Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -44%
Lecteur de Cartes SD/Micro SD, USB Type C Micro USB ...
Voir le deal
8.99 €

A Window to the Past
MessageSujet: A Window to the Past   A Window to the Past EmptyDim 10 Nov - 18:30



Vivesaigues, An 1, mois 9, semaine 3




Je laissais s’envoler Meraxès et Ebryon alors que je sortais de la clairière dans laquelle je venais de me poser. Il était encore tôt, et nous avions volé plus vite que je ne le pensais. La météo avait été très clémente, et les vents n’avaient jamais soufflé contre nous. Si l’orage grondait au loin et que le ciel était couvert, il ne pleuvait pas. Ou du moins, il ne pleuvait pas encore. Cela me laisserait le temps de rejoindre le château de Vivesaigues avant que l’averse ne m’atteigne, escortée par mon frère et ma sœur qui avaient déjà alerté la population aux alentours et les soldats présents dans la ville. Dès que le soleil s’était levé, j’avais volé plus bas que nécessaire. Je voulais que Meraxès soit vue, tout comme Ebryon. Je n’étais pas là pour les affaires de la guerre, mais je devais malgré tout y penser. Il en allait de la sécurité des miens.

Aux abords du château, une escorte humaine s’était formée. Tous les hommes portaient les couleurs de la truite, et de l’Empire. Des drapeaux noirs avaient été déployés sur les remparts, en l’honneur de celle qui m’avait conduite jusqu’ici. Elle était la raison de ma venue. Je m’étais attendue à ce que Torrhen s’y oppose un peu, mais il m’avait soutenu, poussé à effectuer ce voyage depuis les terres de l’Orage. C’était là ce que nous devions faire, pas seulement pour notre peuple, mais aussi pour notre ami, surtout pour lui. Noire-Soeur tapait contre ma cuisse, fidèle amie qui ne me quittait plus.  Mes deux dragons étaient à son image. Ils grognèrent en guise de salut aux Hommes venus dans le but de m’escorter. Ils ne les connaissaient pas, ils ne leur faisaient pas confiance. Et si celui que j’étais venue voir n’était pas parmi eux, j’aurais sans doute refusé leur proximité. Mais s’ils avaient la confiance de Lyham alors ils avaient la mienne. Je levais mon regard vers le ciel qui laissa s’échapper une goutte d’eau pour venir dire à ma sœur et à mon frère que je ne courrais nul danger.. Je savais qu’ils ne se trouveraient un abris que si l’Orage se ferait trop dangereux. En attendant, ils continueraient de survoler la ville quoi que je puisse leur dire. Les animaux locaux finiront par se lasser de la panique qu’ils généreront. Tant que tous restaient à distance et n’essayaient ni de les blesser, ni de me blesser, les miens resteraient aussi à distance… De feu, mais à distance quand même. Et alors que j’approchais du Roi du Conflans, je décidais de passer outre les convenances et la pluie qui commençait à tomber de plus en plus. Je le serrais légèrement contre moi, dans une étreinte amicale et réconfortante. Je suis sincèrement désolée mon ami. J’espère ne pas arriver trop tard et pouvoir assister à tes côtés, aux funérailles de ton épouse.










Hēnkirī

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Messages : 3201
Membre du mois : 0
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Revenir en haut Aller en bas
https://injustice-hoc.forumactif.com/
MessageSujet: Re: A Window to the Past   A Window to the Past EmptyLun 11 Nov - 13:28

Bras croisés, je regarde sans vraiment les voir les tentures noires qui flottent le long de la façade du château. Je viens de passer les dernières heures auprès de Charissa. La pauvre ne voulait pas dormir sans que sa mère ne soit là et elle ne comprend pas vraiment ce qui se passe. Ou tout du moins, si elle le comprend, elle n’arrive pas à l’assimiler entièrement. Alors j’ai fini par m’asseoir sur le bord de son lit et par lui parler. De sa mère, dont elle voulait tant entendre les histoires, de toutes les anecdotes qui me venaient la concernant. Bran a fini par se joindre à nous, silencieux, comme il l’est depuis que je suis arrivé. Mais il a écouté lui aussi, tout en se tenant bravement, les yeux secs et avec cette petite mine butée qui ne me rappelle que trop douloureusement celle qui l’a mis au monde.

Ils ont fini par s’endormir tous les deux, au petit matin, bercés par mes histoires ou par la pluie qui a commencé à taper aux carreaux. Comme si le ciel continuait de pleurer la perte de mon épouse. Pensée ô combien stupide, j’en suis bien conscient. Pour autant, je suis incapable de ne pas y songer. Probablement parce que le temps résume particulièrement bien mon état d’esprit actuel. Lorsque je veux bien y songer en tout cas. Ce qui est rare, tant je m’efforce d’occulter tout ce que je peux ressentir depuis que j’ai lu la missive de Lysara.

Je referme doucement la porte derrière moi, non sans songer que j’entame une nouvelle nuit sans sommeil. Et je ne réalise qu’au bout de quelques minutes que je me suis retrouvé à errer sans but dans les couloirs. Ce n’est que la voix d’une servante qui me ramène à la raison, alors qu’elle me souffle, un peu en panique. « Majesté, il y a … quelque chose dans le ciel. » C’est là que j’ai fini par prêter attention aux murmures et par monter aux créneaux. Pour apercevoir une silhouette familière. Et je souffle, d’un ton absent. « Faites préparer... » Préparer quoi au juste ? Je n’en ai pas la moindre idée. « L’Impératrice arrive. » Peut-être que cela sera suffisant pour qu’ils comprennent ce qui se passe et que j’ai moi-même du mal à assimiler.

Je sens l’agitation gagner les rangs et les murmures se faire de plus en plus audibles, alors que je finis par descendre au niveau de la cour, faisant fi de la pluie qui se fait de plus en plus dense. Et je me retrouve à l’attendre, ignorant cette petite voix dans mon esprit qui me souffle que, si elle est là, cela ne rendra tout ce qui vient de se passer que bien plus réel encore, sans bien comprendre d’où elle vient exactement ou ce que je dois faire. A dire vrai, j’ai nombre de pensées sans queue ni tête qui se bousculent et qui n’arrivent guère à faire de sens.

Et quand je vois la jeune Impératrice s’approcher de moi, je la fixe avec les yeux un peu trop ronds j’imagine, sans songer à la mine défaite que je dois arborer bien malgré moi. Je sais que je suis bien plus pâle que d’ordinaire, je l’ai bien vu dans le regard de ma maisonnée quand je les croise. Je ne sais juste pas à quel point j’ai l’air perdu même si j’ai bien peur que Rhaenys sera en mesure de le réaliser bien d’avantage que moi. Je me fige quand elle me serre brièvement dans ses bras, surpris par une étreinte que j’aurais pu voir venir si j’avais été dans mon état normal et la connaissant un tant soit peu. Je ne sais même pas si je lui rends son étreinte ou pas, je ne m’en rends même pas compte. « Je… qu’est ce que… pourquoi ? C’est dangereux de venir jusqu’ici et... » Je soupire longuement avant de reprendre, à mi-voix. « Merci Rhaenys. » Même si sa venue rend les choses bien trop réelles et que la situation me frappe de pleine fouet, surtout quand elle parle des funérailles d’Alysanne. Je me contente de secouer la tête au reste de ses propos. « Elle… non. C’est prévu pour. Aujourd’hui. Je crois. » Je me pince l’arête du nez, essayant de me remettre les idées en place, sans grand succès. « Je ne sais même plus quel jour nous sommes pour être parfaitement honnête. Je ne sais même pas comment je tiens debout et... » Mon regard finit par se détourner de la jeune femme, alors que je me sens quelque peu honteux de lui avoir dit tout ça sans même avoir pris le temps de la réflexion.


Family - Duty - Honor
I am not bound to win, but I am bound to be true. I am not bound to succeed, but I am bound to live up to what light I have.


Dernière édition par Lyham Tully le Lun 16 Déc - 9:54, édité 1 fois
Lyham Tully

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Rivières et des Collines
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Lyham Tully
Honor, Family, Duty
Messages : 1037
Membre du mois : 40
Célébrité : Sam Heughan
Maison : Tully
Caractère : ♦ Obstiné ♦ Loyal ♦ Rancunier ♦ Protecteur ♦ Intransigeant ♦ Stratège ♦ Rigide ♦ Epicurien ♦ Bagarreur♦ Résolu♦
Honor, Family, Duty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A Window to the Past   A Window to the Past EmptyDim 17 Nov - 18:09



Vivesaigues, An 1, mois 9, semaine 3




[hide] Je me doutais de la détresse que ressentirait Lyham. Je savais par quoi il passait car je l’avais moi même vécu il n’y avait pas si longtemps que cela. Cela ne le serait jamais de toute façon, lointain. La douleur ne s’éteint pas, elle ne s’atténue pas non plus avec le temps. Tout cela, ce sont des mensonges. Elle devient simplement… Différente. Elle nous change et nous nous habituons à elle, à ressentir ce manque. Il devait naturel, comme faisant parti intégrante de nous, ce qui est le cas d’ailleurs. Une part de notre âme et de notre cœur s’envolent avec ceux que nous aimons quand ils disparaissent de cette terre pour rejoindre nos dieux. Qu’importe les circonstances, elles ne changent rien. Que ce soit sur un champ de bataille ou dans un banal accident, les faites restent les mêmes : ils ne sont plus là.

Alors que je serre le Roi du Conflans, faisant fi du protocole, je sais que je ne peux pas faire grand-chose pour lui, si ce n’est être là. Je ne pourrais pas vraiment l’aider. Je ne pourrais pas rendre sa perte moins douloureuse. Je ne pourrais pas lui rendre sa femme non plus, même si je le désirais. Ce que les dieux décidaient, nul humain ne pouvait le défaire. Je reculais d’un simple pas alors que l’homme bredouillait plus qu’il ne parlait. Cela me fendait le cœur. Je m’en voulais. Je m’en voulais de ne pas avoir pu empêcher la mort de celle que je savais qu’il aimait. Il ne m’avait pas caché toute l’affection qu’il portait à son épouse, et combien elle était précieuse à ses yeux. D’autant plus qu’elle attendait un nouvel enfant. Elle devait donner la vie, et nous perdre la sienne. Ce n’était pas dangereux, et quand bien même, je le referais sans hésité lui dis-je en le regardant droit dans les yeux pour qu’il comprenne combien j’étais sincère. Ma place était ici, en cet instant et non pas dans l’Orage. Barge allait peut-être s’offusquer de mon départ précipité et du fait que je ne l’en ai pas prévenu, mais qu’importe. Je n’avais pas fui ses terres, je m’en étais provisoirement écarté pour aller soutenir Lyham une maigre journée. Je ne pouvais pas partir plus longtemps. Cela ne serait pas suffisant, mais que je reste trois jours, trois mois, ou une journée, cela ne changerait rien pour lui.

J’interrogeais du regard l’un des gardes lorsqu’il m’indiqua qu’il ne savait pas trop si c’était aujourd’hui. Il acquiésa d’un signe de tête, répondant à ma question muette. C’est aujourd’hui oui... je pris ses mains dans les miennes pour ramener ses pensées vers moi. Tu es debout, et tu parles… C’est bien plus que ce dont j’étais capable après avoir reçu les « présents » de Hoare. Tu fais preuve de bien plus de courage que je n’en ai été capable. lui assurais-je. Cela ne changerait rien à sa peine mais il était important qu’il comprenne que, s’il était encore dans une sorte de brouillard, il n’était pas statique. Il respirait encore. N’ai pas honte de souffrir Lyham. Tu es humain. Tu es un homme au grand coeur. Et tu l’aimais. lui dis-je doucement en serrant ses mains. Mettons nous à l’abri avant de tomber malade









Hēnkirī

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Messages : 3201
Membre du mois : 0
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Revenir en haut Aller en bas
https://injustice-hoc.forumactif.com/
MessageSujet: Re: A Window to the Past   A Window to the Past EmptyLun 16 Déc - 10:40

J’aurais dû le savoir. Que Rhaenys serait capable de faire une telle folie juste pour venir me soutenir dans un moment pareil. Parce que c’est ce qui fait sa plus grande force. Cette compassion, ce souci qu’elle a des autres m’a marqué chez elle encore plus que le reste. Pourtant, ce n’est pas raisonnable pour elle d’être venue jusqu’ici. Et si je suis heureux qu’elle soit, si tant est que je peux encore vraiment éprouver ce sentiment à l’heure actuelle, je ne peux m’empêcher de froncer les sourcils alors que son regard accroche le mien et que je peux y lire toute la sincérité de ses propos. « Je sais. Mais je… je ne mérite pas autant d’attention. Il y a plus grave, plus important et… » Enfin, on ne va pas se leurrer, pour moi, il n’y a rien de pire en cet instant. Le monde pourrait s’effondrer, je n’en aurais cure tant ce trou béant qui est en train de se former dans ma poitrine semble prendre le pas sur tout le reste.

Je me sens de toute façon bien trop perdu pour être capable de tenir une réelle argumentation avec la jeune femme. Si tant est qu’elle m’aurait laissé faire de toute façon. « Aujourd’hui donc. Au moins je ne perds pas totalement pied avec la réalité, c’est déjà ça. » Je sens mes mâchoires se contracter alors qu’elle reprend et je pique du nez à ses propos. « Je ne suis pas courageux Rhaenys. J’ai juste envie d’aller m’enfermer dans mes appartements et de ne plus jamais en sortir. La seule chose qui m’en empêche réellement c’est que son souvenir est encore plus vivace là-bas qu’ailleurs. » Je serre ses mains alors que, d’une certaine façon, elle m’aide à me rappeler que je ne suis pas le seul à avoir connu ce genre de choses, que ce conflit nous a à tous arraché bien plus que nous l’aurions voulu, bien plus que ce que nous pensions être capables de supporter. Si elle a réussi à surmonter la perte de sa fratrie, je ne sais pas si je pourrais en faire de même pour Alysanne. Je ne sais pas si j’en aurais vraiment envie. Même si la pensée de mes enfants s’accroche tant bien que mal. Je ne peux pas les abandonner, pas maintenant.

J’ai un soupir quand elle reprend et je hoche la tête, plus par automatisme qu’autre chose. « Elle n’aurait pas dû mourir. Elle aurait dû me survivre, voir ses petits-enfants et … c’est pour elle que j’ai fait tout ça. Pour qu’elle connaisse un monde meilleur que le nôtre. » Alors à quoi bon continuer ? J’avoue que, dans l’immédiat, je n’ai pas vraiment de réponse à cette question. Et je suppose qu’elle peut sans peine lire la détresse dans mes yeux alors que finis par l’entrainer à l’intérieur. Je ne prête guère attention aux regards curieux qui se posent sur nous. Certains semblent particulièrement impressionnés de voir l’Impératrice et je gage que la façon dont elle est arrivée y est pour quelque chose. Mais la plupart semblent admiratifs alors que les murmures vont croissants à mesure que nous marchons. Et je la précède dans une petite salle, avant de souffler, mon regard se perdant dans le vide. « C’est là que nous avions l’habitude de manger. En petit comité. C’est… » Je fronce les sourcils, perdant un peu le fil de mes pensées avant d’inspirer longuement. « Il faut que je demande de quoi manger ? » Je ne sais même plus comment je dois m’adresser à Rhaenys en plus du reste. En cet instant, c’est l’amie avec qui j’ai commencé à tisser des liens qui est présente devant moi. J’en oublierais presque qu’elle est aussi l’Impératrice à qui j’ai prêté allégeance.  


Family - Duty - Honor
I am not bound to win, but I am bound to be true. I am not bound to succeed, but I am bound to live up to what light I have.
Lyham Tully

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Rivières et des Collines
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Lyham Tully
Honor, Family, Duty
Messages : 1037
Membre du mois : 40
Célébrité : Sam Heughan
Maison : Tully
Caractère : ♦ Obstiné ♦ Loyal ♦ Rancunier ♦ Protecteur ♦ Intransigeant ♦ Stratège ♦ Rigide ♦ Epicurien ♦ Bagarreur♦ Résolu♦
Honor, Family, Duty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A Window to the Past   A Window to the Past EmptyVen 3 Jan - 18:19



Vivesaigues, An 1, mois 9, semaine 3




Je ne pouvais rien faire pour apaiser la peine et la douleur de Lyham. Je ne pouvais pas alléger son cœur, et aider son âme à aller mieux. Personne ne le pouvait. Personne ne le pourrait jamais. Il allait devoir apprendre à vivre avec. Il n’oubliera pas. Il ne passera pas à autre chose. Tout cela… Tout cela n’était que des mensonges que l’on disait pour donner de l’espoir à ceux qui souffraient. Un espoir qui s’avérait brutal. Je ne lui donnerai pas ce faux espoir. Jamais. Je ne lui mentirai pas. Je ferai mieux que cela. Je me tiendrai à ses côtés. Je serai présente quand il en aurait besoin. Qu’importe la distance à parcourir. Qu’importe ses mots qui me firent uniquement secouer la tête de manière négative. Nous étions amis, et je le soutiendrais.

Il était en plein brouillard, et je ne lui reprocherai pas. Demain, demain il devra se ressaisir. Mais aujourd’hui, aujourd’hui, il pouvait encore pleurer sa femme et son enfant perdus et les enterrer l’un et l’autre, leur rendre un dernier hommage. Demain, demain il les vengerait. Demain il devra faire face, faire semblant d’aller bien, et d’avancer. Demain, oui demain. Et je lui dirais tout cela, mais plus tard. Pour l’instant, je l’accompagnais et je l’aidais. Je n’étais pas encore là pour le secouer.  C’est ce que j’appelle du courage. Il en faut pour se lever chaque matin de son lit, pour continuer à bouger, à vivre. Tu te rendras bientôt compte que tu en as plus que tu ne le penses. lui dis-je doucement en serrant à mon tour ses mains dans les miennes. J’étais d’accord avec lui. Elle n’aurait pas dû mourir. Les dieux l’avaient rappelé à eux bien trop tôt. Jamais nous ne comprendrons non plus pourquoi ils avaient agi ainsi. Mais nous n’y pouvions rien. Ni lui, ni moi.  

Nous nous mîmes à l’abris de la pluie. Pendant tout le trajet, je gardais ma main dans celle de Lyham tout en saluant d’un léger signe de tête les personnes que nous croisions, qui ne manquaient pas de s’arrêter, les yeux ronds. Je le laissais me précéder dans une petite salle qui lui rappela des souvenirs qui étaient si douloureux en cet instant. Perdu. Il était complètement perdu. Un domestique se présenta alors qu’il m’interrogeait sur ce qu’il fallait demander pour manger. J’indiquais au riverain d’apporter du pain, du fromage, de la viande froide et son alcool le plus fort avant de le laisser filer. Une fois partie je lui signe à Lyham de s’assoir.  Je ne vais pas te mentir Lyham. Tout te rappellera ta femme. Tout cela, ça va te faire souffrir, encore plus que son absence. Parce que tu te languiras de ces instants, imaginant sans cesse tous ceux qui t’ont été volés. Tu devras ravaler ta rage et ta tristesse pour survivre. Au début, tu survivras. Et ensuite, tu te remettras à vivre. Ce sera long. Et tu ne cesseras jamais d’avoir mal. Alors ne repousse pas la douleur. Tu dois l’accueillir et en faire une amie à laquelle tu dois d’habituer. ce n’était pas ce qu’il voudrait entendre, mais je n’étais pas là pour lui mentir. On ne mentait pas à ses amis. Je m’interrompais le temps que la nourriture soit apportée par une multitude de servants. Efficaces et rapides, ils nous laissèrent sans s’éterniser outre mesure. Mange. Même si tout aura un goute fade, il faut que tu manges. Ton fils et ta fille ont besoin de toi. Ton peuple a besoin de toi. Tu vas devoir faire semblant d’être fort. Et pour cela tu dois manger. je lui servais un verre d’alcool, un seul. Bois. Cela allait le sortir un peu de sa torpeur. Ensuite, nous irons nous préparer. Je vais demander qu’on me fasse porter une robe de la princesse Lysara avant de rejoindre ta Reine. Nous laisserons les eaux l’emporter et si tu ne le peux pas, je tirais la flèche sur la barque. Puis nous irons boire un verre en son hommage. Tu te forceras d’évoquer à voix haute des souvenirs la concernant. Ensuite, nous regagnerons tes quartiers et tu pourras t’effondrer. En attendant, tu devras jouer la comédie. Et je t’aiderai à la jouer.  Puis demain, tu recommenceras à la jouer. Et le lendemain également. Tu le feras encore et encore et tu finiras par t’apercevoir un jour que cette douleur t’est devenue familière, et qu’elle est moins lourde à porter.










Hēnkirī

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Messages : 3201
Membre du mois : 0
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Revenir en haut Aller en bas
https://injustice-hoc.forumactif.com/
MessageSujet: Re: A Window to the Past   A Window to the Past EmptyJeu 30 Jan - 17:34

Une part de moi, cette part que je me refuse à écouter depuis que c’est arrivé, depuis que je sais que plus jamais je ne la reverrais, cette part de moi a envie de lâcher prise pour de bon. Après tout, pourquoi continuer ? Pourquoi se battre si elle n’est plus là pour le voir ? C’est pour elle que j’ai ployé le genou devant Torrhen et Rhaenys. Pour notre famille. Notre avenir. Et quel pourrait bien être l’avenir sans elle ?

Et, quand je vois mon Impératrice devant moi, quand je vois ce petit bout de femme qui sait par quoi je suis passé, qui a vécu bien des drames aussi malgré son jeune âge, je me rappelle aussi que je ne l’ai pas que pour Alysanne. Que j’ai tenté de le faire pour nos enfants qui eux, sont toujours là. Et que je ne peux pas abandonner, pas maintenant. Pourtant je souffle, avec un sourire sans joie. « Vraiment ? Et pourtant les di… » Je fronce les sourcils, refusant même de les évoquer, d’y penser, de peur que la colère prenne le pas sur le reste. Comment aller prier, comment vouloir attirer leur attention après tout ce qu’ils ont pu m’enlever ? « … Et pourtant, je n’ai pas envie de me lever. J’ai passé ma vie à douter, mais elle était toujours là pour me conforter dans mes choix. Jusqu’à ce que je décide de vous suivre. Et là, c’est elle qui a douté. Je n’ai pas réussi à la rassurer, à la conforter dans cette décision qui était la meilleure. Je n’ai pas été à la hauteur et c’est trop tard pour arranger les choses. Alors j’avoue que je ne vois guère où trouver le courage de continuer dans l’immédiat. » Pourtant, je sais que je vais le faire. Que je vais relever la tête et avancer. Pour tous ceux qui nous entourent et n’attendent que ça.

Quand bien même l’envie, l’étincelle qui m’a animé s’est éteinte avec elle. Je le ferais parce que c’est mon devoir. Pour la venger. Pour tenir ma promesse. Mais, au fond, que je sois là ou pas pour voir s’accomplir ce rêve que je partage n’a plus vraiment d’importance.

Je suis Rhaenys sans dire grand-chose, sans même réellement réaliser ce que je suis en train de faire. Et je m’assois, l’écoutant avec attention, les yeux un peu trop écarquillés, la mine un peu fantomatique pour donner l’impression que je tiens le coup. Mais chacun de ses mots fait mouche, comme à chaque fois qu’elle a pu me parler. « Et si c’est cette rage et cette tristesse qui m’aident à tenir ? Si c’est ce qui m’empêche de sombrer pour de bon ? Ce serait une si mauvaise chose ? » C’est une vraie question. Si la douleur m’a envahi à la mort de mon père, ce que je ressens est pour l’heure bien trop confus et complexe pour que j’arrive à mettre un nom dessus. Accueillir la douleur comme une amie. Voilà bien quelque chose qui, pour l’heure, m’est impossible à concevoir. Parce que ce serait accepter sa perte, vraiment.

J’ai un profond soupir alors que je ne jette qu’un regard aux servants qui entrent et sortent sans un bruit. Je sais pourtant qu’ils ont le cœur lourd. Ils aimaient Alysanne et, si elle n’était pas faite pour être Reine, elle était le cœur et l’âme de ce château. J’attrape un morceau de pain plus par réflexe qu’autre chose et je me frotte le menton. « Faire semblant… que tout ça en vaut encore la peine. Jusqu’à ce que j’y crois de nouveau. C’est l’idée j’imagine. Et éviter de penser à chaque instant que c’est ma faute donc. » J’ai un sourire sans joie, buvant d’une traite le verre qu’elle me tend avant de grimacer. « Bon sang, qu’est-ce que c’est que cette chose ? » J’ai le gosier qui me brûle mais, étonnamment, j’ai l’impression de ne plus être totalement confus dans ce que je peux ressentir. C’est quelque chose de réel, de concret, que je peux comprendre. Alors je me raccroche à cette brûlure qui se fait moins désagréable à mesure que passent les secondes. « Ce serait… un honneur de voir Rhaenys Braenaryon tirer la flèche dans sa direction. Elle aurait apprécié la symbolique. Et aurait probablement dit que c’est ce qu’il faut pour rappeler au peuple qu’il n’est pas seul, qu’il ne sera plus jamais abandonné par ceux qui le dirigent. » Je hoche la tête au reste, fronçant les sourcils l’espace d’un instant. « Je suppose que ce sera probablement la pire et la plus longue journée de mon existence. » Pire encore que de lire cette missive et de réaliser que je suis arrivé trop tard. Et je souffle, sans même y réfléchir. « J’avais 15 ans quand j’ai croisé son regard pour la première fois. Et j’ai décidé que je n’en aimerais jamais une autre. Jamais. Mon père m’a traité de tête de mule et j’en passe. Mais j’ai tenu bon. Jusqu’à pouvoir l’épouser. » Vingt ans. C’était il y a vingt ans. Je devrais m’estimer heureux, peu de personne ont la chance de vivre une histoire d’amour et encore moins qu’elle dure aussi longtemps. Et pourtant… « … c’est injuste. C’est comme si les Dieux ne faisaient que me punir un peu plus chaque jour de mes choix. Ou de ne pas les avoir fait avant je ne sais pas. Comme si rien de ce que je pourrais faire ne sera suffisant à leurs yeux. » Et je les déteste pour ça. Oh comme je les déteste. Presque autant que l’idée de devoir vivre avec cette douleur qui ne me quittera jamais. Ou que je me déteste moi-même pour tout ça.


Family - Duty - Honor
I am not bound to win, but I am bound to be true. I am not bound to succeed, but I am bound to live up to what light I have.
Lyham Tully

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Rivières et des Collines
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Lyham Tully
Honor, Family, Duty
Messages : 1037
Membre du mois : 40
Célébrité : Sam Heughan
Maison : Tully
Caractère : ♦ Obstiné ♦ Loyal ♦ Rancunier ♦ Protecteur ♦ Intransigeant ♦ Stratège ♦ Rigide ♦ Epicurien ♦ Bagarreur♦ Résolu♦
Honor, Family, Duty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: A Window to the Past   A Window to the Past Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
A Window to the Past
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Le Conflans :: Vivesaigues-
Sauter vers: