Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -33%
Remise de 1000 € sur le ...
Voir le deal
1999 €

Le Roi est mort, vive le Roi !
MessageSujet: Le Roi est mort, vive le Roi !   Le Roi est mort, vive le Roi ! EmptyDim 19 Jan - 13:02

« Le Roi est mort, vive le Roi ! » La phrase avait été prononcée de nombreuses fois dans les couloirs de Castral Roc. Depuis que le tragique événement s'était déroulé, et que cela s'était ébruité, les annonceurs ne cessaient de répéter inlassablement ces paroles. Personne ne pouvait passer à côté de cette terrible nouvelle qui était annonciatrice de grands changements au sein même du royaume de l'Ouest. Les dernières semaines avaient été difficiles, à attendre le dénouement de cette situation complexe, entre espoir et désillusion. Tout le monde avait été profondément choqué par la première tentative d'assassinat contre le roi Loren Lannister. Il n'était pas possible de dire que tout le monde venait à apprécier le souverain, personne ne pouvait être aimé de tous et encore plus compliqué quand on était un roi. Cependant, Quentyn avait passé une bonne partie de sa vie à Castral Roc, il avait surtout grandi en compagnie du prince héritier des Terres de l'Ouest, et cela l'avait donc poussé à côtoyer les différentes personnes qui évoluaient dans cette Cour, et par extension le roi lui-même. Surtout que son père, Lord Brax, avait fini par être choisi par sa Majesté et rentrer à son service concernant le commerce du royaume. Quentyn pouvait donc dire qu'il avait apprécié Loren, et qu'il avait prié longuement les Sept pour que celui-ci vienne à survivre à ses plaisirs. C'était un homme dans la force de l'âge, c'était un lion, fier et vaillant, un lion ne pouvait pas s'éteindre dans des conditions aussi dramatique, il allait forcément s'en remettre. La seconde attaque sur sa personne avait amoindri les chances de survie de ce dernier mais il semblait continuer à s'accrocher à un fil, à un souffle de vie tenu et tout le monde était dans l'attente de savoir si les choses allaient s'améliorer ou si finalement l'issu allait être fatal. Ils avaient eu aujourd'hui la réponse à cette question que tout le monde se posait et Quentyn avait senti sa gorge se serrer, son esprit se brouiller, ses yeux s'humidifier légèrement et il avait eu en effet beaucoup de mal à pouvoir prononcer un mot quand Lynara était venu le trouver pour lui demander comment il allait. Elle était restée à ses côtés, bien qu'elle-même se devait de retrouver celle dont elle était la Dame de compagnie depuis longtemps et qui à présent était devenue sa nouvelle souveraine. Il avait tendrement embrassé son front avant de la serrer doucement dans ses bras puis de la laisser partir, regardant sa silhouette se faufiler dans l'ouverture de la porte.

La première volonté qu'il avait eu, c'était de rejoindre son meilleur ami, de pouvoir lui apporter tout son soutien dans la perte de son père, avant de penser à prêter allégeance à son nouveau roi. C'était une période difficile, surtout que ce drame venait quelques mois après une autre tragédie, la disparition de la plus jeune des filles du couple royal, Nyméria. Cette petite princesse comme il avait toujours aimé l'appeler c'était éteinte dans de tristes conditions, et si brutalement qu'il en avait beaucoup voulu aux Valois de ne rien avoir pu faire pour la jeune fille. Elle était aussi douce qu'elle avait un caractère de feu, et alors qu'elle avait avoué son attachement au Roi Ronnel Arryn, il n'avait pas manqué de la soutenir dans ce projet de mariage et ils avaient continué à échanger quelques lettres quand il était revenu s'installer à Castral Roc après son voyage à Essos. Il lui avait annoncé son mariage et il lui avait aussi annoncé la naissance futur de son enfant. Mais si Jyanna avait eu la chance de naître, Nyméria avait perdu la vie en même temps que son enfant. Et voilà qu'elle était à présent rejointe par son père. Quentyn avait eu la visite de son père dans la journée, ils avaient longuement parlé tous les deux. Et la journée avait été un peu dans la même continuité, sans avoir vraiment ce qu'il pouvait faire pour pouvoir se rendre utile. Alors que Lynara dormait, ainsi que leur fille, Quentyn continuait à réfléchir. La nuit était déjà bein avancée, quand il se rhabilla convenablement et qu'il se mit à arpenter les couloirs de Castral Roc pour se rendre jusqu'au bureau de Lyman, espérant le trouver à cet endroit. La présence des gardes devant la porte signifiait qu'il ne s'était pas trompé. Ils finirent par le laisser entrer et il observa longuement la pièce. Son ami avait une très mauvaise mine, une bouteille de vin sur la table. Il vint doucement lui tapoter l'épaule avant d'éloigner la bouteille de son ami. « On ne t'a jamais dit qu'il n'était pas bon de boire seul ... » Il ne savait comment entamer la discussion dans une situation aussi délicate que celle-ci.


Quentyn Brax

Héritier de la Maison Brax
Commerçant de Westeros à Essos
Quentyn Brax
Quentyn Brax
Honor, loyalty, sacrifice
Messages : 183
Membre du mois : 0
Célébrité : Torrance Coombs
Maison : Brax
Honor, loyalty, sacrifice
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Roi est mort, vive le Roi !   Le Roi est mort, vive le Roi ! EmptyMar 21 Jan - 19:20

Enfin seul ! Poussant un immense soupir de soulagement, Lyman ouvrit son pourpoint et délaça sa chemise, adoptant une tenue lâche qui ne pouvait convenir qu’au sein de ses propres appartements, comme présentement, surtout maintenant. La journée lui avait paru ne jamais se terminer, et à vrai dire, il l’avait vécu comme un tunnel sans fin, n’entrevoyant la lumière qu’à cette heure tardive, voire plutôt très tôt, suivant l’appréhension de chacun. Il y avait eu, bien sûr, ce réveil tranquille, ordinaire, avec son épouse, puis les quelques minutes passées à observer son fils, le prendre dans ses bras et embrasser le duvet blond sur son crâne avant de le rendre à sa nourrice. Un matin comme un autre, en quelque sorte : avait-il pensé qu’il en serait autrement ? Absolument pas. Peut-être que, dans quelques années, il se dirait qu’il y avait eu des signes, l’histoire se modifierait probablement dans sa mémoire. Cependant, là, dans l’instant, il le savait : rien ne l’avait averti de ce qui allait suivre. Et rien, à vrai dire, n’aurait également pu l’y préparer. C’était un fait : il avait cru l’être, toute son existence avait été vouée à ce moment où les gardes avaient crié, levant leurs épées : « Vive le Roi ! » sur son passage. Mais c’était impossible, en vérité, d’être prêt à voir le cadavre de son père, de voir ses yeux désormais vitreux, d’entendre sa propre mère se mettre à son service … et de se retrouver, soudainement, à traverser Castral Roc et à recevoir les hommages qui, quelques minutes plus tôt, étaient encore techniquement réservés à celui qui gisait dans sa chambre, sans vie. L’impression d’irréel l’avait pris toute la journée, tandis que son cerveau se mettait en mode automatique, dans ce mode Lannister que sa mère lui avait inculqué, de gré ou de force. Ainsi, il avait pu entendre les premiers hommages, prendre connaissance des derniers secrets du royaume, recevoir ministres et réclamants, avant, toujours, de recevoir les hommages qui affluaient. Et puis, bien sûr, il avait écrit à sa sœur, à Gareth ensuite, au royaume tout entier enfin, pour annoncer la nouvelle. Cette dernière proclamation, évidemment, avait été son premier acte en tant que Roi, enfin, premier acte officiel, car tout nouveau Roi annonçait à son peuple la fin du règne précédent, et son accession au trône. Mais les deux premiers, sans nul doute, avaient été les plus douloureux. Pourquoi avait-il fallu que les Sept décident d’achever ce qu’ils gardaient en suspens depuis tant de semaines maintenant, alors que sa sœur et son beau-frère avaient fait un crochet par le domaine Potter repris aux soudards l’occupant ? Comment s’expliquer cette cruauté, si peu de temps finalement après le jour où ce funeste courrier valois avait volé jusqu’à l’Ouest pour leur apprendre le décès de Nymeria ? Voilà qu’à présent, il se faisait également oiseau de mauvais augure, porteur de sinistres nouvelles et de douleurs intimes. Avait-il couché mots plus durs sur le parchemin ? Il en doutait, car à cet instant, son propre cœur s’était fendu, alors qu’il se laissait enfin la possibilité de ressentir cette souffrance face à la perte de son père, qu’il avait refoulé avec tant de force toute la journée, il s’était senti submerger par sa propre peine, et avait dû, à plusieurs reprises, arrêter sa main. Puis, il avait fallu reprendre le cours de cette journée, car le Roi était mort, vive le Roi, et le royaume ainsi que la cour continuaient de tourner, et le monde de s’embraser autour d’eux.

Bien sûr, il avait discuté avec Jeyne, intimement au début, puis politiquement plus tard, afin notamment de s’accorder sur certains courriers, certaines décisions immédiates à prendre, en plus, car désormais, ce pour quoi leur mariage avait été conclu prenait sens : elle était Reine, il était le souverain de l’Ouest, et ils devaient mener le royaume à sa destinée, quelle qu’elle soit. Il savait pouvoir se reposer sur sa femme et était convaincu de ses capacités à l’épauler en cette tâche. Il avait également la conviction de ne pas être seul, heureusement, même si … une part de lui le serait constamment, désormais, car la solitude du pouvoir n’était pas un vain mot. Gareth le lui avait assuré, qu’il ne serait pas seul, et qu’au moins, il essayerait de le décharger d’une partie de ses obligations. Megara aussi ferait son possible pour prendre sa part. Et puis, bien sûr, il y avait Lynara pour aider Jeyne, discrètement, dans son ombre, presque comme toujours, ainsi que Quentyn, la troisième tête de la chimère qu’ils avaient formés, plus jeunes, avec Gareth. Quentyn et son calme tranquille, qu’il avait toujours apprécié, correspondant davantage à son propre caractère pondéré que les élans de Gareth, quand bien même, in fine, il avait sans doute eu davantage besoin de cela pour sortir un peu du carcan princier forgé par sa mère, pour retrouver Lyman, ce jeune homme qui vivait en son sein, sans cesse confronté au Prince, cet alter ego qui avait dominé les débats toute la journée.

Ses pensées volant en tous sens, Lyman se résolut à se les éclaircir, ou peut-être à se les brouiller davantage, en se versant un verre de vin fin de la Treille, dont il but une première rasade d’une traite. Le goût boisé du cru titilla ses papilles et il se laissa, pour quelques trop brèves secondes de plaisir, à en savourer toutes les tonalités, et à oublier tout le reste. S’asseyant, il s’autorisa à se resservir, huma à nouveau le parfum capiteux, et sirota le bord du verre, contemplant en silence les abysses face à lui. C’est donc ainsi que le trouva Quentyn, venu probablement pour savoir, dans l’intimité, comment il allait réellement, et au-delà des serments prononcés par son père et lui-même. Là encore, il n’y avait pas le Roi face à l’héritier Brax, mais deux amis. Vraiment ? En partie. Il y avait deux amis, dont l’un était Roi. Cruelle différence, finalement, car l’esprit reptilien du Lannister revoyait également certains documents préparatoires passés entre ses mains, plus tôt. Il reprit néanmoins sa façade affable ordinaire, leva son verre comme en l’honneur de l’homme de Corval et déclara, bravache et un rien ironique :

« Je ne suis pas seul, je bois avec ma couronne. Elle me tiendra compagnie, désormais. »

Là encore, le constat, sous ses dehors amusés, ne manquait pas d’une forme de cruauté, même s’il refusa de s’appesantir sur le sujet. Au lieu de ça, il continua :

« Plus sérieusement … J’espère que tu ne vas pas me gourmander pour un verre après une telle journée. Je pense avoir amplement mérité quelques modestes excès. Modestes, néanmoins. Il serait peu glorieux que, le lendemain de mon avènement, je ne me souvienne que d’un abominable mal de crâne. »



Hear me Roar
Lyman Lannister

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Roc
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Lyman Lannister
Un Lannister paye toujours ses dettes.
Messages : 610
Membre du mois : 0
Célébrité : Toby Regbo
Maison : Lannister
Un Lannister paye toujours ses dettes.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Roi est mort, vive le Roi !   Le Roi est mort, vive le Roi ! EmptyMer 5 Fév - 21:47

Lyman avait été difficilement accessible au cours de la journée, Quentyn se doutait que même Jeyne n'avait pu profiter trop longuement de la présence de son époux, et de son roi à présent. Même pour elle cela ne devait pas être simple, elle s'attendait certes à régner un jour, mais aucune personne n'aurait pu prévenir le jeune couple allait se retrouver ainsi propulser sur le devant de la scène et devrait du jour au lendemain prendre le tête d'un royaume. Ils s'étaient préparés l'un comme l'autre à cette éventualité depuis que Loren avait été victime d'un premier puis d'un second attentat. Lyman n'était sans doute pas décidé à devenir roi de cette manière-là, il voyait son père s'éteindre sur un champ de bataille, ou peut être s'imaginer le voir mourir de vieillesse, même si c'était un luxe que peu de personnes pouvaient se permettre. Mais là il avait été lâchement attaqué et il n'y avait aucune gloire à agoniser ainsi pendant plusieurs semaines. Quentyn n'avait pas eu le droit de se rendre au chevet du défunt roi, il ne faisait pas parti de la famille et même s'il le connaissait depuis qu'il était presque un enfant, il n'avait rien à faire dans la chambre du malade et il fallait le protéger de tout élément extérieur qui pourrait le nuire d'une façon ou d'une autre. Mais il avait entendu les bruits de couloir, quand il n'y avait pas d'annonces officielles de la part de Lyman ou Jordane Lannister, il fallait savoir tendre l'oreille au bon moment. C'était d'une certaine façon, une déformation professionnelle, toujours écouter les informations qui pouvaient vous srvir et non vous surprendre et vous bloquer par la suite. Là, il s'agissait surtout de prendre des nouvelles d'une personne qu'il avait apprécié et qu'il avait côtoyé pendant de nombreuses années.

Alors, apprendre que le roi avait poussé son dernier souffle, que tout serait à présent différent et qu'il fallait s'adapter le plus vite possible aux changements, car le monde continuait de tourner, la guerre était partout à Westeros et sans doute aux portes du royaume, ils ne pourraient pas rester là à attendre que les choses se précipitent et qu'ils se retrouvent tous devant le fait accompli sans aucune issue. Mais Quentyn ne doutait aucunement que Lyman avait pleinement conscience de tout cela et il était clair que son ami n'enviait nullement la place qui allait être la sienne à présent. Comme Quentyn était à Castral Roc, il avait donc été l'un des premiers à avoir été mis au courant de la tragique disparition, une disparition qui venait quelques mois après celle de Nyméria. Le sort semblait s'acharner contre la famille royale de l'Ouest, à moins que quelqu'un n'avait décidé de les mettre à terre, s'en prenant d'abord à la dernière de la famille, bien loin des siens, séparée de tous et en état de faiblesse du fait de sa grossesse. Le Val avait assuré que ce n'était pas le poison qui était la cause de son trépas, mais il pouvait paraître bien suspect que le père de la jeune femme, vienne à être mortellement blessé quelques mois plus tard. L'héritier de la maison Brax était allé immédiatement rendre hommage à son ami mais surtout à son roi, en compagnie de son propre père, jurant fidélité et se mettant pleinement au service de son nouveau souverain par la même occasion. Mais tout cela s'était fait dans l'intimité.

Dans l'intimité mais avec la présence de son père, dans une cérémonie dès plus officielle pour pouvoir soutenir le nouveau souverain. A présent, Quentyn avait la volonté de soutenir Lyman en tant qu'ami. Même s'il était difficile de mettre la main sur le jeune souverain. Il avait dû attendre le milieu de la nuit pour pouvoir y arriver mais enfin, il était là. Il ne s'inclina pas devant le jeune homme, il n'était pas là pour une représentation officielle mais dans un moment intime entre deux meilleurs amis. Il vint s'installer en face de lui, l'observant attentivement. « Tu sembles bien amer en disant ses mots … Tu savais que ce jour-là finirait bien par arriver tôt ou tard … Il est triste que ça se soit passé dans de telles conditions … Mais tu as toujours été prince héritier, et dans ce titre il y a héritier. Tu as aujourd'hui hérité de ton père et de sa couronne … Et puis elle n'est pas si laide que ça cette couronne, elle va bien avec ta grosse tête. » Il lâcha un petit rire, essayant tant bien que mal de détendre l'atmosphère qui régnait dans la pièce. « Oh je ne dirais pas non à un verre, je pourrais même t'accompagner, mais est-ce le premier verre ? Demain, on te lèvera à l'aube et il te faudra être le plus efficace possible, ce n'est pas en ayant la tête embrumée que tu vas réussir à jouer ton rôle. Mais je peux boire pour toi si ça te fait du bien. » Il se pencha pour se verser un verre pour lui.


Quentyn Brax

Héritier de la Maison Brax
Commerçant de Westeros à Essos
Quentyn Brax
Quentyn Brax
Honor, loyalty, sacrifice
Messages : 183
Membre du mois : 0
Célébrité : Torrance Coombs
Maison : Brax
Honor, loyalty, sacrifice
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Roi est mort, vive le Roi !   Le Roi est mort, vive le Roi ! EmptyJeu 9 Avr - 18:57

« Pourquoi crois-tu que j’ai, jadis, organisé autant de fêtes arrosées, si ce n’était pour me forger une résistance héroïque à l’alcool ? Tout était calculé. Allons, buvons. Ordre de Sa Majesté. »

Lyman n’avait envie de s’appesantir ni sur ses regrets, ni sur son humeur, ni sur ses excès. Au lieu de cela, il préféra couper court aux tentatives de son ami pour qu’il cesse ses libations, et, une fois que Quentyn eut rempli son verre, il leva le sien en un toast muet, observant un bref instant la robe d’un rouge carmin du vin au fond de la coupe, qui lui rappelait autant les armoiries de sa famille que le sang qui paraissait en ruisseler depuis plusieurs semaines, depuis que le sang royal avait été versé. Depuis, il s’égouttait lentement, jusqu’à donc ce matin, où le liquide n’avait finalement plus charrié la vie, mais la mort. L’odeur écœurante et douceâtre qui embaumait la chambre de son père, désormais chambre mortuaire, lui revint en mémoire, et ses narines en frémirent presque naturellement de dégoût. L’horreur de ne parvenir à se souvenir que de cette flagrance atroce l’avait pris à la gorge, dès ces moments-là, alors qu’il avait conscience de vivre un moment charnière de sa vie, tout en étant qu’un triste spectateur qui, fasse aussi bien à la perte de son géniteur qu’à la succession désormais toute tracée, ne pouvait que se répéter mentalement à quel point, décidément, cet endroit puait. C’était pathétique, n’est-ce pas ? Probablement que dans quelques années, il expliquerait à Martyn à quel point il s’était senti possédé par il ne savait quelle énergie mystique propre à la couronne, par le devoir. Ce serait un pieux mensonge, mais plus pratique que la vérité, qui était qu’il n’avait cessé de vouloir se boucher le nez et qu’il n’avait eu qu’une envie : dégobiller ses tripes. Un bref instant, une moue dédain apparut sur son visage, probablement imperceptible, et il la camoufla en portant la coupe à ses lèvres, avalant et le vin, et les souvenirs qui lui brûlèrent la gorge. Et encore, à la réflexion, il était encore trop doux. Il aurait dû choisir un dornien pour ce soir. Même s’il préférait les grands crus du Bief, l’âcreté des coteaux proches des Météores lui paraissaient soudain plus appropriée. Tant pis, il faudrait faire avec.

Lentement, le Lannister déporta la coupe de ses lèvres, sans la reposer tout à fait. Pensif, l’homme réfléchissait à cette journée, mille considérations se bousculant dans sa tête. Il espérait que Quentyn n’essaierait pas de reprendre la parole. Normalement, ce ne serait pas le cas. C’était l’avantage, avec le Brax : il était infiniment plus silencieux que Gareth, et à cet instant, il appréciait de ne pas être trop bousculé dans son besoin de calme. Le silence s’étira, sans qu’il y vit un problème. Sincèrement, si dans sa vie publique, Lyman était un homme de fêtes, de faste, qui aimait la vie, le bruit et les tourbillons, il appréciait aussi la tranquillité dans ses rares moments privés, ce qui expliquait sans nul doute son affection pour son bureau, dans lequel il pouvait passer dans heures sans personne pour le déranger. Jeyne avait parfois plaisanté sur le fait qu’elle devrait plutôt s’inquiéter du bureau que de potentielles maîtresses, car il semblait amant bien plus persistant. Elle n’avait pas tort. Penser à son épouse, et en l’occurrence à sa répartie proverbiale, lui arracha l’ombre d’un sourire. Toujours sans mot dire, il porta à nouveau la coupe à ses lèvres, et le carmin disparut tout à fait à l’intérieur de son gosier. S’humectant les lèvres, son regard fut attiré par son reflet sur l’or : on y distinguait un homme fin au visage long, qui évitait d’être anguleux grâce à des pommettes légèrement plus marquées que ce à quoi on se serait attendu d’une personne appartenant au sexe fort. Il semblait plongé dans des abîmes de réflexion, cet homme, et marqué par une fatigue qui n’était probablement physique qu’en écho de la réelle, mentale. A moins qu’il ne s’imagine tout cela parce que c’était ce qu’il ressentait. Enfin, il consentit à lâcher la coupe et à la reposer sur la table. Cette dernière tinta légèrement en touchant le bois, et Lyman laissa le son durer doucement, jusqu’à s’évanouir, et que le silence se fasse à nouveau entendre. Et finalement, il consentit à parler.

« Quel serait ta première décision, si tu devenais soudainement Lord Brax ? »

La question avait l’air d’être sortie de nulle part. Et peut-être l’était-elle, du reste. Néanmoins, Lyman éprouvait le besoin de savoir autant que de déporter l’attention ailleurs que sur lui-même, dans une volonté de se divertir tout en évaluant ses propres choix par l’entremise de ceux d’un autre, pour mettre en porte-à-faux ses ressentis avec ceux d’un tiers. Les autres questions qu’il voulait poser, il s’en rendait compte, étaient toutes politiques – l’habit de Roi l’enserrait-il déjà trop ? Celle-là aussi, en un sens : mais c’était la plus anodine. Ou pas : disons que c’était celle qui lui semblait la plus appropriée pour relancer leur discussion mort-née.

« Hormis me prêter allégeance, bien sûr. »



Hear me Roar
Lyman Lannister

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Roc
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Lyman Lannister
Un Lannister paye toujours ses dettes.
Messages : 610
Membre du mois : 0
Célébrité : Toby Regbo
Maison : Lannister
Un Lannister paye toujours ses dettes.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Roi est mort, vive le Roi !   Le Roi est mort, vive le Roi ! EmptyDim 12 Avr - 22:58

Quentyn resta là un moment à regarder son vieil ami, il le sentait perdu dans de nombreuses réflexions, des réflexions qu'un simple seigneur ne pouvait pas avoir, car il n'était tout simplement pas fait pour le rôle qui venait de tomber sur les épaules de Lyman en quelques heures. Certes, le prince héritier avait été préparé à ce qu'un jour il vienne à porter la couronne et à monter sur le trône, en lieu et place de son père. C'était dans la continuité des choses, c'était ainsi que le monde était fait, génération après génération, un fils venait à naître pour pouvoir un jour reprendre le rôle que son père avait tenu. La date d'échéance était toujours plus ou moins aléatoire, cela dépendait de tellement de facteur, la guerre, la maladie, la famine, tout pouvait venir à condamner un souverain pour permettre à un autre de venir à ceindre la couronne sur sa tête. Cependant l'Ouest restait fort, le couple royal tenait sa position avec la dignité et la force des lions. Il y avait eu rébellion mais elles avaient été réprimées avec plus ou moins de diplomatie ou de combats. Il tenait alors que l'Empire était en train de s'étendre et qu'il venait à menacer le royaume, bien que la belle-fille du lion n'était autre qu'une louve venue du Nord, comme sa propre épouse. Il savait combien celui-ci était important autant pour Jeyne que pour Lynara, mais malheureusement pour elles, leur vie, leur famille et leur avenir se construisaient aujourd'hui bien loin de Winterfell et elles étaient loin d'avoir les moyens de pouvoir effacer ce que le père, l'oncle, le frère et le cousin venaient à faire à présent. Cependant, le roi Loren ne venait jamais à montrer ce qu'il pensait et il restait droit. Jusqu'à ce qu'on vienne à l'atteindre dans sa propre demeure, dans l'endroit où il aurait dû être le plus en sécurité. Mais voilà, c'était souvent ainsi que venait également à mourir les souverains, sous le coup de complots, ce n'était pas honnête, c'était parfaitement déloyal mais cela allait de pair avec le pouvoir politique. Il avait tenu de longues semaines avant de rendre l'âme et c'était sans doute un exploit en soi, et la preuve que l'homme était en pleine santé et encore fort vigoureux quand le mal l'avait touché, même s'il n'avait finalement pas réussi à en y réchapper.

Quentyn ne prenait aucun plaisir à voir son ami comme cela, il sentait bien la douleur qui touchait son cœur et son âme et il ne pouvait faire que peu de chose pour pouvoir soigner cette souffrance. Si cela devait être de boire avec lui, alors c'est ce qu'il ferait, en se gardant bien de ne pas boire aussi vite que le tout jeune souverain pour avoir la possibilité de calmer le jeu avant qu'il ne soit tellement touché par les parfums d'alcool qu'il ne puisse plus se relever. Il était évident qu'on aurait à nouveau besoin de lui en pleine possession de ses moyens, dès le levé du soleil, et il n'avait pas la volonté d'être la cause pour lui d'une première nuit de beuverie royale. « Je comprends en effet bien mieux vos activités avec Gareth, je dois dire que je suis bien triste de ne pas avoir été mis au secret à cet époque-là, j'aurai sans doute pris plus de soin à identifier à quel moment je devais t'arrêter pour pouvoir être encore assez conscient le lendemain matin. » Il inclina doucement la tête. « Si mon roi me l'ordonne, je ne vais en aucun désobéir à ses ordres. » Il se servit donc un verre de vin, et porta celui-ci à ses lèvres pour en boire une rapide gorgée. Il resta là sans rien faire, sans rien dire, continuant à l'observer comme il semblait si perdu dans ses pensées. Quentyn essaya de rire légèrement pour pouvoir d'étendre l'atmosphère, mais il devait bien avouer que dans une situation comme celle-ci, il n'était sans doute pas l'homme le plus doué pour cela. « Tu viens de me retirer la réponse que je voulais te donner … Ce n'est pas du jeu … » Il se mit alors à réfléchir à la question, une question qu'il ne s'était jamais posé, puisque son père semblait être un roc lui aussi. « Rendre hommage à mon père mais cela est déjà fait … J'essaierai sans doute de me renseigner sur ce qui viendrait à manquer aux gens que je devrais alors gérer, tenter de voir le monde comme il le voyait lui, pour pouvoir ensuite le réinventer à mon image. » Il se mit cette fois à rire généreusement et prit une longue gorgée de vin. « Je suis un bien piètre conseiller … Et je me fais poète même quand l'heure est trop tardive, tu m'excuseras pour ce que je viens de dire et qui semble bien trop idéaliste. »


Quentyn Brax

Héritier de la Maison Brax
Commerçant de Westeros à Essos
Quentyn Brax
Quentyn Brax
Honor, loyalty, sacrifice
Messages : 183
Membre du mois : 0
Célébrité : Torrance Coombs
Maison : Brax
Honor, loyalty, sacrifice
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le Roi est mort, vive le Roi !   Le Roi est mort, vive le Roi ! Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Roi est mort, vive le Roi !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Jeu de la mort [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Les 6 épreuves de la Mort [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Les Chalorts Et vive la liberté[DVDRiP]
» Uptobox Le Jeu de la mort 2 [DVDRiP]
» [UPTOBOX] The Reunion [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Les Terres de l'Ouest :: Castral Roc-
Sauter vers: