Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -31%
Scie sauteuse sans fil Ryobi – sans batterie ...
Voir le deal
45.55 €

Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]
MessageSujet: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyJeu 7 Nov - 20:56

Voilà qu'Azhana avait posé le pied sur la terre ferme, à Accalmie – sombre château fort fouetté par le vent redoutable, juché sur des falaises semblant infranchissables pour quiconque n'y eût pas été invité à l'intérieur. Si l'imposant avait de quoi impressionner la Meereenienne, la nostalgie d'un temps plus favorable balayait l'extase du nouveau ; Azhana avait apprivoisé de tout son corps le soleil qui désormais lui manquait.
Quoi qu’il en fût, Azhana ne se plaignait pas pour autant. Elle avait recouvré sa liberté, elle s’était trouvée à accompagner dans une curieuse romance interdite que chacun pouvait qualifier à sa guise. À ce propos, sa relation avec Lyle était loin d’être définie, et elle se résumait, pour l’instant, à des échanges de regards mi-complices, mi-défiants, quelques rapprochements plus prononcés, et des échanges de discussions plus libres et sincères. La situation de la jeune femme était donc plus sûre. Lyle lui assurait un bon traitement sur son navire et, désormais, sous l’impulsion d’Azhana d’ailleurs, il lui avait offert une somme d’argent pour se procurer autre chose que des habits de marin. À Accalmie, on ne retrouvait hélas pas des robes aux mille couleurs comme on les voyait à Essos. Ici, l’on privilégiait les vêtements plus épais pour résister au vent et aux pluies.
C’est ainsi que, essayant de s’accoutumer à sa nouvelle robe et à ses quelques fourrures légères nappées sur ses épaules, Azhana se pavanait dans la ville, alors que le navire était en cours de réapprovisionnement. À cette occasion, il ne sût échapper à sa fine oreille, bien que déshabituée ces derniers mois, le son de cordes qui vibraient. Voilà qu’Azhana se fraya un passage dans la foule qui allait d’étal en étal sur le port, pour se diriger vers l’origine de ce bruit, puis finir par tomber nez-à-nez sur un marchand qui vendait quelques instruments. La plupart de ceux-là étaient inconnus à ses yeux, mais un ne l’était certainement pas. Il y avait un luth, un beau luth, fait d’un bois pâle et comportant des gravures exactement du même genre que l’on pouvait trouver sur son continent.
Fussent les yeux grands ouverts de la jeune femme, qui faisaient miroiter dans leur émerveillement l’instrument en question, ou bien simplement le physique exotique de la jeune femme (à l’image de cet objet), que le marchand lui tendit le luth et lui dit :
« Joue. »
Les paroles de l’homme avaient sonné comme un ordre. Elles étaient un ordre. L’homme, qui était âgé, avait dû lire sur les doigts fins d’Azhana sa prouesse pour faire vibrer les cordes. La jeune femme passa outre le ton rude du marchand, et s’exécuta. Elle ne le fit que pour son intérêt, car il ne s’était pas passé un jour sans qu’elle ne jouât de cet instrument auparavant, et son aventure en mer l’y avait empêché. Elle avait envie et besoin de jouer, et il n’avait pas fallu l’y prier à cette fin.
Elle s’assit en tailleur contre le mur d’une habitation, déposa l’instrument sur ses cuisses et le blottis contre elle, puis elle se mit à jouer.
Elle avait passé le martyr ces dernières semaines, d’abord sa captivité, puis l’agression impardonnable de Lyle, enfin le coup de couteau dans son ventre ; désormais ses doigts s’étaient refroidis, rigidifiés.
Les premières notes sonnèrent comme celles d’un enfant qui apprenait à jouer pour la première fois. Puis, peu à peu, les pensées s’effacent et seuls les doigts s’emballent ; ils tapent sur les cordes, les grattent, les piquent et les caressent. La mélodie lui revenait, et Azhana n’avait que faire des regards alentours. Elle ne faisait pas même attention au fait que la foule s’était écartée pour faire place à un groupe de gardes qui ordonnaient sévèrement de se pousser.
Azhana zo Taraq
Azhana zo Taraq
Messages : 72
Membre du mois : 0
Célébrité : Aishwarya Rai
Maison : Irrohrin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyVen 8 Nov - 13:20

Il n’y a jamais beaucoup à attendre des heures juste avant l’aube. En règle générale, c’est le moment où je me débats avec une armée de fantômes, avec les incarnations presque vivantes de ce qui fait mon quotidien ; problèmes de logistique, décisions potentiellement létales pour beaucoup de gens à prendre, sans parler de tout le reste. Politique interne, étrangère, diplomatie avec les autres puissances et rapports de nos agents partout dans l’Empire et au-dehors. La nuit ne me laissait presque jamais de véritable repos. Sauf peut être ces soirées où le sang et l’horreur sont oubliés par d’autres préoccupations plus pressantes, plus immédiates ; ces nuits où Rhaenys se colle contre moi, celles où nous avons enfin un peu de temps pour nous. Si peu, si rares sont ces nuitées là avec tout ce que la gestion de tout un Empire, d’une maison inédite et de notre propre famille. Il faut alors en profiter. Ce ne fut pas le cas, le soir précédent. Car les nouvelles toutes plus difficiles et douloureuses les unes que les autres nous laissaient fatalement le goût amer des solutions en demi-teinte nous faisait nous arracher les cheveux de frustration, et de travail.


La mort d’Alysanne Tully était encore une difficulté de plus. Plus que les autres teintées de sentiments, d’émotions douloureuses. Je ne pouvais pas concrètement la considérer comme une amie, pas avec ces si rares rencontres. Mais cela ne m’avait jamais empêché d’éprouver le plus solide respect pour cette femme qui avait dû tenir une place au nom d’un Roi, son mari, qu’elle n’avait pourtant pas encensé à ce poste. Du moins au départ. Elle avait tenu bon, laissé son fils et son beau-père se présenter devant des ennemis et faire leurs armes contre la menace de la Foi. Entre ça et tout le reste, sa propre adhésion à l’Empire…


Alysanne avait aussi été la belle-mère de mon fils. Nous étions les parents d’un couple de souverains, de Roi et Reine du Nord. Cela liait, même sans avoir l’occasion de beaucoup se voir.


La valse mortelle autour de moi continuait, encore et toujours, et cela noircissait à nouveau le tableau général de la situation dans laquelle nous nous trouvions. De bonne heure, je m’entraînais donc. Cognais comme un sourd avec une épée émoussée contre les mannequins bardés de masses pointues, de lances et de lames, contre lesquelles je devais me mouvoir avec une agilité que mon corps ne connaissait plus depuis Buron, encore moins depuis Eysines. Dans la cour du château d’Accalmie, je finissais par me rincer dans un grand baquet d’eau froide, par revêtir plastron et cape, et par partir me changer les idées.


Aller à la rencontre de ce peuple que je souhaitais unir.


Quelques gardes, tout de même, car on ne savait pas à quel point le Bief était infiltré dans la place. Peut être pas du tout. Peut être partout. Alors, quelques hommes en armes, mais qui m’encadraient depuis un quadrilatère relâché, qui me permettait de palper les marchandises du port, de converser avec des pêcheurs, de prendre les nouvelles de marins venus du nord lointain. Jusqu’à ce que j’entende un peu de musique. Calme, mélodieuse. J’aimais ces accords d’un rythme pourtant exotique car un rien plus rapide que ce dont j’avais l’habitude.


J’attends la fin du récital, une jeune femme qui semblait étrangère. Elle semblait un peu raide, un peu… Gênée. Comme si elle n’avait pas joué depuis longtemps, ou quelque chose du genre. Je savais reconnaître cette forme de raideur dans son attitude, car j’avais en mon épouse, la plus parfaite des mélomanes.



| Bravo, Dame. D’où viennent ces notes dont vous nous avez gratifiés ? |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 31901
Membre du mois : 50
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyMer 13 Nov - 21:29

Azhana fut surprise de constater, après avoir relevé sa tête et s’être arrêtée de jouer, que la foule s’était écartée, et que, en face d’elle, se trouvait désormais un homme, de haute stature à en juger à sa parure, qui était accompagné de plusieurs gardes armés.
Méfiante comme elle était, Azhana écarta son instrument et se releva aussitôt. Elle était aussi prête à se saisir de son couteau qu’elle gardait toujours sous sa robe. Après sa rencontre avec Lyle, elle imaginait facilement ce qu’un homme de pouvoir était susceptible de vouloir d’elle. Après le mal qu’elle avait subi depuis son arrivée à Westeros, Azhana ne croyait plus que les inconnus pouvaient lui réserver un bon traitement, car elle leur était trop étrangère.
Les premières paroles que l’homme lui adressa n’étaient néanmoins pas dangereuses, de même que son ton d’ailleurs, qui se voulait bienveillant. Rien qu’à sa manière de parler, l’inconnu révélait sa noblesse, et cela avait de quoi conforter quelque peu la jeune femme, qui, bien qu’ayant l’accent de ses terres, devait avoir un style d’expression semblable, même si ce n’était pas sa langue natale.
Rendant l’instrument à son propriétaire et s’apprêtant à s’en aller avant de trouver des problèmes auprès du riche homme, Azhana ne lui répondit que la chose suivante :
« D’un endroit lointain… »
Il fallait la comprendre. Son physique, son accent, et sa musique – tout portait à croire qu’elle venait d’Essos, et, partant, elle risquait d’être associée au Tigre, ennemi de ces terres et de subir un mauvais traitement.
Azhana baissa la tête et les yeux, et commença à s’en aller d’un pas preste.
Azhana zo Taraq
Azhana zo Taraq
Messages : 72
Membre du mois : 0
Célébrité : Aishwarya Rai
Maison : Irrohrin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyLun 18 Nov - 22:04

Je ne pouvais pas souvent prendre le temps comme aujourd’hui, de prêter une oreille attentive aux simples passants, aux habitants des contrées que je traversais. La guerre m’en privait à chaque fois que cela commençait à compter pour moi, à chaque fois que je me disais que justement, cela pourrait très bien m’aller de boire une bière brassée par les gens du crû, essayer d’apprendre quelques mots de patois local et me renseigner sur les environs. Ca ne faisait pas forcément de moi le meilleur des monarques, et ce n’était pas totalement désintéressé non plus. Il y avait souvent aussi moins d’hypocrisie chez ces gens, dès lors qu’ils vous servaient une tranche de lard et qu’ils vous donnaient à boire. Les incidents restaient rares ; il était de notoriété commune que j’appliquais strictement la Loi Nordienne et que si je savais très bien respecter mes hôtes j’attendais les mêmes égards de leur part, autrement c’était l’épée que je portais au côté qui pouvait se mettre à chanter.


Qu’importe donc ce que j’avais à faire, parfois j’avais simplement besoin de marcher, de ne pas penser. J’avais pris un peu de temps pour aller chercher un peu d’air frais au dehors et je n’avais pas eu besoin de jouer des coudes ; même pour moi cela sautait aux yeux que la ville avait moins d’habitants qu’en temps normal. La guerre avait lourdement prélevé dans la population, avec bien peu d’hommes qui ne portaient pas les armes, et encore pour l’essentiel il s’agissait de jeunes et de vieux. Comme le Nord avait lui-même été réduit à ces extrêmités…


La jeune femme que j’aborde, la musicienne, a le teint des gens que j’ai pu rencontrer qui venaient de Dorne. Et de certains venant d’Essos. Sa réponse, d’ailleurs, me laissa un rien dubitatif. J’avais pour habitude que l’on me réponde, par politesse ou par devoir, et le plus souvent les deux.



| Dois-je comprendre que vous venez d’au-delà du Détroit ? D’Essos? |


Je ne parlais pas trop vite, et distinctement, car mon accent nordien n’était d’après Rhaenys qu’un peu déroutant au début, et j’avais bien compris qu’elle-même ne venait pas d’ici. La jeune femme tourne les talons, ce qui était perçu comme un grave affront à Westeros. D’autant que les gardes firent un pas en avant, main sur le pommeau, tandis que les rumeurs grondaient autour.


| Ne suis-je pas digne d’au moins connaître votre nom, et quelle est cette mélodie dont vous avez régalé ce marché? |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 31901
Membre du mois : 50
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyJeu 21 Nov - 19:48

Il fut fâcheux que l’homme ne s’arrêta pas là. Il interpella la jeune femme. Azhana se retourna. Il y avait les gens – passants ordinaires, qui lorgnaient discrètement la scène qui les intriguait. Il y avait aussi les gardes du noble ; eux avaient l’air sévère, et il était fort à parier que la main sur le pommeau de leur arme n’était pas anodine. En effet, Azhana savait que, en ayant tourné le dos au riche, elle avait violé les règles du civisme qu’elle devait à l’égard d’un homme, noble de surcroît. À cet égard, les règles de la haute société ne changeaient en rien entre Westeros et Essos.
On pouvait voir sur Azhana les joues rosir et le regard se crisper, de crainte que la situation ne s’envenimât. Rien qu’à la question de l’étranger, Azhana ne sut que répondre, restant la bouche légèrement béante. Elle ignorait si la sincérité pouvait lui porter préjudice.
Pire encore, par sa question suivante, l’homme sembla défier Azhana, la pousser à obtempérer, s’arrêter, et prendre le temps de répondre, au risque de lui faire expressément affront.
Le félin sauvage qu’était devenue Azhana, plein de stress qui lui faisait prendre cette position de défense extrêmement immobile, songea qu’elle n’avait pas toujours été comme cela par le passé. Elle-même venait d’une famille riche et avait reçu une éducation réservée aux hautes sphères de la société. Elle était capable de répondre à la manière de l’homme si le cœur lui en disait ; et, en fin de compte, il était possible que c’est bien en adoptant cette attitude qu’elle allait pouvoir sortir de cette situation.
Elle s’arrêta, se tourna vers l’homme et le regarda, puis elle lui répondit :
« Vous avez bien compris, Messire. »
Elle ajouta aussitôt :
« Toute dignité est vôtre, mais mon nom vous serait insignifiant, ainsi que l’est ma personne, et ma musique – sombres notes venant de terres où rien ne pousse. Quel intérêt un notable de votre stature pourrait bien avoir à écouter ce genre d’histoires ? »
Azhana n’avait pas puisé dans ce registre depuis bien des mois, mais elle ne devait pas avoir perdu de son éloquence. Ainsi qu’il était de rigueur en Essos, il fallait, avant tout flatter les nobles et les appeler de tous les qualificatifs les meilleurs ; quant à soi, il fallait se faire bas.
Azhana commença à s’incliner légèrement en signe d’adieux, pour ne pas tourner le dos directement à l’homme, attendant que celui-ci s’en allât de lui-même. Elle lorgna du coin de l’œil les gardes autour de l’inconnu, qui semblaient prêts à réagir au moindre affront ; elle observa notamment leurs armes.
Azhana zo Taraq
Azhana zo Taraq
Messages : 72
Membre du mois : 0
Célébrité : Aishwarya Rai
Maison : Irrohrin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyVen 29 Nov - 19:38

Il ne me faut pas longtemps pour désirer en savoir plus et surtout pour ne pas me laisser emporté par la colère ; mon instinct me dicte depuis longtemps à quel moment elle peut être un outil, une ressource, et dans tous les autres cas où elle ne pourrait que contribuer à me pourrir la vie, ma réputation, voire mon honneur. Mon existence toute entière. J’avais déjà pu tuer des gens sous le coup de la rage, qui pouvait flamboyer dans feu glacé dans mes tripes. Mais il était possible aussi que dans le passé j’avais plus souvent manifesté une colère plus sourde, qui se voyait plus sur le visage et dans les yeux que dans la puissance de ma voix, ou de ce corps forgé pour la guerre des décennies plus tôt. J’alpague l’étrangère alors, puisque je suis presque sûr à son timbre et à son accent qu’elle n’est pas orageoise, et que le commun de Westeros n’est très probablement pas sa langue de naissance. Avec Rhaenys et la formation de l’Empire, je devais très bien constater que le champ de mes horizons s’était très clairement étendu, et j’étais bien plus sensible de l’altérité aujourd’hui que je ne l’étais jadis, quand je ne vivais qu’au milieu des nordiens de mon coeur.


La brune se retourne donc finalement et voici qu’elle répond sans agressivité et sans doute, avec moins de désinvolture que précédemment. Elle a dû comprendre que j’étais du genre sérieux comme client, et de par ma position, et de par mon propre caractère. Elle confirme venir d’au-delà d’Essos et pendant qu’elle s’explique je me rapproche, toujours talonné de gardes en armures lourdes. Elle explique alors qu’il n’y avait pas eu mâle intention dans son comportement, mais il était assez évident qu’elle ne souhaitait pas vraiment se faire remarquer. Je ne loupe rien de son regard dirigé droit sur les armes que portent mes hommes, membres de la valeureuse garde Demalion.



| Ils ne vous feront pas de mal ; ils sont surtout là pour s’assurer que personne ne m’en fasse. |


Même s’il était évident à ma posture, à la carrure et au regard que je n’étais pas le genre d’homme à se laisser marcher sur les pieds, tout comme il était vrai que l’on pouvait sans doute questionner mes compétences, compte tenu de l’abominable trogne que j’arborais, le visage barré d’une immonde cicatrice descendant du côté gauche du front à la commissure des lèvres du côté droit, chevauchant le nez lui aussi égratigné. Et remontant ensuite du coin des lèvres jusqu’à la pommette, comme autant de signes d’une grave blessure qui m’avait valu, plus tôt, de finir défiguré d'autant.


| Qui êtes-vous dame, et d’où venez-vous en Essos? Pardonnez ma curiosité mais il est rare de rencontrer quelqu’un comme vous ici. |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 31901
Membre du mois : 50
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyMer 4 Déc - 21:40

Azhana s’arrêta, le buste mi-incliné. L’homme venait de lui adresser une nouvelle question. Il ne la laissait toujours pas partir. Que diantre voulait-il encore d’elle ? Ne voyait-il pas qu’il l’importunait, qu’il la gênait, en premier lieu à cause du monde alentours qui l’épiait, elle qui détestait être visible de tous et ce plus encore à Westeros ?
Azhana ne sut cacher sa contrariété, par ses regards en coin, ses sourcils rapprochés et sa bouche qui n’évoquait rien de jouasse.  
« Je… hum… Je viens… de Meereen », marmonna Azhana, tandis qu’elle continuait à jeter des regards en coin comme pour chercher un moyen de s’échapper.
Elle se sentait gênée avant tout à l’idée de divulguer ces informations qui pouvaient lui attirer les ennuis de la part de personnes mal intentionnées à l’égard des étrangers de sa sorte, tels les marins de l’équipage de Salfalaise, qui l’avaient poignardée à peine plus d’une semaine auparavant. Au sujet de la blessure qu’Azhana avait au bassin, la cicatrisation allait en dents de scie. Les maux lui revenaient parfois, elles lui provoquaient des sensations désagréables et étranges, des pertes de tension, des vomissements…
Et, subitement, au moment où Azhana conversait avec le riche homme, voilà qu’il fallut que le mal la reprît une fois de plus. Cette fois-ci, la douleur fut à peine soutenable. C’était comme si le poignard venait se planter une nouvelle fois dans sa chair.
Il lui fut impossible de réagir autrement que de porter la main à son bassin et de se recroqueviller légèrement. Le visage s’étant crispé aussitôt, Azhana ne sut dire que d’un souffle :
« Je… excusez-moi, je… dois partir. »
Elle n’adressa qu’une brève inclinaison de la tête à l’égard de son interlocuteur, et elle s’empressa de s’en aller, puis de tourner en s’engouffrant dans la première petite ruelle qui se présenta sur son chemin. Là-bas, derrière un vieux tonneau abandonné, Azhana, plaquant son dos contre un mur, se permit de lâcher un gémissement étouffé, et se laisser glisser par terre. Oh, elle regrettait ce coup qui lui avait été porté, tout comme elle regrettait bien des choses qui lui étaient arrivées depuis sa venue à Westeros. Cela dit, la jeune femme ne se donna pas le droit de geindre ni de pleurer. Elle observa plutôt sa robe, et remarqua à son dam qu’elle était teintée de sang : la plaie venait de se rouvrir. Une grossière injure meerienne échappa même des lèvres de la jeune femme, ce qui ne lui ressemblait pas d’ordinaire.
Ses beaux vêtements étaient tachés, et c’était déplorable, mais ce qui était de première importance, c’est qu’il allait falloir recoudre sa plaie. Se trouvant seule dans la ville, Azhana ne voyait aucun autre moyen que de se procurer soi-même du matériel, ou de supplier d’une quelconque façon un médecin de l’aider en contrepartie d’une bien piètre rémunération. Les deux cas présentaient de maigres chances de succès.
Azhana zo Taraq
Azhana zo Taraq
Messages : 72
Membre du mois : 0
Célébrité : Aishwarya Rai
Maison : Irrohrin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyDim 15 Déc - 14:48

Je n’avais pas l’habitude que l’on veuille me manquer de respect, volontairement ou non. D’ordinaire il était plutôt question que je me retrouve à devoir essayer de décrypter l’attitude des gens qui m’entouraient, comme s’ils étaient forcés d’avancer masqués, à pas feutrés, car il n’était pas le plus facile du monde de m’approcher de par mon titre et mon entourage des plus martial. Il ne fallait pas se laisser intimider, pourtant, tant que l’on y mettait les formes, car il était assez clair que je me trouvais être un souverain relativement abordable ; je n’avais pas de cour, seulement des soldats. Et pourvu que l’on ne me fasse pas perdre mon temps, on pouvait à peu près évoquer devant moi tous les sujets, un peu comme s’il n’y avait pas de barrière ou de limite autre que l’intérêt des choses que l’on voulait porter à mon attention. C’est pourquoi je ne comptais pas laisser repartir la jeune femme comme cela, sans rien dire. Ce n’était pas vraiment une lutte mais je savais aussi que je serais jugé par les gens d’Accalmie sur mon paraître ; il y avait des choses que je ne pouvais pas laisser passer comme si de rien n’était. La jeune femme me dit après hésitation, semblant vouloir se retirer, qu’elle venait de Meereen.


Un des Demalion fait un pas en avant, main sur le pommeau de l’épée.



| Je viens de Meereen… Sire. |


Je me tourne vers l’homme, à cheval sur le respect que l’on me devait mais j’ai un geste de la main dans sa direction, paume vers le bas pour lui signifier qu’il pouvait tomber. Meereen était fort loin. Et elle n’était pas sous domination du Tigre pour ce que l’on en savait. Il n’en fallait guère plus pour que l’on se retrouve à converser de dragons et de chimères venus d’au-delà des océans, loin au-delà de l’ancienne Valyria et des mystères que renfermaient ses ruines. Elle se tenait l’abdomen, comme un point de côté assez bas sur son corps. Cela ne devait guère être agréable comme sensation vue la mine qu’elle arborait. Je fronçais les sourcils.


| De Meereen, aussi loin qu’est la Baie des Serfs ? |


Mais déjà la jeune femme s’excuse et titube pour s’éloigner. Toujours circonspect, j’adresse un signe de tête autoritaire à mes hommes qui me dévisagent sous leur casque pour leur dire de me suivre et de la retrouver. Il ne faut que quelques instants pour retomber sur elle et l’encadrer. Elle ne semble pas bien, et ses vêtements étaient tâchés de sang. La Garde m’encadre, craignant sans doute une embuscade suite à la présence de cet appât.


| Soyez prudent, votre Majesté. |


J’hoche la tête et me rapproche encore.


| Etes-vous blessée ? Que faites-vous ici, et que vous est-il arrivée, dame, pour que vous soyez dans cet état ? |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 31901
Membre du mois : 50
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyMer 18 Déc - 20:10

Azhana regretta de constater que l’homme qui l’avait interpellée l’avait suivie et n’avait pas tardé à la rejoindre. Les gardes qui escortaient le type semblaient plus prudents qu’il ne l’était ; en fait, ils étaient méfiants à l’égard d’Azhana, ne l’aimaient pas ; c’était que, sans doute, tant que leur protégé s’intéressait à la jeune femme, qui ne leur évoquait rien de familier et qui représentait donc une source de danger potentiel, d’autant plus à la vue du sang qui venait de tâcher ses vêtements, ils devaient redoubler de vigilance. Azhana, elle non plus n’était pas rassurée à l’idée d’avoir ces hommes peu enclins à la sympathie, mais là n’était pas sa préoccupation la plus importante du moment.
Quant au noble qui la suivait, Azhana, dans son état actuel, se sentait encore moins disposée à converser avec lui.
« Je… tout va bien », commença-t-elle par lui répondre.
Néanmoins, ayant retiré un peu ses mains tremblantes de son ventre, révélant tout le sang qu’elle perdait, Azhana ne pouvait croire qu’elle avait été convaincante.
« Je me suis blessée, en faisant une chute… » dit-elle encore, en finissant sa phrase d’une voix étouffée, car elle ressentait un mal à lui couper le souffle.
Il était certain qu’elle ne pouvait avouer avoir été poignardée par un homme de Salfalaise lors de la bataille de Tarsus, étant donné que le noble l’associerait probablement vite, à tort, aux armées du Tigre. Il était néanmoins plus aisé d’imaginer Azhana du côté du Tigre plutôt que du côté de Salfalaise, et c’était cette confusion qui était d’ailleurs la cause de sa blessure.
Il ne fallut pas longtemps avant qu’elle se sentît fléchir. Azhana s’adossa contre le mur derrière elle, puis elle n’eut plus d’autre choix que de lever ses yeux vers son interlocuteur, révélant un brin de panique dans sa fatigue, et de dire :
« Aidez-moi, Messire. »
Il y avait beaucoup d'espoir dans sa requête. Azhana était livrée à elle-même à Westeros, et elle ne pouvait plus que compter sur le reste de bourgeoisie qu’elle présentait encore en sa personne, et que le noble avait peut-être perçue en elle, pour demander l’aide urgente dont elle avait besoin. La pièce était jetée en l’air : soit elle tombait du bon côté et l’homme accédait à sa demande, soit elle tombait du mauvais côté, auquel cas il refusait ou bien il profitait de la vulnérabilité de la jeune femme à de sombres fins.
Azhana zo Taraq
Azhana zo Taraq
Messages : 72
Membre du mois : 0
Célébrité : Aishwarya Rai
Maison : Irrohrin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyDim 22 Déc - 17:31

Cette situation était de plus en plus étrange. Des gens d’Essos présents jusqu’ici étaient fort rares et ils étaient d’ordinaire agents du Tigre ou d’autres puissances néfastes en ce monde. En tout cas pour l’Empire. Ce n’était pas le cas de Meereen, mais cette ville ne faisait pas de commerce avec Westeros qui en dehors des frustres fer-nés ne tolérait pas l’esclavage. Du moins en théorie. Et Meereen, au milieu de tous les fantasmes nés de la distance et des légendes qui entouraient ce genre d’endroit emblématique il était assez clair que l’on pouvait sans doute tout raconter et son contraire. Quoiqu’il en soit, je serais curieux de savoir comment elle était arrivée jusqu’ici en Westeros, sachant qu’il n’y avait plus de liaisons commerciales, pas même avec Dorne. Encore un périple de l’étrange, qui méritait d’être conté, plus encore pour savoir comment l’on pourrait faire pour permettre à l’Orage d’être un peu plus hermétique aux gens qui visiblement, voulaient rentrer en son territoire.


Je me méfiais d’autant plus qu’une étrangère qui joue de la musique comme ça l’air de rien, puis qui s’enfuie, puis qui s’avère être blessée, c’était typiquement le genre de manège difficilement compréhensible qui en supplément ne m’aidait pas vraiment à faire confiance dans la situation, et restais par conséquent le plus prudent possible. Je ne voulais pas que les choses aient une chance d’empirer. Et j’en avais assez de son attitude rébarbative ; elle s’était mise en avant parmi la plèbe mais fuyait l’Empereur quand la seule politesse consistait à simplement me répondre ? Et elle perdait beaucoup de sang, aussi tiquais-je d’un air agacé.



| Ne soyez pas bête, par les dieux, vous saignez comme vache qui pisse. |


Je ne répondais même pas quand elle disait qu’elle s’était blessée en faisant une chute. Tout indiquait qu’elle mentait piteusement, c’était une lame sans doute qui avait fait cela et je n’étais pas franchement incliné à la compréhension, bien au contraire, compte tenu du fait que je n’aimais pas que l’on me prenne pour un imbécile, que l’on me mente, ou les deux à la fois. C’était typiquement le genre d’attitude qui me rendait fou. Et j’étais l’Empereur. Je n’avais pas à montrer la moindre patience pour ces sujets. Je me tournais à son appel à l’aide vers la garde. Si elle ne voulait rien me dire tant pis, mais je n’allais pas la laisser mourir dans la rue. Les hommes déjà, s’affairaient à la porter ensemble tandis que d’autres réquisitionnaient un chariot non loin.


| Ces soldats vont vous amener à un dispensaire pour y être soignée. Un homme venant de ma part ou de celle de la reine Argella Durrandon viendra vous y poser quelques questions. |


Elle est déjà emmenée par une partie des gardes, et les autres, sécurisant l’endroit, m’encadrent le temps qu’un des leurs revienne avec un surcroît de protection ; autour de moi rien n’était laissé au hasard.




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 31901
Membre du mois : 50
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyMar 31 Déc - 14:33

Quand le riche personnage évoqua une reine, Azhana fut saisie d’étonnement. Il lui sembla alors voir ce qui pourtant avait été évident depuis le début. L’homme n’était donc pas seulement noble, il devait être de la Cour du souverain de ces terres, voire le souverain lui-même.
Une vague de crainte traversa Azhana alors qu’elle se faisait prendre en charge par les soldats, et qu’elle regardait encore l’homme en question. Elle regrettait certainement d’avoir été aussi évasive avec lui, et elle craignait désormais de devoir en subir les conséquences. Peu de temps plus tard, Azhana apprit qu’il s’était agi de l’empereur Torrhen Braenaryon.

Elle avait été conduite ni plus ni moins qu’à une annexe du palais, et un médecin avait fini par recoudre sa plaie non sans faire grincer des dents quelque peu Azhana – un travail plus méticuleux et solide que les soins procurés par le guerrier Lyle Salfalaise quelques semaines plus tôt.
Au moment où le médecin s’en allait, la femme le retint et lui dit :
« J’aurais aimé m’entretenir avec… le maître de ces lieux, Messire. »
Elle n’osait pas même prononcer le titre ni le nom de l’empereur.
« Le maître des lieux, Lady ?... demanda le médecin, qui ne comprenait ni la question et ne connaissait pas le nom de la jeune femme qu’il avait soignée.
Azhana, Lady Azhana, répondit de manière expéditive la femme en usurpant quelque peu le titre qu’elle ne possédait pas. Oui, c’est bien cela – le maître.
— Sa Majesté, l’Empereur Braenaryon, Lady Azhana ? s’étonna l’homme.
Hum, oui, c’est ce que je vous demande », répondit Azhana.
Le médecin ricana légèrement :
« Je ne suis pas habilité à l’appeler, Lady Azhana. J’en suis navré. »
Il dévisagea d’une étrange façon la jeune femme, et devait s’imaginer certainement quels liens cette étrangère pouvait avoir avec l’empereur pour demander à le voir. Alors qu’il s’aperçut qu’Azhana s’était redressée et que, peut-être, elle s’apprêtait à se lever, l’homme dit encore :
« Reposez-vous, et restez immobile, Lady Azhana. Sinon, votre plaie risque de s’ouvrir de nouveau. Quelqu’un viendra surement vous voir bientôt, vous devriez patienter », dit-il en finissant par s’incliner, avant de s’en aller et de laisser la femme seule.

Des heures passèrent où Azhana resta seule dans sa chambre. Elle s’était même assoupie. Elle avait songé sortir par la fenêtre, s’enfuir pour ne pas risquer devoir payer les mauvaises conséquences d’un empereur qui, peut-être, avait de mauvaises intentions à son égard ; après tout, Azhana ignorait toujours la raison pour laquelle il s’était intéressé à elle, et pour laquelle il avait accepté de l’aider, et il était possible qu’il attendait quelque chose en retour. Néanmoins, cette fois-ci, Azhana choisit de rester, car si sa fuite échouait, il était probable que l’empereur refuserait toute clémence.
Azhana zo Taraq
Azhana zo Taraq
Messages : 72
Membre du mois : 0
Célébrité : Aishwarya Rai
Maison : Irrohrin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyVen 3 Jan - 17:13

Je n’avais jamais aimé perdre mon temps de quelque manière que ce soit. La jeune femme venue d’Essos avait la tronche des mauvais jours, des pauvres créatures apeurées et perdues qui, franchement, ne pouvaient en général pas être très déterminées à l’échange avec quiconque leur était trop lointain, avec tous ceux qui pourraient être une menace. Je ne voulais pas passer plus de temps que nécessaire avec ceux qui n’avaient pas réellement besoin de moi, et quand la défiance était trop grande il était clair que je n’étais plus forcément requis, ou en tout cas attendu. Dans tous les cas, choux blanc donc. Je pris donc finalement le large, après m’être assuré que le devoir serait bien rempli ; elle n’était pas une de mes vassales et ne comptait certainement pas parmi mes gens mais il n’en restait pas moins que je devais prendre soin des personnes qui vivaient en terre impériale, qu’ils soient nés ici ou ailleurs ; la légitimité de ma position en dépendrait toujours, et je n’étais pas homme à abandonner mourants sur le coin d’une route ceux qui ne m’avaient rien fait.

J’oubliais cette histoire. Jusqu’à quelques heures plus tard où des estafettes qui m’amenaient d’autres messages encore me glissèrent entre deux terribles nouvelles venues du Détroit qu’une dame étrange et blessée me demandait depuis le dispensaire, et réclamait audience. Lady Azhana, donc. Tel était le nom de la native de Meereen. Je ne savais pas vraiment ce qu’elle me voulait, moi qu’elle avait tenté de fuir pendant un bon moment. Je ne savais pas vraiment si ce qu’elle avait à me dire pouvait avoir une quelconque importance, mais je pris sur moi de prendre quelques instants en toute fin de journée pour lui rendre visite, alors que j’avais traité la majorité des autres problèmes bien plus urgents. Après tout, une fille d’Essos, bien gironde et sachant que l’Orage ne faisait pas commerce avec les cités d’au-delà du Détroit, c’était peut être qu’elle avait accompagné le Tigre à l’origine dans son expédition ? Toutes les armées charriaient leur lot de putains ou de courtisanes, de sorcières ou de rebouteuses. On me fit entrer, alors, et je remerciais le mestre d’un signe de tête. Toujours deux gardes sur les talons.


Je soupirais, en faisant la moue.



| Alors, « Dame » Azhana, est-ce que vous allez mieux, désormais ? Qu’aviez-vous à me dire, vous qui faisiez tant de mystères ? |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 31901
Membre du mois : 50
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyDim 5 Jan - 14:18

Et voici que, soudainement, quelqu’un commença à entrer dans la chambre. On pouvait distinguer les pas d’un seigneur de ceux des mestres soigneurs par leur lourdeur, leur cadence gracieuse, le tintement des armes et ornements, et le bruit sec d’épaisses bottes qu’il portait pour rappeler à tous qu’il était avant tout un homme de guerre.
Azhana savait qu’il s’agissait de l’empereur Braenaryon. De ses mains, elle s’empressa de remettre ses cheveux en ordre et elle redressa ses vêtements de façon à supprimer tout pli. Elle avait l’impression de ne pas être digne de faire face à un empereur. Pourtant, si Azhana ne devait sans doute pas avoir la riche et noble allure d’une des femmes de la Cour de l’empereur, sa tenue restait correcte, et l’on pouvait dire aussi que sa nature étrangère devait l’excuser de ne pas être identique aux autres dames de la région.
Quand l’empereur se montra, Azhana se hâta de se relever, et elle tâcha de ne pas se montrer blessée ; elle se tint droite avant de s’incliner aussi bas qu’elle le put. L’empereur parla. Il révéla connaître le nom d’Azhana. Il se montra aussi plus sévère, plus intimidant, qu’il l’avait été précédemment. Il montrait que, désormais, ce n’était plus lui qui se montrait disposé à la discussion. Toujours inclinée, Azhana dit :
« Monseigneur, pardonnez une… ingrate étrangère, son incivilité. »
Remontant seulement son regard suffisamment pour voir l’empereur, elle dit encore :
« Je vais bien, et cela grâce à votre aide. »
Enfin, Azhana se redressa, et elle expliqua :
« Toutefois, Monseigneur, je ne veux pas que vous veniez à penser que je vous ai… menti. Non, c’est juste que… j’ai appris à parler peu, depuis que je suis à Westeros ; c’est que je crains que ma personne, mon histoire, pousse inévitablement les gens de votre peuple à croire que je suis votre ennemie. Or, il s’agit de tout le contraire. Je vous dois néanmoins des explications, à vous, votre Grâce, car c’est la seule chose que j’ai en guise de la reconnaissance que je vois dois. »
Portant sa main contre sa robe, à l’endroit où elle avait sa plaie que le médecin avait recousue, elle dit :
« J’ai participé à la bataille de Tarsus, et c’est là que j’ai été blessée. Je n’étais pas avec le Tigre, mais contre lui. J’étais aux côtés des armées du Nord. »
Azhana ne voulait pas prononcer le nom de Salfalaise, car elle craignait être associée de trop près à celui qui devait être considéré bien largement comme un bandit.
Azhana zo Taraq
Azhana zo Taraq
Messages : 72
Membre du mois : 0
Célébrité : Aishwarya Rai
Maison : Irrohrin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyDim 5 Jan - 19:57

J’allais et venais à ma guise ; impossible de me laisser contraindre de quelque façon que ce soit. Certains y voyaient l’image du Loup de Winterfell, du souverain qui ne voulait pas se laisser vaincre par Harren. D’autres, qui me connaissaient sans doute mieux, se disaient aussi que je refusais toujours la perspective d’un obstacle sur ma route pour la simple et bonne raison que j’étais trop borné, ou trop stupide, pour accepter l’inéluctable. Aujourd’hui, je pouvais donner matière à dire à mes détracteurs. Mais ce qui comptait, c’était que je restais suivi, envers et contre tout, et que les choses auraient sans doute pu être bien pire. Quoiqu’il en soit, je venais réclamer des explications. Ce n’était surement pas très important, peut être même sans intérêt, mais je devais tirer cette affaire de femme de Meereen au clair. Les déboires d’une seule personne ne sont pas forcément reliés à des complots de grande envergure entre états, mais je ne pouvais pas pour autant mésestimer ce qu’il avait pu se passer.


La brunette se relève et se tient droite, tente de s’incliner mais sa blessure, pour un regard averti, semble la contraindre à rester assez raide. La jeune femme semble plus humble, plus disposée à la discussion. Ca ne rattrape sans doute pas le reste mais ça permet à tout le moins de pouvoir poursuivre la discussion. Je ne lui dis donc pas que je la pardonne ou que j’accepte ses excuses, mais je hoche la tête pour mieux l’incliner à poursuivre sur ce qui doit être maintenant essentiel ; me dire la vérité. Que je puisse savoir s’il y a quelque chose d’important dans son histoire qui peut nous aider, l’Empire et toutes les parties qu’il représentait. Je manquais de m’étouffer toutefois, quand elle me révélait qu’elle ne disait rien pour sa propre protection, et qu’elle avait participé à une bataille. A celle de Tarsus, où Salfalaise avait laissé passé sa chance de détruire le Tigre une bonne fois pour toutes pour poursuivre une nouvelle chimère, adoptant une stratégie incompréhensible. Je commençais d’ailleurs à me demander ce que l’homme faisait vraiment parmi nous.Maintenant que j’étais dans le sud j’en découvrais de belles sur son comportement et son aptitude à commander. Avais-je eu d’autres raisons que la reconnaissance de n’avoir pas brûlé un bourg qui devait devenir ma capitale, quand son palmarès s’étalait en échec à Moat Cailin, en massacre à Buron, en prise d’une ville de nuit, par ruse et par une énorme supériorité numérique ? J’avais misé sur cette rouerie, et sur une fidélité apparemment acquise. Mais aujourd’hui, je doutais. L’homme n’avait pas suivi ses ordres, pas toujours, et je suspectais même que contrairement à mes directives, il s’en était pris à des navires de Dorne, tout en laissant passer le Tigre de façon incompréhensible. Il fallait que j’en sache plus, car trop de zones d’ombres nimbaient cette drôle de campagne navale.


Que venait faire une dame de Meereen là-dedans ? On savait que les femmes, chez elle, n’étaient jamais éduquées pour la guerre. Qu’elles servaient, comme à Westeros, à perpétuer les lignées et à nouer des alliances.



| Il n’y avait pas de nordiens dans la flotte Salfalaise, si c’est de cela dont vous parlez. D’anciens hommes du capitaine du même nom, et des volontaires du Conflans. Mais il n’était pas sensé y avoir de femmes, car elles ne sont que rarement entraînées pour cela, et n’y ont pas plus souvent leur place. Sans parler d’une jeune dame de Meereen, qui semble bien loin de chez elle. |


En dehors d’exceptions, bien sûr. Mais la jeune femme n’avait pas un physique taillé pour la guerre, et venait d’une civilisation que l’on disait encore plus patriarcale que la nôtre. Je ne comprenais rien à sa venue jusque là, et à son implication dans le combat.


| Par les dieux, pouvez-vous m’expliquer ce que vous faisiez au sein de ma flotte ? Où avez-vous rejoint cette force, par quels moyens et pour quelle raison ? |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 31901
Membre du mois : 50
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyDim 12 Jan - 15:48

Azhana détourna son regard un instant après que l’empereur lui eut posé sa question.
« Je… »
Devait-elle parler de sa captivité sur le navire de Salfalaise, se mise à l’état d’esclave, les maux qu’elle avait subis ? Devait-elle avouer, plutôt, sa sorte de romance avec le terrible capitaine ? Enfin, devait-elle expliquer le lien – incompréhensible – entre les débuts horribles aux côtés de Lyle et la fin qui avait été bien plus pacifique ? Il semblait bien que, la bouche béante qui ne laissait échapper mot, Azhana ne pouvait rien dire de tout cela. Il s’agissait de choses auxquelles elle avait elle-même encore du mal à penser.
« J’ai enseigné les rudiments de ma langue au capitaine Salfalaise, Monseigneur », finit-elle par dire.
Cela n’était pas faux, mais était loin de constituer toute la vérité. Azhana était jeune, peu expérimentée, et il était évident que, en la voyant et en l’écoutant, l’empereur pouvait comprendre qu’elle dissimulait quelque chose. Sans doute pouvait-il imaginer aisément, en observant ces yeux sombres perdus dans le vide, qu’il y avait en Azhana quelque blessure plus douloureuse que celle qui l’avait fait venir dans ce palais.
Il était à noter que, sachant que la jeune femme savait désormais qui était son interlocuteur, son attitude était quelque peu surprenante. En effet, elle semblait relativement peu intimidée, et avait de l’aisance à parler au suzerain. Cela révélait le fait qu’elle avait l’habitude d’avoir affaire aux gens de la noble sphère, qu’elle avait reçu une éducation adéquate pour converser avec ce type de personnes.
Dans l’instant de silence qui s’installa entre les deux personnages, le sifflement du vent contre les pierres du palais se fit entendre. Azhana s’approcha de la fenêtre de sa chambre. On pouvait apercevoir, de là-haut, les nuages qui se rassemblaient au-dessus de la mer, et les vagues se multiplier.
« Tout est si agité sur votre île, dit la jeune femme. Je suis venue ici en pensant trouver ma place, et maintenant je ne sais plus. »
Elle se retourna vers l’homme, et s’expliqua :
« On dit qu’Essos est rude par son climat. Or, j’ai l’impression qu’il est plus dangereux de s’aventurer ici que dans le désert. Voilà des mois que je suis ici, et je n’ai l’impression que de trouver des personnes qui me sont hostiles, des gens dangereux. Personne ne me parle si ce n’est pour quelque intérêt malveillant. Il n’y a que vous, Monseigneur, qui avez accepté de m’aider, alors même que j’ai tellement distante avec vous, car je craignais des problèmes. Vous devez être un souverain exemplaire, et cela est tout à votre honneur. Pensez-vous que mes impressions sont fausses ? »
Se tenant à l’intérieur du palais, à l’abri du vent et de la pluie qui, bientôt, allait s’abattre sur la ville, en présence de l’empereur qui semblait prompt à l’écouter, lui qui était bien le seul à s’en montrer disposé, Azhana se réconfortait en cet endroit, et il lui semblait faire une retraite de l’ardeur de sa solitude dans Westeros ; c’était la raison pour laquelle elle avait l’impression de pouvoir parler avec lui.
Azhana zo Taraq
Azhana zo Taraq
Messages : 72
Membre du mois : 0
Célébrité : Aishwarya Rai
Maison : Irrohrin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyLun 20 Jan - 15:58

Froid, concentré, je pose la question de but en blanc. Je n’ai pas de temps à perdre ; je n’en ai jamais eu. Cela ne change rien au fait que j’essaie toujours d’être le plus attentif possible aux détails, de manière à faire en sorte de ne pas louper de petites histoires dans la grande, qui pourraient alors me pousser à prendre de mauvaises décisions. Quand on était à ma place, il y en avait forcément, des erreurs de faites. Mais le but du jeu était d’en faire toujours moins que notre adversaire, ce qui ne pouvait qu’être la principale manière de gagner. Elle hésite, en tout cas, dans un commun qui n’a pas grand-chose d’approximatif malgré son accent ; la jeune femme semble avoir pris une certaine habitude de le parler. Dans tous les cas, je notais sa gêne. Cela sous entendait qu’il lui était arrivé des bricoles, aussi étais-je plus encore attentif que d’ordinaire car les choses évoluaient vite, en même temps que ma propre connaissance des événements qui étaient longtemps restés flous pour moi, à cause de la distance, d’initiatives personnelles, et d’omissions plus ou moins volontaires des uns et des autres. Tout contrôler était donc une gageure qu’il n’était pas possible de réaliser à notre époque, où la lenteur des communications opérait une distorsion de l’information dans le temps et dans l’espace.


Je fronce les sourcils à son récit, croise les bras. Je m’étais attendu à de véritables confidences, compte tenu de ses hésitations, de sa drôle de blessure, de toute son attitude, suspecte depuis le début.



| Et vous êtes tombée du ciel, dame, pour lui servir d’interprète ? Racontez moi tout, ou ne me racontez rien. Mais décidez-vous ; je ne puis vous aider au-delà de vos blessures si je ne sais rien de vous. |


Je n’avais jamais eu de patience pour les secrets des gens, pour ce qu’ils voulaient dire sans pouvoir tout à fait le cacher, mais hésitant malgré tout à le signifier plus clairement.La jeune femme se redresse et se rapproche de la fenêtre, regardant dehors, me tournant à demi le dos. Visiblement pas très au fait du comportement à adopter vis-à-vis d’un souverain, mais je me fichais de l’étiquette si j’apprenais quelque chose d’important. Je ne comprenais pas vraiment où elle voulait en venir, alors je la dévisageais bras croisés, raide, toujours aussi neutre et concentré.


| Vous avez raison de craindre de problèmes. Je peux en faire à ceux qui sont mes ennemis, qu’ils soient radicaux ou pas. Je ne sais pas si vos impressions sont vraies ou fausses. Mais je pense que partout où il y a l’homme, il y a danger. Dites-moi tout, que je sache au moins que vous êtes et ce que vous faites à Accalmie. Autrement, je ne pourrais pas vous blanchir de tout soupçon. Je veux tout savoir de votre périple. |




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 31901
Membre du mois : 50
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyMar 21 Jan - 21:01

L’attitude du suzerain continua d’être sévère. L’homme insista pour qu’Azhana lui dît tout, sans quoi il n’allait pas lever les soupçons qu’il avait à son égard. Était-ce dû à l’impossibilité d’imaginer les choses que la jeune femme avait vécues, ou bien à la simple paresse de négligence de se mettre à la place d’une autre personne et d’imaginer les maux qui la tourmentaient (ce qui pouvait être probable de la part d’un souverain, qui ne devait avoir que faire des sentiments d’une sombre étrangère) ?
Néanmoins, à avoir essayé de forcer son coffre intérieur qui ne devait pas être violé, Azhana se recula un peu et se crispa, cela se vit ne fût-ce que sur le cartilage qui se dessinait sur son maigre cou contracté, ou bien sur ses poings serrés.
Oh, il ne se passa pas trop longtemps – quelques secondes à peine – où la jeune femme sembla pétrifiée, mais ce temps lui parut long. Elle se trouvait mise entre le marteau et l’enclume, dans une situation où elle devait soit se confesser à un souverain soit lui désobéir et en subir les conséquences.
Un sentiment détestable la parcourut, le même qu’elle avait déjà ressenti une fois, au moment où  Lyle Salfalaise l’avait malmenée en profitant honteusement de sa faiblesse extrême quand elle avait été esclave ; c’était le sentiment de se savoir courageuse, forte, mais de ne rien pouvoir faire face à quelqu’un qui avait injustement toutes les cartes en main. L’empereur n’avait pas les traits du monstre qu’Azhana avait vu en Lyle au départ, et la pièce élégante dans laquelle la jeune femme se trouvait n’avait rien à voir avec la sombre pièce du navire dans laquelle elle avait subi des horreurs et, pourtant, Azhana avait l’impression qu’elles revenaient à elle, ces horreurs.
La jeune femme tourna sa tête – le regard quelque peu absent dans ses yeux – vers l’empereur. Impassible, l’homme n’allait pas céder.
« J’ai vécu plusieurs semaines à Lancehélion, c’est là que j’ai eu mon mariage. On m’a enlevée, sur un navire. C’est le capitaine Salfalaise qui m’a rachetée plus tard… », dit-elle, d’un air étrange, quasiment neutre, avant de laisser son explication en suspens.
Elle devait parler en essayant de ne pas songer trop à ce qu’elle disait. Le court instant où elle ne dit rien, Azhana ne comptait pas le combler, elle ne comptait pas décrire la peine que ressentait une femme dans des moments que les hommes devaient ne pas comprendre. Son objectif était de faire comprendre un jour à Lyle le mal qu’il avait causé sur elle, et le faire ronger de chagrin et de frustration parce qu’il ne pouvait revenir en arrière – des sentiments semblables à ceux avec lesquels Azhana devait vivre.
« Le capitaine Salfalaise a dû trouver en moi quelqu’un qui valait plus qu’une esclave. Il m’a libérée, j’ai travaillé pour lui, et je suis partie quelques jours après la bataille. Quant à la blessure, je l’ai reçue à l’issue de la bataille. Des hommes du Conflans ont voulu se venger sur moi du sort de leurs camarades tombés – ils m’ont poignardée. »
Pour conclure, Azhana inclina sa tête et dit :
« Vous savez tout, Monseigneur, et j’espère que ces paroles sauront faire entendre chez vous mon innocence. »
La jeune femme avait su tout dévoiler quasiment sans gêne apparente. Pourtant, maintenant qu’elle venait d’avoir dit la grande partie de ce qu’elle eût voulu enterrer au plus profond d’elle-même, elle en voulait au seigneur qui n’avait pas cédé à sa volonté de tout savoir. Elle avait l’impression d’avoir satisfait un caprice d’un empereur qui n’allait, au demeurant, rien faire de toutes ces informations, car il devait s’en moquer. Pourtant, le voile avait été levé, et c’était comme se trouver dénudé.
On ne le voyait pas, car Azhana s’était inclinée, mais ses yeux étaient rougis et imbibés, de larmes non pas vraiment de tristesse, mais plutôt d’une colère mêlée à de la frustration. Tout comme Lyle avait été son ravisseur alors qu’elle avait été esclave famélique, son interlocuteur était empereur, et elle n’était qu’une simple étrangère. C’était un moment de plus où, du haut de son jeune âge, Azhana se rendait compte que, seule à Westeros, il lui serait difficile, peut-être impossible, d’être considérée comme l’égale d’autrui.
Azhana zo Taraq
Azhana zo Taraq
Messages : 72
Membre du mois : 0
Célébrité : Aishwarya Rai
Maison : Irrohrin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyDim 26 Jan - 18:01

Je la mettais au pied du mur car j’en avais plus qu’assez des faux semblants derrière lesquels la jeune femme pouvait se cacher. Ce n’était pas dans mon caractère de laisser faire quelqu’un qui voulait de l’aide mais sans pour autant s’impliquer. En sus, j’étais quelqu’un de très impliqué, de très franc et surtout de très direct. Je ne supportais pas que les gens qui me faisaient face ne montrent pas toute leur bonne volonté en me disant toute la vérité et rien que la vérité. L’honnêteté était pour moi une vertu cardinale. Ce n’était en réalité pas qu’un joli principe, loin de là. C’était quelque chose d’important, d’indispensable, car mon temps était compté et je n’avais pas de temps à perdre dans une futile quête de vérité. Régner me faisait me concentrer sur de nombreux sujets en même temps et si je voulais éviter la déperdition d’efforts je ne devais en aucun cas me montrer trop occupé à démêler le vrai du faux de personnes qui n’avaient pas le même niveau de franchise que moi-même. Je me demandais tout de même quelle était la source de retenue de la jeune femme. Pourquoi ne me déballait-elle pas tout ?


L’expédition Salfalaise était nébuleuse. Pas de contacts, pas de combats. Et je savais déjà qu’il avait pourtant attaqué des navires dorniens, de petites coques de noix pour en faire des brûlots. Je savais aussi qu’il n’avait pas forcément bien traité tous ses captifs, mais personne ne m’avait donné de détails. Entre cela et ses choix tactiques, j’en venais à me demander si j’avais bien fait de lui accorder ma confiance. Je n’avais pas cru lui devoir quelque chose, quand son domaine avait été dévasté par les Hoare ; c’était son choix de nous rejoindre plutôt que de filer en geôle comme nos autres captifs. J’étais le premier à assumer les miens, alors s’il y avait au problème avec cette flottille, c’était forcément à moi de le régler. Je fronçais les sourcils.



| Qui vous a enlevée et pourquoi ? |


Je creusais, car le diable se cachait dans les détails. Je continuais d’écouter. Participation à une bataille, blessure d’hommes du Conflans… Les marins ? Tout était flou, et je n’étais pas convaincu par les explications qui restaient toujours aussi embrouillées.


| Quel travail avez-vous fait pour lui ? Ce sont donc ses marins qui vous ont blessée ? Comment auriez-vous pu être responsable de la mort de leurs camarades ? |


Je me demandais comment le capitaine avait pu utiliser cette jeune femme. En bataille ? Les dames de Meereen n’étaient pas entraînées pour la guerre ; leur culture sur leur place était proche de la nôtre. Pour traduire les propos de prisonniers ou d’hommes du Tigre ? Ou pour réchauffer sa cabine ? Je n’en savais rien, encore. Et je me demandais surtout ce qu’elle fichait ici, maintenant.


| Pourquoi être venue à Accalmie ? |
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 31901
Membre du mois : 50
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyMar 11 Fév - 22:05

Soudain, Azhana se sentit comme assommée. Le souverain continua de la tourmenter en lui posant ses questions. Elle n’avait pas même le temps de répondre à une question que l’homme en posait une deuxième. Enfin, il y eut un instant où la jeune femme se laissa emporter et réagit d’un air extrêmement vif et surprenant :
« Arrêtez ! »
Elle venait de s’être reculée d’un grand pas en arrière, puis, par réflexe, elle s’était même mise sur sa position de garde, celle que Zhalia (sa gouvernante et maîtresse d’armes d’autrefois) appelait la « position du caracal » - basse sur ses appuis et les avant-bras protégeant le visage. Elle aurait pu, dans cette position, éviter un coup s’il lui en était porté un. Or, tel n’était pas le cas, et elle venait seulement de révéler un autre aspect d’elle.
Il lui fallut un certain instant avant de se rendre compte de cela, d’arrêter de montrer les dents, de relâcher ses muscles, et de se redresser comme si de rien n’était.
« Je… pardonnez-moi, Monseigneur. Je… ne voulais pas… », dit Azhana, en inclinant sa tête.
Regrettant son geste, la jeune femme ferma les yeux. Elle constata que son pouls était fort, et sa respiration haletante. Elle comprit que la panique qui venait de l’avoir prise révélait le fait que ces dernières semaines, qu’elle avait passées toute seule à Westeros – dans un environnement qu’elle estimait lui être hostile, l’avait crispée en permanence, à cause du constant état de méfiance et de crainte dans lequel elle s’était trouvée. L’attitude virulente du souverain n’avait été qu’une agression supplémentaire, qui avait fini par provoquer la réaction défense extrême chez la jeune femme.
Azhana avait certes baissé sa garde, mais elle n’en restait pas moins agitée. Elle était crispée, et restait désormais dans un état d’alerte, face à ce qui allait lui arriver. Bien loin d’être tranquille, en fait, elle pleurait discrètement, derrière son visage baissé.
* Je veux juste que cela cesse pour un peu, je veux juste être en paix ne serait-ce qu’un court instant *, pensa-t-elle au fond d’elle-même, lasse de ces derniers jours, comprenant que sa réaction était l’aboutissement de ces dernières semaines de cavale qui n’en finissaient pas.
Azhana avait voulu prétendre à une vie solitaire, et ce depuis son enfance à Meereen, et voilà qu’elle s’y était essayé, voilà qu’on lui faisait comprendre jour après jour qu’elle devait payer le prix de sa pensée naïve. On lui avait pris sa liberté, on lui avait pris sa pudeur, on avait voulu attenter à ses jours et, maintenant, c’était à se demander ce qu’on allait lui réserver pour avoir manqué de respect à un souverain.
D'un autre côté, peut-être que sa réaction, franche et spontanée, parlait plus que des mots, et qu'elle traduisait les dangers qu'Azhana avait vécus et les pensées à leur égard dont la femme n'avait pas encore su se défaire. Peut-être que cela répondait aux questions posées par le souverain et celles qu'il aurait éventuellement encore posées.
Azhana zo Taraq
Azhana zo Taraq
Messages : 72
Membre du mois : 0
Célébrité : Aishwarya Rai
Maison : Irrohrin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyLun 17 Fév - 16:47

Le cri tonne, puissant, comme un appel à l’aide. Je la regarde, la détaille de marbre. Comme d’habitude ; je ne vitupère pas sans avoir tous les éléments pour juger. Mais je suis mécontent, ça oui. C’est insupportable de ne pas savoir, et je sais bien que l’essentiel des conflits se joue sur le terrain des connaissances des uns comme des autres. Ne pas savoir, c’était se retrouver en position de faiblesse, à la merci d’ennemis éventuels. Ce n’était jamais une bonne idée de laisser de l’ascendant sur soi, encore moins quand on avait le pouvoir de prendre les informations qui nous étaient indispensables pour la poursuite de la lutte. Je la regardais donc, coi. Je ne soufflais mot. Je n’étais pas furibond, je n’allais pas hurler, ni la menacer, ni la frapper.


Je me contentais de la dévisager avec sévérité, devant l’évidente saillie de trop que la jeune femme avait lancé ; on ne se dérobe pas devant un Empereur, et pas devant quelque suzerain que ce soit qui se trouve dans son bon droit au sein de ses terres. Bien sûr, je n’étais pas le possesseur de l’Orage, mais mon statut était tel que l’on n’était pas sensé faire preuve d’humeur ou de caprice en ma présence ; l’étiquette n’était sans doute pas encore formellement établie au sein de l’Empire mais c’était bien quelque chose dont j’étais sûr.


Sa posture, elle, laisse présager qu’elle a reçu quelque éducation militaire. Dans une société d’hommes ; cela la place donc dans la catégorie de celles qui ont pu un jour jouer un trouble jeu. Ni en Essos ni en Westeros les femmes n’étaient préparées pour la guerre, sauf exceptions nées de particularités historiques, mais il n’y avait plus eu de grande guerre depuis longtemps dans la Baie des Esclaves. Assassin ? Autre ? Tout m’inclinait à la prudence et ma main se pose ostensiblement sur le pommeau de mon épée. Qui était cette drôlesse qui se permettait de se montrer aussi récalcitrante devant moi ? Quel jeu jouait-elle, à se laisser cuisiner, à ne rien révéler, comme si elle attendait que j’extirpe d’elle ses secrets pour mieux me les refuser ? Je ne comprenais vraiment pas cette femme, aux antipodes de ce que j’avais pu rencontrer jusqu’à maintenant.



| Je suis las de votre attitude fuyante et de tous ces faux-semblants. Je ne laisse pas les gens mourir sans raison, dans mon Empire, mais si vous ne voulez pas me remercier du minimum de politesse et d’honnêteté attendue quand on vous évite de vous vider de votre sang dans ce que vous semblez présenter comme une vengeance incompréhensible d’hommes dont vous dites avoir été compagnon d’armes, alors je ne vais pas perdre plus de temps. J’ai des dizaines de milliers d’hommes qui se battent et meurent en ce moment même, et plusieurs royaumes à protéger dont chaque minute qui passe allonge la liste des courriers et nouvelles alarmantes qui arrivent de toutes parts. Vous resterez ici le temps que les gardes de Sa Majesté la Reine de l’Orage se soient bien assurés que vous ne soyez pas un danger, puis vous serez libre de partir par vos propres moyens si vos réponses satisfont ces loyaux sujets de Sa Grâce la Reine Argella. |


Je tournais alors les talons ; laissant la jeune femme, semblable à une sorte de fauve apeuré, afin qu’elle se remette. Mais fis placer des hommes de la reine devant la porte, et leur demandait de s’assurer qu’elle n’était pas une espionne. J’avais déjà bien trop de soucis en tête pour passer des heures à questionner quelqu’un qui se montrait peu au fait des convenances, et contre toute forme de franchise. Je n’étais pas du genre à me montrer patient quand quelqu’un faisait tout pour se dérober ; j’avais tellement d’autres chats à fouetter que chaque minute perdue en vaines palabres pouvait signifier la mort pour bien plus de gens encore. La Reine, comme moi-même, avait des gens dont c'était le métier de faire parler d'autres personnes; mon attention se reporterait sur la guerre, alors.




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 31901
Membre du mois : 50
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] EmptyJeu 5 Mar - 21:39

Le sort avait été jeté, et l’empereur allait devoir réagir. Azhana s’attendait au pire, et non pas au meilleur. Elle se tenait prête. Si quelqu’un devait lever la main sur elle, elle était prête à se défendre clairement cette fois-ci, dans une sorte de défense d’ultime recours.
Toutefois, l’homme répondit de façon bien moins agressive que ce à quoi l’on pût s’attendre, bien qu’il demeurât des plus stricts dans son attitude.
Il dit franchement qu’Azhana l’agaçait à cacher sans cesse la vérité. Il avoua en même temps qu’il avait pour principe de ne pas laisser mourir une personne, c’est pourquoi il l’avait assistée et allait lui apporter les soins dont elle avait encore besoin, avant de la laisser partir.
La jeune femme voulut contester l’allégation de l’empereur, essayer d’expliquer pourquoi elle ne pouvait pas dire la vérité – car il y avait des choses que l’on ne devait pas avouer, mais elle se retint. Azhana comprit qu’une barrière séparait le monde de l’empereur du sien, qui faisait que – jamais – ils n’allaient se comprendre. L’empereur ne pouvait pas faire autrement que de vouloir tout savoir sur les inconnus auxquels il avait affaire et de traiter avec sévérité ceux qui s’opposaient à ses souhaits, et Azhana – forte sur ses principes – ne pouvait franchir ses étroites limites et ses principes qui caractérisaient sa personne.
Finalement, la situation se terminait bien pour Azhana. Elle n’allait plus revoir l’empereur, elle n’allait plus se faire agresser, tout en étant prise en charge par le palais. Cependant, d’un autre côté, elle regrettait l’existence de cette barrière qui la séparait de Braenaryon, car elle voyait en celui-ci un fier homme, qu’elle aurait peut-être pu apprécier dans d’autres circonstances, elle regrettait de ne pas pouvoir lui apporter de contrepartie en échange de son geste bienveillant.
Avant que l’empereur ne partît, Azhana ne lâcha qu’un « merci » qui, aussi timide fût-il, fut suffisamment audible pour les oreilles de l’empereur.
Azhana zo Taraq
Azhana zo Taraq
Messages : 72
Membre du mois : 0
Célébrité : Aishwarya Rai
Maison : Irrohrin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]   Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana] Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Au son du désert vient le puissant [Torrhen & Azhana]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelle est cette étrange sensation ?... |Pv Vivaldi [Hentaï]
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Les Terres de l'Orage :: Accalmie-
Sauter vers: