Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-15%
Le deal à ne pas rater :
TOSHIBA 43UA3A63DG TV 4K UHD – 43″
312.99 € 369.99 €
Voir le deal

Les mois sont passés, mais les choses n'ont pas changées.
MessageSujet: Les mois sont passés, mais les choses n'ont pas changées.   Les mois sont passés, mais les choses n'ont pas changées. EmptyDim 2 Fév - 17:56

Les derniers jours avaient été plus que rudes pour toute le monde. La confiance n'avait pas forcément faiblis entre les uns et les autres mais ce qui s'était passé à Accalmie avait été un véritable chamboulement il fallait bien l'avouer. Elle respirait encore, elle n'avait rien eu, elle n'avait même pas été blessée ni même menacée par qui que ce soit, mais elle avait été touchée, profondément. Car cela avait atteint des personnes qu'elle appréciait, des personnes avec qui elle avait passé de bons et beaux moments, et parce que l'une d'elle était de cette famille qu'elle essayait de reconstruire, de retrouver alors qu'elle avait été renié de sa famille qui l'avait vu naître, parce que son père avait eu le désir de la marier à Béric Swann. Quand le Bief et l'Orage s'étaient déclarés la guerre, alors elle avait compris qu'elle ne faisait plus partie de ce tout, elle était le mauvais petit canard, celui qui avait trahis la maison Goldwyne à cause de l'homme qu'elle avait épousé. Pendant, trois ans, elle n'avait alors connu que son époux, ainsi que le frère de celui-ci. Mais malheureusement, Béric était mort à la bataille de Beaupré, un mois tout juste avant qu'elle ne donne naissance à l'héritier qu'il attendait depuis tant d'années, avec la désillusion de ne pouvoir devenir père avec sa première femme, puis la déception certes minime mais existante d'avoir eu une fille avant d'obtenir ce fils, essentiel pour passer le flambeau, pour transmettre le nom et le fief à la chair de sa chair.

A Fort-Darion, elle avait retrouvé son frère, celui dont elle avait toujours été le plus proche et dont elle avait été séparé par la haine d'un père contre son fils. Trois longues années sans nouvelle, et alors qu'ils avaient tous les deux eu des parcours très différents, ils s'étaient retrouvés là, au tournant d'un couloir alors qu'elle essayait de rattraper sa petite fille qui s'était enfuie pour pouvoir jouer avec sa mère. Il s'était marié, il allait même devenir père. Et puis tout cela c'était finalement effondré. La tentative d'assassinat des enfants impériaux n'avait pas atteint son but, c'était une chance, une formidable chance que deux enfants innocents ne soient pas les victimes de ce que les adultes pouvaient s'infliger les uns contre les autres car ils n'avaient pas la même façon de voir les choses. Cependant, pour que eux puissent vivre, d'autres personnes étaient mortes. Dont sa belle-soeur et l'enfant qu'elle portait. C'était un crève-coeur personnel, et elle se sentait pleinement incapable de faire quoi que ce soit pour pouvoir soulager la douleur que pouvait ressentir Garlan.

Ils allaient bientôt quittés Accalmie, Mina était fatiguée, mais elle tenait bon. C'était dans des moments comme cela qu'elle avait peur d'avoir une rechute de sa maladie alors que son corps était malmené par le voyage et également par le chagrin qui était le sien. Elle avait promis à Bâal de faire attention à elle, bien qu'elle n'allait pas écouté son conseil de rester à l'abri, loin des dangers des combats. Elle s'était engagée auprès du couple impérial, auprès d'Argella et la cause de l'Empire comme de l'Orage et c'était une chose qui faisait sa joie et sa fierté. Alors qu'elle était en train d'écrire une missive en direction de Fort-Darion pour pouvoir prendre des nouvelles de ses enfants et de donner quelques conseils aux personnes qui étaient restées auprès d'eux, on lui dit qu'elle avait de la visite. Elle fronça les sourcils alors qu'elle se demandait qui voulait bien la voir, elle fut encore plus étonnée en apprenant le nom de la personne en question. Ses mains se mirent à trembler alors pendant quelques instants qui lui sembla être une éternité. Elle fit signe à sa femme de chambre à ce qu'on réarrange sa toilette, pour pouvoir se présenter dignement devant lui, alors que cela faisait plusieurs mois que le beau-frère et la belle-soeur ne s'étaient pas vus … Depuis son départ pour Accalmie avec le nouvel héritier de la maison Swann et qu'elle avait voulu protéger de l'ambition du frère de son défunt époux. Une fois qu'elle fut prête, elle se décida à le faire entrer dans ses appartements, inclinant le visage devant celui-ci quelques instants avant de plonger son regard dans le sien. « Edmund … Je ne pensais pas vous voir à Accalmie … Vu l'urgence à  Pierheaume ... »


Mina Swann

Écoutez le chant du cygne ...
Le chant du cygne blanc !
Mina Swann

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Swann
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Mina Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Messages : 680
Membre du mois : 10
Célébrité : Amber Heard
Maison : Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les mois sont passés, mais les choses n'ont pas changées.   Les mois sont passés, mais les choses n'ont pas changées. EmptyJeu 6 Fév - 22:47



Ser Edmund Swann

Ser Edmund Swann est le beau-frère de lady mina Swann. Il est le frère de feu Beric Swann seigneur de Pierheaume. Les deux frères s’entendaient bien et le frère cadet du Lord a longtemps cru qu’il serait son héritier jusqu’au jour où Lady mina mis au monde son fils. Sachant la jeune veuve de son frère est de retour dans l’Orage, il est tant pour les deux Cygnes de se revoir. La rencontre se fait à l’initiative de Ser Edmund Swann


Edmund n’avait jamais détesté son frère aîné Béric. Par contre, il avait toujours envié tout ce que pouvait posséder ce dernier, allant des possessions matérielles, comme les armures et les terres, jusqu’aux possessions immatérielles, comme l’amour des parents, celui des sujets ou encore celui de son épouse.

Les exemples sont nombreux pour mieux saisir cette nuance entre « haine » et « envie ». Lorsque Béric avait chassé un loup vicieux qui semait la terreur dans les environs, il avait porté une griffe comme trophée. Edmund avait insisté auprès de son frère et de ses parents, mais face au refus de ces derniers, il avait rusé pour obtenir la fameuse griffe. A nouveau, lorsque Béric avait commencé à fréquenter une maîtresse à la poitrine plantureuse dans sa prime jeunesse, le cadet n’avait eu aucune honte à faire la cour à cette demoiselle et à réchauffer la couche de cette dernière dans le dos du frère aîné. Et le schéma se répétait inlassablement, causant quelques disputes violentes entre les frères lorsque les infamies du cadet étaient découvertes. Cependant, malgré tout, ils s’appréciaient et l’aîné finissait « toujours » par pardonner le cadet.

Jusqu’à la bêtise en trop qui fut dévoilée quelques semaines après le mariage de Béric avec Mina, une sublime blonde des terres du Bief. Le discours du Lord Swann changea un tantinet suite à son mariage, où il indiqua clairement qu’il refusait toute concession vis-à-vis de sa femme et de ses terres. Car oui, plus les frères grandissaient, et plus les enjeux prenaient de l’ampleur. Il n’était plus question d’une maîtresse ou d’une griffe, mais de terres et d’épouse, d’honneur et de loyauté. La dispute avait été sérieuse et avait crée un gouffre considérable entre les frères, blessant la fierté de chacun.

Ni stupide, ni fou, Edmund changea considérablement sa façon de faire ou d’agir, et était plus que tout décidé à prendre sa vengeance et surtout à posséder enfin « tout » ce que son frère possédait, soit terre, femme et nom ! Edmund prit donc ses précautions et travailla avec ardeur pour briller différemment, et surtout plus que son frère. En somme être le candidat parfait si l’épouse était frappée d’infertilité, ou encore si le Lord mourrait. Beaucoup de « si » qu’il ne pensait pas se réaliser de sitôt. Autant dire, lorsqu’on annonça la mort de Béric Swann, son frère aîné, Edmund avait été sincèrement surpris. Malgré la rancœur passée, il avait ressenti une sincère tristesse car d’une part, il avait perdu un parent qui lui était cher au cœur, et d’autre part, il avait perdu un repère essentiel de son existence, une figure qu’il avait ardemment cherchée à y ressembler ou à dépasser !

Cependant, il ne pleura guère longtemps la perte de cet être cher, et pensait déjà au futur. Il se pensait enfin « lord » jusqu’à ce qu’un sombre nuage vînt assombrir cet avenir auquel il aspirait tant : un héritier. Il avait sincèrement prié que sa belle-sœur ne pourrait pas mettre au monde un enfant solide – et avait cherché un moyen de l’approcher et de proposer son charmant aide aux Sept comme au destin – mais les forces de cet Univers avaient été encore sourd à ses demandes. A croire que la mère avait senti le danger car voilà que le maudit enfant était hors d’atteinte, protégé il-ne-savait-où pour le moment.

« Un enfant n’est protégé que par sa mère. Et malgré toute la férocité dont une mère peut faire preuve pour son enfant, son sens du sacrifice est précisément ce qui signe souvent sa perte… » pensa-t-il, attendant avec patience que sa belle-sœur se présente enfin. Belle femme dont il avait rêvé à quelques reprises, et qu’il trouvait fichtrement désirable.

- Ce sont ces mêmes urgences qui m'ont retenu trop loin des miens. De mon frère, dit-il, la voix à moitié étranglé. Il avait encore du mal à l'idée que ce grand frère n'existait plus. Une voie s'ouvrait certes, mais pas de la façon dont il avait voulu et rêvé. Comment vous portez-vous, Mina ? Vous devez être épuisée, avec un nouveau-né, de surcroît.  
Arianne Martell

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Conseillère de Dorne
Âge du Personnage: 27 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Arianne Martell
Messages : 570
Membre du mois : 13
Célébrité : Deepika Padukone
Maison : Principauté de Dorne - maison Martell
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
MessageSujet: Re: Les mois sont passés, mais les choses n'ont pas changées.   Les mois sont passés, mais les choses n'ont pas changées. EmptySam 8 Fév - 8:33

Mina avait pris le soin de sa toilette, elle avait eu le désir de se présenter sous son meilleur jour, après des mois et des mois loin de Edmund, loin de Pierheaume et loin de l'Orage. Edmund avait respecté le deuil de la jeune femme, alors qu'elle était plongée dans sa chambre noire, qu'on craignait pour sa vie et celle de son enfant à naître. Il ne s'était guère intéressé à elle, entre le moment où ils avaient eu l'annonce de la mort de Béric sur le champ de bataille, à Beaupré, et l'instant fatidique de l'accouchement qui avait manqué de lui coûter également la vie, si elle n'avait alors pas entendu le cri de son nouveau né, et le Mestre lui annoncer qu'elle venait de mettre au monde un fils. Lord Béric Swann était peut-être mort, mais celui-ci avait un héritier, un petit garçon bien portant, un petit homme bien portant qui se faisait déjà entendre dans les couloirs de la cité de Pierheaume. Elle avait dû garder le lit après la naissance de son second enfant, l'accouchement et la tristesse de la disparition  l’obligeait à se reposer toute la journée durant. Elle avait fait en sorte que ses deux enfants soient constamment ou presque dans ses appartements. Harlan ne quittant presque jamais la chambre dans laquelle se trouvait sa mère, car elle sentait, au plus profond de son être un certain malaise, une crainte qui augmentait petit à petit, jusqu'à étrangler sa gorge. Le futur lord de la maison n'avait que quelques jours, n'avait que quelques heures ; le chemin, jusqu'à l'âge béni qui lui permettrait de succéder à un père qu'il ne connaîtrait jamais, était encore très très lointain. Et elle, elle n'était qu'une veuve, une veuve étrangère, d'un royaume qui était en guerre avec sa famille d'adoption. On pouvait donc chercher à lui nuire, et à nuire à ses enfants pour de très nombreuses raisons.

Alors qu'elle se remettait progressivement de son accouchement, elle avait discuté avec Edmund de son projet de développement des mines de la famille Swann et de son envie d'aller défendre leurs possessions et leurs capacités directement auprès de leur souveraine mais également auprès du couple impérial. Ce qu'elle n'avait pas dit à Edmund, c'est qu'elle prenait ses deux enfants avec elle jusqu'à Fort-Darion et il s'était alors un peu retrouvé devant le fait accompli. Puis tout s'était enchaîné, sans qu'elle ne maîtrise plus rien : sa maladie durant le voyage, son réveil dans la capitale impériale, la promotion qu'Argella Durrandon lui avait offerte pour l'Orage et enfin son soutien au couple impérial et son retour à Accalmie pour pouvoir servir son royaume et l'Empire. Les enfants étaient restés loin de la guerre mais elle, elle était bien là et Edmund avait quitté Pierheaume pour pouvoir venir à leur encontre, ce qui était clairement de la folie quand on prenait en compte la situation actuelle, mais elle pouvait comprendre l'intérêt d'une telle rencontre et d'une certaine façon, son urgence également. Mina portait toujours les habits du deuil, pour encore quelques semaines. Elle n'en restait pas moins une femme des plus élégantes, qui ne voulait pas montrer le moindre signe de faiblesse en fasse de lui. Elle redoutait quand même cette rencontre, alors que tellement de choses avaient été chamboulées. Quand elle se sentit prête de se présenter à lui, on la conduisit alors dans le bureau dans lequel il l'attendait. Arrivée, face à lui, et elle s'inclina légèrement avant de faire quelques pas dans sa direction, venant à prendre doucement ses mains dans les siennes pour les serrer quelques instants avant de laisser ses mains revenir sur sa robe. « Nos vies nous emmènent parfois sur des chemins qui nous éloignent des nôtres ... » Elle eut un sourire triste, comme si à cet instant, ils étaient tous les deux alliés dans la douleur de la perte. « Ne vous inquiétez pas pour moi … Je vais parfaitement bien … Si l'accouchement ne fut pas un moment des plus agréables de mon existence, j'ai eu la chance de m'en remettre. » Sans doute était-il au courant de la fièvre qui l'avait accablé pendant plusieurs semaines à Fort-Darion et qui aurait pu lui coûter la vie. « Harlan grandit sereinement, malgré la disparition de son père, il va bientôt avoir un an, vous rendez-vous compte ... Un an que Béric a disparu déjà … »


Mina Swann

Écoutez le chant du cygne ...
Le chant du cygne blanc !
Mina Swann

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Swann
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Mina Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Messages : 680
Membre du mois : 10
Célébrité : Amber Heard
Maison : Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les mois sont passés, mais les choses n'ont pas changées.   Les mois sont passés, mais les choses n'ont pas changées. EmptyMar 3 Mar - 19:47



Ser Edmund Swann

Ser Edmund Swann est le beau-frère de lady mina Swann. Il est le frère de feu Beric Swann seigneur de Pierheaume. Les deux frères s’entendaient bien et le frère cadet du Lord a longtemps cru qu’il serait son héritier jusqu’au jour où Lady mina mis au monde son fils. Sachant la jeune veuve de son frère est de retour dans l’Orage, il est tant pour les deux Cygnes de se revoir. La rencontre se fait à l’initiative de Ser Edmund Swann



Edmund n’avait jamais douté du caractère rusé de sa belle-sœur et pourtant, il s’était laissé devancé par cette dernière. Elle l’avait séduite avec ses idées sur les mines, et avait appâté sa cupidité en indiquant qu’elle voulait défendre le tout devant le couple impérial. Il avait cédé à ce caprice, pensant naïvement que les enfants resteront à ses côtés, auprès du « bon » oncle qu’il était. S’il ne nourrissait pas de noirs desseins à cet instant-ci, encore trop abasourdi par le deuil qui avait frappé la famille et sa souveraineté flouée par un nourrisson, il savait pertinemment que son esprit ne tardera pas à fomenter un odieux complot contre l’héritier légitime. La mort n’était à ses yeux que l’ultime et désespéré recours. Or, il n’était pas encore un chien aux abois. Tant que l’enfant ne savait ni parler, ni penser, et malgré que la mère vît et respire encore, il n’en restait pas moins l’autorité à suivre pour beaucoup.

- Effectivement, j’ai eu quelques nouvelles par corbeaux. Cependant, je suis certaine qu’elles ne sont qu’une part de l’infime vérité de tous les exploits ou difficultés que vous avez dû affronter seule. Asseyons-nous, et racontez-moi ce que vous avez vécu, si loin des vôtres. Malgré les allégeances respectives de nos familles, vous portez le nom Swann et je vous considère pleinement comme un membre de notre famille, dit-il, finissant par proposer son bras pour l’accompagner jusqu’à une pièce où ils pourraient poser leurs nobles fessiers et continuer cette discussion. Evidemment, l’homme cherchait une pièce où la promiscuité était nécessaire. Elle lui avait échappé entre les doigts une fois : il se refusait que cela se reproduise. Il voulait tout sentir, jusqu’à ce cœur battant, et ainsi deviner si elle comptait encore faire appel à quelques ruses, ou si elle dissimulait encore des mensonges. Dites-moi aussi tout de cet enfant. Je n’ai malheureusement pas eu l’opportunité de le rencontrer et de me lier à lui, comme tout oncle et neveu.

Il ne put s’empêcher de glisser un regard noir à l’auteure de cette situation. Elle avait effectivement tous les droits de se méfier mais elle concentrait ses efforts vainement sur le mauvais objet des désirs d’Edmund. La clé de cette sordide situation n’était pas l’existence de cet enfant : c’était elle, Mina Swann. Dès lors, en un sens, qu’elle ne se concentre que sur ce bout de chou qui n’était nullement une gêne à cet instant-ci pour Edmund arrangeait beaucoup ce dernier. Elle avait la garde baissée, d’une certaine manière, sur ses autres desseins.

- Je m’excuse pour le mécontentement que je viens de vous montrer mais je vous prie de comprendre mon sentiment. Mon frère meurt, en laissant derrière lui un héritier. Il est le seul héritage de mon aîné, et je n’ai guère pu le rencontrer et le voir. C’est une situation bien étrange, et certains parlent ou imaginent une querelle qui n’a pas lieu d’être. Nous avons bien eu des désaccords avec Béric, mais nous sommes toujours restés soudés et, aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais été expulsé de ces terres.

Effectivement, malgré les envies et les jalousies d’Edmund, ces dernières n’avaient jamais eu une portée extrêmement fatale ou mortelle. Les querelles avaient été nombreuses mais jamais insolvables. Béric trouvait toujours un moyen de calmer les ardeurs de son cadet – ardeurs qu’il avait excitées lui-même, malgré lui. Cependant, aujourd’hui, il n’était plus là. Qu’allait devenir le Sir ? Allait-il s’assagir, ou alors allait-il dépassé ces limites imposées par l’ancien seigneur ?
Arianne Martell

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Conseillère de Dorne
Âge du Personnage: 27 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Arianne Martell
Messages : 570
Membre du mois : 13
Célébrité : Deepika Padukone
Maison : Principauté de Dorne - maison Martell
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
MessageSujet: Re: Les mois sont passés, mais les choses n'ont pas changées.   Les mois sont passés, mais les choses n'ont pas changées. EmptyDim 15 Mar - 11:35

Mina n'était qu'une jeune femme aux bonnes attentions, elle était née pour servir, d'une façon ou d'une autre et elle avait décidé que se serait la même chose une fois qu'elle serait mariée. Il est vrai qu'elle avait appris à se faire confiance, se rendant bien compte qu'elle ne passait pas inaperçue, d'une beauté naturelle qu'elle savait mettre en valeur par certaines astuces que les jeunes filles se confiaient au cours de leurs discussions lors de ses longues après-midis dans les beaux jardins du Bief, chez les Tyrell où elle avait fait la majeur partie de son éducation. Béric était clairement une chance désespérée pour Mina, mais il pouvait se révéler être autant son maître que son bourreau, il fallait bien avouer que tout homme n'était pas que douceur et attention à l'égard de sa jeune épouse, l'idée n'était pas là, et elle savait parfaitement la place qu'elle devait avoir, et qui était naturellement la sienne. Mais, elle avait conversé avec son époux, elle s'était intéressée au patrimoine qui était le sien, pas par vénalité, par envie et par cupidité, mais par intérêt sincère et un attachement de plus en plus grand à l'égard de son époux. Ils se complétaient, malgré les années qui pouvaient les séparer, et sans doute que sa première grossesse avait permis encore d'attirer un peu plus de tendresse de Béric à son égard. Son époux n'avait jamais eu d'enfants avec sa première femme, malgré plusieurs années de mariage. Elle avait fini par lui donner une fille et il avait repris espoir pour l'avenir de sa lignée. Même s'il avait un frère, et que celui-ci était donc son héritier, il avait toujours eu le désir d'avoir un fils. Un fils qu'il n'avait jamais pu prendre dans ses bras, mort un mois jour pour jour avant que Harlan puisse pousser son premier cri de vie.

L'accouchement avait été difficile et douloureux, on avait craint pour la mère et l'enfant pendant de longues semaines. Mais les deux avaient fini par s'en sortir, et Mina avait alors pris peur de ce qu'il se passait dans l'Orage, de la guerre qui était en train de se rapprocher de Pierheaume. Les mines, les mines deviendraient alors leur salut ou leur condamnation. Il fallait qu'elle les mettre au profit du royaume, au profit de l'Empire, si elle démontrait l'importance du lieu, l'évidente nécessité de la production minière de la maison Swann, alors l'armée viendrait protéger la cité de Pierheaume et les personnes qui peuplaient ses rues et la faisaient vivre. Edmund avait été favorable à tout cela, bien qu'il avait émis le souhait de garder les enfants avec lui, ou au minimum Harlan, il était si jeune, un si grand voyage pourrait être dangereux, mais Mina ne pouvait se refuser à laisser son nouveau-né derrière elle, elle avait emmené Harlan et Lenora, et les avait laissé aujourd'hui, en sécurité à Fort-Darion, loin de la guerre qui se rapprochait inexorablement. La présence d'Edmund, ici, lui demandant des comptes n'était pas pour la rassurer, était-il ici en ami ou en ennemi ? Elle glissa son bras autour du sien, avec un sourire tout aussi sûr au visage, ne montrant aucunement un quelconque trouble au vu de la situation. Ils s'installèrent alors, dans une promiscuité qu'elle ne désirait nullement avoir avec lui. « C'est un enfant extrêmement joyeux, il ne manque pas d'avoir de belles joues roses, et il babille avec douceur du matin jusqu'au soir. Il s'émerveille de tout, comme si le monde n'était que douceur et beauté. Je prie que dès que la guerre sera derrière nous, mes enfants puissent regagner Pierheaume, et grandir là où vous et leur père ont eu la chance de le faire. Et ainsi, vous offrir l'opportunité de vous lier à votre neveu. » Elle hocha doucement la tête aux paroles d'Edmund, ne remettant nullement en cause les liens qui avaient pu unir les deux frères. « Il n'a jamais été question de vous mettre dans une mauvaise position Edmund, j'ai défendu auprès de notre souveraine, ainsi que de l'Empereur, l'importance des mines de la maison Swann, un trésor que nous pourrions utiliser pour être d'un bout à l'autre de la production, de l'extraction jusqu'à la fabrication d'armes qui serait un atout pour l'Empire et pour la guerre. Il y a eu de nombreux événements. Au sein de la capitale impériale, j'y ai retrouvé mon frère, j'y ai gagné une place au sein du Collège Impérial, j'ai perdu un ami, prétendant au trône du Bief que j'avais connu dans ma jeunesse avant de me voir fiancer à Béric. Je cherche justement au mieux à défendre le nom et l'honneur de la maison Swann, ce n'est en rien un combat contre vous. » 


Mina Swann

Écoutez le chant du cygne ...
Le chant du cygne blanc !
Mina Swann

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Swann
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Mina Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Messages : 680
Membre du mois : 10
Célébrité : Amber Heard
Maison : Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les mois sont passés, mais les choses n'ont pas changées.   Les mois sont passés, mais les choses n'ont pas changées. EmptyDim 22 Mar - 16:07



Ser Edmund Swann

Ser Edmund Swann est le beau-frère de lady mina Swann. Il est le frère de feu Beric Swann seigneur de Pierheaume. Les deux frères s’entendaient bien et le frère cadet du Lord a longtemps cru qu’il serait son héritier jusqu’au jour où Lady mina mis au monde son fils. Sachant la jeune veuve de son frère est de retour dans l’Orage, il est tant pour les deux Cygnes de se revoir. La rencontre se fait à l’initiative de Ser Edmund Swann


Les hommes se méfiaient que trop tardivement des femmes, disait-on. Edmund en avait fait l’amère expérience avec le départ impromptu de sa belle-sœur. Certes, elle était partie pour défendre les terres de la famille et ainsi obtenir davantage de soutien et d’aide contre ces guerres qui se profilaient à l’horizon – ou qui se jouaient à l’heure actuelle. Pourtant, au fond de lui, une petite voix maintenait son chant mélodieux où il était question de trahison et de méfiance. Un chant que Mina Swann réussit presque à faire taire avec son doux et innocent langage, ensorcelée partiellement le cadet tantôt par ses mimiques, tantôt par quelques mots magiques.

La question de l’héritage serait traitée en temps et en heure, si l’enfant passait son troisième hiver – bien des enfants en bas-âge mourraient dès les premières fièvres ou piques de varicelles. Aujourd’hui, il y avait des sujets plus urgents dont notamment la sécurité et la sauvegarde des terres familiales. Dès lors, c’est une lueur d’intérêt qui brilla dans la prunelle de ses yeux.

- Il semblerait que vous allez à nouveau vous absenter. Une mère ne peut pas rester bien loin de son enfant, c’est bien connu. Cependant, avant que vous ne partiez, je vous demande humblement de faire taire toutes ces rumeurs qui courent. Vous êtes la Dame de la Maison, et maintenant membre d’un éminent collège, vous devez comprendre l’importance de cette requête.


D’un ton sérieux, il tentait discrètement que la même Dame de la Maison soit celle qui vienne apporter l’eau aux premières graines de ses projets futurs, dont notamment devenir le Lord de la Maison simplement et franchement.

- Et enfin, et plus important, je souhaiterai bien avoir quelques détails sur les derniers événements que vous avez cité, ainsi que savoir si vos efforts pour défendre nos terres ont porté leurs fruits. Je sais bien que je vous demande beaucoup, alors je comprendrai si vous souhaitez vous mettre à votre aise avant de débuter votre récit. Pour ma part, je resterai autant que la situation à Pierheaume le permet. Il se peut que je vous abandonne, si je reçois un courrier urgent.


A cet instant-ci, le temps d’un souffle, l’homme semblait prendre subitement de l’âge – mais aussi de la grandeur. On sentait le poids des responsabilités sur ses épaules depuis la mort de son frère aîné, ou encore les effets néfastes de la fatigue – les rides accentuées, des cheveux un peu plus blancs que bruns, et un regard toujours plus rouge. Un état qu’il cachait tant bien que mal derrière le masque sérieux – mais aussi taquin – d’un Lord passager et remplaçant, qui tentait de composer avec les erreurs et choix judicieux de ses aînés. Il faisait sûrement preuve de trop d’ambitions mais nullement par stupide cupidité ou sentiment d’infériorité. Il aimait ces terres où il avait grandi, ou ces hommes et femmes habitants dont il avait tourné en bourrique un grand nombre. Il se refusait de les perdre, que ce soit en raison d’une guerre ou à cause d’un nourrisson qui babillait trop joyeusement selon les dires de sa mère.
Arianne Martell

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Conseillère de Dorne
Âge du Personnage: 27 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Arianne Martell
Messages : 570
Membre du mois : 13
Célébrité : Deepika Padukone
Maison : Principauté de Dorne - maison Martell
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
MessageSujet: Re: Les mois sont passés, mais les choses n'ont pas changées.   Les mois sont passés, mais les choses n'ont pas changées. Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Les mois sont passés, mais les choses n'ont pas changées.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UploadHero] On a retrouvé la 7ème compagnie [DVDRiP]
» [UploadHero] Marius [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Puff, Puff, Pass [DVDRiP]
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Les Terres de l'Orage :: Accalmie-
Sauter vers: