Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-25%
Le deal à ne pas rater :
25% sur l’Ecran Gamer Hp 25MX
149.99 € 199.99 €
Voir le deal

Dans la Lumière du Maître, je t'appelle | Lyham
MessageSujet: Dans la Lumière du Maître, je t'appelle | Lyham   Dans la Lumière du Maître, je t'appelle | Lyham EmptyMar 28 Jan - 14:01


C'est fou tout ce qu'on peut apprendre en fréquentant les bas-fonds d'une cité... Quelques jours à peine et Shaera a déjà tout l'historique ou presque. Il faut dire, les piliers de taverne, les tavernes étant les lieux qu'elle fréquente le plus dernièrement, sont des sources intarissables de radotages divers et variés. Beaucoup plus de rumeurs et beaucoup plus vraies naissent des hommes dont les nez sont plongés dans la bière ou le vin... Les puissants, eux, cherchent à taire ou en travestir certaines, mais ils manquent toujours de soudoyer, ou soudoient pour rien, cette servante ou ce palefrenier qui ne peut retenir sa langue, et finit, un verre de trop dans le nez, par tourner son seigneur ou sa Lady en dérision. Shaera les écoute, ces ivrognes. Sûr, l'alcool délie les langues mais oublie de les rendre bêtes. L'alcool cristallise un souvenir, et créé des liens qui seraient demeurés invisibles à l’œil sobre, tout paré d'à priori moraux et se cachant derrière l'excuse de l'improbable... Saoule, ce qui semble totalement inenvisageable trouve un sens, ce sens caché emprunt de discrétion qu'on espère bien tu à jamais. Qui fricote avec qui, dans les couloirs déserts, qui écrit à qui, complote, intrigue... Si tout ce qui est dit dans les tavernes n'est pas parole d'évangile, ça pousse au moins à creuser certaines pistes.

Et puis... Et puis il y a les annonces. La mort du roi, brûlé par les septons des sept (quelle pitié, quel gâchis de sang royal...), la guerre, puis la mort de la reine, les fiançailles de la sœur du roi... Autant d'éléments qui, mis bout à bout, laissent à penser que le roi Lyham Tully pourrait être vulnérable, et donc, influençable... Soit ça, soit il s'enferme dans une foi fanatique et... Il n'y a plus rien à en tirer. Pour elle, en tous cas. Cela étant, elle verserait plutôt pour le premier cas de figure, la vulnérabilité, dans le sens où si elle en croit les ivrognes, c'est la tolérance du roi précédent qui lui a valu d'être immolé... Elle aimerait bien, Shaera, que les septons tentent de l'immoler... Les sept l'accepteraient-ils là où R'hllor la rejette ? Quelles seraient leurs têtes en la voyant indemne, les flammes glisser sur elle et ne s'en prendre qu'à ses vêtements ? La perspective l'amuse, fait s'étirer un large sourire que lui renvoie son reflet, alors qu'elle termine de fixer la couronne d'argent que sont ses cheveux tressés. C'est qu'elle s'est faite belle, aujourd'hui, Shaera. Ni trop, ni trop peu. Juste ce qu'il faut. Belle robe rouge qui met ses formes en valeur, au décolleté avenant, sans être obscène, et cape à capuche, rouge également, pour envelopper la friandise qu'elle se veut être pour éventuelle dégustation ultérieure.

Comme le dit clairement le pas décidé qu'elle adopte en quittant la maison de passe où elle « réside » actuellement, aujourd'hui, Shaera n'a aucune ambition de faire de la figuration. Dans le pire des cas, elle tâte le terrain. Dans le meilleur, elle s'impose. Forte de ses convictions, persuadée que R'hllor l'a voulue à cet endroit pour cette raison, elle a le port haut des dames de pouvoir... car après tout, n'en est-elle pas une, dame de pouvoir ? Westeros ne le voit sans doute pas ainsi, mais Westeros s'obstine à voir des Dieux qui ne sont plus là, sourds, détruits, ou trop faibles pour se manifester, et refusent d'ouvrir les yeux face à la puissance indéniable de R'hllor... Comme un monde sans dessus-dessous. Mais, si le Maître de la Lumière le veut, bientôt, ils verront... Les cheveux dissimulés sous sa capuche, enveloppée dans sa cape, Shaera s'approche du camp levé par les soldats Tully, et en particulier de ceux qui en gardent l'entrée, relativement ostentatoire. S'ils ont l'air sceptique, voir carrément suspicieux en la voyant arriver, ils ne sont pas ouvertement agressifs. Sans doute le fait que les mains de Shaera soient visibles et désarmées y contribue-t-il. « Bonjour Messieurs. Serait-il possible d'être conduite à votre roi afin de lui demander audience ? » Elle demande, sur un ton léger, le violine de ses yeux passant de l'un à l'autre, un mince sourire étirant ses lèvres. Les hommes, quant à eux, se regardent, la regardent, longuement, de haut en bas. Professionnels d'abord, et puis plus du tout. L'air tranquille, Shaera laisse faire. La chair n'a aucun intérêt autre que récréatif pour elle. A nouveaux, les hommes se regardent, puis l'un d'eux hoche la tête en signe d'assentiment. « Attendez-là. » Il ne quitte pas son poste, mais se retourne, et hèle l'un de ses camarades. « La madame veut demander audience au roi. Tu la conduis ? Pis tu la lâches pas d'une semelle... » L'homme hoche la tête en signe d'assentiment, et les deux gardes de l'entrée s'écartent pour la laisser passer. Son guide, pour sa part, est plus flegmatique sur ses confrères, moins libidineux. Au même titre que pour les deux autres, la prêtresse s'en moque. Elle sait pourquoi elle est ici, et c'est bien tout ce qui l'intéresse. Arrivés en marge de la tente royale, que la dame reconnaît de part les atours particuliers qui l'identifient indéniablement comme telle au milieu de ce camp, autrement uniforme, son guide l'abandonne. « Attendez ici. » et, comme les précédents, la laisse à la surveillance d'autres. Ce n'est pas lui, du reste, qui entre dans la tente, lui, simple soldat du rang. Il passe le mot aux gardes, plus gradés, qui font le pied de grue devant la tente du roi et... L'attente commence. Consciente que ça pourrait prendre un moment, Shaera rejoint le brasero le plus proche, et... Patiente. Elle attend, un temps qu'elle est incapable de mesurer, qu'un notable franchisse l'entrée de la tente, dans un sens ou dans l'autre, et se fasse interpeller par l'un des gardes royaux. Elle entend, bien qu'étant toujours tournée vers le feu, des chuchotis dans son dos. Avec lenteur, elle finit par lever la tête des flammes, et tourner vers le notable, sans doute un seigneur, le violine de ses yeux. Ses améthystes agrippent ses aigues-marines et les deux se livrent, dans le silence le plus total, un combat de titans... Qui se termine, semble-t-il, sur un match nul. La tête du Seigneur repasse les pans de l'entrée de la tente royale, et annonce, Shaera l'entend « Une prêtresse rouge, pour vous, votre Majesté. Dois-je la congédier ? » Se redressant tout à fait, gagnant ainsi en prestance, la femme rouge relève également le nez, asseyant ainsi discrètement charisme et présence. Si elle n'est pas prête à se faire congédier comme une manante, elle est déterminée à laisser au roi la possibilité de se montrer... Accueillant. Et attend, donc, son bon vouloir.



   
The Night is Dark
And full of terrors...
Shaera de Volantis

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prêtresse Rouge
Âge du Personnage: 28 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shaera de Volantis
Messages : 24
Membre du mois : 0
Célébrité : Katheryn Winnick
Maison : R'hllor
Caractère : ▪▪ Perspicace ▪▪ Orgueilleuse ▪▪ Charismatique ▪▪ Sournoise ▪▪ Ingénieuse ▪▪ Désinvolte ▪▪ Libertine ▪▪ Libidineuse ▪▪ Aérienne ▪▪ Provocatrice ▪▪ Inconséquente ▪▪ Passionnée ▪▪ Sensuelle
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dans la Lumière du Maître, je t'appelle | Lyham   Dans la Lumière du Maître, je t'appelle | Lyham EmptyMar 4 Fév - 17:39

Je soupire, enroulant un énième parchemin alors que j’essaie d’ignorer ce mélange d’agacement et d’impatience qui me gagne, incapable de décider lequel prend le pli sur l’autre. Au moins, je ne vais pas m’en plaindre, je ressens au moins quelque chose. Certes, ce ne sont guère des sentiments agréables mais c’est toujours mieux que cette torpeur dont je suis incapable de me dépêtrer depuis mon retour ici. Oh, je fais bonne figure. Et les hommes semblent heureux de me voir revenu parmi eux, prêt à en découdre à leurs côtés.

C’est tout ce qu’il me reste de toute façon. La vengeance. La justice. Peu importe le nom que cela peut porter. Je veux juste voir tous ceux responsables de la mort d’Alysanne mourir. Ce qui m’inclura probablement tôt ou tard sur la liste, j’en suis bien conscient. Mais j’ai fort à faire avant que cela n’arrive. Je finis par me servir un verre de vin, mon regard s’attardant sur la broche qui traine sur le bureau. Et je l’effleure du bout des doigts, sentant de nouveau cette torpeur me gagner. Comme à chaque fois que je pense à elle. Comme si cela allait rendre la douleur plus supportable.

Je déglutis, sursautant alors qu’un homme entre dans ma tente. Je ne l’avais pas entendu et je ne sais pas combien de temps il a attendu avant que je remarque sa présence. Un instant ? Bien plus ? Je sais que le temps est relatif mais, là, je dois me résigner à être entièrement dévoué à mes hommes, à ce qui nous attend. Je ne peux pas commettre l’erreur de trop penser à elle. « C’est pour quoi ? » J’essaie de ne pas avoir l’air trop sec ou trop… absent. Et le sourcil dubitatif que je hausse quand il m’annonce l’arrivée d’une prêtresse rouge est tout sauf feint. « Pardon ? Pour moi ? Vous êtes bien sûr ? » Un hochement de tête alors qu’il désigne l’extérieur de la tente.

Et, j’avoue, je suis curieux. Sentiment autrement plus appréciable que tous ceux qui viennent de se succéder. J’ai entendu bien des rumeurs sur ces femmes, sans bien savoir ce qui était vrai de ce qui ne l’était pas. J’ai cru comprendre que Torrhen en personne avait été sauvé par l’une d’elle, sans jamais vraiment oser poser la question. Il faut dire que, pour cette histoire comme pour tant d’autres, il n’y a pas de témoins directs. Juste des gens qui ont appris de quelqu’un qui aurait entendu dire… et les informations de seconde main ne sont guère fiables, il ne faut pas se leurrer. J’hésite un instant avant de soupirer et de hocher la tête. « Hé bien, voyons ce qu’elle a à me dire. »

Ni une ni deux, le voilà parti. Je l’entends parler à l’extérieur et demander à ce que l’on s’assure qu’elle est bien désarmée. Et il laisse place à une parfaite inconnu qui soulève le pan de la tente. Je ne me lève pas. Au contraire, je m’adosse un peu plus à mon siège, croisant les bras alors que je l’observe avec attention. « Il semblerait que vous soyez la distraction de la journée. Et que l’on n’ait même pas pris la peine de me dire votre nom. Si tant est que vous l’ayez donné à quelqu’un. » Mon regard croise le sien avant que je ne désigne le siège qui me fait face. « Je gage que vous avez un certain protocole mais je ne le partage pas. Alors j’espère que vous ne vous offusquerez pas de cette familiarité. Je n’ai ni le temps ni l’envie pour les courbettes ou que sais-je. » Ma voix est toujours aussi dénuée d’entrain que depuis quelques jours. Je me contente d’énoncer des faits, sans vraiment m’y attarder. « Que me vaut donc l’honneur d’une telle visite ? » Il y a une prestance certaine qui se dégage d’elle, à n’en pas douter. Pour autant, je reste dubitatif. Avant d’ajouter, d’un ton désabusé. « Je suppose que si vous êtes armée, ils ne l’ont même pas remarqué. » Trop d’hommes et trop peu de femmes. Ils ont dû se perdre dans son décolleté ou dans ces formes qu’elle a soigneusement mises en valeur. A dessein, c’est certain. J’espère qu’au moins, elle ne va pas se jeter sur moi avec un poignard.


Family - Duty - Honor
I am not bound to win, but I am bound to be true. I am not bound to succeed, but I am bound to live up to what light I have.
Lyham Tully

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Rivières et des Collines
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Lyham Tully
Honor, Family, Duty
Messages : 869
Membre du mois : 8
Célébrité : Sam Heughan
Maison : Tully
Caractère : ♦ Obstiné ♦ Loyal ♦ Rancunier ♦ Protecteur ♦ Intransigeant ♦ Stratège ♦ Rigide ♦ Epicurien ♦ Bagarreur♦ Résolu♦
Honor, Family, Duty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dans la Lumière du Maître, je t'appelle | Lyham   Dans la Lumière du Maître, je t'appelle | Lyham EmptyVen 13 Mar - 20:25


La manipulation est un art des plus subtils. Shaera note que le noble ou notable dont la tête a fini la tête dans la tente a dit « dois-je la congédier » plutôt que « puis-je la faire entrer », cherchant ainsi indirectement à prédisposer le roi, voire à lui faire valoir, sans qu'il la lui demande, sa propre opinion. Lui, ça ne fait pas le moindre doute, lui est clairement opposé... Est-ce sa religion qui l'irrite le plus ? Une réaction viscérale de dégoût ? Ou bien plutôt de la méfiance, de la peur, face au caractère inconnu et fantasmé des capacités des prêtres rouges ? Les deux sont possibles. Philosophe, Shaera garde le visage de cet homme et cette inimitié dans un coin de sa tête, où elle le remise aussitôt, puisque malgré la tentative de l'homme, le roi Tully accepte de la recevoir. L'allure déconfite et amère qui s'imprime fugacement sur le visage de son opposant pendant qu'il donne la consigne de la fouiller, fouille à laquelle elle se soumet sans rechigner, ne montrant pas même une once d'inconfort quand les mains des soldats se font un rien n'a pas de prix, et c'est en le snobant avec superbe que la prêtresse rouge repousse le pan de la tente royale pour y faire son entrée. Et le moins qu'on puisse dire, bien qu'elle le cache sans trop de peine, c'est que la surprise est totale. Le roi est séduisant. Il y a de quoi être surpris ! Généralement, les rois sont bedonnants et grabataires, chauves et imbibés d'alcool dans le meilleur des cas... Celui-là, étonnamment, a l'air... Jeune, et relativement frais. Un sourire amusé étire les lèvres de la prêtresses. Les flammes lui auraient-elles fait un cadeau en lui conseillant de faire halte ici ? Ce royal jouvenceau est-il un amuse-bouche dont souhaite la régaler, la récompenser, R'hllor ? Foutaises. C'est totalement improbable, mais l'idée l'amuse... Au moins autant que lui semble s'amuser de la présence de la prêtresse dans sa tente. Deux adultes qui s'amusent... Le concept est... Intéressant. « Dans ce cas, je tâcherai d'être aussi distrayante que possible, votre Majesté. » Répond Shaera au trait d'humour duquel la régale le roi dès son arrivée. Quant à sa question concernant son nom, elle la fait pouffer discrètement. « Je ne l'ai pas donné puisqu'on ne me l'a pas demandé... Je gage qu'il est plus facile pour vos hommes de me situer en tant que prêtresse rouge que par mon nom. » Les présentations « faites », puisqu'elle n'a pas encore donné son prénom, elle esquisse une révérence parfaite, reliques de ses débuts de princesse. « Shaera de Volantis, votre Majesté. » Elle lui sourit, dévoilant tout de ses dents blanches, et le violine de ses iris pétillant d'une malice... Sournoise ? Narquoise, peut-être, plutôt. Quoiqu'il en soit, il est indéniable qu'elle donne l'impression d'apprécier la distraction mutuelle qu'ils s'offrent.

C'est élégant, de la part du monarque, de lui proposer un siège, mais elle le décline poliment d'un bref et discret mouvement de tête. Poussée par la curiosité, une curiosité palpable, elle préfère observer son environnement. Une espionne ? Si c'en est une, elle est sans doute de la pire trempe qui soit. Ses mouvements et regards sont exagérés à dessein, afin que le roi puisse intervenir, et lui interdire ce qu'il jugera opportun avant qu'elle ne l'atteigne. Elle observe, sans commenter, les affaires, et tente de cerner un rien la personnalité de ce roi à l'allure inattendue. Sa réflexion concernant le protocole et les familiarités fait, à nouveau, rire la prêtresse dont la tête s'incline quand elle lui répond. « Votre Majesté, je fréquente les miséreux de tous acabits depuis des années... Trop d'obséquiosité serait là le vrai changement. » Elle assène, sans détour, sans être impolie mais avec une désarmante et franche désinvolture. « Vous me faîtes une faveur en m'épargnant l'emballage mielleux du protocole, et nous sauvez tous les deux d'une perte de temps. » Souriant toujours, elle détourne son regard de lui pour le laisser trouver son bureau. La broche en forme de poisson est le premier des objets qui attire son regard... Et le dernier. Elle s'en détourne aussitôt, ne voulant pas laisser au monarque l'impression qu'elle souhaite lire ses parchemins. En place et lieu, elle vient plutôt, avec grâce, s'asseoir dans le siège qui lui est destiné depuis le début, et croise élégamment l'une de ses jambes sur l'autre.

Elle rit, encore, à la réflexion du roi concernant l'absence de zèle que ses hommes pourraient montrer face à une femme. « Je prends cela comme une façon détournée de me dire que je suis une femme séduisante. » Elle flirte, un rien, mais ne semble pas faire plus cas que cela de cette remarque, à laquelle elle ne porte pas beaucoup d'intérêt. Certes, le roi est agréable à regarder mais ils ont, tous les deux, bien d'autres chats à fouetter d'importance supérieure. Aussi son air se fait un rien moins jovial, un rien plus sérieux. « Je suis venue vous offrir mon aide, si tant est que vous en vouliez. » A nouveau, d'une désarmante franchise, et surtout incroyablement culottée. « Les prêtres rouges ont pour habitude d'accompagner les rois. Si vous acceptez de me laisser rejoindre votre entourage, vous devriez vite comprendre pourquoi. » Si ses paroles peuvent sonner comme du mysticisme, Shaera ne compte pas là-dessus. Elle ne sait que trop bien à quel point les rois peuvent, et doivent, être pragmatique. « Nous aurions tout à gagner à collaborer, à ce que vous me laissiez apporter mon concours à votre cause... Pour des raisons évidentes, je ne peux m'allier au roi Manfred, contre lequel je me retrouve en directe opposition, la reine Argella est en train de faire construire un septuaire massif, ce qui me laisse à penser qu'elle pourrait, si pas m'être hostile, ne pas être la plus intéressée des têtes couronnées pour ma personne, quant à l'Empereur, il a déjà eu le privilège de profiter des talents... » Elle appuie, à dessein, sur la formule. « ... de l'une de mes estimées consœur... » Son sourire s'élargit. « ous êtes donc tout naturellement le premier des monarques auxquels je souhaite proposer mes services... Si tant est, encore une fois, qu'ils vous intéressent. » Elle sourit, doigts croisés sur ses genoux, curieuse d'entendre la réponse du roi.



   
The Night is Dark
And full of terrors...
Shaera de Volantis

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prêtresse Rouge
Âge du Personnage: 28 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shaera de Volantis
Messages : 24
Membre du mois : 0
Célébrité : Katheryn Winnick
Maison : R'hllor
Caractère : ▪▪ Perspicace ▪▪ Orgueilleuse ▪▪ Charismatique ▪▪ Sournoise ▪▪ Ingénieuse ▪▪ Désinvolte ▪▪ Libertine ▪▪ Libidineuse ▪▪ Aérienne ▪▪ Provocatrice ▪▪ Inconséquente ▪▪ Passionnée ▪▪ Sensuelle
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dans la Lumière du Maître, je t'appelle | Lyham   Dans la Lumière du Maître, je t'appelle | Lyham EmptyVen 27 Mar - 18:52

Impossible de ne pas voir les regards de mes hommes s’attarder sur cette hôte inattendue. Je ne saurais dire si c’est par défiance ou parce qu’elle est plus qu’agréable à regarder. Probablement les deux. Il faut dire que s’il y a des femmes qui suivent le cortège de soldats, elles n’ont guère son allure et ce qui se dégage d’elle est vraiment particulier. Probablement parce qu’elle est prêtresse rouge. Et parce qu’elle est bien plus belle que la plupart des femmes que nous avons pu croiser jusque-là. Pour autant, c’est un constat qui ne me fait ni chaud ni froid. Comme si de toute façon, je pouvais encore éprouver quoi que ce soit.

Je fronce légèrement les sourcils à cette pensée, préférant la chasser et me concentrer sur la jeune femme. Et j’ai une ombre de sourire à sa répartie. « Ce n’était pas un défi que je vous lançais. Je suis surtout… curieux. » Rien de plus. Et je n’ai pas vraiment envie de savoir à quoi elle peut penser en parlant d’être distrayante. « Mes hommes ne sont jamais curieux au bon moment. Ou alors, ils ont peur que vous les ensorceliez s’ils connaissent votre nom. Allez savoir. » Toutes ces légendes, ces rumeurs concernant les prêtresses rouges… je me demande tout de même ce qui est vrai de ce qui ne l’est pas. Je lève un sourcil quand elle fait tout de même une révérence, inclinant la tête plus pour la forme qu’autre chose. « Enchanté de vous rencontrer Shaera de Volantis. Je suppose que c’est ce que je dois répondre. Même si j’aurais plus tendance à vous demander le but de votre visite. » Son regard pétillant a quelque chose d’hypnotique. Et d’inquiétant.

Elle décline mon invitation à s’assoir et commence à déambuler dans la tente. Il n’y a guère d’espace mais elle semble être à l’aise, comme si elle connaissait déjà les lieux. Je la laisse faire. Il n’y a que sur mon bureau qu’il y a des choses importantes et, pour l’heure, elle ne semble pas s’y intéresser. « Je n’ai jamais su être obséquieux alors je ne risque pas de vous changer de vos habitudes. Mais j’ai nombre de personnes qui se feront un plaisir de l’être s’ils s’imaginent que vous êtes importante. » Ce qui ne manquera probablement pas lorsque l’on saura que j’ai laissé une femme entrer sous ma tente. « Le temps est quelque chose de précieux. Et j’avoue que j’aurais été ennuyé de devoir passer par tous ces ronds-de-jambe. C’est… fatiguant. » Je le suis déjà bien trop. Ou non, je suis plutôt usé pour être honnête. Sans bien être capable de savoir combien de temps je pourrais encore tenir.

Je me passe une main dans les cheveux, non sans un soupir avant d’esquisser de nouveau un sourire. « Vous le savez déjà. Que vous êtes une femme séduisante. Je me trompe ? » Je l’ai regardée s’assoir face à moi et j’attends tranquillement, plutôt soulagé de délaisser un peu mes occupations. Mais j’avoue que, lorsqu’elle me parle de m’offrir son aide, je la dévisage un instant, sans cacher ma curiosité. « Vraiment ? » J’ai entendu dire de la prêtresse qui a accompagné Torrhen fut un temps, sans pour autant m’en soucier plus que cela. Et je laisser filer un silence avant de répondre, non sans amusement dans la voix. « Pourquoi pensez-vous que je serais plus intéressé que les autres par vos services ? Et … de quelle nature pourraient-ils être ? J’ai entendu dire bien des choses vous concernant. Difficile de démêler ce qui est vrai de ce qui ne l’est pas. » J’avoue qu’il pourrait être dangereux pour moi de me rapprocher d’une religion différente des Sept. Mais, à la réflexion, que m’ont-ils apporté ? Je sens mes mâchoires se contracter à la pensée de mon père, brûlé par le Grand Septon. Ou ma femme, perdue alors qu’elle devait donner la vie. Alors, forcément, je souffle, toujours sur le même ton. « Je vous écoute. » Après tout, ça ne peut pas être pire de toute façon. Non ?


Family - Duty - Honor
I am not bound to win, but I am bound to be true. I am not bound to succeed, but I am bound to live up to what light I have.
Lyham Tully

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Rivières et des Collines
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Lyham Tully
Honor, Family, Duty
Messages : 869
Membre du mois : 8
Célébrité : Sam Heughan
Maison : Tully
Caractère : ♦ Obstiné ♦ Loyal ♦ Rancunier ♦ Protecteur ♦ Intransigeant ♦ Stratège ♦ Rigide ♦ Epicurien ♦ Bagarreur♦ Résolu♦
Honor, Family, Duty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dans la Lumière du Maître, je t'appelle | Lyham   Dans la Lumière du Maître, je t'appelle | Lyham EmptySam 28 Mar - 12:12


Il la fait rire, ce roi. Sans méchanceté, juste en étant décalé, tellement décalé, avec les monarques qu'elle a déjà eu l'occasion de rencontrer... Tout gonflés de leur importance, comme s'ils étaient sortis de la cuisse de R'hllor lui-même. Surtout son père. Et ses frères et sœurs n'avaient guère valu mieux quand elle les avait revus... D'une façon générale, Shaera aime moins les nobles que le commun des mortels, que l'humilité rend plus réceptifs aux dogmes de R'hllor. Quand elle discute avec les petites gens, ils l'écoutent, avec curiosité, une curiosité rendue plus accessible qu'elle ne cherche pas à les blâmer ou à leur faire craindre l'horreur de l'Enfer s'ils ne servent pas la volonté de R'hllor, non. Elle leur présente les deux faces de la vie, et essaie de leur apporter la paix nécessaire pour profiter, au moins un peu, de la lumière du Maître avant d'embrasser les ténèbres de l'Autre. Par sa simplicité, par sa curiosité légère, Shaera a l'impression de se retrouver devant le cœur pur et désabusé d'un travailleur des champs. Bien sûr, les manières de Lyham sont bien supérieures, son vocabulaire plus recherché, son éducation bien plus raffinée. Pourtant, si les âmes devaient être dépouillées de leurs artifices, elle leur trouverait une égale beauté, une égale pureté. Rien d'agressif ne l'atteint de la part du roi, ni dans ses gestes, ni dans ses mots. Shaera l'espérait, sans y croire.

Un petit rire s'échappe des lèvres de la prêtresse quand Lyham parle d'ensorceler des troupes rien qu'avec son nom. « Mon nom ? Les femmes les plus douées y parviennent avec un regard seulement... » Les plus belles, les plus magnétiques. Elle en avait vu, sans les envier, des femmes de ce genre à Volantis. Parées d'atours somptueux, de robes de lin blanc épousant leurs formes autant que flottant sur leurs hanches, chevelures sublimes et bijoux d'or et d'argent... Ceux qui n'étaient pas sensibles au charme naturel de la dame se laissaient forcément tenter par sa richesse. Shaera, pour sa part, si elle aime séduire, ne mélange que rarement travail et plaisir... Ou ne le fait que quand elle est certaine que l'un ne viendra pas entraver l'autre. Quoiqu'il en soit, le côté direct, droit au but, de l'échange lui convient parfaitement. La prêtresse, à entendre le roi, a le sentiment que si, ici et maintenant, elle avait le discours adéquat, elle pourrait jouir sans attendre d'une certaine crédibilité aux yeux du monarque, et qu'elle n'aurait ainsi pas à le travailler au corps pendant des semaines pour une bribe de son attention, voire ne serait pas relayée au fond d'une cours obscure de laquelle il la sortirait pour se distraire. Parfait.

Forcément, il est curieux de connaître ses motivations, ce qui la guide, mais plutôt que de faire les questions et les réponses lui-même, il lui laisse l'occasion de s'exprimer, occasion qu'elle saisit, laissant derrière eux les quelques phrases de jeu qui leur ont servi pour se renifler le derrière. « Je n'ai aucun moyen de savoir si vous seriez plus intéressé qu'un autre, votre Majesté. » Elle commence, sans détour. « Je sais simplement que vous n'êtes pas le plus hostile aux religions autres que celle des Sept, et que vous vous trouvez là, où R'hllor m'a conduite. » Elle sourit. « Je ne crois, pour des raisons évidentes, pas aux coïncidences. » Elle le laisse intégrer cette information le temps de réajuster son assise, et poursuit. « Je ne me vendrai pas ni ne vendrai pas les bontés de R'hllor comme une prostituée. Le Maître est capable de miracles, mais il lui appartient de les dispenser à sa guise. Je peux en demander, et fais offrande tous les jours pour que, si d'aventure j'en avais besoin, il accepte de me faire don de sa bénédiction, mais il n'est pas question ici de vous dresser l'éventail des largesses dont peut se montrer prodigue le Maître... » Elle laisse tomber, lourde comme une pierre, péremptoire. « Ce que je vous offre, votre Majesté, c'est un œil neuf et détaché, dénué d'intérêts pécuniaires ou politiques. » Elle balaie ces deux choses d'un revers de main dédaigneux. « Contrairement à vos courtisans, je n'ai rien ou peu à gagner à vous apporter mon concours, à titre personnel. Aussi vous serez toujours certain que l'appât du gain ou de la renommée n'entreront pas en ligne de compte lorsque je vous donnerai mon avis... » Elle lui sourit à nouveau, parfaitement sincère. « Je pourrai comprendre que vous vous montriez méfiant, et réticent. Je me permettrai juste cette comparaison-ci : ne me prenez pas pour une ersatz de Septon. Je me débrouillais parfaitement sans vous, par la grâce de R'hllor, et continuerai de la même façon si vous me rejetez. Je ne veux pas d'argent, pas de protection, pas de bijoux, pas de terres ou de titre... Rien d'autre que la possibilité de vous offrir une vision différente, un éclairage nouveau, et d'élargir vos perspectives... » Elle sourit plus largement. « Vos gens devraient-ils me penser importante sur base de rumeurs, je me chargerai de les faire taire. Leur considération ne m'intéresse pas. Seulement la vôtre. Vous êtes le roi. Vous menez des hommes. Vous prenez les décisions desquelles dépendent quantité de vies. Si je peux me montrer utile à en sauver quelques unes, je serai satisfaite. » Parce qu'enfin, le Maître aura besoin de toute l'aide possible quand viendra la menace de la Longue Nuit...



   
The Night is Dark
And full of terrors...
Shaera de Volantis

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Prêtresse Rouge
Âge du Personnage: 28 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Shaera de Volantis
Messages : 24
Membre du mois : 0
Célébrité : Katheryn Winnick
Maison : R'hllor
Caractère : ▪▪ Perspicace ▪▪ Orgueilleuse ▪▪ Charismatique ▪▪ Sournoise ▪▪ Ingénieuse ▪▪ Désinvolte ▪▪ Libertine ▪▪ Libidineuse ▪▪ Aérienne ▪▪ Provocatrice ▪▪ Inconséquente ▪▪ Passionnée ▪▪ Sensuelle
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dans la Lumière du Maître, je t'appelle | Lyham   Dans la Lumière du Maître, je t'appelle | Lyham Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Dans la Lumière du Maître, je t'appelle | Lyham
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.
» [UploadHero] Opération dans le Pacifique [DVDRiP]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Le Conflans :: Noblecoeur-
Sauter vers: