Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-40%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
228 € 379 €
Voir le deal

Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé]
MessageSujet: Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé]   Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé] EmptyJeu 9 Jan - 21:14

Mina avait laissé son regard se perdre par la fenêtre de sa chambre, elle avait les mains qui ne cessaient de trembler alors qu'elle sentait un froid particulier l'envahir. Il n'était plus question de fatigue, il n'était d'ailleurs pas plus question de cette fièvre qui avait failli la consumer, non ce qui venait la perturber ainsi était ce sentiment de peur qui l’étreignait petit à petit. Elle n'avait pas dormi depuis deux nuits déjà, elle n'arrivait pas à fermer l’œil, dès qu'elle entendait le moindre bruit, elle se mettait à sursauter, paniquer de penser qu'il pourrait arriver quelque chose à ses enfants, avant de se rappeler qu'ils n'étaient pas avec elle. Ce qui c'était passé pendant la nuit du banquet n'avait fait que confirmer qu'elle avait bien fait de ne pas emmener ses enfants à Accalmie, de ne pas leur faire prendre de risques inutiles, bien qu'au final, ils n'avaient pas grandes valeurs que ce soit pour l'Empire ou pour l'Orage, l'ennemi n'avait donc que peu d'intérêts à s'en prendre à eux, à moins de ne vouloir que passer un message : celui de dire qu'ils étaient prêts à tout, et ce même à massacrer d'innocents enfants pour pouvoir montrer leur détermination mais surtout leur barbarie. Elle en était profondément choquée, elle en était tout autant bouleversée. Sans doute avait-elle été naïve par rapport à la nature humaine, elle avait surtout été protégée depuis son enfance jusqu'à son adolescence, puis son début de vie de femme. Le but n'était pas qu'elle réfléchisse mais qu'elle fasse son rôle de femme. C'était un crime odieux, qui avait échoué mais qui avait échoué en parti seulement … Des victimes étaient à déplorer et pas des moindre.

Mina ne connaissait pas personnellement, ni les gens d'armes aux services directes du couple impérial qui avaient perdu la vie, pas plus que Leslyn Raybrandt. Elle avait en effet côtoyé la jeune femme à quelques reprises mais les deux n'avaient jamais pris le temps de discuter l'une avec l'autre. Non celle dont la disparition lui causait le plus de chagrin était la mort de Yesaminda Forel, qui était devenu quelques mois auparavant Yesaminda Goldwyne. Mina avait appris le mariage de son frère et de la charmante femme quelques semaines après les célébrations. En effet, la jeune orageoise avait été fortement malade, et pendant un long moment, bien que physiquement présente à Fort-Darion, elle était soit inconsciente soit bien trop faible pour se présenter à la Cour et participer à la vie de celle-ci. Pour autant, elle avait eu l'occasion de faire la connaissance de Yesaminda, elle était à bord du bateau en sa compagnie quand elles avaient quitté Accalmie, faisant partie de la suite de la reine Argella Durrandon, pour rejoindre la nouvelle capitale de l'Empire. Mina avait pendant le voyage présenté les premiers signes de la fièvre presque mortelle … Yesaminda avait alors été présente pour elle, lui prodiguant les premiers soins, en espérant que cela serait suffisant, venant à la soutenir alors qu'elle sentait petit à petit que son corps était en train de la lâcher et qu'elle n'était pas certaine qu'elle pourrait voir la fin de la traversée. Quel bonheur cela avait été pour elle d'apprendre que son frère avait épousé une femme aussi exceptionnelle que celle-ci, et alors qu'en elle avait su qu'ils allaient devenir parents, elle les avait grandement félicité.

Mina s'était inquiétée de savoir que la future mère allait accompagner le cortège impérial pour pouvoir s'occuper des enfants impériaux. Certes c'était son rôle, la mission qu'on lui avait confié, mais il était dangereux pour elle dans son état et même que les enfants voyagent. Mina avait imaginé peut-être qu'une maladie vienne à toucher Aeden ou Athynea, elle n'avait pas pensé que ce serait une tentative d'assassinat qui viendrait à les menacer. Mina avait ainsi perdu sa belle-soeur, l'enfant qu'elle portait et d'une certaine façon, elle avait perdu son frère également. On ne pouvait savoir comment le deuil allait toucher les gens, pour le moment abattu par la tristesse, elle avait peur de connaître quelle serait la prochaine étape. On lui avait confié une mission également à elle, mais elle était prête à y renoncer, si on estimait qu'elle pouvait se rendre plus utile ailleurs. Pour autant, ce n'était pas à elle de prendre cette décision, elle ne pouvait que proposer les choses, et elle savait à qui le faire. Elle avait attendu qu'on vienne la chercher une fois que l'Empereur était disposé à la recevoir, l'ambiance était pesante dans les couloirs d'Accalmie. On la fit entrer dans la pièce où se trouvait Torrhen et elle s'inclina devant lui. « Je vous remercie d'avoir accepté notre rencontre. » Elle se mordit légèrement la lèvre. « Je voulais vous assurer tout d'abord de mon soutien plein et entier dans ces moments compliqués ... »


Mina Swann

Écoutez le chant du cygne ...
Le chant du cygne blanc !
Mina Swann

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Swann
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Mina Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Messages : 746
Membre du mois : 12
Célébrité : Amber Heard
Maison : Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé]   Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé] EmptyJeu 16 Jan - 19:07

J’étais épuisé et sous le choc. Dans le baquet d’eau devant moi, sur la tablette, je ne voyais plus le reflet que d’un homme vieilli, fatigué par les épreuves, qui ne pouvait certainement pas se permettre de flancher au regard des responsabilités qui étaient maintenant les siennes. A chaque fois que je voyais mon reflet dans quelque chose, je ne pouvais que constater l’inévitable ; le temps passait. Et plus il avançait, et plus je vieillissais rapidement. C’était un constat terrible, qui effrayait bien des femmes qui n’aimaient pas vieillir, qui vivaient souvent mal la période où il leur devenait impossible d’enfant, tandis que tous, peu importe leur sexe, redoutaient le moment où ils ne pourraient plus travailler. Main tremblante, à gauche de la vasque. Couverte de sang et d’écorchure. Tout ce qui avait coagulé sur la peau ne m’appartenait pas ; je n’avais pas retenu mes coups. Combien de temps pourrais-je continuer, moi aussi ? A ce rythme ? Avec ces capacités, physiques comme mentales, qui ne faisaient que s’étioler à mesure des drames et des épreuves ? Je ne savais pas très bien. Peu importait au final. Mais ce qui était sûr, c’était que je ne pourrais jamais m’arrêter. Pas de moi-même en tout cas ; il faudrait m’y forcer.


Cela tombait bien sans doute, car il y avait tout un panel de fils de pute prêts à me faire passer l’arme à gauche.


Ils s’en étaient pris à ma famille, cette fois. Et cela faisait deux jours et deux nuits que je sillonnais Accalmie, son campement de réfugié et son camp militaire, à la recherche d’informations et d’indices pour enfin en finir avec les traîtres qui gangrénaient ce si beau royaume qu’était l’Orage. J’étais au bout du rouleau, et la fatigue plus la peur et les privations tant je restais concentré, m’avaient littéralement mis à fleur de peau. Je ne voulais pas laisser passer quelque indice que ce soit, quelque chance que je pourrais avoir de trouver tous les coupables, et pas simplement que les plus évidents. Cela faisait en tout cas beaucoup de travail en peu de temps pour le faire, et je commençais à en payer le prix. Je dépliais et repliais les doigts de mes mains esquintées et tremblantes à force de cogner dans des gens, pour les débarrasser de tout le sang qui les avaient souillées. Je retrouvais dans la chair un bout de dent, planté dans le creux d’une phalange, et le retirer me fit grimacer. Un Demalion entra, salua de l’autre côté de la pièce, et me dit que Dame Swann voulait me voir. Je hochais la tête, signifiant silencieusement mon accord.


Je me retenais de craquer, en la voyant. C’était toujours plus dur d’affronter ce que l’ennemi nous envoyait. Cette fois, ça avait manqué d’être nos enfants. A peine la jolie blonde était-elle entrée que je ne savais déjà plus ce que m’avait dit le Demalion sur l’objet de sa visite. Je ne savais même plus pourquoi elle était là ; j’entendais encore les cris, et le bruit des chocs sourds, chair contre chair.



| Lady Swann… ¬¬¬|


Je la saluais plus sobrement qu’à l’ordinaire ; pas par rejet, mais parce que j’étais éreinté, j’étais ailleurs, et je ne voulais pas laisser transparaître le moindre sentiment. De glace, comme je me devais de l’être en toute circonstance, sinon l’ennemi se jetterait sans la moindre vergogne sur les faiblesses que je pourrais laisser transparaître. Je hoche la tête en signe de respect et de remerciement.


| Merci, ma Dame, pour vos bons mots. Et moi, j’en profite pour vous donner mes condoléances. Votre belle sœur était une femme de bien. Sans elle… Sans elle, j’aurais perdu deux de mes enfants. J’ai pu croiser votre frère, pour le lui annoncer. Comment se porte-t-il ? |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 32441
Membre du mois : 66
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé]   Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé] EmptyDim 2 Fév - 14:52

Son corps tremblait, son cœur battait bien trop fort dans sa poitrine, et elle se sentait quelque peu chanceler à chaque pas qu'elle venait à faire dans la forteresse d'Accalmie. Elle avait perdu d'une certaine façon la confiance qu'elle avait placé ici. Mais Accalmie était la capitale, et le danger était bien plus présent ici encore qu'ailleurs, surtout alors que tant de têtes couronnées se retrouvaient en un même endroit. Il fallait porter un coup, un coup en plein cœur du système, un coup fort et déterminant, un coup qui aurait pu être bien plus dur si les enfants avaient été touchés et qu'il fallait aujourd'hui leur dire adieu. Ses enfants n'étaient pas présents, mais elle ne pouvait qu'imaginer si on avait attenté à la vie de son propre sang, de sa propre chair. Elle se laisserait mourir si elle venait à perdre Lenora et Harlan, enfin elle se laisserait mourir, ronger par le chagrin, une fois seulement qu'elle aurait obtenu vengeance, et qu'elle aurait tué de ses propres mains les meurtriers de ses enfants. On disait de Mina qu'elle était une femme douce, qui avait un don particulier pour la discussion, mais elle n'en restait pas moins une mère, une mère qui défendrait ses enfants et qui serait prête à tout pour eux. Non, il n'était pas là, mais cela n'empêchait pas pour autant d'être marquée par les événements et l'esprit pris en otage, dans la torpeur qu'un nouvel incident bien plus meurtrier ne vienne à les toucher. Elle se sentait à nouveau affaibli, comme si la fièvre serait capable de revenir et de parvenir à l'achever cette fois. C'était sans doute l'idée la plus stupide qu'elle pouvait avoir sur l'instant, mais ce n'était que l'angoisse et la tristesse qui se présentaient ainsi et il fallait qu'elle parvienne à se dompter à présent. Elle devait tenir, et surtout elle se devait d'être présente au maximum pour son frère, pour qu'au moment où il lui demanderait de l'aide, elle soit à sa disposition, et même si pour le moment tout était compliqué, et la souffrance presque mortelle, elle serait à ses côtés pour avancer avec lui.

L'empereur avait eu la bonté de lui accorder une entrevue. Elle n'était sans doute pas la personne qu'il désirait voir pour le moment, mais elle avait également fait la demande à l'impératrice, sans obtenir une quelconque réponse. Si Mina ne pouvait pas dire qu'elle connaissait le couple impérial depuis longtemps, elle avait l'impression d'avoir noué un contact cordial avec Torrhen Braenaryon, et concernant Rhaenys, les deux femmes avaient noué ce qu'elle estimait être un début d'amitié, autour de quelques notes de musique mais aussi de leurs enfants respectifs. Alors il lui paraissait normal qu'elle vienne à les soutenir à présent dans cette épreuve et qu'elle se propose pour pouvoir les aider, pour eux, pour les enfants impériaux, pour Yesaminda, pour son frère et aussi pour Bâal. Personne n'avait eu vent de ce qu'ils s'étaient passés entre eux, et elle ne comptait pas le révéler à qui que ce soit, mais pour les douces attentions qu'elle avait à son égard, et le propre soutien qu'il portait au couple impérial, elle avait aussi le désir de le représenter un peu dans ces moments difficiles, alors qu'il était si loin. Une fois annoncée, elle se présenta à l'empereur et s'inclina devant lui avant de prononcer quelques mots, bien banals dans ce genre de situation. « Je vous remercie Majesté … Je l'avais vu au début de la soirée … Bien que fatiguée par sa grossesse, elle n'avait en aucun cas envie de faillir à la tâche que vous lui aviez confié, et c'est ce qu'elle a fait. Sa disparition est une perte tragique … Je ne la connaissais que depuis peu de temps, et je regrette de n'avoir pu la connaître plus encore … Quant à Garlan … Il a bien trop perdu … D'une façon ou d'une autre, il me tient à l'écart … Il m'a demandé de rentrer à Fort-Darion. Vous vous doutez bien de la réponse que j'ai pu lui donner … Comment va l'impératrice ? »


Mina Swann

Écoutez le chant du cygne ...
Le chant du cygne blanc !
Mina Swann

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Swann
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Mina Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Messages : 746
Membre du mois : 12
Célébrité : Amber Heard
Maison : Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé]   Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé] EmptySam 8 Fév - 20:40

La jeune femme semblait dans un sale état alors que moi-même je ne pouvais pas m’empêcher de tergiverser, de changer de point de vue à chaque instant, de sentiments dans un tourbillon qui me serrait le cœur, me le faisait gonfler et dégonfler à tour de rôle. C’était quelque chose à laquelle je n’étais pas habitué, c’était clair. D’ordinaire je maîtrisais mes sentiments et la Glace qui me parcourait les veines n’était pas qu’un vain mot ; il était en général question que mon corps montre mes sentiments plutôt que de les masquer. Quoiqu’il arrive, la Glace servait toujours à cacher quand il le fallait. C’était une arme en soi. Mais pas aujourd’hui. Aujourd’hui j’en étais prisonnier, parce que les choses allaient trop vite et trop fort pour moi. Je n’étais pas habitué, et comme n’importe qui dans ce genre de circonstances, je ne savais pas comment réagir. La neutralité actuelle n’était pas de mise, elle n’était qu’un pis-aller. C’était pourtant tout ce que je savais faire, et il y avait quelque facilité à masquer l’ouragan d’émotions sous un masque de façade, sous la fameuse Glace. Tout ce que je savais faire, c’était affronter la tempête en me tenant coi, raide et fier, à faire en sorte de pouvoir camper sur mes jambes comme si c’était la seule réponse de mon obstination à tous les maux du monde.


Reste debout, envers et contre tout….


Mina Swann semblait en tout cas fort affectée. C’était sa belle sœur qui était morte pour protéger mes enfants encore au berceau. Dans ces conditions elle ne pouvait que difficilement bien se porter, c’était un fait. Je voyais bien qu’elle était triste, et surtout très choqué. Je n’avais pas revu Garland Goldwyne depuis l’annonce du décès de son épouse, aussi était-il possible qu’il aille encore plus mal. Le deuil était puissante motivation en temps de guerre. Puissante mais dangereuse, car les événements pouvaient tourner court à toute vitesse. La colère pouvait mener à l’impétuosité, l’impétuosité pouvait rompre toute discipline. Et quand il n’y a plus rien pour tenir les hommes alors il est possible de perdre tout ce qu’on avait patiemment préparé pour la victoire. J’étais dans l’expectative, quoiqu’il en soit. Elle me raconte Dame Swann, la dernière fois qu’elle a vu sa belle sœur et tout le reste.


Gêné, contrit et un peu perdu, je me frotte la barbe avant de lui répondre.



| Oui, c’est une véritable catastrophe. Sans vouloir vexer personne ou insulter la mémoire de Dame Goldwyne -bien au contraire- la vie de mes enfants n’aurait jamais dû reposer sur sa vie, même si elle en a payé le prix sans sourciller. Nous en avons retenu les leçons, Dame. Nous ne pouvons pas garantir que plus aucun innocent ne mourra jamais à cause de nous, car le destin est toujours cruel, mais nous avons retenu la leçon. Les Braenaryon ne sont en sécurité nulle part. |


Je relève les yeux vers elle.


| L’Impératrice se porte bien, Dame. Quant à votre frère, je pense qu’il est fort. Personne ne devrait affronter ça ; croyez moi. Toutefois, il aura besoin de votre soutien. Etes-vous toujours prête à nous suivre en campagne ? |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 32441
Membre du mois : 66
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé]   Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé] EmptyMar 11 Fév - 10:34

On lui avait toujours parlé de cette force nordienne, de cette impression de se retrouver devant un mur de glace que rien ne pouvait ébranler. Toujours droit, toujours debout, contre les vents, contre la neige, contre tous les obstacles qui pouvaient se dresser devant eux. Cela était assez surprenant, ça faisait de l'homme devant elle, un homme assez massif, qui avait une stature très impressionnante et qui imposait alors un respect naturel. On lui avait raconté les batailles auxquelles il avait participé, bien sûr il n'y avait pas toujours été question de victoire, mais une chose était certaine, elle n'aurait en aucun cas eu le désir de se retrouver face à un homme tel que lui dans un combat au corps à corps à l'épée. Cependant, on pouvait lui dire ce qu'on voulait, on pouvait afficher un visage de glace, et faire croire à tout le monde que l'on arrivait à mettre les derniers événements de côté, à prendre de la distance par rapport à tout cela, il était impossible que Mina y croit un seul instant, bien qu'elle ne remettrait pas en cause l'empereur sur l'attitude qu'il avait le désir de lui présenter. Il était un père, un père qui aimait ses enfants, qui veillait sur eux, et qui avait la volonté de les protéger de tous les ennemis qui pouvaient bien exister, même s'il ne pouvait être constamment auprès d'eux. Car elle était une mère, qu'elle pourrait elle-même donner sa vie pour pouvoir sauver celle de ses enfants, qu'elle avait déjà fait de nombreuses choses pour eux et qu'elle en ferait encore beaucoup. De ce fait, elle serait totalement bouleverser si on avait attaqué ses enfants, et cela devait être son cas également. S'ils avaient été plus proches, elle aurait sans doute fait un geste amical dans sa direction, mais elle savait garder sa place, elle était une Lady et il était son empereur, mais elle avait le désir de le soutenir par sa présence et par ses mots.

Mina avait été touché par la mort de Yesaminda, sans doute auraient-elles pu devenir véritablement très proches, qu'elles auraient été amies et qu'ensemble, elles auraient pu voir leurs enfants grandir, aussi proche que pouvait être le frère et la sœur Goldwyne. Et en quelques minutes, tout s'était brisé, et si Mina était très attristée, elle l'était encore plus par la douleur que son frère ressentait, qu'il exprimait plus ou moins directement. Il avait demandé à Mina de rentrer à Fort-Darion, de rejoindre ses enfants et de veiller sur eux, mais elle avait elle aussi  une mission qu'elle voulait mener à bien. Elle hocha doucement à l'attention de l'empereur. « Personne n'est en sécurité nul part … Il y a ceux qui sont contre la Reine de l'Orage, ceux qui sont contre l'Empire, ceux qui sont pour la primauté de la religion, d'autres qui sont juste contre tous … Ils sont des cibles faciles, là où on n'oserait vous attaquer directement, ainsi que l'impératrice avec son dragon … Ils ne sont que deux braillards à leurs yeux mais ils ont un grand pouvoir politique … Cela vous mettrait immédiatement à mal … Quand on veut faire du mal et que la personne en face est humaine, alors il est simple de s'attaquer à vos faiblesses. Mais ce sont vos faiblesses qui sont aussi vos forces. » Elle se rapprocha un peu plus de lui, et finalement, après quelques instants de doute, elle serra doucement la main de l'empereur, juste quelques instants avant de reculer. « Oui, votre Majesté je compte vous accompagner sauf si … Je sais bien que je ne peux remplacer Lady Goldwyne mais … Si vous le désirez, je peux vous proposer d'être aux services des enfants impériaux, et de les raccompagner jusqu'à Fort-Darion … Je les protégerai comme si c'était les miens … »


Mina Swann

Écoutez le chant du cygne ...
Le chant du cygne blanc !
Mina Swann

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Swann
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Mina Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Messages : 746
Membre du mois : 12
Célébrité : Amber Heard
Maison : Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé]   Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé] EmptyLun 17 Fév - 13:16

On se retrouvait à nouveau avec Lady Swann dans des circonstances qui n’étaient pas les meilleures du monde. Je repensais à notre rencontre, encore. Quand elle avait manqué de perdre son enfant et elle-même d’ailleurs, du fait de la maladie qui l’avait alors mise en pièces. Je connaissais cela. Je me sentais moi-même relativement pantelant, en vrac. J’étais fatigué et abîmé, à chaque année qui passait je l’étais un peu plus. Je me sentais maintenant à peine capable de relever les défis. Je ne savais pas en quelle mesure je pourrais être capable de les affronter, de me confronter à eux. Les choses changeaient trop vite. J’étais bien entouré, heureusement. Lady Swann faisait justement partie de ces gens, de cet entourage que j’avais réussi à agglutiner autour de moi. Mes efforts d’agglomération des énergies autour de moi avait deux vertus cardinales ; je pouvais déléguer et me battre par procuration sur tous les terrains en même temps, tout en étant moi aussi capable de me concentrer sur les batailles qui me semblaient les plus importantes. Mais le défaut, c’est qu’à déléguer je n’étais plus moi-même au courant de tous les combats menés de front par les gens qui travaillaient avec moi, nobles, bourgeois ou roturiers. Quoiqu’il arrive, je m’affaiblissais. Parce que je vieillissais et que je prenais des coups, mais aussi parce que j’avais renoncé, puisque plus en capacité, de mener la totalité de mes batailles, de celles de l’Empire, en personne…


On s’en était pris à ma famille. Plusieurs fois. Je savais très bien que les choses ne manqueraient pas de bientôt recommencer. Que les drames s’enchaineraient. J’avais toujours cru que j’aurais la force d’y faire face, la puissance d’une conviction brute. En réalité, ce n’était pas le cas. Plus le temps passait et plus je me sentais incapable d’affronter sans cesse ce risque, ce danger. Je ne rêvais plus que de partir loin. Chez moi. Dans cette demeure idyllique et fantasmée, où je pourrais voir mes enfants grandir. En avoir d’autres. Y recevoir les enfants de mes enfants ; leur apprendre ce que je savais du monde et de ses dangers. Pourtant, malgré l’Empire, malgré l’amour de Rhaenys, malgré tout, je savais que je ne pouvais plus dévier de ma ligne, même si j’en avais de plus en plus envie. Je ne pouvais pas fuir ; l’histoire me l’interdisait. Et devant cette impossibilité j’étais seul, totalement seul. Je ne pouvais confier doutes et peurs à personne sans remettre en question la totalité de ce qui fondait l’Empire.


J’étais seul, pour ce combat. Mais je l’étais depuis assez longtemps pour savoir l’encaisser. Sous cette neutralité, cette fierté. Cette résolution brute, de glace. Je me relève, marche vers l’âtre sur quelques pas, plonge le regard dans les flammes, mains toujours croisées dans le dos.



| Je ne peux me départir de cette situation que de deux façons. La victoire ou la mort, et la promesse tacite de la plus extrême sévérité, de la cruauté même, contre tous ceux qui attenteront à la vie de mes enfants. Aucun souverain ne saurait tolérer la possibilité, l’idée même, qu’un crime de lèse-majesté ne touche sa famille. Je ne suis pas différent des autres. |


Je me retourne vers elle, au moment où elle me prend la main. Si douce, si chaude, elle aussi. Alors que sa douceur ne tranche vivement avec la dureté de ma chair, de ces mains rugueuses et pleines du cal du maniement des rênes et des armes depuis tant d’années. Je secouais la tête, caressant le dos de sa main de mon pouce.


| Non, Mina. C’est gentil à vous. Mais maintenant que l’on vive ou que l’on meure, nous le feront tous ensemble maintenant. Le sort de la maison impériale dépendra uniquement de notre victoire désormais ; il n’y a aucun recul possible. |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 32441
Membre du mois : 66
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé]   Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé] EmptyDim 23 Fév - 11:31

[HRP : Mauvaise manipulation, réponse perdue]


Mina Swann

Écoutez le chant du cygne ...
Le chant du cygne blanc !


Dernière édition par Mina Swann le Mer 18 Mar - 16:12, édité 2 fois
Mina Swann

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Swann
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Mina Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Messages : 746
Membre du mois : 12
Célébrité : Amber Heard
Maison : Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé]   Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé] EmptyJeu 5 Mar - 17:47

L’instant était étrange. Assez malaisant. Pas de la faute de la jeune femme, bien sûr. Elle n’avait strictement rien fait. Il n’en restait pas moins que je n’étais pas certain de ce que je ressentais. Je ressentais tellement de choses avec ce que nous étions en train de vivre, c’était une certitude. Mais il fallait aussi que je puisse assurer ma fonction, et la moindre de mes obligations. Dans tous les cas, j’étais piégé par mon devoir. Il pouvait être secourable malgré tout. Se réfugier dans tout ce qu’il y avait à faire c’était sans aucun doute un bon expédient à ce qu’il se passait autour de moi et me concentrer sur des problèmes urgents et potentiellement sources de dangers n’allait pas m’empêcher de cogiter mais au moins je tiendrais ces mains occupées, au moins je pourrais prendre garde à ce que je pouvais faire pour me rendre utile et éviter à mon esprit de se lancer dans les pires chimères qui soient, à base de faux espoirs et de rêves hantés. Ce n’était pas facile, et ce n’était rien de le dire. Parce qu’il y avait bien des dangers à traverser, pour moi, pour ma maison. Pour tout le monde. Parfois, on sentait qu’on perdait pied. Parfois, on sentait que tout partait dans tous les sens et qu’il était devenu impossible de se raccrocher de quelque façon que ce soit aux wagons de l’histoire qui se déroulait sous nos yeux.


Je me sentais un peu perdu, parfois. J’avais de plus en plus le sentiment que les épreuves n’étaient pas seulement là pour être à la hauteur de mes ambitions, pour me tester et pour m’entraver à égale mesure de ce que j’étais en train d’entreprendre. Plus le temps passait et plus je me disais qu’il était possible que je me tienne au bord du précipice de mon propre destin. Un pas de travers, et je tombais pour de bon. Je devais tenir. Comme toujours. Prendre garde à moi, à mes proches.


J’essaie de tirer un peu de chaleur et de réconfort solitaire de la proximité de l’âtre, sans trop de succès. J’avais envie d’être avec Rhaenys en cet instant ou parmi mes troupes, mais les secondes étaient avides de sang et de vengeance et la première mettait déjà nos enfants à l’abri. Quoiqu’il en soit, je n’étais plus un petit garçon qui avait peur de l’ombre pesant de son propre père. Je n’étais plus ce gosse qui tenait mal son épée devant le premier ennemi abattu, un vil sauvageon crasseux. Je me tourne, et je note que la jeune femme semble avoir froid, serrant ses bras autour d’elle. Je tire de sur mon siège le renfort d’une peau d’ours du nord, et me rapproche d’elle pour la jeter sur ses épaules.



| Ne prenez pas froid maintenant alors qu’il y a encore tellement à faire, dame. |


La jeune femme continue de faire preuve de sollicitude et évoque son mari, le glorieux général Béric Swann, qui d’après la rumeur avait été l’un des meilleurs généraux de l’Orage depuis des générations. Je n’avais pas de peine à le croire et écoutais la jeune femme dans son discours. Il était possible aussi que nous soyons tous les mêmes, en définitive. Que tous à notre manière, nous soyons des loups. Qu’il y ai richesse ou pauvreté, connaissance des armes ou d’autres métiers, qu’importe. Quand on s’en prend à nos enfants il est clairement dans nos gênes, dans notre nature profonde, de répliquer avec la sévérité la plus extrême. Ce n’est qu’à cette condition que l’on trouve un peu de paix.


La jeune femme pose sa main, si douce et si chaude, sur la mienne. La serre. Je regarde ce simple geste de bonté, et redresse les yeux sur son sourire. Elle se dit dévouée.



| Je ne puis vous demander de vous occuper d’eux quand vous avez vos propres enfants, Mina. Vous savez ce qu’il est arrivé à ses dernières protectrices. Je ne laisserais plus personne verser son sang pour nos personnes. Pas tant que je peux l’éviter. Je ne voudrais pas vous demander un tel sacrifice, et je ne le veux pas non plus. Quant à moi… |


Mince sourire, qui tire sur mes cicatrices.


| Je suis un Loup, dame. Je suis fait pour chasser et c’est bien tout. |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 32441
Membre du mois : 66
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé]   Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé] EmptyMer 18 Mar - 16:11

Mina ne pouvait qu'observer l'Empereur en se demandant ce qui pouvait bien se tramer dans son esprit, ce qui venait à la questionner et peut-être même le perturber en son fort intérieur. Ils n'étaient pas assez intimes pour qu'elle vienne à approfondir ses questions à son égard, cela serait parfaitement inapproprié qu'une noble dame vienne ainsi à s'enquérir des tourments personnels que pouvaient traverser Torrhen Braenaryon, elle n'était qu'un sujet face à un souverain et elle se devait de garder sa place. Pour autant, elle pouvait sentir le trouble qui venait à habiter l'homme, dans cette position, le regard fixe sur l'âtre de la cheminée, tentant de réchauffer son corps, son cœur et son âme auprès d'un feu qui n'était jamais assez grand, jamais assez puissant pour réussir un tel exploit. Il y aurait eu tellement de choses à dire, tellement de mots à employer pour tenter vainement d'apaiser les douleurs du guerrier et du souverain, mais surtout les peurs secrètes du père à l'égard de ses enfants qui avaient été menacés. Le monde pouvait être cruel, encore plus en temps de guerre, cette menace avait été écarté mais pour combien de temps, et de qui venait-elle vraiment ? Des hommes de la Foi qui suivaient aveuglément les paroles du Grand Septon, et par la même occasion les commandements de Manfred Hightower, étendant son influence à travers une religion qui était si bien suivis par les hommes et les femmes de cette contrée, ou était-ce des dissidents directs de la souveraine de l'Orage ou de l'Empire ? L'ennemi leur ferait face à nouveau, ici ou ailleurs, ce n'était qu'une question de temps et d'organisation. La guerre n'était pour le moment ni gagnée ni perdue, mais c'était par ce genre d'action que les choses pouvaient basculer en un instant, qui pouvait mettre à mal l'homme qui allait gagner, et sauver à la dernière seconde celui qui était sur le point de rendre les armes. La tentative d'assassinat avait forcément eu des conséquence sur l'esprit de l'Empereur, mais qu'elle aurait été sa réaction si les enfants n'avaient pas survécu, s'il avait du tenir les corps sans vie de deux nourrissons. Il avait déjà cet aura si impressionnant, cette force brute qui venait à faire vivre son âme, se serait-il perdu en perdant ses absences … Quant à Rhaenys, Mina ne l'imaginait même pas. Elle avait le désir d'aller à sa rencontre, mais vu les circonstances elle avait parfaitement compris qu'il n'était pas l'heure d'aller troubler son recueil.

Mina avait froid, car la situation emplissait son cœur d'inquiétude, de souffrance, de tristesse. Elle avait vu l'âme brisé de son frère, elle avait pris la peine d'écrire quelques mots à Baâl pour pouvoir lui exprimer toute sa compassion dans le moment qu'il avait alors à traverser, lui qui avait rencontré tant d'hommes et de femmes, et qui était toujours debout alors que tant étaient partis. Elle eut le besoin de s'entourer de ses bras comme pour faire revenir un peu de chaleur en son corps, comme si le feu de la cheminée n'était pas suffisante pour cela à cet instant. Elle fut toucher par le geste de Torrhen, caressant du bout des doigts l'épaisse fourrure d'ours, une fourrure qu'on ne pouvait trouver que dans le Nord, si loin de ce Bief qui l'avait vu naître ou de l'Orage qui l'avait faite femme. Elle s'entoura dedans, fermant les yeux quelques instants pour profiter de cette nouvelle chaleur très agréable, mais aussi de l'attention que l'empereur avait eu pour elle. « Je suis aussi solide que le Roc, votre Majesté, du moins mon esprit … Il est vrai qu'il serait dommage de prendre froid à nouveau après ce que j'ai pu connaître. » La main de Torrhen dans la sienne, elle continua à la serrer, avec toute son amitié, comme si le geste à cet instant était plus fort que les mots qu'elle pourrait prononcer à son égard pour le soutenir dans ce qu'il était en train de traverser, le fixant toujours avec un doux sourire. « Les risques je crois les avoir déjà considérés … Quand je suis venue vous voir pour la première fois à Fort-Darion, vous avez accepté, sans me connaître pour autant, de prendre mes enfants sous la protection impériale, de leur assurer un avenir au sein de l'Empire … Vous n'étiez pas obligé de le faire. J'ai choisi de vous suivre quand vous me l'avez proposé, alors qu'il aurait été sans doute mille fois plus aisé pour moi de rester à la capitale, auprès de mes enfants, à siéger au Collège … Mais pourtant, je vous ai suivi, vous et votre épouse jusqu'à Accalmie et j'ai accepté de vous accompagner même si la guerre est une menace et que je risque de ne pas revoir mes enfants un jour. Ce que je fais, je le fais pour eux mais aussi pour moi, car j'ai cette conviction au fond de moi qui me pousse à vous aider, à ma manière dans la tâche qui est la vôtre. Alors si je vous propose de veiller sur eux, comme leurs précédentes protectrices je le fais en mon âme et conscience. Même si cela pourrait me coûter la vie. Ces enfants sont notre avenir nous devons les protéger ... » Elle relâcha doucement sa main. « Vous êtes un Loup, mais vous êtes loin d'être seulement un chasseur, vous avez d'autres qualités je vous l'assure. »


Mina Swann

Écoutez le chant du cygne ...
Le chant du cygne blanc !
Mina Swann

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Swann
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Mina Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Messages : 746
Membre du mois : 12
Célébrité : Amber Heard
Maison : Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé]   Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé] EmptyVen 27 Mar - 23:47

Ce n’était pas une complainte. Mon père m’avait jadis appris que nous étions tous faits pour quelque chose. Certains pour bâtir, comme notre aïeul Bran le Bâtisseur, d’autres pour explorer, pour inventer, pour produire et fabriquer. Et d’autres pour combattre. J’étais un Loup, un vrai Stark de Winterfell. Depuis toujours, je chassais en meute et je tuais ; Sigyn avait ironisé très tôt sur cette génération de nordiens qui avaient « connu le sang des armes avant celui des femmes ». A l’époque, je l’avais mal pris, mal encaissé, je l’avais pris comme une forme d’insulte, de vilaine taquinerie. Plus aujourd’hui, car factuellement, ma première femme avait eu la sagesse d’énoncer quelque chose qui était simplement vrai.


Le pire était que d’avoir l’habitude de bien renifler l’odeur du sang, d’en avoir l’amère habitude, je pouvais renifler que l’hécatombe n’était pas loin, que les dangers étaient à un niveau élevé et que l’ennemi n’était pas venu pour plaisanter. Du sang allait donc encore couler en quantité et il était assez clair à mes yeux que mes enfants en verraient malheureusement d’autres avant qu’ils soient en âge de se défendre totalement par eux-mêmes. Ce constat me mortifiait assez profondément, mais je savais que dans le combat dans lequel je m’étais engagé il ne pouvait tout simplement pas y avoir d’alternatives. Quoiqu’il en soit, je ne ferais pas machine arrière. Pour rien au monde, car rien de ce que je pouvais faire ne pouvait plus désormais arranger la condition de ma famille, sauf la victoire et rien qu’elle. Tant que l’Empire serait en guerre, tant qu’il aura des ennemis déclarés ou non, Aeden et Athynéa, mais aussi Jon, Jeyne et Walton seraient en danger, malgré les châteaux et armées de plus grands, malgré Rhaenys et ses dragons pour les plus petits.


La jeune femme se réchauffa dans la peau que j’avais posée sur ses épaules. Geste simple et humain. Rare, car je restais toujours soucieux de l’étiquette et du paraître, mais la fatigue et l’inquiétude, additionnées à la rage et à la haine, avaient largement contribué à me chambouler plus que je ne l’aurais cru. D’ordinaire, mes enfants bien en sécurité à Winterfell ne m’inquiétaient pas outre mesure, car je les y savais en sécurité, mais les petits ici… Conjugué au fait que nos ennemis étaient plus vils et déterminés que jamais… J’opinais du chef.



| Il serait bien assez temps de tomber malade en campagne, dame, et qu’importe’ votre rôle j’aurais besoin de vous en bonne santé. |


Je finis toutefois, prude, par retirer ma main de la sienne car je ne voulais pas prendre le risque que la dame, ou qui que ce soit qui fasse irruption dans le bureau, ne puisse confondre mon attitude avec une approche, un abus de pouvoir. Je reprenais position dos aux flammes, la regardant quand elle expliquait nous devoir quelque chose, pour nos largesses envers sa famille comme pour elle-même, mais considérer cela était mésestimer le poids des valeurs impériales, de ce qu’on voulait prôner. Toutefois, je n’étais pas du genre à aller à l’encontre de l’engouement et de la force de caractère des gens qui me suivaient.


Je balayais d’un geste de la main ses compliments, sans aménité mais un loup n’avait pas besoin d’être flatté et caressé. J’étais quoiqu’il en soit touché quelque part par sa tirade et son dévouement, même si je prenais la mine concentrée de l’Empereur qui réfléchissait.



| Que les choses soient claires, Dame Mina. Vous ne nous devez rien. Mais soit, si vous voulez les protéger, vous pourrez. Mais il vous faudra avoir également l’accord de l’Impératrice. Et vous savez maintenant que cela peut vous coûter votre vie. Je ne souhaite pas que ça en arrive là et nous prendrons toutes les dispositions possibles pour l’éviter, mais cela reste un risque dont vous devez bien avoir conscience. Je puis prendre vos enfants comme pupilles et leur assurer éducation, mais reconnaissez que sans leur mère, ce ne serait qu’un pis-aller. Et vous pourrez difficilement vous charger de mes enfants et de vos compatriotes. Des rumeurs risquent de courir sur vous aussi, si vous restez au plus près de notre entourage. Ca a l’air de rien, mais cela peut causer bien des tracas. |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 32441
Membre du mois : 66
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé]   Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé] EmptyJeu 9 Avr - 10:47

Mina se rendait bien compte que l'année qui venait de s'écouler était complètement surréaliste. Il y a un an à peine, Béric l'avait déjà quitté pour aller sur un champ de bataille, honorer son rôle et sa maison, il était déjà proche de la mort, sans le savoir, bien qu'il était de son destin de combattant de mourir l'arme à la main, face à l'ennemi qui menaçait tout ce qu'il avait de cher et ce pourquoi il se battait depuis toujours. Elle, elle était enceinte, devant garder le lit car cette nouvelle grossesse était bien plus fatigante que la précédente. Les coups de pieds de son fils venaient à lui déformer le ventre régulièrement et même si elle appréciait ce signe de vie de sa part, elle se sentait déjà bien affaiblie par les dernières semaines difficiles qu'elle avait traversé et par la peur qu'elle ressentait chaque jour de ne pas voir Béric rentrer à ses côtés. L'histoire lui avait alors donné raison, et elle avait pleuré tout ce qu'il était possible de pleurer à l'annonce de la mort de son époux. Elle n'avait même pas pu assister à ses funérailles, son état de santé trop fragile l'en avait empêché, et elle s'était laissée sombrer petit à petit dans l'abîme qui semblait lui tendre les bras et qui l'appelait de toutes ses forces. Elle avait mis au monde un fils, et avait pensé ensuite à abandonner le combat, à rendre les armes et à ne pas chercher à vivre plus longtemps. Et après de longs mois, elle était finalement de retour sur les terres de l'Orage, mais il lui semblait qu'une vie entière avait été vécu et qu'elle n'était clairement plus la même que quand elle était partie d'ici en compagnie de sa souveraine. Elle ne pouvait que se sentir heureuse et fière d'entendre les paroles de Torrhen à son attention. Elle était utile, réellement utile, pour elle et pas seulement dans ce qu'on pouvait attendre de la part d'une femme, pas seulement celui d'être une bonne épouse et une bonne mère, de gérer la maison et l'éducation des enfants. Et elle avait en effet la volonté de continuer à assumer cette tâche qu'on lui avait confié, auprès de la reine Argella Durrandon ou auprès de l'Empire et du couple impérial.

Mina lui jeta un bref coup d’œil quand il retira sa main de la sienne, mais elle ne prononça aucune parole, ni ne fit aucun geste pour pouvoir le retenir, elle resserra ses mains autour d'elle, serrant un peu plus la peau animal contre sa propre peau et elle finit par tourner son visage vers le feu, fermant doucement les yeux quelques instants. L'empereur restait un mystère pour elle, mais elle était bien consciente que ce n'était sans doute pas son rôle d'en apprendre plus sur lui et qu'elle devait rester à sa place tout simplement. Même si elle venait de s'engager un peu plus auprès de lui, en lui proposant de s'occuper de ses enfants et que cette mission pouvait tout autant lui coûter la vie comme elle avait coûté la vie à sa belle-soeur. Si elle se promettait en tout cas une chose, il était hors de question qu'elle ne vienne à en parler à son frère, sa réaction serait sans doute violente, même si elle estimait que c'est ce qu'elle devait faire. Elle hocha doucement la tête. « J'ai demandé audience à l'impératrice, mais pour l'instant, elle a refusé de me voir … Il sera sans doute plus simple que vous voyez si cela est envisageable avec elle Sire ... » Elle inclina doucement la tête, face à lui. « Les rumeurs … On en dira que je le fasse ou non … Pour tout un tas de raisons diverses et variées … Je suis déjà critiquée parce que je suis une femme, je suis critiquée par des Orageois parce que je suis née dans le Bief, des rumeurs courent car j'ai quitté Pierheaume après la mort de mon époux … Le jour où je pourrai, j'espère, jouer le rôle que vous m'avez confié avant notre départ de Fort-Darion, on ne manquera pas de dire que je suis sans doute une espionne du Bief et donc que je veux la destruction de l'Empire ... Tant que ce qui compte pour moi continue de m'accorder leur confiance, cela ne sera pas un problème. Tant que vous continuez à m'accorder votre confiance, cela ne sera pas un problème. » Elle le fixait droit dans les yeux, déterminée.


Mina Swann

Écoutez le chant du cygne ...
Le chant du cygne blanc !
Mina Swann

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Swann
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Mina Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Messages : 746
Membre du mois : 12
Célébrité : Amber Heard
Maison : Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé]   Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé] EmptyVen 17 Avr - 14:12

Les choses pouvaient elles encore s’empirer ? J’étais bien placé pour savoir que ce serait sans aucun doute le cas. A court terme, ou plus tard. Les événements pouvaient se précipiter à toute vitesse au cours d’une campagne et il était assez évident que ma famille subirait les pires conséquences imaginables à la plus petite erreur. Dans ces circonstances on pouvait avoir peur de tout et de n’importe quoi. Et pour être honnête, c’était bel et bien le cas. On avait peur, un point c’est tout. C’était dans la nature des parents de craindre, mais la réaction que cela provoquait derrière était propre à chacun. Je ne savais pas si le comportement que j’adoptais était le meilleur ; garder mes enfants le plus près possible de moi à mesure que les risques allaient encore croissants. D’autres auraient sans doute claquemuré leurs enfants avec les plus lourdes protections possibles… Je ne savais pas s’il y avait une bonne conduite à adopter dans ces circonstances. La guerre était trop aléatoire, trop imprévisible. La seule certitude qu’il me restait était qu’à si courte distance de mes enfants comme je le prévoyais, alors je parviendrais sans doute à mieux les protéger.


Hurlements sera-t-elle suffisante pour tenir l’ennemi à distance. Malgré tout mon talent, un entraînement continu depuis l’enfance et l’expérience de plusieurs guerres, je savais bien que je ne pouvais pas défier n’importe qui, que les rigueurs liées aux tentatives d’assassinat impliquaient que l’ennemi s’était préparé, et était sûr de lui. Difficile de lutter contre quelque chose qu’on ne voyait pas, dont on n’avait pas vraiment conscience.


Je restais de toute façon dans l’expectative du prochain coup que nous assénerait l’ennemi. Difficile de plus anticiper que cela. La jeune femme se proposait de nous aider. Qui serais-je pour la repousser ? Je comprenais que Rhaenys ne veuille pas voir grand monde compte tenu des circonstances. Mais je concevais du coup que c’était à moi de prendre certaines décisions. Je hochais alors la tête, après l’avoir entendue.


Ferme, résolue.



| Très bien, alors. Un jour, l’Empire aura le temps de célébrer ses héros, ceux qui auront sacrifié tout ou partie de leur vie pour que les choses puissent changer. Pour se mettre au service des autres, et pas que de leur suzerain. Je reste donc votre débiteur, et sitôt que les conditions du transport du prince et de la princesse seront apprêtées, je vous ferais mander, et vous les expliquerais en personne. D’ici là, Dame Mina, portez-vous bien. |


Je m’inclinais pour saluer la jeune femme, et sortais à mon tour pour organiser tout cela.




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 32441
Membre du mois : 66
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé]   Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé] Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le monde s'en prend à ce que l'on a de plus importants à nos yeux. [Tour VII - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Village Hentaï
» [Pv Ay] Les sang coups de la nuit [Hentaï]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Les Terres de l'Orage :: Accalmie-
Sauter vers: