Tumblr  Discord  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Narcos Saisons 1 et 2 Coffret Blu-ray
Voir le deal
18.03 €

Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]
MessageSujet: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptyMar 9 Fév - 1:53

An -3 avant la Conquête:

Le soleil venait à peine de se lever, il n'y avait aucun nuage dans le ciel pour entraver la luminosité. La rosée du matin perlait sur les feuilles des vignes. Le décor était vraiment idyllique, voir paradisiaque. De la position d'Aylan, on pouvait voir l'océan à perte de vue, de nombreux navires transitaient déjà entre l'Île et vers des contrées qui lui étaient inconnues. Le jeune homme s'était levé aux premières lueurs du jour, il avait dû mal à dormir depuis quelques jours, donc dès qu'il avait vu le premier rayon perçait l'obscurité, il s'était habillé pour sortir. On lui avait annoncé l'arrivée prochaine des Targaryen sur leurs terres. Enfin bon, cela pouvait aussi bien être aujourd'hui, que demain , que dans une semaine. Tout dépendrait des conditions climatiques qui auraient pu venir perturber leur voyage et si leur départ avait été retardé par une affaire urgente. Mais si tel aurait été le cas, ils en auraient été informé. Ils ne venaient pas là par hasard, mais parce que c'était un jour très spécial pour lui. Il s'agissait de son quinzième anniversaire. Pour lui c'était un jour comme un autre, mais ils avaient tenus à venir en personne. Peut-être qu'avec la rupture des fiançailles, ils ne voulaient pas que les relations entre leurs maisons se dégradent. Aylan espérait au moins qu'ils ne viendraient pas avec leur bâtard.

Le Redwyne s'était rendu sur le terrain d'entrainement, il se trouvait à l'extérieur des murs du domaine. Il aurait très bien pu s'entraîner dans la cour, mais il n'aurait pas eu le droit au même cadre. L'écuyer jetait parfois un coup d’œil aux navires s'approchant de l'Île en se demandant si c'était enfin leurs invités qui arrivaient. Quelques hommes d'armes de la maison s'affairaient déjà également, s'exerçant sur des mannequins d'entrainement  ou entre eux. Chacun d'eux savait qu'ils devraient être à la hauteur de la réputation des invités. Les hôtes ne devaient pas faillir à la protection des Targaryen, les Redwyne s'en voudraient à jamais si l'un des leurs était blessé pendant leur séjour. Aylan, quant à lui, s'exerçait sur un mannequin d'entrainement. Ce dernier était rembourré avec de la paille et recouvert d'une côte de mailles marquée par l'usure du temps et par les multiples coups reçus.

Le jeune homme s'afférait dessus à lui porter des coups, son valet le regardait en gardant avec lui le fourreau de l'épée. Il avait besoin de mettre en pratique tout ce que son maître d'armes et ce que Manfred lui apprenaient. Bien sûr, un mannequin d'entrainement ne pourrait jamais le préparer à combattre un réel ennemi, mais au moins il pouvait prendre l'habitude de manier certains coups, bottes et parades. Tout était bon pour s'améliorer. Il décrocha un autre coup au mannequin et attendit un moment, ne s'attendant pas à une contre-attaque, mais il avait besoin de reprendre son souffle. Son serviteur se permit un commentaire:


«- Mon seigneur....est-ce bien sage de vous entraîner maintenant ? La délégation Targaryenne pourrait arriver d'un moment à l'autre...»

Il n'arrêtait pas de lui servir du "Mon seigneur", cela devenait pénible à force. Il ne lui accorda même pas un regard pour la peine et frappa de deux nouveaux coups sa cible avant de répondre sèchement:

« Si je ne m'améliore pas, comment veux-tu qu'un jour Ser Hightower me fasse chevalier ? Il n'y a que par l'entrainement que je pourrais progresser et ainsi lui montrer ma valeur. »

Puis il continua son entrainement pendant au moins une demi-heure, des goûtes de sueur s'étaient déjà formées sur son front. Sans les nuages, l'air était chaud et avec l'effort, l’épuisement venait plus rapidement. Aylan avait bu une goûte dans la gourde que son serviteur portait avant de reprendre la séance. Il s'arrêta de nouveau quand il vit un nouveau serviteur arriver au pas de course. Le navire des Targaryen était en vue. Il n'était vraiment pas en état pour les recevoir...

« Toi, cours au château et ordonnes à une servante de me couler mon bain et prépares ma tenue.  »

Le serviteur partit aussi vite qu'il était venu. Il fit quelques pas vers son valet en lui posant sa main sur l'épaule. Un sourire, quasi-sadique, barrait son visage en sachant déjà ce qu'il allait lui ordonner:

« Quant à toi, rhedor... Aiguises un peu plus mon épée d'entrainement pour la prochaine fois et fais en sorte de redonner une jeunesse au mannequin, j'ai l'impression de taper dans un tas de foin... »

Sur ces mots, il lui confia son épée et rentra au château en marchant rapidement. Certains membres de sa maison étaient déjà prêts, mais il était tellement pressé qu'il ne prit pas la peine de leur répondre quand ils lui souhaitèrent bon anniversaire. Il pénétra dans ses appartements , la servante venait de finir de couler son bain et disposa quand elle le vit arriver. Aylan se déshabilla et mit tout d'abord un pied dans l'eau, puis quand il constata que la température était idéale, il pénétra entièrement dans l'eau. Après avoir suffisamment fait trempette pour tirer la sale odeur qu'il portait, il alla se sécher avant de s'habiller. Il portait un vêtement rouge possédant un col en V, une veste en cuir noire qu'il avait laissé entrouverte. Puis pour finir, une cape rouge frappée des armes de sa maison venait couvrir le tout et était bouclée au niveau de son cou.

Après s'être regardé dans un miroir pour voir si sa tenue était décente, il alla rejoindre le reste de sa maison. Ils l'attendaient tous. Son père lui fit une remarque désobligeante, cet ivrogne n'avait pas de leçon à lui donner, il l'ignora tout simplement. Son grand-père lui sourit, comprenant la raison de son retard et lui souhaita bon anniversaire en même temps que sa mère, son oncle et sa sœur. Il les remercia tout sourire. Ils allèrent chercher leurs chevaux où l'escorte les attendait déjà, puis ils se mirent en route vers Port-Ryam qu'ils ne tarderaient pas à rejoindre sur le dos de leur monture.

A l'arrivée sur les quais du port, ils virent que l'arrivée du navire était imminente. Les gardes avaient déjà pris possession, ils étaient assez nombreux et le secteur avait été bouclé pour que des petits curieux ne viennent pas entraver l'arrivée de la famille royale.Tout le monde se mit à sa place, Aylan prit position à la gauche de son grand-père. Le bateau s'amarra et une trompette sonna une mélodie. Une rampe d'accès fut mise en place entre le pont du navire et le quai. Toutes les personnes présentes ployèrent le genou. Bien évidement le jeune homme fit de même, ses yeux se posèrent un instant sur la famille royale. Seul Aegon et Rhaenys étaient présents. Visenya n'avait peut-être pas voulu lui faire l'affront de sa présence suite à la rupture des fiançailles ? Point positif, le bâtard n'était pas là. Les deux Targaryen et leur escorte arrivèrent sur le quai et Aegon leur fit signe de se redresser. Son grand-père, Jaden, le Lord de la maison Redwyne prit la parole:  


« Votre Majesté...Comme toujours c'est un plaisir de vous recevoir sur mes terres, sachez que votre visite nous emplit de joie !  »

Aylan et les autres membres de la maison s'étaient redressés. L'écuyer se permit de rajouter:

« Je ne peux que soutenir les mots de mon grand-père, votre Majesté. Cela est toujours un plaisir de servir d'hôtes à la famille royale ! »

Son ton était tout à fait sérieux, son visage était neutre. Il n'avait pas manqué d'incliner la tête en s'adressant à son roi. Puis ses yeux se portèrent sur Rhaenys qui était magnifique comme d'habitude. Un sourire chaleureux s'afficha sur son visage.

« Princesse Rhaenys... Comme d'habitude, je me réjouis de votre venue, cela faisait bien trop longtemps que nous nous étions point vus.  »
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptyMar 9 Fév - 18:48






La Treille,

An -3 avant la conquête.


Accoudée à la rambarde du navire, je regardais la côte s’approcher peu à peu, à mesure que le vent gonflait les voiles de notre bateau. Mes cheveux flottaient autour de moi, soulevés par la brise marine qui soufflait. Des marins criaient derrière moi, ordonnaient des manœuvres mais je n’y faisais pas attention. Je sursautais d’ailleurs en sentant les deux mains de mon frère se poser sur mes épaules dénudés. Un sourire s’épanoui sur ses lèvres lorsque je tournais la tête vers lui. Nous serons à terre au plus tard dans une heure Hāedar raqiarzy. Sais-tu ce que cela signifie ? Je l’interrogeais du regard, attendant la suite. Je savais qu’il me la livrerait sans que je n’aie besoin de lui demander. Aegon était ainsi et quand il avait une idée en tête qu’il voulait me faire partager, il ne laisserait rien l’en empêcher de le faire. Cela veut dire que dans une heure, je vais être obligé de te partager, et je déteste cette idée. Je souriais tendrement aux mots de mon aîné, avant de l’enlacer en passant mes mains autour de son corps et en posant ma tête contre son torse. Cela ne signifie pas nécessairement que je n’aurais pas d’yeux que pour toi ñuhyz zaldrïze. Il lâcha un léger rire avant de m’écarter doucement de lui, pour prendre mon visage entre ses mains. Tu es vraiment une piètre menteuse Hāedar raqiarzy. Avant que je ne puisse lui répondre, il déposa un léger baiser sur mon front, et s’en alla, en me faisant un vague signe de la main.



Je lâchais un léger cri de douleur au nouveau coup de peigne de ma servante Kora. Lorsque j’avais rejoint ma cabine quelques minutes plus tôt, elle avait été horrifiée en voyant l’état de mes cheveux. Le vent les avait emmêlés et n’ayant pas pris le temps de les attacher plus tôt, ils étaient, d’après ces dires, dans un état déplorable. S’en était suivi une énième tirade de reproches, dans laquelle elle me qualifiait de cas désespéré. Cela n’avait pas manqué de me faire sourire, même si je m’étais fait docile et l’avais laissé « réparer les dégâts » sans protester. Ou du moins jusqu’à maintenant. Par les Dieux Valyriens Kora, doucement ! Tu me fais mal. Elle soupira, et même si sa réponse indiquait le contraire, ma servante se fit moins brutale et plus douce Vous ressemblez à une fille de ferme Princesse. Je suis bien obligée d’employer les grands moyens pour vous rendre décente. Et en quoi est-ce mal de ressembler à une fille de ferme Kora ? Heureusement que votre pauvre mère n’est plus là pour vous entendre. Elle serait morte sur le coup.  Tandis que Père aurait été d’accord avec moi ! Nous nous mîmes toutes deux à rire, avant que la nostalgie n’emporte notre bonne humeur, pour laissait placer à de la tristesse. Mes parents me manquaient, c’était indéniable et si les années avaient apaisée ma douleur, leur absence se faisait toujours ressentir.   Il parait que le jeune lord Redwyne est devenu un jeune homme séduisant.  Par pitié Kora, ne recommence pas s’il te plait. Je poussais un soupir las, alors que ma servante passait, une nouvelle fois, outre ma demande pour me détailler combien l’héritier des vignes était un bon parti. Elle était persuadée que ce qui avait motivée ma venue ici était l’optique de fiançailles. Ce n’était absolument pas le cas. Si j’avais tant insisté pour venir, c’était pour pouvoir profiter de mon frère. Il s’en allait bien souvent en voyage si bien que nous ne nous voyons que très rarement. J’en avais assez de rester à Peyredragon, en retrait, à attendre son retour. Alors j’étais allée le voir pour le convaincre de me laisser venir. Il n’avait pas voulu au début, trouvant cela trop dangereux, ce à quoi j’avais répondu que, dans ce monde, il n’existait rien de plus dangereux qu’un Dragon et que, de ce fait, son argument n’était pas recevable. Cela l’avait fait entrer dans une colère noire, et si je n’avais pas été sa sœur, il aurait surement abattu ses poings avec violence sur moi. Au lieu de cela il avait frappé un arbre, m’ordonnant de m’en aller, ce que j’avais fait, non sans lui faire savoir qu’il n’était qu’un sombre idiot.

Nous étions restés brouillés plusieurs jours avant qu’il ne finisse par céder et accepter que je vienne avec lui. Je me doutais qu’Orys et Visenya étaient pour beaucoup à son changement de décision. Ryry et Vis’. J’étais déçue qu’ils ne soient pas non plus venus avec nous mais il n’était pas concevable de laisser Peyredragon sans Targaryen pour régner dessus. C’était la première fois que je devais me passer de la présence de ma sœur, et elle me manquait affreusement. Tout comme Orys d’ailleurs. J’avais bien plus l’habitude que nous soyons séparés et pourtant, sa présence me manquait tout autant que celle de Visenya. Princesse ? Hmm ? Excuses moi Kora j’étais perdue dans mes pensées Ma servante soupira, avant de me présenter une tenue qu’elle voulait que je mette. Je n’avais pas remarqué qu’elle en avait fini avec mes cheveux dont elle avait tressé une multitude de mèches qu’elle avaient ensuite rassemblé en une seule tresse afin d’être certaine que le vent ne les emmêle pas de nouveau. Tu as décidement bien l’esprit ailleurs Hāedar. Laisses-nous Kora. Je tournais la tête vers Aegon que je n’avais pas entendu entrer. Il attendit que ma servante soit sortie de la cabine et ait refermé la porte derrière elle pour venir jusqu’à moi et m’embrasser comme seul lui pouvait le faire. Nous finîmes tous deux le souffle court, et frustrés de ne pas pouvoir en avoir plus. Je vais t’aider à te changer rapidement. Nous arrivons et nous ne pouvons pas faire attendre nos hôtes.



Au bras d’Aegon, je descendais du bateau, faisant attention ne pas me prendre le pied dans la robe longue que je portais. Elle était magnifique oui, mais franchement peu pratique. Je soupçonnais Kora de l’avoir choisi, justement pour cela. Elle était ainsi certaine que je ne serais pas capable de semer mon escorte, ni même de grimper à un arbre ou encore de monter à cheval. Elle connaissait que trop bien mes habitudes et, à son grand désarroi, l’âge ne m’avait pas assagie de ce côté-là. A vingt-et-un ans, je me comportais comme l’enfant de quatorze ans que j’avais été.

Je devais le reconnaitre, les Redwyne savaient fort bien accueillir leurs invités. Ils avaient tous fait le déplacement jusqu’au port, pour venir à notre rencontre. Ils avaient fait sonner une trompette, avant de ployer le genou devant nous. Tout ce cérémonial me mettait fort mal à l’aise, même si, à mes côtés, Aegon en semblait on ne peut plus satisfait. Me connaissant et pour m’inciter à me détendre, il posa sa second main sur mon bras qui entourait le sien, me faisait un léger sourire tendre avant que son visage ne revêt ce masque impassible de Roi. Il fit signe à nos hôtes de se relever et Jaden prit aussitôt la parole. J’étais bien forcée de constater que les années n’avaient pas été tendre avec lui et l’avaient fort rattrapés. Amis de longue date de mon père, nous l’avions souvent cotoyés lorsque nous étions plus jeunes. Il était même question d’unir nos deux maisons il fut un temps, même si Aegon avait fini par revenir sur cela, libérant Visenya de ses engagements envers Aylan, son cadet de onze ans. « Votre Majesté...Comme toujours c'est un plaisir de vous recevoir sur mes terres, sachez que votre visite nous emplit de joie !  » « Je ne peux que soutenir les mots de mon grand-père, votre Majesté. Cela est toujours un plaisir de servir d'hôtes à la famille royale ! » Je tournais mon regard vers le jeune homme qui venait de prononcer ses mots avec le plus grand sérieux. J’étais également forcée de reconnaitre qu’Aylan avait fort changé lui aussi. Et contrairement à son grand-père, les années avaient été fort généreuses avec lui. Je reconnaissais certains de ses traits d’enfants qu’il avait toujours eu, même s’ils s’étaient quasiment tous masculinisés et durcis. Il était devenu un bel homme, cela aurait été un mensonge que d’affirmer le contraire. Avant que mon frère ne répondre, il se tourna justement vers moi pour m’offrir un sourire bien plus chaleureux « Princesse Rhaenys... Comme d'habitude, je me réjouis de votre venue, cela faisait bien trop longtemps que nous nous étions point vus.  »   Je lui rendais son sourire, alors que mon frère prit la parole, lâchant mon bras pour s’approcher du maitre des lieux. Jaden ! Le plaisir est partagé, vous le savez fort bien mon ami, même si nous ne pouvons, hélas, venir vous visiter aussi régulièrement que nous le voudrions. Je me réjouis de pouvoir passer ces prochains jours au sein de votre demeure. Puis se tournant vers Aylann. Mais qui vois-je là ? Vous avez fort changé Messire Aylan depuis ma dernière visite en ces lieux. Le garçonnet a laissé place à un homme, qui saura, j’en suis certain, rendre fiers les siens. Permettez-moi d’ailleurs de vous souhaiter un bon anniversaire. Nous avons quelques présents pour vous, que nous vous remettrons plus tard lorsque nous serons installés.

Aegon était comme un dragon dans les airs, aussi à l’aise dans ce rôle de Roi qu’il était depuis la mort de notre père. Il dégageait une assurance et un charisme indéniable, je m’en rendais bien compte en cet instant. Je voyais rarement mon frère dans une telle posture, qui était on ne peut plus impressionnante. Il était aussi magnifique et rayonnant que le soleil dornien, un véritable dragon.  Mon jeune ami, que diriez-vous d’escorter la Princesse de Peyredragon et lui faire redécouvrir votre ville ? Cela fait bien longtemps qu’elle n’a point eu l’occasion de flâner dans les rues de La Treille et j’ai malheureusement des affaires urgentes à traiter avec votre grand-père qui ne sauraient attende. Enfin si ma sœur n’y voit aucun inconvénient bien entendu. Je sortais de mes pensées, pour répondre à mon frère Va donc t’occuper de tes affaires. Faire un tour de la ville me ferait, en effet très plaisir après tant de temps passé en mer. Je me tournais ensuite vers Aylan, ajoutant à son intention en lui souriant. Cependant si vous avez d’autres projets mon ami, ne les changer point pour moi. Je ne saurais vous accaparer alors que vous fêtez aujourd’hui votre anniversaire. Je ne m’en offusquerais nullement. Je me gardais bien d’ajouter que je n’avais nullement besoin d’une escorte pour me balader. Je savais très bien me débrouiller seule et je portais d’ailleurs mon épée à ma ceinture. Je me doutais bien que je n’aurais pas à m’en servir, parce que, présence ou non d’Aylan, Aegon m’allait affecter la moitié de son escorte à mes basques, même s’il savait que je détestais cela. Si à Peyredragon, j’aurais tout fait pour la semer, je n’en ferais rien ici. C’était l’une des conditions à laquelle j’avais dû me soumettre pour l’accompagner.  


Hēnkirī

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Messages : 3199
Membre du mois : 0
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptyMer 10 Fév - 17:52

Aylan continua à fixer les deux membres de la famille royale, bien sûr ils n'étaient pas venus seul. Cela l'aurait bien étonné, derrière eux se dressait une imposante escorte que même le plus brave des chevaliers n'aurait souhaité défier. Il n'aurait pas imaginé les voir arriver seulement à deux, cela lui aurait paru bien étrange, car il s'était accoutumé à une telle protection au fur et à mesure des visites de la famille royale. Il ne savait pas qui aurait voulu s'en prendre à eux, on ne défiait pas les dragons impunément, mais tout était possible. Aucun dragon n'avait été ramené sur l'île, cela aurait été bien trop voyant et aurait attiré à coup sûr les soupçons du Roi Gardener. Mais cela voulait dire que leurs invités étaient bien vulnérables et qu'il fallait tout faire pour assurer leur protection. Bien sûr le jeune homme était attentif lui-aussi, si un danger survenait, il devrait tout faire pour qu'ils restent en vie.

Les mots du Roi le touchèrent énormément le jeune homme. C’est vrai, il ne s’attendait pas à ce qu’il ait conservé l’image  de lui lorsqu’il était enfant. Après tout, malgré leur passé en commun, il n’était qu’un des nombreux sujets des Targaryen. Mais, les dragons avaient eu l’occasion à plusieurs reprises de se rendre sur l’île de la Treille pour rendre visite aux Redwyne. Parfois ils étaient au complet, d’autres fois non. Le temps n’avait pas altéré sa mémoire pour se souvenir du physique d’Aylan. C’est vrai que le petit garçon, qu’il était, avait fort changé pour devenir un beau jeune homme. Et il n’avait pas encore fini sa croissance, nul doute qu’il allait encore grandir et prendre en muscles. Son grand-père était assez fier de lui, car il voyait en Aylan le jeune homme qu’il avait été dans sa jeunesse.

Le Redwyne répondit à son Roi en s’inclinant légèrement pour le remercier :

«- Je vous remercie, votre Majesté ! Votre présence aujourd’hui est le plus beau des cadeaux qui puisse être offert. »

Le jeune homme était bien obligé d’être respectueux, c’était son Roi. Puis leurs deux maisons s’étaient toujours parfaitement bien entendus, il n’avait pas envie de dégrader leurs relations en faisait preuve d’irrespect. Lorsqu’il gouvernerait la maison, il espérait toujours être ami avec les Targaryens, car il connaissait la puissance ces derniers. De plus, s’il arrivait à conserver leurs faveurs, peut-être arriverait-il un jour à se rabibocher avec Visenya. Bien que les chances fussent minces, elle n’avait pas envie de se lier avec une personne aussi jeune que lui. Il y avait Rhaenys également, mais il ignorait si sa sœur lui avait parlé de la nuit qu’ils avaient partagés, ni comment elle le prendrait lorsqu’elle serait mise au courant, si elle ne l’était pas déjà. Si Aylan commençait à faire la cour et que Visenya prévenait la princesse de leur aventure, il était incapable de prédire sa réaction. Il s’en défendait donc pour le moment.

Aegon lui proposa de servir de guide à Rhaenys pour une visite de Port-Ryam. Si ses souvenirs étaient bons, elle avait déjà pu s’y balader à plusieurs reprises par le passé. La question le fit doucement sourire, car il se voyait mal lui répondre non. Cela aurait été très mal vu de sa part. Bien sûr ce n’était pas innocent de sa part, le Roi cherchait surtout à pouvoir parler en face à face avec le seigneur de la maison Redwyne. Des sujets importants devaient être abordés apparemment et Aegon n’avait certainement pas envie de les avoir dans les pattes.

« Ce serait avec plaisir, Sire… »

La journée était magnifique, puis cela pourrait lui permettre d’être un peu seul avec la princesse. Il n’aurait pu rêver mieux comme distraction. Rhaenys répondit à son frère qu’elle saurait se débrouiller sans lui. Puis elle lui destina un sourire en affirmant qu’il pouvait disposer s’il avait d’autres projets et qu’elle ne lui en voudrait pas. Un beau et grand sourire se forma sur la tête d’Aylan, il lui répondit sur un ton un peu plus familier, bien qu’il laisse tout de même une certaine barrière vu qu’elle était de la famille royale :

« Ne vous inquiétez pas pour moi, Princesse Rhaenys. Je n’ai rien de prévu ce matin et je serais ravis de passer du temps en si plaisante compagnie »

Aegon et le reste des Redwyne prirent la route vers le château familiale où ils pourraient discuter plus convenablement. Une belle escorte était restée pour protéger la princesse, Aylan ne s’attendait de tout de façon pas à se retrouver vraiment seule avec elle.

Quelques chevaliers lourdement amurés vinrent compléter le service de sécurité pour assurer la protection de Rhaenys. Son Roi lui avait confié la protection de sa sœur, il ferait ce qu’il fallait pour que sa vie ne soit pas mise en danger. Ils commencèrent leur marche sur les quais, il avait préféré faire la balade à pied plutôt qu’un cheval pour qu’ils puissent en profiter un maximum. Deux serviteurs les suivaient en tenant un cheval par la bride, ainsi ils pourraient repartir pour le château quand ils le souhaiteraient. L’odeur de l’iode de l’eau de mer, les mouettes qui criaient, les marchands qui hurlaient pour promouvoir leurs produits. Tout cela avait bercé son enfance et faisait le charme de l’endroit.


« Quel dommage que votre sœur n’ait pas pu se joindre à vous, j’espère qu’elle se porte bien. »

Aylan était sur le côté qui longeait le bâtiment et Rhaenys sur celui qui longeait le bord de l’eau Les rayons du soleil se reflétaient comme sur un miroir, des navires provenant de contrées lointaines naviguaient sur les flots. Tout en la regardant, il fit un signe de tête vers la mer :

« Le paysage est vraiment splendide, n’est-ce pas ?. »

Il n’y avait pas que le paysage qui était splendide d’ailleurs…C’était une manière détournée pour le jeune homme de la complimenter et de ne pas être trop direct.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptyMer 10 Fév - 23:36






La Treille,

An -3 avant la conquête.


Si le jeune lord Redwyne voulait s’attirer les faveurs de mon frère, il savait parfaitement comment s’y prendre. Disons-le, Aegon adorait qu’on le flatte et qu’on loue ses louanges. Il aimait être au centre de l’attention. Sa fierté ne semblait avoir aucune limite et s’il pouvait avoir tout le peuple de Westeros en train de lui baiser les pieds, il en serait plus que satisfait. Je l’avoue, ce n’était pas l’aspect de la personnalité de mon frère que j’aimais le plus. Je n’avais jamais manqué de lui faire remarquer, même si cela n’avait fait que l’amuser. Il me répondait à chaque fois, qu’au contraire, cela faisait partie de son charme. Je n’étais pas d’accord, mais il faudrait plus que mon avis pour faire changer d’opinion le Dragon qu’il était. Quoi que Orys en serait capable, mais après bien des luttes acharnées. Il l’était l’un des seuls qu’Aegon écoutait. Je ne pus m’empêcher de lever les yeux en entendant mon aîné répondre avec prétention au jeune homme En effet. Peu de nobles peuvent se vanter d’avoir reçu comme cadeau ma royale personne. Nul doute que vous allez faire des envieux. Par les Sept et les anciens Dieux Valyrians, que l’on change de sujet avant qu’il ne s’épande sur la fabuleuse personne qu’il est. Que suis-je bête ! Il y avait un moyen de lui faire oublier son égo. En ce monde, il n’y avait qu’une seule chose plus importante aux yeux d’Aegon que sa propre personne : sa famille. Je serrais alors légèrement son bras, lui rappelant que j’étais présente qu’il devait s’occuper de moi. Il tourna un regard interrogateur vers moi, qui se fit rapidement plus tendre lorsque je me mis à froncer des sourcils. Nul doute que mon message était passé. Le léger sourire qui se dessina sur ses lèvres en était la preuve. Il se détourna cependant de moi pour demander au petit fils de notre hôte s’il voulait bien me servir de guide. Si je n’étais pas enthousiaste de le laisser si tôt à terre, je ne pouvais que me réjouir qu’il décide de traiter tout de suite les affaires qui l’avaient amené à venir dans le Bief. Cela signifiait que nous aurions par la suite tout le loisir de passer du temps ensembles comme j’étais arrivée à lui faire promettre. Il n’avait pas été question que je vienne et qu’il me laisse la plupart du temps seule.

La question de mon frère lui sourire Aylan. Enfin nous parlions de question, mais comment aurait-il pu refuser alors qu’un Roi lui demandait pareille requête. Il accepta, naturellement, mais ne voulant pas l’importuner en ce jour d’anniversaire, je lui précisais bien vite que s’il avait d’autres projets, cela ne me dérangeait nullement de me balader seule. Enfin seule, non. J’aurais à mes trousses une belle escorte qui ne me lâcherait pas une seule seconde du regard. Si j’avais l’habitude de m’en débarrasser sur mes terres natales, je n’avais aucune chance d’y arriver aujourd’hui… Ou du moins pas habillée comme je l’étais. Cette robe n’était franchement pas pratique et ne me permettrait pas de courir. Si Aegon n’avait pas tenu à rester lorsque je m’étais changée, j’aurais choisi une autre toilette. Malheureusement cette robe étant l’un de ses présents, je n’avais donc pu refuser de la porter. Je le soupçonnais d’ailleurs d’avoir comploté avec ma servante pour que je la mette aujourd’hui spécifiquement. Il avait sûrement dû craindre, et à juste titre, que je me passe des hommes chargés de ma protection. Et Orys n’étant pas venu avec nous, si j’avais décidé de disparaitre des heures, personne n’aurait été en mesure de me retrouver, car notre Valonqar était le seul à y arriver à chaque fois. Je me demandais bien souvent comment il était capable d’un tel exploit. Une fois je lui avais demandé, et il s’était contenté de sourire et d’hausser les épaules.

J’était tout de même contente que le futur héritier de La Treille soit disponible pour rester en ma compagnie et me conduire dans ces rues qu’il connaissait fort bien. Je les avais déjà sillonnées plusieurs fois, mais cela remontait maintenant à plusieurs années et il se pouvait que ma mémoire finisse par me faire défaut. Je notais qu’il se montrait plus familier envers moi. Aegon se raidit légèrement à mes côtés, mais d’une légère pression de la main, je lui fis comprendre qu’il n’y avait là aucune offense. Je n’étais pas Reine, et il n’avait pas besoin de se montrer aussi formel avec moi qu’avec lui. Ou du moins je ne l’étais pas encore comme me le précisait souvent mon ainé, qui n’avait de cesse de me répéter qu’un jour, je siègerais à ses côtés. Cette idée ne me plaisait pas vraiment. Visenya et lui étaient faits pour gouverner. Moi… Moi je n’avais ni leur prestance, ni leur charisme, ni leur volonté à diriger. Je préférais de loin pouvoir continuer à m’adonner à mes arts et mes passions, sans me préoccuper d’autre chose. Sur cet aspect là, Orys et moi nous ressemblions énormément. Nous étions faits pour rester dans l’ombre de nos aînés. J’en suis alors plus que ravie et honorée Aylan. Laissons donc ses messieurs vaquer à leurs devoirs et allons profiter de cette magnifique journée. Je lâchais le bras de mon frère, et consciente qu’il détestait que j’agisse ainsi, je déposais un baiser sur sa joue avant de m’écarter de lui. Il me lança l’un de ses regards qui voulaient dire « je me vengerais plus tard jeune fille », ce qui ne manqua pas de me faire un peu plus sourire. Il leva les yeux au ciel en guise de réponse, avant de se tourner vers nos hôtes et de prendre avec eux le chemin du château… Ou du moins après avoir fait un signe à l’un des deux chefs d’escorte en le montrant de la tête. Impossible d’y échapper. D’ailleurs quelques gardes bieffois prirent également place aux côtés des Peyredragoniens. Si quelqu’un essayait de nous nuire, il se retrouverait découper en deux, avant même de, ne serait-ce, nous apercevoir. Ils ouvrèrent la voie et nous nous mîmes à marcher à leur suite. Heureusement ils nous laissaient de l’espace, et une certaine intimité même si elle était relative. Je pris le bras de mon compagnon, nous sans lui sourire. Aylan n’avait nullement besoin de se montrer protocolaire avec moi. Je n’étais que la princesse cadette de Peyredragon et je n’avais guère d’importance, ce qui me convenait parfaitement. Il n’avait donc pas besoin de se montrer aussi distant. Comme à son habitude. Visenya est une vraie force de la nature, une véritable Dragonne que rien ne semble pouvoir atteindre. C’est dommage malheureusement nous ne pouvions laisser Peyredragon sans Targaryen pour la diriger. J’ai bien peur que les années où nous venions tous ensembles ici sont belles et bien révolues. En l’absence d’Aegon, c’est Visenya qui se doit de diriger et Orys de veiller sur elle. J’espère cependant que ma compagnie saura compenser légèrement son absence. Je savais que le jeune homme avait une affection particulière pour mon aînée comme bien des hommes d’ailleurs. Visenya est une femme magnifique, talentueuse, et charismatique. A l’instar d’Aegon nous recevions régulièrement des propositions de mariage pour cette dernière, propositions que notre Roi avait toujours écartées. Visenya lui était destinée même si pour l’heure, il se gardait bien de le dire à l’ensemble de Westeros, attendant que notre influence grandisse.

Je tournais mon regard vers la mer quand Aylan me fit un signe de tête en sa direction, m’arrêtant d’ailleurs de marcher pour admirer la vue. Elle était si différente de celle que j’avais l’habitude de contempler à Peyredragon. Je regrettais de n’avoir pas pris mon carnet de croquis pour pouvoir la dessiner. Cela n’était que partie remise. J’ai toujours adoré regarder la mer s’étendre à perte de vue. C’est en la scrutant que l’on se rend compte que nous ne sommes, finalement, qu’un grain de sable dans un dessert dornien. La nature est plus forte et belle que nous ne le serions jamais. En survolant les océans, on ne peut qu’arriver à ce constat. Oh comme j’aurais voulu amener avec moi Meraxès. Cela m’avait été bien entendu impossible. Elle était bien trop remarquable et bien trop d’humains, guidée par une peur on ne peut plus justifiée et raisonnable, seraient tentés de lui faire du mal. Nul doute cependant : à notre retour, je partirais plusieurs jours avec elle, la laissant nous porter où elle le désirait. Je secouais légèrement la tête pour sortir de mes pensées, et posais mon regard indigo sur le jeune homme Vous n’avez nullement besoin d’être aussi formel Aylan en ma présence. Je ne suis ni Aegon ni Visenya. Ne sommes-nous pas amis d’enfance ? Laissons donc de côté quelques heures le protocole. Rhaenys ira parfaitement. Nullement de Princesse. Cela vous convient-il ? Encore une fois, je ne suis point mon frère, le « non » est une réponse que je saurais entendre et prendre en compte. glissais-je au jeune homme. Je lâchais un léger rire, lui faisant comprendre que je ne prendrais nullement offense à sa réponse si elle venait à être négative.





Hēnkirī

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Messages : 3199
Membre du mois : 0
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptyJeu 11 Fév - 22:32

Rhaenys rebondit par rapport aux propos qu’il avait tenus par rapport à l’absence de sa sœur. Elle le renseigna d’abord sur son état de santé. Malgré la rupture de leurs fiançailles, il était content de savoir qu’elle était en pleine forme. Elle restait importante, non pas parce qu’un jour il avait éprouvé des sentiments pour elle, mais parce qu’elle restait un membre de la famille royale et qu’il lui avait donc juré allégeance. La Princesse le renseigna sur la raison de l’absence de Visenya, les Targaryen se refusaient de laisser leur fief familial sans que l’un des leurs n’y soit présent. Aylan pouvait le comprendre, les Redwyne également se refusaient à abandonner la Treille, un membre de la maison y était en permanence pour traiter des affaires urgentes et défendre l’Île en cas de besoin. Sur ce point, les deux maisons se ressemblaient et il comprenait ainsi pourquoi elles s’entendaient si bien.

Plus jamais il ne verrait tous les Targaryen réunis à l’extérieur de Peyredragon, les temps avaient bien changés et chacun avait grandi, ils ne pouvaient donc plus se permettre un tel loisir. Aylan s’abstint de faire un commentaire quand elle affirma qu’Orys veillerait sur Visenya pendant qu’elle gouvernerait leur territoire en l’absence d’Aegon. Comment un bâtard comme lui pouvait protéger une personne si importante qu’était la sœur du Roi ? Le jeune homme n’avait jamais compris l’importance que lui accordait ses demi-sœurs et son demi-frère. Mais bon, les Targaryen étaient assez particuliers dans leur manière de gouverner et dans leurs relations familiales. En tout cas, le Redwyne l’avait toujours méprisé, bien qu’il ne lui ait jamais dit clairement pour ne pas se fâcher avec son roi. Il se contentait donc juste de l’ignorer royalement quand il était en sa présence.

Ses propos furent mal interprétés, il aurait dû y réfléchir à deux fois avant de parler. La jeune femme croyait qu’il aurait préféré que Visenya soit à ses côtés en ce jour. Cela aurait pu être vrai par le passé, il ne pouvait pas le nier. Cependant, avec ce qui s’était passé, Aylan se verrait très mal avoir la sœur-ainé de Rhaenys sans être très mal dans ses bottes. Non elle avait tort, mieux fallait-il que ça soit elle qui soit présente aujourd’hui. Il essaya de se rattraper, bien que le mal semble déjà être fait :


«- Détrompez-vous, princesse ! Votre compagnie la compense largement.»

Le jeune homme espérait vraiment avoir pu effacer sa bourde, il ne voulait pas qu’elle ait un mauvais avis sur sa personne. Le Bieffois ne s’attendait pas du tout à la réaction par rapport à son compliment. Enfin après disons qu’il l’avait voulu détourné pour ne pas trop être direct et heurté la sensibilité de la princesse. Il ignorait la manière dont elle réagirait, par contre il savait très bien comment réagirait le Roi s’il avait tenu de tels propos à sa sœur. Au mieux, il finirait au pilori pendant quelques heures, au pire, il le donnerait comme amuse-bouche à son dragon. Et que diable, il n’avait pas envie de mourir si jeune ! Pendant qu’elle regardait la mer, Aylan roula des yeux, si naïve… Était-ce vraiment de la naïveté ? Où n’avait-elle juste pas tout simplement ignoré son compliment pour éviter de le remettre à sa place.

Il regarda de nouveau la mer pour écouter ses propos, ils s’étaient arrêtés un instant pour profiter de la vue. Il ne pouvait que tomber d’accord avec elle, c’est vrai qu’il s’était senti plusieurs fois tout petit en mer lorsqu'il naviguait en mer à cause de toute la masse d’eau qui l’entourait.


« C’est vrai qu’on a vite tendance à se sentir particulièrement minuscule et ridicule face à l’immensité des flots. Je suppose que cela doit vous changer de Peyredragon ? Pour avoir parlé avec plusieurs marins ayant déjà navigué dans cette partie de Westeros, ils ont pu m'affirmer que la mer y était particulièrement agitée. J’aimerais un jour voguer sur vos eaux quand l’occasion s’y présentera.»

Ils restèrent un moment à contempler les vastes étendues d’eau, puis elle se tourna pour le regarder droit dans les yeux. Il ne détourna pas le regard, plongé dans son beau regard indigo. Elle lui demanda d’être moins formel, c’est vrai qu’ils étaient amis depuis longtemps maintenant. Aylan s’était montré très protocolaire depuis son arrivée, il fallait dire qu’il n’avait pas le droit à l’erreur avec le Roi et qu’il ne voulait pas être une déception pour sa maison. Cela faisait bien trop longtemps qu’ils ne s’étaient pas retrouvés seul à seul, à tel point qu’il s’était comporté de la même façon  avec tous les membres de la famille royale. Il se permettrait quelques familiarités avec elle alors. Bien sûr , pas devant Aegon, il n’était pas suffisamment fou pour cela.

« Vous avez raison, prin…Rhaenys. Avec tout ce protocole, on a vite fait d’oublier que l’on peut se permettre d’être moins formel avec certaines personnes. Je saurais m’en souvenir.»

Le duo reprit leur balade, toujours aussi bien escorté. Les villageois devaient à chaque se mettre sur le côté ou se faisait légèrement bousculé par les gardes pour éviter qu’ils ne rentrent en contact avec la princesse. Ca ne plaisait pas trop à Aylan qui demanda aux chevaliers de devant d’être moins brusque. Il n’avait pas envi qu’un habitant de la Treille soit blessé, ce qui viendrait gâcher un peu sa journée. Le Redwyne n’avait surtout pas envie que cette personne se transforme en mauvaise langue qui irait balancer des ragots sur la venue des Targaryen sur le continent.

Ils longèrent plusieurs échoppes où étaient vendus différents produits : du poisson, des bijoux, des fleurs, de vin, etc… Il y avait du monde ce matin, jour de marché obligé. Ça aurait été un autre jour, ils auraient eu un peu moins de difficulté à circuler. Aylan vit un commerçant dont les produits l’intéressaient, il ralentit donc la cadence, bien il fit en sorte de s’arrêter avec Rhaenys juste devant l’échoppe en question. C’était un commerçant qui vendait toutes sortes de fleurs, certaines plus ou moins exotiques. Celles qui tapèrent dans l’œil du Bieffois furent des roses bleues. Il savait que quelques paysans de la Treille en faisaient la culture sur de petites parcelles. Elles avaient un certain charme, elle dégageait une forte odeur qui n’était pas désagréable. Cependant si l’odorat de la personne était trop sensible, on avait vite fait d’éternuer.

Aylan interloqua le commerçant pour lui en prendre un bouquet, qu’importe le prix, il avait de quoi payer de tout de façon. Le fleuriste composa le bouquet et le jeune homme lui donna quelques pièces de sa bourse à sa ceinture. Il prit les fleurs, en saisit trois-quatre pour les tendre vers rhaenys :

« Nos gens en font la culture en petite quantité sur l’île, elles n’ont pas un intérêt commercial très grand, car la plupart dépérisse avant d’arriver au continent. En poussent-ils de la sorte à Peyredragon ?Elles vous plaisent ? »

Il se retourna à nouveau vers le commerçant :

« Si ce n’est pas le cas, nous pouvons en changer…»
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptySam 13 Fév - 18:09






La Treille,

An -3 avant la conquête.


Je lâchais un léger rire, en entendant le jeune lord. Il se méprenait. Il n’avait nullement de m’affirmer que ma présence compensait celle de ma sœur. J’étais assez lucide pour savoir que ce n’était point le cas, mais cela ne me dérangeait nullement. Visenya est de ses femmes que l’on peut égaler, et bien qu’elle soit ma sœur, je ne saurais jamais être comme elle, et à sa hauteur. Je ne le désirais d’ailleurs point. Mon existence me satisfaisait parfaitement et j’aimais celle liberté que je possédais. Je n’avais pas besoin d’être aussi belle qu’elle, ni aussi guerrière, noble et intelligente qu’elle l’était. Ce n’était tout simplement pas moi. Je préférais largement m’adonner au dessin que de me montrer à la cour et briller par une prestance que je devrais prétendre avoir. Rassurez-vous Aylan, je n’ai nul besoin que vous m’indiquiez cela. Je me doute bien que ma compagnie ne vous importune point. De plus, entre vous et moi, je ne joue point dans la même catégorie de Visenya, tout aussi Princesse que je suis. Qui pourrait s’en vanter d’ailleurs ? Elle est un dragon unique et nulle femme ne saurait être à sa hauteur. Je n’ai pas la naïveté de penser le contraire. lui dis-je en souriant, sur un ton assez admiratif, je devais bien le reconnaitre. Si j’avais conscience que jamais je ne saurais être ma sœur, j’avais une grande estime d’elle. Pendant de nombreuses années, elle avait été mon modèle, bien que j’étais incapable déjà à l’époque, de suivre ses traces. Elle avait été aussi proche de notre Mère que moi de notre Père et cela avait expliqué les deux jeunes femmes que nous étions devenus. Je n’ai jamais eu besoin de porter, comme elle, cette pression dû à son statut de sœur aînée. A l’instar d’Aegon elle avait de nombreuses responsabilités à assumer et devoirs à accomplir. Il ne faisait aucun doute quant au fait qu’elle ferait une brillante Reine Dragon.

Nous nous arrêtâmes pour admirer la mer bieffoise. Elle était si différente de celle de Peyredragon, tout aussi belle, et sauvage. La nature était bien plus puissante que les hommes ne le sauraient jamais. Nous pouvions essayer de la dompter, mais à la fin, elle reprendrait toujours ses droits. Qui étions-nous pour essayer de la domestiquer ? Ce serait comme faire d’un Dragon un animal soumis à nos moindres désirs et ordres. C’était… Inenvisageable et ceux qui pensaient le contraire était des imbéciles, qui auront tôt fait de mourir de cette erreur.

Je laissais mon regard se portait sur l’horizon et la vue qui s’offrait à nous, souriant aux propos de l’homme qui m’accompagné dans cette ballade. Notre mer est à l’image de nos dragons : brutale, sans compromis, et indomptable. Elle nous accorde parfois un droit de passage, mais ce serait une erreur de penser pouvoir avoir le dessus sur elle. Elle ne répond qu’à la volonté de nos Dieux. Et qui sait ? Peut-être auriez-vous le plaisir de l’admirer et de voguer sur son territoire insoumis? Je me tournais vers lui et lui fis un clin d’œil, avant de lui indiquer qu’il n’avait pas besoin de se montrer aussi formel avec moi. Je lui heureuse qu’elle accepte et déposa d’ailleurs un léger baiser sur sa joue en lui glissant Et si vous ne savez vous en souvenir, je vous le rappellerais. J’ajoutais cependant, de manière moins joyeuse et bien plus sérieuse. Cependant, ne le faites pas devant Aegon. Il est assez… hmm comment dire cela ? Et bien c’est un Roi et il est très à cheval sur le protocole. Il se doit de l’être et cela en toute circonstance. Ne lui en voulez point pour cela. Il n’était vraiment que question de cela concernant mon aîné. Il n’était pas du genre à être jaloux et n’avait jamais été possessif vis-à-vis de Visenya et de moi, conscient qu’il n’y avait définitivement que lui qui nous intéressait, que lui que nous aimions. Il avait été indifférent quand Visenya lui avait annoncé qu’elle avait partagé la couche d’Aylan et je savais qu’il le serait tout autant avec moi. Oh il ne manquera pas d’être légèrement vexé que je ne sois pas allée le trouver lui, mais il s’en ficherait. S’il serait donc mécontent de me voir proche du jeune lord, c’est uniquement parce que cela manquerait à l’étiquette. Je n’étais pas à Peyrdragon et je devais en société me montrer digne de mon rang de Princesse même si je détestais cela.

Nous reprîmes notre ballade. Je changeais de place avec Aylan afin de pouvoir voir les différents produits vendue sur les échoppes. Je ne manquais pas de sourire aux commerçants, qui, bien souvent dès que nos regards se croisaient baissés immédiatement les yeux. Je ne pus que soupirer de déception, bien que je le comprenne. J’étais une étrangère lourdement escortée. Même en ignorant mon identité, ils étaient conscients que mon statut était important et donc, par conséquent, qu’ils devaient se soumettre. Immanquablement, avec l’influence qu’il y avait, des passants furent bousculés par notre escorte. Cela ne fut pas à mon goût, surtout que je n’en rendis compte que quand le jeune lord leur demanda d’être moins brusques. Bien entendu, ils ne l’écoutèrent pas. Il n’était pas leur Roi, et ils avaient pour ordre de me protéger et d’obéir uniquement aux Targaryens. Alors quand mon hôte s’éloigna légèrement, je me plantais devant mes gardes royaux pour leur intimer de faire attention sur un ton assez sec. Or je n’étais jamais sèche avec eux, jamais. Je lus sur leur visage de la surprise, avant qu’ils ne redeviennent impassibles, même s’ils ne manquèrent pas de se jeter des coups d’œil les uns les autres. Ils me firent un signe affirmatif de la tête et s’excusèrent vaguement, justifiant cela par le fait que c’était inévitable au vu du monde qu’il y avait. Ils n’avaient pas tort, simplement cela n’excusait pas totalement leur comportement. J’étais en train de leur faire la morale quand Aylan se retourna vers moi pour me tendre des roses aussi bleues que pouvait l’être la mer. L’expression sur mon visage passa de la sévérité à la joie. Je les portais à mon nez pour sentir leur parfum, fermant les yeux pour mieux la respirer. Peut-être n’ont pas un intérêt commercial, pour autant, elles n’en restent pas moins superbes. La nature de Peyredragon est bien différente de la vôtre, notre climat étant bien plus chaud et plus venteux. Non nullement besoin de les changer. Elles sont magnifiques. Pourrions-nous allez voir plus tard leur culture ? Cela doit être magnifique à voir. Je me tournais vers le commerçant pour le remercier, avant de me tourner vers l’échoppe d’à côté qui vendait des bijoux. Je fus aussitôt attirée par un fin bracelet masculin, composé par une multitude de fils de cuir tressés. Attendez-moi je reviens tout de suite. J’ai vu un présent pour mon frère. Je m’approchais aussitôt du commerçant pour lui demander le prix du bijou que je voulais offrir à Orys, mes fleurs toujours en main. Il me détailla avant de m’indiquer un montant assez excessif. Ma famille ne manquait point d’argent, pour autant, il n’était pas question que je dépense sans même m’en soucier l’héritage des miens. C’est une affaire ! Vous ne trouverez pas mieux et moins cher. Ce n’est pas n’importe quel cuir vous savez ma p’tite dame. C’est de la peau de dragon. Il n’y a pas plus solide j’peux vous le garantir. Ca résiste même aux flammes ma p’tite dame ! Vous faites vraiment une affaire ! Du dragon vraiment ? Aylan ? je me tournais vers le jeune homme lui faisant signe de s’approcher. Je lui indiquais le prix que le commerçant m’avait annoncé, non sans continuer à froncer les sourcils. Je concluais en lui demandant Je ne savais pas que vous aviez des chasseurs qui ont pour ordre de tuer des dragons pour ramener de la peau et en faire des bracelets. Votre ville a-t-elle donc changé à ce point ? Ou ais-je en face de moi un escroc, dont la bêtise n’a égal que sa soif d’argent ? J’avais dit cela d’un ton assez sec et contrariée. Ce n’était point dirigé contre Aylan, mais contre le commerçant. Comment osait-il affirmé que ses bijoux étaient faits à partir de dragons ? Comment avait-il osé essayer n’arnaquer de la sorte ? En entendant mes propos et mon ton, mes gardes avaient resserré les rangs autour de nous, et posé leur main sur la garde de leur épée. Un seul mot de ma part, et ils tireraient leur arme pour tuer le commerçant qui avait eu l’audace de considérer leur princesse comme étant une femme stupide, dénuée de bons sens. Heureusement pour l’homme, Aegon n’était pas présent. Si cela avait été le cas, sa tête roulerait déjà à terre, détachée de son corps. Mes poings s’étaient fermés de colère, et ma peau fut entaillée par les épines des roses qu’Aylan m’avaient offertes, faisant couler mon sang, sans que je ne m’en rende compte.



Hēnkirī

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Messages : 3199
Membre du mois : 0
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptyDim 14 Fév - 1:56

Rhaenys compara la mer qui lorgnait Peyredragon à leurs montures. Il n’avait jamais vu de dragons de ses propres yeux, non jamais. Son grand-père par contre, lui, avait déjà pu les voir pour s’être rendu sur le domaine des Targaryen il y a bien des années de cela. Aylan avait entendu tant de récits sur ces mythiques créatures, les contes et les descriptions de son grand-père avaient bercés son enfance. On disait que c’était de gigantesques créatures cracheurs de feu, impitoyables, produits des dieux et que rien ne pouvaient arrêter. Plusieurs croquis et illustrations lui avaient déjà été montrés par le passé, les dragons étaient vraiment magnifiques, bien qu’ils  ne cachent une beauté bien meurtrière selon des témoignages. Il savait pertinemment que tout ce qu’il avait pu voir et entendre ne le préparerait pas à sa première rencontre avec une telle bête. Le jeune homme, qu’il était, en rêvait presque, pouvoir donner une vraie image à toutes ces rumeurs et légendes serait probablement une révélation pour lui. Cependant, il savait que cela ne lui serait pas permis avant un bout de temps.

Si les eaux qui entouraient leur fief étaient telles qu’elle décrivait les dragons, ça serait un plaisir pour lui de naviguer un jour dans cette partie du monde. Son grand-père lui avait donné le goût de la navigation dès qu’il sut marcher, il se plaisait à lui dire qu’il était né avec un cordage dans une main et une épée dans l’autre. Pour un marin vraiment passionné, il n’y avait pas meilleur plaisir que de tester ses limites dans des mers déchaînées, là où la moindre erreur pour vous être fatale et que chacune de vos manœuvres peut vous ôter la vie. C’était dans ces moments que toute l’expérience et les acquis étaient mis à rude épreuve.  Qui sait, peut-être qu’il s’y rendrait un jour ? Peut-être pas…Seul les Dieux connaissaient son destin.


«-Je l’espère en tout cas. Cela me donnerait également l’occasion de vous rendre visite et vous éviter tout ce long et désagréable trajet pour une fois.»

Il était vrai que c’était tout le temps les Targaryen qui venaient à la Treille et presque jamais l’inverse. Aylan ne s’y était jamais rendu en tout cas, Jaden en avait eu l’occasion, mais il ne pouvait plus se le permettre désormais. Il se sentait un peu honteux, car il s’agissait de la famille royale. Le voyage Peydragon- La Treille devait prendre une éternité et être particulièrement éreintant. Les Targaryen venaient à peine de débarquer, qu’Aylan emmenait déjà la princesse faire une promenade, elle n’avait pas eu le temps de se poser deux minutes. Mais Rhaenys semblait si contente de cette balade, qu’il serait mal venu de lui proposer une petite pause pour qu’elle puisse respirer un coup.

Alors qu’il réfléchissait s’il devait lui en proposer ou non, le Redwyne fut totalement surpris et prit au dépourvu lorsqu’elle vint déposer un baiser sur sa joue. Il ne s’y attendait vraiment pas et ses sentiments prirent le dessus un court instant. Ses joues se rougissent légèrement, comme celle d’un petit enfant. C’était assez comique à voir, lui qui essayait d’être si sûr de lui, se retrouvait déstabiliser par un simple baiser amical. Aylan ferma les yeux et réussit à reprendre ses esprits pour redevenir maître de lui-même.  

La princesse ne manquera pas de lui rappeler sa parole s’il redevient trop formel, par contre elle l’avertit sur le comportement à adopter face à son frère. Il n’était pas dupe, il avait l’habitude de tout ce protocole, ce n’était pas la première fois que le Roi venait à la Treille. L’écuyer savait donc tout ce qu’il y avait à savoir sur la chose.


«Ce n’est pas votre première visite ici, Rhaenys. Je n’oserais pas offenser mon Roi en tenant de tels propos devant lui, rassurez-vous, je sais à quoi m’en tenir.  »

Ils se rendirent à l’échoppe du marchand de fleurs, Aylan acheta un magnifique bouquet de roses bleutées et lui en tendit quelques-unes pour qu’elle en savoure le parfum. Rhaenys semble particulièrement les apprécier et le jeune homme était donc satisfait que son choix ait été le bon. Il aurait été déçu et contrarié si elle ne les aurait pas appréciés. En fait, elle semblait tellement contente qu’elle lui demanda s’ils pourraient visiter la culture un peu plus tard. L’idée était plutôt bonne, loin d’être mauvaise même. Le cadre y était très agréable et la journée superbe, c’était donc le parfait moment pour une telle visite. Il lui sourit et hocha la tête plusieurs fois pour venir soutenir ses propos :

«Bien sûr, cela est tout à fait possible ! La journée est magnifique et je suis sûr que le charme du lieu sera vous comblée. A cette période de l’année, bon nombre de papillons viennent butiner les roses. Lorsqu’un événement se produit et qu’ils s’envolent tous en même temps, on a l’impression qu’un véritable arc-en-ciel se forme devant nos yeux… »

Après qu’il eut parlé, elle l’abandonna un court instant, elle semblait avoir vu un présent qui pourrait intéresser son frère.
Aylan resta planter là, avec son bouquet de roses dans la main. Il se sentit terriblement mal à l’aise, plusieurs yeux l’épièrent et avec ses fleurs, disons qu’il était loin d’être le plus viril des hommes. Il héla son serviteur :

«Rhedor ! Tiens ce bouquet pendant le reste de la balade et fais en sorte de ne pas l’abimer ! »

«- Mais, mon seigneur… Je dois déjà m’occuper de votre cheval, je ne peux… »

Il se tut lorsqu’il vit qu’Aylan toisa le cheval, puis le regarda à son tour, il le questionna :

«Combien de mains as-tu, Rhedor ? »

« Mon seigneur ? »

«J’ai dit…Combien de mains as-tu ? »

« Deux… »

«Fort bien ! Et si les Sept t’en ont donné une deuxième, c’est pour t’en servir. Maintenant veux-tu bien t’en servir et être utile ? Et surtout faire ce qu’on te demande ?!  »

Aylan pouvait se montrer particulièrement désagréable, mais Rhedor était bien un des seuls serviteurs de sa maison avec lequel il était plutôt correct. Les scènes du genre étaient fréquentes et son valet aimait le défier, bien sûr le jeune noble le lui rendait bien en retour. Rhedor prit le bouquet non sans émettre un soupir que l’écuyer fit mine d’ignorer pour ne pas aggraver son sort davantage. Il se retourna vers la princesse, elle semblait en affaire, puis elle l’appela. Peut-être pour lui demander son avis, il n’en savait rien. Il se pressa d’aller voir ce qu’elle lui voulait.

Elle sembla contrarié, et pas qu’un peu. Rhaenys lui présenta le produit qui avait attiré son attention. De la peau de dragons…Rien que ça ? Les propos de la princesse le choquèrent, car il les prit pour lui. Il n’était pas de manigance avec le commerçant, alors pourquoi s’en prendre à sa personne ? Il mit cela sur le compte de la colère et ne préfère pas essayer de la calmer pour le moment.

De tout de façon, ses mots, aussi rassurants soient-ils, tomberaient probablement dans les oreilles d’une sourde :


«Il n’existe pas de chasseurs de ce type à la Treille, je puis vous l’assurer. C’est un escroc…»

Aylan se promenait souvent les jours de marché, il cherchait surtout des armes d’habitude, mais il doit avouer qu’il n’avait jamais vu ce genre de produits. Le jeune homme se tourna vers ses hommes :

«Gardes, saisissez-le !»

Il ne s’était pas adressé aux gardes royaux, il n’avait aucune autorité sur eux et il avait pu le constater il y a quelques minutes à peine. Il avait donné un ordre aux chevaliers jurés de sa maison. Même s’il en était pas un et qu’il restait un simple écuyer, il était tout de même le petit-fils du Lord actuel. Il pouvait donc se faire obéir s’il le souhaitait. Deux chevaliers massifs et amurés se détachèrent de l’escorte et vinrent prendre le commerçant par les épaules pour le traîner par-dessus l’étale. Toutes les marchandises en furent retourné, mais peu importait, l’escroc avait un tout autre souci à se faire. Ils le forcèrent à se mettre à genou devant la princesse.

«Dans certaines maisons, on t’aurait coupé la tête pour moins que ça…»

Sur ses mots, un chevalier dégaina son épée, tout en maintenant une pression sur son épaule pour ne pas qu’il bouge. Il s’apprêtait à lui ôter la vie quand Aylan leva la main, le bourreau arrêta son geste en plein mouvement :

«Mais le seigneur, mon grand-père, m’a appris la clémence et à me montrer juste. Tu vas remballer toutes tes affaires, si tu oses te représenter un jour avec de telles marchandises, je m’occuperais personnellement de ton cas. Et crois-moi tu regretteras que je n’ai pas laissé ser Odric achever ta misérable existence…»

Le commerçant le remercia, avec les larmes aux yeux pensant que son dernier jour était arrivé. D’un ton sec et rude, il le stoppa :

«Voici le jugement que j’aurais rendu. Mais aujourd’hui ton sort ne dépend pas de moi, mais du jugement de l’invitée de ma maison…»
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptyMer 2 Mar - 12:20






La Treille,

An -3 avant la conquête.


Peyredragon me manquait. Cela serait mentir que d’affirmer le contraire. J’aimais découvrir et visiter de nouveaux royaumes, de nouvelles terres, mais aucune n’arrivaient à compenser l’absence de celles qui m’avaient vu naître. D’autant plus qu’à présent, je n’étais plus seule, mais j’avais ma dragonne. Je n’aimais pas me tenir loin d’elle, et je savais d’ailleurs qu’elle allait m’en vouloir pour cela. Bellarion était bien plus vieux, bien plus sage de ce fait. Mexarès, elle, allait essayer de me mordre lorsqu’elle me reverrait et de brûler ma chair, même si cette dernière était insensible aux flammes. Elle allait me faire payer mon absence. Bien entendu elle finirait par se plier à ma volonté et à m’obéir oui. Mais j’allais devoir passer de nombreuses heures à lutter contre son caractère insoumis avant qu’elle ne m’accepte à nouveau à ses côtés et sur son dos. Ce n’était pas la première fois que je m’en allais et à chaque fois un même schéma se répétait. Ce n’est pas tant le trajet qui est désagréable, ou du moins, point pour moi. Simplement, il y a bien des choses qui me manquent, je ne vous le cacherais point. Votre royaume est magnifique et j’adore venir le visiter. Simplement mon âme appartient à Peyredragon, et loin de mes terres, je suis privée de mes ailes. lui répondis-je, avant que nous reprenions notre balade. J’aimais flâner sur le bord des quais et respirer cet air marin qui avait guidé notre voyage. Nous pouvions sentir les effluves de la mer sur toutes les parties de Peyredragon, même les plus élevés. Mon royaume n’était pas aussi immense que celui du Bief. Il était le moins vaste de tout Westeros, et nous pouvions faire le tour de ses frontières assez rapidement. Ou du moins pour l’instant. Aegon avait de grands projets pour les nôtres des projets que je soutenais bien entendu avec ferveur. Il était mon Roi, et mon Frère. J’avais foi en lui et en ses rêves. Il m’avait rapidement convaincu de la nécessité de ses projets et lorsque le moment viendra, je me tiendrais à ses côtés, comme je l’avais toujours fais. Nous étions une tête d’un même dragon, comme notre emblème le montrait désormais, un emblème qu’avait modifié Aegon dès qu’il avait pris la place de notre père afin qu’il représente l’union de notre fratrie.

Si cela ne me dérangeait pas qu’Aylan soit moins formel avec moi, et qu’au contraire, je lui demandais d’adopter une telle posture, je lui rappelais cependant de ne point le faire devant, justement, mon aîné. Si je ne me considérais pas vraiment comme une princesse, lui était un Roi et il ne pouvait pas se permettre que l’on oublie et son statut et celui de ses sœurs. Et cela, même si nous parlions d’un ami d’enfance que nous avions toujours connu, et envers qui nous avions toujours été disposés. En effet, cependant je me sentirais des plus coupables s’il vous arrivait quelque chose, à cause de l’une de mes lubies. Je souffrirais également si vous en tiendriez, le cas échant, quelques griefs contre mon frère. Il a énormément d’estime pour les vôtres, soyez en assuré. lui répondis-je en lui souriant doucement. Je n’étais pas femme à mentir, ni à cacher la vérité. Si mon jeune ami se retrouvait dans une posture indélicate par ma faute, je m’en sentirais coupable. Tout comme je me sentirais coupable d’avoir pu détériorer d’une quelconque manière les relations entre nos deux familles. Nous considérions les Redwynes comme de fidèles bannerets, quand bien même ils n’habitaient points sur nos terres Peyredragoniennes. Plus encore, ils étaient des amis pour notre famille, des amis que nous avions toujours connus d’ailleurs. Je ne savais pas comment nos pères en étaient venus à se lier, mais il ne faisait point de doute que nous ferions tout pour que cela ne change point. Nous estimions énormément les bieffois, et il ne faisait aucun doute que si Aegon n’avait pas pour projet de nous épouser nous ses sœurs, il aurait proposé l’une de nos mains à l’héritier qui me tenait compagnie en cet instant.

Notre balade nous mena jusqu’à de nombreuses échoppes et une foule dense. Nous étions un jour de marché et si cela était agréable de se mêler à la population, cela était également un grand désavantage. Notre escorte était assez conséquente et devait, pour se frayer un chemin et assurer notre sécurité, bousculer plus d’un passant, ce qui n’était pas à mon goût. Je n’en voulais pas vraiment à ma garde même si je leur demandais de faire plus attention. Ils ne faisaient que leur travail, en respectant les ordres de leur Roi et en s’assurant que personne ne puisse me nuire d’une quelconque manière. Même si je n’aimais pas me qualifier et me considérer ainsi, je restais la Princesse de Peyredragon et il n’était nullement envisageable qu’il puisse m’arrive quelque chose, encore moins aussi loin de chez moi, sur les terres de notre hôte. Je ne m’étais pas attendue à ce qu’Aylan m’offre quelques fleurs. Elles étaient des plus ravissantes et leur odeur était agréable. Je le remerciais chaleureusement pour cela, lui demandant s’il serait possible de profiter de mon séjour pour aller justement voir ses champs de bleuets. Je fus heureuse de le voir sourire et de sa réponse, souriant chaleureusement à mon tour. Vous m’en voyez ravis mon ami, et vous venez de me mettre l’eau à la bouche avec une telle description. Il me faudra amener alors mes cahiers de croquis pour immortaliser ce moment et le rappeler à mon bon souvenir à chaque fois que je regarderais ensuite le dessin qui en découlera, même s’il ne saura capturer totalement la beauté de ce tableau que vous me décrivez. J’avais toujours aimé m’adonner à l’art du dessin et plusieurs fois d’ailleurs, j’avais croqué les paysages du Bief, en compagnie d’Aylan ou d’autres membres de sa famille. Ils avaient toujours eu la patience de me permettre de le faire, restant des heures à un même lieu pour que je puisse en capturer l’essence. Ils en retiraient d’ailleurs parfois de la fierté, aimant savoir que je voyais en leur terre un tableau digne d’être dessiné et immortalisé.

Je m’éloignais du jeune lord en voyant un bijou qui serait des plus au goût de mon frère Orys. Je détestais le savoir si loin de moi, mais je n’avais pu l’amener avec nous. Sa place était auprès de Visenya qu’il se devait de protéger. J’étais heureuse d’être avec Aegon, mais mon frère et ma sœur me manquaient énormément. Nous étions un tout et je n’aimais pas nous savoir séparer par autant de lieux. Je m’enquis du prix du bijou et les paroles du marchand firent grandir en moi une fureur sans égale. J’appelais jusqu’à moi Aylan et lui fit part de la situation. Je me doutais bien que les siens ne devaient nullement être au courant de ce qu’affirmait cet homme. Pour autant, il était l’un des maîtres de ses lieux, et si je ne l’imaginais point coupable je ne pouvais laisser passer tel affront. Ses paroles ne m’étonnèrent point, mais n’arrivèrent pas à calmer la fureur en moi. Dans mes veines coulent le sang des dragons alors comment supporter cela ? Je laissais cependant mon compagnon de balade régler cela même s’il me démangeait de dégainer cette épée que mon père m’avait jadis offerte, pour faire gouter à sa lame en acier valyrien le sang de cet individu. Aylan ne semblait pas aussi prompt à lui donner la mort que je l’étais, mais je n’y voyais aucune offense. Il ne pouvait comprendre cette rage qui m’animait à l’idée que l’on puisse blesser ces êtres faisant partie intégrante de ma famille. Il m’accorda malgré tout de choisir la sentence vis-à-vis du marchand. Je regardais ce dernier, avant de tourner le regard vers le jeune homme et lui indiquer. Je n’ai nulle autorité en ses lieux et je ne ferais pas l’affront aux vôtres de décider et diriger. Si jugement des miens vous désirez cependant, il vous faudra conduire cet homme auprès de notre Roi. Je ne déciderais pas de la mort de cet homme, même si je voulais voir sa tête en haut d’une pique. C’était au Redwyne de rendre justice, ou alors, à mon frère de le faire. Je n’étais pas aussi sage que ce dernier pouvait l’être et comme je venais de l’indiquer à mon ami d’enfance, je n’avais aucune autorité en ses lieux. Je n’étais pas légitime pour déclarer la moindre sentence. Et je ne désirais d’ailleurs pas avoir ce pouvoir de vie ou de mort sur d’autres êtres.

Je me rapprochais du bieffois et posais ma main sur son épaule. Cela ne devrait pas vous revenir non plus Aylan, pas en cette journée si spéciale pour vous. Ne gâchons pas cette agréable journée pour pareil individu et oublions donc son existence. Je serrais légèrement mes doigts et lui fis un sourire un peu las Faites le conduire au château ou relâchez le. Je n’en prendrais nullement offense quelque soit votre décision. Je tournais mon regard avec la foule dense qui nous entourait. Nous devrions nous rendre en un lieu moins fréquenté et plus accessible. J’ai bien peur que balade soit compromise par notre escorte, qui ne saurait que malheureusement bousculer vos gens en assurer notre sécurité. La journée est clémente et belle. Nous pourrions aller chevaucher ou nous baigner. A vous de décider mon ami, car cette journée est la vôtre.



Hēnkirī

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Messages : 3199
Membre du mois : 0
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptyDim 6 Mar - 23:00

Rhaenys lui laissa le choix de la sentence et justice à appliquer en ce qui concernait l’escroc. Elle l’informa sur le fait qu’elle n’avait aucun droit de prendre ce genre de décisions en ces lieux et qu’elle ne voulait pas faire l’affront de le faire, sans quoi l’autorité de sa maison pourrait s’en retrouverait saper. S’il voulait vraiment le jugement des Targaryen, c’était au Roi de prendre une telle décision. Ce dernier avait expressément dit qu’il devait s’entretenir avec son grand-père pour des affaires urgentes, il se voyait mal le déranger pour rendre la justice envers un petit escroc. Sa Majesté avait surement d’autres chats à fouetter et il le prendrait mal d’être interrompu pour si peu. Aylan aurait rendu la justice lui-même dans un autre cas, mais là c’était différent, il avait offensé la princesse Rhaenys et il savait le lien qui unissait cette dernière au Roi. Autant dire que ce dernier serait probablement très en colère d’apprendre la supercherie dont avait été victime sa chère sœur, il demanderait réparation et il prendrait la tête du « criminel » pour l’affront commis.

Même si ça ne le dérangerait pas forcément qu’il crève, cela pourrait entraîner des complications. Les rumeurs de la décapitation du maraud et le motif de la sentence se répandront comme une traînée de poudre à travers les rues de Port-Ryam. Et à part couper les langues de tous ceux qui en auraient connaissance, il n’aurait aucun moyen de stopper cela. Cette histoire finirait par arriver aux continents et le Roi Gardener ne tarderait pas à l’entendre lorsqu’il prendrait son repas. Un souverain étranger qui rendait justice sur des terres qui n’étaient pas les siennes, alors qu’il n’avait rien à faire là. Cela aurait de quoi attirer son attention, il demanderait assurément des comptes à Lord Redwyne sur la visite des Targaryen à la Treille et les interdirait de les revoir un jour, et encore ça, c’est s’il était clément. Dans tous les cas, ça en serait fini de la belle amitié qui existait entre les deux maisons, le jeune homme ne voulait pas que cela arrive.

Non il ne pouvait permettre cela, il devait prendre une décision et vite. Trop de questions, trop de doutes, Aylan se coupa un instant du monde extérieur pour savoir quel était le meilleur choix. Il ne vit la princesse s’approcher de lui et sursauta légèrement lorsqu’elle posa sa main sur son épaule.  Elle lui conseilla d’oublier son existence pour ne pas que ce pendard vienne gâcher cette magnifique conseiller, elle lui laissa le choix de l’envoyer au château pour qu’il soit jugé par le Roi ou bien le relâcher. Le jeune homme savait très bien ce qu’il arriverait à l’escroc pour l’affront fait à sa sœur et les conséquences que cela aurait. L’écuyer ordonna aux gardes :


«-Très bien, relâchez-le !»

Les gardes arrêtèrent de le maintenir au sol, le marchand se releva péniblement en le remerciant et en louant son nom. Le Redwyne stoppa court à son petit jeu :

«N’oublies surtout pas mes paroles ! La prochaine fois, je serais bien moins…indulgent.»

Autant dire que s’il le surprenait encore à vendre ce genre de marchandises, le maraud n’aurait plus de langue et de mains pour promouvoir ses objets. L’escroc décampa rapidement sans demander son reste, il semblait bien avoir compris la leçon. Enfin, espérons-le ! Rhaenys avait raison, les rues étaient bien trop fréquentées, c’était jour de marché, c’était normal qu’il y ait autant de monde. Il avait pensé faire plaisir à la jeune femme en lui faisant découvrir différents produits, mais cela n’eut pas l’effet escompté. Maintenant pas mal de personnes s’étaient rassemblés pour observer la scène qui venait de se finir, la sécurité de l’altesse était clairement menacée dans ce genre de lieu.

Il hocha la tête et sourit :


«Vous avez raison, la journée est magnifique et l’air chaud. Autant en profiter. Je connais une petite crique non loin d’ici, rarement fréquentée à cause de vieilles superstitions, nous y serons tranquille. »

Le groupe reprit sa marche à travers le marché de Port-Ryam. Tous ses sens étaient mis en éveil par les marchandises proposées sur les étales, certaines venaient même d’Essos. Tout un tas de richesses que les commerçants s’efforçaient à vendre en hurlant pour promouvoir leurs produits. Il était dommage qu’ils ne puissent pas en profiter davantage, mais la sécurité de la princesse avant tout, c’était bien plus important que lui faire découvrir quelques marchandises après tout. Les gardes semblaient moins brutaux que tout à l’heure, Rhaenys avait réussi à trouver les mots qu’il fallait pour qu’ils se calment un peu dans leurs gestes.  Aylan se souvint d’une chose, comme si quelque chose lui était de nouveau venu à l’esprit. Il fit stopper l’escorte et tendit la main vers Rhaenys en demandant courtoisement :

«Vous permettez ?»

Quand elle lui tendit sa main, le jeune homme saisit un couteau à sa ceinture. Plusieurs des gardes royaux eurent pour réflexe de dégainer leur épée, mais Aylan fit vite pour montrer qu’il n’avait aucune intention hostile. Il saisit sa cape rouge  et en coupa un morceau avec sa lame. Le lambeau était suffisamment grand et épais pour convenir. Le Bieffois confectionna un bandage de fortune autour de la main blessée, les épines étaient rentrées assez profondément dans sa peau, assez pour faire couler le sang. Cela c’était produite lorsqu’elle s’était mise en colère contre le marchand, elle ne semblait pas s’en être souciée, mais  lui l’avait remarqué.

Une fois ceci fait, ils purent se remettre en route jusqu’à arriver aux abords de la ville où la foule était bien moins dense. Le groupe put donc se mettre à cheval. Certains chevaux furent pris à des gardes en patrouille dans le secteur, sinon les autres les suivaient, des serviteurs les tenaient par les rennes depuis le début de la balade. Quelques soldats de la maison Redwyne retournèrent à leur poste, il n’y avait plus besoin d’autant d’escorte là où ils iraient. Aylan proposa son aide à Rhaenys pour monter sur sa selle, voyant que sa robe pourrait la gêner. Une fois en selle, ils dirigèrent les chevaux tout en suivant la côte. En s’éloignant de Port-Ryam, ils croisèrent encore quelques personnes, mais bien moins qu’auparavant. Sur leur gauche, on pouvait apercevoir des champs, des petites maisons, des vignes et quelques pâtures. Sur leur droite , la plage et la mer, le cadre était vraiment idyllique.

Le Redwyne mit son cheval côte à côte de celui de la Targaryen et lui murmura pour ne pas que les gardes ne l’entendent, un sourire plein de malice au visage :


« Je me souviens d’une princesse qui n’hésitait pas à fausser compagnie à ses gardes dès que l’occasion s’y présentait. La crique est à environ une dizaine de minutes au galop en longeant la côte. Etes-vous toujours la même personne ou auriez-vous changé ?»

Un défi ! Mais allait-elle le relever ?
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptySam 19 Mar - 15:23






La Treille,

An -3 avant la conquête.


Je l’avoue, j’étais contrariée, contrariée par ce qui venait de se dérouler. Je ne l’étais pas souvent contrariée et rarement pour de mauvaises raisons. Bien souvent, je me mettais dans un état pareil lorsque mon frère Aegon refusait que je l’accompagne dans l’un de ses nombreux voyages. Ou lorsqu’il ne venait pas chevaucher à mes côtés comme il me l’avait promis. Je ne l’étais jamais en dehors de ces cas là, et je le savais, je le devais à ma condition et ma vie de Princesse choyée à Peyredragon. Mes deux frères veillaient scrupuleusement sur moi depuis que j’avais été attaquée plus jeune, au sein même de notre demeure, et quand ils ne pouvaient le faire, ils chargeaient les soldats les plus déterminés de notre royaume de le faire. Oui les plus déterminé car ils avaient conscience que pour arriver à me suivre et à ne pas me laisser m’échapper trop longtemps, il fallait s’armer de patience et de beaucoup de vigilance. Je finissais toujours par leur faire faux bond d’une manière ou d’une autre, comme j’y arrivais avec Aegon ou Visenya lorsque nous nous fâchions les uns avec ls autres. Le seul à toujours arriver à me débusquer, c’est Orys. S’il n’était venu vivre avec moi que pendant ma cinquième année, nous avions bien plus de temps ensembles à courir, grimper et nous cacher des autres que je ne pouvais le faire avec mes aînés qui étaient déjà fort occupés. Nous étions proches oui, mais pas autant que je l’avais toujours été avec ce frère qui n’était pas né du même ventre que moi. Pendant très longtemps ça avait été dans ses bras que je me tenais loin de mes cauchemars, ou dans lesquels j’allais me consoler. Et puis le temps nous avait séparés peu à peu, et nous avions perdu cette complicité qui était la nôtre au profil d’autres. Souvent, je le regrettais, mais je ne pouvais rien y faire. Cette décision avait été prise par Orys et si j’avais bien des défauts, je n’avais pas celui de m’imposer aux autres.

Je m’étais écartée après avoir indiqué à Aylan que je n’avais nulle autorité en ses terres et qu’il est le seul apte à juger la punition de ce marchant menteur. S’il ne le désirait pas, il pouvait alors soumettre l’homme au jugement de mon frère qui prendrait alors cette décision à sa place. Je lui avais indiqué les possibilités qui s’offraient à lui, le laissant seul juge et bourreau s’il le décidait. Même si l’individu m’avait froissé, je ne m’enquis pas du jugement du jeune homme. Tel qu’il soit, c’était là sa décision découlant de ses opinions, qui, je le savais, seraient réfléchies. Il aurait tôt fait de les expliquer à Aegon lorsque ce dernier aura vent de cet incident. Il ne faisait aucun doute que les gardes lui en parleraient lorsqu’ils feront leur rapport de la journée.

Dès Aylan fut de nouveau à mes côtés, je lui proposais de profiter de cette journée d’une façon plus agréable. Il faisait extrêmement beau et les quais étant trop peuplés, il était plus judicieux de nous en éloigner, et cela autant pour notre sécurité que pour celle des habitants de sa cité. Je lui fis un sourire lorsqu’il accepta et nous nous remîmes en marche, revenant sur nos pas pour nous éloigner de la foule. J’allais lui demander de découvrir la crique qu’il venait d’évoquer lorsqu’il arrêta notre avancée, en me demandant ma main. Je le regardais non sans questionnement, mais lui tendais ma main. Il sorti alors un couteau de sa ceinture, avant de découper quelques pans de sa cape rouge. Je ne comprenais pas la raison qui le poussait à faire cela avant qu’il ne se mette à bander ma main. J’avais oublié que j’avais blessé ma paume avec les épines de la fleur qu’il m’avait offerte plus tôt. Ses gestes étaient délicats et précis. Vous n’auriez pas dû abimer ta cape pour si peu. Mais je vous en remercie tout de même. lui glissais-je en serrant légèrement sa main avec la mienne, celle-là même qu’il venait de recouvrir de tissu rouge. Sur ces faits, nous nous remîmes en marche, discutant sur un ton plus léger, de tout et de rien. Je questionnais mon compagnon sur les différents aspects de sa ville et il se prêtait au jeu des réponses avec plaisir. Le trajet jusqu’à château se déroula sans heurt, et plutôt rapidement finalement. Là bas, il fit demander des chevaux, et je ne pus que regretter de ne pas avoir amener mon cheval de Peyredragon jusqu’ici. Je devais bien l’avouer, j’étais bien moins à l’aise avec cette espèce que celle des dragons. J’acceptais sans rechigner l’aide d’Aylan pour monter à cheval, ma robe étant assez peu adaptée. Une partie de notre escorte prit place également sur des montures, afin de nous accompagner, tandis que les autres regagnaient l’enceinte du château. Je savais que les gardes peyredragonniens iraient rejoindre mon frère dans la foulée et l’informer de cette balade. Ils avaient demandé d’ailleurs au maitre des lieux de leur indiquer les voix qu’il comptait nous faire emprunter.

Avec une cadence dès plus modérée, mon compagnon, notre escorte et moi-même s’éloignèrent de la ville. Je profitais de ce lapse de temps pour m’habituer de nouveau à monter sur un cheval. Les enseignements de mes professeurs me revinrent rapidement en mémoire et si je n’égalais nullement la grâce et l’habileté d’Aylan, je retrouvais tout de même une allure de cavalière convenable. Un sourire malicieux répondit à la proposition du jeune homme, à qui je ne pris pas la peine de répondre oralement. Déjà je frappais les côtes de ma mouture pour la pousser à un rythme bien plus soutenu, suivi de très près, bien entendu, par ma garde rapprochée. Si je venais de prendre un légère avance, j’avais conscience que mon ami d’enfance me rattraperait et arriverait le premier à la crique. Ma tenue m’empêchait de chevaucher correctement ma mouture, même si cela ne m’empêcha pas de sourire au vainqueur. Je fis signe à l’un de mes gardes de m’aider à descendre de cheval, et lui confiais mes reines, tout en lâchant un rire. Si ce n’est mes tenues, je n’ai pas changé. Cette robe est très belle, mais hélas, elle m’empêche de galoper ou courir à mon aise. Je soupçonne mon frère de l’avoir acheté, justement dans ce but. glissais-je à l’homme avant d’ôter les scandales que je portais aux pieds. Je relevais ensuite les pans de ma robe pour aller jusqu’à l’eau et laisser cette dernière venir chatouiller mes oreilles. Je fermais les yeux quelques secondes, profitant d’une légère brise, avant de les promener sur l’environnement dans lequel il nous avait conduit. Cet endroit est magnifique. Je comprends pourquoi vous avez voulu que nous nous y rendions. Je reculais pour regagner un sol sec, et rapidement je me mis à défaire ma robe. Je voulais me baigner, mais il était hors de question d’abimer la toilette dont m’avait fait cadeau mon frère. J’ordonnais aux hommes de tous se tourner le temps de l’ôter complètement et d’aller d’immerger totalement dans l’eau, nue comme au premier jour, comme je pouvais avoir l’habitude de le faire à Peyredragon. L’eau n’était pas aussi claire qu’autour de mes terres, et ne laissait pas voir ce qui se trouvait immergé. Je dis alors à Aylan, en reprenant le même ton que lui et les mêmes mots Je me souviens d’un jeune homme qui n’hésitait pas à venir se mouiller il y a quelques années. Etes-vous toujours la même personne ou auriez-vous changé ? . Je le regardais malicieusement avant de me mettre à nager, m’éloignant un peu plus du rivage.




Hēnkirī

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Messages : 3199
Membre du mois : 0
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptyDim 20 Mar - 21:57

Rhaenys semblait avoir apprécié son geste lorsqu’il pensa sa blessure, ça ne semblait être que superficiel. Mais dans sa rage, les épines s’étaient enfoncées assez profondément dans la chair pour en extirper un fin filet de sang. Le jeune homme ne voulait pas que son amie souffre ou le voir blessée, il préféra s’occuper d’elle immédiatement. Curieusement, elle ne semblait pas avoir pris en compte son mal, peut-être ne l’avait-elle pas sentie lors de l’action. L’escroc semblait l’avoir plongé dans une colère noire sur le moment, si ses yeux avaient été des arbalètes, le roturier se serait retrouvé percé de part en part. Dans sa colère, elle semblait n’avoir  rien senti. Les Targaryen étaient des individus assez spéciaux, le sang de l’Antique Valyria coulait dans leurs veines, certains disaient qu’ils étaient capables d’user de magie. Enfin ils savaient dompter les dragons et ça pour certains, c’était de la magie. On parlait tout de même de créatures très rares qui étaient capables de voler et cracher du feu. S’il n’y avait pas un peu de magie là-dessous, alors qu’est-ce que c’était ?  On disait que les membres de la maison entretenaient un lien quasi-fusionnel avec les cracheurs de feu, bien plus fort qu’un lien entre un cavalier et son cheval par exemple.

Bref, oui ils étaient spéciaux et ils semblaient tous avoir un caractère assez similaire. Rhaenys ressemblait assez à Visenya avec ce qu’il venait de voir, même si elle disait qu’elle était loin de l’égaler. Ils reprirent leur route jusqu’aux abords de Port-Ryam. Là une partie des gardes retourna au château, pendant que le reste du groupe partit en escapade.  Aylan ne reçut aucune réponse orale à sa question, juste un sourire malicieux. Sourire qui en disait long sur ce qu’allait faire la princesse. Elle acceptait son défi. Très bien, ça animerait un peu leur trajet. Elle ne l’attendit pas et décida de prendre de l’avance. Oh la fourbe ! Rhaenys semblait se prêter au jeu et il ne comptait pas la décevoir. Il l’imita et frappa les côtes de son cheval avec les étriers pour lui faire prendre de la vitesse.

Les gardes réussirent à suivre le rythme imposé par le duo, sa concurrente était désavantagée par sa tenue qui n’était pas la plus pratique pour une course à cheval, ou pour faire de l’équitation tout simplement. Le Redwyne n’eut ainsi aucun mal à prendre la tête du groupe en passant devant la princesse. Il fit en sorte ne pas la semer, ainsi elle ne le perdrait pas de vue et elle repérait la localisation de la crique. Bien qu’elle la reconnaisse probablement d’un simple coup d’œil tellement le cadre était idyllique. Aylan arriva à la crique avec une légère avance, suivi de très près par Rhaenys et son escorte. Si elle n’avait pas eu une telle robe, les choses auraient surement été différentes, peut-être même bien qu’elle aurait remporté leur course.

L'écuyer descendit de sa monture pour fouler le sable de la plage. Le vent chaud du Sud balayait son visage et ses cheveux, c’était vraiment agréable. La princesse vint l’informer que son frère avait choisi sa tenue pour éviter qu’elle ne fausse compagnie à ses gardes. Aylan se souvenait très bien de ses précédentes visites. Sa tante, lorsqu’elle lui servait de dame de compagnie, était toujours à lui courir après pour la rattraper ou la retrouver. Sa robe était vraiment très belle,

Aegon avait vraiment fait un très bon choix :


«- Un choix astucieux, en effet ! Cette robe vous va à ravir !»

La princesse releva le bas de sa robe pour aller mettre ses pieds dans l’eau, peut-être pour avoir un aperçu de la température. A cette époque de l’année, cette dernière était chaude même en fin de matinée. Rhaenys semblait apprécier l’endroit, le contraire l’aurait étonné. Elle qui aimait les beaux paysages, elle ne pouvait qu’adorer ce genre de lieux. Par la suite, la princesse commença à revenir sur le sable sec et à ôter sa robe. Elle ordonna à la gente masculine de se tourner pendant qu’elle finissait d’abandonner sa tenue. Aylan s’exécuta et lui tourna le dos, il n’allait pas chercher à contredire son commandement, même si à cet instant précis, c’était tentant il fallait l’avouer ! Elle le héla, l’invitant à se retourner par la même occasion. Elle s’engouffrait dans les eaux et le provoqua en prenant les mêmes termes employés précédemment. Le jeune homme ne comptait pas se faire entendre, il se contenta d’émettre un rire. Le Bieffois ôta tout d’abord ses armes pour les disposer au sol, puis ses vêtements. Il les éloigna assez pour éviter que ces derniers ne se retrouvent trempés par la marée.

Une fois cela fait, il alla la rejoindre dans les eaux. Elle avait déjà pris ses distances par rapport au rivage et Aylan donna plus d’énergie dans ses mouvements pour être à ses côtés au plus vite. Rhaenys semblait l’avoir attendu à une certaine distance dans les eaux. Après quelques instants, il finit par arriver enfin à sa hauteur et lui faisait face. Les gardes étaient sur le rivage, c’était vraiment le premier instant de la journée où les deux jeunes étaient « seul à seul », enfin tout était assez relatif. Le Redwyne sentait les regards de l’escorte sur sa personne, ses faits et gestes seraient rapportés au Roi, il n’avait donc pas intérêt à gaffer s’il voulait fêter un autre de ses adversaires.

Le Bieffois plongea la tête sous l’eau brièvement, avant de refaire surface, un mouvement de sa tête en arrière permit de dégager ses cheveux mouillé de son champ de vision.


« Je n’ai point été tenu informé de la durée de votre séjour. Pendant combien de temps la maison royale nous honorera de sa présence sur l’île ? Il y a encore bien des lieux que je pourrais vous faire visiter… »

HRP: désolé post vraiment pas terrible :/
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptyMer 30 Mar - 14:26






La Treille,

An -3 avant la conquête.


Je lâchais un léger rire lorsqu’Aylan m’indiqua qu’il trouvait qu’en effet, ma robe était une bonne astuce pour m’empêcher de m’évader comme j’avais si souvent l’habitude de le faire, et qu’elle m’allait à ravir. Je ne doutais pas un seul instant qu’un homme puisse l’apprécier. Aegon avait toujours eu bon gout et si cela n’aurait tenu qu’à lui, j’aurais bien plus de robes aussi sophistiquées que celle-ci dans mes placards. Je préférais bien souvent les tissus plus simples et plus légers me permettant de bouger comme je l’entendais. J’avais quelques belles pièces dans ma garde-robe certes, mais elle ne représentait qu’une infime partie de mes toilettes. Je n’étais Visenya, je n’avais nullement besoin d’être tiré constamment à quatre épingles, pour mon plus grand plaisir d’ailleurs.

J’abandonnais ma toilette actuelle, bien décidée à aller profiter de la douceur de l’eau. Il aurait été stupide de ne point me baigner dans un endroit aussi beau, qui était, par nature, fait pour accueillir des êtres dans ses eaux. J’enlevais entièrement mes habits, après avoir ordonné à tous de se retourner, puis les laisser choir sur la scelle de mon cheval avant d’entrer dans cette mer bieffoise. Lorsque je fus à distance, mes pieds devant battre pour que je ne coule pas, j’interpellais mon jeune hôte, le mettant au défi de me rejoindre, parfaitement consciente qu’il le ferait. Je lui offrais toute l’intimité qu’il m’avait offerte quelques minutes plus tôt, m’éloignant le temps qu’il se dévêtisse et me finisse par me rejoindre. Arrivé à ma hauteur, il plongea sous la surface, mouillant entièrement sa peau avant de venir me questionner. Je l’éclaboussais un instant, un grand sourire aux lèvres avant de lui dire Il n’y a plus aucune oreille pour nous entendre Aylan. Nul besoin de te montrer encore autant protocolaire. Ne sommes-nous pas ami d’enfance après tout? Je lui fis un sourire, avant de répondre à son interrogation. dire Pour ne rien te cacher, je l’ignore. Je ne m’intéresse que trop peu à la politique et j’ignore tout des détails de ce voyage. C’est une question à poser à Aegon… Ou du moins à ton père, qui saura surement te répondre. Je ne suis pas certaine que mon frère apprécie ta curiosité. lui avouais-je en toute honnêteté, avant de plonger sous l’eau et me mettre à nager en m’éloignant un peu plus du rivage. Je ne remontais à la surface que lorsque l’air vint réellement à me manquer. Je fermais les yeux pour profiter d’un rayon de soleil, particulièrement chaud. C’était là quelque chose de vraiment agréable.

Je me tournais ensuite vers le jeune homme qui s’approchait de nouveau de moi et lui dis, un sourire malicieux aux lèvres Es-tu si bon nageur que cavalier ? Tu vois le récif là bas ? je suis certaine de l’atteindre avant toi. Le récif en question n’était guère à plus de six cents mètres et sans attendre la réponse du noble, je me mis à nager pour le rejoindre, bien décider cette fois à gagner. Quand bien même le jeune homme était rapide, il serait incapable d’y arriver avant moi. J’étais plus proche et en plus j’étais partie la première. Ce fut donc sans aucune surprise que je touchais la paroi rocheuse la première. Ce n’était pas équitable et je l’avoue j’avais légèrement trichée et j’en avais parfaitement conscience. Je me retournais vers le jeune homme qui arrivait déjà sur mes talons Tu as perdu Aylan. Te voilà donc obligé de répondre à ma prochaine demande. Hmm voyons voir, que vais-je exiger de toi ? Je réfléchis quelques secondes avant de trouver. Un sourire malicieux se dessina sur mes lèvres alors que j’ajoutais Ah je sais ! Tu vas devoir chanter une chanson grivoise de ton pays. Allez je t’écoute !



Hēnkirī

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Messages : 3199
Membre du mois : 0
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptyDim 3 Avr - 17:26


Lorsqu’Aylan refit surface, il fut accueilli par un jet d’eau de la princesse au même moment où il reprenait sa respiration. Il faillit boire la tasse et toussa à plusieurs reprises comme pour déloger l’eau de sa trachée. Ses yeux clignèrent, atteints par le sel marin, cela lui piquait et c’était vraiment désagréable. Ça lui passait rapidement, il avait l’habitude de se baigner en mer, mais il n’échappait pas aux lois de la nature et ça lui faisait donc toujours le même effet. Il rit à gorge déployée et lui rendit la pareille en envoyant une vague d’eau en sa direction. Trop protocolaire encore ? Pourtant le jeune homme faisait tout pour l’être le moins possible. C’était assez difficile pour lui, il était écuyer et accompagnait Ser Manfred Hightower à de très nombreuses cérémonies où les bonnes tenues et le protocole étaient de mises. La plupart était d’un ennui mortel, mais il ne devait pas décevoir le chevalier. Il devait faire en sorte qu’il soit fier de lui et apprendre un maximum de sa personne et son expérience. Tellement de règles et de convenance qu’il en oubliait presque comment il devait se comporter avec ses amis.

L’usage voulait qu’il se montre courtois et respectueux, en particulier avec les membres de la famille royale.  Rhaenys le tutoya, pouvait-il se le permettre ? Ils étaient seuls désormais, personne n’irait colporter le manque de politesse au Roi. Puis si ça ne lui plaisait pas, il était certain qu’elle lui en ferait part pour qu’il se montre moins familier. La princesse l’informa sur le fait qu’elle n’était pas au courant de ce genre de détail et qu’à vrai dire, cela ne l’intéressait pas. Elle profiterait de son séjour qu’il soit court ou long. C’était le genre de choses que connaissait le Roi, mais elle lui déconseilla vivement de lui poser la question, car il n’apprécierait peut-être pas une telle curiosité. Elle lui conseilla de demander à son père, cela lui fit doucement sourire :


«- Ne t’inquiète pas, je ne compte pas importuner le Roi avec une telle question. Quant à mon père, si j’ai besoin un jour de savoir avec quel vin je peux m’enivrer rapidement, j’irais lui poser des questions. C’est plus vers le seigneur, mon grand-père, que je dois me tourner. »

La belle blonde s’éloigna un peu en plongeant sous la surface et prit un peu ses distances, laissant le jeune homme à ses pensées. Son père, un ivrogne comme lui, jamais il n’irait lui demander quelconque conseil ou demander des détails sur le séjour de la famille royale. Crédule comme il l’était, il devait ne pas être au courant de tout cela. Trop occupé à s’enivrer comme à son habitude. Aylan finit par la rejoindre à nouveau, elle semblait trouver le cadre agréable, tant mieux si ça lui plaisait, ça le rendait heureux également.

Rhaenys se tourna vers lui pour lui lancer un défi sur un ton provocateur. Une course de vitesse à la nage, assez tentant, il n’était pas un excellent nageur, mais savait se débrouiller. Il aurait peut-être ses chances. Le Bieffois jeta un coup d’œil vers le récif en question, il n’était pas très loin. Avec un bon rythme, il l’aurait rejoint très rapidement :


« A vrai dire, non, mais…»

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’elle n’attendit aucune sorte de départ pour prendre de l’avance, comme elle l’avait fait plus tôt à cheval. La sale petite tricheuse ! Il ne comptait pas la laisser s’en tirer à si bon compte. Le Redwyne redoubla d’effort pour combler son retard, mais la Targaryen était rapide et il ne réussit pas à la rattraper. Il arriva donc après elle au niveau du récif et elle semblait assez satisfaite de sa victoire volée. Elle exigeait quelque chose en contre partie de sa victoire, elle sembla réfléchir un instant à ce qu’elle allait demander, puis elle lui sourit malicieusement avant de lui demander de chanter une chanson paillarde de la région. Quelle brillante idée…

Il aura l’air bien ridicule, mais il ne voulait pas perdre la face en refusant. Il préféra se justifier de ses futurs vers :


« J’ai entendu celle-ci lors d’une patrouille d’un groupe de gardes bien trop ivres…»

Le chevalier s’éclaircit la voix et commença :

« ♬La Mainverte aimait visiter des cavernes feuillues
Et se perdit dans une antre inconnue.
Un soir de beuverie, tandis qu’il comptait aventure
A une donzelle pour l’attirer sous sa tenture
Il décida de lui prouver qu’il était bien vert
Et dégaina donc son arme dans l’espoir qu’elle la serre.
Erreur cruelle ! L’épée pendit sans vie
Et le Vert s’en repentit.…

Le fier chevalier, défait, s’encourage
Mais rien n’y fait, et de rage
Il bat son vît qui soudain s’éveille
Violence fit donc mieux que pucelle de la Treille.

Dans l’espoir de procréer, en mariage fut prise une femme du Phare.
La jolie donzelle produisait en lui un effet encore méconnu.
Sa lame se raffermit et trouva un fourreau, la blonde en fut toute effarée.
L’acte fut court, son membre ruissela d’une couleur encore inconnu.
Les lunes passèrent et aucun morveux en vue. Voilà une bien mauvaise mésaventure !
Le Vert bât son vît, mais toujours rien n’y fit. Toujours aucune descendance en vue.
Le corps de la femme en est peut-être complice, à force de recevoir du sel sur sa culture.
Voici la légende  de Mern Main Verte dont la descendance ne sera jamais verte !

Le fier chevalier, défait, s’encourage
Mais rien n’y fait, et de rage
Il bat son vît qui soudain s’éveille
Violence fit donc mieux que pucelle de la Treille ! ♬
»

Aylan reprit son souffle, il venait de finir, une belle chanson en « l’honneur » de la famille royale du Bief.  Il sourit malicieusement à son tour, il n’avait pas oublié un certain évènement :

« Autant dire qu’elle n’a pas vraiment sa place dans les  banquets du Bief… Voilà ton défi relevé, Rhaenys. Il me semble que j’ai moi-même gagné une course et que j’ai le droit de te faire une demande. Un modeste bal sera donné au début de la soirée pour mon anniversaire, m’accorderais-tu de l’ouvrir en étant ma cavalière pour la première danse ?»

Spoiler:
 


Dernière édition par Aylan Redwyne le Dim 1 Mai - 11:31, édité 1 fois
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptyMar 26 Avr - 16:17






La Treille,

An -3 avant la conquête.


Je laissais échapper un léger rire lorsque mon ami déclara qu’il ne comptait pas importuner mon frère. C’était vrai que c’était là une décision sage. Aegon était courtois et polis, mais il n’était pas connu pour sa grande patience et il verrait pas vraiment la curiosité d’Aylan d’un très bien œil. Il était plus simple pour lui de poser la question à son grand-père comme il l’indiqua d’ailleurs. J’avais oublié que les relations entre le jeune homme et son père étaient tendus. Ce dernier n’était pas connu pour sa sobriété et il pouvait se montrer des plus excessifs. Ou du moins c’était ce qu’il se disait. Je ne l’avais que trop peu côtoyée pour pouvoir l’affirmer, mon père, puis mon frère après lui y avait tenu. J’imaginais donc sans mal qu’il n’était homme à être connu pour que les miens ne tiennent loin de lui et je respectais leur jugement.

Je ne répondais rien, ne voulant mettre plus dans l’embarrât mon compagnon de baignade qui fêtait en cette belle journée son anniversaire. Je lui lançais un défi, défi dans lequel je trichais légèrement pour l’emporter. Il n’en prendrait pas ombrage, j’en étais certaine et s’en amuserais tout autant que ma personne. J’exigeais de lui qu’il me chante l’une des chansons paillardes de son pays, et ne pus m’empêcher de rire à mesure qu’il me la livrait. Elle décrivait une réalité qui n’était point flatteuse pour le Roi du Bief et son épouse, incapable de donner un enfant à leur pays. Leur maison allait s’éteindre s’ils ne remédiaient point à cela, et… Ce ne serait pas un mal. S’il était le souverain le moins belliqueux de Westeros, il n’en restait pas moins un incapable. Son pays était certes prospère mais il ne le devait qu’à ses ancêtres à non à lui. Il avait bien des travers et ses seigneurs n’étaient pas des plus fidèles à sa personne. Les Redwynes en était les parfaits représentants. Je calmais mon rire pour répondre au jeune homme, même si je ne pouvais m’empêcher d’être encore amusée par ce chant qu’il venait de me livrer Des têtes tomberaient si c’était le cas. C’est vraiment dommage car elle est plaisante à entendre… Et en effet, tu as gagné la course toi aussi. Ta requête me semble acceptable. Cependant, il me faut demander la permission à mon frère comme tu peux t’en douter. Je serais sa cavalière, mais il ne verra surement aucun problème à t’accorder cela. Enfin officiellement il n’en verra aucun, officieusement, cela allait le mettre dans une colère dictée par la jalousie et je serais la seule à être au courant de cela. Aegon était un très bon acteur, et il arrivait souvent à me tromper. Ou du moins si je ne le connaissais pas autant, il y arriverait avec une facilité déconcertante.

Peu importe. Je saurais le rassurer et lui faire mettre sa jalousie de côté. Je n’étais pas venue en premier lieu ici pour voir Aylan, mais pour être au côté de mon aîné qui était, à mon goût, trop absent et bien trop souvent loin de moi. J’espère cependant que les années ont fait de toi un meilleur danseur. Visenya n’a eu de cesse de se plaindre de ta façon de lui écraser les pieds la dernière fois qu’elle s’est rendue sur tes terres… Je lui glissais cela avec un sourire de malice. Je connaissais les raisons qui avaient poussé Aylan à s’emmêler les pieds. L’impatience pouvait jouer bien des tours, et ma sœur avait plus que fait monté cette dernière auprès du jeune homme, de manière volontaire. Elle lui avait susurré tout ce qu’elle comptait entreprendre avec lui dans sa chambre à coucher, dès lors que le bal serait terminé. Elle s’en était follement amusée, au détriment du jeune homme, chose que je n’avais pas manqué de lui faire remarquer, même si la situation contée n’avait pas manqué de me faire rire.

J’éclaboussais une nouvelle fois le jeune homme avant de rire de nouveau, pour lui faire bien comprendre que mes paroles n’étaient que des boutades, et que je ne m’en faisais nullement pour mes pieds. J’avais, de toute manière, l’habitude d’ôter mes souliers pour courir dans les couloirs des châteaux, ou en dehors, et lorsque je grimpais dans les arbres. Je l’avais fait à de nombreuses reprises sur les terres de mon ami, ne manquant surement pas de blanchir plus d’une mèche de cheveux aux nobles dames bieffoises qui m’accompagnaient.




Hēnkirī

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Messages : 3199
Membre du mois : 0
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptyDim 1 Mai - 20:56

Aylan finit de chanter, une chanson qui aurait pu avoir de lourdes conséquences si jamais elle arrivait aux oreilles de mauvaises personnes. Et surtout pas celles des souverains du Bief, alors là il pouvait être sûr que sa tête serait au haut d’une pique une heure après avoir chanté cette mélodie. Heureusement pour lui, il n’y avait personne qui irait leur colporter qu’il avait prononcé ces paroles. Seul Rhaenys était présente et il savait que jamais elle n’irait raconter à personne ce qu’ils pourraient se dire ici. Du moins il l’espérait, sinon la confiance, qu’il lui avait accordée, prendrait un coup, ainsi que leur amitié. Et puis les Targaryen n’étaient pas censé être présent à la Treille, là encore si ça s’apprenait, les Redwyne seraient considérés comme des traîtres et fêlons et on verrait très rapidement une flotte de guerre mener le blocus de l’île.  Cependant, les habitants de La Treille avaient de nombreuses fois aperçus la maison royale de Peyredragon ici et pourtant jamais ils n’avaient été le rapporter aux souverains du Bief. Cela montrait une loyauté sans faille et un respect envers les gardiens du Chenal qui avaient toujours bien traité leurs gens.

En tout cas la chanson paillarde sembla plaire à la dragonne qui rit de bon cœur aux vers d’Aylan. En effet des têtes tomberaient et c’est pour cela que cette chanson n’était que trop peu entendu. Jamais un barde ne serait assez fou pour la chanter sous un toit d’un seigneur du Bief. Non on la retrouvait plutôt dans des tavernes ou autres endroits lugubres où il ne faisait pas bon de s’y aventurer seul. Mais c’est vrai qu’elle était assez agréable à entendre.

Rhaenys acquiesça à sa requête, après tout c’est elle qui avait commencé en exigeant une récompense suite à sa victoire. Elle aurait dû y réfléchir à deux fois si elle ne souhaitait pas que son ami lui fasse la même exigence. Si elle aurait refusé, Aylan ne savait pas comment il se serait comporté, il l’aurait probablement mal pris. Elle acceptait d’être sa cavalière pour la première danse, cependant elle devait tout d’abord obtenir l’aval de son frère. L’aval du Roi. Pensant connaître le lien qui unissait les Targaryen entre eux, il pensait que ça ne serait pas une mince à faire et qu’il refuserait probablement. Mais au moins le refus ne serait pas du fait de son amie.
Enfin selon la Targaryenne, le Roi accepterait sa demande, enfin nous verrons cela le moment venu, rien n’était sûr. La remarque sur ses talents de danseur le fit doucement sourire, c’est vrai qu’il s’emmêlait rapidement et marchait sur les pieds de sa partenaire. Visenya devait le subir à chacune de leur danse, à son grand déplaisir, à la fin de la danse, elle allait s’asseoir tellement il lui avait marché sur les pieds. Depuis le temps, il s’était quelque peu amélioré grâce aux différentes célébrations auxquelles il avait participé. C’était encore loin d’être un valseur né, mais il pourrait se débrouiller, bien qu’il ne puisse pas lui promettre que ses pieds en sortent indemnes.

Il fallait également avouer que Visenya ne l’avait pas laissé se concentrer pour qu’il mette en pratique tous les pas qu’il avait appris. Elle n’avait eu cesse de lui susurrer à l’oreille tout ce qu’elle entreprendrait avec lui lorsqu’ils auraient rejoint sa chambre. Aylan avait aimé cette femme, mais elle avait brisé les fiançailles qui les unissaient et avait donc par la même occasion offensé les Redwyne. Même si le seigneur, son grand-père, affirmait qu’il n’y avait nul offense, Aylan en restait frustré.

Elle l’arrosa une nouvelle fois, le Bieffois répliqua par la suite par une vague d’eau en criant amusé :


«- Oh tu vas voir toi !»

Les deux individus continuèrent à s’éclabousser et restèrent un bon moment ensemble, c’était idéal pour créer une certaine intimité, il pouvait ainsi renforcer l’amitié qu’il avait avec elle. Ils finirent par rejoindre l’escorte restait sur le rivage et rentrèrent à la forteresse où chacun pourrait se préparer pour les festivités de la soirée. Aylan fit en sorte d’être présentable pour le bal du soir. Le moment venu, il se rendit dans la salle de réception et la soirée put commencer. La pièce était rectangulaire et illuminée par de nombreux chandeliers qui suffisaient à éclairer toute la salle. De nombreuses tapisseries, tableaux et trophées ornaient les murs. Des tables avaient été dressées sur les extrémités, elles étaient richement décorées et il y avait de la place pour tous les invités.
Bien entendu, la maison Targaryen eut les places d’honneur, c’était leur droit. Les festivités commencèrent, Aylan avait souhaité que les cadeaux soient distribués après le bal et comme son grand-père ne pouvait rien lui refuser, il accepta. Ils purent lever leur coupe en son anniversaire et manger un des mets préparé en cuisine. Il y en aura d’autres, mais l’heure du bal était venue. Le jeune homme enleva sa cape pour se mouvoir plus aisément, ainsi il écraserait un peu moins les pieds de sa cavalière cette fois-ci.

Les musiciens étaient prêts, c’était le moment ou jamais. Il s’avança doucement vers le Roi et la Princesse, il s’inclina respectueusement devant Aegon et demanda humblement :


« Votre Majesté…Bien que je ne veuille point vous offenser de quelconque manière, me permettrez-vous d’ouvrir le bal en compagnie de votre sœur, son altesse Rhaenys ? »
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptySam 7 Mai - 0:39






La Treille,

An -3 avant la conquête.


J’avais passé une matinée des plus plaisantes et la compagnie d’Aylan y était pour beaucoup. Nous avions chahuté plusieurs temps dans l’eau avant de regagner nos vêtements, nos moutures et nos escortes. J’en avais oublié l’incident du marché, à grand renfort de fous-rire en la compagnie du jeune lord. Nous avions fini par rentrer dans sa demeure, où Kora m’avait fait couler un bain afin de me débarrasser de cette odeur qu’elle trouvait que j’avais. J’y restais un bon moment jusqu’à ce que l’eau ne soit trop froide pour que je puisse en supporter la température. De nouveau apprêtée, j’avais entrepris de dessiner les paysages que j’avais eu le loisir de voir, mais également le visage souriant de mon compagnon. J’étais en train d’esquisser grossièrement les traits de son corps quand mon frère entra dans ma chambre sans même s’annoncer. Je vis briller dans son regard une lueur de jalousie lorsqu’il posa ses yeux sur les esquisses que je dessinais. Je n’avais pu m’empêcher de rire avec légèreté avant de me presser contre lui et savourer le gout de ses lèvres, et de sa chair. A grand renfort d’attentions charnelles, j’apaisais le dragon enragé et possessifs en lui, ruinant une nouvelle fois tout le travail de ma servante. La tête reposant sur le torse d’Aegon, je ne pus m’empêcher de rire en anticipant le visage qu’aurait Kora lorsque je la ferais chercher. A mon grand dam, je finis par devoir congédier mon frère, qui n’était restait que trop peu de temps à mon gout. Nous devions nous montrer prudents et ils nous étaient ainsi impossibles de rejoindre l’autre la nuit. Nous allions devoir nous contenter d’instants volés, qui seraient bien moins nombreux que ceux que nous arrivions à avoir sur le bateau nous amenant ici. Je me fis violence pour ne pas retenir mon amant qui n’aurait pas rechigné que je le fasse d’ailleurs. C’était une véritable torture que de le voir quitter cette pièce dans laquelle j’avais séjourné pendant de nombreux jours.

Je ne m’étais pas trompée en spéculant que Kora serait furieuse. Heureusement pour moi, elle avait prévu une autre toilette pour le soir et lui aurait fallu alors réajuster ma chevelure une fois changée. Je la laissais maudire plus d’un Dieu alors qu’elle défaisait totalement mes cheveux pour pouvoir les nouer de nouveau correctement. Je la laissais faire sans mot, retenant même des grognements de douleur lorsqu’elle tirait sur quelques nœuds pour les défaire. J’étais étonnée de ne point arriver en retard pour les festivités. Kora avait fait un travail remarquable en un temps record et mon apparence était parfaite. Je portais une longue robe violette sur laquelle étaient brodés des dragons en fil d’or. De la dentelle noire recouvrait le haut de ma poitrine, mes épaules et mon dos. Mon cou était orné d’un dragon en or blanc. Mes cheveux étaient complétement relevés en un chignon haut et complexe fait d’une multitude de tresses, rehaussé par un petit diadème discret. Je pris place aux côtés de mon aîné, me restaurant quelques peu, et partageant une discussion on ne peut plus polie avec la mère d’Aylan. Ce dernier fini par quitter sa place pour s’incliner devant mon Roi de frère et lui demander son autorisation pour ouvrir le bal en ma compagnie. Le Dragon me jeta un coup d’œil, avant d’incliner la tête en guise d’acceptation. Je déposais un léger baiser sur sa joue, avant de me lever et de venir prendre la main que le jeune homme me tenait. Il nous fit rejoindre la piste de danse, et lorsque les musiciens se mirent à danser, je suivais ses pas, le laissant guider cette danser. C’est là une bien belle soirée mon ami pour festoyer et célébrer ton anniversaire. Permets-moi de te faire savoir que tu es des plus élégants ce soir. Dis-moi tout, espères-tu séduire quelconques cœurs cette nuit ? Cela ne saurait être bien difficile. Je sens des regards jaloux se poser sur ma personne, et de nombreuses demoiselles doivent rêver d’être à ma place en cet instant lui glissais-je non sans sourire, avec sincérité. Le Redwyne était bien loin d’être mal fait et nul doute que les propositions de mariage sauraient nombreuses dans quelques années. Il avait tout pour plaire, et il allait briser plus qu’un cœur, cela ne faisait aucun doute à mes yeux.



Hēnkirī

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Messages : 3199
Membre du mois : 0
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptyLun 16 Mai - 0:39

Un simple signe de tête fut la seule réponse à sa question. Il ne semblait pas bien enchanté de lui avoir accordé cette faveur. Les liens entre les Targaryen étaient forts, il était rare de les voir séparer bien longtemps et même s’il l’aurait à l’œil, il semblait rechigner à laisser sa sœur danser avec un de ses sujets. D’ailleurs Aylan avait sincèrement pensé qu’il lui refuserait cet honneur, il l’aurait assurément mal pris et en aurait voulu au Roi pour un bout de temps. Lui qui avait l’habitude d’avoir tout ce qu’il voulait, le « non » était un mot qui lui était inconnu. Son grand-père aimait répondre à ses caprices et à ses désirs. Bien sûr il n’en aurait rien montré à Aegon, du moins il aurait essayé, il n’avait pas envi que ce dernier se mette à le haïr et à le détester. Il était destiné à être le Roi des Sept Couronnes, autant garder de bonnes relations avec lui si le Redwyne voulait obtenir quelques faveurs de sa part lorsqu’il serait lui-même seigneur de sa maison.

Pourquoi donc avait-il accepté alors ? Etait-ce parce que c’était l’anniversaire du jeune homme ? Si c’était le cas, c’était un très beau cadeau et il n’était pas prêt de l’oublier. Mais cela m’étonnerait que cette idée saugrenue plaise à la Targaryenne. Peut-être était-ce elle qui avait soufflé quelques mots doux à son frère pour que ce dernier accepte. Elle semblait avoir une influence très importante sur le roi  et pouvait obtenir de lui tout ce qu’elle voulait. Rhaenys embrassa son frère pour le remercier de ne pas faire une scène ou refuser tout simplement au jeune homme sa proposition.

Elle s’avança vers lui, prenant la main qu’il lui tendait. Il la mena jusqu’au centre de la piste de danse. Un discret signe de tête convenu aux musiciens et ces derniers se mirent à faire jouer de leurs instruments. Dans sa main droite, il tenait la main de la princesse, pendant que sa main gauche passa dans son dos pour aller se poser dans le creux de l’omoplate de sa partenaire. Bon objectif de la soirée, ne pas lui écraser les pieds comme il l’avait fait avec Visenya autrefois. La valse demandait un certain synchronisme entre les deux partenaires. Fort heureusement, le rythme de la musique n’était pas très soutenu au départ. Un pas en avant, un autre en diagonale, recentrer ses pieds, un pas en arrière. Il lui arrivait de surveiller quelques fois ses pieds pour voir s’il arrivait à mettre en pratique tout ce qu’il avait appris.

Elle affirma passer une très bonne soirée, il était content que son amie soit si radieuse d’être ici avec lui, s’il arrivait à lui faire oublier quelques instants son désir de retourner sur ses terres, c’est tout ce qui importait. C’est vrai qu’ils avaient bien célébré son anniversaire et il espérait que le reste de la soirée serait tout aussi intéressant.  Elle le complimenta sur son élégance, mais vu la prestance dont elle faisait preuve, il s’empressa de la complimenter :


«- Je ne peux que te retourner le compliment, tu es vraiment magnifique. »

Elle lui demanda s’il comptait conquérir quelconque cœur cette nuit. Les musiciens accélérèrent le rythme, ce qui força le duo à accélérer leurs mouvements. Il la fit tourbillonner sur elle-même en mettant sa main vers le haut, puis replaça sa main libre sur son omoplate avant de reprendre leur valse. Il la regarda dans les yeux et sourire charmeur aux lèvres, il lui souffla :

« Cela se pourrait bien, du moins je l’espère… »

Dont le sien peut-être, qui sait ce que la soirée leur réservait ? Puis c’était toujours beau de rêver. Ils continuèrent à valser, mais la danse s’achèverait dans quelques instants. Elle l’informa sur le fait qu’elle sentait de nombreux regards sur sa personne. Vu sa tenue et la grâce qu’elle dégageait, c’était on ne peut plus normal. Il ne manqua pas une nouvelle occasion de la complimenter et renchérit :

« Elles te jalousent, car jamais elle ne pourront te ressembler. Me voici au bras la plus belle femme de la soirée et je suis sûr que bon nombre de nobliaux et jolis cœurs feraient tout pour prendre ma place.  »

Les musiciens jouaient le dernier morceau, le rythme était beaucoup plus soutenu, les derniers notes retentirent annonçant le bouquet final. Il fit tourbillonner à plusieurs reprises sa partenaire pour finir par la pencher en arrière, la maintenant en équilibre par la seule force de ses bras. Une simple faiblesse et elle se retrouverait au sol. Ils auraient alors bien l’air bête. Restant un court instant dans cette position, il finit par l’aider à se remettre sur ses jambes. La musique se tût et ils furent applaudis par toute l’assemblée. Il salua les invités en s’inclinant légèrement vers l’avant tout en maintenant la main gauche de sa partenaire. C’était vraiment une très bonne soirée.
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptyJeu 9 Juin - 0:35






La Treille,

An -3 avant la conquête.


HJ : désolée pour le retard monstre *pars se cacher*

Je laissais Aylan menait totalement cette danse d’ouverture. Ses talents de danseurs étaient bien meilleurs que ceux qu’avaient pu me conter ma sœur. Nul doute, le jeune héritier avait du passer de nombreuses heures à s’entrainer encore et encore pour arriver à un tel résultat. Ses pas et ses gestes étaient sûrs. Il nous entrainait sur la piste de danse au rythme de cette musique. A croire qu’il avait dansé toute sa vie sur cette dernière. Je le suivais avec sérieux et attention, ne le gênant nullement mais épousant parfaitement ses envies. J’avais l’habitude de danser moi aussi et c’était un art que j’adorais. Je n’y excellais pas autant qu’en dessin, mais je savais fort bien me débrouiller. C’était là encore un talent que j’avais hérité de ma défunte mère. Elle avait mis un point d’honneur à ce que chacun de ses enfants sachent parfaitement bien danser. Et ce n’était pas sans fierté que je pouvais affirmer être bien plus douée que Visenya ou Aegon. Ils n’avaient pas ma souplesse, ni cette légèreté qui m’avait toujours caractérisé. Ils avaient, de leur côté, pour habitude d’avoir un port de corps plus solide, pouvant résister aux assauts, et non pas qui se pliait au grès du vent.

Je n’avais jamais dansé avec le jeune homme, mais nous ne mîmes que quelques instants pour nous adapter l’un à l’autre. Le rythme d’abord plus lent de la musique s’y prêtait parfaitement, nous laissant l’opportunité de nous apprivoiser avant de s’emballer. Je vis une légère tension se dessiner chez mon cavalier qui jeta quelque fois quelques regards vers ses pieds, comme s’il craignait de ne pas bien les placer, ou d’oublier un mouvement. Je soufflais son prénom pour qu’il relève le regard vers le mien, lui adressant un sourire qui se voulait rassurant et confiant. Il lui fallait avoirs bien plus confiance en lui. Il était un excellent danseur et ma boutade matinale ne devait pas l’angoisser. Une fois qu’il fut plus confiant, je lui indiquais en toute honnêteté que je passais une excellente soirée, tout en le complimentant sur l’allure qu’il avait, digne de l’héritier de sa maison qu’il incarnait. Et comme la bienséance l’exigeait, le jeune homme me complimenta à son tour. Je lui adressais de nouveau un sourire, malicieux cette fois ci puis lui répondais, sans perdre le fil de notre danse Cela n’est pas difficile de l’être en l’absence de Visenya. Je n’éprouvais aucune jalousie envers mon aînée. Elle était l’une des plus belles femmes de Westeros, en plus d’être une excellente guerrière. Elle était mon modèle, mon idéale. Je ne vivais nullement dans son ombre et n’avais aucune rancœur envers elle. Nous étions toutes deux différentes, différentes, uniques mais complémentaires. Désormais sur de lui, le jeune homme n’hésita pas à rajouter un peu plus de piment dans notre danse et me fis tournoyer, avant de me reprendre dans son giron.

Je lâchais un léger rire alors qu’il me confirmait espérer séduire quelques gentes dames ce soir. Le contraire aurait été étonnant et après tout n’est-ce pas son anniversaire ? As-tu une idée de l’heureuse chanceuse ? lui demandais-je, curieuse comme à mon habitude. Je quittais son regard pour jeter un léger coup d’œil à l’assemblée, avant de rediriger mes yeux mauves dans ceux d’Aylan. Il m’indiqua alors que selon lui, elles me jalousaient non pas parce que j’étais dans ses bras, mais parce que j’étais la plus belle femme de la soirée. Je sentis mes joues se rougirent légèrement face à son compliment que je savais sincère, même si je n’étais guère aussi convaincue que lui. Je ne répondrais rien, et me concentrais sur la musique qui se fit bien plus soutenue. Il m’entraina de nouveau dans des mouvements plus audacieux, mouvements que j’effectuais avec toute cette grâce que la nature m’avait doté et cette prestance dont m’avait instruit ma mère. J’accordais toute ma confiance en Aylan et le laissait m’entrainer par l’arrière, et me soutenir uniquement à l’aide d’un seul bras. S’il cédait, je me retrouverais au sol avec un sacré mal de tête et un dragon enragé à calmer. Aegon était emporté, bien moins qu’Orys, mais il l’était tout autant lorsque cela me concernait. Il ne saurait accepter qu’un homme me blesse, surtout par inadvertance.

La musique prit fin, et Aylan m’aida à me redresser avec souplesse. Les applaudissements ne tardèrent pas à souligner le talent de danseur du jeune homme qui avait de nombreuses raisons d’être fier. Il salua ses invités en s’incluant légèrement, sa main toujours dans la mienne. Je la pressais légèrement avant de lui dire Je te remercie pour cette danse mon ami. Je déposais un léger baiser sur sa joue avant de prendre la main qu’Aegon me tendait. Il avait cette lueur de jalousie dans le regard, mais se garda bien de faire la moindre remarque à notre hôte. Il lui fit une nouvelle fois un léger signe de tête, avant de m’entrainer à sa suite sur la piste et d’être mon cavalier pour plusieurs danses. Il ne me laissa que lorsque le protocole exigea qu’il invite la mère d’Aylan à danser à son tour. J’en profitais pour retourner m’asseoir à table et avaler un verre de vin, la soif commençant à me tirailler après toutes ses danses. Je fis quelques instants la conversation avec le père du jeune homme qui était aux bras d’une nouvelle demoiselle. Je devais bien l’avouer, cela n’avait rien de fort plaisant même si je m’en montrais rien. Je prétextais devoir m’absenter quelques instants afin de prendre l’air pour lui fausser compagnie. Ne pouvant me permettre de froisser le seigneur, je ne manquais nullement d’aller jusqu’à balcon, contournant les danseurs. Je m’y accoudais pour admirer l’astre lunaire qui brillait de mille feux, imaginant sans mal Visenya et Orys en faire de même. Lorsque nous étions séparés, je leur faisais promettre de regarder le ciel, un ciel que je regardais également, un ciel qui nous rapprochait. Je me perdais dans cette contemplation de nombreuses minutes, si bien que je sursautais en remarquant que je n’étais plus seule. Mon cœur s’était d’ailleurs emballé face à ma surprise. Aylan… Soufflais-je avant de me reprendre. Je ne t’ai pas entendu arriver… Le ciel est magnifique ce soir, ne trouves-tu pas ? Mais… Ne devrais-tu pas profiter en cet instant de tes invités au lieu d’être ici ? Ton absence ne risque pas de passer inaperçue.



Hēnkirī

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Messages : 3199
Membre du mois : 0
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptyMar 14 Juin - 23:45

Les musiciens cessèrent de faire vibrer le duo à l’aide de leurs instruments, la danse s’arrêta. Le temps semblait passé à toute vitesse quand on l’on est aux côtés d’un être aimé. Aylan aurait voulu que la danse continue, juste encore quelques mouvements pour avoir la chance de tenir les mains de la princesse. Il n’avait pas répondu à sa question lorsqu’elle lui demanda quel cœur il souhaitait sublimer. Simple question qui aurait dû être tout aussi simple à répondre. Le sien, bon clairement il ne l’aurait pas dit aussi sèchement. Il aurait enrobé la chose pour le faire sous-entendre et ne pas la brusquer. C’était facile, quelques simples mots et il aurait eu une chance. Mais non apparemment ce n’était pas aussi simple  

Les mots ne sortirent pas de sa bouche, il resta juste muet pendant quelques instants. Mais merde, il était un homme ! Pourquoi n’arrivait-il donc pas à le lui dire ? La peur du rejet ? Mais en réalité, c’était surtout le fait de voir leur belle amitié voler en éclats. Il avait passé une si belle journée en sa compagnie, de si bons moments. Il voulait en passer davantage et bien plus encore. De plus son grand-père lui en voudrait à coup sûr d’avoir perdu la confiance de la princesse en devenant trop entreprenant. Non il ne ferait rien pour le moment. Le Redwyne espérait pouvoir de nouveau danser avec elle d’ici la fin de la soirée, mais elle serait très probablement monopolisée par le roi et d’autres invités.

Et il ne trompa pas, car Aegon arrivait déjà à leur côté pour reprendre la main. Il l’aurait parié. Rhaenys le remercia pour cette danse. Le bonheur fut entièrement partagé, il répondit donc :


«-Je vous en prie, votre altesse. Partagez une danse en votre compagnie fut un ravissement.  »

Le discours se voulait plus protocolaire vu que son frère était présent, il ne pouvait pas se permettre de la tutoyer en sa présence, ni d’émettre d’autres familiarités. Il passa donc le relais à Aegon après l’avoir salué d’un signe de tête des plus respectueux. Il alla se trouver d’autres cavalières, tout d’abord sa mère, puis sa tante, pour finir pour honorer le capitaine des gardes de la maison Redwyne, il invita la fille de cette dernière. Une fille d’une maison de chevalier fieffée, donc pas forcément de haute naissance, mais elle était une des plus belles fleurs de la soirée, pas autant que la Targaryen certes, et en plus elle s’avéra être une bien belle danseuse.

A la fin de la danse, il la salua, et se dirigea vers sa place. Nombreux étaient les couples au centre de la salle en train de valser et rares étaient ceux qui restaient attablés. Son serviteur, en le voyant arriver, lui servit une coupe de vin et la lui tendit. Aylan la saisit et en but deux gorgées. Son caractère gouleyeux et son goût des plus sucrés ne pouvaient que ravir ses papilles. Il n’en abusa pas davantage pour le moment, il voyait bien assez les ravages que cela produisait sur son géniteur.  Son serviteur s’enquerra de ses projets :


«- Une bien belle danse d’ouverture que vous nous avez offert-là mon seigneur…

Mon seigneur a-t-il d’autres projets pour la soirée ?
»

«Il se pourrait bien en effet que j’en ai quelques-uns, mais je doute. C’est une bien trop belle soirée pour que mes actions viennent la gâcher.»

«- Mon seigneur, il se pourrait bien que quelqu’un d’autre s’en charge à votre place... »

Pour accentuer ses mots, il fit un signe de tête pour attirer son attention vers la piste de danse. Ses yeux balayèrent la salle pour chercher à trouver ce qu’il y avait de si intéressant. Jusqu’à s’arrêter sur la personne de son père qui était en compagnie d’une femme qu’il n’avait jamais vu jusqu’à alors. Il semblait ivre jusqu’à son habitude. Toute la belle soirée qu’il avait passé, tout le bonheur dans lequel il baignait, tout ça disparut en un instant. Pour laisser place à de la frustration et de la colère. C’est aux bras de sa mère qu’il devait être, la jeune demoiselle semblait très ouverte aux propos de son père. Encore une qui essaierait de le manipuler pour lui extirper quelques richesses. C’était inacceptable ! S’il osait déshonorer sa mère…Aylan ne savait pas ce qu’il ferait. Après tout c’était son père, il ne pouvait pas se permettre de le défier ou de l’affronter, même pour défendre l’honneur de sa mère. Devant une telle impuissance, il était désarmé. Son visage empourpra de colère.

Sa seule réaction fut de claquer sa coupe sur la table faisant gicler du vin sur son serviteur. Il fit le tour de la piste de danse, tout ce monde, il avait besoin d’être seul. Juste le temps de reprendre ses esprits. Juste quelques minutes. Il arriva jusqu’au balcon, mais son vœu de solitude n’allait pas être exaucé. Rhaenys était là et semblait bien pensive elle aussi. Le jeune homme s’apprêtait à faire demi-tour pour chercher un autre balcon inoccupé, quand elle le héla :


« Je ne voulais pas te déranger, Rhaenys. Si tu le souhaites, je peux te laisser… »

La phrase était sortie tout seule, elle lui posa une question, cela montrait bien que sa présence ne la gênait pas outre mesure. Il s’avança pour se mettre aux côtés de la princesse en s’accoudant au parapet. Une légère brise balaya ses cheveux, c’était agréable. Il avait ressenti un besoin vital de prendre l’air. Même s’il espérait être seul, la présence de son amie l’apaiserait davantage peut-être. A sa remarque, ses yeux se levèrent vers le ciel. Les étoiles étaient innombrables et brillaient de mille feux. Certaines plus que d’autres. C’était un très beau spectacle, il se permit de commenter :

« Il est vrai qu’il est particulièrement dégagé ce soir et nous offre un très beau spectacle. Rares sont les fois où autant de lumières illuminent le ciel, à croire que les Sept essayent de nous en mettre plein les yeux.»

Sa question figea l’expression de son visage, il n’avait pas très envie de lui évoquer la réelle raison de sa présence. Elle n’avait peut-être pas besoin d’entendre ça, puis il n’y pouvait rien et préférait donc essayer de passer à autre chose s’il le pouvait.  Ses yeux contemplaient toujours les étoiles. Il se contenta de lâcher une vague excuse :

« Disons simplement que j’avais juste besoin de prendre une bouffée d’air frais. La musique commençait à se vouloir assourdissante et l’atmosphère écrasante...»

Il se retourna vers son amie, plongeant ses yeux dans les siens, il lui sourit et débuta en émettant un léger rire :

« On risque bien plus de remarquer ton absence que la mienne. Tu es une princesse, je ne suis qu’un noble parmi tant d’autres. Je suis certain que de nombreuses personnes cherchent déjà à savoir où tu as bien pu t’enfuir.

Quant aux invités, je dois dire qu’il y en a certains dont je me passerais bien de leur compagnie. J’aurais préféré échanger le moment passer à les côtoyer ce soir pour quelques instants de plus à tes côtés. J’ai passé une très belle journée, aujourd’hui. Ta compagnie a été des plus agréables, encore plus agréable que celle de Visenya….
»
Anonymous
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  EmptyMer 29 Juin - 15:44






La Treille,

An -3 avant la conquête.


Hj : Désolée pour le retard. Je clôture notre rp, et dès que je suis de nouveau un peu plus dispo, on pourra s’en refaire un si tu veux Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  1248200772

La journée avait été des plus riches en évènements et je devais bien l’avouer, elle avait été merveilleuse. Je ne m’étais pas ennuyer une seule fois et la compagnie d’Aylan avait été des plus plaisantes. Si mon frère, et ma sœur me manquaient affreusement, à l’instar de Meraxès, Bellarion et Vaghar, je restais ravie d’être venue en ces lieus et d’avoir insisté auprès d’Aegon pour m’y rendre également. Je comptais profiter pleinement de toutes les journées que je passerais sur ces terres, que je ne foulerais plus pendant de nombreuses années. Le voyage était long et nous ne pouvions nous permettre de venir aussi souvent que nous le désirions, quand bien même nous nous entendions à merveille avec nos hôtes. Notre place était, après tout, à Peyredragon.

J’étais sortie de la salle pour prendre l’air et admirer la nuit étoilée qui s’étalait sous mes yeux. Je fus interrompue par une présence qui ne manqua pas de me faire sursauter. Je m’étais tournée vers le nouvel arrivant, et fus rassurée en voyant mon ami dont nous fêtions ce soir l’anniversaire. Je lui fis un signe négatif et un sourire sincère lorsqu’il me proposa de s’en aller s’il me déranger. Ce n’était nullement le cas. De plus, il s’agissait là de sa demeure et je n’allais nullement le chasser de chez lui. Sa présence ne m’importunait absolument pas de toute façon, alors n’avais-je aucune raison d’exiger qu’il me laisse seule. Je lui fis regarder le magnifique ciel qui s’offrait à nous. Ses yeux se levèrent quelques instants vers la nuit, commentant à son tour le spectacle nocturne. Je souriais en l’entendant évoquer les Sept dieux. J’oubliais parfois que les autres royaumes priaient certains dieux, délaissant les autres. Je trouvais cela dommage. Pourquoi choisir alors même que tant d’entités veillaient sur nos terres ? De toute manière, ils se rassemblaient tous, faisaient tous parti d’un tout. Leurs noms changeaient, mais ils restaient les mêmes. Père nous avait enseigné les Dieux de l’ancienne valyria, et les anciens Dieux de Westeros. Mère, elle, nous avait enseigné les sept. Nous avions eu la liberté de choisir, ainsi avais-je fait le choix de ne pas choisir. Considère cela comme un présent qu’ils te font lui répondis-je, avant de m’accouder de nouveau au balcon, et de m’étonner de sa présence ici. Le fait qu’il fuit en cet instant mon regard me montrait combien ma question le dérangeait. J’acquiesçais vaguement à sa réponse, n’insistant pas sur le sujet, un sujet qu’il n’avait, de toute évidence, nullement envie d’évoquer. Je souriais à la suite de ses paroles, et posais ma main sur la sienne pour la serrer doucement Cette soirée est en ton honneur et ce soir, tu reçois autant d’attention qu’un Prince. Nous sommes alors sur un pied d’égalité mon ami. Et je ne me suis nullement enfuie, je me rafraîchi simplement. La garde de mon frère ne m’a pas une fois quitté des yeux et sait parfaitement ou je me trouve en cet instant. lui dis-je non sans rire. Il le savait tout aussi bien que moi, si j’avais décidé de m’enfuir, nul n’aurait pu me retrouver et m’en empêcher. Je l’avais montré à de bien nombreuses reprises. J’avais causé de nombreux soucis à ses gens et aux miens également, même si cela n’avait jamais été mon intention. Ils sont venus pourtant pour toi, et tu te dois de les remercier mon ami. Et Rassures-toi donc, je ne compte point m’envoler dès demain. Nous aurons plus d’une fois l’occasion de partager quelques instants ensembles. Je compte sur toi pour m’accorder de ton précieux temps pour me faire visiter une fois de plus ces terres magnifiques qui t’appartiendra un jour de gouverner. Ne m’as-tu pas… Je m’interrompais en entendant des bruits d’armure se rapprocher. Les gardes armés aux couleurs de Peyredragon entrèrent rapidement dans notre champ de vision. Princesse. Notre Roi vous fait demander. Je leur fis un signe de la tête avant de me tourner vers Aylan et lui dire. Veuillez me pardonner Ser Redwyne. Je vous remercie une nouvelle fois pour la bienveillance dont vous avez fait preuve à mon égard aujourd’hui. Permettez-moi une fois de plus de vous souhaiter un joyeux anniversaire. je m’inclinais légèrement devant lui, en tenant ma robe, avant de m’éloigner, sous bonne escorte. Ils me conduire rapidement à mon frère qui semblait furieux. Du vin avait tâché sa tunique, et ses cheveux argentés, dont s’écoulaient encore quelques gouttes de l’alcool. J’eus à peine le temps d’entendre de mon ami se morfondre en excuse avant d’être entrainée hors de la salle par mon aîné, entourée par une partie de son escorte, alors que la seconde empêchait quiconque de nous suivre.




Hēnkirī

Rhaenys Braenaryon

Feuille de personnage
Titre de Noblesse ou Métier: Reine des sept royaumes de Westeros
Âge du Personnage: 26 ans
Allégeance: Ma loyauté va à moi-même.
Rhaenys Braenaryon
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Messages : 3199
Membre du mois : 0
Célébrité : Emilia Clarke
Maison : Représentée par un dragon à trois têtes et un loup, aux couleurs rouge, noir et blanc... La maison impériale Braenaryon
Caractère : Ambitieuse ● Combattante ● Sans compromis ● Intègre ● Libertine ● Déterminée ● Non conventionnelle ● Charismatique ● Vengeresse ● Passionnée ● Violente avec ses ennemis
N'oublies pas qui tu es. Pense, crois, rêve et ose
Revenir en haut Aller en bas
http://vetrragnarok.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]    Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]  Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Anniversaire sous le signe du dragon [Flashback - Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» [UPTOBOX] Torpilles sous l'Atlantique [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Dragon Crusaders [DVDRiP]
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Crown :: Partie Sud de Westeros :: Le Bief-
Sauter vers: