Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -31%
Casque sans fil à réduction de bruit ...
Voir le deal
274.01 €

Just breathe... | Manfred
MessageSujet: Just breathe... | Manfred    Just breathe... | Manfred  EmptyJeu 26 Sep - 11:04

Plic, ploc.

Depuis combien de temps suis-je en train de regarder la pluie tomber par la fenêtre ? Difficile à dire. A dire vrai, j’ai le sentiment d’avoir perdu toute notion du temps. Et d’une certaine façon, c’est presque un soulagement. Comme si cela pouvait rendre tout le reste moins réel. Que ce soit la trahison de Beron à mon encontre, son départ, le coup d’état fomenté avec Heda, leurs accusations et j’en passe… comme si au final, rien d’autre ne comptait que ces gouttes d’eau qui tombent les unes après les autres.

Il pleut sans discontinuer depuis plusieurs heures déjà. Quand j’ai fini par apprendre toutes ces nouvelles les unes après les autres, je n’ai pas crié. Je n’ai pas tempêté non plus. Je me suis contentée de hocher la tête à l’attention de la jeune servante probablement terrorisée à l’idée de ce qui allait bien pouvoir lui arriver juste parce qu’elle m’avait déposé la missive de Myria et je l’ai congédiée d’une voix tranquille, avec un calme qu’elle n’imaginait même pas possible j’imagine.

Je serais prête à parier qu’elle s’est précipitée chez Manfred, paniquée à l’idée de me voir craquer totalement. Ou alors elle s’est réfugiée dans un coin, soulagée de ne pas avoir subi mon courroux. Les deux n’étant pas incompatibles, je me demande vaguement si mon cher époux va venir me voir. Mais au fond, ça n’a pas grande importance.

J’ai griffonné ma réponse à l’attention de Myria avant de la cacheter soigneusement et j’ai regardé le parchemin vierge sur lequel je voulais écrire tout ce que je pense à Heda. Ou à Beron. Avant de réaliser que je n’avais pas la moindre idée de l’endroit où ils se trouvent. C’est à ce moment-là que j’ai laissé tomber ma plume et que je me suis installée dans ce fauteuil, le regard perdu dans la contemplation du paysage qui s’offre devant moi et ma main glissant de temps sur mon ventre arrondi. L’enfant devrait arriver dans deux ou trois semaines m’a-t-on dit. Pas plus. Et pourtant, avec tout ce qui se passe, je suis encore étonnée qu’il n’ait pas décidé de pointer le bout de son nez plutôt. Il parait que ce sont des choses qui arrivent quand on est soumis à une grande émotion. Comme une grande contrariété par exemple.

Mais je suis calme. Très, très calme. Je ne cherche pas le moins du monde à essayer de savoir si je maîtrise encore quoi que ce soit et à quel point ces deux idiots vont réussir à détruire tout ce qui a fait la force des Hoare depuis toutes ces années. Tout comme je ne m’imagine pas en train de leur faire payer le prix qu’ils méritent. J’ai presque peur d’écrire à Yoren et de découvrir son implication dans tout cela, quoi qu’ait pu en dire ma chère belle-sœur.

J’inspire longuement, fermant les yeux un instant alors que j’essaie de me remettre tant bien que mal les idées en place. Garder le contrôle, faire ce qu’il faut pour que ce que je maîtrise encore ne m’échappe pas totalement. Mais, est-ce que je maitrise encore quoi que ce soit ? Et, pire encore, est-ce le meilleur moment pour s’interroger à ce propos. Je finis par rouvrir les yeux alors que la porte s’ouvrir derrière moi et je souffle, d’une voix étrangement calme. « Il parait qu’il est plus poli de frapper aux portes avant d’entrer. Mais qu’importe. J’espère que vous apportez de quoi me restaurer au moins. » Je me tourne, persuadée de tomber sur ma servante, avant de lever un sourcil. « Oh, c’est vous. » Je me contente de lui désigner la missive de Myria d’un mouvement du menton avant d’ajouter, d’un ton distrait. « Votre royale épouse fomente des complots. J’espère que vous êtes heureux de l’apprendre. Un complot raté en plus. A croire que c’est une tare familiale. » Tout va bien. Il suffit que je respire et les choses vont s’arranger.


Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 242
Membre du mois : 35
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Just breathe... | Manfred    Just breathe... | Manfred  EmptySam 28 Sep - 23:12

Les heures filent. Comme toujours. Les nouvelles se succèdent et se ressemblent toujours. Grabuge au Roc. Grabuge dans l’Empire ; Grabuge à Dorne. Grabuge partout, et même il y a récemment dans mon propre palais. Autant dire que je ne chôme pas, comme à mon habitude. C’est tout le contraire d’ailleurs. Le bordel permanent dans le Conflans de Pierremoutiers et de ce nouveau royaume m’oblige comme d’habitude à bouger, à prendre mes dispositions. La peste soit des chaises bancales, des dynasties qui se phagocytent elles-mêmes sans la moindre vergogne. Pis encore, la peste soit des idéalistes, qui n’ont pas compris que la mécanique du monde n’obéissait qu’à son propre rythme et que faire épouser le sien au destin était illusoire. On ne pouvait que se ménager des opportunités dans un tel océan de chaos. On devait essayer d’améliorer les choses, c’était certain, mais personne n’avait les épaules pour chambouler la marche du destin. Je pouvais continuer de regarder ces gens se débattre d’un air bien pathétique, sûrs de leurs convictions et tombant dans les pièges issus du code qu’ils s’étaient eux mêmes choisis, mais j’étais tout de même forcé d’agir. Pas par eux, mais par le nouveau rythme qui prenait Westeros de vitesse. Les pions bougeaient déjà, partout.


Et mes alliés se fragilisaient sans l’aide de l’ennemi. Ca, c’était encore le pire. Mais je ne devais pas y voir que le revers mais l’opportunité. Je ne connaissais pas bien Yoren Hoare mais il allait devoir réagir. Et il allait devoir réagir… Comment ? Comme son père l’aurait fait, c’est à dire avec brutalité, quitte à s’aligner quelques soutiens parmi ceux qu’il lui restait… Ou en faisant preuve d’un peu de clémence, quitte cette fois à perdre des soutiens parmi les plus anciens du Sel et du Roc ? Il allait choisir la sévérité, et se convaincrait lui-même que son charisme et son intelligence suffiraient à faire tenir bon aux autres. Je n’étais pas le genre de souverain passionné, dont le coeur battait à mille à l’heure pour des idéaux. J’étais le genre pragmatique. Un planton pique en main se battra toujours dix fois plus pour avoir le ventre plein que pour les belles idées dont il ne sait rien d’un souverain qui vit dans mille fois plus de luxe et d’opulence que lui.


Je les laissais à leur folie, à leur candide passion. Ca faisait le jeu. Et en restant à ce point agrippés à ces principes, ils allaient être le bouclier sur lequel la lame de l’Empire allait se ficher pour que je puisse leur porter le coup fatal. Je le voulais, il le fallait donc. Beron Hoare… Il avait donné au Bief la meilleur des excuses, la meilleure des positions, en décrédibilisant totalement son oncle. Même en se prévalant du nom usurpé des Hoare, le Bâtard avait été trahi… Par son propre neveu. Un rejeton capricieux qui n’avait même pas su tenir une heure de conversation en repas, et s’était lui-même fait à l’idée qu’il serait meilleur que des gens qui avaient deux à trois fois son âge et son expérience. Le jeune fol avait même emporté une partie du conseil de son oncle de Roi… Jusqu’à son bras droit. Risible.


J’espèrais pour Yoren Hoare qu’il retrouverait vite les factieux pour les écorcher vifs, autrement personne n’aurait la confiance de suivre et mourir pour un bâtard qui ne se faisait même pas respecter par sa propre famille. J’ai un sourire à l’idée d’Harren Hoare, et un rien, peut être, de compassion. Il n’avait manqué au vieux qu’un allié sûr arrivé plus tôt dans son giron pour survivre et pérenniser l’Empire qu’il fondait. Le sien au nord, le nôtre au sud.


Mais non. Son fils l’avait trahi. Sa bru conspirait, pour qui, personne ne savait très bien, et les informations restaient contradictoires. Son bâtard de fils l’avait suivi, mais allait tout sacrifier pour la défense d’un bourg d’éleveurs de porcs. Son petit fils n’était même pas encore un homme, et d’après sa tante était d’un autre monde que le nôtre, et avait pourtant déjà trahi son propre sang, tout comme son père. L’ironie de la pièce de la dynastie Hoare fera rire, quand la paix reviendra, et les dramaturges en raconteront mille versions.


A moi d’assurer que la pièce sur les Hightower ne soit pas du même genre.


Je pénètre les appartements de ma femme pour voir comment elle allait après tout le travail sur la poursuite de Beron Hoare, et ma nouvelle politique de travaux sur la Mander. Sourire affable qui me fend la barbe parfaitement taillée.



| J’ai bien peur que non, je n’ai rien à manger, mais je peux le réclamer à quelqu’un si vous le souhaitez. |


Je lis le courrier qu’elle me tend, d’un air circonspect. Avant d’éclater de rire.


| La pauvre, elle a l’air aux abois. Son propre fils… Ont-ils vraiment cru qu'une simple missive allait suffire? Mes hommes m'ont rapporté la tentative de Pierremoutiers, par corbeau. Les Dieux me préservent d’une tentative de coup d’état aussi pathétique. J’espère que si l’on vient me déloger, ce ne sera pas ma sœur qui se sera allongée pour un quelconque nobliau… Je suis content que Myria Hoare s’en soit tirée. Elle ne roule que pour elle, de ce que j’en sais, mais j’aime son esprit. Elle voit les choses comme elles sont et pas comme elle voudrait qu’elles soient. C’est une vertu trop rare, chez les mâles de votre famille. La logique se répète ; il n’y a pas de meilleure arme pour détruire votre patrie d’origine que votre propre sang, ma douce. Comment peut-on passer du siège d’Accalmie, de l’encerclement de l’armée de Peyredragon et d’une force à trois contre un contre les coalisés et perdre après une victoire comme Buron ? J’espère que les Braenaryon remercient la mémoire de votre premier frère, et savent ce qu’ils doivent à tous les félons, Hoare ou autres, qui ont démembré votre patrie plus sûrement que les armes ennemies. A chaque fois que l'un des vôtres plante un poignard dans votre propre nom, les armées ennemies grossissent de tous les déçus, les désespérés et les déserteurs, sans parler de ceux qui croient naïvement aux messages qu'ils portent. |


La fuite de son neveu devait être une vexation supplémentaire pour elle, mais j’en étais plutôt satisfait. Qui pourrait suivre à l’avenir un garçon de ce profil, qui fomente sans alliés, sans soutien, qui s’enfuit comme un lâche en tuant des serviteurs et des gardes qui ne faisaient que le protéger ? J’en ricanerais, si ma femme n’était pas autant contrariée. Je m’approche d’elle. Et pose ma main sur son ventre, sans lui demander la permission, avant de reprendre la parole.


| Heureusement que vous êtes une Hightower, désormais. Nos complots à nous réussissent. Si on se lance dans la course au pouvoir, ça ne peut pas se faire sans effusion de sang… Encore moins quand on n’a aucun soutien, et qu’on se trouve à deux mille lieux de là. Quand j’y repense... J'aurais adoré voir la tête de votre frère quand il s'est rendu compte qu'on essayait de lui voler son armée, qu'il passe tant de temps à bichonner et à accompagner, à son nez à et à sa barbe! Lui aussi devrait remercier votre Dieu d'une tentative pareille. | Je ris encore | Non, c’est trop. J’ai bien fait de laisser passer ses courriers. Et de réviser le circuit des gardes. Le sang coulé et la bêtise le disqualifient sans que nous ayons eu à bouger le petit doigt, ni à nous discréditer en le retenant de force. Un souci de moins. Maintenant, la seule chose qui puisse s’exercer sur le destin de votre nation, c’est Yoren, qui n’est pas sans capacités, et vous-même. Espérons qu'il s'agissait des derniers factieux... |




We Light the Way



Spoiler:
 
Manfred Hightower

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Manfred Hightower
Nous Eclairons la Voie
Messages : 740
Membre du mois : 0
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Just breathe... | Manfred    Just breathe... | Manfred  EmptyDim 20 Oct - 15:01

En temps normal, face à une telle nouvelle, j’aurais eu tendance à exploser. A chercher à me défouler, d’une façon ou d’une autre, que ce soit en m’entraînant, en buvant jusqu’à plus soif ou en terrorisant la première personne que j’aurais eu sous la main. Mais là… c’est trop. Beaucoup trop. Ou alors, c’est parce que les deux premières options sont exclues que je suis en train de me dire que cette fois-ci, je vais être incapable de gérer quoi que ce soit. Le pire ? C’est ce sentiment que, dans le fond, plus rien n’a la moindre importance. C’est pour le moins étrange en vérité et je n’ai pas souvenir que ce genre de choses me soit déjà arrivé. Mais je n’avais encore jamais été grosse jusqu’aux yeux non plus, il y a probablement un lien.

Je soupire longuement à voir mon cher époux arriver et je lève un sourcil à sa répartie avant de hocher la tête. « A dire vrai oui. J’aimerais bien. Il semblerait que je sois encore sous le coup d’une de ces humeurs de femme enceinte. Je suis partagée entre l’envie de dévorer tout ce que j’aurais à portée et celle de lancer les mêmes mets à ceux qui aurait l’outrecuidance de me rappeler tout ce qui vient de se passer. » Peut-être même pourrais-je mélanger les deux et me défaire de cette sensation que tout s’effondre autour de moi.

Je l’écoute avec attention, essayant d’oublier qu’une fois encore, Manfred semble prendre les choses en mains et m’aide à me sentir mieux, à être soulagée. Je ne suis pas seule, je l’avais presque oublié. Et il est suffisamment retors, fourbe ou que sais-je encore, pour m’aider à trouver une solution qui me permette d’y voir plus clair. « Je n’ai pas… compris. L’intérêt de cette missive. J’ai potentiellement répondu à la Lannister en lui précisant que si j’avais voulu tuer son époux, il serait déjà mort. » Et je fronce les sourcils, mon regard se perdant dans le vide alors que ma voix se fait étonnamment douce, toute en contradiction avec ce que je suis réellement. « Myria est une garce. Mais c’est ce qui lui a permis de survivre jusque-là. Et à ce train-là, elle nous survivra, soyez-en assuré. Toujours est-il que oui, moi aussi je suis heureuse qu’elle s’en sorte, même si je suis curieuse de voir quel sera son prochain mouvement. J’ai du respect pour elle, ce qui n’était plus le cas pour les autres membres de la famille Hoare depuis bien longtemps. » Je grimace quand il m’appelle sa douce, me retenant de le renvoyer vertement dans ses quartiers. J’ai besoin de parler et de me défaire de cette sensation que je suis spectatrice de ma propre existence. « Et que reste-t-il maintenant du royaume de mon père ? Je ne parle même pas de ce qu’il souhaitait atteindre, ce n’est là plus qu’une chimère qui doit bien faire rire nos ennemis. Que ce soit Joren ou Beron, ils n’ont fait que cracher sans le moindre respect sur ce qu’il avait construit. »

Et je ne comprends pas pourquoi. J’ai beau chercher, je n’ai fait que cela depuis plusieurs jours, depuis que Beron nous a filé entre les doigts mais les raisons mêmes de leurs actes m’échappent. Mon regard accroche celui de mon royal époux et je me demande s’il comprend ce que je peux ressentir. Je reprends, me faisant tout de même un brin plus assurée voire plus sèche qu’avant. « Ces idiots sont comme Beron. Ils pensent qu’ils pourront vivre dans un monde fait d’égalités et de je ne sais quelles mièvreries. Je n’arrive pas savoir où ils ont été péché des idées pareilles. » Je secoue la tête, la mine dépitée avant d’esquisser une ombre de sourire à ses propos. Même si je sursaute, quand il pose sa main sur mon ventre. Non parce qu’il le fait, mais parce que le bébé réagit vivement, assénant un coup à l’endroit même où les doigts de son père sont posés. « A croire que quelqu’un vous écoute avec la plus grande attention. Prenez garde à ne pas raconter n’importe quoi alors. » Je ne saurais dire si je dois m’offusquer de l’entendre rire ou non, mais je fronce tout de même les sourcils à ses propos. « Faire passer les courriers de Beron ? Comment ce petit idiot a pu croire qu’il arriverait à faire… mieux ? Avec ses idées totalement… improbables. » Je lève les yeux au ciel avant de me faire plus sérieuse. « Yoren est en difficulté. J’espère qu’il saura se relever de tout cela. J’étais partagée entre l’envie de lui envoyer une missive pour le rassurer ou pour l’incendier de n’avoir pas su anticiper la sédition de son neveu. » Je finis par poser ma main sur celle de Manfred avant de souffler, songeuse. « Que va-t-il se passer maintenant ? » Vaste question n’est-ce pas ? Sans savoir pourquoi, je reprends, un rien plus narquoise. « Dois-je me faire constituer prisonnière de l’ouest pour leur faire plaisir ? Ou peut-être tuer Loren Lannister moi-même, histoire que je sois accusée pour de véritables raisons. » Ma foi, peut-être que je serais soulagée, allez savoir.


Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.


Dernière édition par Eren Hightower le Dim 19 Jan - 12:50, édité 2 fois
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 242
Membre du mois : 35
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Just breathe... | Manfred    Just breathe... | Manfred  EmptyMar 22 Oct - 22:03

Je n’avais en fait aucune idée de comment les choses allaient se passer dans le Conflans. Il était difficile d’envisager que les choses puissent aller encore pire, mais il était aisé de considérer que les Hoare avaient en eux des ressources insoupçonnées pour se torpiller eux-mêmes. Un peu comme jadis les Gardener, quand il y en avait encore en vie. Les choses auraient pu être impossibles pour moi s’ils avaient laissé moins d’ouvertures. S’ils ne s’étaient pas contredits et parjurés. Ils ne connaissaient visiblement pas à l’époque le poids et la qualité de l’omission, de la nuance et du conditionnement ; non ils ne régissaient le royaume qu’au moyen d’un opportunisme aléatoire, sans constance ni visée stratégique et diplomatique pérenne… Il n’y avait pas alors d’autre difficulté que celle de montrer de la patience et de la constance dans mes efforts, de ne vouer mes propres mouvements qu’à la réalisation d’un et d’un seul objectif. Dans tous les cas, rien de commun avec le torpillage en règle et systématique de leurs propres actions par les Hoare.


Eren soupire en insistant fortement sur la longueur de ce souffle. Je ris doucement, sans compassion mais sans moquerie pour autant.



| Cela vous change-t-il de votre humeur d’avant grossesse ? Ah oui, j’oubliais. A l’époque, vous auriez tout simplement mangé ceux qui auraient cette vile outrecuidance. |


C’était un fait, mon épouse la Reine du Bief n’avait pas la patience pour vertu, et moins encore la gentillesse. Ses qualités étaient toutes autres. La fer-née m’explique qu’elle ne comprenait pas la valeur de la missive. Je haussais les épaules.


| J’imagine que quand on est désespéré et qu’on n’a pas de plan, on tente tout au culot. Le pire, c’est que ça aurait pu marcher. |


Les meilleurs mensonges sont souvent les plus simples, ceux qui ne prêtent pas à conséquence. Plus c’est simple et plus c’est gros, et plus ça passe. Comment croyez-vous que j’avais fini par arriver au pouvoir ? Non, ce serait caricaturer des années d’efforts, de discussions, de plans et d’actions, pour m’amener dans cette position d’éligibilité au pouvoir suprême. Je l’écoute parler de sa belle-sœur, Myria Hoare. J’en sais assez pour ne pas la contredire, loin de là.Je comprenais ce qu’Eren disait à propos de tout cela. De tout ce dépit je ne tirais pas beaucoup de conclusions, et me montrais plutôt fataliste.


| Je pense qu’elle jettera toutes ses forces dans sa vengeance. Je suis surtout curieux de savoir quel sort elle réserverait à son félon de fils. Je l’imagine mal se satisfaire de la Garde de Nuit pour lui… Mais irait-elle jusqu’à faire ce qui s’impose ? C’est son fils, malgré tout. |


Mais que devait-on attendre de la part du mauvais sang des traîtres ? On disait toujours que les nouvelles générations restaient marquées par les trahisons de leurs pairs. Je me demandais ce qu’avait fait mon cul-béni de père et ma mère pour mériter un fils aussi monstrueux que moi, à l’âme aussi torturée. Je ne le saurais sans doute jamais et au fond, ce nétait pas non plus le plus important. Je dévoile un sourire carnassier.


| La Foi se chargera de leur rappeler leur place en ce monde. Et si ce n’est pas elle, alors ça sera le hurlement des loups et le souffle du dragon. Tous nos pions sont en place. Beron et ses complices n’ont fait que faciliter nos plans, tout comme d’autres avant eux. Je n’allais pas l’empêcher de faire… Surtout compte tenu de l’absence totale de respect, et l’humeur changeante, qui marque certaines missives de votre bâtard de frère. Il est tellement convaincu qu’il est seul contre tous qu’il est prêt à croire n’importe quel ragot. C’est aussi une force, pour nous, même si cette inconstances nous met d’autres bâtons dans les roues. |


Le monde était régi par des lois depuis toujours. Des siècles de chevalerie, des millénaires d’aristocratie de terre et d’épée, aucune idée n’était assez forte pour chambouler le monde à hauteur d’une seule vie d’homme. Peut être que si le monde avait quelqu’un de suffisamment intelligent et charismatique, pareille utopie pourrait vivre… Mais je rêvais plus d’un monde de connaissances que de libertés. Le savoir était le pouvoir, plus que toute autre chose. Je réfléchis aux mots d’Eren, sur ce qu’elle devait faire maintenant. Je la contourne. Masse ses épaules, doucement plus qu’efficacement, avant de passer ma main sur son ventre.


| Maintenant ? Mais voyons, vous êtes enceinte jusqu’au cou. Accouchez de notre enfant. Puis, nous verrons. Avant d’en refaire un autre. Je ne vais pas vous hasarder dans des querelles politiques et diplomatiques. Pas maintenant. Il faudra peut être que nous insistions nos efforts auprès du Val… Voire de Dorne. Avez-vous reçu des nouvelles des Eyriés? |




We Light the Way



Spoiler:
 
Manfred Hightower

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Manfred Hightower
Nous Eclairons la Voie
Messages : 740
Membre du mois : 0
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Just breathe... | Manfred    Just breathe... | Manfred  EmptyMar 19 Nov - 10:21

Difficile d’imaginer qu’un jour, je me retrouverais dans un tel état. A dire vrai, j’aurais dû soupçonner tôt ou tard qu’il me faudrait me marier et enfanter, que ce soit pour assoir des alliances ou parce que je reste une femme, avec certaines obligations, que je le veuille ou non. Si les fer-nés ne font guère de distinction quant au sexe pour mener des batailles et prendre le pouvoir, qu’ils se contentent de faits, de sang et de promesses de nouvelles conquêtes, sans se soucier vraiment de qui les dirige, ce n’est pas le cas du reste du continent. Et la politique de feu mon géniteur m’a obligée à m’en mêler. Je ne saurais dire si je regrette ou non. Enfin, dans l’immédiat, alors que j’ai perdu presque toute ma mobilité et que la douleur est devenue une compagne du quotidien, j’avoue que oui, je regrette quelque peu.

Mais l’idée d’avoir un héritier, de pouvoir imaginer que quelqu’un prendra le relai… et bien c’est plaisant. Bien plus que je l’aurais cru possible. Tout comme l’idée de m’attacher à cet homme qui me fait face et qui me tance sans scrupules. A dire vrai, s’il avait eu des scrupules, je n’éprouverais probablement qu’un vague mépris à son égard. Alors, dans le fond, ce n’est pas plus mal. Je ne peux quand même pas m’empêcher de plisser les yeux à son encontre, laissant filer un « tsssst » de mécontentement. « A croire que vous avez oublié comment j’étais avant ma grossesse. Mais je me ferais un plaisir de vous le rappeler une fois que cet enfant sera venu au monde. » Mais je risque d’être de meilleure humeur si je peux enfin me mouvoir à ma guise. Reste à savoir ce que je ferais à ce moment-là. D’autant que, dans l’immédiat, je n’ai pas souvenir de m’être déjà sentie autant… décontenancée par une situation, sans bien savoir si c’est le terme adéquat pour mon ressenti face à tout ce qui arrive.

Je laisse filer un silence songeur au reste, fronçant les sourcils. « C’est tellement… grossier. Et improbable. D’autant que nous aurions tout eu à perdre à agir de la sorte. C’est ridicule. J’espère pour cette petite garce que je ne croiserais pas sa route de sitôt, sinon il lui en cuira fortement. » Peut-être pour elle vaudrait-elle mieux tomber entre mes mains que d’autres. Au moins, avec moi ses souffrances seraient rapidement abrégées, je n’ai pas pour habitude de jouer avec la nourriture. Et je grimace quand nous évoquons Myria… ou plutôt son idiot de fils. « Quand je pense que Beron était mon préféré. Voilà ce qu’il en coûte de s’attacher à un enfant. Il est devenu mou, incapable de représenter les valeurs fer-nées qui auraient dû être les siennes. Et la Garde de Nuit ne sera pas une punition suffisamment forte. » A dire vrai, à part la mort, j’ai du mal à imaginer ce que l’on pourra faire de lui. Et cette pensée me serre un peu le cœur, il faut tout de même que je l’avoue. J’avais placé tant d’espoirs en lui, surtout après la mort de Joren, que la réalité est bien plus blessante que je l’aurais cru. Et je soupire de nouveau, non sans fixer mon royal époux lorsqu’il s’épanche sur la Foi et le reste.

Je dois avoir l’air tout de même passablement dubitative alors que j’ouvre la bouche et que je la referme à plusieurs reprises, non sans finir par lâcher, peu convaincue. « … comment cette catastrophe peut nous servir ? J’ai juste le sentiment que les Hoare passent définitivement pour des lâches, des idiots ou que sais-je encore. Cela fait de moi votre faiblesse d’une certaine façon, à vous être allié avec nous. J’ai du mal à croire que c’est une force. Comme le comportement de Yoren envers nous ou envers le reste de Westeros. Mais j’espère tout de même qu’il n’a pas cru tout ça. J’ai peur de lui demander pour être honnête. » Cette famille est une plaie. Et je n’arrive pas à voir de quelle façon retourner les choses à notre avantage. Pour un peu, je serais presque soulagée de ne plus porter leur nom, quand bien même je me sens toujours et encore fer-née, peut-être même plus que jamais à force de voir leurs valeurs bafouées par ceux supposées les porter.

Je ferme les yeux quelques instants, me détendant quelques peut sous les attentions de Manfred avant de laisser échapper un grognement de frustration. « Vous avez le don de me rappeler à ma condition de la pire des façons mon cher. Non que je ne sois pas … quel est le terme approprié déjà ? Epanouie ? Ravie ? Quelque chose dans ce goût-là, de me sentir sur le point d’exploser à porter votre enfant… c’est même tout le contraire. Pour autant, je me sens frustrée d’être cantonnée à mes appartements. Et le Val est… frileux, comme on aurait pu s’y attendre. S’ils veulent bien d’un pacte de non-agression, je pense qu’ils n’iront pas plus loin. Ils ont freiné des quatre fers face à l’Empire alors qu’ils étaient plus clairement alliés. Le mieux que nous puissions espérer est qu’ils restent neutres. Je pense que je vais les encourager en ce sens. A défaut de les avoir en alliés autant éviter de les avoir en ennemis. Et pour Dorne… vous avez des idées précises j’imagine ? » Je le fixe, curieuse, persuadée qu’il a encore tout planifié, laissant le moins de chances possibles au hasard, comme toujours. Après tout, c’est ce qui fait sa force.


Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 242
Membre du mois : 35
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Just breathe... | Manfred    Just breathe... | Manfred  EmptyMer 27 Nov - 20:52

Les événements familiaux survenant au sein de la maison Hoare étaient constamment du genre à tout remettre en question. Il n’y avait plus, dès lors, de scrupules à avoir à en user comme des pions sur le Cyvosse. La seule problématique qu’il me restait à affronter était de savoir raison garder. Il ne fallait surtout pas oublier la principale arme et l’égale malédiction des Hoare ; ils étaient capables de surprendre n’importe qui. En bien comme en mal. En efficacité comme en drame. Ils avaient marqué l’histoire et j’étais convaincu que même avec l’ombre seulement de leur pouvoir, ils se retrouveraient encore au bout de la plume des mestres, qui se gargariseraient sans doute encore un long moment des exploits de tous les représentants de cette maison. Les user donc, tout en restant méfiant. Je pensais qu’avec Eren nous avions pu prendre les bonnes décisions concernant les campagnes à venir, ainsi que les efforts diplomatiques entrepris. Il était clair dès lors que nous avions pu nous prémunir, au moins jusqu’à un certain point, des surprises éventuelles. Limiter la catastrophe, s’ils se montraient encore vindicatifs vis à vis du Bief, et belliqueux dans une direction qui n’arrangerait pour sûr personne.


Je me surprenais parfois à regretter Harren le Noir en personne. Si forte avait été l’impression qu’il m’avait laissée… Sans même parler de l’espoir qu’il aurait représenté pour faire s’élever sa propre fille, si fidèlement à leur devise familiale. Mais il n’était plus là, et je n’étais clairement pas le genre de personne à me laisser malmener par le remord et par le regret.


Je me fends d’un sourire aux paroles de ma femme.



| Douce, aimante, chaleureuse et profondément perverse. C’est pour cela que je nourris quelque affection pour vous ; vous êtes un constant émerveillement de brutalité et de barbarie. |


Car même si elle était civilisée, il était clair que ce n’était que du paraître. Eren, de la maison Hightower désormais, était une barbare, une rustre, qui n’avait pour elle qu’une paire de gonades monumentale, à en remontrer à n’importe quel soudard qui se sent à l’étroit dans ses braies. Ce n’était pas ce que j’aimais chez elle, toutefois. Mais je faisais avec, parce que je n’avais pas le choix, et que je savais particulièrement bien choisir pour quel combat je devais réserver mes munitions. Je hochais plus gravement la tête à l’évocation par Eren des traîtres au sein de son foyer. Elle parlait de ceux qui avaient tenté de poignarder dans le dos avant d’évoquer directement son propre neveu, le prince Beron. Celui-ci s’était montré d’une impétuosité et d’une candeur préjudiciables ; il était de plus paranoïaque, jusqu’à croire que nous irions en intenter à sa vie… Alors que le pauvre petit blondinet était tellement plus précieux vivant que mort. N’importe qui l’aurait compris.


| Serait-ce l’expression d’un amour renouvelé pour votre frère, votre Grâce, pour le bâtard qui porte la couronne à votre place ? |


Je détournais un peu la conversation, car autant pour les fer-nés la sanction contre le Prince Beron serait sans nul doute exemplaire, autant s’en prendre à un gosse en plein territoire dominé par les dogmes religieux des Sept, qui plus est de sang royal, c’était autre chose. Et j’avais compris avec Eren que nous devrions sans aucun doute louvoyer tout au long de notre existence afin de pouvoir éviter les écueils dus à nos natures, cultures et religions de départ si différentes. Tout nous opposait, presque en tout point. Mais il n’en restait pas moins que nous étions voués à oeuvrer ensemble, pour le meilleur comme pour le pire.


Je sens quoiqu’il en soit sa lassitude. Elle était fatiguée. Et pas que de sa grossesse. Je commençais à la connaître suffisamment pour le dire ; elle était du genre à ronger son frein d’impatience à force de se contenir, et d’être forcée de se retrouver dans un état qui ne lui permettait certainement pas de laisser libre cours à son engagement habituel. La brunette me demande en quoi la catastrophe était utile. Elle n’avait pas tout à fait tort à propos de l’image renvoyée par les membres de sa famille, mais je rebondissais sur l’ensemble une fois qu’elle avait terminé.



| Bien sûr, c’est une opportunité. Ca a fragilisé la couronne de votre frère tout en stimulant les loyaux autour de lui. L’effet est bourré de paradoxes et de contradictions, mais les Rois seuls contre tous ont toujours les faveurs d’un peuple en mal de justice. Ils vont mettre tous leurs derniers efforts en lui. Ce n’est que lorsqu’il sera brisé qu’il y aura un coup à jouer, mais cela ne doit pas vouloir dire qu’il faut simplement attendre. Prenez contact avec les insulaires. Inquiétez vous de leur sort. De ce dont ils auront besoin. Pas que pour la guerre, mais aussi pour survivre. Et reprenez contact avec ce Val si fuyant. Il faut que nous fassions monter les tensions avec l’Empire. Signer des accords avec eux nous aidera en ce sens. Quant à Dorne, je préfère vous faire la surprise, et vous gourmander de ses effets s’ils sont positifs. A dire vrai, ils se sont eux-mêmes engagés sur cette voie en signant le traité de Boycitre. |




We Light the Way



Spoiler:
 
Manfred Hightower

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Manfred Hightower
Nous Eclairons la Voie
Messages : 740
Membre du mois : 0
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Just breathe... | Manfred    Just breathe... | Manfred  EmptyJeu 19 Déc - 17:33

J’inspire longuement, écoutant sans m’en rendre compte les conseils de ces Mestres qui ont pourtant tendance à me porter sur les nerfs. A dire vrai, si je prenais vraiment le temps de la réflexion, ce ne sont pas leurs conseils que j’écoute mais ceux de cette pauvre servante que je terrorise à longueur de journée. J’ai bien dit pauvre ? Par tous les dieux, je vais finir par croire que je me fais attendrir par cette vie dans le Bief. Il va vraiment être temps de mettre cet enfant au monde et de faire ce pour quoi je suis douée. Même si je sais que je ne pourrais pas me contenter d’un seul héritier. Il nous faut une famille nombreuse. Pour assoir nos alliances, pour nous permettre de porter autant que faire se peut ce nom qui est désormais le mien. Quand bien même je resterais une Hoare quoi qu’il advienne, j’en viens à apprécier d’être aussi la femme de cet individu. Et de porter son nom.

Toujours est-il que je fais preuve d’un moment de faiblesse, me lamentant tout haut de cette famille qui m’a été affublée. Que ce soit à cause de mon neveu qui semble avoir perdu la raison ou de mon bâtard de frère qui se sent pousser des ailes et qui veut protéger quelque chose qui n’a plus la moindre valeur à mes yeux. Si tant est qu’elle en ait déjà eu une. Je plisse les yeux au sourire de mon cher et tendre et je secoue la tête. « Plaignez-vous donc. Vous avez une femme qui vous survit ce qui, ne nous leurrons pas, n’était pas chose gagnée. Mais je note que vous avez de l’affection pour moi. Je suppose que je dois vous remercier. Je pensais à vous planter la petite dague que j’ai habituellement dans ma botte au milieu de votre paume mais, outre le fait que j’ai les chevilles tellement gonflées qu’elle ne rentrerait plus dedans, je ne suis pas sûre que je pourrais me pencher pour l’attraper. » Je soupire, dépitée, avant de reprendre, songeuse. « Vous avez une autre idée pour que je vous remercie peut-être ? » Je peux tenter de le frapper, mais j’ai perdu en rapidité également.

L’évocation de cette couronne m’arrache un grognement agacé. « Quelle cruauté mon cher époux. Me parler de cette fichue couronne qui aurait dû ceindre ma splendide chevelure alors que je souffre de porter cet enfant qui est le vôtre. Et que j’aurais à porter tous les prochains que vous ne manquerez pas de me faire. Au lieu de ça, il se prend pour le Roi qu’il ne devrait pas être et s’avère tout aussi idiot que Joren. Au final, peut-être est-ce que mieux que je ne la porte pas. Cette couronne semble rendre totalement stupide. » J’ajoute, faisant mine de ne pas vraiment m’intéresser à sa réponse. « Vous avez eu de ses nouvelles ? » J’ai tout de même de l’affection pour Yoren, quoi que je sois capable d’admettre. Il reste mon frère de sang, mon frère d’armes et nous avons vécu bien des choses tous les deux. Et j’aurais été prête. A l’appuyer pour ce trône. S’il n’avait pas été aussi inconscient que notre ainé.

Je me fais curieuse au reste, non sans m’accommoder davantage sur mon siège et étirer mes jambes avec un soupir satisfait. « Décidément… je me demande si un jour, vous tomberez sur une situation où vous ne voyez aucun profit. Vous êtes… épatant. A votre façon. » J’ai une ombre de sourire à le regarder, ne cachant pas une certaine admiration à son propos. « Donc… je dois me faire la sauveuse des opprimés et de ceux qui sont en mal de justice ? Quelque chose dans ce goût-là ? J’ai toujours du mal à imaginer comment on peut croire que la justice existe vraiment. Que le monde n’est pas juste un morceau de viande que d’aucun s’échinent à dévorer en espérant avoir le plus gros morceau. » Tout en parlant, j’attrape la main de Manfred et je la pose sur mon ventre, le bébé donnant des coups pour le moins vif. « Vous pensez que Yoren les a aussi abandonnés ? Qu’il a oublié d’où nous venons vraiment et ce qui faisait notre force ? » Je me masse la nuque avant de reprendre, sourcils froncés. « Il faudrait… augmenter les dissensions dans l’Empire. Je suis sûre que nous pouvons trouver des moyens de le faire. » Je hoche la tête au reste, lui jetant un nouveau regard curieux à l’évocation de Dorne. « Oh… tout semble se mettre en marche comme vous le souhaitez. Je me trompe ? »


Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 242
Membre du mois : 35
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Just breathe... | Manfred    Just breathe... | Manfred  EmptySam 21 Déc - 17:19

A mieux y regarder, il semblait clair que ma femme allait bientôt accoucher. Ce n’était pas que dans son attitude, c’était dans son physique tout entier ; il transparaissait totalement dans chaque fibre de son corps qu’elle en était à la fin, et qu’il ne fallait sans doute en aucun cas se taxer de patience. La brunette allait finir par déborder, ou par exploser, ce qui conviendrait sans nul doute bien mieux à son caractère. Il n’en restait pas moins qu’elle savait encore raison garder. On pouvait la ramener sur un terrain de discussion plus favorable, plus calme. Elle qui débordait toujours d’énergie… Je ne peux pas m’empêcher de sourire à son ton qui, comme d’habitude, dégouline littéralement de sarcasme. Elle n’avait toutefois pas totalement tort Eren, quand il était question de sa survie. Mais je ne pouvais pas m’empêcher à mon tour de rebondir, de façon purement gratuite.


| Attendez-donc d’avoir accouché d’un héritier… Ou de deux ou trois, par sécurité. |


Mais non, je caresse son ventre. Je sens sa chaleur, je sens sa vie, que ça remue à l’intérieur. Cela ne contribuait pas à endormir tous les démons qui me hantaient, bien au contraire… J’avais déjà pu sortir un fœtus du corps d’une femme enceinte, pelée vive, juste pour bien comprendre comment le petit était concrètement alimenté. Je me demandais encore tant et tant de choses, concernant la grossesse des femmes. Quelles zones à l’intérieur de leur corps changeait, à quel point cela pouvait-il impacter les dessins que j’avais pu réaliser, les schémas de leur intérieur ? Cela allait des réseaux nerveux jusqu’aux conséquences du sexe aux différentes étapes de grossesse, en passant par toutes les nuances entre les deux.


| Ne me parlez pas trop de « planter », dame, il pourrait vous en cuire. |


Je ne rebondissais pas sur les remerciements, sinon les choses pourraient sans aucun doute dégénérer pour de bon. Je ne peux pas non plus me contraindre à ne pas sourire avec sans doute cette fois un soupçon de tendresse, quand mon épouse évoque son frère, la couronne qu’il porte et les conséquences que cela semble avoir sur tous ceux qui sont touchés par elle et les responsabilités qu’elle traîne avec elle. Je soupirais toutefois à sa question, car si les relations s’étaient un peu calmées on ne pouvait pas nier qu’elles avaient tout de même été empoisonnées assez largement par les non-dits et une méfiance naturelle somme toute assez légitime.


|Non, aucune. Il n’a rien dit à l’envoi de nos hommes, aucune réaction. Je pense qu’il vous envie l’ascendant sur vos hommes, et sans doute craint-il votre propre jugement compte tenu du fait que personne ne vous a jamais trahie aussi ouvertement que lui-même vient de l’être. Dans tous les cas, je pense qu’il nous considère simplement comme des arrivistes et des alliés peu sûrs. Je ne peux pas nier ressentir la même chose à son endroit. Il ne défend même pas les terres que je lui négocie par traité. C’est comme si le conflans seul trouvait grâce à ses yeux. Je sais aussi par le Grand Septon que ses relations se tendent avec la Foi. Les obstacles sont encore nombreux sur sa route. |


Je dévoile toutes mes dents dans un sourire carnassier quand elle me dit que je suis épatant à ma façon quand elle évoque le fait que je fasse bouger mes pions, et que j’avais pu progresser. Je ne pouvais qu’acquiescer d’un signe de tête quand mon épouse me disait que nous devions voir à augmenter les dissensions au sein de l’Empire. Elle finit par me flatter et me dire que tout semblait fonctionner comme je le souhaitais.


| Le jour où je ne verrais plus d’opportunités, ma tendre, ce sera le jour où la question de notre survie se posera concrètement. En attendant, occupez-vous du Val et moi de Dorne. Quant à me trouver épatant, félicitez moi mieux que cela. Je vous ai détendue et je fais progresser notre cause. Vous êtes fatiguée, mais vous devez bien avoir une idée sur ce que je mérite, dame. |< /blockquote>




We Light the Way



Spoiler:
 
Manfred Hightower

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Manfred Hightower
Nous Eclairons la Voie
Messages : 740
Membre du mois : 0
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Just breathe... | Manfred    Just breathe... | Manfred  EmptyDim 19 Jan - 12:48

Jamais je ne l’avouerais, mais une part de moi est curieuse de voir à quoi cet enfant va ressembler. Outre le fait que j’ai hâte qu’il soit sorti, cela va sans dire. Mais je sais aussi quelle importance il a pour notre propre avenir, que ce soit une fille ou un garçon. Et à nos échanges, je plisse des yeux avant de soupirer avec exagération. « Trois ? Grands dieux, vous avez peur que vos enfants ne survivent pas à la vie que vous comptez leur fait mener ? Combien vous en faut-il pour assouvir vos desseins ? » J’effleure mon ventre avant de reprendre, narquoise. « Occupez-vous de m’engrosser, je m’occuperais de les pondre. Si je survis à celui-là s’entend. » Et puis, j’avoue que de l’accueillir de nouveau dans mon lit risque d’être particulièrement plaisant, voire animé.

Au reste, je lève un sourcil et je l’observe un instant. « M’en cuire ? Et comment ? J’ai du mal à imaginer ce que vous pourriez faire tant que l’enfant n’est pas arrivé. » Je n’insiste pour autant pas tant que ça, laissant filer un silence pensif après avoir évoqué mon cadet. Qu’il ne soit que mon demi-frère n’a jamais eu la moindre espèce d’importance. Les liens que j’ai tissés avec lui étaient, jusqu’à très récemment, la seule chose précieuse que je gardais pour moi. Ils étaient presque sacrés et, depuis qu’il porte cette couronne, j’ai comme le sentiment qu’il a tout oublié. Pour moi qui ne me suis laissée aller à ce genre d’affection qu’avec lui et mes neveux, ne me voilà pas prête à recommencer. Et je soupire longuement aux observations de mon époux, fronçant les sourcils alors que je finis par secouer la tête. « Je ne comprends pas. A quel moment les choses ont dérapé. Quand est-ce qu’il a fini par voir en moi une ennemie ou, à défaut, quelqu’un dont il doit se méfier. Et surtout, cet attachement qu’il a pour le Conflans. Il n’y avait presque jamais mis les pieds avant tout ça. Ce sont les îles de fer qui l’ont forgé. C’est à croire que l’influence de sa femme ou de Myria est bien plus importante que je l’aurais cru. Et voir un homme entouré de femmes, cela n’a jamais rien de bon. »

J’ai un temps alors que je songe que son sourire doit en effrayer plus d’un. Pour ma part, cela fait partie de ce qui me plaît chez lui. Et encore, je sais qu’il est loin d’avoir abaissé entièrement le masque qu’il porte en permanence ou presque. Le monstre qu’il cache est bien pire que ce que j’avais soupçonné au départ, mais je m’en moque. Parce qu’il sait ce qu’il veut, ce qu’il attend. Et que ses idées me plaisent. Elles nous permettront de voir plus loin, plus grand. Je sais qu’à terme, mes îles me reviendront et nous saurons gérer notre royaume au mieux. « Pour l’heure, c’est la survie de mon frère qui est plus sujette à caution que la notre, je l’admets. Et à nous de faire en sorte de remettre en cause celle de cet Empire tentaculaire donc. » Au reste, j’ai une ombre de sourire alors que je le fixe, la mine curieuse. « Oh, je veux bien reconnaître que vous m’avez détendue il est vrai. Et si je ne peux guère bouger autant que je le voudrais, pensez-vous que montrer à quel point je sais user de mes mains, ou de ma bouche, pourrait être à la hauteur de ce que vous méritez ? » Voilà qui choquerait ces dames qui m’entourent en temps normal, ces petites donzelles qui rougissent pour un rien et qui se contentent d’écarter les cuisses quand il le faut. Ce n’est pas comme ça que je pourrais garder l’attention d’un homme comme Manfred, je le sais parfaitement. Et ce n’est de toute façon pas mon genre. Alors, d’un mouvement du menton, je lui fais signe de se lever pour être à la hauteur qui m’intéresse. Non sans que mon sourire ne se fasse plus large.


Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 242
Membre du mois : 35
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Just breathe... | Manfred    Just breathe... | Manfred  EmptyDim 26 Jan - 15:53

Difficile de savoir vraiment ce qu’un Hoare avait dans la tête, compte tenu de leur propension à se méfier de tout et de tout le monde, en permanence. La jeune reine au ventre arrondi comme un ballon qu’elle aurait avalé me tance sur le nombre d’enfants désiré. En vérité, je ne me sentais pas beaucoup d’amour à partager, mais il n’en fallait pas moins pour autant niveau descendance, car la guerre, les trahisons et complots, tout pouvait m’amener dans une position compliquée où je perdrais des héritiers. La couronne était vacillante à chaque coup porté au sang royal qui soutenait la couronne, et si je voulais m’éviter quelque déconvenue future il valait mieux prévoir large. La reine en tout cas ne semble pas s’émouvoir de la perspective d’avoir à gérer plusieurs enfantements, elle acquiesce avec sa verve habituelle, ce franc parler qui la caractérisait si bien. Il n’y avait pas grand-chose à lui dénier sur ce sujet. Je lui offre donc un sourire un rien graveleux, pleine des intentions qu’elle faisait naître en moi. Je la suspectais de le faire à dessein, mais ça ne changeait rien. L’envie était là, comme toujours. Comment pourrait-il en être autrement avec une femme comme elle, à l’esprit aussi affûté que le corps ?


| Trois, six, douze, vous finirez déformée je le crains. Et pas par moi j’entends, mais par ce sang que vous allez participer à perpétuer. Quant à vous engrosser… Si vous n’étiez pas déjà pleine, je vous aurais sans aucun doute poursuivie de mes assiduités avec un peu plus de vigueur, et grosse vous seriez quand même. |


Je coule un regard plein d’amusement mais malgré tout porteur d’un rien de menace quand la brune rebondit sur ce que je viens de lui envoyer comme avertissement.


| Oh, je trouverais bien. Dans tout ce fatras de muscles et de nerfs, certains ne vous sont pas essentiels ni pour survivre ni pour enfanter. |


Là, on pouvait difficilement faire plus clair. Je me rendais compte toutefois que le plus gros de la conversation n’était pas passé et que mon épouse avait encore plusieurs choses sur le cœur, notamment l’évolution de sa relation avec son frère, le bâtard devenu Roi. Je ne savais vraiment répondre à sa question, mais je me rendais bien compte aussi que j’avais connu ce genre d’évolution aussi dans ma relation avec ma sœur. Les choses auraient pu devenir plus complexes encore, sans doute. Je comprenais aussi la méfiance naturelle d’Eren à l’endroit de son frère ou de Myria.


| Elles ont dérapé au moment où vous avez ceint une couronne et lui une autre, ma tendre épouse. Parce que ça change tout ; vous n’avez plus les mêmes objectifs, ni les mêmes attentes, et pas du tout les mêmes responsabilités. Vous serez toujours proches, sans doute, parce que vous le connaissez mieux que quiconque. Mais vous ne serez plus jamais amis malgré tout. |


Quant au fait d’être lié par le sang… Cela n’avait comme importance que celle qu’on lui donnait. La suite me surprend. Déjà parce qu’elle est d’accord avec moi ce qui n’est pas si souvent le cas, mais aussi et surtout parce qu’elle se fait aguicheuse et tentatrice. La vile petite nymphette maléfique, qui savait si bien comment me parler. Je la dévisageais un moment, alors que l’envie enflait en moi, comme toujours quand elle se montrait aussi franche et directe. Elle évoquait les choses de l’intimité sans le moindre fard, sans la plus petite retenue. Je savais qu’elle allait bientôt accoucher, aussi partager un moment intime ensemble ne semblait pas indiqué par les mestres. Je savais toutefois que ce n’était pas une mauvaise chose à force d’études, car cela contribuerait à préparer son corps. Mais elle n’évoquait pas le sexe, du moins pas le sien.


| Votre bouche ou vos mains ? Pourquoi pas, comme vous le voudriez, dame. Mais si vous ne savez pas trop bouger, moi je peux. Si vous dessous peuvent être retirés sans la robe qui les recouvre. |




We Light the Way



Spoiler:
 
Manfred Hightower

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Manfred Hightower
Nous Eclairons la Voie
Messages : 740
Membre du mois : 0
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Just breathe... | Manfred    Just breathe... | Manfred  EmptyDim 16 Fév - 12:58

Je sais que ma survie, auprès de cet homme, ne sera pas de tout repos. Que ce soit parce que nous avons des pensées monstrueuses à la fois semblables et différentes, qu’il cache bien mieux que moi, ou parce que, tout simplement, je finirais par ne plus être l’alliée dont il a besoin. Pour l’heure je remplis mes devoirs, mes missions ou que sais-je encore. Mais demain, ce ne sera peut-être plus le cas. Et cette pensée a quelque chose de grisant. Devoir me battre pour mériter cette place auprès de lui est un défi autrement plus intéressant que me contenter d’enfanter et de faire la cruche pour son bon plaisir. Et cette tension est toujours présente entre nous. Agrémentée d’autre chose, que je suis moins prête à accepter. Que ce soit cette attirance que j’ai toujours pour lui ou le fait que j’ai besoin de sa présence, que je le veuille ou non. Il a su s’imposer dans ma vie sans que je m’en rende réellement compte, compensant les absences des uns et des autres. Et se faisant celui que je ne pouvais qu’épouser. Ou tuer. Les deux ne restant pas totalement incompatibles bien évidemment.

Et, quand il reprend, je lève un sourcil. « Douze ? Par tous les dieux, je ne compte pas non plus passer tout mon temps grosse mon cher. Et j’espère bien que vous continuerez de me poursuivre de vos assiduités. Vous êtes suffisamment… efficace en la matière pour que vous accueillir dans mon lit ne soit pas une corvée. Contrairement à d’autres. » Je me fends d’un sourire mutin avant de lever les yeux au ciel. « Il suffit de vouloir jouer avec moi comme si j’étais l’une de vos expériences. Tout ce que j’ai est nécessaire, que ce soit pour enfanter ou pour vous faire des choses qu’une véritable Reine n’oserait pas imaginer. Alors gardez ces menaces pour une autre fois. »

Je soupire tout de même longuement au reste, grimaçant à ce qu’il me raconte. Il a raison, j’en suis bien consciente. Pour autant, cela ne me plaît guère. Cela n’aurait pas dû se passer comme ça. Mais Yoren n’était pas destiné à ceindre la couronne. Même si je ne pouvais guère faire autrement qu’appuyer cette décision, faute de voir le royaume de mon père tomber entre les mains d’un autre, je réalise, avec le recul, que j’aurais probablement dû m’y opposer, que Yoren n’était pas prêt. Et qu’il ne le sera probablement jamais. Quand bien même il en est persuadé. « Je le connais mieux que quiconque oui. Et je ne le reconnais parfois plus. C’est bien ce qui m’inquiète. Je ne veux pas voir mes îles sombrer parce qu’il aura été trop stupide pour reconnaître ses propres limites. » Ce qui ne manquera pas d’arriver. Mais il le sait aussi bien que moi et ressasser encore et encore les mêmes pensées ne m’avancera qu’à m’agacer un peu plus.

Alors, à défaut de m’énerver pour rien, je préfère me concentrer sur quelque chose de bien plus plaisant, que ce soit pour lui ou pour moi. Le sourire que je lui offre quand il me dévisage veut tout dire et je me passe une langue sur les lèvres avant de hausser une épaule. « Les deux ne sont pas incompatibles. Mais j’avoue que je suis curieuse de voir si vous êtes à même de retirer mes dessous et de me montrer ce que vous pouvez me faire de votre côté. Après tout, les Mestres n’ont de cesse de dire que je dois être épanouie et je ne sais plus quelles fadaises du même genre. Et je suis à peu près sûre que vous êtes capable de ce genre de choses. Non ? » Je sais que je ferais rougir bien des donzelles du Bief à parler mais, surtout, à me comporter de la sorte. Je devrais attendre calmement que cet enfant sorte de là et agir comme… une femme. Sauf que mes envies sont décuplées, surtout ces derniers temps. Surtout à le voir me regarder comme ça. Et j’ai surtout envie de m’oublier un instant, de chasser tout ce qui ne manquera pas de nous attendre plus tard. Alors, quoi de mieux que de le chercher de la sorte, sachant que je le trouve sans la moindre difficulté.


Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 242
Membre du mois : 35
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Just breathe... | Manfred    Just breathe... | Manfred  EmptyLun 17 Fév - 21:11

Il n’en a pas fallu beaucoup de la part de la brune pour réveiller quelque chose chez moi. Ce quelque chose d’indicible, de mauvais, que je ne pouvais jamais vraiment repousser pour de bon. Si fort, si insidieux, que je ne pourrais jamais le neutraliser, ni faire en sorte de le museler trop longtemps. Je succombais en me leurrant sur le contrôle que je pourrais avoir à ce sujet. J’avais beau être Roi, général en chef de plusieurs armées et maître de centaines de navires de guerre ou de commerce, je savais mieux que personne à quel point le pouvoir pouvait s’avérer illusoire. Ce n’était que de la poudre aux yeux. Le pouvoir, c’est avant tout l’apparence. Tout contrôler aux yeux de tous, tout faire pour que l’on obéisse à notre volonté, à faire en sorte qu’il n’y a ni doute ni réserve, rien qui contraigne quoi que ce soit. Ma Reine est ma partenaire, mon alliée. Mais pour le meilleur comme pour le pire ; elle ne serait jamais mon égale. Nous étions trop semblables et trop différents. De même forme, quelque part. Mais nous ne pourrons jamais rentrer dans le même moule. Cette différence était comme une tâche, une balafre. Jamais nous ne parviendrons à passer outre. Jamais nous ne réussirons à l’annihiler.


Il nous fallait faire avec.


Et c’était précisément ce qu’elle était en train de faire, cette diable brune. Alors je soutiens son regard, savoure sa force et sa détermination comme autant d’apéritifs aux plaisirs qui seront bientôt les notres. Je joue les jaloux, ce qui réveille en moi la bête qui grogne, qui feule, qui se met en avant pour écraser toute perspective de concurrence. Elle a su me faire perdre pied, maintenant. Elle me possède, Eren. Et elle le sait. Elle sait aussi que je vais venger cette saillie. Dans le sang. Le sien. Le nôtre, mêlé.



| Douze, oui. | Je maintiens mais le ton a changé, s’est fait plus abrupt. | Si vous étiez l’une de mes expériences, ma douce… |


Le coupe-papier sur mon bureau vient dans ma main et frôle sa joue, pour ensuite s’attarder entre les lacets de son corset, tirant doucement dessus, en en faisant craquer un, puis deux.


| Je commencerais par vous faire manger votre propre langue. Elle est trop acérée pour votre propre bien, mon aimée. |


La voix change, gonflée de désir et d’une faim irrépressible. Je craquer un lacet de plus. Tire dessus. Et dévoile la naissance de sa poitrine, gonflée par sa grossesse. Je ne la libère pas, pas encore. Mais la lame émoussée du coupe-papier coure le long de la galbe de ses seins, jusqu’à se placer dessus et pointe en avant, presser doucement contre. La menace est bien réelle. La douleur, pas encore. Je soutiens son regard, laisse passer son frère et son sujet, avant qu’elle ne me tance pour de bon. Je la pousse alors, sans ménagement. La pousse jusqu’à l’asseoir sur le bureau. Utilise la lame pour crever ses jupons, pour les déchirer, mains déjà sur son bassin. Pour la maintenir. Pour la forcer. La lame coupe et déchire encore le tissu. Je dévoile ses jambes. Mes mains possèdent ses genoux, ses cuisses. Je hume son odeur.


| Ce que je peux faire, hein ? |






We Light the Way



Spoiler:
 
Manfred Hightower

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Manfred Hightower
Nous Eclairons la Voie
Messages : 740
Membre du mois : 0
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Just breathe... | Manfred    Just breathe... | Manfred  EmptyLun 24 Fév - 17:15

Je n’ai jamais été du genre à penser à l’avenir, bien trop occupée que j’étais à me soucier du présent, des expéditions en mer, des rapines et autres joyeusetés que j’expérimentais en étant Capitaine de mon navire puis Commandante de la flotte. Je n’avais guère besoin d’y songer puisqu’on le faisait pour moi. Non que je sois quelqu’un qui manque d’ambitions mais, au fond, je faisais confiance à mon père pour faire au mieux. Grossière erreur, j’en conviens tout à fait. Et la désillusion m’a permis de cerner ce que je voulais, ce qu’il me fallait pour être sereine.

Et, depuis que j’ai épousé Manfred, cela n’a fait que s’accentuer. Car même si nous finirons par nous entre-dévorer, je sais également qu’il a conscience de mes envies. Il sait que je veux récupérer mes îles, même si je dois encore attendre le moment propice. Joren ne savait pas les gérer, Yoren est… ce qu’il est. Et je ne le vois pas à la tête des îles de fer. Pour être honnête, son obsession à vouloir préserver le Conflans m’a fait perdre cette confiance que je pouvais avoir en ses capacités malheureusement.

Alors j’attends mon heure, bien décidée à ne rien laisser entre les mains de Beron si ce maudit garçon finit par réapparaitre un jour. J’effleure l’arrondi de mon ventre, songeant à cet héritage que je souhaite laisser, à ce pan de ma vie qui doit intriguer tout autant que déranger Manfred. Ce côté barbare que j’ai jusqu’au bout des ongles qui fait battre mon cœur tout autant que mon sang. Et il le sait.

D’ici là, nous devons trouver comment œuvrer au mieux, je dois faire ce qu’il faut pour être la Reine dont il a besoin, même si je n’en ai pas vraiment envie. Parce qu’il saura me faire porter la couronne qui m’intéresse vraiment pas une autre, toute aussi fleurie soit-elle. J’ai probablement hérité de l’allié le plus redoutable, dans tous les sens du terme.

Et, malgré le fait que je sois à quelques semaines de mettre son enfant au monde, il continue de me regarder avec ce désir qui m’arrache toujours un frisson. Je ne sais toujours pas vraiment s’il veut ma mort ou son plaisir, les deux n’étant pas incompatibles le concernant. Pourtant, je me fais toujours aussi bravache. Parce que je sais qu’il aime ça tout autant que le reste. Mon sourire se fait mutin quand je réalise que son ton de voix a changé. Impossible de ne pas s’en rendre compte, surtout que je commence à bien le connaître. « Vous n’aurez pas ma mort. Pas de cette façon en tout cas. Et je ne suis pas une expérience. C’est ce qui vous plait mon cher. »

J’ai tout de même un sursaut quand il fait craquer les lacets de mon corset, soupirant d’aise quand je suis libérée. « Moi qui pensais que ce serait la dernière chose que vous m’arracheriez, ne serait-ce que pour m’entendre vous invectiver aussi longtemps que possible… » Je déglutis alors que l’heure n’est plus vraiment à la discussion et qu’une fois de plus, je me retrouve être cette proie que je ne supporte pas d’être en temps normal. Et pourtant je me laisse faire, mon regard ancré dans le sien, alors qu’un nouveau sourire nait sur mes lèvres quand je vois le traitement qu’il réserve à mes jupons. « Et après, on se demande pourquoi les servantes chuchotent dans notre dos. » En parlant de dos, mes doigts glissent sur le sien, mes ongles se faisant des serres à mesure qu’il en termine avec mes vêtements. « Ce que tu peux faire oui. Et pas demain. Evidemment. »



Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 242
Membre du mois : 35
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Just breathe... | Manfred    Just breathe... | Manfred  EmptyMer 4 Mar - 17:10

Sans doute serions-nous un jour punis par les dieux pour tout ce mal auquel nous présidions pour nos intérêts premiers. Peut être… Ou peut être pas. Nous serons simplement les deux amants du septième cercle des enfers, ceux qui se jouaient continuellement du destin des autres et qui n’allaient certainement pas se perdre en chemin ; il n’en était pas question. Dorénavant nous étions liés. Et pas que pour cet enfant qu’elle portait en elle, et qui bientôt verrait le jour. Nous avions pu plonger dans l’âme l’un de l’autre, et sans en être ressortis indemnes nous avions pu continuer ensemble sans que le désir de s’écharper ne soit trop prégnant, trop irrépressible. Cela ne voulait pas dire que tout se finirait bien pour nous. Loin de là. Mais cela ne signifiait pas non plus que nous n’étions pas capables de travailler l’un avec l’autre. Même enceinte jusqu’au cou, Eren Hightower faisait honneur à son nouveau patronyme, même si pour se faire elle n’était pas sans défriser la mémoire de la quasi-totalité de mes ancêtres. Elle n’était pas du genre à bien porter les robes, à faire attention à ce qu’elle mettait, ni aux couleurs de maquillage qui seraient les siennes. Elle s’en fichait.


Moi aussi.


J’avais plus besoin de son cerveau que de son sourire.


J’avais conscience toutefois que je devais me réfréner, comme en cet instant. Un jour, peut être, aurais je le privilège de la peler vive, de savoir vraiment, pour de bon, ce qu’elle avait en son for intérieur. Mais ce jour-là devrait attendre, c’était obligatoire maintenant. Elle était nubile et elle devait renouveler mon sang vicié depuis des années par les potions des mestres. Il n’en restait pas moins qu’il n’y avait pas que pour cela que j’avais besoin d’elle. Je nie alors l’évidence qu’elle cherche à me placer sous le nez.



| Bien sûr que si, vous en êtes une. La mienne. Et sans aucun doute la plus exigeante que j’ai jamais organisée en tant que scientifique. Mais je ne désespère pas de percer vos secrets et de les sortir à la lumière du jour. Mais chaque chose en son temps. |


Je ne souris pas en entendant ses piques et ses saillies, quand elle m’explique et qu’elle exige. Les mains pleines des froufrous d’une robe trop large désormais en lambeaux, je ne me prive pas de la vue qu’offre son corps à demi révélé, et de la courbe de sa mâchoire que je rêve de mordre, de lacérer, d’embrasser, alors que le désir ne monte que bien trop brusquement désormais.


| Serais-tu en train de me commander ? |






We Light the Way



Spoiler:
 
Manfred Hightower

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Manfred Hightower
Nous Eclairons la Voie
Messages : 740
Membre du mois : 0
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Just breathe... | Manfred    Just breathe... | Manfred  EmptyJeu 2 Avr - 16:47

Cette monstruosité, à la fois si semblable et si différente, que nous partageons tous les deux, finira par nous tuer, j’en suis bien consciente. Et je me demande à quel point l’enfant que je vais mettre au monde sera comme nous. D’autant qu’une part de moi me souffle que ce ne sera pas une si mauvaise chose. Après tout, il faut au moins cela pour être à même de se défendre dans le monde. Pour ne pas se faire dévorer par lui.

Je sais que, plus le temps passera, plus nous friserons l’auto-destruction. Jusqu’à un point de non-retour que personne ne nous enlèvera. Quitte à mourir avant l’heure, autant que ce soit de la main de l’homme pour qui j’ai le plus de respect non ? Et pour qui j’ai réussi à éprouver autre chose que du dédain.

Mais tout de même, je n’aime pas qu’il puisse penser que je suis une proie facile ou, pire encore, que je suis sa chose, acquise sans qu’il ait à faire d’effort. Chaque rapport que nous avons, qu’il soit verbal ou physique, doit être une épreuve de force pour lui. Qu’il a réussi jusque-là, fort heureusement. Même si cela m’oblige à mettre parfois la barre un peu plus haut. En tout cas, aujourd’hui, il a réussi l’exploit de me faire oublier toute l’animosité que j’ai à l’attention de mon neveu, de mon frère, de la terre entière. A dire vrai, j’oublie tout ce qui n’est pas ce petit jeu qui commence à se mettre en route, désireuse de ne plus laisser la morosité prendre le pas sur le reste.

Je lève un sourcil quand il réplique que je suis son expérience, avant de souffler, à mi-voix. « Et qu’avez-vous envie de savoir que vous ignoriez encore ? » Il en sait probablement plus sur moi que moi-même actuellement. « Et vous ne pensez pas que certaines choses doivent rester tapies dans l’ombre ? » Que ce soit ses démons ou les miens. Peu importe. Tant que nous passons pour un couple royal des plus respectables. Et un sourire mutin se dessine sur mes lèvres à sa question. « Evidemment. C’est un problème ? »



Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 242
Membre du mois : 35
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Just breathe... | Manfred    Just breathe... | Manfred  Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Just breathe... | Manfred
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Le Bief :: Hautjardin-
Sauter vers: