Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-15%
Le deal à ne pas rater :
HUAWEI MateBook – PC Portable 13″
849 € 999 €
Voir le deal

Les préparatifs [Tour V - Terminé]
MessageSujet: Les préparatifs [Tour V - Terminé]    Les préparatifs [Tour V - Terminé]  EmptyMer 13 Sep - 21:35


Les hommes s'assemblent. Les armures clinquent, les armes reflètent le soleil haut ce midi. Loren observe les hommes dans la cour de Castral-Roc, aujourd'hui plus que jamais l'agitation est forte à la capitale. Le Seigneur du Roc prépare sa troupe impatiente au départ. La route vers Vivesaigue allait peut-être calmer les plus ardents bagarreurs, leur inculquant l'art de la retenue. Peut-être que la vue de la vraie guerre allait, avec de la chance, les tempérer.

Mais l'heure n'était pas à ces pensées, pour le moment il fallait prévoir la logistique. Les armes étaient affûtées, les bagages attachés et les hommes se préparaient à un long voyage. Il fallait bien leur faire voir que le grand jour approchait. Les préparatifs étaient long, plus que nécessaire, tant les hommes perdaient du temps à retrouver leurs affectations et leurs camarades. Les désordres liés à l'inactivité cessaient petit à petit tandis que les affectations apparaissaient.

Les rapports arrivaient de plus en plus fréquemment et quelques incidents étaient à déplorer, ne manquant pas de faire grogner le roi de l'ouest. Il avait connu la guerre contre le Bief il y a des années et la grande bataille de Castral-Roc, voir aujourd'hui les soldats parler si naïvement de guerre et de bataille, les voir se crier dessus pour une histoire de femme ou de vin ou bien encore laisser des caisses ou des chevaux s'échapper ne faisaient qu'agacer le souverain de l'Ouest.

Des histoires de cohue, de mouvements de panique lorsque des chevaux avaient quitter leur enclos à cause de la maladresse de certains gardes. Ceux-ci n'avaient pas bien finit, n'ignorant pas que cet acte aurait put être très dommageable. Plus le départ approchait plus la situation semblait se calmer, les hommes pensant à autre chose que boire, parier, ou coucher. Loren avait encore quelques détails à régler avant de donner le signal pour le départ.

« Votre majesté ! »

« Quoi ? »
« Vous aviez demandé à voir Edward Swyft... »
« Dites-lui de me rejoindre ici. »


Le jeune page resta quelques instants sur place avant de quitter la place. Visiblement il était étonné que le rendez-vous ne se passe pas dans la salle du trône. Au lieu de cela le Roi attendait le jeune chevalier au milieu d'une cour agitée, peuplée d'écuyers, de chevaliers et de soldats en quête d'ordres. Loren se reprit quelques secondes après avoir envoyé le jeune homme, puis se retourna, lui faisant signe de revenir.

« Préviens le Prince aussi de me rejoindre, j'ai besoin de le voir en même temps. »

Le jeune homme acquiesça puis repartit. Loren souffla un peu, laissant quelques secondes passer avant qu'un homme en armure ne vienne le voir, apparemment il manquait une chariot de flèches. Le Roi de l'Ouest grogna quelques paroles tandis que l'officier écoutait docilement les paroles du souverain. Finalement le soldat repartit avec quelques instructions et des remontrances, tandis que Loren soupirait, l'agitation qui avait put régner avant compliquait la tâche, mais il avait confiance : une fois sur la route tout deviendrait plus simple, les hommes plus sérieux et la tâche moins grande.

En attendant il avait quelques petites discussions à mener, notamment avec le jeune chevalier de la maison Swyft et son fils, le prince héritier. D'un geste de la tête le Seigneur du Roc fit signe aux officiers de prendre le relais tandis qu'il se dirigeait vers la porte la plus proche, cherchant à venir à la rencontre du prince, ou du chevalier.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les préparatifs [Tour V - Terminé]    Les préparatifs [Tour V - Terminé]  EmptyJeu 14 Sep - 19:41

Les préparatifs d'un grand départ des troupes royales n'avait pas échappé à Edward, alors qu'il se trouvait fort à propos au sein de la citée de Castral Roc. Le jeune Swyft, tout fraîchement fait Lord Swyft suite au décès du précédant chef de la Maison Swyft, était venue en la cité des Lions afin de gérer au mieux ces affaires marchandes ainsi que d'avoir l'extrême honneur d'être reçue par sa majesté la Reine. Cette dernière entrevue n'avait pas encore eu lieux, laissant à Edward davantage de temps qu'il n'en avait réellement besoin.

Les rumeurs des préparatifs, puis les preuves des dits attirèrent Edward comme une mouche en direction du château Lannister. En tant que simple chevalier on lui aurait demandé pourquoi il venait par ici, mais il était de même vassal du Roc de part son fief reçu en ligne droite. Aussi les gardes ne bronchèrent pas quand Edward passa sous une première arche donnant sur une large cours intérieur.
Non pas la cours principale, mais une autre située tout prêt des écuries et où nombre d'hommes allaient et venaient, préparant les bêtes.

Le jeune Swyft était sur le point d'interroger un soldat portant la livret Lannister quand aux raisons de se remue ménage, quand un jeune page l'aborda soudain
:

"-Ser Chevalier?"

Le ton était courtois, mais rapide. Presque nerveux aurait on dit. Il ne donnait pas du "mon seigneur" à Edward, ce qui était normal. Tout "Lord Swyft" qu'il était, il n'en demeurait pas moins un simple chevalier.

"-Oui mon garçon?
-Sa Majesté le Roi Loren vous demande toute affaire cessante. Suivez moi s'il vous sied.
"

Le Roi! Edward se serait bien frapper le front tant il était stupide. N'avait il point vue la livret Lannister sur la tunique de ce garçon? Le Lion à gueule était pourtant bien visible. Quand à la formulation..."s'il vous sied". Oui il était bien polie. Mais comme si quiconque, hormis la Reine peut être, pouvait ne point obéir sur le champs (et plus vite que ça) à une telle convocation?

D'ailleurs le jeune page devait avoir eu le même raisonnement car il avait fait demi tour presque aussitôt, s'attendant certainement à voir le chevalier lui emboîter le pas...Ce que ce dernier fit sans ce faire prier une seconde fois! Incroyable n'est ce pas?

Tout en avançant d'un pas rapide à la suite du page, Edward arrangeait sa tenue. L'essentiel de ses affaires se trouvaient dans les petits appartements mis à la disposition des vassaux de passages au sein de la capitale, et son écuyer devait s'y trouver de même.
Il ne portait ainsi rien qui puisse rehausser quelque peu son apparence alors qu'il était sur le point de se présenter devant son Roi. Edward ne portait en effet qu'un pourpoint de cuir, certes de bonnes factures, par dessus une chemise blanche toute simple. Un pantalon noir et des bottes de voyages complétaient sa tenue, avec en revanche sa cape rouge et or comprenant le Coq Swyft sur l'épaule gauche.
Sa fidèle lame attendait à son flanc dans son fourreau.

Edward passa sous un porche plus important encore, et vit au centre de la cours le Roi Loren. Roi de l'Ouest et du Roc.

S'il n'y avait point de cérémoniel qui tienne dans un tel lieux, Edward n'était pas fou et n'oubliait pas que des dizaines d'yeux seraient braqués sur eux.
A peine était il arrivé devant son Roi qu'il ploya un genoux à terre en baissant la tête de même.


"-Mon Roi! Vous m'avez fait demandé?"
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les préparatifs [Tour V - Terminé]    Les préparatifs [Tour V - Terminé]  EmptyVen 15 Sep - 19:29

Depuis les fenêtres de Castral Roc, il était aisé pour moi de jeter un œil sur les préparatifs de mon père. Les lions allaient rejoindre les Stark, ou plutôt les Braenaryon puisque c’est ainsi qu’était à présent nommé mon beau-père, ancien Roi du Nord et aujourd’hui Empereur. J’avais été sous le choc d’apprendre l’incident dont mon épouse Jeyne avait été victime, je ne doutais point que Gareth avait veillé sur elle, il était mon ami et il connaissait parfaitement mes sentiments vis-à-vis de la louve d’origine. De plus, elle portait en elle le futur de la Maison Lannister, je n’aurais jamais pu pardonner si elle avait succombé à cette fameuse attaque. Mais l’heure n’était pas à l’apitoiement, mon Père devait  rejoindre l’Empereur. Il fallait dire que les deux avaient à parler. Les croisés ne cessaient de franchir nos Terres et Torrhen avait lancé un avertissement plutôt clair mais je ne doutais nullement que mon Père parvienne à faire entendre raison à l’Empereur. Nous étions neutres et nous ne pouvions délibérément nous mettre en travers des hommes qui, au nom de leur foi, souhaitaient prendre les armes. Les troubles dans l’Ouest étaient bien trop importants pour que l’on s’oppose à la foi sans quoi la menace d’une rébellion bien plus massive ne serait sans doute pas une illusion mais bel et bien un fait.

Depuis ma chambre, j’écrivais quelques mots pour Jeyne que je comptais confier à mon père lorsque je fus interrompu par un jeune page.

« Mon prince, le Roi vous demande dans la cour. »

Achevant ma lettre, je la repliais avant de la sceller tandis que le jeune page se tenait toujours dans la salle, visiblement hésitant face à mon absence de réaction. Je me levais et m’adressais enfin à mon interlocuteur.

«Merci. Je m’en vais de ce pas le rejoindre. »

Invitant le jeune page à quitter ma chambre, je fis de même. J’étais vêtu de rouge comme souvent, arborant fièrement le blason de la maison Lannister sur mes vêtements. Ma coiffure était impeccable, pas un mèche ne se faisait la malle, après tout j’étais le prince héritier des Terres de l’Ouest, je me devais d’être présentable à chaque instant. Au fur et à mesure que je me dirigeais vers la cour, mes pensées ne cessaient d’aller vers Jeyne, j’étais impatient de la retrouver et j’espérais que mon Père parviendrait à la faire revenir avec lui, après tout c’était bien pour cela que le Roi de l’Ouest se rendait à Vivesaigues lui-même. Cependant, je ne pouvais m’empêcher de penser également à ce qui allait se produire en son absence. Certes ma mère serait aux commandes et elle était sans aucun doute plus apte à diriger le pays que mon Père mais l’absence du Roi ne serait-elle pas une aubaine pour les opportunistes de causer encore plus de troubles.

Je me rapprochais de la cour, le bourdonnement environnants des hommes préparant bêtes et armes ne cessant d’être plus puissant. Mon père n’était pas dans la cour principale mais non loin des écuries, observant ses hommes qui paraissaient bien indisciplinés. Je me demandais si ce n’était pas le stress des préparatifs qui les dérangeait davantage que la présence même du Roi.

Je l’aperçus aisément, il se démarquait toujours des autres et je le connaissais suffisamment pour savoir où il se trouverait. Je m’approchais, apercevant au loin un homme s’incliner devant lui pour le saluer. En approchant, je pu constater qu’il s’agissait de Lord Edward Swyft. Etant à présent à hauteur des deux hommes, j’entrepris de les saluer.

« Votre Majesté ! Lord Swyft ! Vous m’avez fait demander ? » demandais-je par politesse plus que par ignorance.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les préparatifs [Tour V - Terminé]    Les préparatifs [Tour V - Terminé]  EmptyVen 15 Sep - 21:13

Alors qu'il marchait calmement vers la porte la plus proche le Roi fut interrompu par la vision d'un jeune seigneur le rejoignant. Il s'arrêta et se tourna vers le nouvel arrivant. Légèrement agacé par les quelques problèmes logistiques lié au départ de l'armée le souverain de l'Ouest ne fit que peu de cérémonie face au jeune seigneur qui s'agenouilla. D'un signe de la main il lui intima de se relever.

« Relevez-vous Lord Swyft, on a plus à faire que s'envoyer des courtoisies. »

Le regard du Roi balaya la cour, ils avaient quelques petits détails à voir et encore plus à discuter dans l'instant présent. Il fit quelques pas vers la porte avant que la voix de son fils ne le ramène à la réalité. Le Roi de l'Ouest s'immobilisa et se tourna vers son héritier. Un mince sourire naquit sur son visage à l'approche de sa descendance, bientôt remplacer par l'air agacé qu'il portait jusque là.

Son fils portait sur lui la prestance digne de la maison Lannister, Loren était dans un état moins clément. Présent depuis tôt pour coordonner sa tenue était loin d'être aussi arrangée que celle de son fils, pourtant il restait dans un pourpoint solidement fermé, sa lame à ses côtés. Il fit un signe de tête à son fils arrivant, restant de profil avant de faire signe aux deux hommes de le suivre.

« Oui. Suivez moi, tous les deux. Nous avons à parler, peu de temps et encore beaucoup de chose à faire avant mon départ. »

Si le roi n'avait guère envie de se rendre dans la salle du trône ou dans ses appartements, il devait bien admettre que la discussion qui allait suivre n'avait pas à être entendue par chaque soldat. Le ton exigeant du monarque désignait bien sa hâte et ne manquait de souligner l'agacement dont il était victime depuis maintenant quelques heures. Son pas rapide mena le petit groupe à l'intérieur, dans un couloir à l'abri des regards, il s'y arrêta et fit face aux deux jeunes hommes le suivant.

Il fit signe aux deux chevaliers de le rejoindre et fit un rapide tour des lieux, si quelques gardes croisaient par moment l'endroit semblait relativement calme et parfait. Le Roc reposa son regard sur ses interlocuteurs, calmant doucement son agacement passé pour revenir à une réalité : il avait une discussion d'importance ici et les deux personnes avec qui il devait la mener était devant lui.

« Bien. Vous savez tous deux que l'armée va bientôt partir pour le conflans. Vous savez également tous deux que divers troubles secouent le royaume depuis quelques temps déjà et cet incident chez les Falwell dans lequel la couronne a dut intervenir. »

Le regard du souverain se posa tour à tour sur le prince héritier et le seigneur ayant prit la tête des frondeurs ayant défi l'autorité de la couronne sur cette affaire. Loren était conscient que les choses pouvaient être plus compliqués, mais il se refusait à admettre un échec de son fils, tout comme la présence de nobles frondeurs n'était pas vraiment quelque chose qu'il aimait. Il avait quelques projets et idées pour cette affaire.

« Lord Swyft. Il s'est passé bon nombre de choses à travers mes terres. Je dois bien admettre que celles-ci sont venu à me déplaire fortement. Je vous ai toujours considéré comme un jeune chevalier dôté d'un talent et d'une loyauté certaines. Comment dois-je prendre la situation durant laquelle des nobles ont décidés de passer outre l'arbitrage royal ? »

Son regard accusateur pesait sur le jeune noble, puis il le reporta jusqu'à son fils à côté, visiblement moins insistant qu'avec le coq.

« Lyman. Selon toi, pourquoi les nobles ont-ils décidés de passer outre l'arbitrage royal ? »

Son regard fixa tour à tour les deux jeunes hommes, bras croisés le roi de l'ouest attendait une réponse.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les préparatifs [Tour V - Terminé]    Les préparatifs [Tour V - Terminé]  EmptyVen 15 Sep - 22:09

Le ton direct et dénué de tact du Roi Loren aurait pu faire apparaître un sourire en coin chez Edward...si ce dernier avait été un ami proche du Roi. Ce qu'il n'était pas. Aussi le jeune chevalier se releva-t-il prestement, presque mécaniquement. Un ordre est un ordre, et tout vassal devait obéissance à son suzerain (du moment que ce dernier n’exigeait rien contraire aux Lois ou à l'honneur). Plus encore quand le dit suzerain était rien de moins que le Roi.

Edward se tenait à présent debout, observant son monarque parcourir du regard les environs, cherchant peut être quelque chose. Allez savoir quoi.
Edward su quoi, ou plutôt qui, lorsque le lionceau arriva à son tour. Le lionceau...un des termes pas très poli ni très subtil que les nobles frondeurs utilisaient pour désigner celui qu'ils jugeaient comme responsable de tous leur problème.
Ho certes ils avaient tords, au moins en partie. Mais Lyman Lannister représentait une trop parfaite opportunité pour les frondeurs. D'une part ils pouvaient à loisirs faire de lui le responsable de leur soucis, d'autre part un jour le Lion allait mourir...et si le lionceau était affaiblit, la Couronne ne le serait que davantage.
Cette dernière partie de l'argumentaire, Edward ne la gouttait guère. Il était loyal à la Couronne, fanatiquement quasiment, mais les frasques de Lyman avaient réellement causés du tord au Royaume tout entier.

Occupé par ses pensées, et non sans s'être incliné à l'arrivé du Prince, Edward ne remarqua que juste à temps le petit manège du Roi...ce dernier les emmenaient dans un endroit plus discret pour poser une question...Une question qui avait le dont de mettre Edward particulièrement mal à l'aise.

Qu'il soit obligé de demeurer debout n'arrangeait rien, car il se trouvait alors directement en face du père et du fils...
Par chance (si on peut dire), le père interrogea le fils en dernier. Il était ainsi exclue pour Edward de prendre la parole au risque de couper les propos du fils.
Il choisit donc d'attendre en se tournant vers Lyman, mais dans une attitude de déférence. Edward ne regardait pas le futur Roi de l'Ouest dans les yeux, pas directement.

Il n'y avait personne ici devant qui faire le malin, pas de Seigneur à qui montrer "qu'il en avait" (et éventuellement disparaître juste après). Juste le fils Lannister et son Roi de Père.
De toute évidence le Roi Loren voulait mettre les choses à plats avant d'aller plus loin. Enterrer ses problèmes domestiques avant de conduire une armée à l'extérieur du Royaume.

Edward était curieux de ce qu'allait répondre le jeune lionceau. Lui ne pouvait pas dire toute la vérité (c'est à dire que Lyman s'était conduit comme un parfait imbécile aux yeux de ses Nobles, mettant le Royaume en péril), au risque d'humilier l'héritier de la Couronne et par là même cette dernière.
D'autre avaient disparus pour moins que cela...
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les préparatifs [Tour V - Terminé]    Les préparatifs [Tour V - Terminé]  EmptyLun 9 Oct - 21:08

La réponse de mon père ne traina pas et il nous rappela l’urgence de la situation tandis qu’il nous invitait à le suivre. Je lui emboitais alors le pas tandis qu’il nous menait dans un petit couloir à l’abri des regards et des oreilles des curieux. La présence de mon père m’apaisait autant qu’elle m’intimidait et j’étais parfaitement conscient que si je me retrouvais à cet instant en sa compagnie et celle de Lord Swyft c’était qu’une importante discussion allait avoir lieu. Mon père nous rappela que l’armée était sur le point de se rendre dans les terres du Conflans tout en n’oubliant pas de mentionner les évenements de Falwell qui avaient été une des conséquences des nombreux troubles qui avait frappé le pays et également créés des tensions entre le peuple, la noblesse mais aussi notre famille. Le ton de mon père était ferme, il était d’un naturel direct et je pris rapidement conscience que cette discussion n’aurait rien d’une partie de plaisir.

Le regard des plus insistants de mon père pour Lord Swyft ne laissait aucun doute sur le fait que le Roi qu’il était n’avait pas du tout apprécié la manière dont la noblesse s’était opposée au pouvoir royal et qu’il regrettait la participation d’Edward Swyft pour qui il avait de l’estime et qu’il avait toujours considéré comme l’un de nos loyaux sujets. Après ces accusations j’avais été bien loin de me douter que mon père allait tourner son regard vers moi, et pourtant ce fut ce qu’il fit non sans m’adresser la parole pour me demander pourquoi, selon moi, les nobles avaient décidés de passer outre l’arbitrage royal. J’étais bien moins à l’aise que je ne l’avais été depuis le début mais je me devais de garder une certaine prestance et ne pas laisser transparaitre la moindre hésitation. Je savais bien que mon intervention personnelle à Falwell n’avait pas convaincu tout le monde en particulier les nobles qui avaient pour certains eu l’impression que je voulais faire passer le peuple en priorité en bafouant en quelque sorte l’autorité de la noblesse. La présence de l’un des principaux leaders des frondeurs à mes côtés ne devait pas me faire perdre de vue que j’avais simplement fais ce que j’avais estimé juste, même si tout le monde ne partageais pas cet avis.

N’ayant guère le temps de me perdre dans mes pensées, je ne tardais pas à répondre à mon père.

« Peut-être ont-ils estimés que l’arbitrage royal ne pouvait provenir que directement de la voix de leur Roi ou Reine légitime. Peut-être faut-il leur rappeler qu’en tant que Prince de l’Ouest, je porte moi aussi la parole de mon Roi, mais je suis sûr que Lord Swyft pourra sans mal nous éclairer sur les raisons qui ont poussés les nobles à passer outre l’arbitrage royal, votre Majesté. »

J’avais décidé de soulever deux points qui me paraissait judicieux après tout, c’était principalement parce que j’étais intervenu et non parce que mon père l’avait fait en personne que les nobles avaient peut être ressenti un certain manque de légitimité dans ce que j’avais affirmé en me rendant à Falwell. C’était assez naif de leur part ou peut être étais-je très loin de la vérité néanmoins il m’apparaissait important que Lord Swyft nous explique sa version des événements, après tout cela me permettrait sans doute d’ouvrir les yeux et peut être de revoir mon jugement sur ces évènements qui avaient secoué le pays. De plus je me devais de rappeler mon rang et qu’en étant Prince j’avais moi aussi une légitimité royale même si elle pouvait paraitre lointaine voire futile aux yeux des nobles n’étant pas encore du moins le Roi légitime des Terres de l’Ouest. De plus, il me fallait convaincre mon père et j’espérais ne pas être totalement à côté de la plaque avec ma réponse.


Spoiler:
 
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les préparatifs [Tour V - Terminé]    Les préparatifs [Tour V - Terminé]  EmptyMar 10 Oct - 19:47

Le seigneur de Champmoisson resta muet, laissant Lyman répondre en premier, sans-doute afin de ne pas s'imposer avant le prince héritier du Roc. Soit. Loren le laissa faire et planta son regard sur son fils. Les querelles internes à l'Ouest avaient le don d'énerver le Roi plus que tout autre chose, entendre que les problèmes venaient d'une bande de nobles avide de pouvoir ou bien d'une bande de pécores incapable de comprendre les enjeux extérieurs était fort déplaisant.

Et cette sombre histoire en était la preuve parfaite. Le regard lourd du Roi se posa sur son fils tandis qu'il répondait. Lyman avait une contenance forte et ne démordait pas de sa position. Il avait sans-doute eut des tords dans cette affaire. Certainement même. Mais il agissait ici comme un prince devait le faire, ce n'était pas à lui de revenir en arrière, s'il devait être contredis ou remis à sa place, seul le roi ou la reine pouvait le faire.

Alors Loren le laissa parler. Il souleva un bon point. Peut-être les nobles s'imaginaient-ils que la voix du jeune Lion pouvait être outrepassé car elle ne provenait pas directement du Roi ou de la Reine de l'Ouest. Mais Lyman avait raison. Sa voix était celle du Roi, tandis que celui-ci n'avait pas dis le contraire. Indirectement Lyman posa à son tour une question au jeune coq. Pourquoi le seigneur de champmoisson avait désobéi. Loren reporta son attention sur le jeune Swyft et reprit rapidement la parole.

« Le Prince dit vrai Lord Swyft. La parole du Prince de l'Ouest est une parole royale, n'êtes vous pas d'accord ? »

Il fit une courte pause, comme pour inciter le seigneur à répondre. Mais bien vite il reprit la parole sans hésitation, continuant d'appuyer ses propos.

« Donc une autre question reste en suspens. Comment appelle-t-on les seigneurs qui désobéisse à un arbitrage royal Lord Swyft ? »

De nouveau le Roi de l'Ouest répéta son petit manège, laissant un bref silence envahir le couloir, avant de reprendre la discussion, plongeant son regard dans celui du seigneur de Champmoisson.

« Ne serait-ce pas le mot frondeur que vous cherchez ? Ou peut-être traitre ? Continuons. Comment appelle-t-on donc celui qui mène ceux refusant l'arbitrage royal ? »

Encore une fois Loren laissa un bref silence planer, son pèrel ui aurait reproché sa façon si simple de laisser partir quelqu'un dont il doutait de la loyauté dans l'instant présent. Son père aurait sans doute exiger une tête pour preuve de loyauté. Mais son père était mort depuis longtemps et Loren avait déjà régné bien assez pour savoir ce qu'il devait faire. Il reprit à nouveau la parole.

« Alors dites moi Lord Swyft, je cherche là conseil. Sur vos terres. Si vos paroles sont ignorés et qu'une bande d'hommes lèvent une troupe pour aller à l'encontre de vos mots. Comment les nommez-vous ? Et que feriez-vous ? Dites-moi, j'attends votre avis sur ce point épineux Lord Swyft. »

Le regard accusateur et agacé du Roi de l'Ouest se faisait plus insistant. Il avait tout intérêt à boucler cette affaire avant le départ vers le conflans, il n'avait pas l'intention de laisser les germes d'une révolte derrière lui en quittant son royaume.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les préparatifs [Tour V - Terminé]    Les préparatifs [Tour V - Terminé]  EmptyMar 10 Oct - 22:20

La tentative de gagner du temps d'Edward avait brillamment fonctionné...et lu irevenait à présent en pleine poire plus rapidement qu'un Fer-Né ne descend son pantalon devant une pucelle effarouché du Bief.

Il se retrouvait à présent presque dans la pire position possible, presque, à savoir devoir se justifier devant le père et le fils. Par chance la lionne de mère n'était pas présente, sans quoi une tête pourrait déjà être au sommet d'une pique sur les remparts. Tête, pique, rempart.

Coup de chance, le Prince ne semblait pas avoir saisit la réalité des faits. Le pourquoi du comment qui expliquait fort bien l'attitude des Nobles frondeurs de l'Ouest.
S'était là la chance à saisir pour Edward de se justifier sans avoir à faire passer le Prince pour un imbécile. Malheureusement, le Roi enchaîna derechef et passa des questions aux accusations.

Edward était devant un carrefour, avec des lions de toute part. Il avait globalement le choix entre ployer le genoux TRES BAS et implorer le pardon royal, chose qu'il se pensait à peu près certain d'obtenir, ou bien relever la tête et se comporter comme le Lord à la tête des frondeurs qu'il était.
S'il s'inclinait sans demander son reste, il serait très certainement rappeler à l'ordre mais guère davantage. Mais son prestige au sein de l'Ouest en pâtirait fortement. Surtout auprès des Nobles qui l'avait suivis et de tous ceux qui regardaient à présent ce qui allait se passer, Crakehall en tête. Ce dernier jubilerait de le voir ainsi humilier.

Hors de question.

Mais pire encore, s'il demandait pardon il ne s'agirait que d'un aveux de conspiration contre la couronne. Au pire. Au mieux juste de passer pour un imbécile.
Et cela garantirait que le Roi ne comprenne jamais ce qu'il avait manqué de ce produire, et le fils de le reproduire.

Dilemme! Quand votre vie semble valoir davantage que votre loyauté, car aussi aberrant que cela puisse paraître...les frondeurs avaient agis mut par un puissant sentiment de loyauté et de préservation de la Couronne.

Le Swyft choisit ses mots avec un soin extrême...


"-Majesté...Il ne s'agissait nullement de ne pas reconnaître son altesse le Prince Lyman comme porteur de la parole de la Couronne.

Mais justement c'est par ce qu'un membre de la famille Royale à agit de la sortes que nous avons agit."


Edward ce planquait avec courage derrière le "nous" de l'ensemble des Nobles à avoir rejoins sa cause. Mais cela n'allait guère fonctionner, le Roi Loren l'ayant directement désigné comme meneur de ce qu'il appelait traîtrise.

"-Hors comme vous dites votre Majesté, si une bande prend les armes sur mes terres et contestes mon autorité, je les châtie comme de juste. Comme la Loi féodale que nous suivons m'y autorise, encore que je ne sois pas Lord mais uniquement chevalier fieffé, je ne dispose ainsi pas des prérogatives de cul de basse fosse pour lesquelles il me faut un arbitrage plus élevé de mon suzerain. En l’occurrence vous même ou son altesse votre fils ici présent."


Il était lancé et n'avait plus le choix, lui le petit Ser devait expliquer la Loi féodale au Roi. S'il en ressortait vivant....


"-Je ne dis pas que feu le Lord Falwell était un parfait seigneur exempt de tord. Probablement a-t-il mérité son sort.
Mais quelles preuves furent amenés à la connaissance de la Couronne? Uniquement les témoignages des gueux de son fief. Sa famille assassiné ou chassé de ses propres terres, terres qu'elle tenait par la grâce de la Couronne.

Votre altesse, nous autres Nobles et Chevaliers fieffés tenons nos terres par votre bon vouloir. Le serment de vassalité nous lie à la Couronne. Nous avons ainsi le devoir de la suivre et de la servir, mais cette dernière à le devoir de nous protéger de même en cas d'attaque.

Hors Falwell fut attaqué par ses propres gens, une partie du moins, entrant en révolte direct contre l'ordre établis. Et les nobles qui avaient prêtés serment d'allégeance à la Couronne virent alors celle ci, en la personne de son altesse le Prince, ne pas châtier la révolte et ne pas soutenir les Nobles.

Faites excuses de ce que je vais dire, mais ce fut une trahison de la famille Lannister envers l'intégralité des Nobles de l'Ouest. De Jure, nous pouvions nous soulever et déposer la famille Lannister car le serment était rompu par la Couronne.

Et lors de la missive que j'écrivis au Prince, pardonnez moi mon Prince mais je ne suis pas homme à baisser la tête devant l'adversité, il m'était commandé de demeurer en dehors de tous ceci...

Ainsi, par loyauté à la famille Lannister et pour le Royaume de l'Ouest, j'ai eu l'audace de prendre la tête d'un groupe de Nobles afin de rétablir l'ordre féodal à Falwell et rétablir en son bien la famille qui tenait ses terres par la grâce du Roi et de la Reine. Non pas de prendre les armes contre Castral Roc comme nous en avions le bon droit, mais rétablir ce qui devait être, le Seigneur Falwell ne requérant plus guère de justice vu son sort."


Edward venait de vider son sac, et quel sac! Il risquait pire que la mort, fort heureusement nul ne devait avoir entendu ses propos. Rien n'était moins sur en une telle citée, mais en public les Lions auraient du l'exécuter sur place.

Là, le Ser chevalier ploya un genou à terre et tira son épée, qu'il présenta à l'horizontale au Roi:


"-Votre Majesté Loren, Roi du Roc et de l'Ouest, je vous présente mon épée, symbole de mon titre de Chevalier que vous me décernèrent jadis. Sur elle et sur ma vie j'ai juré de toujours défendre l'Ouest, et à nouveau je le jure devant les Sept et vous même.

Prenez la moi et disposez de moi, si vous m'en jugez indigne. Mais jamais je ne ferai acte de trahison envers le Royaume et la famille Lannister.
Par ma vie je le jure."


Tout était dit. Edward venait de tous les mettre dans une situation délicate, car il était difficile de contre dire ce qu'il venait d'exprimer. Oui, Lyman avait trahi ses Nobles. Une erreur de jeunesse qui avait manqué coûter le Royaume tout entier. Mais le Roi allait devoir faire un choix. Choisir entre punir un vassal relativement puissant et suivis par quelques uns de ses paires, qui n'avait faits que suivre la Loi féodal, ou ne pas le faire au risque de faire passer son fils pour un imbécile.
Edward ne voyait guère de troisième solution, bien qu'il aurait aimé qu'il y en avait une.

Tout était dans les mains du Roi Loren...
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les préparatifs [Tour V - Terminé]    Les préparatifs [Tour V - Terminé]  EmptyVen 3 Nov - 15:47

Si mon père avait dans un premier temps appuyé mes dires avant de lancer diverses accusations à peine voilées envers Lord Swyft, je n’avais absolument pas anticipé la réplique qu’allait lui donner le jeune homme qui lui faisait face. Avec beaucoup d’aplomb, il venait de me renvoyer indirectement à mes études, mettant ouvertement en avant ce qui celui lui était une trahison de ma part envers les Nobles de notre pays. Je n’avais jamais eu l’intention de trahir les miens, ainsi je ne pouvais qu’admettre ma surprise face au monologue d’Edward Swyft. J’étais véritablement mal à l’aise et je m’efforçais de le cacher du mieux que je pouvais. Il me restait encore énormément à apprendre avant d’être en mesure de prendre les rênes de notre pays, mais après les affirmations du chevalier, j’avais bien du mal à l’envisager de sitôt. Je faisais du mieux que je le pouvais mais j’avais sans aucun doute besoin de davantage de conseils de la part de mes parents. Je m’étais conforté dans le fait que j’agissais déjà de bonnes manières mais visiblement, ce n’était peut être pas aussi assuré que cela. J’étais bien conscient que les opinions et les points de vue divergeaient toujours face à une même situation. Tout était question de l’angle selon lequel on analysait la situation. En ce qui concernait la situation de Falwell, il me faudrait sans aucun doute faire le point un jour avec mon père seul à seul. Mais pour l’heure, je devais rester digne, accepter les critiques et essayer de faire mieux à l’avenir.

Avec les paroles de Swyft, je comprenais mieux qu’elle avait été la vision des Nobles face à la situation qui avait eu lieu. Je ne prenais pas pour autant ses paroles pour argent comptant et il ferait parti de mes devoirs d’en analyser les tenants et aboutissants. Mais ce qui qui me frappait davantage c’était le risque que j’avais fais courir à mon peuple et surtout au fait que renverser notre maison aurait été légitime pour les frondeurs de par leur vision des choses. Ainsi, j’aurais pu par mes actes causer une véritable révolution. Réaliser cela me faisait prendre un peu plus conscience de l’importance de ma parole et de mes actions lorsque j’interagissais avec autrui. Plus encore cela mettait en exergue le fait que je n’avais pas le droit à l’erreur quand bien même celle-ci était une erreur de jeunesse. Je savais qu’il fallait l’exercer pour comprendre les mécaniques du pouvoir, mais je n’avais jamais autant envisagé la difficulté que cela représentait.

Edward Swyft venait à présent de s’agenouiller devant mon père. Il lui revenait à présent de juger de ce que le chevalier venait d’affirmer. Je m’efforçais de mon côté à paraître aussi insensible que possible même si ses accusations m’avait bouleversé. J’ignorais comment mon père allait réagir mais quoiqu’il en soit je soutiendrais la décision qu’il prenait et j’attendais également le sort qu’il me réservait tout en restant aussi silencieux que possible, étant peu désireux de me mettre en avant après tout ce que Lord Swyft venait de répliquer.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les préparatifs [Tour V - Terminé]    Les préparatifs [Tour V - Terminé]  EmptyDim 5 Nov - 12:04

Lord Swyft plaidait sa cause avec talent et certitude. Il défendait son morceau de gras comme personne. Son point de vue était compréhensible, légitime peut-être pour certains. Mais le visage du souverain se durcit lorsque le jeune coq évoqua une trahison de la famille Lannister. Il estima que ses actes étaient justifiés et qu'il aurait eut le droit de prendre les armes contre Castral-Roc. Le regard du Roi se fit inquisiteur plus que jamais, les petits nobliaux de l'Ouest s'imaginaient-ils vraiment de taille à faire face à la maison Lannister de Castral-Roc ?

La franchise du jeune coq le perdrait un jour, si ce jour n'était pas déjà arrivé. Il était certain d'avoir agit pour le royaume et la maison Lannister ainsi. Le regard du Roi se remplissait de dédain tandis que le seigneur de Champmoisson ployait le genou. Il renouvelé son serment de loyauté et présentait son épée au Roi pour que celui-ci le punisse s'il pensait cela nécessaire. Le jeune homme se rendait-il compte que de telles paroles le rendaient coupable de haute trahison et passable du châtiment de mort ?

Peut-être. Peut-être pariait-il simplement sur sa franchise pour le faire absoudre. Le roi croisa les bras, hésitant sur sa réaction. A chaud il ne serait sans doute pas le plus sage ou le plus bon des souverains, tant il hésitait à aller aussi loin que sa femme irait dans un tel cas. Tandis que le chevalier était genou à terre le regard du Roi se tourna vers son fils. Il ne réagissait pas, semblant attendre le jugement du roi. Il était encore un peu jeune pour venir à juger seul. Loren se nota cela dans l'esprit.

« Vous prétendez donc avoir fait ça pour le royaume ? Mais savez-vous vraiment ce qu'est le royaume ? Est-ce un trône et une couronne ? Un ensemble de nobles et de paysans ? Non et non. Le royaume est Lannister. Le sang royal est le royaume. La parole du prince est celle du Roi. Et la parole du Roi est loi. S'y opposer est déjà de la trahison en soit. »

La main du Seigneur du Roc se crispa sur son épée. Lui qui tenait à sa famille ne pouvait que difficilement tenir les insultes envers ceux-ci. Il baissa son regard jusqu'au coq devant lui, son regard hésitant un instant sur l'épée qu'il lui présentait. Il le jugeait en ce moment même, pourtant n'avait pas toutes les cartes en main pour rendre un dernier verdict. Loren reprit la parole, sur un ton toujours sérieux et inquisiteur.

« Méfiez-vous Lord Swyft. Vous êtes coupable du plus grave des crimes, cela même avant de rejoindre Castral-Roc. Et vous insultez ici la famille royale en osant invoquer une trahison. Vous auriez été dans votre droit légitime de vous soulevez ? Il n'y a aucune légitimité à cela. Ce n'est que félonie. Et vous connaissez très bien le châtiment réservé aux félons Lord Swyft. Chacun des nobles vous suivant s'expose à la même chose, ils le savent, alors vous vous retrouvez à leur tête comme un jeune coq sans expérience, car c'est toujours la tête que l'on coupe en premier. »

Loren fit une pause et ferma les yeux, réfléchissant un dernier instant avant de reprendre.

« Relevez-vous. Gardez votre épée. Vous aurez une seconde chance Lord Swyft. Ne la gâchez pas. Ne trahissez pas encore, ou le châtiment ne pourra être évité. Ni pour vous, ni pour ceux qui vous utilisent pour tenter de grignoter un peu plus de pouvoir. Préparez vos affaires. Nous partons pour Vivesaigue d'ici peu et vous venez avec nous. Mais que je n'apprenne pas, de qui que ce soit, que vous m'avez encore trahit, que vous allez le faire ou même que vous y pensez. Il n'y aura pas de troisième chance. »

Le roi n'attendait aucune réponse, protestation ou acceptation, un ordre était un ordre, surtout s'il venait du Roi.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les préparatifs [Tour V - Terminé]    Les préparatifs [Tour V - Terminé]  EmptyDim 5 Nov - 16:42

Le silence du prince Lyman fut assourdissant. Un genou à terre, Edward ne pouvait que spéculer sur les raisons qui maintenaient l'héritier du Roc silencieux.

Venait il de se rendre compte de son erreur? Et ainsi n'osait il plus parler? Ou bien dédaignait il répondre au Swyft après la longue tirade qu'Edward venait d'achever? Ou bien encore était il plus sage seigneur que cela, même en devenir, et jugeait il préférable de ne point répondre au risque de déclencher une joute verbale stérile?

De toutes ces réponses, Edward jugeait que la première était la moins crédible. Quand bien même le Prince Lyman se serait il rendue compte de son erreur, que Edward ne le jugeait pas faible au point de ce taire devant un vassal par crainte.

La première réponse du Roi du Roc était un aveu de force et de conviction. De quoi rassurer un vassal réellement loyal comme Edward. Mais également de quoi l'inquiéter. Que s'imaginait le Roi? Qu'il pourrait tenir l'Ouest si une majorité de ces vassaux prenaient les armes contre lui?
Illusion que cela. Hormis Lord Crakehall, qui s'était discrédités en cette affaire, la majorité des Seigneurs du Sud suivaient Edward. Rien que cela aurait pu plonger le Royaume dans une sordide guerre civile.

Le Roi avait ainsi tord. Soit il foulait du pied les serments prononcés, par lui et ses bannerets, soit il ne les comprenait pas. Cela était impossible à considérer, aussi Edward en déduisit que la Couronne Lannister prenait une inclinaison plus autoritaire.

Rien de mieux pour faire rentrer les vassaux dans les rangs et mieux les contrôler, mais un grand risque en terme de loyauté.
Celle d'Edward venait d'ailleurs à l'instant de s'en trouver diminuée...

Mais tout à ses réflexion, le sang reflua du visage d'Edward alors que Loren exprimait la possibilité de couper sa tête.
La mort...une perspective horrible à plus d'un titre.

La seconde chance qu'on lui accordait...Edward ne savait qu'en penser. Devait il être reconnaissant envers la miséricorde du Roi? Ou bien ce dernier avait il ainsi l'occasion de lui signifier qu'il n'avait pas tord finalement, faute de pouvoir le dire explicitement?
Ou, pire encore, s'était là un signe de faiblesse manifeste?

Pas de la Couronne, car seul un parfait imbécile se serait permis de penser que la Lionne aurait hésité une seule seconde à se saisir de sa propre lame présentée pour la lui enfoncer dans le cœur. Et en conservant un excellent sommeil en prime!

Edward se releva machinalement, trop, telle un homme ébranlé. Avec une hésitation ni feinte ni dissimulé, il remit l'épée au fourreau, s'inclina gravement devant le Roi puis à nouveau devant Lyman, et plus bas encore afin de marquer le coup, puis tourna les talons et se retira...un petit peu trop rapidement pour ne pas donner l'impression d'un vassal trop pressé de filer.

Comme un petit Coq sortant très vite de la tanière des Lions qui avaient décidés de ne pas le manger...
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les préparatifs [Tour V - Terminé]    Les préparatifs [Tour V - Terminé]  Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Les préparatifs [Tour V - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Une après-midi tranquille ? [PV Yuko] [Hentaï] [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Les Terres de l'Ouest :: Castral Roc-
Sauter vers: