne pouvions prélever de ressources sur le terrain. L’odeur était bonne et je passais un peu de temps avec les hommes le temps de grignoter un bout ; je savais que RHaenys ne rentrerait pas, cette nuit. Elle menait l’armée de l’avant comme à son habitude, bien plus en avant que je ne le pourrais jamais en chevauchant la terrible Meraxès. Cela ferait du bien à son humeur et à son moral, de rendre la monnaie de leur pièce aux cruels soudards du Bief qui n’avaient laissé que des ruines à Lestival bien avant même que nous ne puissions nous battre pour sa possession. Je finissais pas revenir à ma propre tente, le temps que la Garde ait fini de la monter et de faire brûler le foyer en son centre, la fumée s’en élevant jusqu’aux étoiles par l’orifice au milieu de l’immense toile. L’endroit avait toujours été conçu pour être vaste, pour abriter mes conseils de guerre entiers dans la pluie s’il le fallait, et pour garder un rien d’intimité dans le fond, sous un rideau épais afin d’y dormir d’un sommeil profond malgré la présence jusque très tard de mestres et de commis qui recopiaient mes ordres à chaque instant. On me fit part alors que je terminais un bol de ragoût de bœuf que des problèmes étaient encore survenus entre Peyredragoniens et mercenaires. Je réfléchissais un temps à la solution au problème, mais je savais aussi que je ne pouvais pas appliquer la discipline nordienne à tous les autres peuples ; certains se rebifferaient sans doute. Pourtant je me devais d’être équitable entre tous mes hommes…


Ces considérations m’amenèrent à faire mander la seule personne qui puisse me parler des lois et des coutumes de Peyredragon en dehors de ma femme elle-même, et envoyais un Demalion en plates complètes pour aller mander Isla Dame de Chelsted. Amie proche de Rhaenys. Proche à quel point aujourd’hui ? Je ne savais pas. Je savais bien que Rhaenys s’était distancée de ses amies du fait de l’exercice d’un pouvoir empreint de grandes responsabilités. Alors, j’attendais. Regard dans les flammes, me demandant à quelles horreurs mon épouse –peut être à nouveau enceinte- était réduite pour faire payer aux bieffois leurs sales comportements. On m’annonça l’arrivée de la jeune dame et me tournais vers l’entrée de la tente, acceptant de la recevoir. La belle me salue et se met à mon service.


Je la jauge un instant. Semblable à Rhaenys en tant de points. Jeune, de petite taille, aux cheveux très clairs. Menue, mais belle. Forte indéniablement. D’une tenue qui rappelait notre équipée guerrière sans en être directement partie prenante. Je lui fais signe de la main de se relever, et m’incline à mon tour, un peu raide sur ma jambe gauche dont le genou avait été esquinté par le coutelas du Noir au moment de le mettre à mort. Puis je me redresse et lui fais signe de s’asseoir sur l’un des sièges près du feu, font la lumière mouvante met en relief mon immonde trogne.



| Dame Isla, ravi de vous voir. J’ai besoin de vous pour répondre à une épineuse question juridique sur laquelle je ne veux commettre aucun impair. |


Je m’assieds et fais signe à un aide de camp de nous servir à chacun une coupe de vin.


| Deux conscrits de Lamarck ont été pris après avoir tenté de déserter. Au Nord, ces criminels auraient été soumis à lapidation des mains de leurs camarades qu’ils ont abandonnés. Mais voilà ; je ne sais quelle punition est la leur dans vos armées. En sus, ils sont sous ma responsabilité et mon commandement, et je ne voudrais pas commettre un impair vis-à-vis des natifs des iles de la Néra ni d’injustice envers mes hommes qui me suivent depuis des années. Connaitriez-vous des précédents, ma dame ? |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 30685
Membre du mois : 394
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Justice extrême est extrême injustice | Feat Torrhen Braenaryon    Justice extrême est extrême injustice | Feat Torrhen Braenaryon  EmptySam 22 Fév - 23:07

Justice extrême est extrême injustice.

Sur la route de Lestival, 2ème semaine du mois 10 de l'an 1

Les sons du dehors provenaient de manière étouffée au sein de cette longue étendue de toile tendue. L'espace a de quoi apparaître comme un luxe attaché au statut si particulier de son résident, car en ces temps de campagne militaire plus qu'en tout autre, l'heure était à la frugalité dans tous les aspects de l'existence. Isla s'efforçait de détailler les aspérités du sol tandis qu'elle attendait patiemment que son interlocuteur lui rende son salut. Le protocole ne lui permettait aucune marge de manœuvre, si bien qu'elle ne put succomber au désir de relever les yeux vers l'homme qui lui faisait face alors même qu'elle sentait ses yeux posés sur elle. Dame Chelsted n'avait pas connu énormément d'occasions de se trouver en son illustre compagnie, mais ces entrevues avaient toujours su déboucher sur de fructueux échanges qui avaient permis à la noble de se faire une haute opinion de Torrhen Braenaryon, l'empereur des royaumes fédérés. Le visage ravagé par les affres de la guerre, son regard a quelque chose de las, comme si cette âme portait depuis bien trop longtemps un poids incommensurable, presque inhumain sans jamais pouvoir se reposer ou déposer son fardeau sur le dos d'un autre. L'intelligence se reflétait dans ses actes ainsi qu'une tendance à la compassion et le soucis du bien du peuple qui en faisaient un souverain presque illustre. Isla avait pu assister à certains de ses exploits guerriers, elle pouvait soutenir les rumeurs quant à ses capacités de stratège et son implication grande dans les conflis. Ses valeurs lui interdisaient de commander de loin, sans prendre par à l'horreur des affrontements ou en se préservant de toute giclée sanguine.

Sa voix grave et profonde retentit dans le silence de la tente qui n'est bercée que par les bruissements étouffés de l'agitation extérieure. Avec l'arrivée du crépuscule le camp se préparait pour la veille, les hommes devaient s'équiper pour leur tour de garde et partageaient les derniers instants de convivialité avant de retourner à leur solitude et leurs devoirs. Redressant les iris sur la silhouette de l'empereur Isla plongea dans ses pupilles sombres et insondables. L'homme n'avait rien de la beauté d'albâtre des statuts glorifiant la stature masculine idéale. Ses traits accusaient l'âge et la fatigue d'une campagne trop tôt renouvelée. Avec grâce et détermination la demoiselle s'empara d'une des chaises qui venait de lui être indiquée, elle contempla quelques secondes le foyer d'où la fumée s'échappait dans les prémices du soir. Les questions tournaient dans son esprit mais il n'était pas encore l'heure de les poser, d'autant qu'elles disparaîtront très certainement une fois que l'empereur aura exposé les raisons de cette convocation. C'est donc sur les paroles de l'homme qu'Isla fixe toute son attention, sans pour autant le dévisager, elle n'en a pas besoin pour maintenir sa concentration. Déposant délicatement ses poignets sur la lourde table de chêne qui domine le centre de la toile elle se préparait ainsi à répondre à la moindre sollicitation.

Lorsque Torrhen évoque une question juridique Isla se fend d'un petit sourire, presque énigmatique, car elle se voit ravie de conforter sa position d'expertise en ce domaine. Même si son désir d'étendre ses connaissances et son étude des constitutions législatives des autres royaumes n'a pas encore pu aboutir elle pouvait tout à fait éclairer cette tête couronnée sur certaines difficultés d'ordre général ou plus spécifique à son royaume de naissance. La position isolée de Peyredragon ainsi que son héritage de l'ancienne Valyria le rendait atypique dans son articulation juridique par rapport aux autres souverainetés du continent, ce qui pouvait susciter des étonnements voir des émois pour les autres peuples. L'étude de l'enchevêtrement d'ouvrages poussiéreux comme d'anciens procès-verbaux de procès avait constitué un loisir puis une tâche ardue à laquelle Isla avait toujours aimé se soumettre. Elle estimait que par son traitement des infractions une civilisation démontrait alors les valeurs fondamentales qu'elle souhaitait défendre. Répondant à Torrhen d'une voix où le sérieux se mêlait à l'empressement elle ne put que mettre sa main sur son cœur en signe de reconnaissance.

« Cette intention est plus que louable et si mon conseil a un tel pouvoir je ne peux vous le refuser votre altesse impériale. »

Tandis que les verres se remplissent sur l'impérieux ordre de l'homme Isla écoute Torrhen lui exposer la situation qui lui vaut cet état de nécessité d'éclaircissements. L'affaire en soi est très simple, mais les questions qu'elle soulève lui donnent toute sa complexité. Gardant le silence quelques instants Isla ne peut s'empêcher de se poser quelques autres questions. En effet au sein de Peyredragon cette affaire aurait très aisément trouvé sa conclusion, la peine capitale n'étant pas appliquée pour une première désertion. En effet, les effectifs réduits de la souveraineté, tout comme sa tendance à privilégier la capacité de rédemption faisaient pencher la balance vers une solution moins radicale que la peine de mort, mais souvent pas moins douloureuse pour les condamnés. La peine appliquée à cette entorse au plus primaire ordre de conscription consistait en une déchéance de statut social et une entrée du coupable dans une vie de servitude. En effet, considéré comme un condamné aux travaux forcés, le sujet était privé de la possession de tout ses biens, il était à présent considéré comme un esclave lié à son suzerain, et affecté aux travaux les plus dégradants et les plus pénibles. Cette condamnation prenait effet pour une trentaine d'années, autant dire presque une vie entière, à l'issue, si le condamné avait fait montre d'un comportement exemplaire et d'une repentance sincère il pouvait retrouver le chemin de la vie civile ou de l'incorporation dans l'armée régulière pour redorer son honneur par de hauts faits d'arme. Cependant cela se terminait plus généralement par une mort d'épuisement avant la fin de la période de condamnation.

Il aurait été aisé pour Isla d'expliquer ce mécanisme, néanmoins cette situation soulevait des éléments d'extranéité qu'il était important de prendre en compte, c'est pourquoi elle se devait de répondre à la question de l'empereur par une autre interrogation.

« Une jurisprudence dans ce cas serait introuvable votre Altesse impériale, en effet c'est la toute première fois que Westeros voit une structure sociétale et donc juridique comme l'Empire prendre corps. Au-delà de la question de la punition il est important de clarifier le titulaire du pouvoir de sanction. En effet comme je le soulignais c'est la première fois que les armées de Peyredragon sont sous un commandement extérieur, en cette acception que ce commandement se situe à un échelon supérieur à celui de la royauté. La condamnation doit-elle donc intervenir de votre personne, ou avez vous laissé à la discrétion des royaumes fédérés ce pouvoir régalien ? Dans le cas de l'affirmative il reviendrait donc au Prince régent de Peyredragon de décider du sort des contrevenants. N'ayant pas pu avoir sous les yeux la constitution de l'Empire il me faut connaître cette modalité, car la légitimité de la sanction s'en trouverait affectée. »

Elle laissa planer un silence afin que son interlocuteur puisse prendre le temps de remanier ses paroles dans son esprit et se les approprier avant de poursuivre.

« Pour répondre au sens de votre question, la désertion n'est pas punie de la peine capitale dans notre culture. Nous croyons dans une certaine mesure à la capacité de rédemption de l'être humain, en tous cas c'est ce qui ressort de la logique de notre échelle des peines, ainsi pour une primo infraction l'option choisie est généralement celle de la condamnation aux travaux forcés, surtout en cas de campagne militaire, car la main d’œuvre est toujours utile et l'effet dissuasif de cette vie de souffrance est bien plus efficient que la rapide délivrance du trépas. »

Isla écarta une mèche de cheveux qui passait devant son regard pour soutenir le regard de son interlocuteur, elle voulait pouvoir déceler sur ses traits si elle allait trop vite, si ses explications n'étaient pas assez précises, ou si elle avait besoin de revenir sur certains points.

« L'ultime question qu'il faut avoir dans cette affaire est surtout celle de la justice et du système législatif qui doit et est mis en place au sein de l'Empire dans l'articulation du pouvoir et des rouages qui en découlent. Si ces hommes appartiennent au royaume de Peyredragon ils n'en sont pas moins citoyens de l'Empire et votre altesse impériale ne peut prendre le risque qu'une injustice soit ressentie vis-à-vis du traitement de cette situation par les autres nationalités présentes au sein des effectifs. La question une fois résolue celle de la compétence du juge en la matière, de savoir quelle est la position juridique de l'Empire face à une telle violation ? »

(c) AMIANTE

Isla Chelsted

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage:
Allégeance:
Isla Chelsted
nemo auditur propriam turpitudinem allegans
Messages : 45
Membre du mois : 9
Célébrité : Kiernan Shipka
Maison : Chelsted
Caractère : ▪▪ Travailleuse ▪▪ Secrète ▪▪ Joviale ▪▪ Meurtrie ▪▪ Espiègle ▪▪ Ambitieuse ▪▪ Résiliente ▪▪ Obstinée ▪▪ Romantique
nemo auditur propriam turpitudinem allegans
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Justice extrême est extrême injustice | Feat Torrhen Braenaryon    Justice extrême est extrême injustice | Feat Torrhen Braenaryon  EmptyJeu 5 Mar - 16:57

Je pensais bien que je pouvais me confier sans heurts et sans retenue à la jeune femme. Sans plus être aussi proche d’elle que jadis, Rhaenys m’avait déjà confié tout le bien qu’elle pensait de la jeune femme et il était clair à mes yeux que vu le lien privilégié qu’elles avaient toutes deux partagé dans leurs vertes années, il y avait peu de risques à ce que la jeune femme ne considère qu’elle puisse semer aux quatre vents la rumeur de ce qui intéressait ce jour l’Empereur. Le motif même de l’entretien, mais pas seulement, était donc confidentiel. Les affaires se traitaient aussi peu au grand jour en Peyredragon que dans le Nord pour ce que j’en savais, et il n’y avait certainement pas matière à plaisanter lorsque la discipline militaire était remise en question. Certains la pensaient sujette à caution et il n’était pas absurde de penser qu’il était possible aussi de la contourner dans des temps de grand péril. Autant dire que ces gens se trompaient. Je n’avais jamais transigé de quelque manière que ce soit sur ce sujet, ni sur aucun autre. J’avais donc fait venir la jeune femme. Ancienne amie de Rhaenys. Actuelle, peut être. Qu’importe. Ce n’était pas pour son lien avec l’Impératrice que je l’avais fait venir, loin de là. C’était avant tout parce que je m’efforçais de toujours retenir les principales qualités des gens qui m’entouraient, et s’agissant de politique il était plus simple alors de savoir qui mettre à quel poste ou solliciter pour tel ou tel autre conseil.


Isla, dame de Chelsted, était férue de lois et étudiante assidue des bibliothèques de son royaume insulaire de naissance. Elle connaissait tout un ensemble de textes qui permettaient de prendre position selon les décrets royaux ou sur ce que la coutume n’avait jamais eu besoin de voir transposer. S’agissant des problèmes liés à Peyredragon et des gens qui y étaient nés, il n’y avait sans doute pas meilleure personne, plus qualifiée, vers qui se tourner.


La jeune femme semblait me jauger, elle me regardait en entrant ; nous n’avions été qu’assez peu confrontés l’un à l’autre. Je lui avais écrit la mort de son époux et Rhaenys m’avait parlé de leur jeunesse partagée sous bien des coutures. Mais c’était à peu près tout. Du reste, en dehors de son intelligence et de son savoir juridique, la jeune femme m’était presque inconnue. Petite, mais très belle. Elle avait encore la candeur de sa jeunesse inscrite sur le moindre de ses traits, alors que cette femme-là avait compulsé les archives, travaillé, épousé, aimé sans doute aussi. Ce n’était plus une enfant. Comme Rhaenys, forcée de grandir par la force des choses. Je lui fais part alors de mon tracas et de l’objet de sa visite ; ma voix rocailleuse, vieille et élimée comme une vieille épée qui n’a que trop coupé, tranche dans le bruit du brasier non loin qui réchauffe la tente, vaste espace plein de tout et de rien que je charrie à chaque fois que l’armée marche vers son destin, et moi vers le miens.


La jeune femme sourit, sans doute un peu satisfaite que je pense à elle pour traiter ce genre de sujet. Ce n’était pas un besoin formel que j’énonçais, mais une demande d’aide. Je ne lui ordonnerais pas de trancher pour moi ce cas de figure car je savais bien qu’il n’y avait personne d’autre qui pouvait prendre une décision de pareille importance. Il n’en restait pas moins que je lui donnais force détails pour l’aider à mieux cerner la situation et comprendre quel était mon dilemme, entre nécessité d’ajuster la punition à la tradition militaire de Peyredragon, mais sans pour autant léser les soldats d’une autre faction, à savoir ma patrie de naissance, qui étaient quant à eux accoutumés à une discipline autrement plus revancharde.


J’inclinais la tête en guise de remerciement quand la jeune femme me confirme qu’elle pourra m’aider, et je vois bien à sa gestuelle qu’elle n’est pas peu reconnaissante de l’honneur que je lui fais en lui permettant de m’assister. Je la laissais réfléchir à cette épineuse question le temps que je serve deux godets pour achever de nous réchauffer. Je regrette presqu’aussitôt la complexité de l’affaire, quand la belle me répond qu’il n’y a pas de précédent à la situation qui nous occupe. Son langage, châtié, n’en est pas moins précis et j’apprécie sa façon de détailler sa réponse, notamment sur le pouvoir de sanction et celui qui le possédait. Isla rappela tous les éléments de contexte ; la prise de contrôle récente des troupes d’une patrie différente de celle de leur suzerain, régies par d’autres lois que lui. Je comprenais son embarras à savoir ce que prévoyait la constitution et la laissais dérouler encore en sirotant le verre que je m’étais servi, après lui avait tendu le sien.



| Vos connaissances honorent dès à présent la confiance que vous accorde l’Impératrice, mon épouse. Je comprends déjà, même si j’avoue ne pas trop comprendre toutes les ficelles que vous me tendez, que je n’aurais pas meilleure experte du droit dans mes rangs. Je vous remercie donc à nouveau, Dame Isla. |


Dans une attitude bien peu impériale, je me frottais un moment la barbe sur le menton, réfléchissant à tout ce qu’elle venait de me dire pour y remettre un peu d’ordre. J’essayais de reprendre ses demandes dans l’ordre pour tout bien expliquer comme il le fallait.


| En théorie, chaque Royaume Fédéré a autorité sur ses propres lois et sur ses gens, tant que les grandes lois de l’Empire, contenues dans la Constitution, ne sont pas violées. Il est surtout question du respect de principes comme l’interdit de l’esclavage, ce genre de choses. En revanche, je suis général en chef des armées fédérées ; j’ai autorité sur toute troupe sous mon commandement direct comme aujourd’hui. Nous avons séparé la chose militaire du reste des affaires des royaumes. Quand l’Empire est en guerre et que je le mène à la bataille, les armées fédérées ne sont plus sous l’autorité d’un commandant local, autochtone, mais sous le mien. Et sous celui de l’Impératrice ou de l’un de nos envoyés communs, comme le Maréchal Omble. D’ordinaire, ce genre de transgression pour des soldats du Nord vaudrait la peine de mort, de la main même des camarades. Voire l’envoi au Mur. |


Je décidais de reformuler pour donner un exemple concret.


| Si je donne l’ordre de faire lapider ces hommes par leurs camarades qu’ils ont voulu abandonner, vous paraitrais-je cruel à vous, Dame Isla, toute peyredragonienne que vous êtes ? Préféreriez-vous que je les condamne à la mort lente du service au Mur ? Ou bien de dormir en geôle et de travailler tout le jour durant à relever des défenses orageoises endommagées, une année durant, au pain sec et à l’eau ? Que vous semble-t-il le plus acceptable, sous ces formes ? |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 30685
Membre du mois : 394
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Justice extrême est extrême injustice | Feat Torrhen Braenaryon    Justice extrême est extrême injustice | Feat Torrhen Braenaryon  EmptySam 28 Mar - 23:56

Justice extrême est extrême injustice.

Sur la route de Lestival, 2ème semaine du mois 10 de l'an 1

Isla parcourait la longue table d'un œil surpris. Il était flatteur pour elle de constater qu'elle était ainsi gratifiée d'un tête-à-tête avec l'empereur. D'autant qu'il était plutôt inhabituel pour une tête couronnée de requérir l'avis d'une femme, fusse t-elle une pointure en sa matière. La société n'était guère plus clémente envers les femmes au sein des contrées arides du Nord, mais certaines réussissaient néanmoins à s'illustrer de brillante manière. Feue l'ancienne reine Stark avait été reconnue pour ses capacités de gestion de son royaume en l'absence d'un mari toujours parti à guerroyer. Il se murmurait même que des femmes combattantes étaient acceptées au sein des rangs de leur armée, même si Isla n'avait jamais eu la chance d'observer une de ces créatures de ses propres yeux. Assise seule face au dirigeant Isla ne pouvait s'empêcher de se questionner quant à l'avis qu'il pouvait se faire de sa carrure frêle mais de son esprit vil. Elle pouvait déjà s'enorgueillir de posséder une certaine confiance de la part de l'empereur, ce type d'affaire n'était généralement pas porté à la connaissance de n'importe qui, le contentieux étant d'autant plus sensible qu'il comportait une négociation entre deux cultures différentes. Fédérer un empire n'était pas aisé, surtout quand les nations qui le compose avaient pu être d'anciens ennemis ou de complets étrangers, n'ayant alors presque aucun mode de fonctionnement commun sur lesquels s'appuyer. Cette volonté de réunifier des peuples parfois diamétralement opposés pouvait paraître utopique voir bien naïve aux yeux de certains, mais Isla voyait dans ce projet un signe de l'extrême dévotion du dirigeant qui lui faisait face, car ce ne pouvait se réaliser sans se donner corps et âme à un tel projet.

Pour en revenir à sa présence sous cette tente impériale, Isla ne doutait pas qu'elle parviendrait à donner au Braenaryon les clés lui permettant de prendre une décision éclairée. Car là était sa tâche, rien de plus. Le pouvoir de décision ne lui appartenait pas, et cela pouvait être parfois frustrant, surtout lorsque la tête couronnée ne prenait pas mesure des conseils et tranchait d'une façon insatisfaisante. Isla avait appris à s'y faire, elle estimait toujours avoir fait de son mieux lorsqu'elle avait pu livrer l'entièreté de sa vision et que son interlocuteur avait prêté une oreille attentive à ses paroles. Elle ne pouvait en exiger plus. Néanmoins la situation était plus qu'inhabituelle pour elle. Elle n'avait jamais eu à conseiller un empereur, et c'était avec Rhaenys qu'elle avait toujours pu converser et conseiller, le rapport de confiance n'était pas le même, les liens entre eux n'étaient pas de la même nature et Isla était plus qu'étonnée que l'homme ait choisi de la distinguer plutôt qu'un autre. Des généraux de Peyredragon devaient bien accompagner Rhaenys, et s'ils n'avaient pas ses compétences juridiques ils incarnaient l'autorité masculine et le pouvoir militaire dans toute sa splendeur, aux yeux de la société l'indolente noble qu'elle représentait n'avait aucun pouvoir de persuasion face à des hommes aguerris à l'art du combat. Pourtant c'était elle qui avait été convoquée et à qui l'on demandait des conseils. Loin de s'en réjouir trop vite Isla se posait surtout la question du pourquoi, bien que l'explication ne tenait peut être que dans une reconnaissance de ses connaissances et de ses capacités, au-delà de son sexe. Ou alors Torrhen préférait peut être solliciter ses différents conseillers de manière séparée, c'était aussi une option, pour peut être conserver une certaine pureté des avis qui lui sont présentés et ainsi éviter toute influence des uns sur les autres. La demoiselle laissa tout du moins toutes ces considérations de côté lorsqu'elle entendit les compliments de son interlocuteur. Elle lui adressa un sourire sincère et reconnaissant, souhaitant au plus profond de son cœur être digne d'une telle éloge.

« Je remercie son altesse impériale pour un tel compliment. Si quelque chose vous est obscur dans mes paroles n'hésitez pas à me demander des éclaircissements, les termes juridiques peuvent parfois faire figure de langue étrangère par leur complexité, même pour les initiés. »

Isla avait à cœur de bien se faire comprendre et surtout de permettre au souverain de parfaitement appréhender cette situation pour qu'il puisse prendre la décision la plus éclairée possible. La lady fixa quelques instants le godet qui lui avait été tendu, faisant distraitement tourner le liquide qu'il contenait. Le vin n'était certainement pas de mauvaise qualité et elle en avait grand besoin après cette journée éreintante de chevauchée et d'aide au camp, cependant elle avait peur que l'alcool lui monte vite au visage et que cela perturbe quelque peu ses capacités de réflexion. Elle but une gorgée du breuvage, elle n'avait plus tellement l'habitude d'en consommer et senti après quelques minutes une chaleur bienvenue lui parcourir la poitrine et lui permettre de se détendre quelque peu. Du coin de l'oeil elle pu observer le geste de l'empereur et elle se retint de sourire face à cette expression de pure humanité, après tout chaque légende n'est avant tout qu'une représentant de l'espèce humain et on ne pouvait pas s'attendre à d'autres comportements que ceux du commun des mortels. Lorsque l'empereur reprit la parole la demoiselle l'écouta avec attention et eu un petit geste d'assentiment.

« Très bien, ma première question a donc une réponse sans ambiguïté ce qui est heureux. Votre compétence à trancher cette affaire étant indéniable ne reste plus qu'à définir la méthode. Vos coutumes locales penchent en effet vers une solution radicale, d'aucun considèrerait cruelle. Mais pour apporter une réponse appropriée à cette épineuse situation il faut en effet prendre en compte un paramètre essentiel : L'acceptabilité de la sanction par tous, et cela vous projette sur la corde raide d'une crête, entre trop forte clémence et inacceptable injustice. »

Résumer la situation avait toujours une salutaire nécessité, faire la synthèse permettait d'énoncer clairement les éléments qui étaient pris en compte, et cela permettait le cas échéant à l'interlocuteur d'énoncer clairement si une variable de l'équation essentielle à ses yeux était oubliée. Cela permettait aussi de définir concrètement les termes de cette équation. Isla fronça les sourcils un petit instant, ayant du mal à formuler correctement la réponse à la question que l'empereur venait de lui faire. Elle la trouvait un peu inappropriée, mais elle la comprenait néanmoins.

« Votre altesse impériale, je ne peux répondre à votre question sans commettre un irréparable impair. En effet, en matière de justice, l'avis personnel est le plus mauvais conseil, cette matière ne peut s'embarrasser d'impression et de sentiments, elle ne peut se blottir dans les plus nobles concepts moraux et se parer de la cape de l'héroïsme, car ce n'est pas sa fonction première. L'élément essentiel de l'acte de juger est de réparer un préjudice, afin de faire taire les velléités de vengeance, de conjurer une offense à la société constituée au-delà des sentiments des individus et de leur perception. Le plus souvent la justice la plus parfaitement exécutée sera celle qui laissera un goût amer aux parties prenantes, car elle ne leur donnera qu'à moitié satisfaction, c'est généralement à l'art des compromis que l'on reconnaît un sage jugement. »

La philosophie de la peyredragonienne ne lui plairait peut être pas. Elle avait laissé un petit instant flotter entre eux avant de lui refuser une réponse à sa question tout en lui offrant une réponse à une autre. En tant que conseiller elle ne pouvait lui livrer une analyse forgée sur ses sentiments, sur ses impressions et sur sa nature humaine pas essence imparfaite et non appropriée à la délicatesse d'une telle affaire.

« Je comprend néanmoins tout à fait les impératifs qui conduisent à me poser une telle question, et ne voyez dans ma réponse aucune marque d'irrespect, mais pour vous conseiller au mieux il me faut vous être d'une totale franchise. La perception de l'injustice par les hommes du Nord sera quoiqu'il en soit présente si vous décidez de ne pas conduire les fautifs à la mort, et la perception d'une cruauté sera également existante par d'autres peuples qui n'ont pas les mêmes valeurs sociétales que celles des nordiens si c'est l'option de la peine capitale que vous retenez. De façon pragmatique, eut égard aux éléments objectifs de cette situation, le compromis acceptable serait de leur laisser la vie sauve car c'est une première infraction, guidée non pas par la cruauté mais par tout simplement un désir de vivre et une incommensurable terreur, cependant pour que cela ne soit pas prit comme une clémence synonyme de faiblesse, il faut que cette existence soit une punition pire que la mort, afin de rester dissuasive afin de conserver les troupes dans le rang. Parfois la vie peut être bien plus atroce et effrayante que la mort votre altesse impériale. »

La voix de la jeune noble c'était faite grave et dure pendant qu'elle terminait son petit discours. Sa conclusion sonnait presque comme une vérité immuable, témoignant de souffrances profondes, enfouies au plus profond de ce visage bien trop juvénile pour que l'on puisse sérieusement penser qu'il ait tant enduré.

(c) AMIANTE

Isla Chelsted

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage:
Allégeance:
Isla Chelsted
nemo auditur propriam turpitudinem allegans
Messages : 45
Membre du mois : 9
Célébrité : Kiernan Shipka
Maison : Chelsted
Caractère : ▪▪ Travailleuse ▪▪ Secrète ▪▪ Joviale ▪▪ Meurtrie ▪▪ Espiègle ▪▪ Ambitieuse ▪▪ Résiliente ▪▪ Obstinée ▪▪ Romantique
nemo auditur propriam turpitudinem allegans
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Justice extrême est extrême injustice | Feat Torrhen Braenaryon    Justice extrême est extrême injustice | Feat Torrhen Braenaryon  Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Justice extrême est extrême injustice | Feat Torrhen Braenaryon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.
» [UPTOBOX] Le Pacte [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Les Terres de l'Orage-
Sauter vers: