Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-25%
Le deal à ne pas rater :
APPLE Écouteurs sans fil AirPods 2
135 € 179 €
Voir le deal

Complicité assumée [Tour VII - Terminé]
MessageSujet: Complicité assumée [Tour VII - Terminé]   Complicité assumée [Tour VII - Terminé] EmptyDim 22 Sep - 16:03



Complicité assumée Mahée & Rowenna
Bientôt Accalmie va résonner des pas du retour d’Argella. L’enfant chérie revient faire escale dans les murs de la demeure familiale. En tant que Reine-Mère, il m’incombe de veiller à la bonne marche des lieux. Certes je n’ai qu’à ordonner pour que de nombreuses petites mains satisfassent mes demandes. Argella sera la première arrivée d’une longue suite d’autres… et pas des moindres. Torrhen Braenaryon et sa diligence impériale. A ce jour, je n’ai prononcé aucune allégeance envers l’Empire. Je prône encore la neutralité pour la simple et bonne raison que je ne pense qu’aux intérêts de l’Orage et de ce grand territoire que je souhaitais pouvoir léguer à Argella.

Je ne retiens pas ce soupir qui filtre entre mes lèvres quand je remue ces lointains souhaits pour l’Orage. Tout cela me semble bien compromis maintenant que l’Empire s’invite chez moi. Je dois bien reconnaitre que l’arrogance bieffoise se fait plus mordante au-delà de nos frontières…un peu d’aide extérieur ne sera pas inutile. Après tout Argella a probablement raison, il faudra bien que je me range du coté de ce Braenaryon un jour ou l’autre.  

– Tu peux déposer cela sur la terrasse Mahée, j’ai envie de sentir ce soleil timide sur mon visage.

Je me tourne sur elle, une esquisse de sourire au coin des lèvres avant de l’inviter à se diriger vers la terrasse baignant dans un calme bien paisible. Le calme avant la tempête…avant que les troupes ne reviennent.

– Dis-moi, Mahée, qu’est-ce qui te manque le plus ? Le soleil ? Les conseils maternels ? Une fille a toujours besoin de sa mère, non ? Je ne saurais dire si Argella écouteraient encore les miens…

Je fais taire mes états d’âme. Je ne devrais pas en faire part même si Mahée occupe une place particulière auprès de moi. Lui accorderais-je plus de privilèges qu’une simple Dame de compagnie ? C’est fort possible puisqu’elle devrait probablement restée captive de nos geôles. Cependant je n’ai pu m’y résoudre quand j’ai compris qu’elle était la fille d’une amie de longue date. Je ne pourrais dire si ma propre fille approuvera mon choix mais mon cœur de mère n’a pas se détourner de cette jeune femme. J’ose espérer qu’une situation inverse où ma fille serait captive, elle serait tout aussi bien traitée que je le fais pour Mahée.

– Même si toute cette agitation future, avec l’arrivée des uns et des autres, cela nous fera retrouver un peu de vie à Accalmie et nous changera des orageois… seront-ils aussi séduisants ? Allons tu n’images quand même pas que je détourne le regard lorsque je croise ce qui mérite d’être regardé. Je ris. Ne me dit pas que tu le fais… j’aurais du mal à croire qu’une dornienne puisse être prude.

Je suis veuve, pas morte et encore plusieurs années à profiter des plaisirs qui me restent avant qu’une guerre ne les emporte à jamais.

– Je me doute que l’heure n’est pas aux festivités mais je ne m’en priverai pas. Banquet, musique et danse après tout je dois bien faire honneur à notre invité imposé. Torrhen Braenaryon. L’as-tu déjà rencontré ?  


:copyright:️ Justayne
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Complicité assumée [Tour VII - Terminé]   Complicité assumée [Tour VII - Terminé] EmptyLun 23 Sep - 18:10


Toutes proportions gardées, Mahée devait reconnaître que sa situation était loin d’être aussi catastrophique qu’elle aurait pu le sembler de prime abord… Si elle devait admettre à voix haute qu’elle était otage de guerre, ça lui semblerait des plus saugrenus. Et pourtant… Jusqu’à présent, la reine-mère des Terres de l’Orage s’était montrée particulièrement affable, d’une grande générosité et lui avait témoigné plus de bienveillance qu’elle n’aurait jamais osé l’espérer… Elle lui accorde sa confiance au point de lui permettre, depuis peu, une correspondance avec sa mère qui ne fasse pas l’objet de sa surveillance. Bien sûr, ça n’empêche pas Mahée de crypter ses écrits, au cas où le mestre de sa maison viendrait à revoir sa loyauté ou que son corbeau soit abattu, mais bien sûr, cette attention est loin de la laisser indifférente. Alors, à sa façon, elle rend ce qu’elle peut à son hôte, amie de sa mère, la dorlotant comme elle prendrait plaisir à dorloter la sienne. Après tout, Rowenna n’en mérite pas moins. Prenant une corbeille de fruits, elle s’en vient la déposer sur une table, plus proche de la suzeraine-mère, quand celle-ci l’interrompt dans son geste, lui faisant savoir qu’elle préférerait profiter de l’encas sous la timidité diurne. Docile, la jeune dornienne s’exécute, un fin sourire aimable étirant ses lippes charnues.

Tout en posant la coupe sur la table extérieure, Mahée prête l’oreille aux questionnements, d’avantage internes que cherchant réellement une réponse, comprend-elle, de Rowenna. Ce qui lui manque le plus de Dorne ? Son fils, d’abord. Sa mère, ses frères et sa sœur ensuite. Et enfin, le soleil. Quand on sait à quel point la dornienne aime la chaleur, c’est dire à quel point sa famille peut lui manquer. Cela étant, ces lieux communs ont moins d’intérêt que la détresse de son hôte, manifestement en pleine remise en question. Après avoir pris le temps de réfléchir une minute ou deux, elle tente de lui répondre, sa langue encore pleine de l’accent de Dorne. « D’expérience, les filles finissent toujours par apprendre les leçons des mères… Qu’elles les écoutent ou non. Un fils vous donnerait bien plus de souci, car eux apprennent rarement. » Comme le lui a toujours dit sa mère, Le seul endroit où tu peux changer un homme, c’est au berceau. « J’ai entendu dire que votre fille était très impétueuse. Je ne doute pas qu’elle soit aussi brillante. Faites-lui confiance. Ça peut prendre du temps, mais je suis certaine qu’elle sera à même d’apprécier votre sagesse à sa juste valeur. » Et, même si ça peut sembler uniquement flatteur, Mahée est convaincue, sincère, de ce qu’elle avance. De tous les conseils qu’on peut recevoir dans la vie, selon elle, les maternels sont les plus inestimables, et les plus avisés, car ce sont les femmes qui subissent le plus les sournoiseries d’un monde dominé par les hommes.

Rejoignant la Lady près du garde-fou de la terrasse surplombant la falaise au bas de laquelle la mer venait se fracasser, régalant les oreilles des deux femmes de la mélodie de son ressac, Mahée, pour une fois, profite de l’air marin. Il n’y a pas la mer à Gracedieu, mais des jardins flottants. C’est très différent. Les réflexions de la part de Rowenna concernant le bal à venir la font rire. « Certes non ! » Elle commence par répondre, quand la Lady suggère qu’elle détourne le regard face aux beautés de la nature. « Et j’espère bien que vous non plus ! Cela me ferait beaucoup de peine pour vous, en vérité, que vous ayez fermé votre cœur aux charmes qui font de Dorne sa renommée… Cela étant, je ne puis malheureusement pas vous renseigner quant à la beauté des éphèbes à venir… Je ne peux qu’espérer qu’ils le soient ! » A nouveau, elle rit, montrant bien qu’en ce qui la concerne, ce sujet est loin d’être tabou et que, si on lui en donne l’opportunité, l’occasion, elle ne se privera absolument pas.

La suite de la discussion, cependant, est un peu moins légère. La gestion des finances, les frais engendrés par une réception de cette envergure est un sujet sensible. Mahée s’est longtemps demandé, d’ailleurs, comment Dorne comptait payer deux mariages royaux, voulus particulièrement dispendieux, en même temps… Mais c’est un sujet qu’elle n’a pas encore osé aborder avec Rowenna, compte-tenu de la répudiation récente de sa fille vis-à-vis du prince Martell. Cela étant, elle finit par hocher la tête en signe d’assentiment. « Oui, une fois, à l’occasion du Conclave de Goeville. Il a déchiré ma robe et m’a aspergé d’hydromel. Il s’est excusé bien sûr, mais ça ne l’a pas empêché d’en rire avec ses hommes… » Elle hausse les épaules avec indifférence. « Cette rencontre a été trop brève, et trop éloignée du protocole pour que je puisse m’en faire un avis… Et vous, l’avez-vous déjà rencontré, lui ou encore son épouse ? » La belle Rhaenys, aux cheveux argentés… Une femme magnifique, que Mahée aimerait connaître assez pour pouvoir en dire d’avantage…



   
I'll ride the Storm
I'll put my armor on and show you how strong I am. I'll put my armor on and I'll show you that I am unbroken, unstoppable.
Mahée Allyrion

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Mahée Allyrion
L'Etoile du Matin
Messages : 1741
Membre du mois : 12
Célébrité : Adria Arjona
Maison : Allyrion
Caractère : ▪▪ Intransigeante ▪▪ Perspicace ▪▪ Loyale ▪▪ Vindicative ▪▪ Généreuse ▪▪ Rancunière ▪▪
L'Etoile du Matin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Complicité assumée [Tour VII - Terminé]   Complicité assumée [Tour VII - Terminé] EmptySam 28 Sep - 15:40



Complicité assumée Mahée & Rowenna
Il ne me faut que quelques pas pour me rendre sur la terrasse suivant de peu de Mahée. J’aime cet endroit à l’abris des brises marines sans nous priver du spectacle maritime. Le soleil s’y invite toujours lorsqu’il parvient à pourfendre le ciel nuageux de ces derniers jours. Timide, certes mais tellement agréable. Une fois assise, j’en apprécie les doux rayons sur mon visage. Mon teint n’a jamais été très pâles, sans doute mes origines en sont-elles responsables, de toute manière je ne la recherche pas particulièrement.

Ces quelques secondes solaires me rendent presque nostalgiques ou est-ce la présence de Mahée qui me rappelle que ma propre fille, mon unique enfant, est loin à prendre tous les risques d’un fils… Je me demande pourquoi je n’ai pas pu donner de fils à Argillac, ce n’est pas faute d’avoir pratiqué.

Mahée me fait sourire. Il est vrai que les fils – les hommes - ne sont pas toujours attentifs aux conseils quand il s’agit de prêter l’oreille à une femme, qu’elle soit maternelle, amante ou pas.

– Je vais te faire une confidence Mahée. Je suis persuadée que notre monde tournerait bien plus paisiblement si les femmes étaient toutes au pouvoir pendant que les hommes ne seraient relégués qu’au rôle d’étalon et aux travaux des champs. Mhm cependant c’est peut-être excessif… J’en ris. Mais j’aime l’idée d’une société matriarcale. Après tout nous n’en sommes pas loin si nous y réfléchissons bien quelques têtes couronnées sont féminines… Argella en est un bel exemple.  

Suis-je naïve de croire en l’optimisme de Mahée la concernant ? En tout cas, je lui offre un sourire bienveillant pour ses paroles.

– Nous avons beaucoup à nous dire elle et moi mais encore faut-il qu’elle n’oublie pas que mes actions ne sont inspirées que dans un unique but : la grandeur de l’Orage.

Me détachant de la rambarde pour aller m’asseoir, je l’invite à prendre place également à mes côtés. Ma main légère survole la corbeille de fruits avant de plonger sur une grappe de raisins noirs. L’arrivée prochaine de ma fille et de son allié me fait aborder un discours plus léger même si l’ombre de la guerre n’est pas loin, il faudra bien recevoir comme il se doit ce Braenaryon. Des festivités ne peuvent qu’être appréciées, non ?

L’idée d’un peu de sang neuf dans ce palais me réjouit autant que le retour de ma fille. Mon regard scintille d’un éclat sans équivoque, qui pourrait à lui seul répondre à Mahée sur mes résolutions.

– Disons que je n’ai pas encore renoncé à certains plaisirs bien que je n’en trouve pas toujours une grande satisfaction…. A croire qu’il n’existe qu’une minorité d’hommes qui sache se servir de ce la nature leur a placé entre les jambes. Je n’ai pas à rougir d’aimer les plaisirs d’alcôve. Croisons les doigts pour que notre invité traine à sa suite de beaux et conquérants éphèbes… pour ne pas dire vigoureux.

Je rejoins Mahée dans le rire. Cela fait tellement du bien d’évoquer des sujets aussi légers. Ma main vient caresser la joue de Mahée. Un geste maternel comme j’aimerai pouvoir le faire avec ma fille.

– J’ai eu vent du retour prochain aussi de quelques orageois en provenance d’Essos, nous aurons peut-être de quoi de nous réjouir avec des présents en attendant ce bal…

Le récit de Mahée sur sa rencontre avec ce Torrhen m’en fait le portrait d’un rustre sans éducation. Toutefois je m’interroge sur ce qui l’a poussé à agir ainsi.

– Lui avais-tu donné une raison pour qu’il te traite comme si tu n’étais qu’une…catin ? Cela n’encourage pas à la neutralité face à un tel comportement. Je secoue négativement la tête concernant son épouse. Elle, non. Lui c’est autre chose…disons que nous avons eu il y a longtemps un différent. Argillac a refusé que notre fille soit unie au Nord… Je me réjouis un peu plus. Je pense que ce bal pourrait être bien plus animé qu’on l’imagine.


:copyright:️ Justayne
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Complicité assumée [Tour VII - Terminé]   Complicité assumée [Tour VII - Terminé] EmptyMar 1 Oct - 17:51


C’est sûr, les Terres de l’Orage ne sont pas Dorne, et Dorne lui manque cruellement. Outre le climat, Mahée est loin de chez elle, loin de sa famille, loin de son fils, loin de sa maison qu’elle gère à demi, devant se reposer sur une mère déjà habituée à la tâche par son père… Ce n’est pas normal. A la mort de son père, elle est sensée avoir repris les rênes et être en mesure d’épargner cette charge, ce souci, à sa mère. Mais non. A la place, elle est prisonnière de l’orage. Une cage dorée, certes. Une cage rendue particulièrement agréable par ma maîtresse des lieux, certes. Mais une cage tout de même. Sa nostalgie, Mahée la garde pour elle. Elle ne sait dire si les attentions de Rowenna sont sincères, mais autant qu’elle puisse en juger, elles le semblent et de ça, elle lui est infiniment reconnaissante. La reine-mère la traite plus que bien. De tous les endroits où elle aurait pu être captive, les Dieux ont été particulièrement cléments de lui faire finir sa route à Accalmie. Elle doute sincèrement qu’elle aurait aussi bien reçue dans le Bief… Aussi, c’est sans pénibilité ni faux semblants qu’elle joue le rôle de Dame de Compagnie de la reine de l’Orage, un honneur que Deria Martell n’a jamais jugé bon de lui accorder… Alors que si l’idée de servir autre chose que le peuple de Dorne, ses vassaux, lui a toujours fait horreur, elle trouve pourtant une certaine satisfaction à prendre soin de celle qu’elle voit comme une mère dont l’enfant lui manque, portrait dont elle pourrait parer sa propre mère… Rowenna, en vérité, ne lui fait pas penser à sa mère, car beaucoup trop disponible, mais plutôt à une tante bienveillante… Et ça adoucit plus qu’elle ne saurait le dire l’amertume de la captivité.

Discuter avec la reine-mère est toujours stimulant. Il n’y a qu’elle, à sa connaissance, pour évoquer la possibilité d’une société matriarcale, idée qui fait sourire Mahée, même si elle ne partage pas son opinion. Selon elle, baser des critères de sélection sur un genre ferme trop de possibles. Elle préfère faire ses choix au mérite, indépendamment du sexe. Mais peut-être que dans quelques années, alors lasse que sa voix soit ignorée des oreilles des hommes, elle en vienne à penser de la sorte. C’est très probable, du reste. Quant à sa mention d’Argella, c’est tout naturellement que le visage de Deria s’impose à son esprit, et, si elle ignore comment se débrouille l’orageoise jusqu’ici, elle peut, pour sa part, affirmer que les décisions de Deria lui ont semblé tout sauf sensées… Mais, là encore, elle garde ses réflexions pour elle-même, n’étant pas encore certaine de pouvoir s’ouvrir, prononcer de telles paroles sans risquer de tomber sous le coup de la trahison.

« Pourquoi douterait-elle de vos intentions ? » Elle demande, plus curieuse que réellement naïve, puisque n’étant pas au fait des derniers incidents ayant survenu sur les Terres de l’Orage, à l’exception de la rupture de mariage entre Argella et Roward, en rejoignant, invitée par elle, Rowenna, s’asseyant à son tour à son côté. La reine-mère prenant quelques raisins, Mahée l’imite, mais se saisit, pour sa part, d’une fraise dont le rouge crie son nom. La bouche pleine, elle ne peut pourtant que rire, cachant ses lippes derrière sa main, en entendant les propos de la reine concernant le manque de savoir faire des amants. « Les orageois sont-ils donc si mauvais que cela ? Vos paroles sont un peu effrayantes ! Renvoyez-moi à Dorne par le premier cargo, par pitié ! » Rentrant dans le jeu de Rowenna, Mahée plaisante, et se laisse attendrir par le geste affectueux que lui dispense l’amie de sa mère. Elle ne pense pas en mériter tant, mais le recevoir lui fait plaisir.

« Quel genre de présent aimeriez-vous recevoir ? » Elle demande à nouveau, toujours curieuse quant aux aspirations que pourrait avoir Rowenna. Elle-même, n’ayant pas d’autre ambition personnelle que de parvenir à trouver une solution pour Dorne, elle doute qu’aucun cadeau ne puisse la satisfaire… A l’exception, folle, d’une armée qui bouterait hors de la principauté ces maudits bieffois… Face à une telle offrande, elle serait sans doute capable de toutes les folies. Prenant une nouvelle fraise dans laquelle elle croque à belles dents, elle hoche aussi la tête en signe de négation à la question de Rowenna concernant sa rencontre passée avec le nouvel empereur. « Non, bien sûr, mais ça n’était pas intentionnel, vous savez. Je suis passée un peu trop près des nordiens qui faisaient déjà la fête depuis un moment. Son pied accroché ma robe et l’a déchirée. Il a manqué de trébucher à son tour et le contenu de sa corne s’est vidé sur moi. » Elle hausse les épaules. « L’alcool rend inconséquent. Ce n’est pas le premier, ni le dernier des hommes à se laisser avoir par ses effets. Il s’est excusé, ça a été suffisant pour moi. Beaucoup d’hommes, même sobres, ne l’auraient pas fait et se seraient contentés de me blâmer pour ma bêtise, en plus de se moquer. » En tous cas, selon elle. « Votre défunt mari a-t-il partagé avec vous les raisons qui l’ont fait refuser cette alliance ? » De nouveau, si elle peut donner l’air de fouiner, Mahée se contente simplement d’essayer de mieux comprendre les rouages de l’Orage et de la famille qui se trouve à sa tête. Bien sûr, elle acceptera sans mal qu’aucune de ses questions ne trouve de réponse, et que les deux femmes se contentent d’échanger sur des sujets plus triviaux, qui prêtent moins à conséquence. Pour autant, il déplairait à Mahée de laisser penser à son hôte qu’elle se désintéresse d’elle, et des choses qui lui tiennent à cœur… Autant qu’il lui serait désagréable qu’elle la soupçonne d’espionnage !



   
I'll ride the Storm
I'll put my armor on and show you how strong I am. I'll put my armor on and I'll show you that I am unbroken, unstoppable.
Mahée Allyrion

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Mahée Allyrion
L'Etoile du Matin
Messages : 1741
Membre du mois : 12
Célébrité : Adria Arjona
Maison : Allyrion
Caractère : ▪▪ Intransigeante ▪▪ Perspicace ▪▪ Loyale ▪▪ Vindicative ▪▪ Généreuse ▪▪ Rancunière ▪▪
L'Etoile du Matin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Complicité assumée [Tour VII - Terminé]   Complicité assumée [Tour VII - Terminé] EmptyDim 6 Oct - 18:34



Complicité assumée Mahée & Rowenna
Pourquoi… Je crois que si un mot devait remporter la première place dans son utilisation pour écrire l’histoire de notre monde, celui-ci serait très certainement en première place, voir dans les cinq premières. Personne ne peut se targuer de ne jamais l’avoir utilisé, même en pensée. Le doute, les interrogations sont le propre de l’homme, cela se confirme dès le plus jeune âge quand l’esprit commence à se modeler. Les premiers mots, les premières questions : et pourquoi si ? Et pourquoi cela ?... vous comprendrez à présent que ce mot tient la tête de liste.

Cependant que puis-je répondre à Mahée… Que j’ai failli à mon devoir de Reine en favorisant ce mariage avec Dorne… Que je n’y ai vu que la grandeur de l’Orage…

– Disons qu’il est parfois difficile même pour une Reine de voir qu’elle fait erreur. Cette réflexion s’adresse davantage à moi qu’à Argella. Mes tords je ne les avouerai qu’à ma fille si elle m’en donne l’occasion, peut-être comprendra-t-elle que je n’ai songé qu’à son bien par cette alliance avec Dorne. Tout cela pour quoi au final ?... rien en plus d’une discorde mère-fille. Peut-être une confidence inattendue mais elle marque la confiance que je place peu à peu en Mahée. De mon vivant, je ferai toujours ce qui est nécessaire pour aider au rayonnement de ma fille.

Et si cela doit passer par divers tractations ou complots, je n’hésiterai pas une seconde comme je l’ai déjà fait par le passé…mhm cependant, il est peut-être temps de déléguer certaines tâches à plus tentant. Même si je conserve les attraits de ma beauté, le temps fait son œuvre malgré tout. Mon regard se porte sur Mahée. Dornienne loyale à ses racines mais qu’en est-il de sa loyauté envers moi. Moi qui la traite comme une mère avant la Reine Mère. Certes j’avoue que mon amitié sincère pour sa véritable mère, l’a sans doute sauvée d’une piètre fin. Je ne souhaite pas qu’elle s’en sente redevable pour cette unique raison mais qu’elle finisse par percevoir sa chance et ce qu’elle va pouvoir gagner à mes côtés.

Ce raisin est parfait, lui aussi me rendrait presque nostalgique des temps où Argilac et moi n’avions pas encore égratigné nos vœux de fidélités devant les Dieux. Ces temps où nous passions plus de temps dans notre chambre à nous enivrer les sens d’amour et de vin. Nous nous sommes aimés autant que nous nous sommes déchirés. Ma fille a été ma plus grande réussite… je tairais en mon cœur mes déceptions car une mère ne doit jamais être un frein à l’ambition de son enfant quoiqu’il en ressorte. Mais saurais-je toujours tenir ce discours si je vois qu’elle se fourvoie…  

Le rire de Mahée est entrainant. Notre conversation se fait plus triviale ce qui n’est pas pour me déplaire. Je n’ai pas renoncé à croquer la vie surtout quand elle se présente sous les traits fougueux d’un Capitaine ou d’un vaillant exilé comme cet orageois qui a retrouvé le chemin de la capitale.

– Je dois probablement devenir plus exigeante avec l’expérience… Je lui adresse un large sourire. ou je perds peut-être la main… les orageois sont de très bons amants, seulement je n’ai pas eu le plaisir de voir si d’autres bras sont tout aussi plaisants.

Je m’appuie dans mon siège, croquant sur un raisin avant de l’avaler.

– Parle-moi du père de ton enfant… te rendait-il heureuse ? Je dois savoir si Mahée est ouverte sur n’importe quel sujet. Etait-il bon amant … ? Un mariage arrangé ? Quel mariage ne l’est pas à part chez les petites gens …et encore même là, je ne l’affirmerai pas. Peut-être vais-je te choquer mais si tragique soit la guerre, elle traine avec elle un tel besoin aux hommes de se prouver qu’ils sont encore vivants, que lorsqu’ils en réchappent, leur retour dans le lit conjugal est tout aussi intense…. Enfin pour peu qu’ils ne s’avinent pas à l’excès pour finir par s’écrouler avant même d’avoir eu le temps de quoique ce soit.

J’éclate de rire. Oui ça sent le vécu.

Quelle sorte de présent venant d’Essos pourrait me plaire ?  La question ne manque d’intérêt puisque je possède déjà beaucoup même si nos ressources financières ne sont pas inépuisables avec cette nouvelle guerre, je ne sais pas si je m’émerveillerai devant des coffres remplis d’or. Enfin si mais…

– Une alliance si Essos n’avait pas ces propres rêves de conquêtes… je rêve de la soumission du Bief. Et toi qu’aimerais-tu comme présent ?

Un rêve qui finira par aboutir sinon à quoi servirait l’allégeance d’Argella envers l’Empire… à part m’irriter. Je sais qu’elle a raison mais de là à me l’avouer pour le moment, c’est une autre paire de manches.

– Les nordiens… J’en soupire blasée de leurs excès qui me sont relatés. Un brin envieuse de leur essor aussi. Souhaitons qu’ils aient la même courtoisie dans leur comportement quand le vin leur aura brouillé l’esprit. Je suis rassurée qu’il n’ait pas tenté de t’en réclamer davantage ainsi tu n’auras rien pas d’apriori l’approcher si je devais t’envoyer à lui. J’insiste sur ce point, appuyant le timbre de ma voix pour souligner mon intention de me servir d’elle. Feras-tu cela pour moi, Mahée ? J’aimerai connaitre ses faiblesses.

J’ai quelque peu détourné la vérité sur cette union qui n’a pas eu lieu ou disons plutôt que j’ai tu mon implication. Toute l’entière responsabilité m’en revient… alors pour établir un lien de confiance, je me dois de la rétablir cette vérité.

- …Il n’est en rien responsable de ce refus. J’en suis responsable car je pouvais me résoudre à tourner le dos à Dorne. L’Orage et Dorne unis par ce mariage… enfin tout cela est à présent mort…je crains fort d’en récolter les fruits quand mes pas vont croiser les nordiens.

Plus sérieusement, je me penche vers elle.

– Quelles sont tes connaissances en matière de potions…non poisons ? Le poison est la meilleure arme qu’une femme puisse avoir quand elle ne sait pas magner l’épée à l’égal d’un homme…

Je vais faire d’elle une arme à mon service.

:copyright:️ Justayne


Dernière édition par Rowenna Durrandon le Lun 7 Oct - 19:21, édité 1 fois
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Complicité assumée [Tour VII - Terminé]   Complicité assumée [Tour VII - Terminé] EmptyLun 7 Oct - 18:31


A la réponse de Rowenna concernant le pourquoi Argella pourrait lui tenir rigueur de son comportement, Mahée lance à la souveraine un regard circonspect, peu convaincu. Admettre un échec n’est facile pour personne, indépendamment du rang dans la société. Pris à défaut, l’égo des gens agit souvent comme moteur de retraite, et met ceux qui lui sont soumis sur la défensive… Cela étant, il est vrai que les conséquences sont plus tragiques lorsqu’un monarque se trompe, de par sa responsabilité envers ses vassaux, qu’un éleveur de cochons. Encore que… De ce fait, admettre qu’on a fait une erreur, quand on est suzerain, demande beaucoup de courage et de foi, car les vassaux sont rarement complaisants… Elle peut se prendre, pour illustrer ses pensées, comme exemple en la matière, même si de son optique, Deria, sa suzeraine, n’a pas commis qu’un seul impair pour que la vassale qu’elle est en vienne à se demander si elle allait lui tourner le dos. Dans le cas de Rowenna, les choses sont encore différentes dans le sens où sa reine est également sa fille… L’amour d’une mère prévaut sur tous les autres. Elle est bien placée pour le savoir, aussi, s’il y a bien une chose dans laquelle elle est certaine de pouvoir croire la souveraine, c’est lorsqu’elle parle de ses intentions, des actions entreprises pour la grandeur de l’Orage, et par conséquent, de sa fille. Sentant bien qu’elle ne souhaite pas s’appesantir d’avantage sur le sujet, puisque dans le cas contraire, elle lui en aurait parlé sans détour avec cette franchise que la dornienne se prend à apprécier plus qu’elle ne saurait le dire, Mahée décide de laisser ce point de la conversation se perdre. Si d’aventure la reine mère en venait à vouloir lui en parler, elle le ferait, quand elle serait prête.

Un sujet en entraînant un autre, leur discussion prend un tour plus libidineux alors qu’elles commencent à échanger, effleurer, le sujet de leurs expériences respectives. Directe dans ses propos concernant les siennes, Rowenna l’est tout autant, sinon plus, dans ses questions concernant celles de Mahée, qui, loin d’en rougir, pousse un discret soupir, avant de reprendre une nouvelle fraise. Elle pourrait refuser de répondre aux indiscrétions de la reine mère, mais elle n’en a pas envie. Quelque part, la jeune dornienne fait confiance à cette femme charismatique de laquelle elle célèbre d’un regard plein de tendresse la beauté et la force. Une source d’inspiration, voilà ce que c’est, au quotidien, la reine mère de l’Orage pour sa jeune captive. Aussi, quelque part, en acceptant de lui confier son expérience, elle cherche un peu de son approbation. Le sourire qu’elle lui lance, en réponse sur son commentaire concernant la guerre, sensée éveiller la passion, en dit déjà long sur ce qu’elle s’apprête à lui expliquer. « Ydriss n’était pas un homme mauvais, et puisqu’il était lysien, j’ai eu la chance qu’il ne soit pas misogyne. Lui et moi n’avons jamais été concurrents pour l’exercice du pouvoir, et je lui en étais très reconnaissante. Il avait d’autres centres d’intérêt. C’était un esthète, et un épicurien. Nous avions peu de choses en commun, pour être tout à fait honnête… » Si, comme chacun, Mahée aime l’art et les plaisirs de la vie, la place qu’elle leur accorde dans sa vie est très différente de celle que leur accordait son défunt mari. « Les mœurs de Dorne nous ont permis d’avoir un mariage sain, à défaut d’être passionné. Je ne peux pas dire qu’il me rendait heureuse, mais je lui suis grée de ne pas m’avoir rendue malheureuse, juste parce qu’il le pouvait… » Elle sourit, un air de tristesse flottant sur ses traits. « Je pense, en toute honnêteté, qu’Ydriss avait tout ce qu’il fallait pour combler n’importe quelle femme… Les Dieux n’ont juste pas eu la clémence de lui accorder une femme qui soit sensible à son charme. » Sans doute peu commun chez les dorniens, Mahée se satisfait rarement d’un unique appel physique. Pour qu’elle apprécie un amant, il faut que celui-ci charme d’abord son intellect, pour lui donner envie d’offrir son corps. L’inverse est très rarement vrai, et surtout beaucoup plus éphémère… En l’occurrence, Ydriss, qui savait parler aux corps des femmes, n’a jamais su parler à son esprit, fermant irrémédiablement la libido de Mahée à son endroit.

Arrive l’annonce du désir de Rowenna… Qui fait, pour sa part, instantanément briller les yeux de la dornienne de vindicte. Son cœur s’emballe, dans l’instant, alors qu’elle se redresse discrètement dans son fauteuil, ses joues s’embrasant. « La soumission du Bief est un bon début… Mais leur humiliation me ferait plus plaisir encore. » Elle assène, froide comme la mort, acérée, vindicative. Mahée a, sa réputation ne ment pas, beaucoup d’amour dans le cœur mais elle n’en a pas assez pour ceux qui ont brisé les Météores, lui ont volé son père et envahit sa patrie. La haine et la revanche qui étreignent son palpitant dès que le nom du royaume est prononcé sont bien trop colossales pour que leur ombre n’occulte pas toute la lumière qu’elle est capable de montrer.

La tête encore embuée de rage, Mahée a du mal à en revenir aux nordiens, qui l’intéressent beaucoup moins que la perspective de défaire le Bief. Pour autant, elle fait l’effort d’être polie et de redonner une oreille attentive à son hôte. Ce qui lui donne l’occasion de se surprendre de ses paroles. « Je ne pense pas que ça ait jamais été dans ses intentions… Je ne crois pas que les dorniennes soient son genre. » Des rumeurs n’avaient-elles pas circulé concernant des avances de Deria à son encontre, demeurées sans réponse ? Elle n’en est plus certaine, mais, ce dont elle est certaine, c’est que les propos vaguement graveleux de Torrhen, alors Torrhen Stark, étaient tellement bateau, auraient pu s’appliquer à tellement n’importe qui, qu’ils avaient laissé comprendre à la Allyrion qu’ils étaient destinés uniquement à faire rire ses compagnons de beuverie, et à aucun moment à tenter de la charmer. « Je veux bien tenter de l’approcher si vous le souhaitez, mais je doute d’éveiller chez lui le moindre intérêt… » Après tout, il n’y a aucune raison qu’elle parvienne à séduire un homme que Deria elle-même, forte de sa très grande beauté, de son titre et de sa fortune, n’a pu charmer.

La suite de la conversation prend un tournant à la fois assez étrange, et plutôt inattendu. Mahée accueille, sans expression, la confidence de Rowenna au sujet du projet d’union avorté entre l’Orage et le Nord. Elle finit par hocher la tête en signe d’assentiment. « Je comprends. Et puis, stratégiquement parlant, Dorne est plus proche de l’Orage que le Nord. » Elle soupire discrètement. « Est-ce à ce sujet que vous craignez que votre fille vous en veuille ? L’idée qu’en raison de votre implication dans l’échec de cette union, elle est reine plutôt qu’impératrice ? » Elle demande, sans jugement, avec un peu des restes de sa naïveté d’enfant. Et, concernant les poisons… « J’en sais peu de choses. Sur le front, nous avions l’habitude de tremper nos lames dans les cadavres de vipères des sables. Je saurais reconnaître une glande de leur poison si j’en vois une, ou à l’odeur, couleur, consistance… Je sais qu’on peut mourir d’un excès de lait de pavot, et que les lysiens ont un poison transparent et inodore qui s’appelle « Les larmes de Lys ». » Poison duquel Ydriss lui a parlé. « Mais j’ai bien peur que ça soit tout… » Elle répond, consciencieuse et exhaustive, ayant un rien d’appréhension à l’idée d’interroger la reine mère quant à l’intérêt de ces questions extrêmement spécifiques, et proches de la trahison si on met bout à bout « approcher l’empereur » et ses connaissances en poison… Si elle ne pose pas la question à haute voix, se sachant pertinemment incapable d’évoquer à haute voix la possibilité qu’elle, Mahée Allyrion, en vienne à tenter d’empoisonner l’Empereur sans verser dans l’hilarité la plus complète, le regard intense qu’elle darde sur Rowenna en dit bien assez long sur les interrogations qui sont les siennes.



   
I'll ride the Storm
I'll put my armor on and show you how strong I am. I'll put my armor on and I'll show you that I am unbroken, unstoppable.
Mahée Allyrion

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Mahée Allyrion
L'Etoile du Matin
Messages : 1741
Membre du mois : 12
Célébrité : Adria Arjona
Maison : Allyrion
Caractère : ▪▪ Intransigeante ▪▪ Perspicace ▪▪ Loyale ▪▪ Vindicative ▪▪ Généreuse ▪▪ Rancunière ▪▪
L'Etoile du Matin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Complicité assumée [Tour VII - Terminé]   Complicité assumée [Tour VII - Terminé] EmptyDim 20 Oct - 17:23



Complicité assumée Mahée & Rowenna
L’approche des futures festivités apportait son regain d’enthousiasme et de joie. Ne vous méprenez pas l’enthousiasme ne concernait pas la venue de l’Empire mais plutôt le retour de ma fille. Quelle mère ne serait pas heureuse de revoir son enfant ? Cependant je ne cache pas mon intérêt pour la vague de nouveauté que va entrainer l’arrivée des nordiens. Un peu de sang neuf ne peut pas être déplaisant à regarder. Je me demande si Argella a été sensible à leur…vaillance.

Tout cela m’amène à aborder des sujets faussement anodins avec Mahée. Il me faut bien reconnaitre que depuis son arrivée involontaire à Accalmie, elle ne cesse de montrer des dispositions pour gagner un peu plus ma confiance à chaque échange. Du reste, pourquoi n’aurais-je pas confiance en elle ? A cause de nos origines ? Cela serait bien trop mince et totalement imprudent de ne me baser que sur ce détail. Habilement, j’orientais notre conversation sur un des points qui fait tourner notre petit monde : l’amour et ses jeux. Mahée n’avait pas eu l’air de perdre pieds sur cet épineux sujet. Pas de pudibonderie.  C’est avec attention que j’écoute ses confidences sur sa vie de couple. Oh je suis vraiment navrée pour elle, qu’elle ne fût pas en totale harmonie avec son époux malgré un mariage relativement heureux. Mahée est avant tout cérébrale…mhm cela pourrait un frein à mes projets. Je ne sais pas encore… peut-être pas suivant son interlocuteur. Dans tous les cas, je ne l’espérai pas autrement que pleine d’esprit alors qu’elle en ait également besoin pour prendre du plaisir, cela la regarde du moment qu’elle me sert.

– Sais-tu comment j’ai été préparée pour ma première fois avec mon défunt époux ? On m’a conseillé que seule la satisfaction du Roi devait m’importer et que je devais oublier mes propres envies… Je ne retiens pas un rire cynique. … c’est le conseil le plus absurde qu’on ne m’ait jamais donné aucun homme aime se contenter d’une femme qui attend que ça se passe. Encore moins un Roi.

A croire que le pouvoir les rend bien plus exigeant que le plus commun des hommes. Du moins Argilac était l’un de ces hommes. Cela ne l’a pas empêché d’être infidèle pour autant et d’en assumer les conséquences. Œil pour œil, dent pour dent. Il ne faut jamais bafouer l’orgueil d’une épouse qui aime satisfaire le même genre appétit.

Je n’en ajoute pas davantage, me contentant de ponctuer par un sourire avant de continuer sur ce présent que j’envisageai. Lord Morrigen reviendra-t-il d’Essos avec une caravane de cadeaux ?  En temps de paix peut-être que mes désirs auraient été bien primaires, au point de me satisfaire de coffres remplis de belles étoffes ou de bijoux. Mais les temps de paix ne sont pour l’instant qu’un rêve encore bien pâle. Alors oui, les présents qui feraient briller mes yeux sont bien moins superficiels que des bijoux. Si Lord Morrigen revenait fort d’un appui militaire, je lui réserverai une place de choix auprès de moi. Une place enviée et toujours convoitée.

Mahée ne peut que se montrer enthousiasme quand je partage mon profond désir de voir le Bief se soumettre.

– Je ne suis pas d’accord avec toi… Volontairement j’installe un long silence avant de reprendre. … pour qu’un chien ne morde plus, je ne recommande pas l’humiliation, même si du plus profond de mon être je le désire, il faut lui retirer les crocs. Un Bief vaincu mis sous la tutelle de l’Empire serait à mon sens plus approprié. Faire main basse sur les greniers de Westeros… crois-tu que le chien mordrait la main qui le nourrit sans prendre le risque d’être abattu ?

Nous arrivons ensuite à ce qui m’intéresse plus insidieusement. J’ai besoin de savoir si Mahée se sent capable de jouer avec Torrhen.

– Il n’est pas vraiment question de séduction. C’est faux. Tu as de l’esprit, je suis certaine que tu sauras tirer quelques informations sur les points faibles de l’homme. Tout cordial qu’il soit ou bienveillant envers ses intentions envers l’Orage, il faut toujours posséder un atout dans sa main.

Je souffrirai tellement de voir l’Orage engloutit par la machine impériale. Peut-être suis-je aveugle ou fermée au nouveau monde en marche. L’ignorance ne me facilite pas le raisonnement.

– Comme tu le soulignes si bien… stratégiquement Orage et Dorne  était une évidence. Une lueur de fureur traverse mon regard. Sais-tu qu’il n’est pas judicieux de souligner cela… ? Je me radoucis.  cependant tu oublies un détail ma fille n’aurait peut-être pas occupé les même rôles auprès de ce nordien… Argella n’est pas reine à se contenter du second rôle. Je ne suis pas certaine qu’au Nord le pouvoir se partage entre époux.

Un serviteur m’interrompt en me présentant un message. Mon cœur de mère s’emballe le temps d’une seconde mais il ne s’agit pas là d’un message envoyé par ma fille. Je ne sais pas si je dois m’en réjouir ou m’en inquiéter.

– Je crois que ce nom va te parler. Salfalaise… ce sans terre aurait essuyé un revers de fortune en s’attaquant au Bief et à ce démon de Tigre. Biefois, Tigre de Volantis… décidemment la situation dornienne est loin d’être enviable.

Je me lève puis lui tend le message pour qu’elle lise également. J’en oublie notre discussion sur les poisons mes pensées sont tournées sur ma fille et les dangers qui la guettent, que je me refuse de voir.


:copyright:️ Justayne


Dernière édition par Rowenna Durrandon le Mar 29 Oct - 15:13, édité 1 fois
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Complicité assumée [Tour VII - Terminé]   Complicité assumée [Tour VII - Terminé] EmptyDim 20 Oct - 19:21


L'expression de Mahée, profondément indignée, les sourcils légèrement froncés de colère, en dit long quant aux sentiments qu'éveille chez elle le conseil donné à Rowenna pour sa nuit de noce. Elle est tentée, l'espace d'une seconde, de lui demander de qui venait ce conseil, tant il lui semblait improbable qu'il trouve son origine chez ses parents, dorniens... Mais peut-être que, pour l'appât du statut, l'appât du gain, la peur de voir leur fille répudiée, les Dayne avaient-ils décidé de se soumettre aux mœurs des continentaux, d'obliger leur fille à renoncer à la liberté de ceux de ses ancêtres... Quel égoïsme. Mahée en vient à secouer légèrement la tête en signe de négation. Certains hommes aiment être en contrôle, et préfèrent disposer du corps de leur amante, mais même ceux-ci aiment à au moins savoir que leur partenaire prend du plaisir. Le meilleur conseil à donner à Rowenna, selon Mahée, aurait plutôt été d'apprendre à connaître les goûts du roi, les exaucer pendant un temps, puis lui en proposer de nouveaux susceptibles de lui plaire le moment venu. Pour autant, elle ne commente pas, ne jugeant pas opportun le moment ou l'ambiance pour se lancer avec la reine-mère dans de la philosophie sexuelle. Peut-être pendant le dîner ou si l'envie lui prend d'un digestif tardif en sa compagnie ?

L'idée, en fait, plairait à Mahée, qui se languit de la proximité de sa mère... De leur intimité. Une oreille bienveillante, plus sage, aimante, qui lui donnerait les meilleurs conseils car ayant son unique bien en objectif... Yaël lui manque. Le fait est que la jeune femme n'a jamais eu l'occasion de se projeter aussi longtemps séparée d'elle, puisque, contrairement à beaucoup d'autres jeunes femmes forcées de quitter leur demeure par mariage, Mahée étant l'héritière de Gracedieu, elle n'était jamais sensée en partir... Elle s'est donc toujours figuré que tout ce qui la séparerait de Yaël, ce serait la mort, tout comme son père. Et pourtant la voilà, à des centaines de kilomètres de chez elle... Intérieurement, la dornienne se prend à envier la reine Argella. De la reine, elle ne jalouse ni le titre, ni la position... Rien de matériel. Elle ne lui envie que la possibilité, proche, de pouvoir échanger avec sa génitrice, d'avoir ce soutien indéfectible qui lui manque tellement aujourd'hui.

En vient la question du Bief, et la confession de Mahée quant à son espoir de voir le royaume tomber, se voir humilié, et Dorne vengé pour tous les revers qu'il lui a infligé. Aussi, entendre Rowenna ne pas être de son avis est comme une douche froide. L'espace d'un instant, Mahée craint d'avoir commis une incroyable bêtise et s'être laissée prendre par qui prêche le faux pour avoir le vrai, même si ça lui semble tellement improbable que... Et puis la reine-mère poursuit, et la dornienne peut respirer à nouveau, se rendant compte que son souffle s'était suspendu de tension. Elle hoche lentement la tête en signe d'assentiment. « Certes, mais une répression trop brutale n'offrirait une paix que de courte durée... La répression amène l'insurrection. Du reste, je hais les bieffois mais beaucoup d'entre eux ne sont que des hommes tirés de chez eux pour se battre au nom d'autres plus puissants. Ce sont les puissants que je veux voir tomber. Eux, et leur maudit septon... » Mahée sert le poing, prête à l'abattre de colère sur la table, mais se retient. La foi des Sept, qu'elle le veuille ou pas, est largement dominante dans le royaume et doit malheureusement composer avec.

Puis, sans trop qu'elle ne comprenne réellement comment elles en sont venues là, l'Empereur surgit dans leur conversation. Il aurait pu être légèrement abordé, chassé aussi vite que venu et troqué pour un autre sujet, mais Rowenna semble vouloir insister sur ce point. Expressive, Mahée ne peut cacher une expression où la curiosité se voit piquée, mais la curiosité passible de tuer le chat... La logique de l'entreprise est à la porté de la dornienne, tout comme le désagréable sentiment que Rowenna pourrait la sacrifier, pour ne serait-ce que caresser l'espoir d'avoir un levier contre celui qu'elle estime être un adversaire. Ce constat lui transperce douloureusement le cœur. Elle baisse les yeux, forcément particulièrement vexée de se voir devenir un moyen vers une fin. Elle décide de ne pas répondre, ne souhaitant contrarier la reine-mère de l'Orage en lui refusant sa requête, le souvenir du traitement appliqué à Deria quand le voile sur sa duplicité a été levé étant encore trop frais. Mahée ne veut pas subir le même sort, et, au-delà de cela, ces procédés lui semblent malhonnêtes. Elle comprend le désir de Rowenna de vouloir anticiper, de vouloir se tenir prête à renverser un possible dictateur, de l'empêcher d'exercer sa poigne sur l'Orage et sa fille, mais Argella a décidé de faire confiance au couple Impérial. Si Mahée décide de s'immiscer dans ce micmac, elle qui n'est qu'à la tête d'une petite maison, sera celle qui sera broyée, et sa maison possiblement détruite. Eux sont des puissances équivalentes. Elle estime qu'ils doivent se livrer au jeu qui les concerne, et refuse d'être le fusible dont on peut disposer.

Les yeux qu'elle relève vers Rowenna sont affermis, et leur noir insondable. Elle affronte, bravement, la colère de la reine-mère dont elle soutient le regard, sans défi, avec seulement des traces de regret. Pour autant, pour Dorne, Mahée ne parvient pas à regretter cette union. La dornienne ignore tout des talents de leader d'Argella, mais ceux d'Anders Martell ne brillent pas, à ses yeux. Au final, en admettant que le couple que formaient Argella et Anders en viennent à régner sur Dorne, la fille de Rowenna n'aurait pas forcément exercé le pouvoir, et se serait retrouvée dans la même situation que si elle avait été mariée au Nord, à la différence qu'elle aurait dû régner sur l'Orage de Dorne, ce qui se voulait sans doute plus aisé que du Nord. N'importe, Mahée comprend la contrariété de Rowenna et serait suicidaire de vouloir jouer dessus. Elle se contente donc de hocher la tête en signe d'assentiment, exprimant ainsi des excuses implicites.

Leur moment est interrompu par l'arrivée d'un servant, portant avec lui de fraîches nouvelles. Laissant à Rowenna l'intimité nécessaire à la lecture du message, elle suit du regard le départ du servant, s'assurant ainsi, la porte fermée derrière lui, qu'il les rend à leur intimité. La voix de la reine-mère récupérant pour elle son attention, Mahée tourne vers Rowenna cette fois des yeux où se lisent de l'angoisse, mais aussi de la colère. Les doigts qu'elle tend pour prendre le message que lui tend la reine-mère sont légèrement tremblant. De nervosité, elle se lève et commence à faire les cents pas, alors que ses yeux parcourent les petits caractère. Dans sa poitrine, son cœur bat à tout rompre. « La faute à qui ?! Si seulement cette petite sotte inconséquente n'avait pas... » Elle répond, agressive, à la question que lui pose Rowenna sans réellement la lui poser, s'arrêtant dans son élan en prenant conscience de son ton bien trop tranchant pour son interlocutrice. Elle lève immédiatement un regard mortifié dans sa direction. « Je vous demande pardon Majesté... La situation de Dorne à l'heure actuelle me rend complètement folle... » Si elle s'est immédiatement radoucit pour ne pas faire subir à son hôte son humeur, la colère est toujours là, alors qu'elle lui rend son parchemin. Sitôt fait, Mahée reprend sa nerveuse déambulation. Un lion faisant les cent pas n'aurait pas une allure différente. Dorne doit-il s'attendre à un retour en force du Tigre ? La dornienne en frémit. Après ce que Deria a fait, s'il revient, ce sera pour réduire la principauté à l'état de relique... Possible cependant qu'il délaisse Dorne pour s'en prendre à des ennemis plus pressants, comme le Bief ou l'Empire... C'est-à-dire l'Orage. Mahée tourne à nouveau son regard vers Rowenna, mais cette fois plein d'appréhension. Le pays risquait de se faire étrangler bientôt entre le Bief et le Tigre... « Votre Majesté... » Étonnamment, le ton de la dornienne, cette fois, est particulièrement calme et mesuré. « Je comprends votre désir d'avoir un levier en cas de besoin contre l'Empereur, mais... Je suis à peu près certaine que c'est ce que souhaitait aussi avoir Deria, quand elle a fait espionner votre fille ainsi que l'Impératrice lors de leur séjour dans les marches de Dorne... » Elle ferme les yeux, et inspire un grand coup. « Je crains que l'Orage ne puisse se retrouver dans le sillage de Dorne, si vous menez votre projet à bien... » Elle lui confie, sans espoir de réellement la convaincre, mais au moins l'aura-t-elle mise en garde du revers de médaille de sa manœuvre, en cas de découverte...



   
I'll ride the Storm
I'll put my armor on and show you how strong I am. I'll put my armor on and I'll show you that I am unbroken, unstoppable.
Mahée Allyrion

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Mahée Allyrion
L'Etoile du Matin
Messages : 1741
Membre du mois : 12
Célébrité : Adria Arjona
Maison : Allyrion
Caractère : ▪▪ Intransigeante ▪▪ Perspicace ▪▪ Loyale ▪▪ Vindicative ▪▪ Généreuse ▪▪ Rancunière ▪▪
L'Etoile du Matin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Complicité assumée [Tour VII - Terminé]   Complicité assumée [Tour VII - Terminé] EmptyMar 29 Oct - 18:31



Complicité assumée Mahée & Rowenna
Argella, impératrice quand ce petit roitelet nordien aurait hérité du titre paternel…l’idée pouvait être plaisante de voir un jour ma fille accéder à une telle responsabilité. Oui elle pourrait l’être mais je n’aspire qu’à un seul objectif : que l’Orage reste un royaume indépendant et non à la botte de l’Empire. J’aurais tué Argilac de mes propres mains pour avoir mis de côté ces projets que nous avions. Je voulais unir nos terres à Dorne. Grandir pour continuer à rester fort sans devoir un jour courber le genou devant l’Empire. Je ne sais pas si un jour je finirai par digérer ce que je considère comme une trahison au plus profond de moi. En attendant d’avoir ma réponse, il me fallait composer avec le choix de ma fille.

J’entendais Mahée et voyais ce poing qu’elle fermait plein de fureur contre le Bief. J’avais quitté ma chaise, porte un regard sur l’horizon avant de venir dans son dos pour ordonner ses cheveux comme une mère brosserait les longs cheveux de sa fille. Un geste plus de nostalgie et de tendresse. Un geste qui se voulait être apaisant même si Mahée n’était plus une enfant. Légèrement penchée pour lui parler, je fais passer ses cheveux sur un côté.

- …crois-tu que nos troupes ne sont composées que de véritables soldats, Mahée ? Sur ce point aucun des 9 ne peut dire qu’il n’envoie qu’une armée de métier au combat. Mais je comprends ce que tu ressens… Je reviens près du garde-corps pour contempler à nouveau ces terres que j’ai appris à aimer … sans plus que leur propre Roi. … il serait amusant de pouvoir régler tous les différents qui existent entre les grands de ce monde par de simples joutes… cela épargnerait un grand nombre de vie à n’en pas douter.

Je n’avais pas obtenu de commentaires sur mes intentions de l’envoyer en avant-garde auprès de Braenaryon. Pour moi c’était acté, elle savait ce que j’attendais, je ne reviendrai pas dessus malgré ce regard soudainement bien sombre qu’il vaut mieux que je n’interprète pas comme un refus. L’était-il ? Mahée n’aurait-elle pas le courage de signifier qu’elle s’oppose à mon choix ! A-t-elle peur de perdre ce statut de sécurité que je lui offre… Elle me décevrait c’est certain mais est-ce qu’une mère congédie son enfant, même adoptif… non, surtout quand il s’agit de la fille d’une amie loyale. Il est un temps pour les complots, tout comme les assassinats. Ce temps n’est encore venu et je ne tiens pas particulièrement à donner dans l’assassinat comme jadis.

Nous sommes dérangées par un messager. Il s’agit des nouvelles d’une autre bataille, qui si elle eut une fin heureuse, nous aurait débarrassé d’une belle épine dans notre joli pied. En remettant le message à Mahée, je ne pensais à une réaction aussi virulente mais compréhensible. Elle s’en excuse aussitôt, je ne lui en veux pas pour exprimer ce qui me désole moi-même. Je lui adresse un sourie compatissant.

– Je sais… cela me peine énormément.

Ce que je prenais pour des aller-retours lui permettant d’évacuer sa frustration, la plongeaient dans des pensées troubles.

- … nous prendrons des nouvelles plus fraiches de Gracedieu si cela peut apaiser tes inquiétudes. Ce message est succinct ….peut-être qu’une fois Argella et ce Torrhen nous en saurons davantage.

Cependant mes préoccupations étaient centrées en priorité sur L’Orage et ce futur banquet qu’il me faudra mettre en œuvre sous peu. Je suis tirée de mes réflexions internes quand Mahée, plus posée, me met en garde en mettant en avant l’échec de Deria Martell. Je reste interdite quelques secondes qui pourraient sembler des minutes, mes yeux sont fixés sur elle.

– Ton inquiétude est légitime Mahée. Je l’entends soit en certaine… J’inspire profondément. … Peut-être vais-je écouter ton conseil. Il est sans doute plus judicieux déjà de voir dans quels états d’âme sera ma fille. Je la gratifie d’un sourire. S’il y a des points sur lesquels je ne souffre pas l’opposition, ton conseil avisé n’en fait pas partie… Je claque dans mes mains. Je crois que nous devrions laisser pour l’instant les affaires de Westeros pour plus … léger. Je vais requérir ton aide pour la préparation de ce banquet… des suggestions peut-être ? Nous allons devoir songer à notre tenue… pour aiguiser les appétits.  



:copyright:️ Justayne
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Complicité assumée [Tour VII - Terminé]   Complicité assumée [Tour VII - Terminé] EmptyJeu 31 Oct - 9:55


Rowenna doit se languir, plus encore que Mahée ne peut l’imaginer, de la présence d’Argella. Ce constant s’impose comme une évidence quand, tendre, la reine-mère vient dans son dos pour tenter de discipliner ses longs cheveux d’encre ondulés. Ce geste est lourd de connotation. C’est un signe d’attention toute maternelle, donc que Rowenna peut avoir sa fille, en dépit de l’âge de celle-ci, mais sûrement pas avec une dame de compagnie. Pour autant, bien sûr, Mahée ne se soustrait pas le moins du monde à cette preuve d’affection, en dépit de la certitude que la reine de l’Orage compense simplement une intimité qui, comme celle qu’elle-même partage avec Yaël, doit lui manquer. Alors, un peu pour Rowenna, un peu pour elle, la dornienne se complaît dans cet échange, y trouve un peu de l’affection qui lui fait défaut, et ne manquera pas de rendre la pareille à sa Majesté la reine-mère dès que l’occasion se présentera, se contentant, pour l’heure, de lui lancer un regard plein de gratitude.

« Non, bien sûr que non… » Elle répond à la question de Rowenna concernant les armées. « Justement… » et murmure ce mot, d’avantage pour elle-même, ayant en tête l’image de palefreniers, de fermiers et garçons de ferme essayant de se donner l’allure de soldats. L’armée de métier est plus efficace, mais coûte bien plus cher, coût inutile quand les pays sont en paix. Mais la triste vérité, c’est que les pays sont incapables de rester en paix. Toujours en quête d’asseoir son autorité sur le voisin, en quête d’expansion… Arrive la remarque sur les joutes, qui fait discrètement soupirer Mahée. « Même les joutes ne leur suffiraient pas… Leur orgueil ne souffrirait pas la défaite, il y aurait forcément eu tricherie ou malfaçon… » S’il y a bien quelque chose qu’elle a compris depuis longtemps, c’est que personne ne peut empêcher deux chiens de se battre, et dans le monde de la guerre, tous les hommes sont des chiens. Question d’égo, envie de s’imposer, viril. Parce que gagner, l’emporter sur son adversaire, devient vital pour la construction du vainqueur, comme si toute sa vie se résumait par une unique victoire, ou une unique défaite. C’est triste, que de se croire valoir si peu en tant que personne qu’un seul acte suffit à définir la vision qu’on a de soi.

Rowenna se montre tolérante avec elle, et la colère qu’elle exprime, qui lui échappe, ce dont elle lui est reconnaissante, reconnaissance qu’elle exprime à son tour d’un signe de tête respectueux quand elle propose de prendre des nouvelles une fois sa fille et l’Empereur entre ses murs. Et, parce qu’elle s’inquiète de l’avenir de la reine-mère, Mahée prend la liberté de rappeler à sa mémoire le triste désaveu de Deria Martell, lorsque celle-ci a voulu jouer à la plus maligne avec l’impératrice et Argella… Argella qui, d’après ce que la dornienne avait compris plus tôt, pourrait avoir déjà quelque grief contre sa mère. Voyant Rowenna hésiter à fléchir, Mahée est tentée de l’achever d’une estoc, de soulever le fait que, si elle n’est déjà que moyennement en odeur de sainteté vis-à-vis de sa fille, il se peut que celle-ci ne lui pardonne pas un geste qui compromettrait sa politique d’alliance avec l’Empire… Mais ce serait s’avancer bien trop loin. Après tout, Mahée ne connaît pas Argella, et de ce fait, ne saurait dire quel genre de femme elle est, si elle choisirait sa mère avant son peuple, menacé par le Bief autant que Dorne, sa mère avant les alliés qui lui donneraient une chance de l’emporter. Du reste, Rowenna est largement assez intelligente pour faire ce genre de calcul toute seule. Mahée estime avoir fait son devoir en lui rappelant les risques encourus, en l’exemple de Deria Martell.

C’est, quelque part, un soulagement que de voir Rowenna souhaiter changer de sujet et de préoccupations. Le banquet, les tenues… Des thèmes frivoles qui ont pourtant le mérite de les distraire, elles, pour l’organisation, les distraira lorsque l’événement se déroulera, et distraira également les invités de l’Orage, qui goûteront sans doute avec plaisir à la liesse et à la désinvolture après un long voyage, entre deux batailles. Pour les guerriers, pour les meneurs, pour la réputation d’hôtesse de Rowenna, il faut donc que tout soit parfait. Mahée laisse un sourire fleurir sur ses lèvres et hoche la tête en signe d’assentiment, se levant dans le même mouvement. « Souhaitez-vous des suggestions pour la décoration ? Les mets ? Votre tenue ? » Demande la dornienne, enjouée, ravie d’être invitée à participer à la chose, de pouvoir apporter son aide. « Vous pensiez opter pour une coupe continentale ou dornienne ? » Les deux lui iraient forcément à ravir, évidemment, mais l’effet serait différent selon le choix de la reine-mère. Dans tous les cas, l’engouement de Mahée est des plus sincères, et elle est fébrile à l’idée de se mettre au travail.



   
I'll ride the Storm
I'll put my armor on and show you how strong I am. I'll put my armor on and I'll show you that I am unbroken, unstoppable.
Mahée Allyrion

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Mahée Allyrion
L'Etoile du Matin
Messages : 1741
Membre du mois : 12
Célébrité : Adria Arjona
Maison : Allyrion
Caractère : ▪▪ Intransigeante ▪▪ Perspicace ▪▪ Loyale ▪▪ Vindicative ▪▪ Généreuse ▪▪ Rancunière ▪▪
L'Etoile du Matin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Complicité assumée [Tour VII - Terminé]   Complicité assumée [Tour VII - Terminé] EmptySam 23 Nov - 17:03



Complicité assumée Mahée & Rowenna
C’est un soupir, qui traduit qu’il est temps d’oublier un peu la politique à présent et de passer à un autre problème. Le banquet. C’est un sujet, certes plus léger mais bien moins trivial que nos petits échanges sur les saveurs masculines, mais il reste important pour tout ce qu’il peut engendrer en cas de faux pas. En fait la politique ne nous quitte jamais réellement, c’est vous dire que les enjeux ne sont pas des moindres. Il ne s’agit pas d’organiser un simple repas entre intimes. Tout cela allait forcément peser sur nos coffres mais il n’était ni question de faire des dépenses exponentielles ou ni de se montrer avares dans nos choix malgré une conjoncture difficile. Intégrer Mahée à cette organisation pourrait sembler inapproprié, qu’à cela ne tienne. En faire ma Dame de compagnie n’a pas fait que des heureuses, d’autant que je lui accorde des privilèges qu’aucune de ces petites opportunistes ne pourraient jamais pu espérer.

J’avais regagné l’intérieur de mes appartements, commençant déjà à réfléchir aux priorités qu’il fallait orchestrer. Mahée s’annonçait être la collaboratrice idéale. Une fois de plus je me félicite d’en avoir fait ma Dame de Compagnie. J’écoutais son énumération tout en me dirigeant vers une de mes malles qui renfermaient mes robes.

– Tes suggestions sont les bienvenues Mahée. Il va falloir mettre l’Empire à l’honneur… leurs couleurs doivent côtoyer les nôtres. Tu pourrais te charger de cette partie et faire le nécessaire auprès de l’intendant. Pour les mets…

J’extirpe une robe bien trop suggestive pour l’évènement même si l’instant est censé être frivole, en d’autres circonstances elle aurait été parfaite… sait-on jamais peut-être que j’aurais l’occasion de la porter après le banquet. Je la montre tout de même à Mahée.

– Qu’en penses-tu ? …trop dornienne justement, non ? Je ne tiens pas à hérisser plus qu’il ne faut ce cher Braenaryon… j’imagine que ce mariage qui n’a pas eu lieu au profit de Dorne a dû laisser des ombres. Je préfère faire dans plus subtile puis cela fait si longtemps que j’ai quitté Les Météores pour Accalmie que ça ne ressemblerait à rien. Je porterai les couleurs de l’Orage… que penses-tu de celle-ci ?

Je la jette sur le dessus de mon lit une lueur de satisfaction dans le regard. Elle est noire, faite dans un voile soyeux, des piqures dorées.

– Noir et or les couleurs de l’Orage. Je lui envoie un sourire. Décolletée juste ce qu’il faut pour ne pas distraire….il me faudra à la fois séduire et captiver car il n’est pas question que je me tienne dans un coin à attendre que cela se passe. Argilac a toujours eu un faible pour les cheveux longs, il en sera donc ainsi je ne connais pas d’hommes insensibles à cet artifice féminin. Placée devant un miroir, je tentais quelques essais avec ma chevelure avant de m’adresser à nouveau à Mahée. Je veux que tu sois resplendissante. J’ai commandé une robe pour ma fille, je veux que tu ailles la chercher et que tu en profites pour t’en faire faire une. Je te l’offre. Une pensée traverse mon esprit, la dornienne ne fait pas l’unanimité et j’allais oublier de lui parler de ce sujet. Je t’ai attribué deux gardes pour ta sécurité. Ils me sont fidèles, tu pourras ainsi te déplacer sans risque. Afin qu’elle ne s’imagine pas qu’ils sont là pour la surveiller, je précise : …il ne s’agit que de ta sécurité et rien d’autre Mahée… je n’aimerai devoir informer Yaël que sa fille n’est plus de ce monde alors qu’elle était sous ma protection.

Nous sommes une fois de plus interrompues par un autre messager. Celui-ci je sais déjà de quoi sera fait son message et je m‘en réjouis. Il s’agit de la confirmation que Lord Morrigen avait bien franchit les portes d’accalmie.

Nous continuons encore notre discussion avec Mahée jusqu’à ce que je la renvoie pour me consacrer à mon courrier.


:copyright:️ Justayne

Spoiler:
 
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Complicité assumée [Tour VII - Terminé]   Complicité assumée [Tour VII - Terminé] EmptyLun 2 Déc - 15:50


Mahée est véritablement emballée par la perspective de l’événement, par la possibilité d’y apporter son concours. Même si elle n’a pas eu le temps d’exercer le pouvoir pendant très longtemps, ne plus subir et être en charge à Gracedieu a été un exercice compliqué, mais dont elle a apprécié le côté stimulant. Or, depuis qu’elle est ici, depuis sa capture, elle n’a d’autre choix que de se conformer aux décisions des autres, et si Rowenna a la générosité de la laisser s’exprimer, elle subit plus qu’elle ne dirige. Avoir la confiance de la reine-mère pour apporter un rien son grain de sel dans l’organisation du banquet, de ce fait, est comme une bouffée d’oxygène pour elle, qui jusqu’alors ignorait même qu’elle dépérissait à petit feu. Un sujet pour la stimuler intellectuellement, la sortir des sentiers battus, la challenger… Le défi est plus que bienvenu et la dornienne est toute prête à tomber dedans, comme Alice tomberait au fond du terrier du lapin blanc. Aussi aucune seconde n’est perdue, et à peine Rowenna a-t-elle commencé à évoquer les couleurs que, déjà, Mahée réfléchit à la façon la plus pleine et entière de la satisfaire, la plus adéquate de mettre à l’honneur l’Orage et l’Empire.

A bien des égards, même à ses yeux propres, ce comportement pourrait passer pour de la trahison, et il serait aisé de la soupçonner de vouloir prendre part aux festivités pour mieux les ruiner. Après tout, de l’intérieur, Mahée aurait accès à tout. Elle pourrait tenter d’empoisonner le couple impérial et même la reine de l’Orage… En fait, ses moyens seraient quasiment illimités, et si tant est qu’elle se montre maligne, elle pourrait faire de très gros dégâts avant même qu’on ne la soupçonne réellement… Sans doute une loyauté exacerbée à Deria Martell l’aurait poussée dans cette voie terroriste. Le fait est que… Mahée n’a plus la moindre loyauté envers la princesse de Dorne. Pour elle, la prospérité de la principauté ne peut se regagner qu’en écartant cette coquette capricieuse de son trône… Alors elle ne va certainement pas lui simplifier la vie en se débarrassant de ses ennemis. Non. Plus simplement, Mahée va se jeter à corps perdu dans cette tâche, qui va lui occuper l’esprit et lui épargner de trop penser à des choses plus graves.

On pourrait penser que rien ne devrait remplacer ces choses de son esprit. Les plus démunis pourraient reprocher aux nobles de festoyer. Le fait est que les nobles ont besoin de ces réjouissances, si elles sont éphémères et mesurées, justement pour offrir à leurs esprits une parenthèse, un défouloir, et être à même de se concentrer sur l’important. Aucun esprit ne peut survivre à une sollicitation constante. Comme les plus humbles ont les bals populaires et les fêtes de village, les nobles doivent avoir également leur dose d’amusement s’ils entendent gérer efficacement. Quoiqu’il en soit, c’est déterminée à faire de son mieux pour que cet événement soit réussi que Mahée rejoint Rowenna pour le choix de sa tenue.

La première qu’elle lui présente, sublime de suggestivité, est incontestablement l’un des biens qu’elle a conservé de Dorne. Pendant de longues secondes, la jeune femme dévisage son aînée, et espère que d’ici une vingtaine d’années, elle pourra, comme Rowenna, se targuer de toujours rentrer dans ses affaires de jeune femme. Cela étant, toute magnifique soit-elle, Mahée ne peut qu’abonder dans le sens de la reine-mère. Autant éviter de froisser leurs impériales majestés pendant le banquet... Quelque part, elle ne peut s’empêcher de se demander si sa propre présence ne sera pas plus offensante qu’une robe… Mais elle se retient de poser la question, craignant d’être privée de sa part d’amusement si Rowenna venait à craindre qu’effectivement, la présence de Mahée puisse être un tort diplomatique. Alors elle hoche la tête en signe d’assentiment, et laisse ses yeux pétiller à la vue de la nouvelle suggestion de la reine-mère. « Vous serez parfaite ! » Elle commente, en voyant la robe, ni trop, ni trop peu, exactement ce qu’il sied à une reine-mère qui peut encore jouir des plaisirs de la vie.

La robe étant choisie, Mahée suit Rowenna dans le miroir et pioche dans les bijoux de la coiffeuse de celle-ci quelques-uns de ses artifices, dont elle se sert pour agencer différentes combinaisons de coiffure, laissant à chaque fois le temps à Rowenna de s’admirer, avant de tenter autre chose. Selon elle, pour profiter de la longueur de sa chevelure tout en étant coiffée, il s’agit d’en coiffer le tiers supérieur, ce que Mahée s’occupe de faire. Elle note dans un coin de sa tête d’aller s’enquérir auprès du tailleur de la noble dame de l’avancement de la création de la robe d’Argella, et se retrouve muette quand Rowenna avance lui offrir une robe. La jeune femme accuse le coup, d’abord peu certaine d’avoir bien entendu, avant de laisser tomber, la voix grave, pleine d’une indicible gratitude « Merci votre Majesté… » Et, Mahée n’a pas le temps de s’appesantir en remerciements que la reine-mère lui annonce assigner deux gardes à sa protection, interdisant un peu plus son invitée, qui ne sait que répondre. Bien sûr qu’elle pense à la possibilité que Rowenna la fasse espionner et que ces gardes soient autant pour l’empêcher de fuir, que pour sa sécurité… Il n’empêche que, même si la reine-mère peut ainsi recevoir des rapports détaillés des échanges qu’elle pourrait avoir dans l’orage, Mahée n’a rien à cacher et qu’ils resteront une force dissuasive, si un noble souhaite s’en prendre à elle… De ce fait, ce n’est pas uniquement par naïveté, mais bien par une immense gratitude que la dornienne remercie sa bienfaitrice. La contournant, elle s’incline devant cette dernière et lui prend la main pour en embrasser le dessus. Elle aurait pu mettre un genou en terre, mais c’aurait été une manifestation de loyauté qui aurait engagé sa cité, chose qu’elle ne peut se permettre. Aussi, malheureusement, Rowenna devra se contenter de la gratitude de Mahée pour l’instant. « Votre générosité ne sera pas oubliée, Votre Majesté. Il en sera fait selon votre volonté. » Ceci dit, elle exécute une révérence, et, congédiée par la reine-mère, l’abandonne à son courrier, la tête en ébullition.



   
I'll ride the Storm
I'll put my armor on and show you how strong I am. I'll put my armor on and I'll show you that I am unbroken, unstoppable.
Mahée Allyrion

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Mahée Allyrion
L'Etoile du Matin
Messages : 1741
Membre du mois : 12
Célébrité : Adria Arjona
Maison : Allyrion
Caractère : ▪▪ Intransigeante ▪▪ Perspicace ▪▪ Loyale ▪▪ Vindicative ▪▪ Généreuse ▪▪ Rancunière ▪▪
L'Etoile du Matin
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Complicité assumée [Tour VII - Terminé]   Complicité assumée [Tour VII - Terminé] Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Complicité assumée [Tour VII - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Une après-midi tranquille ? [PV Yuko] [Hentaï] [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Les Terres de l'Orage :: Accalmie-
Sauter vers: