Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -12%
Caméra sport GOPRO HERO 8 BLACK
Voir le deal
379.99 €

Le loup et l'agneau [Torrhen]
MessageSujet: Le loup et l'agneau [Torrhen]   Le loup et l'agneau [Torrhen] EmptyLun 18 Nov - 23:10


LE LOUP ET L'AGNEAU
NYMERIA & TORRHEN

La soirée avait été joyeuse, malgré les tensions palpables entre les dirigeants. Créer un Empire de toute pièce n’était guère aisé et le couple impérial devrait encore lutter contre beaucoup de réticences avant de convaincre les plus récalcitrants. Nymeria n’en faisait clairement pas partie. Elle était convaincue de la nécessité de l’alliance, tant pour l’Orage que pour tous les peuples de Westeros. Et puis, sa Reine accordait sa confiance aux Impériaux et cela lui suffisait amplement. Elle avait toujours suivi Argella et aujourd’hui, après plusieurs mois d’absence, elle était à ses côtés. Pour peu de temps, elle le craignait. Elle n’irait pas au combat avec elle, à son grand regret. Elle ne savait que tenir une dague, à peine. Mais si elle avait pu, elle aurait combattu aux côtés de son amie, l’aurait protégée de sa vie s’il avait fallu en passer par là. Elle devrait se contenter de rester derrière, guettant avidement des nouvelles et craignant pour la vie de la Reine. Mais elle connaissait sa fougue sur un champ de bataille. Ses ennemis avaient du soucis à se faire.

La soirée avait terminé très tard et Argella l’avait clairement poussé à ne pas s’occuper d’elle et à rentrer dans ses appartements se coucher, ce qu’elle avait fait. Les festivités avaient été somptueuses, elle avait mangé des mets raffinés, bu du vin de la Treille et de Dorne, et avait dansé tout son soûl. Elle avait pu échanger avec la dame de compagnie de la Reine-Mère et également d’autres nobles Orageois. Elle avait retrouvé la vie de Cour et cela lui plaisait indéniablement. Elle avait toujours eu un caractère affirmé mais moins brut que celui d’Argella. Et les mondanités n’étaient parfois rien d’autres que des combats oratoires. Exercice dans lequel elle excellait.

Le lendemain de la fête était difficile. Elle avait eu un léger mal de crâne dans la matinée et avait bu beaucoup d’eau pour faire passer cela. En ce début d’après-midi, elle allait mieux et avait décidé de présenter ses hommages à l’Empereur. Après tout, elle n’avait jamais eu le privilège de le rencontrer et elle était curieuse. L’ancien Roi du Nord, invaincu, qui avait défait le Noir et avait forgé avec son épouse une nouvelle dynastie en même temps que l’Empire, avait de quoi exciter la curiosité. De même que l’Impératrice, sublime autant que terrible. Elle incarnait la force et la sensualité, deux qualités que Nymeria respectait. C’étaient les armes des femmes. Elle en usait aussi bien que les hommes maniaient l’épée. Certaines étaient plus douées que d’autres et Rhaenys semblait appartenir à cette catégorie.

Rejoignant les appartements impériaux, elle avait salué les gardes d’un signe de tête. Ils la laissèrent passer mais elle s’arrêta devant la porte marquant les parties privées. Deux gardes Demalion l’observèrent d’un air peu amène.

Bonjour, je suis lady Castelfoyer, dame de compagnie de la Reine Argella. Je sollicite une audience auprès de sa Majesté l’Empereur si ce dernier accepte de me recevoir.

Un garde daigna faire l’effort de se retourner vers la porte pour entrer et demander audience pour elle. Après avoir reçu l’autorisation de maître temporaire des lieux, Nymeria entra. Les appartements avaient été aménagés avec soin. Elle aperçut l’Empereur et se fendit d’une révérence parfaite.

Votre Majesté Impériale… Pardonnez cette intrusion. Je tenais seulement à vous rencontrer pour vous présenter mes hommages et vous remercier personnellement de secourir l’Orage.                                 
code by bat'phanie


FIERE D'ETRE FIDELE  
Six fois à terre, sept fois debout ©️ okinnel.
Nymeria Castelfoyer

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage:
Allégeance:
Nymeria Castelfoyer
Proud to be faithful
Messages : 78
Membre du mois : 0
Célébrité : Natalie Portman
Maison : Castelfoyer
Proud to be faithful
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le loup et l'agneau [Torrhen]   Le loup et l'agneau [Torrhen] EmptyMer 20 Nov - 22:55

Il y avait forcément des gens qui seraient un peu plus convaincus. D’autres moins. Avec Argella et Rhaenys, nous avions donné une belle image d’unité la veille, même avec les petites piques et saillies entendues ça et là. Je n’avais pas forcé sur l’alcool ; Rhaenys allait devoir partir à dos de dragon pour gérer l’urgence du Conflans et il y avait en sus tous ces problèmes logistiques qui commençaient et qu’il me fallait régler au plus vite. Les nouvelles de la reprise du temps de la guerre me parvenaient déjà et il était clair que l’ennemi n’avait pas chômé, et qu’il se tenait prêt à mettre en branle ses propres plans. Nous étions en réalité si proches les uns des autres sur les cartes que les combats ne manqueraient pas de faire à nouveau parler d’eux très rapidement, j’en étais convaincu. Je devais aussi apprendre à connaître l’état-major de l’armée de l’Orage, et discerner si c’était possible le jeu de friction qui se jouait en interne. Savoir qui voulait être le chef à la place du chef. Qui avait des intérêts spécifiques à la guerre, et à son fourniment. Il fallait donc engranger beaucoup d’informations. Les retenir par coeur n’était pas nécessaire ; avec l’âge ma mémoire me jouait des tours mais garder le sentiment de quelque chose permettait malgré tout de m’en rappeler en partie, et en tirant le fil complexe de ma mémoire, je pouvais le retrouver tout à fait.


Tout cela était d’une gymnastique intellectuelle qui me demandait bien plus d’efforts que durant ma jeunesse. Je ne déléguais plus tellement le savoir non plus, il fallait dire. Trop de gens avaient oublié à ma place. Chacun sa responsabilité aujourd’hui, mais la mienne était bien plus vaste que celles que je déléguais par fraction à ceux qui m’étaient loyaux, comme exécutants.


On me fit savoir aussi que j’aurais des visites en ce jour. Plusieurs personnes que j’avais demandées et d’autres dans un registre plus militaire. Il y avait aussi des demandes d’audiences civiles. Je n’avais que peu de temps à leur consacrer mais je savais aussi que c’était quelque chose d’incontournable, il ne serait pas de bon ton de refuser et c’était même plutôt une chance et un espoir que de pouvoir un peu mieux connaître ce peuple. La Garde m’amène d’ailleurs l’un de ces rendez-vous, Lady Castelfoyer, de la Néra. Elle se présente alors que je m’incline. Sa révérence est pleine de classe et de dignité, et son salut l’est tout autant. Mince fantôme de sourire au coin des lèvres, alors que la veille la jeune dame avait déjà pu noter la trogne qui était la mienne.



| Vous n’avez pas à me remercier, ma Dame. Je suis venu parce que je suis un homme de parole et que mon serment m’engageait auprès de votre Reine, mais aussi de son peuple. Parole donnée n’est pas à reprendre quand on est homme de foi et de principe. |


Je me rendais vers la table au milieu de la pièce, petite tablette entre deux sièges près de la cheminée.


| Vous prendrez bien un peu de vin ? |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 30813
Membre du mois : 83
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Le loup et l'agneau [Torrhen]   Le loup et l'agneau [Torrhen] EmptySam 7 Déc - 1:40


LE LOUP ET L'AGNEAU
NYMERIA & TORRHEN

Nymeria était enfin chez elle. Elle avait retrouvé avec plaisir les murs d’Accalmie. Murs qui l’avaient souvent vus en compagnie d’Argella. Elle s’était sentie appelée par les siens, par son fils qui était à présent Lord de la Maison et qu’elle se devait d’épauler. Mais c’était un garçon plein de bon sens et capable. Lorsqu’elle avait senti le moment opportun, elle l’avait laissé voler de ses propres ailes et elle était revenue vers sa Reine, son amie. Elle avait besoin de tous les soutiens disponibles et si Nymeria ne pouvait se battre physiquement à ses côtés, elle pouvait le faire symboliquement, en la soutenant et en étant présente, comme lors de la perte de son enfant. La guerre allait reprendre, elle était aux portes du Royaume. Nymeria se devait d’être là où le danger était le plus grand.

La jeune femme avait toujours mis la loyauté au dessus de toutes les autres qualités. Certes, elle n’avait pas un tempérament toujours simple. Passionnée, parfois impulsif. Mais elle n’était pas amie de la Reine Impétueuse pour rien après tout. Les deux femmes s’étaient toujours bien entendues. Nymeria connaissait l’affection que portait Argella à l’Impératrice et également à l’Empereur. Cela lui suffisait amplement. Si sa Reine estimait que l’Empire était digne de confiance, elle lui vouerait une confiance aveugle. Et le fait qu’ils soient là en ce moment était une preuve suffisante, sinon nécessaire, de leur bonne foi et de leur volonté de défendre l’Orage.

Elle avait donc choisi de venir visiter l’Empereur, consciente qu’il avait bien des occupations et que c’était peu probable qu’il accepte de la recevoir ainsi. Mais elle eut la surprise de constater qu’il se rendait disponible pour le peuple de l’Orage. Ou du moins, pour ses Dames. Le garde l’introduisit dans la salle et elle le salua d’une révérence parfaitement maîtrisée. Elle avait pu déjà remarquer son visage couturé de cicatrices, les plus horribles lui ayant été faites à Buron lui semblait-il. L’homme était un guerrier et tout son corps le hurlait. Il semblait usé et fatigué mais avait encore fière allure.

Votre parole vous honore, Majesté. Ils sont peu nombreux à avoir vos qualités. Même parmi les souverains de Westeros.

Elle s’avança tandis que l’Empereur se dirigeait vers la cheminée pour servir du vin.

Avec Plaisir, Votre Grâce.

Elle accepta le verre, le leva en signe de respect et trempa ses lèvres dans le breuvage délicat.

Pardonnez ma franchise mais les festivités n’ont pas été aussi… joyeuses qu’attendues ? La Reine Mère n’est guère favorable à l’Empire, ce n’est un secret pour personne…

Nymeria connaissait bien les tensions qui opposaient la Reine et sa mère…
code by bat'phanie


FIERE D'ETRE FIDELE  
Six fois à terre, sept fois debout ©️ okinnel.
Nymeria Castelfoyer

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage:
Allégeance:
Nymeria Castelfoyer
Proud to be faithful
Messages : 78
Membre du mois : 0
Célébrité : Natalie Portman
Maison : Castelfoyer
Proud to be faithful
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le loup et l'agneau [Torrhen]   Le loup et l'agneau [Torrhen] EmptyDim 15 Déc - 16:32

Il avait fallu du temps pour naviguer, pour arriver jusqu’ici, à la capitale de l’Orage. Mais maintenant tout s’y passait bien, et je commençais à ressentir l’excitation de la campagne à venir. Excitation teintée de gravité, car je savais qu’avec les forces rassemblées de part et d’autres, il n’y aurait sans doute pas de seconde chance pour le camp qui ne prendrait pas rapidement l’avantage. J’y rencontrais aussi des éléments essentiels de mon Empire qui était toujours en cours de formation, des gens que je connaissais moins bien que Rhaenys ; les orageois. Ces gens étaient très fiers et très courageux, d’un tempérament proche mais pourtant différent du Nord par une réserve moins grande, et une plus forte impétuosité. Ces gens savaient mieux vivre que nous. Savaient-ils mourir eux aussi ? Comme et quand il le fallait ? Nous l’apprendrons bientôt. Il n’y avait pas de honte ni de réserve à avoir, quand il était aussi certain que la guerre allait bientôt tous venir nous chercher, un à un. Rencontrer ces gens était en tout cas un privilège que je ne saurais nier, que je ne voulais pas non plus laisser passer avec trop d’empressement. Il fallait avant toute chose que l’on soit bien sûr des qualités et des natures des uns et des autres pour être efficaces une fois que l’adversité se montrera la plus grande et terrible qui soit.


La jeune femme qui vient me visiter semble curieuse. Je suis déjà surpris par sa demande, pas le fait que ce soit elle qui ai voulu audience. Rares étaient les femmes à chercher mon attention en terre étrangère, car j’étais marié et je n’avais en général aucun pouvoir pour les aider ou leur donner des faveurs ; la Constitution Impériale étant ce qu’elle était. Mais elle était venue vers moi, et non vers d’autres dignitaires. Je n’étais pas suspicieux mais fatalement cela me faisait m’interroger ; il n’était pas très clair pour les gens de ce qu’ils pouvaient attendre de moi, et de mon côté j’avais bien plus l’envie de savoir ce qu’elle me voulait. Et ce qu’elle pouvait apporter à l’Empire aussi.


Je haussais un sourcil quand la jolie brune vantait mes qualités.



| Il me plaît de croire qu’en Westeros il y a encore beaucoup de gens d’honneur. Qui respecteront leur parole ; tout l’Empire que je cherche à bâtir repose sur cela et il serait malvenu que j’ai la bêtise de me tromper, ne pensez-vous pas ? |


La jeune femme acquiesce et prend le verre ; elle le dresse en signe de respect et elle commence à le boire. Je l’imite aussitôt. Et la voilà qui déjà se confie sur le banquet, et sur l’attitude de Rowenna Durrandon. Je me demandais plus encore ce qui amenait la jeune femme jusqu’à moi aujourd’hui. Avait-elle des choses à me confier ?


| Je m’attendais à ce genre de situation. Tout en respect bien policé, mais avec l’énonciation de quelques… Réserves. Il n’y a que notre victoire et le bon fonctionnement de l’Empire qui puisse renverser les doutes. |


Je bois, une plus grande lampée. Et me montre franc, direct, comme à mon habitude.


| Sa Grâce la Reine Rowenna a-t-elle déjà émis des doutes en public, que vous soyez venue me dire cela ? |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 30813
Membre du mois : 83
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Le loup et l'agneau [Torrhen]   Le loup et l'agneau [Torrhen] EmptyLun 30 Déc - 15:01


LE LOUP ET L'AGNEAU
NYMERIA & TORRHEN

Nymeria avait perçu l’excitation certaine qui animait Accalmie à l’annonce de l’arrivée du couple impérial. Les Orageois étaient des gens qui savaient s’amuser et fêter des grands événements. Y compris la guerre. La fureur de l’Orage était réputée dans tout Westeros et si Nymeria en tant que femme, ne pouvait décemment participer à cet effort de guerre, elle tenait à être une aide pour sa souveraine autant que possible. La jeune dame d’honneur avait un tempérament affirmé et relativement atypique. Certes, elle avait le sens des convenances mais son tempérament direct et impulsif faisait parfois surface sans qu’elle le veuille. Elle avait ainsi décidé de venir voir l’Empereur. Elle était curieuse, tout simplement, et le fait que sa chère Argella plaçait sa confiance en cet homme la poussait à mieux le connaître. De même avec l’Impératrice. Elle se doutait que l’homme avait de nombreuses choses à faire et elle fut donc particulièrement surprise qu’il accepte de la recevoir ainsi. Un bon point pour lui.

En réalité, Nymeria ne cherchait pas les bonnes grâces de l’Empereur, non. Elle voulait se faire une opinion de lui. C’était peut-être présomptueux, elle n’était qu’une Dame de l’Orage, certes, issue d’une famille puissante et mariée à une autre également puissante, mais rien qui n’atteigne la hauteur d’un Stark devenu à présent Braenaryon. Ce n’était nullement par orgueil mais Nymeria souhaitait seulement connaître mieux celui pour qui sa Reine semblait prête à mourir. Elle sourit en réponse à la remarque de l’Empereur.

Bien sûr, votre Majesté. Votre vision est teintée d’espoir en un monde meilleur et je la partage, soyez-en assuré. Mais j’ai conscience que malgré les hommes de bonne volonté, respectant leur parole, il en est également qui sont vils et fourbes. Ces hommes-là ont la capacité de nuisance suffisante à détruire votre œuvre ou à vous empêcher de la mener à bien.

Les oppositions qui traversaient l’esprit de certains sujets Orageois n’étaient que le reflet de ce qui se passait dans tout Westeros. L’Empire parviendrait-il à naître des cendres des Royaumes déchirés ? Avant qu’une autre guerre ne vienne secouer ses fondations ? Nymeria le souhaitait. Elle se contenta pour l’heure de soulever son verre et d’en boire une gorgée. L’Empereur fit de même. Il évoque les réserves qui ne manquent pas d’arriver. Et se montre on ne peut plus direct. Cela ne peut que plaire à Nymeria qui possède la même franchise. Elle n’est pas le moins du monde perturbée par cette question. Bien sûr que l’Empereur va tenter d’en apprendre plus sur la Reine-Mère et la cour Orageoise s’il le peut. Elle choisit ses mots avec soin, tentant de deviner quelles confidences Argella a bien pu faire à ses deux amis impériaux.

Oh non, la Reine-Mère ne mettra jamais sa fille en difficulté en public. Elle sait se tenir. J’ai une relation très proche avec les Durrandon depuis mon enfance. Je connais donc bien la Reine-Mère. Ses réserves, elle ne les a exprimé qu’en privé. Elle reste une Dornienne farouchement attachée à son pays. Pas au détriment du Royaume de sa fille bien sûr mais tout de même. Et elle tient énormément à l’indépendance de l’Orage, mais je ne vous apprend rien.

Non, elle ne voulait pas faire de faux pas vis-à-vis d’Argella. Elle ignorait ce que son amie divulguait ou non à l’Empereur.

J’ai ouï dire pour la naissance de vos enfants et je tenais également à vous féliciter de vive voix. C’est le meilleur signe pour l’avenir de l’Empire naissant.                                  
code by bat'phanie


FIERE D'ETRE FIDELE  
Six fois à terre, sept fois debout ©️ okinnel.
Nymeria Castelfoyer

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage:
Allégeance:
Nymeria Castelfoyer
Proud to be faithful
Messages : 78
Membre du mois : 0
Célébrité : Natalie Portman
Maison : Castelfoyer
Proud to be faithful
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le loup et l'agneau [Torrhen]   Le loup et l'agneau [Torrhen] EmptyVen 3 Jan - 16:54

Jauger les inconnus n’était pas toujours facile. Moins encore quand ils avaient aussi joli minois ; les femmes étaient connues pour être les meilleures dissimulatrices, et pour se montrer souvent sous leur meilleur jour pour faire en sorte de charmer tout leur petit monde. C’était sans doute un stéréotype, qui devait dépendre en réalité de tant de choses, comme de l’éducation reçue par exemple. Il y avait aussi le tempérament d’origine, à ce que j’avais pu en voir. Rhaenys n’avait jamais été calme ni pondérée, tout comme Argella n’avait jamais eu à l’être en tant que fille unique du Roi de l’Orage et guerrière qui se faisait rapidement un nom, dès le sortir de l’adolescence. On ne se retrouvait pas dans ce genre de position pour se pavaner comme si de rien n’était, ou pour se montrer mielleux avec la troupe de flagorneurs qui ne manquerait certainement pas de pointer le bout de son nez à la moindre occasion. J’étais en tout cas attentif à la jeune dame et à ses réactions, à la façon qu’elle aurait de faire en sorte de me confier des informations qui semblaient mieux encore que des rumeurs.


La jeune femme ne semble pas s’émouvoir de mon visage. C’était dingue le nombre de personnes qui savaient se contenir en ma présence, c’était un peu comme si chacun avait eu un masque à sa destination spécialement pour l’occasion d’admirer ma trogne. C’était comme un mot de passe, quelque chose de secret, tout juste assumé. Ces gens tous si bien élevés qui ne se montraient jamais apeurés, gênés ou quoi que ce soit d’autre. Ce qui me rappelait d’autant plus de façon permanente que je n’étais pas un être comme les autres mais que j’étais à part. Les vétérans couturés de cicatrices, lorsqu’ils étaient nés gueux, étaient souvent craints, ou mettaient mal à l’aise. Tel était leur lot, leur destin. Je ne pouvais pas dire que les choses étaient très équitables, que ce soit dans ce domaine ou dans bien d’autres.


La jeune femme me répond qu’elle se méfie des autres, tandis qu’elle-même nourrit de bien bons sentiments vis-à-vis de l’Empire.



| Ces gens-là sont déjà en train de se rassembler. Et pas tous face à nous, au sein des armées du Bief. Mais soit. De toute manière je savais très bien à quoi je m’engageais en choisissant cette existence. |


Je n’allais pas me plaindre, ni maintenant, ni jamais. Je buvais donc en regardant la jouvencelle expliquer ses réserves vis-à-vis de la Reine-Mère, tout en se sachant marcher sur des œufs. Je sais bien qu’elle ne peut pas me mentir, mais elle ne me dira sans doute pas toute la vérité et rien que la vérité pour autant. Je notais aussi que la brunette était proche des Durrandon, et qu’elle les connaissait. Donc, l’attachement pour Rowenna à l’Orage était important, à ce qu’il semblait, mais pas forcément autant que celui à Dorne. J’imaginais que son mariage devait compter pour beaucoup là-dedans.


| Vous êtes proche de la Reine Argella, alors ? Il est difficile de ne pas l’aimer. La Reine est quelqu’un de très vif, de passionné. Ce genre de personnalité attire toujours la sympathie. L’Empire devra convaincre, quoiqu’il en soit, et certainement pas par la force, à moins que nous soyons obligés de recourir à de telles extrémités. |


Je souris quand la jeune femme me félicite.


| Deux beaux enfants. Le Prince Aeden grandit à vue d’œil et braille à pleins poumons sitôt qu’il en a l’occasion. La Princesse Athynéa est de petite constitution, mais c’est une battante, comme sa mère. |


Et sans doute un peu sorcière avec cela.


| Et vous-même, Dame Nyméria, avez-vous des enfants ? |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 30813
Membre du mois : 83
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Le loup et l'agneau [Torrhen]   Le loup et l'agneau [Torrhen] EmptySam 25 Jan - 23:53


LE LOUP ET L'AGNEAU
NYMERIA & TORRHEN

La vie du grand Torrhen Braenaryon, anciennement Stark, avait été bien mouvementée, c’était peur de le dire. Il avait bâti cependant un empire grâce à une vision humaniste et unitaire des Royaumes de Westeros. Et grâce également à son Impératrice, aussi puissante qu’il l’était lui-même. Cette histoire avait quelque chose de romanesque mais lorsqu’on voyait le visage de l’Empereur, on se rendait compte de l’horreur de ce qu’était la guerre. Le visage couturé de cicatrices, il restait cependant charismatique et bel homme. La puissance se dégageait de lui mais on ne sentait pas un homme avide de pouvoirs ou de tueries. Nymeria le percevait comme quelqu’un de droit, quelqu’un qui, pour parvenir au but qu’il s’était fixé, avait dû faire des choses peu recommandables. Il vivait avec des poids sur ses épaules, c’était certain. Nymeria percevait sa chance de côtoyer des personnes de cette envergure. Elle respectait énormément Argella mais ne connaissait pas encore bien l’Empereur.

La jeune femme avait vu les traces de la guerre sur le corps mais aussi dans l’esprit des hommes de l’Orage. Son père, son frère et son époux. Bientôt ses fils seraient également marqués. De son côté, elle avait mené les guerres des femmes nobles, arpentant les couloirs d’Accalmie en compagnie de la Reine, naviguant dans les eaux troubles des Cours, tentant de percevoir les intentions des nobles orageois. Si l’Orage était connu pour sa fougue et sa témérité, les courtisans étaient aussi manipulateurs qu’ailleurs. Nymeria partageait cependant un caractère assez affirmé, comme celui de la Reine Argella. Ce n’était pas pour rien que les deux femmes s’étaient liées d’amitié. Mais Nymeria avait su plus vite qu’Argella maîtriser ses pulsions, même si elle conservait une franchise parfois gênante pour ses interlocuteurs. La jeune femme n’était pas impressionnée par le visage couturé de cicatrices de l’Empereur. Dire qu’elle y était totalement indifférente aurait été mentir mais elle ne trouvait pas qu’il soit défiguré.

Vous saviez que vous finiriez avec autant de cicatrices ? demanda-t-elle en se rapprochant. Ce sont les résultats de la fameuse bataille de Buron je suppose ? Parmi d’autres ? Pardonnez ma curiosité, Majesté, je ne souhaite nullement vous mettre mal à l’aise, je suis seulement intriguée.

Elle s’était rapprochée légèrement de lui pour observer ces marques. Elle aurait eu envie de les toucher, de déposer ses doigts sur ses balafres mais elle ne connaissait pas suffisamment l’Empereur pour cela. Torrhen évoqua ensuite Argella et Nymeria acquiesça à ses questions.

Oui, je suis proche de la Reine depuis de nombreuses années. J’ai toujours été là pour elle, lors des moments difficiles. Elle est comme une sœur à mes yeux. Celle que je n’ai jamais eu. Excusez-moi de vous contredire mais le tempérament d’Argella est bien loin d’attirer uniquement la sympathie. Le fait qu’elle soit née femme et qu’elle manie la dague et l’épée ne plait pas à tout le monde. J’aurais tant aimé partir à ses côtés pour la protéger de mon bras…

Un ton de regret. Si elle était née homme… Enfin, cela ne servait à rien de se lamenter, il en était ainsi et voilà tout. Elle eut un sourire tendre lorsqu’elle écouta la description que fit l’Empereur de ses enfants nouveaux-nés. Il était attendri et elle trouva cela charmant.

L’union du loup et du dragon. Puisse tous les Dieux veiller sur ces enfants. Ils sont l’avenir de l’Empire et je leur souhaite le meilleur. Vous avez également trois autres enfants, c’est bien cela ?

Il la questionna à son tour sur sa famille. Un sourire doux caressa ses lèvres.

J’ai la chance en effet d’avoir deux fils. L’aîné, William, a 16 ans et est devenu lord du domaine Castelfoyer tandis que mon cadet, Aaron, a 12 ans et brûle de se battre pour sa Reine…J’ai dû le convaincre de n’en rien faire mais je ne pourrais le retenir indéfiniment loin des combats, j’en ai peur…
code by bat'phanie


FIERE D'ETRE FIDELE  
Six fois à terre, sept fois debout ©️ okinnel.
Nymeria Castelfoyer

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage:
Allégeance:
Nymeria Castelfoyer
Proud to be faithful
Messages : 78
Membre du mois : 0
Célébrité : Natalie Portman
Maison : Castelfoyer
Proud to be faithful
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le loup et l'agneau [Torrhen]   Le loup et l'agneau [Torrhen] EmptyJeu 30 Jan - 19:20

La découverte des gens de l’Orage continuait avec Nyméria Castelfoyer, qui dès le départ s’était aventurée sur une pente qui pouvait sembler glissante ; elle n’avait de toute évidence pas beaucoup de sens de la prudence à évoquer de but en blanc les réticences vis-à-vis d’un régime politique devant l’un de ses chefs, ni à discuter des réticences d’une Reine-Mère qui encore peu de temps auparavant tenait les rênes du pouvoir. Cela dénotait sans aucun doute une certaine forme de courage, qui pouvait peut être confiner à de l’insouciance quelque part. Mais c’était aussi quelque chose de politique. D’une façon ou d’une autre, la jeune femme n’avait pas fait cette remarque de façon innocente. Pour quelle raison, dans quel but, je l’ignorais encore. Ma nature me cantonnait moi à toujours à la prudence, à la méfiance, je ne voulais en aucun cas croire systématiquement que les gestes des gens qui m’entouraient étaient désintéressés. Cela ne voulait pas dire pour autant qu’ils étaient mal intentionnés mais j’avais une conscience aiguë du fait qu’en tant que souverain on me disait et on me demandait sans cesse des choses.


Je me demandais de fait en quoi je pouvais l’aider ; elle m’était parfaitement inconnue. La réciproque semblait plus concrète. La belle brune me confiait déjà des choses qui confinaient à la rumeur ou au secret selon le côté duquel on se positionnait. Cela pouvait donc être un motif à demander mon assistance ou se placer dans l’avenir de l’Empire. Je devais m’éviter de tirer des conclusions hâtives à tout ceci tant que je ne la connaîtrais pas mieux. Les digressions pouvaient déconcentrer et finir par faire prendre la mauvaise décision au moment du choix. J‘attendais de voir. Elle avait été la première à se dévoiler, et à sortir quelques billes. J’allais donc attendre de voir le reste de son jeu dévoilé. Mais j’étais décontenancé par sa question sur les cicatrices ; on n’abordait jamais le sujet aussi frontalement avec moi. Ce n’était pas forcément que les gens avaient peur de soulever la question mais elle pouvait leur sembler largement délicate. Sans vraiment m’en rendre compte, mes doigts se portent déjà à la ligne tracée en plein milieu de mon visage, le séparant en plusieurs parties inégales.



| Non, je ne le savais pas. Je pensais que je mourrais bien avant être à ce point… Atteint… | J’avais failli lâcher « handicapé » mais je m’étais retenu au tout dernier moment. | Le visage c’est Buron, oui. Un peu La-Mort-Aux-Loups aussi. Vingt-cinq ans de guerre, et moins de trois de paix quand on met toutes les périodes mises bout à bout. Quand ce n’étaient pas les sauvageons, c’étaient les riverains, ou les fer-nés, ou les deux. Il y a toujours eu un combat à mener. |


Pour le reste. Cuisses, jambes, bassins, bras… Tout y était passé à un moment ou à un autre. Rhaenys avait le front de me faire croire qu’elle me trouvait beau, mais je savais que je ne l’étais pas. Que je puisse la charmer, peut être. Je n’étais pas totalement inepte. Mais beau… Il y avait un pas que je ne pouvais pas sauter. La jeune femme me dévisage carrément, après s’être rapprochée. C’est un peu étrange ; elle semble réellement curieuse. Et s’interroger à ce point sur des blessures de guerre n’avait jamais été que le cas des mestres me concernant. Elle finit toutefois par répondre à mes questions. J’hausse un sourcil, quand elle prend le parti de me contredire, et évoque forcément les réprobations à l’encontre du sexe de sa reine, et des rôles que l’on attendait de sa part.


| C’est un fait que le métier des armes est masculin de tradition, et le fait que votre Reine comme mon épouse les manient donne toujours plus de crédit aux plus délétères discours nous concernant. Une femme qui se défend a pour presse une masculinité qui n’est pas naturelle, et qui est d’après la religion la porte ouverte à d’autres hérésies pires encore. |


Je note qu’elle-même parlait de se battre, mais ne rebondissais pas dessus. Elle avait elle-même dû comprendre mes propres sous entendus, à propos des rumeurs qui couraient donc sur Argella autant que sur Rhaenys. Et par extension sur moi-même. On se retrouve donc dans une drôle de position, couverts d’avanies quand nous n’avions pas, ni les uns ni les autres, une vie intime particulièrement épanouie. Du moins pour ce que j’en savais. La guerre était notre priorité à tous et il était clair que nous n’étions pas tous proches les uns des autres dans ce registre-là. La jeune Castelfoyer semblait s’ouvrir sans réserve. Je me demandais si ses premières révélations étaient à mettre sur le compte de la même candeur ou si c’était quelque chose de purement volontaire. Encore une fois j’attendais pour statuer. Elle complimente et émet ses souhaits pour mes enfants, me questionnant sur les miens.


| Jon, le Roi du Nord. Le premier depuis longtemps à régner alors que son ascendant est en vie. Jeyne, la seconde. Elle sera bientôt Reine de l’Ouest si les rumeurs sur l’état de santé du Roi Loren sont vraies. Et Walton, qui assiste son frère au Nord. Cinq enfants. Je n’aurais jamais pensé en avoir autant. Et l’Impératrice est encore jeune. Je vous comprends, quoiqu’il en soit. Douze ans, c’est encore jeune, pour votre cadet. Prions que ses devoirs le gardent auprès de son aîné. |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 30813
Membre du mois : 83
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Le loup et l'agneau [Torrhen]   Le loup et l'agneau [Torrhen] EmptyLun 17 Fév - 23:45


LE LOUP ET L'AGNEAU
NYMERIA & TORRHEN

Nymeria était d’ordinaire relativement prudente. Du moins, elle avait appris à taire les secrets de sa Reine et amie et à naviguer en eaux troubles. Mais elle avait également un caractère entier et franc. Si elle était à l’aise dans les intrigues de Cour, elle n’était pas elle-même une intrigante. Elle tentait seulement de défendre les intérêts d’Argella, autant que possible. En ce qui concernait l’Empereur, Nymeria faisait un acte de foi, pourrait-on dire. Argella avait évoqué déjà avec elle l’amitié qui la liait au couple impérial. Et cela suffisait amplement à la jeune femme. Argella aurait pu lui demander de sauter dans un précipice qu’elle l’aurait fait sans hésiter. Nymeria utilisait sa tête mais lorsqu’on avait son amitié, elle pouvait donner énormément et sans retenue. C’était exactement ce qu’elle faisait avec l’Empereur. Il y avait également une profonde curiosité qui l’animait. L’homme était devenu une légende, que ce soit en bien ou en mal, selon le côté où on se plaçait bien sûr. Et elle n’avait jamais eu le plaisir de le rencontrer.

Elle sentit sa réserve et elle ne pouvait que la comprendre. On devait lui quémander des faveurs du matin au soir, bien sûr. Mais Nymeria n’était pas là pour ça. Elle n’avait aucune faveur à demander, aucune qu’Argella ne pouvait déjà lui accorder. Non, elle était seulement de bonne volonté. Mais à force de naviguer parmi des ennemis mortels, nul doute que lord Braenaryon avait fini par apprendre la prudence, ses cicatrices en témoignaient. A ce propos, Nymerai fut, comme à son habitude, assez directe. Elle s’avança et retint le mouvement de tendre la main pour caresser les cicatrices du guerrier.

Cela vous sied. Cela vous donne un air farouche. En tout cas, vous avez vraiment la prestance d’un grand guerrier ainsi que d’un grand Empereur.

Les descriptions des batailles s’enchaînèrent et Nymeria hocha la tête, pensive.

Tant de boucheries… Tant de morts… Puissiez-vous réussir enfin à ramener la paix à Westeros…

Et pour ramener la paix, il fallait d’abord faire la guerre, une fois encore. Le sujet dérive sur la particularité d’Argella. Et Nymeria comprend à demi-mots la réponse de l’Empereur. Bien sûr, de nombreuses voix s’élèvent contre la Reine Dragon, la Reine Orageuse et l’Empereur en termes de mœurs. Et s’il est malséant d’oser se réclamer de ce genre de pratique, Nymeria osait penser qu’un homme qui a choisi d’épouser une Impératrice Chevaucheuse de Dragons ne doit pas être si hostile aux femmes et à certaines de leurs revendications. Mais Nymeria se contente d’un sourire.

Le monde change, cependant. Et ce qui était tradition hier n’est plus que souvenir aujourd’hui. Peut-être un jour les femmes auront plus de liberté qu’elles n’en ont à l’heure actuelle. Qui sait ?

Nymeria écoute avec attention la description des enfants impériaux.

Et bien, deux d’entre eux sont Souverains. Une belle réussite. Et les jumeaux seront un jour Empereur pour l’un tout du moins.

Elle fit une petite pause avant de reprendre, le cœur serré.

Ne vous méprenez pas, je sais que le devoir de mon fils est de se rendre sur le champ de bataille. Mais mes inquiétudes sont celles d’une mère qui essaye à tout prix d’éloigner son fils de la tombe… Le chemin de l’honneur est parfois bien douloureux pour les familles des valeureux soldats…
code by bat'phanie


FIERE D'ETRE FIDELE  
Six fois à terre, sept fois debout ©️ okinnel.
Nymeria Castelfoyer

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage:
Allégeance:
Nymeria Castelfoyer
Proud to be faithful
Messages : 78
Membre du mois : 0
Célébrité : Natalie Portman
Maison : Castelfoyer
Proud to be faithful
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le loup et l'agneau [Torrhen]   Le loup et l'agneau [Torrhen] EmptyMar 18 Fév - 12:57

La discussion prenait un tour plus plaisant et moins politique à présent ; c’était quelque chose que je ne pouvais pas renier ou dire que je ne préférais pas cela. Je ne voulais pas que tout tourne autour du politique, même si c’était mon existence et ma force. Il me fallait autre chose. Il fallait que la situation progresse et se diversifie. Il fallait que je profite de ce genre de moment ; je ne savais peut être toujours pas ce que la jeune femme attendait de moi et ce qu’il faut que je cède pour la gagner, à quel moment. Je ne sais rien de tout ça mais je n’ai pas besoin de certitude. Je suis né Stark. Je suis un loup. Je sais rester sous le couvert du bois jusqu’à ce qu’il y ait enfin une opportunité. Quand la proie se dévoile. Mais d’abord il fallait savoir si elle était comestible. S’il était possible de se nourrir d’elle. Réflexe politique. Paradoxe du Loup de Winterfell. Tout est politique et rien n’est politique à fois. Plus fort que moi depuis toujours, alors je n’avais simplement pas le droit de renoncer à ce que j’étais. J’avais les crocs. Je les avais toujours eus. Même quand j’étais fatigué et même quand je me sentais prêt à renoncer à tout, j’étais prêt à bondir malgré tout.


Un Loup tapis dans l’ombre. Vieux, blessé, diminué. Mais toujours plus dangereux que ceux qu’il sait déjà chasser.


Je sentais que la jeune femme se prévalait d’une loyauté indicible envers Argella, bien plus du coup qu’envers l’ancienne Reine. Il y avait bien sûr le problème de savoir ce qu’elle était prête à faire par loyauté, de ce qu’elle pouvait faire pour sa suzeraine. De ce qu’elle était peut être en train de faire, consciemment ou nous, rien qu’en venant jusqu’ici. Je devais sonder le terrain, avant de pouvoir concéder d’y placer des forces afin de livrer bataille. Mince sourire, qui me fend la barbe et en relève le coin.



| Vous êtes bien bonne avec moi, dame, mais je crains que vos compliments ne puissent être gâchés malgré votre gentillesse. C’est vous la belle, Dame de Castelfoyer. Moi je suis peut être un grand guerrier. Peut-être l’ai-je été, du moins. Quant au Grand Empereur, seul l’avenir le dira. |

Je comprenais ses paroles quand nous évoquions les luttes passées et à venir.


| Je l’espère, ma Dame. |


Il fallait donc que je sois attentif à ce qu’il se raconte. En plus, il y a l’idée bien sûr de ces nouveaux droits et de ces attentes pour un futur plus rayonnant pour tous nos enfants, pour tous ceux que l’on pouvait être amenés à conquérir par conviction et non par le fer ou seulement par l’honneur. L’Empire était une promesse avant tout, l’ébauche d’idées pour évoluer ensemble, affronter les défis qui étaient les nôtres. Lutter contre nos démons intérieurs et contre les ennemis du dehors, mais faire front ensemble. Le faire ensemble. Forcément ; tout l’Empire reposait là-dessus.


| Peut être que les femmes de la génération de ma fille seront plus nos égales que nos partenaires. Peut-être. Tout cela dépend de beaucoup de choses. La guerre d’abord, la politique ensuite. La culture, toujours. Tout n’est pas tracé, et l’essentiel des idées de changement hérisse aujourd’hui nos ennemis, et aussi certains de nos propres alliés. |


Je compatis, et pose ma main sur l’avant-bras de la jeune femme.


| Ayez peur mais soyez fière. Votre enfant va se battre pour quelque chose de plus grand que vous et moi. Il va se battre pour des idées qui nous dépassent, et qui vont façonner l’avenir. |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 30813
Membre du mois : 83
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Le loup et l'agneau [Torrhen]   Le loup et l'agneau [Torrhen] EmptySam 22 Fév - 14:08


LE LOUP ET L'AGNEAU
NYMERIA & TORRHEN

L’Empereur semblait sur la réserve, mais Nymeria ne le connaissait pas assez pour estimer si cela était une forme de prudence ou bien si cela était liée à elle. Mais l’échange était intéressant et l’homme semblait disposé à abandonner brièvement les considérations politiques pendant quelques temps. Nymeria n’était pas naïve. Elle savait pertinemment qu’il la jaugeait, l’évaluait, devait se demander à quoi elle pourrait bien lui servir, dans son futur Empire. Sa loyauté à Argella pouvait être une limite à celle qu’elle voudrait bien allouée à l’Empire après tout. L’Orage et sa Reine passerait toujours avant le reste, même si elle n’était pas insensible aux discours unitaires et fédérateurs. Avec ses cicatrices, il faisait vraiment vieux loup blessé et sa carrure restait impressionnante.

L’homme, en plus de manier l’épée, savait visiblement également manier les mots. Il était aimable, courtois tout en restant dans son rôle. La réponse aux compliments de Nymeria la fit sourire.

Je vous sais gré, Majesté, de votre gentillesse. Belle, je l’étais sûrement, mais les années sont également passées sur moi, comme sur chacun d’entre nous. Si la guerre marque les hommes, les enfantements marquent les femmes.

L’évocation de l’éventuelle nouvelle place des femmes dans le monde la fit réfléchir un bref instant. Serait-ce possible ? Un monde où les femmes seraient l’égales des hommes ? Aujourd’hui, des tempéraments comme ceux de l’Impératrice ou de la Reine de l’Orage faisaient grincer des dents mais plus tard, serait-il possible que ce soit commun ? Un rêve… Mais l’Empire, il y a quelques années, n’était qu’un rêve. A présent, il était devenu un projet en pleine construction…

Je suis convaincue, Majesté, que les femmes auraient beaucoup à apprendre aux hommes. Sans préjuger de notre supériorité, nous menons chacun nos propres combats et nous sommes aussi déterminés les uns que les autres à protéger ceux qui nous sont chers. Il est vrai que si l’Empire parvient à s’imposer définitivement, de nombreux changements vont s’opérer. Certains y seront toujours réfractaires. Mais les coutumes et les mœurs sont particulièrement lentes à changer.

Elle lui adressa un sourire. Puis, il se rapprocha d’elle en une forme de douceur qui la surprit beaucoup. Il l’enjoignit d’être fière tout en ayant peur pour ses enfants. Ces mots résonnèrent en elle. Elle qui portait la fidélité et l’honneur tellement haut… Elle plongea son regard dans celui de l’Empereur et sourit doucement. La main de l’homme s’était posée sur son avant-bras et le réchauffait. Il avait rompu la distance physique entre eux et Nymeria n’était nullement gênée de ce contact qu’elle comprenait parfaitement comme étant un geste de compassion. Elle osa poser sa main sur celle du Braenaryon.

Si vous saviez combien j’aimerai le suivre sur le champ de bataille pour le protéger de tous les périls… Mais c’est une volonté bien illusoire, je le sais. Pour lui, pour mes deux fils je…. Je serai prête à tout, Majesté. Comme vous devez le savoir.

Il était père lui aussi. Il savait que pour ses enfants, on serait prêt à tuer, à renier même son honneur si cela pouvait épargner leurs vies. Elle finit par tendre la main et oser effleurer les cicatrices qui parcouraient son visage. Du bout des doigts, comme un aveugle tente de décrypter un visage. Comme si elle tentait de lire le passé de l’homme, les choses qu’il ne lui disait pas encore…                                  
code by bat'phanie


FIERE D'ETRE FIDELE  
Six fois à terre, sept fois debout ©️ okinnel.
Nymeria Castelfoyer

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage:
Allégeance:
Nymeria Castelfoyer
Proud to be faithful
Messages : 78
Membre du mois : 0
Célébrité : Natalie Portman
Maison : Castelfoyer
Proud to be faithful
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le loup et l'agneau [Torrhen]   Le loup et l'agneau [Torrhen] EmptyJeu 5 Mar - 16:04

Avoir peur mais être fier. C’était le lot sans doute d’une majorité de parents à Westeros, surtout en période de guerre. Il n’y avait pas grand-chose que l’on pouvait faire pour protéger nos enfants de la violence, de la guerre si souvent terrible et pourtant, si souvent légitime. Nous avions toujours de bonnes raisons de taper sur nos voisins. La rancœur et la haine, la défense contre les rapines, la vengeance après tout ceci… Quoiqu’il arrive il y avait toujours quantité de choses à dire et à raconter, de mauvaises histoires et de rumeurs qui ne nous inclinaient certes pas à la prudence, mais qui nous conduisaient malgré tout à la guerre. C’était une histoire vieille comme le monde, en fin de compte. Les protéger, ces rejetons que nous ne manquions pas d’engendrer, revenait le plus souvent à leur donner les meilleurs enseignements qui soient et à les entraîner à tout endurer. A cette seule condition, il était possible de pouvoir tenir bon, d’espérer des jours meilleurs avec des enfants qui avaient les épaules pour vivre dans ce monde qui était le nôtre.


La jeune femme semblait s’en rendre compte. Elle paraissait assez forte pour ne pas avoir besoin de soutien. Mais cela voulait dire également qu’il n’y avait pas de raisons de la couver ou de vouloir la protéger ; je n’étais toujours pas certain de ce qu’elle était venue faire ni de ce qu’elle attendait de moi mais cela ne changeait rien au fond. Elle avait raison sur toute la ligne.



| C’est ma foi vrai. A ceci près que les changements qui s’opèrent chez vous soulignent plus encore votre féminité. Et ces marques sont de celles qui donnent la vie, pas qui les suppriment. Soyez en fière ; elles sont le signe du devoir accompli. |


Alors que ma vilaine face, elle, que voulait-elle signifier ? Je comprends aussi que son discours est peut être simplement porté par l’espoir que l’Empire a fait naître en elle. Je comprenais le besoin de justice et d’équité qui était le sien mais il était clair aussi qu’elle était peut être plus venue pour échanger sur sa condition et sur le traitement réservé à celles de son sexe que sur tout autre sujet, finalement. Je pouvais comprendre ses interrogations, ce qui les avait fait naître aussi. Mais je ne pouvais pas forcément donner immédiatement de réponses à tout ce qu’elle avançait. Du bon sens, sans doute, du moins si l’on regardait les choses avec un œil pragmatique. Dans tous les autres cas, autant dire que cela ne servait à rien de se précipiter, car on mésestimait souvent le poids réel de la tradition, de la culture, qui étaient pourtant ce qui nous définissait toujours dans notre existence.


| Il y a ceux qui ont un intérêt à ce que les choses ne changent pas. Interrogez-vous sur ceux qui ont fait et écrit ces règles, il y a des milliers d’années, au nom de dieux qu’ils prétendaient connaître. Dans les fermes, dans les forêts, les gens vivent simplement. Se partagent les tâches. La femme dirige au foyer, l’homme dirige au dehors. C’est souvent la règle, et pas qu’au Nord. Cette répartition par endroit d’influence pourrait sans doute évoluer, à terme. Cela ne veut pas dire qu’hommes et femmes seront pour toujours égaux. Je crains, Dame, que certains représentants de mon sexe ou du vôtre soient avant tout guidés par leurs propres intérêts. |


L’inquiétude de la mère ne manquait pas de refaire bientôt surface et la jeune femme se rapprocha lorsque je touchais son avant-bras en signe de compassion. Je me retrouvais dans une bien drôle de posture, désormais, mais j’étais convaincu qu’il n’y avait rien de fallacieux dans cette forme de rapprochement. Sa main vint se remettre sur la mienne et elle me confiait qu’elle souhaiterait suivre son fils pour le protéger. Elle dit qu’elle serait prête à tout pour eux. Je le comprenais aisément. Avant toutefois que l’inconvenance ne prenne le pas, je reprenais sa main qui frôlait mes cicatrices. Sans la rembarrer, sans trop la serrer, mais la guidant fermement plus bas, entre nous, pour finalement la relâcher.


| Ne vous a-t-on jamais mise en garde de mettre votre main trop près d’un museau de loup ? |


Je reprenais d’un ton neutre.


| Vos enfants doivent avoir un père pour les protéger, ou à défaut quelqu’un qui incarne cette figure pour les guider et les protéger partout où vous ne pourrez pas le faire. Y avez-vous déjà songé ? |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 30813
Membre du mois : 83
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Le loup et l'agneau [Torrhen]   Le loup et l'agneau [Torrhen] EmptyDim 22 Mar - 0:38


LE LOUP ET L'AGNEAU
NYMERIA & TORRHEN

Nymeria trouvait l’échange stimulant et elle se trouvait être d’accord avec de nombreux points que l’Empereur avait soulevé. On mettait au monde des enfants qui étaient la force de leur nation, l’avenir. Et on les envoyait se faire massacrer. Pour un parent, il n’y avait sûrement rien de pire que de voir mourir son enfant. Mais il y avait des choses qui méritaient qu’on se batte. Des choses qui imposaient un sacrifice, aussi dur soit-il. On ne pouvait obtenir quelque chose de désiré qu’en en payant le prix. Et le prix pour obtenir la paix avait toujours été le sang. A gros bouillons et à flots. Les hommes avaient toujours été enclins à la folie. La folie vengeresse. Qui était légitime ? Tous étaient légitimes au fond. Ou aucun, allez savoir. L’homme en face d’elle lui-même, n’était-il pas le fruit des rencontres qui l’avaient forgé, des pertes qui l’avaient endurcies et qui l’avaient mené précisément à ce point exact aujourd’hui où il se trouvait ? Si on ne lui avait pas arraché certains des siens, serait-il entré en guerre ? Cause et conséquence, toujours. A jamais. La roue irrémédiablement entraînait tout le monde dans ses rayons meurtriers.

Oh, j’en suis fière, Majesté. Quant à vos propres marques, elles peuvent également être associées à la vie, paradoxalement. Vie que vous avez conservée. Vie que vous offrez à des millions de personnes à Westeros en éliminant certaines menaces.

Oui, Nymeria avait foi en la vision de sa Reine. Argella avait toujours eu les intérêts de l’Orage à cœur. L’Empire était un allié mais pas seulement. C’était également une vision unitaire des Royaumes. Sept qui ne feraient qu’un. C’était une vision belle et prometteuse. Bien sûr, les souverains étaient aussi pris dans leurs guerres de pouvoir, Nymeria n’était pas si naïve. Si Aegon et Visenya Targaryen ne s’étaient pas fait assassinés, est-ce que l’Empire aurait été bâti ? Aegon aurait peut-être brûlé les Sept Royaumes pour en devenir le Souverain Unique. Qui sait. Parfois les grands idéaux étaient narrés au peuple pour obtenir son assentiment, pour flatter son amour pour les grandes histoires et mieux endormir sa colère, laissant les Grands à leurs jeux de pouvoir. Mais elle ne sentait pas pareille chose chez l’homme en face d’elle. Bien sûr, elle pouvait se tromper. Mais il ne semblait pas malhonnête ou manipulateur.

Il est certain que l’histoire des Royaumes a été écrite par des hommes pour des hommes. La répartition des rôles que vous décrivez convient à la plupart des femmes. Mais certaines souhaiteraient plus. C’est dans ce contexte que je trouverai légitime de laisser le choix. Mais qui suis-je pour décider pareille chose ? Grands dieux, personne. Et ce ne sera pas une loi ou un décret royal qui instaurera un changement dans les mentalités. Seulement le temps et peut-être des précurseurs comme notre Reine et notre Impératrice.

Elle avait un grand respect et une profonde admiration pour ces femmes. Elles étaient fortes et en proie aux calomnies des fanatiques et conservateurs. Il en fallait du courage. Nymeria se rapprocha de l’Empereur, nullement par convoitise, il n’y avait rien de malaisant dans son geste, seulement une curiosité étrange. Le moment dura un bref instant avant que la main de l’Empereur ne vienne emprisonner la sienne, délicatement. Puis l’abaisser. Il n’y avait nul rejet dans cet acte, elle l’avait senti. Seulement peut-être la volonté d’éviter qu’une confusion puisse s’installer. Elle sourit.

Pardonnez-moi, je ne souhaitais nullement vous paraître inconvenante.

Puis, elle sourit davantage en entendant la question de Torrhen.

J’ai toujours aimé les loups… Ils m’ont toujours fasciné. Alors je prends le risque de me faire mordre…

Elle était amusée légèrement de cet échange. La question de l’Empereur la prit au dépourvu. A dire vrai, elle y avait pensé. L’échange avec Argella lui revint et un sourire s’égara sur ses lèvres trop vite pour qu’elle le réfrène. Stannis.

Je… Je dois dire que j’y ai songé, en effet. Mais il est bien trop prématuré d’y penser. L’homme est une vieille connaissance qui risque fort d’être rappelé au combat. J’ignore même s’il m’envisage comme un parti convenable…                                      
code by bat'phanie


FIERE D'ETRE FIDELE  
Six fois à terre, sept fois debout ©️ okinnel.
Nymeria Castelfoyer

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage:
Allégeance:
Nymeria Castelfoyer
Proud to be faithful
Messages : 78
Membre du mois : 0
Célébrité : Natalie Portman
Maison : Castelfoyer
Proud to be faithful
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le loup et l'agneau [Torrhen]   Le loup et l'agneau [Torrhen] EmptyLun 30 Mar - 17:55

L’échange se transforme et je note que la jeune femme se met directement au service de l’Empire si nécessaire. Elle ne le dit pas concrètement avec des mots mais il est impossible de passer à côté de ce qu’elle vient de dire. Je ne peux pas être dans sa tête mais je comprends un petit peu mieux tout ce qu’elle me disait de but en blanc, et notamment la force du lien qui l’unissait à la Reine Argella. Quoiqu’il en soit il y avait très clairement un effort de fait sur la mise en avant de ce qu’elle voulait pour ses enfants et pour l’Empire, j’avais bien noté son adhésion. Ses craintes, aussi. M’avait-elle approché pour obtenir quelque passe-droit pour éviter la guerre à son aîné, ou en tout cas ce que celle-ci avait de plus dur ? C’était une possibilité. Je n’y croyais pas tellement mais ça restait de l’ordre du probable. Pour l’instant elle n’en parlait pas plus que cela. Je la complimentais sur sa vie de femme et sur les marques qui nécessairement en faisaient partie et elle me rétorquait qu’elle en était fière.


| Vous pouvez l’être ; elles soulignent vos efforts, douleurs et sacrifices pour votre maison et votre lignée, pour votre royaume aussi. |


Mais ses cicatrices à elle étaient secrètes ; elle ne pouvait que choisir elle-même qui les verrait, et il s’agirait sans nul doute de son époux ou de sa famille proche. Personne ne se pavanait jamais avec ses cicatrices en avant pour souligner leur vie et sa dureté, hormis peut être certains vétérans ou des marins, mais tous se leurraient quand ils pensaient que cela ne soulignait que leur force et leur gloire. Je portais en effet les miennes avec une forme de honte, peut être, ou à tout le moins d’humilité. Si j’avais récolté ces cicatrices, c’est que j’avais pris les mauvaises décisions, ou réalisé les plus mauvais gestes. Maintenant il ne restait plus qu’à assumer, quoiqu’il arrive. Et c’était sans doute cette part-ci qui était la plus difficile à réaliser. Pour le reste, je ne faisais qu’opiner du chef quant aux changements sociaux et culturels que l’Empire pouvait porter, mais pour l’instant si nous voulions survivre il fallait encore que nous nous concentrions sur les problèmes les plus immédiats.


La jeune femme s’excuse d’avoir paru inconvenante et dit qu’elle a toujours aimé les loups et qu’elle n’avait rien contre le fait de se faire mordre. J’aurais pu y voir quelque faux-semblant et proposition sous-jacente, mais cela ne semblait pas être le cas puisqu’elle avouait ensuite qu’elle avait déjà songé à se remarier. Je secouais légèrement la tête.



| Discutez-en à votre reine, si vous devez vous remarier elle pourrait être un atout pour vous, et je doute que quiconque ait jamais eu vent de votre beauté ne puisse dédaigner une proposition de votre part, plus encore quand il y a seigneurie à la clef. Si tel est votre souhait, vous ne devriez pas tarder car par les temps qui courent, un parti n’est parfois malheureusement pas libre très longtemps. Tout le monde se presse pour les unions avant que ne revienne le temps de la grande faucheuse. |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 30813
Membre du mois : 83
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Le loup et l'agneau [Torrhen]   Le loup et l'agneau [Torrhen] Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Le loup et l'agneau [Torrhen]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'agneau et le Loup, Entrevue Secrète [PV Karin x Keisuke : Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Les Terres de l'Orage :: Accalmie-
Sauter vers: