Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -40%
Maillot de football Third Paris Saint-Germain – ...
Voir le deal
54 €

Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]
MessageSujet: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyVen 15 Juin - 11:23

Lycaon XII
Suis la Foi et elle guidera



   
Lord Alyn Tyssier ▪▪ Père Tallora ▪▪ Mère et servante des Rowan Lord Colemon et Olyvar Tyssier ▪▪ Demi-frères, tous les deux décédés, l'un dans sa combat contre la maladie, l'autre contre l'Orage en -24 Lord Damion Tyssier ▪▪ Neveu Tyana Flowers ▪▪ Nièce  

Tisser sa Toile

Année de naissance ▪▪ -57
Nom de naissance ▪▪ Brynden Flowers
Ville de naissance ▪▪ Froidedouve
Royaume de naissance ▪▪ Le Bief

Situation matrimoniale ▪▪ Marié aux Sept, et leur humble serviteur
Royaume servi actuellement ▪▪ La Foi
Titre / rôle au sein du royaume ▪▪ Grand Septon
Positionnement politique actuel ▪▪ Je suis pour les puissances centrales

Avatar ▪▪ John Doman
Crédit ▪▪ MEHIEL
▪▪ Intelligent ▪▪ Calculateur ▪▪ Travailleur ▪▪ Buté ▪▪ Austère ▪▪ Obsessionnel ▪▪


 


-57 ▪▪ Naissance honteuse dans un coin sombre de Froide-Douve, d'une servante que son père, Lord Tyssier, aura connu durant son service auprès de Lord Rowan -50 ▪▪ Pour éviter la honte et le blâme sur sa famille et ses enfants, Lord Tyssier offre son bâtard à la Foi -34 ▪▪ Après 10 années passées à étudier à Villevieille, est enfin ordonné Septon, pour son plus grand bénéfice, et obtient le Septuaire de Peake comme récompense pour ses excellents services en tant qu'initié D-24 ▪▪ Commandé par la Foi, il se porte volontaire pour devenir Septon auprès de l'armée de Garse Gardener contre les armées impies d'Argilac Durrandon. Après plusieurs jours de prière et de jeûne, le jeune Lord des Essaims, grièvement blessé sans que les mestres n'y puissent rien, confié à ses soins, entame une guérison miraculeuse. Sa renommée grandit pour ne plus s'arrêter. -15 ▪▪ Ses intrigues et ses miracles le propulsent à la tête du Septuaire de Port-Lannis l'un des plus importants en dehors du Bief -4 ▪▪ Sa piété et son dévouement lui permettent d'être élu Grand Septon à la suite de feu Lycaon XI, il prend alors le nom de Lycaon XII. Sa première action sera de bénir les troupes bieffoises en prise avec les dorniens à la frontière. An 0 mois 6 ▪▪ Mécontent de la politique faiblarde des Gardener, Lycaon XII se dresse contre les accords de paix entre le Bief et Dorne. Son discours sera vite connu comme la Diatribe Enflammée An 0 mois 7 ▪▪ Son appel à la Sainte Croisade rencontre l'engouement, les premiers croisés affluent. Lycaon XII nomme un nouveau chef des Pauvres Compagnons An 0 mois 10 ▪▪ Lycaon XII s'enflamme et prend pour cible Dorne, Peyredragon et le Nord comme ennemis de la Foi, il demande aux croisés de marcher sur ces Royaumes. Début officiel de la Sainte-Croisade. Le Grand Septon dénonce l'entreprise impie que constitue l'Empire nouvellement créé. An 0, mois 12 ▪▪ Victoire des croisés à Vivesaigues, même s'ils finissent vaincus par les armées impériales à Wayfarer. La mise en croix des croisés par Torrhen Braenaryon provoque l'ire de Lycaon XII pour qui cela constitue le pire des blasphèmes





(C) Shereen ▪▪ Les deux hommes se connaissent depuis bien longtemps maintenant, et leur entente a depuis longtemps dépassé le simple stade de l’amitié. Martyn Tarbeck est l’âme damnée de Lycaon XII il l’a accompagné pendant tout son parcours et sa lente ascension vers le plus méritoire des postes, le titre de Grand Septon, faisant de lui l’incarnation humaine des Sept. Lycaon XII a offert un avenir et une place enviée à un homme qui n’était alors qu’un cadet en disgrâce. Le Grand Septon est le seul à vraiment connaître les raisons de l’exil de Martyn, et l’absout de son addiction à la boisson et aux femmes contre le repentir armé à son service. Martyn est le bras armé de Lycaon XII, celui qui le protège de tous, et même de lui-même : il est le seul à protéger le Grand Septon de son amour honteux pour les hommes, en éliminant ceux qui auraient surpris ce secret, un regard, une caresse mal placée.. Mais Lycaon XII risque de mal prendre la tentative de Martyn d’éliminer Symond, son point faible.. Martyn ne serait-il pas allé trop loin ?

Martyn Tarbeck

(C) Shereen ▪▪ Les Sept semblent avoir voulu placer la tentation dans la vie de Lycaon XII... Modèle de piété mais il est atteint d'un mal tentateur, l'attirance pour les hommes, un péché qu'il exècre et ne comprend pas. Et c'est cette passion pécheresse qui l'a induit à choisir le jeune et beau Symond comme chef des Pauvres Compagnons. Sa pureté d'âme, sa foi et ses traits juvéniles l'ont conquis, et depuis son cœur s'enflamme pour lui. Il le désire, mais jamais il ne pourra l'avouer tant la chose est honteuse. Symond tient autant sa place à sa piété qu'à son physique et  à la préférence personnelle du Grand Septon. Symond possède une confiance aveugle dans la Sainteté Suprême, le vénérant comme l'homme qu'il est, l'incarnation des Sept sur terre. On le dit fanatique mais pour Lycaon XII, il est dévoué … A la foi plus qu'à son être pour son malheur …  

Symond






(C) Inconnu ▪▪ La Foi et les Hightower entretiennent une ancienne amitié, et Lycaon XII est allé dans ce même sens, apportant toujours un soutien indéfectible au maître de Villevieille. Pourtant, le Grand Septon connaît les rumeurs horribles courant sur Manfred, des bruits qui lui ont été confirmés par ses espions. Mais qu'importe. Il sera toujours possible de se faire pardonner par les Sept en permettant la victoire de la Foi. Il serait idiot de se passer de l'intelligence de Manfred et de son influence considérable sur tout le royaume, pour la gloire des Sept. Leur amitié est intéressée, et ce dans les deux sens.

Manfred Hightower

(C) Shereen ▪▪ Si seulement Lycaon n'avait pas été touché par ce mal et cette passion pour les hommes, il aurait sûrement succombé à la beauté de Jordane Lannister. Ils se sont rencontrés alors qu'il opérait comme Septon de Port-Lannis, et depuis ce jour leur relation est ambiguë, tels deux animaux politiques se jaugeant et se respectant. Lycaon XII apprécie à sa juste valeur l'intelligence tranchante de Jordane, sa prudence et ses manières, tandis qu'elle-même apprécie l'homme fin et galant qu'est Lycaon XII, même si elle ne peut s'empêcher de s'en méfier. Leur correspondance est fournie, un vrai modèle de convention, d'éloquence et de subtilité, correspondance s'étant étoffée depuis le geste des Lannister envers la Foi en laissant passer ses troupes sur leurs terres. De quoi faire oublier l'idée étrange d'aller chercher une Princesse païenne.

Jordane Lannister






(C) FANPOP ▪▪ Argella est une femme étonnante : arborant une armure plutôt qu'une robe, défiant le Bief, détournant même le frère cadet de son roi, alliée à l'Empire hérétique, marié à un Dornien impur, fille de l'Arrogant qui lui a fait perdre un frère. Et pourtant, malgré ces traits antipathiques pour le Grand Septon, elle reste une servante des Sept, et Lycaon XII saura se montrer accommodant, à la seule et unique condition d'un retour de l'Orage sur le chemin de la Foi. Stratège et calculateur, le Grand Septon est prêt à tout pour  attiser les tensions tout en se montrant doux avec l'orageoise, jusqu'à parvenir à ses desseins...

Argella Durrandon

(C) INCONNU ▪▪ La foi des Martell et de la Principauté de Dorne a toujours été une question brûlante. En effet, comment peut-elle tolérer qu'une partie de son peuple continue à vénérer les faux dieux de la Rhoyne plutôt que les Sept qui ne font qu'Un ? Comment pouvait-elle accepter les pillages dans le Bief et l'ombre de la dragonne valyrienne  apportant l'hérésie sur ses terres ? Le Grand Septon a dû agir dans l'intérêt de la Foi, même si cela serait à l'origine de massacres. Intransigeant, il condamnait ceux n'ayant pas su se lever contre les hérétiques en leur sein. Il saura faire preuve de pitié bien sûr, mais pour cela, la Principauté devra faire preuve de nombreuses concessions, de nombreux changements, pour rentrer dans les faveurs du Grand Septon. Et cela, quelque soit la volonté de Deria Martell.

Deria Martell



Salut moi c'est Méhiel. J'ai connais BC via PRD, je suis tombé sur la page de publicité du forum. Le grand plus de BC, c'est à mon avis la richesse de son contenu, son contexte, l'implication de ses membres. Par contre je ne suis pas fan de rien. Si 7/7 signifie que je peux passer tous les jours, je pense que ma présence sera au minimum de 5/7. Si 7/7 signifie que je peux rp tous les jours, mon activité sera au minimum de 3/7. J'ai un mot à rajouter et c'est j'ai longtemps attendu avant de m'inscrire comme vous le savez mais maintenant me voilà !. Enfin, je confirme avoir bien lu le règlement.


Dernière édition par Lycaon XII le Jeu 21 Juin - 10:46, édité 9 fois
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyVen 15 Juin - 11:23

La guerre commence à toucher la totalité des royaumes... Etes-vous partisan de l'unification de Westeros par l'Empire ou les Puissances Centrales, ou plutôt attaché à l'indépendance de votre Royaume? Pourquoi?


La Foi ne peut accepter l'unification de Westeros par l'Empire, elle ne peut tolérer la prétention de ces pourceaux hérétiques à la tête d'un royaume qui est celui des Sept. Seuls les Sept peuvent être les empereurs éternels des royaumes de Westeros, c'est par Leurs Grâces et Leur amour que nous sommes tous présents sur cette terre en bonne santé. Quiconque soutient la formation anaturelle de cet Empire est un ennemi de la Foi, il est un hérétique pour qui la seule voie envisageable doit être la rédemption. Je ne peux qu'être pour les Puissances Centrales, elles seules défendent avec honneur, bravoure et piété la Foi et la Toute-Puissance des Sept. J'ai moi-même déclaré hérétique et Ennemis de la Foi tous les ennemis des Puissances Centrales. Malgré mes divergences d'opinion sur les fer-nés, j'ai déclaré Harren Hoare Défenseur de la Foi, aux côtés du Royaume du Bief, car ces deux seuls Royaumes ont osé aller à l'encontre de l'invasion outrecuidante du Nordien hérétique et de l'Etrangère diabolique. Je ne peux cautionner leurs actes. Mais tout espoir n'est pas perdu et j'espère bien ainsi qu'un jour les forces coalisées de l'Empire se rendront compte de l'hérésie de leurs actes et de leurs engagements, car au final seul le Père d'En Haut est capable de pardonner à ses brebis égarés, notre mission, ma mission est de montrer le chemin de la rédemption, du pardon des Sept. Et cette rédemption doit passer par l'obéissance aux règles de la Foi et le retour aux anciens Royaumes, par la destruction interne et définitive de la Bête Impériale, ce monstre à plusieurs têtes sans âme ni honneur. Telle est la seule et véritable voie envisageable. Et seules peuvent être soutenues les Puissances répondant de la Foi.



Suis la Foi et elle guidera

Le soleil brillait et dardait de ses rayons lumineux à travers les vitraux composant mes appartements, au Septuaire Etoilé de Villevieille. L'atmosphère respirait sans aucune honte la tranquillité et la sérénité. Le calme, la luminosité, tout appelait à une prompte méditation et à un moment de recueillement. C'est ainsi que les bâtisseurs avaient conçu cet endroit si particulier : le calme devait y régner avant que tous les fidèles puissent entendre leurs pensées pécheresses et rechercher le pardon des Sept ou leur aide sur le chemin de la rédemption. Je me levais de ma couche, défaisant ces édredons brodées d'or pour me diriger vers l'unique miroir de la pièce. La Foi avait de solides ressources financières, mais je m'évertuais à rechercher la simplicité et à fuir tout objet de tentation et de détournement de la prière. Beaucoup trop d'hommes sont vaniteux et aimeraient se perdre dans leur reflet, à s'admirer sans cesse sans jamais penser à leur voisin, oubliant tout esprit de sympathie naturelle dont les Sept les ont doté. C'est à cause d'hommes de cette mauvaise engeance que les guerres éclatent, que l'ego de certains est trop important pour que le sang de leurs hommes ne suffissent à l'éponger. S'admirer c'est se perdre, on ne devrait pouvoir se perdre que dans une seule et unique chose : la contemplation. Les hommes ne sont pas tous fait pareil, les Sept ne nous ont pas créés comme cela. A leurs yeux, nous ne pouvons être uniformes, et c'est pour cela que les Sept qui ne font qu'Un représentent les sept faces de l'homme, aux différents stades de sa vie, présentant les différents visages qu'il peut avoir. Un tel sera doué aux armes et s'évertuera à manier son épée d'acier pour le Guerrier. L'autre sera une mère aimante et fera de son mari un homme heureux, lui procurant plaisir, satiété et une nombreuse descendance. Ainsi, certains sont faits pour l'érudition et cherchent à comprendre les mystères des Sept par la science et la nature, c'est le rôle de nos voisins les mestres, qui sacrifient tout comme nous leur vie, leur esprit, leur nom et leur famille au nom de la science. D'autres, comme c'est notre cas, nous nous abîmons volontiers dans la contemplation, ne cherchant qu'à combler Leurs attentes. C'est mon cas. Et alors que je m'approche fébrilement du broc et de la vasque de faïence disposés en dessous de ce miroir, ma ferveur ne me quitte pas, certes je ne suis plus si agile ou si jeune qu'auparavant, et désormais mon corps est vieux, mais mon esprit lui est toujours aussi lucide et clair, et ma cause toujours aussi juste : servir les Sept. Voilà ma destinée. Mes mains ridées se chargent de prendre délicatement le broc qu'une des servantes du Septuaire a apporté et je remplis la vasque de son eau laiteuse et fraîche. Mes doigts fébriles tentent de s'emparer vainement de ce liquide translucide et en recouvre mon vieux visage. Mes yeux clairs se posent alors un instant sur la surface de cet objet de vanité et s'y perdent, comme cela m'arrive de plus en plus souvent... Ils se perdent non dans mon reflet et dans sa contemplation, mais dans les rides qui creusent mon visage, stigmates d'une vie passée au service des Sept... Et pourtant qui aurait pu croire un jour que le bâtard de Lord Tyssier deviendrait le Grand Septon, l'homme honorable que beaucoup admirent, que certains craignent et que malheureusement certains ignorent. Le Grand Septon est l'incarnation humaine des Sept, et je tâche de le mériter tous les jours, car tel est mon devoir et ma destinée.

Pourtant, je me souviens encore quand j'étais petit garçon. Un jeune garçon bien frêle, longiligne, très mince, un bâtard ne devant se contenter que des restes et ne pouvant manger aussi dignement que sa noble famille, aux cheveux châtains entremêlés, surmontant ces mêmes yeux clairs que j'arbore aujourd'hui, mais qui alors ne possédaient pas ce regard sur le monde que j'ai désormais. Fils de Lord Tyssier avec une simple servante qui était alors au service de Lord Rowan … Enfant de la honte et du péché, conçu en dehors des règles sacrées du mariage, honni des Sept, portant la marque de la disgrâce et du discrédit, il n'aura pas fallu longtemps pour que ce père au sang noble préfère me confier à la Foi. Il voulait éviter la honte et le blâme sur sa famille adorée, mais quel cadeau ne m'aura-t-il pas fait à ce moment-là ? Ce fut véritablement une bénédiction le jour où j'arrivais à Villevieille, cité de merveille et de piété qui deviendrait bien vite une demeure que je chérirai bien plus que l'humide demeure des Tyssier. Beaucoup pense que c'est mon père qui alors m'eut confié à la Foi, mais aujourd'hui je préfère penser que c'est la Foi qui m'a accueilli, comme l'enfant chéri dont elle s'était déjà trop longtemps séparé. Je n'avais jamais connu cette quiétude qui s'empare de votre esprit lors de la prière. Ma foi passait pour radicale aux yeux de certains, tant je m'appliquais à lire les textes sacrés et tant mes genoux s'usaient sur la dure pierre du sol du septuaire, à implorer les Sept pour les remercier de m'avoir accueilli en leur sein. Je sentais les bras de la Mère entourer mon âme, et le regard sévère mais juste et protecteur du Père se poser sur moi. Je venais de trouver ma famille, et je comptais les remercier chaque journée qu'ils voudraient bien m'accorder à leur service. Je ne pensais pas en terme de carrière, en tout cas lors de mon arrivée dans la plus grande cité de Westeros. Cette ambition calculée n'arriva que bien après, mais pouvait-on me le reprocher ? Je n'étais pas cet homme qui s'admirait dans sa côté de maille rutilante avant un tournoi où son seul but bestial serait faire tomber son adversaire sur le sol sablonneux et volatile d'un terrain de course. Je n'étais pas cette jeune femme de bonne conduite dont le but était d'attirer à elle un mari influent pour monter socialement. Je n'étais pas un de ces espions vendant leur âme au premier riche venu. Non, j'étais un serviteur des Sept, quelque soit ma fonction, mais le rôle qu'ils m'avaient donné était bien trop grand pour me restreindre à être un simple septon de petite bourgade reculée au fond du Val. Je me souviens, peu de mois après mon arrivée à Villevieille, ce rêve fiévreux ayant atteint mon esprit une nuit de forte pluie, alors que mes vêtements poisseux collaient à ma peau, et que mon front se couvrait d'une fine pellicule de sueur. Je me souviens de ce rêve. Ils m'étaient apparus. Les Sept qui ne font qu'Un. Et je ressentais de nouveau l'attitude bienfaisante de la Mère d'En Haut, cette femme à l'âme pure comme la glace, aux cheveux de jais teintés de fins traits d'argent, un enfant emmailloté dans les bras. Je voyais le Guerrier, dans son armure en argent et en or, à l'épaisse épée, prêt à pourfendre les hérétiques de sa lame enflammée. Et surtout, bien plus que la délicate Jouvencelle à la robe de nuage, ou l'Etranger et son épaisse aube de soie noire semblant capturer toute lumière, je le vis Lui. Le Père d'en Haut. Les traits sévères, la barbe taillée à la serpe, les yeux bleus transperçants. Et je l'entendis me parler, à moi. Je serai leur messager, celui devant agir pour rendre réelle leur mission : un monde où la Foi régnerait sur tous, car seule la Foi est capable de définir ce qui est bon ou non pour l'homme, ce qui est juste ou ce qui ne l'est pas. La nature, le monde, le cosmos, les Sept sont partout, le combat sera de rude haleine, mais il mérite d'être mené, car la paix ne peut être accomplie qu'au nom des Sept. Et pour réaliser ce rêve, il fallait que je monte à un niveau où je serai capable d'agir au nom de la Foi, pour les Sept...

Dix années. Dix années passèrent avant que mes supérieurs ne me jugent aptes à m'ordonner septon. Ce fut la plus belle des consécrations à mes yeux, j'avais travaillé comme aucun autre pour y parvenir. Je ne pouvais me contenter d'être un simple fidèle, je devais devenir l'un des pourfendeurs de la Foi, et mon corps n'ayant jamais été bâti pour être un guerrier, ce serait par ma verve et ma parole que je lutterai au nom des Sept. Mes services en tant qu'initié me permirent d'accéder au glorieux septuaire de Peake, où je pus oeuvrer au service des Sept, ceux qui m'ont accueilli et m'ont montré avec bienveillance la voie de la contemplation. Je me souviens encore de mon premier sermon dans ce septuaire. Mon visage alors n'était pas marqué comme aujourd'hui, il était encore jeune et lisse, mais mon regard était déjà le même, avec sûrement un soupçon de fougue en plus. Je m'en souviens encore, dans mon vêtement clair et pour unique ornement ce fin lacet de cuir avec le pendentif des Sept en bois sculpté, seul apparat que je m'autorisais vu mon simple statut de serviteur de la Foi. Certes aujourd'hui, ce pendentif archaïque avait été remplacé par une chaîne en or avec ce même pendentif dans une bien plus noble matière, en or délicatement sculpté, et ma tenue était faite de soie plutôt que de bure, mais tout ceci n'était que pour montrer l'importance de ma charge, car ma Foi, elle, était restée la même, elle est toujours aussi intacte, et toujours dans un même but : la défense des textes sacrés et de la volonté des Sept qui ne font qu'Un. Je me souviens qu'alors, me trouvant devant une majorité de mères de familles et d'enfant, les hommes étant occupés ailleurs pour la plupart, mon discours s'était concentré sur le Livre de la Mère, où j'expliquais comment la Mère avait béni chaque femme en lui donnant le saint don de donner naissance à l'héritage de leur mari. La Mère d'En Haut nous avait tous enfanté en son cœur et en son âme, et elle avait ainsi naturellement montré la voie à toutes les mères qui suivraient, il suffisait d'avoir la Foi pour que la grossesse se passe à merveille, et si une douleur survenait ou si l'enfant mourrait en bas âge, il fallait se souvenir qu'il ne pouvait y avoir que deux explications : soit le malheur était le fruit de l'impiété, car la Mère ne peut protéger les mères impies, soit cette souffrance a été donnée par les Sept pour apprendre à la mère à vivre avec la douleur, car celle-ci peut être une aide pour l'avenir. Les Sept n'agissent jamais par simple plaisir de faire souffrir, chaque douleur, chaque mal, chaque larme, a un sens, un but, et doit amener le fidèle à comprendre ce que veulent lui dire les Sept. J'avais ainsi enchaîné avec l'histoire de cette mère incapable de donner un fils à son époux. La Mère était alors apparu en songe à cette femme sainte en lui montrant que son destin était d'apprendre aux femmes à être mère, car là était son rôle : faire de jeunes femmes de futures mères de famille heureuses et comblées. Il s'agissait là de la plus noble des tâches, et elle ne se trompa pas, car ayant appris à toutes ses filles à devenir mère, elle tomba une dernière fois enceinte, et donna enfin pour le plus grand bonheur de son époux, un fils. Chaque douleur est une leçon ou une punition que donnent les Sept. La contemplation était la seule voie possible pour ne pas se fourvoyer. Ce discours en avait ému plus d'une, et je me souviens encore avec douceur et amour avoir recueilli juste après le sermon une mère venant de perdre son dernier né, en pleurs, dans mes bras. Elle me remerciait car grâce à mes mots, sa douleur était désormais moins lourde. Ce contact avec les fidèles me galvanisait et m'assurait dans ma mission de servir la mission que les Sept m'avaient confiée.

Mais rapidement, les Sept m'appelèrent à m'élever et à ne pas me contenter de soulager les craintes des fidèles du quotidien mais à aller soutenir les guerriers dont les épées bieffoises étaient maniées au nom de la Foi contre les troupes impies d'Argilac Durrandon l'Arrogant. Je ressentais au plus profond de mon âme cet appel pour épauler nos guerriers, moi dont la voie avait été de suivre la Foi par l'esprit plutôt que par l'épée. Ce fut à cette occasion que je découvris l'horreur de la guerre, et les méfaits des hérétiques sur la Foi. La vision de ces nombreux corps de fidèles, aux chairs ouvertes laissant déverser leurs entrailles et leur fluide vital en dehors de leur carcasse sur des champs de bataille où la boue souillait les corps et la dignité est une vision qui me hante encore aujourd'hui. La guerre n'est pas un combat propre, je le sais, mais les blessures de l'hérésie m'ont toujours semblé bien plus atroces que celles des pieux, car ces blessures ne sont pas que corporels elles atteignent aussi l'âme, et bien souvent, je devais me contenter de dire une dernière prière pour ces si nobles guerriers qui une fois à terre n'aspiraient plus qu'à confier leur âme de guerrier aux Sept. Une foi ne peut jamais être aussi belle qu'à la veille du trépas selon moi, car c'est à ce moment-là que l'âme semble s'élever dans l'espoir d'être accueillie par les Sept vers un au-delà où leurs peines s'éteindront et où leurs soucis disparaîtront. Les mestres s'affairaient bien souvent sans beaucoup d'efficacité, non par manque de compétence, mais du fait de la trop grande gravité des blessures. Nous étions complémentaires eux et moi, ils sauvaient les vivants, et je sauvais les âmes des mourants … Triste perspective, mais cela détermina en moi cette profonde nécessité de mettre fin à l'ère des hérétiques, ce qui serait déterminant pour mon avenir... Des mourants, j'ai ainsi eu l'occasion d'en voir bien plus que je n'aurai souhaiter en voir et pourtant s'il y en a bien un dont je garderai un fort souvenir ce ne pouvait être que la rencontre avec le Lord des Essaims, de Mielbois, un village proche de Villevieille sur le courant de l'Hydromel. Je me souviens encore de son état quand je l'avais découvert. Son armure avait été désossée pour permettre aux mestres d'agir avec leur grande science auprès de son corps sanguinolent de toute part, son flanc était sérieusement touché et malgré tous les soins que les mestres lui eurent donné, il ne semblait pouvoir se rétablir, son front restant brûlant et suant comme si son âme se battait pour faire revivre ce corps à moitié trépassé. Voyant cette âme se battre avec une telle ferveur, je ne pus le laisser se battre seul, et dans un dernier espoir, je plongeais dans les prières pendant de longues journées, sans prendre la peine de manger, prenant juste le temps de quelques gorgées de boisson lorsque je sentais mon esprit vaciller sous l'épuisement. J'étais à bout de force, mais je restais à ses côtés, à genoux pendant des heures et des heures, les paupières closes, et récitant toutes les prières que je connaissais, pour accompagner le combat de son âme vers le salut, qu'il soit dans notre monde ou dans un autre. Je ne pouvais laisser une âme dans un tel tourment, et même s'il venait à mourir ce ne pouvait qu'être mieux que souffrir. Le jeûne et la prière furent mon quotidien pendant plusieurs jours, et enfin, alors que le soleil se levait, le noble seigneur rouvrit enfin les yeux, à la grande surprise du mestre qui s'occupait de lui. Il reprit rapidement des forces, bien plus vite que je ne le pensais possible après l'avoir dans un état aussi lamentable. Rapidement, il fut de nouveau sur pied, et tout aussi rapidement se répandit sur les champs de bataille que le jeune Lord des Essaims venait de guérir de façon miraculeuse, par la simple action de foi d'un jeune septon, le début pour moi d'une renommée grandissante qui semblait faite pour continuer sur cette voie. Les Sept étaient toujours présents à mes côtés, pour m'aider dans ma quête, dans ma mission. Je savais que ma main était guidée par leurs soins et j'avançais sans crainte vers l'avenir, fort de cette conviction nouvelle. Cette renommée prit un tel tour, la Foi étant tellement galvanisée, que ce miracle ne fut pas la seule, et ainsi alors que l'on me présentait au détour d'un hameau un nourrisson au teint pâle et anémique, une simple prière de ma part et l'apposition de mes mains sur son front suffirent à lui redonner de la vigueur. Je ne saurais jamais si les Sept étaient véritablement derrière ces miracles ou si la providence s'était faite ma compagne, mais ces actes remarquables m'entouraient d'une aura puissante, m'aidant dans mes intrigues pour briguer un poste plus important. Un de mes aînés devait succéder à notre frère septon du Septuaire de Port-Lannis, mais je convoitais ce septuaire, l'un des plus importants en dehors du Bief. A force d'intrigues et de rumeurs habilement disséminées, je parvins à persuader mes confrères de la sénilité précoce de mon concurrent. Je commençais à avoir de solides appuis au sein de la Foi, et ces amis m'aidèrent à accéder à ce poste si convoité, tandis que mon confrère finit dans un hameau plus au Sud, là où il pourrait finir ses jours d'après mes sources, sans jamais rechercher de vengeance à mon encontre. Je commençais à agrandir mon réseau, et celui-ci me le rendait bien... J'avais alors 42 ans.

Mon activité à Port-Lannis fut des plus prolifiques. Le temps passait inexorablement, et plus les années s'écoulaient, plus les lunes se succédaient et plus mon esprit se vivifiait. Au jeune homme insouciant et aux rêves éveillés se substituait désormais un homme d'âge mûr aux tempes d'abord grisonnantes puis blanches. Ma Foi était intacte, toujours aussi flamboyante, mais mon esprit lui avait changé, il était devenu plus mature. Avec cette charge importante à Port-Lannis, j'avais commencé à intriguer et m'y étais découvert un talent certain, m'entourant de gens d'importance et ayant sur eux une influence suffisante pour pouvoir utiliser leur rang à mes fins. Ce n'était pas sans difficulté que j'y étais parvenu dans un premier temps, mais petit à petit, à force de côtoyer les seigneurs de l'Ouest et leurs alliés, leurs familles, j'en étais venu à côtoyer d'autres septons importants, jusqu'à ma rencontre avec Leurs Saintetés, ces septons au prestige important et placés hiérarchiquement juste en dessous du Grand Septon, l'incarnation des Sept sur terre. Je savais me faire apprécier d'eux, et je savais cela important, après tout, ils étaient le collège d'élection du futur Grand septon, une place qui me tentait de plus en plus car ce n'est qu'à la tête de la Foi que j'aurai été en mesure d'accomplir cette mission que voilà bien des années maintenant les Sept m'avaient confié en songes. Bien entendu, j'avais des adversaires, au sein même de ce collège des Saintetés, il y avait notamment Sa Sainteté Tymeon, un homme d'âge mûr et au visage sec, austère tout comme je pouvais l'être mais qui avait un goût immodéré pour l'or et les parures. Je le sus de confession d'une amie que je m'étais faite au sein des Saintetés, Sa Sainteté Aglantine dont l'embonpoint l'avait rendu célèbre dans la Foi, beaucoup disaient même que son opulence faisait honte à la Foi quand on voyait tant de pauvres gens mourir de faim. La Foi avait cet avantage de recueillir de nombreux dons, notre situation financière était idéale et nos tables toujours chargées en denrées rares et délicieuses, le Bief étant de toute manière un producteur important des principaux mets que l'on pouvait déguster sur les tables de Westeros. C'est au détour d'un de ces repas fastueux que Sa Sainteté Aglantine m'avait confié qu'elle soupçonnait son confrère Sa Sainteté Tymeon d'être corrompu par l'or et l'argent, et que bien souvent il n'accordait ses prières et son soutien moral qu'aux seigneurs les plus fortunés. C'était une pratique courante de faire payer les confessions ou même les prières en faveur de telle ou telle personne, mais ses prétentions semblaient bien au-delà de ce qu'il était décent d'attendre de la part d'un homme de la Foi. Et je n'étais pas le seul à le penser. Le favori du collège de la Foi n'allait pas tarder à perdre sa place. Je savais pouvoir compter sur certains de mes amis au sein des Saintetés pour répandre mon venin. Et ce ne fut pas très long avant que la rumeur ne suive son cours, et que les nobles se vexent de savoir que Sa Sainteté faisait profiter certaines de ses largesses contre des pièces d'or trébuchantes. En réalité, leur mécontentement venait plutôt du fait de ne pas être privilégié car beaucoup pensaient être les seuls à bénéficier des faveurs de la Sainteté Tymeon. Le discrédit fut suffisant pour que Sa Sainteté perde ses privilèges et soit envoyé dans un septuaire moins important à la population plus pauvre au Nord du pays, tandis que mes plus proches amis m'introduisaient dans leur collège. En effet, pour être élu grand septon, il était nécessaire d'être d'abord une de Leurs Saintetés, le Grand septon était issu de ses pairs. Bien rapidement, mes amis au sein du collège des Saintetés m'aidèrent à me faire une place, et mon austérité réputée fut à l'origine de mon succès parmi mes collègues. Ainsi, lorsque le regretté Lycaon XI rendit l'âme et rejoignit les Sept, ma piété et mon dévouement, mais aussi mes intrigues au final, me permirent d'accéder au poste tant convoité de Grand Septon. La cérémonie fut prodigieuse, et alors que l'aîné des Saintetés apposait sur mon front le diadème de cristal de ma fonction, je ressentis la Lumière des Sept me pénétrait, l'heure était venue que j'accomplisse la mission pour laquelle ils m'avaient requis à leur service. La première de mes décisions fut populaire, consistant dans la bénédiction de nos nobles troupes bieffoises sur le front contre les impies dorniens à la frontière. L'Emissaire des Sept était prêt à porter Leurs Voix pour la gloire du Bief et de la Foi.

Alors que mes yeux descendaient de mon visage ridé face à ce miroir me renvoyant à mon propre passé, mon regard tomba sur mes mains, usées par le temps, ma main droite arborant la bague rappelant à tous ma fonction de Sainteté Suprême, les fidèles baisant cette main en signe de dévotion ultime. Cette même main qui avait fiévreusement rédigé ce que beaucoup finiraient par appeler la Diatribe Enflammée. Les Gardener étaient faibles, et leur faiblesse risquait de mettre à mal la sécurité du Bief face aux armées voisines. Les accords de paix négociés avec les Dorniens étaient une traîtrise pour notre peuple, et leur hérésie risquait de se répandre telle une peste bubonique. Je ne pouvais pas laisser faire une telle méprise. Aucune colère ne m'habitait alors, mais ma main avait marqué à l'encre noire un discours qui retentirait dans le cœur  et la Foi des fidèles.

« Mes amis, mes frères, mes sœurs,

Le temps est venu. Le temps est venu, celui des rois faibles est révolu, celui où le sang des hommes est versé pour de biens vaines causes, car non je vous le dis, aucune cause n'est juste si elle n'est point décidée par les Sept. Les Sept ont établi pour nous leur création un royaume censé accueillir la paix en leur nom, et les rois faibles, les couards, les traîtres à leur nature, tous ne veulent que massacrer le don des Sept dans de vains vœux de domination. Nous ne pouvons cautionner les actes de nos pairs et de nos seigneurs que si ceux-ci s'avèrent juste pour la cause du peuple et conforme à la volonté des Sept. Or les Sept ne nous ont pas demandé de batailler contre nos frères et nos sœurs, ils ne nous ont pas demandé de verser le sang des hommes pour la cause d'un roi faible et sans véritable piété. Certains n'ont comme but que d'égaler les Sept, et d'établir un royaume éternel sur terre, or le Royaume de l'Eternel ne peut exister que par les Sept.

Souvenez-vous : Le Père d'En Haut donna à Hugor Colline les armes pour pourfendre les impies et pour faire régner la paix des Sept sur le monde. Chaque acte a ses conséquences, et nous ne pouvons être dirigé par un homme n'agissant pas dans la noble voie des Sept, un homme qui refuse d'écouter les conseils avisés de ses Dieux pour n'assouvir que ses vils buts, sans aucune vision de l'avenir. A quoi bon aboutir à cet accord de paix avec la nation de Dorne, cette nation s'évertuant depuis si longtemps à massacrer les Bieffois, leurs frères sans aucune considération aucune pour la Foi. Nous ne pouvons accepter ces accords de traîtres, comment pourrions-nous les respecter ? Nous devons nous lever contre cette infamie, car ce ne peut être le destin pour le Bief que de plier de la sorte, le Bief est une région forte et nous devons la promouvoir. Je condamne avec fermeté le contenu de ces accords, allant à l'encontre de la volonté des Sept.
Les Sept nous ont à tous assigné un rôle. Le Guerrier a forgé vos armes pour battre les impies et le mal, pour pourfendre les hérétiques et les mécréants car seul leur sang mérite d'être versé. Le sang des fidèles ne peut être versé que pour la gloire des Sept. L'or carmin qu'il nous ont donné ne doit jamais servir à souiller la noble cause qu'il nous ont donné. Hugor fut couronné roi. Mais c'était un Roi fort, capable d'emmener ses sujets sur la bonne voie, sur les pavés que lui avait montré l'Ancienne de sa lucarne flamboyante. Seul son feu peut guider les hommes dans la bonne direction. Le Père et la Mère ont de bien plus grandes attentes pour nous. Ils ne peuvent continuer à observer le massacre de leurs enfants dans des buts puérils. Je vous le dis, votre destinée est grande mes amis car grande est la Volonté des Sept.

J'en appelle ici bas avec l'autorité qui est la mienne à ce que les fidèles prennent les armes car le seul vrai Roi des terres connues et oubliées sont les Sept qui ne font qu'Un. Cessez de suivre aveuglément ces Rois d'un jour qui ne sont empereur que dans leur royaume. Cessez de verser le sang de vos enfants, de vos fils, et de vos filles, pour de piètres causes. Ecoutez la foudre quand elle s'abat pendant les sombres nuits pluvieuses, il s'agit d'autant de coups de marteau du Forgeron pour forger les armes du destin, celle faites non d'acier ou de fer mais de votre Foi. Faites de votre Foi le glaive de vos esprits, portez hauts les étendards des Sept, les Rois éternels du Royaume de l'au-delà, pourfendez nos ennemis et versez leur sang impie afin qu'il nourrisse la terre. Le monde ne peut continuer à fonctionner ainsi, nous devons retrouver la bonne voie avant qu'Ils ne se détournent de notre cause et nous fasse périr sous le feu de leur colère noire. Le Père est sévère mais juste. Alors mes amis, je vous en conjure. Avant même d'être seigneur ou simple fils du Peuple, vous êtes tous autant que vous êtes avant tout les enfants des Sept, ceux que la Mère a nourri de son sein nourricier, ceux que l'Ancienne a éduqué, ceux que le Guerrier a entraîné. Ne vous laissez point détourner de la voie sacrée. Engagez-vous pour que les Sept Paradis nous soient offerts. L'hérétique ne mérite point la vie que les Sept lui ont donné, sa seule voie de rédemption étant la conversion et l'obéissance aux nobles règles sacrées.

Je ne vous demande pas de donner la mort comme d'autres, je vous demande au nom des Sept de protéger la vie que les Sept vous ont donné. Votre Foi sera votre épée et votre bouclier, soyez les Guerriers des Sept, et participez tous, ensemble, à la gloire des Sept qui ne font qu'Un pour l'avènement de notre bien heureux royaume sacré.

Suivez la Foi et elle vous guidera ! »


Cet appel à la Foi des fidèles rencontra un vif succès, je savais la Foi fermement ancrée dans le cœur des hommes bons, et ceux-ci avaient répondu à ma prière. Ils affluaient de toutes les régions de Westeros à Villevieille pour rejoindre les rangs des Croisés. Cette affluence tant noble que populaire m'obligea à nommer un nouveau chef des Pauvres Compagnons. Symond. Un jeune homme sur lequel mes yeux posaient un regard qui n'aurait jamais dû exister. Mon fidèle Martyn connaissait cette faiblesse qui gangrenait la pureté de ma Foi. Je me souviens encore de la première fois où mon esprit s'était égaré, mon regard s'étant reposé un peu trop longtemps sur un jeune homme à mon service, alors que je n'étais encore que Sainteté. Mes gestes avaient dépassé ma pensée, et alors que je m'étais retrouvé seul avec ce jeune serviteur, ma main avait frôlé le bas de son dos. Un geste qui m'avait échappé, mais qui n'avait point échappé au regard d'une servante passant devant mes appartements. Il ne s'était rien passé de plus, mais il s'en était déjà passé beaucoup trop. Le regard gêné du serviteur le prouvait. Le lendemain, j'appris que ce serviteur avait pris la fuite avec une autre servante. Je n'avais compris que plus tard ce qui s'était réellement passé. Le jeune homme n'avait pas fui le Septuaire, il était mort. Martyn s'en était occupé, il ne pouvait laisser des mécréants rapporter des rumeurs sur les mœurs du Grand Septon, la Foi ne pouvait être ainsi entachée par une passion que je ne savais contrôler, et dont j'ignorais l'origine. Les deux domestiques étaient morts, officiellement ils étaient partis à dos de cheval et avaient été attaqués par des pillards sur la route de nuit, alors qu'en réalité Martyn les avait tous deux étrangler avant de jeter leurs corps sans vie dans les eaux de l'hydromel. Ils seraient retrouvés plusieurs lunes plus tard, le corps inerte, la vie les ayant quitté. Je m'étais alors infligé d'intenses séances de prière pour me faire pardonner ma faute et demander le pardon des Sept pour avoir causé la perte de ces jeunes innocents. Ils avaient dû être sacrifiés pour la bonne cause, pour que ma mission puisse être réalisée. Je me confessais face à Leurs regards d'autorité. Telle était ma malédiction. Mon attirance pour les hommes tenterait de me détourner de la Voie que les Sept m'avaient tracé, mais je lutterai. Pourtant, la providence semblait mettre cette tentation face à mes yeux à la moindre occasion, et c'est ainsi que j'avais rencontré Symond, un paysan veuf qui avait trouvé la Foi et dont la Diatribe Enflammée avait été source de passion pour sa foi. Il avait demandé à me rencontrer et j'avais accédé à cette demande. Ma faiblesse avait failli me perdre, tant il m'obnubilait. C'est pour cette raison que je le nommais à la tête des Pauvres Compagnons. C'était un homme à la foi solide et à l'esprit clair, au cœur pur. Les Sept voulaient tester ma Foi et je leur montrerai que je pouvais y résister. Je leur montrerai en m'exposant au danger continuellement sans jamais y céder.

Ma mission ne pouvait s'arrêter en si bon chemin. Le rôle qui m'avait été confié était de promouvoir la parole des Sept à travers tout Westeros, et constamment les peuples impies et hérétiques défiaient la Foi. La Foi comptait dans ses rangs des guerriers, prêts à sacrifier leur vie pour leur Foi, pour les Sept. Il fallait battre le fer tant qu'il était encore chaud, le Guerrier les armait et le Père leur assurerait la victoire car notre cause était la seule cause juste. Il était temps de faire régner la paix des Sept sur tout Westeros, dans tous les Royaumes. C'est dans ce dessein que j'intimais aux croisés de marcher contre les peuples impies : Dorne, Peyredragon et le Nord. Dorne avait persécuté les fidèles bieffois pendant des décennies, il fallait leur rappeler la vraie Foi et leur montrer comment la suivre. Cette Sainte-Croisade n'avait pas pour but de verser le sang, elle n'avait comme seul but que de montrer le chemin de la rédemption sacrée aux peuples s'étant perdu. Les hérétiques du Nord et de Peyredragon comptaient parmi ces peuples qui s'étaient dévoyés, dévoyés par leur foi et par leur confiance aveugle dans des Rois s'autoproclamant Empereur et voulant régner sur un territoire où seul devaient régner les Sept. Un Empereur pense avoir pour destinée de régner sur le monde, or le monde ne peut être gouverné que par les Sept car eux-seuls sont les souverains incontestés et intemporels. Les Sept sont venus à nous pour nous montrer la voie de la paix et du bien-vivre ensemble, les ennemis de la Foi comme Dorne, le Nord et Peyredragon en s'opposant à nous s'opposent à cette paix à laquelle nous destinent les Sept. Comme tout bon mestre purge un malade, nous devons purger Westeros de la gangrène hérétique qui s'est installé, nous devons rétablir la Foi, seule véritable maîtresse. L'Empire est l'enfant de cette hérésie cupide et dévastatrice. Les Royaumes ont été créés par les Sept dans un but certain, les guerres entre les Royaumes sont naturelles, mais l'Empire lui ne l'est pas. Il ne l'a jamais été. Quand je me souviens de la création de cette créature du diable, de cette impureté, de cette construction de pourceaux ne vivant que de la luxure et de l'ego, de la vanité, je les plains plus que je ne suis en colère contre eux. Mes prières sont toutes entières dirigées envers les hérétiques pour espérer qu'ils retrouvent la Voie des Sept. C'est la seule solution. Je prie pour que l'Empire cesse, car le seul Empire est celui de la Foi, il ne peut être que spirituel et de simples hommes ne peuvent être à sa tête. L'hérésie est un cancer que nous devons maîtriser, et le rôle de la Foi est de soigner Westeros de cette maladie, en faisant périr l'Empire hérétique de l'intérieur. Nos attaques porteront, nous blesserons le sanglier dans son flanc et nous grandirons de son sang déversé dans nos plaines bénies par les Sept. Et pourtant, même une si noble cause est obligée parfois de se salir pour la cause... C'est dans ce sens que j'ai été obligé par la force des choses à déclarer Harren Hoare Défenseur de la Foi, bien qu'à mes yeux il représente également l'hérésie, en échange du soutien de ses troupes armées pour notre cause... Nous devons tous faire des sacrifices en certaines occasions, devant penser au plus grand bien pour le plus grand nombre, et j'ai ainsi été forcé à penser au long terme plutôt qu'au court terme... Ce sacrifice vient néanmoins de prendre fin avec sa mort récente … L'avenir nous dira s'il est nécessaire de réitérer ce type de sacrifice pour parvenir à nos fins...

Nos croisés sont le fer de lance de la Foi, tous, nobles comme fils et filles du peuple, se battent contre les Ennemis de la Foi, avec pugnacité et courage. Leur action est quotidiennement bénie par les Sept et je leur serai pour toujours reconnaissant des blessures infligées à la Bête impie qu'est l'Empire. Et nos efforts paient car j'ai appris avec plaisir à la lecture d'un parchemin porté par un corbeau la Victoire des Forces croisées à Vivesaigues.  Nos croisés sont ainsi parvenus à écraser les forces armées des Tully, menant au trépas de Kian Tully leur seigneur, une blessure profonde qui laissera une cicatrice dans la Bête qu'est devenu l'Empire. Voilà notre combat : la Foi contre la Bête impériale, nous avons blessé une patte mais l'Empire est toujours debout, et nous ne devons pas baisser les armes bien au contraire. Nous devons poursuivre notre combat et nos troupes ont également essuyé des défaites, à Wayfarer par exemple, où le Conflans a finalement écrasé nos troupes. De même, pour les Météores où nous n'avons pas réussi à faire tomber la forteresse. Mais il ne faut pas baisser les bras, au contraire nous ne pouvons que continuer, nous avons encore tant de chemin à parcourir. La mort récente de Mern IX Gardener a emporté avec elle la Couronne de la famille des Gardener. Certes, certains diraient qu'il reste son frère, Kevan Gardener, mais je l'ai déclaré indigne de par sa traîtrise envers son Roi et son royaume. Un traître ne peut porter la Couronne du Bief. C'est ainsi que Manfred Hightower, un homme certes dangereux mais pieux, avec lequel je suis sûr nous pourrons faire de grandes choses, s'est emparé de la couronne bien que je n'ai pu la lui poser sur le front moi-même. C'est un homme stratège s'auréolant de la lumière de la Victoire, comme ce fut encore récemment le cas à Havrenoir. La Sainte-Croisade n'est pas terminée, et je ne cesserai d'agir dans ce sens, par tous les moyens possibles car tous les moyens justifient de se battre pour le compte des Sept... La récente mise en croix par ce pourceau de Torrhen Braenaryon des croisés, nos martyrs, montre le danger de l'hérésie de l'Empire, contre lequel nous devons continuer à combattre, c'est là la seule voie de l'expiation et de la paix des Sept.


 


Les codes de validation

BOTTIN
Code:
John Doman est <a href="http://bloody-crown.forumactif.org/t4513-lycaon-xii-que-les-sept-soient-benis-en-cours#119641"><span class="Gp_Foi">Lycaon XII</span></a>
RECENCEMENT
Code:
<span class="Gp_Foi">Lycaon XII</span> - Je suis fidèle à mon souverain - Grand Septon - <a href="http://bloody-crown.forumactif.org/t4513-lycaon-xii-que-les-sept-soient-benis-en-cours#119641">PV pris</a>
LIEU
Code:
<a href="/u486"><span class="Gp_Foi">Lycaon XII</span></a> se trouve à <span class="Gp_Foi">Bief - Villevieille</span>


Dernière édition par Lycaon XII le Jeu 21 Juin - 12:26, édité 7 fois
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyVen 15 Juin - 11:25

Bienvenue sur le forum, vieillard What a Face


Bon courage pour la fiche et n'hésites pas si tu as des questions !




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 30799
Membre du mois : 77
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyVen 15 Juin - 12:39

Bienvenuuue pirate et bonne continuation pour ta fiche !
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyVen 15 Juin - 15:24

Salut à toi Lycaon ! Puissent les 7 nous venir en aide




 
 
 


Bannière:
 

Recompenses:
 
Myria Hoare

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Princesse
Âge du Personnage: 34 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Myria Hoare
Le Phénix
♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Messages : 2044
Membre du mois : 1
Célébrité : Eva Green
Maison : Hoare
Caractère : Déterminée ♢ Ambitieuse ♢ Diplomate ♢ Rancunière ♢ Pragmatique ♢ Maligne ♢ Enragée
Le Phénix ♛ ℝeine de l'Ombre ♛
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyVen 15 Juin - 18:19

Bienvenue à vous Grand Septon !
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyVen 15 Juin - 18:26

Bienvenue ! Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] 3847665254
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyVen 15 Juin - 18:42

Bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiche ! Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] 1698932253


“Loyalty means I am down with you whether you are wrong or right, but I will tell you when you are wrong and help you get it right.”



Spoiler:
 
Garlan Goldwyne

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Ser / Capitaine dans la cavalerie impériale
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Garlan Goldwyne
Par-delà le cap !
Messages : 6763
Membre du mois : 89
Célébrité : Joshua Sasse
Maison : Goldwyne
Caractère : Loyal ♠ Rancunier ♠ Blasé ♠ Téméraire ♠Juste ♠ Têtu ♠ Galant ♠ Méfiant
Par-delà le cap !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyVen 15 Juin - 21:05

Bienvenue sur le forum, ô Grand Septon ! Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] 194884161
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyVen 15 Juin - 22:08

Bienvenue! Bonne continuation pour la fiche et à très vite en jeu j'espère. :five:
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyVen 15 Juin - 22:40

Bienvenuee Grand Septon Smile



La Veuve Ensoleillée



Cadeau:
 
Nalia Dayne

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Lady Dayne
Âge du Personnage: 33 ans
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Nalia Dayne
"La Veuve Ensoleillée"
Messages : 736
Membre du mois : 16
Célébrité : Michelle Jenner
Maison : Dayne
Caractère : Loyale ▪▪ Hypocrite ▪▪ Aimante ▪▪ Calculatrice ▪▪ Déterminée ▪▪ Trop têtue
Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] Dayne10
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyDim 17 Juin - 19:21

Ooooh trop cool, le Grand Septon **

Bienvenue à toi ! Tu vas pouvoir t'amuser avec lui !


Family - Duty - Honor
I am not bound to win, but I am bound to be true. I am not bound to succeed, but I am bound to live up to what light I have.
Lyham Tully

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi des Rivières et des Collines
Âge du Personnage:
Allégeance: Ma loyauté va à mon Souverain.
Lyham Tully
Honor, Family, Duty
Messages : 863
Membre du mois : 2
Célébrité : Sam Heughan
Maison : Tully
Caractère : ♦ Obstiné ♦ Loyal ♦ Rancunier ♦ Protecteur ♦ Intransigeant ♦ Stratège ♦ Rigide ♦ Epicurien ♦ Bagarreur♦ Résolu♦
Honor, Family, Duty
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyDim 17 Juin - 20:55

Bienvenue par ici !


Hēnkirī

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Messages : 3172
Membre du mois : 16
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyDim 17 Juin - 21:16

Oh un Grand Septooooooooon **

Bienvenue parmi nous !

Bon courage pour ta fiche et n'hésite pas si tu as besoin :harren:
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyLun 18 Juin - 12:40

Merci à tous pour votre accueil mes enfants, que les Sept vous bénissent tous (oui même les hérétiques et les impies, je vous épargne tant que je ne suis pas validé !)
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyMar 19 Juin - 9:39

Bienvenue Votre Sainteté What a Face Bon courage pour ta fichounette Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] 1484214221
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyMar 19 Juin - 10:55

Bienvenue ici o/
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyMar 19 Juin - 12:47

Très cher Sainteté *fait une belle révérence devant lui, ses doigts fins saisissant le tissu précieux de sa robe pour s'inscliner respectueusement. Sa généreuse poitrine cachée dans une pudeur contrastée entre soie et voile. Avant qu'elle ne se redresse lentement. *

Je suis ravie d'apprendre votre arrivée. J'espère que j'aurai encore l'immense bonheur de pouvoir recevoir une de vos lettres emplies de votre grande sagesse.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyMer 20 Juin - 22:32

Merci pour votre accueil ! Hâte de reprendre notre correspondance fournie ma chère Jordane ! Je pense que ma fiche est finie Smile
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyJeu 21 Juin - 10:25

Me voilà !


Quelques petites choses
- Il te manque le crédit de ton avatar en en-tête de fiche Smile
- De façon générale dans ton texte, il manque parfois quelques lettres ou mots entiers pour faire certaines liaisons. Rien de grave mais je te demanderais une bonne relecture avant la validation ! (et c'est Braenaryon pas Baratheon mon nom hé, tu me traiterais pas de bâtard aussi? *pan)

En revanche, malgré ces fautes de frappe/ortho/inattention ton style est très bon, j'ai beaucoup aimé ta fiche! Courage pour la fin et réserve moi un rp avec manfred à ta vali Smile




~~~
Soothsayer, can you save them?
Can you see the streets in blood?
The remnants of your name?
Soothsayer, can you save them?
Soothsayer, let these words set you free
And now, give this leave and come away with me

~~~


Spoiler:
 
Torrhen Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Roi du Nord, Sire de Winterfell.
Âge du Personnage: 38 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Torrhen Braenaryon
Fire, Blood and Winter.
Messages : 30799
Membre du mois : 77
Célébrité : Christian Bale
Maison : Braenaryon
Caractère : Pragmatique - Inflexible - Juste - Ripailleur - Courageux - Passionné.
Fire, Blood and Winter.
Revenir en haut Aller en bas
http://after-my-fate.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyJeu 21 Juin - 12:31

Je pense avoir apporté les modifications nécessaires Smile (encore désolé, loin de moi l'idée de te traiter de bâtard :siffle:) Et ça marche pour te réserver un rp avec Manfred !
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyJeu 21 Juin - 13:05

Bienvenue Lycaon XII !

Et oui, te voilà validé(e) ! La classe hein ! Mais ne te repose pas sur tes lauriers trop vite, aussi confortables soient-ils, car il y reste encore quelques lieux à visiter, et dans lesquels tu dois poster. Nous t'avons fait une petite liste ci-dessous qui n'est pas exhaustive, mais qui t'indique les sujets les plus importants que tu dois aller voir absolument.  

▪▪ Demander un rang
▪▪ Verrouiller et Déplacer vos Sujets
▪▪ Créer des zones de jeu
▪▪ Démarche pour faire un scénario
▪▪ Les Chroniques du Cyvosse  ▪▪
▪▪ Le Cyvosse
▪▪ Demandes de liens  
▪▪ Demandes de rps  
▪▪ Section des corbeaux  
▪▪ Avoir un journal intime  
▪▪ Discuter dans le flood  
▪▪ S'amuser dans les jeux
▪▪  Participer aux animations du forum ▪▪
▪▪ Signaler une absence ou un ralentissement ▪▪
▪▪ Présentation du staff ▪▪
▪▪ Poser une question ▪▪
▪▪ Se situer dans la chronologie de BC ▪▪
▪▪ Lire les nouveautés de la semaine ▪▪
▪▪





N'envoyez de mps sous ce compte que pour notre jeu des trônes
Le Cyvosse
Le Cyvosse
Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again.
Messages : 12990
Membre du mois : 2668
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyDim 24 Juin - 12:56

Bottins MAJ
La Corneille à Trois Yeux
La Corneille à Trois Yeux
Messages : 862
Membre du mois : 146
Célébrité : Fait par Kanala
Maison : Westeros
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] EmptyMer 31 Oct - 9:18

Je locke et déplace
Le Cyvosse
Le Cyvosse
Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again.
Messages : 12990
Membre du mois : 2668
Revenir en haut Aller en bas
https://bloody-crown.forumactif.org
MessageSujet: Re: Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]   Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé] Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Lycaon XII - Que les Sept soient bénis [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Une après-midi tranquille ? [PV Yuko] [Hentaï] [terminé]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Chroniques de l'ère de luttes :: Présentations des personnages :: Les fiches validées :: Fiches validées des membres disparus-
Sauter vers: