Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-53%
Le deal à ne pas rater :
– 53% sur le Ventilateur sur pied OCEANIC – Hauteur réglable – ...
22.88 € 49 €
Voir le deal

Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]
MessageSujet: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptyLun 3 Déc - 16:31

Je déteste tellement ça. Cette inaction. Ne pas pouvoir me mouvoir à ma guise, ne pas pouvoir faire ce qui me plait et aller trancher quelques mannequins de paille à défaut de pouvoir découper ma servante en rondelles. Il parait que je n’ai pas le droit de le faire et que je leur fais suffisamment peur pour ne pas faire fuir la plus brave d’entre elles. J’avoue qu’elle m’impressionne un peu à rester stoïque à la moindre de mes sautes d’humeur. Elle attend que la tempête passe, gardant le silence, la tête baissée, sans même me laisser de quoi l’alimenter.

Même en cet instant précis, alors qu’elle essuie tant bien que mal les restes de mon déjeuner que j’ai rendu quelques instants plus tôt. Je n’ai même pas cherché à l’éviter, elle n’avait qu’à pas se trouver sur mon chemin. Et je soupire, posant mes mains sur mon ventre alors que la petite bosse qui commençait tout juste à apparaitre quelques semaines plus tôt commence à se faire bien présente. Et visible. Ce n’est pas assez d’après les Mestres, il faut que je mange plus, que je me repose, que je prenne soin de moi. Qu’ils soient tous maudits avec leurs conseils. Et elle aussi avec cette mine impassible alors qu’elle me tend un verre. Je renifle, la mine peu amène, alors que je reconnais une odeur familière de fleurs. « C’est pour apaiser les haut-le-cœur Majesté. » Ah oui. C’est plutôt efficace et elle s’en est souvenue.

Je plisse des yeux dans sa direction et je me contente de hocher la tête avant de boire plusieurs gorgées. Et de laisser échapper un nouveau soupir. De contentement cette fois. Elle a raison, l’effet est presque magique. Je la sens presque aussi soulagée que moi alors qu’elle efface les dernières traces de l’incident avant de disposer de nouveau de quoi manger sur la table. Je sais, je vais devoir me résoudre à avaler quelque chose, mais, dans l’immédiat, je n’en ai pas la moindre envie. Et j’agite une main dans sa direction avant qu’elle n’ait le temps de dire quoi que ce soit. « Je mangerai. Epargne-moi les longs discours. » J’ai presque été aimable cette fois. Et elle en vient même à esquisser un sourire alors que la porte s’ouvre sans que l’on ait frappé.

Je reconnais le pas de Manfred avant même de le voir apparaitre devant moi. Et la jeune femme se répand en confuses excuses ou je ne sais quoi. A dire vrai, je ne l’écoute pas vraiment, louchant sur une grappe de raisins dont j’essaie de me convaincre qu’elle ne suivra pas le chemin de la tranche de pain beurrée. « Mon cher époux. Quelle joie de vous voir ici. Je commençais presque à m’ennuyer. » Et je jette un regard à la servante. « Tu peux disposer. » Elle quitte la pièce rapidement, non sans que le regard de Manfred ne se pose sur elle. Et je souffle, avec un sourire en coin, alors que je détache un grain de raisin. « J’aimerais la garder en vie celle-là. Elle a presque l’air de savoir ce qu’elle fait et ne se retrouve pas totalement tétanisée quand je lui parle. Alors elle est à moi. »

Et je me rapproche de mon mari, effleurant sa mâchoire du bout de l’ongle, avant de lui désigner le plateau encore bien chargé. « Servez-vous, il y a de quoi faire. Ce foutu Mestre veut m’engraisser. Il doit se dire que si je roule au lieu de marcher, il pourra échapper à ma colère en cas de problème. » J’ai desserré depuis plusieurs jours déjà les robes dont je suis affublée quand je suis à Hautjardin et, même là encore, elles commencent à être réellement trop justes, rendant mes mouvements encore plus compliqués que d’habitude. Et je ne parle même pas de ma poitrine, qui semble attirer nombre de regards qui ne s’étaient jamais posés à cet endroit de mon anatomie. La gêne qu’ils ressentent l’instant d’après, voire leur peur, pourrait presque compenser l’agacement que cela me procure. Presque. Chassant cette pensée de mon esprit, je crois les bras sous ladite poitrine et je souffle alors, en direction de Manfred. « Quelles sont les nouvelles ? »


Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.


Dernière édition par Eren Hightower le Dim 16 Déc - 21:06, édité 1 fois
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 297
Membre du mois : 10
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptyDim 9 Déc - 14:52

Enfin. Je tiens le papier entre les mains. Encore ce sarcasme dégoulinant ses propos, ce moindre mystère de son absence lors de l’arrivée de la flotte coalisée, mais aussi ces mots. Cette ouverture. Enfin. Mes os en tremblent tous. La puissance d’un cri de rage et de victoire pures me secoue les tréfonds de l’âme mais je me contiens ; inutile de me donner en spectacle. C’est comme un orgasme refoulé, ou ces pulsions que j’assouvissais sans être repéré par quelque prêtre de la morale. J’en vibrais tout entier, conscient que ce bonheur, ce véritable plaisir, n’était que pour moi. Lasse de la mort, épuisée des combats. C’était le langage des puissants pour reconnaître leur défaite. Enfin, la Princesse abandonnait toute sa morgue et reconnaissait sa défaite ! Il était plus que temps. Les finances autant que les troupes du Royaume étaient étirées, et je ne suis pas certain que nous aurions encore pu tenir beaucoup plus longtemps.


Elle parle du Tyran d’Essos. De son emprise réelle sur Dorne. Mais il avait besoin de temps, visiblement, pour rassembler ses forces. Je devais faire en sorte de prendre avantage sur la Principauté avant que l’Hiver ne leur permette de se reprendre tout à fait. J’allais écrire pour moi seul, répondre en mon nom. Mais je me ravisais. Je demandais aux conseillers et aux serviteurs de me laisser seul, en paix. Je devais réfléchir. Les propositions ainsi données étaient intéressantes, mais je ne voulais pas donner l’impression de me satisfaire de peu. Quel autre choix avait Dorne que de plier ? Stackhouse avait encore son armée dans le nord de la Principauté, et tout l’ouest était déjà à nous. Je décide d’écouter l’une des personnes les plus sages que je connaisse, même si cette forme de sagesse était brutale, sans concession, sans la moindre diplomatie. Mais douée d’une grande rouerie et d’une rare et froide clairvoyance sur les événements. Cette victoire était aussi la sienne. Je parviens sur le chemin à reprendre totalement le contrôle de moi-même.


Je lui offre un sourire carnassier, à ma douce épouse, quand elle congédie sa servante.



| Alors je crains, ma chérie, qu’il vous faille endurer ce qui me taraude, j’en ai bien peur. Mais nous verrons cela après. Pour l’heure, il y a plus important. J’ai reçu deux missives. |


Je nous sers une coupe de vin à tous deux, dont la robe carmine dénote un fort taux de sucre et pas mal de dépôt de raison. Je la laisse faire son petit manège et j’essaie de ne pas laisser dériver mon regard vers ses formes qui ne demandent qu’à s’échapper de tenues trop restrictives pour son état de femme et pis, de femme enceinte. S’habiller autrement qu’en garçonne n’est pas d’une grande habitude chez elle, cet état de fait n’aura échappé à personne. Je m’éclaircis la voix après avoir trinqué. Et déplie le premier rouleau.


| A Sa Majesté le Roi Manfred de la maison Hightower, et à Sa Grâce la Reine Eren, moi, Lord Peake, Amiral de la Flotte du Bief, déclare que la flotte coalisée du Bief, de l’Ouest et des Iles de Fer, a remporté une grande victoire au large de Lancehélion, la capitale ennemie. Des centaines de navires se sont vus s’affronter, et j’ai l’honneur et le plaisir de vous rapporter la mesure de notre réussite. Plus de 8000 marins ennemis ont péri ou ont été blessés de notre côté, avec une soixantaine de navires ennemis perdus et environ autant d’endommagés. La flotte du Nouvel Empire Valyrien a subi des pertes non négligeables, de l’ordre de 7 000 marins, d’une centaine de navires détruits et le reste a été endommagé. La Principauté de Dorne se tient prête pour négocier sa capitulation. Ci-jointe, la missive de la Princesse Deria Martell. Je me tiens prêt à accomplir vos volontés quant à la poursuite blablabla formules de politesse. |


Je redresse le regard vers Eren. Et mon verre, portant un toast. Puis je lui tendais le courrier de la Princesse de Dorne.


| A nous ? Vous trouverez sans doute à votre goût un bout de Dorne plutôt que ces expédients qu’on vous a donnés pour ne pas tomber d’inanition, toute obstinée que vous êtes à ne pas manger ? |


Missive de Deria
Spoiler:
 

Codage (c)Kanala




We Light the Way



Spoiler:
 
Manfred Hightower

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Manfred Hightower
Nous Eclairons la Voie
Messages : 754
Membre du mois : 8
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptyDim 16 Déc - 21:04

Je passe une main sur mon ventre, plus par réflexe qu’autre chose, me demandant à quel moment je serais tellement déformée que ça en deviendra monstrueux. Oh, je sais, je devrais probablement être ravie de porter un enfant. Outre le fait que cela me conforte dans l’idée que c’était bien mon mari qui était incapable de m’engrosser, c’est une bonne chose pour notre couronne. Mais je ne suis pas une pouliche et l’idée de subir des humeurs, de sentir mon corps changer de la sorte, tout cela est passablement désagréable, pour ne pas dire insupportable. D’autant que ma santé est fragile visiblement, au vu de la vie que j’ai pu mener jusque-là. Le Mestre n’a pas osé me sermonner trop vertement mais j’ai bien vu à son regard qu’il était mécontent.

Et je déteste encore plus que cet enfant à venir soit visiblement sur le point de devenir le centre de mes préoccupations. Fort heureusement, mon cher époux entre dans mes appartements. Je le toise un instant, non sans garder ma mine agacée alors que je vois son regard s’attarder où je l’imaginais. Je lève les yeux au ciel avant de me concentrer sur ce qu’il dit. « Des missives ? Et bien au moins, ce sera distrayant. Vous pourrez continuez d’admirer ce décolleté après la lecture. » Et je remplis nos deux verres pendant qu’il reprend la parole, hochant brièvement la tête, un fin sourire carnassier se dessinant sur mes lèvres à ses derniers mots. « Et bien... » Je lève mon verre dans sa direction, me préoccupant tout de même plus de la missive qu’il me tend que de boire quoi que ce soit dans l’immédiat qui ne manquerait de toute façon pas de me donner des haut-le-cœur.

J’arque un sourcil avant de replier soigneusement le rouleau, mon regard fixant le vide un instant. « Au moins, elle a le mérite de se raccrocher à son arrogance. Je préfère ça à des platitudes qui m’auraient d’avantage énervée. D’autant qu’elle reconnaît enfin sa défaite. » Et alors que j’ai déjà mémorisé ce qu’elle propose dans sa missive, un nouveau sourire, plus joueur, se dessine sur mes lèvres. « Ce qu’elle propose est plutôt intéressant et pourrait presque contenter mon estomac. Mais je gage que vous souhaitez demander d’avantage. Et si le Tigre a pris un coup durant la bataille, il n’est pas sans ressources. Je suis étonnée qu’il plie aussi rapidement. Si c’est pour mieux nous attaquer par la suite, il va falloir renforcer cette… alliance. Surtout qu’elle pourrait nous être utile contre la catin et son loup de compagnie. » Je grimace tout de même lorsque j’évoque une possible alliance plus formelle, ayant du mal à m’imaginer en train de m’allier avec ces dorniens. Et encore plus avec ces étrangers venus d’au-delà des mers. Pour autant, la défaite de mon père rend les combats plus difficiles, quand bien même nous sommes encore victorieux. Il nous faut diriger nos forces dans une même direction et cette missive, toute gonflée d’orgueil soit-elle est une porte de sortie qu’il ne nous faut pas négliger. D’autant que, même si je ne suis pas au fait de la situation actuelle de nos finances, je gage que nous n’aurions pas pu tenir indéfiniment sur tous les fronts.

Si je me suis fait des plus sérieuses, je retrouve un instant mon sourire alors que mon verre va tinter contre celui de Manfred. « Vous avez tout de même réussi un coup de Maître mon cher époux. De quoi légitimer largement cette couronne qui est sur votre tête. Vous devez être ravi. » Et j’ai un regard en direction de quelques mets qui ont été déposés sur la table. « A croire que cette nouvelle pourrait presque me donner de l’appétit. » J’attrape un morceau de pain et je croque dedans, presque convaincue, avant de hocher la tête vers lui. « Quelle idée avez-vous en tête ? » Je le vois à son regard qu’il a déjà pensé à toutes les possibilités qui pourraient s’ouvrir à nous. Même en si peu de temps. C’est ce qui fait la force de cet homme en plus de faire de lui un adversaire redoutable. C’est qu’il essaie toujours d’avoir un coup d’avance. Et c’est grâce à cela qu’il a gagné mon respect, ce qui pour un bieffois n’était pas vraiment gagné.


Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 297
Membre du mois : 10
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptyJeu 27 Déc - 15:05

Tomber d’inanition ne ressemblerait pas à dame mon épouse. Elle qui prenait tant de plaisir à jouer avec une épée avait bien l’habitude de se sustenter, de cela j’étais certain. Cela ne pouvait que l’incliner à manger correctement pour le moins, compte tenu du poids qu’il lui fallait savoir soulever comme une plume pour être efficace au combat. Et en parlant de corps intéressant, celui de ma femme l’était à plus d’un titre. Je n’avais jamais rencontré femme aussi muscle qu’elle l’était, ce qui ne pouvait finalement que la rendre un rien hommasse parfois… Mais séduisante, elle l’était tout autant. Elle savait se servir de tous ces muscles, tout ce gainage, pour des desseins plus charnels, plus sensuels. Son corps de guerrière était non loin de la perfection, et je me demandais quels effets aurait une grossesse sur ces formes aussi affûtées. Est-ce que cela allait l’aider, ou pas du tout ? Je n’en savais rien, mais j’étudierais cela avec attention. Quoiqu’il en soit, je la voyais changer, et ce n’était pas une mauvaise chose. Elle me tance et me lance une pique, avant de nous servir à boire.


| Admirer est un faible mot ; je le vénère, comme toutes formes d’art. Et en parlant de formes, vous ne manquez pas de devenir vous-même une œuvre d’art à chaque jour qui passe un peu plus. |


Elle y verra bien sûr une saillie concernant son enrobage qui commence, mais je joue surtout sur ses propres peurs et dégoûts. Je souris quand je lui fais lire le parchemin, tout en sirotant mon propre verre de mon côté. J’ai du respect pour elle, et je hoche la tête à ses idées qui sont loin d’être malvenues. Quand on est soi-même une sacrée garce, difficile de ne pas voir les choses comme elles le sont ; la vie est une pute qu’il convient de payer le moins possible tout en en jouissant le plus possible.


| Je ne savais pas qu’on l’on entraînait les femmes à autant de prétention. Je ne sais de quoi elle se targue cette princesse, tant ses résultats sur terre, sur mer, en diplomatie ou en économie sont une négation complète de l’héritage de son nom ; les Martell ont su perdre tout éclat en moins de deux ans par emballement tout autant que par fainéantise. Mais ne tergiversons pas ; cette victoire que je n’attendais guère au début du conflit est une aubaine pour nous. Je vais pousser, et réclamer plus. Elle croit s’en sortir en me donnant des collines de paysans, mais je veux les Météores. Nous avons perdu vingt mille hommes dans les combats, et des dizaines de vaisseaux de guerre, sans parler des sommes colossales qui ont été englouties. Enfin, que peut-elle refuser ? Maintenant que la flotte du Tigre est neutralisée, la poursuite de la guerre m’importe peu. Elle n’est plus en position de nous faire quoi que ce soit, et si mes nouvelles conditions ne lui conviennent pas, il sera plus simple d’avaler la Principauté toute entière, ou de la ravager pour des décennies sans trop d’efforts. |


La peste soit des femmes et de leur conduite de la guerre, qui n’obéissait qu’au cœur et non à la logique ni aux traditions. Dorne aurait dû se rendre depuis longtemps. Quand je lui tendais la main avant l’invasion, ou juste après. A l’époque il était possible de négocier la paix blanche. Sa fierté avait conduit la Princesse à accepter la bataille. Ce qui avait aggravé la profondeur de l’invasion. Elle s’était elle-même conduite à la ruine. Pis encore en dispersant ses armées pour des alliances qu’elle avait négociées sans avoir le moindre objectif en tête. Dorne avait perdu, avec une enfant à sa tête. La Principauté pouvait encore survivre…


A nos conditions.



| Votre frère ne souhaite pas nous laisser négocier pour la Coalition. Je crains que lui aussi ne montre des dents longues, ou un manque de confiance. C’est un sujet dont il vous faudra vous saisir, ma chérie. Que je n’ai pas envoyé nos armées au secours de lui pour rien. Mais vous avez raison ; si je compte ma tailler la part du « lion » sur Dorne, il nous faut nous assurer que le Tigre reste un danger plus pour l’Empire que pour nous. J’ai démobilisé nos armées dispersées pour les laisser récupérer cet hiver. Une armée tient le nord du pays et l’est, et des garnisons sont restées solidement accrochées à nos conquêtes. S’il faut que la guerre se poursuive, nous devons obtenir l’alliance ouestrienne. Et dans l’idéal, celle du Val. Mais nous manquons de charme de toute évidence, aux yeux de la Reine Sharra. Seriez-vous meilleure que moi, à ce petit jeu de la diplomatie ? Je crains qu’en tant que né noble et non prince, on me trouve moins d’attrait qu’une digne héritière telle que vous. |





We Light the Way



Spoiler:
 
Manfred Hightower

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Manfred Hightower
Nous Eclairons la Voie
Messages : 754
Membre du mois : 8
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptyDim 6 Jan - 18:57

Cet homme me connaît probablement bien mieux que tous ceux qui ont pu croiser mon chemin, que ce soit les membres de ma famille ou les quelques amants que j’ai pu avoir. D’aucun diraient que c’est notre monstruosité qui nous réunit, ils n’auraient probablement pas tort. Mais je sais que cette union, si étrange soit-elle, peut nous rendre tous les deux plus forts. Il sait lire en moi, plus que d’autres et, surtout, il partage nombre de mes idées ce qui, pour un bieffois, est passablement surprenant. Je suis bien plus sanguine que lui, j’en ai parfaitement conscience. Et ses bonnes manières me portent sur les nerfs, surtout lorsque nous parlons. Être courtoise, diplomate et j’en passe n’avait jamais été dans mes habitudes avant de vivre entourée de fleurs. J’ai dû m’y faire, quand bien même j’apprécie bien plus de discuter avec le fil de mon épée.

Mais pour l’heure, ce n’est pas d’actualité. Je réprime un soupir, préférant me focaliser sur l’arrivée de mon époux, qui ne viendrait pas uniquement pour le plaisir de ma compagnie et jetant un regard vers lui quand il me répond. Je fais claquer ma langue sur mon palais, comme il a du me voir le faire un nombre incalculable de fois et je souffle, en secouant la tête. « Et bien, vénérez-moi, je serais curieuse de voir comment vous comptez vous y prendre. Tant que vous ne faites pas comme ces idiots qui n’osent pas toucher une statue de peur de l’abîmer. » Et mon regard se fait plus sérieux, tandis que je me concentre sur la lecture des missives. Je comprends maintenant pourquoi il est venu jusqu’à moi, ne serait-ce que pour jouir avec moi du succès des dernières attaques.

Quand il reprend la parole, je ne lève pas les yeux vers lui, mon attention toujours rivée sur les missives mais je souffle, mutine. « Vous n’avez pas envie de savoir à quoi certaines princesses sont entraînées mon cher. Certaines putains en rougiraient et je gage que la dornienne n’est pas la dernière à savoir quoi faire pour capter l’attention. Ils ont mal choisi leurs alliés, c’est un fait. Ils auraient dû se tourner vers nous dès le départ, cela leur aurait évité certaines déconvenues. Mais peu importe. Les Météores, des réparations de guerre. De quoi reconstruire nos navires. Et, plus que tout, ils doivent nous être redevables. »



Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 297
Membre du mois : 10
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptyVen 11 Jan - 22:06

J’essaie toujours d’anticiper ce que dira et pensera mon épouse. Ca n’a rien de simple. Les beaux sermons des septons avaient beau dire, il n’y avait pas toujours, et loin de là, d’éternelle complicité et de compréhension mutuelle instinctive. Cette femme m’était semblable par la pensée et par les instincts, mais on n’aurait sans doute pas pu faire plus différent de moi que cette épouse-là, sur tellement de points si peu dissemblable de l’animal qu’elle paraissait infiniment plus sauvage que toutes les pucelles que j’avais pu un jour mettre dans mon lit. Pucelle, elle ne l’était assurément pas, mais je me garderais bien de la tancer sur le sujet tant elle prendrait cela comme un défi ou une rebuffade selon l’humeur du moment. Quoiqu’il en soit, j’aime deviser avec elle car elle fait preuve de cette absence totale d’empathie pour les autres sur notre route qui caractérise à mon sens les grands souverains ; s’attacher aux idées et aux principes plutôt qu’aux hommes, c’était cela le sens du bien commun, l’essence même du droit divin de régner.


Geste d’impatience à mon endroit, avant qu’elle ne souffle. Je souris. Je ne l’apprécie jamais autant que lorsqu’elle est harassée et incisive, plus encore que d’habitude. Je souris d’un air carnassier à l’idée des idiots amateurs d’idoles.



| Oh, je peux vous vénérer en vous touchant, s’il ne faut que cela pour votre bon plaisir, Votre Grâce. |


Pique tendue, pique renvoyée. Il serait absurde de penser que je n’allais pas faire preuve d’un peu de répartie à chaque saillie de ma femme, elles étaient autrement trop nombreuses. Elle reste concentrée malgré tout sur le sujet que je lui offre sur un plateau. Eren parle des entraînements dont ont joui les dorniennes. Je hochais la tête à sa conclusion, qui m’agréait plutôt bien compte tenu des bains de sang qui avaient eu lieu en compagnie de nos voisins sudiens. Un bras de fer avait toujours un vainqueur, par force brute, par ruse, ou par épuisement. Dorne s’était épuisée toute seule, malgré les mains tendues. Maintenant, il ne leur restait plus qu’à gober la merde qu’il leur restait entre les dents, et d’accepter mes conditions.


| Oh, je ne doute pas qu’elle sache faire tourner les regards des hommes qui sont assez faibles pour se laisser faire par ce genre de subterfuge, des imbéciles qui se laissent manipuler par leur vite plus que par leur supposée intelligence. Nous avons en Westeros beaucoup de têtes couronnées qui sont touchées par ce même fléau, semble-t-il. Cette génération est celle des femmes à n’en pas douter. Femmes de renom dont vous ferez peut être partie un jour, si seulement vous arriviez à me mater. |


Ton de défi, plus léger que le reste, même si cela ne voulait pas dire que je ne la respectais pas pour ses qualités. L’essentiel dans cette discussion, c’est bien de savoir ce que l’on fera de Dorne, s’il était notamment nécessaire de la démembrer ou si l’on devait leur demander des comptes sur ce qu’il était possible d’accomplir ensemble une fois l’éponge jetée de leur côté. La jeune épouse reprend la parole, se filant visiblement une sacrée migraine pour aller plus loin dans sa réflexion, ce que j’attendais précisément de sa part. Je hochais la tête devant la justesse de ses arguments, même si elle engage une fois encore tout le cru de son langage dont elle peut être capable, des trésors insoupçonnés de vulgarité que j’avais pourtant appris à respecter pour la franchise que cela dénotait dans son propos, et dans la clarté de son esprit. J’étais d’accord avec elle. Je n’avais rien contre les guerres de conquête si elles servaient un dessein, mais ce n’était pas ce qu’avait été Dorne, du moins, pas dans son essence première. Moi aussi, j’avais retourné le problème dans tous les sens depuis un an, longtemps suspendu à une décision sur le champ de bataille qu’il semblait compliqué de provoquer.


| Je suis d’accord. Je n’ai pas envie de disperser mes forces au-delà des territoires déjà conquis. Evacuer le nord de la Principauté rétablirait en sus une frontière entre l’Orage et Dorne, que tous deux devraient maintenir. Et si j’en crois les informations glanées par nos espions, le Tigre en veut plus à la Targaryen qu’à quiconque d’autre. Pourquoi, je n’en sais rien, mais c’est semble-t-il un fait avéré. Nous aurons ainsi pris un pan de territoire ennemi pour consolider notre emprise sur la noblesse, la Foi sera récompensée de l’entrée de septons pour ré-évangéliser ces peuplades rétives, on quémanderait des réparations de guerre pour la flotte, et l’Empire aurait une autre menace sur son front sud. |


Je me satisferais bien de telles conditions. Elle évoque alors son frère, dont j’appréciais le remaniement de politique depuis les décisions de son père et le coup d’état de son frère, mais qui restait encore bien délicat à manier, prompt à douter de ses alliés, tout en se comportant de façon plutôt individualiste en pareille mesure. La confiance était fragile, et en dehors de ce mariage, il n’y avait que la haine de l’Empire qui nous maintenait dans la même direction. Je hochais la tête.


| Le plus tôt sera le mieux, le concernant. Je compte sur vous. Vous devez agir. La Flotte est vôtre, mais pas le reste. Et de ce reste dépend de notre sécurité le temps du redéploiement de nos forces. Je pense que les inviter dans le cas du Val ne se ferait pas sans complications, mais j’ai ouï—dire que les tensions étaient plus fortes que jamais avec l’Empire. Il y a sans doute moyen de jouer sur ces tableaux, même si le Lion, lui, se contente pour l’instant d’une bouchée dans le flanc de Dorne sans chercher plus loin. Mais l’inquiétude de l’Empire monte aussi, là bas. |




We Light the Way



Spoiler:
 
Manfred Hightower

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Manfred Hightower
Nous Eclairons la Voie
Messages : 754
Membre du mois : 8
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptyDim 20 Jan - 21:08

Si j’avais été rétive à l’idée de ce mariage, le fait que Manfred prenne vraiment le temps de demander mon avis et, surtout, le temps de l’écouter, a bien aidé à adoucir la pilule. Il n’a pas fait l’idiotie de me cantonner au rôle de mère pondeuse, qui ne m’aurait absolument pas convenu du tout et, même si les échanges avec lui s’apparentent parfois à la joute verbale, au moins, je ne m’ennuie pas. Et, outre le fait que nous partageons bien souvent la même vision des choses, quand bien même la mienne est un peu plus tranchée, chacun de nos échanges débouche sur quelque chose. Sur une décision commune pour ce royaume que nous dirigeons ensemble maintenant, depuis qu’il déposé cette couronne sur ma tête après avoir lui-même été désigné comme le meilleur homme possible pour le Bief. La question ne se posait pas, surtout au vu des autres personnes qui auraient pu y prétendre.

Je ne peux quand même pas m’empêcher de sourire à sa répartie. Il sait jouer avec les mots. Pour un bieffois c’est une qualité essentielle. Mais il reste néanmoins plus doué que la plupart des hommes que j’ai pu croiser. Et, au moins, je peux parler sans avoir à faire preuve de retenue. Pour autant, il m’arrive encore de me demander ce qu’il a derrière la tête, sans être totalement sûre de vouloir connaître les tréfonds de ses pensées. « Très bien, je vous le rappellerais la prochaine fois que vous me toucherez. La curiosité ne manquera pas de me dévorer jusque-là. »

Mais je me focalise sur le reste. Pas le temps pour les culbutes, quand bien même j’aurais pu tomber plus mal avec lui. Je fronce les sourcils, concentrée sur ce qu’il m’annonce et sur les idées qui se bousculent dans mon esprit en retour. Il semble approuver le cheminement de mes pensées. Je secoue la tête à sa petite pique avant de rétorquer, non sans un sourire en coin. « Si je le voulais, je pourrais pousser la mauvaise foi jusqu’à dire que vous avez conquis le trône du Bief pour pouvoir me faire Reine. Et je suis sûre que je pourrais trouver des troubadours ou d’autres idiots du même genre pour conter l’histoire de cette façon. Il y a bien trop d’hommes qui pensent avec leur pantalon. Ce n’est pas totalement votre cas, c’est heureux. » Même s’il ne fait pas non plus totalement exception. Et que ses déviances sont autrement plus délicates à gérer. « Quant à me mater... » Je me contente de le dévisager de bas en haut, avant de hausser une épaule et de reprendre le cheminement de mes pensées.

Et je hoche la tête. « Vous devriez le faire. Evacuer le nord. En signe de bonne foi, que ce soit pour les dorniens, le Tigre et j’en passe. Montrer que vous faites preuve de… d’humanité ? » Je grimace malgré moi avant de continuer, songeuse. « Si Dorne ne fait rien dans la foulée, ils seront encore plus responsables de ce qui leur arrive. Pour ce qui est du Tigre… j’ai entendu de quoi il était capable et de la taille de son territoire. Il vaut mieux faire ce qu’il faut pour s’en faire un allié, ou, a minima, éviter de s’en faire un ennemi. Même si cela ne manquera pas d’arriver. Pour autant, je pense que nous avons une carte intéressante à jouer dans cette histoire. Ne serait-ce que pour arracher la couronne de la tête de nos deux empereurs en toc. » L’envoi de septons me paraît une évidence, quand bien même je me moque de la religion. Mais pas de leur force de frappe qui a su faire ses preuves ces derniers mois. « Il faut disperser les forces de l’Empire. Mon frère nous en sera redevable, que ce soir sur terre comme sur mer. »

Quand il continue, évoquant encore les protagonistes qui n’ont pas choisi leur camp, je lève un sourcil, étonnée. « Avec le Val également ? Oh, vous serez probablement ravi de savoir que ma chère belle-sœur a été invitée pour la naissance de l’enfant royal au Roc. A croire que leur choix se fait un peu plus marqué, même si je suppose que nous ne remportons pas l’unanimité, sinon ce serait déjà acté. Il faut donc continuer d’ébranler le Val c’est bien cela ? » Et demander à Myria ce qu’elle a pu voir ou entendre là-bas. Même si correspondre avec elle n’est vraiment pas ce que j’ai le plus envie de faire dans l’immédiat. Si nous avons réussi à trouver un semblant de terrain d’entente, le fait qu’elle soit dans l’entourage de Yoren me déplaît fortement. C’est une intrigante, je le sais depuis toujours. Et je n’ai pas envie qu’elle le manipule.


Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 297
Membre du mois : 10
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptyLun 28 Jan - 13:41

Cette femme me tempérait et me modérait de façon efficace. Je n’étais pas plus calme avec elle qu’avec les autres, mais sa clairvoyance, son pragmatisme dénué de tout parasitage né de compassion ou de propension à la pitié, cela ne faisait que renforcer mon point de vue sur la question de son apport essentiel à la stratégie comme à la politique du Bief. Il était clair qu’elle avait rapidement su se saisir de la place qui était désormais la sienne, mais cela ne voulait pas dire pour autant qu’elle était encore parfaitement acceptée partout. J’avais une conscience assez aiguë des difficultés qu’il nous restait à renverser pour nous montrer tous deux sous notre meilleur jour à la cour du Bief. Sans doute y aurait-il toujours des hésitants, des indécis, voire des rétifs, mais cela ne devait pas vouloir dire que nous devions nous résigner devant cet état de fait. J’étais proche de l’aimer, en fait. Mais ni pour ses yeux, ni pour sa hargne à se battre, pas non plus pour ses formes se délicates, et si féminines. C’était son esprit que j’aimais, et la façon qu’elle avait d’embrasser ce que les autres considéreraient sans doute comme des ténèbres obscurs dans lesquels il ne fallait jamais s’aventurer de quelque manière que ce soit. Je lui dévoile un sourire de connivence, entre deux dépositaires d’une plaisanterie salace


| Quand vous vous serez enfin sustentée, peut être ? On m’a laissé entendre que vous fonctionniez comme une enfant, avec le besoin de stimuler votre existence par de menues récompenses. |


Et j’aimais jouer l’arrogant en sa compagnie, tout prêt que j’étais à chaque fois de l’amuser et de l’énerver à la fois, ce qui me convenait toujours très bien. Je ne peux m’empêcher de rebondir sur ses propres paroles qui résonnent immanquablement comme autant de défis à mes oreilles.


| Vous vous flattez, très chère, ce que vous m’apportez nous savons tous deux que cela ne suffit guère à mon contentement, mais que je brise un peu trop rapidement mes jouets pour avoir le temps de me sentir redevable de quoi que ce soit à leur endroit. ¬|


As-tu le message, chérie ? Je manque de m’étouffer quand elle m’incline à faire preuve d’Humanité. Oh, moi, je savais très bien y faire dans ce sens, mais elle ? Quel genre de conseil qu’elle était incapable de suivre était-elle en train de me donner ? Elle avait raison toutefois, je ne voulais pas du Nord de Dorne. Et j’opinais également quand elle parlait de mes entremises avec Dorne, nombreuses, toutes rejetées jusqu’à présent alors que leur Princesse était incapable d’admettre qu’elle s’était laissée emballer par sa propre inconséquence, à nouer des alliances au gré du vent et à les renier quand celles-ci l’avaient laissé dans une merde si noire que même un animal n’oserait marecher dedans.


| Nous sommes d’accord, alors ; Gains territoriaux limités, base navale dans les Degrés et mise sous tutelle de la Foi dornienne, tout en précipitant la confrontation dans le nord du pays entre dorniens et impériaux. La Principauté semble plus empressée d’en découdre que de donner des gages territoriaux suite à nos victoires et avancées... Comme si cette guerre ne leur avait pas suffi. |


Je secouais la tête de dédain. Voilà ce qui arrive quand on dirige un royaume avec un coeur de jeune fille et une âme de garçon qui se prend pour un guerrier, princes et princesses de Dorne étaient tous responsables à leur niveau de la chienlit dans laquelle se trouvait leur pays. Si les guerres se remportaient uniquement par des valeurs de courage, ils seraient sans doute champions, mais à Westeros le courage rimait souvent avec la stupidité et l’inconséquence et ces gens s’étaient laissés gagner par les discours étrangers et leurs propres ambitions, se disant trop tard qu’ils n’étaient pas de taille à affronter les problèmes qu’ils avaient eux mêmes provoqué avec le Bief notamment. Mon sourire se fait carnassier.


| Le Val est primordial, car il est déjà je pense acquis que le Roc ne bougera jamais pour l’Empire. Contre lui, ça reste encore à négocer. Le Val lui, pourrait être la pièce maîtresse d’une attaque contre nos ennemis. |


Je m’avance contre elle, hume l’odeur de son cou et sens presque la chaleur sous cette chair. Je me délecte de ce qui vient nourrir mes sens, comme je le faisais toujours de mes petits camarades de jeu habituels. Dans l’intimité, toujours, mais là ça ne comptait pas, Eren était ma femme.


| Vous en sentez-vous les reins, votre Grâce ? Ce sera tâche ardue. |




We Light the Way



Spoiler:
 
Manfred Hightower

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Manfred Hightower
Nous Eclairons la Voie
Messages : 754
Membre du mois : 8
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptyLun 4 Fév - 12:25

Le destin, les dieux ou que sais-je encore, portent peut-être un regard sur nous finalement. Jusqu’à quel point ? Difficile à dire. Mais je réalise, les mois passant, que si j’avais du finir par épouser le Gardener, la situation aurait fini par être autrement plus complexe. Cette connivence que j’ai avec Manfred, cette complicité même, il est évident que jamais je n’aurais pu la développer avec un de ces maudits chevaliers bieffois à l’honneur passablement mal placé. Nous nous rejoignons avec Manfred, que ce soit dans les défauts et dans les qualités. Et il m’oblige à être moins impulsive, à pousser le fruit de mes réflexions au-delà de la simple envie de planter mon épée dans le crâne des gens qui m’agacent. Je sais pourtant qu’il apprécie cet aspect de ma personnalité, si tant est qu’il peut être appréciable. Mais il m’apprend à l’utiliser à bon escient. D’autant que, dans mon état, difficile de me faire aussi menaçante que d’habitude.

Je réprime un soupir à cette idée, plissant les yeux dans sa direction alors qu’il se moque de moi. « N’oubliez pas que, comme les enfants, je peux ne pas contrôler du tout mes sautes d’humeur. Et vous en feriez les frais. » J’attrape tout de même un morceau de fromage et du pain que j’engloutis, arquant un sourcil en entendant mon estomac gargouiller pour la première fois depuis des jours. « Et bien, il semblerait que la potion magique de ma servante soit efficace. Enfin, pour autant que je sache, c’est peut-être en train de me tuer. Evitez de trop jouer avec mon cadavre si cela arrive, je suis bien plus distrayante quand je suis en vie. » Tout en parlant, je finis une première tranche de pain, puis une autre, avant de lever les yeux au ciel quand il reprend.

« Il est vrai que j’ai parfois tendance à oublier vos petits passe-temps. Fort heureusement pour vous, je suis plus solide que vos jouets. Ou plutôt, fort heureusement pour moi, vous ne jouez pas avec moi de la même façon. » Parce que nous savons tous les deux que la situation pourrait bien trop vite dégénérer si c’était le cas. Quand deux prédateurs se font face, les choses peuvent rapidement mal tourner. Mais nous avons su trouver un terrain d’entente. Il se défoule avec d’autres jeunes filles, je me fais un plaisir de fermer les yeux à ce propos et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Non que je n’apprécie pas un peu de brutalité dans nos relations, loin de là. Mais c’est autre chose de voir cette lueur briller parfois dans ses yeux. Elle doit en inquiéter plus d’une, à n’en pas douter. Moi, tant que je maîtrise la situation, elle m’amuse plus qu’autre chose. Et me rappelle qu’il est loin d’être ce roi parfait, qu’il y a de nombreuses zones d’ombre que je pourrais exploiter si cela devient nécessaire. Pour l’heure, notre duo fonctionne trop bien pour que j’ai envie d’y songer. Et l’attachement que j’ai pour lui est plus sincère que je ne l’aurais cru.

Et je me focalise sur le reste, esquissant un sourire amusé à sa réaction quand je parle de faire preuve d’humanité. Mais il comprend le message. Et je hoche la tête, mon sourire se faisant plus large. « Une zone tampon entre nous et l’Empire. Et un potentiel allié qu’il nous faudra affaiblir dans cette guerre. Plus le Tigre aura à lutter contre ses ennemis principaux, moins nous aurons à faire quand il se retournera contre nous. Et nous pourrons souffler un peu pendant ce temps-là. Et la Principauté semble vouloir se venger contre ses anciens alliés. Autant en profiter également. » Un peu de pragmatisme n’a jamais fait de mal à personne. Et je suis prête à pactiser avec bien des gens si cela nous permet d’arriver à nos fins.

Je lui rends son sourire alors qu’il évoque les « neutres » de ce conflit qui ravage le continent tout entier. « Myria est au Roc actuellement. Je ne sais quelle est la stratégie de mon frère à ce sujet, s’il souhaite s’en faire des alliés ou s’assurer qu’ils ne seront pas des ennemis. Mais je vois mal l’Ouest retourner aussi franchement sa veste pour appuyer l’Empire, surtout avec tout ce qu’ils ont fait. Reste à rappeler au Val à quel point ils pourraient être encerclés et perdre toute indépendance. Cela pourrait aider du côté de l’Ouest qui plus est. Leur montrer ce qui se passe quand on ne se fait pas suffisamment pro-empire. » Je le suis des yeux tout en parlant, tandis qu’il se rapproche. Et mon sourire se fait plus amusé alors qu’il n’est plus qu’à quelques centimètres de moi, que je peux sentir son souffle sur mon cou. J’attrape son menton pour le relever à hauteur de mon visage et je fais glisser mon ongle sur sa lèvre inférieure alors que je rétorque, non sans lever un sourcil. « J’ai les reins pour bien des choses Majesté. Mais je suis curieuse de connaitre votre avis sur le sujet. »


Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 297
Membre du mois : 10
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptySam 9 Fév - 17:31

La Reine du Bief est bien atypique, mais c’est sans doute ce qui fait en partie sa force et qui la pousse à se montrer aussi forte et efficace. Dans tous les cas elle est à même de me comprendre, au moins en partie, ce qui faisait qu’elle avait bel et bien tout le crédit possible pour que je lui parle à coeur ouvert. Même si le coeur en question était noir et vil, il n’y avait pas tant à avoir peur de ce qui pourrait survenir d’une trop grande franchise avec elle. Elle me dit qu’elle ne peut pas contrôler ses sautes d’humeur et je ne la crois évidemment qu’à moitié. Sous ses atours de brute épaisse, de garce assassine et au caractère de cochon, dame mon épouse était d’une intelligence redoutable. Pas vraiment capable de tendresse et encore moins douée de douceur, mais cela ne l’empêchait pas de faire cause commune avec mes intérêts, et que l’on trouve un intérêt à ces petits jeux pratiqués ensemble. Je dévoile un sourire carnassier quand elle parle de jouer avec son cadavre.


| Mais enfin, mon aimée, que ferais-je sans vous ? Je pense que vous me manqueriez tellement que votre place serait toujours près de moi… J’ai déjà vu des specimens empaillés d’êtres humains, ou momifiés, dans les réserves de la Citadelle. C’était très intéressant, on a beaucoup à apprendre de l’intérieur du corps humain. |


Bien sûr, je plaisantais. Quoique… Bien sûr, j’avais déjà dépecé un être humain et j’avais aussi déjà pu manier le scalpel sur des spécimens qui ne manqueraient à personne et n’éveilleraient aucune mâle intention, tant les rues de Villevieille près du port étaient pleines d’indigents, de marins blessés par leurs expéditions incapables de reprendre le travail, ou de prostituées usées par des milliers de passes pratiquées tout au long de leur existence. Je souris encore, alors que je pose mes mains sur ses minces clavicules, de part et d’autres de son visage pour plonger mon regard dans le sien.


| En effet, très chère. Vous êtes la partenaire idéale pour bien des jeux, mais je ne pense pas que ça soit le cas pour tous. Nous avons tous nos préférences, et des usages qui nous sont propres, n’est-ce pas? |


Elle ne me jugeait pas tant, et c’était une véritable libération. D’autant qu’elle ne se formalisait pas non plus que j’aille voir ailleurs pour la satisfaction de certains désirs contre lesquels j’étais parfaitement incapable de la moindre résistance. Je hochais la tête de son calcul politique, bien convaincu de toute manière que la conquête totale de Dorne était impossible en une fois ; elle n’avait de toute façon pas été un objectif de guerre, à aucun moment. Il fallait dire que Dorne me servait bien plus en vie, incarnant un repoussoir facile à haïr pour un peuple qui avait subi ses déprédations.


| En sus, il est à prévoir la Princesse de Dorne agira comme elle le fait toujours. Prisonnière de ses émotions, je pense qu’elle voudra se venger de ses anciens alliés. Comme le Tigre l’y poussera de toute façon, d’après nos espions. |


J’espérais qu’en sus, cette politique menée avec le coeur plus qu’avec la tête n’aurait que pour conséquence que la même réaction chez les impériaux. Je me méfiais du monstrueux Empereur, qui avait triomphé d’Harren, mais moins de sa femme. On la disait d’un charisme magnétique, qui avait su lever toute une partie de Westeros contre ses ennemis, mais on la disait aussi passionnée qu’impétueuse. Je savais battre ce genre d’adversaires, en les manipulant au besoin. J’acquiesçais encore à ses mots.


| Peut être y-a-t-il un coup à jouer avec le Grand Septon et l’Ouest, pour provoquer une extension rapide du conflit ? Je me demande si l’on ne pourrait pas forcer à penser... |


Je hume l’odeur de ses cheveux, mes mains descendant le long de son corps, l’effleurant du bout des doigts.


| Que la Croisade va reprendre et qu’elle aura besoin des ouestriens. L’empire ne saurait le tolérer. |


Embrasse son épaule, alors qu’elle me braque droit dans ses yeux d’un geste autoritaire et sans douceur. Démons qui m’imprégnent et me possédent aussitôt.


| Mon avis vous l’aurez, ma chère. |






We Light the Way



Spoiler:
 
Manfred Hightower

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Manfred Hightower
Nous Eclairons la Voie
Messages : 754
Membre du mois : 8
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptyLun 18 Fév - 11:44

Je comprends maintenant, ce que les gens trouvent effrayant à l’homme que j’ai épousé. Non que j’aie peur de lui, j’ai de toute façon vécu bien trop de choses pour avoir peur de qui que ce soit. Mais je vois dans son regard toute la noirceur dont il est capable. Pis encore, je la vois dissimulée derrière ce masque de bienséance qu’il aborde si bien en temps normal. Je me demande comment les gens réagiraient, s’ils savaient réellement. Que je ne suis pas la plus monstrueuse des deux, même si je ne suis pas en reste. Que l’un de ces bieffois si propre sur lui et si bien-pensant est capable des pires atrocités. Mais en vérité, ce qui pourrait terroriser certains a plutôt le pouvoir de m’amuser d’une certaine façon. Parce que je le sais faillible et le fait qu’il ait accepté de partager ce secret avec moi prouve qu’il me fait confiance, d’une certaine façon. Et c’est ce qui fait notre force à tous les deux.

Je lève tout de même un sourcil quand il parle de me garder toujours auprès de lui et je n’ai pas à me forcer pour frissonner de dégoût. « Quelle horreur. Suicidez-vous donc avec moi, ce sera tout aussi ridicule et autrement plus impressionnant que de faire de moi une poupée géante. Même je gage que je pourrais en effrayer encore plus d’un, même après la mort. Mmmmh… il faudra que j’y réfléchisse. Quant à apprendre ce qu’il y a à l’intérieur de mon corps, je vous remercie mais cela ne m’intéresse guère. Je préfère voir les boyaux de mes ennemis au sol que de chercher à savoir quelle était leur place à l’origine. » A chacun ses passions. Ou quelque chose dans ce goût-là. Même si celles de mon cher mari sont quelque peu discutables.

Il en rajoute d’ailleurs une couche et j’ai le bon goût de secouer la tête, non sans esquisser un sourire amusé. « Je ne m’offusquerais pas de ne pas être présente dans tous vos amusements. Tant que personne n’en est informé et que vous continuez de venir dans ma chambre, je vous promets que je ne jouerais pas à l’épouse délaissée qui réclame de l’attention. Cela risquerait de bien trop m’énerver en réalité. » J’essaie de m’imaginer en train de faire ça et, rien que d’y songer, je lève les yeux au ciel. Mais nous voilà au cœur de la discussion. Il semble approuver ce que je lui dis et, quand il reprend, je ne peux qu’opiner du chef. « Laissons-la se heurter toute seule à ces murs. Nous n’aurons pas à user nos forces dans la bataille et elle usera nos ennemis comme une grande. En nous remerciant d’un autre côté. Nous avons tout à y gagner, même si le Tigre m’inquiète quelque peu. Il faudra aussi discuter de la répartition de nos navires. S’ils n’ont plus à s’occuper des côtes dorniennes et de leurs femmes, mes hommes vont vite avoir besoin d’activité pour éviter de s’entretuer. Et ils vont finir par penser que je les oublie à la longue. »

Et j’ai un silence songeur quand il parle du Grand Septon, non sans un avoir un frisson à sentir ses mains le long de mon corps. « Et comment comptez-vous le convaincre ? Myria Hoare est à Castral Roc, vous pouvez parler au lion. Vous pensez que nous pouvons jouer là-dessus ? L’Empire ne tolèrera pas non plus que l’Ouest se rapproche trop de nous. Il y a peut-être quelque chose à jouer aussi de ce côté-là… sans forcément dire la stricte vérité sur l’état de nos relations avec eux. » Et j’ai un sourire satisfait à sa répartie alors que son regard accroche le mien. « En même temps, le contraire m’aurait déçue Majesté. »



Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 297
Membre du mois : 10
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptyDim 3 Mar - 17:39

Le démon enfle dans ma poitrine après s’être réveillé et lové contre mon coeur, l’enserrant dans ses spires sombres et filamenteuses, qui m’étouffent et me mettent déjà en sueur. Je le sens sur mon front, sous mes cheveux épais. Il y a quelque chose qui se passe, et Eren qui ne fait rien pour combattre ce qui arrive. Je ne peux pas lui en vouloir, mais un jour, son absence d’aptitude à la peur ne fera sans doute pas grand-chose pour la protéger sur le long terme. Je me rends compte aussi que dans ces prunelles-là il y a un certain désir de se perdre, de se mettre en danger. Quelque chose de plus fort qu’elle, qui la pousse à sans cesse s’éprouver. Je haussais les épaules à sa rebuffade, mais je me rends compte aussitôt que j’ai la gorge sèche, et que je dois m’humecter les lèvres avec la langue, car c’est tout mon corps qui se déssèche à l’idée, la pulsion, de ce que je serais capable de soutenir et d’accomplir si on me laissait les coudées franches.


| Comme vous le souhaiterez, ma dame. |


Je hausse un sourcil devant la marque ou d’affection ou de désir qu’elle manifeste, peu décidé à la laisser échapper à mes attentions maintenant qu’elle dévoilait ces ouvertures. Dans ces conditions, j’étais pire qu’un chien à qui on donnait un os à ronger, mais je le faisais avec mon caractère et ma rectitude habituels ; tout en ironie et non sans finesse.


| Avez-vous peur que je vous délaisse, ma Dame ? Moi qui n’aime que vous, qui accaparez mon esprit, mes journées comme mes soirées. Il n’y a que vous. Les autres ne sont que des jouets bien éphémères, que vous ne voulez pas incarner. |


Je comprenais ce que disait mon épouse sur la poursuite de la guerre, ainsi que sur le Tigre. Attendre et voir, comme le voulait la stratégie Lannister depuis le tout début du conflit, c’était sans doute cela qui serait le plus sûr pour nous tous, et qui nous permettrait de passer l’hiver sans trop de casse et avec plus de certitudes qu’escompté. Je ne voulais pas non plus que l’on se retrouve à devoir faire la police. Je soupirais à l’évocation de la Flotte de Fer, ce qui me permit de faire un rien refluer les pulsions et de ne pas me mettre en porte à faux avec notre allié plus au nord, qui était toujours prompt à montrer les dents. Combien de fois avais-je déjà dû rassurer le Roi que oui, des renforts étaient bien en route ? Etait-ce ma faute si les Dieux avaient fait ce territoire si grand, qu’il fallait faire passer les Montagnes Rouges en pleine tempête puis tout un royaume sous la neige, sans routes dégagées ? Je hochais la tête.


| Il est peut être temps d’user de nos ressources et appuis auprès de la Foi. Je n’y ai pas mal investi temps et argent, je crois. Il est possible d’utiliser ces liens et je pense que la ferveur religieuse n’est pas encore retombée au Roc. Si nous parvenons à faire croire à l’Empire que l’Ouest laisse encore la Foi puiser dans ses forces vives, alors nous pourrions être à même de faire croire que l’Ouest joue bel et bien ce jeu contre le blason Braenaryon. |






We Light the Way



Spoiler:
 
Manfred Hightower

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Manfred Hightower
Nous Eclairons la Voie
Messages : 754
Membre du mois : 8
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptySam 9 Mar - 18:37

Je sais que je joue à un jeu dangereux avec lui. Surtout quand je vois cette lueur s’allumer dans ses yeux. Je ne sais pas vraiment s’il a envie de me prendre, de m’étrangler ou quoi d’autre encore. Probablement un peu tout cela en même temps. Et autant dire que j’aime cela bien plus que je le devrais. Parce qu’il me pousse dans des retranchements dont je ne me souvenais même plus, qu’il m’oblige à m’imposer tout en me soumettant et que nous arrivons ainsi à une espèce d’équilibre que bien des gens trouveraient malsain. Et pourtant, au vu de ce qu’il est venu m’annoncer, autant dire que je suis plus que satisfaite de la façon dont notre collaboration a fini par évoluer. Je vois bien que mes propos lui font un effet plus que certain et j’ai un sourire narquois à sa réponse, bien plus sobre que pourrait le laisser présager la lueur dans son regard. « Oh, vous voilà bien peu contrariant. Je ne sais si je dois en être satisfaite ou non. »

Et je croise les bras, la mine faussement agacée quand il reprend. « Je n’ai pas peur de cela. Je vous connais trop bien et la réciproque est vraie. Jamais vous ne trouverez une épouse plus parfaite pour vous et vous le savez. » Je suis sur le point de lui dire de ne pas mêler l’amour à cela mais, au final, cet attachement que j’ai pour lui pourrait grandement y ressembler. Alors je préfère garder une pique qui n’en serait pas vraiment une avant de tousser un rire. « Et j’espère que je n’accapare pas votre esprit à ce point-là sinon vous ne serez bientôt plus bon à rien. Sauf que je n’ai pas particulièrement envie de devenir veuve. Surtout la votre. » Je me rapproche un peu de lui avant de souffler, un ton plus bas. « Et je ne suis pas un jouet, c’est ce qui vous plaît d’ailleurs. »

Mais la discussion prend une autre tournure. Je n’aime pas me mettre en position d’observateur, surtout avec tout ce qui a pu se passer, mais la fin du conflit avec Dorne nous ouvre nombre d’autres possibilités. Surtout à voir la réaction du Tigre face à cela. Et des autres. Que ce soit l’Ouest ou le Val qui n’ont pas encore choisi clairement leur camp. Je gage qu’ils aimeront plus s’allier à des peuples qui leur ressemblent, comme le Val, qu’aux fer-nés dont je fais partie. Je hoche la tête, la mine songeuse. « L’idée est intéressante. Peut-être pourrez-vous faire valoir à la Foi notre mariage sous le signe des Sept et ma… docilité à ce propos. Et pousser le Val et l’Ouest à se rappeler que nous sommes la meilleure alternative face aux sauvages qui viennent d’au-delà des mers ou un couple impérial qui veut leur couronne. Je ne suis pas sûre qu’il y ait beaucoup à pousser pour convaincre l’Empire que l’Ouest n’est pas fiable. Reste à savoir si tout doit venir d’eux ou si nous pouvons… leur souffler quelques idées. »



Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 297
Membre du mois : 10
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptyVen 15 Mar - 0:10


Et voilà, c’est fini pour ma productivité du jour. Trop de tensions en mon for intérieur, entre l’excitation de la victoire et les problèmes liés aux négociations de paix… Ca avait fait beaucoup de choses qui m’avaient fait bouillonner intérieurement, jusqu’à la libération, enfin, au moment de recevoir ces missives. Malgré tout, j’ai su me contenir sans équarrir qui que ce soit, sans peler vive les servantes du château. Mais il arrive toujours un moment où je dois lâcher prise. Et ma femme ne m’y aide pas, m’aguichant à moitié ou me provoquant. Le démon qui ne fait que me serrer le coeur, de terminer ce qu’il a entamé il y a bien longtemps, ce travail de sape innommable qui ne fait que saper à chaque instant plus encore mon âme. C’était ainsi, mais ce n’est vraiment pas le genre de sourire provocateur qu’Eren m’envoie qui me calmera de quelque manière que ce soit. Je déglutis péniblement, un goût de fer dans la bouche alors que je sens la température monter, ce qui n’a pas forcément de cause sensuelle, mais qui annonce souvent les plus viles folies.


| Plus parfaite ? Je ne sais pas. Une femme qui aurait peur de moi et qui parlerait moins ferait tout aussi bien l’affaire, vous ne pensez pas ? Pourvu qu’elle soit fertile, et que ma semence sache y prendre graine. Ne vous flattez donc pas trop de votre importance... |


Mais c’était vrai qu’elle le pouvait de son unicité, sans aucun doute. Et elle pouvait deviner que je la tançais, même s’il y avait bien évidemment un fond de vérité. Quand elle se rapproche et joue encore avec moi,s e délectant sans doute de mes efforts pour tenir bon avant de succomber, je ne puis toutefois que la contredire.


| Vous en êtes un, ma « douce », mais vous tenez simplement plus longtemps que les autres. |


Je ne suis déjà plus dedans quand elle parle de l’Ouest, du Val. Tout déraille dans ma tête. Le rythme de mes battements cardiaques s’accélère et me met au bord de la défaillance, mais comme d’ordinaire je tiens bon, serre les poings. C’est pire que d’habitude. Eren ne me connaît pas encore assez sans doute pour s’en rendre compte, ou bien elle s’en fiche l’inconsciente, mais il n’est plus question maintenant de prendre de gants sur quoi que ce soit. Nous sommes vivants, nous sommes victorieux. Il faut encore que j’évite de tuer mon épouse dans des élans un peu trop personnels, mais ça n’avait rien de si facile.






We Light the Way



Spoiler:
 
Manfred Hightower

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Manfred Hightower
Nous Eclairons la Voie
Messages : 754
Membre du mois : 8
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptySam 30 Mar - 11:47

Je devrais probablement calmer les choses ou, en tout cas, ne pas trop en faire. Mais cela n’a jamais été dans ma nature, d’autant que toutes les nouvelles qu’il vient de m’annoncer ont de quoi mettre plus d’une personne d’excellente humeur. Voilà des mois, des années même, qu’il œuvre pour cela, souvent dans l’ombre, souvent sans que personne n’ait conscience de l’énergie qu’il a pu déployer à cette fin. Et maintenant, pour la première fois depuis longtemps, il peut enfin savourer une première victoire. Non des moindres soit dit en passant. Cela renforce le poids de la couronne qu’il a désormais sur la tête et sa légitimité. Et même si certains sont toujours prêts à attendre qu’il vacille pour prendre sa place, ils seront de plus en plus nombreux à le suivre, j’en suis certaine.

Reste évidemment nombre de choses à régler, comme les problèmes que peut connaître mon frère, notre allié. Mais, dans l’immédiat, je m’amuse à attiser des démons qui n’ont nulle besoin de l’être. Et j’ai une ombre de sourire à ses propos. « Vous serez mort d’ennui avant même que votre enfant ne vienne au monde. Et je ne suis pas qu’une simple épouse bonne à jouer à la pouliche, nous le savons tous les deux. » Une compagne, quelqu’un sur qui il peut s’appuyer et qui le poussera jusqu’au bout. Probablement trop loin, aucun de nous n’étant capable de se fixer des limites mais au fond, peu importe non ? « Quant à la fertilité… » Je désigne l’arrondi qui déforme de plus en plus mon corps et je lève un sourcil. « J’ose espérer que vous en êtes satisfait et que je n’ai pas mis trop de temps à me faire engrosser majesté. »

Je croise tout de même les bras quand il continue, plissant des yeux à son attention avant de relever le menton. « Tout n’est qu’un jeu pour vous semble-t-il. Mais je tiendrais toujours plus longtemps que ce que vous pouvez imaginer. » J’évoque les terres encore neutres, si ce terme a encore du sens, mais j’ai l’impression qu’il n’écoute plus vraiment ce que je lui dis. Peut-être que j’ai poussé les choses un peu trop loin aujourd’hui ou en tout cas, suffisamment pour qu’il soit enclin à ne faire que profiter de sa victoire. De notre victoire en vérité. J’ai encore du mal à me faire à l’idée que je suis devenue la Reine du Bief, surtout au vu de tout ce qui a pu se passer ces derniers mois.



Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 297
Membre du mois : 10
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptyMer 10 Avr - 21:49

Je tance mon épouse, mais c’est trop tard, je déraille et le démon me possède tout entier. Je glisse petit à petit, contre elle, pour elle… Mais surtout pour moi. C’est sa faute. Je le vois dans ses yeux. Elle ne va pas bien de me défier ainsi, mais c’est sans doute plus fort qu’elle, c’est sans doute dans sa nature. Elle joue avec moi. Ca m’enrage autant que ça m’excite, mais je ne fais rien pour me calmer, rien pour m’arrêter. Je joue, moi aussi, mais selon mes règles. J’espère qu’elle les accepte, Eren, qu’elle sait vraiment dans quoi elle s’engage, car sitôt que les choses sont parties il ne peut plus y avoir le moindre retour en arrière possible. Eren me taquine à son tour, vantant ses qualités, son caractère, les seuls à même selon elle de me retenir, de me captiver, d’éviter un ennui mortel autant pour mon âme que pour les gens qui m’entourent.


| Dommage, Dame, les pouliches se laissent monter sans broncher. |


C’était rare que je me montre aussi grivois, aussi direct, mais la folie qui faisait battre mon palpitant à toute vitesse n’avait aucune limite, ni aucune réserve. Et la voilà qui fanfaronne.


Le bébé. La grossesse. Ah oui. Je devais faire attention. Mon cerveau s’agite, entrevoit les possibilités de tout ce que je pouvais faire, ou non. Je lui lance un regard sauvage, au moins autant que le sourire de bête que je lui lançais.



| C’est un fait que vous êtes rapidement tombée enceinte, ma Reine. Mais bon sait-on jamais, on n’a jamais assez de soins pour une femme dans votre état. |


Je soulignais autant les élans de « tendresse », certes relatives, que je pouvais nourrir, mais je sous entendais aussi et surtout ce qu’elle changeait, et que son état impliquait l’abandon de tout ce qu’elle était auparavant ; une sorte de guerrière brutale et sans pitié dont le destin ne pouvait que se finir dans la mort, alors qu’elle était porteuse d’une matrice qui se devait, socialement, culturellement et religieusement, de donner la vie. Je m’humecte les lèvres


| Oh, vraiment? |






We Light the Way



Spoiler:
 
Manfred Hightower

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Manfred Hightower
Nous Eclairons la Voie
Messages : 754
Membre du mois : 8
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptyMar 23 Avr - 22:37

Parfois je me demande ce qui se passerait si je lâchais réellement prise, si j’acceptais de laisser cette noirceur m’envahir pour de bon. Depuis toujours, je crois être capable de me maîtriser, je ne laisse exploser ma rage qu’en plein combat et je sais doser ma violence. Même si j’y ai toujours pris un plaisir semble-t-il peu approprié pour une femme, toute fer-née soit-elle. Heureusement, j’ai aussi toujours réussi à tirer mon épingle du jeu, à obtenir ce que je voulais, de la façon dont je le voulais. Et si je ne désirais en rien ce mariage avec Manfred, ce que j’en tire est, ma foi… surprenant. Et plaisant. Même si sa noirceur ne m’incite que davantage à me pencher vers le précipice dans lequel nous finirons tous les par tomber, immanquablement. Sauf que nous le ferons selon nos règles, selon ces envies que je lis dans son regard et que je devine au fond de mes iris. Si la violence et je ne sais quels mauvais penchants ont toujours été une seconde nature pour moi, c’est encore pire depuis que je suis à ses côtés. Et autant dire que je ne fais rien pour le réfréner. Parce que je suis encore persuadée de pouvoir y mettre fin. Ou que je m’en moque, allez savoir.

Dans tous les cas, ce petit jeu me plaît, comme à chaque fois. Si je ne prends guère de gants en temps normal en société, ce n’est pas son cas. Et le voir laisser tomber le masque ne me fait sourire que davantage. « Dommage, vraiment ? Je croyais que vous aimiez quand elles se débattaient un peu... » Un clin d’oeil provocateur. Je sais que je vais loin, très loin même, mais je m’en moque. Et je souffle, mon regard ancré dans le sien. « S’ils savaient... » Je baisse pourtant les yeux, effleurant un instant l’arrondi de mon ventre de plus en plus proéminent et j’ajoute, d’un ton léger. « Pour un peu, je pourrais presque croire que vous vous souciez de ma santé mon cher. Voilà qui est pour le moins… appréciable. » Même si nous savons tous les deux que je n’ai qu’une hâte, c’est d’être délivrée de cet enfant. Et pourtant, loin de moi l’envie de le chasser de mon lit après cela. Quitte à devoir en payer de nouveau le prix et porter un autre enfant, au moins cela satisfera tous ceux qui nous entourent. Et peut-être en sera-t-il heureux également. Tant qu’il ne me demande pas de faire preuve d’instinct maternel ou de quelque chose de tout aussi ridicule.

Voilà pourtant que la dernière barrière tombe. Si tant est qu’elle ait réellement existé. Je souris à le voir frémir de la sorte, sachant qu’il ne faudra plus grand-chose pour qu’il arrive à ses fins. Ou que j’arrive aux miennes, allez savoir. Mais il est vrai que la grossesse développe nombre d’appétits. Qu’il est le seul à savoir combler. « Vraiment Majesté. C’est un problème ? »



Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 297
Membre du mois : 10
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptyMer 22 Mai - 22:02





We Light the Way



Spoiler:
 
Manfred Hightower

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Manfred Hightower
Nous Eclairons la Voie
Messages : 754
Membre du mois : 8
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptyLun 10 Juin - 17:44



Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 297
Membre du mois : 10
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptyLun 10 Juin - 21:31





We Light the Way



Spoiler:
 
Manfred Hightower

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Héritier de Villevieille
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté n'est pas encore définie.
Manfred Hightower
Nous Eclairons la Voie
Messages : 754
Membre du mois : 8
Célébrité : Blake Ritson
Maison : Hightower
Nous Eclairons la Voie
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] EmptyMer 3 Juil - 9:33



Je vous brûle pour m'élever
On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. (⚡️) le chant des sirènes.
Eren Hightower
Eren Hightower
Messages : 297
Membre du mois : 10
Célébrité : Gal Gadot
Maison : Hoare - Hightower
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]   Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé] Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Time is the fire in which we burn... [Tour V - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]
» Empty Storytime [PV Gak' & Eva] [Hentaï Page 2&3]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Le Bief :: Hautjardin-
Sauter vers: