Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Clé licence Windows 10 professionnel 32/64 bits – Français
12.90 €
Voir le deal

the Good, and the Bad [Tour VII - Terminé]
MessageSujet: the Good, and the Bad [Tour VII - Terminé]   the Good, and the Bad  [Tour VII - Terminé] EmptyLun 17 Juin - 0:45


Le traitement que l’on m’octroyait n’était pas mauvais et je pouvais difficilement m’en plaindre. J’avais pu garder mes compagnons à mes côtés et quelques affaires personnels, gardant ainsi toujours un pied à Dorne à travers des discussions avec les premiers ou à travers quelques objets aux couleurs du sable et du soleil. Pourtant, la solitude me pesait lourdement comme cet « enfermement ».

A Dorne, malgré mes relations tendues avec ma fratrie, je pouvais chercher un semblant de confort et de chaleur à leur côté, ou alors noyer chagrin et morosité en m’adonnant à quelques affaires commerciales. Mes journées se passaient souvent au grand air, ou dans quelques échoppes, et il était rare que je reste plus de deux semaines dans une même ville. Autant dire, cette vie nomade avait façonné en moi une femme active et occupée – ayant peu de temps à accorder à ces travers de jeunesse. A Pierremoutier, mon rythme s’était inversé et je retombais petit à petit dans les vices de l’oisiveté – quoique, une lascivité ponctuée par une peur quotidienne voire constante qu’à tout instant je pouvais perdre des privilèges, voire la vie.

J’avais le sentiment que j’allais devenir folle. Un sentiment que je cachais tant bien que mal derrière un air solennel, et affable. Je croisais des hommes et des femmes. Certains m’observaient plus longuement, d’autres me lançaient des regards goguenards. Les premiers étaient des hommes et des femmes qui n’avaient jamais vu – ou peu vu – des étrangers sur leurs terres, et les seconds étaient des hommes du Requin Noir, que j’avais vu à l’époque et qui avait lorgné très, très longtemps – si ce n’est au quotidien – sur la femme-sel de leur capitaine.

Devais-je les craindre, ou voir une opportunité pour me sortir d’ici ? Séduire était une option mais aussitôt, les figures de mes frères et sœurs me reviennent en mémoire. Je ne pouvais pas « refaire » la même chose, j’avais à trouver une autre ruse. C’est donc perdue dans mes pensées que j’arpente une énième fois un même couloir – celui qui relie la grande salle à ma chambre. Je me forçais à cet exercice tous les jours, me rendant dans cette salle qui rythmait plus ou moins le quotidien des environs, tantôt avec des audiences, tantôt avec des repas, tantôt avec des annonces. M’enfermer dans ma chambre n’avait jamais été une option. Jamais.

Et ça semblait gêner certains. Je croise, encore, une même personne. Et j’essuyais, encore, son même regard – mélange de perversité et de dégoût. Il semblerait que cette rencontre était en trop, celle qui n’aurait pas dû l’avoir lieu. Avant même que je ne réagisse, je me retrouve jeté dans une pièce face à cet homme qui beuglait des choses – un mélange de vérités, d’insultes et de vulgarités. J’avais toujours été une femme de parole, et non une femme d’action. Et je réfléchis avant de parler, sauf avec certaines personnes – ceux qui me connaissaient, ceux que j’aimais.

- Je vous prie de vous calmer. Cette situation va causer du tort bien plus à vous, qu’à moi
, soufflais-je, tentant de trouver le point faible de cet homme. Vaine tentative. Il semblait remonté, et obnubilé par une seule idée. Laquelle, je ne voulais pas savoir et encore moins découvrir.
Arianne Martell

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Conseillère de Dorne
Âge du Personnage: 27 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Arianne Martell
Messages : 560
Membre du mois : 3
Célébrité : Deepika Padukone
Maison : Principauté de Dorne - maison Martell
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the Good, and the Bad [Tour VII - Terminé]   the Good, and the Bad  [Tour VII - Terminé] EmptySam 22 Juin - 13:45


The Good, And The Bad (Heda)

Me revoilà dans les couloirs de la forteresse de Pierremoutier. Depuis quelques jours nous avions une nouvelle invitée, Arianne Martell, soeur de la princesse Deria Martell de Dorne. Ce n'était pas la première fois que la Dornienne traînait dans nos pattes, puisque nous l'avions déjà gardé en otage il y a près d'un an, lors de nos raids sur les côtes de la principauté. Cette fois, aucun fer-né ne l'avait capturé, le Bief l'avait demandé en tant qu'otage à l'issue des négociations pour la fin de la guerre.

En tant qu'invitée de marque, elle était traitée selon son rang, elle avait gardé quelques compagnons et affaires personnelles. Pourtant, elle restait une prisonnière soigneusement gardée à l'intérieur du château. Je gardais mes yeux grands ouverts sur les échanges entre Yoren et Arianne, car je n'étais pas sans savoir leurs relations charnelles sur le Requin Noir, navire et équipe qui étaient dorénavant devenu les miens.

J'arpentais les couloirs du château afin de rejoindre la Grande Salle, en tant que conseillère du roi Yoren, je faisais régulièrement des allers et retours du campement jusqu'au château, afin de garder contact avec les soldats, et mes camarades des grandes maisons des Iles de Fer. Siam et Ivar rôdaient toujours dans le campement, se chargent de garder nos alliés proches de nous. Beron était parti pour le Bief, et mon homme de main trouvé dans la Nera était également parti de son côté. Alors que je réfléchissais à quelques plans, quelques bruits attirèrent mon attention. Des bruits de pas précipités, une voix masculine, un bruit d'étouffement, une porte.. Je pressais le pas vers les sons lorsque je vus leurs origine. Une pièce sans importante, n'étant habité par personne en particulier. J'ouvris la porte pour y découvrir un fer-né entrain de retenir la Martell. Il lui beuglait un mélange d'insultes et de vulgarités tandis qu'elle essayait de le calmer.

Sans vraiment vouloir en savoir plus, j'agis. Mon pied droit s'abattit sur l'entre-jambe du fer-né profitant de sa posture. Il hurla de douleur avant de s'affronter à genoux sur le sol, tandis que je le retournais vers moi en lui lançant un regard glacial.

- "Tu n'es pas sans savoir que cette personne est une invitée ici. Tu vas devoir répondre de tes actes devant Yoren." dis-je d'un ton menaçant.

Je fis signe à la Martell de se déplacer derrière-moi, afin d'être plus en sécuritée. Je tournais vaguement ma tête vers la Dornienne pour m'assurer de son état de physique.

:copyright: 2981 12289 0
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the Good, and the Bad [Tour VII - Terminé]   the Good, and the Bad  [Tour VII - Terminé] EmptyVen 19 Juil - 0:48

L’homme offrait une bien piètre image de sa personne. Ses traits étaient déformés par une rage, le blanc de ses yeux était zébré par de multiples veines rouges – comme s’il manquait de sommeil, ou qu’il avait bien trop bu –, ses lèvres étaient tordues par un rictus triomphant et enfin, sa bouche n’était qu’un trou noir écumant et puant. L’homme était ivre, et fou. En somme, un homme qui n’avait plus sa raison, et qu’on ne pouvait pas raisonner à moins d’avoir des poings aussi lourds que les siennes ou une agilité suffisante pour porter le coup opportun. Deux choses dont j’étais dépourvue.

Pourtant, étrangement, je ne m’avouais pas encore vaincue. J’avais encore cet insensé espoir qu’il existait une possibilité d’éviter le pire des scénarios – être bafoué par un ivrogne, devenir la risée de ces inconnus que je croisais tous les jours et bien d’autres possibilités –. Je repensais subitement au bordel où j’étais née, et où j’avais vécu sept longues années. J’avais entendu ces mêmes beuglements furieux, et j’avais vu ce même visage boursouflé et rougi par la liqueur.

Certaines se défendaient becs et ongles au risque de subir le courroux violent du client, d’autres optaient pour une passivité alarmante et inquiétante qui étaient source d’amusement ou d’ennuie pour l’assaillant. Ma mère n’avait jamais été une de ces femmes, pour la simple raison qu’elle avait été assez intelligente et prudente pour choisir ses clients, ou pour les connaître suffisamment pour éviter de découvrir leurs fâcheux penchants. J’avais manqué de prudence dans cette routine bien établie, et j’en subissais les conséquences – ou plutôt, j’allais en subir les conséquences si je n’agissais pas au plus vite.

Consciente de la situation, j’étais prête à agir – mais ignorant encore comment – lorsque la situation prit une tournure inattendue. La lourde porte s’ouvre, un pied inconnu s’écrase avec force et sans scrupule contre l’entrejambe de l’ivrogne qui ne peut que répliquer avec un cri aigu de douleur. Finalement, la figure de mon sauveur est visible, et inconsciemment, un sourire illumine mon visage : Heda Volmark, une femme de caractère et avant tout une femme loyale. Lors de ma capture au bord du Requin Noir, elle avait été le bras droit du Capitaine – mais qui aujourd’hui se fait appeler « Roi » - et avait souffert bon gré, mal gré, ma présence. Elle n’avait été ni exceptionnellement cordiale, ni outrageusement odieuse. Elle avait été avant tout une femme de caractère, mais une femme loyale, qui savait suivre les ordres et s’adonner pleinement à sa mission.

Ses paroles confirmaient mes souvenirs à son égard. Aujourd’hui, l’ordre est de me traiter avec égard : je ne pourrais dire quel pourrait l’ordre de demain, ou de la saison prochaine. Toujours est-il qu’à cet instant, elle était sûrement l’une des rares personnes en qui je pouvais placer un semblant de confiance sur ces terres étrangères. Cependant, jusqu’où pouvait-elle être « utile », je ne saurais dire. Je ne suis pas encore familière de l’entourage du nouveau Roi, et encore moins de la position de ses anciens compères du Requin Noir. Des questions auxquelles Heda pourrait apporter une réponse, à n’en point douter, si elle était d’humeur bavarde.

Des questions que je taisais, préférant me relever et me glisser derrière la guerrière. Je sens le regard inquisiteur de cette dernière, et je m’empresse de confirmer – ou de nier – un quelconque doute.

- Je vais bien, je vous remercie de votre aide et de votre assistance.
 
Mon regard s’attarde quelques instants sur l’homme, et je suis partagée entre un désir d’aggraver son cas, d’alléger sa peine future ou alors tout simplement ne rien dire ou faire. Je n’étais qu’une étrangère dans ce lieu, je ne connaissais nullement les us et les coutumes, et je n’avais aucun pouvoir : j’avais à faire attention à mes gestes, et à mes paroles, constamment.

- Je ne connais pas les lois qui s’appliquent sous l’autorité du Roi Yoren Hoare mais, si je puis me permettre, l’affaire n’est pas un fait à rapporter, commençais-je. L’homme est clairement ivre et inapte à raisonner, et il a actuellement souffert convenablement. Si l’affaire s’ébruite plus que nécessaire, je crains qu’actuellement la faute ne soit rejetée à moi : après tout, je suis l’étrangère.


Dernière édition par Arianne Martell le Mar 23 Juil - 20:00, édité 1 fois
Arianne Martell

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Conseillère de Dorne
Âge du Personnage: 27 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Arianne Martell
Messages : 560
Membre du mois : 3
Célébrité : Deepika Padukone
Maison : Principauté de Dorne - maison Martell
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the Good, and the Bad [Tour VII - Terminé]   the Good, and the Bad  [Tour VII - Terminé] EmptyDim 21 Juil - 20:33


The Good, And The Bad (Heda)


J'avais asséné un coup critique au fer-né qui jusque-là se permettait d'enfreindre les règles. L'homme poussa un cri aigu de douleur et de surprise sous mon coup de pied dévastateur. Je dégageais mon pied de son entre jambes pour observer en détail la Dornienne, saine et sauve. Un sourire illumina son visage tandis que je lui indiquais de venir derrière moi.

La Dornienne s'empressa de venir derrière moi, et de mon confirmer son état physique. Elle allait bien, et elle me remerciait. Bien. Je reportais mon regard vers le fer-né fautif, le jugeant de manière sévère de mon regard bleu.

- "L'affaire ne sera pas ébruitée, mais Yoren en sera informé. Il décidera de la punition de ce misérable." dis-je d'un ton sévère.

J'observais de nouveau la Dornienne, mais cette fois-ci ses vêtements. Je voulais m'assurer que sa tenue n'avait pas été malmener, et qu'elle couvrait toujours son corps de façon adéquate. Elle semblait intacte, ce qui était une bonne nouvelle. Je me retournais vers le fer-né, que je désarmais rapidement, puis que je relevais en l'attrapant par l'oreille. J’entraînais à ma suite l'ivrogne en le tirant par l'oreille, puis je fis signe à la Dornienne de me suivre.  

- "Au faite, il serait également pratique que l'affaire ne s'ébruite pas auprès de Deria non-plus. Puis-je te faire confiance à ce sujet ?" demandais-je d'un plus calme.

Je sortais de la salle pour m'avancer dans le couloir afin d'aller livrer le misérable à son chef, qui se chargera de lui jusqu'à-ce que Yoren décide de son sort. Je surveillais discrètement qu'elle me suive bien, et qu'elle ne se perde pas derrière moi.

- "Comment se passe votre séjour ici ?" demandais-je simplement.

:copyright: 2981 12289 0
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the Good, and the Bad [Tour VII - Terminé]   the Good, and the Bad  [Tour VII - Terminé] EmptyMer 24 Juil - 0:52

J’avais adopté la mode de cette cour, et pourtant il m’était impossible de me fondre dans la foule des anonymes. Les raisons étaient multiples. D’une, je me refusais de ne pas porter au moins un objet ou un symbole qui ne rappelle Dorne, pays de mes origines, pays dont je me languissais à longueur de journée. De deux, si pour beaucoup le temps s’était adouci, les journées étaient encore trop froides et trop humides pour la Dornienne que j’étais, habituée à l’aridité du jour et de la nuit. Par conséquent je portais soit une étoffe supplémentaire, soit un manteau épais, apportant plus de volume à mon tour de taille. De trois, en raison de cette tenue plus lourde que mes étoffes habituelles – faites de soie, de satin ou de tuiles transparentes –, je peinais à me déplacer avec la même rapidité et la même élégance que les dames de cette cour. Enfin, et plus important, ma couleur de peau était plus marquée comparée à la majorité. Il y avait bien quelques rares personnalités à présenter une peau aussi tannée que la mienne mais, comme un vilain petit canard noir perdu parmi les oies blanches, nous étions plus que visibles.

Pour la suite, je me contentais de suivre Heda, imprimant définitivement le visage de mon agresseur et l’homme à qui il a été confié. Je profite aussitôt d’un semblant de quiétude, loin des yeux et des oreilles pour répondre à la dame.

- Nullement, je ne compte pas partager ces détails à ma sœur. Je ne souhaite pas créer une angoisse inutile, répondis-je. En tant qu’otage, je ne savais pas à quel point j’étais libre – si mes lettres étaient lues ou non – et en tant que sœur, je me refusais d’ajouter davantage d’inquiétudes à ma cadette. Elle avait déjà bien des choses à régler.

Quant à la seconde question, elle me laissait un tantinet pantois. Je ne savais pas quelle était la meilleure réponse : une franchise blessante, un habile mélange de mensonge et de vérité nébuleuse ou un mensonge qui sonnerait bien hypocrite ? Mes sentiments à l’égard d’Heda ou encore les échos que j’ai eus sur les Fer-nés m’inciteraient à être franche, et pourtant la pudique que l’on m’a inculqué m’empêchait naturellement.

- Je suis arrivée très récemment, et je n’ai pas encore trouvé réellement mes marques. Je doute que mon ressenti à ce jour décrit la situation. Ces terres sont bien différentes de Dorne, bien plus vertes et bien plus abondantes, mais le temps me semble plus impitoyable et plus triste.

La pluie et le beau temps, un sujet simple et banal mais qui n’en reste pas moins une introduction acceptable et courtoise. Je ne critiquais pas, je ne faisais que comparer et constater.

- Il est agréable de se poser devant une cheminée et d’observer les flammes ou de discuter autour. Mes appartements sont également spacieux et agréables et je vous en remercie. La seule chose qui me manque est une occupation. Auriez-vous une proposition à me faire?

La question devait frôler la stupidité : j'étais otage et non une invitée, et j'avais donc à me contenter à suivre les futures ordres ou lubies des souverains des lieux. Avais-je droit à une quelconque initiative ? Je me tais encore, continuant à me perdre dans quelques pensées. Elle était une Fer-née et donc, à priori, elle n’était pas née sur ces terres et était donc aussi étrangère que moi.

- J’espère ne pas être très hardie à poser cette question, mais vous n’êtes pas née ici n’est-ce pas ? Si je puis, je souhaiterais vous retourner la question : Comment se passe votre séjour ?
Arianne Martell

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Conseillère de Dorne
Âge du Personnage: 27 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Arianne Martell
Messages : 560
Membre du mois : 3
Célébrité : Deepika Padukone
Maison : Principauté de Dorne - maison Martell
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the Good, and the Bad [Tour VII - Terminé]   the Good, and the Bad  [Tour VII - Terminé] EmptyMer 24 Juil - 13:27


The Good, And The Bad (Heda)

Sur le chemin, je livrais le fautif fer-nés à deux hommes en armes, afin qu'ils l'enferment et qu'ils aillent en informer Yoren. La Dornienne me suivait toujours bien sagement, je pris donc le chemin de ses appartements pour l'y ramener. Une fois éloigné de toute autre présence, un semblant de quiétude se faisait ressentir entre les murs de pierre.

J'avais demandé à demi-mots à Arianne Martell de ne pas ébruiter sa mauvaise rencontre à sa soeur Deria. Pour la simple et bonne raison que cela risquerait de mettre un mauvais coup aux relations compliquées entre nos deux royaumes. La Dornienne me répondit qu'elle ne comptait nullement partager cette nouvelle avec sa soeur, ce qui me rassura grandement.

- "Bien, je vous en remercie." dis-je simplement pour clore.

J'ajoutais une seconde question pour détendre un peu l'atmosphère, une question sur le déroulement de son séjour. Elle mit quelques secondes avant de me répondre, elle hésitait certainement sur sa réponse. Entre autres, elle semblait dire qu'elle avait du mal à s'habituer à Pierremoutier, et notamment à la météo. Pour y être allée, je connaissais bien le climat de Dorne, sec et aride, très différent d'ici.

- "Malheureusement, je ne peux rien faire concernant le climat. Seulement vous proposer des couvertures en plus." dis-je simplement pour d'un ton légèrement détendu.

Elle ajouta une deuxième réponse, me remerciant du confort de ses appartements. Cependant, la Martell semblait ressentir de l'ennui, ce qui était compréhensible. Rester enfermée plusieurs jours devait être ennuyeux. Je réfléchissais en continuant de marcher, à ce que je pouvais proposer à la dame. Avant que je puisse faire la moindre proposition, Arianne renchérit, soulignant à demi-mots le fait qu'en tant que fer-née je n'étais pas née ici. Je haussais un sourcil un peu surprise de son audace, mais pas pour autant fermer à la question.

- "Pas trop mal, ça pourrait être mieux. Les îles de fer sont hostiles, le Conflans est plus hospitalier, lorsque la guerre n'y fait pas rage. Mais je me sens plus à l'aise sur l'océan." dis-je simplement.

- "Si vous n'avez rien à faire, vous pouvez certainement demander à observer les entraînements des officiers, ou peut-être y participer. Vous pourrez prendre l'air et bouger un peu, ça vous fera le plus grand bien." ajoutais-je d'un ton sympathique.

:copyright: 2981 12289 0
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the Good, and the Bad [Tour VII - Terminé]   the Good, and the Bad  [Tour VII - Terminé] EmptyJeu 15 Aoû - 21:32

Par sa réponse simple et concise vis-à-vis de son sentiment dans ce nouvel environnement, Heda ne soulignait que davantage une question qui m’obnubilait depuis que j’avais mis pied ici : Où étaient donc passés ces hommes et ces femmes qui sillonnaient les mers et qui appréciaient l’assaut de navires ennemis – ou de riches navires – ou encore le pillage de quelques villes côtières ? Comment pouvaient-ils subitement aspirer à une vie aussi sédentaire, à labourer la terre et à s'occuper de la bétail? Décidément, je ne comprenais pas les Fers-nés qui se pliait à une telle vie, à Pierremoutier. Ce style de vie allait à l’encontre de beaucoup de pratiques apprises et acquises, du moins de ce que j’ai pu observer lors d’un séjour forcé et bien long auprès d’une bande…

Une vie sédentaire où ces guerriers de la mer s’ennuieraient, et s’enrouillaient. Une vie qui ne risquait pas d’apporter que du grand bien si ce n’est peut-être une forme de paresse, ou alors une maladresse pour combattre sur un tel terrain. Cependant, j’ose espérer que je me trompe et que mes talents militaires sont bien piètres. Oui, je priais pour une telle chose car, si j’avais raison, ma situation était un tantinet plus périlleuse que je l’imaginais c'est-à-dire perdue en terre inconnue et entourée d'une bande d'incapables.

- Nous avons une même occupation à Dorne, qu’importe que l’on soit un homme ou une femme. Chacun a le droit de porter une arme, ou de se défendre. Malheureusement, je n’étais pas la plus fervente et la plus douée des combattantes. Mes frères et sœurs avaient plus de talents, soufflais-je.

Un court instant, je me perdis dans quelques doux souvenirs avec chacun. Un sourire vint même éclairer un coin de mes lèvres. Indéniablement, ils étaient plus féroces et plus courageux que moi avec une épée ou juste avec la force de leur poing. J’avais été davantage partisane des arts, de la danse, du chant … des talents qui ne me servaient nullement aujourd’hui, et qui pouvaient même être perçu comme décadents ou scandaleux pour quelques âmes pieuses ou conservatrices.

- Cependant, êtes-vous certaines que je pourrais observer ou participer ? De souvenir, ces terres-ci ont des us et coutumes bien plus différentes.

Je ne comprenais pas encore pleinement le fonctionnement de Pierremoutier, ou encore la constitution des armées. Comment est-ce que la cohabitation se passait, s’il y en avait une quelconque ? Les questions étaient nombreuses, questions auxquelles je n’espérais pas une immédiate réponse. Peut-être que je me trompe, peut-être qu’Heda apportera un peu de clarté à la situation.

- Puis-je vous embêter encore un tantinet. Est-ce que cette forteresse est la nouvelle et définitive demeure du Roi, ou alors devons-nous espérer un quelconque changement lorsque les routes seront plus dégagées et le temps plus propice ?

Mon trajet de Dorne à Pierremoutier n’a pas été uniquement morne, mais également difficile. L’aridité du désert avait laissé place à l’humidité ou au gel.
Arianne Martell

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Conseillère de Dorne
Âge du Personnage: 27 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Arianne Martell
Messages : 560
Membre du mois : 3
Célébrité : Deepika Padukone
Maison : Principauté de Dorne - maison Martell
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the Good, and the Bad [Tour VII - Terminé]   the Good, and the Bad  [Tour VII - Terminé] EmptyJeu 22 Aoû - 14:09


The Good, And The Bad (Heda)

La mer me manque, je dois bien avouer que je suis nostalgique de tous ces moments passés à naviguer avec Yoren. Je regrette amèrement la mort d'Harren et de Joren, sans quoi, Yoren et moi serions toujours sur les mers. Ma vie a bien changé, je n'aurais jamais imaginé voir Yoren couronné et marié à une femme du Conflans. Comme quoi.. Tout peut arriver. Yoren prend très à coeur d'unifier le royaume, peut-être un peu trop. Nous autres fer-nés sommes faits pour marcher dans le sable et dans l'eau peu profonde... et non pas dans l'herbe grâce et dans la boue. Pierremoutier est une colline de boue glissante sur laquelle nous risquons tous de glisser fatalement.

Lorsque je vois la forteresse, la ville et le campement, j'ai de plus en plus peur de l'inévitable. Tiendrons-nous face à une armée de cavalier ? Face à un dragon ? J'ai de plus en plus des doutes.

Je proposais à notre invité de passer assister aux entraînements des hommes, peut-être même d'y participer. L'air frais lui fera le plus grand bien. Elle me racontait qu'à Dorne, les femmes et les hommes peuvent porter une arme et se défendre. Le droit des femmes y est particulièrement développé, un exemple dans le domaine. Elle ajoutait qu'elle n'était pas la plus fervente et douée des combattantes, ce qui me fit sourire. On ne deviens pas bon facilement, il faut beaucoup de temps et de détermination.

- "Dorne me semble bien plus avancé que les autres en matière d'égalité homme-femme. J'espère qu'un jour les autres royaumes prendront exemple sur Dorne de ce côté-là." dis-je.

Un silence s'enchaîna après ce sujet, la Dornienne semblait un peu perdue dans ses souvenirs, alors je ne dis rien. Finalement, elle reprit la parole pour être certaine qu'elle pourra observer ou participer aux entraînements. Je me tournais vers elle en continuant de marcher.

- "Il faudra demander à Yoren, mais je ne pense pas qu'il refusera." dis-je.

Je préférais taire les paroles que j'allais prononcer à la suite de ma réponse. Il est évident que savoir manier une arme serait plus que nécessaire à la survie d'Arianne Martell dans les temps à venir. Si ce n'est contre l'attaque de l'Empire, ça ne sera au moins contre les incidents comme celui plus tôt. La Dornienne prit de nouveau la parole pour poser quelques questions plutôt intéressantes.

- "Hum... Je ne saurais dire. Je pense qu'on va rester encore un moment ici. Si on bouge d'ici, c'est que nous aurons reconquis une forteresse comme Vivesaigues... Enfin.. Dans le meilleur des cas." dis-je.

Il est difficile de ne pas penser à la pire des situations. Yoren était bien décidé à rester à Pierremoutier encore un moment, ce qui n'était pas forcément une bonne nouvelle. Je crains les prochaines batailles rangées, car une nouvelle défaite nous est interdite.

:copyright: 2981 12289 0
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the Good, and the Bad [Tour VII - Terminé]   the Good, and the Bad  [Tour VII - Terminé] EmptyDim 8 Sep - 18:47

Au sein de la principauté de Dorne, on appréciait les forces et les faiblesses de chaque individu, à l’image d’un Général qui évaluait et arrangeait ses troupes selon les besoins. Certes, la force physique pouvait manquer à certaines demoiselles comparées aux hommes, mais elles pouvaient largement combler cette lacune naturelle avec des armes ou avec des talents particuliers. Tantôt membre à part entière de l’armée, tantôt Lady féroce de sa maison, tantôt femme-espionne au service des siens, tantôt dame qui fournit les armes ou les provisions pour les combattants … il n’y avait nulle tâche ingrate. Chacun contribuait à un système social aux rouages complexes mais bien huilés. En somme, en aucun cas le sexe de l’individu était une tare qui imposait une destinée.

Par contre, là où un Dornien faisait preuve d’une certaine discrimination était lorsque l’autre faisait preuve d’une faiblesse de caractère. La peur, ou toute acte traître à la patrie étaient quelques exemples pour lesquels l’homme ou la femme se voyaient condamner aisément. Ma pauvre sœur était très certainement la cible de la colère d’une population humiliée et forcée à se soumettre, et était sûrement considérée comme faible ou inapte à régner. Sa situation était délicate, et j’étais à mille lieux d’elle, à tourner en rond comme un lion en cage, dans un lieu inconnu avec des lois ou des règles absurdes, et surtout ignorante de la situation de mon bourreau. La dernière phrase de la Conseillère me laissa un tantinet perplexe – mais cachant tout sentiment derrière ce joli sourire que j’affichais à toute occasion depuis mon arrivée.

- Dans le meilleur des cas dîtes-vous. Si je comprends bien, le couple royal a établi ses quartiers ici pour les prochaines années, répondis-je, me murant aussitôt dans un silence qui ne dura que quelques secondes avant que je ne le brise. J’ose espérer que je ne me montre pas impertinente, mais il semblerait que vous sous-entendez qu’il puisse exister une situation possiblement désastreuse. Je vous serais reconnaissante, si vous pouviez partager votre ressenti. Vous m’aiderez considérable à apprécier les opportunités et les risques de ma nouvelle … position.

Les pires scénarios se bousculaient dans mon esprit mais tous avaient un point commun : la mort dans ce lieu misérable, et loin de la belle Dorne. Certes, je m’étais résignée à mourir loin mais je ne refusais pas d’en connaître – ou d’en deviner – la façon. Prisonnière dans les cachots ? Victime d’une maladie étrangère ? Un trophée de guerre parmi d’autres suite à un violent conflit ? Je ne pourrais pas dire quel sort était le plus enviable parmi ces trois. Le premier était promesse d’une mort pitoyable dans ses propres selles. Le second était synonyme de douleurs atroces. Le troisième comportait le risque d’être un pauvre exécutoire de chair avant la mort pour quelques hommes. Quoique, à bien réfléchir, survivre à quelques hommes était une tâche qui ne nécessitait pas de miracle comparé à celle de briser des barreaux solides ou encore à l’incertitude d’un corps résistant à un mal inconnu.
Arianne Martell

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Conseillère de Dorne
Âge du Personnage: 27 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Arianne Martell
Messages : 560
Membre du mois : 3
Célébrité : Deepika Padukone
Maison : Principauté de Dorne - maison Martell
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the Good, and the Bad [Tour VII - Terminé]   the Good, and the Bad  [Tour VII - Terminé] EmptyLun 23 Sep - 10:37


The Good, And The Bad (Heda)

Dorne me semble être un merveilleux royaume en terme d'égalité sociale entre les hommes et les femmes. J'aimerais m'y rendre un jour, pour un séjour amical qui n'est rien à voir avec la guerre ou les pillages. Et voir Dorne depuis la terre et non depuis un navire.

La Dornienne se demande si la forteresse de Pierremoutier est notre demeure définitive, ou si nous en changerons. Je lui explique donc que Pierremoutier est pour le moment nous demeure définitive, et que nous n'en changerons pas à moins de conquérir une autre forteresse, enfin, dans le meilleur des cas. Elle semble d'ailleurs avoir tiqué à ma réponse. Je décide de lui expliquer en quoi notre situation pourrait être pire pour elle.

- "Notre Royaume a perdu presque toutes ses terres, il n'en reste qu'un mince filet bloqué contre la frontière du Bief. Je ne crois pas une seule seconde que nous pourrions gagner contre l'Empire lors d'un siège ici, ni même dans une bataille rangée. Le Bief n'a envoyé que 400 cavaliers, un bien mince soutient en comparaison des troupes perdues. Donc, la situation pourrait être pire, nous pourrions être contraint de fuir la ville pour rejoindre les Iles de Fer, ou même capturés.." dis-je.

Je dois certainement adoucir la situation pour la Princesse Arianne Martell, sa condition d'otage royal la préservera de la mort, à moins qu'elle ne se trouve au mauvais endroit.

- "Ne vous inquiétez pas autant pour votre condition. Votre statut royal vous protège, les Impériaux ne s'en prendront pas à vous. Vous serez certainement juste déplacée jusqu'à Fort-Darion, et de là, l'Empereur décidera de vous garder comme otage royal, ou de vous rendre à Dorne. Vous avez toutes vos chances de survie tant que vous ne vous trouverez pas au mauvais endroit lors d'une attaque." dis-je.

Nous arrivons devant les appartements de la Dornienne, et j'ouvre la porte pour l'inviter à entrer.

- "Vous voilà de retour à vos appartements. Je vous conseille d'essayer d'avoir une entrevue avec Yoren afin de discuter de l'amélioration de votre confort de vie." dis-je.

:copyright: 2981 12289 0
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the Good, and the Bad [Tour VII - Terminé]   the Good, and the Bad  [Tour VII - Terminé] EmptyLun 14 Oct - 0:08

Je devais convenir que 400 cavaliers étaient une mince consolation au vu des précédentes batailles meurtrières qui avaient semé le chaos dans plusieurs Royaumes, et pourtant l’aide n’était pas à refuser. Les cavaliers restaient une valeur sûre qui pouvait être un atout non négligeable s’ils étaient convenablement placés, et utilisés. Evidemment, je préférais garder cette réflexion que beaucoup qualifierait « générale » et sans « valeur ajoutée », et je ne pouvais que leur donner raison. Je comprenais que trop peu les enjeux en cours, pour réellement apporter une quelconque pierre à l’édifice du futur.

- Je vois, je vous remercie de votre sincérité, répondis-je, le ton lugubre malgré moi. Elle prétendait que je ne devais rien craindre, en raison de ma position ou de mon titre. Sauf que je n’étais pas naïve et je savais très bien que le risque était présent, celui d’être mélangée dans la masse de la populace ou d’avoir à faire à quelques soldats qui manquaient de tact ou de discernement, plongés dans la frénésie du sang et du combat. Une situation que la Conseillère souligna subtilement, avec sa dernière phrase. Je suppose que je dois suivre à la lettre les ordres que le couple royal ou vous-même me donneraient, pour éviter de fâcheuses rencontres ou de malheureux incidents, en temps de paix ou en temps de guerre.

Entre temps, nous étions arrivés devant mes appartements. Je cachais habilement le désespoir qui m’étreignait subitement à la simple idée d’être enfermée dans cette pièce, à relire les mêmes livres, à chanter les mêmes chansons, à me plonger dans les mêmes rêveries… La Conseillère donna son dernier conseil, celui de parler à Yoren pour améliorer mon confort de vie. Je me contentais d’hocher la tête, préférant taire le fait que j’attendais encore et toujours cette convocation, ou encore que ma vision de « confort » était certainement loin de la définition d’un Fer-né ou d’un homme ou d’une femme de ces terres vertes.

- Je vais suivre vos conseils avisés, promis-je, ayant déjà ouvert la porte bien lourde, et ayant déjà pénétrée à l’intérieur. Je suppose que vous devez être très occupée. Je vous prie, si vous souhaitez discuter davantage, je serais plus qu’heureuse de partager votre compagnie d’avantage. J'ai encore tant de questions ...
Arianne Martell

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Conseillère de Dorne
Âge du Personnage: 27 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Arianne Martell
Messages : 560
Membre du mois : 3
Célébrité : Deepika Padukone
Maison : Principauté de Dorne - maison Martell
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: the Good, and the Bad [Tour VII - Terminé]   the Good, and the Bad  [Tour VII - Terminé] Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
the Good, and the Bad [Tour VII - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Une après-midi tranquille ? [PV Yuko] [Hentaï] [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Nord de Westeros :: Le Conflans :: Pierremoutier-
Sauter vers: