Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-19%
Le deal à ne pas rater :
Ecran Gamer Aoc 24G2U5/BK (Vente flash)
129.99 € 159.99 €
Voir le deal

Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé]
MessageSujet: Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé]   Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé] EmptySam 6 Juil - 0:04


SUNDAY, BLOODY SUNDAY
ELEANOR & JON
Le froid était mordant dans la salle du trône. Le feu brûlant ronflait dans les hautes cheminées de Winterfell et pourtant, il peinait à réchauffer l’atmosphère. L’hiver était bien là et il semblait s’être installé pour des mois et des mois. Le retour des soldats avait ramené un peu de joie dans le château et une animation certaine. A présent, les couloirs étaient peuplés d’hommes en sus des femmes et des enfants. Cela changeait agréablement des quatre mois qu’Eléanor avait passé seule dans la vénérable bâtisse. Bowen était revenu et venait souvent la visiter ainsi que Maedalyn. Walton avait également plus de temps et Eléanor appréciait toujours autant son beau-frère. Quant à son époux… La relation n’était pas aussi froide qu’elle l’avait été et les jours passés en compagnie de Jon avaient quelque peu apaiser la jeune femme. Elle était soulagée qu’il soit rentré à temps pour assister à la naissance de son enfant. Ils étaient une famille à présent ou n’allaient pas tarder à le devenir avec tout ce que cela impliquait.

La grossesse se passait mal pour la jeune Reine. Les saignements qui l’avaient accablée pendant son trajet du Conflans vers Winterfell n’avaient cessé que pour mieux laisser place à des douleurs sourdes dans le ventre. Elle avait été contrainte de tenir le lit, passant de longues journées d’ennui. Elle avait essayé d’en apprendre le plus possible sur le Nord et ses coutumes. Mestre Roshar avait été d’une grande prévenance. Mais la personne qui lui avait été d’un grand secours avait été sans conteste Maedalyn. Le fait de partager avec une nouvelle mère ses tracas de grossesse l’avait rassurée énormément.

Eléanor était installée sur le siège à la droite de Jon. Elle était vêtue d’une robe chaude en laine teintée de bleu, qui rappelait les couleurs de sa maison de naissance. Mais elle arborait une grande cape blanche ornée du blason des Stark. Elle se tenait bien droite, port de tête altier.

V’comprenez M’jesté, le gel y nous a pris par surprise…. Z’avions un stock de grains mais les rats nous y ont tout pris !

Les paysans étaient assemblés en bas de l’estrade, relevant vers leurs souverains un regard apeuré. Les séances de doléance étaient longues et en ces périodes hivernales, il y avait bon nombre de Nordiens qui venaient réclamer l’aide du Roi. Eléanor se sentait mieux ces derniers temps, les douleurs avaient disparu. Le matin même, elle s’était levée épanouie et cela ne lui était pas arrivé depuis fort longtemps. Elle posait son regard sur les paysans qui, satisfaits, faisaient demi-tour et quittaient les lieux. Elle se pencha vers Jon pour murmurer :

Combien reste-t-il de plaintes pour ce mat….

Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase. Une immense douleur lui vrilla l’estomac. Elle poussa un hurlement. Elle s’accrocha à l’accoudoir de son fauteuil pour ne pas vaciller. Elle sentit un liquide chaud couler abondamment le long de ses jambes. Son regard se porta, horrifié, sur la mare de sang qui s’étendait au sol. L’enfant ! L’angoisse la saisit. Etait-il… Non, c’était impossible. Et cette douleur aigue, comme si on lui enfonçait une pointe chauffée à blanc dans les entrailles, l’empêchait de se calmer. Elle se tourna vers Jon, le regard éperdu.

Le… Le Mestre…. Je…

Si elle resta consciente, ce ne fut que par miracle. Le pire était à venir…           
code by bat'phanie
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé]   Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé] EmptyVen 26 Juil - 14:10

Le roi était de retour à Winterfell, certes, la tête couronnée qui s'installait à présent dans le fauteuil, réservé à l'homme qui portait ce titre, n'était plus la même personne qu'il y a un an et demi quand il avait fallu partir en guerre. Jon avait demandé à passer un moment seul avant les premières doléances du matin, il avait pénétré dans cette grande salle dont il connaissait tous les recoins depuis son plus jeune âge. Il avait tant de fois parcouru cette pièce, étant parfois le lieu de jeu avec Jeyne ou de combats à l'épée de bois avec ses cousins Roland et Denys. Un feu de cheminée tentait vainement de rapporter un peu de chaleur dans les lieux, alors que la neige semblait tomber avec plus de force encore contre les vitres de la salle, jouant alors avec la lumière de l'endroit où on devait raviver les torches régulièrement pour permettre d'y voir mieux. Cela pouvait paraître bien sombre et bien triste pour une personne qui n'avait jamais connu Winterfell et qui n'était ni habitué au froid, ni à la lourde neige qui tombait même pendant les étés, et encore moins aux murs imposants de la forteresse. Jon était chez lui, il en était le maître à présent et pourtant, alors qu'il s'avançait à pas mesuré vers le siège qui lui était maintenant dévolu, il ne cessait de se dire qu'il prenait la place de son père et le poids de cette constatation venait à le reprendre aujourd'hui. Finalement après un long moment seul, Eléanor fit son arrivée et prit place aux côtés de son mari. Le jeune Loup n'était pas présent pour pouvoir se plonger dans la nostalgie des moments du passé, surtout que l'on attendait de lui de jouer son rôle de souverain, et surtout que sa jeune épouse puisse également prendre ses marques en tant que nouvelle reine, mais surtout en tant que Dame de Winterfell.

Il avait donc été rejoint par Eléanor, qui dont la peau semblait prendre progressivement la couleur de la neige au fur et à mesure de sa grossesse. Jon restait toujours aussi fermé au niveau du visage, mais il suivait la progression de la jeune reine avec une grande attention. Pour autant, ce matin, la jeune fille avait semblé être en forme, elle ne se plaignait d'aucune douleur, elle se sentait en forme et le Mestre avait validé sa présence pour la séance de doléance de ce matin. Jon vivait dans une perpétuelle inquiétude depuis le début de la grossesse de son épouse. Il fallait bien avouer que la guerre avait su un temps détourné son attention mais à chaque nouvelle missive de sa Dame, il revenait à la réalité de la situation concernant sa femme et sa lignée. Alors, si elle pouvait se changer un peu les idées et participer à la vie de la cour du Nord. Jon lui prit alors la main et tout doucement, pour les derniers mètres jusqu'au trône, il l'aida à parcourir le chemin et à s'installer doucement sur le trône à côté du sien, avant de prendre lui-même place. Les nombreux paysans défilaient devant le couple royal, il y avait une grande attente, ils étaient en pleine hiver et la plupart des hommes revenaient de la guerre, il fallait pouvoir répondre au maximum de conséquences des décisions prises par Torrhen Stark ou son fils, maintenant devenu roi. Alors qu'il ne savait depuis combien de temps ils étaient là, Eléanor se pencha vers lui pour lui poser une question tout à fait légitime mais dont il n'entendit jamais la fin. Jon se tourna vers elle en une fraction de seconde, alors qu'il sentait toute la détresse qui émanait de sa jeune épouse. En quelques instants de plus, il était déjà debout, regardant avec horreur la mare de sang qui était en train de se répandre sous les jupes de Eléanor. « Allez immédiatement prévenir Mestre Roshar qu'il faut qu'il nous rejoigne au plus vite dans les appartements royaux ! » Jon s'approcha de la jeune reine, passant ses bras autour du corps de celle-ci pour pouvoir la porter, il posa un instant un baiser sur son front, alors qu'il sentait la panique prêt à s'emparer de lui. « Tout ira bien » Lui murmura-t-il à l'oreille avant de se mettre à marcher pour pouvoir gagner leur chambre. « Que tous ses braves gens soient remerciés de leur venu, donnez-leurs à boire et à manger, de quoi les aider pour la semaine à venir. Mais renvoyez-les ensuite ! Et surtout, ne prévenez personne de ce qui vient de se passer ! » Il quitta la grande salle par une porte dérobée avant de se précipiter au plus vite jusqu'à la chambre, venant à étendre la jeune reine sur le lit, attendant le mestre tout en lui serrant la main.


Jon Stark - Le Jeune Loup
Roi du Nord

We regret our sins but ...
We saw our destiny and
Under my mask I remain low
Under my mask I smile



Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé] 2rxhf0n
Jon Stark

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord
Âge du Personnage: 19 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Jon Stark
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Messages : 2610
Membre du mois : 153
Célébrité : Kit Harington
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Drôle ♦ Loyale ♦
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé]   Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé] EmptyVen 2 Aoû - 17:45


SUNDAY, BLOODY SUNDAY
ELEANOR & JON
Lorsqu’Eléanor avait pénétré dans la Grande Salle, son époux était déjà installé sur son trône de souverain du Nord. Il ne l’avait pas quitté des yeux et dès qu’elle était parvenu près de l’estrade, il s’était précipité pour lui donner la main et l’aider à rejoindre son propre trône à ses côtés. Elle lui avait adressé un grand sourire, chaleureux et reconnaissant. Depuis la nuit de leurs retrouvailles, la jeune Reine avait compris que son époux était profondément inquiet pour elle. Que toutes ses remarques n’étaient liées qu’à son angoisse de la perdre, elle et l’enfant. Elle avait été touchée de ce qu’il lui avait dit et n’était pas prête de l’oublier. Cela l’avait adoucie vis-à-vis de lui. Un nouveau départ, voilà comment elle envisageait l’avenir avec Jon. Jeyne lui avait dit, voilà de cela de nombreux mois, que Jon devait être amadoué, que cela prenait du temps. Elle en avait eu la preuve et à présent, elle se détendait. Le matin avait semblé plein de promesses, elle s’était levée sans aucune douleur, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps. Après l’avoir ausculté, Mestre Roshar avait autorisé sa présence en séance de doléances. Cela lui ferait du bien de quitter enfin cette chambre dans laquelle elle était cloîtrée depuis des jours.

Les doléances commencèrent alors et s’enchaînèrent encore et encore. La matinée avait bien avancé et Eléanor avait profité d’une pause pour pencher la tête vers son époux et lui demander s’il y avait encore beaucoup de plaignants mais elle ne termina pas sa phrase. Une douleur vive venait de lui vriller le ventre et le sang se répandait aux pieds de son trône. La peur, sourde, vicieuse, s’empara d’elle. Et si elle perdait l’enfant ! Jon se tourna vivement vers elle, se levant comme son l’effet d’un choc. Il cria qu’on fasse venir le Mestre dans les appartements royaux avant de soulever délicatement Eléanor et la porter vers leur chambre. Affolée, elle s’accrocha à lui et plongea son regard dans celui de son époux. Il tenta de la rassurer, lui disant que tout irait bien. Mais elle ne pouvait lui répondre, la douleur était terrible, le sang coulait toujours, tâchant sa robe bleutée et le bras de Jon.

Il l’amena rapidement jusqu’à leurs appartements et la déposa délicatement dans leur lit. Elle poussa un hurlement lorsque la douleur revint. Etait-ce le travail qui débutait ? Mais cela était bien trop tôt ! L’enfant ne pourrait survivre. Elle attrapa la main de Jon, la serrant de toutes ses forces. Elle devait être forte. Elle devait tenir. Elle serra les dents, les yeux fermés et crispés, soufflant à rythme régulier pour tenter de juguler la douleur. Elle reflua un bref instant et elle put rouvrir les yeux, accrochant le regard empli d’angoisses de son époux.

Jon… Notre enfant…. Je ne veux pas… Je ne veux pas mourir…. Je ne veux pas te perdre…

En cet instant où l’angoisse la saisissait et où elle luttait de toutes ses forces pour ne pas y sombrer et s’y noyer, elle se rendait compte de l’importance de Jon. Oui, ils avaient mal démarrés. Oui, elle avait été stupide. Une petite fille naïve et stupide. Etait-il trop tard maintenant ? Allait-elle mourir sans avoir pu enfin se rapprocher de lui ?

J’aurai tant voulu… Etre celle qui t’aurais rendu heureux… Je t’aime, Jon. Je t’aime sincèrement. J’aurai aimé que tout soit différent… J’aurais aimé que notre première rencontre soit différente….
code by bat'phanie
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé]   Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé] EmptyJeu 8 Aoû - 15:03

Jon essayait de garder son calme, il essayait de résonner aussi clairement que possible pour que tout le monde puisse s'organiser et que ce qu'il venait de passer ne soit pas afficher aux yeux de tous. Le jeune roi savait qu'il ne pourrait sûrement pas faire taire les rumeurs qui allaient bientôt courir dans les couloirs de la forteresse de Winterfell, à moins que ses gens, ses gardes apprécient bien trop leur nouveau souverain, le prince qu'il avait vu, pour la plupart, naître et grandir ici. A moins que ce n'était justement en soutien à celui-ci, l'inquiétude pour la jeune souveraine qui viendrait à délier les langues et à faire parler dans le château. Tout ce qui comptait pour le moment, c'est de savoir ce qui était en train d'arriver à la jeune femme. Jon ne connaissait en rien le savoir des Mestres, ni même des sorcières des bois dont Ingheam se prévalait de faire partie et qui en faisait d'elle une femme qui accompagnant les autres dans ce genre d'événements. Il n'avait pas fait appel à elle pour le moment, elle aurait sûrement l'occasion de rendre visite à la reine dès le lendemain. Pour le moment, il ne désirait qu'une chose, que Mestre Roshar vienne au plus vite au chevet de Eléanor et qu'il puisse lui dire ce qui était en train de se passer. Jon savait parfaitement qu'une quantité de sang aussi importante était le signe que quelque chose de grave était en train de se dérouler. Surtout que ce n'était pas la première fois que la jeune femme souffrait de saignements, elle en avait été victime pendant tout son voyage de Vivesaigues jusqu'à Winterfell. A l'époque le jeune Loup était loin, il ne pouvait rien faire à par prier, espérer que cela se passe et s'inquiéter fortement pour la future mère, gardant autant contact que possible avec le Mestre à travers de la correspondance, là où son épouse elle restait profondément sobre dans le nombre de missives à l'attention de son époux.

Aujourd'hui, il était présent alors que cela arrivait à nouveau à son épouse, bien qu'il se doutait que cela n'avait jamais été aussi grave qu'à cet instant. Il se demandait comment elle avait réussi à rester éveiller alors qu'elle perdait autant de sang. C'était bien pire à voir à cet instant qu'en plein champ de bataille. Il se rendait compte à présent, que même en étant à ses côtés, il ne pouvait rien faire d'autre que de prier, espérer que cela se passe et s'inquiéter pour la future mère et pour l'enfant qu'elle portait. Il avait peur que l'issu soit plus tragique qu prévu. Mestre Roshar n'avait peut-être pas pu sauver sa mère, mais il était essentiel qu'il sauve la jeune souveraine et qu'il sauve l'héritier du Nord. Il allongea donc la jeune femme sur le lit, continuant à lui tenir la main, caressant son visage de l'autre, tremblant légèrement sous le coup de l'émotion, il vint poser un baiser sur son front puis un baiser sur ses lèvres, ne sachant quoi faire ou quoi dire pour pouvoir la rassurer un tant soit peu. « Tu ne le perdras pas Eléanor. Il est là, et il s'accroche à toi depuis Vivesaigues … Il restera là le temps qu'il lui faudra encore. Je reste là, à tes côtés. » Jon se tourna vers la porte, se demandant ce que pouvait bien faire le Mestre pour pouvoir mettre autant de temps à venir jusqu'ici. Il reporta son regard sur son épouse qui s'était remise à parler. Il fronça les sourcils en l'entendant parler. « Tu veux bien cesser de dire ce genre de bêtises ?! Tu parles comme si tu étais déjà condamnée ! Laisse le Mestre te soigner, nous aurons l'occasion ensuite de profiter l'un de l'autre, ainsi que d'être auprès de notre enfant. Il faut que tu sois forte, pour toi, pour lui, pour moi. » Il lui sourit tendrement avant de se reculer, laissant Mestre Roshar s'approcher de la jeune femme.


Jon Stark - Le Jeune Loup
Roi du Nord

We regret our sins but ...
We saw our destiny and
Under my mask I remain low
Under my mask I smile



Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé] 2rxhf0n
Jon Stark

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord
Âge du Personnage: 19 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Jon Stark
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Messages : 2610
Membre du mois : 153
Célébrité : Kit Harington
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Drôle ♦ Loyale ♦
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé]   Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé] EmptySam 10 Aoû - 22:16


SUNDAY, BLOODY SUNDAY
ELEANOR & JON
Eléanor sentait la tête lui tourner et elle luttait pour ne pas sombrer dans l’inconscience. Elle avait tellement peur qu’en se réveillant, elle s’aperçoive qu’elle avait perdu l’enfant. Depuis le début de la grossesse, tout avait été difficile. Elle avait eu des saignements, légers certes mais bien présents, qu’elle avait imputé au voyage vers Winterfell. Les saignements partis, ce furent les douleurs qui l’assaillirent. Et à présent, elle venait de perdre une quantité impressionnante de sang. Les Anciens Dieux étaient-ils résolument contre elle ? Eléanor respectait les dieux, elle n’était pas non plus une fervente adepte mais elle respectait. Autant les Anciens Dieux qui étaient à présent les siens, que les Nouveaux. Et pourtant, le sort semblait s’acharner sur elle et sur Jon.

La jeune femme s’accrocha à peine à l’épaule de son époux, tentant de surmonter la vive douleur qui lui fouaillait les entrailles. Elle était terrifiée à l’idée de perdre l’héritier et de mourir elle-même. En cet instant, elle devait se montrer forte. Mais comment ? Elle n’avait que 16 ans, aucune expérience de la mort, à part son grand-père. Elle n’était pas un soldat qui avait vu de nombreux cadavres avant son propre décès. Elle se rendit à peine compte que Jon la portait à travers les couloirs du château et l’emmenait en direction de leurs appartements. Elle sentit quelque peu la douceur du matelas de plume sur lequel il déposait doucement.

Une autre douleur la saisit et son visage se crispa. Elle ne s’était pas rendue compte bien sûr que des gardes avaient assisté à la scène, que des hommes devaient sûrement déjà diffuser l’information. Ou peut-être étaient-ils tellement loyaux à Jon qu’ils tiendraient leur langue. Mestre Roshar se faisait attendre mais Eléanor était bien trop concentrée sur la gestion de la douleur. Jon ressemblait à une bête en cage. Il était auprès d’elle, lui caressant les cheveux, déposant un baiser sur son front puis sur ses lèvres. Cela donna de la force et du courage à Eléanor.

Je prie que les Anciens Dieux t’entendent… Je t’en prie, reste avec moi…

Elle serra sa main encore plus fort, comme pour s’empêcher de se noyer dans un lac profond. Les paroles de Jon auraient pu dans un autre contexte la renfrogner. Mais en cet instant, enfin, elle comprit son inquiétude et sa volonté de lui donner de la force, la force de se battre. Elle lui adressa un sourire.

Tu sais bien que ce que je te dis a toujours le don de t’agacer ? La phrase était murmurée avec un amusement perceptible malgré le tragique des circonstances. Je serai forte, je te le promets. Pour toi. Et pour lui.

Elle avait touché son ventre pour accompagner ses dernières paroles. Le Mestre entra enfin et commença à l’ausculter. Quelques brèves douleurs continuaient de saisir Eléanor mais à intervalles plus longues. Le Mestre ne pensa même pas à demander à Jon de sortir et en cet instant, Eléanor le préférait à ses côtés.

Majestés, la Reine n’a pas perdu l’enfant mais le placenta est décollé en plusieurs endroits et la mère a perdu beaucoup de sang. Sa Majesté doit garder le lit impérativement. Je lui administrerai une potion afin qu’elle recouvre ses forces et que la délivrance ne se déclenche pas trop tôt.

Eléanor écoutait en sentant son esprit vagabonder. Elle se sentait si faible. La tête lui tournait et elle observait le visage parcheminé du mestre se tourner vers elle avec un sourire. Il lui fit boire une potion au goût infâme qu’elle but néanmoins sans rechigner. Cela la soulagea. Enfin, Mestre Roshar quitta la pièce.

Je suis tellement désolée de te causer autant de soucis, Jon...            
code by bat'phanie
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé]   Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé] EmptySam 31 Aoû - 9:48

Jon était totalement perdu, il ne savait pas comment agir ou réagir par rapport à la situation critique dans laquelle son épouse se trouvait, il était totalement impuissant. Ce n'était pas son corps qui était en train de faire défaut mais le sien et à part attendre l'arrivée de Mestre Roshar, il ne pouvait tenter que de la réconforter en paroles douces et en gestes tendres. Jon s'était toujours affiché comme un loup solitaire, qui aimait le froid, la nuit, la neige. Il pouvait même enfant, rester calme et silencieux pendant un long moment avant que la tempête qui sommeillait en lui ne se déclenche et qu'il ne s'amuse alors à tout retourner dans la forteresse de Winterfell. Les liens avec ces aînés, les liens avec son frère et sa sœur, différaient totalement d'un individu à l'autre, mais la meute avait toujours été le plus important dans sa vie, et c'était aujourd'hui la nouvelle génération qui risquait de disparaître. Jon ne s'était jamais imaginé en tant qu'époux, bien qu'il avait espéré vivre une relation heureuse avec celle qui deviendrait sa femme. Pour autant, il s'était imaginé en tant que père. Torrhen avait été une figure importante, imposante, mais principalement absente dans sa vie d'enfant, et d'adolescent. Il y avait alors eu Conrad avait été un père de substitution mais bien plus dans l'apprentissage militaire bien corsé. Puis surtout, il y avait eu Brandon. Frère bâtard de son père, il avait été proche de lui, et de tous les enfants Stark. Il avait été un père à ses yeux, et Jon ne voulait en aucun cas penser au reste et à la révélation que Torrhen avait pu lui faire à Vivesaigues. Cela semblait si loin, mais finalement, ça continuait à peser au-dessus de lui, et sans doute était-ce aussi une question qui avait longtemps taraudé l'esprit de l'empereur et devait continuer à le tourmenter parfois. Au moins, les jumeaux qu'il avait eu en compagnie de Rhaenys étaient les siens à n'en pas douter par la description qu'il en avait eu.

Jon était certain que cet enfant était le sien, Eléanor n'avait pas montré d'intérêt pour aucun autre homme que lui, de cela il en était parfaitement conscient. C'était donc la chair de sa chair qui grandissait dans son corps, certes il restait essentiel que ce soit un fils, il avait besoin d'un héritier mâle pour le Nord. Il aimerait tout autant une fille, si c'est elle qui venait à naître au monde en premier. Cependant, il savait qu'avec la quantité de sang qu'elle venait de perdre un peu partout dans la salle de trône jusqu'aux appartements, il risquait de ne pas voir son enfant naître et peut-être perdre sa jeune épouse. La situation était compliquée entre eux deux, mais pour rien au monde il ne souhaitait de la voir disparaître, et encore moins dans les mêmes conditions que sa mère quelques années auparavant. Il la regarda et hocha doucement la tête en entendant sa demande. « Je reste là ne t'en fais pas pour cela, je ne te laisserai pas seule affronter ce qu'il se passe. » Il serra sa main dans la sienne, reportant son regard vers la porte, en espérant que le Mestre allait enfin passer ce fichu seuil et pourrait alors enfin les rassurer ou au moins examiner Eléanor avant que la panique ne vienne à accentuer le phénomène et qu'elle finisse par ne plus pouvoir être aidé. Quand enfin il se présenta devant eux, il ne put que recevoir un regard noir à son attention de la part de Jon, qui après avoir embrassé le front de Eléanor, se recula pour pouvoir laisser toute la place au Mestre Roshar d'examiner la jeune reine du Nord. Jon se dirigea vers la fenêtre gardant assez de pudeur pour ne pas regarder pendant que le Mestre était en train de l'osculter. Il écoutait attentivement, tout en regardant la neige par la fenêtre. Il se passa une main sur le visage avant d'hocher doucement la tête en direction du Mestre, lui faisant signe qu'il viendrait le trouver juste après. Il tourna ensuite son visage vers son épouse et soupira doucement. « Arrête de dire n'importe quoi, tu n'y es pour rien. Il est essentiel que tu te reposes à présent. Je sais que tout cela risque d'être long, mais c'est essentiel. » Il fit appeler une des dames de chambre de la Reine, demandant à ce qu'elle soit installée confortablement, qu'on vienne changer les draps et qu'on l'aide à lui retirer sa robe et le surplus de vêtements pour qu'elle puisse se reposer dans les meilleurs conditions possibles. « Par contre, il faudra écouter Mestre Roshar dans les moindres consignes pour ne pas perdre l'enfant. »


Jon Stark - Le Jeune Loup
Roi du Nord

We regret our sins but ...
We saw our destiny and
Under my mask I remain low
Under my mask I smile



Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé] 2rxhf0n
Jon Stark

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord
Âge du Personnage: 19 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Jon Stark
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Messages : 2610
Membre du mois : 153
Célébrité : Kit Harington
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Drôle ♦ Loyale ♦
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé]   Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé] EmptyMar 3 Sep - 23:16


SUNDAY, BLOODY SUNDAY
ELEANOR & JON
Eléanor avait peur. Peur de perdre l’enfant. Peur de mourir. Loin des siens, loin de sa famille, de son père et de sa mère. Jon était sa famille à présent bien sûr et elle voyait dans ses yeux son inquiétude dévorante, pour ne pas dire son angoisse. Le Mestre se faisait attendre mais Eléanor n’était nullement en capacité de s’en rendre compte. Elle se sentait tellement faible, tellement au bord du gouffre qu’elle se concentrait uniquement sur sa survie. Tenir. Ne pas sombrer dans l’abîme qui menaçait d’engloutir son esprit. Elle eut une pensée pour sa mère, cette femme qu’elle avait eu tant de mal à comprendre. En cet instant, elle le regrettait amèrement. Et son père. Elle réfréna les larmes qui la saisissaient et parvint à ne pas pleurer. Elle ne pouvait pas, les douleurs dans son ventre surgissaient de façon violente, aigues, comme si on lui plantait des aiguilles ou des lames.

Dans le lit, Jon semblait un fauve en cage. Il tentait de la rassurer mais Eléanor n’était pas naïve. Il n’avait aucun moyen de savoir, tout Roi qu’il était, ce qui se passait au sein de ses entrailles. Ni si l’enfant était vivant ou mort. Il lui répondit qu’il restait à ses côtés et elle serra sa main en réponse, respirant par à-coups, tentant de contenir la douleur. Elle fermait les yeux, paupières crispées et dents serrées. Elle entendit à peine le Mestre entrer dans la pièce. Elle perçut vaguement les lèvres de Jon se poser sur son front avant qu’il ne s’écarte et ne laisse la place au vieux Mestre. Ce dernier l’ausculta et rassura le Roi et la Reine. La potion qu’il lui administra lui fit du bien et Eléanor put enfin se détendre, la douleur étant largement muselée. Jon lui rétorqua une fois encore qu’elle disait des bêtises. Eléanor n’était nullement en état de polémiquer, elle n’en avait aucune envie, étant bien trop faible pour cela. Elle se contenta de répondre doucement :

Je ne dis pas n’importe quoi… Je suis tellement désolée de… de tout en fait. J’aurai aimé que tout se passe autrement, Jon. J’aurai aimé être plus calme et pondérée dès le départ. Certes, j’ai commencé à me tempérer depuis que je suis arrivée à Winterfell, mais ce faux départ a créé un tel fossé entre nous que cela me pèse. Et maintenant, la grossesse qui va de pire en pire… J’ai l’impression de ne pas y arriver… Que quoi que je fasse, cela n’aboutit à rien. Je suis désolée, je ne veux pas que tu t’offusques de ce que je dis, cela n’a rien de reproches, du moins, ils ne te sont pas adressés. Depuis que nous sommes mariés, je ne suis qu’une source de déception pour toi ou bien d’angoisses. Crois-moi quand je dis que je m’en veux de tout cela. Si tu savais… Je ne suis pas comme toi, Jon. Lorsque quelque chose ne va pas, je ne le garde pas pour moi, j’ai tendance à le dire. Et je préfère le dire au principal intéressé. Je…. Je voudrai tellement qu’on reparte à zéro…

La peur de disparaître, elle et l’enfant, avait rompu les digues qui retenaient toutes les peines et les incompréhensions de ces derniers mois. Mais cela faisait du bien de le lui dire. Elle cessa cependant de parler lorsque la dame de chambre entra pour changer ses draps et lui retirer sa robe, la laissant dans une robe de nuit légère. Elle avait tellement chaud. Les paroles de Jon la firent sourire.

Jamais je ne mettrai la vie de notre enfant en danger, Jon. Naturellement que je ferai tout ce que Mestre Roshar me recommande.

Elle tapota la place à ses côtés. Elle avait besoin qu’il reste avec elle. Même si ses devoirs de Roi allaient le rappeler bien trop vite, elle avait besoin de lui.
code by bat'phanie
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé]   Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé] EmptyMer 25 Sep - 17:26

Jon s'était souvent senti démuni, mais sans doute jamais autant qu'à ce moment, qu'à cet instant précis où la vie que Eleanor était en train de porter en son sein était menacé de disparaître. Être père, c'était quelque chose peut-être même d'essentiel pour lui. Il ne pouvait réellement avoir la possibilité de gérer sa vie personnelle, son épouse lui avait été imposé et tout le monde avait alors espéré que le temps ferait le reste. Pour autant, il savait quel père il serait le jour où il aurait des enfants. Mais encore une fois, tout cela il ne pouvait pas le contrôler et c'est sans doute pourquoi c'était aussi difficile à gérer, et pourquoi il se sentait presque impuissant à pouvoir réconforter Eleanor dans l'épreuve qu'elle traversait, car c'était son corps à elle qui était en train de la trahir. Jon ne pouvait connaître que la douleur morale, qui se transformerait peut-être en douleur physique dans les heures à venir. Pour le moment, il ne se concentrait que sur elle, bien que seul le mestre serait capable de pouvoir lui donner ce qu'il lui faut pour apaiser sa douleur et peut être calmé également les saignements. Il n'était tout simplement pas capable de regarder ce qu'il se passait plus bas, il ne voulait pas voir l'ampleur des dégâts et il n'aurait de toute manière rien su faire. Il le savait, c'était un soldat, c'était un roi, mais ce n'était en aucun cas un mestre, ou même un accoucheur. Et puis, il était bien trop tôt pour cela … Il était violent de voir que finalement, quelques années après la mort de sa mère, il risquait de connaître la disparition de son épouse ou au moins de son enfant et c'était une terrible épreuve qu'il fallait affronter la main dans la main.

Jon se leva du lit pour pouvoir laisser la place au Mestre au chevet de la jeune Reine. Il restait un homme et alors que Roshar était en train d’ausculter la jeune femme enceinte, il s'était détourné et il s'était glissé au fond de la pièce, regardant par la fenêtre pour ne pas déranger pendant qu'il était en train de s'occuper d'elle. Son esprit se mit alors à vagabonder vers les plaines enneigées qui s'étendaient au-delà des hauts murs de la forteresse de Winterfell. Doucement, il sentit une main se poser sur son épaule et elle se tourna vers la personne concernée. Le Mestre vint alors à lui murmurer quelques paroles pour pouvoir le rassurer pour le moment. Cependant, seul le temps permettrait de dire si la mère et l'enfant allaient s'en sortir. Il lui avait administré une potion pour pouvoir apaiser ses douleurs, mais même si Jon était le Roi, le mestre était clair, il ne fallait pas qu'il tarde à la laisser pour que la potion puisse agir et qu'elle puisse se reposer. Les prochaines heures seraient décisives et il ne fallait aucune source d'inquiétude supplémentaire, surtout avec un époux qui était dans un tel état de panique. Il glissa dans la main de Jon, une petite fiole pour pouvoir l'aider à dormir s'il en avait besoin. Il connaissait les difficultés que Jon rencontrait pour fermer l'oeil la nuit, un fait qui datait de son enfance et cette nuit serait sans doute une de ses nuits sans sommeil.

Il le remercia en quelques mots avant de le laisser partir, glissant la fiole dans sa poche avant de se rapprocher à nouveau de son épouse, s'installer sur le bord du lit. « Tu ne peux pas dire que cela n'aboutit à rien, tu es quand même enceinte, tu vas devenir mère, tu vas mettre au monde un enfant. Notre enfant. Ce n'est pas rien je crois … Pour ce qui est du déroulement de la grossesse, c'est ainsi. Le voyage jusqu'à Winterfell n'a sans doute rien arrangé à tout cela et ça, c'est ma faute et non la tienne. Tu ne peux pas t'en vouloir, chaque grossesse est différente, nos mères ont bien eu trois enfants chacune sans que cela ne fassent rien, et regarde ce qui est arrivé à la jeune épouse de Ronnel Arryn. Il ne faut pas aggraver les choses tout simplement, et même si pour cela tu dois rester allonger pendant les prochains mois … Tu vis et l'enfant également, c'est tout ce qui compte. Il est impératif que tu te reposes dès maintenant. » Il serra doucement la main dans la sienne, la regardant droit dans les yeux. « Pour ce qui est du reste Eleanor, j'ai toujours essayé d'être le plus franc possible avec toi, sans chercher à te blesser même si c'est sûrement ce qu'il s'est passé. Je vais en parler, une fois et une fois seulement, et le sujet sera clos ensuite. Ce n'est pas le moment, mais je doute que tu acceptes de reporter la discussion. Alors oui je suis déçu. Déçu car ce n'est pas ce que je voulais, déçu car tu n'étais pas la personne que j'espérais. Mais je crois avoir toujours été quelqu'un de correct à ton égard. J'en ai discuté avec l'Impératrice, j'étais prêt à faire des efforts, pour toi et pour nous. Quand je vois l'accueil que tu m'as réservé, la façon dont tu t'es comportée devant nos sujets à mon égard, j'étais en colère et je suis toujours en colère. Je ne peux mettre tout ça sur le compte de la grossesse et te pardonner. Le fossé est grand entre nous et je ne peux pas l'effacer. Il nous ait impossible de repartir de zéro, car faire comme-ci cela n'avait pas existé, pourrait être encore plus mauvais pour nous que de l'accepter. J'ai mes responsabilités là-dedans, je le sais. Nous pouvons maintenant essayer d'arranger les choses, mais je ne me forcerais pas, je ne ferais pas semblant, car c'est comme cela que je suis franc et honnête que cela plaise ou non. Ce n'est pas pour autant que je ne serai pas là à tes côtés pour te soutenir. » Il lui fit un doux sourire.


Jon Stark - Le Jeune Loup
Roi du Nord

We regret our sins but ...
We saw our destiny and
Under my mask I remain low
Under my mask I smile



Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé] 2rxhf0n
Jon Stark

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord
Âge du Personnage: 19 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Jon Stark
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Messages : 2610
Membre du mois : 153
Célébrité : Kit Harington
Maison : Stark
Caractère : ♦ Impulsif ♦ Courageux ♦ Impatient ♦ Mature ♦ Imprudent ♦ Sociable ♦ Secret ♦ Protecteur ♦ Drôle ♦ Loyale ♦
∇ THE REIGN OF THE YOUNG WOLF BEGINS ∇
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé]   Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé] EmptyMer 25 Sep - 18:25


SUNDAY, BLOODY SUNDAY
ELEANOR & JON
Eléanor n’avait jamais pensé à la maternité avant d’être unie à Jon. Bien sûr, elle avait toujours su que son avenir serait de porter les enfants de son époux, comme toute femme mariée le devait. Mais elle était une enfant à l’époque, une petite fille vivant de rêves d’amour et d’union harmonieuse. Elle rêvait d’un époux merveilleux, pas encore d’enfant. Depuis qu’elle sentait ce petit être bouger en elle, elle était perdue. Emplie d’attachement pour un être qui n’était pas encore là, anxieuse à l’idée qu’il lui arrive quelque chose. Cet enfant était le sien, le leur, et elle avait craint en voyant tout ce sang sur ses genoux qu’il ne soit mort. Démunie, désespérée, elle ne pouvait rien faire. Et c’était ça qui était le pire. Elle aurait voulu faire quelque chose. Mais à part gérer l’intense douleur qui lui vrillait le ventre, elle ne pouvait rien faire. Jon la rassurait bien sûr, mais l’angoisse qu’elle percevait, augmentait la sienne. La vie était fragile et elle menaçait de disparaître à chaque instant. La faiblesse qu’elle ressentait l’avait ensuite poussé à craindre son propre trépas. C’était pour cela que toutes ses idées lui étaient revenues à l’esprit. La relation compliquée avec sa mère, son conflit stupide avec son père, la relation tendue avec son époux. La mort avait le don de faire le tri dans les priorités. Et elle comprenait enfin, peut-être trop tard, qu’elle avait eu parfois des comportements d’enfant.

Jon s’était levé de son chevet, laissant le Mestre l’ausculter et s’isolant pudiquement à l’opposé de la chambre. Eléanor savait que ce n’était pas le monde des hommes. Le corps des femmes avait ses propres codes. Les hommes livraient leurs luttes sur le champ de bataille, les femmes dans les chambres d’accouchement. C’était la bataille d’Eléanor et Jon ne pouvait que la soutenir de sa présence, rien de plus. Mestre Roshar avait la mine fermée, concentrée. Il l’ausculta doucement, palpant le ventre, l’écoutant et auscultant ses parties intimes pour voir si l’enfant ne venait pas. Eléanor s’était habituée à être ainsi auscultée et en cet instant, la pudeur n’était absolument pas prioritaire dans son esprit. Elle ne voulait savoir qu’une chose, c’était est-ce que leur enfant était vivant. Après avoir rassuré la Reine, il se rapprocha du Roi et lui murmura des choses à l’oreille. Eléanor ne le remarqua qu’à peine. Mais ses pensées tournaient dans sa tête. Et si elle mourrait ? Le mestre avait clairement dit que la santé de l’enfant mais également de la mère était en jeu. Elle ne pouvait pas mourir sans avoir livré le fond de son cœur à son époux. Elle regrettait de ne pouvoir le faire sur l’heure envers sa mère et son père, mais elle se promit que, si les Dieux l’épargnaient, elle prendrait la plume dès qu’elle le pourrait pour leur dire tout ce qu’elle pensait et tout ce qu’elle ressentait pour eux. Les paroles de Jon concernant sa grossesse et le fait que ce n’était pas de sa faute la rassurèrent. Il tentait d’éviter qu’elle ne culpabilise. Mais elle ne désirait pas non plus qu’il se sente responsable.

Tu as raison. Cet enfant est l’aboutissement de notre union. Excuse ma franchise, mais c’est le seul. C’est le plus important, bien sûr. Quant au voyage jusqu’à Winterfell, tu as fait ce qu’il fallait, Jon. Tu ne peux pas dire que tu es responsable. Je ne pouvais pas décemment mettre au monde l’héritier du Nord dans le Conflans. Tu n’as commis aucune faute. Tu as fait ce qui était nécessaire. Pour le reste, je vais me reposer. Le sort de notre enfant et du mien est entre les mains des Dieux.

Les paroles de Jon, toutes directes qu’elles étaient, ne furent nullement mal prises par Eléanor. Elle hocha la tête à beaucoup de choses. Et elle était d’accord avec ce qu’il disait.

Merci de ta franchise, Jon. Si tu me permets juste de l’être également, je tiens à te dire ce que j’ai sur le cœur. Je sais que j’ai été une enfant stupide avec mes rêves d’amour. Je sais que je suis aussi responsable de tout cela. Je n’ai pas vu ce que tu me décris de toi car j’étais perdu dans mes rêves d’un homme différent. Mais tu n’es pas cet homme. J’ai été déçue, c’est vrai et je sais que je t’ai beaucoup déçu en retour. Mais tu es mon époux et je sais que tu as de nombreuses qualités dont sont dépourvus beaucoup d’homme. Je me suis mal exprimée, je ne veux pas repartir de zéro. Je veux que les choses s’arrangent. Tu me dis que tu étais prêt à ton retour à faire des efforts, c’est à moi d’en faire à présent. Si les Dieux me prêtent vie, je saurai devenir celle que tu attends. Ou du moins, m’en rapprocher autant que mon caractère me le permet.

Elle lui sourit tendrement en retour et déposa un baiser sur ses lèvres. Puis, elle ferma les yeux et sombra dans le sommeil.
code by bat'phanie
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé]   Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé] Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Sunday, Bloody Sunday [Tour VII - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Une après-midi tranquille ? [PV Yuko] [Hentaï] [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Le Nord :: Winterfell-
Sauter vers: