Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Narcos Saisons 1 et 2 Coffret Blu-ray
18.03 €
Voir le deal

Feast before the Storm
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptySam 12 Oct - 22:04



Le Cyvosse




Présentation du sujet commun
Sous la supervision de la Reine-Mère, l’intendant avait tout intérêt à suivre ses volontés. En ces temps difficiles, chaque dépense était consciencieusement pesée. Cependant un peu de folie ne peut qu’aider à faire oublier, pour quelques heures ou journées, que les temps à venir seront des plus sombres, l’austérité ne franchira donc pas les portes.
Les petites mains s’affairaient autant aux cuisines que pour la décoration de la grande salle où aura lieu le banquet. Les couleurs de la maison Durrandon flirtent aux côtés de celles de l’Empire. Moutons et cochons sont prêts pour les rôtissoires. Vins et bières n’attendent plus que d’être tirés pour accompagner mets salés ou sucrés. Musiciens et saltimbanques sont sans doute superficiels mais tellement plus festifs pour apporter cette pointe de folie à laquelle la Reine-Mère tient absolument.

La noblesse de haut-rang sera logée dans les pièces les plus confortables. Les autres se contenteront des camps installés autour de la ville.
Un appartement est privatisé pour Torrhen et Rhaenys Braenaryon.

Ne tardez pas à prendre possession de votre logis, vous risqueriez de ne plus trouver vos mets préférés car le banquet ne vous attendra pas.

Satisfait de son travail, l’intendant fait ouvrir les portes de la grande salle pour obtenir l’approbation de la Reine-Mère, non sans craindre son exigence légendaire.
De longues guirlandes de feuillages persistants viennent orner des tables disposées en U. Notez que les rubans noués aux feuillages rappellent les couleurs des Durrandon et de l’Empire. Point de nappages mais des bougeoirs apportent leur touche de chaleur. Derrière la table royale se trouve un immense foyer qui réchauffera la salle et ses invités le temps que l’alcool ne leur fasse oublier l’hiver.

Seuls les invités de marque siègeront à la table de la Reine Argella. Sur les tables latérales, du plus près de la table royale au plus loin, la noblesse se placera selon la hiérarchie des rangs.
Jongleurs, cracheurs de feu et animations théâtrales animeront le banquet.
Les portes se referment en attendant que les invités arrivent.

Invités
@Mahée Allyrion - Table royale, A côté de Rowenna
@Rowenna Durrandon - Table royale
@Argella Durrandon - Table royale
@Torrhen Braenaryon - Table royale
@Rhaenys Braenaryon - Table royale
@Dovan Caron - Tables nobles
@Mina Swann - Tables nobles
@Stannis Morrigen - Tables nobles
@Enguerrand Selmy - Tables nobles
@Garlan Goldwyne - Tables nobles

Consignes
- Pas de tour spécifique, attendez juste au moins deux réponses d'autres joueurs avant de poster à nouveau.
- Evitez les pavés, une page word c'est bien ! Comme ça ça restera le plus fluide possible (ouais on te voit te cacher dans le fond et faire genre t'as rien entendu Torrhen!)
- N'hésitez pas à mettre en spoiler à la fin de votre post un mini-résumé d'une ou deux phrases sur ce que vous faites, ça peut ôter des doutes si on est en pleine réponse et qu'on sait plus qui fait quoi.
Le Cyvosse
Le Cyvosse
Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again.
Messages : 13484
Membre du mois : 2772
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyDim 13 Oct - 14:39

Le voyage avait été aussi long qu'éprouvant, et même si tout le monde ne le montrait pas explicitement, chaque homme et chaque femme étaient épuisés en passant les portes d'Accalmie.
Cela faisait longtemps que Dovan n'y avait pas mis les pieds, mais la réjouissance qu'il aurait pu ressentir en pénétrant dans une aussi grande cité, dans la capitale de son Royaume de cœur et de sang, était totalement éclipsée par sa fatigue et ses douleurs.
Les longs voyages étaient exactement ce que le jeune noble appréciait le moins. D'une nature trop impatiente et hâtive, la perspective de passer plusieurs semaines à atteindre un but ne l'enthousiasmait guère, et cela n'était rien face à l'inconfort d'une montée à cheval ou d'un pont de bateau.
Ainsi, la première chose qu'il fut était de se reposer. Lorsqu'il trouva le sommeil, ce qui ne fut pas compliqué, il entra dans des ténèbres si profondes qu'il crût ne jamais se réveiller un jour. Il y passa plusieurs heures, ou dizaines d'heure, il n'en fût pas certain. Lorsqu'il se leva enfin, pour sortir de ses draps de lin, il observa ses membres flagellant d'épuisement, ses muscles raffermis mais plus maigres qu'avant, et ses bleus, dissimulés aléatoirement sur tout son corps.
Il souffla.

« Ca n'a jamais été pour moi ce genre de choses... Au moins, on risque d'y rester un moment à... »

A Accalmie, se souvint-il. Il avait enfin la force de pouvoir s'émerveiller d'être arrivé dans la capitale du Royame, cette cité dans laquelle siégeait sa chère Reine. Alors il sortit un moment, pour profiter des rues et des petits commerces qui se faisaient une immense joie de voir d'un coup autant de monde dans les environs. Chaque jours, lorsqu'il ne s'entraînait pas à l'arc, il passait aux mêmes endroits, voyait les mêmes gens, et un beau jour, il vit en rentrant, sur son lit, un bout de papier insinuant qu'il était invité à un banquet en l'honneur des empereurs, qui allaient d'ici peu arriver en ville. Avant de songer à comment il pourrait s'habiller, il se rendait compte qu'Accalmie allait devenir un nouveau Fort-Darion, et que le répit allait être d'une courte durée, et curieusement, cela le satisfaisait. Plus vite ils allaient en découdre avec le Tigre, plus vite ils seraient focalisés sur le Bief, et l'idée de les voir mordre la poussière le faisait presque jubiler.
Quelques jours passèrent alors, où Dovan encadrait l'entraînement de certains de ses coéquipiers, où il s'entraînait lui même, s'exerçant aussi parfois à l'épée, pour récupérer plus de forces et pour sait-on jamais, ne pas être démuni s'il devait se battre un jour au corps à corps. Rien ne le sortait de ses rituels quotidiens, excepté cette invitation.

La veille et le jour du banquet, Dovan ne s'était presque pas entraîné. Lui et tous les autres observaient avec attention et un peu de fascination l'arrivée magistrale de l'armée de l'Empire à Accalmie, et leur installation perturbait beaucoup les habitudes qu'ils commençaient à avoir dans la capitale.
A l'approche de la soirée, Dovan devait enfin se décider à s'habiller, et ce n'était clairement pas sa partie favorite. Il prit d'abord un bain chaud en songeant à la façon dont il allait se présenter à la Cour. Il n'avait jamais été à l'aise avec les gens, et de tels projets l’angoissaient. Après s'être séché, il se décida à porter son pantalon noir le moins délavé, sa chemise noire et jaune aux couleurs de sa maison, sa veste chaude aux mêmes couleurs, ornés de fils de soie rouge pour délimiter les deux couleurs dominantes, et finalement, il accrocha une longue fourrure à son dos pour dompter le froid, qu'il accrocha avec sa broche aux sept rossignols. Les manches longues de sa veste étaient plutôt mal ajustées, mais pas suffisamment pour que cela ne se remarque.
Il souffla longuement, puis, tout en se mordant les lèvres, se dirigeait vers le lieu de l'invitation.

En pénétrant dans la salle, il fit surpris du soin porté pour la décoration, et au vu des nombreux hommages aux couleurs de l'Empire, Dovan se fit la réflexion que porter une telle fourrure, rappelant l'accoutrement des gens du Nord, n'était pas une mauvaise idée.
Il y avait peu de monde cependant, il devait être parmi les premiers à être sur place. Il chercha alors du regard comme une brebis paniquée son emplacement, et surtout quelqu'un avec qui parler, sans déranger les plus nobles que lui.

Spoiler:
 
Dovan Caron

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lord
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Dovan Caron
Messages : 414
Membre du mois : 0
Célébrité : Jamie Dornan
Maison : Maison Caron
Caractère : Compassionnel, Introverti, Cultivé, Maladroit, Persévérant, Fier, Méfiant, Incrédule
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyMar 15 Oct - 13:23


Préparer un banquet impérial, Mahée l’a constaté en observant et assistant Rowenna lorsque celle-ci en avait le besoin, n’est pas de tout repos. Les contraintes logistiques sont énormes, le personnel requis pour le bon fonctionnement du château au moins triplé. Quant aux cuisines, elles sont engorgées, dégueulent de nourriture, de vin et de servants qui s’affairent, pouvant difficilement être discrets de par leur nombre et leurs incessantes allées et venues, nécessaires au bon déroulement du banquet. Et, étant donné le tempérament exigeant de la reine-mère, tout avait intérêt d’être parfait. Dans cette optique, Mahée aussi s’était préparée de son mieux. A l’insu de Rowenna, elle s’est permis d’aller consulter la galerie de portraits d’Accalmie et a tenté de retenir autant qu’elle le pouvait le visage et le nom des prestigieux invités de son hôte, dans le but de pouvoir renseigner l’un ou l’autre, si jamais une question lui était posée. Un jeu de noble auquel elle est habituée depuis l’enfance, à la différence qu’elle a eu toute une vie pour apprendre les visages, noms et héraldique des familles de Dorne, et que le travail de cette vie a été ramené à quelques jours à peine pour le royaume d’Accalmie. Exercice difficile, s’il en est, la dornienne s’est donc focalisée sur l’essentiel. Si elle est incapable de remonter la généalogie et de donner la composition des familles des invités de l’Orage, elle peut au moins, plus ou moins, via les portraits, globalement avoir une idée de qui est qui.

C’est donc sensiblement nerveuse que Mahée rejoint la salle du banquet, relativement tôt, dans le but d’aider les invités à trouver leurs places et ainsi épargner cette tâche de répartition à l’hôtesse. Bien sûr, bien qu’ayant vu les préparatifs la veille au soir, voir le tout fin prêt l’impressionne. Par ses choix de décoration et d’agencement, Rowenna exprimait tout de son goût, de son raffinement et… De son abnégation. Pour l’Orage, et pour Argella, conclut Mahée. En femme habile, la mère souhaite, selon sa captive, taper du poing sur la taille et imposer l’Orage, sa fille, comme une puissance montante en déployant du faste, de l’élégance. C’est chose faite, selon la dornienne, qui, dans sa robe couleur lie de vin aux deux larges bandes masquant sa poitrine en remontant vers son cou, expose cette peau halée que les continentaux ne sauraient voir. Elle aurait pu, pour l’occasion, opter pour des vêtements moins… Elle, moins exotiques, mais elle aurait eu l’impression de tenter de singer des coutumes que son teint mat suffit à trahir comme n’étant pas les siennes. Donc, autant assumer jusqu’au bout.

A son arrivée, peu d’invités sont déjà présents, une douzaine sur tous ceux attendus, tout au plus. Beaucoup sont déjà en pleine conversation, elle n’en voit réellement qu’un, ayant l’air un peu confus, un peu esseulé. Le scrutant avec intensité de ses yeux sombres ourlés de khôl noir, si elle se fie aux portraits qu’elle a consulté, la chevelure blond châtain lui laisserait supposer qu’il s’agit d’un Caron, mais la pelisse de fourrure la fait hésiter. Elle cherche une famille de nordiens qui aurait éventuellement cette teinte de cheveux, mais aucune ne lui vient. A l’observer plus attentivement, les couleurs qu’il arbore font d’avantage peser la balance en faveur des Caron, mais quoiqu’il en soit, nordien ou orageois, Mahée prend sur elle l’initiative de tenter de le distraire jusqu’à l’arrivée des hôtesses et autres invités de marque bien supérieure. L’orageois se voit donc approché par elle, plutôt franche et un sourire avenant aux lèvres. « Bonsoir. » Elle incline la tête en guise de salutations. « Accepteriez-vous de me tenir compagnie pour un moment, Mon Seigneur ? Vous auriez toute ma reconnaissance de m’épargner d’errer comme une âme en peine dénuée de but… » Elle sourit, bienveillante, espérant bien le disposer en inversant les rôles, sans autre arrière-pensée que l’idée de le détendre, et d’ainsi le mettre dans de bonnes conditions pour entamer ce qu’elle espère être une bonne soirée.

Spoiler:
 



   
I'll ride the Storm
I'll put my armor on and show you how strong I am. I'll put my armor on and I'll show you that I am unbroken, unstoppable.
Mahée Allyrion

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Mahée Allyrion
L'Etoile du Matin
Messages : 2660
Membre du mois : 32
Célébrité : Adria Arjona
Maison : Allyrion
Caractère : ▪▪ Intransigeante ▪▪ Perspicace ▪▪ Loyale ▪▪ Vindicative ▪▪ Généreuse ▪▪ Rancunière ▪▪
L'Etoile du Matin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyMar 15 Oct - 20:06

Un éclaireur envoyé par mon oncle m’annonça que celui-ci serait bientôt à Accalmie mais qu’il ne pourrait être présent au banquet organisé en l’honneur des impériaux qui étaient arrivés dans la journée. A mon arrivée je n’avais pas aimé voir un autre drapeau aux côtés de celui des Durrandon au-dessus de la grande porte, cela impliquait un autre seigneur à servir, un étranger, et plus exactement un couple d’étrangers au-dessus du Roi, enfin la Reine maintenant, mais en y réfléchissant bien, cela ne changeait rien en temps normal. Le peuple sera juste encore plus loin de la personne qui pourra d’un seul mot les envoyer dans l’autre monde… à l’époque le Roi Argillac n’avait dû mettre qu’une seule fois les pieds sur nos terres et c’était pour nous ordonner de réunir l’ost et de le suivre sur l’autre continent. Et ce serait la même chose avec cet empire, en temps de paix il faudra se débrouiller seul pour que le peuple n’ait pas faim, pour que la vie se déroule paisiblement à Nid-de-Corbeaux, mais en temps de guerre, pour une envie d’expansion ou pour soit-disant l’honneur de leur royaume, ou plutôt de leur empire, ils ordonneront de venir se battre pour eux. Combien de nordiens ou autres étaient arrivés à Accalmie pour donner leur vie face au Bief alors que leurs familles étaient à des mois de voyage d’ici ? Bref, au final cet empire n’allait rien changer, les choses allaient se dérouler comment toujours. Je n’étais pas pas revenu pour un Roi ou une Reine, ni même pour les Braenaryon, mais pour les miens. Ma famille n’était plus là, les derniers membres avaient trouvé la mort durant une bataille face aux armées du Bief, et maintenant il n’y avait plus que moi pour donner un avenir aux Morrigen et aux gens de Nid-de-Corbeaux. J’avais passé ma vie à remercier les sept et maintenant R’hllor pour ne pas m’avoir offert ce destin et maintenant celui-ci lui m’était tombé dessus d’un coup.

Bien sûr en tant que Lord, j’avais été convié au banquet organisé par Lady Rowenna pour fêter l’arrivée du couple impérial. Je n’avais jamais été très friand de ces évènements, leur préférant une soirée dans une auberge animée mais je ne pouvais pas refuser de m’y rendre. En plus ce n’était pas si dure que ça, il y aurait du vin et de la nourriture à volonté, et pour couronner le tout il y aurait sûrement de jolies servantes pour clôturer ce banquet. J’avais aimablement repousser l’offre des Durrandon de venir loger dans une des pièces du château, je me sentais bien dans cette auberge en compagnie des quelques hommes qui m’avaient accompagnés depuis mon départ d’Essos. J’avais été commandé une tunique pour l’occasion, elle était très simple et sobre dans un vert très foncé, avec dessus le blason des Morrigen : le corbeau, brodé sur son coeur. En traversant la salle de l’auberge j’eu quelques “moqueries” de la part de mes compagnons d’armes sur mon élégance, surpris de me voir me faire aussi beau. Ils terminèrent leurs moqueries en m’indiquant de faire attention à ne pas mettre les mains sur une dame déjà prise lors de ce repas. Cette dernière remarque me fit rire, ainsi ce fut d’humeur joyeuse que je me rendis au château.

Un serviteur m’ouvrit la porte et me fit entrer dans la grande salle où aurait lieu le banquet. Peu de personnes étaient encore présentes. La plupart m’était inconnu. Mon regard se baladait sur les décorations, les couleurs de l’Empire étaient bien présentes… on n’avait pas l’impression dans cette salle qu’une partie du royaume était sous domination ennemie. Soudain une servante passa à mes côtés, et, avec un sourire aux lèvres je lui demandai s’il était possible d’avoir un verre de bière. Les joues rougies, elle partit en silence pour revenir peu de temps après avec un verre à la main. Je lui pris des mains, et laissais mes doigts entrer en contact avec sa peau. Je la remerciai puis la laissait reprendre ses tâches. Je portais le verre à ma bouche et en but une gorgée… une bière orageoise… un délice bien amère comme je les aimais.

Spoiler:
 
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptySam 19 Oct - 14:37

J’ai longuement hésité sur le choix des couleurs que j’allais porter à ce banquet. Blanc pour la neutralité ou les couleurs des Durrandon. L’une, plus que l’autre, pouvait très bien être interprétée comme un signe de défiance envers l’Empire, après tout je ne me suis pas prononcée ouvertement pour eux, même si tout a été fait dans ce sens pour le banquet en mariant nos couleurs. Mon avis ne regarde que moi et n’a que peu d’importance à ce jour car je serais toujours du côté de ma fille aux yeux du monde.

Mes doigts dédaignent donc le voilage blanc pour se saisir plutôt de cette splendide robe noire. Mère et filles seront aux couleurs des Durrandon. J’espère qu’Argella appréciera mon cadeau pour son retour quand elle découvrira sa robe.

J’apporte moi-même les dernières touches à ma préparation. Argilac avait énormément de défauts mais je ne peux pas lui reprocher son goût pour les bijoux qu’il adorait m’offrir. Probablement que chacun d’eux correspond à l’une de ses infidélités pour s’en faire pardonner. Ma foi ce n’est que justice et je suis loin d’être un ange pour ce qui est de la fidélité à son encontre.

Avant de me rendre directement à la salle du banquet, je préfère faire un détour par les cuisines pour m’assurer une dernière fois que tout était prêt. Ma présence provoque un ralentissement chez le personnel, qui se remet bien vite en action sous un claquement de mains de l’intendant venant à ma rencontre pour me confirmer ce dont Mahée m’avait informé : la crainte de ne pas être livré à temps était passée, tout était prêt.

C’est en voyant les rôtissoires que mes pensées se tournent vers ce dragon qui suivrait l’épouse du nordien. Souhaitons qu’il ne fasse pas un carnage sur nos terres pour se nourrir s’il fait partie du voyage.  

Les portes de la salle s’ouvrent devant moi. Orageois et Empire ont investi le lieu, je m’en félicite tout en avançant. Mon pas est assuré par l’habitude de ce genre d’évènement. Les couleurs de L’Empire flirtant au côté des nôtres provoquent un pincement de cœur quand mon regard se porte sur elles. Je le détourne rapidement pour aller à la rencontre des uns et des autres. Je me dois de faire taire cette rumeur sur ma froideur, il ne sera pas dit que l’Orage ne sait pas recevoir.

Je remercie les nombreuses heures à apprendre les couleurs de chaque blason. Commençons par la maison Caron avec son jeune Lord qui s’entretient avec Mahée. Un sourire s’étire sur ma bouche quand je me remémore notre conversation sur ce petit jeu auquel nous avions projeté de nous livrer en comparant orageois et nordiens sur leur prestance. Là, j’offre volontiers ce point à l’Orage avec le jeune Caron.

– Il semblerait que votre beauté a fait perdre sa langue à Lord Dovan, Mahée. M’adressai-je d’abord à elle avant de me tourner vers lui. Faites honneur à l’Orage Lord Dovan, ma Dame de compagnie manque un peu de distraction ces temps-ci. Un dernier sourire et je m’éclipse pour rejoindre d’autres invités.

Passant ainsi des uns aux autres, je finis par arriver jusqu’à un tout autre excellent choix de prestance. Lord Morrigen, l’exilé fraichement revenu d’Essos.

– Si les guerres devaient se gagner à force de séduction, vous seriez de toute évidence un excellent atout. Pas une seule de nos servantes ne vous caressent d’éloges ou de caresses… Le corbeau sur sa tunique retient mon attention quelques secondes, me ramenant vers un lointain souvenir… non je dirais un lointain exquis souvenir. Du corbeau je reviens accrocher le regard de Lord Morrigen tout en lui prenant sa coupe. Houblon et orge ont-ils votre préférence par rapport au vin que je vous ai offert ? Je ne lui en vole qu’une gorgée avant de la rendre.

Spoiler:
 
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptySam 19 Oct - 16:17

Les navires les attendaient à Sombreval, ce qui permis à toute la cavalerie impériale d’embarquer comme convenu. La traversée fut assez longue et il fallait une logistique bien organisée afin de s’assurer que hommes, montures et équipage ne manqueraient de rien une fois à bord. Bien que Garlan était quelqu’un d’assez simple, le confort n’était pas quelque chose qu’il recherchait vraiment. A vrai dire, ce qui le dérangeait le plus, c’était… D’être à bord d’un navire. Curieux me direz-vous pour l’homme originaire de La Treille, mais il n’avait jamais eu le pied marin et avait le mal de mer. Yesaminda lui avait donné des conseils pour éviter ce mal, elle lui avait conseillé de se produire une potion de gingembre qui pouvait apaiser les maux, mais impossible de trouver cette plante avant d’embarquer. Il fit en sorte de suivre une de ses recommandations, celle de rester au centre du bâtiment, mais en soit cela ne suffit pas totalement et il fut tout de même malade pendant la traversée.

Il eut le droit aux piques et taquineries des soldats de son escadron, Garlan leur promit de leur en faire baver à la prochaine manœuvre, simple retour des choses. Au moins cette traversée s’était un peu mieux déroulée que la précédente, il pouvait remercier son épouse pour cela. Fatigué par le mal de mer et la traversée, il participa bien évidemment au débarquement des troupes et fit en sorte de faire bonne figure. Il s’installa avec ses hommes dans des campements dressés à l’extérieur d’Accalmie, une simple tente lui convenait amplement et ça lui permettait d’être avec son escadron afin de continuer à renforcer leur cohésion de corps. Peu de temps était passé depuis leur arrivée, un serviteur vint le trouver afin de lui transmettre une invitation à un banquet organisé en l’honneur de l’arrivée de Braenaryon. Au départ, Garlan ne pensait pas s’y rendre, en effet il pensait que c’était sûrement pas très adapté au vu de la situation, avec les combats prochains qui s’annonçaient. De plus, Yesaminda n’y serait sûrement pas présente, elle veillerait sur les héritiers impériaux.

Bref sa décision était prise, mais celle-ci de courte durée. En effet, il avait entendu dire que Lady Swann, sa sœur, était dans les murs. Il la croyait en sécurité à Fort-Darion, il ne savait rien de sa présence ici jusqu’alors. La savoir ici, si proche du front, l’inquiétait, il fallait l’avouer. Il savait qu’elle serait présente au banquet, c’est donc dans ce but qu’il se rendrait. Puis en y réfléchissant, cela lui permettrait de faire la connaissance avec des guerriers de l’orage avec lesquels il combattrait pendant la campagne. Il réussit à croiser Yesaminda pendant la journée et malgré le peu de temps qu’elle put lui accorder, cela lui suffit amplement pour faire le plein de bonne énergie, sa seule présence réussissait à l’inspirer et à le combler, il restait désolé qu’elle ne soit pas là au banquet. Il s’assura qu’elle allait bien et l’assista un peu pour la soulager, elle était fatiguée, enceinte de maintenant trois mois, Garlan ferait tout pour la protéger elle et l’enfant qu’elle portait, il lui en avait fais la promesse. Avant de la quitter, elle lui recommanda une tenue pour ce soir, et il l’écouta donc.

Une tenue sobre, mais élégante, lui qui ne se faisait jamais remarqué en portant des effets coûteux et voyants,   une veste en laine, une cape incrustée avec les armoiries personnelles,  ainsi que celles de l’Empire pour démontrer l’allégeance qui était la sienne ; son fourreau était présent à sa ceinture. Bref rien de bien sophistiqué, en soit, il ne comptait pas s’y attarder. Il se dirigea donc vers la salle du banquet où des invités étaient déjà présents, Garlan ne connaissait aucun d’entre eux à vrai dire, certains visages lui semblaient familiers. Il se fit donc discret, ses yeux étaient rivés vers les invités reconnaître sa jeune sœur qui venait de terminer d’échanger quelques banalités avec un autre noble. Il profita de cette occasion pour se diriger à bon pas vers elle et l’interpeller.  «Mina .»

Cette dernière se retourna, ils étaient face à face, c’était complexe, il était à la fois  en colère qu’elle avait pris la décision de venir ici sans même lui en colère, mais il était également content de pouvoir la retrouver.  La présence d’autant de monde le poussait à la retenue, malgré leur lien, sinon il l’aurait pris dans ses bras. «Il me semblait que tu devais rester à Fort-Darion. En sécurité...»  Dans ses paroles, on pouvait sentir qu’il était irrité, maintenant il serait pris par la peur qu’il lui arrive quelque chose, il ne voulait pas la perdre, pas une nouvelle fois.  Il se rendait compte que ça ne devait pas être évident pour elle non plus, et que des événements avaient poussé sa décision, il essaya donc de se montrer plus aimable, en baissant le ton pour ne pas que les invités aux alentours n’entendent tout ce qu’ils pouvaient s’échanger.  «Je reste content de te retrouver, tu t’en doutes bien. Mais en soit, les combats sont éminents et l’endroit risque de ne pas être sûr pendant un moment. J’aurai préféré que tu restes en sécurité à la capitale comme c’était prévu...» Il souffla un bon coup, mais c’était fais, il n’y avait plus rien à faire. Il la questionna donc : «Tu n’as souffert d’aucun désagrément pendant le voyage ? Ma nièce et mon neveu sont-ils restés en sécurité à Fort-Darion au moins ?»

Résumé:
 


“Loyalty means I am down with you whether you are wrong or right, but I will tell you when you are wrong and help you get it right.”



Spoiler:
 
Garlan Goldwyne

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser / Capitaine dans la cavalerie impériale
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Garlan Goldwyne
Par-delà le cap !
Messages : 7401
Membre du mois : 0
Célébrité : Joshua Sasse
Maison : Goldwyne
Caractère : Loyal ♠ Rancunier ♠ Blasé ♠ Téméraire ♠Juste ♠ Têtu ♠ Galant ♠ Méfiant
Par-delà le cap !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptySam 19 Oct - 18:19

Dovan se posa maintes questions concernant l'avenir de son Royaume, de sa Reine, et de sa famille. La pièce lui semblait étrangement grande, plus qu'elle ne l'était en réalité. Elle était certes digne de l'événement, mais il la trouvait trop vaste, et il se sentait trop seul. Les premières années, il y allait avec ses deux frères et son père... Il se rendit compte que même ce dernier lui manquait.

« Ressaisis-toi, idiot. Tu n'es peut-être plus avec Père, avec Ronel, ni avec Howard mais tu peux te battre pour Shireen, pour Gilbert, Criston et Tyana... Tu seras peut-être sur maint champs de batailles demain mais eux sont aujourd'hui dans un endroit pire encore... ».

Imaginer sa tête brûlée de sœur, ses petits frères, l'un prétentieux, l'autre gentil comme un amour et Tyana.. Cette fille simplette, si adorable et si fragile, aux mains des Bieffois lui donnait des frissons de dégoût. Il songeait en regardant tous ces drapeaux, que toutes ces puissances pourraient un jour l'aider à libérer sa chère famille, et il restait planté là, à les observer, les détailler... Quand soudain, on l'extirpa de ses songes.

- Bonsoir, disait une voix douce comme le miel, avec un petit accent qu'il ne connaissait que trop bien. Il répondit avec une voix effacée mais suave.
- Bonsoir, madame.

Elle répondit, pleine d'assurance.

- Accepteriez-vous de me tenir compagnie pour un moment, Mon Seigneur ? Vous auriez toute ma reconnaissance de m’épargner d’errer comme une âme en peine dénuée de but… 

Dovan pris la peine de poser son regard sur elle. Elle était vêtue de façon très osée, mais assez peu choquante pour le marchien qui connaissait mieux les coutumes Dorniennes que n'importe quel orageois. Sa peau mâte était discernable à travers le tissu subtil et fin de sa robe, et son corps entier semblait se mouvoir avec aisance. Son regard franc et jovial fit sourire naturellement le chevalier.

« Décidément, remarqua-t-il, les Dorniens ont une grâce à faire pâlir tous les Westerossi... »

Un souvenir douloureux, encore un, le transperça de toute part, celui d'un métis dornien mort par sa faute, quelqu'un pour qui Dovan portait un immense respect et les sentiments les plus complexes qu'il n'eut jamais ressenti.
Il fit pourtant bonne figure, ne laissant paraître rien de cela, il se mit à sourire encore plus chaleureusement, et entreprit d'engager une conversation.

- Je dois b....

- Il semblerait que votre beauté a fait perdre sa langue à Lord Dovan, Mahée.

Il resta bouche bée. Sans qu'il s'en rendit vraiment compte, quelqu'un d'autre s'était mêlé à leur conversation, si l'on pouvait appeler ça ainsi.

- Faites honneur à l’Orage Lord Dovan, ma Dame de compagnie manque un peu de distraction ces temps-ci.

C'était à nouveau une femme, mais le jeune Lord se rendit compte trop tard que ce n'était pas n'importe laquelle.

« Elle ressemble tellement à Argella », se dit-il, avant de prononcer un espèce de balbutiement.

- Je suis ravie de.. De...

Elle était déjà partie. Dovan rougissait de voir que sa Majesté, la très respectable mère de la très respectable Reine de l'Orage, avait retenu son nom sans l'écorcher le moins du monde, d'autant plus que cette dernière devait surtout connaître Feu Lord son Père, et que même si ce dernier ne se séparait que très peu de ses trois marmots, Dovan était clairement le plus effacé des ces derniers, le moins noble, et le moins gracieux. Il en avait rougi de fierté, et ce très court échange avait comblé le combattant qu'il était de bonheur. La dornienne était cependant toujours là, et il s'empourpra encore plus quand il se rendit compte qu'il avait été particulièrement mal élevé envers cette dernière.

- Pa... Pardonnez moi madame, je suis fort distrait, et je vous ai manqué de respect. J'errais aussi comme une âme perdue avant votre arrivée, je ne saurais comment vous remercier de m'avoir extirpé de mes songes.

Il fit une petite pause pour observer les réactions de sa sauveuse, quand il vit Garlan entrer dans le bal.

« Par tous les Dieux, pas lui !»
Se disait-il, presque enragé de le voir faire irruption ici. 

Il l'avait déjà aperçu à Fort Darion, et jamais il n'avait compris l'espèce de popularité que pouvait avoir ce foutu Bieffois dans une armée comme celle de l'Empire. Il décidait cependant de l'ignorer, comme à son habitude, en priant que jamais il n'aurait la malchance de devoir s'entretenir avec lui.

- Je serais ravi d'être celui qui vous donnera un quelconque but à cette soirée, madame. Reprit-il. Je crois bien qu'il y a du vin à ne plus en savoir qu'en faire... J'espère juste qu'il y en aura de Dorne, si je puis me permettre de vous flatter un peu, je pense que vous faites un bien meilleur vin que les Bieffois.

… Ou était-ce le goût amer que pouvait lui provoquer le simple fait d'évoquer ces contrées, qui lui faisaient détester le vin de la Treille...
Dovan Caron

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lord
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Dovan Caron
Messages : 414
Membre du mois : 0
Célébrité : Jamie Dornan
Maison : Maison Caron
Caractère : Compassionnel, Introverti, Cultivé, Maladroit, Persévérant, Fier, Méfiant, Incrédule
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyLun 21 Oct - 18:41








Sujet Commun
Feast before the Storm

Argella en avait presque terminé avec les urgence de son retour et celles de l’arrivée du couple Impérial avec les renforts. Elle n’avait eut que peu de temps pour reprendre possession des lieux après tout ce temps passé à Fort Darion. Heureusement, elle pouvait compter sur l’aide précieuse de la Reine Mère, et elle était plutôt ravie que celle-ci se charge de l’organisation du banquet. En effet, si elle aimait participer à ce genre d'événement, elle appréciait nettement moins de s’en occuper, d’autant que le temps lui avait manqué, déjà, pour gérer d’autres choses vitales pour l’installation de la famille Braenaryon, sa sécurité, les dragons et l’armée ainsi que les autres invités.

Au matin, la Reine de l’Orage avait pu tenir conseil avec Rhaenys et Torrhen, mais l’heure n’était plus à la guerre à présent, l’heure était à la fête et elle comptait bien en profiter. Elle savait que les semaines et mois à venir ne seraient pas de tout repos et nettement moins festifs. Elle était enchantée que le printemps pointe son nez afin que l’Orage puisse reprendre ce qui lui avait été volé et l’Empire mettre fin au règne de l’usurpateur et aux manipulations politiques de la foi. Elle était encore plus enthousiaste à l’idée de mener la guerre à venir avec Torrhen et Rhaenys, malgré les risques. La famille à nouveau réunie, ils pouvaient surmonter tous les drames et les défaites, ensemble. Ce banquet était le symbole de sa joie à les retrouver ici chez elle, à les avoir à ses côtés, ainsi que Garlan et Mina, et en présence de ses gens, dont ceux qu’elle appréciait tant, Dovan, Stannis, et non des moindres Enguerrand, son général, elle savait que sa mère ferait le nécessaire. Comme elle avait été très occupée, cela serait une surprise, comme la robe apportée par les caméristes suite à son bain.

L’Impétueuse eut un petit sourire en la découvrant, elle savait que venir en armure n’était pas de bon aloi, mais elle avait néanmoins été tenté de le faire, au moins le message de Rowenna était clair avec cette tenue somptueuse. Une robe plissée de satin doré drapée sur une épaule avec une large ceinture brodée de noir. Propre et parfumée, elle l’enfila aidée de ses servantes et tandis que celles-ci ajustaient la robe sur sa poitrine et sa taille, l’une d’elle lui enfilait un collier d’or et de perles noir avec un bracelet identique, une chevalière sur l’annulaire avec le blason Durrandon et un brassard ciselé aux entrelacs dorés présentant un cerf couronné. Elle mit en sus, des petites boucles d’oreille en diamants noirs et la couronne de son père, désormais réajustée pour elle, symbolisant les bois de cerf de sa maison et dotée de sept diamants noirs. Deux tresses lâches partaient de ses oreilles et s’enroulaient dans son dos autour d’une queue formée par le reste de ses cheveux et cerclée d’anneaux dorés.Ses épaules étaient couvertes d’un boléro de fourrure noire afin de résister aux courants d’air encore frisquets.

C’est ainsi que la brune aux yeux céruléens se prépara à faire son entrée, fière et tout à fait femme pour une fois, mais ce n’est pas la direction de la grande salle qu’elle prit mais celle de l’étage réservé à la Maison Impériale. Elle se planta devant les gardes avec un large sourire malicieux et attendit que Torrhen et Rhaenys soient fin prêts afin qu’ils descendent tous les trois et fassent leur entrée en même temps dans la grande salle. Elle trouvait important qu’ils montrent ainsi leur unité, à Fort Darion, ils étaient les Seigneurs et Maîtres, aussi devait-elle rester en retrait. Ici, c’était elle la Reine, mais l’Empire venait en renfort de l’Orage pour unifier Westeros et le symbole de cet idéal plus grand, dépassant les limites des royaumes était là : l’Empereur venu du Nord, l’Impératrice venue de Peyrdragon et originaire d’Essos, et la Reine de l‘Orage se tenant tous trois côtes à côtes. S’arrêtant un court instant à l’entrée de la pièce et embrassant du regard ses sujets et la décoration avec un air satisfait à défaut de sourire. Elle posa un regard plein de remerciements sur la Reine Mère, tant pour la robe que pour le travail titanesque effectué en son absence et depuis son retour. Puis elle s’avança au milieu des tables d’un pas mesuré jusqu’à sa place avec ces deux précieux amis. Ensemble.


made by lizzou – icons & gif by tumblr
Merci à rawr & (c) FreeSpirit

Spoiler:
 



 
 
 


Spoiler:
 


Dernière édition par Argella Durrandon le Lun 21 Oct - 21:22, édité 1 fois
Argella Durrandon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Argella Durrandon
↯ Sienne est la Fureur ↯
Messages : 826
Membre du mois : 0
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : de merde
↯ Sienne est la Fureur ↯
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyLun 21 Oct - 19:19



Accalmie, An 1, mois 9, semaine 2

C’était trop. Je l’avais soulevé à Kora mais elle n’avait rien voulu entendre. Elle avait attendu le dernier moment, se doutant ce que je lui dirai. Nous nous étions isolés dans une pièce pour que Torrhen puisse lui aussi se laver et se préparer sans nous marcher l’un sur l’autre. J’avais eu le droit à un bain bouillant qui avait détendu mes muscles encore endoloris du voyage. Elle avait pris quelques minutes pour me masser avant de s’attaquer au domptage de mes cheveux. Les laver, rincer, sécher, coiffer était long et fastidieux mais elle s’y attelait toujours avec le sourire, en me précisant à chaque fois que je lui en faisais la remarque qu’elle adorait cela. Si cela n’avait tenu qu’à moi, je les aurai coupé bien plus court mais c’était là quelque chose que Kora refusait de faire et je l’aimais trop pour aller contre elle. Une fois sèche, et coiffé, elle m’avait apporté la robe et j’avais vite déchantée. Je l’adorais oui. Elle était un cadeau de Baâl que je chérissais. mais elle était très… Peyredragonienne. Elle laissait entrevoir autant de chair qu’elle en cachait. Majestueuse, magnifique elle l’était. Mais depuis que j’avais eu Aeden et Athynea, je n’avais plus remis de robe de ce genre. Je me sentais encore mal à l’aise dans mon corps, même s’il avait retrouvé ses mensurations d’autant. Ma peau restait marquée par endroit et j’étais devenue « timide » sur ce point là.
 
J’avais refusé, mais Kora ne l’avait pas entendu de cette oreille. Elle avait balayé mes protestations d’un revers de main, en indiquant que je ne pouvais pas aller au bal en tenue de jour et qu’elle n’aurait pas le temps de repriser une autre robe à temps. Elle l’avait fait exprès, et elle savait que je n’étais pas dupe. Je lui avais dit, mais encore une fois, elle avait balayé ma protestation comme si elle n’était pas importante avant de faire de moi une poupée entre ses mains expertes pour m’habiller. Seule, je n’aurais pas été capable de bien la vêtir. Il y avait une multitude d’attaches cachées permettant à la robe de tenir sur ma peau, et de donner l’impression qu’elle avait été cousue sur moi. Je n’étais sans doute pas la femme la plus pulpeuse de Westeros mais nous nous étions assurés que ma poitrine était bien maintenue par les griffes de dragon en or. Je le savais très bien, cette tenue était époustouflante. Pour autant, je ne me sentais pas autant à l’aise que la première fois où je l’avais porté. Pourtant, comme Kora me l’avait fait remarquer, elle ne laissait pas voir ma peau légèrement craquée sur le ventre, ou sur le haut de mes cuisses. Elle tombait comme elle le devait et les seules cicatrices que l’on pouvait apercevoir étaient celles dont je n’avais cure, habituée depuis longtemps à les arborer. Maraxès avait marqué ma peau plus d’une fois et Ebryon à son tour, sans parler des batailles auxquelles j’avais participé. Mais ces traces-là, elles étaient plus une fierté, et non teintée de honte.
 
Mon fourreau d’apparat attaché autour de la taille, j’y glissais Noire-Sœur, dont le poids sur ma taille était rassurant. Prête, les chevilles enlacées par les ruban de mes chaussures, je me glissais dans la chambre de mes enfants pour les câliner une dernière fois, avant de confier la tâche à Ebryon de les protéger. Yesaminda s’enthousiasma de ma tenue, et le regard dérobé des gardes me faisaient bien savoir qu’elle était bien au goût de la gente masculine. Comment n’aurait-elle pas py l’être ? Je regagnais les quartiers que je partageais avec Torrhen, où ce dernier finissait de se préparer. En voyant sa tenue aussi sobre que la mienne ne l’était pas, je me mordais la lèvre et lui glissais. C’est vraiment… Trop. Je vais me changer. Tant pis si c’est pour une tenue de jour, Argella ne s’en formalisera pas. A peine avais-je dis cela que Torrhen fondait sur moi. Ses mains étaient posées délicatement sur mes joues, alors qu’il me disait, son regard aussi noir que le mien était violet combien il me trouvait belle habillée ainsi. Il n’y avait doute à avoir quand à sa sincérité et lui demander confirmation aurait été stupide. Ses lèvres se posèrent sur les miennes, passionnées, avides comme elles l’étaient toujours avec moi et je lui répondais de la même manière. Sans la sortie de son valet et le bruit de la porte, je ne serai perdue avec lui. Mais nous étions attendus et je ne pouvais pas perdre encore plus de temps à me recoiffer et m’habiller. Ainsi m’éloignais je de lui à regret. Je récupérait dans ma boite à bijoux la troque qu il m avait offert pour orner mon cou, puis le bracelet offert par Orys que je resserrai autour de mon bras gauche. J’hésitais un instant à prendre celui qu avait préparé Kora avant de le délaisser. La robe était déjà bien… Assez pour ne pas rajouter une couronne, d’autant plus que Torrhen m’en portait pas. Prêts l’une comme l’autre, je redéposai un léger baiser sur sa joue cette fois, avant de sortir de la pièce avec lui. Nos pas et ceux de notre escorte nous menèrent jusqu’à des gardes, eux aussi là pour protéger leur souveraine. Je saluais Argella d’un signe polie de tête avant de prendre place à sa gauche, Torrhen sur la mienne. Je serrais doucement leur main dans les miennes avant de les lâcher, quelques instants pour leur faire comprendre combien j’étais fière de cette unité que nous représentions. Le plus dur restait à faire oui, mais nous nous en préoccuperions plus tard. Ce soir, ce soir, nous étions là pour oublier un instant la guerre, et les morts à venir.







Spoiler:
 


Hēnkirī

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Messages : 3199
Membre du mois : 0
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyLun 21 Oct - 22:05

J’étais épuisé. Epuisé du voyage, fatigué du travail de la veille. Les rencontres et réunions avaient été fructueuses, malgré cela. Mais deux heures avant le banquet, je m’étais endormi comme un vieillard dans le siège face à la cheminée. Plus les années passées et plus mon corps était perclus de douleurs. Mon genou gauche, surtout, mais aussi mon visage. Cela m’épuisait par moments, et me réveillait la nuit au même titre que le ballet mélancolique des légions de fantômes qui peuplaient ma conscience. Réveillé par le mouvement dans les appartements impériaux, je me mis en besogne pour être prêt pour les festivités. Je taillais ma barbe comme il fallait, mais ne faisais rien contre les cheveux et poils blancs qui parsemaient désormais ma fourrure de loup vieillissant. Je me baignais, peinant à entrer seul dans le grand baquet d’eau brûlante, refusant toute aide. Je ne m’y délassais qu’un instant, et déjà je me briquais la peau pour me débarrasser pour de bon de la crasse du voyage. Je finissais par sortir ; point trop de confort, il n’y avait pas temps de lambiner. Une fois encore, je repoussais l’aide proposée par mes aides de camp, ou les servantes qui débarrassaient les linges des bambins. Je m’habillais seul. Avec difficulté, mais seul.


Pantalon de laine blanche, bottes de cuir noir, courtes, sous le genoux. Godasses pour la guerre et la monte, du fonctionnel, comme toujours. Pantalon rentré dedans. Epée au côté, je ne me séparais presque plus jamais de Morsure, cadeau de Rhaenys après avoir légué Glace à Jon. Fourreau de cuir noir, lui aussi. Boucle d’argent à tête de loup. Le haut était un plastron de cuir noir lui aussi, dont l’emblème écartelé Braenaryon, Loup et Dragon, était imprimé en relief en plein poitrail, et elle était liserée de rouge foncé. L’armure aussi protectrice que décorative était nouée par dessus une chemise de laine blanche. La cape, elle, était blanche et noire, frappée de notre blason. Les épaulières fixant cape au plastron était d’argent, d’un côté le loup, de l’autre le dragon. Pas de couronne. J’avais toujours détesté en porter. Une fois prêt, Rhaenys entre à son tour. Magnifique, dans une tenue qui attirait l’oeil par ses couleurs rouges et or, par sa forme, dévoilant un fabuleux décolleté. On voyait ici et là les cicatrices nées de Meraxès ou de la guerre, mais cela en plus de sa coiffure ne faisait que renforcer son air à la fois terrible et magnifique. Je m’approchais d’elle, alors que je voyais bien à son air un rien gauche qu’elle ne se sentait pas en confiance pour porter pareille panoplie.Lorsqu’elle doute, je m’avance vers elle. Encadre ses joues de mes mains. Mes prunelles noires comme la nuit, dévisageant ses prunelles d’un violet aux nuances jaunes orangées dans lesquelles je me perdais depuis notre rencontre. Nez contre le sien, souffles mêlés.



| Je n’ai jamais vu femme aussi belle, Rhaenys. Tu es magnifique. |


Contrairement à son vieil époux, marqué et défiguré, qui n’avait plus l’air que d’un vieux reître et pas d’un jeune prince conquérant qu’elle aurait pu épouser. Je l’embrasse alors. Amoureusement d’abord. Puis, avec plus de passion et de ferveur. Mes mains passent sur ses fesses, sous sa robe. Nous sommes interrompus, et j’ai envie de repousser l’impudent mais non, il est l’heure. Je lâche un clin d’oeil à mon épouse. Un dernier baiser. Et nous voilà dehors. Argella est déjà là. Je lui présente mes respects et mincline, dépose un baiser barbu sur le dos de sa main.


| Votre Grâce. | la saluais-je | Loin de moi l’idée de me montrer cavalier ou inconvenant, moins encore aux côtés de la Dame de mon coeur, mais vous êtes rayonnante.


Je prenais enfin ma place. Rhaenys au milieu, Argella et moi de part et d’autres. Regard avec ces dames. La guerre n’attendait que nous ; d’ici quelques semaines nous serons tous trois morts, blessés ou simplement couverts de sang et de larmes. Mais d’ici là, il fallait fêter l’union et l’Empire. Ensemble, suivis par quelques Gardes Demalion qui rejoignent à l’entrée de la salle les quelques soldats orageois, nous franchissons la porte. Les regards se portent forcément sur nous, quand la Reine, l’Impératrice et l’Empereur sont annoncés. Nous fendons la foule, vers la table royale. Main de Rhaenys posée sur mon bras. Mon regard se promène dans la foule. Mahée Allyrion, proche d’un seigneur orageois entraperçu avec Argella. La dornienne, toute encore à son avantage, qui jouait gros dans l’Orage. La Reine-mère Rowenna avec un homme grand, qui avait l’air des plus solides. Je me demandais qui était cet homme pour mériter cette compagnie dès le départ. Goldwyne, qui parlait à sa sœur Lady Swann. Et des quantités de nobles, officiers de l’Empire, ou maisons de l’aristocratie de l’Orage. Nous arrivons à table… Et je demande l’assentiment de la Reine Argella d’un regard, l’entérinant d’un « puis-je » soufflé. Elle me l’accorde.


Je m’éclaircis la voix. Me redresse de toute ma hauteur. Timbre fatigué mais vibrant toujours, après vingt cinq ans de règne, de toasts et de discours, d’ordres et de cris de guerre beuglés sur le champ de bataille. Je ne parle pas trop fort ; j’ai la voix grave, qui porte. Parler trop fort inciterait en plus à chuchoter, quand limiter le volume force l’auditoire à l’écoute.



| Il y a quelques mois de cela, j’ai fait une promesse à Sa Majesté la Reine Argella. C’était après Buron et après Eysines, après la chute d’Harrenhal. Je lui ai promis qu’au Printemps, je viendrais en personne aider l’Orage à se défendre, à assurer sa survie devant la horde grouillante de ses ennemis. Je suis venu honorer cette promesse. |


Je tourne le regard vers la Reine Argella, lui offre un lent signe de tête, marqué. Puis je regarde Rhaenys, sourire étirant la commissure pleine de cicatrices de mes lèvres.


| Si je ne suis pas venu seul, ce n’est pas par confort, n’en déplaise à Sa Sainteté le Grand Pontife qui nous agonit de sa haine depuis Villevieille. | La saillie est lâchée, et la voix tonne, désormais. | Non, je suis venu avec ma Dame l’Impératrice, et nos deux enfants, parce que ce n’est pas une promesse en l’air que j’ai fait à votre Reine. Je lie le destin de ma famille, de ma lignée, à celui de ce pays. Avec ma Dame l’Impératrice, nous faisons le serment en ce jour de vouer nos épées à nos frères et sœurs de l’Orage. Et je jure, sur l’honneur et l’amitié qui nous unit, de me battre pour la bannière au Cerf Couronné jusqu’à mon dernier souffle s’il le faut, comme je me suis battu pour le Nord, pour Peyredragon et pour le Conflans. C’est cela, l’Empire que nous forgeons. | Regard appuyé pour la foule, pour les souveraines autour de moi. Pour Mahée Allyrion. Je croyais dur comme fer en ce que je disais. | Nous vivons et nous nous battons, et peut-être même que nous périrons face à toute l’adversité d’ennemis vils et sans honneur qui convoitent nos terres et nos richesses Mais quel que soit notre sort, nous vous jurons solennellement en ce jour que nous l’accomplirons ensemble. |


Je lève la coupe de vin que l’on m’a tendue, portant un toast.


| Messeigneurs et mesdames, je souhaite remercier Sa Majesté la Reine Argella, et sa Grâce la Reine-Mère Rowenna, pour leur hospitalité et leurs bonnes grâces. L’armée Impériale toute entière se joint à nous pour vous manifester notre respect et notre impatience de nous battre à vos côtés. Messeigneurs et mesdames… Feu, sang et hiver! |


Le Cyvosse est en place. Les pièces avancent. Le sang remplacera bientôt le vin, quand les Loups se mettront en chasse... Et les Dragons.


Spoiler:
 




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 32416
Membre du mois : 52
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyMar 22 Oct - 18:03

Reprendre le navire avait été une épreuve pour elle, elle avait failli faire demi-tour au moins trois fois avant de n'oser poser le pied sur le pont du bateau. La dernière fois qu'elle était monté à bord, c'était pour faire le voyage inverse, quittant Accalmie pour pouvoir rejoindre Fort-Darion. Mina n'avait jamais vu la fin de la traversée, et quand elle avait enfin ouvert les yeux, elle était clouée au lit, et deux mois pratiquement s'étaient écoulés avant qu'elle ne refasse surface et qu'elle tente de reprendre sa vie en main. Elle s'était remise de toute cette histoire, elle avait repris des forces et des couleurs, et cette délicate teinte rosée avait repris place sur ses joues. Elle s'était sentie belle, elle s'était sentie heureuse et elle s'était surtout sentie en pleine possession de ses moyens. Elle était à nouveau sereine. Ce voyage était pourtant essentiel, elle avait encore de nombreuses choses à régler dans l'Orage et tout ne pouvait se faire facilement par missive alors que la région était en proie à la guerre. Elle n'oubliait pas la fonction qu'on lui avait confié directement auprès du Collège Impérial, mais elle ne pourrait tenir son rôle sans régler la suite des opérations auprès de la famille de son défunt mari. Après tout, Edmund ne manquerait pas d'instaurer sa façon de penser et de faire à Pierhaume, en l'absence de la lady de la cité, et de son neveu qui était l'héritier des terres et de la fortune des Swann, un petite garçon qui avait tout juste neuf mois et qui serait si facile d'évincer. Outre le fait qu'elle avait clairement le mal de mère et que pendant des jours elle fut extrêmement barbouiller par la traversée, elle avait néanmoins un pincement au cœur à l'idée que ses enfants étaient restés en sécurité  à Fort-Darion, comme elle l'avait demandé à l'empereur la première fois qu'ils s'étaient rencontrés. Malgré leur absence, elle faisait confiance aux personnes qui étaient restées dans la ville impériale pour prendre soin des siens et vu les merveilles que le Mestre avait fait avec elle, elle pouvait se douter qu'il prendrait tout autant soin de Lenora et Harlan s'il venait à leur arriver quelque chose. Et puis ce n'était qu'une question de quelques semaines, avant qu'elle ne se décide à reprendre ce navire de malheur et qu'elle ne reprenne la direction de Fort-Darion.

L'arrivée à Accalmie de toute la délégation impériale fut largement salué par la population du royaume. Ils furent tous invités à prendre place dans les chambres ou les appartements qui avaient été assignés à chacun pour les invités les plus importants. Après un bref repos, il fut alors temps de se préparer pour le banquet du soir, organisé par la Reine mère. Mina devait encore porter les couleurs du deuil dans les vêtements qu'elle mettait, cependant, cela ne l'empêchait pas de le faire avec une certaine élégance. Elle portait donc une robe dont le jupon était en satin noir, deux bretelles en dentelle de la même couleur tombaient bas sur le haut de ses bras, quand au bustier, il avait été brodé d'argent. Mina alla donc rejoindre la pièce dans laquelle allait se dérouler les festivités, se faisant d'une certaine manière discrète, observant les différentes personnes qui étaient présentes. Elle échangea quelques salutations avec des nobles qu'elle avait déjà eu l'occasion de rencontrer à Pierhaume, puis elle entendit une voix connue derrière elle. Elle grimaça légèrement, avant de se retourner et de faire les derniers pas qui la séparait de son frère. Elle le connaissait assez bien, pour voir que dans ses traits, il n'était pas totalement heureux de la voir présente ici. Elle ne savait pas si Garlan serait présent ou non à Accalmie, après tout il ne l'avait pas prévenu de son départ et elle ne savait pas si le devoir n'allait pas l'appeler ailleurs, alors il n'était pas nécessaire de l'inquiéter par rapport à son propre voyage. Ils étaient à présent à égalité. « Garlan. » Elle lui décocha un sourire angélique. « Le programme a un peu changé … Ce n'est qu'une question de semaines, après je rentrerai à Fort-Darion, en sécurité. Je sais que tu aurais préféré que je reste loin d'ici, mais je suis orageoise depuis mon mariage avec Lord Swann et j'ai des responsabilités ici. » Elle prit un instant sa main dans la sienne. « Bien évidemment, je n'ai pas emmené Lenora et Harlan ici, ils sont bien mieux à Fort-Darion. Cependant ta femme est là, sans doute en compagnie des enfants impériaux … C'est pour elle que tu devrais t'inquiéter … Dans son état. » Détournée l'attention était bien plus à son avantage, au moins la laisserait-il respirer et s’inquiéterait plus pour son épouse enceinte, que pour sa jeune sœur.

Mina se retourna pour pouvoir observer le couple impérial et la reine de l'Orage faire leur entrée dans la salle, elle s'inclina alors à leur passage, avant de les observer prendre place à la table royale, dressée pour eux à cette occasion. Tout en compagnie de Garlan, elle vint s'installer à l'une des tables latérales à la table principale et elle écouta alors l'empereur faire son discours à toute l'assemblée. Elle porta alors un toast en même temps que Torrhen eut fini son discours et elle reposa doucement sa coupe ensuite, regardant les différents convives présents.

Spoiler:
 


Mina Swann

Écoutez le chant du cygne ...
Le chant du cygne blanc !
Mina Swann

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Swann
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Mina Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Messages : 744
Membre du mois : 10
Célébrité : Amber Heard
Maison : Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyLun 28 Oct - 12:25


Première chose digne d’être relevé : l’absence de surprise, sur les traits de son interlocuteur, alors qu’elle l’interpelle. Il ne la dévisage pas, ni son teint mat tranchant singulièrement avec la totalité du reste des invités, ni sa tenue que d’aucun trouverait inappropriée, ce dont elle lui est grée. En fait, ce jeune Lord a l’air tout bonnement adorable. Aucune trace de hauteur au regard qu’ils échangent, il fait plutôt naître l’image d’un jeune lapin dans l’esprit de Mahée… Un peu farouche, un peu intimidé. Impression renforcée encore, à voir la réaction qui est la sienne lorsque la reine-mère, superbe de raffinement toute de noir et d’or vêtue, leur fait l’honneur de se joindre, même brièvement, à leur conversation. Bien sûr, le trait d’esprit de Rowenna tire un petit sourire amusé à sa dame de compagnie, qui lui lance un regard de connivence avant que celle-ci ne les délaisse, de façon tout à fait compréhensible. La reine-mère partie, Mahée ayant eu au passage la confirmation que ses estimations avaient été correctes et que son interlocuteur est bien Lord Dovan, de la maison Caron, les deux jeunes gens peuvent en revenir à leur échange qui voit ledit Lord se confondre en excuses, ce qui fait légèrement rire Mahée, bien évidemment sans la moindre moquerie. « Je crois surtout que vous avez été avisé, Lord Dovan. Mieux vaut ignorer une dame de compagnie que la reine-mère de l’orage… » Elle plaisante, le regard pétillant de malice, montrant bien ici que la seule offense de laquelle le Lord se soit rendu coupable n’a eu lieu que dans les méandres de son imagination.

Compliment sincère ou tentative d’établir un contact positif ? Mahée ne peut en jurer, mais le compliment de l’orageois sur la supériorité du vin dornien à celui, si renommé, de la Treille du Bief, fait rosir les jours de la Lady de plaisir. Il lui a rarement été donné, depuis son arrivée, d’entendre quoi que ce soit vanté de Dorne, hors mis son soleil et ses paysages en compagnie exclusive de Rowenna. Le reste de l’Orage demeure, de façon compréhensible, très hostile à la principauté, aussi Mahée n’en apprécie que plus ce petit compliment. « Vous êtes très aimable, Lord Dovan… Je suis contente d’apprendre que le côté plus liquoreux du vin dornien ne rebute pas tous les Westerossis. » En effet, le soleil de Dorne, particulièrement vif, fait déjà macérer le raisin sur la vigne, lui donnant un goût bien plus sucré, une texture plus dense, que celui des autres régions, dont les vins sont plus âpres… Et âcres. Mahée, pour sa part, a appris à apprécier son vin épicé. Avec de la cannelle, notamment. Malheureusement, c’est un délice auquel elle n’a pas eu droit depuis son arrivée dans l’orage.

Sur le point de proposer à Lord Caron d’aller chercher un verre dudit vin, pour jouer au goût à en estimer la provenance, le couple Impérial ainsi que la reine de l’Orage font leur entrée, attirant sur eux tous les regards, y compris le sombre des onyx de la dornienne, porté par un visage constellé de grains de beauté. Tous trois superbes, les femmes sublimes, chacune dans un style qui leur est propre. L’Empereur, pour sa part, impose son charisme à l’assistance. Tous trois, indépendamment, demeure impressionnant. Avec attention, Mahée profite d’être perdue dans la masse des invités pour les dévisager. Argella et Rhaenys font briller ses yeux, l’une du bleu des siens, contrastant avec le lait de son teint et le noir de ses cheveux, hérité sans l’ombre d’un doute de sa magnifique mère. Rhaenys, quant à elle, terrible de superbe, à la fois sensuelle et redoutable, éveille beaucoup de sentiments contradictoires, le désir d’approcher autant que de garder ses distances. Et enfin l’Empereur, pour sa part, grand d’élégance, remarquable de prestance, éveille sa curiosité. Les discours ont toujours été des jeux pour elle, démêler le vrai du faux, les promesses démagogiques de celles sensées être tenues… ça l’intéresse, forcément, d’entendre ce que Torrhen a à dire, ne serait-ce que pour en estimer la sincérité.

Arrive ledit discours, que chacun attendait. Au final, l’exercice est moins stimulant qu’elle l’aurait cru, ce qui est une bonne chose. Beaucoup de style dans ses paroles, une tournure très théâtrale, adéquate à la stimulation des foules, mais dans laquelle la dornienne n’a discerné aucune hypocrisie concernant le fond. Elle ne pourrait le jurer dans cette foule, mais à un moment, elle aurait juré que les paroles du monarque s’adressaient directement à elle, qu’il semblait la voir au milieu de tous ces invités, et la dévisager, elle. Cette impression la voit se redresser et darder sur l’Empereur une œillade défiante, défiante de tenir les engagements mis sous son nez la veille. Aider l’Orage n’est pas la même paire de manches que d’aider Dorne, en admettant que l’Empire soit encore en état de le faire une fois l’Orage sécurisé. Quoiqu’il en soit, elle ignore si ça lui plaît ou pas, mais le couple impérial a l’air cohérent, de joindre le geste à la parole. C’est une bonne chose, à priori, sauf pour qui décide de leur faire confiance précisément pour cette raison, et devient finalement le premier dindon de la farce. Un servant passant par-là, Mahée peut récupérer deux coupes de vin, et en donner une à son interlocuteur, ainsi peuvent-ils se joindre au toast s’ils le souhaitent. La dornienne, pour sa part, lève sa coupe, mais ses lèvres demeurent closes. Elle ne se joint pas au chœur des invités pour réciter la devise de l’Empire, un Empire auquel elle n’est pas rattachée, et qui lui rappelle, peut-être malgré lui, trop douloureusement sa condition d’otage, et la situation si précaire de son pays.

Le fait est que Mahée se sent sur des sables mouvants, prête à se faire engloutir sur le moindre caprice. Le sol sous ses pas se dérobe, n’est plus palpable, et elle a l’impression de vivre dans une peur constante. Pour Dorne, bien sûr, mais ce qu’elle redoute pour son pays s’éclipse régulièrement pour des pensées tout aussi sombre concernant les siens. Sa mère, son fils… Son fils… Ses lèvres se trempant dans le vin, à peine, elle prend une décision. Elle va le faire quitter Gracedieu. Si la nouvelle de sa trahison parvient aux Martell, elle ne peut leur laisser la possibilité de mettre la main sur l’hériter de sa maison. Elle a toute confiance en sa mère et ses gens, Yaël saura comment gérer la situation… Mais elle refuse que la famille princière puisse récupérer Daemon et en faire un otage…

Se forçant à réintégrer la soirée, Mahée en revient à son cavalier pour lequel elle arbore un sourire empreint de bienveillance, et, avec lenteur, le dirige vers la table des nobles, sans le presser, sans l’oppresser. «Nos chemins vont devoir se séparer pour le dîner, Lord Dovan, mais j’espère avoir le plaisir de pouvoir discuter du vin que nous aurons bu au terme de celui-ci. Permettez-moi de vous montrer où se trouve votre place… ? »

Spoiler:
 



   
I'll ride the Storm
I'll put my armor on and show you how strong I am. I'll put my armor on and I'll show you that I am unbroken, unstoppable.
Mahée Allyrion

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Mahée Allyrion
L'Etoile du Matin
Messages : 2660
Membre du mois : 32
Célébrité : Adria Arjona
Maison : Allyrion
Caractère : ▪▪ Intransigeante ▪▪ Perspicace ▪▪ Loyale ▪▪ Vindicative ▪▪ Généreuse ▪▪ Rancunière ▪▪
L'Etoile du Matin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyMar 29 Oct - 20:34

Peu à peu seigneurs et dames de l’Orage ou du Nord firent leur entrée dans la grande salle, je les observais les uns après les autres, dégustant une bonne bière. Tout d’un coup les serviteurs se penchèrent tous les uns après les autres, celle qui était à l’origine de cette soirée venait de faire son entrée dans la salle. Le sourire dessiné sur le visage, Rowenna Durrandon passait d’invité en invité, les saluant à la suite, distillant quelques mots sympathiques à ceux déjà présents. Cherchait-elle à combattre cette image de femme froide et distante ? Ou bien cherchait-elle à faire oublier ses positions vis à vis de l’Empire ? Ce n’était pas un secret de polichinelle, tout le monde savait qu’elle avait espéré jusqu’au bout une alliance entre les Terres de l’Orage et ses anciennes terres, Dorne. Les seigneurs des marches goûtaient peu à cette option, Dorne, le Bief et les Terres de l’Orage se sont toujours disputés les Marches,et cela depuis tant d’années. Malgré tout, l’option choisie par Argella n’était pas forcément apprécié par le peuple, se soumettre à un couple impérial fut dur à avaler pour ce dernier, surtout après des années sous Argilac qui ne cessait de répéter que les orageois étaient les plus forts, à force de l’entendre, on se met à y croire, mais la percée bieffoise dans les marches à tout remis en question et aujourd’hui, tout allié était bon à prendre.

Je sortis de mes pensées lorsque j’entendis la voix de notre hôte à tous. Celle à l’origine de ce rassemblement avant le départ pour la guerre. Un léger sourire se dessina sur mon visage en l’entendant me dire que j’avais l’attention des servantes. ”Si les guerres se gagnaient ainsi, elles seraient bien ennuyeuses… Je n’ai jamais rien senti de plus fort que ce sentiment qui me prend la veille d’une bataille. L’excitation et l’adrénaline mélangées à la peur que notre vie se termine. Vous devriez y goûter je suis sûr que vous aimeriez ça.” lui répondis-je en reprenant ma coupe et en y plongeant mes lèvres sans détacher mon regard du sien. ”J’ai toujours eu un faible pour la bière orageoise. Elle a une petite touche de caractère, ça donne envie d’y revenir à chaque fois.” Soudain mon attention fut attirée par la porte d’entrée de la salle qui s’ouvrit pour laisser place au couple impérial et à la reine de l’Orage. Je fis une légère révérence lorsqu’ils passèrent devant moi, je ne savais pas quoi encore penser de ce couple auquel s’était soumise Argella. Malgré leur arrivée côte à côte, ça restait une hiérarchie où elle se retrouvait être une Reine au service d’un Empereur et d’une Impératrice. Aujourd’hui ils étaient amis, mais qu’en sera t-il demain ? Ou dans l’avenir quand les héritiers ou héritières seront au pouvoir, mais pour l’instant là n’était pas la question, si le Bief continuait d’avancer, ce serait terrible pour l’Orage mais aussi pour l’Empire. Comment tenir les autres royaumes au sein de celui-ci s’il n’est pas capable de les soutenir et les protéger face à l’ennemi ? Si l’Empire était ici, c’était peut-être par amitié pour la reine de l’orage mais c’était aussi pour envoyer un message fort aux autres royaumes. La preuve, les premières  paroles ne furent pas dites par la Reine mais par l’Empereur. Ce dernier nous annonça en un long monologue ce qui aurait pu être résumer en une seule phrase : ils sont ici pour verser leur sang pour protéger l’Orage du Bief. Je ne savais toujours pas quoi penser de cette alliance, ni de ce couple impérial, du moins leur aide était la bienvenue à l’heure actuelle car aux dernières nouvelles, le rapport de force ne jouait pas notre faveur. ”J’espère que l’Orage ne perdra pas de sa saveur avec cette nouvelle alliance. Ce serait bien dommage...” dis-je à la Reine-Mère en la regardant attentivement avec un sourire au coin des lèvres. Je finissais le restant de ma coupe d’une seule traite puis je lui tendis la main pour lui proposer de l’accompagner jusqu’à la table royale où commençaient à s’installer la Reine et le couple Impérial. Arrivés devant eux, je me courbais légèrement, n’allant pas au bout de mon mouvement comme les règles de la bienséance l’ordonnaient. Je n'avais jamais été très bon dans ce rôle, j'étais bien meilleur sur un champs de bataille. ”Empereur, Impératrice, je bois à votre venue et à l’alliance entre l’Empire et l’Orage.” Je bois une gorgée puis pose mes yeux sur la Reine Argella Durrandon. Elle avait bien grandi depuis les montagnes des Marches. Je me courbe de nouveau légèrement. ”Ma Reine, merci pour votre miséricorde. C’est un plaisir de retrouver mes terres natales, sachez que mon épée est vôtre pour la prochaine bataille et pour toutes les autres à venir.” Elle avait donné son accord à la demande de mon oncle qui souhaitait mon retour pour prendre les rênes de ma maison suite à la mort de mon père et de mon frère lors de la dernière bataille. Je me tourne vers la Reine-Mère et lui fait un baise-main, mais avant celui-ci je lui murmure. ”J’espère rapidement avoir le plaisir de vous revoir.” Suit à ces mots je m'éclipse à travers la foule, rejoignant ma place parmi l'une des tables réservées à la noblesse.

Spoiler:
 


Dernière édition par Stannis Morrigen le Mar 29 Oct - 20:55, édité 1 fois
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyMar 29 Oct - 20:48

Voir sa sœur ici, entre ses sœurs, ne le rassurait guère, lui qui l’a pensé à Fort-Darion à l’heure qu’il est. Même si on vantait les caractéristiques d’Accalmie, que certains jugeaient imprenable, il n’était pas serein pour autant. Ils étaient proches du front et ils ne savaient pas ce que la campagne du Printemps leur réservait en état. A voir le sourire de sa sœur, il ne savait pas si elle était heureuse de le voir, surprise, même si elle devait s’attendre qu’il lui tombe dessus à un moment ou un autre, ou bien s’il était de complaisance. Au vu de leur relation, il imaginait que ça devait être un mélange des deux premières options. En lui se mélangeait la joie de pouvoir la retrouver, même s’ils n’étaient pas séparés depuis bien longtemps, mais également l’inquiétude de pouvoir la perdre par on ne sait quel billet avec les conflits à venir. Ils venaient à peine de se retrouver, il ne voulait plus qu’elle disparaisse de sa vie, pas après ces trois ans, ce n’était pas envisageable.

Mina tentait de le rassurer en lui affirmant que ce n’était que l’affaire de quelques semaines avant qu’elle retourne à la capitale, elle cherchait à lui faire comprendre qu’avec son mariage, elle avait des responsabilités dans l’Orage. C’était vrai, elle n’était plus seulement que sa sœur, mais elle devait gérer les affaires de la maison Swann et s’assurer que sa maison traverse cette période difficile de son existence. Il comprenait cela, bien entendu, il s’en était passé des choses en trois ans et le mariage de Mina, avec sa nouvelle vie, en faisait parti. Elle restait tout de même sa sœur et il voulait tout faire pour la protéger et prendre soin d’elle. La jeune blonde vint prendre sa main dans la sienne dans un geste empreint de douceur fraternelle.  «Je comprends, Mina. Sois-en certaine, je comprends que tes responsabilités ne sont pas celles que tu pouvais avoir il y a trois ans de cela et que maintenant tu dois gérer les affaires d’un domaine qui est le tien. »

Serrant un peu sa main qui était dans la sienne, il souffla :«Sois juste prudente, c’est bien compris ? Je t’ai déjà perdu une fois, il n’est pas question que cela se reproduise… Je suis rassuré d’entendre que Harlan et Lenora soient en sécurité à Fort-Darion. » Tout sourire disparut du visage de Garlan suite aux dernières paroles de Mina concernant son épouse, ses yeux s’écarquillèrent, visiblement inquiet, il s’empressa : «Elle semblait pourtant plutôt bien se porter lorsque nous nous sommes croisés aujourd’hui… Serais-tu au courant de quelque chose que j’ignore, Mina ? Un fait qu’elle a préféré me taire pour ne pas que je m’inquiète ?»

On annonça le couple impérial et la reine de l’Orage, même s’il souhaitait avoir des réponses, ce n’était plus l’heure à ce genre de discussion. Il lâcha la main de sa sœur et se contenta d’un : «Nous reparlerons de cela plus tard.» Les trois individus ne tardèrent pas à faire leur apparition dans la grande salle, ils s’étaient apprêtés avec de beaux atours pour l’occasion,  ses yeux étaient surtout dirigés vers Argella et l’Impératrice qui étaient vraiment magnifiques, chacune dans leur style, dans ces tenues. Garlan s’inclina bien bas à leur passage, très respectueux qu’il était que ce soit envers le couple impérial, mais également pour la reine de l’Orage. Après qu’ils eurent pris leur place à la table royale, le bieffois suivit sa sœur, ils furent disposés alors comme il était prévu, tout avait bien été orchestré, il fallait bien reconnaître cela.

Garlan resta debout pour écouter le discours de l’empereur, on leur distribua des coupes de vin au passage. Les paroles du dirigeant de l’Empire étaient inspirantes, transpirantes de charisme, il résumait également très bien la situation. L’orage était un royaume fédéré de l’Empire et pour cela, et respecter la parole qui a pu être faite, ils combattraient jusqu’à la mort s’il faut pour que l’ennemi soit mis en déroute sur ces terres. De son côté, le chevalier ferait tout ce qu’il faut pour cela et suivrait les ordres qu’on lui donnerait. Ils étaient tous unis présents pour prouver l’unité qui était une des principales valeurs de cette superpuissance.  A la fin, il porta un toast comme tout le monde en levant bien haut sa haute et en affirmant bien fort : «Feu, sang et hiver ! Pour l’Empire ! »  Suite à cela le reste des invités prit position à leur place, Garlan s’assit, la place à sa droite était encore vacante, Mina lui faisait face.
Le capitaine échangea un moment avec les personnes situées à sa gauche dont certains étaient des officiers impériaux qu’il avait appris à connaître par la force des choses. Puis quand il eut terminé  il se remit correctement à sa place, il s’apprêtait à boire une gorgée dans sa coupe quand il constata que la place à sa droite était désormais occupée. Une tête familière, du moins il avait déjà aperçu cet individu à Fort-Darion, il n’y avait pas de doute là-dessous. S’ils se retrouvaient l’un à côté de l’autre, autant se présenter et échanger si cela c’était possible. Afin de l’interpeller et provoquer la discussion, il déclara à son intention : «Vous me semblez vaguement familier, ser. Il me semble que vous avez accompagné sa majesté, la reine Durrandon, à Fort-Darion, c’est bien cela ? Il n'y a rien de plus doux que le retour au pays, n'est-t-il pas ?» Il se présenta alors en inclinant légèrement sa tête en guise de salut : «Ser Garlan Goldwyne. Et vous êtes ?»

Résumé:
 


“Loyalty means I am down with you whether you are wrong or right, but I will tell you when you are wrong and help you get it right.”



Spoiler:
 
Garlan Goldwyne

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser / Capitaine dans la cavalerie impériale
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Garlan Goldwyne
Par-delà le cap !
Messages : 7401
Membre du mois : 0
Célébrité : Joshua Sasse
Maison : Goldwyne
Caractère : Loyal ♠ Rancunier ♠ Blasé ♠ Téméraire ♠Juste ♠ Têtu ♠ Galant ♠ Méfiant
Par-delà le cap !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyVen 1 Nov - 20:04

Je trouve amusant de pouvoir comparer le comportement des uns et des autres dans une situation qu’il n’affronte pas habituellement ou disons plutôt qui n’est pas familière. En même temps, les banquets ne sont pas légions. Certains nagent parfaitement dans les eaux vives de ce que j’appellerai le relationnel. Un mal nécessaire ? Nécessaire incontestablement mais certainement pas un mal. N’était-il pas agréable de pouvoir se réjouir même le temps d’un banquet ? Il y avait donc de parfaits nageurs et d’autres qui parvenaient juste à se maintenir à flots dès qu’ils étaient sortis du contexte d’un champ de bataille. Le jeune Lord Caron semblait appartenir à la seconde catégorie. Mais si les mondanités ne le mettent pas à l’aise, je ne doute pas de ces exploits militaires. Je laisse donc Mahée en charmante compagnie, un sourire entendu sur mes lèvres et parviens jusqu’à Lord Morrigen. En ce qui le concernait, je pouvais déjà le classer dans la catégorie des bons nageurs, peut-être même très bons dans les formes de champs de bataille. Je ne manque pas d’aller le saluer par un brin d’humour. Pendant que je m’entretiens avec le plus bel atout de cette soirée, je ne perds pas le fil des va et viens des convives qui franchissent l’entrée de la grande salle. Mina Swann fait partie de ces dernières dont je suis la suppléante au Conseil… Moi ! Suppléante ! Evidemment que la décision de ma fille m’avait fait grande peine et je la soupçonnais d’une pointe de vengeance pour me faire payer le prix de son mariage avec Dorne. Je n’en avais pas la confirmation mais les chiens ne font pas des chats, ma fille était manifestement bien ma digne héritière pour les bassesses. N’allez cependant pas croire que je l’aime bien moins pour cela, c’est tout le contraire.

– Les temps de paix ne trouvent donc aucune grâce à vos yeux Lord Morrigen pour aimer tant vibrer les vieilles de batailles… Je ne saurais dire si c’est le séducteur qui s’avance ou le soldat. Le premier choix me plait davantage, je suis joueuse et apprécie d’autant plus les audacieux. Lord Stannis ne m’avait pas déçu jusqu’à présent. Serait-ce une invitation ? … réfléchissez bien aux conséquences… il n’y a pas que la bière qui possède des touches de caractères. Vous pourriez ne plus… vouloir quitter votre tente N’ai-je pas le temps d’ajouter.

Ma fille, magnifique, fait son entrée. Vous n’imaginez pas ma fierté de mère quand elle parait, portant la couronne d’Argilac. Je ne parviens pas à cacher mon sourire admiratif pour ma plus belle réussite. L’image qu’elle renvoie en marchant d’un même pas auprès de l’Empereur et de l’Impératrice est forte même si je n’arrive pas à m’en réjouir. Je ne peux toutefois pas retirer à cette Impératrice sa beauté, il émane de sa personne une aura que je ne saurais expliquer, qui éclipserait presque la beauté de ma fille et son époux. Contrairement au banquet, cette alliance est un mal nécessaire, je le crains. La bienséance fait que les têtes s’inclinent sur leur passage. Je n’échappe pas à la règle rendant son regard à l’Empereur.

– L’Orage souffre… il faut parfois frayer avec les plus improbables alliés, Lord Morrigen. Je me penche pour que seules ses oreilles puissent entendre les paroles qui suivent. … Ne doutez pas de mon attachement à notre royaume, tout comme je ne doute pas du vôtre mais faites attention, vos propos pourraient être mal-interprétées par les partisans de cette alliance.

Je n’ai pas le temps de rejoindre près de la table d’honneur, que l’Empereur prend déjà la parole. Est-il en territoire conquis ?! Je ne comprends pas Argella. Ma main vient se poser sur celle de Lord Morrigen, sa présence est une bouffée de soulagement. Je lui renvoie un sourire pour lui donner mon accord, je ne doute pas que cette proximité donnera naissance à quelques rumeurs.

Plus proches du couple impérial, je confirme que la beauté de l’Impératrice ne fait l’ombre d’un doute mais ne surpasse pas celle de ma fille. J’assume complétement ma non-objectivité, ne dit-on pas qu’Argella me ressemble...

Je vous avais dit que Lord Morrigen nageait parfaitement. Ses présentations faites, je suis l’objet de ses dernières attentions. Un baise-main et quelques mots, que je suis seule à entendre. Pour toute réponse, je lui adresse un sourire engageant et :

– Je ne manquerai pas de vous le faire savoir.

Chacun ayant trouvé sa place, je patiente encore quelques minutes avant de me lever, un verre à la main, portant mon regard à tour de rôle sur ma fille, l’Impératrice puis l’Empereur dont les paroles raisonnent encore dans ma tête tout en poignardant mon cœur. L’Empire que nous forgeons !! même si cela semble être une généralité je ne peux que m’interroger sur qui régnera sur cet Empire… L’Orage n’est pas le vassal de l’Empire. Jamais Argilac n’aurait accepté cela. Hélas je ne pourrais défaire ce qui est fait. Argella a choisi, je ne peux que taire mon cœur, mon âme qui tonnent.

Le sourire est là, rayonnant, même l’élégance royale de mon statut, des ingrédients parfaitement mis en place pour masquer mon amertume.

– J’aimerai ajouter quelques mots. Je regarde ma fille, elle me connait, je ne peux pas garder le silence si elle le fait. Mon sourire est rassurant… ou pas. Le rôle d’un Roi est de protéger sa famille, son peuple, son royaume. L’Orage nous offre une Reine. Ma fille. Je lève mon verre dans sa direction avant de me tourner vers l’auditoire.   Il n’est pas toujours aisé de prendre les bonnes décisions. Injustes pour certains. Voire incongrues pour d’autres. Et pourtant, pour le bien de tous et au nom de la liberté, une Reine doit savoir les prendre. C’est en étant consciente de cela, pour que l’Orage ne voit pas ses enfants sans pères, sans mères. Pour que l’Orage reste libre… Je me tourne vers le couple Impérial … je souhaite la bienvenue à Torrhen et Rhaenys Braenaryon.

Des mots porteurs comme Royaume, Orage, famille, liberté étaient plus appuyés que les autres.

Spoiler:
 
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyLun 4 Nov - 21:15

D’autres convives reprennent la devise de la maison Braenaryon en coeur et portent un toast à leur tour. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’enthousiasme impérial n’est pas aussi délirant qu’au milieu de l’armée coalisée de l’Empire, où j’avais croisé hommes du Nord, du Conflans, de Peyredragon et de l’Orage, où l’amalgame s’était sans doute mieux fait au fil des épreuves, des victoires et des défaites, qu’au milieu des petits salons de la cour de l’Orage. Je pensais toutefois que la passion qui animait quelqu’un comme Argella Durrandon, dont le charisme n’était plus à décrire, avait toutefois emporté l’essentiel des gens d’épée de sa cour royale. Restait à convertir, à décider les autres. Comme toujours. Je ne m’étais pas attendu à ce que les choses soient faciles, de toute manière. Je savais que les nordiens ne se seraient pas laissés diriger, ou en tout cas subordonner militairement parlant, à une autre autorité qu’à celle de quelqu’un qui avait du sang Stark dans les veines. Emporter l’adhésion de tous ne pouvait en tout cas se faire qu’avec les seules victoires, ou les simples idéaux, même aussi beaux et positifs qu’on pouvait les déclamer. Les actes de la maison impériale dans leur globalité pouvaient convaincre les indécis, et cela nous forçait avec Rhaenys à la plus scrupuleuse des probités. Ou à l’intransigeance vis à vis de nos principes, ce qui pouvait nous amener à faire couler encore un peu plus de sang.


Nous verrons bien avec le temps.


Soit nous convaincrons, soit nous mourrons. Au jeu des trônes, il ne pouvait pas y avoir de demi-mesure.


Un homme, grand et d’une certaine stature, se rapproche de nous pour nous saluer et courbe l’échine, sans se présenter, tout en disant qu’il buvait à notre venue, à l’alliance. Je soutiens alors son regard et hoche la tête respectueusement à mon tour. Ensuite il évoque quelques souvenirs à la Reine. J’imaginais que pour aussi bien connaître Argella, avoir cette carrure et cet aplomb, il devait s’agir d’un des officiers de l’Orage.



| Plaisir qui sera partagé, Messire. C’est moi qui vous salue pour votre bon accueil. |


Poli et courtois sans trop en faire, je le respecte aussi bien pour le statut qui doit être le sien pour figurer à cette cour autant que pour son geste de bienvenue et de politesse, qu’il avait spontanément offert. Vient ensuite le tour de la Reine-Mère, qui nous accueille, et encense sa fille tout en laissant supposer que la décision de rejoindre l’Empire n’était peut être pas totalement acceptée par tous, tout en soulignant l’autorité d’Argella et la confiance que son peuple devait placer en elle. Je n’avais jamais su prendre ce genre de discours mi-figue mi-raison, car il pouvait tout aussi bien flatter les uns que vexer les autres, et il était de notoriété publique que certains voyaient en l’Empire une œuvre néfaste pour Westeros. Je tourne alors ma coupe vers la Reine-Mère, et mince fantôme de sourire en coin alors que sous la table, je serre la main de Rhaenys qui se crispe imperceptiblement.


| Et à la liberté de l’Orage que nous vous aiderons à préserver, Votre Grâce. |


Je glisse quelques mots en Valyrien à Rhaenys, nez dans ses cheveux et lèvres près de ses oreilles.


| Hemtubis mirre rhaenagon. |


Et de l’embrasser doucement sur la joue, puis de me tourner vers Argella.


| Merci encore pour tout ceci, amie. Nous regretterons ces moments passés quand l’heure viendra pour le sang de couler.|


Spoiler:
 




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 32416
Membre du mois : 52
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/ En ligne
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyMar 5 Nov - 22:16








Sujet Commun
Feast before the Storm

Argella écouta Torrhen. Elle préférait qu’il parle afin d’évoquer les engagements Impériaux pour l’Orage, cela aurait été différent si c’était elle qui l’avait fait. Au moins, les seigneurs Orageois réticents à cette alliance pourrait constater qu’ils n’avaient pas affaire à un planqué mais à un guerrier, la profonde balafre sur son visage en attestant. Lorsque l'Empereur se tourna vers elle, la saluant d’un lent signe de tête afin de sceller leur alliance, elle lui répondit en le regardant avec un léger sourire qu’elle tentait de dissimuler et le regard brûlant de bravoure pure. Elle se souvenait de leur entrevue stratégique à Fort-Darion, elle se souvenait de son état après Eysine et la chute d’Harrenhall, elle se souvenait du soutien de Rhaenys après sa fausse couche et de leur amitié, des projets d’avenir qui les unissaient. Elle se souvenait des batailles, des défaites, des victoires, des joies et des peines, de ce qu’ils avaient traversés et traverseraient encore ensemble, elle se souvenait de l’impressionnante Meraxès, elle se souvenait que l’Impératrice avait besoin d’elle. Elle se souvenait de tout ceci et elle savait qu’elle n’aurait pu avoir meilleur allié que ces deux là et c’est avec cette pensée qu’elle posa les yeux sur la magnifique jeune femme.

La Durrandon tâcha de ne pas frémir quand elle entendit le Braenaryon jurer sa vie pour l’Orage. Elle le savait, il ne reculerait pas, c’est d’ailleurs pourquoi elle était contente d’avoir Rhaenys, car il ne se sacrifierait pas aussi facilement s’il savait qu’elle était là avec les jumeaux. Mais l’Impératrice ne reculerait pas non plus, et elle non plus. Oui, le destin de l’Orage et de l’Empire étaient désormais lié et elle ignorait si les gens dans l'assistance prenait la mesure de ce que venait de dire Torrhen, mais elle oui, elle en prenait toute la mesure car elle ne connaissait que trop bien leur valeur à tous deux et leur sens du sacrifice. En levant son verre, elle répéta dans un murmure :

__ Ensemble.

La jeune femme bu toute sa coupe d’une traite et en ressortit avec un large sourire, voilà qui était mieux, elle venait de noyer la peur de perdre ses amis dans un bon vin. Vivement la guerre, une fois en marche, une fois en chasse, une fois un cheval de guerre entre les cuisses, son épée au côté et sa lance à la main, une fois prête à charger sur le champ de bataille, elle savait que l'appréhension laisserait place à l'adrénaline et que le goût âcre de l’attente ferait place à celui du sang.

Lorsque Lord Stannis s’avança vers la table Royale afin d’accompagner la Reine mère, elle s’adressa en premier lieu au couple Impériale et cela eut le don de rendre l’Orageuse Biche folle de rage. Cependant, elle était Impétueuse mais pas idiote et elle se contenta de changer ses appuis plutôt que de sauter par dessus la table pour lui mettre son poing dans la figure en dardant un regard absolument sans équivoque sur le Morringen. Ce regard, elle le dissimula bien vite derrière son plus beau sourire, mais l’Orage qui grondait en elle était encore perceptible quand, la tête légèrement penchée, elle répondit :

__ Lord Stannis, je suis ravie de vous revoir parmi nous. Votre épée me seras certainement aussi précieuse que vous me le fûte jadis. Mais avant que nous galopions botte à botte vers l’ennemi, j’aimerais voir si vous ne vous êtes pas ramolli en Essos. Rendez vous demain à l’aube sur la lice.

Je vais t’apprendre à saluer le couple Impérial avant ta Reine. Ici nous sommes à Accalmie et mon titre prévaut sur tous les autres, surtout pour un Seigneur de l’Orage.

Rowenna voulut ajouter quelques mots au grand désespoir de sa fille qui ne connaissait que trop bien ses réticences. C’est après avoir levé les yeux au ciel avec un soupire qu’elle hocha la tête pour donner l’autorisation à la Reine mère de parler, en d’autres termes, pas de très bon cœur, mais effectivement, elle la connaissait et il était évident que si Rowenna souhaitait prendre la parole, elle finirait bien par le faire, avec ou sans son accord. Il fallait choisir ses batailles et celle-ci n’était pas la sienne, pas pour le moment, pas en ce soir de retrouvailles et d’unité. Unité se répéta-t-elle pour éviter d’envoyer un des trois couteau bordant son assiette dans l’œil de sa mère. Vu la teneur de ses mots, Argella y planta cependant un regard glacial et sans cesser de la fixer avec le visage aussi dur que l’acier de l’épée qu’elle ne portait pas au côté pour l’occasion et la mâchoire serrée et la laissa terminer sans broncher. Quand sa génitrice se tut, elle la fixait toujours.

Ses craintes au sujet de ses vassaux, sa mère comprise étaient donc fondées, et si elle était déçue par leur attitude désinvolte, inconsistante et peu digne de l’Orage et des engagements de leur Reine, elle n’en était pas moins certaine de son choix et pas seulement parce que c’était leur seul moyen de faire face au Bief après les lourdes pertes subies ces dernières années. Elle prit une longue inspiration, puis, lâchant enfin Rowenna des yeux, elle se tourna lentement vers la foule et prit le temps d’observer chaque visage, chaque regard. Il fallait donc qu'elle parle, afin qu'ils cessent sur le champ de lui faire honte et de déshonorer l'Orage. Il fallait qu'elle rappelle à tous leurs devoirs et une réalité géostratégique qu'ils semblaient avoir oublié. Elle ne pouvait donc pas profiter simplement de ce qui serait probablement la dernière soirée tranquille avant longtemps. Soit. Elle se leva pour parler à son tour d’une voix calme, trop calme.

__ Ils croyaient être une famille parce qu’ils portaient le même nom : Hoare. Et voyez les se déchirer, se trahir pour les lambeaux de leur Royaume comme des hyènes affamées. Ils se croyaient unis par les liens du sang, et qui paye pour cette noire lignée qui sombre dans le chaos ? Les vassaux et le peuple.

L’Impétueuse claqua des doigts et désigna son verre d’un geste brusque, révélant brièvement son état d’esprit furibond, un serviteur passant par là l’emplit de vin tandis qu’elle reprenait.

__ Ils se croyaient libres. Ils se croyaient Insoumis, Invaincus, Intactes. Ne sont-ils point tombés ? Ne sont-ils point soumis au Hightower, vaincus, saignés par les flottes coalisées des Îles de Fer, de l’Ouest et du Bief. Ils se croyaient trop libres pour signer, et désormais, qui paye pour leur orgueil ? Dorne toute entière !

La Souveraine d’Accalmie embrassa la salle d’un regard, avant de se tourner légèrement pour faire face à ses gens.

__ Ferons nous les mêmes erreurs ? Resterons-nous seuls face à nos ennemis jusqu’à ce que nous soyons obligés de nous soumettre à ceux qui ont saigné les nôtres ? NON ! Sacrifierons nous notre liberté et la Souveraineté de la Maison Durrandon sur l’Orage pour survivre ? NON. Ceux qui en doutent ont dû oublier qui je suis.

Argella posa les yeux sur Stannis un court instant.

__ Moi, Argella Durrandon, Reine de l’Orage, fille d’Argilac le Grand, je me tiens devant vous ce soir avec ceux que j’ai choisi pour m’aider à porter la véritable liberté en Westeros, ceux que j’ai choisi pour devenir nos frères d’arme : L’Empire des Royaumes Fédérés.

La Biche Couronnée avait détaché chaque mot et avait insisté sur le dernier mot, car il existait une différence entre fédération et soumission et c’était cette différence qui changeait tout pour elle.

__ Nordiens !

La Reine leva sa coupe du côté des hommes du Nord venus mourir dans l’Orage afin que son Royaume reste libre.

__ Peyrdragoniens !

Une fois de plus l’Orageoise leva sa coupe aux hommes de Rhaenys et Orys dont certains ne reverraient jamais leurs familles.

__ Riverains !

La brune aux yeux céruléens se tourna vers les intéressés et leva sa coupe.

__ Impériaux !

L’Impétueuse fit de même face au couple Impérial, sans manquer de jeter un regard vers Garlan.

__ ORAGEOIS !

La Durrandon avait haussé le ton, elle fixa ses généraux un à un et ses Seigneurs avant de boire une gorgée de vin et repris avec ferveur :

__ Qui sommes nous ?!

La jeune femme les harangua avec force et conviction :

__ Nous sommes les cavaliers dans la tempête ! Nous sommes les veilleurs sur la falaise ! Nous sommes les lances embrasées par la foudre et, lorsque le tonnerre gronde, nous nous tenons debout. Nous sommes l’Orage et NÔTRE EST LA FUREUR !


made by lizzou – icons & gif by tumblr
Merci à rawr & (c) FreeSpirit

Spoiler:
 



 
 
 


Spoiler:
 
Argella Durrandon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Argella Durrandon
↯ Sienne est la Fureur ↯
Messages : 826
Membre du mois : 0
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : de merde
↯ Sienne est la Fureur ↯
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptySam 9 Nov - 20:09

Dovan fit un sourire bienveillant à chacune des interventions de sa partenaire du moment, en réponse à son accent si chaleureux et chantant. Ils discutaient alors de cru, quand arrivèrent dans la pièce ceux pour qui tout le monde s'était rendu. Il vit d'abord Torrhen, qui était de loin le plus grand, mais surtout, c'était évident, le plus usé. Il eût presque donné l'impression de ne pas vouloir être ici, mais Dovan remarqua qu'il était certainement juste écrasé par ses responsabilités. L'impératrice, elle, avait sans aucun doute attiré tous le regards vers elle. Elle était d'une beauté à couper le souffle, et surtout elle dégageait une prestance telle que sa seule présence semblait se propager dans toute la pièce. En revanche, Dovan était d'avis qu'elle s'était vêtue de manière bien trop provocatrice pour l'occasion. Selon lui, sa tenue aurait été plus appropriée dans ses appartements personnels, avec son mari, mais certainement pas dans un banquet. Enfin, ses yeux se posaient sur sa Reine. Elle était de loin la moins visible selon lui, et pourtant il la jugea d'une beauté foudroyante, car justement, il appréciait que son charisme ne soit pas du qu'à son charme, mais aussi par son tempérament de feu. C'était elle, l'impétueuse Reine de l'Orage, et elle qui menait le bal dans le cœur de l'orageois, et non ce vieil homme fatigué, bien qu'imposant, ni cette femme vulgaire, bien qu'envoûtante... Du moins, il le supposait, qu'elle était envoûtante !

La discussion avec sa charmante partenaire touchait à sa fin. Ils avaient tous les deux le devoir de prendre place à table, et il était assez peu probable qu'ils durent se mettre à côté. Lorsque cette dernière lui proposait de lui montrer sa place, il accepta, et d'un simple signe de main, elle la désigna. Il se déplaçait alors vers cette place, lorsque l'Empereur pris la parole pour ouvrir officiellement ce banquet. Dovan fut un peu déçu ne ne pas voir sa Reine avoir ce rôle, mais il écouta tout de même. Il eut bien fait de tendre l'oreille. Durant un court instant, il avait douté des dires de l'homme, tout paraissait presque trop beau, mais quand il vit la réaction d'Argella Durrandon, il ne put qu'approuver ce beau discours et le prendre pour acquis. Soudainement, il avait pour cet homme qu'il n'avait encore jamais vu beaucoup de respect et de confiance. Après tout, si sa Reine croyait en lui, il se devait d'en faire de même.

Dovan prit enfin sa place. Il était aux côtés d'autres seigneurs de l'Orage dont il connaissait le nom et le rang, mais il était fort probable que ces derniers n'aient entendu parler de lui qu'une fois ou deux. Pourtant, Dovan était le fils d'Hobert Caron, qui, à l'époque, était justement à leurs côtés. Ils s'installèrent tous petit à petit en faisait un bruit assourdissant parce qu'ils faisaient, pour la plupart, grincer leur chaise contre le sol. Au moins, ce vacarme fit remarquer à Dovan qu'il était non loin de la table Royale, bien qu'il n'y soit pas accolé. Il s'enorgueillissait de sa position, heureux de pouvoir constater qu'il commençait à faire ses preuves. Il déchanta cependant bien rapidement.
Il vit arriver une femme élégante, qui pris place en face de lui, toute vêtue de noir. Il la plaignait, cette pauvre femme devait être en deuil, même s'il n'avait jamais compris cette coutume de s'habiller ainsi, avec ces codes stricts, quand on était une femme qui devait pleurer un proche. Il espérait de tout son cœur que ce deuil n'eut pas été du à la mort d'un frère, d'un parent, ou encore pire, d'un enfant. Il l'observa, lui fit un petit sourire compatissant et.... Il la reconnut. Son visage se figea puis se détériora en une mine emplie de mépris et de dégoût.

« T'es bien digne de la réputation qu'on se fait des Bieffois, toi. » se disait-il non sans un sentiment de nausée.
« Porter le noir à ton âge, pour pleurer ton vieux mari dégoulinant de ride, et qui puait de la gueule par dessus le marché... Du moins, ton hypocrisie est bien plus nauséabonde que son haleine de vieillard décomposé ! ».

Il se sentait devenir presque furieux de  devoir supporter la vue d'une telle allégorie de la mise en scène... Au moins, pensa-t-il, elle respectait bien ses coutumes Bieffoises, elle semblait aussi fausse que manipulatrice. Etait-elle si incapable d'assumer qu'une telle perte était une délivrance, à elle qui a délibérément trahi ses supérieurs en suivant son frère ?
Et justement, il fit son apparition, juste à sa droite. C'était un bel homme, dont la voix et le ton laissait transparaître qu'il avait de bonnes attentions. Etait-ce seulement le cas ? Pouvait-on faire confiance à un Bieffois doublé d'un traître ? "Les ennemis de tes ennemis sont tes amis..." Dovan n'en avait jamais cru un seul mot. Par réflexe, il se déplaça avec sa chaise à l'opposé.

- Oh...

Il ne savait que dire, la peur que ses mots dépassent sa pensée le submergea, il se mit à devenir anxieux. Pour autant, son ton trahissait son amertume.

- Je vous ai vu aussi, votre nom est plus connu que le mien, je le crains. Je suis Dovan Caron, et je m'envoie désolé de vous apprendre que vos chers compères l'ont pris, mon chez moi. Mais oui, quel soulagement de retourner au Pays, il est vrai, et bien que le climat ni même l'air ne ressemblent en rien à ce que l'on peut ressentir aux Marches, je suis ravi de me dire que le jour de notre revanche sur le Bief approche.

Il eut envie de scruter la réaction de son interlocuteur, mais la Reine Mère pris la parole. Dovan ressentit comme un malaise palpable, et heureusement, Argella se leva enfin, pour débuter son discours tant attendu. Le jeune homme en avait frémit. Autant il n'avait pas osé prononcer la devise de l'Empire après le discours de l'Empereur car il n'en avait presque pas l'habitude, autant là, ivre de fierté, il se leva avec les autres, pour affirmer au monde entier que Leur était le Fureur. Durant tout cet instant, Argella avait été aussi magistrale qu'espéré. La foule grondait comme l'orage, histoire de faire comprendre que ce Royaume et ses habitants n'étaient pas ainsi appelés qu'à cause de leur climat désastreux.
Emporté par une espèce d'Euphorie, Dovan se sentit pousser des ailes, et décida d'aller saluer sa Reine et le couple impérial. Même si son cœur frappait déjà sa poitrine jusqu'à lui brise les côtes rien qu'à l'idée de s'entretenir de nouveau avec sa souveraine, il se tourna d'un air décidé vers le Bieffois pour mettre fin à leur désagréable "entretien".

- Eh bien ! Voilà une souveraine qui serait capable de faire plier tous les grands seigneurs du Bief rien qu'avec ses mots ! Permettez moi de prendre congé un instant, Ser. Je m'en vais rendre hommage à ma Reine... Et au couple impérial. J'espère que vous ne m'en voudrez pas, j'ai entendu dire que les Bieffois étaient d'un naturel patient.

Sur ces mots, il lui tourna le dos, fit le tour de la table, et se dirigea vers celle intitulée « Royale ».
Le plus adroitement possible, et cette fois-ci sans faillir tomber, il plia le genou face à sa Reine, et le dos droit, tête inclinée, il prononça avec un peu trop de hâte :

- Majesté. Je suis enchanté et honoré d'avoir été invité pour ce banquet. Votre discours a fait frissonner plus d'un valeureux seigneur, et plus d'un valeureux guerrier.

Contrairement à la première fois, Dovan attendit docilement qu'Argella lui donne l'autorisation de se lever.
Dovan Caron

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lord
Âge du Personnage: 20 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Dovan Caron
Messages : 414
Membre du mois : 0
Célébrité : Jamie Dornan
Maison : Maison Caron
Caractère : Compassionnel, Introverti, Cultivé, Maladroit, Persévérant, Fier, Méfiant, Incrédule
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyDim 10 Nov - 16:07



Accalmie, An 1, mois 9, semaine 2


J’écoute, mais pour l’instant je me tais. Torrhen sert ma main dans la sienne et répond avant que je ne le fasse. Avant que je ne le fasse de manière bien plus brutale. Alors, je me tais mais je ne le ferai pas éternellement. Je le fais par respect pour Argella, et pour son peuple. Elle prend la parole, enjoint à l’unité, à la solidarité. Mais les mots de sa Mère ne s’envolent pas pour autant et continuent de flotter en moi. Ma seconde main est posée sur la garde de Noire-Soeur. Je n’avais jamais aimé ces soirées protocolaires, de présentations, appelez cela comme vous voulez. Et le temps n’avait pas changé cela. Je devais paraître et non être et c’était une véritable torture. Je fis un léger signe de la tête à mon époux avant d’éloigner ma main de la sienne. Je me penche à l’oreille de la Reine de l’Orage pour venir lui glisser Ta Mère fait donc partie de ceux là. Ceux là, nos démarcheurs, ceux qui nous voient comme des ennemis, des envahisseurs. Ceux là qui nous prêtent des attentions qui ne sont pas les nôtres. Je ne rajoutais rien de plus. Elle me connaissait assez pour savoir que bien que je lui ai parlé calmement, j’étais furieuse. Je me sentais insultée, insultée à une table qui m’avait pourtant invité à festoyer. Pardonnez-moi, je vais aller saluer quelques visages familiers annonçais-je autant à Argella qu’à Torrhen avant de me lever. Je préférais m’éloigner plutôt que de dire ma manière de penser à cette Reine Mère à qui je n’accordais aucun regard. Je saluais de la tête Lady Allyrion qui se trouvait, étonnement, à ses côtés.  Ce choix était étrange, et je n’étais pas certaine que cela était judicieux. C’était une place d’honneur, non pas accordé à une maison noble de l’Orage mais à une Dornienne. Mais cela ne me regardait pas.

Je me rendais jusqu’à la table de Mina. En l’absence de Yesaminda, elle était celle dont je me méfiais le moins en ses lieux et la plus susceptible de m’aider à ne pas dire immédiatement ma façon de penser à la Mère de mon Amie. J’aurai beaucoup donné pour que l’essossienne soit ici, mais je la préférais aux côtés d’Aeden et Athynea. Ils étaient en sécurité avec elle, et avaient bien plus besoin d’elle que moi. J’étais une grande fille après tout non ? Je saluais toutes les personnes à sa table  avec un signe de tête et un sourire sincère – même Garlan Goldwyne m’était moins bien hostile que la vieille dame à ma table -  avant de glisser à Mina Vous êtes ravissante mon amie. J’imagine sans mal combien vous êtes heureuse d’être de retour ici, chez vous.

Spoiler:
 











Hēnkirī

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Messages : 3199
Membre du mois : 0
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyDim 17 Nov - 15:29

L’espace d’un instant je me perdis dans mes pensées lorsque la Reine Mère me demanda si je n’aimais guère la paix. Que sais-je ? Je n’y avais jamais réellement goûté, jeune écuyer je suis parti de l’autre côté de l’océan me battre aux côtés du Roi à Essos, ramenant richesse aux Terres de l’Orage, puis ce fut le Bief, Dorne, des batailles, des escarmouches, des tentatives d’excursion pour voir ce que préparait l’ennemi… du sang, des morts... puis l’exil à Essos. Là-bas, sous les couleurs des Hommes de la Pucelle j’ai de nouveau combattu pour d’autres : Banque de Fer, Qohor etc. Que de combats menés pour finalement revenir chez moi, et pourquoi ? Pour me battre face au Royaume du Bief qui envahissait le mien. La paix ? Peut-être était-ce bien, peut-être pas ? Quelle importance, j’étais un Morrigen donc un homme qui se battait, et comme on dit dans notre famille : on se bat jusqu’à la mort. D’un coup, je sortis de mes pensées, entendant la voix de Rowenna me demander de bien réfléchir aux conséquences de mes mots, malheureusement pour moi l’entrée de la Reine ne me permit pas d’avoir le fin mot de l’histoire, dommage car celle-ci semblait des plus attrayantes. A la place j’eus un avertissement sur mes propos qui pourraient être mal interprétés vis à vis de l’Empire et des alliés du Royaume. Royaume, Empire… qu’importe le nom donnée à un territoire, la finalité sera la même : la guerre. J’espérais juste que rien ne changerait ici, j’avais toujours aimé le côté brut de l’Orage.

J’avoue que je fus surpris d’entendre l’Empereur avant la Reine Argella. Lui avait-il demandé la permission ou non ? Je ne l’avais pas vue depuis mon exil, les années auraient-elles éteintes le feu qui la consumait ? Je ne l’espérais pas car à l’heure actuelle nous avions besoin de ce feu. Celui que j’avais pu voir brûler dans ses yeux cette nuit-là dans les Marches. Nous avions besoin d’elle pour motiver les troupes, pour donner de la force aux hommes avant le combat… le moral n’était pas si bon, surtout après la percée bieffoise, je l’avais ressenti dès mon entrée à Accalmie, les gens souriaient mais c’était une façade, ils étaient inquiets. Loin était l’époque où les Orageois n’avaient peur de rien car ils pensaient être les meilleurs, une force quand on allait au combat, on n’avait aucun doute et on se lançait dans la bataille sans se poser de question. Cette alliance l’avait-elle changée ? Est-ce que j'allais avoir mon premier regret ?

Comment savoir si elle était toujours la même ? Une seule chose : faire ce que son père aurait détesté qu'on lui fasse. Ainsi je présentai mes salutations au couple impérial avant de les présenter à la reine de l'Orage, celle-ci ne perdit pas de temps avant de me répondre… à sa manière en “m’invitant” à venir m’entraîner avec elle dès demain à l’aube afin de voir si je ne m’étais pas ramolli durant mon exil. Nulle expression n'apparaît sur mon visage après les propos de la Reine, je ne laissais rien paraître, aucun sentiment n’était lisible sur moi. ”Avec plaisir ma Reine, ce serait un honneur pour moi de m’exercer avec vous.” Je fis une légère révérence avant de me concentrer sur la Reine-Mère, après ça, un sourire se dessina sur mes lèvres lorsque je tournais le dos à la table royale… J’étais rassuré, le sang des Durrandon continuait de bouillir dans les veines d’Argella. Le feu était encore bien là au fond d’elle. Elle n’avait pas changé, l’Orage avait bien une cheffe à la tête de son armée, ce qui sera bien utile lors de la prochaine guerre.

Je partis donc prendre place auprès des autres nobles, beaucoup ne me disaient rien, il y a dû avoir beaucoup de morts durant les dernières batailles, plusieurs seigneurs sont biens jeunes. Il semblerait que les Morrigen ne soient pas les seuls à avoir payer un grand tribut dernièrement. Argella prit enfin la parole, et lorsqu’elle posa les yeux sur moi, je lui fis un sourire, tenant mon verre dans ma main. Lorsqu’elle termina son monologue, je le levai murmurant la devise de ma famille car tel était notre destin, partir à la guerre et se battre jusqu’à la mort. Et ce serait avec plaisir de le faire aux côtés d’Argella Durrandon, notre Reine.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyDim 17 Nov - 15:42


FEAST BEFORE THE STORM
NYMERIA & LES INVITES

L’émotion était bien présente. Lorsqu’elle avait aperçu les murailles de la Cité Orageoise, Nymeria avait senti sa gorge se serrer. Elle avait passé beaucoup de temps ici. En compagnie de celle qui était son amie, sa Reine, Argella. Elle avait dû la quitter, il y avait de cela 6 mois et le temps lui avait paru long, bien long loin de la capitale et de sa Reine. Mais elle devait apporter son aide à ses fils à Castelfoyer. La guerre grondait et se rapprochait d’Accalmie. Ce n’était peut-être pas la meilleure place pour être en sûreté mais Nymeria n’aurait voulu être nulle part ailleurs. Sa place était auprès de sa Reine. Elle était arrivée il y avait de cela deux jours et la forteresse n’avait bien sûr pas changé. Elle avait retrouvé des souvenirs et des personnes connues. Cela lui ravissait le cœur. Accalmie était en effervescence car le couple impérial était attendu dans les prochains jours. Une effervescence qu’elle n’avait rencontré que rarement, uniquement les grandes occasions. Nymeria avait une image plutôt positive de l’Empereur et de l’Impératrice. Certes, elle était sûrement influencée par l’opinion d’Argella en la matière.

Le grand soir était arrivé. Le couple impérial allait faire sa grande entrée et Nymeria avait laissé Argella se préparer. Elle-même avait choisi une robe seyante, dévoilant ses épaules sans trop être aguichante. Elle avait également relevé sa chevelure en une coiffure travaillée. Un pendentif représentant le griffon de sa maison de naissance et des perles aux oreilles, elle était fin prête.

Rejoignant la grande salle, elle aperçut nombre de grands seigneurs orageois ainsi que de gentes dames. La jeune Nymeria excellait dans l’exercice des mondanités, bien qu’elle partage avec sa Reine un tempérament assez affirmé et un peu trop franc par moments. La salle était déjà remplie quand sa Reine, l’Impératrice et l’Empereur entrèrent d’un même pas dans la salle. Puissants, il émanait d’eux une aura de majesté indéniable qui forçait le respect. Nymeria haussa un sourcil en voyant la robe de l’Impératrice. Elle était très osée, trop pour l’Orageoise. Elle était gênée pour elle, malgré le respect qu’elle pouvait avoir envers la Reine Dragon. L’Empereur, lui, semblait un vieux loup fatigué aux côtés de sa jeune épouse, mais il en imposait encore certainement. Quant à Argella, elle était tout simplement radieuse. Nymeria ne put retenir un sourire en pensant à la tenue qu’arborait sa Reine et ce qu’elle en pensait. Nul doute qu’elle aurait davantage désiré venir à la fête en armure complète. Mais il fallait parfois céder au protocole.

L’Empereur commença le discours et Nymeria aurait préféré qu’Argella ouvre les festivités. Après tout, elle était la Souveraine qui accueillait le couple impérial en ses terres. Mais la jeune femme se plia de bonne grâce aux acclamations. Son regard s’attarda un bref instant sur la Reine-Mère et elle n’eut aucune difficulté à voir le regard froid d’Argella se visser dans celui de sa mère. Nymeria connaissait bien la relation entre les deux femmes qui n’était guère aisée… On ne choisit pas sa famille. Mais Argella, elle, avait clairement choisi ses amis et alliés. Et elle le fit savoir en un discours qui provoqua la fierté dans le cœur de sa dame de compagnie. Elle cria en cœur avec les autres Orageois leur fureur. Puis, il fut l’heure de rejoindre sa table, au bas bout de la table royale. Selon la bienséance, elle s’avança vers les têtes couronnées.

Ma Reine. Votre discours était vibrant de vérité et de puissance. Que cette alliance soit bénie des Dieux. Et qu’elle nous apporte à tous prospérité et paix, le moment venu.

Car le moment n’était pas encore là et la guerre était devant eux. Elle se tourna vers l’Impératrice et l’Empereur.

Mes respects, vos Majestés Impériales. Je suis honorée de vous présenter mes hommages et vous souhaite la bienvenue dans l’Orage. Votre Grâce, Reine-Mère, ce banquet est somptueux et d’un raffinement à votre image.

Elle ne resta que peu de temps, s’installant ensuite à sa place, non loin d’une femme au teint foncé, elle la salua d’un grand sourire.

Bonsoir. Je n’ai pas le plaisir de vous connaître… Je suis lady Nymeria Castelfoyer, dame de compagnie de la Reine. Je ne suis revenue que très récemment dans ses terres…

Mais elle s’interrompit soudainement lorsqu’un homme vint à la table royale pour présenter également ses hommages. Elle resta interdite. Elle aurait reconnu ce visage entre milles. Le trouble s’empara d’elle. Elle n’avait pas vu cet homme depuis plus de dix ans. Et la dernière fois, elle lui donnait sa vertu. Le cœur battant, au bord des lèvres, elle devait pourtant faire bonne figure. Elle le salua d’un signe de tête, étant déjà assise.

Lord Morrigen… Quelle surprise de vous revoir ici.          
code by bat'phanie


FIERE D'ETRE FIDELE  
Six fois à terre, sept fois debout ©️ okinnel.
Nymeria Castelfoyer

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier:
Âge du Personnage:
Allégeance:
Nymeria Castelfoyer
Proud to be faithful
Messages : 90
Membre du mois : 4
Célébrité : Natalie Portman
Maison : Castelfoyer
Proud to be faithful
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyDim 17 Nov - 23:02

Il n’y a que les sots pour croire que je ferais passer mes propres intérêts avant ceux de l’Orage. Cela n’a jamais été. Cela ne le sera jamais. Pourtant il m’arrive de ressentir la lourdeur de mon rôle. Celui d’être mère et d’appuyer sur ce qui fait mal. Il n’était pas acceptable que ce soit l’Empereur qui ouvre ce banquet à la place de ma fille. Aurait-il permis l’inverse si Argilac avait fait de même dans sa demeure ? Argella marchait dans ses pas pour l’Orage, j’essayais de l’accepter à mon tour mais il est bien difficile d’aller contre son cœur. Vous pensez bien que je n’allais pas laisser le discours de l’Empereur sans donner la voix à l’Orage puisque ma fille semblait vouloir déroger à ce devoir.

Il m’a plu de voir son attitude lasse pourtant elle devrait savoir que jamais je ne désavouerai ses choix en public d’autant que mes paroles ne prêtent le flanc à une interprétation, autre, que le soutien à ma fille et qu’il faille se ranger derrière sa volonté pour que l’Orage reste fort face à l’assaillant. Je ne manque pas de croiser quelques regards assassins ou dépourvus de ce qui fût le feu orageois d’autrefois. Qu’à cela ne tienne et n’en déplaise, personne ne m’enlèvera mes idéaux pour mon royaume. Ni la chair de ma chair et encore bien moins ceux dont les dents grincent encore.

Contre toute attente, ou peut-être par sursaut d’orgueil, je ne saurais dire car je ne lis pas dans ses pensées mais cela ne pouvait que me plaire d’avoir déclenché chez elle ce besoin de prendre la parole. Peu m’importe qu’il s’agisse de remettre des points sur des i moi j’avais atteint mon objectif : celui qu’elle balaie le discours de l’Empereur pour que seules ses paroles restent et résonnent dans les cœurs de son peuple… Une lueur ironique derrière mes pupilles quand elle insista sur Fédérés , un bien joli terme pour déguiser ce qui n’est autre qu’un asservissement consenti. Allons, allons suis-je la seule à ne voir la poutre dans l’œil de mon voisin ? Personne d’autre que moi s’interroge sur les intentions véritables qui se cachent derrière une volonté de fédérer des royaumes ? Mon regard se porte vers Lord Stannis et sur d’autres nobles dans cette assemblée qui n’hésiteront pas à suivre ma fille dans cette guerre à nos portes mais qui ne sont pas prêts à baiser les pieds d’un Empire.

L’avenir me dira si je me fourvoie… en attendant tachons de profiter de ce moment de Grâce après un sourire poli offert à notre invité, je me détache de la politique pour plus plaisant et léger, glissant à Mahée quelques mots en voyant Lord Dovan se diriger vers notre table.

– Un bien bel homme, n’est-ce pas… ? Je ne manque pas le dédain de l’Impératrice à mon encontre et m’en amuse. Jolie certes… cela doit s’arrêter là visiblement.

Argella avait donné du cœur et du chœur à ce banquet après son discours haranguant les différentes maisons. Elle tient cela de moi à n’en pas douter et cette force de son père. Aucune mère n’est plus comblée que je le suis.

Quelques troubadours font leur entrée puis s’en suit l’enfilade des serviteurs qui portent vins et plats. Je laisse Mahée quelques instants pour me détourner vers l’Empereur. J’avoue que je ne sais par quel morceau entamer la conversation et éviter de tomber dans une joute politico polie. Par tous les Sept que cela est …barbant.

– Êtes-vous bien installé Sire Braenaryon ? Accalmie peut-être bien venteuse mais je crois que ce que j’appelle venteux pour nous, n’est guère qu’une brise légère pour vous.

Qui a dit qu’il était disgracieux ? Je n’y vois que les marques d’une détermination sur ce visage. Un homme qui ne renonce pas à son but.

- … j’espère que vous trouverez en nos murs quelques moments d’apaisement avant les tourments des charges qui sont vôtres.
 

Spoiler:
 
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyLun 18 Nov - 19:30

L'arrivée à Accalmie du couple impériale et d'une partie de leur cour, ainsi que de leurs troupes, se devait d'être célébré. Bien qu'elle soit restée sobre dans le tenue qu'elle portait, Mina était radieuse. Elle se permettait même de plaisanter avec son frère, heureuse de le retrouver alors qu'il avait quitté Fort-Darion dans la précipitation, sans même lui en parler. Petite revanche de sa part, elle n'avait pas non plus prévenu qu'elle quittait la capitale à la demande de l'empereur et de l'impératrice pour revenir dans l'Orage, et se présenter ce soir-là à Accalmie. Garlan avait toujours pris beaucoup de précautions à l'égard de sa sœur, et il fallait bien avouer que vu ce qu'ils avaient tous les deux traversés au cours des trois dernières années, loin l'un de l'autre sans pouvoir se parler n'avait sans doute pas arranger la situation. Au moins, pour le moment, ils étaient là tous les deux, ensemble et ils avaient ainsi la possibilité de veiller l'un sur l'autre. Elle serra quelques instants sa main dans la sienne à l'abris des regards des autres convives et elle lui fit un doux sourire. Il n'avait à s'inquiéter de rien, et surtout pas pour elle. « Je ne suis pas seulement revenue pour cela mon frère … Mais nous en parlerons, pas maintenant, pas ce soir. Il y a bien trop d'oreilles indiscrètes et je n'ai pas envie que les médisances se divulguent par des murmures entendus. » Elle sentit la paume de son frère aîné se faire plus pressante, et elle le regarda avec une douceur infime. « Tu ne me perdras pas, je saurais faire attention, je vais bien mieux, je ne me suis pas sentie aussi bien depuis des lunes et des lunes. Je serai prudente, mais toi aussi fais attention à toi. C'est toi qui va partir combattre pas moi ! » Avant d'ouvrir de grands yeux et de se dire qu'elle venait inutilement de faire angoisser le mari de la belle. « Oh non tout va très bien ! C'est juste qu'elle est enceinte et qu'un tel voyage peut être éprouvant pour une futur mère. Ne t'en fais surtout pas, tout ce que je voulais te dire, c'est que c'est elle dont tu dois prendre soin. » Elle hocha doucement la tête, relâchant la main de Garlan.

Mina n'était pas d'un tempérament des plus exubérants, elle savait être forte quand il le fallait et poser ses convictions quand cela en valait le coup, mais sinon elle était plutôt discrète et elle appréciait d'observer le monde évoluer doucement autour d'elle. Alors qu'elle venait à s'asseoir à la place qui lui avait été réservé en tant que Lady d'une des plus importantes maisons de l'Orage, elle s'était laissée distraire quelques instants, repensant alors à tout le chemin qu'elle avait parcouru depuis qu'elle avait quitté le Bief pour devenir l'épouse de Lord Béric Swann, et d'une certaine façon, succédé à son défunt époux dans ses tâches auprès de la couronne, et par extension de l'Empire. Elle avait quitté Accalmie en simple femme, voulant certes défendre les valeurs de la maison de son époux et la cité qu'elle avait sous sa protection, mais aussi en tant que mère qui avait deux enfants, dont un n'avait pas encore un an, qui se retrouvaient en danger, menacé par la guerre qui se rapprochait inexorablement de Pierheaume. Aujourd'hui, elle revenait en tant que membre du Collège Impérial, représentante officielle de l'Orage, avec des missions à accomplir pour l'Empire et pour le royaume qui avait su si bien l'accueillir. Elle se sentait forte, elle se sentait fière d'elle-même et son corps qui l'avait tant faite souffrir au cours des dernières semaines, semblait bien plus léger ce soir-là. Les différents discours vinrent à la faire sortir de ses pensées, passant sur les différents visages de la table royale pour observer les réactions de chacun. Avant que des paroles à sa propre table ne vienne à lui faire détourner les yeux pour pouvoir entendre les paroles de Dovan Caron. Elle haussa un sourcil, puis les deux et se mordit l'intérieur de la joue pour ne pas décocher une remarque acerbe à l'homme en question. Voilà un homme qui était bien étriqué d'esprit, et qui n'avait pas la volonté d'ouvrir son esprit. Qui considérait tout le monde de son regard si sombre, en tout cas concernant les Bieffois. Elle n'était pas responsable de la guerre, elle n'y avait jamais pris part et elle avait aimé son mari, et elle servait encore la maison de celui-ci, ainsi que l'Empire. Ce n'était pas avec une telle vision du monde que l'intégration des différents peuples fédérés allaient pouvoir se faire.

Elle en était là de son énervement quand l'impératrice se présenta à ses côtés. Mina s'inclina doucement devant elle, heureuse de trouver un visage amical et sincère parmi la noblesse orageoise qui lui semblait bien plus hostile à sa présence qu'elle ne l'aurait pensé. Mina venait presque à regretter d'avoir fait le voyage jusqu'à Accalmie au lieu de pouvoir réellement rendre service à Argella, directement à Fort-Darion. Elle se mit à lui sourire doucement. « Je fais bien pâle figure à vos côtés votre Majesté. Vous êtes éblouissante.  » Elle détourna les yeux quelques instants, avant de la fixer à nouveau. « Je ne suis pas chez moi ici à Accalmie, et certaines personnes sont prêtes à me le démontrer … Je serai chez moi quand je serai à Pierheaume, bien que le seul véritable chez moi sera toujours là où se trouve mes enfants. Et vous, le banquet se passe comme vous le désirez votre Majesté ? » Elle était heureuse de pouvoir converser avec Rhaenys.

Spoiler:
 


Mina Swann

Écoutez le chant du cygne ...
Le chant du cygne blanc !
Mina Swann

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady de la Maison Swann
Âge du Personnage: 22 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Mina Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Messages : 744
Membre du mois : 10
Célébrité : Amber Heard
Maison : Swann
Grâce et vaillance en toute chose
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyMar 19 Nov - 0:12








Sujet Commun
Feast before the Storm

Quiconque insultait l’Empire en sa demeure insultait sa famille de cœur, insultait ses frères d’arme et sa sœur de feu. Et quiconque la connaissait savait ce qu’une telle insulte provoquerait : La fureur de Barge.
Mais fort heureusement pour son humeur et pour la guerre à venir, la salle réagit mieux encore que ne l’aurait escomptée la Reine de l’Orage, et c’est avec un large sourire qu’elle écouta la clameur des Seigneurs réunis venant de tout l’Empire. Une excellente chose pour l’ambiance qui parut soudainement beaucoup moins protocolairement chiante à mourir, enfin le mot fête prenait du sens ! Tous hurlaient diverses devises, les leurs, celle de la Maison Durrandon, celle de la Maison Braenaryon en frappant les tables avec leurs chopes, surtout les Nordiens et les Orageois qui se montraient les plus bruyants et se lancèrent dans une sorte de concours à celui qui ferait le plus de bruit. Argella regarda l’Empereur avec un sourire espiègle avant de dire fièrement, mais sur un ton plaisantin, malgré tout l’orgueil qu’elle pouvait en retirer.

__ Les miens gagnent haut la main.

La jeune biche trinquait avec l’Empereur lorsque Dovan Caron vint s’agenouiller devant elle. Elle le regarda avec de grands yeux en se demandant ce qu’il faisait, même si elle était flattée que son discours suscite tant de… ferveur. Elle se serait bien contenté d’un puissant nôtre est la fureur, mais à priori, le jeune homme aimait bien cette position vu qu’il la prenait à chaque fois qu’elle le voyait. Encore une fois elle fut partagée entre l’idée de lui dire d’arrêter ses conneries et le respect dû à son rang. Elle fit le tour de la table et tendit la main lui faisant signe avec les doigts de se relever avant d’attraper sa main afin de l’aider.

__ Je vous remercie Lord Caron. Trinquez avec moi.

L’Impétueuse fit signe à un serviteur portant un tonnelet de vin de s’approcher. Il apporta une coupe pour Dovan et la remplit à ras bord dans sa précipitation dû à l’intimidante présence de la souveraine et à l’ordre qui, comme tout ordre venant d’une Reine et qui plus est de celle là était à exécuter de toute urgence. Une fois son invité servit, elle frappa leurs coupes l’une contre l’autre en faisant un peu attention de ne pas les briser et but le calice cul-sec. Mais alors qu’elle allait le présenter à Torrhen, Rhaenys quitta la table.
En essayant de lui attraper la main pour la serrer dans la sienne en signe de réconfort, la brune aux yeux céruléens frôla le poignet de l’Impératrice tandis que cette dernière lui murmurait quelques mots à l’oreille. Mais avant qu’elle ait pu lui répondre, son amie était déjà partie… Bien sûr qu’elle savait combien elle était furieuse, elle l’était aussi et l’aurait été encore plus à sa place. Et elle était désolée, désolée d’avoir cru pouvoir faire confiance à sa mère. C’est en se tournant à nouveau vers cette dernière qu’elle se rendit compte que la place d’honneur à son côté était prise par une jeune femme qu’elle ne connaissait pas et qui ne semblait pas venir de l’Orage.

__ Dame Nymeria Castelfoyer, je suis ravie de vous savoir à ma table pour représenter la Néra et l’Orage Fédéré tandis que ma mère penche dangereusement vers l’ennemi Dornien.

La Durrandon avait accueilli son amie avec un large sourire et lui fit un petit clin d’œil entendu avant qu’elle ne présente ses hommages au couple Impérial. Elle pensa que ce n’était pas le bon moment pour présenter le Sire de Serena à l’Empereur étant donné que son épouse était furieuse et préféra profiter de la présence de Nyméria. Après tout, il était tout à fait séduisant et elle était tout à fait veuve, peut-être pourraient-ils trouver un terrain d’entente, au moins pour s’amuser un peu, si tant est que le jeune Seigneur savait s’amuser.

__ Ma Dame, connaissez vous le jeune Lord Dovan Caron ? Il s’occupe de mes archers. Sire, je vous présente Lady Nyméria Castelfoyer, née Connington, ma dame de compagnie.

Argella regagna sa place, laissant Dovan vaquer à ses occupations lorsque les troubadours entrèrent dans la salle de banquet. Elle jeta un coup d’œil à l’Impératrice qui discutait avec Lady Mina Swann à qui elle sourit. Heureusement, la torture prit bientôt fin lorsque les artistes quittèrent le centre de la pièce pour faire place à la boustifaille.

__ Ah bah voilà, c’est pas trop tôt !

Lâcha la Reine guerrière qui aimait les petits plaisirs de la vie autant qu’elle aimait regarder la mort en face avant de s'asseoir pour se remplir un peu la panse.

__ Vous dites n’importe quoi mère ! Les murailles d’Accalmie ont été construites à l’épreuve des tempêtes avec l’aide de Bran le bâtisseur. Vingt-quatre mètres de large face à la mer, douze sur le flanc terrestre. Les pierres si bien scellées, si parfaitement ajustée et taillées que nul souffle ne passe, pas même les mauvais sorts.

La brune aux yeux azurs se replongea dans son assiette quelques instants avant de reprendre à l’intention du Braenaryon à propos d’un détail qui faisait sa fierté. Enfin, autant que le reste, tout en fait, Accalmie, l’Orage, ses vaillants guerriers, ses puissants seigneurs, sa Maison.

__ Vous êtes allé dans le Bois Sacré ? Nous avons même un Barral. J’y attacherais bien le grand septon par les pieds jusqu’à ce que mort s’en suive, tiens.

Ne connaissant rien au culte des anciens Dieux et aux traditions du Nord, la jeune femme se tourna vers l’Empereur de peur de l’avoir choqué par ses propos peut-être déplacés et demanda naïvement :

__ Vous croyez que ce serait faire offense aux anciens Dieux ?


made by lizzou – icons & gif by tumblr
Merci à rawr & (c) FreeSpirit
Spoiler:
 



 
 
 


Spoiler:
 
Argella Durrandon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine de l'Orage
Âge du Personnage: 25 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Argella Durrandon
↯ Sienne est la Fureur ↯
Messages : 826
Membre du mois : 0
Célébrité : Bridget Regan
Maison : Durrandon
Caractère : de merde
↯ Sienne est la Fureur ↯
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm EmptyMer 20 Nov - 11:55


Lord Dovan installé à sa place, Mahée louvoie jusqu'à la sienne, en toute discrétion. Le sujet de conversation avec l'orageois était peut-être trivial, mais la dornienne sent qu'elle va regretter cette trivialité très rapidement... En effet, quand elle s'assied à côté de Rowenna, elle la sent tendue, et a, en fait, à peine le temps de s'asseoir qu'elle doit lever les yeux vers elle, qui prend la parole. Au fur et à mesure que les mots s'enchaînent, que son hommage qui n'en est pas réellement un agresse les oreilles des partisans de l'Empire, les onyx de la femme du désert s'abaissent, pour se fermer tout à fait. Il n'y a guère qu'à l'extérieur que l'Orage va gronder... Et ça ne manque pas. La réaction de la fille est sans appel, et cette réaction fait serrer les dents à Mahée, la fait se redresser, fait son visage se fermer comme une huître. Se son mieux, elle ignore les quelques regards qui l'atteignent, visiblement perturbés par les mots de leur reine, qui entrent en contradiction avec la présence d'une dornienne, de l'ennemi, à la table d'honneur. Mahée déteste voir sa patrie prise en porte à faux. Son côté patriote s'insurge et rêve de renverser cette table... Bien sûr, elle n'en fait rien. Au final, ce n'est pas à Argella, qui semble totalement occulter une partie de sa propre origine, qu'elle répond. Ce n'est pas avec elle qu'elle doit s'entendre. Faisant son possible pour rester digne, elle se retient de jeter un regard à l'Empereur, regard qui aurait voulu viser les deux membres du couple impérial, mais dont la moitié s'est sans doute sentie offusquée par le discours de Rowenna, puisqu'elle a, à son terme, quitté la table.

Luttant encore une fois contre l'une de ses envies, celle de s'avachir dans son fauteuil et de se saouler à mort, Mahée décide de rester roide et aussi digne qu'elle le peut. Là dans ses idées, elle est interrompue par l'arrivée d'une jeune femme ravissante qui s'assied à son côté, et s'adresse à elle avec politesse et courtoisie. La distraction est plus que bienvenue. Un sourire étirant les lèvres pleines de la dornienne, sur le point de répondre, Argella lui dame le pion, et prend la parole à sa place, Mahée jetant à la fille Durrandon une œillade si pas hostile, plutôt circonspecte. Elle note que la fille semble éprouver un plaisir malsain à offenser sa mère, à la limite de l'indécence, et la dornienne devine, du peu qu'elle connaît de Rowenna, qu'il n'y a que l'affection d'une mère pour sa fille qui sauve Argella... N'importe qui d'autre qui l'aurait ainsi humiliée, personne dans la salle ne pouvant ignorer son origine, en aurait payé le prix fort, selon elle. Dire que la reine Orageoise a Dorne en grippe est peu dire, et dire qu'elle ne semble pas nourrir le moindre remord d'embarrasser des invités de cette contrée, à savoir elle-même, même sans les connaître, est maintenant une évidence. L'ennemi dornien. Mahée serre les dents et tente de noyer son amertume avec du vin, et un regard de gratitude pour le serf qui remplit sa coupe. Malheureusement privée de l'occasion de répondre à Lady Nymeria, aucune autre ne se présentera dans l'immédiat puisque la dame est accaparée par sa Reine, et orientée ensuite vers son interlocuteur précédent, Lord Caron. Peu envieuse de jouer les troubles fêtes dans une paire créée par la reine de l'Orage, Mahée préfère demeurer à sa place, et garde en tête la perspective d'accueillir de nouveau Nymeria, et de se présenter cette fois, si celle-ci lui revient.

Etonnement, les joutes verbales diverses et les attaques d'Argella contre Dorne, allez savoir pourquoi, ont coupé l'appétit de Mahée qui, de ce fait, ne prend même pas la peine d'entamer ce qu'on lui sert, une fois les musiciens partis. L'avantage d'être une anonyme à cette tablée d'illustres personnes est que, quoiqu'il arrive, personne ne regardera ce qu'elle a dans l'assiette ou pas, ou ne lui prêtera même la moindre attention, ce qui lui laisse à penser qu'elle peut donc manger liquide autant qu'elle le souhaite, et prévoit d'ores et déjà de s'éclipser dès qu'il lui deviendra difficile de lutter contre l'emprise du vin sur son esprit, au point de lui demander moult efforts pour marcher droit. En demeurant à jeun, ce temps devrait vite arriver. Est-ce qu'elle en éprouve une honte, à l'idée de faire faux bond? Pas vraiment, puisque pour faire faux bond, il faut qu'un tiers attende quelque chose, or, on n'attend rien d'elle. Pire même, puisque la reine des lieux fait savoir à qui veut l'entendre les gens comme elle sont des ennemis. Or, ne versant pas (en tous cas pas sur ce point), dans le masochisme, Mahée n'a pas la moindre ambition de rester et de subir des insultes répétées auxquelles elle ne pourra répondre toute la soirée... ça finira, assurément, bien plus mal que si elle s'éclipse.

Spoiler:
 



   
I'll ride the Storm
I'll put my armor on and show you how strong I am. I'll put my armor on and I'll show you that I am unbroken, unstoppable.
Mahée Allyrion

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Mahée Allyrion
L'Etoile du Matin
Messages : 2660
Membre du mois : 32
Célébrité : Adria Arjona
Maison : Allyrion
Caractère : ▪▪ Intransigeante ▪▪ Perspicace ▪▪ Loyale ▪▪ Vindicative ▪▪ Généreuse ▪▪ Rancunière ▪▪
L'Etoile du Matin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Feast before the Storm   Feast before the Storm Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Feast before the Storm
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Final Storm [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Les Terres de l'Orage :: Accalmie-
Sauter vers: