Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Support Téléphone Voiture à Fente CD
12.99 €
Voir le deal

[FB] Diplomatie viticole
MessageSujet: [FB] Diplomatie viticole   [FB] Diplomatie viticole EmptyMar 26 Nov - 19:03

Diplomatie viticole

ft.











Port-Lannis, Royaume du Roc – An 0 mois 8

Aylan Redwyne, chevalier du Bief et héritier de La Treille, venait de mettre pied à quai. Enfin, il découvrait la cité dorée des Lannister. Port-Lannis était une ville qui avait plu au jeune homme au premier regard. Dynamique, prospère et éclatante de blancheur. Son architecture, avec ses campaniles parsemant le paysage urbain, laissait Aylan pantois. Il avait pourtant voyagé : Villevieille, Hautjardin, Lancehélion, Peyredragon, Lamarck… rien n’égalait la beauté de Port-Lannis, ouverte sur la mer et protégée par l’ombre du gigantesque rocher qui servait de tanière aux puissants Lions de l’Ouest. Partout où le regard du chevalier des vignes pouvait se poser, il apercevait les étendards écarlates au Lion d’or des Lannsiter, proclamant avec force la suzeraineté des lieux.

Derrière lui, la Constellation affalait sa grand-voile mauve qui portait les armes des Redwyne. Celle-ci était en provenance directe de La Treille et convoyait dans ses cales des fûts des plus grands crus de vin doré. Les Lannister, désireux de toujours bénéficier du meilleur, avaient donc passé une commande. Au vu de l’importance de la maison au Lion, et comme c’était le cas depuis qu’il était devenu héritier de La Treille, c’était Aylan qui se chargeait de convoyer le vin. Le voyage était rapide car la caraque, neuve, tenait bien le vent. Cela lui permettait de rencontrer toutes sortes de personnes influentes qui lui seraient utiles lorsqu’il serait seigneur à la place de son grand-père. Cette « diplomatie par le vin » avait été théorisée par le père du seigneur actuel, qui l’avait ensuite développée et appliquée lui-même. Plus que n’importe quelle autre maison du Bief, les Redwyne dépendaient de leur réseau d’amis, d’alliés et de connaissances. Plus le vin était demandé, plus les prix pouvaient monter et plus la maison s’enrichissait. L’économie de l’île se développait, de nouveaux navires marchands étaient mis à flots et en cas de guerre, cela donnait une flotte encore plus imposante. Le rempart de bois des Redwyne pouvait certes projeter sa puissance n’importe où, mais il permettait surtout d’éviter toute attaque sur le domaine seigneurial. Quiconque voulait débarquer et forcer les défenses maritimes devait rassembler une force conséquente. Cela faisait des décennies que La Treille n’avait pas connu les affres de la guerre et la population s’en portait très bien.

C’était donc face à un Aylan vêtu de ses plus beaux atours qu’un sergent et une petite troupe d’escorte vinrent présenter les salutations de la maison royale Lannister. Pour l’occasion, il s’était habillé d’une culotte légèrement bouffante de velours vert et de fils d’or et d’un pourpoint bordeaux sombre recouvert d’une cape également en velours vert tenue par deux fermoirs en argent. C’était donc l’air fier qu’Aylan avait été mené au travers de la ville puis sur le chemin qui montait jusqu’à Castral Roc.

Le Roc était sans conteste la chose la plus monumentale qu’il avait été donné de voir au Bieffois. Bien plus haut que la Grande Tour dont se vantait tant les Hightower, bien plus massif que n’importe quelle forteresse bieffoise, le siège du pouvoir des Lannister tenait plus de la merveille naturelle que de l’œuvre humaine. Et pourtant, au fur et à mesure qu’on se rapprochait, il était évident que cette citadelle était conçue pour ne laisser passer aucune attaque. Enfin, venait la Gueule du Lion : l’entrée faramineuse de Castral Roc, une grotte de soixante mètres de haut dont l’ouverture évoquait sans doute possible la bouche puissante d’un félin léonin, large comme vingt chevaliers montés. On y accédait par un pont fortifié de pierre de taille qui reliait le Roc au continent. Deux tours mineures en gardait l’accès sur terre et l’arrivée vers la Gueule était protégée de deux tours qui semblaient avoir poussé sur la paroi rocheuse. Aylan était émerveillé par un tel déferlement de puissance et de richesses. Il était tant ébloui qu’il se laissa guider sans se rendre compte d’où on le menait. Quand il reprit ses esprits, il était dans une salle immense, bordée d’escaliers en marbre et richement décorée. De hauts piliers soutenaient une voûte rocheuse qui semblait en or pur tant les dorures de la salle se reflétaient dessus.

Ce n’était sans doute qu’une des multiples salles que renfermait le Roc, mais celle-ci lui donnait l’impression d’être déjà bien plus majestueuse que tout ce qu’il avait connu auparavant. Une chose sautait aux yeux : il valait mieux avoir les Lannister comme amis. Pendant ce temps, les fûts de vin seraient probablement transbordés sur une cogue qui les acheminerait directement dans le port du Roc, où ils seraient ensuite entreposés au sec. On expliqua à Aylan qu’un membre de la famille royale le recevrait prochainement et qu’il était libre de s’occuper dans cette salle d’ici à ce qu’on vienne le chercher.

Il y avait très peu de chances que ce soit le Roi. Loren du Roc avait sans doute bien d’autres choses à faire que de recevoir un Redwyne venait lui livrer son vin. Cela rassurait Aylan, il ses voyait mal face au plus riche des souverains de Westeros. Jordane Lannister n’avait pas non plus la réputation d’être très ouverte et, encore une fois, Aylan imaginait mal la Reine du Roc se prêter à ce genre d’affaires. Selon toute vraisemblance, il rencontrerait un cousin plus ou moins distant, qui le remercierait et lui ferait rapidement faire le tour de la ville ou du Roc avant de le renvoyer le lendemain avec les remerciements des Lannsiter et une caisse d’or en paiement.

C’était donc l’esprit vagant parmi les possibilités de la journée qu’Aylan Redwyne patientait sous les arcades majestueuses de Castral Roc.




Dernière édition par Aylan Redwyne le Sam 30 Nov - 8:42, édité 2 fois
Aylan Redwyne

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier déshérité de la maison Redwyne
Âge du Personnage: 19
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Aylan Redwyne
Mûr pour la Victoire
Messages : 326
Membre du mois : 0
Célébrité : Bradley James
Maison : Maison Redwyne
Caractère : Patient - Misogyne - Brave - Prétentieux - Déterminé - Hautain
Mûr pour la Victoire
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FB] Diplomatie viticole   [FB] Diplomatie viticole EmptyMer 27 Nov - 19:49

Diplomatie viticole
EXORDIUM.
Alys venait d’arriver à Castral Roc depuis quelques semaines déjà et elle était angoissée au moindre de ses faits et gestes. Gareth, son aîné de presque quatre ans, avait jugé bon de l’inviter à devenir la dame de compagnie de la princesse Jeyne Lannister. La jeune femme ne comprenait pas très bien cette décision, alors qu’ils venaient de perdre leurs parents, leur belle-sœur, ainsi que leurs neveux. La maladie les avait frappé tragiquement et n’avait pas perdu de temps pour les emporter avec eux, laissant la plus jeune de la fratrie assister à toute la scène. Tout cela avait été très douloureux pour elle et elle ne parvenait à éliminer les images qui tournaient en boucle dans son esprit. Elle revoyait encore les discours religieux prononcés sur les corps sans âme et sans vie de ceux qu’elle avait tant aimé. Quelque part, elle s’en voulait de ne pas être restée à Kayce, aider son deuxième frère à se remettre de cette épreuve. De l’autre, elle était reconnaissante envers Gareth de l’avoir sorti de son cercle vicieux de déprime qui commençait à s’accentuer au fil des jours. Le rejoindre au Roc l’avait forcé à faire son deuil plus rapidement, offrant des sourires et échangeant quelques banalités avec des personnes qu’elle ne connaissait absolument pas. Pourtant, la vérité était qu’elle n’était pas encore prête à tourner la page, faire face au deuil de ses parents qui avaient toujours été là pour elle.

Elle se retrouvait dans une Cour qu’elle n’avait fréquenté qu’en rendant visite à son frère, un peu plus jeune. À présent, elle écoutait, accompagnait et conseillait la future reine du Roc, alors qu’elle n’avait pas la moindre idée de comment s’y prendre. Les règles de la Cour n’étaient pas les mêmes que celles qu’elle avait connues au domaine familial. Elle devait se faire une raison : son insertion serait plus difficile que prévue. Elle avait encore tant de choses à apprendre alors que le moral n’y était pas et qu’elle essayait de retenir ses larmes à chaque fois qu’un noble faisait mention de la tragédie qu’avait touché sa famille. Pourtant, cela pouvait paraître tellement innocent à côté de celles vécues au cours de certaines guerres et batailles qui avaient lieu un peu partout à Westeros. Elle devrait prendre davantage en considération le fait qu’elle aurait pu se retrouver sur des lieux aussi virulents et agités que ceux-là. Elle devrait s’estimer chanceuse et pourtant elle se lamentait de temps à autre sur son sort. Elle avait honte, quelque part…

Il fallait qu’elle se ressaisisse avant que Gareth regrette sa venue à la Capitale de l’Ouest. Elle n’avait pas envie de lui infliger une telle honte et déception. Il lui avait gentiment proposé de venir à la Cour, alors elle ferait de son mieux pour qu’il soit satisfait du résultat. Elle n’avait pas tellement le choix. Alys souffla doucement entre ses lèvres et décida de mettre ces tourments de côté, le temps de sa balade au niveau de l’entrée du château. La princesse Jeyne aurait bientôt besoin d’elle et elle devait profiter de ses derniers moments de tranquillité et de solitude, avant de retourner à sa tâche, qui semblait être une véritable torture. Évidemment, elle allait s’améliorer et elle était persuadée que cela deviendrait un plaisir sur le long terme, mais pour le moment, elle avait encore du mal à se sentir à sa place et à faire les choses naturellement.

Sa cape sur le dos, elle songea à l’apaisement qui régnait en ces lieux, au moment où un des enfants qui jouait dans les environs lui envoya par inadvertance son ballon en cuir. Face à son petit air innocent qui lui quémandait de lui redonner son jouet, alors qu’il semblait bien trop timide pour mettre des mots sur ses envies, Alys décida de prendre les devants. Elle bascula son pied d’avant en arrière et mis un coup sec dans le petit objet rond, qui vola dans une toute autre direction que celle désirée. Tout droit sur le visage d’un noble blond encore inconnu au bataillon. Presque instantanément, les joues de la jeune femme virèrent au rouge vif. Elle n’avait pas une immense force et il ne devait pas être bien blessé, mais cette maladresse la rendait peu fière. Alys se précipita vers lui, se grattant nerveusement la nuque. Si cet homme avait été Gareth, elle se serait sûrement moquée de lui, mais là en l’occurrence, elle ne le connaissait pas. Quel embarras…

— Par les Sept ! Veuillez m’excuser de ma maladresse. Je n’avais aucune intention de vous heurter. Vous n'avez rien ? demanda-t-elle plus inquiète pour l'image qu'elle venait de lui renvoyer au premier abord que pour une éventuelle blessure. Cet homme avait sans doute vu des choses pires qu'un petit ballon enroulé de cuir. Elle était certaine qu'il ne pouvait rien avoir de grave... N'est-ce pas ?





family is power.




Alys Kenning

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Dame de compagnie de la princesse Jeyne Lannister
Âge du Personnage: 18
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Alys Kenning
Loyalty and Bravery
Messages : 914
Membre du mois : 0
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : Kenning
Caractère : Immature ▪️ Enjouée ▪️ Moqueuse ▪️ Prévenante ▪️ Bavarde ▪️ Discrète ▪️ Maladroite ▪️ Têtue
Loyalty and Bravery
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FB] Diplomatie viticole   [FB] Diplomatie viticole EmptySam 30 Nov - 9:31

Diplomatie viticole

ft.











Port-Lannis, Royaume du Roc – An 0 mois 8

Quelle était la fortune des Lannister ? Ils passaient pour être la maison royale la plus riche de tout Westeros et Aylan voulait bien le croire sans réserve lorsqu’il voyait l’opulence de Castral Roc. La nature avait jugé bon de donner aux Lions une mine d’or pour fief ancestral… ou plutôt aux Castral, comme le racontaient les chroniques. Non seulement il y avait là un grand gisement aurifère, mais toute la région était dans la même situation. Chaque grande maison ouestrienne disposait d’une mine d’or, au minimum. Aucune n’était réputée aussi productive que celle de Castral Roc, mais il n’en demeurait pas moins que les Lannister pouvaient payer rubis sur l’ongle pour n’importe quoi. Ce n’était toutefois pas ce qui apportait la gloire et la fortune. En ces temps troublé, mieux valait être riche en bon acier tranchant qu’en or mou. Depuis des siècles et des siècles, Westeros avait été partagé entre seigneurs et guerriers compétents. Aylan connaissait l’histoire de sa région : les Lions du Roc avaient une fois conquis le Bief jusqu’à Hautjardin : Loren le Lion était le roi de l’époque. Et puis, lorsqu’il était mort, son fils incapable dont le nom échappait au jeune chevalier avait tout perdu en une génération. Sa richesse n’y avait rien changé.

Les Redwyne, eux, n’avaient ni la richesse des Lannister, ni les troupes des Durrandon. La cavalerie de leur maisonnée était pratiquement inexistante : qui avait besoin de chevaliers sur une île ? Les sires de La Treille avaient toujours préféré investir leur or dans de nouveaux navires et des systèmes de défense efficaces. L’effervescence de Port-Lyam et le dynamisme de Bourg-les-Vignes – fief de la petite famille Goldwyne – soutenaient une prospérité qui permettait à tous de vivre relativement mieux qu’ailleurs. La plupart des habitants restaient toutefois des serfs, attachés à la terre qu’ils cultivaient : de la vigne, bien sûr, mais également du blé, de l’orge et des vergers. Les marins formaient également une large partie de la population : pêcheurs, transbordeurs, voltigeurs dans les hauts, rameurs libres contribuaient à cette économie prospère. Tout le monde se connaissait rapidement, et les routes étaient relativement sûres. On connaissait les bandits et les troupes seigneuriales connaissaient les cachettes et les endroits à surveiller.

Cela permettait aux Redwyne de rayonner. Leurs vins s’exportaient jusqu’aux confins du monde. Ils étaient l’une des rares familles à être bien connue outremer. Les Essosi leur faisaient même la grâce de ne pas écorcher leur nom de famille avec leur accent chantant. Aylan aimait à penser que sa maisonnée était l’une des plus majestueuses du Bief.

Et puis vint le ballon de cuir.

Aylan n’avait rien vu venir et se fit percuter en plein visage. Accompagnant le ballon dans sa direction, il chuta en arrière et se retrouva allongé de tout son long sur le sol en marbre, sa tête cognant durement contre le sol. Au temps pour la majesté bieffoise.

Il se relevait difficilement, se demandant qui lui avait envoyé un oiseau dans la tête, lorsqu’une jeune femme apparut devant lui. Aylan était encore à moitié assommé par le choc, il sentait son front rougir sous la violence du choc qu’il avait reçu. Qui avait donc essayé de le tuer ? Chancelant, il fit face à la demoiselle en essayant de faire mine que rien n’était arrivé.

« Par les Sept ! Veuillez m’excuser de ma maladresse. Je n’avais aucune intention de vous heurter. Vous n'avez rien ? »

C’était donc elle qui avait essayé de l’assassiner ? Décidément, les femmes n’étaient vraiment jamais meilleures qu’à la couture et à la besogne nuptiale. Il aurait volontiers répliqué vertement à cette oie stupide ce qu’il pensait de ses intentions mais se retint. Il représentait le Bief, et il n’y avait nul besoin de provoquer un accident diplomatique entre les Lannister et les Gardener au nom des Redwyne. Il sortit son plus beau sourire et effectua une brève révérence.

»Nullement ma Dame, il en faut plus pour m’abattre. Je vous remercie de votre sollicitude. Je suis Ser Aylan, héritier de La Treille ; votre serviteur. Pourrais-je m’enquérir de votre nom et vous demander assistance ? »

Il s’efforçait de dissimuler son agacement pour mieux paraître charmant et faire ressortir les meilleurs traits de son éducation. Jaden Redwyne lui avait suffisamment rabâché cette leçon : les Redwyne devaient être bien perçus partout où ils passaient. Des bonnes impressions qu’ils laissaient viendraient les commandes de vin. Et puis, la jeune femme était loin d’être hideuse. Elle portait une toilette qu’Aylan imaginait typiquement ouestrienne, elle avait des yeux de biche et un port-altier des plus nobles bien que son regard semblât porter une tristesse lancinante qui intriguait le chevalier.

Qui était donc celle mystérieuse inconnue ?


Aylan Redwyne

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier déshérité de la maison Redwyne
Âge du Personnage: 19
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Aylan Redwyne
Mûr pour la Victoire
Messages : 326
Membre du mois : 0
Célébrité : Bradley James
Maison : Maison Redwyne
Caractère : Patient - Misogyne - Brave - Prétentieux - Déterminé - Hautain
Mûr pour la Victoire
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FB] Diplomatie viticole   [FB] Diplomatie viticole EmptyLun 16 Déc - 15:52

Diplomatie viticole
EXORDIUM.
Alys était bien tourmentée ces derniers temps. Il ne fallait vraiment pas grand-chose pour la faire plonger dans un profond chagrin ou une rage folle. Elle avait les nerfs à vif, mais s’efforçait de ne rien laissait paraître. Elle était la dame de compagnie de la princesse Jeyne, après tout. Elle devait s’efforcer de ne pas lui faire de torts, d’avoir une conduite acceptable, même irréprochable. Pourtant, depuis son arrivée, elle ne faisait qu’enchaîner les maladresses. La princesse était d’une telle amabilité qu’elle lui apprenait comment bien faire, même si Alys se révélait être un véritable boulet. Elle s’en voulait, parce que Jeyne était vraiment quelqu’un de bienveillant et elle était persuadée qu’elle aurait pu devenir son amie, dans d’autres circonstances, pas juste après le décès de ses parents, de sa belle-sœur et de ses neveux… Sans nul doute aurait-elle même rigolé si Alys lui avait raconté qu’elle venait d’envoyer un ballon tout droit dans le visage de l’héritier de la Treille. Mais soit !

Si Alys avait eu accès à ses pensées, elle se serait sûrement agacée en sachant ce qu’il pensait du rôle de la femme. De la couture et de la besogne nuptiale… La benjamine de la maison Kenning était persuadée que les femmes avaient un rôle important dans ce monde. Elles savaient parfois plus s’amuser que la plupart des hommes. Elles savaient écouter et conseiller, observer et reconduire l’information. Elles n’étaient pas faites seulement pour satisfaire les besoins de la gente masculine. De toute manière, Alys avait toujours sa vertu et elle était bien loin de connaître les véritables enjeux du mariage et de la parentalité… La demoiselle aurait pu lui dire tout ça, mais elle en saurait tout simplement jamais rien. Parce que Ser Aylan semblait cacher parfaitement son jeu.

Veillant à ce qu’il n’est rien, elle lui offrit ensuite sa plus belle révérence, se mordillant nerveusement la joue. Elle était vraiment maladroite lorsqu’elle s’y mettait.

— Je suis Dame Alys, de la maison Kenning.

Son regard se déposa sur la cape de son interlocuteur et la petite branche qui s’y était accrochée, suite à sa chute. D’un geste nerveux, elle avança son bras vers lui et lui retira la brindille. Elle osait à peine croiser son regard, tant que le coup qu’elle venait de lui affliger avait dû le blesser dans son intégrité. Redonnant à la terre ce qui appartenait à la terre, elle relâcha la branche et se pencha pour ramasser la balle en cuir et la redonner aux enfants qui venaient de s’approcher d’eux. Ses joues avaient légèrement rosi et elle espérait sincèrement que cet épisode ne remonterait pas aux oreilles de la famille royale, elle qui l’avait si gentiment acceptée à la Cour…

— Mon assistance ? En quoi puis-je vous aider ?


Ses sourcils se froncèrent légèrement, alors qu’elle attendait des précisions sur sa demande. Elle se doutait qu’il n’avait pas besoin d’elle pour se relever ou vérifier qu’il n’avait rien. Il l’avait déjà fait de lui-même. En revanche, il semblait n’être qu’un visiteur de passage à l’Ouest. Peut-être était-il perdu dans l’immensité de Castral Roc ? Aucun fait était à négliger.

Elle espérait qu’il ne lui demande pas son chemin. Elle venait d’arriver à Castral Roc et elle était loin de connaître tous les recoins de ce château. Alys ne pouvait pas lui expliquer comment se rendre à un point, sans tourner en rond dans quelques couloirs. Elle pourrait très bien l’accompagner, en revanche, mais elle n’utiliserait pas de raccourcis. La jeune femme avait encore de nombreuses choses à apprendre sur ces lieux. Peut-être imaginait-elle également des scénarios et qu’il n’avait aucunement besoin de trouver son chemin ?





family is power.




Alys Kenning

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Dame de compagnie de la princesse Jeyne Lannister
Âge du Personnage: 18
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Alys Kenning
Loyalty and Bravery
Messages : 914
Membre du mois : 0
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : Kenning
Caractère : Immature ▪️ Enjouée ▪️ Moqueuse ▪️ Prévenante ▪️ Bavarde ▪️ Discrète ▪️ Maladroite ▪️ Têtue
Loyalty and Bravery
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FB] Diplomatie viticole   [FB] Diplomatie viticole EmptyVen 20 Déc - 11:39

Diplomatie viticole

ft.











Port-Lannis, Royaume du Roc – An 0 mois 8

« Je suis Dame Alys, de la maison Kenning. »

La jeune demoiselle ouestrienne se fendit d’une révérence des plus maîtrisées, démontrant en un geste sa connaissance des arts de cour. Elle avait le port-altier des grands de ce monde et malgré l’évidente gêne qu’elle affichait d’avoir manqué d’assommer un émissaire étranger, elle n’en gardait pas moins une certaine aura de noblesse qui forçait le respect. Aylan n’aurait su dire si cela était lié à la complexité de sa toilette, à la qualité des tissus de sa robe ou simplement à ses traits fins. Toujours était-il qu’elle était d’un charme fou et, en bon Bieffois, le chevalier de La Treille constatait désormais qu’il aurait pu tomber sur bien pire personnage au sein de la tanière des Lannister.

D’un geste rapide qui surprit Aylan, elle retira une brindille qui s’était accrochée dans la cape du Bieffois et la jeta à terre. Durant un court instant, il se demandât s’il n’aurait pas simplement dû saisir cette petite main à la peau diaphane pour la remercier avec chaleur de sa sollicitude. Après tout, il n’y avait aucun mal à badiner un peu, c’était là une activité qu’il appréciait même particulièrement. Il n’était toutefois pas là pour cela. Tandis que la jeune femme se baissait devant lui pour récupérer la balle en cuir, il observa discrètement la courbe de son corps sous sa robe et ce que sa position lui permettait d’entrevoir. Lorsqu’elle se releva pour lui faire de nouveau face, elle avait les joues légèrement rougies et il se demanda s’il avait été découvert. Il ne s’en formalisait pas ; c’était là le jeu auquel s’adonnaient les puissants de ce monde. Les dames, sous des couverts d’élégance et de chasteté, dissimulaient leurs attributs et laissaient aux hommes à peine de quoi faire fonctionner leur imagination. Aylan, dans sa conception du monde, suspectait de toute manière que la plupart des femmes qu’il croisait ne nourrissaient finalement qu’une envie d’être dévêtues et que leur chasteté extérieure leur permettait de s’imposer de nécessaires limites.

« Mon assistance ? En quoi puis-je vous aider ? »

Gardant ses véritables pensées pour lui, Aylan lui servit le plus chevaleresque de ces sourires. Il ne disait jamais ce qu’il pensait véritablement de la place des femmes dans la société. Il avait rapidement compris que, quand bien même bon nombre d’hommes devaient partager son opinion, elle n’était pas si élégante et admise. Les femmes qui entendaient ce genre de considérations gardaient le plus souvent un silence glacial et ignoraient superbement l’importun. D’autres, plus proches d’Aylan, avaient franchement fait part de leur désaccord comme cela avait été le cas pour sa petite sœur Victaria, qui bien que jeune manifestait déjà une grande indépendance d’esprit. Sa tante Taïna, l’épouse de son oncle Jenzo, Anise, sa mère Loraline ainsi que la pupille des Redwyne, Mina Goldwyne, avaient toutes – à des degrés divers – marqué leur désapprobation face à de tels propos. Cela marquait bien leur infériorité : elles étaient incapables de comprendre quelle place était la leur. Quant à essayer de leur expliquer pourquoi elles étaient ainsi inférieures, cela ne marchait guère mieux. Elles validaient souvent d’elles-mêmes le principal argument : celui de l’hystérie et de la perte de sang-froid. Sans compter qu’une femme n’était pas faite pour monter à cheval et encore moins se battre ! Diplomate et préférant garder ses opinions pour lui, il s’exprima donc avec douceur et respect feint à la jeune demoiselle :

« On m’a demandé d’attendre ici, que quelqu’un viendrait me retrouver pour m’amener à un membre de la famille royale. Je leur apporte une importante cargaison de vins… Seriez-vous en mesure de me renseigner ?  »

Ce faisant, il détourna son regard de celui d’Alys et regarda autour d’eux. La salle était immense et majestueuse, et plusieurs personnes allaient et venaient ou discutaient simplement sous les multiples arcades. La vie semblait s’écouler paisiblement et glorieusement au sein du Roc, comme si le cours des affaires extérieures n’avait pas d’influence sur l’organisation de la journée. Peut-être était-ce cela, la vraie puissance ?

« En tout état de cause, vous me voyez perdu et isolé dans ce splendide palais qu’est Castral Roc. Si vous acceptiez de me tenir compagnie, j’en serais très honoré et très reconnaissant. Vous semblez avoir toujours appartenu à ces lieux ; y avez-vous grandi, Dame Alys ? »

Ce n’était évidemment pas véritablement l’impression qu’elle dégageait. Sous son élégance et ses traits grâcieux, Aylan détectait une espèce de fragilité qu’il n’aurait su dire d’où elle venait. Il l’interprétait comme de la timidité, et peut-être une certaine forme d’inquiétude. Il voyait bien que la Kenning, aussi belle était-elle, n’appartenait pas au Roc depuis longtemps. Les autres courtisans affichaient une espèce de flegme arrogant et détaché que le Bieffois ne retrouvait guère chez Alys. Il était donc curieux d’apprendre son histoire tout en la flattant.

Aylan Redwyne

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Chevalier déshérité de la maison Redwyne
Âge du Personnage: 19
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Aylan Redwyne
Mûr pour la Victoire
Messages : 326
Membre du mois : 0
Célébrité : Bradley James
Maison : Maison Redwyne
Caractère : Patient - Misogyne - Brave - Prétentieux - Déterminé - Hautain
Mûr pour la Victoire
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FB] Diplomatie viticole   [FB] Diplomatie viticole EmptySam 28 Déc - 10:10

Diplomatie viticole
EXORDIUM.
Alys ne connaissait pas beaucoup de monde à la Cour. Elle était restée à Kayce toute sa vie. Rares étaient les fois où elle s’était rendue dans le Roc pour rendre visite à son frère. De plus, ces courtes escapades n’avaient pas été faites dans l’optique de rencontrer d’autres nobles. Non. Elle s’était réellement contentée de passer tout son temps avec son frère et Lyman. La demoiselle n’était pas une femme timide. Il ne fallait pas se tromper là-dessus. Simplement, elle était assez discrète pour ne pas se faire remarquer et assez bavarde pour discuter avec qui bon voulait passer du temps avec elle. Avait-elle le choix, en tant que dame de compagnie de la future reine ?

Quelque part, elle en voulait à son frère Gareth, qui savait certainement mieux qu’elle dans quoi il l’embarquait. Le deuil familial était douloureux et en acceptant de le rejoindre à la Cour, elle n’avait pas toutes les cartes en main pour comprendre les enjeux d’un rôle de dame de compagnie. Elle qui pensait que c’était simplement passer du temps avec la princesse Jeyne… Quelle douce ironie ! Elle était forcée à parler à tout un tas de nobles qu’elle ne connaissait pas, de sourire alors qu’elle avait envie de hurler, de faire-semblant alors que ce n’était clairement pas qui elle était. Chaque personne qui la coupait dans un élan de nostalgie et de chagrin lui donnait envie de l’envoyer balader à l’autre bout du château. Pourtant, elle devait se contenter de sourire et de répondre avec la plus grande des politesses. Voilà les raisons pour lesquelles elle en voulait un peu à Gareth, à l’heure actuelle : elle ne pouvait pas faire son deuil de façon classique, forcée de réprimer ses émotions et de ne pas les laisser l’envahir. Même si dans quelques mois elle lui en serait sûrement reconnaissante, à cette instant, Alys avait du mal à y voir un certain bienfait.

Il ne fallait pas se détromper sur son compte. La demoiselle était quelqu’un de très enjouée, qui aimait les plaisirs simples de la vie. Simplement, elle n’était pas sous son meilleur jour, dernièrement. Même si Ser Aylan semblait l’entrevoir d’une autre façon, lorsqu’elle se pencha pour ramasser la balle en cuir. Évidemment que la demoiselle ne vit rien, autrement la situation l’aurait rendue extrêmement mal à l’aise. Elle aurait sans doute croisé les bras sous sa poitrine, en évitant de croiser le regard jaugeur de son interlocuteur. D’ailleurs, si le grand blond s’était permis de rajouter le fond de sa pensée sur la place de la femme, sans doute se serait-elle sentie révoltée. Elle aurait trouvé un moyen de couper court à la conversation et aurait fait demi-tour.

À la place, il resta planté là, à lui offrir son plus beau sourire. Si bien qu’Alys se surprit à penser qu’il semblait être un charmant garçon. Si elle savait les pensées salaces qui lui étaient venues à l’esprit…

— J’ai entendu dire qu’un noble avait demandé à voir le Roi Loren et son fils, le prince. Je ne pense pas que leur entrevue s’éternise. En quel cas, je serai ravie de vous tenir compagnie, avant qu’ils ne vous reçoivent.


Dame Kenning avait des oreilles partout. C’était l’un des avantages d’être devenue proche de la princesse. Les gens avaient tendance à se confier facilement à elle, en espérant qu’elle aille le répéter à Jeyne, ou en ignorant parfaitement son rôle. Quand ils ne le faisaient pas, ses oreilles avaient tendance à traîner dans les couloirs. Il n’y avait rien de malsain là-dedans. Alys se tenait simplement informée de la situation à la Cour. Elle était immense et si elle voulait se mettre à la page, elle avait plutôt intérêt à récupérer un maximum d’informations.

Ser Aylan lui demanda très clairement si elle avait grandi ici et la demoiselle ne put contenir un petit rire amusée. Si c’était l’impression qu’elle donnait, tant mieux pour elle… La vérité était loin d’être la même. Naturellement et délicatement, elle vint déposer son dos contre le mur, suivi de ses mains. La demoiselle garda toujours une distance respectable avec son interlocuteur et veilla à ce que sa nouvelle posture ne soit pas vu comme de l’avachissement, un manque de tenue ou autre.

— Pour être honnête avec vous, je ne suis là que depuis quelques semaines.

Évidemment, elle se retint de rajouter qu’elle préférait patienter avec lui ici, tout simplement parce qu’elle était incapable de le conduire là où il le voulait. Elle ne connaissait pas assez Castral Roc et son système pour savoir comment tous ces échanges se passaient. Alys avait des choses bien plus importantes à apprendre avant d’en arriver là. Néanmoins, il ne fallait pas croire qu’elle n’y arriverait pas. Ce n’était qu’une question de temps.





family is power.




Alys Kenning

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Dame de compagnie de la princesse Jeyne Lannister
Âge du Personnage: 18
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Alys Kenning
Loyalty and Bravery
Messages : 914
Membre du mois : 0
Célébrité : Caitlin Stasey
Maison : Kenning
Caractère : Immature ▪️ Enjouée ▪️ Moqueuse ▪️ Prévenante ▪️ Bavarde ▪️ Discrète ▪️ Maladroite ▪️ Têtue
Loyalty and Bravery
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FB] Diplomatie viticole   [FB] Diplomatie viticole Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[FB] Diplomatie viticole
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Les Terres de l'Ouest :: Castral Roc-
Sauter vers: